Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 2

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Mondes périphériques

Quelques notes sur la Porte des Lions de Malatya

Paola Poli

Texte intégral

A. INTRODUCTION1

  • 1 Le travail présenté ici est la synthèse d’une partie des résultats de la recherche que j’ai effectu (...)
  • 2 Cf. entre autres Matthiae 1997, p. 196 ; Aro 2003, p. 293-294.

1La documentation néo-hittite est de nature complexe, l’essentiel ayant été trouvé hors du contexte archéologique d’origine. Les recherches de nature stylistique ont mis plus d’une fois en évidence des contaminations de différentes traditions. Il apparaît souvent difficile d’indiquer une collocation chronologique précise2. La pluri-ethnicité qui, semble-t-il, caractérise le tissu social des États néo-hittites a, dans de nombreux cas, rendu difficile la datation.

  • 3 Cf. Mazzoni, 1994, 1997a, 1997b.
  • 4 Cf. Güterxbock 1993.
  • 5 En ce qui concerne certains termes souvent utilisés à propos de contextes culturels et de périodes (...)

2À ces problèmes, en effet d’importance remarquable, il faut ajouter le fait que dans ces petits états, comme S. Mazzoni l’a justement remarqué3, il y a eu un changement continu des caractéristiques monumentales et planimétriques, les témoignages les plus importants de cette évolution se trouvent dans les villes qui existaient déjà pendant la période du Bronze Récent comme Malatya, Karkemish et Hama, dans lesquelles il y a eu des modifications qui ont eu des changements et des développements monumentaux continus du xie au viiie siècle. Dans cette situation, qu’on peut estimer chaotique aussi bien pour l’attribution chronologique de chaque document que pour la définition du placement d’origine, il faut supposer dans de nombreux cas (et souvent cela a été effectivement confirmé)4 la réutilisation de matériel de construction plus archaïque, de la période hittite récente ou post-hittite5. Du reste, les inscriptions hiéroglyphiques indiquent des noms de souverains qui souvent ne sont mentionnés dans aucun autre document, par conséquent, il est extrêmement difficile de les classer chronologiquement.

  • 6 Cf. Hawkins 1988.

3Dans un cadre historique aussi complexe, difficile à définir culturellement et à circonscrire chronologiquement, les reconstructions dynastiques relatives aux souverains de Malatya proposées par le spécialiste anglais J. D. Hawkins6 ont aussitôt été accueillies comme de rares points fermes dans l’étude de la période dite « âge obscur ». En effet, selon une relecture attentive de certaines inscriptions hiéroglyphiques trouvées à Malatya et dans la région environnante, Hawkins a proposé d’assigner aux xiie et xie s. des monuments traditionnellement datés, pour des raisons stylistiques et iconographiques, des siècles suivants.

4Il faut cependant rappeler que la reconstruction historique proposée par Hawkins est fondée sur une étude philologique-paléographique de monuments composés d’une partie inscrite et d’une partie figurée (attribuée, comme on l’a dit, à des époques postérieures aux xiie et xie siècles, sur la base de traits stylistiques).

5Par conséquent, les « nouvelles » attributions chronologiques de certains monuments ont été le point de départ d’une reconsidération d’importants aspects archéologiques et d’une révision des hypothèses les plus significatives inhérentes à ces problèmes, qui, pour des raisons évidentes, n’ont pas été prises en considération par l’auteur anglais. Dans ce contexte, nous avons mis l’accent sur ce qui est certainement le monument le plus important parmi les plusieurs sources considérées par Hawkins, c’est-à-dire la Porte des Lions de Malatya. On a cherché à mettre en évidence dans ce complexe de sculptures les aspects qui n’ont pas encore été approfondis comme, par exemple, le niveau archéologique et l’éventuel réemploi d’une partie du matériel sculptural, afin de mieux définir la chronologie du monument, également sur des bases autres que philologiques ou paléographiques.

B. BRÈVE SYNTHÈSE DE L’HISTOIRE DE MALATYA

6Afin de mieux comprendre les éventuelles reconstructions et les nouvelles élaborations architectoniques, il paraît essentiel d’analyser à nouveau les lignes fondamentales de l’histoire de Malatya, en particulier pour la période suivant la chute de l’Empire hittite, à laquelle se réfèrent les hypothèses de Hawkins. Étant donné l’importance et les implications chronologiques qu’elles comportent, nous avons décidé de reconsidérer ponctuellement, et dans certains cas de les citer, les extraits les plus significatifs de l’œuvre de Hawkins.

  • 7 En ce qui concerne la reconstruction la plus récente de l’histoire de Malatya cf. Hawkins 1993, p.  (...)

7À l’époque hittite, Malatya était probablement une ville périphérique de l’Empire, siège d’une bureaucratie décentralisée7.

8Il s’agit d’un site très ancien déjà mentionné dans certains documents découverts à Bogazköy sous le nom de Mal(i)dija. Au niveau archéologique, il ne reste aucun témoignage, si on fait abstraction des ruines d’une porte monumentale (voir ci-dessous). En l’absence de traces d’événements catastrophiques et d’abandons, il semble que le site ait bien peu souffert des effets immédiats de la chute du Hatti, puisqu’il a réussi à survivre.

  • 8 Tiglath-Pileser I, vers 1100, fait référence à des contacts avec Hatti (c’est-à-dire Karkemish) qui (...)

9À l’époque néo-hittite, au début du premier millénaire, le territoire de Malatya/Melid s’étend au nord des États de Kummuh et de Gurgum, dans le voisinage de la rive ouest du haut Euphrate (fig. 1). Les sources mentionnant l’histoire de Malatya après l’époque hittite sont constituées en premier lieu par les inscriptions hiéroglyphiques trouvées sur place, ainsi que sur le territoire environnant. Ces textes fournissent des noms de rois qu’il est toutefois difficile de replacer dans leur contexte chronologique. On trouve également une série importante de stèles et d’inscriptions rupestres, dispersées sur le territoire autour de la ville. Les inscriptions en cunéiforme des rois d’Assyrie et les inscriptions des rois d’Urartu en Arménie révèlent des données plus précises, mais aussi plus partielles. En effet, Melid est mentionnée dans des inscriptions du roi assyrien Tiglath-phalazar I, auquel elle se soumet à la fin du deuxième millénaire8. À la fin du ixe siècle, Menua, roi d’Urartu étend son royaume jusqu’à Malatya. La ville est ensuite mentionnée plusieurs fois dans les monuments du roi assyrien Salmanassar III, auquel elle dut payer un tribut. Elle fut attaquée par Sargon II et annexée à l’Empire assyrien à la fin du viiie siècle.

C. LES HYPOTHÈSES DE HAWKINS : UNE SYNTHÈSE

10La reconstruction généalogique proposée par David Hawkins est d’un grand intérêt parce qu’elle aborde des problèmes relatifs à une période historique encore peu connue. Nous pouvons examiner en détail les éléments fondamentaux de ses hypothèses.

  • 9 Cf. références bibliographiques de la note 7.

11À partir de 1988, sur la base des données épigraphiques, Hawkins a élaboré une série d’hypothèses sur la reconstruction de l’histoire anatolienne après la fin de l’Empire hittite. Plus récemment9, il a plus particulièrement soumis à un nouvel examen les inscriptions hiéroglyphiques des différents monuments provenant aussi bien de Malatya que de ses environs, et il a proposé une reconstruction généalogique des souverains de cette ville. Il conclut à une datation différente des monuments que nous venons d’énumérer.

  • 10 L’hypothèse de Hawkins part des empreintes du sceau de Kuzi-Teshub qui témoignent l’existence de ce (...)

12Nous allons maintenant examiner en détail les éléments sur lesquels se fonde l’hypothèse du chercheur anglais. Ce qui est déterminant dans sa reconstruction historique, c’est qu’il a reconnu le nom du roi de Karkemish Kuzi-Teshub dans les inscriptions trouvées dans les alentours de Malatya10. Ce Kuzi-Teshub serait à identifier avec un roi connu de la ville de Karkemish, dont la chronologie est assurée et fixée, selon d’autres sources, au xiie siècle. Ce roi aurait régné à Karkemish juste après la chute de Hattusha, dont le territoire arrivait jusqu’à Malatya. En effet, d’après les généalogies inscrites dans les textes de GÜRÜN, KÖTÜKALE, ISPEKÇÜR et DARENDE, Kuzi-Teshub apparaît comme le grand-père d’un roi de Malatya appelé Arnuwantis (selon la stèle de Ispekçür) et du frère de celui-ci, Runtiyas (selon les inscriptions de GÜRÜN et KÖTÜKALE).

À travers l’analyse de ces stèles, Hawkins propose donc le schéma généalogique suivant :

À travers l’analyse de ces stèles, Hawkins propose donc le schéma généalogique suivant :
  • 11 Pour les précédentes datations des inscriptions, nous faisons référence à Hawkins 1974, p. 74-79. R (...)
  • 12 Toutefois dans son œuvre la plus récente, Corpus of Hieroglyphic Luwian Inscription, l’auteur n’exc (...)

13Pour l’évaluation générale de la chronologie et de l’histoire de Malatya, il reste néanmoins le problème de l’interprétation du mot « petit-fils » de ces généalogies, faut-il l’interpréter à la lettre ou lui attribuer, plus génériquement, la valeur de « descendant » ? Si l’on considère comme valable la première hypothèse, c’est-à-dire comprendre « petit-fils » au sens littéral, les quatre monuments, attribués jusqu’à présent au début du premier millénaire11, seraient datés d’environ deux siècles avant la date établie précédemment. Par exemple, GÜRÜN et KÖTÜKALE sont datés maintenant par Hawkins de 1150-1100, ISPEKÇÜR et DARENDE de 105012.

  • 13 Orthmann 1971 classe les reliefs de Malatya, où apparaît le nom du roi PUGNUS-mili, comme Hittite R (...)

14Étant donné que le nom du roi PUGNUS-mili, qui apparaît dans ces inscriptions, est cité dans les reliefs de Malatya, ces changements dans la chronologie sont valables aussi pour l’ensemble de la Porte des Lions. En effet, si l’on identifie l’auteur de ce monument au roi cité dans les stèles de Darende et d’Ispekçür, la Porte des Lions devrait alors être datée du début ou de la fin du xiie siècle, c’est-à-dire environ deux siècles avant la datation courante, basée sur le style13. Toutefois Hawkins reconnaît l’existence d’au moins deux rois portant le nom de PUGNUS-mili, et n’exclut donc pas qu’il puisse s’agir, pour les reliefs de Malatya, du souverain d’une époque plus récente ; dans ce cas, la datation des reliefs de Malatya au xe-ixe siècle serait confirmée.

  • 14 Cf. Hawkins 2000, p. 287-288.

15Dans sa dernière œuvre, Corpus of Hieroglyphic Luwian Inscriptions14, Hawkins, après avoir proposé la reconstruction généalogique que nous avons résumée, écrit ce qui suit :

  • 15 Cf. Hawkins 2000, p. 288, note 75, pour la bibliographie relative à ce problème.

16« The reading of the name of the grandfather in dynasty A as Kuzi-TONITRUS and his identification with Kuzi-Teshub, king of Karkemish, son of Talmi-Teshub, provide an unexpected link of this Melidian dynasty with the Hittite Empire dynasty of Karkemish, but rise chronological difficulties. By taking up the inscriptions GÜRÜN + KÖTÜKALE and the inscribed sculptures ISPEKÇÜR and DARENDE to the second and fourth generations after Kuzi-Teshub, i.e. to the late 12th ad early 11th centuries B. C., one dates them particularly early, which raises a problem regarding their palaeography. There is nothing about them to suggest that they are markedly more archaic than the earliest Karkemish inscriptions, on the contrary, they appear distinctly more developed than the clearly archaic KARAHÖYÜK stele, for which a dating to the 12th century B.C. seems likely. If, however, KARAHÖYÜK may be associated with a conservative epigraphic style of the Anatolian plateau, deriving from Tarhuntašša and appearing also in the inscriptions of KARADAG and much later in TOPADA (+ SUVASA) while GÜRÜN + KÖTÜKALE could represent a more developed tradition derived from Karkemish, this apparent epigraphic discrepancy between these geographically and chronologically close inscriptions would be explained15. An alternative way to resolve this difficulty would be to assume that “grandson” of Kuzi-Teshub actually meant no more than “descendant”.

17The king PUGNUS-mili of the Lion Gate could be the same as the first or second of that name or possibly another. »

  • 16 En ce qui concerne la reconstruction généalogique des autres rois de Malatya, basée sur d’autres re (...)

18L’auteur met donc bien en évidence le fait que le problème de la datation des monuments en question est encore ouvert. Toutefois, au-delà du problème chronologique, cette reconstruction généalogique montre qu’à l’époque post-hittite le royaume de Karkemish devait contrôler un territoire qui comprenait également la zone de Malatya16.

D. LA PORTE DES LIONS DE MALATYA

I. Le contexte archéologique

  • 17 Pour une synthèse sur les fouilles de Malatya cf. Frangipane 1993, p. 42-52, Hawkins 2000, p. 282. (...)

19Le site de Malatya est constitué par une série de niveaux d’occupation qui vont de l’époque chalcolithique à l’époque islamique17. Nous ferons une analyse seulement des niveaux IV et III-II, c’est-à-dire de ceux qui remontent à la dernière phase de l’époque impériale hittite et la période néo-hittite. Le secteur qui nous intéresse est situé dans la zone nord-est du tell (fig. 2).

  • 18 La colline de Malatya avait précédemment été visitée en 1907 par la mission de la Cornell Universit (...)
  • 19 Cf. Schaeffer 1948, Schaeffer 1951 et Weidner 1952-1953.

20Après quelques opérations de reconnaissance effectuées au début du xxe siècle par la Cornell University, les fouilles ont vraiment commencé de façon régulière entre 1932 et 1939 sous l’égide de l’archéologue français L. Delaporte18. Un autre archéologue français, C. F. A. Schaeffer19 a effectué des sondages entre 1947 et 1951. À partir de 1961, les recherches ont été reprises par une mission italienne, d’abord sous la direction de S. Puglisi, plus tard de A. Palmieri et aujourd’hui de M. Frangipane de l’Université de Rome. Le niveau IV est daté de l’époque hittite impériale, aux xive et xiiie siècles. Dans ce niveau, la structure la plus intéressante et la plus imposante qui est apparue, pendant les travaux de la mission italienne, est une porte urbaine en tenaille, c’est à dire avec une chambre centrale (fig. 3). Les deux renfoncements qui formaient l’espace intérieur de la porte présentaient des retraits, ce qui laisse supposer qu’à l’origine il y avait un revêtement d’orthostates décorés, bien qu’il ne reste aucune trace des éventuels éléments ornementaux. Les archéologues en ont déduit que la porte était en état de délabrement et d’abandon au moment où un puissant incendie a détruit ce niveau d’occupation. L’incendie a déposé une épaisse couche de résidus de combustion sur les ruines et a formé la couche la plus élevée du niveau IV.

  • 20 Cf. Pecorella 1975, p. 5.

21Les archéologues ont observé ensuite que dans la section occidentale, après l’incendie, des coupes ont été effectuées, avec le but de récupérer du matériel et peut-être aussi des éléments décoratifs, tels que des reliefs20. On ne pourrait donc pas exclure complètement l’hypothèse que certaines des pièces qui plus tard trouveront une place dans la Porte des Lions, d’époque néo-hittite, proviennent de cette structure plus ancienne (cf. ci-dessous).

  • 21 Pour une analyse de la documentation archéologique de la ville de Malatya à l’époque impériale, nou (...)

22La porte était reliée à des murs d’enceinte comme en témoigne, à l’est, le revêtement d’une muraille en pierre. On suppose qu’il s’agit de l’enceinte de l’acropole d’un centre habité qui s’étendait au-delà de la colline, et qui était défendu par son propre mur d’enceinte. La configuration du tell rendrait vraisemblable cette hypothèse qui rend compte de l’importance historique que Malatya semble avoir eue dans le cadre de la civilisation hittite21.

  • 22 Cf. Pecorella 1975, p. 5 note 7, p. 67. Le problème concernant une éventuelle réutilisation de quel (...)

23Des fouilles entreprises par Schaeffer, est apparue une autre structure urbaine qui devait se trouver en dessous de la Porte des Lions, d’époque néo-hittite. Les observations de Schaeffer lui-même sur la probable réutilisation de matériel sculptural, nous paraissent extrêmement intéressantes. Selon le chercheur, en effet, certains reliefs de la Porte des Lions auraient été prélevés sur la structure du dessous. Le phénomène de réutilisation du même matériel se serait par conséquent vérifié plusieurs fois22.

  • 23 Cf. Frankfort 1996, p. 233-234. Van Loon 1990, p. 6, ne propose pas, quant à lui, une datation auss (...)

24Il nous semble significatif de rapporter le discours de Pecorella lui-même à propos des lions d’angle : « In via di ipotesi si potrebbe pensare che i leoni stessi siano stati tratti dalla porta più antica, se non fosse per l’incendio, essi misurano di base rispettivamente m. 1,65 quello orientale, e m. 1,50 quello occidentale, misure che corrispondono quasi esattamente ai due muri di spina che sporgono all’interno della porta formando la camera di passaggio. Ma più oltre non conviene andare ». Cette hypothèse trouverait confirmation dans les observations de nature stylistique proposées par Frankfort qui effectivement soutient : « The lions guarding the gate show a number of peculiarities which link them with art of Boghazköy, their manes are rendered by connected spirals, exactly like the hair on the chest of the figure at the Royal Gate. The small round marks between their eyes occur in the lions from Boghazköy. »23 (fig. 16).

  • 24 Aussi bien Matthiae 1961, p. 792, que Pecorella 1975, p. 65, interprètent la porte comme l’accès mo (...)
  • 25 Cf. Delaporte 1940, p. 38-58.
  • 26 Cf. Bier 1976, p. 123.
  • 27 Cf. Puglisi et Palmieri 1968, p. 128.
  • 28 Cf. James 1991, p. 131-132.

25Les niveaux III et II sont attribués à l’époque néo-hittite. C’est dans ce contexte qu’on a découvert la célèbre Porte des Lions, qui permettait probablement l’accès à la cour d’un palais24. Le niveau archéologique est attribué à une époque comprise entre la fin du xe siècle et le début du viiie siècle, à partir des résultats des analyses au carbone 14. Le complexe de la porte monumentale a été retrouvé au niveau le plus récent des six couches, attribuées à l’époque néo-hittite et, selon Delaporte25, il se trouvait juste au dessous des ruines d’un palais assyrien. Si on suppose que le palais assyrien a été bâti juste après la conquête de Malatya26, on obtient la limite inférieure pour l’érection de la Porte des Lions. En ce qui concerne la limite supérieure, on doit considérer la datation au carbone 14 de la couche de cendres (restes d’un incendie) qui domine la porte impériale27. Deux différents échantillons fournissent les indications suivantes : 885 ± 70 et 845 ± 60. L’incendie se serait donc produit entre la moitié du xe siècle et le début du viiie et, par conséquent, la porte monumentale aurait été érigée entre la deuxième moitié du xe siècle et le viiie siècle. Selon James28, il serait préférable de replacer chronologiquement la structure au xe-xie siècle, sur la base des éléments déjà vérifiés, et aussi parce que les reliefs classés comme Malatya I (voir ci-dessous) présentent un grand nombre d’analogies avec les sculptures de Suhis de Karkemish qui ont été attribuées à la période 970/900.

II. Examen des reliefs

  • 29 Afin de faciliter la consultation, nous avons décidé d’adopter dans cette étude une nouvelle numéro (...)
  • 30 Cf. Güterbock 1939-1941, p. 347, 1946, p. 16.

26Seule une petite partie des éléments sculptés de la porte a été retrouvée à sa place d’origine. Outre les lions, disposés le long des côtés intérieurs de la porte nord, on a trouvé quatre blocs (bl. 1, 2, 4, 5)29 qui décoraient la tour est, par analogie, il a ainsi été possible de disposer quatre autres blocs (bl. 6, 7, 9, 10) le long des côtés de la tour ouest (fig. 4)30.

  • 31 Cf. Delaporte 1940, p. 16. Vieyra 1955, p. 73.

27Par contre, on a supposé que le bloc 11, qui n’a pas été retrouvé in situ et qui se distingue des autres, aussi bien par des détails iconographiques que par ses dimensions, devait être un élément décoratif du côté sud de la porte31.

  • 32 Cf. Von der Osten 1928-1929, p. 87 et suivantes.
  • 33 Cf. Orthmann 1971, p. 91, avec renvois à la bibliographie précédente.

28En revanche, il n’a pas été possible de trouver l’emplacement d’origine d’autres reliefs. Les éléments sculptés trouvés à Malatya présentent des différences stylistiques considérables et ils ont été partagés en trois groupes principaux. La distinction a été élaborée par Von der Osten32 et a été reprise par la suite par Orthmann33, qui l’a introduite dans son classement en l’élargissant à toute la documentation sculpturale qui nous est parvenue des États néo-hittites. Dans son œuvre, Orthmann a reconstruit, par l’analyse des sculptures provenant de chaque localité, une séquence de trois périodes de développement, Hittite Récent I-II-III, et a donné sur le plan iconographique des références correctes aux traditions figuratives locales.

  • 34 Cf. Orthmann 1971, p. 140-141 et le tableau récapitulatif, p. 148.
  • 35 Pour la bibliographie concernant les études à caractère iconographique et stylistique, nous renvoyo (...)

29Dans la perspective générale de son travail, Orthmann place donc, quoiqu’en émettant quelques réserves34, les reliefs des groupes I et II dans la catégorie Hittite Récent I, tandis que les reliefs du groupe III sont placés dans la catégorie Hittite Récent III35.

  • 36 Les reliefs suivants ne sont pas pris en considération ici (numérotation adoptée par Orthmann 1971) (...)
  • 37 En faisant référence au rapport entre les images et ce type d’inscription, Marazzi 1990, p. 24-25, (...)
  • 38 Il est possible d’offrir la même interprétation également pour les hiéroglyphes gravés sur un lion (...)

30Nous concentrerons notre analyse uniquement sur les reliefs pour lesquels il a été possible de remonter à une position d’origine sûre ou, pour le moins, très probable. Il s’agit donc des seuls reliefs attribués au groupe I36. Ils sont caractérisés par l’image du souverain offrant une libation à diverses divinités. Le nom du souverain PUGNUS-mili est indiqué par des inscriptions hiéroglyphiques disposées à côté des représentations des personnages, selon un schéma qu’on a appelé « en bande dessinée »37. Il est très intéressant de remarquer que les inscriptions sont composées en caractères hiéroglyphiques, sculptés en relief ou gravés, incisés sur la surface de la pierre. On a plusieurs fois émis l’hypothèse que la partie gravée des inscriptions est une adjonction postérieure aux caractères en relief qui seraient, quant à eux, de la même époque que celle des représentations iconographiques38.

  • 39 Cf. Orthmann 1971, p. 140-141, p. 148.
  • 40 Cf. Genge 1979, p. 172-179.
  • 41 Cf. Van Loon 1990, p. 3-4.
  • 42 Nous nous sommes limités à présenter ici une synthèse des hypothèses les plus récentes. Nous renvoy (...)

31La recherche stylistique place les reliefs de Malatya du groupe I dans un espace chronologique compris entre le xe et le ixe siècle (rappelons, en particulier, les datations proposées par Orthmann39, vers 950-850, par Genge40 autour du xe siècle et enfin par Van Loon41, au début du ixe siècle42).

  • 43 Cf. Hawkins 1988, p. 101-103, 1995a, p. 74-75.
  • 44 Cf. Van Loon 1990, p. 6.
  • 45 Cf. note 22.

32Selon les informations jusqu’ici examinées, concernant l’attribution des reliefs du groupe I de la Porte de Lions, il est évident qu’il n’y a pas d’éléments sûrs de nature historique, qui puissent confirmer le fait que le souverain PUGNUS-mili des reliefs de Malatya soit le même PUGNUS-mili cité dans les inscriptions prises en considération par Hawkins, Hawkins lui-même en a d’ailleurs émis plusieurs fois le doute43. Il existait la tradition, parmi les souverains de la période néo-hittite, de transmettre le nom du grand-père au petit-fils44. D’autre part, le niveau archéologique de la structure de la porte est attribué à une période comprise entre la fin du xe siècle et le début du viie, mais on n’exclut pas que des blocs de l’époque impériale puissent avoir été réemployés dans la porte de l’époque suivante45.

33Vue la complexité de la question, il nous semble nécessaire de comprendre si, à la base de la porte, on retrouve une certaine unité de composition, et donc d’établir s’il y a eu plusieurs phases de développement structural. Nous nous limiterons à analyser l’ensemble du matériel qui a été découvert sur place et celui qui a été replacé dans la position d’origine.

  • 46 Les blocs sont en pierre calcaire et offrent presque les mêmes dimensions, avec de petites variatio (...)
  • 47 Cf. Mellink 1974, p. 206.

34Au niveau technique, on observe que les blocs sculptés sont tous du même matériau et présentent les mêmes mesures46. Rappelons en outre que l’ensemble décoratif de la Porte des Lions se compose d’une série de blocs sculptés en relief47, disposés le long de l’entrée extérieure et intérieure d’une porte en tenaille dont seule la section septentrionale est conservée (fig. 4).

35Prenons maintenant en considération chaque côté de la représentation (fig. 5).

1. Côté sud (fig. 5 : 1)

  • 48 Le sens de lecture de la représentation est indiqué par la direction des personnages.

36Bl. 1-2 : le sens de lecture est de droite à gauche48 (fig. 6, 7).

  • 49 Pour ce qui concerne la discussion sur l’interprétation de ce titre, cf. Hawkins 2000, p. 307.
  • 50 Comme l’a d’ailleurs proposé Meriggi 1975, p. 52.

37La même scène est représentée sur les deux blocs : le souverain PUGNUS-mili offre une libation au dieu de l’Orage de la ville de Malatya et de la ville de POCULUM-ta, suit un serviteur qui conduit un bouc au sacrifice. Les personnages correspondent à l’iconographie traditionnelle de l’époque de l’Empire hittite. Le roi et la divinité sont identifiés par leurs noms écrits en caractères hiéroglyphiques qui apparaissent aussi bien en relief que gravés. Le souverain se déclare par son simple prénom PUGNUS-mili, par des caractères en relief, sculptés à la même époque que celle de la représentation. Par contre, le roi est appelé PUGNUS-mili REX SACERDOS49 dans la partie gravée du texte, très probablement ajoutée par la suite50. De plus, il faut remarquer que les deux inscriptions sont disposées différemment dans les deux représentations : dans le bl. 1, en effet, les signes sont disposés entre les deux personnages alors que sur le bl. 2, le nom du souverain précède l’image à laquelle il se réfère.

38L’unité de la composition est obtenue, par conséquent, non seulement par le sens de la lecture, mais aussi par la conception de la scène tout entière, qui, nous l’avons vu, est identique sur les deux blocs. Une mention particulière doit être faite également à propos des caractères hiéroglyphiques qui présentent la même inscription tant en relief que gravée.

39Sur le bl. 6-7, le sens de lecture est de gauche à droite (fig. 8 et 9). Le roi PUGNUS-mili rend hommage au dieu qui surmonte un lion accroupi. Sur l’orthostate suivant, la reine offre une libation à une autre divinité qui, reprenant le module iconographique de la scène précédente, se trouve elle aussi placée sur des animaux : deux colombes. Suit un serviteur qui conduit un bouc au sacrifice. Les caractères hiéroglyphiques, tous en relief, sont placés entre les deux personnages sur le bl. 7 alors que sur le bl. 6, l’inscription précède l’image de la reine. L’unité de la composition, toujours donnée par le sens habituel de la lecture, est renforcée par des éléments communs aux deux scènes, tels les deux divinités surmontant des animaux.

40En résumé, le côté sud s’avère composé de diverses scènes, dans lesquelles les personnages, qui donnent le sens de la lecture de la représentation, avancent en direction de l’entrée. La composition de l’image du roi, tout en restant essentiellement la même, présente des aspects différents en fonction de la divinité qui lui fait face. L’inscription indiquant le nom du souverain apparaît en relief. Sur le côté est, se trouve une inscription gravée qui mentionne aussi bien le nom du roi que le titre REX SACERDOS.

2. Les lions tutélaires (fig. 5 : 2, fig. 16)

41Une fois franchie la porte occupée aux angles par deux lions, la décoration se poursuivait avec deux autres lions sculptés, de taille beaucoup plus petite et marchant vers l’extérieur, c’est-à-dire dans une direction opposée aux précédents. L’entrée était donc décorée de deux couples de lions placés en sens opposé les uns par rapport aux autres.

3. Côté nord de la porte (fig. 5 : 3)

42Pour le bl. 4-5/b, le sens de lecture est de gauche à droite (fig. 10 et 11).

43Sur le bl. 4, le souverain PUGNUS-mili est représenté deux fois en train d’offrir une libation, une fois au dieu soleil et une fois au dieu lune. Le nom du roi est indiqué deux fois, mais l’inscription est seulement gravée et placée entre le roi et la divinité. Sur le bl. 5/b, par contre, le souverain rend hommage à un cortège de quatre divinités. Sur ce relief, le roi présente un type de coiffure complètement inusuelle dans ce type de représentations. Les divinités ne sont accompagnées d’aucune inscription indiquant leur nom, exactement comme sur le bloc précédent. Un serviteur conduit un bouc au sacrifice. On observe la coiffure très singulière du serviteur, composée, contrairement à la même figure sur les autres blocs, d’une boucle sur la nuque et d’une autre sur le front, exactement comme la coiffure du souverain (cf. par exemple bl. 4). Les caractères hiéroglyphiques en relief donnant le nom du roi indiquent peut-être un double titre, celui de SACERDOS REX, dans la formule SACERDOS REX PUGNUS-mili REX SACERDOS, ils précèdent l’image du roi. Il est évident que les deux blocs ne présentent aucune similitude entre eux au niveau de la composition et qu’ils n’ont en commun que le sens de lecture de la représentation.

44Bl. 9/b-10 (fig. 12 et 13)

45Le bl. 10 présente un sens de lecture de gauche à droite. Il n’est donc pas orienté vers l’entrée et il se trouve en sens inverse par rapport à celui du bloc qui le suit. La thématique de la représentation n’est pas de nature religieuse mais mythologique : le dieu de l’Orage lutte ici contre un serpent. Dans le bl. 9/b, le sens de lecture est de droite à gauche, ici, le roi rend hommage au dieu des champs qui surmonte un cerf. Le roi ne porte aucun des attributs divins, il n’y a donc aucune tentative de l’assimiler à la divinité qui lui fait face, contrairement à toutes les autres représentations de l’ensemble architectural. Les deux personnages sont identifiés par une inscription hiéroglyphique en relief, seul le titre du souverain REX SACERDOS est gravé. Il n’y a aucun élément commun entre les bl. 9/b et 10, ni au niveau de la composition ni au niveau du sens de la lecture.

46Le côté nord apparaît d’une interprétation moins claire que celle du côté extérieur. Le souverain présente des traits particuliers, par exemple la tresse de la coiffure (bl. 5/b). À la différence de ce que nous avons remarqué dans le premier groupe de reliefs, le roi n’est pas représenté ici de la même façon face à la divinité (bl. 9/b) et il s’inscrit dans des compositions différentes selon les cas. Deux types de titres lui sont associés : la première appellation apparaît des deux côtés du nom, une fois dans le sens habituel, l’autre fois avec les termes inversés (SACERDOS REX… REX SACERDOS), la deuxième appellation mentionne seulement REX SACERDOS. Le bl. 10 présente un sens de lecture ne s’harmonisant pas avec la disposition de toutes les autres scènes.

47Si l’on considère les reliefs de la porte dans leur ensemble, on remarque des éléments qui laissent supposer une certaine unité de composition. Cette unité n’a pu être mise en œuvre que grâce à un projet artistique et idéologique bien défini (mesure et forme des orthostates, orientation des représentations, typologie commune des personnages les plus fréquents). Il existe néanmoins de nombreux éléments tout aussi importants (détails de l’image, titres spécifiques du roi, l’inscription en hiéroglyphes du nom du roi apparaissant seulement sur certains blocs) qui font penser à une façon différente de concevoir l’image ou la représentation tout entière. Certains détails nous semblent exemplaires de cet aspect, notamment la coiffure du souverain du bl. 5/b qui est tout à fait différente de celle des autres reliefs, même si elle représente toujours PUGNUS-mili ; toujours dans le même bloc, on observe l’originalité de la coiffure du serviteur qui reprend celle du souverain. Il semblerait qu’à un certain moment se soit vérifiée la perte de la signification réelle de certains détails et que certaines images aient été créées sur la base de modèles plus anciens mais dont on n’a pas entièrement compris la valeur d’origine, ou bien que des nouvelles traditions se soient superposées à celles préexistantes. Le schéma de la composition de chaque scène présente lui aussi des différences remarquables. En effet, si le côté sud présente une symétrie parfaite dans toute sa réalisation, ce qui nous permet de supposer que ces quatre plaques ont été réalisées au même moment ou, au moins, qu’a existé l’intention de suivre un schéma de base dans lequel éventuellement ont été insérés des matériaux de réutilisation, il nous est beaucoup plus difficile d’aboutir à la même conclusion pour ce qui concerne le côté nord. Ici en effet, les scènes nous offrent des schémas très différents entre eux, en particulier, les plaques 4-5b révèlent des représentations plus complexes par rapport aux autres.

  • 51 Une hypothèse, qui concorde en partie avec la nôtre, a été proposée par Matthiae 1961, p. 793, en c (...)
  • 52 Cf. Güterbock 1957, p. 64, Mellink 1974, p. 207, Metzger 1978, p. 200.
  • 53 Sur ce point, Bittel s’exprime comme suit (Bittel 1976, p. 246) : « Il s’agit de scènes limitées qu (...)

48D’autre part, ces éléments ne sont pas suffisamment significatifs pour tenter d’établir sur cette base une chronologie respective entre les différents reliefs. On a l’impression que l’ensemble décoratif de la Porte des Lions s’est conservé au fil des siècles et que différentes phases de réaménagement se sont alternées sans doute en ajoutant de nouveaux éléments aux blocs sculptés préexistants, dont ils se sont directement inspirés51. À ce propos, il est très intéressant de constater que chacune des scènes, représentant quelque chose d’achevé, s’inscrit sur un seul et unique bloc52. Par conséquent, si les blocs à l’origine étaient disposés l’un à côté de l’autre, ils ne constituaient pas une frise montrant les scènes d’un récit. Il s’agit, en fait, d’un ensemble d’images à fort contenu symbolique, d’images topiques n’ayant aucun lien avec la réalité53.

49En conclusion, il semblerait bien qu’au cours des siècles on ait conservé à Malatya le projet de base de l’ensemble décoratif de la Porte des Lions dans lequel des éléments de réutilisation étaient sans doute adaptés à des éléments d’exécution plus récente. Cette hypothèse semble être confirmée par le fait que chaque bloc donne à voir une seule scène, en soi parfaitement achevée et sans aucun lien avec les autres.

III. Examen du bloc 11

  • 54 Il présente une hauteur de 81 cm environ, c’est-à-dire le double des autres. Cf. Delaporte 1940, p. (...)

50Nous allons maintenant analyser un orthostate, le bl. 11 (fig. 14), qui appartient à la même série, mais qui n’a pas été retrouvé in situ dans la Porte des Lions. Il provient de ses alentours. Nous soulignons avant tout que ce bloc présente des dimensions largement supérieures à celles des autres reliefs54.

  • 55 Cf. Orthmann 1971, p. 92, avec renvois à la bibliographie précédente, en particulier les notes 10 e (...)

51Outre ses dimensions, le bloc a toujours été consideré comme un cas particulier au sein des reliefs du groupe I, également d’un point de vue strictement stylistique55.

52Le dieu de l’Orage y est représenté deux fois, d’abord placé sur un char en forme d’oiseau, et ensuite au cours d’une scène de libation, qui lui est offerte par le roi. Un esclave conduisant un animal sacrificiel clôt la scène. Cette thématique, on le voit bien, est analogue à celle des autres reliefs du groupe I, ce qui nous fait penser que cette sculpture appartient à la porte. Néanmoins, il s’agit d’un bloc qui se distingue des autres par différents aspects particuliers.

  • 56 Cf. Bittel 1976, p. 182, fig. 204. En ce qui concerne le problème de la datation du relief rupestre (...)
  • 57 Cf. Neve 1992, couverture.
  • 58 Güterbock a analysé avec attention le motif iconographique du dieu de l’orage qui conduit un char t (...)

53Considérons en premier lieu l’image du dieu de l’Orage. La même iconographie (dieu placé sur un char traîné par un couple de taureaux) se trouve dans un cadre hittito-anatolien, sur le relief rupestre de Imamkulu56 et sur une empreinte de sceau de Mursili III57, récemment découverte à Hattusha, et dans un cadre syrien, sur le bloc de Water Gate58, de Karkemish (fig. 15).

  • 59 Cf. Bittel 1976, p. 141, fig. 214.
  • 60 Cf. Güterbock 1942, n. 42.

54Le roi est habillé d’une tunique frangée, que l’on trouve habituellement dans ce contexte iconographique, mais il présente en même temps un manteau ourlé d’une frange. Il est représenté face au dieu de l’Orage, imberbe et tête nue, il n’y a aucune intention de l’assimiler à la divinité qui lui fait face. L’animal sacrificiel n’est pas montré en mouvement comme sur les autres reliefs, il est immobile, les pattes antérieures dressées, selon une composition typiquement hittito-anatolienne : il suffit de penser, par exemple, au piédestal d’un orthostate de la Porte des Sphinx de Alaca Höyük59 et à la représentation du sceau de Muwatalli60. La représentation de la libation est, elle aussi, très singulière : le roi, en effet, tient la cruche presque parallèle au sol et il ne la dirige pas vers le récipient posé à terre, comme cela se produit dans tous les autres reliefs. Il faut en outre attirer l’attention sur un autre trait inhabituel, à savoir le soin tout particulier apporté à l’inscription hiéroglyphique qui accompagne l’image du dieu de l’Orage. En conclusion, le bl. 11 des reliefs de Malatya se différencie des autres aussi bien par ses éléments techniques (les dimensions par exemple) que par la particularité de ses aspects iconographiques et stylistiques.

55Une représentation très semblable à celle que l’on trouve dans le bl. 11 (fig. 14) est attestée sur l’orthostate de la Water Gate de Karkemish (fig. 15). On trouve donc la représentation de la même scène sur le même type de support dans deux endroits différents, à Malatya et à Karkemish. Toutefois, les rendus stylistique et iconographique traduisent l’influence de traditions différentes. Sur le relief de Malatya, en effet, le dieu et le taureau sont représentés selon une iconographie typiquement hittito-anatolienne qui n’apparaît pas sur l’orthostate de la Water Gate de Karkemish. Cette dernière, par contre, suit plutôt des modèles syriens. Dans ces conditions, on peut donc supposer que le bl. 11 a été réalisé à une époque différente de celle des autres reliefs, à une date antérieure, en raison des éléments de tradition hittito-anatolienne qui le rattachent à la tradition impériale. Dans la mesure où un relief provenant de Karkemish, daté des xiiie-xie siècles, présente une scène identique, il est probablement légitime d’attribuer au bl. 11 la même datation, donc plus ancienne que l’ensemble des reliefs du groupe I, auquel pourtant il est associé.

  • 61 À propos de l’importance que la cour de Karkemish exerçait probablement dans l’art et dans la polit (...)

56En conclusion, le patrimoine artistique et culturel manifesté par le relief en question, représentant un aspect du culte royal pour le dieu de l’Orage, semble caractérisé par la convergence de plusieurs traditions. Le modèle de la représentation a sans doute été élaboré à Karkemish, mais à Malatya il a été réinterprété et réalisé selon une tradition iconographique locale encore proche du style anatolien61.

E. CONCLUSIONS

57Reconsidérons en conclusion les différents éléments examinés jusqu’ici. Selon la reconstruction dynastique proposée par Hawkins au XIIe siècle, on aurait eu à Malatya deux souverains homonymes de nom PUGNUS-mili qui auraient régné respectivement l’un en début et l’autre en fin de siècle. Les reliefs de la Porte des Lions seraient donc l’œuvre d’un de ces rois. Il résulte, selon les recherches archéologiques, qu’à l’époque impériale Malatya avait une porte urbaine probablement décorée de reliefs, dont l’un pourrait être le bl. 11, qui se distingue des orthostates, outre par ses dimensions, par une forte conservation des traits typiques de la tradition iconographique hittite-anatolienne. Toujours d’un point de vue hypothétique, les lions d’angle pouvaient, eux aussi, faire partie de la même structure, car leurs dimensions paraissent bien s’ajuster à celles de la porte. Si notre hypothèse est correcte, c’est-à-dire si le bloc 11 est plus ancien que les autres, nous aurions la première attestation d’un roi du nom de PUGNUS-mili, qui à l’époque impériale, aurait régné à Malatya. À un autre stade, déjà à l’époque post-hittite, remonterait une seconde porte, mentionnée par Schaeffer, qui devait comprendre du matériel sculptural prélevé du complexe décoratif retrouvé par Delaporte. D’après les analyses au 14C, le niveau archéologique de la structure, qui englobe les reliefs du groupe I, devrait être daté à une période comprise entre la fin du xe siècle et le début du viiie. Le fait cependant que, selon Delaporte, le niveau se trouve juste au-dessous du niveau assyrien, fait croire à une datation plutôt basse. Il est évident que si l’on accepte ces datations pour la structure de la porte, nous devons attribuer à la même période les blocs sculpturaux à moins que l’on ne suppose qu’une partie du matériel décoratif n’ait été prélevé des portes d’une époque plus archaïque. On ne peut pas non plus exclure que le même phénomène de réutilisation ne se soit par conséquent répété. D’autre part, l’analyse plus détaillée de chaque relief, effectuée par nous, semble confirmer cette hypothèse, les représentations de chaque bloc se distinguent par des détails qui laissent supposer différentes phases d’élaboration. Dans l’ensemble, il émerge une culture figurative, encore fortement influencée par la tradition hittite, surtout du point de vue thématique, souvent, cependant, les différentes scènes sont réalisées avec des iconographies qui trahissent les apports typiques d’une tradition plus tardive par rapport à l’impériale. À la lumière de ces observations, il semblerait que la Porte des Lions, dans sa dernière réfection, devait présenter un appareil décoratif composé de reliefs exécutés au cours de périodes différentes : certains de l’époque impériale récupérés pour être englobés dans la seconde structure, d’autres pris à leur tour de cette dernière pour être adaptés à la troisième structure. Enfin une partie des orthostates pourrait être sculptée au cours de la même phase de réalisation de la porte, mais selon des modèles figuratifs préexistants.

58Il paraît par contre difficile de définir avec plus de précision l’attribution chronologique de chaque bloc, par conséquent, il est encore plus difficile de concilier ces données avec la reconstruction dynastique proposée par Hawkins. Si d’un côté on peut en effet supposer que le bloc 11 a été réalisé par un souverain de nom PUGNUS-mili qui a vécu vers le début du xiie siècle, il semblerait que d’autre part d’autres souverains du même nom se soient succédé à l’époque néo-hittite, mais on ne peut pas aller plus loin. Ce qui au contraire nous semble peu probable est l’hypothèse selon laquelle le complexe tout entier ait été réalisé au cours de la même période et par un seul souverain.

  • 62 Cf. Mazzoni 1997b.
  • 63 Mazzoni 1997b, p. 332-333.
  • 64 Cf. Mazzoni 1982.
  • 65 Cf. Mazzoni 1982, p. 202-203.

59La remise en état continuelle au niveau urbanistique et les réfections constantes des monuments sont, comme nous l’avons déjà dit, un phénomène que l’on retrouve dans de nombreux centres de l’âge du Fer et qui se poursuit sans interruption à partir du xiie siècle jusqu’à la conquête assyrienne. En effet une nouvelle idéologie de la ville62 se répand, qui se manifeste également dans la propagande de l’activité fondatrice, dans les inscriptions monumentales et royales, et dans la décoration avec reliefs célébratifs. La porte devient une aire sacrée où le souverain célèbre les rites en l’honneur des divinités protectrices63, comme en témoignent les représentations, mais dans ces mêmes représentations, le souverain recherche une légitimation de son pouvoir par la reprise de motifs iconographiques et idéologiques du passé. Ces observations se relient à ce que S. Mazzoni64 avait mis en lumière dans un précédent article, en référence justement aux reliefs de la porte de Malatya. Le fait que les représentations de Malatya, ainsi que celles de Karkemish, présentent un héritage évident de la tradition hittite, pourrait s’entendre « come tema di propaganda nell’ambito di una riconferma dell’eredità ittita, intesa come dimostrazione di una legittimazione dinastica »65.

60Ces réflexions expriment bien la situation politique et culturelle que la cité de Malatya a vécue après la chute de l’empire hittite et les données analysées jusqu’ici tendraient à le confirmer : vers le xiie siècle aurait en effet régné un souverain de nom PUGNUS-mili, attesté aussi bien par la reconstruction dynastique proposée par Hawkins que par le bloc 11. En phases successives, qu’il est pour le moment difficile de circonscrire chronologiquement, et sur une période comprise entre le xie et le ixe siècle, il y aurait eu un autre souverain du même nom (ou d’autres souverains du même nom) qui a probablement revendiqué la légitimité de sa royauté également à travers une continuelle remise en état et utilisation de la Porte des Lions. C’est à cette phase que remonteraient les autres reliefs.

Fig. 5 – Réélaboration de la section de la Porte des Lions de Delaporte (1940, pl. XV).
1 – Section du côté méridional, ont été rajoutés les dessins des blocs 6 et 7.
2 – Passage intérieur de la porte.
3 – Section du côté septentrional, ont été rajoutés les dessins des blocs 9 et 10

Bibliographie

Merriggi (1975)

Orthmann (1971)

Hawkins (2000)

Bl. 1

Malatya A/1

Malatya 9

Bl. 2

Malatya 10 (II/114)

A/4

10

Bl. 3

4 (II/108)

A/2

4

Bl. 4

12 (II/116)

A/6

11

Bl. 5/a

A/5b

Bl. 5/b

A/5a

12

Bl. 6

6 (II/110)

A/7

6

Bl. 7

7 (II/111)

A/10

7

Bl. 9/a

A/9a

Bl. 9/b

5 (II/109)

A/9b

5

Bl. 10

A/8

Bl. 11

8 (II/112)

A/11

8

Correspondance de la numérotation des reliefs de Malatya

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Akurgal E.
1946 Remarques stylistiques sur les reliefs de Malatya, Ankara.

Alexander R. L.
1991 « Šaušga and the Hittite Ivory from Megiddo »,
JNES 50, p. 161-182.

Aro S.
2003 « Art and architecture », in H. Craig Melchert (éd.),
The Luwians, Leiden, Boston, p. 281-337.

Bier L.
1976 « A second Hittite Relief at Ivriz »,
JNES 35, p. 115-126.

Bittel K.
1976 Les Hittites, Paris.

Delaporte L.
1940 Malatya. Fouilles de la Mission archéologique française. Arslantepe, fasc. I, La Porte de Lions.

Del Monte G. F., Tischler J.
1978 Répertoire géographique des textes cunéiformes. 6, Die Orst-und Gewässernamen der hethitischen Texte, Wiesbaden.

Frangipane M.
1993 « Malatya », in
Reallexikon der Assyriologie, Band 8, 1/2 Lieferung, Berlin-New York, p. 50-51.

Frankfort H.
1996
The Art and Architecture of Ancient Orient.

Genge H.
1979
Nordsyrisch-sudanatolische Reliefs, Copenhague.

Güterbock H. G.
1939-1941 « Die Neuaufstellung der hethitischen Denkmäler in Ankara »,
AfO 13, p. 345-348.
1942 Siegel aus Bogazköy. Die Königssiegel von 1939 und die übrigen Hieroglyphensiegel, Berlin.
1946
Guide to the Hittite Museum in the Bedestan at Ankara, Ankara.
1957 « Narration in Anatolian, Syrian and Assyrian Art », AJA 61, p. 62-71.
1993 « Gedanken über ein Hethitisches Königssiegel aus Bogazköy »,
IstMitt 43 p. 113-116.

Hawkins Y. D.
1974 « Assyrians and Hittites »
Iraq 36, p. 67-83.
1988 « Kuzi-Teshub the “Great King” of Karkamish »,
AnSt 38, p. 99-108.
1993 « Melid », voce in
Reallexikon der Assyriologie, Band 8, 1/2 Lieferung, Berlin-New York, p. 35-41.
1995a « Great Kings and Country-Lords at Malatya and Karkemish », in Th. P. J. Van den Hout et J. De Roos (éd.),
Studio historiae ardens. Ancient Near Eastern Studies Presented to Philo H. J. Houwink ten Cate on Occasion of his 65th Birthday, Istanbul-Leiden, p. 73-85.
1995b « The Political Geography of North Syria and South-East Anatolia in the Neo-Assyrian Period », in M. Liverani (éd.)
Quaderni di Geografia Storica, 5, Roma, p. 87-100.
1998 « Hittites and Assyrians at Melid (Malatya) »,
Atti XXXIVe RAI (Instanbul 1987), Ankara, p. 63-77.
2000 Corpus of Hieroglyphic Luwian inscriptions, Walter de Gruyter, Berlin-New York.

James P.
1991
Centuries of Darkness, London.

Jasink A. M.
1994 « Il Medio Eufrate : continuità e innovazioni tra il secondo e il primo millennio A.C. »,
Mesopotamia XXIX, p. 73-88.
1995
Gli Stati Neo-Ittiti. Analisi delle fonti scritte e sintesi storica, Studia Mediterranea 10, Pavia.

Klengel H.
1968 « Die Hethiter und Išuwa »,
OA 7, p. 63-76.

Kohlmayer K.
1983 « Felsbilder der hethitischen Grossreichszeit »,
Acta Praehistorica et Archaeologica 15, p. 7-154.
2000 Der Tempel des Wettergottes von Aleppo, Münster.

Marazzi M.
1990
Il geroglifico anatolico, Roma.

Matthiae P.
1961 « Malatya »,
Enciclopedia dell’Arte Antica IV, p. 792-794.
1962 « Das Hethitische Malatya. Ausgrabungen einer italienischen Mission 1961-1962 »,
Raggi 4.2, p. 15-26.
1969 « Un frammento di rilievo paleosiriano di Karkemish », in
Studi in onore di Edoardo Volterra, Milano, p. 623-637.
1997
La storia dell’arte dell’Oriente antico. I primi imperi e i principati del Ferro, Milano.

Mazzoni S.
1977 « Ricerche sul complesso dei rilievi neoittiti di Karkemish »,
RSO 51, p. 7-38.
1982 « Gli Stati siro-ittiti e l’“età oscura” II. Sviluppi iconografici e propaganda politica ».
EVO V, p. 197-213.
1994 « Aramaean and Luwian New Fondations », in S. Mazzoni (éd.),
Nuove Fondazioni nel Vicino Oriente antico : realtà e ideologia (= SO), Pisa, p. 319-340.
1997a « L’arte siro-ittita nel suo contesto archeologico »,
CMAO VII, p. 289-314.
1997b « The Gate and the City : Change and Continuity in Syro-Hittite Urban Ideology », in G. Wilhelm (éd.), Die Orientalische Stadt : Kontinuität-Wandel-Bruch, Halle 1996, (= CDOG), Berlin, p. 307-338.
2001 « La Siria e il mondo greco arcaico », Gli « altri » e i Greci, vol. 3. 1, p. 283-328.

Mellink M. J. 1974 « Hittites Friezes and Gate Sculptures », in Anatolian Studies presented to H. G. Güterbock on the occasion of his 65th birthday, Istanbul, p. 201-214.

Meriggi P.
1975
Manuale di eteo geroglifico. Parte II, Testi, 2 e 3 Serie, Roma.

Metzger H.
1978 « Une lecture nouvelle des reliefs de Malatya », RA, p. 195-204.

Mora C.
1992 « Artistes, artisans et scribes entre Kargamish et Hatti au xiiie siècle », in D. Charpin et F. Joannès (éd.), La circulation des biens, des personnes et des idées dans le Proche-Orient ancien : actes de la XXXVIIIe RAI, Paris, p. 241-249.
1997 « Archivi periferici nell’Anatolia ittita : l’evidenza delle cretule », in Administrative Documents in the Aegean and their Near Eastern Counterparts (Napoli, 29 febbraio-marzo 1996).

Muscarella O. W.
1974
Ancient Art : The Norbert Schimmel Collection, Mainz.

Naumann R.
1971
Architektur Kleinasiens von ihren Anfängen bis zum Ende der hethitishen Zeit, Tubingen, 2e éd.

Neve P.
1992
Hattuša, Stadt der Götter und Tempel, Sondernummer der Zeitschrift Antike Welt, Mainz.

Orthmann W.
1971
Untersuchungen zur Späthethitischen Kunst, Bonn.
1975
Der Alte Orient, Berlin.

Pecorella P. E.
1975
Malatya. III, Rapporto preliminare delle campagne 1963-1968. Il livello eteo imperiale e quello neoeteo, Orientis Antiqui Collectio 12.

Puglisi M. S., Meriggi P.
1964
Malatya. I, Rapporto preliminare delle campagne 1961 e 1962, Roma.

Puglisi M. S., Palmieri A.
1968 « Missione archeologica italiana a Malatya.
Scavi a Gelinciktepe », AO VII, p. 127-144.

Schaeffer C. F. A.
1948 « Fouilles à Enkomi et à Arslan Tépe », CRAI, p. 341-342.
1951 « Fouilles à Enkomi et à Arslan Tépe », CRAI, p. 325-326.

Sürenhagen D.
1986 « Ein Königssiegel aus Kargamish », MDOG 118, p. 183-190.

Ug. III = Schaeffer C. F. A. (éd.)
1956
Ugaritica III, Paris.

Van Loon M. N.
1990
Anatolia in the Earlier First Millennium B.C., Leiden.

Vieyra M.
1955
Hittite Art, 2300-750 B.C., London.

Von der Osten H. H.
1928-1929
Explorations in Hittite Asia Minor 1927-28, Oriental Institute Communications 6, The Oriental Institute of the University of Chicago.
1929 « New Sculptures from Malatya »,
AJSL 45, p. 245-251.

Weidner E.
1952-1953 « Ausgrabungen in Arslan Tepe »,
AfO 16, p. 151-152.

Woolley C. L.
1921
Carchemish. II, The Town Defences, London.

Annexes

Fig. 1 – Anatolie méridionale et Syrie septentrionale à l’âge du fer (Mazzoni 1997a, fig. 1)

Fig. 2 – Plan du tell de Arslantepe avec l’aire des fouilles correspondant à la porte hittite et néo-hittite (Pecorella 1975, fig. A)

Fig. 3 – Planimétrie partielle. « Porte Impériale » (Pugliesi et Meriggi 1964, fig. 1)

Fig. 4 – Plan de l’ensemble décoratif de la Porte des Lions. Les blocs en noir indiquent les éléments sculpturaux mis à jour in situ (Delaporte 1940, pl. XII)

Fig. 6 – Photographie et dessin du bl. 1 (Hawkins 2000, pl. 150)

Fig. 7 – Photographie et dessin du bl. 2 (Hawkins 2000, pl. 150)

Fig. 8 – Photographie et dessin du bl. 7 (Hawkins 2000, pl. 147)

Fig. 9 – Photographie et dessin du bl. 6 (Hawkins 2000, pl. 147)

Fig. 10 – Photographie et dessin du bl. 4 (Hawkins 2000, pl. 151)

Fig. 11 – Photographie et dessin du bl. 5/b (Hawkins 2000, pl. 151)

Fig. 12 – Photographie et dessin du bl. 9/b (Hawkins 2000, pl. 147)

Fig. 13 – Photographie du bl. 10 (Delaporte 1940, pl. XXII/2)

Fig. 14 – Photographie et dessin du bl. 11 (Hawkins 2000, pl. 149)

Fig. 15 – Photographie du relief avec la scène de libation du Water Gate de Karkemish (Woolley 1921, pl. 330/a)

Fig. 16 – Photographie du bl. 3 (Delaporte 1940, pl. XVII)

Notes

1 Le travail présenté ici est la synthèse d’une partie des résultats de la recherche que j’ai effectuée pour ma thèse de doctorat. Il s’agit donc d’un exposé préliminaire : les problèmes abordés ici seront traités dans un exposé à part, plus exhaustif.

2 Cf. entre autres Matthiae 1997, p. 196 ; Aro 2003, p. 293-294.

3 Cf. Mazzoni, 1994, 1997a, 1997b.

4 Cf. Güterxbock 1993.

5 En ce qui concerne certains termes souvent utilisés à propos de contextes culturels et de périodes chronologiques, il faut retenir ce qui suit : « hittite-anatolienne » se réfère à la fois à la documentation retrouvée à une époque antérieure au xiiie siècle et à celle remontant au xiiie siècle, bien qu’elle présente des aspects différents de la documentation « syro-hittite ». Cette dernière définition se rapporte au contraire au matériel retrouvé en Syrie, remontant à l’époque impériale récente, dans lequel on trouve l’influence de deux traditions différentes : hittite et syrienne. La même terminologie peut indiquer la documentation anatolienne qui présente des affinités avec ce genre de matériel. Les termes « âge obscur » et « post-hittite », toujours en relation avec la documentation de provenance syro-anatolienne, font référence à la période immédiatement postérieure à la chute de l’Empire hittite jusqu’au xe siècle, alors que pour les siècles plus récents, du xe siècle jusqu’à la conquête assyrienne, on utilise le terme « néo-hittite ».

6 Cf. Hawkins 1988.

7 En ce qui concerne la reconstruction la plus récente de l’histoire de Malatya cf. Hawkins 1993, p. 36-41, 1995b, p. 88-90, 1998, 2000, p. 283-288, Jasink 1995, p. 52-53. En ce qui concerne la question relative au rapport entre Malatya et l’État d’Išuwa à l’époque hittite impériale, cf. en particulier Klengel 1968 et la récente discussion dans Mora 1997 (dans laquelle on examine les témoignages glyptiques de Malatya de l’époque impériale). Pour l’attestation du nom Mal(i)tija dans les textes hittites, cf. Del Monte-Tischler 1978, p. 257 et suivantes.

8 Tiglath-Pileser I, vers 1100, fait référence à des contacts avec Hatti (c’est-à-dire Karkemish) qui était gouvernée par le roi Ini-Teshub, et avec Malatya, sous le règne d’un souverain nommé Allumari, sans indiquer aucune dépendance politique entre les deux pays. Pour ce problème, on peut consulter Hawkins 1995a, p. 84 (pour la bibliographie, cf. en particulier les notes 79-80).

9 Cf. références bibliographiques de la note 7.

10 L’hypothèse de Hawkins part des empreintes du sceau de Kuzi-Teshub qui témoignent l’existence de ce nouveau roi de la ligne des rois hittites de Karkemish, empreintes retrouvées à Lidar Höyük, dont Hawkins améliore la lecture et l’interprétation proposée par Sürenhagen 1986.

11 Pour les précédentes datations des inscriptions, nous faisons référence à Hawkins 1974, p. 74-79. Rappelons que les stèles de Ispekçür et de Darende présentent aussi un relief que Orthmann 1971, classe respectivement « Periode : nicht sicher einzuorden » (p. 117, p. 487) et génériquement Hittite Récent II/III (p. 116-117, p. 481-482).

12 Toutefois dans son œuvre la plus récente, Corpus of Hieroglyphic Luwian Inscription, l’auteur n’exclut pas l’hypothèse que les deux stèles puissent remonter aussi au xe siècle, voir ci-après.

13 Orthmann 1971 classe les reliefs de Malatya, où apparaît le nom du roi PUGNUS-mili, comme Hittite Récent II ( ?) ; par la suite le même auteur (Orthmann 1975, p. 480 n. 353) avance que de tels reliefs pourraient être de peu antérieurs au xe siècle. Genge 1979, p. 172-179, propose lui aussi une datation semblable. Pour une datation différente des reliefs de Malatya cf. Hawkins 1993, p. 40-41, Jasink 1994, Hawkins 1995b, p. 88.

14 Cf. Hawkins 2000, p. 287-288.

15 Cf. Hawkins 2000, p. 288, note 75, pour la bibliographie relative à ce problème.

16 En ce qui concerne la reconstruction généalogique des autres rois de Malatya, basée sur d’autres reliefs et inscriptions cf. Hawkins 2000, p. 287-288, avec bibliographie.

17 Pour une synthèse sur les fouilles de Malatya cf. Frangipane 1993, p. 42-52, Hawkins 2000, p. 282. Dans les deux travaux cités, on rapporte la bibliographie à partir du moment de la découverte de la Porte des Lions jusqu’aux fouilles les plus récentes.

18 La colline de Malatya avait précédemment été visitée en 1907 par la mission de la Cornell University et en 1908 par Von der Osten (cf. Delaporte 1940, p. 3-4).

19 Cf. Schaeffer 1948, Schaeffer 1951 et Weidner 1952-1953.

20 Cf. Pecorella 1975, p. 5.

21 Pour une analyse de la documentation archéologique de la ville de Malatya à l’époque impériale, nous renvoyons aux articles de Matthiae 1962, Puglisi et Meriggi 1964, p. 18-24, Pecorella 1975, p. 3-8, Frangipane 1993, p. 48.

22 Cf. Pecorella 1975, p. 5 note 7, p. 67. Le problème concernant une éventuelle réutilisation de quelques blocs réalisés pendant l’époque impériale a été abordé par Frankfort 1996, p. 393, note 47, Muscarella 1971, p. 263-264. Parmi les autres chercheurs qui ont simplement fait allusion au problème, mais sans le traiter directement, rappelons Bittel 1976, p. 246, et Mellink 1974, p. 206. Orthmann 1971, p. 91-100, par contre, est très loin des hypothèses jusqu’ici examinées. En effet, l’auteur allemand, après avoir directement examiné sur place les éléments, retient qu’il est impossible qu’il y ait eu réutilisation, dans la mesure où les reliefs, par leur forme et leurs dimensions, s’adaptent parfaitement à structure de la Porte des Lions, alors qu’ils ne correspondent en rien à l’échelle et au plan de la porte impériale. Bier 1976, p. 122, et James 1991, p. 132, rapportent l’hypothèse de Orthmann.

23 Cf. Frankfort 1996, p. 233-234. Van Loon 1990, p. 6, ne propose pas, quant à lui, une datation aussi haute.

24 Aussi bien Matthiae 1961, p. 792, que Pecorella 1975, p. 65, interprètent la porte comme l’accès monumental à l’aire d’un palais, tandis que Naumann 1971, p. 229-300, considère l’ensemble comme une porte urbaine qui permettait l’accès à l’acropole.

25 Cf. Delaporte 1940, p. 38-58.

26 Cf. Bier 1976, p. 123.

27 Cf. Puglisi et Palmieri 1968, p. 128.

28 Cf. James 1991, p. 131-132.

29 Afin de faciliter la consultation, nous avons décidé d’adopter dans cette étude une nouvelle numérotation des reliefs de Malatya. Pour la correspondance avec la numérotation utilisée par Orthmann (1971), Meriggi (1975) et Hawkins (2000), cf. la table des correspondances.

30 Cf. Güterbock 1939-1941, p. 347, 1946, p. 16.

31 Cf. Delaporte 1940, p. 16. Vieyra 1955, p. 73.

32 Cf. Von der Osten 1928-1929, p. 87 et suivantes.

33 Cf. Orthmann 1971, p. 91, avec renvois à la bibliographie précédente.

34 Cf. Orthmann 1971, p. 140-141 et le tableau récapitulatif, p. 148.

35 Pour la bibliographie concernant les études à caractère iconographique et stylistique, nous renvoyons aux indications fournies par Orthmann 1971. Après 1971, on doit tenir en considération particulière les études de Genge 1979, p. 172-179, Metzger 1978, Van Loon 1990, p. 3-6, Matthiae 1997, p. 196-197, et Mazzoni 1997a.

36 Les reliefs suivants ne sont pas pris en considération ici (numérotation adoptée par Orthmann 1971) : Malatya A/12 tab. 41d/e, Malatya B/1 tab. 42a, Malatya B/2 tab. 42b, Malatya B/3 tab. 42c, Malatya C/4 tab. 42d/e, Malatya B/4 tab. 42f, Malatya C/5 tab. 42g/h, Malatya C/1b tab. 43, Malatya C/1 tab. 43b, Malatya C/1c tab. 43c, Malatya C/2 tab. 43d, Malatya C73 tab. 43e, et la statue Malatya D/1 tab. 43f/g.

37 En faisant référence au rapport entre les images et ce type d’inscription, Marazzi 1990, p. 24-25, s’exprime comme suit : « La rappresentazione visiva assume… qui un ruolo di primo piano e la manifestazione scrittoria (che serve ad identificare o a qualificare persone e divinità) funge da “fumetto”, collocandosi di fronte ai singoli personaggi, all’altezza della testa, in funzione dell’organizzazione spaziale delle figure. »

38 Il est possible d’offrir la même interprétation également pour les hiéroglyphes gravés sur un lion d’angle (cf. fig. 16). Ceux-ci rapportent le nom de Halpasuluphis, un autre souverain de Malatya qui, dans une période postérieure à l’exécution des reliefs, aurait fait graver son propre nom. Il appartiendrait à une dynastie postérieure à celle de PUGNUS-mili (cf. Hawkins 2000, p. 286-288, p. 320-321).

39 Cf. Orthmann 1971, p. 140-141, p. 148.

40 Cf. Genge 1979, p. 172-179.

41 Cf. Van Loon 1990, p. 3-4.

42 Nous nous sommes limités à présenter ici une synthèse des hypothèses les plus récentes. Nous renvoyons à un autre travail l’analyse stylistique des reliefs de Malatya et la discussion sur la bibliographie correspondante.

43 Cf. Hawkins 1988, p. 101-103, 1995a, p. 74-75.

44 Cf. Van Loon 1990, p. 6.

45 Cf. note 22.

46 Les blocs sont en pierre calcaire et offrent presque les mêmes dimensions, avec de petites variations (environ 45 cm de haut), qui se maintiennent dans des limites constantes (cf. Delaporte 1940, p. 61-63).

47 Cf. Mellink 1974, p. 206.

48 Le sens de lecture de la représentation est indiqué par la direction des personnages.

49 Pour ce qui concerne la discussion sur l’interprétation de ce titre, cf. Hawkins 2000, p. 307.

50 Comme l’a d’ailleurs proposé Meriggi 1975, p. 52.

51 Une hypothèse, qui concorde en partie avec la nôtre, a été proposée par Matthiae 1961, p. 793, en ces termes : « … sembra certo che i rilievi rinvenuti in situ non siano del tutto omogenei, sicchè non è da escludere che la decorazione della porta monumentale risalga a diversi periodi del regno di Sulumeli ». En ce qui concerne le problème de la réutilisation des différents orthostates, il nous semble peu probable, exactement comme le pensait Orthmann (cf. note 22), que les reliefs aient été réalisés à l’époque impériale, puis tous réutilisés pour la décoration de la porte d’époque néo-hittite, hypothèse soutenue par Frankfort, il nous paraît au contraire vraisemblable que la dernière phase de réélaboration de l’ensemble englobe des éléments sculpturaux récupérés sur des structures d’époques différentes et adaptés à d’autres, plus récents. Akurgal 1946, en revanche, interprète les différences que l’on rencontre entre une plaque et l’autre dans certains détails comme le résultat de différents artistes.

52 Cf. Güterbock 1957, p. 64, Mellink 1974, p. 207, Metzger 1978, p. 200.

53 Sur ce point, Bittel s’exprime comme suit (Bittel 1976, p. 246) : « Il s’agit de scènes limitées qui ne dépassent pas les limites de la pierre et dont l’importance est déterminée dans chaque cas par la longueur du bloc. Il est possible que la destination cultuelle de l’édifice auquel les reliefs étaient destinés soit à l’origine de ces restrictions thématiques. »

54 Il présente une hauteur de 81 cm environ, c’est-à-dire le double des autres. Cf. Delaporte 1940, p. 63, Akurgal 1946, p. 61, Orthmann 1971, p. 92.

55 Cf. Orthmann 1971, p. 92, avec renvois à la bibliographie précédente, en particulier les notes 10 et 11.

56 Cf. Bittel 1976, p. 182, fig. 204. En ce qui concerne le problème de la datation du relief rupestre, plusieurs propositions ont été avancées. Parmi les études les plus récentes, rappelons l’analyse de Kohlmeyer 1983, p. 85, qui attribue le relief au règne de Muwatalli pour des raisons stylistiques. Alexander 1991, p. 169 et suivantes, le place à la fin du xiiie siècle. Mora 1992, p. 244, penche elle aussi pour cette datation. Elle propose d’attribuer le relief rupestre à la deuxième moitié du xiiie siècle : « À Imamkulu, une scène d’une complexité particulière et sans égale dans l’art hittite de la période antérieure à Yazilikaya est représentée, en outre, quelques-unes des figures présentent de très évidentes affinités avec les reliefs de Yazilikaya même et avec d’autres monuments qui datent presque certainement de la deuxième moitié du xiiie siècle. Il est donc préférable de situer également Imamkulu à cette même période. »

57 Cf. Neve 1992, couverture.

58 Güterbock a analysé avec attention le motif iconographique du dieu de l’orage qui conduit un char traîné par des taureaux. À la liste des attestations examinées par l’auteur allemand, nous devons maintenant ajouter le relief récemment mis au jour dans le temple d’Alep (cf. Kohlmeyer 2000, pl. 16-17).
De l’ensemble du « Water Gate » de Karkemish, quelques reliefs se sont conservés, malheureusement fragmentaires, dont une partie, retrouvée in situ, a été attribuée à l’époque Hittite Récent I par Orthmann 1971, p. 30-31. Cependant, deux de ces plaques, respectivement l’une avec la scène de libation (KAa/4, pl. 20d) et l’autre de banquet (KAb/4, pl. 21c) sont généralement assignées à une période postérieure pour des raisons stylistiques. Orthmann 1971, p. 39, les attribue à la période Karkamish III, Hittite Récent II. Récemment toutefois, Güterbock 1993 a étudié de nouveau le problème et, sur la base de quelques remarques de Woolley (pour la bibliographie, cf. Güterbock 1993, p. 115, notes 18-19), a avancé l’hypothèse que les blocs aient fait partie à l’origine d’un ensemble du xiiie siècle pour être ensuite réutilisés, dans une période successive.
Pour une proposition de datation analogue du même relief, cf. Mazzoni 2001, p. 288, pl. 3. Une attribution chronologique aussi haute du relief en question implique certaines observations sur le vêtement du souverain. Celui-ci en effet ne porte pas la tunique habituelle à traîne et la calotte que l’on voit sur les scellés des rois de Karkemish du xiiie siècle retrouvés à Ugarit (cf. Ug. III, fig. 68, 70). Ce type d’image rappelle plutôt les représentations d’époque néo-hittite plus tardives. Si l’hypothèse de Güterbock est juste et donc si le relief du Water Gate date du xiie siècle, nous devons constater que des éléments anciens qui étaient jusqu’à présent considérés comme typiques d’une tradition d’une époque précédente, trouvent leur première attestation dans la période hittite impériale. Pour un examen des différentes typologies, voir Orthmann 1971, p. 287-297.

59 Cf. Bittel 1976, p. 141, fig. 214.

60 Cf. Güterbock 1942, n. 42.

61 À propos de l’importance que la cour de Karkemish exerçait probablement dans l’art et dans la politique pendant la période hittite impériale, cf. Mora 1992, p. 241-249, avec des renvois à la bibliographie précédente.
Il nous semble significatif de rappeler que la cour de Karkemish devait probablement jouer dès le xviiie siècle un rôle d’une extrême importance, au point d’imposer son influence artistique sur toute la Syrie du Nord (cf. Matthiae 1969). De la même manière, plusieurs siècles plus tard, à l’époque néo-hittite, Karkemish devient « centro propulsore di tendenze artistiche per tutta l’area nordsiriana » (cf. Mazzoni 1977, p. 35). Il nous semble par conséquent improbable que, pendant le laps de temps où ce centre reste sous la domination de l’Empire hittite, il ne réussisse pas à conserver un rôle important dans le domaine de la production artistique.

62 Cf. Mazzoni 1997b.

63 Mazzoni 1997b, p. 332-333.

64 Cf. Mazzoni 1982.

65 Cf. Mazzoni 1982, p. 202-203.

Table des illustrations

Titre À travers l’analyse de ces stèles, Hawkins propose donc le schéma généalogique suivant :
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 1 – Anatolie méridionale et Syrie septentrionale à l’âge du fer (Mazzoni 1997a, fig. 1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 2 – Plan du tell de Arslantepe avec l’aire des fouilles correspondant à la porte hittite et néo-hittite (Pecorella 1975, fig. A)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 3 – Planimétrie partielle. « Porte Impériale » (Pugliesi et Meriggi 1964, fig. 1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 4 – Plan de l’ensemble décoratif de la Porte des Lions. Les blocs en noir indiquent les éléments sculpturaux mis à jour in situ (Delaporte 1940, pl. XII)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 6 – Photographie et dessin du bl. 1 (Hawkins 2000, pl. 150)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 7 – Photographie et dessin du bl. 2 (Hawkins 2000, pl. 150)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 8 – Photographie et dessin du bl. 7 (Hawkins 2000, pl. 147)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 9 – Photographie et dessin du bl. 6 (Hawkins 2000, pl. 147)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 10 – Photographie et dessin du bl. 4 (Hawkins 2000, pl. 151)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 11 – Photographie et dessin du bl. 5/b (Hawkins 2000, pl. 151)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 12 – Photographie et dessin du bl. 9/b (Hawkins 2000, pl. 147)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 13 – Photographie du bl. 10 (Delaporte 1940, pl. XXII/2)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 14 – Photographie et dessin du bl. 11 (Hawkins 2000, pl. 149)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 15 – Photographie du relief avec la scène de libation du Water Gate de Karkemish (Woolley 1921, pl. 330/a)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 16 – Photographie du bl. 3 (Delaporte 1940, pl. XVII)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4314/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 762k