Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 2

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Mari

Le temple du DA III de la déesse Ninhursag à Mari : les dépôts votifs du Lieu Très Saint

Dominique Beyer e Marylou Jean-Marie

Testo integrale

  • 1 Voir dans Akh Purattim 1 le rapport préliminaire consacré aux travaux de ce secteur du chantier G d (...)
  • 2 Voir Fortin 1999, p. 179, no 111, p. 284-285, nos 295-299, avec belles photographies couleur. Voir (...)

1La campagne de fouille menée en 1997 dans le temple archaïque attribué à la déesse Ninhursag, en particulier dans la partie occidentale et centrale du Lieu Très Saint1, a permis la découverte d’un important matériel votif, dont le caractère exceptionnel justifie la publication dans ce volume, sans attendre le rapport préliminaire d’ensemble de cette campagne (fig. 1). Une partie des objets retrouvés a d’ailleurs déjà été offerte au public à l’occasion d’une exposition organisée par le musée de la Civilisation de Québec, et présentée d’abord à Bâle puis à Québec en 1999 et 20002.

2Ces pages sont l’occasion de présenter ce matériel et d’examiner les différentes conditions dans lesquelles il a pu être déposé dans l’espace le plus sacré du temple de Ninhursag. Quatre emplacements de découverte seront ainsi examinés, sans prétendre à l’exhaustivité, qui offrent tous plus ou moins le caractère d’une favissa, mais qui invitent à se pencher sur la définition que nous donnons d’habitude à ce terme, ou plutôt sur les différentes situations que l’on peut rencontrer dans ce domaine. C’est naturellement, depuis plusieurs années, la fouille attentive de cette partie majeure du temple de la déesse, avec démontage systématique des installations cultuelles, sondages ici ou là dans les murs, et fouille en profondeur, qui a permis la découverte de l’ensemble de ces objets divers. Leur caractéristique commune est en effet d’avoir été soigneusement dissimulés à l’intérieur de la construction, après avoir fait vraisemblablement partie du matériel sacré en usage dans le temple ou offert en ex-voto, dans des conditions qui naturellement nous échappent. On précisera à cet égard, dès à présent, qu’une majeure partie de ces objets étaient ébréchés ou fragmentaires, ou simplement à l’état de petits fragments. On peut penser par conséquent qu’ils étaient ainsi mis au rebut – mais non jetés –, ne pouvant plus apparaître dans leur intégrité parmi le matériel exposé, ou simplement conservé dans l’espace sacré du temple, à l’air libre si l’on peut utiliser cette expression dans ce contexte. En revanche, parmi ces objets, certains étaient parfaitement conservés, d’autres offraient un caractère inachevé, mais sans doute leur présence visible n’était-elle plus considérée comme nécessaire par les responsables du sanctuaire : certains ex-voto n’étaient sans doute plus d’actualité, et devaient faire place à de plus récents, phénomène que nous connaissons bien dans nos contextes plus modernes.

  • 3 On consultera naturellement, sur cette question, l’ouvrage fondamental d’Ellis 1968, en particulier (...)

3Il convient naturellement de s’interroger aussi sur le caractère votif de ces dépôts, ou de certains d’entre eux, et sur la relation qu’ils pouvaient entretenir avec les rites et les dépôts « canoniques » de fondation ou de refondation du temple ou de ses aménagements3.

  • 4 Illustrations de ce type bien connu à Mari dans la publication du temple d’Ishtar : Parrot 1956, p. (...)
  • 5 Cf. le rapport de 1993 dans Akh Purattim 1, p. 32-38, et en particulier la fig. 16.
  • 6 Voir sur ce point l’article récent de Margueron 2000 et celui de Muller et Weygand dans cette même (...)

4À cet égard, précisons que la fouille du temple de Ninhursag de cette phase jusqu’à présent n’a permis la découverte que d’un seul dépôt de fondation proprement dit, du type habituel aux temples de cette période à Mari4 : un « clou » de cuivre vertical, avec sa « clé » horizontale, fiché dans la maçonnerie de l’extension méridionale de l’autel central, en compagnie d’une petite tablette d’albâtre gypseux et d’une petite plaquette de lapis-lazuli5. D’autres dépôts de ce type existaient vraisemblablement dans les murs du LTS, sans doute en particulier aux angles, mais nous ne les avons pas cherchés pour l’instant. On sait que dans ce domaine, Mari offre un tableau particulièrement élaboré, avec une diversité intéressante, et une évolution que l’on peut suivre à travers les siècles6.

5Nous examinerons successivement les différents dépôts suivants :

  • le dépôt au centre du LTS ;

  • la favissa IX B 46 NO 51 ;

  • les dépôts dans la maçonnerie de la façade du Lieu Très Saint ;

  • les dépôts dans la maçonnerie des banquettes cultuelles de la partie ouest du Lieu Très Saint.

A. LE DÉPÔT AU CENTRE DU LTS (fig. 1-18)

  • 7 Cf. le rapport de 1993 dans Akh Purattim 1, p. 32-36. La campagne de l’automne 2000 a permis de mon (...)

6Lors du sondage profond engagé par Dominique Beyer dans la partie orientale du carré IX B 46 (fig. 1), pour étudier les couches situées sous les différents sols du Lieu Très Saint, et en particulier sous les vestiges de ce que l’on appellera ici le podium central, adossé au mur du fond, un matériel votif particulièrement riche a été mis en évidence. Il comportait essentiellement de nombreux vases d’albâtre et des coquillages. Le podium central, tout comme les diverses installations cultuelles dégagées le long du mur ouest de la pièce, a connu plusieurs phases avec remaniements importants sur le détail desquels il n’y a pas lieu de s’attarder ici7.

  • 8 Cat. nos 33-36.

7D’après les données de la fouille, et en particulier des recherches complémentaires de l’automne 2000 dans la partie orientale de l’espace, en IX C 46, définissant ainsi sa limite est, il semble bien qu’au moment de l’aménagement initial du LTS, les bâtisseurs du temple aient réalisé ce dépôt votif au centre de la salle, sur une surface qui correspondait à un sol de chantier. Ce sol de terre assez peu marqué gardait au moment de son dégagement, ici et là, les traces de fibres de nature végétale, vestiges de minces planches de bois, et de roseaux, sur lesquels le matériel avait été disposé plutôt pêle-mêle semble-t-il, en une couche d’épaisseur peu régulière, sans limites très nettes. L’aire de gisement du matériel s’étendait sur environ 4 m nord-sud et environ 3 m est-ouest, avec une concentration nettement plus importante au centre, comme si une partie du matériel avait roulé vers la périphérie au moment de son ensevelissement. C’est bien ce que semblent montrer les diverses positions des vases d’albâtre ou des autres objets. La seule régularité dans la disposition du matériel se rencontre dans un groupe de 4 ou 5 vases d’albâtre, dont les quatre plus lourdes pièces8, qui se présentaient à l’envers, ouverture contre le sol, sans que l’on puisse véritablement en préciser la raison, si ce n’est peut-être tout simplement le souci de leur assurer une meilleure stabilité (fig. 2-3). Ceci révèle également un point important, à savoir que ces vases n’étaient sans doute pas conçus, dans le contexte de ce dépôt, comme devant contenir un quelconque produit offert lui-même en dépôt avec son contenant.

Fig. 1 – Le Lieu Très Saint de Ninhursag : localisation des principaux dépôts (Françoise Laroche-Traunecker)

Fig. 2 – Le groupe principal du dépôt central. Vue vers le sud-ouest

Fig. 3 – Le groupe principal du dépôt central. Vue vers le nord-est

8Au-dessus de ces objets, on avait déversé de la terre, formant une couche argileuse bien durcie où se distinguaient des briques crues, disposées régulièrement par endroits, apparaissant pêle-mêle à d’autres. C’est au-dessus de cette couche qu’a été aménagé le premier sol plâtré de la pièce, dont des vestiges ont été conservés au nord, le long de ce qui était sans doute une longue banquette courant le long du mur nord, ainsi qu’au sud, avec multiples fines strates de plâtre, à proximité de la berme sud. La couche au dépôt ne dépasse guère, dans l’ensemble, une quarantaine de cm d’épaisseur.

9Le contenu du dépôt était le suivant :

  • une soixantaine de vases et récipients de types divers, et de fragments, en albâtre (catalogue nos 1 à 56) ;

  • 2 vases de pierre schisteuse (catalogue nos 57-58) ;

  • une trentaine de coquillages de types divers (catalogue nos 70-85, 87-88) ;

  • 2 os à décor gravé (catalogue nos 68-69) ;

  • 2 masses d’arme d’albâtre, l’une fragmentaire (catalogue nos 59-60) ;

  • 3 perles dont 1 plate et rectangulaire en albâtre, 1 grosse perle d’agate et 1 perle en lapis-lazuli (catalogue nos 61-63) ;

  • des fragments d’œuf d’autruche (catalogue no 86) ;

  • 1 jeton (?) de pierre blanche (catalogue no 64) ;

  • 1 fragment d’incrustation de nacre (catalogue no 88) ;

  • 1 rondelle de gypse percée (catalogue no 65) ;

  • des fragments de feuille de cuivre (catalogue no 66) ;

  • des fragments de métal, sans doute du plomb (catalogue no 67) ;

  • on ajoutera à ce catalogue quelques paniers dont de faibles traces circulaires dans l’argile n’ont permis, dans le contexte particulier de la fouille de cet ensemble, de préciser ni le nombre ni les dimensions (l’un avait 12 à 13 cm de diamètre), ni la nature précise, ni enfin l’éventuel contenu

Catalogue

I. Vases en pierre

  • 9 Le matériau n’a pas pu faire l’objet, pour l’instant, de recherches géologiques très précises. Mais (...)
  • 10 À maintes reprises, les deux auteurs ont été sur ce point en désaccord.

10L’ensemble de ces vases, en albâtre gypseux9 dans la quasi-totalité des cas – seuls les nos 57 et 58 sont en schiste –, ont été classés ici en fonction de leurs caractéristiques formelles. Reconnaissons que la distinction entre divers types n’a pas été facile, et qu’elle n’est guère satisfaisante, car les exemples intermédiaires, quels que soient les critères choisis, sont nombreux10. On se rend compte que les critères typologiques habituellement utilisés pour les études de céramique ne sont pas toujours facilement adaptables à ce matériel spécifique. L’épaisseur de la paroi par exemple, qui peut varier de manière très importante selon les différentes parties du vase, est particulièrement liée à la technique de creusement de l’intérieur du vase, bien éloignée naturellement de la pratique du potier montant son vase d’argile. Paroi interne et paroi externe des vases comportent ainsi des profils parfois très différents, que l’on mesurera à l’examen des dessins présentés ici, tous d’Anne Horrenberger.

1. Vases de type I, albâtre

11C’est le type de loin le plus représenté, que l’on aurait pu, mais avec sérieuses difficultés, subdiviser. Les proportions sont plutôt larges, voire nettement aplaties comme le montrent les premiers numéros. La panse, au-dessus d’un fond arrondi ou presque aplati, est souvent rapidement brisée par une carène très marquée. Il en résulte alors une épaule rectiligne, horizontale, ou plus ou moins oblique, avec alors plutôt simple ployure et non carène véritable, la frontière entre les deux formules n’étant pas toujours facilement décelable, et sans doute peu significative. Le bord est rectiligne, horizontal ou plus ou moins incliné, la lèvre est arrondie ou carrée. La paroi est le plus souvent épaisse.

121 - IX B 46 SE 30 (TH 97.92) fig. 7-1

Fond arrondi, panse carénée, épaule horizontale, rectiligne, col à profil conique, large bord plat légèrement incliné vers l’intérieur. Cassures sur le bord.

  • 11 Toutes les dimensions sont ici exprimées en cm.
  • 12 Nous tenons à remercier très vivement Hermann Gasche pour son aide : c’est lui qui, grâce à un logi (...)

Albâtre rose veiné ; h. : 8,211 ; diam. : 18,2 ; ouv. : 5,0 ; ép. max. paroi : 5,0 ; ép. fond : 2,7 ; capacité : 0,255 l12

132 - IX B 46 SE 29 (TH 97.91) fig. 7-2

Fond arrondi, panse carénée, épaule horizontale, rectiligne, col court, évasé, large bord plat, incliné vers l’intérieur, cassé.

Albâtre beige clair ; h. : 7,4 ; diam : 18,9 ; ouv. : 5,5 ; ép. max. paroi : 6,0 ; ép. fond : 2,0

143 - IX B 46 SE 60 (TH 97.117) fig. 7-3

Fragmentaire, fond arrondi, panse carénée, épaule horizontale, rectiligne, col évasé, large bord plat, légèrement incliné vers l’intérieur, avec cassures.

Albâtre gris clair ; h. : 8,2 ; diam. : 18,3 ; ouv. : 6,8 ; ép. max. paroi : 4,5 ; ép. fond : 1,2 ; capacité : 0,408

154 - IX B 46 SE 100 (TH 97.146) fig. 7-4

Fragmentaire, fond arrondi, panse carénée, épaule horizontale, rectiligne, col droit, bord plat cassé, deux perforations diamétralement opposées situées en haut du col.

Albâtre gris clair veiné de gris foncé ; h. : 5,1 ; diam. : 10,8 ; ouv. : 3,6 ; ép. max. paroi : 2,4 ; ép. fond : 1,6

165 - IX B 46 NE 36 (TH 97.84) fig. 7-5

Fond arrondi, panse carénée, épaule horizontale, rectiligne, col à profil conique, large bord plat, légèrement incliné vers l’intérieur, cassé.

Albâtre blanc ; h. : 6,9 ; diam. : 13,6 ; ouv. : 4,6 ; ép. max. paroi : 3,2 ; ép. fond : 1,5 ; capacité : 0,186

176 - IX B 46 NE 30 (TH 97.78) fig. 4 et 7-6

Fond arrondi, panse carénée, épaule horizontale, rectiligne, col à profil conique, large bord plat, cassé, légèrement incliné vers l’intérieur.

Albâtre blanc ; h. : 7,2 ; diam. : 15,4 ; ouv. : 6,3 ; ép. max. paroi : 3,5 ; ép. fond : 1,8 ; capacité : 0,264

187 - IX B 46 SE 55 (TH 97.114) fig. 7-7

Fond arrondi, panse carénée, épaule horizontale, rectiligne, col à profil légèrement conique, large bord plat nettement incliné vers l’intérieur.

Albâtre gris ; h. : 6,4 ; diam. : 14,5 ; ouv. : 5,8 ; ép. max. paroi : 3,9 ; ép. fond : 1,4 ; capacité : 0,176

198 - IX B 46 SE 34 (TH 97.96) fig. 7-8

Fond arrondi, panse à forte ployure, épaule aplatie, col à profil légèrement évasé, large bord incliné vers l’intérieur.

Albâtre veiné beige et rouge foncé ; h. : 5, 5 ; diam. : 10, 8 ; ouv. : 3 ; ép. max. paroi : 3 ; ép. fond : 1,5 ; capacité : 0,05

209 - IX B 46 SE 28 (TH 97.90) fig. 7-9

Fond arrondi, panse à forte ployure, épaule aplatie, col haut à profil légèrement évasé, large bord plat, cassé, incliné vers l’intérieur.

Albâtre gris veiné de noir ; h. : 5,5 ; diam. : 9,0 ; ouv. : 3,0 ; ép. max. paroi : 2,4 ; ép. fond : 1,8 ; capacité : 0,050

2110 - IX B 46 NE 26 (TH 97.74) fig. 7-10

Fond arrondi, panse à forte ployure, épaule aplatie, col droit, large bord légèrement arrondi incliné vers l’intérieur.

Albâtre blanc ; h. : 6,2 ; diam. : 12,0 ; ouv. : 4,0 ; ép. max. paroi : 3,0 ; ép. fond : 1,2 ; capacité : 0,110

2211 - IX B 46 SE 56 (TH 97.115) fig. 7-11

Fond arrondi, panse carénée, épaule aplatie, col à profil conique, large bord plat incliné vers l’intérieur.

Albâtre gris ; h. : 5,5 ; diam. : 10,2 ; ouv. : 3,5 ; ép. max. paroi : 2,7 ; ép. fond : 1,2 ; capacité : 0,068

2312 - IX B 46 NE 39 (TH 97.87) fig. 7-12

Fond aplati percé, panse à forte ployure, épaule aplatie, col droit, bord cassé.

Albâtre gris ; h. : 4,1 ; diam. : 11,2 ; ouv. : 3,1 ; ép. max. paroi : 3,2 ; ép. fond : 0,4

2413 – IX B 46 SE 46 (TH 97.108) fig. 4 et 8-13

Fond aplati, panse à forte ployure, épaule aplatie, col à profil conique, large bord plat ; décor incisé de cercles pointés : une rangée sur l’épaule et trois sur le bord, la rangée médiane alternant avec les deux extrêmes ; les cercles devaient être enduits de bitume (quelques restes), certains contiennent encore une matière rouge.

Albâtre blanc ; h. : 5,1 ; diam. : 12,8 ; ouv. : 3,8 ; ép. max. paroi : 3,5 ; ép. fond : 0,5 ; capacité : 0,089

2514 - IX B 46 NE 29 (TH 97.77) fig. 8-14

Fond arrondi, panse à forte ployure, épaule aplatie, col droit, large bord plat incliné vers l’intérieur, cassé.

Albâtre blanc ; h. : 7,6 ; diam. : 15,5 ; ouv. : 4,8 ; ép. max. paroi : 3,6 ; ép. fond : 1,7 ; capacité : 0,206

2615 - IX B 46 NE 35 (TH 97.83) fig. 8-15

Fond arrondi, panse carénée, épaule aplatie, col à profil conique, large bord plat incliné vers l’intérieur.

Albâtre gris veiné de noir ; h. : 6,4 ; diam. : 13,6 ; ouv. : 5,0 ; ép. max. paroi : 3,1 ; ép. fond : 2,1 ; capacité : 0,143

2716 - IX B 46 SE 35 (TH 97.97) fig. 8-16

Fond arrondi, panse à forte ployure, épaule aplatie, col droit, large bord plat légèrement incliné vers l’intérieur.

Albâtre gris ; h. : 4,0 ; diam. : 8,4 ; ouv. : 3,2 ; ép. max. paroi : 1,8 ; ép. fond : 1,6 ; capacité : 0,032

2817 - IX B 46 SE 36 (TH 97.98) fig. 8-17

Fond arrondi, panse à ployure, col et large bord plat, cassé, légèrement inclinés vers l’intérieur.

Albâtre gris ; h. : 4,6 ; diam. : 7,6 ; ouv. : 3,3 ; ép. max. paroi : 1,6 ; ép. fond : 1,0 ; capacité : 0,045

2918 - IX B 46 NE 34 (TH 97.82) fig. 8-18

Fond arrondi, panse à ployure, épaule aplatie, col droit, large bord plat, cassé, incliné vers l’intérieur.

Albâtre gris, h. : 6,7 ; diam. : 11,6 ; ouv. : 4,0 ; ép. max. paroi : 3,0 ; ép. fond : 2,0 ; capacité : 0,102

3019 - IX B 46 SE 63 (TH 97.120) fig. 8-19

Fond arrondi, panse à ployure, épaule aplatie, col droit, large bord arrondi incliné vers l’intérieur.

Albâtre gris veiné de gris foncé ; h. : 5,5 ; diam. : 8,2 ; ouv. : 2,8 ; ép. max. paroi : 2,1 ; ép. fond : 1,8 ; capacité 0,035

3120 - IX B 46 SE 57 (TH 97.116) fig. 8-20

Fragmentaire, fond arrondi, panse à ployure, col et bord plat, cassé, légèrement inclinés vers l’intérieur.

Albâtre blanc ; h. : 5,6 ; diam. : 10,4 ; ouv. : 3,6 ; ép. max. paroi : 2,4 ; ép. fond : 0,4 ; capacité : 0,097

3221 - IX B 46 SE 33 (TH 97.95) fig. 8-21

Fond arrondi, panse à ployure, col de profil légèrement conique, bord arrondi cassé.

Albâtre veiné blanc et rouge ; h. : 10,0 ; diam. : 15,4 ; ouv. : 5,2 ; ép. max. paroi : 2,9 ; ép. fond : 1,8 ; capacité : 0,402

3322 - IX B 46 SE 61 (TH 97.118) fig. 8-22

Fond arrondi, panse très aplatie à profil cylindrique dans la partie centrale, à l’emplacement de la carène, col à profil évasé, large bord plat incliné vers l’intérieur.

Albâtre gris clair avec quelques veines plus foncées ; h. : 5,2 ; diam. : 9,6 ; ouv. : 3,4 ; ép. max. paroi : 2,3 ; ép. fond : 1,0 ; capacité : 0,065

3423 - IX B 46 SE 31 (TH 97.93) fig. 4 et 8-23

Fond arrondi, ployure marquant l’épaule, col à profil concave, bord plat légèrement incliné vers l’intérieur ; décor de doubles cercles concentriques pointés, incisés et remplis de bitume : trois rangées de cercles sur la panse et une sur le bord qui porte aussi des incisions rayonnantes à sa périphérie, bitumées également.

Albâtre blanc ; h. : 6,2 ; diam. : 9,6 ; ouv. : 3,0 ; ép. max. paroi : 2,0 ; ép. fond : 1,0 ; capacité : 0,095

3524 - IX B 46 SE 99 (TH 97.145) fig. 8-24

Fragmentaire, fond arrondi, panse ployée, épaule plate, col droit, bord cassé incliné vers l’intérieur.

Albâtre gris ; h. : 7,9 ; diam. : 15 ; ouv. : 6,0 ; ép. max. paroi : 2,5 ; ép. fond : 1,7

3625 - IX B 46 NE 33 (TH 97.81) fig. 4 et 9-25

Fond arrondi, panse ployée, épaule aplatie, col droit, large bord plat, incliné vers l’intérieur, cassé.

Albâtre gris ; h. : 10,1 ; diam. : 17,0 ; ouv. : 5,8 ; ép. max. paroi : 4,2 ; ép. fond : 3,0 ; capacité : 0,34

3726 - IX B 46 SE 97 (TH 97.143) fig. 4 et 9-26

Fond arrondi, panse à tendance globulaire, col court et droit, bord plat, cassé, incliné vers l’intérieur.

Albâtre blanc veiné de rouge sombre ; h. : 13,1 ; diam. : 18,2 ; ouv. : 6 ; ép. max. paroi : 2,6 ; ép. fond : 3,3 ; capacité : 0,78

3827 - IX B 46 SE 104 (TH 98.3) fig. 9-27

Fond arrondi, panse ployée, épaule plate, col de profil légèrement conique, bord plat, horizontal, cassé.

Albâtre blanc veiné de rouge ; h. : 10,1 ; diam. : 17,3 ; ouv. : 6,7 ; ép. max. paroi : 2,5 ; ép. fond : 1,5

3928 - IX B 46 NE 40 (TH 97.88) fig. 4 et 9-28

Fond arrondi, panse ployée, col droit, large bord plat, légèrement incliné vers l’intérieur, cassé.

Albâtre gris ; h. : 9,1 ; diam. : 19,1 ; ouv. : 7,6 ; ép. max. paroi : 4,0 ; ép. fond : 2,1 ; capacité : 0,470

4029 - IX B 46 SE 67 (TH 97.124) fig. 5 et 9-29

Fond arrondi, panse carénée, épaule plate, col de profil légèrement conique, large bord plat.

Albâtre gris ; le fond contient du bitume ; h. : 12,8 ; diam. : 22,5 ; ouv. : 8,8 ; ép. max. paroi : 5,2 ; capacité : 1,135

4130 - IX B 46 NE 38 (TH 97.86) fig. 9-30

Fond arrondi, panse à ployure, col droit, large bord plat, cassé.

Albâtre gris veiné de noir ; h. : 5,9 ; diam. : 10,7 ; ouv. : 4,8 ; ép. max. paroi : 2,0 ; ép. fond : 1,5 ; capacité : 0,112

4231 - IX B 46 SE 50 (TH 97.112) fig. 10-31

Fragmentaire, une partie du fond, qui devait être arrondi, manque, panse à ployure, épaule plate, col bas et droit, bord arrondi, cassé, incliné vers l’intérieur.

Albâtre blanc ; h. : ? ; diam. : 24,7 ; ouv. : 11,8 ; ép. max. paroi : 3,0

4332 - IX B 46 NE 41 (TH 97.89) fig. 10-32

Fond plat, panse à ployure, col droit, bord plat cassé.

Albâtre gris veiné de noir ; h. : 13,1 ; diam. : 29,4 ; ouv. : 16,4 ; ép. max. paroi : 2,2 ; ép. fond : 1,6 ; capacité : 3,824

4433 - IX B 46 SE 66 (TH 97.123) fig. 10-33

Fond arrondi, panse à ployure ménageant une épaule plate, col et bord plat, cassé, inclinés vers l’intérieur.

Albâtre blanc ; h. : 18,6 ; diam. : 25,6 ; ouv. : 9,6 ; ép. max. paroi : 3,7 ; ép. fond : 1,6 ; capacité : 3,197

4534 - IX B 46 SE 62 (TH 97.119) fig. 11-34

Fond arrondi, panse à tendance globulaire mais plus aplatie, col droit, bord plat, cassé, incliné vers l’intérieur.

Albâtre blanc veiné de rouge sombre ; h. : 22 ; diam. : 33,8 ; ouv. : 12,4 ; ép. max. paroi : 5,2 ; ép. fond : 2,8 ; capacité : 5,945

4635 - IX B 46 SE 64 (TH 97.121) fig. 11-35

Fond arrondi, panse à ployure ménageant une épaule aplatie, col de profil évasé, bord plat.

Albâtre blanc ; h. : 17 ; diam. : 27,2 ; ouv. : 12,0 ; ép. max. paroi : 3 ; ép. fond : 2 ; capacité : 3,012

4736 - IX B 46 SE 65 (TH 97.122) fig. 12-36

Fond arrondi, panse à ployure, col de profil concave, bord plat, cassé.

Albâtre blanc ; h. : 14,0 ; diam. : 22,8 ; ouv. : 9,8 ; ép. max. paroi : 3 ; ép. fond : 1,5 ; capacité : 1,868

4837 - IX B 46 NE 32 (TH 97.80) fig. 12-37

Fond aplati, panse à forte ployure, épaule aplatie, col droit, bord arrondi incliné vers l’intérieur, cassé.

Albâtre veiné gris clair et rouge foncé ; h. : 8,6 ; diam. : 20,0 ; ouv. : 6,8 ; ép. max. paroi : 5,5 ; ép. fond : 1,1 ; capacité : 0,402

4938 - IX B 46 NE 31 (TH 97.79) fig. 12-38

Fond arrondi, panse à forte ployure, épaule plate, col droit, bord arrondi, cassé.

Albâtre blanc ; h. : 7,5 ; diam. : 16,9 ; ouv. : 4,8 ; ép. max. paroi : 4,3 ; ép. fond : 1,2 ; capacité : 0,214

5039 - IX B 46 SE 98 (TH 97.144) fig. 12-39

Fond arrondi, panse à ployure, col droit, bord arrondi incliné vers l’intérieur, cassé.

Albâtre blanc ; h. : 9,5 ; diam. : 16,0 ; ouv. : 6,4 ; ép. max. paroi : 3,2 ; ép. fond : 1,1 ; capacité : 0,403

5140 - IX B 46 SE 69 (TH 97.126) fig. 5 et 12-40

Fond arrondi, panse à ployure, col court et droit, bord étroit et plat, incliné vers l’intérieur.

Albâtre gris ; le fond est enduit de bitume ; h. : 8,7 ; diam. : 15,4 ; ouv. : 6,4 ; ép. max. paroi : 2,2 ; ép. fond : 1,5 ; capacité : 0,397

5241 - IX B 46 NE 37 (TH 97.85) fig. 12-41

Fond arrondi, panse à forte ployure, épaule plate, col droit très court, bord cassé ; à la base du col quatre perforations diamétralement opposées deux à deux (suspension ou plutôt fermeture ?).

Albâtre blanchâtre ; h. : 9,5 ; diam. : 23,4 ; ouv. : 13,0 ; ép. max. paroi : 2,8 ; ép. fond : 1,4

5342 - IX B 46 SE 47 (TH 97.109) fig. 13-42

Fond arrondi, panse à légère ployure, col court et droit, bord arrondi incliné vers l’extérieur.

Albâtre veiné blanc et rouge sombre ; h. : 5,8 ; diam. : 9,5 ; ouv. : 3 ; ép. max. paroi : 2,6 ; ép. fond : 1,5 ; capacité : 0,086

5443 - IX B 46 NE 27 (TH 97.75) fig. 13-43

Fond arrondi, panse à forte ployure, col à profil évasé, bord cassé.

Albâtre blanc ; h. : 6 ; diam. : 10,3 ; ouv. : 4,8 ; ép. max. paroi : 1,4 ; ép. fond : 0,9

2. Vases de type II, albâtre

55Ce type regroupe simplement trois exemplaires de vases apparentés à ceux du premier type, ici vases fermés à tendance globulaire, mais pourvus de tenons verticaux perforés, plus ou moins tubulaires. Deux de ces exemplaires portent en outre un décor de cercles pointés incisés.

5644 - IX B 46 SE 48 (TH 97.110) fig. 13-44

Fond arrondi, panse ployée, ménageant une épaule plate, col de profil conique, bord arrondi, cassé ; quatre tenons de forme plutôt arrondie, percés verticalement, diamétralement opposés deux à deux et situés sur la ployure.

Albâtre blanc ; h. : 7,4 ; diam. : 10 ; ouv. : 3 ; ép. max. paroi : 2,6 ; ép. fond : 1,4

5745 - IX B 46 SE 52 (TH 98.1) fig. 5 et 13-45

Fragmentaire, et en plusieurs fragments, fond arrondi, panse globulaire, col droit, bord arrondi ; décor de cercles pointés incisés enduits de bitume : trois rangées sur la panse et une sur le bord ; quatre tenons de forme arrondie percés verticalement, situés diamétralement opposés deux à deux, entre la première et la deuxième rangée de cercles.

Albâtre blanc ; h. : 9 ; diam. : 10,2 ; ouv. : 4,0 ; ép. max. paroi : 1,2 ; ép. fond : 0,7

5846 - IX B 46 SE 32 (TH 97.94) fig. 5 et 13-46

Fond arrondi, panse légèrement ployée, col droit, bord plat cassé ; décor de cercles pointés incisés enduits de bitume, trois rangées sur la panse et une sur le bord ; quatre tenons de forme arrondie, percés verticalement, situés diamétralement opposés deux à deux au niveau des première et deuxième rangées de cercles.

Albâtre blanc ; h. : 6,5 ; diam. : 8,4 ; ouv. : 2,6 ; ép. max. paroi : 1 ; ép. fond : 0,5 ; capacité : 0,125

3. Vases de type III, albâtre

59Ce type est ici illustré par trois vases de petites dimensions dont les proportions sont cette fois en hauteur. Le fond peut être arrondi ou saillant plat. Au-dessus de la panse marquée d’une carène, avec très courte épaule, le col est proportionnellement plus important, de profil conique. Le rebord est plat.

6047 - IX B 46 SE 37 (TH 97.99) fig. 5 et 13-47

Fond arrondi, panse marquée d’une carène, courte épaule, col à profil conique, large bord plat, cassé, fond et paroi très épais.

Albâtre blanc ; h. : 5,9 ; diam. : 6,2 ; ouv. : 1,8 ; ép. max. paroi : 2 ; ép. fond : 2,2 ; capacité : 0,014

6148 - IX B 46 SE 49 (TH 97.111) fig. 13-48

Fond arrondi, panse carénée, épaule confondue avec le col de profil conique, large bord plat, cassé.

Albâtre blanc ; h. : 5,6 ; diam. : 6 ; ouv. : 1,9 ; ép. max. paroi : 1,3 ; ép. fond : 1,6 ; capacité : 0,028

6249 - IX B 46 SE 85 (TH 97.140) fig. 13-49

Fond saillant plat, panse carénée, épaule confondue ici avec un col dont les parois adoptent un profil concave plus ou moins brisé ; large bord plat, cassé.

Albâtre beige clair ; h. : 6,6 ; diam. : 5,9 ; ouv. : 2,2 ; ép. max. paroi : 1,9 ; ép. fond : 2,6 ; capacité : 0,018

4. Vases de type IV, albâtre

63Un seul vase de ce type est attesté, de plus malheureusement fragmentaire :

6450 - IX B 46 SE 86 (TH 97.141) fig. 13-50

Fragmentaire, fond arrondi-aplati, panse ovoïde marquée d’une carène à deux ressauts, créant une épaule courte et plate. Le col est de proportions allongées, aux parois minces, de profil légèrement conique. Le bord manque. Un léger retrait de panse, des restes de bitume à cet endroit, deux perforations diamétralement opposées, avec deux creux juste à côté de l’une des perforations, montrent des irrégularités et peut-être un essai manqué.

Albâtre blanc ; diam. : 7,5 ; ouv. : 4,5 ; ép. max. paroi : 1,1 ; ép. fond : 1,7

5. Vases de type V, albâtre

65Les formes sont ici très différentes, puisqu’il s’agit de bols, plus ou moins hémisphériques, pourvus de tenons tubulaires.

6651 - IX B 46 SE 87 (TH 97.142) fig. 5 et 13-51

Bol à fond arrondi, panse hémisphérique, deux tenons tubulaires verticaux, diamétralement opposés, situés près du bord.

Albâtre blanc ; h. : 5,8 ; diam. : 9 ; ouv. : 8,2 ; ép. max. paroi : 0,6 ; ép. fond : 1,1 ; capacité : 0,208

6752 - IX B 46 SE 89 (TH 98.2) fig. 13-52

Bol fragmentaire à fond arrondi, parois à côtés convexes divergents, deux tenons tubulaires verticaux, de section quadrangulaire, situés près du bord, diamétralement opposés.

Albâtre blanc ; h. : 6,4 ; diam. : 8,8 ; ouv. : 8 ; ép. fond : 1

6853 - IX B 46 SE 53 fig. 13-53

Bol fragmentaire, fond normalement arrondi, deux tenons tubulaires verticaux conservés, de section quadrangulaire, placés l’un près de l’autre au niveau du bord.

Albâtre blanc

6. Exemplaires très fragmentaires, non intégrés dans la numérotation du catalogue et non illustrés

69IX B 46 SE 54

Fragmentaire, fond et bord arrondis, deux tenons de forme arrondie, percés verticalement, placés diamétralement opposés près du bord, albâtre blanc

70IX B 46 SE 58

Fragmentaire, fond et bord arrondis, deux tenons de forme arrondie percés verticalement, près du bord, albâtre blanc

71IX B 46 SE 59

Fragmentaire, très abîmé, fond presque plat, tenon de forme arrondie horizontal, près du bord, au-dessous du tenon une perforation percée en biais de l’intérieur vers l’extérieur du vase ; albâtre blanc

72IX B 46 SE 88

Fragmentaire, fond presque plat, un tenon de forme arrondie horizontal, sur le bord, albâtre blanc

73IX B 46 SE 96

Fragmentaire, panse globulaire, bord arrondi, quatre tenons percés verticalement, diamétralement opposés, albâtre blanc

7. Vases de type VI, variés, albâtre

7454 - IX B 46 SE 72 (TH 97.129) fig. 6 et 14-54

Coupe en forme de moitié droite de tête de bélier : museau carré avec deux incisions horizontales, correspondant aux nasaux et à la bouche. L’œil, désaxé, est incrusté avec de la nacre, initialement collée au bitume ; l’emplacement de l’iris est vide (traces de bitume), la pupille représentée par une perforation de l’iris. L’oreille petite, allongée, repose sur la corne qui entoure la partie arrière de la tête et remonte devant l’œil. La corne est marquée par des incisions disposées en chevrons, sur le sommet et la tranche. Une perforation située dans la partie supérieure de la tête, au-dessous de la corne, traverse l’objet (suspension ?).

L’autre face est en creux, en forme de coupe peu profonde à fond plat.

Albâtre blanc, nacre et bitume ; L : 13,3 ; l : 9,4 ; ép. du fond : 1

7555 - IX B 46 SE 76 (TH 97.133) fig. 6 et 14-55

Récipient rectangulaire à fond plat, parois verticales, angles arrondis ; sur un des petits côtés, à l’extérieur, placée à peu près à mi-hauteur, une tête de boviné avec deux petites cornes, deux yeux qui devaient avoir une incrustation pour l’iris et la pupille (restes de bitume dans l’œil gauche) ; museau carré. Une rainure verticale court le long de la paroi au-dessus de la tête jusqu’au bord du vase et se poursuit par une perforation verticale le long de la tête elle-même, ce système ayant vraisemblablement été conçu pour guider le liquide d’une libation ?

Albâtre blanc, bitume ; h. : 4,5 ; L : 13,1 ; l : 7,7 ; ép. fond : 1,4

7656 - IX B 46 SE 73 (TH 97.130) fig. 14-56

Vase double fait de deux parties accolées, avec paroi interne commune ; fonds arrondis, panses droites carénées dans leur partie supérieure, cols droits ; huit perforations en haut de la panse, de part et d’autre de la partie médiane, disposées deux par deux ; à l’intérieur, perforation quadrangulaire dans la paroi commune.

Albâtre blanc ; h. : 5,6 et 5,8 ; diam. : 4,0 et 3,9 ; ouv. : 3

8. Vases de type VII : schiste

Les deux vases de ce type sont identiques dans leur conception générale, mais diffèrent par leur taille. Ce sont les deux seules pièces de l’ensemble des objets du L. T. S. qui soient en schiste.

7757 - IX B 46 NE 28 (TH 97.76) fig. 6 et 14-57

Fond aplati, panse aux parois verticales jusqu’à une carène ménageant une épaule courte et plate ; col au profil conique, large bord plat, très saillant.

Schiste gris-vert ; h. : 12,5 ; diam. : 13,8 ; ouv. : 5,8 ; ép. max. paroi : 1,7 ; ép. fond : 2,0 ; capacité : 0,67

7858 - IX B 46 SE 68 (TH 97.125) fig. 2 et 14-58

Fond plat, panse aux parois verticales jusqu’à une carène ménageant une épaule courte et très plate ; col de profil conique, large bord plat, très saillant, cassé.

Schiste gris-bleu-vert avec quelques veines orangées ; h. : 20,5 ; diam. : 21 ; ouv. : 7,4 ; ép. max. paroi : 1,5 ; ép. fond : 3,0 ; capacité : 2,925

Commentaire

79Le matériel qui vient d’être exposé représente un ensemble particulièrement riche, qui s’apparente par bien des aspects à celui que l’on rencontre en milieu funéraire dans certaines tombes importantes. Le nombre des vases d’albâtre approche celui qui avait été recueilli par exemple dans la tombe PG/800 de la « reine » Pu-abi à Ur.

  • 13 On notera ici l’étude de Casanova 1991, mais elle ne comprend pas le matériel syro-mésopotamien.

80La question de la datation de cet exceptionnel matériel d’albâtre est particulièrement délicate, comme d’ailleurs celle de son origine. L’enquête menée, encore provisoire, n’a pas abouti à des résultats très décisifs, faute de parallèles précis, connus et publiés. Le matériel de pierre, pour les périodes qui nous occupent ici, n’a que peu tenté les chercheurs, au moins pour le territoire mésopotamien13. La plupart du temps, les vases de pierre que l’on rencontre dans les publications ne sont pas datés de manière précise, soit que leur contexte stratigraphique soit mal connu, soit parce que précisément le manque de parallèles suffisamment sûrs ne permet pas de suivre aisément l’évolution des formes. Si certains vases de pierre correspondent très étroitement à des types que l’on rencontre dans la céramique, d’autres s’en écartent visiblement et suivent leurs propres critères, liés naturellement à la nature du matériau, à la façon spécifique de le travailler, qui n’a rien à voir avec le travail de l’argile, ou encore à des choix esthétiques particuliers. C’est vrai par exemple pour les nombreux cas de rebords plats saillants, qui semblent volontiers se retrouver d’une période à l’autre. La longévité du matériau permet en outre de supposer une évolution moins rapide dans le temps, et des phénomènes de réemploi plus nombreux, et sur une longue durée.

  • 14 Cf. Tobler 1950, p. 209, 251 et pl. CLXXXI, fig. 82, cité par Bielinski 1986, p. 262 et pl. V, 82. (...)

81À cet égard, nos vases du type I, avec leurs proportions très aplaties, leur épaule rectiligne, horizontale, au-dessus d’une carène très marquée, pourraient au moins trouver un parallèle intéressant à Tepe Gawra, aux niveaux XII ou XIII14. Certes, on regrettera l’aspect fragmentaire du vase de Gawra, dont le rebord et le sommet du col ne sont pas conservés, limitant par conséquent la pertinence des rapprochements. Mais dans l’état actuel de notre enquête, ce document constitue un point d’accrochage chronologique extrêmement précieux. Il permet de suggérer, à titre d’hypothèse, qu’une grande partie de la collection du LTS de Ninhursag aurait pu appartenir à une production de Haute Mésopotamie, et avoir été conservée pendant plus d’un millénaire et demi avant d’être enfouie dans les fondations du temple.

  • 15 Il convient sans doute d’être attentif sur ce point à l’inscription qui figure sur le vase M. 2241 (...)
  • 16 Parrot 1967, p. 183-184 et pl. LXXII.
  • 17 Forest 1983.

82D’autres rapprochements formels sont-ils suffisamment significatifs ? Si l’on prend l’exemple des vases de schiste (notre type VII, cat. 57 et 58), dont la forme paraît plus connue, d’autant qu’à Mari même, la salle 6 du temple d’Ishtarat en avait livré un exemplaire gravé au nom d’Iku-Shamagan, plusieurs questions se posent : l’inscription est-elle contemporaine de la fabrication du vase ? Admettons-le, et considérons ainsi que ce type de vase appartient bien au DA III. Mais la comparaison des rebords de ces différents vases peut-elle nous permettre de les considérer comme approximativement contemporains ? Les rebords plats extrêmement saillants de nos nos 57 et 58 constituent-ils une simple variante formelle du rebord plus réduit, et somme toute plus banal du vase d’Iku-Shamagan ? Doit-on être davantage sensible à la forme générale du vase, à ses proportions, à sa carène particulière ? Sans doute, d’autant plus que dans ce cas précis, la parenté des matériaux, originaires vraisemblablement, comme la chlorite, des régions iraniennes au sens large, et du Golfe, y incite15. Le vase M. 2980, retrouvé également dans le temple d’Ishtarat16, appartiendrait au même groupe (type VII) : il offre une variante pourvue d’une panse plus globulaire. On signalera toutefois que des formes très proches ont été retrouvées dans des tombes d’Ur datées par le fouilleur de la période de Jemdet Nasr. Même si cette datation semble devoir être rabaissée au DA I/II selon Forest17, cela voudrait dire que ces formes ont pu connaître une longue utilisation.

83On remarquera l’absence, dans notre lot d’albâtres, de formes typiquement urukéennes, comme par exemple les vases pansus à tenons-oreillettes sur l’épaule de l’Uruk Récent, bien attestés aussi bien à Uruk, à Suse, qu’en Syrie du Nord, à Habuba ou Mashnaqa. Si, d’autre part, les vases à épaule plate, horizontale, sont bien répandus dans notre collection, on ne rencontre pas en revanche ces formes de l’Uruk Récent ou de Jemdet Nasr dont le rebord de la carène est souligné d’un petit bandeau cordé : ces documents bien caractéristiques se retrouvent à Uruk, Fara, Ur, Tello et Suse.

  • 18 Voir les séries IV de Casanova 1991.

84Font aussi défaut, entre autres, les formes cylindriques du DA III si répandues dans les tombes royales d’Ur ou à Suse18.

85Les formes du type III, qui comprennent nos nos 47 à 49, correspondent à de petits vases qui pourraient être assez répandus au DA III : un exemplaire a été retrouvé en 2001 dans les dépendances du temple de Ninhursag (TH 01.899). Une forme très proche, mais double, est attestée à Ur (U. 19529).

  • 19 Genouillac 1925, pl. 7, fig. 5. Nous devons cette référence à Jean Margueron.

86L’étonnante coupe d’albâtre en forme de tête de bélier trouve un parallèle à Kish, au DA19.

  • 20 On songera, parmi bien des exemples, au contraste entre le matériau de la statuette du roi Lamgi (I (...)

87En définitive, faute de parallèles suffisants, précis et pertinents, et en attendant une étude géologique plus poussée que les quelques analyses très limitées que nous avons pu faire du matériau, une étude susceptible de nous mettre sur la voie de l’origine de ces albâtres, est-il déraisonnable de suggérer que la production puisse être au moins en partie locale ? On sait que des gisements de gypse sont fréquents le long de la vallée du moyen Euphrate syrien. Certains d’entre eux avaient-ils les caractéristiques requises pour la fabrication de ce type de matériel ? À notre connaissance, aucune étude n’a été menée jusqu’à présent non plus sur le matériau des nombreuses sculptures d’orants de Mari au IIIe millénaire et sur son origine précise. Est-il homogène ou peut-on y déceler des différences qui ne tiendraient pas uniquement à l’apparence20 ?

Comparanda : vases de pierre

Site

No

Contexte

Réf. biblio.

Date

Eridu

tombe 21

Safar et al., 1981, p. 232, fi g. 112, 113, no 11

Late Obeid

Fara

F 1496, F 2548, F 880a,
F 296
no 121

Heinrich et Andrae 1931, pl. 11-12, p. 28-30
Martin 1988, p. 203

DA non précisé
DA III

Gawra

pente du tell

Tobler 1950, pl. 81, fig. 82

Late Obeid

Kish

type 8

tombe Y 494
Kish « Y » Area

Watelin et Langdon 1934, p. 21, 29, 30 et pl. 22
Algaze 1983-1984, p. 160, fig. G

DA III
DA I-II

Mari

M. 2241, vase inscrit au nom d’Iku-Shamagan
M. 2980

temple d’Ishtarat, salle 6
temple d’Ishtarat, salle ?

Parrot 1967, pl. 70, fig. 225 et p. 179-180
pl. 72, fig. 229, et p. 183-184

DA III
DA III

Suse

Louvre Sb 508, 12005,
11667, 11977, 11982,
11660, 11680 (inédits)

inédits

Uruk-Jemdet Nasr

Tell Brak

G.359 (S)

près de l’enceinte du temple aux yeux

Mallowan 1947, pl. 52, no 3

Jemdet Nasr

Tello

nos 4980, 5203, 5294, 5295
nos 4880, 5203, 5294
nos 4980, 5203, 5294,

5295, 5296

Genouillac 1934, pl. 4 et 10 ; pl. 9, p. 50-54
Parrot 1948, p. 48-49, fig. 11
Sürenhagen 1999, pl. 40, nos 6, 15, 18-20

Uruk final

Ur

Types 73, 75
Types 53-59
U. 19041, type 57
U. 19529, type 56

Tombes
tombe PG/800
JNG/220
JNG/221

Woolley 1934, pl. 247
1956, pl. 67
pl. 33
pl. 31

DA III
DA I-II

Uruk

Type b, no 384

Lindemeyer et Martin 1993, pl. 45

II. Objets divers en pierre, métal et os

8859 - IX B 46 SE 44 (TH 97.106) fig. 15-59

Masse d’arme fragmentaire de forme ovoïde, une partie usée en biais, perforation longitudinale.

Albâtre blanc ; 6,4 x 5,9 ; perforation diam. : 1

8960 - IX B 46 SE 71 (TH 97.128) fig. 15-60

Masse d’arme de forme ovoïde, perforation longitudinale.

Albâtre blanc veiné de gris ; 6,0 x 5,5 ; perforation diam. : 1,5

9061 - IX B 46 SE 45 (TH 97.107) fig. 15-61

Perle rectangulaire, angles arrondis, section elliptique aplatie, perforation longitudinale.

Albâtre blanc veiné de gris ; L. : 5,4 ; l. : 4,6 à 4,8 ; ép. : 1,3

9162 - IX B 46 SE 70 (TH 97.127) fig. 15-62

Perle à base ovale plate et autre face arrondie, perforation longitudinale près de la base.

Agate gris veiné de stries gris très clair formant des stries ondulées sur la face arrondie ; L. : 7,2 ; l. : 5,2 ; h. : 3,6

9263 - IX B 46 SE 91 (TH 97.169)

Perle cylindrique en lapis-lazuli ; L. : 0,4 ; diam. : 0,5

9364 - IX B 46 SE 92

Jeton en pierre blanche, de forme circulaire ; diam. : 1,2 ; ép. : 0,2

9465 - IX B 46 SE 101 fig. 15-65

Rondelle en gypse, de forme circulaire, abîmée ; diam. : 3,2 ; ép. : 0,4

9566 - IX B 46 SE 93

3 fragments en cuivre

9667 - IX B 46 SE 94

Fragments en plomb

9768 - IX B 46 SE 74 (TH 97.131) fig. 15-68

Étui taillé dans un métacarpe d’ovi-capriné de section semi-circulaire, extrémités taillées, lisses ; un décor incisé fait de succession de bandes à croisillons, triangles à cercles pointés, bandes obliques hachurées ou non, en alternance… Une perforation dans la face postérieure à l’extrémité distale (suspension ?)

Os ; L. : 14,8 ; l. : 3,3 à 2,9 ; ép. : 2,7

9869 - IX B 46 SE 75 (TH 97.132) fig. 15-69

Étui du même type, mais écrasé et brûlé, qui devait être taillé dans un métacarpe d’ovi-capriné ; décor incisé fait de rainures croisées formant des losanges, des triangles, des bandes parallèles obliques en zigzag

Os ; L. : 13 env.

Commentaire

99Ces petits objets divers constituent des offrandes courantes, que l’on rencontre dans de nombreux contextes de dépôts et qui ne méritent guère de commentaires approfondis. On remarquera dans cet ensemble, à côté des séries importantes des vases de pierre et des coquillages, l’absence de récipients en céramique ou en métal, de même que d’outils ou d’armes de métal, ou encore d’objets en or, de quelque nature que ce soit.

100Parmi les petits objets, on ménagera ici une place particulière pour les deux tubes en os gravés, qui constituent un type d’objet original, caractéristique des dépôts votifs, lors de la construction d’un monument cultuel, tout comme des dépôts funéraires. Le tableau de comparanda qui suit montre quelques occurrences de ce type de document, sans naturellement prétendre à l’exhaustivité. Signalons que l’exemplaire du Tell Banat porte également la trace d’une perforation, destinée vraisemblablement à attacher l’objet, par exemple aux vêtements du mort dans le cas d’une offrande funéraire. Les différentes occurrences montrent qu’un tel type d’objet a connu une large diffusion, dans l’espace comme dans le temps, et que ses usages ont pu différer selon les contextes. On notera par exemple que dans les tombes de Kamid el-Loz ces objets sont souvent des étuis à khôl.

Comparanda (étuis gravés en os)

Site

No

Contexte

Réf. biblio.

Datation

Deve Hüyük

389, 390, 391 576

tombes

Moorey 1980,
p. 94 et 96, fig. 15 ;
p. 150, fig. 25

âge du Fer

Hazor

A 5274/2

Yadin 1961

Kamid el-Loz

KL 73 : 40b
KL 68 : 26c
KL 68 : 254b
KL 66 : 41a
KL 66 : 82
KL 66 : 3
KL 67 : 343

tombe 8
tombe 11
tombe 71
tombe 72 + 74
tombe 78
tombe 47
Streufund

Hachmann et Penner 1999,
pl. 29, no 8
pl. 29, no 9
pl. 29, n
o 10
pl. 30, n
o 1
pl. 30, no 2
pl. 30, no 3
pl. 30, no 5

Bronze Récent

Mari

M 1848

dépôt I du temple aux Lions

Parrot 1940, p. 21, fig. 15

fin IIIe millénaire

Mohenjodaro

38

Kenoyer 1998, p. 76,

fig. 4.20, et p. 196

2500-1700

av. J.-C.

Tall Bi’a

24/47 : 142

tombe 3, pièce 3

Strommenger et Kohlmeyer

1998, pl. 76 et 167, no 2

DA III

Tall Munbaqa

940
943
944 et 945

Czichon et Werner 1998,
pl. 96 et 203
pl. 96 et 204,
pl. 97 et 204

Tell Banat

dépôt au moment de la construction du White
Monument I

Mc Clellan 1998, p. 257, fig. 13

Bronze Ancien
DA III

Tello

5232

(AO 14485)

Genouillac 1934, pl. 34-3b, p. 62

Uruk récent

Tell Jerablus

Tahtani

tombe Period 2

Peltenburg 1999, p. 102, fig. 3

Bronze Récent

Til Barsib

9

tombe G

Thureau-Dangin et Dunand 1936, pl. 16

Bronze Ancien

Zincirli

S 3926, S 1909

Luschan 1943, p. 123 et pl. 59-60

âge du Fer

Fig. 4 – Vases d’albâtre (nos 6, 13, 23, 25, 26, 28)

Fig. 5 – Vases d’albâtre (nos 29, 40, 45, 46, 47, 51)

Fig. 6 – Vases d’albâtre (nos 54, 55, 57)

Fig. 7 – Profils des vases d’albâtre nos 1-12 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)

Fig. 8 – Profils des vases d’albâtre nos 13-24 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)

Fig. 9 – Profils des vases d’albâtre nos 25-30 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)

Fig. 10 – Profils des vases d’albâtre nos 31-33 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)

Fig. 11 – Profils des vases d’albâtre nos 34-35 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)

Fig. 12 – Profils des vases d’albâtre nos 36-41 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)

Fig. 13 – Profils des vases d’albâtre nos 42-53 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)

Fig. 14 – Dessins des vases d’albâtre nos 54-56, de schiste nos 57-58 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)

Fig. 15 – Divers objets du dépôt central : nos 59-62, 65, 68-69 (les dessins sont à l’échelle 1/2)

III. Coquillages

1. Coquillage de la famille des Vasidae (gastéropodes)

10170 - IX B 46 SE 38 (TH 97.100) fig. 16-70

Genre Vasum, enroulement dextre ; du côté antérieur, les deux derniers tours de la spire ont été sciés longitudinalement, de même que le canal siphonal et une épine qui forment ainsi deux becs verseurs. L’objet pouvait ainsi servir à des libations.

Coquille très usée, couleur extérieure orangée ; L. : 21,1 ; l. : 16,5 ; p. : 10,2

2. Coquillages de la famille des Ranellidae (gastéropodes)

10271 - IX B 46 SE 42 (TH 97.104) fig. 16-71

Triton, genre Charonia tritonis Linnaeus, enroulement dextre, apex cassé ; les tours de spire sont séparés par trois rides, le dernier tour présentant des rides qui suivent l’enroulement ; canal siphonal large et court ; au bord du labre et de la lèvre columellaire, des plis parallèles formant des pointes émoussées.

Couleur extérieure orangé clair ; L. : 23,3 ; l. : 10,8 ; p. : 10

10372-a-d- IX B 46 SE 80 (TH 97.137) fig. 16-72-a-d

Quatre coquillages Tritons genre Charonia tritonis Linnaeus, enroulement dextre, apex cassés, haute spire dont les tours sont séparés par trois rides granuleuses, le dernier tour présente des rides qui suivent l’enroulement, canaux siphonaux larges et courts, au bord du labre et de la lèvre columellaire une série de plis parallèles formant des pointes émoussées, couleur extérieure orangée.

a- SE 80.1 : L. : 23,2 ; l. : 10,5 ; p. : 9,3

b- SE 80.2 : des taches brunes ; L. : 17,7 ; l. : 8 ; p. : 6,5

c- SE 80.4 : très usé, apex et dernier tour de spire cassés ; L. : 19 ; l. : 9 ; p. : 6,8

d- SE 80.3 : très usé, surface granuleuse, apex cassé ; L. : 22 ; l. : 11 ; p. : 9

10473 - IX B 46 SE 81

Fragment de coquillage genre Triton, enroulement dextre.

3. Coquillages de la famille des Fasciolariidae (gastéropodes)

10574 - IX B 46 SE 39 (TH 97.101) fig. 17-74

Fasciolaire à enroulement dextre, le canal siphonal et l’apex de la coquille manquent ; du côté antérieur les deux derniers tours de spire ont été sciés longitudinalement, à l’extérieur des épines situées au milieu de chaque tour de spire.

Couleur extérieure orangée avec une zone blanche où le coquillage est usé ; L. conservée : 20 ; l. : 16,5 ; p. : 10,5

10675-a-b- IX B 46 SE 41 (TH 97.103) fig. 17-75-a-b

Deux fasciolaires à enroulement dextre, sciés longitudinalement du côté antérieur ; couleur extérieure orangé clair.

a- SE 41.2 : très usé ; L. : 17,2 ; l. : 8,4 ; p. : 4,3

b- SE 41.1 : apex et canal siphonal cassés ; L. : 13,6 ; l. : 7,7 ; p. : 4,7

10776-a-b-c- IX B 46 SE 79 (TH 97.136) fig. 17-76-a-b-c

Trois fasciolaires à enroulement dextre, sciés longitudinalement du côté antérieur, une perforation dans le deuxième tour de la spire, des épines extérieures à mi-hauteur de chaque tour de spire.

a- SE 79.1 : couleur extérieure orangé clair ; L. : 21,4 ; l. : 11,2 ; p. : 6,4

b- SE 79.2 : canal siphonal cassé, couleur extérieure orangée avec des taches marron ; L. : 17,1 ; l. : 9,2 ; p. : 5

c- SE 79.3 : apex et canal siphonal cassés, couleur extérieure blanche car très usé, surface granuleuse ; L. : 13,2 ; l. : 8 ; p. : 4,5

10877 - IX B 46 SE 82 (TH 97.138) fig. 18-77

Fasciolaire à enroulement dextre, scié longitudinalement du côté antérieur, des tubercules pointus au niveau des tours de la spire, large canal siphonal.

Couleur orangé clair, une partie est très usée ; L. : 20 ; l. : 10,3 ; p. : 6,5

4. Coquillages de la famille des Conidae (gastéropodes)

10978-a-b-c-d- IX B 46 SE 40 (TH 97.102) fig. 18-78-a-b-c

Quatre coquillages genre Conus, enroulement dextre, sciés longitudinalement, mais en biais, du côté antérieur, à peu près au tiers du diamètre maximum de la coquille ; l’apex et les tours de la spire manquent.

On peut penser qu’ils étaient posés sur l’enroulement, mais pour quel usage ? La présence, dans un cas, d’une perforation près du sommet suggère qu’ils pouvaient être suspendus ? Mais pour quel usage une perforation dans l’apex ? La couleur extérieure est orangé clair.

a- SE 40.1 : apex perforé ; cassure sur la paroi ; L. : 9,9 ; l. : 6,4 ; p. : 5,5

b- SE 40.2 : des traces de brûlé tout autour, à l’intérieur ; cassure sur la paroi ; L. : 9,3 ; l. : 6,5 ; p. : 5,2

c- SE 40.3 : enroulement très épais, perforation près de l’extrémité, faite de l’extérieur vers l’intérieur (suspension ?) ; cassure sur la paroi ; L. : 7,8 ; l : 5,5 ; p. : 4,6

d- SE 40.4 : très usé, surface granuleuse ; L. : 7,8 ; l. : 5,5 ; p. : 4,2

11079-a-b- IX B 46 SE 84 (TH 97.139) fig. 18-79-a-b

Deux coquillages genre Conus, mêmes caractéristiques générales, sans perforations.

a- SE 84.1 : cassure sur la paroi ; couleur extérieure orangé clair ; L. : 9,8 ; l. : 6,4 ; p. : 5,1

b- SE 84.2 : fragmentaire et usé, couleur blanchâtre ; L. : 9,8 ; l. : 7,1 ; p. : 4,7

5. Coquillage de la famille des Strombidae (gastéropode)

11180 - IX B 46 SE 83 fig. 18-80

Fragment de spire de coquillage genre Ptérocère commun, cinq épines

6. Coquillage de la famille des Cassidae (gastéropode)

11281 - IX B 46 SE 51 (TH 97.113) fig. 18-81

Genre Cypraecassis rufa Linnaeus, enroulement dextre, scié longitudinalement du côté antérieur ; zone d’enroulement très peu haute, dernier tour de spire large, portant à l’extérieur des tubercules séparés par des séries de trois à cinq rainures ; canal siphonal court et recourbé.

Couleur extérieure orangé clair ; L. : 14,2 ; l. : 9,2 ; p : 7,4

7. Coquillages de la famille des Cypraeidae (gastéropodes)

11382-a-b-c-d-e-f- IX B 46 SE 77 (TH 97.134) fig. 18-82

Six coquillages porcelaines genre Cyprae tigris Linnaeus dont la base plate a été sciée longitudinalement ; couleur extérieure orangée avec des taches marron.

a- SE 77.1 : L. : 9,3 ; l. : 6,1 ; p. : 4,1

b- SE 77.2 : L. : 8,6 ; l. : 6,3 ; p. : 4,5

c- SE 77.3 : cassé ; p. : 4,1

d- SE 77.4 : L. : 8,4 ; l. : 5,8 ; p. : 4,1

e- SE 77.5 : L. : 8,1 ; l. : 5,6 ; p. : 3,6

f- SE 77.6 : cassé ; l. : 6,4 ; p. : 4,2

8. Coquillages de la famille des Cardiidae (bivalves)

11483 - IX B 46 SE 43 (TH 97.105) fig. 18-83

Valve, genre Cardium, dont le bord a été scié sur une certaine longueur ; stries radiaires sur la face extérieure qui porte une perforation et deux creux circulaires près du crochet articulaire : préparation pour des perforations ? La position de ces deux creux et leur aspect évoquent deux « yeux » qui auraient pu être incrustés.

L. conservée : 8,8 ; l. : 10 ; p. : 4,2

11584-a-b- IX B 46 SE 78 (TH 97.135) fig. 18-84-a-b

Deux valves, genre Cardium, stries radiaires sur la face extérieure.

a- SE 78.1 : à l’extérieur, de part et d’autre du crochet articulaire, deux perforations concentriques qui donnent l’impression d’une tête de rapace avec les yeux et le bec (le crochet articulaire), seule la partie la plus interne de la coquille a été percée.

L. : 13 ; l. : 13,5 ; p. : 6,5

b- SE 78.2 : deux creux seulement dans la zone articulaire, pas de perforation ; cassé, p. : 3,8

11685 - IX B 46 SE 95

Valve genre Cardium

9. Coquilles diverses

11786 - IX B 46 SE 90

Fragments d’œuf d’autruche

11887 - IX B 46 SE 95

Quatre univalves, deux rayés marron et jaune, un marron et un blanc percé.

L. : 1,5 - 1,3 - 1,4 - 1,1

11988 - IX B 46 SE 102 fig. 18-88

Fragment d’incrustation dont la tranche est taillée en biseau ; la forme évoque la jambe d’un personnage.

Nacre : L. : 4,2 ; l. : 1,2 ; ép. : 0,2

Comparanda (coquillages)

Site : type

No

Contexte

Réf. biblio.

Datation

Abu Salabikh :
Fasciolaires

no 49
Abs 2000 et 1959

Tombe 1
Tombe 176

Martin et al. 1985, p. 27, fig. 9c
Postgate et Moon 1982, p. 131, pl. 5

DA III

Apamée :
Charonia

Gautier 1980, p. 311-312, pl. LXXI-8

Fara :
Fasciolaires

F 1036, 1316, 650, 258

Heinrich et Andrae 1931, pl. 38-11, 2, 3, 4
Martin, 1988, p. 213, nos 211-217, p. 221, nos 294-300

DA

Harappa :
Turbinella

Kenoyer 1998, p. 76, fig. 4.20 et p. 196, p. 211, no 104

Bronze Ancien

Kish :
Cardium
Charonia
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Conus
Cyprae
Turbinella
Strombus

 
 
no 2829

Cimetière A
 
Y area
 
Cimetière A
tombe 142
 
tombe Y 381
tombe Y 463
tombe Y 494
tombe Y 373
Y area
 
tombe Y447
tombe Y510
tombe Y513
tombe Y524

Mackay 1925, p. 14, pl. 3-8
Algaze 1983-1984, p. 162, fig. 1, no 2
Mackay 1929, pl. 38
Watelin et Langdon 1934, pl. 19, nos 8-9
p. 20, 31, fig. 5
p. 20, 31, fig. 5
p. 20, 21, 27, fig. 4
pl. 17
Algaze 1983-1984, p. 162, fig. 1, n1
Moorey 1966, p. 50
p. 47
p. 48
p. 47

DA III-Akkad
 
DA I-II
 
DA III-Akkad
 
 
DA I-II
 
 
 
 
 
DA I-II
 
 
 

Mari :
Conus et Fasciolaire Turbinella

M 1848, M 1863,
M 1883
TH 94.44
TH 94.43

dépôts I, II et III du temple aux Lions
Pec I-0,
Pec III-25, dans tombe Pec III-T1

Parrot 1940, p. 21, fig. 15 et pl. X
Margueron et al., dans cette livraison, p. 31

Fin IIIe millénaire
début IIIe mill.

Mohenjo-Daro :
Turbinella

n101

Kenoyer 1998, p. 119, fig. 6.38 et p. 211

Bronze Ancien

Ras al Bassit :
Charonia Fasciolaire Cypraeidae

Gagnier 1986, p. 248

âge du Fer

Ra’s al-Hamra :
Fasciolaria trapezium

n61

tombe HOLI

Conchiglie 1981, p. 69

vers 3000

Shahr-i Sokhta :
Conus omaria

no 53

Conchiglie 1981, p. 67

Bronze Ancien

Suse :
Cypraea tigris

no 17 (Sb 14405)

Conchiglie 1981, p. 54

Tello :
Fasciolaire Charonia

AO 12103, 12104

Genouillac 1934, pl. 34-3c
Aynard 1966, p. 27, fig.4

Tepe Yahya :
Conus

Conchiglie 1981, p. 63, no 37

Bronze Ancien

Ur :
Fasciolaires

 
 
 
C39
 
U 8191
U 8198
U 8160
U 8313
U 8679
U 8661
U10820
U 11597
U 12167
U 12316
U 13786
U 38, U 8538,
U 10966, U 71 239
 
 
 
U 19448
U 19038-U 19089
 
 
B 8, 13, 19, 28,
33, 66, 91, 45b
G 111, 155, 116,
118, 121
U 19247
 
U 16700
 
 
 

 
 
tombe PG/143
 
PG/127
PG/71
PG/183
PG/335
PG/391
PG/789
PG/1076
PG/1277
PG/1325
PG/1618
PG/265
PG/800
 
JN/93
 
JNG/42, JNG/218
JNG/155
 
JNG/215
JNG/242, 261, 262,
270, 272, 279a,
300, 353
 
 
 
 
 
 
 
JNG/159b
 
LG/38
LG/77- LG/169
 

Hall, Woolley 1927, p. 195, C39
Woolley 1934, p. 283, pl. 101 et p. 417
p. 487, pl. 101
p. 415
p. 421, pl. 102
p. 427
p. 429
p. 439
pl. 102
p. 467
p. 469
p. 477
 
pl. 221
 
Woolley
1956, p. 103, no 239
p. 218
p. 218
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
pl. 27
 
Woolley
et Mallowan, 1976, p. 198
p. 202 et 210

DA III

Uruk :
Fasciolaires Conus

no 1908
no 1909

Lindemeyer et Martin 1993,
pl. 121, 130, p. 288
ibid.

Commentaire

  • 21 Gensheimer 1984, p. 65-73.

120On sait qu’en Mésopotamie, dès le Néolithique, les coquillages originaires principalement du Golfe et de l’Océan indien21 servaient d’ornements, sous forme d’anneaux, de perles ou de pendentifs, de cylindres ou encore de pièces de jeux que l’on a retrouvés essentiellement dans les tombes. Dès la fin du IVe millénaire et surtout au IIIe, ils ont fait l’objet d’une véritable industrie, ainsi qu’en témoignent entre autres les nombreuses silhouettes découpées dans la nacre pour créer des panneaux d’incrustation. En général, la coquille était sciée dans le sens longitudinal.

  • 22 Sur ces questions, on consultera avec profit l’article de Winter 1999.
  • 23 Kenoyer 1984, p. 59-60 et 1998, p. 119.

121L’usage de ces coquillages dans les rituels semble avoir été important. Ils pouvaient ainsi servir d’ustensiles, surtout les bivalves, dans les rituels de libation, pour l’eau ou l’huile22. C’est ainsi certainement le cas pour notre no 70. On en a fait des cuillères, comme à Harappa ou Mohenjo-Daro23, des coupes à boire, tout comme les œufs d’autruche pouvaient être taillés en vases.

122Mais quel était l’usage des cônes sciés en biais comme les nos 78-79, attestés par exemple à Ur ? La présence d’une petite perforation, parfois sur la base, parfois sur la paroi, n’aide guère à trouver la solution.

  • 24 Algaze 1983-1984, p. 169-194.
  • 25 Woolley 1934, p. 283 et 1956, p. 103, 127 ; Aynard 1966, p. 27.
  • 26 Woolley 1934, p. 248 et 1956, p. 103 : tombes JNG/93 et 239.

123D’une manière générale, ces coquillages faisaient volontiers partie du mobilier funéraire, associés à des vases de pierre et à d’autres objets, à Kish par exemple24. On a proposé d’y voir parfois des lampes, comme à Ur ou à Tello25, mais les traces d’une combustion font défaut et leur fond arrondi ne les rendait pas très stables. Certains ont pu servir de récipients à khôl ou à fard, car des substances noires et vertes y ont été retrouvées, à Ur en particulier26. Leur présence dans le mobilier des temples ainsi que dans les dépôts de fondation est naturelle.

Fig. 16 – Coquillages du dépôt central : nos 70-72

Fig. 17 – Coquillages du dépôt central : nos 74-76

Fig. 18 – Coquillages du dépôt central : nos 77-84, 88 (échelle du no 88 : 1/2)

B. LA FAVISSA IX B 46 NO 51 (fig. 1, 19-21)

124Lors de l’étude de l’angle nord-ouest du Lieu Très Saint, au cours du démontage des différentes installations, une fosse rectangulaire de 1,20 m est-ouest sur 0,75 m nord-sud a été mise en évidence, limitée par les murs nord et ouest. Profonde de près d’1 m sous le sommet de la banquette située juste au sud (NO 60), elle contenait un certain nombre d’objets, au milieu d’assez nombreux tessons de coupes ou petits bols, et d’ossements épars, dans une terre très meuble et très fine. Il s’agit là de toute évidence d’une favissa, aménagée dans la maçonnerie de briques lors de l’une des phases de l’utilisation des banquettes de l’angle nord-ouest de l’espace. Au-dessus, malgré le très mauvais état de conservation de ces vestiges que les fouilleurs d’André Parrot ont certainement atteints, on notera l’existence d’un aménagement recouvert d’une couche de djuss, en pendage vers le nord. La direction de ce pendage paraît pour cet endroit assez étrange, mais elle pourrait éventuellement s’expliquer tout simplement par un affaissement de la surface en raison de la zone de faiblesse que représentait la favissa située en dessous (travaux d’octobre 1993).

125Le matériel mis au jour, pour l’essentiel le 22.10.97, comportait pêle-mêle, car simplement jetés à l’intérieur, surtout des petits objets, exception faite pour une belle plaque d’albâtre translucide à décor gravé, no TH. 97. 154 (cat. n7), retrouvée en trois fragments, déjà réparée dans l’Antiquité, et que publie, dans ce même volume, Jean Margueron.

Catalogue

126Le reste du matériel est présenté ici selon le classement suivant :

I. Objets en coquille

1271 - IX B 46 NO 34 (TH 97.148) fig. 20-1

Pendentif fragmentaire fait dans une valve plate de Spondyle (famille des Spondylidae) ; la surface extérieure striée est de couleur corail ; près du bord, deux perforations, une circulaire et une ovale dans laquelle sont passés deux anneaux en argent (un anneau fermé et un ouvert) ; traces de bitume à l’intérieur de la valve.

diam. : 4 ; ép. : 0,2

1282 - IX B 46 NO 37

Deux coquilles à enroulement dextre : une blanche et une rayée marron et beige ; dans les deux, une perforation dans le premier tour de spire (suspension ?).

L. : 1,35 et 2,25

1293-a-b- IX B 46 NO 45 (TH 97.149) fig. 20-3-a-b

Deux perles en coquille de Dentale (famille des Dentaliidae), l’une de section octogonale, l’autre de section hexagonale.

L. : 1,7 et 0,9 ; diam. : 0, 5 et 0,35

1304 - IX B 46 NO 46 (TH 97.151) fig. 20-4

Œil dont l’iris devait être fixé à l’aide de bitume ; au revers, restes de bitume (incrustation).

L. : 1,1 ; l. : 0,7

1315-a-g- IX B 46 NO 47 (TH 97.152) fig. 20-5-a-c

Sept éléments d’incrustation :

a- buste de personnage dont la tête manque ; avant-bras droit replié, main sous le sein gauche, barbe taillée en creux qui contenait des restes de bitume.

H. 1,6 ; l. 1,5

b- personnage assis vers la droite, la tête manque ; bras droit replié vers l’épaule gauche ; bordure d’un vêtement sous l’épaule droite qui est découverte et sur le côté gauche du personnage ; des incisions au-dessus du poignet droit : le personnage portait peut-être un objet ?

H. 2,2 ; l. 2,4

c- personnage assis vers la gauche, portant un vêtement long à encolure arrondie, la tête manque ; bord de manche jusqu’au bas du personnage ; la main gauche, émergeant du vêtement, porte un rameau dirigé vers le bas.

H. 3,3 ; l. 3,4

d- fragment de frise (1,05 x 0,95)

e- fragment de frise en forme de losange (1,5 x 1,15)

f- élément allongé portant une incision droite (2 x 0,35-0,45) ; retour en angle à une extrémité

g- élément allongé de section semi-circulaire (1,75 x 0,4)

1326-a-c- IX B 46 NO 48 (TH 97.153) fig. 20-6-a-b

Trois fragments de kaunakès de forme incurvée (celle de la coquille), portant des incisions parallèles puis convergentes vers la pointe ; le troisième est fragmentaire, la pointe manque.

L. : 5,6-4,55-3,85 ; l. : 2-1,8-2,15

II. Autres objets : pierre, fritte, céramique

1337 - IX B 46 NO 39 (TH 97.154)

Plaque en albâtre avec un décor incisé et bitumé : trois fragments qui ont dû être rassemblés dans l’Antiquité avec du bitume (des restes de bitume subsistent sur des cassures).

L. : 35,7 ; l. : 15-18 ; ép. : 1,5-1,8

Voir sur cet objet l’étude de J. Margueron dans ce même volume.

1348 - IX B 46 NO 43 (TH 97.150) fig. 21-8

Élément d’incrustation qui porte des incisions parallèles (élément d’un kaunakès ?) ; les tranches sont taillées en biseau pour permettre l’incrustation dans un support.

Lapis-lazuli ; L. : 5,15 ; l. : 1,2

1359 - IX B 46 NO 35 (TH 97.149) fig. 21-9

Perle globulaire à décor de godrons.

Lapis-lazuli ; L. : 2,05 ; diam. : 2,0

13610-a-d- IX B 46 NO 36 (TH 97.149) fig. 21-10-a-d

Quatre perles de forme cylindrique.

Lapis-lazuli ; L. : 2,75-2,1-1,2-0,35 ; diam. : 0,85-0,6-1,0-0,6

13711-a-c- IX B 46 NO 40 (TH 97.149) fig. 21-11-a-c

Trois perles de forme cylindrique.

Cornaline ; L. : 1,9-0,8-0,3 ; diam. : 0,7-0,5-0,7

13812 - IX B 46 NO 41 (TH 97.149) fig. 21-12

Perle plate circulaire, bordure irrégulière.

Gypse ; diam. : 0,85-0,9 ; ép. : 0,25

13913 - IX B 46 NO 42 (TH 97.149) fig. 21-13

Perle en forme de tonneau.

Pierre noire ; L. : 0,8 ; diam. : 1

14014 - IX B 46 NO 44 (TH 97.149) fig. 21-14

Perle de forme cylindrique.

Albâtre jaune clair ; L. : 0,9 ; diam. : 0,6

14115-a-c- IX B 46 NO 49 (TH 97.149) fig. 21-15-a-c

Trois perles en fritte :

a- une en forme de tonneau, très friable ; L. : 0,45 diam. : 0,65

b- une plate très friable ; L. : 0,4 diam. : 0,75

c- une fragmentaire cylindrique qui porte deux rainures parallèles près des bords ; L. conservée : 1,1 ; diam. : 0,4

14216 - IX B 46 NO 38 (TH 97.149)

Perle fragmentaire à godrons, qui devait être en forme de tonneau.

Fritte ; L. : 1,7 ; diam. : 1,8

14317 - IX B 46 NO 50 fig. 21-17-a-b

Six fragments de céramique grise (coupe ?) incrustés de plâtre : bandes parallèles, zigzags délimitant des triangles blancs.

Fig. 19 – Divers objets de la favissa IX B 46 NO 51

Fig. 20 – Divers objets en coquille de la favissa IX B 46 NO 51 : nos 1, 3-6 (échelle 1/1)

Fig. 21 – Divers objets de la favissa IX B 46 NO 51 : nos 8-15, 17 a-b (échelle 1/1)

C. LES DÉPÔTS DANS LA MAÇONNERIE DE LA FAÇADE DU LIEU TRÈS SAINT (fig. 1, 22-24)

144La campagne de 1997 a été également consacrée, dans le carré IX B 45, à l’étude de la façade du LTS, par un sondage effectué dans la partie ouest, en coupant au centre de l’escalier d’accès (fig. 1). Ces travaux, menés par Marie Stahl, ont conduit à confirmer l’existence de remaniements dans la façade du LTS, qui s’est épaissie par une extension vers le sud. Au cours de la fouille à l’ouest de l’escalier, a été mise en évidence l’existence d’un dépôt entre deux assises de briques crues de la partie correspondant à cette extension. L’essentiel du matériel retrouvé, qui correspondait à des objets ou des fragments de petit module, a été retrouvé sur une large surface, sur la même assise (fig. 22), laquelle reposait sur un lit de roseaux, mais quelques petits objets épars, surtout des perles et quelques coquillages avaient été disposés, mais de façon plus désordonnée, sous cette même assise.

Catalogue

145Associés à de petits ossements peu nombreux et à de petits charbons de bois, le catalogue comprenait les éléments suivants :

I. Objets en coquille

1461 - IX B 45 NO 9 (TH 97.156) fig. 23-1

Lot de quarante coquillages genre Columbelle (famille des Columbellidae) :

  • deux ne sont pas percés : l’un est à rayures blanches sur fond de couleur marron, l’autre porte des rayures marron obliques ; L. : 1,3-1,4 ;

  • vingt-quatre sont sciés longitudinalement du côté antérieur ; ils sont de couleur blanche ; L. : 0,95-1,55 ;

  • trois sont sciés longitudinalement du côté postérieur et perforés sur le dernier tour du côté antérieur ; deux sont blancs, l’autre est de couleur marron ; L. : 0,95-1,35 ;

  • deux sont seulement perforés, l’un de couleur blanche, l’autre marron rayé ;

  • huit sont percés seulement dans le dernier tour du côté antérieur et sont de couleur gris foncé ;

L. : 0,60-0,75 ;

tous sont à enroulement dextre, à l’exception d’un blanc à enroulement senestre ; L. : 0,65

1472 - IX B 45 NO 10 (TH 97.157) fig. 23-2

Lot de coquillages :

  • cinq coquillages genre Conus (famille des Conidae), à enroulement dextre :

  • deux unis : L. : 4,15-4,40 ;

  • deux fragmentaires, dont l’apex manque, présentant des dessins, lignes en zigzag, de couleur brune, sur le dernier tour, type Conus pennaceus Born : L. : 3,5-5,5 ; l. : 2,0-2,9 ;

  • un fragmentaire dont l’apex manque, présentant des taches brunes alignées en biais dans un sens et dans l’autre, type Conus tigris : L. : 2,4 ; l. : 1,7 ;

  • deux coquillages à enroulement dextre, perforés près de l’ouverture, de forme irrégulière : L. : 3,1 ;

  • deux coquilles d’un bivalve, un présente des rayures concentriques mauves sur un fond de couleur orangée, l’autre est blanc

1483- IX B 45 NO 11 (TH 97.158) fig. 23 et 24-3

Bague taillée dans une columelle de Conus (famille des Conidae) : anneau plat qui présente un bourrelet perforé (pour pouvoir fixer une pierre ou une tige de métal ?) ; diam. ext. : 1,7 ; ép. : 0,3 ; H. : 0,5

1494 - IX B 45 NO 12 (TH 97.159) fig. 23-4

Lot de quatorze rondelles taillées dans une columelle de Conus (famille des Conidae). Certains présentent des traces noires (bitume). Ces pièces correspondent à la première phase de fabrication des bagues : elles sont en effet peu élaborées, pour certaines les faces internes de la coquille sont lisses, d’autres sont à peine taillées et l’enroulement y est encore visible. Les dimensions sont très variables :

diam. ext. : 2,1-3 ; diam. int. : 0,7-1,5 ; ép. : 0,5-1,1

1505 - IX B 45 NO 13

Deux fragments du genre Murex (famille des Muricidae), présentent des bourrelets plus ou moins parallèles, avec des épines

1516 - IX B 45 NO 14 fig. 23-6

Trente fragments du genre Dentale (famille des Dentalidae), extrémités pointues, rides longitudinales, couleur blanche

1527 - IX B 45 NO 15 (TH 97.160) fig. 22 et 23-7

Columelle du genre Charonia tritonis Linnaeus (famille des Ranellidae), taillée en vue de la fabrication de bagues, de perles ou de sceaux-cylindres ; enroulement dextre ;

L. : 14,5 ; diam. max. : 1,8-1,9

1538 - IX B 45 NO 16 (TH 97.161) fig. 23-8

Columelle du genre Charonia tritonis Linnaeus (famille des Ranellidae), taillée en vue de la fabrication de bagues, de perles ou de sceaux-cylindres ; enroulement dextre

L. : 11,5 ; diam. max. : 1,65-1,75

1549 - IX B 45 NO 17 fig. 23-9

Lot de quatre fragments de valve du genre Mytilus (famille des Mytilidae), qui présentent des creux circulaires dont certains contiennent du bitume.

15510 - IX B 45 NO 19 (TH 97.163) fig. 23-10

Lot de dix anneaux taillés dans une columelle de Conus (famille des Conidae), préparés en vue de fabriquer des bagues : l’enroulement de la coquille est encore visible, mais ils sont plus élaborés que le lot n4 (NO 12) ; l’anneau est utilisable comme bague ou ornement de ceinture ;

diam. ext. : 1,7-2 ; diam. int. : 1,1-1,75 ; ép. : 0,35-0,7

15611 - IX B 45 NO 20 (TH 97.164) fig. 23 et 24-11

Fragment de statuette : avant-bras et main fermée, taillé dans une columelle de Charonia tritonis (famille des Ranellidae) ; quatre doigts sont obtenus par des incisions parallèles ; le pouce est détaché, mais son extrémité est reliée à l’index ;

L. conservée : 6 ; diam. max : bras : 1,3 ; l. max. main : 1,8

15712 - IX B 45 NO 24 (TH 97.165) fig. 23 et 24-12

Figurine animale taillée dans un fragment incurvé de coquille dont l’extrémité enroulée a permis de sculpter la tête à la fois de face et de profil ; le dos est plat, le corps massif, avec deux ébauches des pattes avant et arrière gauche ; la tête, très petite par rapport au corps, est complète : deux cornes, deux yeux, museau carré, à l’arrière des cornes une bosse portant une incision centrale longitudinale ; une perforation circulaire faite à partir de chaque face au milieu du corps ;

l’objet a été taillé soit dans un enroulement de Gastéropode, soit dans une zone articulaire de bivalve ; H. : 3 ; L. : 5 ; ép. : 0,4

15813 - IX B 45 NO 21

Lot de deux fragments de coquille d’œuf d’autruche

II. Autres objets

15914 - IX B 45 NO 8 (TH 97.155) fig. 23-14

Lot de plus de cinq cents perles faites dans différents matériaux :

  • plates circulaires, en gypse ; diam. : 0,7-1,1

  • plates circulaires, en fritte ; diam. : 0,7-1,1

  • plates circulaires, en coquille ; diam. : 0,5-0,8

  • en forme de tonneau et cylindriques, en fritte ; diam. : 0,4-0,6

  • quadrangulaires, en forme de tonneau, en pierre grise ; diam. : 0,5-0,6

  • cylindriques en pierre rouge ; diam. : 0,2-0,3

  • un petit fermoir (?) avec trois perforations alignées, pierre : L. : 0,9 ; l. : 0,35

16015 - IX B 45 NO 18 (TH 97.162) fig. 23 et 24-15

« Idole aux yeux », plus précisément du type « à lunettes », base plane de section ovale, corps arrondi, deux « boucles » avec deux perforations circulaires.

Albâtre vert (aragonite ?) ; H. : 2,0 ; l. : 1,5 ; ép. : 1

16116 - IX B 45 NO 22

Lot de cinq fragments de cristal de roche et de gypse

16217 - IX B 45 NO 23

Lamelle à trois pans et retouches unilatérales ; silex ; L. conservée : 3,1 ; l. : 1,2

16318 - IX B 45 NO 25 (TH 97.166) fig. 23 et 24-18

Micro-vase à fond plat, panse évasée qui porte à mi-hauteur un décor de quatre cercles pointés qui devaient être remplis de bitume ;

fritte ; H. : 1 ; diam. : 1,3 ; ép. paroi : 0,2 ; ép. fond : 0,4

Commentaire

164Dans cet ensemble, les perles dominent très fortement, avec également de petits coquillages : il n’y a là rien que de très logique, ces petits objets, parfois minuscules, se prêtant davantage à un dépôt dans un espace restreint, tel que le joint horizontal entre deux assises de briques crues.

  • 27 Breniquet 1996, en particulier p. 51, fig. 7-8.
  • 28 Op. cit., p. 47 et tableau p. 48.
  • 29 On notera ici qu’un exemplaire de ce type a été retrouvé à Ur, dans le secteur de la terrasse de la (...)

165On notera pourtant la présence d’objets moins courants, et d’utilisation moins évidente, tels que cette « idole aux yeux » (cat. no 15), isolée au sein de ce matériel, et qui évoque naturellement des séries bien connues. Elle se rattache au groupe des « idoles à lunettes », très débattu, pour lequel une hypothèse fort intéressante a été proposée récemment : ce type aurait connu une utilisation fonctionnelle tout à fait précise, comme petit poids destiné au retordage et au câblage d’un fil végétal à deux brins, chaque brin passant dans chaque perforation ; l’« idole », suspendue par les fils, aurait assuré leur séparation, les empêchant de s’emmêler, tout en leur imprimant une légère tension27. Notre « idole », appartenant sans difficulté au type 3 de l’article de Catherine Breniquet, le plus répandu dans les régions syro-mésopotamiennes, de Brak ou de Sheikh Hassan à Suse28, pourrait ainsi avoir appartenu initialement à une fileuse, mais ayant travaillé à l’époque d’Uruk, soit bien des siècles avant les réfections architecturales évoquées ici. Ce serait là un nouvel exemple d’objet « antique », conservé dans des conditions qui nous échappent et dont la signification avait pu être oubliée. Il aurait pu simplement être offert au temple de Ninhursag à titre d’ex-voto, dans des conditions peut-être comparables, mais à bien plus petite échelle naturellement, à celles des dépôts sous le temple aux Yeux de Tell Brak29.

Fig. 22 – Emplacement principal du dépôt no 3 : vue vers le nord-est

  • 30 Margueron 1998, p. 4-5. Il rappelle à cet égard la découverte d’un atelier de gravure de coquillage (...)
  • 31 Deux objets de ce type ont été découverts parmi les petits objets accompagnant les dépôts nos 1 et (...)
  • 32 Voir à titre d’exemple la statuette retrouvée dans le palais G d’Ebla : Matthiae et al. 1995, p. 33 (...)

166Une situation différente doit être évoquée à propos de certains objets de coquille faisant partie du lot déposé entre les briques : si la plupart de ces petits objets font partie des séries que l’on rencontre un peu partout, on pourra se demander, tout comme Jean Margueron, si certains de ces objets n’appartenaient pas d’une manière plus précise à un artisan travaillant les coquillages et la nacre30 : en dehors des habituels petits coquillages percés, susceptibles de servir de perles, la série comprend ici des anneaux découpés dans des cônes, à différents stades de leur fabrication (cat. nos 3-4, 10), dont on sait qu’ils pouvaient servir de bagues ou encore d’anneaux, en grand nombre dans ce cas-là, pour le décor d’une ceinture. Les nos 7 et 8, columelles de tritons, pouvaient être destinés à la fabrication de perles cylindriques ou de sceaux-cylindres31. Si la pièce animalière (no 12) appartient à des séries de petits objets taillés et sculptés relativement courants à cette époque, en revanche l’avant-bras de statuette (no 11), issu également d’une columelle de triton, nous paraît une pièce bien plus rare : la statuette dont il provient, ou pour laquelle il était destiné, devait être une de ces pièces composites, associant par exemple stéatite, lapis, albâtre, os ou nacre, que l’on n’a malheureusement guère le loisir de retrouver entières dans les différents sites du monde syro-mésopotamien32.

Fig. 23 – Divers objets du dépôt n3

Fig. 24 – Dessins de divers objets du dépôt n3 : nos 3, 11, 12, 15, 18. L’échelle est de 1/1, sauf no 15 : 2/1

D. LES DÉPÔTS DANS LA MAÇONNERIE DES BANQUETTES CULTUELLES DE LA PARTIE OUEST DU LIEU TRÈS SAINT

  • 33 Cf. le rapport préliminaire dans Akh Purattim 1 et en particulier la fig. 16, p. 35.

167Dans le cadre de cette enquête, même préliminaire, il a paru intéressant de reprendre les données de la campagne de 199333, où le démontage systématique des diverses installations cultuelles de la partie ouest de la salle a permis d’étudier leur évolution, mais aussi de mettre en évidence la structure interne de ces constructions et de révéler les différents dépôts de petits objets qui y avaient été faits au moment de leur aménagement. Le contexte de pose de ces différents objets est par conséquent comparable à celui qui vient d’être étudié dans le paragraphe 3 : c’est bien entre les assises de briques crues, ou dans un remplissage parfois plus irrégulier que l’on rencontre ces offrandes. Pour des raisons évidentes déjà évoquées plus haut, les objets retrouvés restent normalement de petites dimensions. D’autre part, comme on pourra le constater, les séries sont assez homogènes, sans grande originalité, mais c’est bien ce caractère de série qui nous intéresse ici et qui nous permet d’établir quelles étaient les pratiques dans ce domaine, et à quels critères de choix elles pouvaient répondre. Ainsi les différents exemples ne seront-ils ici présentés que sous forme de listes de matériel, sans analyse particulière des différents objets concernés. L’examen des différentes banquettes cultuelles s’est effectué en progressant du sud vers le nord, en longeant le mur ouest de l’espace.

I. Banquette IX B 46 SO 5

Lot de petits ossements d’animaux (SO 6) : capriné, rongeur ;

Lot de fragments d’œufs d’autruche, dont certains percés (SO 7) ;

Lot de coquillages divers (SO 8) ;

Lot de trois lamelles de silex (SO 9) ;

Lot de petites perles de cornaline (SO 10, TH. 94.7).

II. Banquette IX B 46 SO 4

Lot de petits ossements d’animaux (SO 11) : capriné, boviné, certains ossements brûlés ;

Lot de fragments d’œufs d’autruche (SO 12) ;

Lot de plaquettes de nacre et coquillage gravé (languette de kaunakès) (SO 13, TH 93.88) ;

Lot de perles, cornaline et lapis (SO 14) ;

Lot de petits fragments de « bronze » (SO 15).

III. Banquette IX B 46 SO 3

Lot d’ossements d’animaux (SO 16), dont d’oiseau ;

Lot de fragments d’œufs d’autruche (SO 17) ;

Lot de languettes de kaunakès (coquille), en partie fragmentaires et/ou brûlées (SO 18, TH 93.85) ;

Lot de trois fragments de gypse fer de lance (SO 19) ;

Lot de petits tessons de céramique (SO 20) ;

Perle d’or, en feuille, autour d’une âme d’argile (SO 21, TH. 93.76) ;

Fragment de lapis-lazuli gravé et perforé (SO 22, TH. 94.6).

IV. Banquette IX B 46 NO 5

Lot de fragments d’œufs d’autruche (NO 11) ;

Lot de languettes de kaunakès en coquille (NO 12, TH 93.86) ;

Lot d’ossements d’animaux (NO 13) : capriné, oiseau, certains brûlés ;

Lot de lapis-lazuli : perles et divers fragments (NO 14, TH 94.10) ;

Petit coquillage (NO 15) ;

Lot de perles de cornaline (NO 16, TH 94.8).

V. Banquette IX B 46 NO 10 (état plus ancien, à l’intérieur de la maçonnerie de la banquette NO 5)

Lot de fragments de nacre (NO 17, TH 93.89) ;

Lot de fragments d’œufs d’autruche (NO 18) ;

Lot de languettes de kaunakès, coquille (NO 19, TH 93.87) ;

Lot de perles et fragments de lapis-lazuli (NO 20, TH 94.8) ;

Épingle en « bronze », du type toggle pin (NO 21, TH 94.1) ;

Lot d’ossements d’animaux (NO 22) : capriné, rongeur ;

Lot de tessons de céramique (NO 23).

Commentaire

168Comme on a pu le voir à l’examen de ces listes, les pratiques de dépôts d’objets dans ce type de situation sont particulièrement homogènes et le même choix s’opère à chaque fois, à quelques variantes près qui ne paraissent pas vraiment significatives. On soulignera la présence de quelques objets qui apparaissent de manière plus exceptionnelle, comme la perle d’or SO 21 ou encore l’épingle du type toggle pin NO 21. L’absence de l’argent dans ce contexte est sans doute à signaler : peut-être n’est-elle qu’accidentelle. L’or, dans les exemples qui viennent d’être examinés, n’est pas bien représenté, mais il peut apparaître ailleurs, sous la forme de petits fragments de feuille d’or, mais jamais sous forme massive. Le bronze, ou peut-être plutôt le cuivre, n’est d’ailleurs pas très répandu non plus.

E. CONCLUSIONS GÉNÉRALES

  • 34 Précisons ici que les travaux récents effectués dans le grand sanctuaire du palais royal du IIIe mi (...)

169L’examen de ces différentes localisations de dépôts et de leurs contenus, dans le périmètre du Lieu Très Saint de Ninhursag, a permis de dresser en quelque sorte un inventaire des pratiques des anciens habitants de la Ville II de Mari en la matière. Rien ne permet de considérer que ces dépôts puissent être représentatifs de pratiques spécifiques au temple de la déesse Ninhursag. Aucun objet retrouvé ne peut en effet être considéré comme ayant un rapport, de près ou de loin, avec la déesse, et avec ce qu’elle pouvait représenter aux yeux de ses fidèles. Plus simplement, c’est la fouille détaillée de cet espace sacré, et le démontage systématique de ses installations cultuelles qui a permis ces découvertes et leur examen. Sans doute les observations faites ici doivent-elles s’appliquer à d’autres sanctuaires de la ville, et d’ailleurs les temples d’Ishtar, d’Ishtarat et de Ninni-zaza, ou ceux de Shamash ainsi que le temple aux Lions, ont pu déjà révéler un certain nombre de données sur ce sujet34. Toutes n’ont sans doute pas été recherchées ni observées. Mais ce qui fait l’intérêt de l’exemple du temple de Ninhursag examiné ici, c’est la diversité des situations rencontrées et la richesse au moins d’une partie de ces dépôts.

170On a pu comprendre, à l’examen de l’ensemble, que le statut du matériel considéré pouvait ne pas être le même :

  • soit il s’agissait d’ex-voto qui avaient été anciennement consacrés au temple et qui pouvaient faire place à des pièces plus récemment offertes ;

  • soit ces offrandes avaient été faites pour la circonstance, c’est-à-dire au moment de la construction du sanctuaire, ou au moment de ses réaménagements ;

  • soit une partie de ces objets correspondait au matériel en usage dans le temple pour les besoins de la liturgie : usagées, abîmées, voire cassées, ces pièces partaient ainsi au rebut, mais sans quitter le temple, sans abandonner leur statut d’objets consacrés.

171Notons que ces différentes situations ne sont pas incompatibles.

172On a pu se rendre compte également que dans ces différents dépôts, des objets abîmés, cassés, fragmentaires, ou de simples fragments voisinaient sans difficultés avec des objets complets, parfaitement conservés, ou encore avec des objets dont le caractère inachevé a pu être souligné, les objets en coquille destinés à la fabrication de bagues ou de sceaux-cylindres par exemple.

173Les différentes situations rencontrées permettent sans doute d’établir des nuances dans la compréhension que nous pouvons avoir du phénomène de la favissa.

174L’exemple de la favissa IX B 46 NO 51 est le plus simple : il s’agit bien là d’une fosse, ou plutôt d’une cache aménagée, où des objets de taille très diverse ont été jetés pêle-mêle, au rebut, mais toujours conservés dans l’espace sacré.

  • 35 Cf. sur ce point les réflexions d’Ellis 1968 et 2000.

175En revanche, dans les autres situations, on peut penser qu’à cette mise au rebut d’objets périmés s’ajoute une notion plus forte de dépôt votif, effectué dans une circonstance très particulière : celle de la construction du temple, de sa restauration, ou du réaménagement d’une de ses parties. On a vu qu’entre les assises de briques de la façade du Lieu Très Saint ou des diverses installations cultuelles, de petits objets avaient été déposés, quel que soit d’ailleurs leur état, complet, fragmentaire ou inachevé. Sans doute contribuaient-ils ainsi à une sorte de protection magique de la construction. Ainsi ces dépôts se rapprocheraient-ils des dépôts de fondation proprement dits, dont on ignore d’ailleurs toujours la signification profonde35. Le dépôt le plus important que nous ayons examiné ici, comprenant cet ensemble assez inhabituel de vases d’albâtre et de coquillages, pour l’essentiel, n’a-t-il pas été placé symboliquement au centre de l’espace du Lieu Très Saint, au moment de l’aménagement de ses fondations, et à une soixantaine de centimètres en dessous de l’endroit où le dépôt de fondation « canonique », avec « clou » de métal fiché dans sa « clé », et accompagné des habituelles tablettes de lapis et d’albâtre, allait être disposé plus tard, au cœur de la maçonnerie du podium central ?

  • 36 Cf. Parrot 1940, p. 19-23, et pl. IX-X.
  • 37 Ce type de dépôt votif, pouvant concerner des quantités importantes de petits objets, n’était sans (...)

176Certes, il n’est pas ici question d’ignorer les différences, et dans les rituels qui accompagnaient ces différents actes, et dont nous ignorons tout, des différences essentielles existaient certainement. Mais en même temps les rapprochements entre ces deux catégories nous paraissent très légitimes. Observons en effet par exemple le contenu des trois dépôts de fondation du temple aux Lions dégagés par André Parrot36, certes d’une époque plus récente, celles des Shakkanakku : on peut être frappé par le fait que les longs clous traversant la tablette de métal, associés eux aussi aux tablettes de lapis et d’albâtre, dépôt « canonique » par conséquent, étaient entourés d’une quantité appréciable de petits objets votifs, parmi lesquels bien des pièces fragmentaires, abîmées, où l’on reconnaît sans difficulté les catégories que nous venons d’évoquer et qui, ici aussi, étaient en quelque sorte mises au rebut. Dans le cas des dépôts de fondation du temple aux Lions, nous aurions ainsi la rencontre des deux types de dépôts, le dépôt de fondation proprement dit, et le dépôt que nous appelons, faute de mieux, simplement votif37.

  • 38 Philippe Quenet nous rend attentifs au fait qu’au DA III, plusieurs dépôts du nord syrien renfermen (...)

177En matière de chronologie, l’étude de la stratigraphie des différentes parties du temple, et du LTS lui-même, n’étant pas totalement achevée, l’étude de l’ensemble du matériel retrouvé non plus, nous ne savons pas encore avec une totale certitude si le niveau que nous étudions ici, le niveau III (ex-niveau IV d’André Parrot), correspond à celui de la toute première phase du temple. Les vestiges d’une construction antérieure mis au jour par les sondages profonds sont sans doute trop limités, et de lecture délicate, pour que l’on puisse affirmer s’ils correspondent déjà à un temple de la Ville II ou s’il faut les considérer comme appartenant encore à la Ville I. Bien des vérifications seront encore nécessaires dans les couches profondes, malgré les difficultés. Il serait en effet intéressant de savoir si les bâtisseurs de cette Ville II avaient découvert sur place, au cours de leurs travaux, ou apporté avec eux, en venant s’installer à Mari, vers le début du DA III peut-être, des objets considérés comme précieux et qui pouvaient avoir, déjà à ce moment-là, au moins pour certains d’entre eux, un âge vénérable38. Les pièces que l’on peut rattacher à la fin du Ve millénaire, celles de la fin du IVe millénaire ou du début du IIIe sont-elles ainsi venues du nord, comme sans doute la plaque d’albâtre de la période de Ninive V, et à quel moment sont-elles devenues la propriété du temple de Ninhursag ?

Bibliografia

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Algaze G.
1983-1984 « Private Houses and Graves at Ingharra, a Reconsideration »,
Mesopotamia 18-19, p. 135-194.

Aynard J.-M.
1966 « Coquillages mésopotamiens », Syria 43, p. 21-37.

Abdel-Rahman Hassanian el-Khauli A.
1978 Egyptian Stone Vessels, Predynastic Period to Dynasty III.

Bielinski P.
1986 « Les vases en pierre de Tell el-Saadiya et des autres sites obéidiens », in Préhistoire de la Mésopotamie, éd. du CNRS, Paris, p. 261-265.

Breniquet C.
1996 « Du fil à retordre : réflexions sur les “idoles aux yeux” et les fileuses… », in H. Gasche et B. Hrouda (éd.), Collectanea orientalia, Études offertes en hommage à Agnès Spycket, Neuchâtel et Paris, Recherches et Publications, p. 31-54.

Carter E.
1980 « Excavations in Ville Royale I at Susa : The Third Millenium B. C. Occupation », Cahiers de la DAFI 11, p. 11-134.

Casanova M.
1991 La vaisselle d’albâtre de Mésopotamie, d’Iran et d’Asie Centrale aux IIIe et IIe millénaires av. J.-C., Paris, ERC.

Conchiglie
1981 Tosi M., Biscione R., Durante S., Conchiglie, il commercio e la lavorazione delle conchiglie marine nel medio oriente dal IV al II millenio a.C, Rome, exposition Palazzo Brancaccio, éd. De Luca.

Coqueugniot É.
1993 « Un atelier spécialisé dans le palais de Mari. Outils de pierre taillée et travail de la nacre à la fin de l’Early Dynastic », MARI 7, p. 205-250.

Czichon R. M. von, Werner P.
1998
Tall Munbaqa-Ekalte. I, Die Bronzezeitlichen Kleinfunde, Saarbrüker Druckerei und Verlag, Saarbrücken.

Ellis R. S.
1968
Foundation Deposits in Ancient Mesopotamia, Yale Near Eastern Researches 2, New Haven, Yale University Press.
2000 « Mesopotamian Foundation Ceremonies and Deposits », in P. Azara, R. Mar, E. Riu, E. Subias (éd.),
La fundacion de la ciudad, Barcelone, éditions UPC, p. 57-64.

Forest J.-D.
1983 Les pratiques funéraires en Mésopotamie du Ve millénaire au début du IIIe. Étude de cas, Paris, ERC, Mémoire 19.

Fortin M.
1999 Catalogue Syrie, Terre de civilisations, Québec.

Gagnier P.-Y.
1986 « Les restes fauniques du site archéologique de Ras Al Bassit, Syrie », Syria 63 (3-4), p. 247-255.

Gautier A.
1980 « La faune de quelques maisons d’Apamée », in J. Balty (éd.), Apamée de Syrie, bilan des recherches archéologiques 1973-1979, Centre belge de Recherches archéologiques à Apamée de Syrie, Bruxelles, p. 305-360.

Genouillac H. de
1925 Premières recherches archéologiques à Kich, tome II, Paris.
1934 Fouilles de Telloh, I et II, P. Geuthner, Paris.

Gensheimer T. R.
1984 « The Role of Shell in Mesopotamia : Evidence for Trade Exchange with Oman and the Indus Valley »,
Paléorient 10/1, p. 65-73.

Hall H. R., Woolley L.
1927
Ur excavations. Vol. I, Al’Ubaid, Oxford University Press, Oxford.

Hachmann R., Penner S.
1999
Kamid El Loz. 3, Der Eisenzeitliche Friedhof und seine Kulturelle Umwelt, Saarbrücker Beiträge zur Altertumskunde, 21, Dr. R. Habelt GMBH, Bonn.

Haerinck E., Overlaet B.
1996
Luristan Excavation Documents. Vol. 1, The Chalcolithic Period Parchinah and Hakalan, Royal Museums of Art and History, Bruxelles.

Heinrich E., Andrae W.
1931
Fara. Ergebnisse der Ausgrabungen der Deutschen Orient-Gesellschaft im Fara und Abu Hatab, 1902-1903, Preussische Staatsbibliothek, Berlin.

Heinz M.
1989 « Die Steingefässe aus Süd-und Mittelmesopotamiens als Inschriftenträger der Frühdynastischen Zeit »,
Baghdader Mitteilungen 20, p. 197-224.

Kenoyer J. M.
1984 « Shell Working Industies of the Indus Civilization : A Summary »,
Paléorient 10/1, p. 49-63.
1998
Ancient Cities of the Indus Valley Civilization, American Institute of Pakistan Studies.

Le Brun A.
1971 « Recherches stratigraphiques à l’acropole de Suse, 1969-1971 », Cahiers de la DAFI 1, p. 163-216.
1978 « Le niveau 17 B de l’acropole de Suse (campagne de 1972) », Cahiers de la DAFI 9, p. 57-154.

Lindemeyer E., Martin L.
1993
Uruk : Kleinfunde III, Deutsches Archäologisches Institut Abteilung Baghdad, P. von Zabern, Mayence.

Luschan F. von
1943
Die Kleinfunde von Sendschirli. Herausgabe und Ergänzung besorgt von Walter Andrae Mitteilungen aus den Orientalischen Sammlungen 15, Ausgrabungen in Sendschirli 5, Berlin.

Mackay E.
1925
Report on the Excavation of the « A » Cemetery at Kish, Mesopotamia. Part I, Field Museum-Oxford University Joint Expedition. B. Laufer, Chicago.
1929
A Sumerian Palace and the « A » Cemetery at Kish, Mesopotamia, Part II. Field Museum of Natural History, Anthropology memories I-2, Chicago.

Mallowan M. E. L.
1947 « Excavations at Brak and Chagar Bazar »,
Iraq 9, p. 1-219.

Margueron J.
1998 « La XXXIIIe campagne de fouilles à Mari (automne 1997) », Orient-Express 1998/1, p. 3-6.
2000 « Réflexions sur l’idée de fondation et la réalité de l’acte dans le monde syro-mésopotamien. Le cas de Mari et de quelques autres sites », in P. Azara, R. Mar, E. Riu, E. Subias (éd.), La fundacion de la ciudad, Barcelone, éditions UPC, p. 35-43.
2002 « Mari 2000-2001 », Orient-Express 2002/1, p. 7-12.

Martin H. P.
1988
Fara : A Reconstruction of the Ancient Mesopotamian City of Shuruppak, C. Martin et coll., Birmingham.

Martin H. P., Moon J., Postgate J. N.
1985
Abu Salabikh Excavations. Vol. 2, Graves 1 to 99, British School of Archeology in Iraq, Hertford.

Matthiae P. et al.
1995 Ebla, un impero ritrovato, catalogue d’exposition, Electa, Rome.

McClellan T. H.
1998 « Tell Banat north : The White Monument »,
Subartu IV-1, Brepols, p. 243-269.

Moorey P. R. S.
1966 « A Re-consideration of the Excavations on Tell Ingharra (East Kish), 1923-33 »,
Iraq 28, p. 18-51.
1978
Kish Excavations 1923-1933, Clarendon Press, Oxford.
1980
Cemeteries of the First Millenium B. C. at Deve Hüyük, near Carchemish, Salvage by T. E. Lawrence and C. L. Woolley in 1913, BAR 87, Oxford.

Parrot A.
1940 « Les fouilles de Mari : sixième campagne (automne 1938) », Syria 21, p. 1-28
1948 Tello, vingt campagnes de fouilles 1877-1933, A. Michel, Paris.
1956 Mission Archéologique de Mari. I, Le Temple d’Ishtar, Paris.
1967 Mission Archéologique de Mari. III, Les temples d’Ishtarat et de Ninni-zaza, BAH 86, P. Geuthner, Paris.

Peltenburg E.
1999 « Tell Jerablus Tahtani 1992-1996 : A Summary », in G. del Olmo Lete, J.-L. Montero Fenollós (éd.),
Archaeology of the Upper Syrian Euphrates. The Tishrin Dam Area, Proceedings of the International Symposium held at Barcelona, January 28th-30th 1998, Aula Orientalis-Supplementa 15, Barcelone.

Place V.
1867 Ninive et l’Assyrie. Tomes I et III, Paris, Imprimerie Impériale.

Postgate J. N., Moon J. A.
1982 « Excavations at Abu Salabikh, 1981 »,
Iraq 44, p. 103-136.

Safar F., Mustafa M., Lloyd S.
1981
Eridu.

Strommenger E., Kohlmeyer K.
1998
Tall Bi’a-Tuttul. I, Die Altorientalischen Bestattungen, Saarbrüker Druckerei und Verlag, Saarbrüken.

Sürenhagen D.
1999
Untersuchungen zur relativen Chronologie Babyloniens und angrenzender Gebiete von der ausgehenden Ubaidzeit bis zum Beginn der Frühdynastisch II-Zeit. 1, Studien zur Chronostratigraphie der Südbabylonischen Stadtruinen von Uruk und Ur, Heidelberger Studien zum Alten Orient, Band 8, Heidelberger Orientverlag.

Thureau-Dangin F., Dunand M.
1936
Til-Barsib, P. Geuthner, Paris.

Tobler A. J.
1950
Excavations at Tepe Gawra II, Philadelphie.

Valdès Pereiro C.
1999 « Tell Qara Quzaq : A Summary of the first Results », in G. del Olmo Lete, J.-L. Montero Fenollós (éd.),
Archaeology of the Upper Syrian Euphrates. The Tishrin Dam Area, Proceedings of the International Symposium held at Barcelona, January 28th-30th 1998, Aula Orientalis-Supplementa 15, Barcelone, p. 117-127.

Watelin L. C., Langdon S.
1934
Excavations at Kish. Vol. IV, P. Geuthner, Paris.

Winter I.
1999 « Reading Ritual in the Archaeological Record : Deposition Pattern and Function of the Two Artefacts-Types from the Royal Cemetery of Ur », in H. Kühne
et al. (éd.), Fluchtpunkt Uruk, Archäologische Einheit aus methodischer Vielfalt, Aufsätze für Hans J. Niessen, Rahden, M. Leidorf, p. 229-256.

Woolley L.
1934
Ur Excavations. 2, The Royal Cemetery, British Museum and the Museum of the University of Pennsylvania, Londres et Philadelphie.
1956
Ur Excavations. 4, The Early Periods, British Museum and the Museum of the University of Pennsylvania, Londres et Philadelphie.

Woolley L., Mallowan M.
1976
Ur Excavations. 7, The Old Babylonian Period, British Museum and the Museum of the University of Pennsylvania, Londres et Philadelphie.

Yadin Y.
1961
Hazor 3-4, seasons 1957/58, Jérusalem.

Note

1 Voir dans Akh Purattim 1 le rapport préliminaire consacré aux travaux de ce secteur du chantier G de Mari en 1993. On notera que dans le vocabulaire adopté par les membres de la mission de Mari pour désigner les différentes parties du temple oriental, la cella, terme appartenant à la tradition classique, est remplacée par le Lieu Très Saint (abréviation LTS).
Il est aussi précisé dans ce rapport que nous avons légèrement modifié à partir de maintenant la numérotation des niveaux archéologiques du temple de Ninhursag telle qu’elle avait été définie par André Parrot : en effet, son « niveau III », comme l’a bien montré Jean Margueron, ne correspond à rien d’autre qu’à la fondation du temple de Ninhursag d’époque shakkanakku « niveau II », seul niveau pour lequel l’attribution à la déesse Ninhursag est d’ailleurs assurée. Sur la nouvelle utilisation de la notion de « niveau III », cf. infra, note 7.

2 Voir Fortin 1999, p. 179, no 111, p. 284-285, nos 295-299, avec belles photographies couleur. Voir également le rapport préliminaire de Margueron 1998, p. 4-5 et page de couverture.

3 On consultera naturellement, sur cette question, l’ouvrage fondamental d’Ellis 1968, en particulier aux pages 126 sq., consacrées aux dépôts de types divers.

4 Illustrations de ce type bien connu à Mari dans la publication du temple d’Ishtar : Parrot 1956, p. 17, fig. 11, p. 58, fig. 39 et pl. XXII-XXIV.

5 Cf. le rapport de 1993 dans Akh Purattim 1, p. 32-38, et en particulier la fig. 16.

6 Voir sur ce point l’article récent de Margueron 2000 et celui de Muller et Weygand dans cette même livraison, notamment p. 145-151, qui évoquent en particulier, au moment de la refondation de la ville au DA III, un type spécifique de dépôt de fondation : les « maquettes architecturales » circulaires, découvertes pour l’instant en quatre exemplaires à Mari, et qui constituent incontestablement les éléments d’une série.

7 Cf. le rapport de 1993 dans Akh Purattim 1, p. 32-36. La campagne de l’automne 2000 a permis de montrer qu’une partie est de cette installation a été complètement coupée par l’aménagement d’un puissant mur de fondation de pierres de gypse, à l’emplacement des travaux du Sahuru d’Apil-kîn, construction de la période des Shakkanakku dégagée par André Parrot et liée au niveau II du temple de Ninhursag. Ces vestiges ne correspondent pas, comme nous l’avons pensé un moment, aux restes d’une phase intermédiaire, mais bien, semble-t-il, aux fondations du Sahuru.

8 Cat. nos 33-36.

9 Le matériau n’a pas pu faire l’objet, pour l’instant, de recherches géologiques très précises. Mais la roche est normalement du gypse (sulfate de calcium), et non de la calcite. En prélevant un peu de poudre mélangée à de l’acide chlorhydrique et du nitrate de baryum, on obtient un précipité de sulfate de baryum caractéristique. Cf. Casanova 1991, p. 12.

10 À maintes reprises, les deux auteurs ont été sur ce point en désaccord.

11 Toutes les dimensions sont ici exprimées en cm.

12 Nous tenons à remercier très vivement Hermann Gasche pour son aide : c’est lui qui, grâce à un logiciel spécifique, a calculé les capacités respectives des différents vases (sauf des nos 2, 4, 12, 24, 27, 31, 41, 43-45). Ces capacités sont exprimées en litres.

13 On notera ici l’étude de Casanova 1991, mais elle ne comprend pas le matériel syro-mésopotamien.

14 Cf. Tobler 1950, p. 209, 251 et pl. CLXXXI, fig. 82, cité par Bielinski 1986, p. 262 et pl. V, 82. Ce dernier, étudiant les vases de pierre de Tell el-Saadiya et d’autres sites obéidiens, s’est penché sur cette forme de vase, rapprochée d’un exemplaire d’Abada II (Obeid 2/3), et qu’il considère pouvoir appartenir au niveau de Gawra XIII plutôt que XII. Tous nos remerciements s’adressent à l’un des étudiants strasbourgeois, Gilles Aprahamian, qui nous a fourni cette précieuse référence.

15 Il convient sans doute d’être attentif sur ce point à l’inscription qui figure sur le vase M. 2241 (Parrot 1967, p. 179) : Iku-Shamagan (étant) [roi de] Mari, Suwada l’échanson, fils héritier de Bebu-BAD, le grand marchand de l’Océan (à la déesse) (G) ishdarat a voué ce vase (lecture Georges Dossin, p. 329). On peut penser que ce vase précisément provient des activités commerciales de ce personnage grand marchand de l’Océan, et que son origine est à situer dans les régions du Golfe et de l’océan Indien. Sur ces vases inscrits, cf. Heinz 1989.

16 Parrot 1967, p. 183-184 et pl. LXXII.

17 Forest 1983.

18 Voir les séries IV de Casanova 1991.

19 Genouillac 1925, pl. 7, fig. 5. Nous devons cette référence à Jean Margueron.

20 On songera, parmi bien des exemples, au contraste entre le matériau de la statuette du roi Lamgi (Ishqi)-Mari et celui de la statue de l’intendant Ebih-il : Parrot 1956, pl. XXV-XXIX.

21 Gensheimer 1984, p. 65-73.

22 Sur ces questions, on consultera avec profit l’article de Winter 1999.

23 Kenoyer 1984, p. 59-60 et 1998, p. 119.

24 Algaze 1983-1984, p. 169-194.

25 Woolley 1934, p. 283 et 1956, p. 103, 127 ; Aynard 1966, p. 27.

26 Woolley 1934, p. 248 et 1956, p. 103 : tombes JNG/93 et 239.

27 Breniquet 1996, en particulier p. 51, fig. 7-8.

28 Op. cit., p. 47 et tableau p. 48.

29 On notera ici qu’un exemplaire de ce type a été retrouvé à Ur, dans le secteur de la terrasse de la ziggurat, dans un niveau remontant à la 1re dynastie : cf. Breniquet 1996, tableau de la p. 48.

30 Margueron 1998, p. 4-5. Il rappelle à cet égard la découverte d’un atelier de gravure de coquillages dans une salle (cour ?) du palais présargonique de Mari : voir Coqueugniot 1993.

31 Deux objets de ce type ont été découverts parmi les petits objets accompagnant les dépôts nos 1 et 2 du temple aux Lions de la période shakkanakku : Parrot 1940, p. 21, fig. 15 et pl. X. 1.

32 Voir à titre d’exemple la statuette retrouvée dans le palais G d’Ebla : Matthiae et al. 1995, p. 336, cat. no 95.

33 Cf. le rapport préliminaire dans Akh Purattim 1 et en particulier la fig. 16, p. 35.

34 Précisons ici que les travaux récents effectués dans le grand sanctuaire du palais royal du IIIe millénaire, à l’occasion des travaux de restauration entrepris par la Mission, mettent régulièrement en évidence, ici ou là, la pratique de semblables dépôts de petits objets, mêlés simplement mais volontairement à la terre lors de travaux de réfection des sols ou des installations cultuelles. C’est le cas en particulier pour l’environnement du podium de la salle XLVI de P-2 : un grand nombre de perles en lapis, cornaline et cristal de roche auxquelles étaient associées une grosse perle en or et des feuilles d’or. Cf. le rapport de Margueron 2002, p. 12.

35 Cf. sur ce point les réflexions d’Ellis 1968 et 2000.

36 Cf. Parrot 1940, p. 19-23, et pl. IX-X.

37 Ce type de dépôt votif, pouvant concerner des quantités importantes de petits objets, n’était sans doute pas réservé à la construction du temple. L’exemple de Khorsabad montre en effet qu’au moment de la construction de la capitale de Sargon II d’Assyrie, à la fin du viiie siècle av. J.-C., des dépôts avaient pu être réalisés sous le symbole par excellence d’une ville, c’est-à-dire son rempart, et plus particulièrement dans le secteur des portes. Victor Place évoque en effet la découverte, surtout lors de la fouille de la porte no 1, d’un dépôt de petits objets dans une couche de sable de rivière placée entre les fondations et la superstructure des murs : bijoux, perles, pierres dures percées, cylindres, boules. Place parle de milliers d’objets, la plupart à vrai dire « de qualité très ordinaire », parmi lesquels des coquillages ou de simples cailloux percés d’un trou. L’ensemble lui paraît jouer un rôle apotropaïque évident. Il renonce à fouiller l’ensemble de la couche de sable, de surface trop importante visiblement. Il note en outre que pour les portes « simples », le sable était plus grossier et les offrandes également. Mais il s’étonne de l’absence du même phénomène aux portes du palais royal : Place 1867, vol. I, p. 188 sq., et pl. 75-76.

38 Philippe Quenet nous rend attentifs au fait qu’au DA III, plusieurs dépôts du nord syrien renferment des objets qui paraissent beaucoup plus anciens. Qu’il en soit remercié ici. Il pense en particulier au dépôt de Qara Quzak où les fondations d’un temple du BA III/IV contenait des pièces de parure attribuables en apparence au tournant des IVe-IIIe millénaires : cf. Valdès Pereiro 1999, p. 121 et p. 127, fig. 4.

Indice delle illustrazioni

Legenda Fig. 1 – Le Lieu Très Saint de Ninhursag : localisation des principaux dépôts (Françoise Laroche-Traunecker)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-1.jpg
File image/jpeg, 560k
Legenda Fig. 2 – Le groupe principal du dépôt central. Vue vers le sud-ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-2.jpg
File image/jpeg, 412k
Legenda Fig. 3 – Le groupe principal du dépôt central. Vue vers le nord-est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-3.jpg
File image/jpeg, 396k
Legenda Fig. 4 – Vases d’albâtre (nos 6, 13, 23, 25, 26, 28)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-4.jpg
File image/jpeg, 528k
Legenda Fig. 5 – Vases d’albâtre (nos 29, 40, 45, 46, 47, 51)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-5.jpg
File image/jpeg, 460k
Legenda Fig. 6 – Vases d’albâtre (nos 54, 55, 57)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-6.jpg
File image/jpeg, 460k
Legenda Fig. 7 – Profils des vases d’albâtre nos 1-12 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-7.jpg
File image/jpeg, 288k
Legenda Fig. 8 – Profils des vases d’albâtre nos 13-24 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-8.jpg
File image/jpeg, 316k
Legenda Fig. 9 – Profils des vases d’albâtre nos 25-30 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-9.jpg
File image/jpeg, 244k
Legenda Fig. 10 – Profils des vases d’albâtre nos 31-33 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-10.jpg
File image/jpeg, 180k
Legenda Fig. 11 – Profils des vases d’albâtre nos 34-35 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-11.jpg
File image/jpeg, 156k
Legenda Fig. 12 – Profils des vases d’albâtre nos 36-41 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-12.jpg
File image/jpeg, 236k
Legenda Fig. 13 – Profils des vases d’albâtre nos 42-53 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-13.jpg
File image/jpeg, 288k
Legenda Fig. 14 – Dessins des vases d’albâtre nos 54-56, de schiste nos 57-58 (échelle 1/2, Anne Horrenberger)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-14.jpg
File image/jpeg, 344k
Legenda Fig. 15 – Divers objets du dépôt central : nos 59-62, 65, 68-69 (les dessins sont à l’échelle 1/2)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-15.jpg
File image/jpeg, 420k
Legenda Fig. 16 – Coquillages du dépôt central : nos 70-72
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-16.jpg
File image/jpeg, 344k
Legenda Fig. 17 – Coquillages du dépôt central : nos 74-76
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-17.jpg
File image/jpeg, 260k
Legenda Fig. 18 – Coquillages du dépôt central : nos 77-84, 88 (échelle du no 88 : 1/2)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-18.jpg
File image/jpeg, 384k
Legenda Fig. 19 – Divers objets de la favissa IX B 46 NO 51
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-19.jpg
File image/jpeg, 264k
Legenda Fig. 20 – Divers objets en coquille de la favissa IX B 46 NO 51 : nos 1, 3-6 (échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-20.jpg
File image/jpeg, 228k
Legenda Fig. 21 – Divers objets de la favissa IX B 46 NO 51 : nos 8-15, 17 a-b (échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-21.jpg
File image/jpeg, 352k
Legenda Fig. 22 – Emplacement principal du dépôt no 3 : vue vers le nord-est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-22.jpg
File image/jpeg, 392k
Legenda Fig. 23 – Divers objets du dépôt n3
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-23.jpg
File image/jpeg, 284k
Legenda Fig. 24 – Dessins de divers objets du dépôt n3 : nos 3, 11, 12, 15, 18. L’échelle est de 1/1, sauf no 15 : 2/1
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4266/img-24.jpg
File image/jpeg, 222k