Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 2

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Mari

Mari : la maison d’habitation de la Ville II

Jean-Claude Margueron

Texte intégral

1Outre les temples et le palais, la Ville II de Mari a donné quelques informations sur l’architecture domestique. Sans être très riche, cette documentation est relativement bien fournie ; elle est suffisante pour donner une idée assez précise de certaines caractéristiques essentielles et parfois des modes de vie des habitants de cette phase ; jointe à la découverte du petit souk et à l’organisation de la voirie, elle complète aussi de façon substantielle l’image d’une cité du milieu du IIIe millénaire.

  • 1 Ne sont pas non plus prises en considération les maisons dont les plans ont été relevés à la surfac (...)

2Dans le tour d’horizon que j’envisage, les maisons par trop incomplètes seront laissées de côté1, car elles ne peuvent donner lieu à une analyse globale et seraient donc plutôt source d’erreurs ; de fait, il est déjà souvent difficile de définir les traits distinctifs d’une architecture de terre assez mal conservée, mais l’opération devient impossible si l’on est en présence de quelques pans de murs seulement ou de fondations incomplètes.

  • 2 J.-C. Margueron, « La maison orientale », in K. R. Veenhof (éd.), Houses and Household in Ancient M (...)

3D’autre part, une maison de grande importance, le centre administratif religieux du temple du Massif Rouge, est étudiée dans ce numéro de Akh Purattim. Elle ne sera évidemment pas réétudiée ici, sauf sous la forme d’un appel de paragraphe, pour mémoire. Quant à la Maison Rouge, qui a déjà fait l’objet d’une publication2, elle ne sera reprise que pour rappeler ses traits morphologiques principaux et pour apporter des remarques complémentaires.

4Dans ces conditions ont été retenues, outre le rappel de cette Maison Rouge mise au jour par André Parrot en 1953 et 1954, une petite bâtisse qui jouxte vers le nord la maison du Souk et pourrait marquer un niveau assez élémentaire de l’habitation, une maison dégagée en 1936 et partiellement réétudiée en 1999 (la maison du Souk), ainsi que deux maisons qui ont été incomplètement dégagées, mais suffisamment quand même pour apporter des informations complémentaires intéressantes, l’une (la maison au Piège au chantier F, campagnes 1987 et 1989), l’autre (la maison aux Installations artisanales, chantier B, campagnes 1979 à 1982) dont les caractéristiques, très différentes, mettent en évidence la diversité des formules architecturales et l’aptitude à repenser des solutions nouvelles en cas de besoin.

A. UNE PETITE MAISON (fig. 1)

5Dans la rue de la maison au Piège, André Parrot a dégagé, dans le prolongement de la maison du Souk en remontant vers le Palais, un petit ensemble dont on peut se demander s’il ne représente pas en quelque sorte une modeste unité d’habitation. De forme approximativement trapézoïdale, celle-ci mesure 8 m dans sa longueur et sa largeur passe de 7 m à 3,75 m au nord-est (emprise au sol env. 39 m2). Si l’on ne tient pas compte de la première pièce, en grande partie restituée, trois espaces la composent : le premier, 4,5/3 m (à cause du trapèze) sur 5 m, permet de rejoindre deux petites pièces, chacune accessible par une porte sur le côté sud-ouest ; 2 m sur 3 m pour l’une, 2 m sur 1,85 m pour l’autre (surface utile : 30 m2). Les murs de 0,80 m d’épaisseur sont surdimensionnés pour une maison sans étage, bien que le plan ne donne aucun indice en faveur d’un système d’élévation : étant donné la modestie de la maison, une simple échelle meunière susceptible de ne laisser aucune trace, a pu avoir existé.

6La petite lacune à son extrémité orientale peut laisser un doute sur son autonomie, mais l’accès direct à la rue est crédible et son fonctionnement paraît donc assez simple : après le vestibule où se trouvait peut-être – sinon vraisemblablement – l’échelle meunière, on rejoignait l’espace le plus important de la maison, qui se comportait comme un espace central donnant accès à deux petites pièces à l’ouest. L’étage s’étendait certainement sur toute la superficie de cette habitation. L’éclairage du rez-de-chaussée ne pose pas de problème puisque la rue du Piège, qui longe la maison sur son flanc nord, pouvait fournir une lumière suffisante pour une zone de réserves, par quelques petites ouvertures placées en haut des murs.

7En soi, cet ensemble peut se comporter comme une unité indépendante et apparaît comme une habitation modeste dans laquelle on retrouve les principes de base de l’architecture mésopotamienne. Cependant, si on tient compte en outre du fait que l’exemple est unique – sans doute à la suite d’un dégagement insuffisant –, il apparaît difficile de retenir cet exemple comme modèle d’une unité d’habitation élémentaire typique et il vaut mieux le considérer comme révélateur de l’adaptation des architectes aux parcelles peu régulières qui résultaient d’une division du territoire urbain en fonction de problèmes liés à l’écoulement des eaux de pluie.

Fig. 1 – Plan de la Petite maison

B. LA MAISON DU QUARTIER DU SOUK (fig. 2)

8Dégagée lors de la grande opération qui a vu la mise au jour du quartier du Souk en 1934-1935, cette maison n’a pas alors spécialement attiré l’attention ; la reprise des travaux dans le secteur du Souk à partir de 1999 a remis en évidence l’intérêt qu’elle présentait. C’est sur la base du plan général qui a été levé en 1936, puisque le réexamen de 1999 n’a été que partiel, que l’on peut définir quelques traits.

  • 3 Proviendrait-elle d’une imprécision du relevé ? C’est la solution qui paraît la plus raisonnable.

9La forme de la maison est celle d’un polygone irrégulier tendant à se rapprocher d’un trapèze ; elle a été déterminée par un emplacement à l’angle de deux rues (rue du Souk et rue de la maison au Piège) qui, selon la règle à Mari, ne sont pas perpendiculaires. Sa face nord-occidentale mesure 17 m, celle du sud-est 14 m, et si la face sud-ouest mesure aussi 14 m, celle du nord-est n’a que 7 m de longueur. L’emprise au sol est approximativement de 155 m2 et la surface utile de 91 m2. L’épaisseur des murs n’est pas homogène : si la plupart d’entre eux, intérieurs ou périmétraux, ont 80 à 90 cm, certains atteignent 1,20 m sur tout ou partie de leur tracé ; ce surdimensionnement s’explique aisément dans certains cas pour des raisons structurales, mais la différence entre les épaisseurs des murs nord-ouest et sud-est est plus surprenante3.

10La hauteur des restes retrouvés au moment de la fouille n’est pas connue ; mais les dénivellations entre la surface du tell et le niveau du sol – l’arrêt de fouille semblant bien s’accorder aux sols anciens grâce aux seuils retrouvés –, inscrites sur le plan par l’architecte, sont particulièrement importantes : elles ne sont jamais inférieures à 1,80 m et atteignent parfois 2,50 m : il y a là l’indication assez vraisemblable d’une grande hauteur restante des murs après la ruine et l’indication d’un étage très vraisemblable sur cet édifice.

11La maison est organisée selon le principe de l’espace central (no 2 : 5 m de côté) ; neuf pièces ou espaces sont ainsi répartis en couronne autour de celui-ci, et une dixième en seconde épaisseur sur le côté nord-est (no 10). Comme presque toujours dans ce système, la distribution des circulations part de l’espace central. L’accès se fait par une seule porte donnant sur la rue du Souk, mais très près de l’angle ouest et de la rencontre avec la rue de la maison au Piège ; sa largeur est légèrement supérieure à 1 m et son seuil a été pourvu de dalles ; le pivot de la porte était vraisemblablement (d’après une particularité peu explicite, il est vrai, du relevé originel d’André Parrot) à l’angle ouest de la pièce ; de cette première pièce on rejoignait directement l’espace central.

12Quatre particularités du plan méritent d’être relevées. Elles concernent soit des faits de structure qui ont des répercussions sur la morphologie de l’édifice et sur son mode d’utilisation, soit des aménagements destinés à faciliter la vie quotidienne. Toutefois il faut noter que c’est grâce à la comparaison avec des édifices mieux connus que l’on peut tirer les conclusions finales qui seraient hasardeuses sur le seul témoignage de ce plan.

13– La première particularité concerne l’aménagement de la partie méridionale de la première pièce (no 1), celle qui ouvre sur la rue. Elle est pourvue d’une sorte d’excroissance de forme irrégulière (2 m sur 1 m, puis 0,60 m) ; deux lignes presque parallèles semblent séparer cet appendice du reste de la salle ; il est difficile de les interpréter exactement (muret bas séparant deux portions de la salle au même niveau ? double emmarchement aboutissant à une élévation bien marquée ?), mais il y a nettement une séparation et le mur limitant cette pièce bitumée (sol et base des murs) du côté de la rue est pourvu d’une canalisation qui aboutit, au pied de la paroi extérieure, à un puisard : il s’agit donc très vraisemblablement d’un secteur aménagé en salle d’eau avec évacuation extérieure, comme dans la Maison Rouge (v. ci-dessous).

  • 4 Ce qui paraît un peu difficile à admettre du fait de l’observation faite alors de la présence des t (...)
  • 5 Ce type d’installation a été plusieurs fois retrouvé à Mari, en Ville I et surtout en Ville II, cf. (...)

14– La seconde particularité se trouve associée à l’espace central ; dans l’angle méridional de celui-ci s’ouvre une porte assez étroite qui paraît donner dans une toute petite pièce (no 3) de même largeur que la porte (0, 80 m env.), mais longue de 1,50 m : la fonction d’un tel réduit n’est pas immédiatement évidente, car on n’a guère d’exemple de « placards à balais » donnant sur l’espace central ; mais l’installation est en fait plus compliquée, car en avant de la porte se trouvait comme une base ou podium dont la surface supérieure, accessible par trois marches placées sur le côté, était revêtue de plâtre et dominait le sol de l’espace central d’une cinquantaine de centimètres ; c’est parce qu’en 1995 je recherchais un point fixe intermédiaire pour une longue visée destinée à raccrocher le temple d’Ishtar au chantier F, que j’ai recherché et dégagé partiellement cette particularité qui est apparue comme un aménagement surélevant ponctuellement le sol de l’espace central et recouvert d’une bonne couche de plâtre. Cependant, lors de la fouille de 1999 (fig. 3), il n’a rien été retrouvé de cette surélévation, soit que le fait de l’avoir mise à nu en 1995 ait hâté sa désagrégation, soit qu’une erreur d’évaluation nous ait conduits à surestimer l’élévation4. Des restes de plâtre ont bien été observés alors mais sans réelle différence de hauteur : en revanche, dans le fond du réduit, un podium bas équipé d’une évacuation vers un puisard placé sous lui, selon le schéma connu et appelé, sans doute à tort, « toilette du type siège »5. Il se pourrait donc qu’il y ait là une installation artisanale spécifique.

15– La troisième particularité peut être observée le long de la bordure nord-ouest ; deux petites pièces (nos 6 et 7) allongées et étroites, particulièrement celle du nord qui ne dépasse pas 60 cm à l’une de ses extrémités ; entre les deux un imposant pilastre est associé au mur périmétral ; une sorte de seuil est marqué à l’emplacement du mur nord, peut-être n’y avait-il pas de porte à cet endroit ? Mais dans ce cas il n’y avait plus d’accès vers la dernière pièce (no 8) de ce petit appartement ; alors il convient sans doute de ne voir qu’un couloir dans la pièce la plus étroite. Il est donc difficile de tirer des conclusions précises de ce secteur ; on peut seulement remarquer que le pilastre peut apparaître comme un renforcement structurel ponctuel, peut-être support pour recevoir une importante charge venant des superstructures ou tout simplement support à mi-course pour un escalier en volée droite rejoignant le niveau supérieur : la largeur de ce contrefort (une soixantaine de centimètres) pourrait tout à fait convenir et d’autres exemples existent de tels contreforts pour soutenir un moyen ascensionnel.

16– C’est une observation voisine, mais plus claire, qui forme la quatrième particularité. Cette fois c’est la pièce 9 qui est concernée : avec 3 m sur 2 m, elle n’est pas très grande et peut difficilement passer, malgré son emplacement face à l’entrée, pour la pièce de réception. En revanche elle est dotée d’un mur nord-est qui a été considérablement épaissi puisqu’il mesure 1,20/1,30 m alors que ses deux prolongements ne dépassent pas 60 ou 70 cm. Une seule explication permet de rendre compte de cette particularité : ce mur se comporte comme un gros pilier installé au milieu de l’espace occupé par le groupe des pièces septentrionales de la maison, à savoir les nos 8, 9, 10 et 11. Les portées autour de ce pilier ne dépassent pas 2 m. Il semble que l’on ait voulu renforcer la solidité de l’entresolement (et non d’un toit, ce qui ne serait nullement justifié).

Fig. 2 – La maison du Souk : plan à gauche ; organisation schématique du rez-de-chaussée et de l’étage en haut et à droite ; restitution du volume en bas et à droite

Fig. 3 – La maison du Souk : petite pièce no 3, donnant sur l’espace central (secteur dégagé en 1999)

17Alors le cumul des particularités 2, 3 et 4 – escalier ajouté au fait qu’il existe des structures renforcées de façon à recevoir de fortes charges venant du niveau supérieur – conduit à l’idée de l’existence d’un niveau d’occupation au-dessus de celui qui a été dégagé par la fouille, conclusion que conforte l’observation sur la hauteur non négligeable du niveau conservé, ce qui permet d’induire un véritable étage et pas seulement une terrasse occupée et accessible à partir de l’escalier.

18Une double question se pose alors à propos de l’espace central : est-il couvert ou à ciel ouvert ? On doit insister sur l’absence de tout système d’écoulement pour évacuer l’eau de pluie qui stagnerait dans la « cour » et provoquerait une disparition rapide de la maison : la couverture est donc pratiquement certaine. Dans ce cas, y avait-il seulement une couverture à la hauteur du sommet du second niveau ou bien l’étage s’étendait-il aussi au-dessus de la partie centrale ? Cette possibilité en revanche est assez peu vraisemblable car l’éclairage aurait été impossible à fournir aux pièces 3, 4, 9 et 11, trop éloignées des rues au niveau inférieur, alors que 5, 1, 6, 7, 8 et 10, longées par des rues, pouvaient être éclairées par de petites ouvertures sans mettre trop en péril la sécurité de la maison ; cependant, comme cette pratique ne permettait d’éclairer ni l’espace central, ni les pièces 4 et 11, il est clair que cette solution, même si elle a été à l’occasion mise en œuvre, ne pouvait résoudre le cas présent. Ainsi toutes les pièces de la couronne devaient être éclairées par l’espace central qui prenait jour en haut du premier étage et assurait en même temps la ventilation ; seules les pièces 10 et 11, respectivement en troisième et en quatrième jour (s’il n’y avait pas de prise de jour pour 10), se trouvaient en très mauvaise position. En revanche des fenêtres ont très bien pu exister pour mieux éclairer les pièces du premier étage.

19L’espace central se présente donc comme une grande colonne chargée de ventiler et de fournir de la lumière, l’espace au sol étant protégé de la pluie par une couverture.

20Comme le montre la proposition d’organisation du premier étage, on circulait de pièce en pièce à partir de l’escalier jusqu’à faire le tour de l’espace central ; une très belle pièce, sans doute de réception, occupait la partie orientale de l’étage.

C. LA MAISON AU PIÈGE (CHANTIER F) [fig. 4]

21Très imparfaitement connue encore – puisqu’elle est dans un secteur dont la fouille est inachevée au chantier F –, elle est néanmoins introduite ici parce qu’elle donne quelques renseignements intéressants.

22Sa face septentrionale borde la rue qui porte son nom et sa face orientale longe la rue aux Deux Canalisations. Ses limites ouest et sud sont inconnues. Une seule pièce (no 3) a été définie dans son intégralité ; l’espace central (no 2 : fig. 5) est pour l’essentiel repéré, mais son système de relations n’est pas totalement assuré. Les pièces 1 et 4 sont assez bien délimitées ; la 5 doit exister, mais serait-elle une cour à cause des fours à pain ou tannour ? On ne saurait le dire de façon sûre ; quant aux pièces 6 et 7, elles sont vraisemblables, sans plus.

23On ne sait pas où se trouvait la porte : elle devait donner sur l’une des deux rues : 3 et 1 pourraient bien convenir. Le seul indice qui permette de proposer un étage est l’épaisseur des murs – 0,75 à 1 m –, si conforme à une telle éventualité qu’il est raisonnable de l’inférer, en raison de surcroît des similitudes avec la Maison Rouge.

24L’intérêt de cette maison vient de ce qu’elle conduit à nuancer les conclusions que l’on pourrait tirer de façon un peu hâtive à partir de la Maison Rouge et de celle du Souk, surtout dans la question des fonctions (v. ci-dessous, les conclusions). Car pour l’organisation générale, elle participe du même principe, à savoir une distribution des pièces à partir d’un espace central ici de 4,50 m sur 6,00 m bordé d’une banquette sur les côtés est et sud, associé à une pièce (no 3) qui semble avoir servi de cuisine.

25Les restes ne sont malheureusement pas suffisants pour savoir si la maison était reliée au système de récupération des eaux de pluie que suggèrent les deux canalisations qui courent sous la rue.

D. LA MAISON AUX INSTALLATIONS ARTISANALES (CHANTIER B) [fig. 6]

26Quoique dégagée sur quelque 500 m2, cette maison n’est pas entièrement connue non plus ; toute la partie septentrionale a été emportée par l’érosion de la bordure nord du tell, les limites est et ouest ne sont pas repérées avec certitude et le mur méridional n’a été dégagé que sur une longueur de 7 m parce qu’il longe la rue de direction est-ouest, la seule qui ait été retrouvée dans tout le secteur. On ne sait pas non plus où se situait la porte : on l’attendrait dans l’une des pièces bordant la rue en III, en VII ou en XVI-XVII, mais, à dire vrai, parce que le plan est incomplet et que l’environnement est inconnu, d’autres possibilités existent, par exemple le long de la façade occidentale si elle longeait une rue.

27L’exploration archéologique, étalée sur plusieurs campagnes, parfois fort éloignées les unes des autres, a montré que le bâtiment tel qu’il a été retrouvé est le résultat d’une longue série de transformations, de réaménagements, de modifications partielles et de reconstructions plus ou moins importantes. C’est donc la phase finale que la fouille a dégagée, c’est-à-dire une phase qui contient en elle des traces de toutes les transformations durant la vie de l’édifice, mais dans laquelle on ne peut reconnaître le plan d’origine. Il va être, en conséquence, beaucoup plus difficile de définir les fonctions, comme on peut le faire à partir d’un plan-type correspondant aux modes de vie d’un moment donné, et en ce sens, le document est totalement différent de celui de la rue du Souk ou de la Maison Rouge. La contrepartie intéressante de cette situation se trouve dans la certitude que les transformations sont liées à des activités spécifiques qui n’entrent pas dans le concept du plan-type d’habitation.

28Le plan présenté comprend quelques restitutions, obtenues par le simple prolongement de murs repérés et clairement définis. Tel quel, le plan peut représenter la partie méridionale d’un édifice dont on aurait la limite sud et l’amorce des limites ouest et est : morphologiquement, la restitution paraît satisfaisante, mais elle n’est, à l’évidence, pas certaine.

I. Organisation (fig. 7)

29Du fait de l’ignorance où nous sommes concernant l’emplacement de la porte, il est difficile de procéder à une description rationnelle de l’édifice en partant du système de circulation. Aussi, compte tenu de la présence d’un espace que l’on peut qualifier de central malgré ses faibles dimensions et en dépit des lacunes du plan, on procédera en partant de ce qui apparaît comme le centre pour étudier ensuite son environnement, qui s’apparente à une double couronne.

30L’espace VIII est en position centrale, sous la forme d’un carré de 5 m de côté ; avec ses quatre portes, une par façade et toujours placée près d’un angle, il apparaît comme un véritable pivot :

  • par le nord on rejoint la pièce X qui elle-même donnait accès à la pièce XI, dont les limites nord et est ne sont pas connues ;

  • la porte orientale donne sur le couloir IX dont on n’a pas retrouvé l’issue vers le nord mais qui dessert l’atelier VI et sans doute les installations XXI et XXII ; vers le sud, le sas V permet de rejoindre toute la partie méridionale de la maison ;

  • à l’ouest se trouve la pièce XIII qui permet d’atteindre les installations artisanales de la bordure occidentale de la maison ;

  • au sud une seule pièce (II) était accessible à partir de l’espace central et n’avait de rapport qu’avec lui. Comme on le voit, VIII est en relation directe avec toutes les pièces de la première couronne, à l’exception de la pièce XII, très incomplète. La seconde couronne est elle-même accrochée aux pièces de la première :

  • à l’est le groupe des ateliers VI, XXI et XXII dépend du couloir IX ;

  • à l’ouest XX, XIX, XVIII par l’intermédiaire de XIII et XIV (deuxième couronne) sont accrochées à VIII ;

  • au sud, la pièce I s’intercale entre les deux couronnes ; peut-être avait-elle une relation avec XIV, mais ce n’est pas certain, elle assurait en tout cas le cheminement entre V et IV. IV donnait peut-être accès à VII, liée à III ; cette dernière a pu desservir XVI et XVII, mais la fouille inachevée dans ce secteur ne permet pas d’en être certain. L’importance de ce secteur méridional vient de ce qu’il est possible que la porte y ait trouvé place.

Fig. 4 – La maison au piège (chantier F)

Fig. 5 – L’espace central de la maison au Piège

II. Quelques aspects techniques et la question de l’étage

31D’une épaisseur habituelle de 0,75/0,80 m, il arrive que les murs atteignent le double ou, au contraire, qu’ils ne dépassent pas la cinquantaine de centimètres. Dans le premier cas, le mur a été épaissi ou tout simplement doublé, dans le second il s’agit de murs de refend dont l’importance structurale est faible. À plusieurs reprises il est clair que l’épaississement ou le doublement est la conséquence de modifications qui ont exigé une transformation de la structure ; il se pourrait aussi que certains murs doubles soient le signe de l’incorporation dans cette unité de pièces venant de maisons contiguës ; on peut envisager cette possibilité pour la série des pièces XVI, XVII, XVIII, XIX et XX.

  • 6 Remarque fondée sur l’observation du rapport contraignant qui existe entre les pleins et les vides (...)

32Quant à la présence d’un étage, la question reste ouverte : aucune trace d’escalier n’a été repérée, aucune cage ne s’impose à partir de l’analyse architecturale ; cependant l’épaisseur des murs et la hauteur de conservation retrouvée au moment du dégagement, bien souvent à 1,50 m, ne le rendent nullement impossible ; c’est d’autant plus envisageable que le volume des espaces à combler par l’écroulement des superstructures a dû absorber une grosse masse de maçonnerie6.

33Cependant la double couronne rend difficile l’éclairage des pièces de second rang à partir de l’espace central, à moins qu’une prise de jour ait existé de façon plus ou moins circulaire, utilisant certaines pièces et le couloir entre le noyau central et la couronne extérieure : mais cela n’est qu’une hypothèse qui ne s’appuie sur aucun indice clair. Aussi, quoique l’étage ait été fréquent dans l’architecture urbaine, restons-en dans ce cas au constat, tout de prudence, qu’il a pu exister, mais que les indices recueillis ne sont pas absolument contraignants pour le restituer en toute certitude.

III. Les aménagements spécifiques

1. Les banquettes

34Trois pièces au moins ont été équipées des banquettes classiques qui courent au pied des murs ; elles sont faites en briques crues et recouvertes de plâtre dont il subsiste encore des plaques plus ou moins importantes. Dans la pièce VIII où trois murs en étaient pourvus, l’une était très dégradée (mur est), celles des deux autres (murs sud et ouest) en assez bon état. Dans la pièce II, une banquette ne longeait que la moitié du mur méridional. Celle qui a été repérée en I est de structure plus complexe, car interviennent dans sa constitution des briques cuites et du bitume ; mais comme elle était en partie détruite, il est difficile de dire si elle avait eu en conséquence une forme et une fonction différentes.

2. Le petit autel et la petite cuve de l’espace central VIII (fig. 9)

35La surprise est venue, lors de la fouille, de la présence contre le mur ouest, à l’extrémité sud de la banquette et immédiatement au nord de la porte VIII/XIII, d’un petit édicule à deux degrés entièrement recouvert de plâtre, qui s’apparente tout à fait à ce qu’il est convenu de définir comme un petit autel ; de plus, sur la banquette, à une vingtaine de centimètres vers le nord, était installée une petite cuve de forme allongée, communément appelée part André Parrot « barcasse ».

36Il s’agit de deux catégories d’objets qui jouent un rôle dans des pratiques cultuelles. Faut-il alors voir un temple dans cet édifice ?

3. Les installations bitumées

37Le bitume a été utilisé de façon assez intensive dans cet édifice. D’abord de façon ponctuelle, sans que l’on comprenne toujours les raisons de son emploi à tel ou tel endroit, comme, par exemple, associé à la banquette de la salle I, ou la grande poche contre le mur ouest de la pièce XIV. Parfois on en entrevoit le rôle : ainsi c’est une cuve qui se trouve immédiatement à l’ouest de la porte VIII/X, mais pour quelles raisons se trouve-t-elle à cet emplacement et pour recevoir quel(s) liquide(s) ?

38Il est aussi utilisé en grande quantité dans des aménagements où sa fonction d’imperméabilisant s’impose d’emblée, comme dans les installations qui suivent.

Fig. 6 – La maison aux Installations artisanales (chantier B)

Fig. 7 – Partie centrale de la maison aux Installations artisanales

a) La pièce VI

39Elle comporte deux sections ; la première, de forme trapézoïdale, ouvre largement sur le couloir IX par une porte d’une largeur d’un mètre ; il s’agit d’une sorte de vestibule qui se rétrécit, tourne à angle droit vers le sud et donne sur la seconde section, une pièce de direction nord-ouest/sud-est (env. 1,50 m sur 4,00 m) qui se termine par une sorte de banquette/podium (prof. : moins d’1 m, haut. env. 50 cm) construite en briques cuites qui occupe toute la largeur du fond de la pièce ; recouverte de plâtre, elle est pourvue à sa base d’un trou d’évacuation des eaux se dirigeant vers un puisard placé immédiatement dessous ; une fente verticale médiane (en partie détruite) assurait aussi une évacuation vers le même puisard à partir de la face supérieure et en liaison avec le trou de la base. Le sol des deux sections de cette salle avait été réalisé en briques cuites sur lesquelles on avait coulé une épaisse couche de bitume en lui assurant une pente à peu près régulière d’une trentaine de centimètres depuis la porte jusqu’au trou d’évacuation à la base de la banquette. La base des murs avait été protégée par une plinthe recouverte de bitume (fig. 9).

  • 7 Cf. A. Parrot, Le temple d’Ishtar, MAM I, pl. XII-1 et-4.
  • 8 Dans le secteur dégagé sous la salle du trône du palais de l’époque des dynasties amorites et dans (...)
  • 9 Voir P. Delougaz, H. D. Hill., S. Lloyd, Private Houses and Graves in the Diyala Region, OIP LXXXVI (...)
  • 10 J. Bretschneider, M. Debruyne, G. Jans, M. Lahlouh, « Grabungstellen im Bereich der Hügelkuppe (Akr (...)

40Ce type d’installation a été retrouvé ailleurs à Mari, la première fois dans la petite maison du niveau d sous le temple d’Ishtar7 et par deux fois dans le palais du milieu du IIIe millénaire8. Il est identique, sauf en ce qui concerne le système d’évacuation des eaux usées, à celui retrouvé dans le Palais Nord de tell Asmar9 ou, plus récemment, à Tell Beydar10.

  • 11 L’usage de deux modèles différents pour une telle installation au même endroit et à la même époque (...)

41Certains ont voulu y reconnaître des toilettes du type siège, d’autres des installations artisanales faisant intervenir un usage important de l’eau, peut-être des tanneries. L’exemple de la maison aux Installations artisanales de Mari permet de renoncer à l’option toilettes, car cette fois l’association avec les bassins est trop étroite pour que l’on puisse envisager des fonctions totalement indépendantes, et de plus des toilettes à la turque ont été retrouvées à proximité11 ; quant à l’hypothèse tannerie, qui m’avait séduit un temps, il me semble qu’il faille y renoncer, car il s’agit d’une activité qui a besoin d’une grande quantité d’eau : la proximité de la rivière paraît impérative ; en outre les odeurs souvent pestilentielles dégagées par le travail des peaux ne conduisent certainement pas à placer cette activité systématiquement à l’intérieur d’une habitation qui en abrite d’autres. En revanche l’association avec les deux bassins me ferait plutôt songer à une activité tinctoriale.

b) Le groupe XXI-XXII (fig. 10 et 11)

42Il est situé immédiatement au nord de la pièce VI ; sauf pour le vestibule qui paraît avoir été commun, il est séparé de cette dernière par un énorme massif de briques crues de 4 m sur 2 m. Du côté du vestibule, un muret d’une cinquantaine de centimètres de haut, en pierre et bitume, isole l’ensemble constitué par deux bassins, eux-mêmes séparés par un muret de même nature. Du côté ouest, l’installation s’appuie contre le mur XXI/IX, considérablement renforcé puisqu’il a été réalisé en pierre sur une partie de sa hauteur, indication intéressante puisqu’elle montre qu’il y a homogénéité dans ce secteur entre la structure architecturale et les installations artisanales, celles-ci ayant donc été prévues au moment de la construction. La limite nord des installations a disparu dans l’érosion, ce qui est bien regrettable ; en revanche à l’est un muret de forme circulaire pourrait marquer la fin de l’installation, cependant là aussi les destructions sont telles que la certitude n’est pas absolue. Le premier bassin (XXI : env. 3 m sur 2 m) est constitué d’une banquette de 50 à 80 cm de largeur qui longe les limites sud et ouest et domine de 25 cm le bassin lui-même, de forme trapézoïdale ; le second (XXII : env. 2,50 m sur 1,50 m) qui affecte la forme d’un quart de cercle est équipé d’une banquette au sud qui domine la partie creuse ; une jarre sphérique y est enfoncée dans le sol jusqu’au sommet du col.

43Toute cette installation a été réalisée avec des blocs de gypse étroitement agencés et a été recouverte d’une épaisse couche de bitume.

Fig. 8 – Petit autel à degrés et barcasse sur banquette plâtrée de l’espace central de la maison aux Installations artisanales

Fig. 9 – Poste d’évacuation des eaux d’une activité artisanale

Fig. 10 – Le premier bassin bitumé, avec banquette sur deux côtés, de la maison aux Installations artisanales

44Quoique sans doute incomplète, cette installation artisanale paraît l’une des plus complexes que l’on connaisse pour cette époque. On peut envisager que le premier bassin contenait une teinture dans laquelle on faisait tremper des tissus, que le deuxième servait à égoutter le trop-plein et que l’on recueillait dans le vase l’excédent. Quant à la salle VI, si elle servait dans le même système opératoire, peut-être avait-elle pour fonction de permettre un rinçage rapide des tissus à différents stades du travail.

c) L’installation de la salle XIX

45Elle est très différente des deux autres. Cette fois, dans un espace carré d’environ 3 m sur 3 m, limité par un gros mur de séparation à l’est et par deux murets au sud et à l’ouest, a trouvé place au centre une sorte de cuve orientée d’ouest en est de 1,50 sur 1,00 m et enfoncée dans le sol de plus d’une cinquantaine de centimètres ; sa tête occidentale est surmontée d’une plate-forme carrée ; le long de la paroi méridionale, deux supports en briques cuites devaient soutenir une étagère ; une autre étagère surélevée, en bitume, longeait le mur est et se poursuivait certainement par une section en bois supportée par deux autres bases en briques cuites.

  • 12 J.-C. Margueron, « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1980 », MARI 2, 1983, p. 9-35 et (...)

46Ce qui frappe, c’est la présence d’une série d’étagères ou d’emplacements surélevés tout autour de la cuve, des objets immédiatement accessibles devaient être posés près d’elle. Or, dans la partie septentrionale de la pièce, on a retrouvé une batterie de tannour qui implique un secteur où l’on cuisait le pain : pourrait-on alors penser être en présence du lieu de préparation du pain avant sa cuisson ? La comparaison avec la salle XIII du Palais Oriental de l’époque des Shakkanakku me paraît aller dans ce sens12. Toutefois cette conclusion, si elle est valable, doit s’accompagner de la constatation qu’une telle installation ne convient pas pour une famille, mais pour un groupe dans lequel une équipe assure le pain à tous.

4. Les latrines et le réseau d’évacuation des eaux usées (fig. 12)

  • 13 Voir ci-dessus p. 236.

47À l’extrémité septentrionale de la maison, là où se perdent ses dernières traces, une très intéressante installation de toilettes, du type à la turque, a été retrouvée et déjà évoquée13. La rappeler ici, c’est non seulement souligner un autre usage du bitume dans ce secteur, c’est aussi indiquer que, compte tenu du niveau d’apparition de sa face supérieure, elle appartient selon toute vraisemblance, non à cette maison-ci, mais à une étape qui l’a précédée.

IV. L’incendie

48C’est un gros incendie qui mit fin à l’édifice de la phase finale ; les cendres venant des superstructures couvraient les sols de la plupart des pièces et tout particulièrement de l’espace central VIII qui, de ce fait, ne peut avoir été une cour, mais doit être rangé dans la catégorie des espaces centraux couverts habituels au IIIe millénaire.

V. Comparaisons

  • 14 Cf. l’édifice situé entre le Temple Ovale et le quartier emmuré, OIP LXXXVIII pl. 14 (cf. n. 9) ; E (...)

49Ce type d’édifice, par ses dimensions, n’est pas unique dans la documentation archéologique de cette époque. On en retrouve, en effet, par exemple à Khafadjé14 mais aussi à Abu Salabikh, qui présentent une organisation parfois différente, parfois assez voisine de celle de Mari, avec une superficie souvent moindre, mais toujours plus importante que celle qui caractérise le plan-type de forme carrée ou légèrement rectangulaire à partir d’un espace central.

50Même si elle n’est pas exceptionnelle, il faut signaler à quel point cette maison sort des systèmes courants par ses dimensions, et aussi par ses installations qui relèvent à la fois de la vie domestique, des pratiques cultuelles et de l’artisanat. Le secteur de la boulangerie pourrait indiquer une organisation assez collective. Enfin, c’est là que furent retrouvées une quinzaine de tablettes proches de celles d’Ebla et dont la teneur indique une activité administrative. Mais l’une d’entre elles est un fragment mythologique, il n’est donc pas certain qu’il s’agisse seulement d’un centre administratif.

51Toutes ces caractéristiques en font une maison très différente des autres.

Fig. 11 – Le second bassin bitumé de la maison aux Installations artisanales avec, enfoncée au centre, une jarre destinée à récupérer un produit

Fig. 12 – Toilettes à la turque en pierre et bitume

E. LA MAISON ROUGE15 (fig. 13)

  • 15 Cf. Margueron 1996, « La maison orientale » p. 24-32 (v. n. 2).

52De toutes les maisons dégagées à ce jour à Mari, celle-ci est sans doute la plus prodigue en informations sur l’architecture domestique, parce que l’état de conservation dans lequel elle a été retrouvée était tout à fait exceptionnel : il n’y avait aucune lacune dans le plan. Certains de ses murs étaient encore hauts de plus de 2 m (2,20 m parfois) et des traces d’usage ou d’aménagements existaient encore dans certains d’entre eux, enfin les installations au sol étaient en parfait état. Cette situation remarquable vient simplement de ce que la maison a été incendiée et que ses superstructures se sont effondrées immédiatement après en ensevelissant la base. Cette constatation est de grand intérêt car elle permet d’établir une relation entre la hauteur des ruines retrouvées et les superstructures primitives : le volume comblé (et retrouvé par la fouille) n’a pu l’être que par les murs et les terrasses supérieurs. Dès lors un calcul simple permettra de retrouver la hauteur primitive de la maison.

I. Organisation

53Le plan est simple et procède du parti classique de l’espace central distribuant des pièces installées en couronne (fig. 13-b) ; mais, sans doute parce que l’espace disponible n’était pas suffisant, la partie orientale de la couronne n’a pas été construite : ainsi, assez curieusement, le plan est organisé à partir d’un espace central qui n’est pas central ! Il reste que l’espace disponible entre les maisons voisines et la rue mesure 11 m sur 12 m et que les constructeurs ont tiré parti au maximum des possibilités en renonçant à la rigueur géométrique du plan centré traditionnel, mais en en conservant l’esprit.

54La façade – 11 m – s’ouvre sur la rue dite de la Maison Rouge (fig. 16) par une porte d’un mètre de large, située à proximité de l’angle méridional. La pièce 1 (fig. 15), trapézoïdale (2,50/3,00 m sur 7,25 m) et tout en longueur, occupe la majeure partie de la façade ; à l’est une porte donne accès à la petite pièce 2 de 1,70 m sur 3 m ; par le côté nord on atteignait l’espace central (no 3) de 4 m sur 5 m. À partir de là on pouvait rejoindre chacune des trois pièces restantes, l’une au sud-ouest (no 4), de 4 m sur 3,50 m qui présente un curieux renforcement dans l’angle sud, les deux dernières sur le côté nord-ouest : no 5 de 6 m sur 2 m et no 6 de 2 m sur 2 m. En tout, six pièces représentant une emprise au sol de 125/130 m2 environ, ce qui ne fait pas une grande maison.

II. Les installations

55Trois des pièces étaient pourvues d’installations diverses et la plus chargée est la pièce 1. On y trouve une banquette, une installation complexe où l’eau a joué un grand rôle, et le départ d’un escalier :

  • une banquette simple, en briques crues, profonde et haute de 50 cm, court le long du mur sud-ouest ;

  • une autre banquette de briques crues, couverte de briques cuites ou de dalles de pierre, longe la base du mur sud-est ; basse et étroite au départ, après 1,50 m de course elle se transforme en une plate-forme surélevée (1 m) qui marque comme une discontinuité entre les deux parties, puisqu’elle se poursuit en s’élargissant avec une hauteur d’une cinquantaine de centimètres contre la paroi nord-est ; le bitume l’habille alors complètement et s’étend largement au sol ; une canalisation placée au sommet de la banquette traverse alors le mur pour rejoindre la salle 2 et des pierres ont été disposées en bassin de réception pour faciliter l’écoulement de l’eau du sommet de la banquette vers la canalisation. Il est clair que l’on a voulu bien protéger les murs et le sol de l’eau que l’on utilisait dans cet angle de la pièce. Il semble que l’on puisse y reconnaître un poste de nettoyage qui s’apparente à un évier de cuisine, le reste de la banquette ayant servi sans doute à poser des objets ou des récipients ;

  • une petite plate-forme précédée d’un escalier en briques crues de cinq marches, plaqué contre le mur nord-ouest immédiatement avant la porte 1/3.

56La pièce 2 est aussi vouée à l’eau, si l’on en croit l’espèce de bassin en dalles de gypse aménagé à droite de la porte ; la canalisation qui vient de la cuisine voisine s’y déversait, et un autre drain percé dans le mur sud-est arrivait dans la rue où, au pied du mur, se trouvait un puisard qui recevait les eaux usées vannes de cette partie de la maison. Ainsi, si une partie de la pièce 1 est une cuisine, la pièce 2, elle, est une salle d’eau.

57La base des murs de l’espace central 3 était longée par des banquettes basses, l’une d’entre elles était pourvue de cavités allongées assez proches de ces petites cuves cultuelles appelées « barcasses ».

58Quant à la protection des habitants de la maison, elle était bien assurée puisque la porte d’entrée pouvait être fermée par un verrou dont les deux trous de fixation ont été repérés dans le mur à environ 1 m de hauteur.

Fig. 13a – La Maison Rouge : restitution du volume

Fig. 13b – La Maison Rouge : plan

Fig. 14 – Fouilles en cours dans la Maison Rouge : à gauche pièce 1 avec l’escalier, à droite l’espace central

III. Y a-t-il eu un étage ?

59L’exceptionnelle conservation des murs ne peut s’expliquer que si, au départ, les murs étaient hauts. Un calcul du rapport entre les pleins et les vides, c’est-à-dire entre les murs et les pièces (dont la base est remplie lors de la destruction par les superstructures), permet de restituer des murs jusqu’à 4,40 m, ce qui est beaucoup trop haut pour un seul niveau de construction compte tenu des dimensions des pièces. Cette observation rejoint les conclusions que l’on peut tirer de la présence de la plate-forme dans la pièce 1 ; il s’agit non pas d’un petit podium dont le sommet serait accessible par quelques marches latérales, mais bien d’un départ d’escalier en maçonnerie de briques d’argile ; la voie ascensionnelle se poursuivait par une structure en bois du type échelle meunière qui prenait appui contre le mur sud-ouest et se retournait sans doute pour déboucher au-dessus de la pièce 4, à l’emplacement du pilier qui vient renforcer son angle sud.

  • 16 Une autre solution, qui tient compte de tous les paramètres, consiste à couvrir aussi l’espace cent (...)

60L’analyse des différentes possibilités de circulation et d’éclairage permet de conclure que toute la maison était surmontée par un second niveau, sauf l’espace central qui s’élevait jusqu’en haut de la construction sans plancher intermédiaire ; il était recouvert par un toit, mais un éclairage à claire-voie assurait la lumière jusqu’en bas et en second jour, donc très affaibli, vers les pièces périphériques de chacun des deux niveaux16.

61La certitude que l’étage soit présent dans ce type d’architecture permet d’envisager la maison d’habitation de façon beaucoup plus précise. Selon la conception traditionnelle (un seul niveau et l’espace central considéré comme une cour), on n’aurait pour une superficie bâtie de 125/130 m2 que 53 m2 environ de surface utile, c’est-à-dire protégée des intempéries, alors que dans la solution avec étage limité aux pièces de la couronne et espace central couvert, on obtient une surface utile de l’ordre de 124 m2. Ainsi, avec une surface utile deux fois et demie supérieure, il est clair que l’utilisation ne sera pas la même que dans la solution habituellement admise d’une maison à un seul niveau et cour à ciel ouvert.

IV. L’incendie final

62Un incendie violent a détruit cette maison ; il a laissé ses marques sur les murs et dans la couche des décombres brûlés qui recouvraient le sol. Incendie accidentel ou incendie consécutif à une destruction de l’ensemble de la cité ? C’est une question sur laquelle il faudra revenir.

  • 17 Voir dans cette livraison l’article de B. Muller et I. Weygand, « Nouvelles données sur les “maquet (...)

63C’est en général lorsqu’il y a eu incendie que l’on trouve du matériel en assez grande quantité ; cette fois ce n’a pas été le cas. L’inventaire se compose d’une petite statuette acéphale de porteur de chevreau, une maquette architecturale sur plan circulaire dont certains fragments ont été retrouvés à l’intérieur de la Maison Rouge et d’autres à l’extérieur17, ainsi que de la céramique généralement cassée, mais assez variée dans ses formes d’après les témoignages restants. De là proviennent aussi trois tablettes – des comptes d’orge – dont malheureusement le contexte précis n’est plus connu. Mais du fait de leur présence, la qualité de la maison s’accroît, puisqu’elle était concernée manifestement par des questions de gestion administrative.

F. L’UNITÉ D’HABITATION DU QUARTIER À L’OUEST DU TEMPLE DU MASSIF ROUGE

64Cette unité, d’un très grand intérêt parce qu’elle met en œuvre un principe d’organisation totalement différent de celui bien connu (à partir d’un espace central), est étudiée dans l’article intitulé dans ce même numéro « Un centre administratif religieux dans l’espace urbain à Mari et à Khafadjé (fin D.A. et Agadé) », p. 239-271. Il convient de s’y reporter et de considérer que ce bâtiment est une formule possible d’habitat domestique, même si dans le cas présent la fonction domestique n’est pas la plus évidente.

65Le principe de base de ce type est dominé par l’absence d’espace central ; l’édifice au rez-de-chaussée prend air et lumière en s’ouvrant sur la périphérie : c’est la présence d’un étage couvrant la totalité de la superficie occupée et l’absence d’unités appuyées contre les différentes façades (donc un bâtiment isolé) qui induit ce type de plan.

Fig. 15 – La pièce 1 avec le départ d’escalier : détail

Fig. 16 – Façade de la Maison Rouge sur la rue

G. CONCLUSIONS

66Cet inventaire met l’accent sur une relative diversité des maisons d’habitation en milieu urbain et donc sur une aptitude des architectes à s’adapter à des situations variées.

67Le modèle le plus habituel est celui organisé à partir d’un espace central ; il est en général formé d’une couronne de pièces autour de cet espace central, mais des variantes sont possibles avec la suppression de l’une des ailes (Maison Rouge), de deux d’entre elles (la Petite maison), l’adjonction d’une rangée de pièces sur un des côtés (maison du Souk). Toutes les variantes sont donc possibles à partir du principe de base : le plus souvent il s’agit simplement d’une adaptation à l’espace disponible. On pourrait définir ce modèle comme type 1 avec d’éventuels sous-types.

68Le volume est défini par la présence d’un étage qui se développe autour de l’espace central comme le rez-de-chaussée, mais alors qu’ici il est un lieu de rencontre et de distribution des circulations, au niveau supérieur il est formé d’un vide inutilisable, sauf pour permettre à l’air et à la lumière de pénétrer dans les différentes pièces. L’absence systématique de moyens d’éliminer l’eau de pluie dans l’espace central implique une couverture pourvue de claires-voies. Le volume est donc en général celui d’un parallélépipède assez fortement cubique d’une dizaine de mètres de côté, peut-être un peu moins en hauteur, pourvu d’une porte au rez-de-chaussée, sans doute de fenêtres à l’étage lorsqu’une façade libre est utilisable, et d’une surélévation à l’emplacement de l’espace central pour assurer la prise de jour et la ventilation par les claires-voies. Totalement intégrée dans la trame urbaine, la maison est généralement entourée sur trois de ses côtés et seule la façade apparaît sur la rue.

69Ce type est manifestement l’exemple de base de l’habitat domestique et familial, sans qu’il soit possible de définir avec plus de précision le nombre de personnes qui y trouvaient place. Certains schémas ou aménagements se répètent de façon assez remarquable : la cuisine se trouve souvent en première position ou immédiatement à côté de l’entrée ; à côté de celle-ci se trouve la salle d’eau équipée d’un système d’évacuation des eaux usées ; enfin l’escalier, s’il ne se trouve pas dans la première pièce comme dans la Maison Rouge, est installé dans la partie de la maison proche de l’extérieur, de telle sorte que les visiteurs puissent se rendre directement vers l’étage sans avoir à passer par les zones de réserves qui sont placées dans les parties profondes et les moins éclairées de la maison D’une façon générale, au rez-de-chaussée se trouvent les réserves et les communs (cuisines et salle d’eau) ; à l’étage se trouvent les pièces à vivre et la salle de réception.

70En revanche, la maison aux Installations artisanales est manifestement d’une tout autre nature : l’espace central ne paraît pas y jouer le même rôle ; la diversité des pièces et des activités fait que cette unité dépasse manifestement le simple stade de l’habitation domestique. Il pourrait s’agir d’un type 2. Il semble que cette maison ait servi à des activités artisanales diverses et de centre administratif, peut-être dans le cadre d’une petite communauté. Un rapport avec le palais ou un temple ne s’impose pas si on en juge d’après la documentation retenue. Rien, si ce n’est l’épaisseur de certains murs, ne montre l’existence d’un étage et en tout état de cause le mode d’éclairage des différentes pièces ne se révèle pas nettement.

71Enfin, le type 3 est représenté par le centre administratif du temple du Massif Rouge. Quelle que soit sa fonction, ce modèle ne peut se développer que s’il est entouré d’espaces ouverts, sinon sur ses quatre côtés, du moins sur trois d’entre eux ; autrement dit, il ne peut être construit que dans un espace non entièrement bâti. Ce n’est donc pas un modèle pour trame serrée d’habitat puisqu’il exige un terrain libre, au minimum des rues, sur une bonne partie de son environnement.

72De fait lumière et ventilation lui viennent du pourtour ; il n’y a aucun espace central pour capter et conduire celles-ci en son centre et jusqu’à sa base : toute la superficie du rez-de-chaussée est utilisée comme dans les maisons à espace central, mais à la différence de celles-ci, l’étage est lui aussi entièrement occupé et il n’y a pas d’espace perdu. Les problèmes de circulation à l’étage sont donc très différents.

73Si ce type a besoin d’un environnement libre – ce qui ne se trouve pas toujours facilement en milieu urbain –, en revanche il autorise à l’étage, et ce à la différence des maisons à espace central, l’aménagement de grandes salles de réception. Son utilisation est donc autre et sa vocation n’est certainement pas la simple vie domestique, même si le rez-de-chaussée reste pour une grande part le domaine des réserves, de la cuisine et de la salle d’eau et l’étage la partie noble.

74Avec ses trois types, Mari n’innove pas : on les rencontre ailleurs dans l’univers mésopotamien du milieu du IIIe millénaire ; elle joue simplement habilement, selon les besoins des différentes possibilités.

Notes

1 Ne sont pas non plus prises en considération les maisons dont les plans ont été relevés à la surface du tell après des pluies mais qui, n’ayant fait l’objet d’aucune fouille, ne sont pas fixées dans le temps.

2 J.-C. Margueron, « La maison orientale », in K. R. Veenhof (éd.), Houses and Household in Ancient Mesopotamia, actes de la 40e Rencontre assyriologique internationale, Leiden 1993, Istanbul 1996, p. 17-38.

3 Proviendrait-elle d’une imprécision du relevé ? C’est la solution qui paraît la plus raisonnable.

4 Ce qui paraît un peu difficile à admettre du fait de l’observation faite alors de la présence des trois marches.

5 Ce type d’installation a été plusieurs fois retrouvé à Mari, en Ville I et surtout en Ville II, cf. ci-dessous la maison aux Installations artisanales.

6 Remarque fondée sur l’observation du rapport contraignant qui existe entre les pleins et les vides dans un édifice lors de sa destruction : la hauteur conservée est proportionnelle à l’importance des superstructures.

7 Cf. A. Parrot, Le temple d’Ishtar, MAM I, pl. XII-1 et-4.

8 Dans le secteur dégagé sous la salle du trône du palais de l’époque des dynasties amorites et dans le secteur de l’entrée.

9 Voir P. Delougaz, H. D. Hill., S. Lloyd, Private Houses and Graves in the Diyala Region, OIP LXXXVIII, et J. Margueron, Recherches sur les palais mésopotamiens de l’âge du bronze, p. 121-144 et plus particulièrement p. 137.

10 J. Bretschneider, M. Debruyne, G. Jans, M. Lahlouh, « Grabungstellen im Bereich der Hügelkuppe (Akropolis-Feld F) », in Subartu III, 1997, p. 117-134, fig. 17 et 18.

11 L’usage de deux modèles différents pour une telle installation au même endroit et à la même époque paraît fort peu crédible.

12 J.-C. Margueron, « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1980 », MARI 2, 1983, p. 9-35 et plus particulièrement p. 11 et pl. I-a et b-p. 30.

13 Voir ci-dessus p. 236.

14 Cf. l’édifice situé entre le Temple Ovale et le quartier emmuré, OIP LXXXVIII pl. 14 (cf. n. 9) ; E. Henrickson, « Non-religious Residential Settlement Patterning in the late Early Dynastic of the Diyala Region », Mesopotamia 16, 1981, p. 43-140, fig. 6, cf. dans cette livraison fig. 17 p. 264.

15 Cf. Margueron 1996, « La maison orientale » p. 24-32 (v. n. 2).

16 Une autre solution, qui tient compte de tous les paramètres, consiste à couvrir aussi l’espace central, mais au sommet du premier niveau alors que toutes les pièces du pourtour seraient surmontées d’un étage ; il y aurait dans ce cas une sorte de cour au niveau haut, percée au centre d’une petite ouverture amenant la lumière dans l’espace central inférieur ; de telles formules existent, en particulier dans l’architecture des ksour au Maroc dans la vallée du Dra et ne doivent donc pas être refusées a priori. Cette solution me paraît cependant moins raisonnable que celle proposée ici, car nous n’avons guère d’indice d’un tel arrangement et c’est seulement l’appel à l’ethnologie qui permet de l’évoquer. À noter toutefois qu’une telle solution pourrait s’accompagner d’un tannour installé dans cette « cour suspendue » dont on doit noter l’absence dans les ruines fouillées en 1954.

17 Voir dans cette livraison l’article de B. Muller et I. Weygand, « Nouvelles données sur les “maquettes” circulaires de Mari », notamment p. 145-155.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan de la Petite maison
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 2 – La maison du Souk : plan à gauche ; organisation schématique du rez-de-chaussée et de l’étage en haut et à droite ; restitution du volume en bas et à droite
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 3 – La maison du Souk : petite pièce no 3, donnant sur l’espace central (secteur dégagé en 1999)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 4 – La maison au piège (chantier F)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 5 – L’espace central de la maison au Piège
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 6 – La maison aux Installations artisanales (chantier B)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 7 – Partie centrale de la maison aux Installations artisanales
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 8 – Petit autel à degrés et barcasse sur banquette plâtrée de l’espace central de la maison aux Installations artisanales
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 9 – Poste d’évacuation des eaux d’une activité artisanale
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 10 – Le premier bassin bitumé, avec banquette sur deux côtés, de la maison aux Installations artisanales
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 11 – Le second bassin bitumé de la maison aux Installations artisanales avec, enfoncée au centre, une jarre destinée à récupérer un produit
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 12 – Toilettes à la turque en pierre et bitume
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 13a – La Maison Rouge : restitution du volume
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 13b – La Maison Rouge : plan
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 14 – Fouilles en cours dans la Maison Rouge : à gauche pièce 1 avec l’escalier, à droite l’espace central
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 15 – La pièce 1 avec le départ d’escalier : détail
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 16 – Façade de la Maison Rouge sur la rue
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4302/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 351k