Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 2

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Mari

Nouvelles données sur les « maquettes » circulaires de Mari

Béatrice Muller et Isabelle Weygand

Texte intégral

  • 1 No de chantier : III E 1 NO-84 ; no d’inventaire : TH 95.87. Musée de Deir ez-Zor. Sauf indication (...)
  • 2 Voir dans la présente livraison Margueron et al. : « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de (...)
  • 3 Parrot 1967, p. 294-306 et pl. LXXX-LXXXIV ; maquette A (M. 3200), exemplaire complet, mis au jour (...)

1Une maquette en terre cuite complète1 a été découverte pendant la campagne de fouille de 19952 : de forme circulaire, elle est du même type que les deux exemplaires de Mari déjà connus, dégagés par André Parrot en 1954, l’un complet, la maquette A, et l’autre fragmentaire, la maquette B, dans le quartier d’habitation situé au sud-est du temple de Ninni-zaza3.

  • 4 La maquette C n’est pas complètement inédite : le dessin en perspective (ici fig. 8) fait l’objet d (...)

2L’amorce de ce qu’on peut déjà appeler une série – un quatrième spécimen semblable, découvert au cours de la campagne 2000 et qui confirme les observations rassemblées ici, sera publié en son temps – est l’occasion de faire le point sur les questions soulevées par ce matériel mariote, dans le contexte du Proche-Orient ancien, sur le plan des fonctions comme sur celui de l’architecture4.

A. LA MAQUETTE TROUVÉE EN 1995 (MAQUETTE C)

I. Contexte de la maquette C

  • 5 Dans une des pièces d’une maison fouillée dès 1991 a été trouvé un petit autel. Mais la maquette es (...)
  • 6 Les plus grands vases (hauteur maximum : 20 cm) étaient placés au-dessus.
  • 7 Profondeur par rapport à la surface des bermes : environ 4 m. Nous tenons à remercier vivement les (...)

3Ce nouvel exemplaire que nous dénommerons la maquette C’était enfoui sous le sol d’une maison5 du quartier d’habitation situé entre le temple d’Ishtar et le grand palais royal. Elle gisait avec un lot de 34 vases et des ossements d’animaux (fig. 1 à 5 et 12). Six vases miniatures se trouvaient dans l’espace intérieur no 3, les autres vases étaient placés à l’extérieur, immédiatement au nord de la maquette, parfois calés par des briques crues pour les garder en position verticale, et alignés selon une direction est-ouest6. La maquette elle-même était simplement posée à peu près à plat dans la terre. Son extraction, après les photos et les relevés, a exigé de prendre des précautions particulières, à cause de sa fragilité et aussi de la profondeur de la fouille atteinte dans ce carré7.

Fig. 1 – Maquette C en cours de dégagement avec vases associés (vue vers le sud-est)

Fig. 2 – Maquette C : briques de calage et vases du niveau supérieur (relevé A. Fadli)

Fig. 3 – Maquette C in situ avec les céramiques associées dégagées en premier (relevé A. Fadli)

II. Description de la maquette C

1. Matériau, état de conservation et technique de fabrication

4Le matériau utilisé est une terre cuite rougeâtre avec un dégraissant végétal grossier dominant et un peu de dégraissant minéral, recouvert d’un enduit blanc, vraisemblablement du djuss, réparti de manière irrégulière, selon les endroits. Alors qu’il est disposé en couche fine dans l’espace central, on observe ailleurs des coulures de matière ou même des boursouflures qui laissent alors l’impression d’un travail non soigné. Aucun indice ne permet d’affirmer que le fond, de forme circulaire, ait été tourné. Quant à la paroi extérieure, l’irrégularité de ses bords, ses dimensions, l’utilisation d’une pâte grossière, laissent à penser que l’objet a été modelé dans toutes ses parties. Les parois ont été disposées et raccordées au fond, puis les portes ont été découpées dans ces parois déjà placées, tandis que certains éléments comme les tenons des angles de l’espace central, les linteaux des portes et la couverture partielle de l’espace 1 ont été rapportés.

  • 8 Cf. dans la présente livraison, le rapport de restauration de Christine Pariselle.

5Cet objet, bien que complet, a souffert des nombreuses pressions exercées sur lui ainsi que des infiltrations qui ont eu pour conséquence d’altérer ses parois. Une fois sorti du carré de fouille et nettoyé, il s’est avéré être dans un mauvais état de conservation, présentant de multiples fissures, en particulier sur la paroi extérieure et sur le fond (fig. 6 et 7). Son état nécessitait une restauration fine8, car même s’il n’est pas réalisé dans un matériau noble, cet objet présente un réel intérêt : en effet, nous ne possédions jusqu’à présent que deux maquettes complètes de ce type à Mari et cette forme est inconnue sur les autres sites du Proche-Orient.

2. Plan (fig. 12)

  • 9 Dimensions en cm de l’espace central : 21 x 19 cm.
  • 10 Il s’agit de mesures approximatives prises depuis l’extérieur des parois, avant la restauration.

6L’objet se présente comme un ensemble de forme circulaire irrégulière, au centre duquel s’inscrit une unité quadrangulaire9, ouverte sur cinq espaces périphériques trapézoïdaux, qui s’appuient contre la paroi extérieure curviligne. Le diamètre varie entre 54 et 56,2 cm10.

3. Élévation (fig. 8 à 10)

  • 11 H. paroi extérieure : 13,4 cm (H. 16 cm à l’emplacement de la porte) ; ép. du fond : 1 cm ; ép. des (...)

7Il apparaît nettement que l’espace central, en surélévation de 6,6 cm par rapport au sommet de la paroi extérieure11, se détache de l’ensemble (H. 20 cm). De plus, dans l’enceinte, il existe une section privilégiée : l’accès, aménagé dans la paroi circulaire extérieure, est souligné par une sorte d’encadrement plus épais, formant une légère protubérance de 1 cm. Enfin, la paroi externe, au lieu d’être verticale, s’évase légèrement vers le haut.

4. Organisation intérieure et détails architecturaux

  • 12 Dimensions du passage (sans l’encadrement) : H. 7 cm ; l. 9 cm.

8La présence d’ouvertures qui permettent une circulation entre les différents espaces, ainsi que certains aménagements intérieurs, donne véritablement à cet objet un caractère de maquette, c’est-à-dire un aspect concret d’architecture. La paroi circulaire est percée d’une seule ouverture12 qui, le seuil franchi, donne sur un premier espace, sorte d’antichambre (no 1), caractérisée, sur le côté gauche, par un aménagement intéressant : une couverture partielle, munie d’une perforation ovale, s’appuie sur le sommet des parois, figurant ainsi la hotte d’une cheminée (cf. fig. 5, 6, 8). Sur la droite de l’antichambre, un accès sans seuil existe vers l’espace 6. En ligne droite se trouve l’espace central (no 2), de forme quadrangulaire, dont le sol est marqué en son centre par une légère dépression, ce qui n’empêche pas une nette pente descendante du centre vers les extrémités (fig. 10). Il comporte quatre ouvertures de largeur variable, munies de seuils menant vers tous les autres espaces, sauf le no 6. Ces quatre ouvertures ont un aménagement particulier : un bandeau de pâte rapporté barre chacune d’elles dans sa partie supérieure et donne l’impression d’une deuxième ouverture, plus petite, au-dessus de la porte elle-même (fig. 11). Comment interpréter cette particularité ? S’agit-il d’une simple décoration ou bien voulait-on suggérer un élément architectonique – une imposte ou un arc de décharge au-dessus du linteau ?

Fig. 4 – Groupe de vases associés à la maquette C in situ avec briques de calage

Fig. 5 – La maquette C in situ vers le sud-ouest, avec céramiques à l’intérieur et à l’extérieur

Fig. 6 – Maquette C avant restauration

Fig. 7 – Maquette C, détail du loc. 4 montrant les nombreuses fractures, particulièrement aux jonctions

Fig. 8 – Axonométrie de la maquette C, dessin réalisé avant restauration

Fig. 9 – Maquette C, élévation de la façade

Fig. 10 – Coupe de la maquette C (cf. fig. 12) :
a – à travers les loc. 1-2-3 ;
b – en diagonale à travers la « hotte » et la cloison 3-4

9On s’aperçoit que, en plan, l’accès vers l’espace 4 est le seul à ne pas suivre l’axe de symétrie de l’espace central. On remarque d’autre part que l’ouverture aménagée dans la paroi extérieure n’est pas située dans l’axe de l’espace central, mais qu’elle est légèrement décalée et qu’elle est plus large que les autres.

  • 13 Hypothèse proposée (Parrot 1967, p. 296) et généralement retenue.

10Enfin, sur le sommet de chacun des angles de l’espace central, on note la présence d’un aménagement en forme de quart d’anneau venant s’accrocher horizontalement aux parois. Ceux-ci n’étaient pas destinés à renforcer les parois, mais à recevoir vraisemblablement une couverture en bois aujourd’hui disparue13, car si l’on observe attentivement les orifices, on s’aperçoit que leur dimension est irrégulière et que l’un d’entre eux est bouché. Dès lors, on ne peut retenir la deuxième hypothèse d’André Parrot, selon laquelle ils auraient pu servir à caler des mâts. Sauf dans l’antichambre (espace 1), le sol est irrégulier. C’est dans l’espace 3 qu’étaient empilés les six vases miniatures. À quoi correspond la légère déclivité au cœur de l’espace central ? Ne pourrait-il représenter un foyer aménagé comme il en existe dans la maquette complète A ?

III. Matériel associé à la maquette C

11Voici les caractéristiques essentielles des objets accompagnant la maquette C. Ceux-ci formant un lot cohérent, il est normal de les présenter dans l’optique de cette étude. Cependant, nous n’avons retenu que les traits les plus importants, la céramique fera l’objet d’une étude particulière en tant que telle.

  • 14 Pas de no III E 1 NO-84. Les numéros qui sont privilégiés ici sont les numéros d’inventaire (précéd (...)

12Le catalogue des 34 vases est présenté selon leur localisation par rapport à la maquette14. La fig. 12 rend compte de leur emplacement respectif. Certains vases étant parfois empilés les uns sur les autres contre la paroi de la maquette, ce qui a nécessité une fouille fine et plusieurs phases de dégagement.

1. Vases situés à l’intérieur de la maquette (fig. 3, 5 et 12)

    • 15 Les objets sont déposés au Musée de Deir ez-Zor : TH 95.112 est le no d’inventaire ; entre parenthè (...)

    Vase miniature ouvert à fond pointu. T. c. H. 6,85 ; ø lèvre : 3,4 ; ø panse : 5,4. Dans l’espace 3, partie sud, empilé sur TH 95.113. TH 95.112 (III E 1 NO-77)15.

  • Vase miniature ouvert à fond pointu. T. c. H. 6,8 ; ø lèvre : 3,8 : ø panse : 5,6. Emboîté dans TH 95.112. TH 95.113 (III E 1 NO-78).

  • Vase miniature ouvert à fond plat. T. c. H. 5,7 ; ø lèvre : 3,8 ; ø panse : 5 ; ø base : 2,4. Dans l’espace 3, posé devant le passage menant à l’espace 2. Situé au nord des deux vases miniatures empilés TH 95.112 et 113. TH 95.114 (III E1 NO-79).

  • Vase miniature ouvert à fond plat. T. c. H. 6,1 ; ø lèvre : 4,1 ; ø panse : 5,8 cm ; ø fond : 2,5. Dans l’espace 3, situé au nord du vase TH 95.114. TH 95.115 (III E 1 NO-80).

  • Vase miniature ouvert à fond pointu. T. c. H. 7,2 ; ø lèvre : 3,3 ; ø panse : 5,6. Dans l’espace 3, situé au nord de TH. 95.115. TH 95.116 (III E 1 NO-81).

  • Vase miniature à fond plat incomplètement coupé. T. c. H. max. : 6,1 ; ø lèvre : 4 ; ø panse : 5,4. Situé au nord de TH 95.116, contre la paroi de séparation entre les espaces 3 et 5 et la paroi extérieure curviligne. TH 95.119 (III E 1 NO-85).

13En outre :

  • Coquille d’escargot. Dans l’espace 5 de la maquette. TH 95.118 (III E 1 NO-83).

Fig. 11 – Maquette C, détail d’une porte à « arc de décharge » de l’espace central (porte 5-2)

2. Vases situés à l’extérieur de la maquette (fig. 2, 3 et 12)

14La description du gisement est présentée selon le sens de la fouille, d’ouest en est, en précisant la position des vases ainsi que ceux qui se sont révélés être en association. Deux d’entre eux (TH. 95.103 et 110) n’ont pas pu être dessinés car ils étaient trop fragmentaires, mais leur numéro TH est mentionné sur la fig. 12. En raison des conventions de dessin, le gisement apparaît sur cette figure un peu plus étalé que dans la réalité, mais il s’agissait de reconstituer ce qui a été perçu lors de la fouille dans sa globalité, et qui n’apparaît que partiellement sur les relevés et les photos.

  • Vase ouvert à panse globulaire et à fond plat. T. c. Premier vase qui est apparu, posé verticalement, calé par un leben (∆ sommet : 176, 59 m). H. 19,5 ; ø lèvre : 12,3 ; ø panse : 17,6 ; ø base : 6,9. TH 95.88 (III E 1 NO-52).

  • Vase ouvert à panse globulaire et à fond arrondi percé, situé à l’ouest du précédent, légèrement en contrebas. T. c. H. 13,7 ; ø col : 10,5 ; ø. max. panse : 14,45. TH 95.89 (III E 1 NO-53).

Fig. 12 – Plan de situation schématique du matériel associé à la maquette C

Fig. 13 – Coupe nord-ouest - sud-est situant la maquette C par rapport aux murs du niveau supérieur (maison à l’Autel domestique, murs AA, AB et AH). Les murs en relation avec le sol qui la scellait (∆ 176,64) n’apparaissent pas sur cette coupe (relevé A. Fadli)

  • Située à côté de TH 95.89 et au nord de celui-ci, une coupe. T. c. H. 4,5 ; ø lèvre : 9,1. TH 95.90 (III E 1 NO-54).

  • Gisant immédiatement à côté du grand vase ouvert TH 95.88, vers le nord et à une altitude légèrement inférieure, un groupe de huit vases dont certains sont associés :

    • une coupe était associée à un vase ouvert :

      • coupe. Posée renversée sur la jarre TH 95.92 en guise de couvercle. T. c. H. 4,55 ; ø lèvre : 9,7. TH 95.91 (III E 1 NO-55),

      • vase ouvert à panse globulaire et à fond arrondi percé, associé à la coupe TH 95.91. Forme semblable à celle du vase TH 95.89. T. c. H. 12,9 ; ø lèvre : 9,7 ; ø panse : 12,55. TH 95.92 (III E 1 NO-56) ;

    • à l’est de ces deux vases, un petit vase ouvert à panse moulurée et à fond plat. T. c. H. 6,5 ; ø lèvre : 4,8 ; ø moulure : 7,9. TH 95.93 (III E 1 NO-57) ;

    • plus vers l’est, deux bols à bec verseur empilés :

      • bol à bec verseur et à fond plat. T. c. Vase très incomplet dont on ne connaît pas les dimensions, non dessiné, se trouvait placé au-dessus du bol à bec verseur TH 95.69. TH 95.103 (III E 1 NO-67),

      • bol à bec verseur et à fond plat, sous le précédent. T. c. H. 6,7 ; l. max. lèvre : 7 ; ø panse : 7,3 ; ø base : 2,9. TH 95.104 (III E 1 NO-69) ;

    • encore plus vers l’est, trois vases associés :

        • 16 Une coupe semblable a été trouvée dans le lot des objets accompagnant la maquette A, mais avec six (...)

        coupe à fond plat avec quatre perforations, deux dans la panse et deux dans le fond16. Posée renversée sur les deux objets suivants. T. c. H. 4,5 ; ø lèvre : 10. TH 95.94 (III E 1 NO-58),

        • 17 Deux gobelets miniatures faisaient partie du lot de céramiques accompagnant la maquette A, cf. Parr (...)

        godet miniature à fond plat, trouvé sous la coupe TH 95.94. T. c. H. 3,2 ; l. max. : 2,1. Objet semblable à TH 95.10117. TH 95.95 (III E 1 NO-59),

      • petite jarre à col ouvert, aux épaules marquées et à fond plat. Placée sous les deux vases précédents. T. c. H. 12,9 ; ø lèvre : 8,3 ; ø. max. panse : 10,2 ; ø fond : 5. TH 95.100 (III E 1 NO-64).

  • Un peu plus loin à l’est de la grande jarre TH 95.88, calée contre un leben, une jarre à col étroit, à panse globulaire et à fond arrondi. T. c. H. 20 ; ø lèvre : 5,1 ; ø max. panse : 16,9. TH 95.96 (III E 1 NO-60).

  • Immédiatement à l’est de cette jarre, trois vases associés dont les formes sont presque identiques à celles du groupe des trois vases TH 95.94/95/100 :

    • une coupe à fond plat avec cinq perforations, emboîtée dans le col de la jarre suivante. Sa forme est semblable à la coupe TH 95.94 ci-dessus, qui possède aussi des perforations. T. c. H. 4,55 ; ø lèvre : 10. TH 95.97 (III E 1 NO-61) ;

    • dessous, une jarre à col ouvert, à épaules marquées et à fond plat, de forme semblable au vase TH 95.100. T. c. H. 13,5 ; ø lèvre 7,6 ; ø. max. panse : 11,2 ; ø fond : 5,2. TH 95.98 (III E 1 NO-62) ;

    • dans la panse de la jarre, un godet miniature à fond plat, trouvé dans le vase ouvert TH 95.98. Semblable à TH 95.95. T. c. H. 2,8 ; l. max. : 2,4. TH 95.101 (III E 1 NO-65).

  • À côté de ces trois vases, une jarre à fond arrondi, posée légèrement de biais. T. c. H. 13,4 ; ø lèvre : 4,6 ; ø panse : 10,8. TH 95.102 (III E 1 NO-66).

  • Au sud du vase TH 95.96, légèrement en contrebas, un vase ouvert à quatre pieds renversé (en biais). Un des pieds manque. T. c. H. 11,3 ; ø lèvre : 11,3 ; ø base : 5,8. TH 95.105 (III E 1 NO-70).

  • À côté, deux vases ouverts posés l’un sur l’autre contre la paroi curviligne de la maquette :

    • vase ouvert en position renversée. T. c. H. 9,9 ; ø lèvre : 11,9 ; ø base : 6,5. TH 95.106 (III E 1 NO 71) ;

    • vase ouvert à panse à moulures en creux et à fond plat. T. c. H. 10,8 ; ø lèvre : 13,2 cm ; ø base 6,2. TH 95.107 (III E 1 NO-72).

  • À côté de ces deux vases, contre la paroi de la maquette, un petit vase ouvert à fond plat et à épaules marquées. T. c. H. 5,8 ; ø lèvre : 5 ; ø épaule : 7,6 ; ø base : 3,5. TH 95.108 (III E 1 NO-73).

  • Adjacent au vase précédent, un bol à fond plat. T. c. H. 5,7 ; ø lèvre : 8,1 à 8,8 ; ø base : 3. TH 95.109 (III E 1 NO-4).

  • Immédiatement à côté, deux coupes empilées :

    • coupe à fond plat, avec panse présentant de légers bourrelets parallèles, sans bord conservé. Fragmentaire (non dessiné). Sa paroi interne était tapissée de bitume et elle contenait une vertèbre dorsale d’oviné (voir lot TH 95.124). TH 95.110 (III E 1 NO-75) ;

    • dessous, bol à fond plat. T. c ; H. 5,9 ; ø lèvre : 9,2 ; ø base : 3,6. TH 95.111 (III E 1 NO-76).

  • À côté des deux bols empilés, le long de la paroi curviligne de la maquette, un bol à fond plat. T. c. H. 5,5 ; ø lèvre : 7,5 ; ø base : 3,4. TH 95.117 (III E 1 NO-82).

  • Un peu plus loin vers l’est et légèrement en contrebas, trois vases placés les uns à côté des autres :

    • bol à fond plat. T. c. H. 6,2 ; ø lèvre : 7,1 ; ø base : 3. TH 95.120 (III E 1 NO-86) ;

    • bol à fond plat. T. c. H. 5,7 ; ø lèvre : 8,4 ; ø base : 3,2. TH 95.121 (III E 1 NO-87) ;

      • 18 Parrot 1967, p. 303, fig. 316 (M. 3218) et p. 304, fig. 317 (M. 3226). L’auteur les identifie comme (...)

      petit filtre (?) de forme tronconique, sans fond, avec paroi percée de trous. T. c. H. 5,1 ; ø max. : 4,6 ; ø autre extrémité : 3,6. Objet semblable à deux des objets accompagnant la maquette A18. TH 95.122 (III E 1 NO-88) ;

  • Au nord de la jarre TH 95.96, en bordure de la fosse du puisard III E 1 NE-1, un petit vase ouvert à fond plat. T. c. H. 6,5 ; ø lèvre : 6,9 ; ø max. panse : 8,5. TH 95.99 (III E 1 NO-63).

  • Enfin, un lot d’ossements animaux est à signaler, TH 95.124 (III E 1 NO-68) :

    • crâne ovin fragmentaire, trouvé à 90 cm au sud du vase TH 95.88 (III E 1 NO-52) ;

    • une vertèbre dorsale ovine se trouvait sur la coupe TH 95.110 ;

    • une tête de fémur ovine a été trouvée dans la terre entre les vases accompagnant la maquette C.

IV. Datation et signification

15La maquette a été trouvée dans un niveau que nous pouvons dater du Dynastique Archaïque III. Elle appartient manifestement au niveau d’une maison dont on a dégagé un espace incomplet en fin de campagne avec des murs arasés entre les cotes 176,76 m et 176,82 m, et un sol entre 176,50 m (loc. 10) et 176,63 m. Le fait qu’elle soit associée à un groupe de 34 vases et à des ossements d’ovinés révèle un caractère votif et rituel, destiné à favoriser le lieu de vie où elle gisait et peut-être à souligner l’aspect de l’espace construit, par rapport à la steppe environnante.

I. W.

B. PUBLICATION COMPLÉMENTAIRE DE LA MAQUETTE B

  • 19 Le manque de données a d’ailleurs été ressenti par Bretschneider 1991, p. 190, qui établit une conf (...)

16En 1954, André Parrot mettait au jour, dans une tranchée au sud-est du temple de Ninni-zaza, les quartiers d’habitation dits P 27-U 30 selon le carroyage : c’est là que furent découvertes les maquettes A et B, respectivement dans la rue longeant le temple et dans la Maison Rouge (R 28). Pour des raisons qui vont être évoquées ci-dessous, la maquette B n’a fait l’objet que d’une publication sommaire, qu’il convient maintenant de compléter19. Elle est par ailleurs la seule à n’avoir pas été retrouvée entière dans son contexte primitif.

I. Sources

1. Sources de première main publiées

a) Mentions écrites

  • 20 No d’inventaire M. 3280. Cf. Parrot 1955, p. 193-194 (simple mention) ; Parrot 1967, p. 305-306.
  • 21 Pour une bibliographie complète, cf. Muller 2002, no 111, où n’avaient pu être utilisées que les pu (...)

17Contrairement à son homologue A, la maquette recueillie en fragments par André Parrot dans et à l’extérieur de la Maison Rouge en 1954 n’a été décrite que très succinctement20. Par la suite, elle a été mentionnée dans des articles généraux ou décrite brièvement dans des catalogues d’expositions21.

b) Absence de dessins

  • 22 L’absence de dessins est due à la défection subite de Bernard Vincent, hospitalisé d’urgence (commu (...)

18Elle n’a pas fait l’objet de dessins22. Conservée au musée national de Damas (no 2351), elle est souvent prêtée pour des expositions, et de ce fait difficilement accessible sur place.

c) Clichés

  • 23 Par commodité, le terme de « face » a été conservé alors même que la maquette est circulaire, toujo (...)

19Le rapport préliminaire (Parrot 1955) n’en donne aucune photo. En revanche la publication dans MAM III (Parrot 1967) en présente deux clichés (pl. LXXXIV) où les quatre fragments sont joints, sinon recollés ; l’un et l’autre sont pris en regardant la façade, celui du haut très légèrement de trois quarts depuis la face 4, celui du bas depuis la face 223 ; ils permettent de saisir grosso modo son état de conservation (cf infra, § III).

20Les autres clichés de MAM III (fig. 318 et 319 p. 306 et pl. LXXXIII-1 à 4) montrent, sans aucune précision sur leur situation, ni par rapport à la maquette elle-même, ni par rapport au contexte de la Maison Rouge, des fragments in situ :

  • ainsi la fig. 318 et la fig. 1 de la pl. LXXXIII (qui ne sont que deux tirages, à des agrandissements différents, du même cliché) laissent apercevoir, à l’occasion du « dégagement de la porte de la “maison rouge” » (légende de la figure), le fragment ici numéroté 2 ;

  • sur les fig. 2 et 4 de la pl. LXXXIII on reconnaît le fragment 3, à côté duquel gisent deux vases miniatures, de forme ouverte, dont l’un au moins à fond rond (pl. LXXXIII-2) ;

  • la fig. 3 de la pl. LXXXIII montre sans ambiguïté le fragment 1.

d) Plan

21Le plan de situation de la Maison Rouge, dans le quartier d’habitation au sud-est du temple de Ninni-zaza, est reproduit dans Parrot 1955 fig. 5 p. 194 et Parrot 1967, fig. 310 p. 293. Cependant les numéros de loci de la maison auxquels se réfère l’auteur (Parrot 1967, p. 305) ne figurent dans aucun document publié.

2. Sources de seconde main publiées

a) Notes de fouille et plan de situation

  • 24 Parrot 1967, p. 305.
  • 25 Muller 2002, pl. IX-2. Lire dans la légende : « croquis inédit du 2 novembre 1954 » et non 1959.
  • 26 Margueron 1996a, fig. 4 p. 28 ; les numéros de loci de Parrot n’avaient pas encore été remis en cor (...)

22Un croquis inédit d’un cahier d’André Parrot, daté du 2 novembre 1954, associé à ses notes du 5 novembre, permet de faire coïncider avec le plan de la Maison Rouge les numéros de salles auxquels il fait référence – sans plan correspondant –, dans sa publication24 : c’est donc cette numérotation de Parrot retrouvée que j’ai reportée sur le plan qui rend compte, plus ou moins approximativement, d’après la description publiée, des gisements de la maquette25 ; or la publication originelle de ce plan, qui est une réinterprétation26, donne une numérotation de salles correspondant à une logique architecturale, c’est-à-dire en partant de l’entrée, et non pas selon l’ordre de la fouille. Par souci de cohérence avec l’étude architecturale des maisons par Jean Margueron dans cette même livraison, j’ai suivi sa numérotation de loci dans le nouveau plan de situation présenté ici fig. 16.

Fig. 14 – Maquette B, fragment 2 in situ dans la porte 1-3 de la Maison Rouge, vu vers le NO

b) Clichés

  • 27 Muller 2002, pl. X-1 : fragment 2 ; pl. X-2 : fragment 1.
  • 28 Muller 2002, fig. 111-b.

23Les deux clichés de fragments in situ empruntés aux archives de la Mission ne sont que des variantes par rapport à ceux publiés par André Parrot27. Quant à la maquette réassemblée, une vue de la face 428 fait ressortir l’individualité du fragment 1 et rajoute le sommet de la cloison de l’espace central du fragment 3.

Fig. 15 – Maquette B, fragment 1 in situ dans la porte de la Maison Rouge, vu probablement vers le nord

Fig. 16 – Plan de la Maison Rouge redessiné par Nicolas Bresch, avec la numérotation des pièces conforme à celle de Jean-Claude Margueron (fig. 13b p. 241 dans cette livraison) : gisements de la maquette et de céramiques révélés ou précisés grâce aux notes inédites de J.-C. M.
Équivalence des numéros de salles :

3. Documents inédits publiés ici ou ayant servi à la présente publication

a) Clichés d’archives et carnets photos concernant directement la maquette

  • 29 Un cliché semblable, pris de plus près, n’apporte rien de plus.
  • 30 Ce dernier cliché n’est pas parfaitement net, mais il confirme la situation en bordure de mur du fr (...)
  • 31 Parrot 1967, fig. 318 et 319 p. 306 et pl. LXXXIII-1, ce qui s’est répercuté sur Muller 2002, pl. X (...)

24Sur la maquette elle-même, le fonds se trouve presque épuisé avec les fig. 1429 et 1530. Quant aux légendes des photos, consignées dans des carnets, elles manquent souvent de précision en ce qui concerne la localisation des fragments : ainsi, par exemple, la légende du cliché ici fig. 15 stipule seulement : « 3e fragm. de la 2e maquette (3280) in situ ». En revanche celle du cliché ici fig. 14 précise : « Morceau maquette (3280) en place, maison R 28, portes salles 4 et 5 » : se trouve ainsi confirmé ce que d’autres recoupements avaient pu faire, à savoir que les légendes de la publication sur ce fragment31 sont erronées ou imprécises, et que celui-ci, constituant pratiquement la moitié gauche de la maquette, au lieu de se trouver dans la porte d’entrée de la Maison Rouge, gisait dans celle reliant l’antichambre 4 (devenant 1) à l’espace central 5 (devenant 3) [fig. 16].

b) Dessins et clichés nouveaux

  • 32 Grâce à l’amabilité de Mme Ella van der Meijden, conservateur à l’Antikenmuseum Basel und Sammlung (...)

25La présence de notre maquette dans une exposition itinérante passant en Suisse a permis de compléter les informations manquantes par prises de notes, prises de vues et dessins (fig. 19 à 26)32. Ces derniers, faits sur un objet complètement restitué, étaient indispensables pour qu’on en ait une vue d’ensemble.

c) Notes de fouille

  • 33 C’était sa première participation à la mission de Mari, en tant que photographe.
  • 34 D’après le carnet photos de la mission Parrot, la Maison Rouge a été fouillée jusqu’au 15-11 et les (...)

26Douze fiches aide-mémoire de la main de Jean Margueron33 viennent d’être retrouvées, comportant essentiellement des croquis légendés : elles récapitulent la fouille de la maison dite R 28 entre le 1er et le 5 novembre 195434 ; la numérotation des salles y correspond à celle du cahier d’André Parrot mais, pour la commodité de la lecture par rapport au plan fig. 16, sera transposée désormais selon celle de Jean Margueron.

Fig. 17 – Salle 1 de la Maison Rouge en fin de dégagement, vue vers le nord - nord-est. À gauche, l’escalier ; vers le centre la fosse circulaire de la pseudo-tombe aux vases grenades ; vers le fond à droite, un témoin avec le col d’une grosse jarre

27Ces fiches contribuent à :

    • 35 Parrot 1967, p. 305 : « à quelques mètres au sud-ouest de la Maison Rouge ».

    identifier les gisements : ainsi notre fragment 2 est situé sans ambiguïté dans la porte 1-3 et deux mini-croquis (en plan et en coupe) permettant de reconnaître les fragments établissent que tous les clichés ont été pris depuis l’antichambre 1 : or la légende des fig. 318 et 319 ainsi que de la pl. LXXXIII-1, qui stipule : « à l’entrée » ou « à la porte » de la Maison Rouge, se trouve ainsi erronée. Par ailleurs André Parrot signale un gisement à l’extérieur de la maison35 : ni les notes, ni les légendes n’en font état, et c’est par conséquent par défaut qu’on peut lui attribuer notre fragment 3 ;

  • poser le problème de la provenance de la maquette, qui sera développé ci-après. En effet, la situation des fragments par rapport au loc. 1 (excepté celui recueilli à l’extérieur de la maison) donne l’impression d’un regroupement relatif par rapport à une fosse circulaire (croquis J.-C. M. des 1er et 2-11-1954 et ici fig. 17), identifiée au moment de la fouille comme une tombe en puits, caractérisée par un mobilier de huit vases « grenades » (fig. 18) ;

  • donner des indications sur un matériel céramique associé, similaire à celui qui accompagnait les maquettes A et C : outre les vases grenades, ces notes font état, dans le secteur, de « deux petites céramiques pointues » dont le schéma joint ressemble tout à fait au profil de nos vases miniatures contenus dans les maquettes (cf. fig. 12) ; le fragment de maquette no 1 est également accompagné d’une céramique « de forme nouvelle », plus pointue, d’après le croquis, que ces derniers, mais n’apparaissant sur aucun cliché. Ces données complètent celles des deux clichés du fragment 3 (à l’extérieur de la maison, Parrot 1967, pl. LXXXIII-2 et 4), où apparaissent respectivement un et deux godets (de fond plutôt globulaire).

28Malgré des indications de profondeur, qui se veulent systématiques, il paraît hasardeux de fonder des inférences stratigraphiques en l’absence d’une confirmation qui serait donnée par la présence de deux éléments « cotés » sur un même cliché, étant donné qu’on ne sait pas si le point de référence était toujours le même : ainsi les fragments 2, 1 et 4 se trouvent-ils à respectivement 2 m, 1,40 m et 1,95 m de profondeur (ou par rapport à un mur), mais la fosse se situe à 1,80 m (plutôt que 2,80 ? rature).

d) Clichés d’archives concernant plus généralement la Maison Rouge

  • 36 Cf. Parrot 1955, fig. 7 p. 197, où apparaît le même col de jarre.

29La fig. 17 est prise du sud de l’antichambre 1 ; on y voit le mur d’échiffre de l’escalier, ainsi qu’une fosse circulaire peu profonde, d’un diamètre évaluable à 80 cm environ, qui pourrait bien être celle de la pseudo-tombe à grenades de la fig. 18 ; un fragment de grosse jarre, subsistant sur un témoin situé au-dessus du gisement où sont visibles sur cette dernière quatre des jarres grenades36, correspond à des éboulis environ 70 cm plus haut que notre fosse.

Fig. 18 – Une partie du gisement des vases grenades de la salle 1 de la Maison Rouge, vue vers le sud-ouest

Fig. 19 – La maquette B en vue plongeante du côté de la face 3

II. Contexte de la maquette B et matériel associé

  • 37 Parrot 1955, p. 193-194 et fig. 5 p. 194 (plan du secteur de la Maison Rouge) ; Parrot 1967, p. 305 (...)

30Bien que ce point ait été déjà exposé37, il convient de le reprendre à la lumière des données nouvelles et d’y apporter les rectifications nécessaires.

1. Identification des gisements (fig. 16)

    • 38 Cf. Parrot 1967, pl. LXXXIII-3 ; Muller 2002, pl. X-2.

    Dans la porte de la maison, il vient d’être précisé, grâce aux documents d’archives, qu’il s’agit du fragment 1, celui du quart « sud-est » de la maquette (fig. 15)38, situé à une profondeur de 2 m. Il y avait à côté un godet à fond très pointu qui n’apparaît sur aucun cliché : il n’est mentionné que par une des fiches de Jean Margueron.

  • Le fragment 2 (moitié « ouest », c’est-à-dire gauche de la maquette) ne se trouvait pas, comme le dit la légende de la fig. 319 et de la pl. LXXXIII-1 de la publication, dans la porte de la maison : le cliché est pris depuis l’antichambre 1 vers l’espace central 3. La profondeur de la maquette est notée à 1,40 m du sommet du mur.

  • Les fragments de fond, numérotés ici 4, ne sont mentionnés que sur un croquis de situation de l’espace central 3 dans les notes de J.-C. M. du 5-11-1954, et sont placés tout près de la porte 3-1, dans laquelle se trouve en outre une « petite cruche présargonique ». Les profondeurs sont respectivement de 1,95 et de 1,80 m. Ce gisement n’apparaît sur aucun cliché.

    • 39 Clichés reproduits pl. X-3 et-4 de Muller 2002.
    • 40 Parrot 1967, p. 305.

    C’est donc par élimination que le quatrième gisement est illustré par les fig. 2 et 4 de la pl. LXXXIII de la publication39 : c’est alors le fragment 3 qui se trouve « à quelques mètres au sud-ouest de la Maison Rouge » ; il n’est pas noté par J.-C. M., mais la date de découverte annoncée (2 novembre)40 correspond avec celle de la prise de vue du carnet photos, où il apparaît comme le premier mis au jour des fragments de cette maquette. À côté, deux godets à fond globulaire dont la présence n’a été commentée nulle part.

2. Le matériel associé

31Au total, ce sont trois vases miniatures qui ont été retrouvés tout près de fragments de la maquette, auxquels il faut en ajouter deux dispersés dans l’antichambre 1 (fig. 16), à une profondeur de 1,80 m. Il faut aussi mentionner la petite cruche proche du fragment 4.

32Il est sûr que de nombreux tessons occupaient le remplissage, en tout cas celui de l’antichambre 1 (cf fig. 14). J.-C. M. note, sur le croquis du 1-11-1954, de « très abondantes céramiques présargoniques de modules divers », tout au long de la cloison orientale de cette pièce, et l’exemple de profil donné est celui d’une très grosse jarre : ni leur situation, ni leur nature ne les prédisposent à une relation avec la maquette.

33En revanche sur le même croquis figure un cercle défini comme un « puits – tombe présargonique – 8 grenades » –, avec des « ossements, céramique du palais à l’intérieur et à l’extérieur ». Ceci correspond à nos fig. 17 et 18 : sur le carnet photos, la première est définie comme « tombe aux grenades, salle 4 [= 1] » et semble avoir été prise vers le sud-ouest alors que la seconde, réalisée à la fin de la fouille, laisse voir un morceau de l’escalier vers nord-est. Les quatre vases et le col (fig. 18) sont bien du type « grenade ».

3. Interprétation

  • 41 Vérification faite dans le catalogue de toute l’année 1954, aucune tombe n’est mentionnée comme aya (...)
  • 42 Cf. Jean-Marie 1999, p. 90.
  • 43 Margueron à paraître.

34Qu’en est-il de ces tombes en puits ? Apparemment, André Parrot lui-même n’a pas maintenu son interprétation, puisque, en définitive, il n’a pas numéroté sa fosse comme une tombe41. Les tombes en puits ne semblent d’ailleurs pas être un type très convaincant42, et le mythe en est démonté, incidemment, par Jean Margueron43.

35À quoi correspond alors cette fosse circulaire, d’un diamètre grossièrement évaluable à 0,80-1 m, et dont le fond se trouve, au vu de notre fig. 17, à 10 ou 15 cm sous le sol de la salle 1 ? Une fosse de pillards clandestins agissant après la destruction aurait son point de départ beaucoup plus haut. On ne la repère pas dans le secteur des vases (fig. 18). Si on en déduit alors qu’elle a été creusée à partir du sol de la maison, deux solutions sont possibles :

  • il s’agit de la fosse dans laquelle a été déposée la maquette ;

  • il s’agit de la fosse d’extraction de la maquette.

  • 44 Rappelons que la fosse d’enfouissement de la maquette C a été recherchée vainement, le comblement s (...)
  • 45 Parrot 1967, p. 306 ; Weygand 2001, p. 35 ; Muller 2002, p. 305.

36En effet, aucun des fragments ne se trouvait dans la fosse44, mais l’aire de dispersion de ceux-ci, excepté pour le fragment 3, est circonscrit dans ses abords immédiats. Les habitants de la maison avaient-ils voulu sauver d’un désastre imminent (rappelons les traces du violent incendie qui a marqué les murs de la couleur qui a servi à dénommer cette maison) la maquette et le matériel qui lui était associé ? C’est ce qui ressort des investigations qui viennent d’être exposées, et qui annule l’interprétation qui a prévalu jusqu’à présent, selon laquelle cette maquette était conservée à l’intérieur de la maison45.

37La remise en cause de cette première interprétation n’aurait pas pu naître sans la référence aux deux autres exemples de Mari publiés à ce jour (plus le troisième, inédit), tous enterrés sous un sol, accompagnés de vases, la plupart à l’extérieur, quelques-uns rangés dans ses compartiments. L’idée que la maquette pouvait se trouver dans la maison parce qu’elle était soit en attente d’enfouissement, soit en usage comme mobilier cultuel se défend beaucoup moins bien dès lors que des vases de types semblables à ceux associés aux autres maquettes ont été recueillis ici, dans un contexte stratigraphique correspondant à celui de la maquette. C’est l’observation des deux godets proches du fragment 3, probablement rangés à l’origine dans le compartiment 3 ou 4 de la maquette, qui a déclenché cette recherche plus approfondie d’un contexte possible. Plusieurs faits concordent donc (fosse, dispersion de trois sur quatre des fragments à moins de 3 m d’elle, vases grenades immédiatement mis en relation avec elle, godets presque encore in situ dans un compartiment) pour laisser entendre que, contrairement à ce qui a été écrit jusqu’à présent, la maquette B a été, comme les autres, enfouie avec ses vases sous le sol d’une maison : il y a simplement eu perturbation du dépôt, probablement dans l’Antiquité.

III. État de conservation de la maquette B

1. À l’observation des clichés publiés

38Les deux clichés de la publication, pl. LXXXIV, permettent les observations suivantes :

  • de la porte d’entrée ne sont conservés que le seuil et le montant droit, rattachés à la cloison extérieure, qui s’étend un peu au-delà du locus à cheminée no 6, ce qui représente presque un quart de la circonférence totale ; le loc. 6 paraît intact, avec sa porte donnant sur le loc. 1 et son accrochage avec un des angles de l’espace central ; celui-ci paraît conservé sur toute sa hauteur, et ses cloisons paraissent brisées dans le prolongement des portes qui l’ouvrent vers les loc. 1 et 4 (fragment 1) ;

  • l’angle opposé de l’espace central est également conservé, dans des conditions similaires (hauteur intégrale, cassure au montant « nord » de la porte 2-5 et « ouest » de 2-3, accrochage avec la cloison séparant les loc. 5 et 9 et, par là, avec une portion de l’enceinte circulaire) ; on perçoit la base du montant « sud » de 2-5 avec un fragment de la suite de la cloison de l’espace central, ainsi que la base, également cassée en déclivité, de la cloison 8-5 ; ces photos ne rendent pas compte de l’extension de ce fragment vers l’arrière, sinon par la fracture du fond, qui semble bien indiquer que ce fragment constituait près de la moitié de la maquette (fragment 2) ;

  • le troisième angle conservé de l’espace central est celui à la jonction des loc. 3, 7 et 4, qui pourrait avoir englobé le « sol » du centre de l’espace central, avec sa dépression circulaire (fragment 3) ;

    • 46 L’identification des gisements attribue le fond au fragment 4 (cf. supra, § II-1).

    à quoi correspond le quatrième fragment, il est difficile de le dire au vu de ces deux clichés – peut-être des éléments du fond, brisé en plusieurs morceaux et qui paraît d’une bonne épaisseur régulière46.

  • 47 Cf. Muller 2002, fig. 111-b.

39Le troisième cliché réalisé au cours de la campagne de 195447 montre bien la lacune de la paroi circulaire et du fond du loc. 4 ; la paroi de l’espace central y est complétée par un fragment supplémentaire.

2. À l’observation de la maquette restaurée (fig. 19-27)

40Les restaurations faites ultérieurement au plâtre sont bien visibles sans être criantes. Si la largeur de la porte d’entrée paraît assurée, en revanche sa hauteur, ainsi que celle de son linteau, sont conjecturales (la surélévation de l’encadrement par rapport à la paroi extérieure, restaurée à l’exemple de la maquette A, me paraît quelque peu excessive, cf. fig. 22-b). Sont restitués les linteaux des portes 1-8, 1-2, 2-3 et peut-être en partie 2-5.

41Les angles des cloisons de l’espace central sont conservés jusqu’à leur sommet, excepté l’angle « sud-ouest ». C’est le secteur en face et à gauche de l’entrée (loc. 1) qui est le plus abîmé ; la cloison entre 1 et 8 est complètement restituée, il n’en restait sans doute que l’empreinte sur la plaque de fond ; celle entre 8 et 5 est restaurée dans sa partie haute. Par ailleurs celles qui délimitent les autres espaces périphériques sont complètes.

42La paroi circulaire présente une brèche d’une quinzaine de centimètres sur pratiquement toute la hauteur du loc. 4 et deux lacunes mineures en bordure des loc. 7 et 3.

43Le fond, bien qu’en morceaux et vraisemblablement consolidé à la base, paraît complet.

44Les vestiges sont suffisants pour assurer l’ensemble dans ses dimensions et son organisation. Des détails comme les supports corniers au sommet de l’espace central et l’encadrement de la porte d’entrée, partiellement conservés, peuvent être inférés à l’exemple de la maquette A.

IV. Technique de fabrication de la maquette B

45La pâte rose à dégraissant végétal et minéral noir grossier, qui paraît relativement cuite, a été couverte d’un badigeon blanc qui subsiste à certains endroits, en particulier à l’angle de l’espace 1 du côté de 4 et dans l’espace 6 ; il est par endroits épais et boursouflé ; sa présence à l’intérieur de l’espace 6 laisse entendre que la maquette a été trempée tout entière dans un bain. La tranche supérieure de toutes les cloisons est arrondie, excepté celles de l’espace central, qui sont plus équarries. Les montants des portes, découpées dans les parois, sont gauchis, en particulier ceux de l’espace central dans l’axe de l’entrée. Le fragment 2, qui constitue presque la moitié de la maquette (enfilade 1-2-3 devant 8-5-9) a l’avantage de montrer celle-ci en coupe longitudinale (fig. 14) ; on peut remarquer alors que le fond est bien plan et d’une épaisseur constante.

V. Analyse de la maquette B

1. Dimensions (en cm, cf. fig. 21)

  • ø 62 à 62,4 (61,5 selon Kohlmeyer et Strommenger 1982, no 48, p. 63-64 ; 61 selon Fortin 1999, no 282).

  • H. max. : 28-29 (28,5 selon Kohlmeyer et Strommenger ; 29 selon Fortin). H. de l’enceinte 18 à 18,5.

  • Côté de l’espace central : 32,8 dans l’axe de l’entrée, 33,6 transversalement.

  • Épaisseur des parois 1,2 (cloisons internes), 1,2 à 1,4 (sommet de l’espace central), 1,5 (enceinte). Fond : 3 env.

  • Portes :
    2-4 : 18,5 x 6,5 (la seule de l’espace central presque complète)
    1-6 : 13 x 6
    3-7 : 12,5 x 4,5
    3-9 : 13,2 x 4,5

46La baie de la porte d’entrée, large de 7 cm, est restituée sur une hauteur de 15 cm. Ceci est sans doute excessif car les bords de l’enceinte de part et d’autre, au lieu d’être restitués à l’horizontale comme sur les maquettes A et C, remontent légèrement, haussant d’autant le côté supérieur de l’encadrement et le linteau surélevé (fig. 22 et 24).

2. Organisation (fig. 19-23)

a) Le plan

  • 48 En effet seules les cloisons du loc. 6 s’attachent réellement à l’angle externe de l’espace central (...)

47Le plan est un cercle à peine irrégulier, subdivisé orthogonalement à partir d’un espace central carré (à 1,2 cm près). Les compartiments de la couronne les plus grands ont une forme pseudo-rectangulaire et alternent avec des compartiments pseudo-triangulaires (ou pseudo-trapézoïdaux48) plus petits.

Fig. 20 – La maquette B en perspective depuis la face 2. En hachures : parties restaurées

Fig. 21 – Plan de la maquette B

Fig. 22 – Élévation de la façade de la maquette B

Fig. 23 – Maquette B, coupes transversales :
a – à travers les loc. 6-2-9 ;
b – à travers les loc. 1-2-3

b) Les portes

  • 49 Cela signifie sans doute que les portes ont été découpées dans l’espace central avant l’adjonction (...)
  • 50 Les portes 3-9 et 3-7 sont déportées vers le centre de la maquette.

48Les portes de l’espace central sont ménagées à peu près au milieu de chacune de ses cloisons, mais, pour la raison expliquée note 48, il y a un effet de décalage du côté des loci périphériques 1 et 349. Elles assurent une communication centrifuge depuis l’espace central vers les quatre compartiments pseudo-rectangulaires. Ceux qui sont situés dans l’axe de l’entrée (1 et 3) communiquent avec chacun des deux petits, pseudo-triangulaires50, tandis que les espaces 4 et 5 sont isolés, ou du moins ne communiquent qu’avec l’espace central.

c) Les regroupements

49Ils suggèrent ainsi deux « appartements » de trois pièces, une grande flanquée de deux petites (1-6-8 et 3-7-9), séparés par l’enfilade médiane 5-2-4.

Fig. 24 – Détail de la porte d’entrée de la maquette B

Fig. 25 – Maquette B, porte 2-4

3. Couverture et aménagements (fig. 20 à 27)

a) Couverture

  • 51 Et non à gauche comme l’affirme Parrot 1967, p. 305.
  • 52 Parrot 1967, p. 296.

50Seul le réduit no 6, à droite de l’« antichambre » 151, est couvert d’une plaque en terre cuite à peine bombée, modelée dans la continuité des parois, et munie d’une perforation circulaire relativement vaste (ø 5 cm). La pente formée par les cloisons qui s’accrochent à l’angle externe de l’espace central pour rejoindre la cloison périphérique est assez faible, celle des cloisons qui délimitent l’espace 3 est presque nulle, mais le bord supérieur n’est pas rectiligne : ceci ne va pas dans le sens d’autres éléments de couverture, perdus, concernant les espaces périphériques. En revanche à quelque 2 cm du bord supérieur de l’espace central, deux supports corniers, quarts de ronds en terre cuite fixés aux parois, pourraient constituer les arrêts d’un couvercle en bois comme l’avait suggéré André Parrot pour la maquette A52.

Fig. 26 – Maquette B, vue plongeante sur les loc. 1 et 6

Fig. 27 – Maquette B (cf. Fortin 1999 no 282. Avec l’aimable autorisation du musée de la Civilisation, Québec)

b) Aménagements et détails architecturalement suggestifs

  • 53 Et non en fer à cheval comme l’affirment Kohlmeyer et Strommenger 1982, p. 63 ainsi que Fortin 1999 (...)

51— L’espace central est pourvu de sortes de petites banquettes d’angle hautes de 1 cm et, au centre, d’une légère dépression circulaire53 entourée d’un large bourrelet peu net et irrégulier.

52— Les portes, rectangulaires (gauchissement ou léger arrondi du linteau proviennent tantôt de la restauration, tantôt de la difficulté de l’artisan antique à découper dans des espaces restreints, comme pour la porte 1-6 par exemple) sont toutes pourvues d’un seuil, haut de 1,5 cm à quelques millimètres. La porte d’entrée, plus soignée que les autres, est munie d’un encadrement formé d’un mince bandeau en relief et d’un seuil en légère saillie par rapport au nu de la paroi. Le linteau qui forme une surélévation de l’enceinte est une restauration – assurée dans son principe – par comparaison avec les spécimens A et C.

B. M.

C. COMPARAISONS : CARACTÉRISTIQUES MORPHOLOGIQUES

I. Dimensions (en cm) et proportions (cf. fig. 8 à 10, 12, 20 à 28)

Maquette A

Maquette B

Maquette C

ø 56

ø 61-62

ø 54 à 56

H. max. 26,5

H. max. 28

H. max. 20

H. enceinte 17,5

H. enceinte 18

H. enceinte 13,4

Côté esp. central 25,5 et 25

Côté esp. central 32,8 et 33,6

Côté esp. central 21 et 19

53Il ressort immédiatement de ce tableau que la maquette B est la plus grande, C la plus trapue. En effet, pour A et B le rapport entre la hauteur maximale et le diamètre est très proche de 1 sur 2, alors que pour cela il manque 7 cm à C. En revanche le côté de l’espace central équivaut partout à la hauteur maximale, rendant le volume de l’espace central proche du cube. La hauteur de l’enceinte équivaut au tiers du diamètre pour A, à moins du tiers (1/3,4) pour B et au quart pour C.

II. Qualité d’exécution

  • 54 Ou plutôt irrégulièrement cuit, cf. rapport de restauration de C. Pariselle dans cette même livrais (...)
  • 55 Cf. Muller 2002, n112.
  • 56 Cf. C. Pariselle dans cette même livraison, p. 167-183.

54Si, à propos de la maquette A, Parrot parle de terre mal cuite, nos observations nous conduisent plutôt à faire remarquer la grossièreté d’un matériau pourvu d’un abondant dégraissant, fortement ou irrégulièrement cuit en ce qui concerne l’exemplaire C54. En revanche, ce dernier présente de grandes irrégularités dans son plan, qui paraît beaucoup plus parfait en A et B, au point que l’idée d’un façonnage à la tournette55, au moins de la base, est inacceptable pour C. L’irrégularité du plan de C est un corollaire d’une certaine négligence ou d’une certaine maladresse dans l’exécution par rapport aux deux autres56. Même le fond en est irrégulier, bombé, alors que celui des maquettes A et B est plan (cf. fig. 10, 14).

III. Organisation structurale (fig. 12, 19, 20, 21, 28)

1. Agencement des volumes

  • 57 Ces rapports ont été recherchés, cf. Margueron 2004, p. 180-185.

55Les trois modèles sont conçus selon le schéma d’un cylindre extrêmement trapu, du centre duquel émerge un cube (l’espace central). Le rapport de hauteur entre l’enceinte et l’espace central est de 2/3 environ. Le côté de ce dernier équivaut à peu près à la moitié du diamètre du cylindre57. L’espace périphérique ainsi ménagé est compartimenté orthogonalement par des cloisons qui prolongent celles de l’espace central. Si la maquette A illustre presque parfaitement ce modèle théorique, l’exemplaire B s’en écarte parce que ses cloisons périphériques situées dans l’axe longitudinal sont décalées par rapport à celles de l’espace central. La maquette C, toujours sur le principe du compartimentage de la couronne, procède par un quintuple cloisonnement, rayonnant cette fois, à partir des angles de l’espace central, avec une cloison orthogonale supplémentaire subdivisant l’un d’eux (nos 4 et 6). La différenciation nette de ces espaces du point de vue de leurs dimensions, déjà affaiblie en B, se trouve en C presque complètement annulée – en effet, cette dernière ne comprend que cinq espaces périphériques au lieu de huit.

2. Emplacements des portes et regroupement des espaces

56Le rôle prépondérant de l’espace central, ouvert par une porte à peu près médiane sur chacun de ses côtés, est de règle. André Parrot avait justement observé le regroupement par deux – une grande et une petite – des pièces périphériques de la maquette A, qui forment ainsi quatre groupes sans autre accès entre eux qu’à travers l’espace central, par la grande pièce. Les documents dont nous disposions jusqu’à présent n’avaient pas permis de constater qu’il en allait tout autrement pour la maquette B qui, encore une fois, n’est pas du tout une réplique de A : en effet aux deux groupes de trois pièces (une grande et deux petites) de l’avant et de l’arrière s’oppose l’isolement des espaces 4 et 5. En C, tous les espaces périphériques sont isolés les uns des autres, excepté l’entrée no 1 qui communique avec le plus petit des espaces périphériques, no 6.

IV. Portes, aménagements et détails évocateurs d’architecture

1. La porte d’entrée (cf. fig. 6, 8, 21, 22, 28)

  • 58 Détail bien visible dans Parrot 1967, pl. LXXXII (milieu gauche) en ce qui concerne les montants, m (...)

57Toujours pourvue d’un encadrement en relief et marquée par un seuil plus ou moins haut, elle est rendue plus monumentale encore par la surélévation de son linteau au-dessus de la ligne sommitale de l’enceinte, avec laquelle correspond grosso modo le haut de sa baie. Des variantes de détail font que le seuil de B et, dans une moindre mesure, celui de A est saillant, que l’encadrement en relief est particulièrement massif sur C, fin sur B et équilibré sur A. Remarquons que, contrairement à la restitution proposée pour B, les montants en relief s’arrêtent non pas au sommet de la baie, mais près de celui du linteau surélevé, aussi bien en A58, qu’en C, l’encadrement marquant le bord horizontal supérieur.

2. Les autres portes (cf. fig. 6, 7, 8, 11, 20, 25, 26)

  • 59 Maquette A : pas de seuil. Maquette B : H. 1,5. Maquette C : H. 1.

58Plus ou moins gauchies, plus ou moins arrondies à leurs angles sommitaux, comme toute baie découpée dans la terre cuite, les portes secondaires, pourvues ou non d’un seuil plus ou moins élevé59 n’apportent pas, d’une maquette à l’autre, de différence notable, à l’exception de celles de l’espace central de la maquette C. Celles-ci sont pourvues, à 1,5 cm environ de leur sommet, d’une traverse horizontale sous forme d’un boudin rapporté, qui évoque immanquablement un arc de décharge.

Fig. 28 – Maquette A, plan et vue axonométrique (d’après Parrot 1967, fig. 313 p. 296)

3. Le réduit couvert à orifice (cf. fig. 5, 6, 8, 15, 21, 22, 25, 26, 28)

  • 60 Pour la technique de fabrication, cf. Muller 2002, p. 402.

59Toujours situé à côté de l’antichambre 1 sur laquelle il ouvre – par une porte cintrée pour A, un peu trapézoïdale pour B, par une absence de cloison pour C –, il peut se trouver soit à gauche (A et C), soit à droite (B) de l’entrée. Sur A et B, c’est un locus pseudo-triangulaire comme les autres, à la différence qu’il possède une fermeture supérieure qui suit l’inclinaison des cloisons et que celle-ci possède, plus ou moins en son centre, un orifice circulaire représentant un trou d’évacuation des fumées. Sur la maquette C, on a affaire plutôt à une sorte de hotte de cheminée, variante assez intéressante, tant sur le plan de la signification que de la technique de fabrication60. Il s’agit dans tous les cas de représenter une cuisine.

4. Les banquettes de l’espace central (cf. fig. 19, 21, 25, 28)

60Bien marquées sur la maquette A, où elles s’étendent sur tout le pourtour de l’espace central sauf à l’emplacement des portes, elles sont plus discrètes en B où elles n’en occupent, sur une hauteur de 1 cm, que les angles. En C, elles font complètement défaut.

5. La dépression au milieu de l’espace central (« foyer ») [fig. 10, 12, 19, 21, 28]

  • 61 Maquette A : L. 5. Maquette B : ø 5 (pour l’aspect du bord, cf. Parrot 1967, pl. LXXXIV bas, repris (...)

61En forme de fer à cheval ouvert du côté de l’entrée sur la maquette A, ce qui est unanimement interprété comme un foyer y est marqué par un bord en relief, lequel fait défaut sur la maquette C, où il se réduit à une dépression circulaire, alors qu’en B celle-ci est entourée d’un bourrelet large, peu net et irrégulier61.

6. Les supports corniers (fig. 6, 8, 12, 19 à 21, 25, 28)

  • 62 Ceux de la maquette C sont, pour deux d’entre eux au moins, très sommaires et sans perforation (cf.(...)

62Ils sont présents au haut de l’espace central des quatre maquettes, quarts d’anneaux62 pour lesquels on ne voit pas d’autre usage que de pouvoir soutenir un couvercle – en bois puisqu’il n’en est rien resté. Ils ne constituent pas en eux-mêmes un élément évocateur d’architecture, mais sont importants par rapport à la conception que pouvaient se faire les Mariotes d’un espace central couvert.

63En conclusion, c’est la maquette A la plus régulière et la plus équilibrée dans sa construction (cercle presque parfait, cloisons orthogonales bien dans le prolongement les unes des autres) comme dans sa distribution (quatre groupes de deux pièces). Dans la maquette B, le décalage des cloisons dans l’alignement « nord-sud » est assorti d’une distribution inégale (deux fois trois espaces périphériques, deux fois un seul), qui privilégie, lorsqu’on regarde le plan, l’axe « est-ouest » et amplifie l’espace central par rapport aux autres. Inutile d’insister, de ce point de vue, sur les défauts de la maquette C, sur lesquels Isabelle Weygand et Christine Pariselle insistent largement : déformation du cercle, cloisonnement rayonnant et non orthogonal, difformité des espaces périphériques.

64Du point de vue des détails, la maquette C marque son originalité par la hotte et les arcs de décharge, la maquette A par la forme du foyer central et l’extension des banquettes ; la carence – banquettes – vient encore du côté de C – la maquette B ne marquant ni originalité ni carence.

B. M. et I. W.

D. COMPARAISONS : CONTEXTE

I. Un dépôt volontaire sous le sol

  • 63 Cf. dans cette livraison Margueron et al. : « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1995 » (...)
  • 64 Parrot 1967, p. 294. Les italiques sont de l’auteur.

65On a vu plus haut (note 5) que la maquette C ne se trouvait que quelques centimètres sous le sol de la pièce dont un seul mur nous est connu63. Pour la maquette A, on sait seulement qu’elle gisait « sous l’état le plus ancien de la voie – présargonique jusqu’à plus ample informé64 ». Les observations faites ci-dessus (§ B-II et fig. 17) vont également dans le sens d’une situation primaire en sous-sol à une très faible profondeur de la maquette B.

  • 65 Parrot 1967, p. 295 et pl. LXXX, repris dans Muller 2002, p. 306-307 ; pl. XI-1 (photo non publiée (...)
  • 66 Cf. supra, § A-I et fig. 2 et 4. Cf. Weygand 2001, fig. 14 p. 34, où une des briques laissée en pla (...)
  • 67 Il est regrettable qu’aucun relevé de ces briques n’ait été fait pour la maquette A, qui paraît avo (...)

66Ce qui conforte évidemment l’idée d’un dépôt volontaire, c’est le soin avec lequel la maquette A était protégée « dans une construction irrégulière, faite de briques crues », soin qui a déjà été souligné65. On ne peut rien dire de tel pour la maquette B, puisqu’elle n’était plus en place. En revanche, la maquette C avait bénéficié, elle aussi, sinon d’une véritable construction, du moins de briques de calage66, non pas pour la maquette elle-même, mais pour les vases qui l’entouraient ; dans aucun des deux cas (A et C) ces briques ne semblent avoir couvert la totalité du dépôt, mais l’altitude de leur sommet coïncide avec celle du sommet des vases les plus hauts : on le voit aussi bien sur les clichés de la maquette A cités note 6567 que sur ceux de la maquette C (cf. fig. 2 et 4).

II. Matériel associé

1. Ossements animaux

  • 68 Parrot 1967, p. 298 et 299.

67Sans précision sur leur nature pour la maquette A, ils y avaient été déposés dans l’espace 4 et devant la porte68. Ils n’ont pas été reportés sur le plan concernant la maquette C (fig. 2) mais appartiennent au sommet du dépôt (cf. fig. 12) ; d’autres ossements d’oviné ont été recueillis à proximité des vases (cf. supra, § A-III-2).

2. Céramiques

a) Gisements et nombre

  • 69 Parrot 1967, p. 298-305 et fig. 314 p. 300 ; cf. également pl. LXXX.
  • 70 Il semble que la liste de Parrot 1967, p. 298, intervertisse le contenu des deux loci de la maquett (...)
  • 71 Cf. Parrot 1967, pl. LXXX-4, reproduit dans Muller 2002, pl. XI-2.

68André Parrot note très précisément l’emplacement des vases69 : la maquette A elle-même en contenait une bonne proportion (21 pièces) ; seule l’antichambre 1 ainsi que les tout petits compartiments triangulaires n’en contenaient pas ; ils étaient superposés et empilés les uns dans les autres, certains des plus grands dans l’espace central (M. 3207, 3204), ou les loc. 4 et 570. Aucun ordre logique ne paraît commander cet ordonnancement, sinon que, pour un remplissage le plus efficace possible, les petits étaient au fond, c’est-à-dire sous les plus grands. Le reste, soit 13 sur un total de 34, étaient déposés à l’extérieur, sur deux couches par endroits, concentrés du côté de la porte ; l’aire qu’ils couvraient ne paraît guère déborder le diamètre de la maquette, soit, par évaluation très approximative, une soixantaine de centimètres sur une trentaine de large71.

69Comme il a été dit plus haut, il est probable que les 5 vases piriformes miniatures à fond plus ou moins pointu retrouvés dans la Maison Rouge étaient également contenus dans la maquette B. Quant aux 8 vases grenades, on peut les supposer plutôt à l’extérieur.

  • 72 Sommet du premier vase apparu (III E 1 NO-52 = TH 95.88) : ∆ 176,59 m. Base de la maquette du côté (...)

70Le dépôt associé à la maquette C est tout différent, car seuls les 6 vases en miniature (dont deux étaient empilés, c’est pourquoi on n’en voit que 5 sur les plans et les photos) étaient contenus dans la maquette, plus précisément dans son loc. 3 (fig. 3, 5, 12). La totalité des 28 autres se répartit sur une aire de 1,50 m environ est-ouest, sur le flanc nord de la maquette en s’étendant vers l’ouest sur une bande d’une trentaine de centimètres au maximum. Ils se chevauchaient et superposaient, pour certains, sur une trentaine de centimètres d’épaisseur72 (cf. fig. 12 et 13). Là une logique de regroupement semble s’ébaucher, par type morphologique.

b) Formes

  • 73 B. Muller et J.-Y. Monchambert, en préparation. Pour une première ébauche de comparaison de ce maté (...)

71L’étude céramologique de ces dépôts viendra en son temps, de façon à intégrer la quatrième maquette, retrouvée en 200073. D’ores et déjà, on ne peut qu’être frappé par la présence systématique des vases en miniature, à fond plus souvent pointu que globulaire. À l’inverse, si les 8 jarres grenades accompagnaient bien la maquette B, elles font défaut par rapport à A et il n’y en avait qu’une (III E 1 NO-60 = TH 95.96) associée à la maquette C. Communs à A et C, il faut remarquer les godets cylindriques, les vases ouverts à fond plat (petits pots), les jarres piriformes à fond plat, les jattes, les bols, les faisselles ou filtres. Si M. 3229 (A) est plus vraisemblablement une lampe qu’un grand bol ou une jatte, il faudrait vérifier si III E 1 NO-70 = TH 95.105 n’en serait pas une aussi ; en tout cas les bols à bec verseur III E-1 NO-67 et-69 (TH 95.103 et 104) en sont certainement.

72Par ailleurs il faut remarquer les associations, comme celle de la jarre, du godet et de la coupe à fond perforé (bol-passoire), cette dernière posée comme un couvercle, renversée ou non.

73Il est intéressant aussi de voir dans ce contexte des formes plus rares par ailleurs, comme les vases miniatures. Le nombre identique de vases accompagnant A et C n’est peut-être pas l’effet du hasard, même si les assemblages ne sont pas identiques. La présence de lampes paraît particulièrement symbolique. Les autres vases relèvent d’activités domestiques comme peut-être la confection du fromage (bols-passoires, faisselles ou filtres). Les types de vases choisis, du moment qu’ils se répètent, avaient certainement un sens, qu’il conviendra d’élucider par une étude intrinsèque et comparative plus approfondie.

III. Situation stratigraphique et datation74

  • 74 Nous devons à Jean Margueron, même s’il n’a pas encore publié toutes ses réflexions, la compréhensi (...)

74Avec les maquettes B et C, on est sûr d’être dans ce que Jean Margueron appelle maintenant la Ville II, datée du DA III/Agadé ; c’est probable aussi avec la maquette A, même si aucune vérification n’a encore été faite sur le terrain. Pour ne pas rester plus longtemps sur des imprécisions, anticipons sur le contexte de la maquette D, mise au jour à une dizaine de mètres de C, et située à peu de choses près dans la même couche : la fouille de 2000 a atteint, immédiatement en dessous, les couches de remblayage pour nivellement préparatoires à l’édification de la Ville II : les deux maquettes du chantier F se trouvent donc dans le niveau de construction primitif de celle-ci et ne peuvent plus, par conséquent, être datées d’une phase tardive du DA III débordant sur la période d’Agadé, comme cela a été proposé pour la maquette A, mais plutôt du début du DA III.

IV. Signification

  • 75 Margueron 2000, p. 39-42, et particulièrement p. 41 : « N’aurions-nous pas, avec ces maquettes, le (...)

75Dès lors la fonction de dépôt votif, en relation avec la refondation de la ville par les nouveaux constructeurs, après un temps d’abandon, se précise75 – mais non l’identité de la ou des divinités concernées.

B. M. et I. W.

E. COMPARAISONS : LES MAQUETTES ET L’ARCHITECTURE MARIOTE

76Il s’agit ici de reprendre la question à la lumière des dernières recherches, en passant en revue en détail les points de comparaison possibles, de façon à présenter une véritable argumentation sur l’interprétation du type de bâtiment représenté.

I. Le faux problème d’un rapport avec l’architecture circulaire

  • 76 Pour un point sur la question, cf. Muller 2002, p. 99-100, 109, 110-111, 121 ; rubriques « interpré (...)
  • 77 Restitution et interprétation, cf. Margueron 1999. On s’y référera également pour la bibliographie.

77Inutile de revenir sur cette question, amplement débattue76 : de façon générale, le plan circulaire des maquettes n’est pas significatif, il tient à des facteurs (technique de fabrication, ou valeur symbolique) qui n’ont rien à voir avec l’architecture ; plus précisément, il n’y a pas d’architecture circulaire à Mari, et il n’y a pas non plus de points communs entre l’organisation de nos maquettes et celle de bâtiments circulaires comme ceux – pourtant à peine antérieurs – de Tell Gubba ou de Tell Razuk77. La seule comparaison pertinente concernerait Tepe Gawra XI-A, mais l’écart chronologique de plus d’un millénaire l’éloigne de nos considérations.

  • 78 Mentions dans Muller 2002, p. 109, 116, 121.
  • 79 La notion d’espace central couvert – dont J.-C. Margueron ne fait pas une règle absolument systémat (...)

78Mais si l’on fait abstraction du plan extérieur pour ne s’en tenir qu’au volume et à l’organisation intérieurs, c’est-à-dire à la structure, des comparaisons avec l’architecture mariote, religieuse ou domestique, peuvent être proposées78. Ces comparaisons portent tant sur le plan que sur le volume tel que le restitue Jean Margueron – restitutions faites en fonction des données architecturales et non par imitation des maquettes, et qu’il n’y a pas lieu de discuter ici en tant que telles79. Il s’agit de voir en quoi les maquettes peuvent refléter certaines données de l’architecture mariote elle-même – dans le cadre de ces restitutions – ou en différer.

II. Architecture religieuse : l’Enceinte Sacrée du palais de Ville II (naguère dit présargonique)

1. Restitution architecturale de l’espace central, couvert et surélevé

  • 80 Margueron 1984b, p. 33.
  • 81 Margueron 1984b, p. 35.

79Dans une première étape de sa réflexion, Jean Margueron étudie les arguments pour et contre la possibilité d’une couverture de l’espace central : « Je ne puis dans le cadre de cet exposé développer les modalités éventuelles d’une couverture enjambant l’espace central de ce sanctuaire ; mais il existe des solutions, même si l’opération est difficile, et je reviendrai dans une étude plus technique sur cette question. Un argument supplémentaire en faveur de la thèse “espace couvert” peut être tiré de l’étude des maquettes […] retrouvées à Mari même »80. […]« Finalement, si la preuve n’est pas encore faite que le grand espace XXVI-XXVII du Palais Présargonique de Mari a été une salle couverte, il existe néanmoins de fortes présomptions pour qu’il faille changer la manière traditionnelle de la concevoir. Est-il besoin d’insister sur le fait que les conséquences d’une situation aussi nouvelle seront importantes pour qui voudra étudier le déroulement des rites à l’intérieur de l’édifice sacré ? »81.

  • 82 Margueron 1993. On s’y référera pour la comparaison des plans de l’Enceinte Sacrée, non reproduits (...)
  • 83 Margueron 1993, p. 308-313 et fig. 22 et 23.
  • 84 Margueron 1993, p. 313.

80L’« étude plus technique », qui paraît près de dix ans plus tard82 insiste davantage encore sur la fragilité de la brique crue aux intempéries, sur l’absence de système d’évacuation des eaux dans cet espace central, sur l’absence de crapaudines, c’est-à-dire de fermetures, absence inacceptable dans le cas d’une cour… La nécessité d’une couverture apparaît donc impérative, avec les difficultés inhérentes à un espace de 16 m de côté. Différentes solutions de charpentes sont alors envisagées, la meilleure couvrant l’espace central – dont les murs, plus épais que les autres, sont restitués plus haut selon le système de la nef et des bas-côtés – par un système d’aisseliers soutenant un lanterneau83. Les maquettes n’y sont plus invoquées. « Certes, comme je le disais en commençant, il n’est pas possible d’affirmer que la ou les solutions proposées soient tout à fait assurées puisqu’elles sont pour une grande part le fruit du raisonnement. Cependant elles permettent de rendre compte de toutes les anomalies et de toutes les caractéristiques que présente l’édifice. C’est la cohérence globale de la solution proposée qui lui donne une vraisemblance que l’on souhaiterait pouvoir un jour transformer en certitude. »84

2. Comparaison avec les maquettes de Mari

a) Organisation structurale

81L’organisation structurale des maquettes fait écho à cette restitution, du moins dans ses grandes lignes : l’espace central a des murs plus hauts que les autres et les supports corniers suggèrent qu’il pouvait être couvert. Mais là s’arrête l’imitation, puisque, sur les maquettes, ses cloisons ne sont pas plus épaisses que les autres. Par ailleurs, à part le petit locus à la cheminée, aucun des espaces périphériques ne fournit d’indice de couverture, même amovible en matériau périssable.

b) Les installations

    • 85 Parrot 1972, p. 287-288, repris par Margueron 1982, p. 91. Cf. dans cette livraison Margueron et al (...)
    • 86 Parrot 1971, p. 262, éléments récapitulés par Margueron 1982, p. 101-102.
    • 87 Margueron 1982, p. 104 d’après Parrot 1969, plan fig. 3 p. 196 et mention p. 206.

    Dans l’espace central, les installations représentées dans les maquettes – foyer et banquettes – ne répondent en aucune façon à celles des différents niveaux de l’Enceinte Sacrée : pour P-3, rien n’a été retrouvé ; pour P-2, allées bitumées sur le pourtour, peut-être un bassin à l’angle nord-ouest, dispositif à libation au tiers méridional (dalles de pierre et rigoles, peut-être vers des bassins de bronze), tables d’offrandes et coffres enduits creusés dans le sol85 ; pour P-1, un autel à redans dans le tiers sud, associé à une série de « barcasses », mais désaxé et biaisé par rapport aux murs86 ; pour P-0, un autel à redans plaqué contre le mur sud87.

    • 88 Cf. Margueron 1982, p. 91, 101-102, 103-104. Au niveau P-1, il faut néanmoins signaler des installa (...)

    Sur les maquettes, la « cuisine » donnant sur l’antichambre ne correspond à aucun aménagement réel de ce type dans les salles périphériques de l’Enceinte Sacrée88.

c) Organisation des espaces périphériques et des circulations

82Sur les maquettes, la couronne est constituée d’un seul rang de pièces, alors que l’Enceinte Sacrée possède en plus un couloir périphérique segmenté.

  • 89 Du moins lorsque la porte XLV-XXIX a été bouchée.

83Du point de vue du regroupement des espaces périphériques, chacune des maquettes représente un cas de figure. On n’en connaît rien pour P-3 ; sur les onze dénombrés en P-2, trois sont isolés, c’est-à-dire reliés uniquement à l’espace central, les autres sont regroupés par deux89 ; P-1 conserve la même disposition, mais l’ouverture XLV-XXIX crée une enfilade de quatre salles ; P-0 conserve, de ce point de vue, l’organisation de P-1. À aucune de ses phases, le monument réel ne possède d’enfilade de trois pièces comme sur la maquette B ; la proportion des salles isolées par rapport aux groupes ne peut pas être comparée à celle, majoritaire, de la maquette C ; la maquette A, avec ses groupes de deux pièces, serait la plus fidèle, mais aussi la plus restrictive.

84Les maquettes reproduisent donc des solutions réelles, mais pas de façon exacte, ni exhaustive.

  • 90 Battini 1997.

85Une autre discordance, relevée par Laura Battini90 à propos d’architecture domestique, s’applique aussi ici : c’est celle de l’emplacement des portes (cf. infra, § III-7).

III. Architecture domestique

  • 91 Cf. dans cette même livraison J.-C. Margueron, « Mari : la maison d’habitation de la Ville II ». On (...)
  • 92 Cf. Parrot 1967, p. 297. Margueron 1984b, p. 33-34, ne s’attache qu’au principe d’organisation des (...)

86L’étude de Jean Margueron dans la présente livraison91 est une occasion de cerner plus précisément ce que les maquettes pourraient rappeler de l’architecture domestique mariote qui leur est contemporaine : en effet, André Parrot, en l’absence de « motif figuratif ou symbolique », avait écarté l’hypothèse d’une représentation de sanctuaire et assimilé la maquette A à « une habitation, résidence d’un notable » ; depuis, nombre d’auteurs lui ont emboîté le pas, avec ou sans nuances et avec plus ou moins d’arguments92.

  • 93 Réexamen et restitution, cf. Margueron 1996a, p. 24-32 ; comparaison avec les maquettes, cf. Muller(...)

87Si l’une des cinq maisons étudiées par Jean Margueron présente trop peu de données pour être prise en compte ici, en revanche les quatre autres forment l’embryon d’une série, évidemment plus intéressante à mettre en relation avec les maquettes qu’un seul spécimen, la Maison Rouge, ce qui a déjà été fait93. À propos de cette dernière d’ailleurs, les données inédites qui viennent d’être exposées (cf. supra, § B-I et II) donnent un relief nouveau aux similitudes qui se dégagent entre elle et les maquettes.

1. L’espace central ou pseudo-central, carré, couvert et surélevé

88La Maison Rouge reste l’exemplaire phare de la série, suivi de la maison du quartier du Souk, beaucoup moins bien documentée ; la restitution de la maison aux Installations artisanales est moins bien étayée parce qu’elle a subi des remaniements, celle de la maison du Piège, incomplète, est vraisemblable par comparaison. Il n’en reste pas moins que ces espaces centraux sont carrés dans deux cas (maison du quartier du Souk et maison aux Installations artisanales), proches du carré dans les deux autres. C’est ce que l’on observe également sur les maquettes.

2. Porte d’entrée unique

89Pour des raisons de conservation ou d’extension de la fouille, deux maisons sur quatre peuvent attester cette caractéristique, commune à nos trois maquettes.

3. Organisation d’ensemble

  • 94 Organisation et surface en sont tout à fait cohérentes dans la restitution proposée.

90La Maison Rouge montre une couronne à un seul rang de pièces – qui fait défaut sur l’un de ses côtés, mais qui pourrait bien être totale dans la maison au Piège94 ; cette couronne est complète dans la maison du quartier du Souk, au fond de laquelle s’ajoute une pièce supplémentaire ; la maison aux Installations artisanales est plus complexe et comporte au moins une double couronne, autour d’un espace central qui n’a pas la même importance que sur les autres exemples. Les maquettes quant à elles sont toutes dotées d’une couronne simple, ce qui n’empêche pas des différences de proportions des types de pièces entre elles selon les spécimens.

4. Les circulations

a) Espace central

91Là où la totalité de l’espace central est conservée, celui-ci possède une porte sur chaque côté (maison aux Installations artisanales et maison du quartier du Souk) ; il y a de fortes présomptions pour que celui de la maison au Piège ait eu quatre portes aussi. Il est normal que celui de la Maison Rouge n’en ait que trois, puisque l’un de ses murs est un mur extérieur. Par conséquent on peut parler d’un schéma constant, que reproduisent les maquettes, de distribution des circulations à partir de l’espace central.

b) Pièces périphériques

92La première pièce en entrant paraît, lorsqu’elle est conservée ou restituable, associée à une pièce ou à un renfoncement plus petits (maison du quartier du Souk et Maison Rouge). C’est ce qui apparaît systématiquement sur nos maquettes, tantôt à droite (maquette B) comme dans la réalité, tantôt à gauche (A et C).

93Par ailleurs la distribution des pièces va d’une seule (Maison Rouge) à des groupes de deux ou plus. Cette diversité est bien illustrée par les maquettes.

5. Installations de l’espace central

94Il est frappant de constater, dans trois cas sur quatre, la présence de banquettes : sur deux côtés dans la maison au Piège, sur trois côtés dans la maison aux Installations artisanales et dans la Maison Rouge. Dans cette dernière, l’une des banquettes était associée à des récipients du type « barcasse », connu dans des contextes religieux, et dans la précédente, à un autel et à une barcasse. Seule la maquette C ne possède pas de banquette.

95Le foyer central des maquettes est le seul élément que l’on ne retrouve à cet emplacement dans aucune des maisons étudiées.

6. Fonction de la pièce attenante à l’antichambre

96À l’exemple de l’« évier » qu’il identifie au fond de l’antichambre de la Maison Rouge, à droite, Jean Margueron voit une salle d’eau dans le réduit, semblablement placé, de la maison du quartier du Souk, le système d’évacuation des eaux usées vers la rue par une canalisation étant patent dans les deux cas. Seule la Maison Rouge livre, de façon évidente, à la fois une cuisine (partie de l’antichambre avec évier) et une salle d’eau (pièce 2, avec un bassin de pierre) ; cette association est possible pour la maison du quartier du Souk et n’est pas impossible pour la maison au Piège, même si la canalisation d’écoulement des eaux usées n’y a pas été retrouvée.

97Ce que les maquettes font apparaître, ce n’est pas l’eau, mais le signe même de la cuisine, à savoir l’âtre, avec le réduit couvert à orifice (d’évacuation des fumées est-on raisonnablement en droit de supposer). Il est notable que ce local se trouve, comme dans les maisons, attenant à l’antichambre (maquettes A et B) ou même intégré à elle (maquette C).

7. Emplacement des portes

98Sur les maquettes, les portes sont situées – plus ou moins approximativement – au milieu des parois : c’est net et sans exception pour celles de l’espace central ; y dérogent les portes des espaces périphériques entre eux sur les maquettes B et C. Or, comme il est établi depuis longtemps, dans la réalité de l’architecture syro-mésopotamienne, au DA III comme ultérieurement aux époques d’Agadé et paléobabylonienne, les portes sont généralement en position latérale (cf. note 90) – on peut d’ailleurs le constater sur les maisons de Ville II à Mari même.

8. Escalier et inférence d’un étage

  • 95 Dans la présente livraison, J.-C. Margueron, « Mari : la maison d’habitation… », p. 231.
  • 96 Dans la présente livraison, J.-C. Margueron, « Mari : la maison d’habitation… », p. 242.

99L’escalier est assuré dans la maison du quartier du Souk et dans la Maison Rouge. Il dessert un étage qui se développe au-dessus des pièces de la couronne, l’espace central étant « comme une grande colonne95 », « qui s’élevait jusqu’en haut de la construction sans plancher intermédiaire » et qui assurait un éclairage à claire-voie96.

9. Comparaisons ponctuelles

  • 97 Margueron 1984a, fig. 11 et p. 16 ; l’auteur signale cependant un problème, c’est l’absence de cend (...)

100Les vestiges d’une hotte de cheminée (?) bien conservée ont été trouvés à Mari dans l’angle de la pièce XX du Palais Oriental (chantier A), contiguë à la salle du trône XVI ; de l’autre côté de cette dernière a été repéré, dans un angle de murs (loc. LIX), un renfoncement susceptible d’avoir supporté une hotte de cheminée97.

IV. Conclusion : ce que les maquettes ont et n’ont pas en commun avec l’architecture réelle de Mari

101Comme on vient de le voir, les maquettes n’ont pas d’escalier et ne suggèrent pas d’étage. Néanmoins, la structure du volume est rendue par la surélévation des cloisons de l’espace central, et sa couverture par les supports corniers censés retenir un couvercle. L’emplacement des portes – centrées – ne correspond pas à la réalité. Mais la distribution des circulations depuis l’espace central est un trait véridique, de même que la diversité du nombre des pièces de la périphérie qui forment des unités communiquant entre elles. La porte d’entrée unique est également un point commun, tout comme la fonction domestique (cuisine) de la pièce attenante à l’antichambre. De même, les banquettes autour de l’espace central se retrouvent sur les maquettes et dans les maisons.

102Sur les maquettes, le foyer central, absent dans les maisons, devait avoir une signification particulière : doit-on lui prêter la connotation religieuse des banquettes et barcasses des maisons ? Signifiant aussi, le traitement de la porte d’entrée, toujours pourvue d’un encadrement, d’un seuil et d’un linteau surélevé : superstructures disparues dans nos exemples d’architecture.

103À la question : « les maquettes représentent-elles des maisons ou des temples ? », on peut maintenant répondre de façon plus fondée. En effet, si la structure et le volume tel que le restitue Jean Margueron s’accordent aussi bien avec ceux de l’Enceinte Sacrée que ceux des maisons, en revanche aménagements et installations, dans leur nature et leur emplacement, concordent incontestablement mieux avec l’architecture domestique : les comparaisons qui viennent d’être faites confortent l’idée d’André Parrot.

  • 98 Et non à « un cas particulier » (Battini 1997, p. 96), même si je ne vais pas aussi loin que Azara (...)

104Il n’en reste pas moins que, du point de vue de l’organisation, la couronne régulière, sur tout le pourtour, à rang de pièces unique, n’existe pas dans la réalité, ni dans l’Enceinte sacrée ni dans les maisons : la régularité d’un tel plan ressortit plutôt à un archétype idéal98. La maquette représenterait alors le concept dans sa perfection originelle autant que dans sa simplification, l’économie des moyens étant considérée comme plus expressive que l’accumulation des détails.

  • 99 La relation avec des rites funéraires est exclue malgré les apparences, car la tombe découverte à p (...)

105Et la signification symbolique de la maquette s’explique alors plus facilement : représentation de la ville par son contour, de la maison par sa structure – la maison dans ses fonctions religieuses autant que domestiques99.

F. CONCLUSION

106Quelles cérémonies accompagnaient ces enfouissements qui tiennent du dépôt de fondation rituel, en ces débuts de la Ville II ? En effet, la répétition d’un phénomène similaire – trois maquettes, trois variations sur un thème bien spécifique, avec chacune un dépôt de 34 vases représentant 15 formes dont 3 seulement ne sont pas communes aux deux dépôts complets (A et C), tout cela respectivement dans deux maisons et une rue –, implique qu’il ne s’agissait pas d’une initiative individuelle, mais d’une coutume, commune aux fondateurs de la Ville II, qui inscrivaient ainsi dans leur sol leur appartenance à leur cité, bâtie sur un cercle, autant que la perfection conceptuelle d’un type constructif.

B. M.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Azara P.
2001 « La représentation des modèles dans l’art ancien : un emblème de la création architecturale ? », in B. Muller (éd.), « Maquettes architecturales » de l’Antiquité : regards croisés…, actes du colloque de Strasbourg, 3-5 décembre 1998, p. 425-442.

Battini L.
1997 « Du nouveau sur la maquette de Mari au Musée de Damas », Orient-Express 1997/3, p. 95-96.

Bretschneider J.
1991 Architekturmodelle in Vorderasien und in der östlichen Ägäis vom Neolithikum bis in das 1. Jahrtausend. Phänomene in der Kleinkunst an Beispielen aus Mesopotamien, dem Iran, Anatolien, Syrien, der Levante und dem ägäischen Raum unter besonderer Berücksichtigung der bau-und religionsgeschichtlichen Aspekte, Alter Orient und Alter Testament, Band 229, Neukirchen-Vluyn.

Castel C.
1992 Habitat urbain néo-assyrien et néo-babylonien. De l’espace bâti à l’espace vécu, 2 tomes, BAH 143, Institut français d’archéologie du Proche-Orient, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris.

Delougaz P., Hill H. D., Lloyd S.
1967
Private Houses and Graves in the Diyala Region, OIP LXXXVIII, The University of Chicago Press, Chicago.

Fortin M.
1999 Syrie, terre de civilisations, Musée de la civilisation, Les Éditions de l’Homme, Québec.

Foucault-Forest Ch.
1996 L’habitat privé en Palestine au Bronze Moyen et au Bronze Récent, BAR International Series 625, Oxford.

Jean-Marie M.
1999 Mission archéologique de Mari, tome V. Tombes et nécropoles de Mari, BAH 153, Institut français d’archéologie du Proche-Orient, Beyrouth.

Kohlmeyer K., Strommenger E.
1982 Land des Baal. Syrien, Forum der Völker und Kulturen, Philipp von Zabern, Mayence.

Lebeau M.
1996 « Les maisons de Melebiya. Approche fonctionnelle de l’habitat privé au IIIe millénaire av. notre ère en Haute Mésopotamie », in K. R. Veenhof (éd.), Houses and Households in Ancient Mesopotamia, communications présentées à la 40e Rencontre assyriologique internationale, Leyde, 5 au 8 juillet 1993, Nederlands historisch-archaeologisch Instituut te Istanbul, Istamboul, p. 129-136.

Margueron J.(-C.)
1982 Recherches sur les palais mésopotamiens de l’âge du Bronze, BAH 107, Institut français d’archéologie du Proche-Orient, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris.
1984a « Rapport préliminaire sur la campagne de 1982 », MARI 3, p. 7-39.
1984b « Prolégomènes à une étude portant sur l’organisation de l’espace sacré en Orient », in G. Roux (dir.), Temples et Sanctuaires, séminaire de recherche 1981-1983, Travaux de la Maison de l’Orient no 7, GIS-Maison de l’Orient, Lyon, p. 23-36.
1993 « Une couverture possible pour l’espace central de l’Enceinte Sacrée », MARI 7, p. 281-313.
1996a « La maison orientale », in K. R. Veenhof (éd.), Houses and Households in Ancient Mesopotamia, communications présentées à la 40e Rencontre assyriologique internationale, Leyde, 5 au 8 juillet 1993, Nederlands historisch-archaeologisch Instituut te Istanbul, Istamboul, p. 17-38.
1996b « Mari : campagne 1995 », Orient-Express 1996/2, p. 35-38.
1999 « Notes d’archéologie et d’architecture orientales. 10, L’architecture circulaire dans l’univers syro-mésopotamien au début du IIIe millénaire », Syria 76, p. 19-55.
2000 « Réflexions sur l’idée de fondation et la réalité de l’acte dans le monde syro-mésopotamien. Le cas de Mari et de quelques autres sites », in P. Azara, R. Mar, E. Riu, E. Subias (éd.), La fundacion de la ciudad, Mitos y ritos en el mundo antiguo, préactes pour le colloque de Barcelone 8-10 juin 2000, p. 35-43.
2004 Mari, métropole de l’Euphrate, Picard, Paris.
à paraître « L’ex-cour IV de l’ex-Palais présargonique de Mari ou : la salle 4 du palais de Ville II de Mari », in Actes du 3ICAANE, Paris 15-19 avril 2002.

Margueron J.-C., Muller B.
1997 « Une maquette architecturale à Mari : dépôt votif ? », rubrique « Actualité Syrie », Le Monde de la Bible 102, janvier-février 1997, p. 104.

Miglus P. A.
1999 Städtische Wohnarchitektur in Babylonien und Assyrien, Baghdader Forschungen Band 22, Deutsches Archäologisches Institut, Orient-Abteilung, Philipp von Zabern, Mayence.

Muller B.
1996 « Les maquettes architecturales : reflet de l’habitat domestique ? (Mésopotamie, Syrie-Palestine, du IIIe au début du Ier millénaire) », in K. R. Veenhof (éd.), Houses and Households in Ancient Mesopotamia, communications présentées à la 40e Rencontre assyriologique internationale, Leyde, 5 au 8 juillet 1993. Nederlands historisch-archaeologisch Instituut te Istanbul, Istamboul, p. 39-53.
2002 Les « maquettes architecturales » du Proche-Orient ancien : Mésopotamie, Syrie, Palestine, du IIIe au milieu du Ier millénaire avant J.-C., BAH 160, Institut français d’archéologie du Proche-Orient, Beyrouth.
sous presse « Le matériel associé aux “maquettes” de Mari : quelle spécificité ? », in Actes du 3ICAANE, Paris 15-19 avril 2002.

Parrot A.
1955 « Les fouilles de Mari, dixième campagne (automne 1954) », Syria 32, p. 185-211.
1967 Mission archéologique de Mari. Vol. III : Les Temples d’Ishtarat et de Ninni-zaza, BAH 86, Institut français d’archéologie de Beyrouth, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris.
1969 « Les fouilles de Mari. Dix-septième campagne (automne 1968) », Syria 46 (3-4), p. 191-206.
1971 « Les fouilles de Mari. Dix-neuvième campagne (printemps 1971) », Syria 48, p. 253-270.
1972 « Les fouilles de Mari. Vingtième campagne de fouilles (printemps 1972) », Syria 49, p. 280-302.

Strommenger E., Hirmer M.
1964 Cinq millénaires d’art mésopotamien. Paris, Flammarion.

Weygand I.
2001 « Présentation des maquettes du Proche-Orient : Mésopotamie et Syrie », in B. Muller (éd.), « Maquettes architecturales » de l’Antiquité : regards croisés…, actes du colloque de Strasbourg, 3-5 décembre 1998, p. 17-42.

Notes

1 No de chantier : III E 1 NO-84 ; no d’inventaire : TH 95.87. Musée de Deir ez-Zor. Sauf indication contraire, tous les dessins de maquettes sont d’Anne Horrenberger.

2 Voir dans la présente livraison Margueron et al. : « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1995 », chantier F, carrés III D 1 et III E 1 par I. Weygand, p. 45-50.

3 Parrot 1967, p. 294-306 et pl. LXXX-LXXXIV ; maquette A (M. 3200), exemplaire complet, mis au jour sous le sol de la rue, dans sa position originelle ; maquette B (M. 3280), trouvée en plusieurs fragments dans la Maison Rouge du même quartier, dans la couche de destruction.

4 La maquette C n’est pas complètement inédite : le dessin en perspective (ici fig. 8) fait l’objet de la couverture d’Orient-Express 1996-2 et elle a été mentionnée dans le texte (Margueron 1996b, p. 36-37). Elle a également fait l’objet d’un encadré dans le Monde de la Bible (Margueron et Muller 1997). Dans Muller 2002, elle est inventoriée sous le no 217, mais sans détail sur sa situation, ni sur la nature et l’emplacement du matériel associé ; par ailleurs cet ouvrage fait succinctement appel à certaines des comparaisons et conclusions développées ici (p. 109, 135-136, 199, 203).

5 Dans une des pièces d’une maison fouillée dès 1991 a été trouvé un petit autel. Mais la maquette est apparue sous le sol d’une autre pièce, à un niveau inférieur. En effet, un niveau supérieur apparaît de façon assez organisée, avec un sol à ∆ 177,13 m (loc. 7, 8, 10). Le petit autel du loc. 6 appartient à une phase intermédiaire (sol à ∆ 176,80 m). La maquette appartient à une phase ancienne, caractérisée par des murs arasés au niveau du sol (∆ 176,64 m), en partie occultés par ceux de la phase supérieure, qui n’ont pas été démontés (cf. ici fig. 13 et « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1995 », fig. 15 et 18 p. 47 et 49). Sommet des vases accompagnant la maquette : ∆ 176,59 m ; base de la maquette : 176,28 m.

6 Les plus grands vases (hauteur maximum : 20 cm) étaient placés au-dessus.

7 Profondeur par rapport à la surface des bermes : environ 4 m. Nous tenons à remercier vivement les stagiaires du comité d’entreprise d’Alcatel Business System, présents à la Mission, Daniel Fischer, Alain Hurstel, Joëlle Hurstel et Daniel Bertrand, qui ont conçu et réalisé efficacement le délicat soulèvement de la maquette C, laissée sur une semelle de terre.

8 Cf. dans la présente livraison, le rapport de restauration de Christine Pariselle.

9 Dimensions en cm de l’espace central : 21 x 19 cm.

10 Il s’agit de mesures approximatives prises depuis l’extérieur des parois, avant la restauration.

11 H. paroi extérieure : 13,4 cm (H. 16 cm à l’emplacement de la porte) ; ép. du fond : 1 cm ; ép. des parois : 2 à 2,4 cm.

12 Dimensions du passage (sans l’encadrement) : H. 7 cm ; l. 9 cm.

13 Hypothèse proposée (Parrot 1967, p. 296) et généralement retenue.

14 Pas de no III E 1 NO-84. Les numéros qui sont privilégiés ici sont les numéros d’inventaire (précédés de TH). Les dimensions s’entendent en centimètres. Abréviations : T. c. : terre cuite ; H. : hauteur ; ø : diamètre.

15 Les objets sont déposés au Musée de Deir ez-Zor : TH 95.112 est le no d’inventaire ; entre parenthèses figure le numéro de chantier.

16 Une coupe semblable a été trouvée dans le lot des objets accompagnant la maquette A, mais avec six perforations dans le fond, voir Parrot 1967, p. 299, M. 3201, et p. 300, fig. 314.

17 Deux gobelets miniatures faisaient partie du lot de céramiques accompagnant la maquette A, cf. Parrot 1967, p. 300, fig. 314 (M. 3205), et p. 303 (M. 3217).

18 Parrot 1967, p. 303, fig. 316 (M. 3218) et p. 304, fig. 317 (M. 3226). L’auteur les identifie comme cheminée et émet l’hypothèse d’un moule à fromage de chèvre, interprétation qui nous semble réaliste.

19 Le manque de données a d’ailleurs été ressenti par Bretschneider 1991, p. 190, qui établit une confusion avec la maquette A et qui, note 52 p. 13, annonce à notre insu une publication prochaine (dans MAM !).

20 No d’inventaire M. 3280. Cf. Parrot 1955, p. 193-194 (simple mention) ; Parrot 1967, p. 305-306.

21 Pour une bibliographie complète, cf. Muller 2002, no 111, où n’avaient pu être utilisées que les publications et la documentation de Parrot de la mission de Mari.

22 L’absence de dessins est due à la défection subite de Bernard Vincent, hospitalisé d’urgence (communication orale de Jean Margueron).

23 Par commodité, le terme de « face » a été conservé alors même que la maquette est circulaire, toujours en commençant par la façade, où se trouve la porte, et en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre.

24 Parrot 1967, p. 305.

25 Muller 2002, pl. IX-2. Lire dans la légende : « croquis inédit du 2 novembre 1954 » et non 1959.

26 Margueron 1996a, fig. 4 p. 28 ; les numéros de loci de Parrot n’avaient pas encore été remis en correspondance avec le plan, et n’avaient d’ailleurs aucune importance pour le propos.

27 Muller 2002, pl. X-1 : fragment 2 ; pl. X-2 : fragment 1.

28 Muller 2002, fig. 111-b.

29 Un cliché semblable, pris de plus près, n’apporte rien de plus.

30 Ce dernier cliché n’est pas parfaitement net, mais il confirme la situation en bordure de mur du fragment (cf. Muller 2002, pl. X-2). Par ailleurs, le tirage original de la fig. 3 de la pl. LXXXIII (Parrot 1967) montre que celle-ci devrait être retournée de 180° (haut/bas).

31 Parrot 1967, fig. 318 et 319 p. 306 et pl. LXXXIII-1, ce qui s’est répercuté sur Muller 2002, pl. X-1.

32 Grâce à l’amabilité de Mme Ella van der Meijden, conservateur à l’Antikenmuseum Basel und Sammlung Ludwig, Jean Margueron, Anne Horrenberger et moi-même avons eu accès à la maquette en janvier 2000, lors de l’exposition Syrien Wiege der Kultur, conçue par le musée de la Civilisation de Québec sous le titre Syrie terre de civilisations. Nous remercions chaleureusement MM. Michel Fortin et François Tremblay, commissaires de cette dernière, de nous en avoir communiqué des clichés (fig. 27). Notre gratitude va également à M. Sultan Muhesen, alors directeur général des Antiquités et des Musées de Syrie, de nous avoir autorisé cette étude hors de Syrie.

33 C’était sa première participation à la mission de Mari, en tant que photographe.

34 D’après le carnet photos de la mission Parrot, la Maison Rouge a été fouillée jusqu’au 15-11 et les abords jusqu’au 27-11.

35 Parrot 1967, p. 305 : « à quelques mètres au sud-ouest de la Maison Rouge ».

36 Cf. Parrot 1955, fig. 7 p. 197, où apparaît le même col de jarre.

37 Parrot 1955, p. 193-194 et fig. 5 p. 194 (plan du secteur de la Maison Rouge) ; Parrot 1967, p. 305-306 et pl. LXXXIII ; Muller 2002, no 111 et pl. IX-2 (plan de la Maison Rouge avec la numérotation des salles selon André Parrot).

38 Cf. Parrot 1967, pl. LXXXIII-3 ; Muller 2002, pl. X-2.

39 Clichés reproduits pl. X-3 et-4 de Muller 2002.

40 Parrot 1967, p. 305.

41 Vérification faite dans le catalogue de toute l’année 1954, aucune tombe n’est mentionnée comme ayant contenu des vases grenades (Jean-Marie 1999, p. 142-146, tombes 419 à 476). La seule rupture de numéro est celle du no 418, dont on ne sait pas s’il clôt la série de 1953 ou s’il inaugure celle de 1954 ; en tout cas, celui-ci ne figure pas dans la liste p. 73 des numéros supprimés par M. Jean-Marie.

42 Cf. Jean-Marie 1999, p. 90.

43 Margueron à paraître.

44 Rappelons que la fosse d’enfouissement de la maquette C a été recherchée vainement, le comblement sous le sol étant homogène comme s’il avait été effectué de façon égale sur une grande surface alors que le dépôt de la maquette était déjà en place (Muller 2002, p. 402). Raison de plus pour interpréter celle présumée de la maquette B comme une fosse d’extraction.

45 Parrot 1967, p. 306 ; Weygand 2001, p. 35 ; Muller 2002, p. 305.

46 L’identification des gisements attribue le fond au fragment 4 (cf. supra, § II-1).

47 Cf. Muller 2002, fig. 111-b.

48 En effet seules les cloisons du loc. 6 s’attachent réellement à l’angle externe de l’espace central ; les autres sont décalées sur les parois, de sorte que les espaces pseudo-triangulaires s’en trouvent agrandis. La porte 1-2, bien centrée par rapport au loc. 2, ne l’est pas par rapport au loc. 1.

49 Cela signifie sans doute que les portes ont été découpées dans l’espace central avant l’adjonction des cloisons des espaces périphériques.

50 Les portes 3-9 et 3-7 sont déportées vers le centre de la maquette.

51 Et non à gauche comme l’affirme Parrot 1967, p. 305.

52 Parrot 1967, p. 296.

53 Et non en fer à cheval comme l’affirment Kohlmeyer et Strommenger 1982, p. 63 ainsi que Fortin 1999, n282.

54 Ou plutôt irrégulièrement cuit, cf. rapport de restauration de C. Pariselle dans cette même livraison, p. 167-183.

55 Cf. Muller 2002, n112.

56 Cf. C. Pariselle dans cette même livraison, p. 167-183.

57 Ces rapports ont été recherchés, cf. Margueron 2004, p. 180-185.

58 Détail bien visible dans Parrot 1967, pl. LXXXII (milieu gauche) en ce qui concerne les montants, mais seule la vue plongeante de Strommenger et Hirmer 1964, pl. 112 (reproduite dans Muller 2002, fig. 112-k) met en évidence la partie en relief horizontale, qui n’est pas marquée sur le dessin de Bernard Vincent.

59 Maquette A : pas de seuil. Maquette B : H. 1,5. Maquette C : H. 1.

60 Pour la technique de fabrication, cf. Muller 2002, p. 402.

61 Maquette A : L. 5. Maquette B : ø 5 (pour l’aspect du bord, cf. Parrot 1967, pl. LXXXIV bas, reprise dans Muller 2002, fig. 111-c). Maquette C : ø 3, prof. 0,4.

62 Ceux de la maquette C sont, pour deux d’entre eux au moins, très sommaires et sans perforation (cf. supra § A-II-4).

63 Cf. dans cette livraison Margueron et al. : « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1995 », fig. 18 p. 49.

64 Parrot 1967, p. 294. Les italiques sont de l’auteur.

65 Parrot 1967, p. 295 et pl. LXXX, repris dans Muller 2002, p. 306-307 ; pl. XI-1 (photo non publiée par Parrot).

66 Cf. supra, § A-I et fig. 2 et 4. Cf. Weygand 2001, fig. 14 p. 34, où une des briques laissée en place donne le rapport d’altitude avec le dépôt céramique.

67 Il est regrettable qu’aucun relevé de ces briques n’ait été fait pour la maquette A, qui paraît avoir été beaucoup mieux enchâssée que la maquette C. Cf. Parrot 1967, pl. LXXX.

68 Parrot 1967, p. 298 et 299.

69 Parrot 1967, p. 298-305 et fig. 314 p. 300 ; cf. également pl. LXXX.

70 Il semble que la liste de Parrot 1967, p. 298, intervertisse le contenu des deux loci de la maquette : on reconnaît bien dans le loc. 4 la jatte M. 3219 contenant la faisselle ou filtre 3218, posée sur d’autres vases de sorte que sa panse déborde quelque peu la paroi extérieure de la maquette ; on reconnaît également, dans le loc. 5, la lampe ( ?) M. 3229 (cf. Muller 2002, pl. XI-1).

71 Cf. Parrot 1967, pl. LXXX-4, reproduit dans Muller 2002, pl. XI-2.

72 Sommet du premier vase apparu (III E 1 NO-52 = TH 95.88) : ∆ 176,59 m. Base de la maquette du côté nord : ∆ 176,31, correspondant à peu près à la base du vase III E 1 NO-60 = TH 95.96.

73 B. Muller et J.-Y. Monchambert, en préparation. Pour une première ébauche de comparaison de ce matériel, pour laquelle je remercie J.-Y. Monchambert de ses avis éclairés, voir Muller sous presse.

74 Nous devons à Jean Margueron, même s’il n’a pas encore publié toutes ses réflexions, la compréhension de l’évolution générale de Mari, et plus particulièrement de la signification stratigraphique des maquettes. C’est à lui aussi que nous devons la suggestion de signification qui va suivre. Cf. Margueron 2000, p. 39-42 ; Muller 2002, p. 135-136 et 203.

75 Margueron 2000, p. 39-42, et particulièrement p. 41 : « N’aurions-nous pas, avec ces maquettes, le signe matériel de cette refondation, utilisé pour certains édifices ou pour les rues – c’est-à-dire l’espace urbain – en faisant référence à la forme si caractéristique de la Ville I ? ». Cette mise en relation du plan circulaire des maquettes avec celui de l’enceinte extérieure de la ville de Mari même a été proposée oralement pour la première fois par Z. Tarzi, université Marc Bloch de Strasbourg, lors d’une conférence sur les maquettes prononcée par B. Muller dans le cadre de la section strasbourgeoise de la Société asiatique, le 28 janvier 1997. La fouille de 1994 (cf. rapport préliminaire dans la présente livraison), puis celles des années 2000 (communication orale de J.-C. M.) ayant mis en évidence à la fois des signes de continuité (extension de la ville, emplacement des remparts, éléments de la voirie) et de rupture (arasement de la Ville I, nivellement, modification radicale de l’orientation et du type des constructions), on ne peut pas du tout affirmer que les nouveaux fondateurs se référaient à une tradition ancestrale.

76 Pour un point sur la question, cf. Muller 2002, p. 99-100, 109, 110-111, 121 ; rubriques « interprétation architecturale » et comparanda des analyses détaillées des nos 111, 112, 217.

77 Restitution et interprétation, cf. Margueron 1999. On s’y référera également pour la bibliographie.

78 Mentions dans Muller 2002, p. 109, 116, 121.

79 La notion d’espace central couvert – dont J.-C. Margueron ne fait pas une règle absolument systématique à toutes les époques, mais qu’il étudie au cas par cas selon les dimensions de celui-ci, surtout lorsqu’elles atteignent 12 m – n’est pas unanimement admise : si Ch. Foucault-Forest récuse la cour centrale dans l’architecture « cananéenne » du BM et du BR au profit d’un espace couvert (Foucault-Forest 1996, p. 114), pour C. Castel « l’espace « central » [est] en général à ciel ouvert » au Ier millénaire (Castel 1992, p. 61) comme pour Miglus 1999, en particulier p. 251. L’architecture du IIIe millénaire n’a pas fait l’objet de synthèses comme celle des époques suivantes : citons par exemple Lebeau 1996, p. 133, 134, qui couvre ses espaces centraux de Tell Melebiya à la façon de J.-C. Margueron, et rappelons que les fouilleurs de l’université de Chicago avaient déjà fait des propositions dans le même sens (Delougaz, Hill et Lloyd 1967, pl. 64).

80 Margueron 1984b, p. 33.

81 Margueron 1984b, p. 35.

82 Margueron 1993. On s’y référera pour la comparaison des plans de l’Enceinte Sacrée, non reproduits ici, de même que pour les phases du monument (p. 284).

83 Margueron 1993, p. 308-313 et fig. 22 et 23.

84 Margueron 1993, p. 313.

85 Parrot 1972, p. 287-288, repris par Margueron 1982, p. 91. Cf. dans cette livraison Margueron et al. : « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1994 », fig. 8 p. 23.

86 Parrot 1971, p. 262, éléments récapitulés par Margueron 1982, p. 101-102.

87 Margueron 1982, p. 104 d’après Parrot 1969, plan fig. 3 p. 196 et mention p. 206.

88 Cf. Margueron 1982, p. 91, 101-102, 103-104. Au niveau P-1, il faut néanmoins signaler des installations domestiques (banquettes, plates-formes, banquettes pour caler des jarres).

89 Du moins lorsque la porte XLV-XXIX a été bouchée.

90 Battini 1997.

91 Cf. dans cette même livraison J.-C. Margueron, « Mari : la maison d’habitation de la Ville II ». On s’y référera, en particulier aux plans fig. 1, 2, 4, 6, 13 p. 228, 230, 233, 235, 241.

92 Cf. Parrot 1967, p. 297. Margueron 1984b, p. 33-34, ne s’attache qu’au principe d’organisation des volumes et, de ce fait, dépasse implicitement la question. Bretschneider 1991, p. 13-16 : les maquettes sont assimilées au type Hürdenhaus de Heinrich, mais leur plan circulaire fait dévier l’auteur du côté de Tell Razuk et Khirbet Kerak, qui ne sont pas à rattacher à l’architecture domestique. J’avais moi-même émis des réserves sur une comparaison portée exclusivement sur l’architecture domestique (Muller 1996, p. 43), imputant par hypothèse la forme circulaire à la tendance des céramistes à travailler au tour (p. 46), ce que je ne généralise plus maintenant pour Mari, en référence à la maquette C. Toute la note de Battini 1997 tend à insister sur les divergences entre maquettes et maisons du IIIe millénaire du point de vue de l’espace central. État de la question : cf. Muller 2002, p. 308.

93 Réexamen et restitution, cf. Margueron 1996a, p. 24-32 ; comparaison avec les maquettes, cf. Muller 1996, p. 43 ; Muller 2002, p. 109, 116.

94 Organisation et surface en sont tout à fait cohérentes dans la restitution proposée.

95 Dans la présente livraison, J.-C. Margueron, « Mari : la maison d’habitation… », p. 231.

96 Dans la présente livraison, J.-C. Margueron, « Mari : la maison d’habitation… », p. 242.

97 Margueron 1984a, fig. 11 et p. 16 ; l’auteur signale cependant un problème, c’est l’absence de cendres et de traces de feu dans la hotte, ce qui laisse un doute sur sa nature (?). Cf. dans la présente livraison le rapport préliminaire de 1995, p. 39 et fig. 2 et 5 p. 40 et 41.

98 Et non à « un cas particulier » (Battini 1997, p. 96), même si je ne vais pas aussi loin que Azara 2001, p. 434-435 : « Ainsi, si certains auteurs voient bien des modèles de temples ou de villes dans les scènes représentées sur les monnaies, les bas-reliefs, les statues, les peintures ou les mosaïques, d’autres, au contraire, préfèrent interpréter ces représentations soit comme des images d’architecture réelle ou d’architecture en miniature, soit comme des symboles d’architecture idéale : la ville terrestre ou la ville céleste. »

99 La relation avec des rites funéraires est exclue malgré les apparences, car la tombe découverte à proximité de la maquette C lui est antérieure, cf. dans cette même livraison « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1995 », chantier F, carré III E 1 (I. Weygand), p. 50.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Maquette C en cours de dégagement avec vases associés (vue vers le sud-est)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-1.jpg
Fichier image/, 276k
Légende Fig. 2 – Maquette C : briques de calage et vases du niveau supérieur (relevé A. Fadli)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-2.jpg
Fichier image/, 64k
Légende Fig. 3 – Maquette C in situ avec les céramiques associées dégagées en premier (relevé A. Fadli)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-3.jpg
Fichier image/, 84k
Légende Fig. 4 – Groupe de vases associés à la maquette C in situ avec briques de calage
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-4.jpg
Fichier image/, 396k
Légende Fig. 5 – La maquette C in situ vers le sud-ouest, avec céramiques à l’intérieur et à l’extérieur
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-5.jpg
Fichier image/, 436k
Légende Fig. 6 – Maquette C avant restauration
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-6.jpg
Fichier image/, 164k
Légende Fig. 7 – Maquette C, détail du loc. 4 montrant les nombreuses fractures, particulièrement aux jonctions
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-7.jpg
Fichier image/, 220k
Légende Fig. 8 – Axonométrie de la maquette C, dessin réalisé avant restauration
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-8.jpg
Fichier image/, 320k
Légende Fig. 9 – Maquette C, élévation de la façade
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-9.jpg
Fichier image/, 132k
Légende Fig. 10 – Coupe de la maquette C (cf. fig. 12) :a – à travers les loc. 1-2-3 ;b – en diagonale à travers la « hotte » et la cloison 3-4
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-10.jpg
Fichier image/, 80k
Légende Fig. 11 – Maquette C, détail d’une porte à « arc de décharge » de l’espace central (porte 5-2)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-11.jpg
Fichier image/, 180k
Légende Fig. 12 – Plan de situation schématique du matériel associé à la maquette C
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-12.jpg
Fichier image/, 212k
Légende Fig. 13 – Coupe nord-ouest - sud-est situant la maquette C par rapport aux murs du niveau supérieur (maison à l’Autel domestique, murs AA, AB et AH). Les murs en relation avec le sol qui la scellait (∆ 176,64) n’apparaissent pas sur cette coupe (relevé A. Fadli)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-13.jpg
Fichier image/, 196k
Légende Fig. 14 – Maquette B, fragment 2 in situ dans la porte 1-3 de la Maison Rouge, vu vers le NO
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-14.jpg
Fichier image/, 396k
Légende Fig. 15 – Maquette B, fragment 1 in situ dans la porte de la Maison Rouge, vu probablement vers le nord
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-15.jpg
Fichier image/, 172k
Légende Fig. 16 – Plan de la Maison Rouge redessiné par Nicolas Bresch, avec la numérotation des pièces conforme à celle de Jean-Claude Margueron (fig. 13b p. 241 dans cette livraison) : gisements de la maquette et de céramiques révélés ou précisés grâce aux notes inédites de J.-C. M.Équivalence des numéros de salles :
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-16.jpg
Fichier image/, 96k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-17.jpg
Fichier image/, 32k
Légende Fig. 17 – Salle 1 de la Maison Rouge en fin de dégagement, vue vers le nord - nord-est. À gauche, l’escalier ; vers le centre la fosse circulaire de la pseudo-tombe aux vases grenades ; vers le fond à droite, un témoin avec le col d’une grosse jarre
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-18.jpg
Fichier image/, 208k
Légende Fig. 18 – Une partie du gisement des vases grenades de la salle 1 de la Maison Rouge, vue vers le sud-ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-19.jpg
Fichier image/, 248k
Légende Fig. 19 – La maquette B en vue plongeante du côté de la face 3
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-20.jpg
Fichier image/, 248k
Légende Fig. 20 – La maquette B en perspective depuis la face 2. En hachures : parties restaurées
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-21.jpg
Fichier image/, 72k
Légende Fig. 21 – Plan de la maquette B
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-22.jpg
Fichier image/, 76k
Légende Fig. 22 – Élévation de la façade de la maquette B
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-23.jpg
Fichier image/, 108k
Légende Fig. 23 – Maquette B, coupes transversales :a – à travers les loc. 6-2-9 ;b – à travers les loc. 1-2-3
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-24.jpg
Fichier image/, 56k
Légende Fig. 24 – Détail de la porte d’entrée de la maquette B
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-25.jpg
Fichier image/, 156k
Légende Fig. 25 – Maquette B, porte 2-4
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-26.jpg
Fichier image/, 176k
Légende Fig. 26 – Maquette B, vue plongeante sur les loc. 1 et 6
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-27.jpg
Fichier image/, 172k
Légende Fig. 27 – Maquette B (cf. Fortin 1999 no 282. Avec l’aimable autorisation du musée de la Civilisation, Québec)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-28.jpg
Fichier image/, 324k
Légende Fig. 28 – Maquette A, plan et vue axonométrique (d’après Parrot 1967, fig. 313 p. 296)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4272/img-29.jpg
Fichier image/, 123k