Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 2

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Mari

Tell Medkouk et Mari

Pascal Butterlin

Texte intégral

1La silhouette du tell Medkouk est familière à quiconque a visité le site de Mari. Situé à l’ouest du site et de la route, il constitue un mamelon haut de vingt-cinq mètres au-dessus de la vallée. Ce site parfaitement circulaire, qui n’a jamais été fouillé, pose des problèmes d’interprétation et de datation : il ne présente pas de céramiques en surface et on en a fait les vestiges d’une forteresse ou un mausolée.

2On ne va pas naturellement résoudre ce problème ici, mais verser simplement au dossier une observation faite au cours de la campagne de 1997, sur le site de Mari. On a pu constater qu’au soir de l’équinoxe de septembre, le soleil se couchait exactement au-dessus du tell Medkouk, pour un observateur situé au sommet de la Haute Terrasse de Mari. Le sommet de ce tell et la haute terrasse, distants de 1 500 mètres, sont effectivement alignés sur un axe est-ouest (fig. 1).

3Cet alignement ne saurait être le fruit du hasard et indique qu’il existe un lien organique entre la ville de Mari et les installations enfouies dans le tell Medkouk. Sa localisation ne paraît pas avoir de lien avec la forme circulaire de la ville. Le lien avec la ou les terrasses de Mari incite en revanche à chercher une explication religieuse, plus précisément en rapport avec les célébrations accompagnant les équinoxes.

4Avons-nous là un sanctuaire hors les murs, utilisé lors de festivités de l’Akitu ? Il est possible que le tell Medkouk renferme les restes d’une autre haute terrasse, destination d’une procession rituelle à l’occasion des fêtes de l’équinoxe.

5Notre hypothèse se heurte à deux difficultés. D’une part, nous n’avons pour l’heure aucune attestation de ce genre de célébrations dans les archives de Mari. D’autre part, rien ne semble indiquer dans les sources du IIIe millénaire que ce genre de sanctuaires aient été localisés en fonction d’une orientation spécifique.

  • 1 M. E. Cohen, The Cultic Calendars of the Ancient Near East, CDL Press, 1993.

6La datation de cet ensemble est fonction de celle de la Haute Terrasse, construite sous les Shakkanakku. L’absence d’informations textuelles sur des célébrations de l’Akitu, à Mari, au moins sous cette dynastie, est peut-être le fait de notre profonde méconnaissance d’une période qui fut, on le sait, marquée par de très importants travaux. Il faut rappeler d’ailleurs que Mari sous les Shakkanakku entretint de très étroites relations avec Ur. On sait l’importance que revêtaient les cérémonies de l’Akitu à Ur, notamment sous les souverains de la IIIe dynastie1.

Fig. 1 – Mari, situation des chantiers et du site de Medkouk

Notes

1 M. E. Cohen, The Cultic Calendars of the Ancient Near East, CDL Press, 1993.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Mari, situation des chantiers et du site de Medkouk
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

Auteur

Université de Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines (pbutterlin@noos.fr)