Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 2

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Mondes périphériques

Quelques considérations sur la topographie de Babylone1

Laura Battini

Note de l’éditeur

Pour des raisons techniques, l’astérisque qui constituait l’appel de note du titre de ce chapitre dans l’édition originale (papier) a ici été transformé en « 1 ». D’autre part, cette note du titre est présentée ici en note de fin, de telle sorte que la numérotation originale des notes de bas de page n’est pas altérée dans l’édition électronique.

Texte intégral

  • 1 Cet article, achevé en juin 2001, n’a été que légèrement remanié. La bibliographie la plus récente (...)
  • 1 A. R. George, Babylonian Topographical Texts, OLA 40, Leuven, 1992.
  • 2 A. R. George, Topographical Texts, p. 1-7.

1Les textes « topographiques » ne sont pas inexistants en Mésopotamie, mais pourtant assez rares et souvent lacuneux1. Ils n’ont pas été écrits pour donner des indications topographiques précises, mais pour établir une liste des bâtiments les plus importants et pour donner une explication théologique à la ville2. Cela limite mais n’empêche pas le travail de restitution de la topographie d’une ville connue également par les fouilles archéologiques.

  • 3 A. R. George, Topographical Texts, p. 19-29 et p. 336-382.

2La traduction récente du texte appelé Tintir permet de proposer quelques considérations sur la topographie de Babylone. A. R. George a déjà proposé des identifications intéressantes3. On peut, pourtant, ajouter quelques nouvelles suggestions à ses interprétations, principalement pour les portes et les quartiers de cette capitale, donc en partant essentiellement de la tablette V. Cela permet, par ailleurs, de mieux comprendre la topographie des villes de la Mésopotamie et leur signification cosmique.

A. LES PORTES

  • 4 S. N. Kramer, From the Tablets of Sumer, Indiana Hill, 1956, p. 273-275 ; McGuire Gibson, « Nippur, (...)
  • 5 A. R. George, Topographical Texts, p. 6-8.

3Il est clair que pour les anciens Mésopotamiens les portes de la ville étaient très importantes. Le seul plan conservé d’une ville ancienne, celui de Nippur4, montre en effet les portes urbaines parmi les éléments essentiels. Il est en outre intéressant de remarquer que ce plan de la ville de Nippur, d’époque cassite, reprend les mêmes points importants que le Tintir, datable au xiie av. J.-C.5 : les édifices religieux, les noms de l’enceinte et des portes urbaines.

  • 6 Les interprétations les plus nombreuses viennent des épigraphistes, dès l’époque des fouilles de Ba (...)

4L’identification et la position des portes de Babylone ont été au centre de plusieurs interprétations6. Leur identification est aujourd’hui au moins en partie assurée par les découvertes archéologiques ainsi que par la nouvelle édition du texte faite par A. R. George. Mais c’est sur la position des portes que les avis différaient.

I. L’identification des portes

  • 7 Traduction d’après A. R. George, Topographical Texts, p. 66-67 : Tintir V, 1. 49-56.

5La série Tintir nomme huit portes urbaines : « Porte urbaine “L’ennemi lui est répugnant” la porte d’Uraš, Porte urbaine “Il haït son agresseur” la porte de Zababa, Porte urbaine “Son Seigneur est le pasteur” la porte de Marduk, Porte urbaine “Ištar vainc son assaillant” la porte d’Ištar, Porte urbaine “Enlil le fait briller” la porte d’Enlil, Porte urbaine “Puisse son fondateur prospérer” la porte du Roi, Porte urbaine “Ô Adad, protège la vie des soldats” la porte d’Adad, Porte urbaine “Ô, Šamaš rends solide la base des soldats” la porte de Šamaš »7.

6Sept portes sont dédiées aux divinités, une au roi. La porte d’Enlil est à côté du palais royal comme à Dūr-Šarrukīn. Et en face du palais royal se trouve la porte de Šamaš, à côté de laquelle est construite la porte d’Adad, comme à Dūr-Šarrukīn. Les noms des portes sont associés à la force dans trois cas (Uraš, Zababa, Ištar), à la solidité dans un cas (Šamaš), à la protection dans deux cas (Marduk, Adad), à la prospérité dans un cas (roi) et à la reconnaissance divine dans un cas (Enlil).

  • 8 R. Kol dewey, Das Ischtar-Tor in Babylon, WVDOG 32, Osnabrück, 1970 (1re édition, Berlin, 1918), p. (...)
  • 9 A. R. George, Topographical Texts, p. 22 et p. 337.
  • 10 A. R. George, Topographical Texts, p. 22-23.
  • 11 A. R. George, Topographical Texts, p. 27-28 et p. 342.

7Les découvertes épigraphiques in situ ont permis de reconnaître la porte d’Ištar au nord de la moitié orientale de la ville8. En revanche, la porte d’Uraš a été identifiée au sud de cette même moitié orientale de la ville sur la base des inscriptions de Nabopolassar et Nabuchodonozor II9. Ainsi, il est apparu clair que la liste des portes donnée dans Tintir suit un sens inverse des aiguilles d’une montre et que la moitié est de la ville disposait de quatre portes10. Enfin, la découverte d’un fragment de plan montrant la porte de Šamaš et le quartier Tuba permet de proposer de manière assez sûre la position de cette porte dans la moitié occidentale de Babylone et, plus exactement, dans le quartier Tuba11.

II. La position des portes

  • 12 Dans la partie ouest de la ville se trouvaient les portes de Šamaš et d’Adad et la Bāb-Lugalirra. C (...)
  • 13 F. Wetzel, Die Stadtmauern, p. 61 ; id., ZA 48, p. 46-47 et pl. I et II.
  • 14 A. R. George, Topographical Texts, p. 21-23.
  • 15 A. R. George, Topographical Texts, p. 23.
  • 16 F. Wetzel mentionne l’existence probable d’une porte sur le côté nord de la moitié ouest de la vill (...)

8La majeure partie des auteurs proposait six portes dans la partie est de la ville et trois autres dans la partie ouest12. F. Wetzel proposa le premier quatre portes dans chaque moitié de la ville13 mais sa suggestion fut vite oubliée. Partant d’un chemin différent, A. R. George y est revenu récemment14 (fig. 1). Il a proposé quatre portes dans la partie est de la ville et quatre dans la partie ouest. Les quatre de la partie est sont déjà connues par les fouilles archéologiques. Celle d’Ištar au nord, celles de Marduk et Zababa à l’est et celle d’Uraš au sud. Donc, dans la moitié ouest de la ville se trouvent les portes d’Enlil, du Roi, d’Adad et de Šamaš. Et en suivant le sens inverse des aiguilles d’une montre donné dans le Tintir15, A. R. George a proposé une localisation septentrionale pour la porte d’Enlil, occidentale pour les portes du roi et d’Adad et méridionale pour la porte de Šamaš. Son interprétation est très pertinente, mais on peut avancer encore de nouvelles suggestions, tout en sachant que la position des portes sur le côté ouest de la ville ne peut être qu’hypothétique. Car on ne dispose d’aucun élément archéologique16. Ainsi, la proposition suivante est limitée par l’absence de fouilles.

  • 17 Plus exactement : 1 606 m et 1 628 m (écart de 22 m, soit environ 1,4 %, donc négligeable).
  • 18 Cf. les points qui divisent l’enceinte en une partie supérieure et une inférieure : A. R. George, T (...)

9La position des portes aussi bien ordonnée sur l’enceinte géométrique fait songer à l’existence d’un ordre dans la manière de localiser les portes elles-mêmes. Il ne peut pas s’agir d’un hasard si sur chaque côté de la muraille se trouvent deux portes et si sur chaque moitié de la ville séparée par le fleuve se trouvent quatre portes. Pourtant, il n’existe aucune distance égale qui sépare les portes sur le périmètre urbain. S’il existe un ordre, celui-ci est moins immédiatement évident. Il existe, en effet, un centre qui détermine les portes de Babylone. Il s’agit de la porte du pont. Elle permet de relier avec des modules géométriques toutes les portes urbaines de la ville (fig. 2). Les portes de Zababa et Marduk sont distantes de 1 617 m environ de la porte du pont17. De même, la porte d’Uraš est distante de 818 m de la porte du pont, une distance qui permet d’arriver dans la partie ouest de la ville, approximativement au point où A. R. George proposait de situer les portes de Šamaš et d’Enlil. Enfin, la porte d’Ištar est distante de 1 030 m de la porte du pont, distance qui, touchant le mur ouest de la ville, permet de déterminer la position des portes du Roi et d’Adad. Ainsi, les portes du Roi, d’Adad et de Šamaš se trouvent respectivement un peu plus au nord, un peu plus au sud et un peu plus à l’est par rapport à la proposition de A. R. George. On ignore la signification des chiffres de ces modules, qui ne devait pas échapper aux anciens. Mais on peut suggérer que derrière le choix des localisations des portes, se trouvait un ordre géométrique et peut-être mathématique18 qui avait été conçu pour ne pas être compris par tous.

III. Le système de définition des portes

  • 19 Ou peut-être vers la ville d’Akus (A. R. George, Sumer 44, p. 17 et note 48 p. 22).
  • 20 A. R. George, Topographical Texts, p. 60-61, l. 34. Cf. A. R. George, House Most High. The Temples (...)
  • 21 Cf. Tintir II, 34 : « […]-ku le siège de Sîn ; la chapelle à l’ouest, derrière le puits ». Mais on (...)
  • 22 Tintir V, 72.
  • 23 Tintir IV, 16 et 22-23. Il existait également un temple de Bēlet-Bābili dans le quartier Eridu (Tin (...)
  • 24 Tintir IV, 19.
  • 25 Tintir IV, 40.

10Le système de définition des noms des portes suit plusieurs principes : topographique, géographique, céleste et cosmique. Les portes d’Ištar, d’Uraš, de Zababa, de Šamaš et d’Adad sont géographiquement bien positionnées. Ištar est construite au nord vers l’Assyrie, Uraš au sud vers Dilbat, Zababa à l’est vers Kiš, Šamaš au sud vers Larsa, Adad à l’ouest vers la Syrie19. La position d’Adad explique la position orientale de Marduk (la Babylonie versus la Syrie). Mais il y a deux portes qui ne sont pas positionnées en ordre géographique, l’une parce qu’elle est dédiée au roi et celle d’Enlil parce qu’elle n’est pas orientée au sud vers Nippur. Tintir IV explique la position de la porte d’Enlil : il y avait en effet un temple d’Enlil (Enamtila20) dans la partie nord de la moitié ouest de la ville. De même, la position de la porte du roi semble dépendre d’une indication topographique. La voie qui part d’elle porte le nom du dieu Sîn, dont peut-être un sanctuaire n’était pas loin21. Et le dieu Sîn est « celui qui établit sa couronne royale22 ». Quatre autres portes sont topographiquement bien marquées. La porte d’Ištar n’est pas très loin du temple de Bēlet-Akkade dans le quartier Ka-dingira et de deux temples d’Ištar dans le quartier de la « ville neuve23 », la porte de Marduk est juste en face de l’Etemenanki et de l’Esagil, celle d’Uraš est à proximité du temple de Ninurta24, avec lequel Uraš a été souvent identifié, celle d’Adad est elle aussi à proximité du temple du même dieu situé à Kumar25. Seules les portes dites de Šamaš et de Zababa ne semblent pas trouver de correspondance dans la topographie urbaine, même si cette dernière ne peut pas encore être connue de manière complète.

  • 26 D. Brown, Mesopotamian Planetary Astronomy-Astrology, CM 18, Styx Publications, Groningen, 2000, p. (...)
  • 27 D. Brown, Mesopotamian Planetary, p. 60, p. 65-66.
  • 28 J. Black et A. Green, Gods, Demons and Symbols of Ancient Mesopotamia. An Illustrated Dictionary, L (...)
  • 29 D. Brown, Mesopotamian Planetary Astronomy, p. 146. Il est, en outre, possible que les villes en di (...)
  • 30 Dans la série Ḫar-ra=ḫubullu, les noms des villes et les cours d’eau sont suivis par les étoiles, c (...)

11En outre, bien qu’on ne dispose pas de beaucoup de renseignements, il est évident que certaines portes sont liées aux astres : Ištar est la planète Vénus, Enlil la constellation Arcturus, Šamaš le Soleil et Saturne, Marduk Mercure et Jupiter, alors que le roi correspond à l’étoile Regulus26. En outre, au moins au Ier millénaire av. J.-C., mais vraisemblablement même avant, certaines étoiles indiquaient la direction des pays : Vénus était l’étoile d’Élam, Jupiter l’étoile d’Akkad et Saturne l’étoile d’Amurru27. On ne peut donc pas exclure une allusion à la domination totale sur les autres pays. De même, certains des quartiers urbains semblent avoir été choisis en fonction d’une signification cosmique, en plus d’une signification théologico-idéologique. C’est le cas du quartier Bāb-Lugalirra, qui correspondrait à la constellation des gémeaux28, de Kullab, les constellations du bélier ou du lion, de Kumar, probablement la constellation du lion, et d’Eridu, la constellation du lion ou du capricorne ou de l’aquarius29. Mais en l’absence de données contemporaines, il est difficile de comprendre pleinement le projet de fondation idéologique de Babylone à travers les valeurs cosmiques qui dépendent du choix des noms des quartiers et des portes. Et puis, il faudrait savoir de façon sûre à quelle époque remontent ces noms. De toute manière, il est probable que l’association des portes à des astres ou des étoiles aboutissait à une explication cosmique de l’importance de la ville et que l’ordre de ces associations célestes s’appliquait à la ville terrestre30.

  • 31 « Enlil, le grand seigneur dont le décret ne peut être modifié (et) les destins qu’il fixe ne peuve (...)

12Enfin, il existe également une valeur théologique dans la définition des portes : la porte d’Ištar, symbole de la force et de la légitimité du pouvoir, est juste à côté du palais royal et en face de la porte d’Uraš, autre dieu de la force et de la guerre. À côté d’Uraš, se trouvait la porte d’un autre dieu de la guerre, Zababa. Et comme dieu de l’orage, Adad présente un aspect violent, aussi bien que les dieux de position suprême, comme Enlil et Marduk. Ainsi, six portes sur huit soulignent la force, plutôt dans son aspect violent et dévastateur. Mais également importante est la légitimation du pouvoir : en face du palais royal, se trouve la porte de Šamaš et un peu plus à l’ouest, la porte d’Adad. Adad et Šamaš sont les dieux garants du bon fonctionnement de la royauté à travers l’extispicine. La porte du roi, ainsi, se trouve bien entourée, entre les portes d’Adad et Šamaš au sud-ouest et les portes d’Enlil et d’Ištar de l’autre côté. Marduk et Šamaš sont les dieux du jugement, Šamaš est également le garant de la loi et du bon fonctionnement du monde. En outre, les dieux auxquelles les portes sont dédiées sont tous fils d’Enlil31. Il s’agit du seul cas connu jusqu’à maintenant et il ne s’agit pas d’un hasard. Le choix d’Enlil comme le dieu père peut d’ailleurs constituer un élément important dans la datation de la définition des noms des portes (voir ci-dessous). Cette filiation pose, d’ailleurs, la porte du roi dans une position particulière : le roi s’élève plus en haut que les autres êtres humains et se fait vraiment l’intermédiaire entre les dieux et les hommes.

IV. Similitudes topographiques

  • 32 L. Battini a déjà suggéré ces similitudes (« La città quadrata : un modello urbano nella Mesopotami (...)

13La position et les noms des portes de Babylone montrent des similitudes importantes avec ceux de Dūr-Šarrukīn32 (fig. 3). Les deux villes présentent une forme géométrique s’approchant du trapèze, plus carrée pour l’une, plus rectangulaire pour l’autre. Elles disposent de huit portes urbaines chacune, deux pour chaque côté, et dans les deux cas la position des portes a été décidée selon un ordre qui n’est pas immédiatement compréhensible. Leurs noms se réfèrent presque exclusivement aux divinités et ils célèbrent la force et la légitimité du règne, comme preuve de la bienveillance des dieux.

  • 33 Voir en dernier : L. Battini, « Des rapports géométriques en architecture : le cas de Dūr-Šarrukīn  (...)

14Il est évident, dès lors, que lorsque Sargon II nomme ses portes urbaines, il a présent le modèle de Babylone. Mais le roi assyrien élabore ces emprunts d’une manière très originale : les noms sargonides des portes insistent sur la royauté, comme moteur de la situation favorable de la ville. Cela explique la position importante jouée par le palais royal lui-même dans la définition des points focaux de la construction33. Dans la série Tintir, en revanche, le sujet reste les divinités, les seules garantes de la vie du pays.

B. LES QUARTIERS URBAINS

15La série Tintir nomme les dix districts de la ville, six dans la partie est et quatre dans la partie ouest : « De la porte du marché à la porte sublime, cela s’appelle Eridu ; de la porte du marché à la porte d’Uraš, cela s’appelle Šu-anna ; de la porte sublime à la porte d’Ištar, cela s’appelle Ka-dingira ; de la porte d’Ištar au temple de Bēlet-Eanna sur le bord du canal, cela s’appelle ālu eššu ; du temple de Bēlet-Eanna sur le bord du canal à la porte de Marduk, cela s’appelle Kullab ; de la porte de Zababa à l’autel “les dieux ont fait attention à Marduk”, cela s’appelle TE.Eki. Les six quartiers sur le côté est.

  • 34 A. R. George, Topographical Texts, p. 68-70, l. 92-104.

16De la porte d’Adad à la porte Akus, cela s’appelle […] ; de la porte Akus à l’Enamtila, la zone où l’Ešmaḫ est construit, cela s’appelle Kumar ; du centre de l’arc du temple de Bēlet-Ninua au bord du fleuve, cela s’appelle Bāb-Lugalirra ; de la porte de Šamaš au fleuve, cela s’appelle Tuba34 ».

17De cette description viennent des renseignements très intéressants. D’abord sur les noms de certaines portes qui sont citées ici pour la première fois dans les textes conservés et ensuite sur la position des quartiers.

I. Les nouveaux noms des portes qui définissent les quartiers urbains

  • 35 A. R. George, Topographical Texts, p. 18-20.

18Trois portes nouvelles sont citées dans le passage de Tintir cité ci-dessus : abul maḫῑri (k á . g a l  g a n b a, « porte du marché »), abul māḫi (k á . g a l  m a ḫ, « porte sublime ») et abul akus (« porte d’Akus »). A. R. George a suggéré de les considérer comme les portes d’une ancienne enceinte de la ville de Babylone, datable de l’époque d’avant Hammu-rabi et plus restreinte que l’enceinte citée dans Tintir35. L’hypothèse est suggestive, mais elle laisse quelques difficultés.

  • 36 A. R. George, Topographical Texts, p. 85-87. O. R. Gurney l’avait déjà remarqué mais il excluait qu (...)
  • 37 CAD A, p. 86b.
  • 38 O. R. Gurney, Iraq 36, p. 51 ; A. R. George, Topographical Texts, p. 373.
  • 39 A. R. George, Topographical Texts, p. 373.
  • 40 J. J. Finkelstein, « Subartu and Subarians in Old Babylonian Sources », JCS 9, 1955, p. 3 et n. 29.
  • 41 Tintir II, 9’’ (cf. A. R. George, Topographical Texts, p. 282). En dernier lieu, voir : A. R. Georg (...)
  • 42 Tintir V, 86 cite cent quatre-vingts chapelles d’Ištar, sans plus de précision. Ces chapelles devai (...)
  • 43 L’appartenance de la Bāb-Lugalirra à cette enceinte paraît en outre douteuse. D’ailleurs, un texte (...)

19D’abord, le nom d’une de ces portes (la porte sublime) est celui d’une des portes d’entrée du temple de l’Esagil36. On pourrait objecter que cette porte est définie comme k á . g a l, donc une porte urbaine. Mais l’usage du mot n’exclut pas l’indication de la porte d’un temple ou d’un autre bâtiment important37. En outre, comment expliquer le fait que la porte du marché (k á . g a l  g a n b a) est connue par ailleurs comme bāb maḫῑri38 ? Cette porte peut avoir appartenu à une ancienne enceinte, mais elle peut avoir appartenu à un autre bâtiment, peut-être l’entrée du marché, et puis servi comme indication topographique, au moins à l’époque néobabylonienne tardive39. En revanche, il est vraisemblable que la porte d’Akus appartenait à une enceinte, car elle doit son nom à la ville d’Akus, pas très éloignée de Babylone40, en direction de laquelle la porte aurait pu être construite. Toutefois, on connaît également un petit sanctuaire d’Inanna a-ku-súmki à Babylone. Sa position exacte n’est pas connue, probablement dans l’Esagil41, mais on ne peut pas exclure l’existence d’un sanctuaire ou d’une petite chapelle dans la moitié occidentale de la ville, ce qui expliquerait l’existence d’une porte d’Akus dans le secteur, soit qu’elle soit la porte du temple soit qu’elle soit une porte urbaine42. Enfin, même si la porte d’Akus ou peut-être la porte maḫῑri appartenaient à une enceinte ancienne, on ne peut pas définir exactement la datation de cette dernière et, encore moins, son périmètre. Il est vraisemblable que cette enceinte était plus petite que celle citée dans Tintir, mais on ne dispose pas d’éléments sûrs pour pouvoir la reconstituer43. Et même si la datation de l’époque d’avant Hammu-rabi semble raisonnable, aucune proposition n’est avancée sur l’état de l’enceinte sous le règne d’Hammu-rabi.

II. Identification des quartiers

  • 44 A. R. George, Topographical Texts, p. 23-29.

20On peut alors essayer de retracer la position des quartiers de Babylone. La tâche est facilitée par le fait que pour huit quartiers sur dix, la description des limites d’un quartier reprend les dernières limites du quartier décrit précédemment. Pour la moitié est de la ville, cinq quartiers sur six sont localisés en partant des derniers points cités, ce qui facilite leur localisation. Mais les problèmes surgissent du fait que l’on indique seulement deux points sur les quatre qui en général déterminent les limites des quartiers. Ainsi, leur extension véritable est parfois difficile à saisir. A. R. George a déjà avancé des propositions intéressantes sur la localisation des quartiers de Babylone44 (fig. 4). On peut, pourtant, avancer quelques nouvelles suggestions.

21Pour conduire les raisonnements suivants, on a considéré, de manière schématique, que les quartiers représentaient des parallélogrammes. Cette simplification peut ne pas correspondre à l’extension réelle des quartiers dans l’Antiquité. Mais elle est justifiée par le fait que la série Tintir ne donne que deux points de définition des quartiers, et elle facilite en outre la lecture du texte.

22Il est indispensable de partir des points connus, donc pour la partie est, des portes sublime, d’Uraš, d’Ištar, de Marduk et de Zababa. Le quartier Ka-dingira est le mieux défini : il se trouve au nord entre le fleuve, la porte d’Ištar et la porte sublime et il comprend donc la zone du palais royal. Son coin nord-est ne coïncide pas exactement avec la porte d’Ištar, car il comprenait aussi – selon Tintir IV – les temples de Bēlet-ilī et d’Ištar d’Akkad. Ces deux temples ont été fouillés et ils se trouvent un peu à l’est de la porte d’Ištar.

23La porte sublime constitue le coin nord-est du quartier Eridu qui a comme autre limite la porte du marché. La position de cette dernière n’est pas connue. Mais on sait qu’elle doit se trouver entre la porte sublime et la porte d’Uraš car avec chacune des deux, elle définit un quartier. Ainsi, le quartier Šu-anna se trouverait au sud de la partie est de la ville et Eridu entre Šu-anna et Ka-dingira. Comme pour Ka-dingira, la porte d’Uraš ne constitue pas non plus la limite exacte du quartier Šu-anna. En effet, le temple E-ḫursag-tila de Ninurta, qui se trouve dans Šu-anna selon Tintir IV, 19, est nettement plus à l’est que la porte. Il est donc évident que lorsque la série Tintir cite une porte urbaine comme limite d’un quartier, il faut plutôt entendre la zone autour de la porte. Car si la porte avait été le point final d’un quartier, elle aurait été au même moment le début d’un autre quartier et ainsi, il aurait été impossible de donner l’appartenance d’une porte à un seul quartier.

  • 45 Cet autel est cité également au début de la tablette V de Tintir (A. R. George, Topographical Texts (...)
  • 46 A. R. George, Topographical Texts, p. 26 et p. 357.
  • 47 O. R. Gurney, Iraq 36, p. 52.

24Les trois premiers quartiers sont donc bien ordonnés, l’un sur l’autre. Les trois autres, en revanche, sont de définition plus difficile. D’abord, parce qu’on ne connaît pas la position d’une partie des points qui servent à définir l’extension des quartiers. On ignore la position du temple de Bēlet-Eanna, ainsi que de l’autel « les dieux ont fait attention à Marduk45 ». On ignore également sur quel canal le temple de Bēlet-Eanna était construit. Il pourrait s’agir du Libil-ḫegalla46, ou bien du palgi ša āli ešši, « le canal de la ville neuve »47. Un autre problème est constitué par le fait que dans la définition des quartiers Kullab et TE.Eki, aucun point n’est commun aux deux. Si les limites de Kullab sont la porte de Marduk et le temple de Bēlet-Eanna, les limite de TE.Eki sont la porte de Zababa et l’un des autels de Marduk.

  • 48 R. Koldewey, Das wiedererstehende Babylon, Leipzig, 1913, p. 50-52. E. Unger, Babylon, p. 104-105 ; (...)
  • 49 Cf. E. Unger, Babylon, p. 104 ; G. Ber gamini, Mesopotamia XII, p. 117 et pl. I.

25Le quartier ālu eššu doit se trouver à l’est de la porte d’Ištar, car cette dernière en est une limite. L’autre point de délimitation de ce quartier, le temple de Bēlet-Eanna sur le bord du canal, pourrait constituer le coin sud-ouest ou sud-est du quartier. En effet, ce temple constitue la limite entre ālu eššu et Kullab, donc la limite septentrionale de Kullab. S’il constituait le coin sud-est d’ālu eššu, ce quartier serait très étroit. Car entre le temple de Bēlet-Eanna et la porte de Marduk se trouve Kullab. En revanche, s’il constitue le point sud-ouest d’ālu eššu, ce dernier serait suffisamment grand, car il occuperait toute la partie nord-est de la moitié orientale de Babylone jusqu’à la porte de Marduk. En effet, cela voudrait dire que plutôt que donner les limites est et ouest du quartier, Tintir continue à donner les limites nord-ouest et sud-ouest, comme il avait donné celles nord-est et sud-est pour les trois premiers quartiers. Dans la partie ouest d’ālu eššu, on connaît la position de deux canaux, Lībil-ḫegalla et palgi ša āli ešši48. Ainsi, on peut positionner avec plus de précision le temple de Bēlet-Eanna sur l’un des deux canaux. Les deux sont possibles, mais le fait que le palgi ša āli ešši se trouve plus ou moins à la même hauteur que la porte de Marduk et le fait que cette dernière et Bēlet-Eanna constituent une limite du quartier Kullab poussent à identifier le canal avec le palgi ša āli ešši49. D’ailleurs, si ce canal continuait tout droit jusqu’au mur oriental de l’enceinte, il aurait pu constituer une limite concrète entre ālu eššu et Kullab.

  • 50 Voir ci-dessous, section II. 4 et fig. 6.
  • 51 E. Unger, Babylon, p. 97-99 ; G. Bergamini, Mesopotamia XII, pl. I.
  • 52 T. Jacobsen, « The Waters of Ur », Iraq 22, 1960, p. 174-175 et pl. XXVIII ; id., « A Survey of the (...)

26Une conséquence directe de la proposition exposée ci-dessus est le fait que pour le quartier Kullab, on ne connaît que la limite septentrionale. La limite méridionale, dès lors, est la frontière avec le quartier TE.Eki, donc la porte de Zababa (sud-est) et l’autel « les dieux ont fait attention à Marduk » (sud-ouest). Ainsi, les trois autres quartiers de la moitié orientale de la ville sont également construits l’un sur l’autre (fig. 5) et l’on peut même expliquer pourquoi Kullab et TE.Eki ne présentent pas un point de définition en commun. Tout simplement parce que Tintir a changé la manière de donner la position des points de distinction des quartiers (ouest-est plutôt que nord-sud50). La présence d’un canal Bānītum51 à peine plus au nord que la porte de Zababa, d’ailleurs, laisse ouverte la possibilité qu’en continuant le tracé du canal, on pourrait trouver la position de l’autel de Marduk. Et la limite du quartier pourrait de nouveau coïncider avec un canal. Mais même entre Ka-dingira et Eridu, se trouve un canal qui aurait pu constituer la frontière physique entre les deux quartiers. Et il est vraisemblable que le canal Bānītum partait de l’Euphrate, et devait donc passer entre Eridu et Šu-anna. L’importance des canaux pour la définition des quartiers urbains ne surprend pas dans la topographie mésopotamienne52.

  • 53 En revanche, A. R. George propose une position plus centrale pour ce quartier, en face d’Eridu et d (...)

27Dans la moitié ouest de la ville les points connus sont les portes d’Adad et de Šamaš et le fleuve. Le quartier Tuba est assez bien localisé : il est limité par la porte de Šamaš au sud et le fleuve à l’est. Sa limite nord n’est pas connue mais coïncide avec le quartier Bāb-Lugalirra qui est le seul des trois autres quartiers de la moitié ouest de la ville à avoir comme limite le fleuve. Ainsi la partie orientale de la moitié ouest de la ville devait être occupée par les quartiers Tuba et Bāb-Lugalirra, l’un sur l’autre. La partie occidentale, dès lors, se composait des deux autres quartiers, l’un de nom inconnu, l’autre ayant pour nom Kumar. Ces deux quartiers partent en outre d’un même point, la porte d’Akus, qui constitue donc leur limite. Le quartier de nom inconnu comprendrait le coin sud-ouest de la moitié ouest de la ville, car sa limite occidentale était la porte d’Adad. Le quartier Kumar devait donc se trouver dans le coin nord-ouest de cette même moitié de la ville53. Mais la limite méridionale de Kumar ne devait être pas très éloignée de la porte d’Adad, puisque dans Kumar se trouvait le temple de ce dieu.

28Il apparaît que dans la moitié occidentale de la ville la localisation des quartiers était aussi assez régulière. Il existe donc un critère géométrique, sinon mathématique, qui est à la base de la définition des quartiers urbains, comme le démontrent leur position ordonnée et probablement leur forme.

III. Système de définition des noms des quartiers urbains

  • 54 A. R. George, Topographical Texts, p. 19.
  • 55 A. R. George, Topographical Texts, p. 19-21.
  • 56 Même Ka.dingira constitue un nom de ville, celle de Babylone (A. R. George, Topographical Texts, p. (...)
  • 57 Il ne s’agit pas d’un hasard si les temples cités dans Tintir IV reprennent les noms des grands san (...)

29On a déjà remarqué que la zone centrale des temples les plus importants de la ville prend le nom de l’une des villes saintes les plus importantes de la plaine mésopotamienne, Eridu54. Et d’autres villes anciennes donnent leurs noms à des quartiers de la ville55, en total au moins quatre sur dix (Eridu, Kumar, Kullab, Tuba56). Le critère géographique dans la définition des noms des quartiers est donc très important. L’insistance sur les autres villes démontre l’importance de Babylone, comme héritière religieuse tout autant que politique des anciens centres mésopotamiens57. Mais on imagine toute l’ampleur des significations et théologico-idéologiques, qui sont sous-entendues dans la création idéologique de la capitale, lorsqu’on ajoute les définitions des noms des portes avec celles des quartiers urbains : définitions des directions des villes vers lesquelles les portes étaient construites, étoiles et planètes, villes comme noms des quartiers, direction céleste des pays les plus importants dans l’absence de toute répétition géographique…

  • 58 H. Trenkwalder, « Some Remarks on the Place Name Babil », Sumer 35, 1979, p. 237 ; A. R. George, To (...)

30Le système de définition des noms des quartiers se base également sur d’autres critères : le quartier d’ālu eššu doit son nom à un élément topographique, comme l’extension de la ville. Le quartier Ka-dingira, « la porte des dieux », prend son nom probablement d’une signification théologique. Il s’agit d’un nom inventé sur une fausse étymologie du nom Babilu pour Babylone58. Mais dans tous les cas, on ne peut pas penser que sa localisation dans le quartier du palais royal soit due à un hasard. C’est là que la signification pseudo-étymologique de Ka-dingira prend toute sa valeur.

  • 59 A. R. George, Topographical Texts, p. 70.
  • 60 A. R. George, Topographical Texts, p. 21.
  • 61 A. R. George, Topographical Texts, p. 242 et p. 374.

31Les autres critères de définition des noms des quartiers urbains ne sont pas faciles à comprendre. Un nom de quartier n’est pas sûr, peut-être s’agit-il de nu-ḪAR-UDki59. TE.Eki est certes un nom de lieu, mais on ignore de quoi il s’agit60. Les origines de Šu-anna sont incertaines, elles remontent peut-être à un nom sumérien dont la signification expliquerait son utilisation pour indiquer toute la ville de Babylone61. Enfin, si le nom Bāb-Lugalirra est clair, ce à quoi il se réfère précisément ne l’est pas.

IV. Système de définition de la position des quartiers

  • 62 A. R. George, Topographical Texts, p. 112.
  • 63 A. R. George, Topographical Texts, p. 135.
  • 64 M. A. Powell, « Metrology and Mathematics in Ancient Mesopotamia », in J. M. Sasson (éd.), Civiliza (...)
  • 65 M.-J. Seux, Épithètes royales akkadiennes et sumériennes, Paris, 1967, p. 305-308.
  • 66 M. A. Powell, dans Civilizations of the Ancient Near East, p. 1947.

32Il est probable que le système de définition de la position des quartiers suive un principe géométrique, car les quartiers sont disposés de manière ordonnée. Cela est démontré par la division de la ville en deux parties dont chacune est à son tour divisée en six et quatre parts. La division en quatre revient dans la description du temple de la ziqqurat62 et dans la description de l’Imgur-Enlil et du fossé urbain63. Elle dépendait probablement des points cardinaux, mais elle était aussi fréquente dans les raisonnements mathématiques appliqués à la géométrie64. Et c’est à cette division que fait appel le roi pour indiquer la soumission de toutes les terres et la domination totale : « roi des quatre régions65 ». La division en six, en revanche, appliquée dans la partie orientale de la ville, dépend probablement du système sexagésimal qui avait commencé à l’époque de Narām-Sîn d’Akkad66.

33Enfin, les points de définition des quartiers sont assez différents (fig. 6) : nord-est et sud-est pour les quartiers Ka-dingira, Eridu, Šu-anna, Kumar ; nord-ouest et sud-ouest pour ālu eššu ; nord-est et nord-ouest pour Kullab, TE.Eki, nu-??? ; sud-ouest et sud-est pour Tuba et probablement pour Bāb-Lugalirra. Donc, dans quatre cas, les points sont verticaux et dans six cas horizontaux. Il n’est pas facile de comprendre cette inversion de tendance dans les directions des points qui définissent les quartiers. Peut-être les définitions des quartiers viennent d’époques différentes, bien que l’on ne puisse pas les dater.

C. L’EXTENSION DE LA VILLE À L’ÉPOQUE PALÉOBABYLONIENNE

  • 67 La seule exception est représentée par J. Renger, « The City of Babylon during the Old Babylonian P (...)
  • 68 Cf. A. R. George, Topographical Texts, p. 13 et p. 344. Cette continuité topographique, dès lors, m (...)

34L’extension de la ville à l’époque paléobabylonienne est un thème qui n’a pas été très approfondi67. Les quelques fouilles dans les niveaux paléobabyloniens sont trop peu étendues pour donner une image de la ville à cette époque et même pour connaître son extension. Pourtant, les similitudes évidentes avec Dūr-Šarrukīn posent un problème. Car cette dernière est plus ancienne d’un siècle que la Babylone néobabylonienne, la seule connue par les fouilles archéologiques. Mais la série Tin.tir.ki est datable au moins au xiie siècle, ce qui signifie qu’à cette époque, Babylone avait déjà une structure équivalente à celle qui à l’époque néobabylonienne, est renfermée par la muraille formée par le Nimitti-Enlil et l’Imgur-Enlil68. L’hypothèse la plus fréquente consiste à penser que cette extension de la ville soit le résultat d’une période de grande puissance royale, comme sous le règne de Nabuchodonozor I. Quatre séries d’éléments, pourtant, permettent de suggérer une autre explication.

I. Les autres villes

  • 69 L. Battini, Orient-Express 1994/2, p. 49-50. Rares sont les archéologues qui ont comparé ces villes (...)

35La topographie de Babylone trouve des similitudes dans au moins trois autres villes, à part Dūr-Šarrukīn : Kār-Tukultī-Ninurta, Dūr-Untaš et Nippur69. Bien qu’aucune de ces villes n’ait été fouillée complètement, on peut déjà retrouver des éléments communs. Ces villes disposent toutes d’un centre religieux entouré par une enceinte géométrique, parfois séparée en deux par un cours d’eau (Nippur, Kār-Tukultī-Ninurta, Babylone). Le centre palatial, lorsqu’il est connu, est relégué en position périphérique, près de l’enceinte (Babylone, Kār-Tukultī-Ninurta). Cette dernière, enfin, prend une importance majeure et se dote de nombreuses ouvertures.

  • 70 G. Bunnens a justement mis en évidence la présence de quelques similitudes entre la topographie de (...)
  • 71 L. Battini, Akkadica 108, p. 15-18.

36Dūr-Untaš, l’actuelle Choga Zanbil, est l’œuvre d’Untaš-Humban qui a vécu entre 1300 et 1250 env. av. J.-C. Kār-Tukultī-Ninurta a été construite plus récemment par le roi qui lui a donné son nom (1243-1207 av. J.-C.). Enfin, bien qu’on ne puisse pas préciser la date, le plan de Nippur remonte probablement à l’époque cassite, donc à la deuxième moitié du IIe millénaire av. J.-C. Ces trois villes sont alors plus anciennes que le règne de Nabuchodonozor I, et donc antérieures à la topographie connue de Babylone. Elles n’ont pas en commun seulement la topographie, mais également leur caractère de capitales. Il est alors possible d’imaginer qu’à des moments politiquement très importants, les rois qui les ont construites se sont inspirés d’un modèle commun, le même duquel s’inspirent également Dūr-Šarrukīn70 et Babylone médio-et néobabylonienne. Il est difficile d’identifier ce modèle. Nippur est la ville la plus ancienne des cinq, l’un des plus anciens et importants centres religieux de la plaine mésopotamienne. Ainsi, il est vraisemblable que Babylone l’ait pris comme modèle, tout en essayant de la supplanter en importance politique et religieuse. Mais on pourrait penser qu’à une époque de grande puissance politique, comme sous Hammu-rabi, Babylone crée ou repense de manière plus ordonnée une structure urbaine qui est celle typique de la Mésopotamie méridionale, par rapport à la haute Mésopotamie : pouvoir religieux situé au centre de la ville, protégé par une enceinte puissante qui entoure toute la ville basse71.

II. Les temples et les quartiers de Babylone

  • 72 A. R. George, House Most High, p. 130-131. Cf. E. Sollberger et J.-R. Kupper, Inscriptions royales,(...)
  • 73 Ci-dessus, section II. 2 et note 53.

37Une autre série d’éléments donne des renseignements importants sur l’extension de Babylone à l’époque paléobabylonienne : la mention de ses temples et de ses quartiers dans les textes paléobabyloniens. On connaît l’existence d’un temple Enamtila à Kumar pendant l’époque paléobabylonienne. Ce temple est cité par Hammu-rabi, Ammi-ditana, Ammi-ṣaduqa et Samsu-ditana72. Donc la ville de Babylone à l’époque paléobabylonienne arrivait jusqu’à ce quartier qui se trouve probablement dans le coin nord-ouest de la ville73. Et le fait que la direction des points qui définissent ce quartier suive celle des quartiers centraux, Eridu, Ka-dingira, Šu-anna (ci-dessous, section II.4), est un autre élément de l’antiquité de Kumar.

  • 74 Sur les réfugiés et le transfert des cultes à l’époque paléobabylonienne, voir : D. Charpin, « Immi (...)
  • 75 D. Charpin, CRRAI XXXVIII, p. 211.
  • 76 Mais il n’est pas impossible que le culte de la déesse se soit développé d’abord dans un quartier p (...)
  • 77 A. R. George est pourtant réticent envers cette proposition qu’il formule lui-même (Topographical T (...)

38Un deuxième élément intéressant est constitué par les temples de Bēlet-Eanna, l’E-kituš-girzal construit dans le quartier ālu eššu et l’E-kituš-garza dans le quartier Tuba. L’existence de deux temples de la maîtresse de l’Eanna trouve son origine probable dans la présence de réfugiés d’Uruk à Babylone qui continuaient à honorer Inanna74. On ne peut pas dater exactement le moment d’arrivée de ces réfugiés, mais on connaît des mouvements importants de gens à l’époque paléobabylonienne de Sumer vers la Babylonie, surtout après l’an 11 de Samsu-iluna75. Il n’est pas impossible de penser que ces temples aient été construits à l’époque paléobabylonienne et donc que ālu eššu et Tuba existaient déjà76. D’ailleurs, dans la formule de salutation de deux lettres paléobabyloniennes on trouve une déesse dMÙŠ-A.ḪAki, donc probablement Bēlet-Tuba77.

  • 78 A. Ungnad, Babylonian Letters of the Hammurabi Period, PBS 7, Philadelphia, 1915, 62 : 20 et p. 9.
  • 79 H. Klengel, « New Historical and Topographical Evidence from Old Babylonian Tablets Discovered in B (...)

39Tous les éléments évoqués ci-dessus constituent des indices importants, mais insuffisants pour prouver que la Babylone paléobabylonienne était aussi étendue qu’au xiie ou au vie siècle av. J.-C. Mais si dans les textes paléobabyloniens, on pouvait retrouver une allusion directe aux portes urbaines, ou aux quartiers, il serait possible de faire remonter la topographie décrite dans la série Tintir à l’époque paléobabylonienne. Un texte de l’époque de Samsu-iluna, provenant du marché des antiquités, cite une porte d’Ištar, mais on ignore de quelle ville, bien qu’A. Ungnad ait proposé Sippar78. En revanche, la mention d’ālu eššu, « la ville nouvelle », pour Babylone paléobabylonienne est sûre. Plusieurs textes de l’époque de Samsu-iluna, d’Ammiditana et d’Ammi-ṣaduqa citent ālu eššu, qui devait donc déjà exister à cette époque79. Les textes la définissent comme « orientale », position que le quartier devrait détenir d’après l’analyse de Tintir. On ne peut pas dater exactement sa naissance. Car son nom ne permet pas de savoir par rapport à quel moment il a été considéré nouveau, le nom se maintenant à travers les siècles, comme le cas d’Assur le démontre. Mais en considérant l’histoire urbaine de Babylone telle qu’elle est connue jusqu’à maintenant, il est hautement vraisemblable que le quartier ālu eššu ait été construit à l’époque paléobabylonienne, dans un moment d’expansion urbaine coïncidant avec la transformation de la ville en capitale, sous Hammu-rabi ou Samsu-iluna.

40La mention d’un ālu eššu dans des textes privés datant de quelques années après Hammu-rabi, constitue une preuve décisive de la grande extension de la ville à cette époque. Elle est enfin corroborée par une troisième série de données, qui apportent des renseignements complémentaires intéressants.

III. Géographie et panthéon paléobabyloniens

  • 80 F. Safar, M. A. Mustafa et S. Lloyd, Eridu, Baghdad, 1981. Cf. pour l’époque protodynastique D. O. (...)
  • 81 G. Bergamini, « Babilonia. L’immagine della metropoli da Hammuraspi a Nabonido », in S. Mazzoni (éd (...)
  • 82 A. R. George, Topographical Texts, p. 376 ; G. Bergamini, in S. Mazzoni (éd.), Nuove fondazioni nel (...)
  • 83 S. Parpola, Neo-Assyrian Toponyms, AOAT 6, Neukirchen-Vluyn, 1970, p. 213.

41En fait, on peut expliquer bien des noms de portes et de quartiers en partant de la géographie de l’époque paléobabylonienne. Les noms des quartiers démontrent une grande antiquité. Eridu, Kullab, Kumar (Kuara) sont des villes très anciennes, existantes déjà au protodynastique ou même avant. Eridu était le sanctuaire le plus ancien, le siège d’Enki/Ea80. Kumar était l’un des plus anciens centres religieux lié à Asalluḫi, fils d’Enki81. Kullab est un quartier d’Uruk82. Kullab et Kumar ne sont pas citées dans la deuxième moitié du IIe millénaire av. J.-C., ni dans les textes néobabyloniens et Kumar même pas dans les textes néo-assyriens. La renaissance de Kullab à l’époque néo-assyrienne83 pourrait dépendre de la volonté royale, plus que d’une survivance de la ville. Dans tous les cas, au moment de la présumée refondation théologique et cosmique de Babylone, à la fin du IIe millénaire av. J.-C., il semble que la mémoire de ces deux villes ait disparue. On peut certes penser que la tradition scribale et théologique en ait conservé la mémoire. Mais le fait que les noms des portes semblent également plutôt remonter à l’époque paléobabylonienne laisse croire à un projet de refondation de la ville pensé et réalisé dans la première moitié du IIe millénaire av. J.-C.

  • 84 J. Renger, Heidelberger Studien, p. 137-171.
  • 85 Cf. E. Sollberger et J.-R. Kupper, Inscriptions royales, p. 212-229 ; D. Frayne, Old-Babylonian Per (...)
  • 86 A. R. George, House Most High, p. 102, n. 493.
  • 87 A. Ungnad, RlA 2, p. 188 et p. 191.
  • 88 Par exemple : S. D. Simmons, Early Old Babylonian Documents, YOS XIV, New Haven and London, 1978, 3 (...)
  • 89 M. T. Roth, Law Collections, p. 78.
  • 90 Dans la liste An/Anum, Zababa est appelé le « Marduk de la bataille » et dans une liste de divinité (...)
  • 91 Par exemple : S. D. Simmons, YOS XIV, 114 (Īdiš-dZababa), 161 (Rīš-dZababa), 123 (Šat-dZababa), 161 (...)
  • 92 A. R. George, House Most High, p. 125, n. 785.
  • 93 A. R. George, House Most High, p. 154, n. 1151.
  • 94 A. R. George, House Most High, p. 154, n. 1151.
  • 95 A. R. George, House Most High, p. 125, n. 785.
  • 96 A. R. George, House Most High, p. 112, n. 633.
  • 97 P. Villard, « Parade militaire dans les jardins de Babylone », in J.-M. Durand (éd.), Florilegium M (...)
  • 98 M. T. Roth, Law Collections, p. 78.
  • 99 M. T. Roth, Law Collections, p. 133 et p. 138.
  • 100 À l’époque paléobabylonienne c’est à Anu et Enlil que revient la célébration théologique de Babylon (...)
  • 101 Bien qu’on n’ait pas d’inscriptions citant l’Imgur-Enlil et le Nimitti-Enlil avant Marduk-šāpik-zēr (...)

42De même, le panthéon semble plutôt paléobabylonien84. Dans leurs inscriptions, les rois de la Ire dynastie de Babylone citent toutes les sept divinités auxquelles sont dédiées les portes urbaines85. Deux divinités, dont l’origine remonte au IIIe millénaire, sont plus spécifiquement de l’époque paléobabylonienne : Uraš et Zababa. Pour ces divinités, les rois de la Ire dynastie ont construit ou reconstruit des temples. La neuvième année de Sabium commémore la construction du temple é.ibbi-dAnum, qui est le temple du dieu Uraš à Dilbat86. D’autre part, la vingt-septième année d’Ammi-ditana célèbre le façonnage d’une arme en or pour Uraš et Samsu-ditana cite également ce dieu dans l’une de ses années de règne87. En outre, plusieurs noms propres de l’époque paléobabylonienne sont formés sur le nom d’Uraš88. Et l’ouverture du code des lois d’Hammu-rabi évoque ce dieu89. Pour Zababa, les données sont encore plus intéressantes. Il s’agit de l’une des divinités les plus importantes à l’époque de Hammu-rabi90. Il n’y a pas seulement les noms personnels théophores de cette divinité91. On peut aussi rappeler les nombreuses reconstructions d’édifices religieux consacrés à cette divinité : Hammu-rabi avait voulu la reconstruction du temple92 et de la ziqqurat de Zababa à Kiš93. Ses successeurs continuèrent cette tradition94. Et auparavant, Sumu-la-El avait lui aussi reconstruit ce temple à Kiš95. On sait par ailleurs, que Warad-Sîn avait construit un temple de Zababa à Ur96. Mais aussi, Hammu-rabi avait fait un voyage à Kiš pour des raisons religieuses à un certain moment de son règne97. Et son code cite Zababa parmi les divinités évoquées dans le prologue98 tout comme dans l’épilogue99. Il est très intéressant de mettre en évidence la présence dans le prologue du Code d’Hammu-rabi des sept dieux auxquels sont dédiés les portes de Babylone et dans l’épilogue, de tous excepté Uraš. De plus, la filiation d’Enlil commune à tous les dieux auxquels sont dédiés les portes fait remonter l’idée de dénomination des portes au moins à l’époque paléobabylonienne, lorsqu’Enlil, père de tous les dieux dans la tradition de Nippur, jouait encore un rôle déterminant dans le panthéon et que sa suprématie n’était pas encore affaiblie par Marduk100. Cela permettrait d’expliquer l’importance d’Enlil dans la dénomination du mur urbain101. Enfin, la porte du roi ne peut avoir été créée qu’à un moment de grande puissance royale, donc sous Hammu-rabi ou sous Nabuchodonozor I. Pourtant, le lien entre le roi et le dieu Sîn, que soutend le nom de la rue conduisant à la porte, est extraordinaire pour la plaine mésopotamienne. Le retrouver dans la topographie de Babylone avant Nabonide est certes moins étonnant si on le fait remonter à l’époque paléobabylonienne. À ce moment là, le souvenir de la IIIe dynastie d’Ur ne devait pas être encore très effacé.

IV. Difficultés

  • 102 J. Renger, Sumer 35, p. 209.

43L’hypothèse de rétrodatation de la topographie de Babylone laisse pourtant quelques difficultés à résoudre. D’abord, dans les inscriptions d’Hammu-rabi et de Samsu-iluna, aucune construction d’un mur urbain n’a été décrite. Il est vrai que peu d’inscriptions paléobabyloniennes ont été traduites102. Ainsi, on ne peut pas exclure que Hammu-rabi ou Samsu-iluna aient cité les noms de l’enceinte urbaine et des portes dans des textes qui restent à trouver. Il est d’ailleurs surprenant que les autres villes paléobabyloniennes témoignent de l’utilisation de noms de célébration pour les murs et pour les portes, et même qu’elles reçoivent des noms d’Hammu-rabi et des autres rois de la Ire dynastie de Babylone mais qu’à Babylone cette coutume ne se soit pas affirmée. Et l’on ne comprend pas pourquoi le mur urbain, qui avait été construit par Sumu-abum, puis dix-sept ans après par Sumu-la-El et quarante-sept ans après par Apil-Sîn, n’ait pas été restauré durant les deux cent vingt-neuf ans qui ont suivi la deuxième année d’Apil-Sîn.

  • 103 J. Renger, Sumer 35, p. 205.
  • 104 J. Renger, Sumer 35, p. 205. Cette déesse est citée dans le Code d’Hammu-rabi comme celle qui rend (...)
  • 105 A. R. George, Topographical Texts, p. 97.
  • 106 Cf. par exemple les noms paléobabyloniens de l’enceinte d’Isin (A. R. George, BiOr LIII, p. 366).
  • 107 A. R. George, Topographical Texts, p. 95.
  • 108 A. R. George, Topographical Texts, p. 292.
  • 109 Tintir IV, 5. Pour l’identification du sanctuaire avec l’Egal-maḫ, voir A. R. George, Topographical (...)
  • 110 Tintir IV, 42. Cf. A. R. George, Topographical Texts, p. 305.

44Une autre difficulté concerne les noms de portes, qui ne sont pas citées dans les inscriptions paléobabyloniennes. Cela serait d’autant plus bizarre si c’était Hammu-rabi lui-même qui avait donné un nom de célébration aux portes. En revanche, un roi, Apil-Sîn, mentionne la porte orientale sans plus de précision103. Et un texte paléo-babylonien tardif cite une porte de Ninkarrak104. La situation de l’enceinte sous Apil-Sîn pouvait être différente de celle de l’époque plus tardive, d’Hammu-rabi par exemple. En outre, un nom générique comme « porte orientale » n’exclut pas forcément un nom plus officiel bien qu’il semble exclure l’existence d’une deuxième porte orientale comme il y en avait en revanche dans l’enceinte décrite dans la série Tintir. Mais la porte Ka-maḫ est décrite comme la porte orientale105, donc il ne serait pas impossible de penser qu’Apil-Sîn cite la porte de l’Esagil plutôt qu’une porte urbaine. Le nom de Ninkarrak à l’époque paléobabylonienne tardive est plus difficile à expliquer : un roi avait pu donner un nom différent à une porte, comme c’était l’habitude même pour le mur urbain106. Ou bien la porte pourrait appartenir à un temple : en effet, dans la liste des portes de l’Esagil, est citée une porte de Gula107. Et à part l’existence de ce sanctuaire de Gula108 dans l’Esagil, qui pourrait être le temple Egal-maḫ construit dans le quartier Eridu109, on connaît aussi un temple de Gula (Esabad) dans le quartier Tuba110. Au début du IIe millénaire au moins, le temple Egal-maḫ existait déjà, Sumu-abum le cite dans sa quatrième année. Il reste à expliquer, pourtant, l’absence d’une mention des noms des portes dans les inscriptions paléobabyloniennes. Mais il pourrait ne s’agir que d’un manque de documents. On pourrait même songer à l’existence de ces inscriptions dans le palais royal de Babylone, comme à Dūr-Šarrukīn, où les textes qui rapportent les noms des portes urbaines ont été retrouvés dans le palais royal, sur les murs ou dans les fondations.

D. CONCLUSIONS

  • 111 A. R. George, Topographical Texts, p. 16.
  • 112 G. Bergamini, Mesopotamia XII, p. 150-152.

45On ne comprend pas encore tout dans la topographie de Babylone, d’autant plus que l’absence de fouilles dans la moitié occidentale ainsi que dans les niveaux paléobabyloniens limite notre compréhension. La ville de l’époque d’Hammu-rabi était une grande capitale : son extension et ses constructions devaient être en conséquence dignes d’un vaste empire. C’est d’ailleurs ce que A. R. George reconnaît lui-même111. La ville paléobabylonienne était probablement aussi étendue que la ville entourée au xiie et au vie siècle par le Nimitti-Enlil et l’Imgur-Enlil. On ignore quel était alors le nom de ce mur et s’il était déjà double. Mais l’emplacement de ses portes devait être déjà celui de l’époque plus récente, comme le confirme l’analyse de la stratigraphie de la porte d’Ištar. Selon G. Bergamini, les niveaux attribués à la période néobabylonienne sont en réalité trop profonds par rapport au niveau de l’eau de cette époque et pourraient même remonter à l’époque paléobabylonienne112.

  • 113 E. Sollberger et J.-R. Kupper, Inscriptions royales, IVC7b p. 221.
  • 114 Rien n’interdit cependant de penser que Nippur elle-même, qui est très mal connue, avait déjà dével (...)

46En l’état actuel de la documentation, on ne peut pas dire si Hammu-rabi ou Samsu-iluna était le responsable du projet de l’extension de la ville et donc de sa refondation. Mais Samsu-iluna se vante d’avoir étendu la ville sur les quatre côtés113. D’autre part, Hammu-rabi est arrivé à la fin de son règne à gouverner sur un grand territoire. Peut-être avait-il juste commencé un programme de transformation de la ville, que son fils a accompli. Dans tous les cas, Hammu-rabi ou Samsu-iluna a voulu construire une capitale grandiose qui, même si elle s’inspirait de la tradition urbanistique de la plaine méridionale, peut-être même de Nippur, reste pourtant originale114. Cette originalité s’exprime dans la prédilection pour les formes géométriques et dans la rigueur des rapports géométriques qui règlent les constructions. La valeur numérique de ces rapports nous échappe encore, mais elle est le résultat du projet de construction et de célébration royales. Et si une bonne partie des capitales les plus importantes et en quête de justification, comme Dūr-Šarrukīn, Kār-Tukultī-Ninurta et Dūr-Untaš, se sont inspirées de la topographie de Babylone, celle-ci avait su exprimer le besoin d’affirmation royale.

Annexes

Fig. 1 – Localisation des portes de Babylone selon A. R. George, Topographical Texts, fig. 7, p. 141

Fig. 2 – Proposition de l’existence de modules déterminant la localisation des portes de Babylone

Fig. 3 – Plans de Dūr- Šarrukīn et de Babylone à la même échelle (d’après G. Loud et C. B. Altman, Khorsabad Part II : The Citadel and the Town, OIP 40, Chicago, 1938, pl. 69 et d’après G. Bergamini, Mesopotamia XII, pl. I)

Fig. 4 – Localisation des quartiers selon A. R. George, Topographical Texts, fig. 4, p. 24

Fig. 5 – Nouvelle proposition de localisation des quartiers

Fig. 6 – Points de définition des quartiers

Notes

1 A. R. George, Babylonian Topographical Texts, OLA 40, Leuven, 1992.

2 A. R. George, Topographical Texts, p. 1-7.

3 A. R. George, Topographical Texts, p. 19-29 et p. 336-382.

4 S. N. Kramer, From the Tablets of Sumer, Indiana Hill, 1956, p. 273-275 ; McGuire Gibson, « Nippur, 1975, A Summary Report », Sumer 34, 1978, p. 118-119.

5 A. R. George, Topographical Texts, p. 6-8.

6 Les interprétations les plus nombreuses viennent des épigraphistes, dès l’époque des fouilles de Babylone. E. Unger fut le premier à s’intéresser au sujet sur lequel il publia de nombreux articles (« Die Stadtbeschreibung von Babylon », in F. Wetzel, Die Stadtmauern von Babylon, p. 99-109 ; id., Babylon. Die Heilige Stadt, Berlin, 1931, p. 45-46 et p. 65-75 ; id., « Babylon », RlA 1, 1932, Berlin-Leipzig, p. 339-343). Après la seconde guerre mondiale, s’y intéressèrent plus sporadiquement : O. R. Gurney, « The Fifth Tablet of the Topography of Babylon », Iraq 36, 1974, p. 49-51 ; D. J. Wiseman, Nebuchadrezzar and Babylon, Oxford, 1983, p. 49-51, fig. 4 p. 50. Mais la reprise de l’intérêt sur le sujet date de l’étude d’A. R. George (« The Cuneiform Text Tin.tirki Ba-bi-lu and the Topography of Babylon », Sumer 35, 1979, p. 230-226 ; id., « The Topography of Babylon Reconsidered », Sumer 44, 1986, p. 7-24 ; id., Topographical Texts, p. 18-23 et p. 336-343).
Le seul archéologue qui ait proposé quatre portes dans la moitié orientale de la ville et quatre dans la moitié occidentale est F. Wetzel, Die Stadtmauern von Babylon, WVDOG 48, Leipzig, 1930, p. 61-62 ; id., « Babylon zur Zeit Herodots », ZA 48, 1944, p. 46-47. Les autres reprirent les hypothèses d’E. Unger (cf. par ex. A. Parrot, Babylone et l’Ancien Testament, Neuchâtel, 1956, fig. 6 p. 17 ; U. Moortgat-Correns, La Mesopotamia, Torino, 1989, p. 267). Mais J. G. MacQueen a repris la proposition de F. Wetzel (Babylon, London, 1964, p. 163).

7 Traduction d’après A. R. George, Topographical Texts, p. 66-67 : Tintir V, 1. 49-56.

8 R. Kol dewey, Das Ischtar-Tor in Babylon, WVDOG 32, Osnabrück, 1970 (1re édition, Berlin, 1918), p. 1 ; F. Wet zel, Die Stadtmauern, p. 57 et p. 61.

9 A. R. George, Topographical Texts, p. 22 et p. 337.

10 A. R. George, Topographical Texts, p. 22-23.

11 A. R. George, Topographical Texts, p. 27-28 et p. 342.

12 Dans la partie ouest de la ville se trouvaient les portes de Šamaš et d’Adad et la Bāb-Lugalirra. Cette interprétation fut avancée par E. Unger (dans F. Wetzel, Die Stadtmauern, p. 107-108 ; id., Babylon, p. 45-46 et p. 67 ; id., dans RlA 1, p. 339-343) et fut ensuite adoptée par la majeure partie des autres auteurs (A. Parrot, Babylone et l’Ancien Testament, fig. 6 p. 17 ; O. R. Gurney, Iraq 36, p. 50-51 et fig. 1 ; D. J. Wiseman, Nebuchadrezzar and Babylon, fig. 3 p. 46). Même A. R. George, au début, avait accepté cette interprétation lorsqu’il n’avait pas encore reconstitué l’intégralité du texte (Sumer 35, p. 228 et fig. p. 226). Ensuite, il est revenu sur ses premières propositions (id., Sumer 44, p. 7-9, pl. p. 24 ; id., Topographical Texts, p. 21-23).

13 F. Wetzel, Die Stadtmauern, p. 61 ; id., ZA 48, p. 46-47 et pl. I et II.

14 A. R. George, Topographical Texts, p. 21-23.

15 A. R. George, Topographical Texts, p. 23.

16 F. Wetzel mentionne l’existence probable d’une porte sur le côté nord de la moitié ouest de la ville, donc la porte d’Enlil, mais on ignore sa position exacte (id., ZA 48, p. 47).

17 Plus exactement : 1 606 m et 1 628 m (écart de 22 m, soit environ 1,4 %, donc négligeable).

18 Cf. les points qui divisent l’enceinte en une partie supérieure et une inférieure : A. R. George, Topographical Texts, p. 133-137.

19 Ou peut-être vers la ville d’Akus (A. R. George, Sumer 44, p. 17 et note 48 p. 22).

20 A. R. George, Topographical Texts, p. 60-61, l. 34. Cf. A. R. George, House Most High. The Temples of Ancient Mesopotamia, Mesopotamian Civilizations 5, Winona Lake, 1993, p. 130-131.

21 Cf. Tintir II, 34 : « […]-ku le siège de Sîn ; la chapelle à l’ouest, derrière le puits ». Mais on ne peut pas exclure que cette chapelle appartenait à un grand temple. Dans ce cas, l’indication de la position « à l’ouest, derrière le puits », prend une tout autre signification. Un autre temple de Sîn, probablement le plus important, devait se trouver à l’est dans le quartier Kullab (Tintir IV, 24).

22 Tintir V, 72.

23 Tintir IV, 16 et 22-23. Il existait également un temple de Bēlet-Bābili dans le quartier Eridu (Tintir V, 8).

24 Tintir IV, 19.

25 Tintir IV, 40.

26 D. Brown, Mesopotamian Planetary Astronomy-Astrology, CM 18, Styx Publications, Groningen, 2000, p. 55-72.

27 D. Brown, Mesopotamian Planetary, p. 60, p. 65-66.

28 J. Black et A. Green, Gods, Demons and Symbols of Ancient Mesopotamia. An Illustrated Dictionary, London, 1992, p. 124.

29 D. Brown, Mesopotamian Planetary Astronomy, p. 146. Il est, en outre, possible que les villes en direction desquelles les portes étaient construites, comme Kiš (porte de Zababa), Larsa (porte de Šamaš), ou Nippur (porte d’Enlil), correspondaient à une constellation (D. Brown, Mesopotamian Planetary Astronomy, p. 146) qui est difficile de connaître aujourd’hui.

30 Dans la série Ḫar-ra=ḫubullu, les noms des villes et les cours d’eau sont suivis par les étoiles, ce qui démontre le lien entre « géographie » et « astronomie » (D. O. Edzard, « The Ideas of Babylonian Geography », Sumer 41, 1979-1981, p. 114 ; A. Cavigneaux, « Lexikalische Listen », RlA 6, Berlin-New York, 1980-1983, p. 627).

31 « Enlil, le grand seigneur dont le décret ne peut être modifié (et) les destins qu’il fixe ne peuvent être changés, regarda de son visage (plein) de joie Zababa, son fils-héritier puissant, l’instrument de ses victoires, et Inanna, sa fille bien-aimée » (inscription de Samsu-ilūna, E. Sollberger et J.-R. Kupper, Inscriptions royales sumériennes et akkadiennes, LAPO 3, Paris, 1971, IVC7d, p. 224).

32 L. Battini a déjà suggéré ces similitudes (« La città quadrata : un modello urbano nella Mesopotamia del II e I millennio a.C. ? », Orient Express 1994/2, p. 49-50). Pour l’étude des portes de Dūr-Šarrukīn voir L. Battini, « Les portes urbaines de la capitale de Sargon II : étude sur la propagande royale à travers les données archéologiques et textuelles », in J. Prosecky (éd.), Intellectual Life of the Ancient Near East. Papers Presented at the 43rd Rencontre Assyriologique Internationale, Prague, 1998, p. 41-55.

33 Voir en dernier : L. Battini, « Des rapports géométriques en architecture : le cas de Dūr-Šarrukīn », RA 94, 2000/1, p. 33-56.

34 A. R. George, Topographical Texts, p. 68-70, l. 92-104.

35 A. R. George, Topographical Texts, p. 18-20.

36 A. R. George, Topographical Texts, p. 85-87. O. R. Gurney l’avait déjà remarqué mais il excluait que la porte citée dans le Tintir puisse être celle de l’Esagile (Iraq 36, p. 51, n. 14).

37 CAD A, p. 86b.

38 O. R. Gurney, Iraq 36, p. 51 ; A. R. George, Topographical Texts, p. 373.

39 A. R. George, Topographical Texts, p. 373.

40 J. J. Finkelstein, « Subartu and Subarians in Old Babylonian Sources », JCS 9, 1955, p. 3 et n. 29.

41 Tintir II, 9’’ (cf. A. R. George, Topographical Texts, p. 282). En dernier lieu, voir : A. R. George, « Four Temple Rituals from Babylon », in A. R. George et I. L. Finkel (éd.), Wisdom, Gods and Literature. Studies in Assyriology in Honour of W. G. Lambert, Winona Lake, 2000, p. 299.

42 Tintir V, 86 cite cent quatre-vingts chapelles d’Ištar, sans plus de précision. Ces chapelles devaient parsemer la ville et devaient être attribuées à plusieurs aspects d’Ištar. L’une d’entre elles pouvait être celle d’Ištar a-ku-súmki, vraisemblablement dans les environs de la porte du même nom.

43 L’appartenance de la Bāb-Lugalirra à cette enceinte paraît en outre douteuse. D’ailleurs, un texte du viie siècle av. J.-C. prouve l’existence d’un temple de Lugalirra (A. R. George, Topographical Texts, n. 75 p. 26. Cf. A. R. George, House Most High, p. 166), dont la Bābu pourrait être l’entrée principale et ensuite, par extension, pourrait avoir servi à définir le quartier où se trouvait le temple (cf. bāb maḫῑri).

44 A. R. George, Topographical Texts, p. 23-29.

45 Cet autel est cité également au début de la tablette V de Tintir (A. R. George, Topographical Texts, p. 64-65, l. 20). Mais sa position n’est pas mieux connue. Sur l’importance de cet autel, voir A. R. George, Topographical Texts, p. 12.

46 A. R. George, Topographical Texts, p. 26 et p. 357.

47 O. R. Gurney, Iraq 36, p. 52.

48 R. Koldewey, Das wiedererstehende Babylon, Leipzig, 1913, p. 50-52. E. Unger, Babylon, p. 104-105 ; G. Bergamini, « Levels of Babylon Reconsidered », Mesopotamia XII, 1977, p. 117 et pl. I.

49 Cf. E. Unger, Babylon, p. 104 ; G. Ber gamini, Mesopotamia XII, p. 117 et pl. I.

50 Voir ci-dessous, section II. 4 et fig. 6.

51 E. Unger, Babylon, p. 97-99 ; G. Bergamini, Mesopotamia XII, pl. I.

52 T. Jacobsen, « The Waters of Ur », Iraq 22, 1960, p. 174-175 et pl. XXVIII ; id., « A Survey of the Girsu (Telloh) Region », Sumer 25, 1969, p. 107-108 et fig. face p. 108 ; E. C. Stone, « The Development of Cities in Ancient Mesopotamia », in J. M. Sasson (éd.), Civilizations of the Ancient Near East, vol. I, New York, 1995, p. 239 ; L. Battini, « Opposition entre acropole et ville basse comme définition de la ville mésopotamienne », Akkadica 108, mai-août 1998, Bruxelles, p. 17. Bien qu’au niveau des fouilles, les données ne soient pas encore très abondantes et qu’il manque également une synthèse sur ce qui est déjà connu, les textes démontrent l’existence de fleuves et de canaux dans la majeure partie des villes mésopotamiennes (cf. pour l’époque paléobabylonienne : J. Renger, « Götternamen in der altbabylonischen Zeit », Heidelberger Studien zum alten Orient, Mélanges A. Falkenstein, Wiesbaden, 1967, p. 140-141, p. 143 et p. 145-146).
L’importance des canaux et des fleuves apparaît déjà à travers les noms divins qui leur ont été donnés. Et ces noms ne sont pas si étranges dans un pays où l’eau est si importante. En outre, ce n’est pas un hasard si les rois célèbrent souvent la construction de canaux dans les noms d’années de leur règne (cf. A. Ungnad, « Datenlisten », RlA 2, Berlin-Leipzig, 1933-1938, p. 175-180, p. 182, p. 184-186).

53 En revanche, A. R. George propose une position plus centrale pour ce quartier, en face d’Eridu et donc en partie sur l’Euphrate. Cette position semble dépendre de la nécessité de concilier l’existence du temple Enamtila à l’époque d’Hammu-rabi avec une extension réduite de la ville, ce qu’il appelle la « Old City » (A. R. George, Topographical Texts, p. 27. Cf. également ibidem, p. 18-19, fig. 3). A. R. George a raison en pensant que si Hammu-rabi mentionne ce temple il devait être dans la ville de Babylone et que sa position à l’époque paléobabylonienne reste la même jusqu’à l’époque néobabylonienne (A. R. George, Topographical Texts, p. 16. Cf. J. Renger, Sumer 35, p. 206). Mais on ne peut pas déduire la position d’un quartier sur la seule base de la supposition d’une extension réduite de la ville, hypothèse qui reste à démontrer. Enfin, la position de Kumar tout à fait dans le coin nord-ouest de la ville explique la position de la porte d’Enlil sur le mur nord de la moitié ouest de la ville.

54 A. R. George, Topographical Texts, p. 19.

55 A. R. George, Topographical Texts, p. 19-21.

56 Même Ka.dingira constitue un nom de ville, celle de Babylone (A. R. George, Topographical Texts, p. 375).

57 Il ne s’agit pas d’un hasard si les temples cités dans Tintir IV reprennent les noms des grands sanctuaires des villes les plus importantes : E-kar-zaginna (Eridu, puis Nippur, Ur et Lagaš : A. R. George, House Most High, p. 108), E-rab-riri (Kish), Egalmaḫ (Isin, Ur, Uruk, Nippur, Assur : A. R. George, House Most High, p. 88), E-niggidar-kalamma-summa (Assur), E-maḫ (Adab), E-uru-nanam (Nippur : A. R. George, House Most High, p. 157), E-kituš-girzal (Ilip : A. R. George, House Most High, p. 111), E-anda-sa (Akkad), E-gišnu-gal (Ur), E-sag (Assur : A. R. George, House Most High, p. 138), E-me-urur (Larsa, Uruk), E-nun-maḫ (Ur), E-gišḫur-ankia (Assur), E-bur-sasa (Umma), E-namtila (Nippur), E-eš-maḫ (Eridu, Uruk, Nippur), E-diku-kalamma (Isin ou Nippur : A. R. George, House Most High, p. 75), E-namḫe (Anat : A. R. George, House Most High, p. 130), E-sa-bad (Isin, Assur). Mais dans le cas d’Assur, c’est peut-être cette dernière qui prend Babylone comme modèle.

58 H. Trenkwalder, « Some Remarks on the Place Name Babil », Sumer 35, 1979, p. 237 ; A. R. George, Topographical Texts, p. 253-255.

59 A. R. George, Topographical Texts, p. 70.

60 A. R. George, Topographical Texts, p. 21.

61 A. R. George, Topographical Texts, p. 242 et p. 374.

62 A. R. George, Topographical Texts, p. 112.

63 A. R. George, Topographical Texts, p. 135.

64 M. A. Powell, « Metrology and Mathematics in Ancient Mesopotamia », in J. M. Sasson (éd.), Civilizations of the Ancient Near East, p. 1947.

65 M.-J. Seux, Épithètes royales akkadiennes et sumériennes, Paris, 1967, p. 305-308.

66 M. A. Powell, dans Civilizations of the Ancient Near East, p. 1947.

67 La seule exception est représentée par J. Renger, « The City of Babylon during the Old Babylonian Period », Sumer 35, 1979, p. 209-204.

68 Cf. A. R. George, Topographical Texts, p. 13 et p. 344. Cette continuité topographique, dès lors, montre que l’énorme destruction de 689 vantée par Sennacherib devait en fait être assez limitée (cf. A. R. George, Sumer 35, p. 230).

69 L. Battini, Orient-Express 1994/2, p. 49-50. Rares sont les archéologues qui ont comparé ces villes (T. Eickhoff, Kar-Tukulti-Ninurta : eine mittelassyrische Kult-und Residenz-Stadt, Berlin, 1985, p. 17-19 et p. 50 ; J. -L. Huot, « Les villes neuves de l’Orient Ancien », in J.-L. Huot (éd.), La ville neuve : une idée de l’antiquité ?, Paris, 1988, p. 12-35 ; J. Margueron, « Fondations et refondations au Proche-Orient au Bronze Récent », in S. Mazzoni (éd.), Nuove fondazioni nel Vicino Oriente Antico : realtà e ideologia, Pisa, 1994, p. 3-27). Et les comparaisons concernent essentiellement la forme régulière de l’enceinte urbaine et le caractère de villes nouvelles.

70 G. Bunnens a justement mis en évidence la présence de quelques similitudes entre la topographie de Dūr-Šarrukīn et celle de Tell Halaf (id., « Syro-Anatolian Influences on Neo-Assyrian Town Planning », in G. Bunnens [éd.], Cultural Interraction in the Ancient Near East. Papers Read at a Symposium Held at the University of Melbourne, Louvain, 1996, p. 113-128). Mais on ne peut pas limiter les similitudes plus importantes entre Babylone et Dūr-Šarrukīn. Cette dernière, étant une construction nouvelle, libre de toute contrainte préexistante, résume les expériences topographiques babyloniennes et assyriennes (cf. L. Battini, Akkadica 108, p. 5-29 ; ead., « Des rapports géométriques en architecture : le cas de Dūr-Šarrukīn », RA).

71 L. Battini, Akkadica 108, p. 15-18.

72 A. R. George, House Most High, p. 130-131. Cf. E. Sollberger et J.-R. Kupper, Inscriptions royales, IVC6g p. 215.

73 Ci-dessus, section II. 2 et note 53.

74 Sur les réfugiés et le transfert des cultes à l’époque paléobabylonienne, voir : D. Charpin, « Immigrés, réfugiés et déportés en Babylonie sous Hammu-rabi et ses successeurs », in D. Charpin et F. Joannès (éd.), La circulation des biens, des personnes et des idées dans le Proche-Orient ancien, RAI XXXVIII, Paris, 1992, p. 208-212.

75 D. Charpin, CRRAI XXXVIII, p. 211.

76 Mais il n’est pas impossible que le culte de la déesse se soit développé d’abord dans un quartier pour ensuite s’élargir à un autre. Ou que les réfugiés d’Uruk soient arrivés à des moments différents.

77 A. R. George est pourtant réticent envers cette proposition qu’il formule lui-même (Topographical Texts, p. 330).

78 A. Ungnad, Babylonian Letters of the Hammurabi Period, PBS 7, Philadelphia, 1915, 62 : 20 et p. 9.

79 H. Klengel, « New Historical and Topographical Evidence from Old Babylonian Tablets Discovered in Babylon », Sumer 41, 1979-1981, p. 106. Malgré ces éléments, H. Klengel tend à préférer une ville paléobabylonienne plus petite que la néobabylonienne (« Surely we are allowed to assume that the Old Babylonian city was by far smaller than that of Neo-babylonian times », ibidem, p. 106), ce qui l’amène à penser que la ville nouvelle à cette époque ne devait être pas très éloignée du temple de Marduk. A. R. George cite également ces textes, mais en reprennant de manière plus problématique la question de l’extension de la ville sous la première dynastie de Babylone (Topographical Texts, p. 16-18 et p. 376).

80 F. Safar, M. A. Mustafa et S. Lloyd, Eridu, Baghdad, 1981. Cf. pour l’époque protodynastique D. O. Edzard, G. Farber, E. Sollberger, Die Orts-und Gewässernamen der präsargonischen und sargonischen Zeit, RGTC 1, Wiesbaden, 1977, p. 49-50.

81 G. Bergamini, « Babilonia. L’immagine della metropoli da Hammuraspi a Nabonido », in S. Mazzoni (éd.), Nuove fondazioni nel Vicino Oriente Antico : realtà e ideologia, Pisa, 1994, p. 50. Ku’ara est cité également en RGTC 1, p. 95-96.

82 A. R. George, Topographical Texts, p. 376 ; G. Bergamini, in S. Mazzoni (éd.), Nuove fondazioni nel Vicino Oriente Antico, p. 50 ; RGTC 1, p. 96-97.

83 S. Parpola, Neo-Assyrian Toponyms, AOAT 6, Neukirchen-Vluyn, 1970, p. 213.

84 J. Renger, Heidelberger Studien, p. 137-171.

85 Cf. E. Sollberger et J.-R. Kupper, Inscriptions royales, p. 212-229 ; D. Frayne, Old-Babylonian Period (2003-1595), RIME 4, Toronto, 1990, p. 323-438 ; A. Ungnad, RlA 2, p. 175-192 ; M. T. Roth, Law Collections from Mesopotamia and Asia Minor, SBL Writings from the Ancient World 6, Atlanta, 1995, p. 76-80 et p. 133-140.

86 A. R. George, House Most High, p. 102, n. 493.

87 A. Ungnad, RlA 2, p. 188 et p. 191.

88 Par exemple : S. D. Simmons, Early Old Babylonian Documents, YOS XIV, New Haven and London, 1978, 347 (dUraš-dayyān) ; J. J. Finkelstein, Late Old Babylonian Documents and Letters, YOS XIII, New Haven and London, 1972, 371 (Erībam-dUraš), 249, 256, 423 (Ibni-dUraš), 371, 191, 164 (Iddin-dUraš), 261 (Irībam-dUraš), 141 (Rīš-dUraš), 380 (Ṣillī-dUraš), 58 (Tarīb-dUraš), 273 (dUraš-abī), 409 (dUraš-bēl-zēri), 256 (dUraš-iddinam), 519 (dUraš-muballiṭ), 36 (dUraš-mušallim), 254 (dUraš-nāṣir), 231 (dUraš-nīšu), 34 (dUraš-tayyār), 164 (Warad-dUraš). Des noms théopores de ce dieu existent même au IIIe millénaire (pour l’époque akkadienne, voir J. J. Stamm, Die akkadische Namengebung, Leipzig, 1939, p. 58-78).

89 M. T. Roth, Law Collections, p. 78.

90 Dans la liste An/Anum, Zababa est appelé le « Marduk de la bataille » et dans une liste de divinités provenant de Nippur, il suit les grands dieux (W. H. Ph. Römer, « The Religion of Ancient Mesopotamia », in C. J. Bleeker et G. Widengren [éd.], Historia Religiorum. Handbook for the History of Religions. Vol. I : Religions of the Past, Leiden, 1969, p. 137). Sur la fréquence des mentions de ce dieu dans les textes de l’époque d’Hammurabi et de ses descendants, voir H. Schmökel, « Hammurabi und Marduk », RA 53, 1959, p. 185-202.

91 Par exemple : S. D. Simmons, YOS XIV, 114 (Īdiš-dZababa), 161 (Rīš-dZababa), 123 (Šat-dZababa), 161 (dZabab-muštēšir), 149 (dZababa-šamuḫ) ; J. J. Finkelstein, YOS XIII, 90 (Etel-pī-dZababa), 51, 330 (Ibni-dZababa), 10 (Iddin-dZababa), 90 (Irībam-dZababa), 203 (Luštāmar-dZababa), 10 (Rīš-dZababa), 286 (dZababa-awīlam-uballiṭ), 94 (dZababa-mušallim), 419 (dZababa-nāṣir), 20 (dZababa-nīšu), 52 (dZababa-qarrād), 481 (dZababa-rabi). Des noms théopores de ce dieu existent même au IIIe millénaire (pour l’époque akkadienne voir J. J. Stamm, Die akkadische Namengebung, p. 58-78).

92 A. R. George, House Most High, p. 125, n. 785.

93 A. R. George, House Most High, p. 154, n. 1151.

94 A. R. George, House Most High, p. 154, n. 1151.

95 A. R. George, House Most High, p. 125, n. 785.

96 A. R. George, House Most High, p. 112, n. 633.

97 P. Villard, « Parade militaire dans les jardins de Babylone », in J.-M. Durand (éd.), Florilegium Marianum. Recueil d’études en l’honneur de M. Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 140-144.

98 M. T. Roth, Law Collections, p. 78.

99 M. T. Roth, Law Collections, p. 133 et p. 138.

100 À l’époque paléobabylonienne c’est à Anu et Enlil que revient la célébration théologique de Babylone (A. R. George, Topographical Texts, p. 245). Et encore dans Tintir I, 29 Babylone est dite « la demeure d’Anu, Enlil et Ea » et dans Tintir I, 42 elle est la « création d’Enlil ».

101 Bien qu’on n’ait pas d’inscriptions citant l’Imgur-Enlil et le Nimitti-Enlil avant Marduk-šāpik-zēri (A. R. George, « Studies in Cultic Topography and Ideology », BiOr LIII, 1996, p. 365 ; id., Topographical Texts, p. 343-344). Pourtant, un bon nombre d’enceintes paléobabyloniennes sont dédiées à Enlil (Dūr-Ammi-ditana, Dūr-Samsu-iluna, Isin). S’il y a eu un échange de noms des enceintes urbaines entre Nippur et Babylone (Imgur-Marduk et Nimitti-Marduk pour la première, Imgur-Enlil et Nimitti-Enlil pour la deuxième : cf. A. R. George, Topographical Texts, p. 350), cela n’exclut pas que l’un des noms donnés à l’enceinte de Babylone par l’un ou l’autre des rois de la Ire dynastie ait déjà compris le nom divin d’Enlil.

102 J. Renger, Sumer 35, p. 209.

103 J. Renger, Sumer 35, p. 205.

104 J. Renger, Sumer 35, p. 205. Cette déesse est citée dans le Code d’Hammu-rabi comme celle qui rend malades ceux qui n’obéissent pas aux lois (W. H. Ph. Römer, in C. J. Bleeker et G. Widengren (éd.), Historia Religiorum, p. 140). J. Black et A. Green l’identifient avec Gula (Gods, Demons and Symbols, p. 140 et p. 101).

105 A. R. George, Topographical Texts, p. 97.

106 Cf. par exemple les noms paléobabyloniens de l’enceinte d’Isin (A. R. George, BiOr LIII, p. 366).

107 A. R. George, Topographical Texts, p. 95.

108 A. R. George, Topographical Texts, p. 292.

109 Tintir IV, 5. Pour l’identification du sanctuaire avec l’Egal-maḫ, voir A. R. George, Topographical Texts, p. 305.

110 Tintir IV, 42. Cf. A. R. George, Topographical Texts, p. 305.

111 A. R. George, Topographical Texts, p. 16.

112 G. Bergamini, Mesopotamia XII, p. 150-152.

113 E. Sollberger et J.-R. Kupper, Inscriptions royales, IVC7b p. 221.

114 Rien n’interdit cependant de penser que Nippur elle-même, qui est très mal connue, avait déjà développé l’idée d’une ville ordonnée par des critères numériques de compréhension apparemment difficile. Mais au moins, le plan de Nippur semble exclure le choix de formes géométriques pures, auxquelles s’opposait probablement l’ancienneté de la ville.

Notes de fin

1 Cet article, achevé en juin 2001, n’a été que légèrement remanié. La bibliographie la plus récente n’a pas été intégrée.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation des portes de Babylone selon A. R. George, Topographical Texts, fig. 7, p. 141
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 2 – Proposition de l’existence de modules déterminant la localisation des portes de Babylone
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 3 – Plans de Dūr- Šarrukīn et de Babylone à la même échelle (d’après G. Loud et C. B. Altman, Khorsabad Part II : The Citadel and the Town, OIP 40, Chicago, 1938, pl. 69 et d’après G. Bergamini, Mesopotamia XII, pl. I)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 4 – Localisation des quartiers selon A. R. George, Topographical Texts, fig. 4, p. 24
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 5 – Nouvelle proposition de localisation des quartiers
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 6 – Points de définition des quartiers
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4311/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

Auteur

CNRS, UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon (laura-battini@wanadoo.fr)