Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 2

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Mari

Restauration de la « maquette C » (terre cuite), Mari, IIIe millénaire

Musée national de Damas, novembre 1999

Christine Pariselle

Texte intégral

1La restauration de la « maquette C » a été réalisée en vingt-cinq jours – du 2 au 29 novembre 1999 – dans un atelier du musée national de Damas. Je tiens en premier lieu à remercier le professeur docteur Sultan Muhesen, pour les très bonnes conditions qui m’ont été offertes. En effet, l’aide constante apportée par le personnel administratif et technique du musée a permis la concrétisation du projet dans le délai imparti. La restauration de la maquette est le fruit d’un travail en commun : la longue expérience de Hayssam Khair a permis de surmonter les difficultés techniques les plus ardues, les compétences de Mohamed Fares, de Fayez Sewed et de Omar Henawi ont été d’un grand secours, ainsi que celles de Wouroud Ibrahem, d’Arwa Chiha et de Mayada al Saade.

  • 1 Provenance : chantier F, III E 1 NO-84. Numéro d’inventaire : TH 95.87. Lieu de conservation après (...)
  • 2 Se reporter à l’article : « Nouvelles données sur les “maquettes” circulaires de Mari », p. 129-160

2La maquette C a été découverte à Mari pendant la campagne de fouille de 1995, sous le sol d’une maison du quartier d’habitation situé entre le temple d’Ishtar et le palais royal1. Elle est datée, d’après la stratigraphie et le matériel associé, de l’époque Dynastique Archaïque III ou du début de la période d’Akkad. Dans la présente publication, Béatrice Muller et Isabelle Weygand en offrent une étude approfondie tant pour son contexte de découverte que pour ses qualités propres2.

  • 3 Cette étude a été effectuée dans un premier temps à partir de l’examen de la maquette au moment de (...)

3Le texte suivant s’attache à retracer le déroulement de l’intervention de restauration dont le protocole a pu être défini à partir de l’étude de l’état matériel de la maquette, de sa découverte à son dépôt au musée national de Damas, et du diagnostic des altérations observées3. Ce travail théorique, allié à celui de la reconstruction de la terre cuite, a conduit à proposer des hypothèses sur les techniques choisies pour la fabrication de l’objet.

A. STRUCTURE DE LA MAQUETTE

  • 4 Les dimensions précisées dans le texte ont été prises après restauration de la maquette.
  • 5 B. Muller, « Le Proche-Orient », in Maquettes architecturales antiques, réelles ou symboliques, Dos (...)

4La maquette C, comme les trois autres maquettes exhumées sur le site de Mari, présente un plan circulaire à cloisonnement intérieur (ø 52,5-54 cm)4. Son organisation interne offre toutefois des variations par rapport aux trois autres modèles5. Cinq grands compartiments, de forme trapézoïdale, se répartissent autour d’une cellule centrale approximativement carrée (23 x 24 x 22 x 23,5 cm). Les passages s’organisent à partir d’une porte principale aménagée dans l’enceinte extérieure : quatre ouvertures à linteau relient l’espace central à quatre compartiments indépendants les uns des autres, tandis qu’une sixième ouverture permet au premier compartiment de communiquer avec celui le jouxtant à droite. Dans le premier compartiment, à gauche de la porte principale, une hotte de cheminée a été aménagée contre la paroi rayonnante. Quatre tenons horizontaux ont été rapportés aux angles supérieurs de la cellule centrale.

5Dans le cadre de ce travail, afin de faciliter la description des différentes opérations, chaque compartiment a été désigné par la lettre C suivie d’un chiffre de 1 à 6, les parois rayonnantes par la lettre R suivie d’un chiffre de 1 à 5. La cheminée formée à partir de la cloison séparant le compartiment C1 du compartiment C5 est indiquée par R1. Les passages ou portes sont représentés par la lettre p suivie des chiffres 1 à 6 à partir de la porte principale p1 (fig. 1).

Fig. 1 – Réalisé à partir d’un dessin d’Anne Horrenberger : structure de la maquette C. Les dimensions indiquées sur le plan ont été prises après restauration et sont indiquées en centimètres

B. CONSTATS D’ÉTAT DE LA MAQUETTE, DE SA DÉCOUVERTE À L’OUVERTURE DE LA CAISSE AU MUSÉE NATIONAL DE DAMAS

I. État 1 : la maquette in situ (1995)

  • 6 Se reporter à l’article de B. Muller et I. Weygand dans la présente publication.
  • 7 Ibid.

6La maquette a été trouvée complète sous le sol d’une maison, « posée à peu près à plat dans la terre »6. Elle était accompagnée de trente-quatre vases et d’ossements animaux. Six vases miniatures étaient placés dans le compartiment C3, les autres récipients étaient répartis au nord et à l’extérieur de maquette, à la périphérie du compartiment C57. Au moment de la découverte, la structure de la maquette est intègre.

  • 8 Ibid.

7Sur les photographies prises in situ8, nous pouvons toutefois observer que la paroi R1 à sa liaison avec l’enceinte extérieure semblait fracturée et que le cône constituant la cheminée était fragmenté. L’amorce d’une cassure était également inscrite dans la paroi extérieure du compartiment C5 à proximité de la cheminée.

8De même, la paroi R2 était disjointe de la paroi externe.

9La paroi externe au niveau du compartiment C3 semblait déplacée. Sa jonction avec la paroi R3 paraissait également affaiblie.

10À proximité du rayon R5, la paroi extérieure du compartiment C6 était fracturée.

  • 9 Altération observée également par Béatrice Muller après prélèvement de la maquette. La base des mon (...)

11La paroi de l’enceinte extérieure au niveau des compartiments C3 et C4 était altérée (desquamation de la pâte, perte locale de l’enduit)9.

12Les parois de la cellule centrale semblaient, elles, intactes.

II. État 2 : la maquette exhumée (1995)

  • 10 Cf. fig. 6, 7, 11 de l’article de B. Muller et I. Weygand dans la présente livraison. Sources des i (...)

13Sur le terrain, le prélèvement de la maquette a été effectué avec le plus grand soin. Des bandes plâtrées posées sur des bandes en plastique afin de les isoler de la terre cuite, ont permis de conserver la cohésion de la structure pendant cette intervention. La maquette a ensuite été dissociée du socle de terre aménagé par les fouilleurs par sciage horizontal, en conservant une semelle de terre épaisse de vingt centimètres. Sur les prises de vues effectuées au terme du prélèvement, d’un premier nettoyage et de l’enlèvement des bandes, un plus grand nombre de fractures était observable10.

  • Compartiment C1 : fracture du montant supérieur de la porte principale p1.

  • Compartiment C2 (cellule centrale) : fractures des parois au-dessus des portes p3, p4, p5.

  • Compartiment C3 : deux nouvelles fractures verticales.

  • Compartiment C4 : ruptures au niveau de la jonction avec le sol et des liaisons avec les rayons R3 et R4, fracture verticale.

  • Compartiment C5 : ouverture de la fissure inscrite dans la paroi extérieure à proximité de la cheminée.

  • Compartiment C6 : fracture verticale.

14Pour le conditionnement en caisse, la paroi externe de la maquette et les parties supérieures des cloisons du compartiment C2 ont été à nouveau maintenues par des bandes de plâtre tandis qu’un support en carton fort a été glissé sous le fond de la structure. Des cales de carton ont été placées sous les parties tendant à s’affaisser. Enfin, la maquette sur son support a été posée dans une caisse de bois de forme carrée fabriquée à sa dimension et s’ouvrant par un couvercle sur sa partie supérieure. Les petits fragments ont été prélevés et conservés dans des boîtes indiquant leur position. La maquette a été entourée et emplie de morceaux de mousse et d’éléments de polystyrène de plusieurs types. Ce conditionnement a permis la préservation de l’ordonnance de sa structure pendant son transport et sa période de conservation dans les réserves du musée national de Damas.

III. État 3 : à l’ouverture de la caisse (novembre 1999)

15Une fois les morceaux de mousse et les éléments de polystyrène enlevés, la caisse a été ouverte sur un de ses côtés afin de pouvoir en extraire sans contrainte la maquette et son support.

16L’état de conservation de la maquette s’est avéré extrêmement mauvais. Outre les fractures repérées sur le site, d’autres bris étaient survenus, notamment au niveau des jonctions entre le compartiment central C2 et les rayons R4 et R5. La paroi interne de la cheminée (R1) était brisée.

17La base de la paroi formant l’angle des compartiments C2/C3-C4 était fracturée et lacunaire (altération de la pâte). La paroi extérieure de l’édifice dont les fractures s’étaient ouvertes n’était retenue que par la seule présence de la bande plâtrée (fig. 2).

Fig. 2 – Vue de la maquette après ouverture de la caisse et enlèvement des morceaux de mousse et des éléments de polystyrène. La bande plâtrée assure le maintien de l’enceinte extérieure

  • 11 Sur le site, au regard du très mauvais état de conservation du sol de la maquette, les archéologues (...)

18Un examen plus approfondi a mis en évidence que les sols de l’ensemble des compartiments étaient craquelés et que les fissures comblées par des sédiments étaient anciennes. Les tessons des sols des compartiments C1, C4, C6 étaient désolidarisés les uns des autres et laissaient entrevoir une semelle de terre11. La rupture de la base des parois de la cellule centrale d’avec le sol tendait à entraîner l’éclatement de la structure. Enfin, la semelle de terre se délitait et ne pouvait plus assurer sa fonction de soutien (fig. 3).

C. DIAGNOSTIC : SYNTHÈSE ET CAUSE DES ALTÉRATIONS

I. État – 1 (défauts de fabrication)

  • Manque de cohésion de la pâte : préparation du matériau peu soignée, température de cuisson mal contrôlée ;

  • Fissures, fentes intervenues en cours de cuisson dans les zones d’assemblage ;

  • Craquelures anciennes inscrites dans les sols liées à une mauvaise préparation de la pâte et/ou aux conditions de cuisson (température, position de la maquette dans le four) ;

  • Déformation de l’enceinte extérieure (paroi localement évasée, forme circulaire aplatie ou déportée), déformation des sols (bombé dans la cellule centrale, non plans dans les compartiments) : mise en forme défectueuse, structure déséquilibrée.

Fig. 3 – Compartiment C1, vue du sol fragmenté et de la semelle de terre sous-jacente

II. État 1

  • Fractures anciennes : conception de la structure imparfaite, problèmes de répartition des forces (solidité/épaisseur du sol). Conditions de conservation dans le sol ;

  • Desquamation de la pâte : action de l’eau et des sels solubles, contamination par le sol d’enfouissement.

III. État 2

  • Fractures récentes à partir de fissures anciennes : à l’air libre au moment de l’exhumation, retrait de l’eau contenue dans la porosité ouverte de la pâte ;

  • Accroissement des desquamations : cristallisation des sels solubles au cours de l’évaporation de l’eau qui les véhiculait dans le sol d’enfouissement.

IV. État 3

  • Fractures récentes engendrées par la destruction du sol qui servait de soutien aux parois de la maquette ;

  • Désolidarisation des tessons des sols entre eux à partir de fissures anciennes, clivage entre les tessons des sols et la semelle de terre : modifications des conditions de conservation, chocs même très légers intervenus pendant le transport.

V. Conclusion

  • 12 Jean-Claude Margueron, communication personnelle.

19Le bris de la structure de la maquette ne semblait pas avoir été intentionnel, ni même l’écrasement de la cheminée et celui des vases trouvés dans son alignement. La plupart des fractures étaient situées en des points de jonction des parois. Ces points relativement faibles de la structure pouvaient avoir cédé par le seul poids des masses de terre qui recouvraient la maquette, « protégée » par un sol épais seulement de 5 cm et appartenant en outre, à un contexte architectural perturbé et arasé12.

20Si le nombre important de fractures laissait présager un remontage difficile, l’état du matériau était très préoccupant. L’état des parois dans les parties supérieures était généralement bon, en revanche les parties basses de la structure présentaient un degré de cohésion très faible. Ce faible degré de cohésion était probablement lié à l’action de sels solubles dans le sol d’enfouissement mais aussi à la mauvaise qualité de la pâte et de sa cuisson au niveau du fond de la maquette (conditions de cuisson différentes selon la position de la maquette dans le four).

21Trois facteurs essentiels semblaient à l’origine de la destruction de la maquette :

  • la qualité moindre de la pâte au niveau de ses parties basses ou son altération au cours du temps ;

  • alliée à son manque de solidité, la faible épaisseur du fond par rapport au poids de l’architecture (épaisseur du fond : ± 2,2 cm/épaisseur des parois à la base des murs : 3,5 cm) ;

    • 13 Pour des diamètres équivalents, les modeleurs des maquettes A, B et D ont utilisé un plan orthogona (...)

    la faiblesse de la conception architecturale13.

D. LA RESTAURATION DE LA MAQUETTE

22À partir de la sériation des altérations, nous avons pu établir une stratégie pour le déroulement de l’intervention de restauration. Au regard du très mauvais état du matériau et de la fragmentation de la maquette en plus d’une centaine de tessons, il fallait en effet pouvoir anticiper les contraintes physiques et techniques que nous rencontrerions lors du remontage de la structure.

23Du point de vue de l’architecture de la maquette, les points faibles étaient :

  • la faiblesse du fond par rapport aux plans verticaux, ou l’impossibilité de ce fond à assurer sa fonction de support d’où fissuration et déformation dès l’étape de fabrication ;

    • 14 Cf. B. Muller, Les « maquettes architecturales » du Proche-Orient ancien, p. 402-403.

    la faiblesse de la conception du plan interne ou du squelette (absence de symétrie entraînant des répartitions de charges inégales, cloisonnement insuffisant d’où la déformation de l’enceinte extérieure au niveau des compartiments C3 et C5 avant ou pendant la cuisson)14.

24Le point fort de l’architecture résidait dans la conception et la réalisation de la cellule centrale, point d’ancrage de la structure rayonnante (forme relativement régulière et symétrique, parois plus élevées que les autres, technique de fabrication adaptée). Du reste, les parois du compartiment central étaient relativement bien conservées.

25Pour assurer une reconstruction cohérente et solide sur le long terme, il a semblé par conséquent essentiel de débuter le remontage par le cœur de la maquette et de corriger la faiblesse du fond de la structure.

26Le choix des produits à utiliser pour la restauration était également très important. Il fallait, en effet, compenser la vulnérabilité de la terre cuite altérée mais aussi les faiblesses de conception et de réalisation de l’objet. D’autres paramètres comme les contraintes techniques, l’éventail limité des produits disponibles mais aussi le temps bref imparti pour ce travail étaient à prendre en compte dans ce choix.

27Sur la figure 4, la progression du remontage de la maquette est présentée visuellement, nous en donnons ici une synthèse.

I. Plan de remontage de la maquette

28Avant le remontage proprement dit, la structure de la maquette a été entièrement désarticulée. Chaque fragment a reçu un numéro se référant à la dénomination de chaque compartiment et rayon. Les tranches de chacun des fragments extrêmement pulvérulentes pour certaines d’entre elles ont été consolidées, les fentes de cuisson et les fissures ont reçu le même traitement.

1. Étape A. Restauration du fond du compartiment central C2 (sol et semelle de terre)

29Les fragments du sol du compartiment central C2 ont été assemblés. Ce puzzle a été doublé d’un morceau de gaze afin de pouvoir adapter la forme concave du sol le plus précisément possible à la semelle de terre qui adhérait originellement à la terre cuite (fig. 5).

Fig. 4 – Plan de remontage de la maquette.
A. Restauration du fond du compartiment central C2 (sol et semelle de terre).
B. Remontage du compartiment C2.
C. Assemblage du fond du compartiment central C2 avec les parois.
D. Remontage des compartiments rayonnants.
E. Restauration de la semelle de terre et assemblage des tessons restants

Fig. 5 – Restauration du fond du compartiment central C2.
Pose d’un morceau de gaze sur la surface externe du sol,
afin de consolider l’assemblage des fragments,
avant son collage avec la semelle de terre (étape A)

2. Étape B. Remontage du compartiment C2

30Les parois de la cellule centrale, fracturées au-dessus des portes, ont ensuite été recollées. Le rayon R1 (paroi extérieure de la cheminée), le rayon R2 et le rayon R3 étaient toujours solidaires du compartiment central. Afin de renforcer l’assemblage jusqu’à la prise définitive du produit adhésif, la structure a été maintenue par une bande élastique. Des plots de plâtre provisoires ont été posés à la base des ouvertures p2, p3, p4, p5 afin d’en conserver l’écartement juste et d’équilibrer les pressions exercées par les parois. Le collage des linteaux a participé à ces objectifs (fig. 6).

3. Étape C. Assemblage du fond du compartiment central C2 avec les bases des parois

31Le sol doublé de la semelle de terre (A) a été assemblé à la base des parois de la cellule centrale. Pour réaliser cette opération, le compartiment a été retourné, posé dans un bac à sable sur les sommets de ses murs. Afin d’équilibrer et renforcer l’assemblage de cette partie cruciale de l’architecture, des plots de mastic chargé ont été intégrés à la base des parois lacunaires (fig. 7).

4. Étape D. Remontage des compartiments rayonnants

32Le remontage des cellules rayonnantes a débuté par celui du compartiment C1 comprenant la porte principale p1. Il a progressé par l’assemblage des compartiments C6 et C4, puis par celui du compartiment C5. Enfin, l’enceinte a été refermée par le collage des fragments composant le compartiment C3.

a) D1

33Le rayon R5 percé de l’ouverture p6 et reliant le compartiment C2 à l’enceinte extérieure a été reconstitué (deux fragments recollés, fig. 8).

b) D2

34La paroi extérieure du compartiment C1 intégrant la porte principale p1 a été remontée par assemblage progressif des tessons entre le rayon R1 et le rayon R5. Le fragment de l’enceinte extérieure (compartiment C6) a été recollé simultanément au rayon R5 en continuité avec la paroi du compartiment C1 (fig. 8).

Fig. 6 – Remontage du compartiment C2.
Mise en place des plots de plâtre provisoires
à la base des ouvertures p2, p3, p4 et p5 (étape B)

Fig. 7 – Assemblage du fond du compartiment central C2 à la base des parois. Pour la réalisation de cette intervention, la cellule a été posée sur le sommet de ses murs (étape C)

Fig. 8 – Remontage du compartiment C1 après assemblage du rayon R5 (étapes D1 et D2). Restauration de la cheminée (étape D3). Collage du rayon R4, phase préparatoire au remontage du compartiment C6 (étape D4)

c) D3

35La hotte de cheminée liée au rayon R1, brisée en plusieurs petits fragments a été restaurée (fig. 8).

d) D4

36Le rayon R4 reliant la cellule centrale à l’enceinte extérieure a été assemblé afin que le remontage du compartiment C6 puisse être réalisé (fig. 8).

e) D5

37Le compartiment C6 a été fermé (un grand fragment recollé à celui remonté en D2) [fig. 9].

f) D6

38Les deux fragments du compartiment C4 ont été réunis entre les rayons R4 et R3 (fig. 10).

g) D7

39La paroi extérieure du compartiment C5 a ensuite été remontée. Cette opération a été effectuée en deux temps. Le petit fragment attenant au rayon R1 (cheminée) a d’abord été recollé, puis l’assemblage du grand fragment à ce petit fragment et au rayon R2 a permis de clore le compartiment C5 (fig. 11).

h) D8

40Enfin, la fermeture du cercle a été réalisée par le remontage de la paroi extérieure du compartiment C3. Cette opération s’est déroulée en trois temps : un grand fragment a été recollé à deux fragments plus petits en relation avec les rayons R2 et R3 (fig. 12).

5. Étape E. Restauration de la semelle de terre et assemblage des tessons restants

41La structure a ensuite été retournée afin que le fond de la maquette puisse être reconstitué. Les fragments des sols, de la semelle de terre et de la base des parois très endommagée ont été recollés. Les parties lacunaires ont été bouchées. La maquette a été replacée sur sa base, les tessons des sols restants ont été réintégrés dans les compartiments (fig. 13 et 14).

Fig. 9 – Fermeture du compartiment C6 (étape D5)

Fig. 10 – Assemblage des deux fragments du compartiment C4 entre les rayons R4 et R3 (étape D6)

Fig. 11 – Remontage de la paroi extérieure du compartiment C5 (étape D7)

Fig. 12 – Fermeture de l’enceinte extérieure par le remontage des fragments appartenant à la paroi du compartiment C3 (étape D8)

Fig. 13 – La maquette retournée avant restauration du fond

42Les opérations de finition de la restauration ont dû être réalisées dans un court laps de temps. Les lacunes et les zones desquamées ont été comblées à l’aide d’un enduit ivoire, proche de la couleur de celui appliqué originellement sur la maquette. Des retouches colorées ont été effectuées localement afin d’harmoniser l’ensemble des surfaces (fig. 15 et 16).

II. Produits de restauration utilisés

  • 15 Primal AC 33 (CTS FRANCE), aujourd’hui remplacé par Acril 33. Si nous avions disposé d’une durée de (...)

43Les tranches des fragments ont été consolidées à l’aide d’une émulsion acrylique, plus ou moins diluée, ayant la propriété de présenter une bonne résistance aux sels solubles15. Le même produit a été infiltré dans les fentes de cuisson et les fissures.

  • 16 Colle cellulosique UHU Hart.

44Les fragments du sol du compartiment C2 ont été recollés à l’aide d’une colle cellulosique pour modélisme16. Le même produit adhésif a été utilisé pour l’assemblage des tessons de la cheminée.

  • 17 Mastic polyester à deux composants à base de poudre de pierre destiné à coller et mastiquer les pro (...)

45L’assemblage du sol du compartiment C2 avec la semelle de terre ainsi que l’ensemble des collages des parois ont été effectués à l’aide d’une résine polyester à prise rapide disponible sur place17. Les bouchages des lacunes mais aussi les plots intégrés dans l’assemblage de la cellule centrale et du fond ont été réalisés avec le même produit adhésif. Ce dernier a été chargé à l’aide de plâtre pour la fabrication des plots.

  • 18 L’utilisation de la terre originaire du contexte de la maquette comme charge de la résine nous a se (...)

46Enfin, les parties lacunaires du fond de la maquette (sol et/ou semelle) ont été comblées à l’aide d’un mélange de terre pulvérisée originaire de la semelle et de mastic polyester18.

Fig. 14 – Intégration des tessons et comblement des lacunes (étape E)

Fig. 15 – La maquette après restauration, vue plongeante

Fig. 16 – La maquette après restauration, vue face à la porte principale

  • 19 Enduit à base de carbonate de calcium et de sulfate de calcium, liant vinylique. Modostuc (PLASVERO (...)
  • 20 Peintures acryliques Liquitex (LEFRANC-BOURGEOIS).

47En surface, les comblements ont été travaillés à l’aide d’un enduit blanc légèrement teinté dans la masse à l’aide de pigments19. Les passages colorés ont été réalisés avec des couleurs acryliques20.

E. LES TECHNIQUES DE FABRICATION : HYPOTHÈSES

  • 21 Type de pâte particulièrement poreux puisqu’au cours de la cuisson, les inclusions végétales en brû (...)
  • 22 P. M. Rice, Pottery Analysis. A sourcebook, Chicago, IL, and London, University of Chicago Press, 1 (...)
  • 23 Conditions de cuisson hétérogènes, cuisson forte et rapide – à partir du fond – ou encore oxydation (...)

48La pâte est orange-brun, de texture grossière. La fraction dégraissante est essentiellement constituée d’inclusions naturelles non plastiques d’origine végétale probablement ajoutée intentionnellement21. Les inclusions minérales visibles à l’œil nu sont peu nombreuses. La pâte est peu homogène, ce qui peut indiquer que l’étape de malaxage a été peu soignée ou écourtée, ce défaut pouvant aussi induire une porosité accrue et une humidification hétérogène des constituants22. Enfin, la terre cuite est grise à cœur localement, les tessons des bases des parois et du sol sont noircis dans la partie inférieure de la section. Ces variations de couleur peuvent indiquer des conditions de cuisson « mal contrôlées »23.

  • 24 Cet enduit a été identifié par Amina Fadli (architecte, diplômée du CRATerre-école d’architecture d (...)
  • 25 L’enduit est conservé localement sur la périphérie mais aussi sur la surface externe des tessons du (...)
  • 26 Le fait que la surface externe du fond non visible était aussi enduite pourrait suggérer que le tra (...)

49Après cuisson, un enduit blanc24 a été appliqué sur toutes les surfaces de la maquette, y compris la surface externe du fond25. Cet enduit a été posé en couche fine sur les parois internes du compartiment central et ses parties de paroi surélevées. Sur les autres plans verticaux, il apparaît en couche plus épaisse irrégulière (± 0,4 cm), présente un aspect plus ou moins grumeleux et des coulures qui suggèrent que la pâte semi-liquide a été localement versée à partir de son contenant. Les parois internes de la cheminée sont enduites localement à l’endroit où elles sont accessibles et présentent des coulures dans l’alignement de l’orifice. Ainsi, deux techniques semblent avoir été utilisées pour la réalisation du traitement de surface : badigeonnage par l’intermédiaire d’un instrument intermédiaire et coulage du liquide. Sur la paroi commune au compartiment C3 et au compartiment central mais aussi sur les surfaces externes de l’enceinte, des traces qui semblent laissées par un contact avec un chiffon humide sont visibles. L’application d’un enduit peut avoir eu double fonction, celle d’habiller de blanc la structure mais aussi de protéger le matériau particulièrement poreux du milieu qui lui était destiné. Même si le deuxième rôle ne lui a pas été attribué intentionnellement, cet enduit a effectivement permis à la terre cuite de préserver une certaine intégrité26.

  • 27 A. Pierret a proposé un modèle d’analyse permettant la hiérarchisation des modifications de structu (...)
  • 28 Dans le cadre du colloque Maquettes architecturales de l’Antiquité, organisé à Strasbourg en 1998.

50Les informations recueillies au cours du remontage de la maquette tendent à prouver qu’elle a été construite essentiellement par assemblage de plaques. La structure elle-même peut avoir induit ce choix. La formation de fissurations verticales des parois peut constituer un indice pour ce type de technique de fabrication27. À la suite d’une expérimentation pratique de modelage de maquettes28 réalisée à l’école d’architecture de Strasbourg, Béatrice Muller n’émet plus l’hypothèse de l’utilisation d’une plaque unique pour le façonnage de l’espace central : celui-ci aurait été fermé à l’angle marquant la jonction entre le compartiment C1 et le compartiment C6, et le périmètre du carré aurait mesuré 92,5 cm, ce qui aurait été bien peu maniable. La plaque apparente la plus courte serait de 10 cm (rayon R3) mais des raccords de petites dimensions peuvent avoir été utilisés pour l’enceinte extérieure. Pour la paroi externe des compartiments les plus grands, des bandes d’une trentaine de centimètres ont pu être employées (longueur maximum conservée entre deux fissures pour les compartiments C3 et C5). La hauteur moyenne des plaques formant les rayons était d’environ 15 cm. La plaque constituant la cellule centrale semble avoir été surélevée d’un boudin aplati d’une hauteur de 2 cm environ. Les plaques fabriquées pour la construction de l’enceinte extérieure semblent avoir été plus larges. En effet, les bandes, à leur base, paraissent avoir été repliées et aplaties pour former un retour et constituer ainsi le sol des compartiments, au moins en partie. L’épaisseur de l’ensemble des plaques est relativement régulière (environ 1,8 cm au sommet, 3,5 cm à la base).

51La succession des étapes de fabrication de la maquette reste difficile à déterminer. Il semble toutefois vraisemblable qu’elle soit proche de celle dirigée par l’ensemble des contraintes techniques que nous avons rencontrées lors de sa reconstruction (fig. 4) :

  1. fabrication de la cellule centrale, à l’aide d’une plaque unique repliée pour former un carré, ou plutôt de plusieurs plaques ;

  2. fabrication d’une galette mince (2 cm d’épaisseur environ) et assemblage du sol ainsi constitué aux parois de la cellule centrale, peut-être par l’intérieur ;

  3. adjonction des plaques formant les rayons R1 à R4 dont l’accrochage aux parois du compartiment central était particulièrement solide ;

  4. mise en place de l’enceinte extérieure composée de plusieurs plaques repliées pour former les sols des compartiments, dernière étape incluant la mise en forme de la porte principale.

52Ce plan de montage pourrait expliquer en partie la fragilité de la fondation de la maquette, constituée de plusieurs sols de faible épaisseur juxtaposés, et de surcroît affaiblie par des altérations survenues en cours de cuisson.

53Le rayon R5 comportant une ouverture semble avoir été modelé séparément, puis rapporté. Les linteaux des portes, constitués de minces boudins, ont également été rapportés ainsi que les seuils, hauts de 1 cm environ, qui délimitent les portes p3, p4 et p5 (la porte p1 était dépourvue de seuil ou cet élément n’est pas conservé). Les tenons horizontaux placés aux quatre angles supérieurs du compartiment central, à 1 cm du sommet des parois, présentent des variations dans leur réalisation (perforation plus ou moins ébauchée), ils ont été modelés à part puis ont été rapportés. La hotte de cheminée semble avoir été façonnée à partir du rayon R1 par adjonction de matière pour former un retour ; au sommet du cône ainsi formé, un orifice circulaire a été aménagé. Enfin, les ouvertures p2 et p4, découpées dans les parties médianes des parois de l’espace central, semblent alignées par rapport à la porte principale p1, peut-être fabriquée préalablement à l’aménagement des espaces intérieurs.

  • 29 B. Muller, Les « maquettes architecturales » du Proche-Orient ancien, 2002, p. 403.

54Béatrice Muller souligne l’opposition existant entre l’irrégularité de la conception architecturale et le soin particulier apporté à certains détails29. Le contraste existant entre l’attention apportée à la réalisation du compartiment central – et des parois rayonnantes attenantes – et celle de degré moindre touchant à la fabrication de l’enceinte extérieure et des sols étonne au même titre, au point où nous pourrions peut-être envisager que la construction de la maquette ait été commencée par un modeleur puis continuée par un autre. À moins que l’espace central, aux murs plus élevés et vers lequel convergent toutes les ouvertures à l’exception d’une, ait revêtu une importance particulière dans l’esprit de celui qui a conçu la maquette.

  • 30 Jean-Claude Margueron a évoqué l’irréalité de la conception architecturale de la maquette C : « Le (...)

55En comparaison avec les autres exemplaires trouvés sur le site de Mari et en raison de ses imperfections techniques, la « maquette C », peut être vue comme une sorte de révélateur de la signification de ce type d’objet. Elle n’apparaît pas comme une démonstration architecturale à proprement parler30 : elle ne pouvait pas, en raison de la vulnérabilité de sa structure, faire exemple technique. Sa fragilité peut encore indiquer qu’elle n’a pas été conçue pour avoir fonction de contenant ou même perdurer dans la vie quotidienne. Au regard de son contexte d’enfouissement et de ses qualités intrinsèques, ses découvreurs l’interprètent comme l’élément central d’un dépôt volontaire à intention symbolique. Les données techniques recueillies au cours de l’étude qui a participé au travail de reconstruction de la maquette soulignent le caractère symbolique de cette réalisation en trois dimensions dont la figuration plastique semble se concentrer sur deux idées essentielles : « l’espace central » et « l’enceinte extérieure ».

56Je remercie Jean-Claude Margueron pour la confiance qu’il m’a accordée en me proposant ce travail et son soutien pour la réalisation pratique et écrite du projet. Je remercie Béatrice Muller pour sa disponibilité et l’accès à ses travaux, alors inédits, ainsi qu’à l’ensemble de la documentation. Anne Liégey a pensé que je pourrais remplir cette mission et je lui en suis reconnaissante. Mes remerciements vont également à Jean-Claude Jacq et Achille Chiesa (direction de la division des sciences sociales et de l’archéologie, ministère des Affaires étrangère) ainsi qu’à Philippe Georgeais, conseiller culturel à l’ambassade de France à Damas. Enfin, je remercie Jean-Louis Huot pour son accueil à l’IFAPO et Pierre-Marie Blanc pour son aide constante tout au long de mon séjour à Damas.

Notes

1 Provenance : chantier F, III E 1 NO-84. Numéro d’inventaire : TH 95.87. Lieu de conservation après restauration : Deir ez-Zor, musée archéologique.

2 Se reporter à l’article : « Nouvelles données sur les “maquettes” circulaires de Mari », p. 129-160.

3 Cette étude a été effectuée dans un premier temps à partir de l’examen de la maquette au moment de sa restauration, puis à travers l’observation des prises de vues in situ et après exhumation.

4 Les dimensions précisées dans le texte ont été prises après restauration de la maquette.

5 B. Muller, « Le Proche-Orient », in Maquettes architecturales antiques, réelles ou symboliques, Dossiers d’archéologie no 242, avril 1999, p. 69. Article de Béatrice Muller et Isabelle Weygand dans cette publication. B. Muller, Les « maquettes architecturales » du Proche-Orient ancien, BAH 160, IFAPO, Beyrouth, 2002, catalogue no 217.

6 Se reporter à l’article de B. Muller et I. Weygand dans la présente publication.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Altération observée également par Béatrice Muller après prélèvement de la maquette. La base des montants de la porte d’entrée ainsi que la paroi du compartiment C5 près de la cheminée présentaient des dégradations comparables.

10 Cf. fig. 6, 7, 11 de l’article de B. Muller et I. Weygand dans la présente livraison. Sources des informations relatives au prélèvement de la maquette : Jean-Claude Margueron, Béatrice Muller, communication personnelle ; B. Muller, Les « maquettes architecturales » du Proche-Orient ancien, BAH 160, IFAPO, Beyrouth, 2002, p. 402.

11 Sur le site, au regard du très mauvais état de conservation du sol de la maquette, les archéologues ont dû renoncer à dégager la totalité de l’épaisseur de la semelle de terre. De jour en jour, l’état général de la maquette s’est aggravé (Jean-Claude Margueron et Béatrice Muller, communication personnelle). Soulignons que la préservation de la semelle de terre a permis de sauvegarder la structure de la maquette et ainsi de faciliter son remontage. Cf. B. Muller, Les « maquettes architecturales » du Proche-Orient ancien, p. 402.

12 Jean-Claude Margueron, communication personnelle.

13 Pour des diamètres équivalents, les modeleurs des maquettes A, B et D ont utilisé un plan orthogonal utilisant la symétrie et un cloisonnement plus important. Cf. B. Muller et I. Weygand dans la présente livraison, p. 155-158.

14 Cf. B. Muller, Les « maquettes architecturales » du Proche-Orient ancien, p. 402-403.

15 Primal AC 33 (CTS FRANCE), aujourd’hui remplacé par Acril 33. Si nous avions disposé d’une durée de travail plus longue, nous aurions probablement opté pour un produit consolidant à base de silicate d’éthyle, particulièrement performant dans le cas de pâtes altérées contenant des sels mais dont l’action consolidante n’est effective qu’au terme d’environ trois semaines. Nous précisons qu’un traitement de dessalage était exclu en raison de la fragilité de l’enduit.

16 Colle cellulosique UHU Hart.

17 Mastic polyester à deux composants à base de poudre de pierre destiné à coller et mastiquer les produits minéraux (GENERAL). Cet adhésif a été choisi en raison de sa prise rapide (8 minutes), et de ses bonnes performances mécaniques. L’utilisation d’une résine époxyde, considérée plus stable, aurait peut-être été préférable, mais nous ne pouvions en disposer en quantité suffisante. L’emploi de résines acryliques comme le paraloïd B44 a été rapidement exclu en raison de la difficulté de la mise en œuvre des collages (poids important des fragments et faiblesse initiale de la structure).

18 L’utilisation de la terre originaire du contexte de la maquette comme charge de la résine nous a semblé préférable à l’emploi de tout autre matériau.

19 Enduit à base de carbonate de calcium et de sulfate de calcium, liant vinylique. Modostuc (PLASVERO).

20 Peintures acryliques Liquitex (LEFRANC-BOURGEOIS).

21 Type de pâte particulièrement poreux puisqu’au cours de la cuisson, les inclusions végétales en brûlant laissent des vides de dimensions importantes (porosité ouverte responsable des échanges avec le milieu).

22 P. M. Rice, Pottery Analysis. A sourcebook, Chicago, IL, and London, University of Chicago Press, 1987, p. 119.

23 Conditions de cuisson hétérogènes, cuisson forte et rapide – à partir du fond – ou encore oxydation intervenue en fin de cuisson ou au cours du refroidissement.

24 Cet enduit a été identifié par Amina Fadli (architecte, diplômée du CRATerre-école d’architecture de Grenoble et spécialisée dans les enduits) comme du djuss, matériau gypseux (plâtre). Par ailleurs, nous avons réalisé un microtest à l’acide chlorhydrique qui suggère que le matériau peut contenir des carbonates… mais ces carbonates peuvent aussi provenir d’une contamination par le milieu d’enfouissement (cf. B. Muller, Les « maquettes architecturales » du Proche-Orient ancien, 2002, p. 402).

25 L’enduit est conservé localement sur la périphérie mais aussi sur la surface externe des tessons du sol du compartiment central.

26 Le fait que la surface externe du fond non visible était aussi enduite pourrait suggérer que le traitement de surface avait fonction de protection.

27 A. Pierret a proposé un modèle d’analyse permettant la hiérarchisation des modifications de structure induites par les différentes étapes de transformation de la matière première (étude des macrotraces et des aspects de surface visibles à l’œil nu). Le chercheur a observé qu’une fissuration est fréquente à la limite de deux plaques, cf. A. Pierret, Analyse technologique des céramiques archéologiques : développements méthodologiques pour l’identification des techniques de façonnage. Un exemple d’application : le matériel du village des Arènes à Levroux (Indre), Thèse de doctorat, Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne, Paris, p. 62.

28 Dans le cadre du colloque Maquettes architecturales de l’Antiquité, organisé à Strasbourg en 1998.

29 B. Muller, Les « maquettes architecturales » du Proche-Orient ancien, 2002, p. 403.

30 Jean-Claude Margueron a évoqué l’irréalité de la conception architecturale de la maquette C : « Le rapport des maquettes avec le réel, Proche-Orient et bassin égéen », in Maquettes architecturales antiques, réelles ou symboliques, Dossiers d’archéologie no 242, avril 1999, p. 52-53.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Réalisé à partir d’un dessin d’Anne Horrenberger : structure de la maquette C. Les dimensions indiquées sur le plan ont été prises après restauration et sont indiquées en centimètres
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 2 – Vue de la maquette après ouverture de la caisse et enlèvement des morceaux de mousse et des éléments de polystyrène. La bande plâtrée assure le maintien de l’enceinte extérieure
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 3 – Compartiment C1, vue du sol fragmenté et de la semelle de terre sous-jacente
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 4 – Plan de remontage de la maquette.A. Restauration du fond du compartiment central C2 (sol et semelle de terre).B. Remontage du compartiment C2.C. Assemblage du fond du compartiment central C2 avec les parois.D. Remontage des compartiments rayonnants.E. Restauration de la semelle de terre et assemblage des tessons restants
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 5 – Restauration du fond du compartiment central C2.Pose d’un morceau de gaze sur la surface externe du sol,afin de consolider l’assemblage des fragments,avant son collage avec la semelle de terre (étape A)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 6 – Remontage du compartiment C2.Mise en place des plots de plâtre provisoiresà la base des ouvertures p2, p3, p4 et p5 (étape B)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 7 – Assemblage du fond du compartiment central C2 à la base des parois. Pour la réalisation de cette intervention, la cellule a été posée sur le sommet de ses murs (étape C)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 8 – Remontage du compartiment C1 après assemblage du rayon R5 (étapes D1 et D2). Restauration de la cheminée (étape D3). Collage du rayon R4, phase préparatoire au remontage du compartiment C6 (étape D4)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 9 – Fermeture du compartiment C6 (étape D5)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 10 – Assemblage des deux fragments du compartiment C4 entre les rayons R4 et R3 (étape D6)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 11 – Remontage de la paroi extérieure du compartiment C5 (étape D7)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 12 – Fermeture de l’enceinte extérieure par le remontage des fragments appartenant à la paroi du compartiment C3 (étape D8)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 13 – La maquette retournée avant restauration du fond
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 14 – Intégration des tessons et comblement des lacunes (étape E)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 15 – La maquette après restauration, vue plongeante
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 16 – La maquette après restauration, vue face à la porte principale
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4275/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

Auteur

Restauratrice indépendante, Paris (christinepariselle@free.fr)