Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 2

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Mari

Un centre administratif religieux dans l’espace urbain à Mari et à Khafadjé (fin DA et Agadé)

Jean-Claude Margueron

Texte intégral

  • 1 Rapports préliminaires Parrot 1962 et 1964 ; voir aussi Parrot 1974.

1Lorsqu’après une interruption de plusieurs années, André Parrot revint à Mari en février 1960 pour la XIe campagne, il installa son chantier sur la face nord de la Haute Terrasse qu’il appelait ziggurat, entre la limite du Grand Palais Royal du début du second millénaire et le Massif Rouge. L’opération sera poursuivie au cours des XIIe et XIIIe campagnes jusqu’au dégagement d’un ensemble architectural considéré à l’époque comme un temple présargonique1.

2Mais comme le fouilleur n’avait pas remis au jour un temple caractéristique, il pensait qu’il avait eu affaire plutôt aux dépendances d’un temple qui se serait trouvé sous la Haute Terrasse du début du IIe millénaire ; celle-ci étant étroitement associée au temple que l’on considérait alors comme étant celui de Dagan, il en concluait que le niveau « présargonique » dégagé était voué au même dieu.

  • 2 Voir les dépôts de fondation du temple aux Lions, cf. Dossin 1940, p. 152-169 et plus particulièrem (...)

3C’est pourquoi ce secteur apparaît le plus souvent dans la littérature archéologique sous le nom de « dépendances du temple de Dagan présargonique ». Il convient cependant d’entrée de jeu de récuser cette identification, car le temple associé à la Haute Terrasse n’est pas voué à Dagan mais au Roi du Pays2, sans que l’on connaisse son nom divin ; ainsi on ne peut user de cette attribution pour désigner le titulaire d’un éventuel temple inférieur.

4Un sondage a été entrepris en 1995 et poursuivi, sous le nom de chantier H, en 1997, 1998 et 1999 jusqu’au sol primitif, sous la direction de Mohammed Muftah, membre de l’équipe archéologique de Mari. Il avait une double fonction : déterminer la position du niveau dégagé par André Parrot dans la stratigraphie de la Ville II et comparer les strates de la Ville I avec ce qui en avait été mis au jour ailleurs, question qui ne sera pas traitée ici.

5Cette opération a été l’occasion d’un réexamen général du secteur : il en est résulté une nouvelle interprétation, qui m’est apparue d’autant plus intéressante qu’elle trouve un écho en Mésopotamie, même dans le site de Khafadjé.

  • 3 Voir note 1. À la suite de difficultés rencontrées lors de la XIe campagne, André Parrot n’a pas fa (...)
  • 4 Parrot 1974, p. 69-71.

6L’inventaire des moyens à notre disposition dans cette enquête est assez bref. Outre les deux rapports préliminaires dans Syria pour les XIIe et XIIIe campagnes3 et le petit paragraphe qui lui est consacré dans Mari capitale fabuleuse4, on ne peut avoir recours qu’au journal quotidien du fouilleur, aux relevés architecturaux et croquis non publiés, aux photographies et au catalogue d’objets. Ce n’est pas beaucoup et une description détaillée manque cruellement. Cependant, l’analyse de tous ces documents donne des résultats particulièrement intéressants.

A. MARI : LE QUARTIER ENTRE LE PALAIS ET LE MASSIF ROUGE

7Le groupe des bâtiments dégagés entre 1960 et 1963 dans l’espace situé immédiatement au nord de la Haute Terrasse, est limité à l’ouest par le secteur du palais, à l’est par le Massif Rouge et au nord par un simple arrêt de fouille ; l’hétérogénéité, l’absence d’organisation cohérente et l’anarchisme apparent des constructions y paraissent la règle. Il est pourtant possible de retrouver dans l’ensemble de cet espace des unités homogènes et un agencement très rationnel.

I. Les différents secteurs du quartier (fig. 1)

1. Le temple-tour du Massif Rouge et l’espace A

8Immédiatement à l’ouest du Massif Rouge, un temple-tour de belles dimensions apparaît comme le sanctuaire associé au massif ; il n’a pas été identifié comme tel par le fouilleur, mais il ne saurait être interprété autrement : ses dimensions, l’épaisseur de ses murs, son porche le rendent très proche du temple-tour de Ninhursag, tout à fait assuré quant à lui. Il devient ainsi le plus ancien temple-tour repéré dans le monde syrien.

9Entre le temple-tour et l’axe de circulation 6 s’étend un ensemble désigné par la lettre A, assez difficile à définir mais que ni la forme, ni l’organisation ne permettent d’assimiler à une zone d’habitation : un grand espace plutôt rectangulaire, pratiquement de 10 m sur 20 m, avec des murs épais mais de façon irrégulière et des passages qui le mettent en relation avec le temple-tour, avec l’axe de circulation 6 et avec une unité méridionale encore plus mal définie ; un habitat s’y trouvait peut-être alors que l’espace A en était dépourvu, mais sa portée de 10 m ne rend pas absolument impossible une couverture, surtout si on admet que les murs n’ont peut-être pas été retrouvés partout dans leur exacte épaisseur, à en juger d’après un tracé assez incohérent.

10L’état de la documentation ne permet pas d’évaluer les possibilités d’un étage sur l’espace A : une simple terrasse recouvrait sans doute, en totalité ou en partie, ce domaine, un étage ayant pu prendre place sur la frange occidentale du fait de l’importance des murs retrouvés. C’est là tout ce que l’on peut dire pour le moment sur cette question.

2. Les axes de circulation

11En continuant la progression vers l’ouest on rencontre un ensemble très différent, structuré par des axes de circulation.

12D’une largeur voisine de 1,60/1,70 m, ces axes de circulation sont curieusement caractérisés par une absence apparente (c’est-à-dire dans le secteur connu) de points de communication entre eux ; ils semblent parfaitement indépendants les uns des autres et, contrairement au mode d’organisation habituel, ils ne se constituent nullement en réseau : c’est peut-être de là que vient cette impression d’incohérence :

  • l’axe 6 (parallèle à 17) semble au départ se diriger vers 14, mais au dernier moment 14 infléchit brutalement sa course vers le nord-est et les deux axes continuent parallèlement leur chemin en étant séparés par un mur, ce qui peut apparaître comme le comble de l’absurde !

  • l’axe 14 (fig. 2 et 3) est séparé en deux par un mur transversal au niveau de la pièce 15 ; de ce fait les deux sections, est et ouest, de ce couloir n’ont aucun rapport ;

  • l’axe 17, qui depuis le sud-ouest semble devoir déboucher sur 14, en est séparé in extremis par un mur.

13Quelle que soit la signification de ce curieux réseau, laissons pour l’instant de côté ces anomalies et essayons de préciser les trois unités de base qui sont néanmoins définies par ces circulations.

3. Les unités de base (fig. 4)

a) Un groupement de magasins au nord

  • 5 On notera l’erreur du plan fig. 1, qui fait passer le mur du téménos de la Ville III (en blanc) alt (...)

14Au nord de l’axe 14, une série de pièces étroites (entre 1,80 et 2,30 m) et allongées (de 6 à 10 m) ; elles sont parfois subdivisées en deux, parfois regroupées par trois avec des communications intérieures et, à cause des contraintes du lieu, elles affectent à l’occasion une forme moins régulière ; mais ce qui est remarquable, c’est que le dessin en est net et précis et que visiblement le schéma d’organisation est né de la pensée d’un architecte : on notera en particulier le long mur rectiligne et continu qui ferme toutes ces pièces vers le nord-est (mur mitoyen entre les espaces 30, 29, 28 au nord-est et les espaces x [non numéroté], 27, 26, 25 et 24 au sud-ouest)5 : il ne peut s’agir que d’une ligne de structure jouant un rôle précis dans cette construction. On notera qu’il n’y a aucun espace qui puisse dans cet ensemble jouer le rôle d’un puits de lumière et qu’en conséquence les prises de jour ne pouvaient se faire qu’à partir du couloir 14.

Fig. 1 – Mari. Plan du secteur appelé par André Parrot « dépendances du Temple de Dagan » (Parrot 1964, fig. 1)

Fig. 2 – Mari. La rue 14 vue du nord-ouest vers le sud-est ; au second plan, le sommet des murs du bâtiment principal

Fig. 3 – Mari. La rue 14 vue depuis l’est vers l’ouest ; à gauche, la porte donnant sur la salle 15 du bâtiment principal

15Par sa morphologie et son organisation, ce secteur, même incomplètement dégagé (au-delà de la limite nord), donne clairement sa fonction : il s’agit d’une série de magasins juxtaposés desservis par l’artère 14.

16Il est cependant possible d’aller plus loin et de déduire de cette morphologie qu’un étage se développait au-dessus des magasins, comme c’est toujours le cas lorsqu’on se trouve en présence d’une série de pièces étroites et allongées. La situation est donc infiniment plus complexe que ce que laisserait entendre une étude superficielle du relevé.

b) Des communs à l’ouest

17Entre le couloir 14 au nord, la limite de fouille à l’ouest et l’axe 17, une demi-douzaine d’espaces plus ou moins clairement délimités appartiennent à un petit ensemble trop disloqué et trop incomplet, sans doute à la suite de perturbations plus tardives, pour qu’il soit possible de le définir, ni même de préciser son mode d’organisation. On notera cependant que la petite installation en plâtre de la salle 22 (dont les limites ne sont pas bien connues) confère un certain standing à ce secteur. On ne peut reconnaître dans cet ensemble un peu hétéroclite (incomplet) que des communs dépendant d’une façon ou d’une autre d’une habitation.

c) Un bâtiment homogène à l’est

18En revanche entre les couloirs 6, 14 et 17 s’étend une unité en bon état de conservation, peut-être complète et dont le fonctionnement semble compréhensible. Certaines de ses caractéristiques conduisent à penser qu’elle a pu servir de lieu d’habitation : elle fait l’objet de l’analyse suivante.

II. Analyse structurale de l’unité d’habitation

1. Les regroupements de pièces

19L’unité s’étend sur 22 m dans sa plus grande dimension, une douzaine dans la plus petite et sur presque 17 m dans la « hauteur » si on la considère comme un trapèze. L’incertitude concerne la face sud-ouest, parce que la fouille n’a pas défini de façon certaine, quoique cette solution paraisse la plus raisonnable, si un axe de circulation joignait les couloirs 6 et 17 ou si les pièces 7 et 8 faisaient partie d’un ensemble construit maintenant lacunaire.

20Le trait le plus frappant de cet ensemble est qu’il ne forme pas une unité fermée et reliée à l’extérieur par une seule porte d’entrée, mais au contraire, un système constitué de sous-unités agglutinées, indépendantes les unes des autres et pourvues chaque fois d’un accès autonome donnant sur le pourtour du système construit. C’est ainsi que l’on peut définir 5 sous-unités d’importance différente (fig. 6) :

  • deux formées d’une seule pièce : la 7 (= sous-unité A) sur la face sud-ouest et la 16 (= sous-unité A’) donnant sur le couloir 17 sur la face nord-ouest ;

  • deux formées de deux pièces, le groupe 12-13 (= sous-unité B) sur la face nord-ouest et le groupe 8-8’(= sous-unité B’) sur la face sud-ouest ;

  • la cinquième sous-unité, entourée par les quatre autres sur ses deux faces occidentales, comporte quatre pièces (9, 10, 11 et 15) qui constituent la sous-unité C pourvue de deux entrées, ce qui est tout à fait exceptionnel et lui confère un statut particulier.

2. Les lignes structurales (fig. 7)

21En dépit du caractère hétérogène présenté par ces cinq sous-unités, une structure unitaire marque profondément cet ensemble, si, toutefois, l’on fait abstraction momentanément des pièces 7, 8 et 8’ qui donnent l’impression, sans doute fallacieuse, d’avoir été plaquées plus tardivement contre le mur sud-ouest du groupe principal. Le plan trapézoïdal est traité avec une grande rigueur : 17,50 m pour la hauteur, 10,50 et 18 m pour les deux longueurs ; deux longs murs sud-ouest/nord-est partagent l’espace en trois bandes. Aussi dans le sens nord-ouest/sud-est la succession observée met-elle en évidence :

  • au centre une bande de 3 m sans les murs (5 m en les comptant),

  • de part et d’autre de celle-ci une bande de 7 m avec les murs (soit une portée de 5 m puisque les murs ont 1,00 m d’épaisseur).

  • 6 Le choix de cette ligne est commandé par sa position médiane ; elle a l’inconvénient de paraître fa (...)

22De façon pratiquement identique dans le sens sud-ouest/nord-est et en passant le long du mur de séparation 9/116, une coupe de même nature donne deux espaces d’une portée de 3 m séparés par un espace de 6 m de portée.

Fig. 4 – Mari. Vue d’ensemble du bâtiment principal vers le nord-ouest. Au premier plan, de gauche à droite, les pièces 7, 10 et 11 ; au second plan 8, 9 et 15 ; en troisième rang 8’, 16, 12 et 13 ; puis la rue 17. Le tout appuyé contre le mur méridional de la rue 14 à droite

Fig. 5 – Mari. Partie septentrionale de la pièce 9, avec au fond la porte donnant sur la pièce 15 et à droite celle assurant la liaison avec 11

Fig. 6 – Mari. Les unités composant le bâtiment principal (dessin N. Bresch)

Fig. 7 – Mari. Les lignes structurales majeures du bâtiment principal avec la valeur métrique des espaces entre les murs structuraux (dessin N. Bresch)

23Ce qui donne, en mètres et avec la largeur des murs indiquée par des [ ], le rythme suivant pour la première succession : [1] 5 [1] 3 [1] 5 [1] ; et pour la seconde : [1] 3 [1] 6 [1] 3 [1]. Le système apparaît alors remarquablement équilibré, ce qui dans une construction n’est jamais gratuit. Comme aucune portée n’est supérieure à 5 m, la volonté des constructeurs de mettre en œuvre un maillage structural très serré et régulier paraît évident.

3. Les accès et l’absence de cour centrale

24L’organisation de cette unité architecturale dégagée par la fouille – juxtaposition de sous-unités de 1, 2 ou 4 pièces sans aucun lien entre elles – est totalement contraire au principe, considéré comme la base de l’architecture mésopotamienne, de l’unité organisée par rapport à un espace central : ce type d’organisation peut être défini comme centripète puisque les circulations intérieures tendent vers cet espace central. Il s’oppose totalement à celui qui nous intéresse ici et que l’on peut qualifier de centrifuge puisque toutes les circulations intérieures rayonnent à partir de l’unité construite vers l’extérieur.

  • 7 André Parrot pensait en reconnaître une dans l’espace 11 : le simple fait qu’il ouvre sur la rue es (...)

25Il n’y a donc pas de cour dans cet ensemble, car aucun espace ne peut convenir à une telle fonction7, et aucune circulation d’une sous-unité à l’autre.

4. L’éclairage du rez-de-chaussée

  • 8 Rappelons qu’une pièce en second jour direct est éclairée depuis la source lumineuse en ligne direc (...)

26Hormis l’hypothèse invérifiable, mais tout à fait possible dans certains cas, de l’existence d’ouvertures en haut des murs permettant d’éclairer certaines pièces par le pourtour du bâtiment, force est de reconnaître que l’essentiel de la lumière ne pouvait venir que des portes, à condition de laisser les vantaux ouverts ; les sous-unités A et A’ étaient alors éclairées en premier jour, les deux pièces de B et B’ en premier et en second jour, indirect pour le premier cas, direct pour le second8 ; quant à C, les pièces 11 et 15 étaient éclairées en premier jour et 9 et 10 en second jour indirect. Au total on est en présence d’un éclairage pauvre, possible quoique faible quand les portes étaient ouvertes, mais notoirement insuffisant dès que celles-ci étaient fermées. On est en droit de se demander ce qui avait pu conduire des constructeurs sensés à créer un système aussi peu pratique.

III. L’étage (fig. 8)

27La réponse se trouve tout simplement dans la présence d’un étage qui ne fait pas le tour de l’espace central comme dans les maisons organisées à partir de celui-ci, mais qui occupe la totalité de la superficie de l’unité.

Fig. 8 – Mari. Du plan du rez-de-chaussée avec mise en évidence des murs porteurs (à gauche) au plan de l’étage, avec le passage des coupes proposées (dessin N. Bresch)

1. Les arguments en faveur de l’étage

a) Absence d’espace central

28Le premier, dont il vient d’être question, réside dans l’absence d’espace central et dans le système centrifuge des circulations : si les constructeurs se sont privés de la facilité d’une prise de jour centralisée et qu’ils sont allés chercher la lumière sur tout le pourtour de l’édifice, c’est qu’ils avaient impérativement besoin que la partie centrale soit couverte. Alors l’explication la plus simple est qu’ils subissaient la contrainte de l’existence d’un étage qui ôtait la possibilité d’une prise de jour zénithale.

b) Maillage serré et régulier

29Le second se trouve dans le maillage serré et régulier que l’organisation structurale a mis en évidence ; des portées de 5 m maximum sont parfaitement aptes à supporter le sol d’un étage et, si les dimensions de certains espaces ne sont pas plus importantes, c’est justement parce que les constructeurs avaient en vue l’érection d’un bâtiment pourvu d’un étage.

c) Épaisseur des murs

30Le troisième vient de l’épaisseur des murs (1 mètre) qui serait excessive si les murs ne s’élevaient à guère plus de 4 m.

d) Hauteur restante des murs

31Le quatrième est à chercher dans la hauteur restante des murs au moment de la fouille : ils étaient conservés de façon uniforme à 2 m de haut (fig. 9) ; or l’arasement à un niveau constant indique déjà en soi que, à l’origine, les ruines s’élevaient plus haut et que les moignons de murs dépassant les zones comblées lors de l’effondrement ont été rognées au moment du nivellement. Le volume du complément en question, qui provient non seulement des murs dont on connaît l’épaisseur, mais encore de la terrasse et des « planchers » dont l’épaisseur est évaluable entre 30 et 50 cm, permet d’estimer la hauteur originelle minimale des murs à 9,40 m. Or un niveau ne dépassait guère 4 m, par conséquent il est certain qu’un étage s’élevait au-dessus du rez-de-chaussée repéré par la fouille.

e) Escalier

32Le cinquième argument réside dans l’existence d’un très bel escalier dans la salle 15, bien dessiné sur tous les plans, mais malheureusement non décrit (fig. 10) ; compte tenu d’un éventuel palier de 1 m2 environ à son point d’aboutissement situé vers 4 m de hauteur, il a une longueur voisine de 5 m en volée droite, ce qui permet de placer quelque 24 ou 25 marches de 18 cm de hauteur : c’est là une pente tout à fait normale pour un escalier et, disons-le, confortable ; pris isolément, l’argument de l’escalier pour restituer l’étage pourrait être refusé sous prétexte qu’il ne desservait qu’une terrasse, mais ajouté aux autres il ne permet plus de douter.

33Enfin notons encore – il en sera question un peu plus loin – la présence d’objets dans les décombres et non sur le sol, donc manifestement tombés de l’étage.

2. L’organisation de l’étage

34Cela étant, peut-on chercher à connaître cet étage ? Le plus souvent un tel exercice est vain, mais dans quelques cas certains indices permettent au moins une approche de la question. C’est le cas ici (fig. 8).

35En effet, l’analyse des divisions internes du bâtiment avait fait ressortir à la fois une répartition très régulière des dimensions entre les murs structuraux (5 m-3 m-5 m) et un maillage très serré grâce aux murs transversaux. Or, si l’on prend l’une des ailes latérales, par exemple celle de l’est, et qu’on y ajoute la bande centrale, ainsi que l’épaisseur du mur intermédiaire 9/11, on obtient une distance à peine supérieure à 9 m, ce qui est très inférieur aux portées directes de 12 m mises en œuvre depuis l’époque d’Uruk au Temple Calcaire par exemple.

Fig. 9 – Mari. La partie orientale du bâtiment principal (pièces 10, 11, 9 et 15) montrant la hauteur restante des murs

Fig. 10 – Mari. L’escalier de la salle 15

36Or ce qui apparaît comme remarquable, c’est que si l’on fait abstraction des murs intermédiaires (9/11, 10/11, 13/12 et 12/16) et que l’on ne conserve que les murs extérieurs, on se trouve en présence d’un plan qui est la copie fidèle de celui que l’on retrouve soit dans les temples (Enceinte Sacrée ou Ninni-zaza par exemple) soit dans le palais lui-même, soit encore dans des édifices de Mésopotamie comme le palais d’Eridu : une salle proche du carré (ici 9 m sur 10 m et désignée comme I sur le plan de l’étage de la fig. 8), pourvue sur l’un de ses côtés d’une salle oblongue d’une longueur voisine (peut-être a-t-elle été subdivisée) et d’une largeur correspondant à la seconde aile, soit 5 m dans le cas présent (appelée II). Au nord-est de l’espace carré, la pièce 15 avec son départ d’escalier se répète à l’étage (no III) avec le point d’aboutissement de l’escalier à proximité du mur 15/6 en laissant toutefois la place pour un palier qui permettait de rejoindre immédiatement vers le sud la salle centrale ; cet accès met tout naturellement en place une porte près de l’angle est de I, selon le dispositif habituel à cette époque ; on peut dès lors installer, chaque fois qu’une communication est possible, des portes à proximité des angles selon ce schéma.

  • 9 La campagne de 1961 s’est terminée sans que les plans aient réellement été relevés ; par la suite u (...)

37La seule question qui se pose est de savoir ce qui se passe exactement sur le flanc sud-ouest. En effet, la cohérence structurale apparaît moindre pour les trois pièces 7, 8 et 8’, au point que l’on pourrait songer à y voir une adjonction postérieure à l’édification du bloc principal. Je ne suis cependant pas tout à fait certain que telle ait été la situation d’origine parce que, comme on l’a vu, la régularité des rythmes y est aussi rigoureuse que dans la partie centrale et je me demande si les fouilleurs ne se sont pas trouvés devant une difficulté à définir avec précision ce secteur et, qu’au moment de la fouille ou des relevés, des erreurs se soient glissées9.

38Donc, en partant du principe qu’il existait une cohérence, on peut établir une aile construite au sud de I comme il y en a une en III ; sur la base du plan habituel, deux pièces peuvent y avoir naturellement trouvé place. Mais le bloc a pu se terminer sans cet appendice et, dans ce cas, c’est une terrasse qui s’étendrait au-dessus du groupe 7-8-8’et formerait un exutoire à ciel ouvert pour cet ensemble III-II-I.

39Pour cet ensemble, l’éclairage pouvait venir d’ouvertures pratiquées dans les murs bordant les axes de circulation ; cependant, et même si une terrasse s’étendait au sud, rien n’empêche l’espace I d’avoir été pourvu d’un système à claire-voie.

3. Les relations de chaque niveau avec l’environnement

40Un étage certain dont l’organisation transparaît derrière les lignes structurales, c’est déjà une découverte intéressante touchant à la réalité de l’architecture de l’époque des Dynasties Archaïques. Mais on peut aller encore plus loin, car cet ensemble paraît avoir été intégré dans un jeu de relations très complexe.

a) Les relations du rez-de-chaussée (fig. 6, 8, 14 et 15)

41Si on analyse le bloc considéré pour lui-même, l’organisation des relations apparaît assez simple : il possède deux issues ce qui est une anomalie ; mais celle-ci s’explique par le fait que chacune des portes donne sur une rue qui n’a aucun rapport avec l’autre. Il s’ensuit que ces portes mettent le bâtiment en relation avec des secteurs non seulement différents, mais séparés et que, dans une certaine mesure, le bloc architectural était chargé d’assurer la jonction entre les deux.

b) La liaison rez-de-chaussée/étage

42Or, l’organisation intérieure permettait à ces deux portes de réunir les circulations internes vers l’escalier de la salle 15 et de rejoindre le niveau supérieur ; à partir du palier de la salle III on pouvait rejoindre l’espace central I, point qui pouvait servir de base de diffusion des circulations de l’étage. Jusque-là le système est bien adapté à une unité d’habitation autonome.

c) La mise en relation de l’étage avec l’environnement (fig. 8, 14 et 15)

43Mais deux indices, de valeur inégale, permettent de penser qu’au niveau supérieur le bloc d’habitation était directement en relation avec les bâtiments voisins.

44– Le premier se trouve dans l’axe de circulation 6. Les documents publiés montrent la présence d’un pilastre associé au mur 6/4 face au mur 10/7. Tel qu’il est, il n’a aucun sens. Cependant deux croquis de chantier permettent heureusement de le compléter en rajoutant un pilastre en face de celui qui est noté et en en installant un autre au niveau du mur 10/11. C’est donc une double paire de pilastre qui existait, selon un système tout à fait classique dans l’architecture orientale. Or ce système, rappelons-le, présente un double intérêt :

  • pourvu de portes intérieures, il devient un sas qui permet de contrôler les circulations ; comme les crapaudines n’ont pas été repérées ici, il n’est pas possible de savoir si cette fonction est possible dans le cas présent, mais rien ne l’interdit a priori ;

    • 10 De nombreuses attestations de cette pratique peuvent être trouvées à l’époque des Dynasties Archaïq (...)

    dans un couloir, il permet d’installer une couverture sur une petite section du trajet en alternance avec des sections à ciel ouvert ; ainsi certaines se trouvent protégées contre la pluie alors que d’autres donnent de la lumière à l’emplacement d’une porte ; mais il autorise en outre, solution beaucoup plus fréquente qu’on ne le croit, à créer, au niveau de l’étage, un passage transversal assurant la liaison entre des bâtiments apparemment parallèles et indépendants en franchissant le vide du couloir10.

45C’est cet usage qui nous intéresse particulièrement ici, même s’il vient s’ajouter à la fonction de sas contrôlant les circulations. Car il apparaît tout à fait remarquable que cette particularité architecturale ait pris place exactement à l’angle sud-est de la salle I, c’est-à-dire à l’emplacement normal d’une porte. On pouvait donc à partir du groupe I-II-III rejoindre directement le niveau supérieur du bâtiment dont faisait partie la pièce 4 ; ce secteur est malheureusement mal connu, mais l’épaisseur des murs et le rapport longueur/largeur de cette pièce ne s’oppose nullement à cette possibilité.

46– Le second indice vient de la présence du mur perpendiculaire qui, butant contre la pièce 15, divise le couloir 14 en deux sections indépendantes ; ce mur se trouve placé non loin de la porte du rez-de-chaussée : il est très vraisemblable qu’un passage ait existé aussi sur le couloir 14, assurant, à partir de III, une liaison vers les terrasses ou l’étage du bâtiment qui s’étend au nord de 14 ; ce mur transversal aurait servi de support à ce passage du niveau supérieur.

47Sans que les données archéologiques puissent en administrer une preuve irréfutable, qu’une telle liaison ait existé à cet endroit est tout à fait possible dans le contexte général.

IV. Les fonctions du rez-de-chaussée de cette unité d’habitation (fig. 4 et 5)

48Au terme de cette analyse des données architecturales et archéologiques, il apparaît que l’unité d’habitation définie au départ est une partie essentielle de l’ensemble dégagé dans ce secteur. La question qui se pose maintenant concerne la fonction de cette maison, ainsi que celle des différents édifices retrouvés.

  • 11 Le rapport préliminaire est muet sur toutes ces installations et je n’ai trouvé pratiquement aucune (...)

49Il est cependant assez difficile de préciser la fonction de chacune des pièces composant cet ensemble. André Parrot avait pensé reconnaître une cour en 11 et une cuisine en 10, mais il n’a pas donné explicitement ses raisons : la présence d’un étage rend caduque la première identification, quant à la seconde elle repose, apparemment et en se fondant sur la lecture du plan, sur ce qui pourrait être une sorte de banquette irrégulière le long de la paroi sud-ouest ; à l’exception d’un cercle de faible diamètre dans l’angle oriental dont la signification n’est pas évidente mais qui pourrait figurer une jarre, le plan ne donne aucun autre aménagement spécifique. En ce qui concerne les autres pièces, le plan semble indiquer des installations particulières : des cercles – sans doute des jarres –, des murets (bas ?) réservant des espaces à l’intérieur des pièces, des zones noircies – sans doute recouvertes de bitume –, d’autres simplement cernées d’un trait qui pourrait indiquer des aménagements plâtrés, mais en l’absence d’indications précises il est impossible de tirer réellement parti de ces particularités11.

50Une impression domine cependant : tout cela est du ressort de la vie domestique. C’est dans les pièces de réserves et dans les dépendances que l’on trouve du bitume pour imperméabiliser sol et mur, du plâtre pour obtenir un espace net et facile à nettoyer, des jarres pour stocker des denrées. Autrement dit, les pièces du rez-de-chaussée de ce bloc d’habitation sont bien, comme le pense le fouilleur, des communs.

51On peut étendre cette conclusion qui concerne d’abord le bloc d’habitation à toutes les constructions qui s’étendent à l’ouest du couloir 17 et au nord du couloir 14.

V. La signification du matériel

52Le matériel retrouvé n’est pas toujours aussi exploitable qu’on le souhaiterait : parfois il provient de la masse totale du comblement, à des altitudes variées et, dans certains cas, à une hauteur supérieure à celle de l’apparition du sommet des murs, en sorte qu’il est impossible de le rattacher avec certitude au niveau de la maison. Mais, dans les pièces elles-mêmes, il semble bien, à la lecture du journal de fouille, que nombre d’objets proviennent du comblement, ce qui autorise d’intéressantes remarques.

53Au niveau du sol est précisément mentionnée une abondante céramique, généralement cassée, dans un grand nombre de pièces, au milieu des cendres et des poutres carbonisées de l’incendie qui semble avoir affecté toutes les constructions (fig. 11).

54Deux catégories d’objets méritent une mention spéciale. Dans la salle 10 – la cuisine (?) – le fouilleur a retrouvé les restes, complètement démantelés, d’un panneau mosaïqué qui devait avoir été d’une qualité exceptionnelle comme en témoignent des éléments de lapis-lazuli, de schiste, de coquille, d’or et d’ivoire (?) ; une mention particulièrement intéressante du rapport préliminaire précise que des fragments du même panneau proviennent de la salle 7, voisine mais sans communication. Il n’y a pas lieu dès lors de s’étonner de trouver dans des « communs » un tel objet : sa place originelle se trouvait manifestement à l’étage et c’est dans l’effondrement de celui-ci qu’il a été entraîné dans les pièces inférieures (fig. 12).

55Doit-on envisager le même processus pour les huit tablettes et les empreintes sur scellements recueillis dans la pièce 16 ? La situation cette fois est moins nette ; d’abord parce que le lot peut apparaître comme homogène puisqu’aucun autre document n’a été trouvé dans les pièces voisines ; ensuite parce que les empreintes sur scellements se trouvent plus facilement dans des réserves du rez-de-chaussée qu’à l’étage. Aussi, si les tablettes, quant à elles, peuvent bien avoir chu de l’étage, les empreintes proviennent assez vraisemblablement de la pièce elle-même.

56Un autre objet mérite attention : retrouvée dans la pièce 9 – mais à quel niveau ? – il s’agit d’une petite statuette en terre durcie, pour une fois complète (fig. 13) : peut-être y a-t-il là l’indice d’un usage assez bref ; il y a une probabilité assez forte pour qu’il provienne aussi de l’étage. Malgré son aspect fruste, son intérêt réside surtout dans le fait que le fouilleur pense pouvoir y reconnaître une représentation de Dagan.

57Ces objets, joints à l’analyse de l’organisation de l’étage, permettent-ils de préciser la fonction du bloc architectural et non plus seulement celles des composantes du niveau fouillé ?

VI. Fonction du bâtiment

58La statuette et le panneau mosaïqué font tout de suite penser à un temple ; mais, comme ce dernier au moins est sûrement venu de l’étage, peut-on admettre la présence d’un temple au niveau supérieur ? Rien à ce jour n’indique dans l’univers syro-mésopotamien des temples installés à l’étage d’un bâtiment, cette hypothèse est donc difficilement acceptable : il est plus facile d’admettre que de tels objets aient pu avoir été déposés, provisoirement ou durablement, ailleurs que dans le lieu d’un culte, mais néanmoins dans un bâtiment du domaine religieux.

59Le plan de l’étage, tel qu’il est proposé ici, fait écho à des plans de temples contemporains, à Mari même, aussi bien que dans les palais. Rien dans sa morphologie n’interdit d’y voir un ensemble d’une certaine qualité voué à la réception, équipé de quelques pièces, bureaux et chambres à fonctions polyvalentes. Les tablettes permettent d’aller dans ce sens.

60Mais il faut aussi se souvenir que, par le jeu des circulations au rez-de-chaussée, la maison se trouve à la jonction de deux domaines manifestement différents et séparés : d’une part le domaine des réserves situé au nord de 14, d’autre part le domaine sacré proprement dit avec toutes les constructions qui s’étendent à l’est du couloir 6 (v. ci-dessous p. 253). L’occupant de la maison pouvait donc à la fois avoir accès aux réserves et au domaine du culte. Les itinéraires intérieurs depuis les deux portes (couloirs 14 et 6), en se rejoignant dans l’escalier 15, donnaient accès à l’étage. Là il pouvait vivre, administrer et recevoir. De là, il pouvait, sans redescendre au niveau inférieur, rejoindre les constructions qui s’élevaient au-dessus des magasins et le niveau supérieur des bâtiments qui occupent le secteur sacré.

Fig. 11 – Mari. Céramiques brisées au pied de l’escalier 15

VII. Les empreintes

  • 12 Fouille conduite sous la direction de Mohammed Muftah : v. le compte rendu de la campagne de 1995 d (...)
  • 13 Beyer 2007.

61Le sondage stratigraphique (chantier H) installé à l’ouest du secteur étudié par A. Parrot, a donné entre 1995 et 199912 des empreintes de sceaux dont D. Beyer a tiré les premières informations13. On retiendra que plusieurs fragments provenant du niveau 1 – qui date le début de l’existence de ce bâtiment au DA III, Parrot ayant fouillé principalement le niveau 0, détruit par Naram-Sin en même temps que le palais et l’ensemble de la cité – sont inscrits soit au nom d’une épouse d’un roi (EN) de Mari (TH 97.35), soit aux noms (une fois Nani : TH 95.56) de serviteurs de la fille (sans doute) du roi (TH 97.14). Ces informations semblent suffisantes pour laisser pressentir que la famille royale est directement impliquée dans les activités administratives de ce centre et que femme ou fille du (ou des) roi(s) exerçait peut-être des fonctions de grande prêtresse ou d’intendante du domaine religieux.

Fig. 12 – Mari. Le panneau mosaïqué retrouvé en fragments dans les pièces 10 et 7 (reconstitution hypothétique réalisée par la Mission Parrot, non réétudiée depuis)

62Cette découverte vient heureusement conforter la fonction que j’ai attribuée à l’ensemble de ce secteur, en partant d’abord du seul témoignage de l’analyse architecturale et des données archéologiques.

VIII. Conclusion

63Cette maison apparaît donc comme un véritable pivot, le centre de gestion, dans un ensemble complexe et parfaitement ordonné et c’est de l’étage qu’était dominée la vie administrative – et peut-être pas seulement celle-ci – du complexe (fig. 14, 15 et 16). En tout état de cause, il semble que son occupant principal était un personnage de qualité, sans doute un prêtre plutôt qu’un intendant royal, qui avait à gérer l’unité – un temple selon toute vraisemblance – que semble former cet ensemble complexe avec son temple (le temple du Massif Rouge), à côté du Grand Palais Royal.

64C’est la première fois, à ma connaissance, que l’archéologie fournit une image matérielle aussi précise de la structure, au cœur de la cité, d’un grand temple comme organisme cultuel, économique et social au milieu du IIIe millénaire. Il y aura lieu de revenir sur cette question, car pour le moment c’est seulement l’aspect domestique de l’architecture qui est en jeu.

Fig. 13 – Mari. Petite statuette en terre mal cuite provenant de la salle 9. André Parrot voulait y reconnaître une représentation de Dagan, mais cette identification ne paraît pas solidement fondée

B. KHAFADJÉ : LE QUARTIER EMMURÉ

65Le « quartier emmuré » de la phase finale du site de Khafadjé offre un exemple d’un grand intérêt pour les parallèles que l’on peut établir avec le centre administratif du temple du Massif Rouge. Cependant, avant d’établir les termes de la comparaison, il est nécessaire de définir avec précision ce qui appartient à ce quartier et ce qui ne lui appartient pas.

  • 14 Delougaz, Hill et Lloyd 1967, p. 17-21, pl. 1, 14, 15.
  • 15 Henrickson 1981, p. 43-140 et 1982, p. 5-33.

66En effet, à la suite de la publication en 1967 de ce quartier par les fouilleurs de Khafadjé14, publication qui a donné un plan où plusieurs niveaux sont superposés (fig. 17) et dont la lecture n’est pas très facile, E. F. Henrickson a conduit une étude15 dans laquelle elle estime que les édifices du niveau 2 situés à l’ouest du quartier emmuré doivent être rattachés à celui-ci, ce qui donne une autre morphologie au quartier emmuré proprement dit tel qu’il a été défini par les fouilleurs.

67Il convient donc, avant toute autre démarche, de connaître avec précision et certitude le document qui pourra être utilisé dans la comparaison qui sera proposée avec le quartier de Mari.

I. Définition stratigraphique du document

1. Nature et fiabilité générale des documents

68Les fouilleurs ont publié un plan qui offre la superposition de trois niveaux successifs ; il offre l’intérêt supplémentaire de situer avec précision l’emplacement du quartier emmuré par rapport au Temple Ovale et au Temple de Sin. Mais il présente plusieurs difficultés de compréhension liées au mode de jonction des niveaux 1 (poché noir) et 2 (hachures horizontales serrées) entre la partie occidentale du plan et la partie orientale : un mur de direction nord-ouest/sud-est paraît former la ligne de séparation ; si tel est le cas, il faudrait admettre que le niveau 1 reprend exactement le niveau 2, ce qui est infirmé par l’existence de murs du niveau 2 qui apparaissent sous le niveau 1 dans la partie orientale et sont en désaccord total avec celui-ci et ce, à l’endroit même du mur de jonction entre les deux parties.

Fig. 14 – Mari. Restitution du bâtiment principal avec ouverture de l’angle méridional pour mettre en évidence l’existence de la grande salle de réception de l’étage et le jeu des circulations du niveau supérieur : celui-ci assure une liaison directe entre la salle de réception et les bâtiments du niveau supérieur du secteur A tandis qu’au niveau inférieur on utilise la rue 6 pour desservir les secteurs situés au sud et au nord (dessin N. Bresch)

Fig. 15 – Mari. Restitution du bâtiment principal à partir de la façade septentrionale : mise en évidence du jeu des circulations du niveau supérieur qui permet de rejoindre directement l’étage élevé au-dessus des magasins septentrionaux tandis qu’au niveau inférieur la rue 14 desservait les mêmes magasins au rez-de-chaussée (dessin N. Bresch)

Fig. 16 – Mari. Situation exacte du centre administratif du Grand Prêtre entre le Palais et son Enceinte Sacrée – avec lesquels il ne semble pas posséder de liaison directe – et le temple du Massif Rouge qui est directement sous son contrôle. On notera les deux orientations très divergentes de l’Enceinte Sacrée et du groupe Massif Rouge/temple, qui semblent avoir une origine commune située vers le sud (dessin N. Bresch)

69La publication fournit en outre deux coupes (fig. 18) qui passent par le quartier emmuré, l’une au nord (A-A’), l’autre au sud (B-B’), de direction grossièrement ouest-est. Elles sont distantes de plus d’une vingtaine de mètres et appellent deux remarques préliminaires :

  • tout d’abord l’absence de coupe nord-sud, donc perpendiculaire aux deux autres, ôte toute possibilité de recoupements réels entre les deux ;

  • il ne s’agit ni d’une coupe stratigraphique, ni d’une coupe architecturale réelle, comme toujours dans les documents de ce type publiés par l’Oriental Institute de Chicago, pour les fouilles réalisées avant la dernière guerre : la schématisation des tracés empêche toute analyse précise d’une situation réelle ; ce qui est exprimé, c’est ce qui a été compris par les fouilleurs et non la réalité observée, comme le prouve bien l’insertion dans le tracé de la coupe A-A’ des murs supposés et restitués du niveau 2.

70De plus, d’une coupe à l’autre on note des différences graphiques qui peuvent, pour certaines d’entre elles, s’expliquer si les documents n’ont pas été réalisés au même moment. Ainsi le no du niveau est placé au cœur des murs dans la coupe A-A’, mais non dans la coupe B-B’.

  • 16 Tout en butant contre la face ouest du second mur, ce qui pose un problème ; mais celui-ci dépasse (...)

71On note, en A-A’, la présence d’une couche de cendres qui scelle complètement le niveau 3 ; elle sépare les murs d’enceinte I et II du Temple Ovale, et passe aussi sous le mur le plus occidental du Temple de Sin X16. Or cette couche de cendres est totalement absente de la coupe B-B’ : cette absence a-t-elle été dûment constatée ou bien s’agit-il d’un oubli comme pourrait le suggérer l’espace qui a été laissé entre les deux murs d’enceinte (I et II) du Temple Ovale, espace qui n’existe pas dans la succession des murs intérieurs du même temple ? Cette absence peut certes correspondre à une lacune réelle, c’est pourquoi on eût souhaité posséder une coupe nord-sud qui eût permis de constater la continuité ou la discontinuité de cette couche, car dans l’état du document, on peut être conduit à conclure à un remaniement général de la surface du tell après la destruction de la couche 3, qui aurait fait disparaître au sud cette couche de cendres (cf. ci-dessous).

72Notons encore, car cela aura son importance pour la compréhension générale, une particularité du graphisme du plan : certains murs en poché noir laissent apparaître des traits en blanc ; il s’agit parfois clairement de murs d’un niveau inférieur (2 ou 3) dont on a voulu marquer la présence, mais pourquoi ne pas les avoir systématiquement indiqués selon ce moyen ? Voilà qui n’est guère compréhensible, d’autant plus que dans certains cas on pourrait les interpréter comme des montants de portes bouchées.

73En bonne logique, il faut commencer par analyser point par point chacun de ces documents puis, en établissant ce qui peut en être retenu, tirer les conclusions finales. Cette analyse préalable a été faite et on voudra admettre que, pour ne pas allonger à l’excès cette étude, je me contente d’en résumer les conclusions en présentant chacun des niveaux séparément, en cumulant les informations du plan et des coupes.

2. Le niveau 1

74Sur le plan il apparaît en poché noir et n’occupe que la moitié orientale de l’espace qui s’étend entre le Temple Ovale et le Temple de Sin ; comme on l’a vu, sa limite occidentale n’est pas claire puisque les murs en poché ont l’air de se fondre dans ceux du niveau 2, ce qu’il est bien difficile d’admettre.

75Sur la coupe A-A’ le niveau 1 est représenté :

  • par deux murs de la rue nord-sud, au sommet du tell d’après le plan et près de l’endroit où leurs traces disparaissent ; leur base est à 42 m et leur sommet à 42,55 ;

  • par un morceau du mur d’enceinte du quartier dont la base est à 41,50 m et le sommet à 41,70 m environ.

76La coupe ne montre pas de fondation et aucun mur d’un niveau inférieur ne se trouve dessous ; ils flottent dans la coupe. Mais le mur d’enceinte possède en B-B’ une fondation ; est-il alors admissible que celle-ci ait été perdue en une vingtaine de mètres ? Il est vraisemblable que le système constructif du niveau 1, qui est parfaitement homogène, ait présenté les mêmes caractéristiques sur tout son tracé ; dans ces conditions, ce qui a été retrouvé du mur d’enceinte dans la coupe A-A’ est au niveau de la fondation, ce que confirme d’ailleurs son niveau d’apparition à la même hauteur que les murs du niveau 2. Comme les murs du niveau 1 en B-B’ ont des fondations, il est à peu près sûr que les deux murs de la rue en A-A’ sont les fondations de murs qui ont été érodés ; il n’y a donc pas de sol du niveau à cet endroit, contrairement à ce que montre la coupe.

77Sur la coupe B-B’ le sommet des murs du niveau 1 se trouve à 42,55 m et leur base entre 41,75 et 42 m. La hauteur subsistante des murs se situe entre 50 cm et 80 cm.

78Le mur d’enceinte est sans doute presque entièrement en fondation : la base en poché noir marque la base réelle du mur qui se situe pratiquement au même niveau qu’en A-A’ à 41,40 m (il s’élève à 42 m, c’est-à-dire un peu plus haut qu’en A-A’) ; il convient donc de supprimer sur le document publié la restitution en tireté.

79Les murs A, C, E, F, G et I sont exactement superposés à des murs inférieurs considérés comme des murs du niveau 2 ; B et H sont décalés par rapport aux murs inférieurs ; le mur D est sans aucun support antérieur. Si on laisse en attente les cas des murs B, H et D, ne pourrait-on envisager, momentanément et à titre d’hypothèse, que pour tous les autres les murs dits du niveau 2 puissent être en réalité les fondations des murs du niveau 1, tant est parfaite la superposition ? Mais rien n’empêche que ces fondations aient été à l’origine des murs du niveau 2.

3. Le niveau 2

80La coupe A-A’ ne montre aucun contact réel entre les murs du niveau 1 et ceux du niveau 2, ce dernier se trouvant toujours au-dessus de la couche cendreuse.

81À l’est du bâtiment appelé Small Temple la base des deux murs a-1 et a-2 se situe à 41,40 m.

82À l’ouest de ce même édifice, un seul mur de la coupe – b – a été entièrement repéré ; h et i sont entièrement restitués ; de j et de k une seule face a été retrouvée : les éléments de la coupe sont donc beaucoup moins bien conservés que ce qui apparaît au premier abord, même si le plan est montré comme très cohérent. Excepté pour le mur b, toutes les bases semblent reposer sur le niveau cendreux, mais exception faite pour le mur j et pour le mur b, aucune base n’est connue ; il apparaît donc comme peu vraisemblable que tous les murs restitués du niveau 2 se soient appuyés sur la couche de cendre et, si on se réfère à ce qui est connu (b, a-1, a-2), la base des murs du niveau 2 flotte au-dessus de la couche de cendres.

83Au centre une anomalie totale apparaît : la coupe montre deux murs – l et m – qui appartiendraient au Small Temple (dont les niveaux inférieurs ont bien été repérés) ; en réalité m est totalement restitué ; de plus le graphisme du mur l (hachures obliques) est différent de celui du niveau 2 (traits horizontaux) ; le plan, quant à lui, traduit ce mur avec le graphisme du niveau 3 (hachures lâches) ; s’agirait-il alors du Small Temple du niveau 3 ? Cette solution est difficile à admettre puisque le niveau 3 se trouve sous la couche cendreuse et que la coupe marque clairement l’existence d’un niveau 2 séparé du niveau 3 par cette couche. En conséquence il est vraisemblable que le mur l appartient aussi au niveau 2, mais non à un édifice précis, et qu’il s’intègre mal dans ce qui est connu du plan.

84La coupe B-B’ montre que la base du niveau 2 se situe à 41,30 m et son sommet de 41,80 à 42 m ; les hauteurs restantes des murs se situent donc entre 50 et 70 cm ; une seule fois, en n, le départ du mur se fait à 41,50 m et non à 41,30 et il se trouve lui-même au-dessus d’un mur du niveau 3 plus haut que les deux repérés à l’ouest, mais sensiblement à la même hauteur que ceux retrouvés au-delà du mur d’enceinte : ceci pourrait être considéré comme l’indice d’un nivellement par degrés : à l’ouest à 41,20 m, au centre à 41,30 et à l’est vers 41,50/41,60 m. C’est peut-être ce nivellement qui serait responsable de la disparition de la couche cendreuse dans ce secteur, mais il reste toujours l’incertitude concernant la non-coïncidence entre les deux murs d’enceinte I et II du Temple Ovale.

85Arrivé à ce point de l’analyse des deux coupes et du plan, il est possible de dire que le secteur nord du quartier emmuré montre la superposition de deux niveaux très nettement différenciés, alors que la coupe méridionale peut aussi bien être comprise comme montrant soit l’existence d’un réseau de fondations sous le niveau 1, soit comme la quasi reprise du tracé du niveau 2 au niveau 1. La position de E. F. Henrickson ne paraît donc pas parfaitement en accord avec les coupes puisque les deux niveaux ne peuvent pas être confondus au nord.

86Une autre approche renforce encore cette conclusion.

4. Étude des directions des murs

87L’un des traits les plus remarquables du quartier emmuré se trouve dans le tracé orthogonal de ses différentes composantes, à l’exception toutefois de son mur d’enceinte qui présente des irrégularités. Or, si l’on intègre dans le plan, comme le fait E. F. Henrickson, les maisons occidentales qui appartiennent au niveau 2, ce tracé disparaît et l’on se trouve en présence d’un mixage assez difficile à comprendre sur le plan architectural.

Fig. 17 – Khafadjé. Plan du « quartier emmuré » tel qu’il a été publié dans OIP LXXXVIII, 1967, pl. 14

Fig. 18 – Khafadjé. Coupes concernant le « quartier emmuré » telles qu’elles ont été publiées dans OIP LXXXVIII, 1967, pl. 15

Fig. 19 – Khafadjé. Coupes simplifiées après analyse.
En A-A’ seule la partie au-dessus de la couche cendreuse a été représentée (dessin N. Bresch)

88De fait si l’on étudie les directions des murs des niveaux 2 et 1, il apparaît clairement que les deux niveaux obéissent à des logiques différentes. Pour cela, il convient de réaliser un plan ne comportant que les murs du niveau 2, du moins ceux que l’on peut considérer comme connus, à savoir, outre les édifices de la partie orientale, les murs qui apparaissent sous ceux du niveau 1. Il n’est nullement certain que tous ces murs soient connus, car certains d’entre eux peuvent s’être trouvés exactement sous ceux du niveau 1 et ne pas avoir été indiqués sur le plan, comme c’est le cas pour les deux murs de part et d’autre de la rue sur le tracé B-B’. C’est donc une option minimaliste qui est choisie.

89Ce plan met bien en évidence que, à l’emplacement et au niveau inférieur des murs du niveau 1, on trouve des murs dont la direction est totalement différente et se rattache au système du niveau 2, dont le caractère principal est de se présenter sous une forme divergente ou rayonnante à partir d’un point plutôt virtuel qui se situe au sud du quartier : c’est en particulier le cas des murs qui se trouvent sous le bloc septentrional du quartier emmuré et sous le no man’s land entre ce dernier et le mur d’enceinte nord. Cependant d’autres murs sont soit absolument conformes à ceux du quartier emmuré, par exemple ceux qui se trouvent sous la maison centrale, soit très légèrement différents, comme ceux qui passent en diagonale sous les pièces méridionales de cette même maison ou à l’est de celle-ci.

5. Conclusion sur les problèmes stratigraphiques et l’évolution du secteur

90Au terme de ces analyses et de ces observations, en tenant compte de toutes celles-ci, il semble possible de proposer pour les phases finales de ce quartier l’évolution suivante.

  • On constate la destruction du niveau 3 ; il est clair qu’un abandon, sans doute d’assez longue durée, a suivi celle-ci puisqu’un dépôt de cendres a recouvert toute la partie septentrionale en ensevelissant la totalité des murs du quartier, mais aussi l’enceinte extérieure du premier Temple Ovale ; cependant, en l’absence de description précise, il est difficile de connaître la nature de cette couche cendreuse : restes d’un gros incendie dont on verrait mal les raisons, ou terre dans laquelle se trouveraient mélangées des cendres de tannour ou simplement de vie quotidienne, et donc éventuellement déplacée ?

  • Un nivellement a sans doute été opéré et une partie des terres de la partie méridionale transférée vers la partie septentrionale, ce qui expliquerait la disparition de la couche cendreuse au sud, et le volume assez important des terres au-dessus de celle-ci et dans lesquelles le niveau 2 s’est installé.

  • Le niveau 2 a été édifié sur l’ensemble du secteur ; il est relativement bien conservé à l’ouest, où il a été retrouvé sous la surface du tell, en pente dans cette zone, et moins bien dans la partie orientale où le niveau 1 l’occulte en partie.

  • Le niveau 1 a été édifié sur les ruines aplanies de ce niveau 2, certains des murs de ce dernier ayant servi comme fondation pour les édifices nouveaux.

91Cependant on constate la présence de portes et de murs légèrement désaxés, ce qui peut paraître étrange : mais il est assez vraisemblable qu’une partie des constructions du niveau 1 a dû être abattue au cours de l’existence de ce quartier, puis reconstruite sur le même plan en repartant pratiquement du même niveau de base – comme il était de règle lorsque l’on réaménageait une partie seulement d’un quartier – pour permettre l’écoulement des eaux et éviter la formation de retenues dans les rues ; on aurait donc deux phases pour le niveau 1, dont l’une très mal conservée entre les fondations et la seconde phase.

92C’est la destruction de la phase terminale de ce niveau 1 qui a été retrouvée en couche superficielle à cet emplacement du site lors de la fouille.

93La fig. 19 est une version simplifiée et plus compréhensible des deux coupes analysées ci-dessus.

6. Conclusion sur l’extension du quartier emmuré (fig. 20)

  • 17 Il convient donc aussi de corriger le plan publié par Invernizzi 1992, fig. 343, p. 233 qui reprodu (...)

94En définitive, cette analyse démontre qu’il est impossible d’ajouter au niveau 1 les maisons occidentales du niveau 2, et que l’on ne peut se fonder sur l’organisation proposée par E. F. Henrickson17. Il faut admettre que le quartier emmuré n’est qu’incomplètement connu et que l’on ne peut conserver la partie occidentale du plan qu’elle propose.

Fig. 20 – Khafadjé. Ce qui, après analyse, reste du « quartier emmuré » (dessin N. Bresch)

II. Analyse des constituants architecturaux

1. Le mur périphérique

95Repéré sur trois côtés, ce mur, épais de 2,50 m, paraît venir buter contre l’enceinte du Temple Ovale : c’est à peu près certain pour la section sud-est où la lacune ne laisse guère d’autre possibilité que le raccordement, c’est moins sûr pour la section nord-ouest où il manque une trentaine de mètres. Ainsi la nature de la jonction au Temple Ovale de la phase II ou III reste inconnue.

96La porte n’a pas été retrouvée ; elle se trouvait sans doute au terme d’un axe important du quartier ; compte tenu des parties retrouvées et des manques, de l’organisation générale et des rythmes, il semble que l’on puisse proposer un emplacement dans la lacune du mur nord-ouest, selon un axe qui favoriserait la desserte de l’édifice central (fig. 21).

97Le tracé est dominé par des sections rectilignes, parfois infléchies par un léger désaxement ; il en découle une certaine discordance entre le tracé orthogonal des édifices internes et la limite du quartier : une conséquence vraisemblable de l’irrégularité de l’espace urbain disponible ; ainsi l’extension vers l’ouest du Temple de Sin au niveau X a contraint les constructeurs à changer la direction du mur par un décrochement de quelque 4,50 m destiné à contourner le mur périmétral du temple.

98Il y a là la preuve que le quartier emmuré a été construit après la phase finale connue du Temple de Sin et que son mur nord-ouest longeait la rue qui bordait la limite septentrionale du sanctuaire depuis ses débuts ; il n’y a donc rien d’impossible à ce qu’une issue du quartier emmuré vers la cité se soit trouvée sur cette face.

99À en juger d’après la coupe, ce mur pourrait avoir été assez bien fondé.

Fig. 21 – Khafadjé. Plan rassemblant les principales conclusions de cette étude avec proposition d’organisation de la voirie du quartier, la suggestion des unités disparues, l’emplacement de la porte d’accès et l’existence d’un chemin de ronde (voir sur ce point les fig. 26 à 28) [dessin N. Bresch]

2. Le réseau viaire (fig. 21)

100Tout l’espace intérieur est occupé par différents bâtiments desservis par un réseau de circulations composé de rues rectilignes, parallèles deux à deux et qui se coupent à angle droit. Il en résulte une structure d’ensemble orthogonale. Au centre du quartier et délimitée par les rues s’inscrit une construction, la plus grande de toutes les unités repérées ; tout autour, des bâtiments plus petits et côte à côte, qui s’appuient contre le mur périphérique, forment une sorte de couronne.

101Le réseau a été complété dans la partie nord-ouest du quartier de façon hypothétique mais selon un rythme qui respecte l’éventuelle porte d’accès au quartier et le tracé parcellaire.

3. Les unités périphériques (fig. 22)

102Huit maisons de la couronne ont été recouvrées par la fouille et l’on peut les ranger en trois catégories :

  1. un modèle tripartite élémentaire formé d’une salle centrale longée de deux ailes latérales parfois subdivisées transversalement : quatre exemplaires ont été repérés, répartis à raison d’une au nord-ouest, puis deux au nord-est, enfin une au sud-est ; elles regroupent de quatre à cinq pièces ; ces unités ont de 8 à 10 m de côté (légende 1 sur le plan) ;

  2. une seconde catégorie regroupe des assemblages qui ne paraissent pas stéréotypés mais dans lesquels une pièce commande toutes les autres ; cela donne une unité de trois petites pièces, une autre de cinq et la dernière de sept pièces, dans tous les cas une maison sur chaque aile ; les dimensions sont pratiquement identiques à celles de la première série, à savoir 8 à 10 m de côté, sauf la plus petite qui ne développe que 4,5 m sur environ 5,5 m (légende 2 sur le plan) ;

  3. une dernière maison n’est qu’un assemblage de cinq ou six pièces sans véritable schéma organisateur, mais c’est peut-être sa position à l’angle oriental du quartier qui a imposé ce type d’association (légende 3).

Fig. 22 – Khafadjé. Les différents types de maison entourant le bâtiment central du « quartier emmuré » (dessin N. Bresch)

4. L’unité centrale (fig. 23)

103C’est l’habitation la plus importante, de plan légèrement trapézoïdal (20 m sur 17/18 m). Seize pièces de taille variée divisent son espace intérieur. Trois caractéristiques majeures émergent d’une analyse structurale :

  1. sept portes sont installées sur la périphérie de l’édifice, sur trois faces (nord-ouest, nord-est et sud-est) ; toutes, sauf une, ne donnent accès qu’à une pièce (sous-unités A, B, C) ou à un groupement de deux (sous-unités D, E, F) ; la dernière (angle ouest) dessert huit pièces regroupées dans un espace de 11 m sur 11 m environ (sous-unité G), selon une disposition qui laisse supposer un plan tripartite modifié par des adjonctions ;

  2. deux lignes structurales majeures parallèles (fig. 23-b) aux limites nord-est et sud-est du bâtiment et à 4 ou 6 m d’elles, déterminent cet espace interne de 11 m sur 11 m ; elles forment deux bandes subdivisées en quatre et cinq pièces juxtaposées ;

  3. aucun espace central ne commande l’organisation du bâtiment ; la plus grande des pièces de l’espace, approximativement située au centre de l’unité de 11 sur 11 m, ne peut en aucune façon être assimilée à un espace central, car ses murs sont d’épaisseurs différentes et elle ne répartit pas la lumière dans les conditions attendues.

Fig. 23 – Khafadjé. Analyse structurale du bâtiment central du « quartier emmuré ». En a- les sous-unités composant le bâtiment avec les portes extérieures qui les définissent. En b- les lignes structurales majeures (dessin N. Bresch)

104Ainsi cette maison, sans espace central, mais avec sept portes sur la périphérie, ne desservant que de toutes petites sous-unités, ne correspond en aucune façon à une maison de type babylonien :

  • elle ne peut être éclairée que par la périphérie et pour de très petits espaces (une ou deux pièces) et non par un espace central ;

  • quant à la grande unité, une seule porte doit lui apporter la lumière jusqu’en cinquième jour dans des conditions telles qu’aucune lueur ne peut parvenir dans ces zones reculées ; en fait, la plus grande partie de cette unité est dans le noir ;

  • aucune circulation interne ne met en liaison les sous-unités d’une, deux ou huit pièces qui se comportent de façon totalement autonome.

105Ainsi considérée, cette maison apparaît comme une aberration. Faut-il en rester à ce constat, né d’une analyse qui reste par nature à un niveau élémentaire puisque limité à la hauteur des restes retrouvés ?

III. Interprétation

106Malgré l’importante lacune occidentale, on voit bien l’esprit qui préside à ce quartier emmuré (fig. 21) : une stricte organisation d’unités juxtaposées, très semblables, adossées à un grand mur périmétral, et entourant un bâtiment beaucoup plus imposant.

107Mais on peut mettre en évidence d’autres caractéristiques pour compléter cette image.

1. Les unités périphériques

  • À une exception près, où elle atteint 4 m, les portées des pièces ne dépassent jamais 3 m ; elles sont souvent de l’ordre de 2 m, voire de 1,50 m. Ce sont donc dans presque tous les cas des portées faibles qui donnent naissance à des pièces peu importantes.

  • Or le bois de charpente local (peuplier ou palmier) se prête précisément à des portées courtes, tout en étant efficace pour supporter un étage.

  • Dans les espaces tripartites, la pièce médiane ou centrale n’a certainement pas servi de cour, du fait du très faible espace utile restant et d’une très mauvaise répartition des ouvertures pour distribuer la lumière.

  • En conséquence, un étage a très bien pu s’étendre sur toutes ces maisons : une hauteur moyenne de 6 m (soit 2,50 m pour le rez-de-chaussée et 3 m ou légèrement plus pour l’étage) est tout à fait admissible ; en l’absence d’escaliers, des échelles meunières qui ne laissent pas de traces quand il n’y a pas eu d’incendie, ont pu être utilisées.

  • Les espaces du rez-de-chaussée, fort sombres puisqu’ils n’étaient, semble-t-il, éclairés que par la porte, ont alors certainement servi de réserves, comme l’indique l’absence apparente sur le sol de trace d’occupation et de vie quotidienne.

Fig. 24 – Khafadjé. Analyse des dimensions intérieures du bâtiment central du « quartier emmuré » (dessin N. Bresch)

2. L’unité centrale (fig. 24)

  • Avec une emprise au sol de 350 m2, cette unité est 4 fois plus grande que les unités périphériques (entre 80 et 100 m2) : elle s’impose donc d’emblée comme une pièce maîtresse du système, ce qu’accentue encore sa position centrale. Mais d’autres caractéristiques doivent aussi être soulignées.

  • L’absence d’espace central clairement défini.

  • L’absence de liaison entre les unités de rez-de-chaussée, toutes indépendantes avec accès toujours vers la rue.

  • Il résulte de ces deux caractéristiques qu’au niveau du rez-de-chaussée aucune source d’éclairage interne n’existait : un tel dispositif est toujours la conséquence de l’existence d’un étage.

  • L’analyse structurale a mis en évidence l’existence d’une grande unité – desservie par une seule porte – dont les dimensions intérieures sont de 11 m sur 11 m, ce qui correspond aux dimensions des belles salles officielles, que les architectes mésopotamiens savaient parfaitement couvrir depuis l’époque d’Uruk IV. De plus, l’organisation structurale suggère la continuité du mur mitoyen D-G/E-F-B-C, mur porteur, en sorte que s’impose la possibilité, à l’étage, d’une pièce de 11 m sur 3,40 : ce dispositif correspond exactement à celui de la salle de réception dite « babylonienne ».

  • On est donc en présence d’un maillage de rez-de-chaussée destiné à assurer à l’étage l’implantation d’un imposant groupe de réception.

  • Dans l’aile du sud-est on remarque aussi l’existence d’une salle longue de plus de 5 m et large seulement de 80 cm (sous-unité F) ; si le caractère oblong de ses voisines permet d’y voir des espaces de réserves pour jarres, celle-ci n’est utilisable que comme passage/couloir ; or, comme elle est accessible à son extrémité est et qu’au terme de sa course elle bute contre un mur, elle ne peut avoir servi comme couloir mais bien comme escalier. Son point d’aboutissement a pu se trouver au milieu du mur sud-est de la grande salle ou bien comme je le propose sur le schéma d’organisation de l’étage (fig. 25), de façon à préserver l’existence habituelle de portes aux deux extrémités du mur plutôt qu’en son centre.

Fig. 25 – Khafadjé. Passage du plan au sol au plan de l’étage du bâtiment central du « quartier emmuré » avec les coupes suggérant les volumes (dessin N. Bresch)

108L’étage et le groupe de réception ont donc tout naturellement trouvé le lien qui les unissait au rez-de-chaussée.

  • Il est possible qu’un autre escalier ait eu son débouché dans l’angle sud de la grande salle de l’étage, afin d’assurer une liaison avec le sous-sol de cette grande unité et, indirectement, une issue vers la rue nord-ouest.

109Ainsi ce grand bâtiment est occupé au rez-de-chaussée par des salles qui ont pour vocation unique de servir de réserves et qui sont accessibles par la périphérie, sans liaison interne comme nous l’avons vu, mais une relation s’établit avec l’étage occupé, pour les deux tiers par une unité de réception de très belles dimensions et par deux ou trois dépendances de moindre envergure. L’éclairage de l’étage était assuré selon le mode habituel par des claires-voies (fig. 25). La hauteur de l’ensemble du bâtiment pouvait atteindre 8 à 9 m, si on donne quelque 4 m pour le bas et 4 à 5 m pour l’étage.

110Ainsi interprétée, cette maison n’est plus du tout une aberration mais, au contraire, une unité parfaitement pensée et organisée.

3. La distribution (fig. 21)

111On a déjà défini la nature du réseau de circulation à l’intérieur du quartier emmuré : mais deux traits n’ont pas encore été relevés.

    • 18 La limite inférieure, que l’on considère comme une norme, pour le passage d’un homme est une soixan (...)

    Si deux des artères ont une largeur voisine de 1,40 m, une autre ne dépasse pas 90 cm et la dernière 70 cm : dans tous les cas cela suffit pour circuler, mais la plus étroite doit être considérée comme un cas limite, seuls des êtres humains ont pu l’emprunter18.

  • Le passage le plus étroit ne donne accès à aucune maison, mais à un espace cloisonné, situé entre le mur périmétral et une maison, là où le Temple de Sin a nécessité le décrochement. Un second passage présente la même caractéristique : il longe la maison de l’angle méridional et rejoint un espace allongé entre l’édifice tripartite et le mur d’enceinte, mais il ne donne accès à aucun bâtiment.

Fig. 26 – Khafadjé. Organisation structurale d’un chemin de ronde associé au mur d’enceinte du « quartier emmuré » (dessin N. Bresch)

112Il ne s’agit donc plus d’une artère distribuant plusieurs maisons, mais seulement d’un passage permettant de rejoindre un lieu précis, en fait un cul-de-sac, dont la nature et la fonction ne se laissent apparemment pas aisément définir.

4. Le chemin de ronde (fig. 21 et 26)

113Pour admettre l’existence d’un tel chemin de ronde et le comprendre, il faut prendre bien conscience du volume d’ensemble de ce quartier. Car il ne peut être clairement inscrit dans les ruines du rez-de-chaussée. Nous avons vu que les maisons viennent s’appuyer contre le mur périmétral ; au sol aucun chemin ne suit ce mur qui, par son apparence et sa massivité, s’apparente à un rempart qui peut s’élever facilement, en raison de son épaisseur, à 7 ou 8 m. Or, la hauteur des maisons avoisine les 6 m et celle de la maison centrale les 8 ou 9 m ; celle-ci occupe donc une position dominante en dépassant tout l’environnement (fig. 27). Il est plus difficile de savoir si la hauteur du rempart était inférieure, égalait ou dépassait celle des maisons. J’ai opté ici pour la restitution sur une hauteur légèrement supérieure : ce n’est qu’une hypothèse, et l’on pourrait aussi bien opter pour une hauteur moindre.

114Toujours est-il que le tracé des maisons met bien en évidence l’existence d’une ligne qui court parallèlement au rempart et à 2 m de lui ; c’est la ligne sur les faces sud-est et nord-est (au moins sur sa moitié) ; au-delà, en raison des lacunes, on ne peut être tout à fait certain de son existence, même si elle est assez probable. Cette ligne permet d’installer un chemin de ronde qui suit le sommet du rempart.

115Une autre particularité mérite d’être soulignée. On a vu que le rempart nord-est était affecté d’un décrochement qui lui permettait de contourner le niveau X du Temple de Sin, caractéristique qui a conduit à dater la construction du quartier après celle de ce niveau X. Mais on est frappé encore par quelques traits intéressants :

  • si, du côté oriental, le rempart vient s’appliquer tout contre le temple, comme s’il cherchait à l’envelopper à l’arrière, la section sud de ce côté apparaît en revanche tout à fait libre ;

  • cette dernière, en son milieu, infléchit légèrement sa direction vers le nord, ce qui ne fait qu’élargir en trapèze la pièce de l’angle qui apparaît comme un cul-de-sac : on ne voit guère le gain d’une telle opération, même si l’on envisage que le tracé du rempart s’est simplement adapté au terrain disponible.

116Alors il n’est pas sûr que le plan du quartier soit seulement tributaire de cette disponibilité : on peut se demander si, de la terrasse de cet espace qui, à l’étage, fait partie du chemin de ronde, on n’accédait pas directement à la terrasse du temple de Sin.

117Quelle que soit la hauteur de ce rempart, ce qui importe c’est que le quartier ait été bien isolé et que le chemin de ronde assure évidemment un système de surveillance et de protection, donc une organisation défensive à l’intérieur de la cité ; mais peut-être assurait-il aussi une relation directe avec l’un des temples voisins…

IV. Conclusion (fig. 27)

118Ainsi c’est un ensemble parfaitement cohérent qui a été érigé entre le Temple Ovale phase II et le Temple de Sin phase X ; de forme sensiblement orthogonale, sans doute plus ou moins adapté au terrain libre, de 45 m sur 52 m environ, soit 2 350 m2, il est protégé par une muraille défensive qui l’isole du reste de la ville ; il occupe tout l’espace entre le Temple de Sin (dans sa plus grande extension, celle de la phase X selon les fouilleurs de Khafadjé) et le Temple Ovale ; il s’applique contre le premier tout en ménageant éventuellement un passage en hauteur, et ne laisse apparemment, d’après le tracé du mur méridional, aucun passage entre lui-même et l’enceinte du second : mais une relation identique à celle établie avec le Temple de Sin a pu exister. Ainsi ce quartier, tout en créant au niveau du sol dans le sens nord-sud une barrière entre les deux temples, assurait-il, au niveau de l’étage, entre les deux sanctuaires, des relations et un passage du sud-ouest vers le nord-est.

119L’organisation interne du quartier met clairement en évidence la position centrale de la maison principale : elle domine l’ensemble du secteur et certainement dépasse toutes les autres constructions. Je ne serais pas étonné que des relations aient existé à l’étage entre le bâtiment central et son environnement par des passages enjambant les ruelles, mais comme le relevé ne montre pas les doubles paires de pilastres qui l’attesteraient de façon certaine, je préfère n’en faire état qu’à titre d’hypothèse.

120L’édifice central apparaît donc très naturellement comme celui d’une autorité qui avait prise sur tout le quartier, dont les maisons pourraient avoir servi de réserves économiques au rez-de-chaussée et peut-être d’habitat à l’étage. Ce personnage, s’il avait ses entrées vers l’un des temples, a fortiori vers les deux, était particulièrement important dans l’ensemble du domaine religieux, aussi bien dans le culte que dans celui de la gestion des biens.

C. COMPARAISON ENTRE MARI ET KHAFADJÉ

121Il y a, entre ces installations des deux sites, des différences, mais les points de convergence sont tels qu’il semble indispensable de les souligner et de s’interroger sur leur signification :

  • même type d’éléments constituants et même organisation : un seul bâtiment imposant dominant un environnement fait d’une série d’édifices de petite envergure, manifestement sous son contrôle direct ;

  • même organisation du bâtiment principal : multitude de portes donnant vers l’extérieur (mode centripète), absence d’espace central, réseau de circulation interne déficient ou inexistant ; dans les deux cas, un réseau structural met en évidence un maillage serré qui implique l’existence d’un étage avec un développement possible pour de grandes salles ;

  • même principe d’élévation : pour le bâtiment principal, réserves au rez-de-chaussée, et à l’étage un grand ensemble de réception, conçu de façon identique (un grand espace d’une centaine de m2 associé à une salle transversale par une large baie centrée) ; quant aux édifices de plus petite taille, des habitations plus modestes ont pu occuper le niveau supérieur au-dessus des réserves ;

  • même principe d’organisation des circulations à l’intérieur du quartier : un réseau directement lié au bâtiment central établit une étroite relation de dépendance avec les édifices annexes d’une part et d’autre part de liaison avec les lieux de culte en aménageant un cheminement double qui n’est pas interchangeable ;

  • même position du quartier entre deux sanctuaires avec occupation de tout l’espace disponible en assurant une jonction entre ces deux sanctuaires, mais en bloquant toute relation entre les quartiers de la ville situés de part et d’autre (au nord et au sud) du quartier emmuré ; il faut noter que cette formule apparaît chaque fois comme une nouveauté dans l’organisation de l’espace considéré, puisqu’il succède à un autre mode d’utilisation du même espace ;

  • même situation chronologique : à l’extrême fin du DA III et durant la première partie de l’empire d’Agadé.

Fig. 27 – Khafadjé. Proposition d’une restitution en volume de l’ensemble du « quartier emmuré » (dessin N. Bresch)

Fig. 28 – Mise en parallèle des bâtiments de Mari et de Khafadjé à la hauteur de l’entresolement du premier étage (dessin N. Bresch)

122Cependant des différences existent, qu’il faut signaler :

  • ainsi le rempart n’existe pas à Mari ; mais tout l’espace n’a pas été fouillé. D’autres bâtiments religieux ayant existé vers le sud, c’est-à-dire sous la Haute Terrasse (plus tardive et non dégagée) puisqu’on retrouve au-delà le temple de Ninhursag, on peut donc envisager comme possible une relation entre ce dernier temple et le centre de gestion, celui-ci étant alors entouré par le temple du Massif Rouge, le temple de Ninhursag et l’Enceinte Sacrée. Dans ces conditions, une limite du domaine marqué par un mur – un rempart – a pu exister seulement vers le nord : il faudrait réaliser une recherche dans cette direction pour avoir une certitude dans un sens ou dans l’autre ;

  • la morphologie de l’unité septentrionale de Mari implique clairement des réserves économiques (salles longues et étroites) ; cette fonction apparaît moins nettement dans les édifices subalternes de Khafadjé : mais il ne faut pas y attacher trop d’importance, car les salles longues et étroites juxtaposées sont d’abord l’expression de la volonté d’établir un étage avec des salles plus vastes ; en tout état de cause, le maillage des petites maisons de Khafadjé est parfaitement adapté à l’établissement d’un étage et à une fonction de stockage dans les petites salles du niveau bas ;

  • le matériel retrouvé à Khafadjé (deux fragments de statuettes, une masse d’armes, des amulettes…) est moins significatif (mais néanmoins proche du domaine religieux) que celui recueilli dans le bâtiment principal de Mari, mais il n’y a pas là une raison suffisante pour renoncer à une explication de même nature, tout le monde sachant que le mobilier peut pour de multiples raisons ne pas avoir été conservé.

D. CONCLUSION : UN CENTRE DE GESTION DU GRAND PRÊTRE AU CŒUR DU DOMAINE RELIGIEUX

123C’est là la solution qui semble s’imposer à partir de l’analyse de toutes les données. On aurait donc un exemple de centres de gestion administratifs couvrant des ensembles religieux au cœur de la cité. Qu’il y ait un lien avec la royauté n’est pas impossible à Mari, étant donné la juxtaposition de ce lieu et de l’Enceinte Sacrée qui est incorporée dans le palais et en raison des empreintes de sceaux qui y ont été retrouvées ; mais il est difficile de reconnaître une telle relation dans les bâtiments de Khafadjé. La conclusion s’impose que de tels centres s’occupent des biens du domaine religieux et non de celui du palais.

  • 19 Vallet 2001, p. 454-455. Parce que l’analyse de R. Vallet est parue alors que mon texte était déjà (...)
  • 20 Comme chez E. F. Henrickson.

124Cette conclusion conduit à rejeter les propositions de P. Delougaz et de J.‑D. Forest et R. Vallet. Le premier voyait le quartier comme le lieu d’une garnison, peut-être étrangère, le plan traduisant une volonté organisatrice de type militaire ; mais l’orthogonalité du plan de Khafadjé n’est que l’expression d’une rationalisation et d’un principe de fonctionnement qui ne sont pas du champ exclusif du militaire ; d’autre part aucun matériel guerrier n’a été retrouvé. Quant à la proposition de J.-D. Forest, retransmise par une mention de R. Vallet19 – le lieu des prostituées du temple – elle n’est étayée par aucun indice et ne mérite aucune attention, pas plus d’ailleurs que l’organisation proposée pour le quartier emmuré qui repose sur la confusion de deux niveaux différents20.

125En revanche, l’interprétation que j’avance ici sur le double témoignage de Mari et de Khafadjé reprend pour partie, mais en les conduisant plus loin, les conclusions de M. Mallowan et d’E. F. Henrickson. Le premier estimait que, en raison de l’emplacement, seuls des prêtres auraient eu l’autorité nécessaire pour engager un tel programme. Quant à la seconde, si on ne peut retenir sa conclusion d’un niveau élargi à toutes les constructions de la partie occidentale, elle met de façon heureuse l’accent sur la notion d’élite religieuse et sur le caractère religieux de ce quartier qui reprendrait (mais cela me paraît moins sûr) la fonction de la Maison D du premier Temple Ovale.

126Ainsi, la fouille de deux espaces urbains différents, mais de la même époque, l’un sur l’Euphrate, l’autre sur la Diyala, a permis de mettre en évidence des convergences dans l’urbanisme. Il apparaît aussi que l’on ne peut plus se satisfaire, pour définir les villes du IIIe millénaire, de l’idée que leur structure est dominée par deux pôles seulement, l’un religieux, l’autre palatial : la réalité est plus complexe sur ce point comme sur tant d’autres dans cet univers des premières cités.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Beyer D.
2007 « Les sceaux de Mari au IIIe millénaire : observation sur la documentation ancienne et les données nouvelles des Villes I et II », Akh Purattim 1, p. 231-260.

Delougaz P., Hill H. D., Lloyd S.
1967
Private Houses and Graves in the Diyala Region, OIP LXXXVIII, The University of Chicago Press, Chicago.

Dossin G.
1940 « Inscriptions de fondation provenant de Mari », Syria 21, p. 152-169.

Henrickson E. F.
1981 « Non-religious Residential Settlement Patterning in the Late Early Dynastic of the Diyala Region »,
Mesopotamia 16, p. 43-140.
1982 « Functional Analysis of Elite Residency in the Late Early Dynastic of the Diyala Region »,
Mesopotamia 17, p. 5-33.

Invernizzi A.
1992
Dal Tigri all’Eufrate, I-Sumeri e Accadi, Florence, Casa Editrice e Lettere.

Parrot A.
1962 « Les fouilles de Mari, douzième campagne (automne 1961) », Syria 39, p. 151-179.
1964 « Les fouilles de Mari, treizième campagne (printemps 1963) », Syria 41, p. 1-20.
1974 Mari capitale fabuleuse, Payot, Paris.

Vallet R.
2001 « Khafadjé ou les métamorphoses d’un quartier urbain au IIIe millénaire », in Études mésopotamiennes, recueil de textes offerts à J-L. Huot, contributions réunies par C. Breniquet et C. Kepinski, ERC, Paris, p. 449-461.

Notes

1 Rapports préliminaires Parrot 1962 et 1964 ; voir aussi Parrot 1974.

2 Voir les dépôts de fondation du temple aux Lions, cf. Dossin 1940, p. 152-169 et plus particulièrement à partir de la page 161 ; à la page 167, G. Dossin explique pourquoi l’appellation « Roi du Pays » désigne selon lui le dieu Dagan. Mais de nombreuses raisons militent contre cette identification qu’André Parrot a toujours conservée, au point de l’étendre aux bâtiments du milieu du IIIe millénaire.

3 Voir note 1. À la suite de difficultés rencontrées lors de la XIe campagne, André Parrot n’a pas fait de rapport préliminaire pour cette première campagne dans le secteur : il en a succinctement rendu compte dans le rapport de la XIIe campagne.

4 Parrot 1974, p. 69-71.

5 On notera l’erreur du plan fig. 1, qui fait passer le mur du téménos de la Ville III (en blanc) alternativement au-dessus et au-dessous des murs de la Ville II. De même, il faut supprimer les deux espaces 31 et 32 dont les murs, passant au-dessus de ceux de la Ville II, appartiennent manifestement eux aussi à la Ville III.

6 Le choix de cette ligne est commandé par sa position médiane ; elle a l’inconvénient de paraître favoriser un équilibre qui n’existe qu’à cet endroit du fait de la forme trapézoïdale, mais elle est justifiée parce qu’il s’agit d’une ligne privilégiée, c’est-à-dire la médiane du trapèze qui donne la valeur moyenne.

7 André Parrot pensait en reconnaître une dans l’espace 11 : le simple fait qu’il ouvre sur la rue est déjà suffisant pour récuser cette proposition ; l’absence de relation avec la salle 15 et l’inexistence de tout système d’évacuation des eaux de pluies vont dans le même sens.

8 Rappelons qu’une pièce en second jour direct est éclairée depuis la source lumineuse en ligne directe au travers d’une première pièce alors que, pour parvenir à une pièce en second jour indirect, la lumière ne peut qu’être captée latéralement, ce qui diminue considérablement son intensité.

9 La campagne de 1961 s’est terminée sans que les plans aient réellement été relevés ; par la suite un plan de ce secteur a été dressé, et à partir de ce moment, chacun des plans suivants montre des anomalies : par exemple le mur 6/7 anormalement mince et atteint d’un infléchissement fort étrange dans ce type d’architecture.

10 De nombreuses attestations de cette pratique peuvent être trouvées à l’époque des Dynasties Archaïques (Palais A de Kish, Palais Nord de tell Asmar) aussi bien qu’à l’époque des royautés amorites (Palais de Mari, Palais de Sinkashid d’Uruk).

11 Le rapport préliminaire est muet sur toutes ces installations et je n’ai trouvé pratiquement aucune indication précise dans les archives de la Mission.

12 Fouille conduite sous la direction de Mohammed Muftah : v. le compte rendu de la campagne de 1995 dans cette livraison p. 55-56.

13 Beyer 2007.

14 Delougaz, Hill et Lloyd 1967, p. 17-21, pl. 1, 14, 15.

15 Henrickson 1981, p. 43-140 et 1982, p. 5-33.

16 Tout en butant contre la face ouest du second mur, ce qui pose un problème ; mais celui-ci dépasse l’analyse présente.

17 Il convient donc aussi de corriger le plan publié par Invernizzi 1992, fig. 343, p. 233 qui reproduit la fig. 6 de Henrickson qui n’est qu’une interprétation contestable de ce quartier, avec une délimitation des unités et non le plan originel paru dans OIP LXXXVIII, pl. 14.

18 La limite inférieure, que l’on considère comme une norme, pour le passage d’un homme est une soixantaine de centimètres.

19 Vallet 2001, p. 454-455. Parce que l’analyse de R. Vallet est parue alors que mon texte était déjà écrit, je ne l’ai pas fait intervenir dans mon étude : comme il part d’une analyse stratigraphique erronée que traduit graphiquement sa fig. 2 et qu’il n’a conduit aucune analyse architecturale réelle, toutes ses conclusions sont viciées au départ.

20 Comme chez E. F. Henrickson.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Mari. Plan du secteur appelé par André Parrot « dépendances du Temple de Dagan » (Parrot 1964, fig. 1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 2 – Mari. La rue 14 vue du nord-ouest vers le sud-est ; au second plan, le sommet des murs du bâtiment principal
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 3 – Mari. La rue 14 vue depuis l’est vers l’ouest ; à gauche, la porte donnant sur la salle 15 du bâtiment principal
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 4 – Mari. Vue d’ensemble du bâtiment principal vers le nord-ouest. Au premier plan, de gauche à droite, les pièces 7, 10 et 11 ; au second plan 8, 9 et 15 ; en troisième rang 8’, 16, 12 et 13 ; puis la rue 17. Le tout appuyé contre le mur méridional de la rue 14 à droite
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 5 – Mari. Partie septentrionale de la pièce 9, avec au fond la porte donnant sur la pièce 15 et à droite celle assurant la liaison avec 11
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 6 – Mari. Les unités composant le bâtiment principal (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 7 – Mari. Les lignes structurales majeures du bâtiment principal avec la valeur métrique des espaces entre les murs structuraux (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 8 – Mari. Du plan du rez-de-chaussée avec mise en évidence des murs porteurs (à gauche) au plan de l’étage, avec le passage des coupes proposées (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 9 – Mari. La partie orientale du bâtiment principal (pièces 10, 11, 9 et 15) montrant la hauteur restante des murs
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 10 – Mari. L’escalier de la salle 15
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 11 – Mari. Céramiques brisées au pied de l’escalier 15
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 12 – Mari. Le panneau mosaïqué retrouvé en fragments dans les pièces 10 et 7 (reconstitution hypothétique réalisée par la Mission Parrot, non réétudiée depuis)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Légende Fig. 13 – Mari. Petite statuette en terre mal cuite provenant de la salle 9. André Parrot voulait y reconnaître une représentation de Dagan, mais cette identification ne paraît pas solidement fondée
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 14 – Mari. Restitution du bâtiment principal avec ouverture de l’angle méridional pour mettre en évidence l’existence de la grande salle de réception de l’étage et le jeu des circulations du niveau supérieur : celui-ci assure une liaison directe entre la salle de réception et les bâtiments du niveau supérieur du secteur A tandis qu’au niveau inférieur on utilise la rue 6 pour desservir les secteurs situés au sud et au nord (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 15 – Mari. Restitution du bâtiment principal à partir de la façade septentrionale : mise en évidence du jeu des circulations du niveau supérieur qui permet de rejoindre directement l’étage élevé au-dessus des magasins septentrionaux tandis qu’au niveau inférieur la rue 14 desservait les mêmes magasins au rez-de-chaussée (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 16 – Mari. Situation exacte du centre administratif du Grand Prêtre entre le Palais et son Enceinte Sacrée – avec lesquels il ne semble pas posséder de liaison directe – et le temple du Massif Rouge qui est directement sous son contrôle. On notera les deux orientations très divergentes de l’Enceinte Sacrée et du groupe Massif Rouge/temple, qui semblent avoir une origine commune située vers le sud (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 17 – Khafadjé. Plan du « quartier emmuré » tel qu’il a été publié dans OIP LXXXVIII, 1967, pl. 14
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Légende Fig. 18 – Khafadjé. Coupes concernant le « quartier emmuré » telles qu’elles ont été publiées dans OIP LXXXVIII, 1967, pl. 15
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 19 – Khafadjé. Coupes simplifiées après analyse.En A-A’ seule la partie au-dessus de la couche cendreuse a été représentée (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 20 – Khafadjé. Ce qui, après analyse, reste du « quartier emmuré » (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 21 – Khafadjé. Plan rassemblant les principales conclusions de cette étude avec proposition d’organisation de la voirie du quartier, la suggestion des unités disparues, l’emplacement de la porte d’accès et l’existence d’un chemin de ronde (voir sur ce point les fig. 26 à 28) [dessin N. Bresch]
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 22 – Khafadjé. Les différents types de maison entourant le bâtiment central du « quartier emmuré » (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 23 – Khafadjé. Analyse structurale du bâtiment central du « quartier emmuré ». En a- les sous-unités composant le bâtiment avec les portes extérieures qui les définissent. En b- les lignes structurales majeures (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 24 – Khafadjé. Analyse des dimensions intérieures du bâtiment central du « quartier emmuré » (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 25 – Khafadjé. Passage du plan au sol au plan de l’étage du bâtiment central du « quartier emmuré » avec les coupes suggérant les volumes (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 26 – Khafadjé. Organisation structurale d’un chemin de ronde associé au mur d’enceinte du « quartier emmuré » (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 27 – Khafadjé. Proposition d’une restitution en volume de l’ensemble du « quartier emmuré » (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 28 – Mise en parallèle des bâtiments de Mari et de Khafadjé à la hauteur de l’entresolement du premier étage (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4305/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

Auteur

EPHE IVe section (j_c_marg@club-internet.fr)