Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Akh Purattim 2

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Mondes périphériques

Quelques notes sur le clergé d’Aššur à la fin de l’époque néo-assyrienne1

Pierre Villard

Nota del editor

Pour des raisons techniques, l’astérisque qui constituait l’appel de note du titre de ce chapitre dans l’édition originale (papier) a ici été transformé en « 1 ». D’autre part, cette note du titre est présentée ici en note de fin, de telle sorte que la numérotation originale des notes de bas de page n’est pas altérée dans l’édition électronique.

Texto completo

  • 1 Cet article représente la version légèrement remaniée d’une conférence donnée à l’Institut des Haut (...)

1Lorsque l’Empire néo-assyrien s’est véritablement constitué, au milieu du viiie siècle av. J.-C., Aššur n’était déjà plus depuis un siècle la capitale politique de l’Assyrie, mais la longue histoire dont elle était l’héritière lui conférait un statut particulier.

  • 1 Sur la survie d’Aššur après sa « destruction » par les Mèdes en 614, cf. e.g. A. Kuhrt, « The Assyr (...)

2Cette ville fut d’abord le centre d’une cité-État théocratique, fameuse par le sanctuaire du dieu éponyme, qui était considéré comme le véritable roi. Un moment englobée dans les empires d’Agadé et d’Ur III, elle devint indépendante au début du second millénaire et était alors dirigée par une oligarchie marchande pratiquant le grand commerce vers l’Anatolie. À partir du xive siècle, Aššur devint la capitale d’un État territorial, māt Aššur. L’expression, que l’on traduit conventionnellement par « Assyrie » signifie littéralement, « pays du dieu Aššur ». Cet État s’étendit sur toute la haute Mésopotamie, lors d’une première phase d’expansion, au cours de la période appelée médioassyrienne. Les invasions araméennes des xie et xe siècles le forcèrent à se replier sur son noyau initial, entre Tigre, Zagros et Zab inférieur, mais la reconquête du début du ixe siècle permit de récupérer les territoires perdus. Ce fut aussi à ce moment que le roi Aššurnaṣirpal II (883-859) quitta la ville pour s’installer à Kalhu. Aššur perdit ainsi son statut de capitale politique, tout en demeurant une grande ville sainte jusqu’à la fin de l’Empire et au-delà, jusqu’à l’époque parthe1.

  • 2 L’emploi est en partie comparable à celui d’ālum, « la Ville », à l’époque paléoassyrienne.

3Les fouilles menées sur le site Aššur, Qal’at Šerqaṭ, par des équipes allemandes et irakiennes, ont restitué une bonne partie de la topographie urbaine. Construite sur un promontoire rocheux entre le Tigre (à l’est) et un petit affluent (au nord), la ville était sous l’Empire protégée par une double muraille au sud et à l’ouest. Le rempart extérieur, édifié par Salmanazar III (858-824), englobait les faubourgs d’ālu eššu, mais c’était le rempart intérieur, qui remontait au début du second millénaire, qui définissait la partie la plus sacrée, appelée Libbi āli, le « cœur de la ville ». Sous l’Empire, l’expression est fréquemment employée par métonymie pour désigner Aššur, considérée comme la ville par excellence2.

  • 3 Cf. e.g. W. Andrae, Das wiedererstandene Assur, 2e édition, Munich, 1977, p. 103-112.

4Dans la partie nord de Libbi āli, l’acropole associait palais et temples, selon l’usage assyrien. Le plus vieux sanctuaire était peut-être celui de la déesse Ištar : c’est en tout cas là que les archéologues sont parvenus aux niveaux les plus anciens, datant de l’époque présargonique3.

  • 4 Sur les reconstructions du temple d’Aššur au cours de l’histoire, voir e.g. G. Van Driel, The Cult (...)

5Mais le plus important, d’un point de vue politique et religieux, était sans conteste le temple du dieu national. Bâti sur l’éperon rocheux qui domine l’acropole au nord-est, il abritait les statues Aššur et de sa cour divine et fut reconstruit à de nombreuses reprises, comme d’ailleurs tous les grands sanctuaires. Le plan originel ne subit cependant que peu de modifications, même si le bâtiment principal et la cella furent en partie restructurés sous Sennacherib4. Un peu à l’ouest, se dressait la grande tour à étage (ziqqurat), de 60 m de côté, dédiée à Aššur-Enlil.

  • 5 Cf. e.g. G. Van Driel, The Cult of Assur, p. 162-165 et B. Pongratz-Leisten, Ina šulmi īrub, BAF 16 (...)

6Parmi les autres sanctuaires majeurs de Libbi āli, on peut encore mentionner les temples doubles d’Anu-Adad et de Sîn-Šamaš. En dehors des murs, le bīt akīti, reconstruit par Sennacherib (704-681), accueillait les statues d’Aššur et d’autres dieux lors de certaines fêtes, dont celles du Nouvel An5.

  • 6 W. Andrae, Das wiederstandene Assur, p. 194-201.
  • 7 E. Weidner, AfO 13, 1939-1940, p. 213-216.
  • 8 Cf. e.g. SAA VII 97, SAAB IX (NAPATA 2) 77 : 8’-9’, 82: 2’, 94: 4, etc.
  • 9 Nabû-šēzibanni, šá ugu é-man-meš, NAPATA 2 75 : 28. Pour é-man-meš, littéralement « maison des rois (...)

7Dans la partie centrale de l’acropole, l’ancien palais, maintes fois réaménagé, fit office sous l’Empire de nécropole royale. Sennacherib (704-681) y fut inhumé, après Aššur-bēl-kala (1074-1057), Aššurnaṣirpal II (883-859) et Šamšī-Adad V (823-811)6 et l’on sait aussi qu’Assurbanipal se fit construire un tombeau à Aššur alors qu’il était encore prince héritier7. Des offrandes étaient régulièrement consacrées à ces sépultures8 et un personnel particulier était attaché, comme le montre par exemple la mention d’un « surveillant du mausolée royal » dans une liste de témoins9.

  • 10 A. L. Oppenheim, « The city of Assur in 714 B.C. », JNES 19, 1960, p. 133-147 ; R. Borger, « Gottes (...)

8Il ne s’agit d’ailleurs que de l’un des aspects des liens particuliers que la dynastie avait conservés avec Aššur. Les empereurs néoassyriens se faisaient toujours couronner à Aššur et jusqu’à la fin, firent ériger des stèles à leur nom entre les deux remparts. Plusieurs rituels liés au culte du dieu principal réclamaient leur participation et après leurs victoires les plus retentissantes, ils avaient coutume de faire rédiger des comptes rendus, en forme de lettres adressées au dieu Aššur et aux grands dieux habitant la ville, mais aussi aux autorités urbaines et à la population10.

9Tout cela montre qu’Aššur jouait le rôle de capitale religieuse, face aux capitales politiques, Kalhu, puis Ninive. Cette répartition des fonctions rappelle jusqu’à un certain point l’empire d’Ur III, où les rois résidaient à Ur, mais se faisaient couronner à Nippur, la cité du dieu Enlil.

  • 11 Dont celle d’Urad-Šerū’a, contenant les archives d’une famille de hauts dignitaires. Voir J. N. Pos (...)

10Les quelques fouilles pratiquées dans les quartiers d’habitation offrent un autre témoignage du changement de statut de la ville d’Aššur après le départ des rois. Les maisons de grands dignitaires du royaume ont été mises au jour dans les niveaux médioassyriens11. Les demeures exhumées dans les niveaux néoassyriens appartenaient en revanche à des artisans, dont certains liés aux temples, ainsi qu’à des familles de prêtres, le mot étant ici pris au sens large.

A. LA DOCUMENTATION SUR LE CLERGÉ D’AŠŠUR

11Le terme de « prêtre » est en effet d’un emploi délicat, tant semblent étroitement mêlées les fonctions administratives et les activités liturgiques. La façon la plus simple de définir le clergé est d’inclure les administrateurs des sanctuaires et tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, intervenaient directement dans le culte rendu aux dieux. Pour une bonne part d’entre eux, ces personnages étaient également des lettrés, capables de manier l’écriture cunéiforme et ayant étudié les textes de l’érudition. Il faut cependant garder à l’esprit que tout un personnel subalterne était également rattaché aux temples et qu’un bon nombre des artisans d’Aššur travaillaient, ordinairement ou occasionnellement, pour les besoins des temples. Au total, les sanctuaires Aššuraient partiellement ou exclusivement la subsistance d’une grande partie de la population urbaine.

12Les sources qui documentent le groupe des clercs sont de nature variée.

  • 12 B. Menzel, Assyrische Tempel, Studia Pohl : Series Maior 10, Rome, 1981 ; Van Driel, The Cult of As (...)

13Une série de décrets royaux concernant l’organisation du culte mentionne des membres du personnel des temples, alors que les rituels précisent le rôle de certains d’entre eux à des moments précis du calendrier liturgique12. Du fait de leur nature, ces textes mentionnent les clercs par leurs titres et non par leur nom personnel. Leurs rédactions respectives s’étalent en outre sur plusieurs siècles, ce qui rend difficile la réalisation d’un tableau synchronique.

  • 13 La correspondance du clergé néoassyrien est éditée dans S. W. Cole et P. Machinist, Letters from Pr (...)

14Les textes administratifs provenant des temples d’Aššur sont relativement rares, mais on dispose en revanche d’un ensemble assez fourni de lettres envoyées par des clercs d’Aššur et de quelques messages qui leur furent adressés13. Cette documentation est particulièrement intéressante, d’abord parce qu’elle permet d’associer des noms à certains titres, ensuite parce qu’elle renseigne sur des aspects variés et concrets de l’activité des clercs, ou sur des scandales tels que des vols commis à l’intérieur des temples. On peut également noter que les lettres qui ont été retrouvées datent d’une période relativement brève, comprenant la fin du règne d’Assarhaddon (680-669) et la première moitié de celui d’Assurbanipal (668-630).

  • 14 Un catalogue des archives retrouvées à Aššur est fourni par O. Pedersén, Archives and Libraries in (...)

15Les archives privées14, réunissant textes économiques et juridiques concernant les affaires d’une famille peuvent apporter des indications sur la situation socio-économique de leurs propriétaires. Elles ne sont pas très abondantes pour ce qui concerne le clergé proprement dit, mais on peut parfois utiliser les archives d’artisans liées au temple. Des membres du clergé peuvent en effet y apparaître, en particulier dans les listes de témoins des textes juridiques. Ces archives représentent les documents conservés au moment de la destruction de la ville, parce qu’ils présentaient encore une utilité. Leur structure chronologique montre donc logiquement un accroissement du nombre des textes pour les dernières décennies de l’Empire.

  • 15 Voir les études d’O. Pedersén : Archives and Libraries in the City of Assur. A Survey of the Materi (...)
  • 16 Pour les colophons des tablettes d’Aššur, voir H. Hunger, Babylonische und assyrische Kolophone, AO (...)

16Les fouilles d’Aššur ont enfin mis au jour plusieurs bibliothèques, parfois associées à des archives, dans des bâtiments officiels comme dans des maisons privées15. Si l’on excepte les copies de rituels ou d’édits royaux, les textes littéraires ou techniques qui y étaient conservés ne renseignent pas directement sur le statut ou les activités des membres du clergé. Ils offrent cependant un éclairage précieux sur ce qu’était la culture des lettrés d’Aššur. Les colophons des tablettes de bibliothèques16 apportent en outre des informations sur les copistes ou les propriétaires des ouvrages, en mentionnant souvent leurs noms et titres, et éventuellement leur généalogie. On y trouve aussi parfois des indications sur l’origine des manuscrits originaux ayant permis de réaliser la copie.

17Si l’on considère plus précisément la provenance de ces documents, on peut relever les lieux de découvertes suivants dans la ville même d’Aššur :

    • 17 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 12-28 (N.1) ; Archives and Libraries i (...)

    la cour sud-ouest du temple d’Aššur et les salles attenantes ont livré un ensemble d’au moins 300 tablettes17. La plupart d’entre elles constituaient une bibliothèque, qui contenait en particulier une soixantaine de textes datant de l’époque médioassyrienne.

    • 18 KAV 114 = SAA XIII 1.
    • 19 KAV 113 = SAA XIII 40 et KAV 112 = SAA XIII 41 (lettre retrouvée avec son enveloppe, KAV 206 = SAA (...)

    Parmi les textes d’archives trouvés en ce lieu, on peut signaler quelques documents administratifs et surtout trois lettres : un message du roi (sans doute Assurbanipal) à trois administrateurs du temple18 et deux autres échangés entre membres du clergé19 ;

    • 20 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 76-81 (N.5) ; Archives and Libraries i (...)

    le palais sud, construit à l’origine par Sennacherib pour l’un de ses fils, Aššur-ilī-muballissu, a livré quant à lui plus de 90 tablettes, formant une bibliothèque centrée surtout sur la littérature exorcistique et aussi une petite archive20 ;

    • 21 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 41-76 (N.4) ; Archives and Libraries i (...)

    pour ce qui concerne les demeures privées, la découverte la plus spectaculaire a été réalisée dans la maison d’une famille d’exorcistes située dans la partie orientale de Libbi āli. Cette maison contenait quelques documents d’archives, mais surtout, dans une pièce séparée, la plus grande bibliothèque privée néoassyrienne que l’on ait retrouvée à ce jour, comportant plus de 800 tablettes, datant pour la plupart du viie siècle21.

18D’après l’étude des colophons, il est probable que cette bibliothèque appartint, dans la dernière phase de son existence, à l’exorciste Kiṣir-Aššur, contemporain d’Assurbanipal et à son neveu Kiṣir-Nabû. Les colophons mentionnent cependant d’autres copistes, parmi lesquels Aššur-šākin-šumi, membre d’une famille de prêtres d’Aššur et Ninurta, des descendants de Bēl-kundi-ilā’i, Chef scribe et scribe du temple d’Aššur, ou diverses personnes appartenant à des familles de « scribes assyriens » (ṭupšarru aššurû). Cela suggère que l’histoire de la constitution de cette bibliothèque a été relativement complexe ;

194) deux autres demeures, contenant des bibliothèques de taille moyenne et quelques documents d’archives, ont été fouillées dans les quartiers proches des grands sanctuaires.

  • 22 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 29-34 (N.2) ; Archives and Libraries i (...)
  • 23 L’œuvre appelée Péché de Sargon oppose par exemple deux catégories de devins : les haruspices et le (...)
  • 24 Parmi lesquels la première partie des hémérologies d’Aššur, les tablettes 1 et 2 du compendium Mul- (...)

20À proximité du coin oriental de la grande ziqqurat, se trouvait la maison d’une famille de « scribes assyriens », parmi lesquels Nabû-aha-iddina et son fils Šumma-balaṭ22. Il est possible que « scribe assyrien » soit une expression pour désigner les astrologues23. La bibliothèque contenait en tout cas divers ouvrages techniques relevant de la compétence des devins que nous appelons « astrologues »24.

  • 25 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 34-41 (N.3) ; Archives and Libraries i (...)

21Une maison qui appartenait à des nargallu (« chef chantres »), était d’autre part située dans le quartier qui s’étendait au sud du temple d’Aššur25. La bibliothèque, de plus de 130 tablettes, comportait une importante collection d’hymnes, parmi lesquels plusieurs hymnes royaux, mais aussi des fragments de textes littéraires célèbres, comme Gilgameš, l’Enūma eliš, la Descente d’Ištar, Anzû, Etana ou la Fable du renard ;

225) enfin, trois autres bibliothèques, de tailles nettement plus réduites, ont été exhumées dans la partie sud de Libbi āli.

  • 26 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 81-82 (N.6) ; Archives and Libraries i (...)
  • 27 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 83-84 (N.7) ; Archives and Libraries i (...)
  • 28 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 84-85 (N.8) ; Archives and Libraries i (...)

23L’une d’elle26 contenait, parmi une vingtaine de tablettes, le texte littéraire atypique que l’on appelle Vision du monde infernal par un prince assyrien. La seconde27, composée de 25 tablettes, contenait notamment plusieurs textes épiques et une liste synchronique de rois assyriens et babyloniens. La troisième28 ne comportait quant à elle que huit tablettes.

24À cette documentation provenant d’Aššur, il convient d’ajouter des messages au roi retrouvés à Ninive, mais expédiés par des membres du clergé d’Aššur ou par des dignitaires ayant à s’occuper d’affaires concernant les sanctuaires de la ville.

  • 29 SAA VIII 100-112, SAA X 84-108, SAA XIII 16.
  • 30 SAA XIII 25-29.
  • 31 Sîn-na’di était le hazannu de la porte d’Aššur. Pour les fonctions de ce personnage, voir K. Radner (...)
  • 32 SAA XIII 32-33.
  • 33 SAA XIII 8-17.
  • 34 SAA XIII 18-24.

25L’ensemble le plus conséquent est formé par les trente-neuf messages d’Akkullānu29, qui traitent d’omina astrologiques, mais aussi de questions relatives au clergé et au temple d’Aššur. Parmi les autres auteurs, on peut signaler Sîn-na’di30, l’un des trois hazannu (« maire ») d’Aššur31 et chef des orfèvres du temple d’Aššur, Mutakkil-Aššur, prêtre adjoint32, Marduk-šallim-ahhē, scribe du temple d’Aššur33 et Dādî (titre inconnu34).

B. LES ACTIVITÉS DE QUELQUES MEMBRES DU CLERGÉ DU DIEU AŠŠUR

26Une étude exhaustive des activités des membres du clergé de la ville dépasserait largement le cadre de cet article et je limiterai donc ma présentation au clergé du dieu Aššur, pour lequel la documentation épistolaire est plus abondante. Ce dernier fait est d’ailleurs directement lié à l’importance du dieu national.

  • 35 Ass. 13956 : B. Menzel, Assyrische Tempel, T 18-19.
  • 36 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 67, N.4 no 330.

27Une ordonnance royale promulguée par un roi du nom de Šulmānu-ašarēd35 et dont une copie a été retrouvée dans la bibliothèque de l’exorciste Kiṣir-Aššur36 contient dans sa première colonne la liste la plus éclairante sur la hiérarchie des principaux membres du clergé du temple. Cette liste est divisée par des traits horizontaux en trois groupes d’importances inégales.

i5

lú-sanga šá Aš-šur

le prêtre d’Aššur

i10

lú-sanga 2-u
lú-a-ba é-dingir
lah-hi-nu
lú-sanga dše-ru-u-a
lú-ni-du8 gal
lú-gala-mah

le prêtre adjoint
le scribe du temple
l’économe
le prêtre de Šērū’a
le portier en chef
le chef lamentateur

i15

lú-sanga den-tùr
lú-sanga é mu
šá ugu é
šá ugu šá-hu-ri
lú-nàr-gál ša é da-šur
lú-kaš-lul
lú-[…]
[…………………………………]

le prêtre de Bēl-tarbaṣi
le prêtre de la maison du cuisinier
le surveillant du temple
le surveillant du šahūru
le chef chantre du temple d’Aššur l’échanson
le […]
[…………………………………]

  • 37 Voir G. Van Driel, The Cult of Assur, p. 24-28.

28La première section ne comprend que le šangû d’Aššur, dont le rôle à la tête du clergé du temple est ainsi bien mis en évidence. Dans la seconde section, sont mentionnés le šangû en second, le scribe du temple, l’économe-lahhinu, le šangû de la parèdre d’Aššur Šērū’a, le portier en chef et le chef lamentateur. La troisième section, dont la fin est perdue, dresse la liste de personnages placés un peu moins haut dans la hiérarchie : le šangû de Bēl-tarbaṣi, le šangû de la maison du cuisinier, les surveillants du temple et du šahūru (terme qui désigne une partie du bâtiment37), le chef chantre et l’échanson.

  • 38 En particulier les murailles. Cf. e.g. W. Andrae, Das wiedererstandene Assur, p. 201-215.

29Cette liste reflète sans doute une organisation qui avait cours sous le règne du roi Salmanazar III (858-824), qui réalisa d’importantes constructions dans la ville38. Une datation de Salmanazar IV (782-773) ou de Salmanazar V (726-722) est moins probable, mais dans tous les cas, elle précède de plusieurs décennies la situation que documentent les sources épistolaires. Il faut donc tenir compte d’éventuelles évolutions, mais on constate néanmoins que les premiers personnages de la liste sont aussi les mieux attestés dans les sources datant des règnes d’Assarhaddon et Assurbanipal.

  • 39 B. Menzel, Assyrische Tempel, P 20-35.
  • 40 A.413 : B. Menzel, Assyrische Tempel, T 49-50.

30Par ailleurs, les rituels d’Aššur mentionnent plusieurs de ces titres pour désigner des personnages jouant un rôle actif dans la liturgie39 : il s’agit du šangû (sous-entendu d’Aššur) ou des šangû, des lamentateurs exécutant des hymnes pour obtenir la bienveillance des divinités, ou des chantres. Un rituel40 mentionne aussi les exorcistes et le šangû de la maison des cuisiniers. Pour la plupart de ces personnages, cette fonction liturgique ne représentait cependant qu’une partie de leurs activités. C’étaient également les administrateurs de la maisonnée divine, comme le montre bien la documentation épistolaire et, dans une moindre mesure, les archives administratives et juridiques.

  • 41 R. Jas, Neo-Assyrian Judicial Procedures, SAAS V, No 31. Pour les éponymes postcanoniques, on a sui (...)
  • 42 F. M. Fales et L. Jakob-Rost, SAAB V, 1991, p. 6-26.
  • 43 SAA XIII 40.

31Dans ce type de sources, le seul personnage qui soit explicitement qualifié de šangû d’Aššur est un certain Taqīša, qui préside la cour de justice dans un procès daté de 63141 et impliquant des hundurayyu, membres d’une sorte de guilde d’artisans liée au temple d’Aššur42. Le même personnage est aussi l’auteur d’une lettre archivée dans le temple d’Aššur43, adressée à Aššur-šarru-uṣur, qu’il appelle son « frère ». Aššur-šarru-uṣur est connu par ailleurs pour avoir été un économe-lahhinu dans les dernières années du règne d’Assurbanipal et le message traite des travaux que doivent accomplir des charpentiers pour Adad et Bābu.

  • 44 Pour cette proposition, voir déjà P. Villard, « Akk‚ llanu, astrologue, prêtre et juge », NABU 1998 (...)

32Au total, la documentation apparaît plutôt maigre pour un personnage de cette importance, sauf si l’on admet qu’Akkullānu ait été le šangû d’Aššur à la fin du règne d’Assarhaddon et dans la première moitié de celui d’Assurbanipal44.

šangû d’Aššur

Akkullānu (Assarhaddon, Assurbanipal) Taqīša (fin du règne d’Assurbanipal)

šangû šaniu « prêtre adjoint »

Aššur-na’di (Sargon II)
Mutakkil-Aššur (fin du règne d’Assurbanipal)

ṭupšar bīti « scribe du temple »

Bēl-kundi-ilā’i (viiie s.)
Nabû-mušēṣi (Assarhaddon, Assurbanipal ?)
Aššur-mudammiq ? (contemporain d’Akkullānu)
Marduk-šallim-ahhē (contemporain d’Akkullānu)

lahhinu « économe »

Dādî ? (fin du règne d’Assarhaddon)
Aššur-šarru-uṣur (contemporain d’Akkullānu et Taqīša)
Aššur-mudammiq ? (contemporain de Taqīša)

Tableau 1 – Les principaux membres du clergé d’Aššur à la fin de l’Empire néoassyrien

  • 45 ABL 539 : r.14. Cf. S. Parpola, Letters from Assyrian Scholars to the Kings Esarhaddon and Assurban (...)
  • 46 R. Jas, SAAS V, no 21.
  • 47 Voir F. M. Fales et L. Jakob-Rost, SAAB V, p. 47.

33Akkullānu est bien connu pour avoir été l’un des astrologues les plus écoutés du souverain, mais de nombreux textes témoignent de sa place éminente dans le temple d’Aššur. Il est en particulier mentionné dans une lettre d’Assurbanipal à un allié babylonien, avec le titre d’ērib bīti d’Aššur, conféré à ceux qui avaient le privilège d’entrer dans la cella du dieu, parmi trois dignitaires qui doivent faire jurer un traité45. Or une autre tablette de procès impliquant des hundurayyu46, datée de 657, mentionne Akkullānu, le šangû en tête de la cour de justice devant Sîn-na’di, l’un des « maires » (hazannu) d’Aššur et Nabû-rēhtu-uṣur, un ša-muhhi-āli47. Ce rang protocolaire suffit à démontrer l’importance du personnage et sa correspondance confirme largement l’étendue de ses compétences.

  • 48 Par exemple la fête du kanūnu, en décembre-janvier : cf. SAA X 94 et 95. Voir S. Parpola, AOAT 5/2, (...)
  • 49 SAA X 98, à propos des fêtes de l’Akītu.
  • 50 SAA X 97 : r4-9.
  • 51 SAA X 96 : r1-29.

34À Aššur même, il s’occupait des sacrifices royaux lors de grandes fêtes48, supervisait le bon déroulement des processions des statues divines49, contrôlait l’apport des denrées destinées aux offrandes régulières ou l’utilisation des métaux précieux pour la réparation du mobilier divin. Dans la lettre SAA XIII 39, Nabûbessunu, qui est peut-être l’exorciste du temple d’Aššur, ordonne par exemple à Aššur-mudammiq de remettre deux ou trois mines d’argent à Akkullānu pour réparer les socles (des statues) d’Aššur et Mullissu. Deux missives d’Akkullānu montrent d’autre part qu’il proposait au roi la nomination de prêtres. L’une d’elle parle du šangû du temple d’Uraš qui doit être rasé (c’est-à-dire consacré)50, l’autre traite des cas du šangû de la maison du cuisinier, de celui de la maison du pâtissier et du chef boulanger (du temple d’Aššur)51.

  • 52 SAA X 107 et SAA XIII 16.
  • 53 SAA X 95.
  • 54 SAA X 99.

35On le voit également enquêter sur un vol de plats en or commis dans le temple d’Aššur52 et agir comme juge dans plusieurs affaires concernant des artisans liés au temple. En d’autres occurrences, il transmit au roi des informations sur des prêtres de Ninive53 ou sur le meurtre de prêtres de Kalhu54.

  • 55 Voir P. Villard, « La fonction de juge à l’époque néo-assyrienne », Droit et Cultures 47, 2004/1, p (...)
  • 56 SAA X 87.

36À travers l’étude du matériel concernant Akkullānu, on comprend donc clairement que le šangû placé à la tête d’un grand sanctuaire n’était pas seulement un prêtre, mais aussi une sorte d’administrateur général. Et du fait de l’importance du sanctuaire dont il avait la charge, le šangû d’Aššur avait aussi un rôle judiciaire55 et politique. On a déjà vu qu’Akkullānu avait été choisi pour faire jurer un traité à un allié. En une autre occasion, il eut à recevoir des émissaires venus de Bīt-kāri, à la frontière mède56.

  • 57 Son titre est donné dans SAA I 75 r2.
  • 58 SAA XIII 30.
  • 59 SAA XIII 33.
  • 60 Voir la notice de H. D. Baker, in H. D. Baker (éd.), PNA 2/I, p. 574, n19.
  • 61 SAA XIII 32.

37Les personnages portant le titre de šangû šaniu (« prêtre en second » ou « prêtre adjoint ») d’Aššur sont nettement moins bien documentés. En poste sous le règne de Sargon II (721-705), Aššur-na’di57 est l’auteur d’une lettre mal conservée58 concernant les conduites d’eau du temple. D’autre part, les fonctions de Mutakkil-Aššur peuvent être datées par une lettre59 qu’il envoya conjointement avec Issār-na’di, hazannu d’Aššur à la fin du règne d’Assurbanipal60. Il s’agissait d’une plainte contre des chefs de mercenaires itu’éens corrompus, détournant des biens d’Aššur. Dans une autre lettre très lacuneuse61, Mutakkil-Aššur cite un ordre royal lui demandant l’envoi de statues divines pour faire jurer un traité.

38Ces quelques documents montrent que le šangû šaniu avait des fonctions administratives générales, mais les données sont trop peu étoffées pour savoir s’il existait une sorte de partage des compétences avec son supérieur. Il est en outre probable que les lettres au souverain du šangû šaniu correspondent à des absences du šangû principal.

  • 62 SAA XIII 8-16.
  • 63 SAA XIII 13.

39Le seul scribe du temple (ṭupšarb bīti) qui ait laissé une correspondance un peu conséquente62 est Marduk-šallim-ahhē, qui fut contemporain d’Akkullānu. Plusieurs de ses lettres montrent qu’il avait à s’occuper du repas servi quotidiennement devant Aššur. Mais c’était aussi l’un des responsables de la gestion des domaines du dieu, comme le suggère un message63 où il est question des champs et du grain d’Égyptiens et de Kušites. Ces gens avaient probablement été déportés à la suite des campagnes égyptiennes d’Assarhaddon ou Assurbanipal et installés comme main-d’œuvre sur les terres du dieu.

  • 64 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 46-47.

40Les personnages qui exercèrent cette charge avant Marduk-šallim-ahhē sont essentiellement connus par les colophons de tablettes de la bibliothèque des exorcistes64.

41Bēl-kundi-ilā’i, qui vécut au viiie siècle, était à la fois grand scribe et scribe du temple d’Aššur. Son fils Nabû-mušēṣi apparaît aussi avec le titre de « scribe du temple d’Aššur ». Le titre de son petit-fils Aššur-mudammiq n’est pas mentionné, mais il est probable qu’il ait également exercé cette charge. Il est en effet le destinataire de la lettre SAA XIII 39, où il apparaît comme gestionnaire des biens du dieu, puisqu’il doit remettre à Akkullānu deux ou trois mines d’argent pour les réparations des estrades divines.

Tableau 2 – La famille de Bēl-kundi-ilā’i

  • 65 Voir CAD A1, s.v. alahhinu, p. 296a.
  • 66 VAT 9849. Cf. B. Menzel, Assyrische Tempel, p. 224, n. 2998 et O. Pedersén, Archives and Libraries (...)
  • 67 SAA XIII 1.
  • 68 SAA XIII 41.

42Parmi les administrateurs les plus importants du temple d’Aššur, il faut encore citer le ou les lahhinu. Le titre pourrait désigner à l’origine un responsable des greniers65, mais dans les temples néoassyriens, les lahhinu ont manifestement des compétences plus générales dans la gestion des magasins du temple. Une tablette administrative du temple d’Aššur donne par exemple une liste d’étoffes en provenance du pays de Hamath, sur l’Oronte, dont un lahhinu est responsable66, alors que la lettre royale retrouvée dans le même lieu67 fait état d’un stock de serpentine qui se trouve dans un magasin appelé bīt lahhini, « maison du lahhinu ». Les archives du temple contenaient enfin le message d’un lahhinu à un autre lahhinu68, à propos de l’envoi d’hundurayyu, qui doivent réaliser un travail sur des étoffes. Cela indique que la fonction avait été dédoublée et que deux personnes portaient simultanément le titre, du moins à la fin de la période néoassyrienne.

  • 69 Il fut sans doute aussi contemporain d’Akkullānu. Selon SAAS V 46 : 17, il est témoin devant Aššur- (...)
  • 70 VAT 8232 : r14. Voir la notice d’E. Frahm et K. Radner, PNA 1/I, p. 220, no 17.
  • 71 Une autre possibilité est que cet Aššur-mudammiq soit le scribe du temple contemporain d’Akkullānu.
  • 72 SAA XIII 18-24.

43Le seul individu que l’on puisse formellement identifier à un lahhinu est Aššur-šarru-uṣur, contemporain du šangû Taqīša69, qui apparaît avec ce titre dans une liste de témoins d’un document daté de 63170. Il est cependant possible que le personnage du nom d’Aššur-mudammiq, qui reçut avec lui la lettre royale mentionnée plus haut ait été aussi un lahhinu71. Pour la période antérieure, un candidat pourrait être Dādî, auteur de sept lettres au roi72, dont l’une mentionne le šangû et le scribe du temple d’Aššur.

  • 73 SAA X 96.

44Le personnel subalterne est logiquement moins bien documenté et lorsqu’il apparaît dans la correspondance, c’est le plus souvent à l’occasion de nominations. Dans une lettre d’Akkullānu déjà mentionnée plus haut73, il est question de la consécration du šangû de la maison du cuisinier, du šangû de la maison du pâtissier et du chef boulanger. On apprend à cette occasion que le šangû de la maison du cuisinier était chargé d’apprêter la table d’Aššur, mais sa fonction principale devait être d’administrer la partie du bâtiment appelée « maison du cuisinier ». De même, les šangû de Šērū’a et de Bēl-tarbaṣi, qui apparaissent dans l’ordonnance de Salmanazar, avaient sans doute à s’occuper de la gestion des chapelles de ces divinités à l’intérieur du temple d’Aššur.

  • 74 SAA I 75 : 6-r5 ina ugu lú.šá–ugu–é ša é–aš-[ur] / ša me-e-tu-ni / ša ina pa-an lugal en-ia / a-qa- (...)

45D’après les candidats proposés par Akkullānu, on voit d’autre part que la coutume la plus générale était qu’un fils succède à son père. Mais certaines successions étaient peut-être moins automatiques, comme le suggère ce passage d’une lettre du gouverneur d’Aššur Ṭāb-ṣil-Ešarra à Sargon II : « Concernant le ša muhhi bīti (“surveillant du temple”) d’Aššur qui est mort, à propos duquel j’avais dit en présence de mon seigneur : “il a un fils et un neveu”, à présent son fils, son neveu et Simānāyu, fils de Nabû-balliṭ, cousin d’Aššur-na’di, le šangû adjoint, sont partis pour (se rendre) devant le roi mon seigneur74. »

  • 75 SAA X 102 : 6’. Cf. P Villard, « Kiṣir-Aššur et la bibliothèque de Ninive », NABU 1998/2.
  • 76 SAA XIII 155.

46On pourrait enfin s’étonner de la quasi-absence des exorcistes dans la documentation épistolaire. Kiṣir-Aššur n’est cité que dans une lettre d’Akkullānu75, comme copiste d’une série lexicale, et dans le message d’un auteur anonyme76, qui le mentionne parmi plusieurs personnes, dont le ša muhhi bīti Dāri-šarru, qui doivent accomplir un rituel avant les sacrifices de Libbi āli.

47La richesse de la bibliothèque des exorcistes du temple d’Aššur montre cependant qu’ils figuraient parmi les meilleurs lettrés de la ville et d’autre part, les colophons d’une série de tablettes conservées dans leur maison témoignent de liens avec la famille de Bēl-kundi-ilā’i, qui fournit plusieurs scribes du temple d’Aššur.

48La raison de cette relative discrétion tient sans doute au fait que les fonctions des exorcistes étaient beaucoup plus rituelles qu’administratives.

  • 77 C’est originellement un échanson, appelé à ce titre à conserver la vaisselle précieuse. Voir B. Laf (...)

49On notera toutefois que le grand-père de Kiṣir-Aššur, Bābu-šumu-ibni, était à la fois zabardabbû et exorciste. Ce titre de zabardabbû n’était peut-être ici qu’une dignité, mais il désigne habituellement une sorte de trésorier77. Peut-être faut-il aussi identifier Nabû-bessunu, fils de Bābu-šumu-ibni, au personnage du même nom qui écrivit à Aššur-mudammiq, pour l’inviter à remettre une quantité d’argent à Akkullānu (SAA XIII 39). Il est donc possible que des exorcistes aient également exercé des fonctions de trésoriers, du moins jusqu’au règne d’Assarhaddon. Il n’existe en revanche aucun indice de ces attributions à l’époque où Ki◊ir- Aššur était en fonction.

Tableau 3 – La famille de Bābu-šumu-ibni

  • 78 NAPATA 16 : 16-17.
  • 79 NAPATA 71 : 34-40.

50L’étude de la documentation existant sur ces quelques personnages confirme assez bien la hiérarchie qui apparaissait dans l’ordonnance de Salmanazar. On retire d’ailleurs la même impression des listes de témoins des tablettes juridiques où apparaissent des membres du clergé. Le šangû d’Aššur est cité avant un hazannu78, le scribe du temple d’Aššur précédait le lahhinu, qui précédait lui-même les šangû des autres sanctuaires de la ville79, etc.

51Mais malgré cela, le titulaire d’une fonction supérieure ne paraît pas avoir toujours eu pleine autorité sur les inférieurs. Par exemple, Akkullānu dépend du scribe du temple pour obtenir les métaux précieux qu’il remettra ensuite à des artisans et Taqīša écrit à un lahhinu en lui disant « mon frère » (SAA XIII 40), ce qui implique que la différence de statut n’est pas très grande. Il semble en fait que chacun ait eu un domaine de compétences, sur lequel ses collègues ne pouvaient empiéter, système qui avait sûrement pour but d’instaurer une surveillance réciproque et de limiter le plus possible le détournement des richesses du temple.

C. L’APPROVISIONNEMENT DU TEMPLE D’AŠŠUR ET LE SYSTÈME DU TOUR DE RÔLE

52Quelles que soient les fonctions exactes de ses membres, la mission fondamentale du clergé était de tout faire pour que le service du dieu, dont le roi était responsable en dernier ressort, soit bien accompli. L’un des éléments fondamentaux de ce service était la présentation d’offrandes de nourritures, sur la table divine, pour le repas du dieu. Toute grande divinité devait ainsi recevoir des « offrandes ordinaires » (traduction conventionnelle de ginû) et des « offrandes régulières » (traduction conventionnelle de dariu). Les « offrandes ordinaires » correspondaient aux repas quotidiens du dieu, les « offrandes régulières » s’ajoutaient aux premières en certains jours du calendrier. La quantité servie était souvent considérable, d’autant plus que les restes de la table divine, une fois que le dieu avait humé le fumet des plats, étaient redistribués. Pour se procurer les denrées nécessaires, les temples disposaient de propriétés foncières, alors que d’autres domaines supportaient l’obligation de fournir au dieu certaines quantités de produits. De plus, certains responsables de provinces étaient astreints à des envois réguliers.

  • 80 SAA XII 80.
  • 81 Cf. e.g. NAPATA 63, 68, 84, etc.

53On dispose par exemple d’un document qui dresse la liste des offrandes de vin que des dignitaires doivent envoyer au temple d’Aššur80. Sont ainsi mentionnés les gouverneurs de Habrūri (près d’Arbèles), de Kalhu, de Dūr-Šarru-kīn et d’Izalla (dans le Tur Abdin), ainsi que le turtānu (« général en chef ») et le rab šāqê (« grand échanson »). Certains de ces envois sont appelésšātu, « premiers fruits » et devaient correspondre, au moins à l’origine, aux prémices de la récolte. Une partie devait ensuite être commercialisée, puisque les contrats de prêts précisent parfois que l’argent prêté provient des « premiers fruits d’Aššur »81.

  • 82 Le système est brièvement décrit dans S. W. Cole et P. Machinist, SAA XIII p. XVI et de façon un pe (...)

54Un tel système était commun à tous les grands sanctuaires, mais pour le dieu national, il revêtait une ampleur et surtout une extension géographique particulière82, ce qui apparaît clairement à la lecture de la correspondance d’Akkullānu et de Marduk- šallim-ahhē.

55Le texte le plus éclairant est une missive d’Akkullānu, SAA X 96 :

56« Concernant les offrandes régulières (dariu) de moutons et les offrandes ordinaires (ginû) à Aššur, à propos desquelles le roi mon seigneur avait écrit à son serviteur : “Qui parmi les dignitaires n’a pas accepté de les donner ?”, n’ayant pas (encore) pu le déterminer, je n’avais pas écrit hier au roi mon seigneur. (Mais à présent), voici les dignitaires qui n’ont pas donné les offrandes régulières en moutons :

57Les gouverneurs de Barhalzi, Raṣappa, Kilizi, Isana, Tillê, Kullania et Arpad. (Voilà) tous ceux qui n’ont pas donné les offrandes régulières de moutons.

  • 83 SAA X 96 : 5-25 ina ugu udu.da-ri-e gi-né-e ša aš-šur / ša lugal be-lí a-na lú-arad-šú iš-pur-an-ni (...)

58Et Raṣappa, Barhalzi, Diquqina, le chef des greniers, Dayyān-Adad, Isana, Halzi-atbāri, Birtu, Arzūhina, Arbèles, Gūzāna, Šahuppa, Tamnūna, Talmūsa. (Voilà) tous ceux qui n’ont pas donné les offrandes ordinaires d’orge et d’épeautre. »83

59Cette liste montre qu’Aššur recevait des envois d’une grande partie des provinces de l’Empire : Barhalzi, Kilizi, Dayyān-Adad, Birtu, Arbèles, Šahuppa, Tamnūna et Talmūsa étaient situées en Assyrie proprement dite, Halzi-atbāri dans la région de Halahhu, au nord de l’Assyrie, Arzūhina dans la vallée du Zab inférieur, Isana, Tillê, Diduqina et Gūzāna dans la région du Habur, Raṣappa dans la région du Balīh, Kullania et Arpad en Syrie du Nord, près d’Alep.

60Il faut garder à l’esprit que cette liste mentionne seulement les gouverneurs qui ne sont pas à jour de leurs contributions. Le nombre de provinces assujetties à ces versements devait donc être nettement plus important. L’absence de villes babyloniennes ne doit cependant pas être un hasard. La Babylonie ne fut jamais véritablement intégrée au système provincial et constituait au début du règne d’Assurbanipal un vice-royaume dirigé par Šamaš-šumu-ukīn, le frère du roi. Il aurait été de plus politiquement maladroit d’empiéter sur les prérogatives des très anciens sanctuaires locaux.

  • 84 Ce que montre une archive administrative (VAS 19 21, 25, 49, 56, 62, 73) datant du règne de Tiglath (...)

61À considérer la liste de villes dont on dispose, il est en fait probable que l’obligation d’approvisionner le sanctuaire d’Aššur concerna d’abord les villes assyriennes. Avec la conquête, le système s’imposa à toute la haute Mésopotamie84, puis aux provinces syriennes lorsque l’Empire s’étendit au-delà de l’Euphrate.

  • 85 SAA XIII 18 : 5-12 2 gud 20 udu-meš / siskur-meš ša šà man ša uru.di-qu-qi-na / la na-ṣu-ú-ni lugal(...)
  • 86 SAA XIII 21 : 5-9 [d]e ?-e-nu / ad-ka [ip]-ta-[ra-as ?] /10-lim udu-meš [o] x [o o] / mu-an-na p[a- (...)
  • 87 SAA XIII 46 : 3’-11’[ina ugu udu-sisku]r-meš ša ud-5-kám / [ša lugal b]e-li ina ugu lú-gal–kaš-lul (...)

62Quelques autres messages émanant de membres du clergé DAššur permettent d’autre part d’apporter des précisions supplémentaires. Dādî se plaint en une occasion de ce que des bœufs et des moutons de sacrifice n’ont pas été envoyés par la ville de Diquqina85. Dans un autre de ses messages, il est question de 10 000 ovins pour les contributions annuelles de Raṣappa et Arzūhina86. Une autre lettre encore, dont l’auteur est perdu, signale que les sacrifices du cinquième jour (d’un mois non précisé) sont à la charge du grand échanson87.

  • 88 SAA XIII 8 : 15-r1 ; SAA XIII 9 : 15-r1 ; SAA XIII 10 : 15-r2.
  • 89 Cf. e.g. SAA XIII 10 : 15-r13 [ud-5-kam] an-ni-u ša iti-a[b] / [š]a uru.tal-mu-si / [š]u-ú / [l] a (...)
  • 90 SAA XIII 11 : 2’-4’. La récurrence des attestations du cinquième jour du mois suggère qu’il s’agit (...)

63Mais le fait le plus intéressant est révélé par la correspondance du scribe du temple Marduk-šallim-ahhē. Dans trois messages88, il rappelle au roi que le cinquième jour du mois de Kanūnu (mois x, décembre-janvier) est celui de la ville de Talmūsa, mais que rien n’est venu, ni bœufs, ni moutons. Il Assure cependant que tout le repas a bien été servi à Aššur et aux dieux du roi89, sans doute en puisant dans les réserves du temple. Une autre missive contient à peu près la même plainte, mais cette fois à propos du cinquième jour90 d’un mois non connu, relevant de la ville de Kurba’il (en Assyrie).

64Il ressort de cela que certains jours, ou peut-être chaque jour du calendrier cultuel étaient associés à un district précis, selon une sorte de tour de rôle, et placés sous la responsabilité d’un dignitaire, qui avait la charge d’expédier des denrées pour le banquet divin.

65De cette manière, était soulignée la propriété éminente du dieu national sur l’ensemble du pays d’Aššur. D’une certaine façon, cette organisation rappelle celle qui était en usage dans l’empire d’Ur III, à la fin du IIIe millénaire où chaque province devait fournir à tour de rôle des denrées pour le temple d’Enlil à Nippur, capitale religieuse de l’Empire (système du b a l a).

  • 91 Pour la datation du texte, voir S. W. Cole et P. Machinist, SAA XIII, p. 34.
  • 92 SAA XIII 31 : 4-r10 an-nu-rig sag-meš / ša kur-ka ha-mu-su / šá uru.bar-hal-zi mi-mi-ni / la-a na-ṣ (...)

66Le nombre de gouverneurs défaillants, d’après la lettre d’Akkullānu, pourrait aussi faire croire à une crise du système, dont pourrait aussi faire écho la lettre d’un certain Nādin-Aššur, adressée peut-être à Sargon II91. Nādin-Aššur se plaint de ce que personne n’apporte de Barhalzi les premiers fruits du pays, ni la taxe d’un cinquième (hamussu) : il conseille au roi de sévir en faisant valoir que si un seul gouverneur n’apporte pas la taxe-hamussu, tous les autres seront tentés de l’imiter92.

67Il faut néanmoins se garder de conclusions hâtives, car dans le cas d’une organisation bien rodée, on n’écrivait au roi que lorsque quelque chose allait mal. On retrouve là un paradoxe de l’historien de l’Antiquité, qui ne peut souvent décrire une institution qu’à travers ses dysfonctionnements. Mais la lettre d’Akkullānu pourrait quand même refléter une certaine désorganisation au début du règne d’Assurbanipal, à la suite de changements de personnel dans l’administration.

68Ce dossier illustre en tout cas l’importance des membres du clergé d’Aššur, dont la position leur permettait de traiter avec les gouverneurs de provinces et de contrôler certains aspects de leur gestion.

D. UNE SPÉCIFICITÉ CULTURELLE D’AŠŠUR ?

69Pour finir, je voudrais m’éloigner un peu des aspects administratifs, pour aborder la question d’un éventuel particularisme culturel des lettrés de la ville d’Aššur. Le statut particulier de la ville, ainsi que les riches trouvailles des bibliothèques incitent à entreprendre une enquête en ce sens. Il est en particulier tentant de comparer les ouvrages que possédaient les lettrés d’Aššur avec ceux que contenaient à la même époque les bibliothèques royales de Ninive, mais cette entreprise doit tenir compte des hasards de la découverte.

70La bibliothèque de la maison des exorcistes a par exemple livré des traités que l’on n’a pas retrouvés en d’autres lieux, comme le fameux Manuel de l’exorciste, énumérant plus de cent titres d’ouvrages que le postulant devait étudier pour parvenir à la maîtrise. Ce texte est très important pour l’étude du corpus de référence de la profession et aussi pour comprendre le mode de formation des lettrés. Il éclaire sur ce point les informations que donnent les colophons, en particulier ceux des tablettes copiées par Kiṣir-Aššur, sur les différentes étapes à parcourir entre le statut de jeune élève et celui de maître.

71Mais malgré son caractère unique, il n’est pas particulièrement spécifique d’Aššur. Le propriétaire de la tablette, Kiṣir-Nabû, précise qu’il l’a copiée sur un exemplaire plus ancien et une partie du traité reprend explicitement une liste élaborée par un lettré babylonien, Esagil-kīn-apli. C’est simplement parce qu’on a eu la chance de fouiller la demeure d’une famille d’exorcistes, qui servait en outre de lieu de formation, que des ouvrages de ce genre ont été retrouvés.

  • 93 SAA III 8 ; O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 38 (N.3 no 9).
  • 94 VAT 8807. W. G. Lambert, Babylonian Wisdom Literature, Oxford, 1960, p. 214-220. La tablette est da (...)

72On pourrait faire des remarques similaires sur quelques autres œuvres qui ne sont connues que par des manuscrits d’Aššur. Il y a en effet assez peu de chances pour que l’Hymne à la ville d’Arbèles93 contenu dans la bibliothèque de la maison des nargallu (les chefs chantres) ait été composé à Aššur même. Quant au recueil de courtes fables que l’on appelle Historiettes d’Aššur94, il doit son nom au lieu de sa découverte, mais même si le manuscrit dont on dispose est rédigé en dialecte assyrien tardif, on ne peut exclure qu’un exemplaire plus ancien soit un jour exhumé sur un autre site.

73Si l’on veut chercher des traces d’un particularisme culturel d’Aššur, il est donc préférable de considérer en premier les documents et les faits que l’on peut mettre en relation avec l’histoire de la ville.

74Parmi les œuvres clairement liées au statut de capitale religieuse d’Aššur, on peut citer les rituels du dieu poliade et leurs commentaires, ainsi que des œuvres comme l’Hymne de couronnement d’Assurbanipal, ou la lettre de Sargon II à Aššur relatant la campagne de 714 contre l’Urartu.

  • 95 SAA III 11 ; O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 73 (N.4 n548).

75L’Hymne qui fut composé à l’occasion du couronnement d’Assurbanipal95 et qui figurait dans les collections de la maison des exorcistes présente le grand intérêt historique de montrer que le cérémonial n’avait guère évolué depuis l’époque médioassyrienne, pour laquelle nous disposons d’un rituel complet. On y retrouve en effet les formules prononcées par le šangû d’Aššur, telles que « Aššur est roi, Aššur est vraiment roi » ou « Puissent les dieux lui donner un sceptre droit pour élargir le pays et ses peuples ». Ce rappel de la théocratie assyrienne ne pouvait que plaire aux ressortissants d’Aššur, de même que les vœux promettant à la ville un prix exceptionnellement favorable pour les produits de base (grain, huile et laine).

  • 96 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 71 (N.4 no 477).

76La lettre de Sargon II au dieu Aššur et à la ville, provenant de la même bibliothèque96, constitue une autre illustration des hommages rendus par les rois à l’ancienne capitale. Après leurs victoires les plus éclatantes, les rois faisaient porter au sanctuaire du dieu national un long compte rendu en style épique, incluant une liste détaillée du butin, pour qu’il soit lu en public. Quelques textes de ce type sont connus, dont un autre, rédigé en 673 après la victoire d’Assarhaddon contre le Šubria, est à peu près complet. Ces documents abondent en détails pittoresques, mais ce qui intéresse le plus la présente étude est le lieu de découverte du manuscrit, ainsi que la notice finale, séparée de ce qui précède par une ligne horizontale.

  • 97 W. Mayer, « Sargons Feldzug gegen Urartu – 714 v. Chr. Text und Übersetzung », MDOG 115, 1983, p. 1 (...)

77« Un combattant en char, deux cavaliers et trois éclaireurs furent tués. J’ai fait porter (ce compte rendu) à Aššur mon seigneur par le “rapporteur” Ṭāb-šār-Aššur, le grand trésorier. Tablette de Nabû-šallimšunu, le chef scribe du roi, le grand scribe, le maître-érudit de Sargon, roi du pays d’Aššur, le premier-né de Harmakku scribe du roi, ressortissant d’Aššur »97.

  • 98 Cf. R. Borger, Die Inschriften Asarhaddons, Königs von Assyrien, AfO Beiheft 9, Graz, 1956, p. 107  (...)
  • 99 Ce même Nabû-šallimšunu est mentionné avec le titre de « scribe du roi » dans un rapport de rituel (...)

78La formule stéréotypée sur les pertes, ainsi que la mention du nom du dignitaire ayant apporté la lettre étaient imposées par les règles du genre, comme le montre la comparaison avec la lettre d’Assarhaddon98. En revanche, l’indication du nom du rédacteur représente un unicum. Les convenances voulaient en effet que les lettrés rédigeant les textes où le souverain s’exprimait à la première personne, telles que les inscriptions royales, restent anonymes. Dans le cas présent, on n’a pas affaire au document officiel, mais à une copie, sans doute réalisée par un ancêtre de Kiṣir-Aššur qui avait accès à la bibliothèque du temple. Le nom de l’auteur fut alors rajouté par le copiste, qui voulait conserver le souvenir d’un lettré originaire d’Aššur, et qui était parvenu à de très hautes fonctions sous le règne de Sargon II99 : le terme ummânu, « maître-érudit » désignait en effet le chef des lettrés de la cour.

  • 100 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 69 (N.4 no 451).
  • 101 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 64 (N.4 no 173).
  • 102 SAA X 100 : r6-7.

79Une autre caractéristique des bibliothèques d’Aššur est d’avoir conservé des tablettes anciennes, ou des copies de tablettes anciennes qui étaient des raretés à l’époque néoassyrienne. On a vu que la bibliothèque du temple conservait des manuscrits médioassyriens. Celle de la maison des exorcistes comportait aussi les copies de quelques pièces antiques, comme une inscription d’Aššur-uballiṭ I (1366-1330)100 et surtout des incantations datant d’Hammu-rabi (1792-1750)101. On peut ajouter à cela qu’Akkullānu cite dans une de ses lettres à Assurbanipal102 un ancien rapport d’Ea-mušallim, astrologue au service du roi babylonien Marduk-nādin-ahhē (1100-1083). Cela suggère que l’on pouvait trouver à Aššur des collections d’anciens manuscrits babyloniens, ramenées peut-être à l’occasion de l’une des campagnes assyriennes vers le sud.

  • 103 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 84 (N.7 n12). Cf. S. Parpola, AOAT 5 (...)

80L’intérêt des lettrés d’Aššur pour l’histoire se traduit aussi par le nombre de manuscrits de listes royales. Le texte que l’on appelle Liste royale assyrienne, qui donnait la liste des souverains depuis les origines supposées, apparaît en plusieurs exemplaires, ce qui est attendu d’un document étroitement lié à l’histoire de la ville. Mais l’une des petites bibliothèques a également rendu une liste synchronique des rois assyriens et babyloniens103, qui commence à Erišum et Sumu-la-El (xixe s.), pour aller jusqu’à Assurbanipal et Kandalānu, et qui accompagne le nom des rois de celui de leurs ummânu (chefs des lettrés).

81Ce document dénote aussi une attention particulière aux rapports entre l’Assyrie et la Babylonie, qui n’est qu’un aspect d’une relation complexe avec la culture du sud. Les clercs d’Aššur, la plus méridionale des grandes villes assyriennes, reconnaissaient pleinement l’héritage culturel babylonien, comme le montrent les nombreuses tablettes qui, d’après les colophons, furent copiées sur des originaux babyloniens ou celles relatives à la personnalité du dieu Marduk. Mais d’autre part, des compositions comme la version assyrianisée du poème babylonien de la création (Enūma eliš), dans laquelle Aššur prend la place de Marduk, ou comme l’Ordalie de Marduk, qui en est une sorte de commentaire, témoignent d’une confrontation théologique entre le dieu d’Aššur et celui de Babylone.

  • 104 SAA III 32 ; O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 82 (N.6 no 2).
  • 105 SAA III 32 : 6-8 šá-lum-ma-tu im-ši-i-ma / [o o o o o o o o o o o]-x-it šà [šá pu]-luh-tú lab-šá-tu (...)
  • 106 SAA III 32 : r24.
  • 107 SAA III 32 : r26.

82On peut enfin considérer la Vision du monde infernal par un prince assyrien104, une composition qu’il est difficile de relier à l’histoire d’Aššur, mais qui, parce qu’elle est unique en son genre, mérite l’attention. Le début du texte est très lacuneux, mais paraît mettre en scène un souverain trop avide et qui néglige pour cela ses devoirs envers les dieux105. Par la suite, un personnage nommé Kummâ, qui est peut-être identique au roi du début, est transporté en rêve aux Enfers, royaume de Nergal et Ereškigal, où il a une série de visions effrayantes. Dans un discours que Nergal lui adresse, il est question d’un roi qui a reconstruit l’Akītu106 et d’un autre personnage, père de Kummâ, présenté comme un homme d’une vaste intelligence107. Il pourrait s’agir de Sennacherib et Assarhaddon, évoqués en termes voilés. Kummâ pourrait alors être un pseudonyme pour Assurbanipal.

  • 108 W. von Soden, « Die Unterweltvision eines assyrischen Kronprinzen », ZA 43, 1936, p. 6-7 ; A. Livin (...)

83Ce texte a souvent été considéré comme une œuvre de propagande royale108, mais cela reste à démontrer. Dans cette optique, l’emploi d’un pseudonyme pour Assurbanipal et le refus de mentionner explicitement ses prédécesseurs paraissent surprenants. On voit mal quel serait le dessein de cette propagande, ni à qui elle s’adresserait. Le texte se comprend sans doute mieux si on le prend pour un conte moral composé par un lettré d’Aššur à partir d’anecdotes qui circulaient sur le roi régnant. Cela suffirait à expliquer l’emploi d’un pseudonyme pour ce dernier.

  • 109 SAA III 32 : r23 [lugal š]á ul-tu a-ṣe-e dšam-ši a-di e-reb dutu-ši ma-ta-a-ti nap-har-ši-na ki-ma (...)

84Ainsi interprétée, l’œuvre témoignerait plutôt d’une certaine liberté d’esprit vis-à-vis de la propagande royale. Il est plus que probable qu’elle ait été composée à Aššur même, puisque le dieu éponyme y est appelé « le roi qui du Levant au Couchant, a fait s’aligner tous les pays, qui gouverne la totalité »109. Par là, elle peut être rapprochée d’autres documents qui rappellent que la royauté humaine est soumise à la royauté d’Aššur. C’est dans cet attachement à la théocratie assyrienne, qui rejoint peut-être un sentiment de nostalgie vis-à-vis de la grandeur politique passée de la ville, qu’il faut chercher l’essentiel de la spécificité culturelle d’Aššur.

Notas

1 Sur la survie d’Aššur après sa « destruction » par les Mèdes en 614, cf. e.g. A. Kuhrt, « The Assyrian Heartland in the Achaemenid Period », in P. Briant (éd.), Dans les pas des Dix-Mille, Pallas 43, Toulouse, 1995, p. 239-251, et en particulier p. 247-248. Sur la continuité des fêtes de l’Akītu jusqu’au iiie siècle au moins, voir aussi B. Aggoula, Inscriptions et graffites araméens d’Assur, Annali Suppl. 43, Naples, 1985 et J. Bidmead, The Akītu Festival, Piscataway, 2002 p. 37.

2 L’emploi est en partie comparable à celui d’ālum, « la Ville », à l’époque paléoassyrienne.

3 Cf. e.g. W. Andrae, Das wiedererstandene Assur, 2e édition, Munich, 1977, p. 103-112.

4 Sur les reconstructions du temple d’Aššur au cours de l’histoire, voir e.g. G. Van Driel, The Cult of Assur, Assen, 1969, p. 1-31.

5 Cf. e.g. G. Van Driel, The Cult of Assur, p. 162-165 et B. Pongratz-Leisten, Ina šulmi īrub, BAF 16, Mainz am Rhein, 1994, p. 115-132.

6 W. Andrae, Das wiederstandene Assur, p. 194-201.

7 E. Weidner, AfO 13, 1939-1940, p. 213-216.

8 Cf. e.g. SAA VII 97, SAAB IX (NAPATA 2) 77 : 8’-9’, 82: 2’, 94: 4, etc.

9 Nabû-šēzibanni, šá ugu é-man-meš, NAPATA 2 75 : 28. Pour é-man-meš, littéralement « maison des rois », comme désignation d’un mausolée, voir en dernier lieu SAAB IX, 1995, p. 44.

10 A. L. Oppenheim, « The city of Assur in 714 B.C. », JNES 19, 1960, p. 133-147 ; R. Borger, « Gottesbrief », RlA III, p. 575-576. On peut également noter la demande faite par Sîn-na’di, « maire » de Libbi āli, dans un contexte malheureusement lacuneux : « Puisse le roi mon seigneur envoyer un message aux habitants de Libbi āli » (SAA XIII 27 : 7-8 lugal be-lí a-na uru-šà-uru-a-a / liš-pu-ra).

11 Dont celle d’Urad-Šerū’a, contenant les archives d’une famille de hauts dignitaires. Voir J. N. Postgate, The Archive of Urad-Šerū’a and His Family. A Middle Assyrian Household in Government Service, Rome, 1988.

12 B. Menzel, Assyrische Tempel, Studia Pohl : Series Maior 10, Rome, 1981 ; Van Driel, The Cult of Assur, p. 51-138.

13 La correspondance du clergé néoassyrien est éditée dans S. W. Cole et P. Machinist, Letters from Priests to the Kings Esarhaddon and Assurbanipal, SAA XIII, Helsinki, 1998.

14 Un catalogue des archives retrouvées à Aššur est fourni par O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur. A Survey of the Material from the German Excavations II, Acta Universitatis Upsaliensis Studia Semitica Upsaliensia 8, Uppsala, 1986. Ces archives sont actuellement partiellement éditées : F. M. Fales et L. Jacob-Rost, « Neo-Assyrian Texts from Assur. Private Archives in the Vorderasiatisches Museum of Berlin, Part 1 » (= NAPATA 1), SAAB V, 1991 ; K. Deller, F. M. Fales, L. Jakob-Rost et V. Donbaz, NAPATA 2, SAAB IX, 1995 ; A. Y. Ahmad, « The Archive of Aššur-mātu-taqqin Found in the New Town of Aššur and Dated mainly by Post-Canonical Eponyms », Al-Rāfidān 17, 1996, p. 207-288 ; K. Radner, Ein neuassyrisches Privatarchiv der Tempelgoldschmiede von Assur, StAT 1, 1999 ; V. Donbaz et S. Parpola, Neo-Assyrian Legal Texts in Istanbul, StAT 2, 2001.

15 Voir les études d’O. Pedersén : Archives and Libraries in the City of Assur. A Survey of the Material from the German Excavations II, Uppsala, 1986 ; « The Librairies in the City of Assur », in K. Hecker et W. Sommerfeld (éd.), Keilschriftliche Literaturen, Ausgewählte Vorträge der XXXII. Rencontre Assyriologique Internationale, Berlin, 1986, p. 143-147 ; Archives and Libraries in the Ancient Near East 1500-300 BC, Bethesda, 1998, p. 132-143.

16 Pour les colophons des tablettes d’Aššur, voir H. Hunger, Babylonische und assyrische Kolophone, AOAT 2, Neukirchen-Vluyn, 1968, p. 67-90.

17 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 12-28 (N.1) ; Archives and Libraries in the Ancient Near East 1500-300 BC, p. 132.

18 KAV 114 = SAA XIII 1.

19 KAV 113 = SAA XIII 40 et KAV 112 = SAA XIII 41 (lettre retrouvée avec son enveloppe, KAV 206 = SAA XIII 42).

20 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 76-81 (N.5) ; Archives and Libraries in the Ancient Near East 1500-300 BC, p. 134.

21 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 41-76 (N.4) ; Archives and Libraries in the Ancient Near East 1500-300 BC, p. 135-136.

22 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 29-34 (N.2) ; Archives and Libraries in the Ancient Near East 1500-300 BC, p. 134.

23 L’œuvre appelée Péché de Sargon oppose par exemple deux catégories de devins : les haruspices et les « scribes assyriens » (SAA III 33 : r.13’-23’).

24 Parmi lesquels la première partie des hémérologies d’Aššur, les tablettes 1 et 2 du compendium Mul-apin et des fragments de la série Šumma ālu.

25 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 34-41 (N.3) ; Archives and Libraries in the Ancient Near East 1500-300 BC, p. 134-135.

26 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 81-82 (N.6) ; Archives and Libraries in the Ancient Near East 1500-300 BC, p. 136.

27 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 83-84 (N.7) ; Archives and Libraries in the Ancient Near East 1500-300 BC, p. 136.

28 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 84-85 (N.8) ; Archives and Libraries in the Ancient Near East 1500-300 BC, p. 136.

29 SAA VIII 100-112, SAA X 84-108, SAA XIII 16.

30 SAA XIII 25-29.

31 Sîn-na’di était le hazannu de la porte d’Aššur. Pour les fonctions de ce personnage, voir K. Radner, Ein neuassyrisches Privatarchiv der Tempelgoldschmiede von Assur, p. 16 et suiv.

32 SAA XIII 32-33.

33 SAA XIII 8-17.

34 SAA XIII 18-24.

35 Ass. 13956 : B. Menzel, Assyrische Tempel, T 18-19.

36 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 67, N.4 no 330.

37 Voir G. Van Driel, The Cult of Assur, p. 24-28.

38 En particulier les murailles. Cf. e.g. W. Andrae, Das wiedererstandene Assur, p. 201-215.

39 B. Menzel, Assyrische Tempel, P 20-35.

40 A.413 : B. Menzel, Assyrische Tempel, T 49-50.

41 R. Jas, Neo-Assyrian Judicial Procedures, SAAS V, No 31. Pour les éponymes postcanoniques, on a suivi ici les propositions de S. Parpola : voir K. Radner (éd.), The Prosopography of the Neo-Assyrian Empire, 1/I (= PNA 1/I), Helsinki, 1998, p. XVIII-XX.

42 F. M. Fales et L. Jakob-Rost, SAAB V, 1991, p. 6-26.

43 SAA XIII 40.

44 Pour cette proposition, voir déjà P. Villard, « Akk‚ llanu, astrologue, prêtre et juge », NABU 1998/52.

45 ABL 539 : r.14. Cf. S. Parpola, Letters from Assyrian Scholars to the Kings Esarhaddon and Assurbanipal, Part II : Commentary and Appendices, AOAT 5/2, Neukirchen-Vluyn, 1983, p. 463. Les deux autres dignitaires, mentionnés avant Akkullānu, sont Nabû-erība, eunuque royal et Nergal-šarru-uṣur, porte-bouclier du roi.

46 R. Jas, SAAS V, no 21.

47 Voir F. M. Fales et L. Jakob-Rost, SAAB V, p. 47.

48 Par exemple la fête du kanūnu, en décembre-janvier : cf. SAA X 94 et 95. Voir S. Parpola, AOAT 5/2, p. 326.

49 SAA X 98, à propos des fêtes de l’Akītu.

50 SAA X 97 : r4-9.

51 SAA X 96 : r1-29.

52 SAA X 107 et SAA XIII 16.

53 SAA X 95.

54 SAA X 99.

55 Voir P. Villard, « La fonction de juge à l’époque néo-assyrienne », Droit et Cultures 47, 2004/1, p. 171-184.

56 SAA X 87.

57 Son titre est donné dans SAA I 75 r2.

58 SAA XIII 30.

59 SAA XIII 33.

60 Voir la notice de H. D. Baker, in H. D. Baker (éd.), PNA 2/I, p. 574, n19.

61 SAA XIII 32.

62 SAA XIII 8-16.

63 SAA XIII 13.

64 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 46-47.

65 Voir CAD A1, s.v. alahhinu, p. 296a.

66 VAT 9849. Cf. B. Menzel, Assyrische Tempel, p. 224, n. 2998 et O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 17 et 20, no 19.

67 SAA XIII 1.

68 SAA XIII 41.

69 Il fut sans doute aussi contemporain d’Akkullānu. Selon SAAS V 46 : 17, il est témoin devant Aššur-hussanni dans un procès jugé par Akkullānu. Il s’agit probablement du Aššur-husanni qui est le troisième destinataire, après Aššur-mudammiq et Aššur-šarru-uṣur, de la lettre royale SAA XIII 1.

70 VAT 8232 : r14. Voir la notice d’E. Frahm et K. Radner, PNA 1/I, p. 220, no 17.

71 Une autre possibilité est que cet Aššur-mudammiq soit le scribe du temple contemporain d’Akkullānu.

72 SAA XIII 18-24.

73 SAA X 96.

74 SAA I 75 : 6-r5 ina ugu lú.šá–ugu–é ša é–aš-[ur] / ša me-e-tu-ni / ša ina pa-an lugal en-ia / a-qa-bu-u-ni / mu-ku lú-dumu-šú / dumu-šeš-šú i-ba-ši / an-nu-rig lú-dumu-šú / dumu-šeš-šú / ù Isig4-a-a / dumu Idpa–bal-liṭ / R. dumu–šeš–ad-šú / ša Iaš-šur–i lú-sanga 2-u / i-si-šú-nu / ina pa-an lugal en-ia / i-tal-ku-ni.

75 SAA X 102 : 6’. Cf. P Villard, « Kiṣir-Aššur et la bibliothèque de Ninive », NABU 1998/2.

76 SAA XIII 155.

77 C’est originellement un échanson, appelé à ce titre à conserver la vaisselle précieuse. Voir B. Lafont, « zabar-dab5, zab/mardabbum », NABU 1987/94.

78 NAPATA 16 : 16-17.

79 NAPATA 71 : 34-40.

80 SAA XII 80.

81 Cf. e.g. NAPATA 63, 68, 84, etc.

82 Le système est brièvement décrit dans S. W. Cole et P. Machinist, SAA XIII p. XVI et de façon un peu plus développée dans S. W. Holloway, Aššur is King!, Aššur is King!, Leiden, Boston, Köln, 2002, p. 100-105.

83 SAA X 96 : 5-25 ina ugu udu.da-ri-e gi-né-e ša aš-šur / ša lugal be-lí a-na lú-arad-šú iš-pur-an-ni / ma-a man-nu ina lú-gal-meš ša la im-ma-gur-u-ni / la i-din-u-ni la ú-šá-an-ṣi / la ú-si-ik ina ti-ma-li / a-na lugal en-iá la-a áš-pu-ra / an-nu-te lú-gal-meš ša udu.da-ri-i / la-a id-din-u-ni / lú-en-nam kur.bar-hal-za / kur.ra-ṣap-pa uru.kàl-zi / uru.i-sa-na uru.til-e kur.kul-la-ni-a / uru.ar-pad-da pab ša da-ri-i la i-din-u-n[i] / kur.ra-ṣap-pa kur.bar-hal-za / kur. di-qu-ki-na lú-gal–kar-man Idi-kud–dim / uru.i-sa-na kur.hal-zi–ad-bar / uru.bir-tum uru.ar-zu-hi-na / uru.arba-ìl uru.gu-za-na / uru. šá-hu-pa uru.tam-nu-na / uru.tal-mu-su pab an-nu-te / ša še-pad-meš še-zíz-àm / gi-nu-u la i-din-u-ni.

84 Ce que montre une archive administrative (VAS 19 21, 25, 49, 56, 62, 73) datant du règne de Tiglath-phalazar I (1115-1077), qui enregistre les contributions des provinces pour le temple d’Aššur. Voir en dernier lieu S. W. Holloway, Aššur is King!, Aššur is King!, p. 104-105.

85 SAA XIII 18 : 5-12 2 gud 20 udu-meš / siskur-meš ša šà man ša uru.di-qu-qi-na / la na-ṣu-ú-ni lugal be-li / ina muh-hi liš-al 3 udu-nita2-meš / ša é–dda-ga-[an o] x / ša uru.[o o nap-t]i-ni [o o] / an-nu-r[ig o] mu-an-na-meš / la ú-ba-lu-ú-[ni], « Deux bœufs et vingt ovins, offrandes du cœur du roi, (à la charge) de la ville de Diquqina, n’ont pas été fournis. Le roi mon seigneur devrait enquêter là-dessus. Trois béliers sont pour le temple de Dagan [x] pour la ville de [… pour le rep]as de […]. Cela fait maintenant [x] années qu’on ne les apporte pas. »

86 SAA XIII 21 : 5-9 [d]e ?-e-nu / ad-ka [ip]-ta-[ra-as ?] /10-lim udu-meš [o] x [o o] / mu-an-na p[a-ni-tu] / lugal ú-[o o o o], « Ton père avait [rendu?] un [ver]dict. L’an passé, le roi a […] dix mille ovins » et r5-10 an-nu-rig / ša-ni-tu mu-an-na / uru.ra-ṣap-pa / uru.ar-zu-hi-na /udu-meš ma-da-ti la / i-ma-gúr la i-du-[nu], « Cela fait maintenant la seconde année que Raṣappa et Arzuhina refusent de donner les ovins du tribut. »

87 SAA XIII 46 : 3’-11’[ina ugu udu-sisku]r-meš ša ud-5-kám / [ša lugal b]e-li ina ugu lú-gal–kaš-lul / [ki-i pi]-qit-tu ik-ru-ur-u-ni / [il-lak]-ú-ni ina igi daš-šur ep-pa-šu-ú / [uzu.sa]l-qa uzu-diš-ha-a-ni / [uzu-é-a-ni]-a-ti ša pa-an daš-šur / [a-na lugal] be-li ú-bal-ú-ni-i / [mi-i-n]u ša lugal be-li / [i-qab]-bu-ú-ni, « [À propos des sacrifi]ces du cinquième jour, [que le roi] mon seigneur a placé sous la responsabilité du grand échanson, doit-on venir les accomplir devant Aššur et doit-on apporter [au roi] mon seigneur les viandes cuisinées, les pièces de viande et les viscères que (l’on présente) devant Aššur ? »

88 SAA XIII 8 : 15-r1 ; SAA XIII 9 : 15-r1 ; SAA XIII 10 : 15-r2.

89 Cf. e.g. SAA XIII 10 : 15-r13 [ud-5-kam] an-ni-u ša iti-a[b] / [š]a uru.tal-mu-si / [š]u-ú / [l] a gud-nita2 /R. la udu-nita2-meš / me-me-ni la na-aṣ-ṣu-u-ni / a-na ba-la-aṭ-nu-up-[šá-te] / ša lugal be-lí-ia / mu-šú ù numun-[šú] / udu-siskur-meš ina igi daš-šur / ù dingir-meš / ša lugal be-lí-ia / e-ta-pa-áš/ nap-tu-nu gab-bu / us-sa-al-li-mu / ina igidaš-šur / uq-ṭa-ar-ri-bu, « Ce [cinquième jour] de Kanūnu relève de la ville de Talmūsa. Ni bœuf, ni béliers, rien n’a été amené. (Mais) pour la préservation de la vie du roi mon seigneur, son nom et [sa] progéniture, j’ai accompli les sacrifices devant Aššur et les dieux du roi mon seigneur. On a intégralement réalisé tout le repas et on l’a présenté devant Aššur. »

90 SAA XIII 11 : 2’-4’. La récurrence des attestations du cinquième jour du mois suggère qu’il s’agit ici d’offrandes-dariu.

91 Pour la datation du texte, voir S. W. Cole et P. Machinist, SAA XIII, p. 34.

92 SAA XIII 31 : 4-r10 an-nu-rig sag-meš / ša kur-ka ha-mu-su / šá uru.bar-hal-zi mi-mi-ni / la-a na-ṣa arad-meš-ka / ina é lú-dam-qar a-ti-din / ha-mu-su a-ta-ṣa e-ta-ba-áš / lú-a-ba-meš ša lú-en-nam / ša uru.bar-hal-zi lugal / li-šá-a[l]-šú-nu / ma-a a-ta-a ha-mu-su / a-na daš-šur la ta-di-na / ma-a lugal lu-u ha-sis / a-ki-i ba-aṭ-lu / ina ugu dingir-meš-ni-ka / [i-šak-k]a-nu-u-ni / […] / R. [k]i-ma šip-ṭu ina lú-a-ba / 1-en lugal la-a iš-kun / [re-hu-te] la i-ga-ru-ru / [o o o] x an-ni-u / [ki-ma lú]-gar-nu ha-mu-su / [la-a] na-ṣa ina é–dingir-meš-ka / [la] i-din lú-gal-meš / re-hu-u-te ina šá-a-šú / i-da-gul-šú ba-aṭ-lu / i-šak-ku-nu ina é–dingir-meš-ni-ka, « Présentement, personne n’apporte les premiers fruits de ton pays, ni la taxe du cinquième de Barhalzi. J’ai dû vendre de tes serviteurs dans la maison des marchands et emporter la taxe du cinquième pour accomplir (les sacrifices). Que le roi interroge (donc) les scribes du gouverneur de Barhalzi : “Pourquoi ne donnez-vous pas à Aššur la taxe du cinquième ?” Le roi doit considérer qu’ils ont produit une interruption à l’encontre de tes dieux […]. Si le roi ne punit pas un scribe, [les autres] ne seront pas effrayés. Ce […: si] un gouverneur n’apporte [pas] la taxe du cinquième et ne la donne [pas] à tes temples, c’est lui que le reste des “grands” observera et ils interrompront (leurs apports) à tes temples… »

93 SAA III 8 ; O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 38 (N.3 no 9).

94 VAT 8807. W. G. Lambert, Babylonian Wisdom Literature, Oxford, 1960, p. 214-220. La tablette est datée de 716, sixième année de Sargon.

95 SAA III 11 ; O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 73 (N.4 n548).

96 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 71 (N.4 no 477).

97 W. Mayer, « Sargons Feldzug gegen Urartu – 714 v. Chr. Text und Übersetzung », MDOG 115, 1983, p. 112 : 426-429 1-en lú-en giš-gigir 2 lú.ša–pit-hal-lim 3 lú.kal-la-ba-a-ni de-e-ku / lú-eme-sag-meš Idùg-ga–im–da-šur lú-agrig gal-ú i-na ugu da-šur be-lí-ia ul-te-bi-la / ṭup-pi Idag-šal-lim-šu-nu lú-dub-sar šar-ri gal-ú lú-gal-gi-bùr lú.um-ma-an Ilugal-gi-na lugal kur.aš-šurki / bu-uk-ru Ihar-ma-ak-ki lú-dub-sar lugal bal-tilki-ú.

98 Cf. R. Borger, Die Inschriften Asarhaddons, Königs von Assyrien, AfO Beiheft 9, Graz, 1956, p. 107 : iv 23-25.

99 Ce même Nabû-šallimšunu est mentionné avec le titre de « scribe du roi » dans un rapport de rituel (ND 1120 : 6 et 10) retrouvé à Kalhu, mais qui concerne le temple d’Aššur. Le texte est daté de 714, soit la même année que la lettre à Aššur. Voir G. Van Driel, The Cult of Assur, p. 198-205.

100 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 69 (N.4 no 451).

101 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 64 (N.4 no 173).

102 SAA X 100 : r6-7.

103 O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 84 (N.7 n12). Cf. S. Parpola, AOAT 5/2, p. 448-449. Une liste du même genre, allant jusqu’à Aššur-etel-ilāni, a été retrouvée dans la bibliothèque de la maison des exorcistes : O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 67 (N.4 n358). Cf. S. Parpola, AOAT 5/2, p. 449.

104 SAA III 32 ; O. Pedersén, Archives and Libraries in the City of Assur, p. 82 (N.6 no 2).

105 SAA III 32 : 6-8 šá-lum-ma-tu im-ši-i-ma / [o o o o o o o o o o o]-x-it šà [šá pu]-luh-tú lab-šá-tu i-ši-iṭ-ma ik-pu-[u]d ?- [m]a? lìb-ba-šú a-na e-peš dùg-ga / [o o o o o o o o o] x sa-di-ri-[i-šú i]m-nu?-ma ki-ma á-meš pú mad-le-e ur-<ra> ù ge6 tiq-na-[a-t]i si-mat lugal-ú-ti ú-šá-az-na-an a?-[n]a ga-nu-ni-šú, « Il oublia la splendeur divine et […] de (son) cœur, [qui] était revêtu de crainte, il commit une négligence, même si son cœur projetait de faire le bien. [… tandis] qu’il comptait ses rangées, comme des seaux d’eau d’un puits, jour et nuit, il faisait pleuvoir dans son trésor des bijoux dignes d’un roi. »

106 SAA III 32 : r24.

107 SAA III 32 : r26.

108 W. von Soden, « Die Unterweltvision eines assyrischen Kronprinzen », ZA 43, 1936, p. 6-7 ; A. Livingstone, SAA III, p. XXVIII.

109 SAA III 32 : r23 [lugal š]á ul-tu a-ṣe-e dšam-ši a-di e-reb dutu-ši ma-ta-a-ti nap-har-ši-na ki-ma qe-e uš-tab-ru-ú-ma i-b[e]-lu gi-im-r[u].

Notas finales

1 Cet article représente la version légèrement remaniée d’une conférence donnée à l’Institut des Hautes Études de Belgique (Bruxelles), le 22 février 2002.

Índice de ilustraciones

Leyenda Tableau 2 – La famille de Bēl-kundi-ilā’i
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4317/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 56k
Leyenda Tableau 3 – La famille de Bābu-šumu-ibni
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4317/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 60k