Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 2

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Mari

Une stèle du temple dit de Ninhursag

Jean-Claude Margueron

Texte intégral

  • 1 Il n’est nullement certain que le sanctuaire de la Ville II ait été déjà voué à Ninhursag, comme l (...)

1Lors des recherches conduites sous la responsabilité de Dominique Beyer en 1997 dans le Lieu Très Saint du temple de Ninhursag1 fut mise au jour une petite stèle tout à fait originale et qui pose des problèmes intéressants à analyser (fig. 1 et 2).

A. LIEU DE LA DÉCOUVERTE

  • 2 Voir p. 75-122.

2La stèle provient d’une petite favissa, située dans l’angle sud-ouest de la pièce, et était associée à d’autres objets dont Dominique Beyer rend compte dans cette même livraison2. Il y aura peut-être des renseignements à tirer de l’association de ces différents objets ; pour l’heure je souhaite d’abord présenter la petite stèle de façon indépendante.

B. LA STÈLE ELLE-MÊME

3Retrouvée en trois morceaux d’inégales dimensions, elle est néanmoins complète, sauf pour de menus fragments dans les zones de contact ; il s’agit d’ailleurs d’une brisure faite dans l’Antiquité, car la tranche des cassures porte encore la trace de bitume qui avait servi aux réparations. Les clivages de la roche sont plus fortement marqués à l’emplacement des cassures.

4Taillée dans une plaque de gypse de 1,5 cm à 1,8 cm d’épaisseur, elle s’inscrit dans un format grossièrement rectangulaire, mais avec des irrégularités qui ne permettent pas de la définir comme un rectangle simple : elle mesure en hauteur 35,7 cm et sa largeur passe de 13,5 au sommet à 18,5 cm dans la partie la plus large près de la base qui, quant à elle, ne dépasse pas 14 cm. La limite gauche (en regardant la stèle) a été taillée régulièrement et légèrement en biais, en sorte que la largeur de la stèle diminue progressivement vers le sommet ; la limite droite présente une courbe irrégulière avec renflement au niveau de l’œil et creux dans la moitié inférieure. Enfin les angles inférieurs sont biseautés, mais peut-être s’agit-il simplement d’une cassure. Les tranches de la stèle sont lisses et les angles sont arrondis de façon à ne laisser subsister aucune aspérité.

5Au total, et malgré ce dernier trait, la mise en forme de la stèle ne semble pas au premier abord avoir fait l’objet d’un travail très soigné ; mais certaines observations viendront corriger partiellement cette première impression.

C. L’ICONOGRAPHIE

6Elle a été simplement gravée sur l’une des faces de la plaque ; les incisions, peu profondes, sont soulignées par une incrustation de bitume ce qui, aux manques près, donne l’impression d’un dessin fait à l’encre noire.

7L’accumulation de motifs, dont les liens ne paraissent pas évidents, conduit à procéder d’abord par une description très neutre, avant de chercher à établir dans quels sens opérer les mises en relation et quelle interprétation donner à l’ensemble.

8Le sommet de la stèle est occupé par un double bandeau – défini par trois lignes horizontales – dont chacun contient dix triangles approchant plus ou moins le triangle rectangle et généralement hachurés ; deux lignes de zigzags définissent exactement, à son sommet et à sa base, le champ du double bandeau. Les hachures des triangles sont normalement incisées parallèlement à l’un des côtés de l’angle droit ; la ligne médiane se constitue comme axe de symétrie pour chacune des bandes. Enfin, près des extrémités de chaque bande, un triangle est dépourvu des hachures habituelles : le principe de reproduction par symétrie donne alors naissance à deux losanges.

9On trouve ensuite deux lignes incisées en arc de cercle qui partent des côtés pour se réunir en une ligne verticale située au milieu du champ ; jusqu’à leur réunion, ces arcs sont surmontés d’une rangée de petites incisions obliques et parallèles. La ligne verticale se termine au centre d’un cercle légèrement ovalisé, dont le tracé est donné par deux lignes parallèles.

10Sous chacun des arcs de cercle prend place une série de sept cercles concentriques, le dernier entouré d’une rangée de petites incisions obliques et parallèles.

11Les motifs de la moitié inférieure de la stèle sont totalement différents. De haut en bas, un premier registre met en scène une série de bêtes à cornes dont le traitement est très schématique : corps rectangulaires, pattes réduites à des traits verticaux avec un retour pour marquer le sabot, petite queue dressée avec un léger retour horizontal, cou dans le prolongement supérieur de la première patte avec un bref retour pour marquer le museau et, vers l’arrière, deux lignes brisées qui indiquent les cornes. Cette simplification semble bien traduire les traits marquants de bouquetins.

12Trois groupes composent ce premier registre. Le premier et le troisième sont formés de deux bouquetins placés de part et d’autre d’un végétal exprimé par une tige bordée de chaque côté par une série de petits traits obliques et parallèles ; le second, en position médiane, regroupe deux bouquetins passant à droite.

13Le second registre est organisé par rapport à un grand triangle équilatéral bien centré, pointe vers le bas et décoré d’une multitude de points ; deux groupes de deux bouquetins sont placés sur le mode antithétique de part et d’autre du triangle ; trois sur quatre sont plus puissants que ceux du registre supérieur et les lignes brisées des cornes ont pratiquement le double de longueur ; le quatrième est conforme au modèle du registre supérieur et ferme le groupe de droite. Dans l’espace subsistant entre le triangle et chacun des deux groupes de bouquetins, ont été incisés des motifs filiformes où l’on pourrait reconnaître deux types d’oiseaux différents : à gauche on en dénombre un petit et un grand, à droite trois grands ; ils semblent nager sur l’eau.

14Ce registre inférieur utilise comme ligne de sol la ligne qui délimite la bande des triangles hachurés.

15Le dernier motif est à nouveau un double bandeau formé de triangles hachurés, qui diffère de celui qui couronne la stèle par l’absence des encadrements réalisés à l’aide des lignes brisées, par le nombre des triangles réduit à 9 et 8 et par l’absence de triangles dépourvus de hachures : mais le principe de symétrie par rapport à la ligne médiane est respecté.

D. UNE SECONDE STÈLE VRAISEMBLABLEMENT IDENTIQUE À MARI

  • 3 Parrot 1956, p. 122 et pl. LII.

16Dans le matériel du temple d’Ishtar3 se trouvait un fragment d’une plaque de gypse avec, incisé, un œil fait de cercles concentriques et bordé d’une série de petits traits obliques et parallèles, tout à fait identique à ceux de la stèle, à ceci près qu’on y trouve 8 cercles au lieu de 7, que le centre y est pointé et qu’une ligne incisée semble souligner la bordure (fig. 3).

17Le fouilleur indique qu’il s’agit d’un fragment de gypse translucide, long de 5,4 cm et épais de 3 cm ; la stèle aurait donc été notablement plus épaisse que celle de Ninhursag, alors qu’elle semblerait deux fois plus petite si l’on en croit le module de l’œil (diamètre 2,5 cm contre 5 cm environ).

Fig. 1 – La stèle du temple dit de Ninhursag de Mari (cl. mission archéologique de Mari)

Fig. 2 – Dessin de la stèle (A. Horrenberger)

Fig. 3 – Fragment de stèle provenant du secteur du temple d’Ishtar de Mari ( Parrot 1956, M 139, pl. LII)

  • 4 Voir J.-C. Margueron, « Réexamen des niveaux inférieurs du secteur du temple d’Ishtar de Mari », A (...)

18Le lieu de découverte donné est « chambre des prêtres ». Cette indication est insuffisante pour situer le fragment dans la stratigraphie : d’abord parce que le plan comprend pour le personnel ( ?) une zone d’habitation composée de plusieurs pièces, et non d’une seule, que le fouilleur a défini trois phases pour le temple, chacune comportant une zone d’habitation, enfin parce qu’une nouvelle analyse de la documentation a conduit à définir deux phases architecturales seulement et à rejeter le secteur d’habitation attribué à la phase c du temple d’Ishtar (selon le fouilleur) à une phase architecturale antérieure appartenant à la Ville I (et non au temple de la Ville II)4. Enfin, le fragment retrouvé étant totalement isolé, il apparaît plutôt comme un item erratique dont le lieu d’origine ne peut plus être défini : rien n’empêche dans ces conditions qu’il provienne des niveaux supérieurs de la Ville I.

19Ce petit fragment permet finalement de dire que la stèle du temple de Ninhursag n’était pas un objet unique à Mari : ce n’est pas là une information négligeable.

E. PREMIER NIVEAU D’INTERPRÉTATION

20Il est possible de proposer des interprétations simples pour plusieurs motifs de la stèle.

I. Interprétation plutôt symbolique

21Le haut paraît figurer la moitié supérieure d’un visage, avec deux gros yeux circulaires surmontés d’une double arcade sourcilière dont la réunion se prolonge dans une arête nasale qui se termine par un double cercle ovalisé figurant les narines. Le double bandeau aux triangles hachurés pourrait évoquer une chevelure. Les deux losanges libres de hachures peuvent-ils être alors compris comme des cornes ?

22La moitié inférieure est beaucoup moins facile à comprendre. Autant la structuration de la moitié supérieure paraît cohérente et unitaire, autant le bas donne une impression d’hétérogénéité, de complexité et d’organisation non systématiquement symétrique. Au centre de la moitié inférieure, le triangle à points doit pouvoir être compris comme l’indication symbolique d’un sexe féminin auquel on attache une importance particulière du fait de la situation qui lui est assignée. Vers lui convergent, au registre inférieur, deux paires de bouquetins ; c’est sans doute le manque de place, peut-être à la suite d’une maladresse, qui a provoqué la taille moindre du second bouquetin de la paire de droite ; on verrait volontiers ici la rencontre entre le féminin et le masculin. Quant aux oiseaux, ils ne paraissent pas se diriger vers le symbole féminin, mais plutôt occuper un espace disponible autour de lui : leur signification n’est donc pas évidente. Le registre supérieur répète à chaque extrémité l’étroite association du vivant – sous ses deux formes, végétale et animale – grâce à l’affrontement de deux bouquetins de part et d’autre d’une plante ; entre les deux, le couple de bouquetins en position centrale ne semble pas assurer une autre fonction que celle de remplir un vide.

23Cette interprétation vient spontanément à l’esprit. Mais est-elle la seule possible ?

II. Interprétation plus figurative

24On est évidemment tenté de s’interroger sur la signification réelle du triangle à points, dont l’emplacement dans l’organisation générale de la stèle pourrait suggérer une bouche et non un sexe. Si on accepte cette hypothèse, on verrait volontiers une barbe dans le double bandeau inférieur et ce, en accord avec l’explication proposée lors de l’étude du double bandeau supérieur : dans les deux cas on serait en présence d’une figuration du système pileux.

25On aurait alors un véritable visage et, si on admet la proposition concernant les cornes, le visage d’une divinité. Un cran de plus dans le cheminement conjectural conduirait-il à établir un lien entre la « bouche » et les symboles du monde animal et végétal qui l’entourent pour exprimer l’idée d’un dieu qui se nourrirait des forces vives de la nature ?

26Cette explication est très tentante, mais il faut reconnaître, que l’assimilation entre le triangle et la bouche ne trouve pas beaucoup de référence dans les études comparatives et que l’on reste au niveau de l’hypothèse.

F. APPROCHES COMPARATIVES

  • 5 L’étude récente et assez bien documentée de Numoto (1991 et 1992) permet de ne pas trop disperser (...)

27Sans viser à l’exhaustivité, une revue rapide des principales occurrences de quelques-uns des traits iconographiques devrait permettre de replacer cet objet dans son milieu d’origine. Dans un premier temps, cette revue concernera des motifs pris de façon individuelle5 et dans un second temps seront présentés quelques objets qui montrent, pour une raison ou pour une autre, de fortes affinités avec cette stèle.

I. Motifs individualisés

1. Lignes brisées

28Ce n’est pas, apparemment, un motif très caractéristique, car on peut le rencontrer en des lieux et des temps très différents. Notons pourtant qu’on le trouve sur des céramiques de Ninive V à tell Leilan, à Gubba et à Tellul eth Thalatat et, très fréquemment, sur la céramique incisée et excisée.

2. Triangle à points

29Ce motif n’apparaît généralement que pour désigner le sexe féminin sur certaines figurines. À la différence des triangles hachurés ou à croisillons, il semble n’avoir jamais été utilisé comme simple motif décoratif, sans doute à cause de sa forte connotation sexuelle.

3. Triangles hachurés

30Le motif du triangle, souvent hachuré, parfois sans motif inscrit, est très commun dans la céramique peinte du premier tiers du IIIe millénaire et il ne serait pas raisonnable de tenir compte des triangles juxtaposés avec croisillons, car ils sont si nombreux qu’ils ne peuvent plus être considérés comme proches du motif de la stèle.

4. Bandeaux composés de triangles hachurés alternés

  • 6 Voir par exemple Numoto 1991, fig. 7/118, 9/125-128-130-132-137-139, 11, 13, 11/137B-139C ; Numoto(...)

31En revanche, les bandeaux composés de triangles hachurés alternés qui limitent le haut, le bas ou les côtés d’un champ iconographique sont beaucoup plus caractéristiques6 : on en trouve à tell Karana et à tell Fisna…

5. Double bandeau de triangles hachurés symétriquement opposés

  • 7 Fujii 1981, fig. 12 et 16.

32Parce qu’il est rare et de structure complexe, ce motif est certainement signifiant : on le trouve à plusieurs reprises à tell Gubba (niveaux VI, VII)7.

6. Les cercles concentriques

  • 8 Frankfort 1939.
  • 9 Andrae 1938, p. 76 fig. 36 et 1970, pl. 28-c.
  • 10 Mallowan 1947.
  • 11 Margueron 1968, fig. 4 ; 1970 fig. 1 à 4 ; Numoto 1991, fig. 19, 20.

33Les deux séries de cercles concentriques que l’on peut comprendre comme de gros yeux circulaires écarquillés n’offrent guère de points de comparaison. On pense évidemment aux yeux de la célèbre statuette de tell Asmar8 ou encore à ceux du relief du temple d’Ishtar d’Assur9 parce qu’ils mangent dans tous les cas le visage, mais c’est bien là leur seul trait commun (fig. 4-c). La comparaison paraît plus probante avec la riche série des petites idoles dites « aux yeux » du temple de tell Brak10, mais là encore la similitude n’est pas totale car l’écarquillement n’est donné que par un ou deux cercles à l’exclusion de tout autre trait du visage. Dans la céramique de Ninive V, il n’y a pas de cercles concentriques, mais des séries de demi-cercles concentriques, ornant souvent la moitié inférieure de vases globulaires ou carénés11 : ils n’ont rien à voir avec des yeux.

7. Le végétal

  • 12 Numoto 1991, fig. 131-c.
  • 13 Fujii 1981, fig. 13.
  • 14 Fujii 1981, fig. 14.

34D’un schématisme extrême – de part et d’autre d’un trait vertical, de petits traits parallèles, dressés obliquement vers le ciel –, ce motif est généralement interprété comme un symbole du règne végétal ; remarquons toutefois que si les traits obliques sont dirigés vers le bas, il perd cette signification12. Or, on trouve fréquemment de façon isolée ces deux motifs dans la céramique peinte du début du IIIe millénaire, sans que l’on puisse dire s’ils sont, ou non, un simple motif décoratif dépourvu de signification symbolique. Mais ce qui permet l’identification habituelle, c’est la présence d’herbivores, parfois en couple de part et d’autre du motif, puisque ce thème est souvent traité de façon explicite et non pas schématique13 : tell Gubba a donné plusieurs fois ce motif (niveau IV)14.

8. Les quadrupèdes

  • 15 Margueron 1968, fig. 4 et 1970 fig. 1 ; Numoto 1992, fig. 1 ; Fujii 1981, fig. 18.

35Sous cette simplification extrême, les animaux représentés sur cette stèle n’offrent guère de parallèle exact. Cependant tel ou tel trait pris isolément se retrouve : ainsi les cornes en zigzag sur ces vases de Ninive V qui viennent du marché des antiquités mais qui, traitées de façon plus ondoyante, apparaissent très fréquemment dans les mêmes séries céramiques trouvées en fouille régulière15. Le traitement uniforme des sabots, de la queue, du museau apparaît comme caractéristique du monument étudié ici.

9. Les volatiles

  • 16 Margueron 1970, fig. 3 et 4 ; Numoto 1992, fig. 1.

36Je n’ai guère trouvé de correspondance exacte pour les oiseaux pour la première moitié du IIIe millénaire. C’est un thème souvent traité dans la céramique de Ninive V, sous forme d’espèces assez nombreuses, mais jamais à ma connaissance de façon aussi schématique, ce qui rend difficile toute comparaison16. Je ne pense pas pourtant qu’il faille modifier l’interprétation proposée.

II. Objets voisins ou de même nature

1. Brak

  • 17 Mallowan 1947, pl. XXVI no 5.

37Parmi les nombreuses petites « idoles aux yeux » retrouvées sous le temple aux Yeux se trouvait une petite plaquette en nacre, rectangulaire et haute de 2,8 cm17 (fig. 4-a) : elle est d’une grande simplicité, avec deux yeux formés d’un double cercle pointé, avec une petite ouverture circulaire à l’emplacement de la bouche et une perforation en limite supérieure. Datée de Djemdet Nasr, elle n’intéresse la stèle de Mari que par la présence des deux yeux circulaires, de grandes dimensions et très nettement différents de ceux des idoles.

2. Rad Shaqrah

  • 18 Bielinski 1992, p. 83 et fig. 2.

38Faut-il signaler aussi la petite plaquette gravée de Rad Shaqrah18 (fig. 4-b), d’environ 5 cm sur 12 cm, dont les deux tiers sont occupés par une sorte de coiffure à sept bandes superposées, chacune marquée par une ligne ondulée, tandis que le nez assez saillant et les yeux proéminents insistent sur le regard, mais d’une façon très différente de celle de tell Brak ou de Mari ?

Fig. 4 – Documents de comparaison.
a – Petite plaquette en nacre de tell Brak en haut et à gauche ( Mallowan 1947, pl. XXVI n5)
b – Plaquette gravée de Rad Shaqrah en bas et à gauche ( Bielinski 1992, fig. 2, p. 83)
c – Relief du temple d’Ishtar d’Assur à droite ( Andrae 1970, pl. 28-c)

3. Assur

  • 19 C’est Catherine Breniquet qui m’a signalé cette série, peu après notre découverte : je l’en remerc (...)

39Lors de ses fouilles dans la capitale assyrienne, W. Andrae a trouvé quatre objets fragmentaires qui, en dépit de certaines différences, appartiennent manifestement à une série identique à la stèle de Mari, avec des thèmes iconographiques similaires quoique la qualité artistique paraisse moindre19 (fig. 5). Toutes ont été gravées dans des plaques de gypse, c’est-à-dire dans le même matériau que l’exemplaire de Mari.

40Le premier (3 cm sur 8 cm) provient de la partie supérieure d’une plaquette pourvue d’un décor à chevrons verticaux qui se font vis-à-vis, ce qui les distingue donc du décor de triangles hachurés. Au-dessous, on retrouve sans doute l’arcade sourcilière, mais formée cette fois de deux traits incisés parallèles qui se poursuivent pour marquer l’arête nasale ; deux doubles traits verticaux et parallèles unissent l’arcade à la chevelure ; dans l’angle apparaît une petite section de l’œil.

41Le second (8 cm sur 7 cm) présente un bandeau fait de triangles hachurés assez irrégulièrement organisés ; les arcades sourcilières sont traitées à l’aide d’une seule incision, mais rectiligne et non en arc de cercle, en descendant des côtés vers le départ de la ligne du nez ; la cassure laisse voir l’existence des deux yeux écarquillés. Cependant une nouveauté est donnée par la présence d’un point (ou d’un trou ?) au milieu du front.

42L’iconographie du troisième fragment, à nouveau une partie supérieure (5,5 cm sur 5 cm), est un peu plus simple : une ligne incisée horizontale représente l’arcade sourcilière qui sépare la chevelure – ici seulement une série de petites barres verticales – des deux moitiés du visage où prennent place les yeux faits de deux cercles concentriques pointés ; entre les deux, l’arête nasale verticale se termine par un petit losange. Immédiatement dessous subsistent deux têtes de bêtes à cornes, affrontées de part et d’autre de l’extrémité supérieure de ce qui pourrait être un végétal.

Fig. 5 – Les plaquettes d’Assur ( Andrae 1938, p. 70, fig. 31-a à-d, échelle environ 1/2)

43Avec le quatrième objet (5 cm sur 5 cm), on a le seul fragment provenant d’une partie inférieure ; une ligne de sol sous laquelle deux rangées de petites barres verticales rappellent la partie supérieure du troisième fragment ; à gauche un animal, avec une queue dressée et sans doute des cornes, est placé devant un objet assez énigmatique constitué d’un double cercle pointé surmonté d’une tige. Il semble que l’œil surmonte immédiatement l’animal de gauche. Le sabot, tout juste conservé, du second animal affronté permet de calculer la largeur primitive de la plaquette, qui se restitue à pratiquement 7 cm comme le second fragment.

44Dans les deux exemples de Brak et de Rad Shaqrah, l’absence de motifs autres que celui des yeux conduit à ne pas poursuivre la comparaison. En revanche la série d’Assur a donné trois parties supérieures et une inférieure d’objets de dimensions bien moindres que celles de l’exemplaire de Mari, mais de même nature ; il vaut mieux cependant parler de plaquettes plutôt que de stèles. Mais les mêmes thèmes y apparaissent, organisés de façon identique : la chevelure, les arcades sourcilières, les yeux, les bêtes affrontées, sans doute de part et d’autre de quelque chose qui pourrait chaque fois être un végétal. Une différence cependant dont il est difficile d’évaluer la signification : aucun des objets d’Assur ne présente un triangle à multiples points, pointe vers le bas.

45Cette série est très importante, parce qu’elle montre clairement que, même si les dessins sont plus maladroits et plus frustes, cet assemblage iconographique n’est nullement affaire circonstancielle. Il s’agit bien d’une représentation voulue et répétitive d’images symboliques dont ni l’association, ni la signification ne sont encore très claires, mais qui s’inscrivent manifestement dans une longue tradition de la civilisation urbaine naissante.

G. DATATION : UNE STÈLE DE LA VILLE I OU DE LA VILLE II ?

46Les données de départ sont assez simples. Le lieu et les conditions de trouvaille situent l’objet comme appartenant à la Ville II puisque la stèle provient d’une favissa du Lieu Très Saint du temple dit de Ninhursag de cette phase urbaine. On pourrait donc penser que ces données suffisent à fixer la date de l’objet.

  • 20 Il manque les poissons, qui apparaissent beaucoup moins souvent.

47Mais la situation se complique quand on introduit le jeu des comparaisons des motifs iconographiques : c’est, en effet, avec le répertoire céramique du premier tiers du IIIe millénaire que s’opèrent la plupart des rapprochements : lignes brisées, triangles hachurés – plus spécialement le double bandeau de triangles hachurés, symétriquement opposés –, les végétaux et, si la morphologie des animaux représentés – bouquetins ou oiseaux – n’est pas identique, en revanche le répertoire animalier, lui, est très proche20.

  • 21 Margueron 1968 et 1970. On observe des similitudes dans Fujii 1981, fig. 15, 17.
  • 22 Pas dans l’image du second vase de Ninive V publié dans Syria 1970.

48D’ailleurs une étude attentive de la morphologie de certains animaux du répertoire céramique permet de retrouver, derrière le schématisme des dessins de la stèle, des tendances communes. Le traitement des bouquetins du vase Ninive V que j’ai publié21 est, à cet égard, significatif. Si un volume a été donné à l’animal, il est lui-même géométrique ; le corps, parfaitement rectangulaire22 dans les deux cas, garde en fait son volume d’origine ; le cou, qui se trouve là aussi dans le prolongement de la patte avant, est déjà fort mince et peut se réduire à un trait sans dommage ; les sabots et la tête, déjà représentés sous forme de petits triangles, se transforment aisément en simple retour d’un trait ; seules les pattes sont un peu modifiées parce qu’elles ont perdu leur épaisseur par la schématisation ; enfin les cornes sont traitées exactement de la même façon dans les deux cas. Ainsi, parce que l’organisation structurale reste la même, un certain type de schématisation permet de rendre compte du même bouquetin ; autrement dit, le bouquetin schématisé de la stèle est totalement contenu dans le motif du vase.

  • 23 Fujii 1981, fig. 18.

49On pourrait conduire des rapprochements assez voisins avec certains volatiles ; ils ne sont pas toujours aussi probants, mais cela vient peut-être de ce que les oiseaux silhouettés sur la stèle paraissent, à l’exception d’un seul pourvu de pattes mais sans queue, nager sur un plan d’eau. Sans que l’on puisse envisager une dérivation, on songe parfois aux trois oiseaux superposés d’un vase du niveau IV de tell Gubba23.

50La question des yeux attire encore notre attention. En effet, si l’accent mis sur cet élément du visage conduit à évoquer « les idoles aux yeux » de tell Brak ainsi que l’image du temple d’Ishtar ou la statuette du temple du dieu Abu de tell Asmar, il faut bien remarquer que les similitudes ne sont, dans aucun des cas, totales : les idoles n’ont presque jamais les yeux circulaires, ni traités par de nombreux cercles concentriques – tout au plus un ou deux – et les effigies du milieu du IIIe millénaire montrent des yeux pleins et noirs ; ainsi, aux deux bouts de la chaîne du temps l’œil, lorsqu’il donne le sentiment d’une vision totale ou d’un émerveillement absolu, joue manifestement un rôle majeur dans certaines représentations, mais sous des formes si différentes que l’on peut se demander si la diversité ne reflète pas des concepts différents. Et, dans cet éventail, la série des stèles ne s’apparente franchement à aucune représentation spécifique.

51Céramiques de Djemdet Nasr, de Ninive V et Scarlet Ware sont ainsi des références incontournables ; quant aux régions géographiques concernées, elles vont de la vallée de la Diyala au piémont du Taurus, c’est-à-dire qu’elles couvrent tout le nord, le nord-est et l’est du domaine syro-mésopotamien. Il est bien évident que la période couverte par ces trois séries céramiques est fort longue, quelque trois ou quatre siècles sans doute : il est néanmoins difficile de la prolonger jusqu’au cœur du Dynastique Archaïque III. Les images que nous possédons pour cette époque ne fournissent pas le même répertoire. C’est donc bien dans la période que je définis comme étant la Ville I que sont empruntés les traits iconographiques qui caractérisent en partie stèle de Mari et plaquettes d‘Assur.

  • 24 Voir l’article de D. Beyer et M. Jean-Marie dans ce volume.

52À ce propos, il faut signaler que dans les autres dépôts retrouvés dans le temple de Ninhursag de cette phase de la Ville II, d’autres objets ont pu remonter aux origines de la cité : on pense en particulier à la petite amulette aux yeux retrouvée entre les assises du mur sud-est du Lieu Très Saint ou à certains vases de pierre24.

  • 25 Andrae 1938, p. 69.

53La série d’Assur apporte-t-elle une information sur la question de la datation ? Andrae dit seulement qu’il s’agit de trouvailles fortuites faites dans des zones urbaines où la fouille avait été poussée jusqu’au roc vierge25 ; aucune indication précise d’emplacement, de profondeur, de strate n’a été donnée à ma connaissance et le fouilleur penche pour une datation haute pouvant remonter au Néolithique. C’est là une estimation liée au contexte et à l’époque de la découverte, qui est évidemment à rejeter sans même un examen un peu approfondi. On regrettera néanmoins que la documentation d’Assur n’apporte aucune précision sur la question de la date. C’est la stèle de Mari qui permet de mieux situer dans le temps les objets d’Assur.

  • 26 Un sondage réalisé sous le Lieu très Saint a mis en évidence que les constructeurs du temple de la (...)

54L’incertitude vient aussi de ce que nous ne pouvons, pour le moment, évaluer le temps de vie du temple dit de Ninhursag/Ville II avant que la stèle ne soit enfouie dans la favissa : il nous est donc impossible de savoir si elle a été éliminée alors qu’elle était en cours d’utilisation, en raison de ses cassures (ou pour toute autre raison) ou parce qu’elle avait été retrouvée dans l’Antiquité lors de fouilles réalisées en profondeur dont l’exploration archéologique a rendu compte26 et que, devant l’inconnu que représentait cet objet, on ait alors décidé de le protéger en l’enfouissant dans une favissa.

  • 27 Un autre objet de Mari paraît appartenir à cette catégorie de matériel de la Ville I, récupéré et (...)

55Finalement, les arguments en faveur d’une datation haute semblent l’emporter et je verrais volontiers dans cette stèle un vestige d’une phase finale de la Ville I, sans doute de la fin du DA II : peut-être retrouvé lors des grands travaux de refondation de la Ville II, il aurait alors été précieusement conservé dans le sous-sol particulièrement sacré du temple de Ninhursag27. Cependant, si l’on privilégie le niveau de la découverte, et comme le fragment provenant de la zone du temple d’Ishtar peut aussi bien avoir été retrouvé dans la Ville II que dans la Ville I, on peut préférer une date du DA III, en admettant cependant qu’une telle attribution chronologique rend plus difficile la compréhension des traits iconographiques.

H. RYTHMES ET PRINCIPES D’ORGANISATION

56Je mentionnais au début de ce papier qu’il ne fallait pas se fier à un certain manque de soin apparent de la stèle : le matériau de base en est peut-être plus responsable que les artisans qui l’ont gravée, puisque l’on sait que le gypse se travaille très mal.

57En revanche, le soin apporté à la mise en place des motifs, à l’exception de quelques petites erreurs ou irrégularités (certaines sont certainement voulues), apparaît tout à fait remarquable (fig. 6).

58Ainsi la stèle s’inscrit dans un rectangle de 36 cm sur 18 cm, c’est-à-dire dans deux carrés de 18 cm de côté qui représentent la base de la stèle sans le biseautage des angles. Les deux doubles bandeaux de triangles hachurés font chacun 6 cm de large et chaque bande 3 cm. Dans la moitié supérieure, le centre de l’œil droit est fixé exactement à 12 cm du haut (celui de l’œil gauche, à 12,4 cm), soit au 1/3 de la hauteur générale et le croisement des diagonales du carré supérieur détermine – un peu approximativement – le point de jonction des arcades sourcilières.

59Le carré inférieur est quant à lui divisé en trois parties de 6, 5 et 7 cm de hauteur : on constate donc une certaine irrégularité, qui ne remet pourtant pas en cause le principe de la tripartition : il semble que ce soit un prolongement un peu excessif de l’arête nasale qui a provoqué l’abaissement du registre supérieur des bouquetins. Le triangle pour sa part a été placé exactement au centre du carré, c’est-à-dire au croisement des diagonales. Cette focalisation est certainement volontaire : elle attire l’attention sur cet élément.

60Enfin, par l’axe vertical qui divise la stèle en deux parties égales de 9 cm, passent la rencontre des arcades, l’arête nasale et le cœur du triangle ; et le centre des yeux se trouve exactement sur l’axe vertical qui divise en deux parties égales chaque moitié de la stèle.

61Ainsi malgré l’erreur (apparente ?) de mise en place de l’extrémité du nez, c’est la rigueur du principe d’organisation qui apparaît comme caractéristique : il y a là un trait de grand intérêt sur la façon dont opéraient les artisans du domaine syro-mésopotamien.

Fig. 6 – Organisation et rythmes de la stèle (dessin A. Horrenberger, échelle 1/4)

I. CONCLUSIONS ET INTERPRÉTATIONS FINALES

62Il est remarquable que des objets aussi semblables aient été retrouvés à la fois à Assur et à Mari. Certes, il a fallu attendre la découverte de la stèle de Mari pour que le matériel d’Assur trouve, au moins partiellement, sa signification et puisse être replacé dans le temps. N’est-ce pas le signe de l’importance de la capitale du Moyen Euphrate, qu’elle devienne la référence et l’explication pour des découvertes venant des grandes capitales de la Mésopotamie…

63Représentation d’une divinité, et par là même peut-être objet d’adoration, ou stèle rassemblant les symboles des forces profondes, installée dans un sanctuaire, mais peut-être pas en position centrale, il n’est pas très facile de choisir. L’interprétation finale devra tenir compte de l’existence de la série de plaquettes portant des motifs très proches à Assur, mais aussi des différences qui les séparent. Si la stèle de Mari, par ses dimensions et ses qualités d’ensemble, peut vraiment apparaître comme un objet cultuel de premier ordre et même, éventuellement, comme une statue de culte, les plaquettes d’Assur ne peuvent prétendre à un tel honneur. Leurs dimensions, leur gravure hâtive, sinon maladroite, en font d’assez pâles doublons qui ne pouvaient que difficilement faire l’objet d’un culte central. Mais surtout l’absence du triangle rend toute identification précise encore plus aléatoire : comment voir dans ces plaquettes la reproduction d’un visage ou l’association des principes féminin et masculin puisque l’un des deux termes manque ?

64On en revient donc à la stèle de Mari qui donne le choix à la double interprétation proposée. La plus grande cohérence de l’une (stèle de culte représentant une divinité) ne fait pas définitivement pencher la balance en sa faveur, car de sérieuses difficultés subsistent. C’est pourtant celle que, en l’état présent de la recherche, j’aurais tendance à privilégier.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Andrae W.
1938 Das Wiedererstandene Assur, Hinrichs Verlag, Leipzig.
1970 Die archaischen Ishtar-Tempel in Assur, 2e édition, Osnabruck, Otto Zeller.

Bielinski P.
1992 « The First Campaign of Excavations on Tell Rad Shaqrah (Hasake Southern Dam Basin) », Polish Archaeology in the Mediterranean III, Reports 1991, Varsovie, p. 77-85.

Finkbeiner U., Röllig W. (éd.)
1986 Gamdat Nasr Period or Regional Style, Dr Ludwig Reichert, Wiesbaden.

Frankfort H.
1939 Sculpture of the Third Millenium BC from Tell Asmar and Khafajah, OIP XLIV, Chicago.

Fujii H.
1981 Preliminary Report of Excavations at Gubba and Songor, Hamrin Report 6, State Organization of Antiquities and Heritage, Baghdad & Kokushikan, University, Institute for Cultural studies of Ancient Iraq, Tokyo.

Mallowan M. E. L
1947 « Excavations at Brak and Chagar Bazar », Iraq 9, p. 1-266.
1964 « Ninevite 5 », Vorderasiatische Archäologie, Studien und Aufsätze, Anton Moortgat zum Fünfundsechzigsten Geburtstag, Verlag Gebr. Mann, Berlin, p. 142-154.

Margueron J.-C.
1968 « Trois vases du Bronze », Syria 45, p. 75-96.
1970 « Deux nouveaux vases de Ninive V », Syria 47, p. 25-35.

Margueron J.-C. et al.
1997 « Mari : rapport préliminaire sur les campagnes de 1990 et 1991 », MARI 8, p. 9-70.

Numoto H.
1991 « Painted Designs of the Ninevite 5 Pottery », Al-Rafidan XII, p. 85-155.
1992 « Painted Designs of the Ninevite 5 Pottery. Part 2 », Al-Rafidan XIII, p. 105-137.

Parrot A.
1956 Le temple d’Ishtar, Mission Archéologique de Mari I, Paris, P. Geuthner.

Rova E., Weiss H. (éd.)
2003 The Origins of North Mesopotamian Civilization : Ninivite 5 Chronology, Economy, Society, Subartu IX, Turnhout, Brepols.

Notes

1 Il n’est nullement certain que le sanctuaire de la Ville II ait été déjà voué à Ninhursag, comme le sera le temple-tour édifié au même emplacement lors de la reconstruction de la Ville III. Mais comme nous n’avons aucune information précise sur cette question, par commodité nous maintenons cette appellation. Numéro de la stèle : IX B 46 NO 39 = TH 97.154.

2 Voir p. 75-122.

3 Parrot 1956, p. 122 et pl. LII.

4 Voir J.-C. Margueron, « Réexamen des niveaux inférieurs du secteur du temple d’Ishtar de Mari », Akh Purattim 1, p. 129-147.

5 L’étude récente et assez bien documentée de Numoto (1991 et 1992) permet de ne pas trop disperser les recherches, qui étaient difficiles jusqu’à la très récente publication des actes du colloque qui s’est tenu à Yale en 1988 (15-19 déc.) sur la période de Ninive V (Rova et Weiss [éd.], 2003), où l’on trouvera à l’occasion des termes de comparaison complémentaires qui ne modifient pas les propositions ici avancées à la suite des recherches conduites avant cette publication. On regrettera cependant que n’aient pas été incorporées dans l’étude de Numoto 1991 et 1992, ni dans les articles concernant la céramique de Ninive V de Rova et Weiss 2003, deux publications (Margueron 1968 et 1970), dont les vases auraient enrichi les motifs du répertoire et ce, même si d’autres études sont absentes de la recherche de Hirotoshi Numoto, comme celle de Mallowan 1964. Il sera peu fait appel à l’iconographie de l’époque de Djemdet Nasr (Finkbeiner et Röllig [éd.] 1986) ou à la Scarlet Ware, car si de nombreuses affinités sont décelables, l’ampleur de la documentation est très inférieure à celle de Ninive V.

6 Voir par exemple Numoto 1991, fig. 7/118, 9/125-128-130-132-137-139, 11, 13, 11/137B-139C ; Numoto 1992, fig. 1-type C. 4, fig. 3-17 et 18…

7 Fujii 1981, fig. 12 et 16.

8 Frankfort 1939.

9 Andrae 1938, p. 76 fig. 36 et 1970, pl. 28-c.

10 Mallowan 1947.

11 Margueron 1968, fig. 4 ; 1970 fig. 1 à 4 ; Numoto 1991, fig. 19, 20.

12 Numoto 1991, fig. 131-c.

13 Fujii 1981, fig. 13.

14 Fujii 1981, fig. 14.

15 Margueron 1968, fig. 4 et 1970 fig. 1 ; Numoto 1992, fig. 1 ; Fujii 1981, fig. 18.

16 Margueron 1970, fig. 3 et 4 ; Numoto 1992, fig. 1.

17 Mallowan 1947, pl. XXVI no 5.

18 Bielinski 1992, p. 83 et fig. 2.

19 C’est Catherine Breniquet qui m’a signalé cette série, peu après notre découverte : je l’en remercie bien vivement. Andrae 1938, p. 69-70.

20 Il manque les poissons, qui apparaissent beaucoup moins souvent.

21 Margueron 1968 et 1970. On observe des similitudes dans Fujii 1981, fig. 15, 17.

22 Pas dans l’image du second vase de Ninive V publié dans Syria 1970.

23 Fujii 1981, fig. 18.

24 Voir l’article de D. Beyer et M. Jean-Marie dans ce volume.

25 Andrae 1938, p. 69.

26 Un sondage réalisé sous le Lieu très Saint a mis en évidence que les constructeurs du temple de la Ville II avaient étudié la nature du sous-sol, sans doute pour éviter d’établir la partie la plus sacrée du temple sur un dépôt impur.

27 Un autre objet de Mari paraît appartenir à cette catégorie de matériel de la Ville I, récupéré et conservé en Ville II : il s’agit d’une grande dalle de pierre qui avait été installée dans les fondations du temple de Ninni-zaza sous le seuil de la porte : voir Margueron et al. 1997, p. 51, fig. 46 et 47 ; voir ici même le rapport préliminaire de 1995, chantier G, p. 44-45.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – La stèle du temple dit de Ninhursag de Mari (cl. mission archéologique de Mari)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4269/img-1.jpg
Fichier image/, 358k
Légende Fig. 2 – Dessin de la stèle (A. Horrenberger)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4269/img-2.jpg
Fichier image/, 452k
Légende Fig. 3 – Fragment de stèle provenant du secteur du temple d’Ishtar de Mari ( Parrot 1956, M 139, pl. LII)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4269/img-3.jpg
Fichier image/, 60k
Légende Fig. 4 – Documents de comparaison.a – Petite plaquette en nacre de tell Brak en haut et à gauche ( Mallowan 1947, pl. XXVI n5)b – Plaquette gravée de Rad Shaqrah en bas et à gauche ( Bielinski 1992, fig. 2, p. 83)c – Relief du temple d’Ishtar d’Assur à droite ( Andrae 1970, pl. 28-c)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4269/img-4.jpg
Fichier image/, 196k
Légende Fig. 5 – Les plaquettes d’Assur ( Andrae 1938, p. 70, fig. 31-a à-d, échelle environ 1/2)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4269/img-5.jpg
Fichier image/, 74k
Légende Fig. 6 – Organisation et rythmes de la stèle (dessin A. Horrenberger, échelle 1/4)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4269/img-6.jpg
Fichier image/, 139k

Auteur

EPHE IVe section (j_c_marg@club-internet.fr)