Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 2

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Mari

La séquence stratigraphique du chantier B de Mari (IIIe millénaire) : une révision de la datation

Marc Lebeau

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 M. Lebeau, « Rapport préliminaire sur la séquence céramique du chantier B de Mari (IIIe millénaire) (...)

1En 1985 et 1987, j’ai publié une étude sur la séquence céramique du chantier B de Mari1. Cet examen, présenté en deux parties, était fondé sur la céramique et la stratigraphie d’une grande tranchée de plus de 500 m2, entamée en 1979 et terminée en 1984, établie sur la pente de la limite nord du site actuel de Mari.

2La séquence stratigraphique y était présentée en 18 couches, numérotées en ordre croissant de la surface préservée du site à la base des niveaux archéologiques, déterminée avec précision à la cote 171,62 m. En 1984, nous fûmes relativement chanceux car le sol d’occupation le plus ancien était établi sur une couche limoneuse vierge dont le sommet n’était distant que d’à peine 50 cm du niveau d’apparition de la nappe phréatique. Malgré la proximité de cette nappe, nous étions assurés d’atteindre, pour la première fois à Mari, ce qu’il est convenu d’appeler « le sol vierge » et par là de lever une partie du voile qui avait toujours recouvert les origines de la grande cité de l’Euphrate.

3Les 18 couches archéologiques reconnues et distinguées principalement en fonction de caractères architecturaux ou stratigraphiques (changement de plan, nature différente des dépôts archéologiques) concernent toutes le IIIe millénaire, l’érosion nous ayant privé de tout niveau plus récent.

4Avec le recul d’une quinzaine d’années qui nous sépare de l’époque de la rédaction de ces articles, les débuts de l’occupation du site et le niveau sommital me paraissent avoir été estimés correctement (couche 18 : début du Dynastique archaïque I, couche 1 : époque d’Ur III). Il me semble en revanche qu’il faille à présent revoir sensiblement l’estimation chronologique relative des diverses couches identifiées.

5Il est vrai qu’en 1985, nous ne disposions pas des multiples points de comparaison que nous a offerts depuis l’archéologie syrienne, tant sur l’Euphrate qu’en Jezireh. Les campagnes internationales de sauvetage dans la région de Tishrin, sur le moyen Euphrate syrien, autour de Hassake, sur le Khabour, la poursuite des fouilles de Tell Mozan, Tell Brak, Tell Khuera, Tell Leilan, les premiers travaux à Tell Beydar, Tell Arbit, les prospections intensives ou extensives en Jezireh syrienne, sans oublier les nombreuses fouilles liées au projet de sauvegarde des sites de la région d’Eski Mossul en Iraq, ont permis à l’archéologie orientale de réaliser d’énormes progrès en Haute Mésopotamie, en particulier en ce qui concerne le Bronze Ancien.

TRAVAUX DU SYRIAN JEZIRAH FIELD WORKSHOP

  • 2 M. Lebeau, avec la collaboration d’A. Pruss, de M. Roaf et d’E. Rova, « Stratified Archaeological E (...)

6Lors d’un récent colloque de terrain, le Syrian Jezirah Field Workshop, tenu à Tell Beydar en mai 1998, les archéologues, historiens et épigraphistes présents à cette réunion, entre autres thèmes de discussion, se sont attachés à proposer une synthèse chronologique de la Jezireh syrienne pour le IIIe millénaire. Une terminologie nouvelle fut adoptée, fondée sur une division de la séquence chronologique du Bronze Ancien en différentes phases basées sur le terme Early Jezirah. Un tableau chronologique ainsi qu’une table de correspondance des principaux types céramiques, présentés à cette occasion, furent commentés, amendés, modifiés sur certains points. Quelques participants du Workshop ont poursuivi l’analyse en développant ces tableaux. Ils en ont ajouté d’autres au terme d’un réexamen approfondi de la céramique de la région et d’une synchronisation des phases d’occupation présentes sur les sites clés. Ils ont enfin présenté un texte d’accompagnement2.

7Si Mari ne figure pas à proprement parler dans les limites géographiques assignées à la contribution évoquée au paragraphe précédent, il est certain qu’elle n’en est guère éloignée. En particulier, la céramique de la première moitié du IIIe millénaire à Mari est comparable en de nombreux points à celle de Haute Jezireh, et nous pouvons noter non seulement de nombreux points de comparaison concernant l’apparence morphologique de la céramique commune ou de cuisson et la présence de certains types particuliers, mais également des importations de céramiques de table bien spécifiques.

8En rapport avec les travaux du Workshop et sans entrer dans trop de détails, notre but n’étant pas de republier la séquence de Mari mais d’en pondérer la chronologie relative, il me semble qu’il faille mettre l’accent sur les points suivants, définissant des types céramiques également présents en Jezireh syrienne. On ne reviendra donc pas ici sur les parallèles déjà établis avec la Mésopotamie du sud (Cut Ware) ou avec la vallée de la Diyala (Scarlet Ware) :

    • 3 MARI 5, p. 433, pl. III : 9.

    une bouteille miniature à tenons perforés (Small jar with four pierced lugs) a été identifiée au chantier B de Mari dans la couche 143 ;

    • 4 MARI 5, p. 437, pl. V : 8-9 ; p. 437, pl. II, 28-31 ; MARI 4, p. 123, pl. XXVIII : 7 ; pl. XXVII : (...)
    • 5 MARI 5, p. 433, pl. III : 25 ; p. 428, pl. I : 7 ; p. 122, pl. XXVII : 30.

    des fragments de bols à lèvre triangulaire biseautée (Bowl with bevelled triangular rim) proviennent des couches 15, 14, 12+ et 124. Des lèvres de jarres ou de bouteilles à lèvre triangulaire biseautée (Jar and bottle with bevelled triangular rim) ont été retrouvées dans les couches 14, 13 et 125 ;

    • 6 MARI 4, p. 116, pl. XXI : 21.

    un exemplaire de couvercle plat à anse horizontale (Flat circular lid with horizontal handle) figure à l’inventaire de la couche 96 ;

    • 7 MARI 5, p. 433, pl. III : 19-21 ; MARI 4, p. 122, pl. XXVII : 27 ; p. 121, pl. XXVI : 5 ; p. 119, p (...)

    des tessons de jarres dont la lèvre présente une face interne concave (Jar with concave inner face of the rim) proviennent des couches 14, 12, 11, 10 et 97 ;

    • 8 MARI 5, p. 435, pl. IV : 15-16.
    • 9 MARI 4, p. 123, pl. XXVIII : 12. La mention + indique un sol d’occupation.
    • 10 MARI 4, p. 122, pl. XXVII : 10.

    la céramique Ninive 5 incisée (Incised Ninevite 5) est attestée dans les couches 148, 12+9 et 1210 ;

    • 11 MARI 4, p. 119, pl. XXIV : 23.

    la céramique Ninive 5 excisée (Excised Ninevite 5) est présente dans la couche 1011 ;

    • 12 MARI 5, p. 441, pl. VII : 15, 16 ; p. 439, pl. VI : 5 ; p. 437, pl. V : 14-15 ; p. 435, pl. IV : 8- (...)
    • 13 MARI 5, p. 428, pl. I : 8.

    les récipients de cuisson sans encolure (Hole-mouth cooking vessel) sont attestés dans les couches 18, 17, 15, 14, 13, 12, 9+, 9 et 812. L’un de ces récipients, présentant une anse arquée (Hole-mouth cooking vessel with crescent lugs), est reporté dans la couche 1313 ;

    • 14 MARI 4, p. 122, pl. XXVII : 29 ; p. 116, pl. XXI : 6, p. 111, pl. XVI : 1 et 3.

    un fragment de bouteille et un godet à base pointue en céramique de l’Euphrate à bandes horizontales rouges (Euphrates red-banded ware) proviennent respectivement des couches 12 et 9. Le premier de ces fragments est peut-être intrusif. Deux bouteilles complètes de la même fabrique constituent une partie de l’inventaire céramique des tombes III Z 19 NO T-1 et III Z 19 NO T-2, toutes deux associées à la couche 614 ;

    • 15 MARI 4, p. 124, pl. XXIX : 5-6.
    • 16 MARI 4, p. 119, pl. XXIV : 25.
    • 17 MARI 4, p. 120, pl. XXV : 37 ; p. 118, pl. XXIII : 31-32 ; p. 117, pl. XXII : 14 ; p. 115, pl. XX : (...)

    de petites bouteilles globulaires à goulot (Small globular spouted bottle) forment une partie de l’inventaire des tombes III Z 21 SE T-1 (prise dans l’épaisseur de la couche 12)15 et III Z 20 NO T-1 (associée à la couche 10)16. Des bols à goulot apparaissent dans les couches 11, 10, 9 +, 9 et 317 ;

    • 18 MARI 4, p. 105, pl. X : 4.

    un fragment de céramique de cuisson à tenon triangulaire accolé à la lèvre (Cooking pot with triangular lugs) a été récolté dans l’épaisseur de la couche 4+18 ;

    • 19 MARI 4, p. 98, pl. III : 15.

    une bouteille globulaire à tenons de suspension (Globular bottle with suspension lugs) a été retrouvée dans la couche 319.

  • 20 M. Lebeau, avec la collaboration d’A. Pruss, de M. Roaf et d’E. Rova, op. cit., n. 2, tableau V.

9Ces différents types et fabriques céramiques se retrouvent également en Jezireh syrienne (vallées du Balikh et du Khabour, dans ses cours moyen et supérieur). Les auteurs issus du groupe constitué à l’occasion du Syrian Jezirah Field Workshop en ont évalué la durée de vie suivante20 :

  • bouteille miniature à tenons perforés (Small jar with four pierced lugs) : Early Jezirah 0 ;

  • bol, bouteille et jarre à lèvre triangulaire biseautée (Bowl, bottle and jar with bevelled triangular rim) : Early Jezirah I, première moitié de l’Early Jezirah II ;

  • couvercle plat à anse horizontale (Flat circular lid with horizontal handle) : Early Jezirah I, Early Jezirah II ;

  • jarre à lèvre à face interne concave (Jar with concave inner face of the rim) : Early Jezirah II, première moitié de l’Early Jezirah IIIa ;

  • céramique Ninive 5 incisée (Incised Ninevite 5) : Early Jezirah I, Early Jezirah II, début de l’Early Jezirah IIIa ;

  • céramique Ninive 5 excisée (Excised Ninevite 5) : Early Jezirah II, début de l’Early Jezirah IIIa ;

  • récipient de cuisson sans encolure (Hole-mouth cooking vessel) : Early Jezirah 0, Early Jezirah I, Early Jezirah II, début de l’Early Jezirah IIIa ;

  • récipient de cuisson sans encolure à anse arquée (Hole-mouth cooking vessel with crescent lugs) : Early Jezirah 0, Early Jezirah I ;

  • céramique de l’Euphrate à bandes horizontales rouges (Euphrates red-banded ware) : Early Jezirah IIIa ;

  • petite bouteille globulaire à goulot (Small globular spouted bottle) : Early Jezirah IIIa ;

  • céramique de cuisson à tenon triangulaire accolé à la lèvre (Cooking pot with triangular lugs) : Early Jezirah IIIa, Early Jezirah IIIb, début de l’Early Jezirah IV ;

  • bouteille globulaire à tenons de suspension (Globular bottle with suspension lugs) : Early Jezirah IIIa, Early Jezirah IIIb.

MODIFICATIONS DE LA DATATION DE LA SÉQUENCE

10En fonction de ces nouveaux points d’ancrage dans la chronologie de la Syrie du Nord au Bronze Ancien, il nous paraît nécessaire de revoir de la manière suivante les datations proposées dans les premières publications sur la séquence céramique du chantier B de Mari.

11Les modifications font apparaître les points suivants :

  • Le début et la fin de la séquence restent inchangés : respectivement le début de l’Early Jezirah I pour la couche 18 et la fin de l’Early Jezirah V (correspondant à l’époque d’Ur III) pour la couche 1.

  • Le nombre de couches associées au Dynastique archaïque I est excessif dans les précédentes publications.

  • Les couches datées précédemment du Dynastique archaïque II sont désormais à dater de l’Early Jezirah IIIa.

  • Les couches 5 à 3 sont à attribuer chronologiquement à l’Early Jezirah IIIb.

Couche(s)

MARI 4 - MARI 5

Nouvelle proposition

18 - 13

DA I

EJ I

12 - 10

DA I

EJ II

9

DA I - II

EJ II - IIIa

8 - 7

DA II

EJ IIIa

6

DA III

EJ IIIa

5 - 3

DA III

EJ IIIb

2

BA IVa - Akkad

EJ IV

1

BA IVb - Ur III

EJ V

Tableau 1 – Propositions de datation de la séquence stratigraphique du chantier B de Mari

CHRONOLOGIE ABSOLUE

12Lors de la rédaction des deux articles concernant la séquence du chantier B, nous ne disposions pas encore des résultats de l’analyse par thermoluminescence de deux échantillons céramiques provenant de la base de la couche 18, soit de la base des niveaux archéologiques attestés au chantier B, et d’un tesson provenant de la couche C3+ (couche de destruction recouvrant le sol de la pièce I). Ces datations ont été réalisées par Jacques Tripier (institut de recherches subatomiques, université Louis-Pasteur, Strasbourg).

C3+

4155 ± 241 BP

2171 BC

C18

4800 ± 220 BP

2816 BC

C18

4850 ± 150 BP

2865 BC

Tableau 2 – Analyse par thermoluminescence de trois fragments céramiques provenant du chantier B

  • 21 M. Lebeau, avec la collaboration d’A. Pruss, de M. Roaf et d’E. Rova, op. cit., n. 2, tableaux II, (...)

13Si la moyenne pondérée BC de la première datation (couche C3+) nous semble trop basse d’environ un siècle et demi, les résultats de l’analyse des deux tessons de la couche 18 nous paraissent en pleine harmonie avec les résultats préliminaires proposés dans l’étude consacrée à la chronologie de la Jezireh syrienne citée plus haut. Les auteurs de cette étude y proposent en effet de dater les débuts de l’Early Jezirah I de l’intervalle chronologique 2900-2800 av. J.-C.21.

CONCLUSION

14La séquence stratigraphique du chantier B de Mari s’est révélée très cohérente et ne semble pas avoir été interrompue de manière significative. Si les couches sommitales (1 et 2) se sont avérées fort perturbées par des tombes contemporaines et plus récentes, le reste de la séquence (couches 3 à 18) a démontré une remarquable continuité d’occupation.

15Il est à noter que les couches les plus anciennes (18 à 13) ne sont guère épaisses, comparées aux niveaux archéologiques plus récents. La totalité de la documentation céramique des niveaux les plus anciens (couches 18 à 14) a été publiée dans les contributions de MARI 4 et de MARI 5. La couche 10 a livré un inventaire céramique considérable dont une partie seulement a été présentée dans les deux études précédentes.

16Les travaux archéologiques en Syrie depuis 1985 ont considérablement accru la documentation comparative. Ces données nouvelles justifient le réexamen systématique des publications antérieures. La datation de la séquence stratigraphique du chantier B de Mari ne pouvait échapper à la règle et devait être réévaluée. Au tableau 3, sont reprises en synthèse les principales conclusions de la présente contribution.

1er juin 1999

Annexes

Tableau 3 – Périodisations comparées de la Basse Mésopotamie, de la Jezireh syrienne et séquence stratigraphique du chantier B de Mari

Notes

1 M. Lebeau, « Rapport préliminaire sur la séquence céramique du chantier B de Mari (IIIe millénaire) », MARI 4, 1985, p. 93-126 et M. Lebeau, « Rapport préliminaire sur la céramique des premiers niveaux de Mari (Chantier B - 1984) », MARI 5, 1987, p. 415-442.

2 M. Lebeau, avec la collaboration d’A. Pruss, de M. Roaf et d’E. Rova, « Stratified Archaeological Evidence and Compared Periodizations in the Syrian Jezirah during the Third Millennium BC », in C. Marro et H. Hauptmann (éd.), Chronologies des pays du Caucase et de l’Euphrate aux IVe-IIIe millénaires, actes du colloque international organisé par l’IFEA en collaboration avec l’université d’Istanbul, le DAI et le BIAA, Varia Anatolica XI, Istanbul, 2000, p. 167-192.

3 MARI 5, p. 433, pl. III : 9.

4 MARI 5, p. 437, pl. V : 8-9 ; p. 437, pl. II, 28-31 ; MARI 4, p. 123, pl. XXVIII : 7 ; pl. XXVII : 21.

5 MARI 5, p. 433, pl. III : 25 ; p. 428, pl. I : 7 ; p. 122, pl. XXVII : 30.

6 MARI 4, p. 116, pl. XXI : 21.

7 MARI 5, p. 433, pl. III : 19-21 ; MARI 4, p. 122, pl. XXVII : 27 ; p. 121, pl. XXVI : 5 ; p. 119, pl. XXIV : 13-15, p. 116, pl. XXI : 12.

8 MARI 5, p. 435, pl. IV : 15-16.

9 MARI 4, p. 123, pl. XXVIII : 12. La mention + indique un sol d’occupation.

10 MARI 4, p. 122, pl. XXVII : 10.

11 MARI 4, p. 119, pl. XXIV : 23.

12 MARI 5, p. 441, pl. VII : 15, 16 ; p. 439, pl. VI : 5 ; p. 437, pl. V : 14-15 ; p. 435, pl. IV : 8-12 ; p. 428, pl. I : 8 ; MARI 4, p. 122, pl. XXVII : 32-33 ; p. 117, pl. XXII : 21-23 ; p. 116, pl. XXI : 2-3 ; p. 114, pl. XIX : 8.

13 MARI 5, p. 428, pl. I : 8.

14 MARI 4, p. 122, pl. XXVII : 29 ; p. 116, pl. XXI : 6, p. 111, pl. XVI : 1 et 3.

15 MARI 4, p. 124, pl. XXIX : 5-6.

16 MARI 4, p. 119, pl. XXIV : 25.

17 MARI 4, p. 120, pl. XXV : 37 ; p. 118, pl. XXIII : 31-32 ; p. 117, pl. XXII : 14 ; p. 115, pl. XX : 30, p. 98, pl. III : 16.

18 MARI 4, p. 105, pl. X : 4.

19 MARI 4, p. 98, pl. III : 15.

20 M. Lebeau, avec la collaboration d’A. Pruss, de M. Roaf et d’E. Rova, op. cit., n. 2, tableau V.

21 M. Lebeau, avec la collaboration d’A. Pruss, de M. Roaf et d’E. Rova, op. cit., n. 2, tableaux II, III et IV.

Table des illustrations

Légende Tableau 3 – Périodisations comparées de la Basse Mésopotamie, de la Jezireh syrienne et séquence stratigraphique du chantier B de Mari
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

Auteur

Centre européen de recherches sur la Haute Mésopotamie, Bruxelles (lebeau@chello.be)