Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 2

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Terqa

Terqa, le chantier E : mission de fouille de 1991 (TQ 13) et mission d’étude de 1992 (TQ 14)

Olivier Rouault

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Buccellati 1979 : 26-27 et fig. 3.
  • 2 Rouault 1997a et b et 1998b, p. 315.
  • 3 Rouault 1997b, p. 99 ss.
  • 4 Šuttarna, Parattarna et Saustatar. Voir Rouault 1992a.

1Situé au point le plus élevé du tell (environ 18 m au-dessus du niveau de la plaine), ce chantier se trouve entre le rebord abrupt de la falaise coupée par l’Euphrate, et la mosquée désaffectée dont la silhouette domine le site. Un sondage, effectué par G. Buccellati en 19781, avait permis d’identifier, près de la surface, une partie d’un bâtiment islamique, qui, d’après la céramique, avait été attribué à l’époque ayyoubide. Sous ces constructions, plusieurs tombes à doubles jarres avaient été attribuées par le fouilleur à l’époque néo-assyrienne et, si aucun mur plus ancien n’avait été mis au jour à l’occasion de cette opération, certains étaient parfaitement visibles dans la section provoquée par l’érosion de l’Euphrate. Nous avons repris en 1989 (TQ 12) le dégagement de ce secteur, et mis au jour les restes d’un grand bâtiment du Bronze Moyen2. C’est dans ce contexte qu’ont été découvertes3, au début de la fouille, deux jarres à tablettes révélant l’existence de rois de Hana jusqu’ici inconnus (Kuwari, Zimri-Lim et Qiš-Addu en particulier), et attestant un système de double royauté, associant clairement un roi local à plusieurs souverains mitanniens4.

  • 5 La responsabilité des opérations de fouille du chantier E, en 1991, a été confiée à A. Lombardi.
  • 6 Cf. Rouault 1997b, p. 100 et fig. 12.

2En 19915, la fouille de la partie la plus septentrionale du chantier, correspondant au locus K16, a été abandonnée en raison de la pente trop prononcée et de l’exiguïté de l’espace disponible. Nous avons choisi de développer les opérations vers le sud et, afin de continuer le dégagement du bâtiment et d’en étudier les différentes phases de construction, nous avons ouvert une série de nouveaux carrés de cinq mètres sur cinq (K6 à K13), séparés par des bermes d’un mètre, certains carrés étant décalés par rapport aux autres, afin d’exploiter au maximum l’espace disponible sur le bord du tell, sans mettre en péril la stabilité des constructions modernes avoisinantes. Les carrés apparaissant sur le plan à l’est de K3 et de K4 sont restés en grande partie virtuels : se trouvant hors de la limite déterminée par le bord supérieur de la falaise, ils ne sont devenus opérationnels qu’après la fouille de quelque deux mètres de dépôts, mais nous avons préféré, à ce stade, continuer la fouille dans la limite des constructions anciennes mises au jour et abandonner la référence aux carrés.

  • 7 Les élévations seront données ici selon l’altitude au-dessus du niveau de la mer indiquée par la ca (...)

3La coupe naturelle offerte par la falaise montrait clairement que les couches remontaient dans la partie sud-ouest de ce secteur, et nous pouvions donc espérer nous rapprocher du point le plus élevé du tell. Ainsi pensions-nous avoir plus de chances de retrouver, sous les couches islamiques, des niveaux du Bronze Moyen II et du Fer I – jusqu’ici attestés seulement par des tombes – et peut-être même des traces d’une occupation encore plus récente. En fait, les niveaux islamiques se sont révélés aussi importants (environ deux mètres de dépôts) dans la nouvelle partie fouillée que dans l’ancienne, et une grande partie de la saison a été consacrée à leur étude : ce n’est qu’à l’extrême fin de la saison que nous avons pu atteindre le haut des murs anciens (phases III à VI), dont le dégagement sera repris lors de la saison de fouille suivante7.

LES NIVEAUX ISLAMIQUES

4Les carrés K6 à K13, comme nous l’avons expliqué ci-dessus, ne suivent pas exactement le carroyage général du tell, mais sont disposés de façon à suivre au plus près le bord de la falaise, une première série (K6 à K9) étant suffisamment en retrait pour offrir quatre bermes, tandis que les carrés K10 à K13, incomplets, se trouvent à cheval sur la limite nord-ouest du tell.

5On peut distinguer trois phases d’occupation principales datées par la céramique :

  • phase 0 : occupation moderne, rue et restes de constructions ;

  • phase I : espaces surtout ouverts (rue ou cours) d’époque récente (xviiie-xxe siècles) avec céramique époque ottomane et moderne ;

  • phase II : constructions légères et espaces ouverts d’époque omeyyade, abbasside et ayyoubide montrant une importante activité de fabrication de céramique, particulièrement à l’époque ayyoubide.

Phase I

  • 8 Thureau-Dangin et Dhorme 1924.

6La phase I n’a livré que très peu de constructions, généralement à peu près parallèles à la falaise, mais montrant des différences d’orientation notables. Il est probable que certains de ces murs délimitaient des espaces ouverts, accolés à des maisons. D’après les souvenirs des habitants, une rue séparait ici deux rangées de maisons dont la plus orientale avait été partiellement détruite par des effondrements dus à l’érosion du fleuve. Les restes de ces maisons auraient été, au début du xxe siècle, volontairement détruits pour éviter les accidents. Nous n’avons pas pu savoir si cette opération avait eu lieu avant ou après l’expédition d’E. Dhorme et F. Thureau-Dangin8. L’espace que nous avons fouillé correspond donc, pour les niveaux les plus récents, à la rue et aux espaces ouverts situés entre la rue et les maisons. La fouille a montré une succession de couches très irrégulières, faites d’argile compacte avec de nombreux morceaux de briques crues et cuites, des tessons, des pernettes, et de nombreuses inclusions de cendres et de charbon.

7Nous n’avons retrouvé aucune construction cohérente datant de cette phase, sinon quelques lambeaux de murs : les maisons effondrées dans l’Euphrate puis détruites n’avaient sans doute aucune fondation et n’ont donc laissé aucune trace.

  • K6 : à quelque 20 centimètres sous l’actuelle surface, le carré K6 a livré les restes d’un muret (e33), flanqué d’un tannour d’environ 70 centimètres de diamètre. Il s’agit probablement d’un espace ouvert jouxtant une construction (e33) ;

  • K7 : la présence d’une canalisation moderne, installée dans les années 1950 au centre d’un large fossé a diminué la surface disponible pour la fouille, qui n’a livré aucune construction ;

  • K8 : les premières couches de ce carré n’ont livré qu’une suite de strates argileuses, sableuses, avec de nombreux restes de briques crues ou cuites, des tessons ou des restes organiques, attestant une occupation anthropique complexe dans un espace partiellement ouvert et construit, souvent perturbé par la confection de fosses ;

  • K12 : le carré K12 est situé à l’est de K8 et il présente les restes les mieux conservés d’une construction de cette phase : il s’agit d’un muret (e25), dont le type de construction, très fruste, est caractérisé par l’utilisation de matériaux hétérogènes : on peut retrouver, dans le même mur, des morceaux de briques cuites, des briques crues, des pierres, des cailloux et des tessons.

Phase II

8La phase II est attestée par plusieurs murs, mais qui ne permettent pas de reconstituer un ensemble de constructions cohérent.

  • K6 : quelques traces de murets ont été repérées, sur un ou deux lits de briques (e128), juste avant que n’apparaissent des restes de murs et d’installations préislamiques (phases III à V) ;

  • K7 : il a été possible de faire dériver la canalisation moderne et donc d’enlever le tronçon qui interdisait la fouille sur environ un tiers du locus. Un reste du mur (e128) déjà repéré dans K6, très érodé, a pu être dégagé, mais on a vu apparaître, en fin de saison, à l’est du locus, le haut d’un mur manifestement ancien (phase IV) ;

  • K8 : à une cote d’environ 197,90 (1,20 mètre sous la surface) sont apparus deux murets, e60 et e69, faits de deux files de briques pour le premier et d’une seule pour le second, sur au maximum cinq lits. Ils divisent l’espace du locus (fig. 1 et 4). La liaison entre les deux murs n’est pas absolument certaine, et un retour SO-NE de e69 pourrait en déterminer la fin.

9La rareté et la grande légèreté des constructions dans tous les locus fouillés laisse à penser que la majorité de ces espaces étaient en grande partie ouverts, cours ou espaces publics. Toutefois, la présence de murs, même s’ils sont de taille très modeste, interdit de penser que cette surface, occupée par une rue d’après le cadastre moderne, ait eu cette destination depuis les débuts de l’époque islamique. Une partie au moins devait être annexée à des maisons voisines.

  • 9 Mahmoud 1978
  • 10 À l’occasion d’une baisse exceptionnelle du niveau du fleuve, nous avons pu examiner de plus près u (...)

10Par contraste avec les restes architecturaux, la céramique conservée est remarquable, tant par sa bonne conservation – nous avons retrouvé plusieurs formes presque entières – que par sa qualité. La découverte de nombreuses pernettes, de boudins d’argile et de rebuts de cuisson, permet de penser que ce secteur du tell a été le siège d’activités artisanales durant cette période9. La majorité de la céramique récoltée est d’époque ayyoubide, mais un examen rapide de l’ensemble par S. Berthier en 1993, tout en confirmant une occupation particulièrement importante à l’époque ayyoubide, permet d’élargir cette fourchette chronologique, qui va de l’époque omeyyade à l’époque ottomane. En outre, des fragments de jarres de noria témoignent d’activités agricoles fondées sur l’irrigation, comme dans l’Antiquité10.

LES NIVEAUX ANTIQUES (FIN DU BRONZE MOYEN ET BRONZE RÉCENT)

  • 11 Retrouvée contre le mur e88 de la pièce k20 et marquée sur le plan (fig. 1) par deux cercles représ (...)
  • 12 Une des tombes était associée à de la céramique typique de la fin de l’époque kassite en Babylonie, (...)

11Sous les niveaux islamiques sont apparues des constructions dans le prolongement direct des murs contemporains de l’archive retrouvée lors de la douzième saison11. Aucun niveau intermédiaire n’a pu être clairement identifié autrement que par quelques fosses et tombes12. La fouille de l’important niveau islamique nous a retenus une grande partie de la saison et nous avons dû limiter la fouille des niveaux antiques à l’étude, en fin de saison, de quatre espaces assez bien délimités (k20, k22, k23 et k29 + k31). Les espaces k20 et k22, manifestement des pièces couvertes, nous ont livré un matériel assez varié : plusieurs récipients en céramique complets, une impression de sceau, une aiguille en os, une boucle d’oreille en or et surtout une épée en bronze et une tablette, objets sur lesquels nous reviendrons ci-dessous. Le processus de destruction et d’abandon des bâtiments anciens est difficile à reconstituer. Divers indices (fragments de plafond, traces d’incendies) permettraient de penser que les superstructures se sont parfois effondrées dans l’Antiquité, brisant et ensevelissant ainsi ces récipients et ces objets, mais il n’est pas certain que ce processus ait touché l’ensemble du secteur : l’interface entre les couches anciennes et les couches islamiques semble souvent caractérisé par des marques d’érosion et d’accumulation de débris attestant une période d’abandon et sans marques claires de destructions violentes. L’étude de ce processus d’abandon et de transition sera une des priorités de la prochaine mission.

  • 13 Rouault et Masetti-Rouault 1993, p. 240 ; Masetti-Rouault et Rouault 1996.

12La fouille de la pièce k20 nous a permis d’examiner les restes de plusieurs sols en terre battue, à peu près contemporains des jarres à tablettes retrouvées lors de la douzième saison, et qui nous ont livré plusieurs fragments de tablettes, dont un contrat de prêt d’argent non daté. C’est sur un sol de la pièce voisine, k22, que nous avons trouvé un objet exceptionnel, posé à plat sur un sol, près du seuil de la porte permettant de passer de k22 à k31. Il s’agit d’une harpé de bronze13 entière et en excellent état de conservation (fig. 6 et 7), d’une longueur de 59 centimètres, et d’une épaisseur d’environ 7 millimètres. La poignée présente encore une partie de sa garniture en ivoire ou en os (fig. 8). Attribut des dieux et des rois, un tel objet avait de grandes chances de se trouver dans un bâtiment en rapport avec le pouvoir royal ou bien dédié à une divinité. Les limites exactes de l’espace k23 nous sont encore inconnues au nord, mais l’espace k31, bien qu’il soit encore en grande partie sous les bermes (entre K4, K6 et K10), peut être à peu près reconstitué. Il comporte, en position sans doute à peu près centrale, une plate-forme de briques cuites posées à plat, et de champ sur le pourtour (fig. 3), qui constitue sans doute un poste de travail artisanal ou scribal et dont nous reprendrons l’étude la saison prochaine. La nature de cette installation devrait nous permettre de mieux comprendre la destination de l’espace qui l’abrite. On doit aussi noter sa position relativement élevée dans la stratigraphie (cote 197,20 environ), presque au niveau des restes de certains murs d’époque islamique et au-dessus du niveau le plus élevé des murs antiques actuellement découverts.

  • 14 Rouault 2004, p. 57.

13La pièce k22 nous a aussi livré une tablette (TQ13-649, 7 x 6 x 1,7 cm) dont la partie supérieure était assez bien conservée pour pouvoir y lire l’entête d’une lettre adressée par un certain Pagiru (pa-gi5-ru) à un personnage nommé Iṣi-ahiya (i-ṣi-a-hi-ia). Les formules de politesse font penser à celles de la correspondance royale d’El Amarna et elles laissent entendre clairement que destinataire et expéditeur sont des souverains. On peut proposer de voir dans ce Pagiru le personnage qui apparaissait déjà dans deux contrats découverts lors de la douzième saison14. Il faut supposer dans ce cas que la lettre n’a pas été expédiée, puisque Pagiru en était justement l’expéditeur. Sinon, il faudrait ajouter Iṣi-ahiya à notre liste des derniers rois de Hana.

  • 15 Voir Rouault et Masetti-Rouault 1993, p. 334 pour les deux centaures (note de M. Pic) et aussi Mase (...)

14Deux figurines intéressantes ont été retrouvées sur le bord de la falaise, dans un contexte d’effondrement ne permettant malheureusement pas de les replacer avec certitude dans la stratigraphie. On doit probablement les dater de la dernière période du grand bâtiment antique, mais elles pourraient aussi être plus récentes. Il s’agit d’un nouvel exemplaire de « centaure » femelle (fig. 8), du même type que celui que nous avions retrouvé lors de la saison précédente, mais dont la partie avant sortait d’un moule différent15. La seconde figurine (fig. 9) présente la forme d’un petit parallélépipède en argile d’environ 3,5 cm pour le plus grand côté, dont un des angles est sculpté en forme de visage léonin barbu surmonté d’un chapeau rond en forme de canotier comme posé sur une tête trop grosse, tandis qu’une excroissance dans l’argile semble représenter une sorte de queue. Le flanc droit porte un petit trou circulaire, tandis que le flanc gauche est marqué d’une sorte de croix. L’allure très « mésopotamienne » de ce petit objet laisse penser qu’il était ancien et ne provenait pas des niveaux islamiques plus récents.

15En l’état actuel de nos travaux, on peut distinguer quatre niveaux d’occupation, que nous numéroterons à la suite des phases islamiques :

    • 16 Voir ci-dessus, n. 12.

    phase III (III-1 et III-2) : elle est attestée seulement par la présence de tombes, intrusives dans les couches des phases plus anciennes, venant de niveaux de l’âge du Fer (III-1) et de tombes de la fin du Bronze Récent (III-2) dont l’une était associée à des « bouteilles kassites »16 (xiie siècle av. J.-C. environ) ;

  • phase IV : couche de destruction et d’abandon du bâtiment antique. Par endroits cette couche est faite de stratifications argileuses avec très peu de tessons, laissant supposer une sédimentation éolienne ou aquatique. Dans cette couche sont intrusives des tombes des phases III-1 et III-2) ;

  • phase V : à partir d’une cote variant entre 197,20 et 196,80, il s’agit de la dernière période du grand bâtiment, avant sa destruction et une érosion qui n’a laissé préserver les murs que sur 15 à 20 centimètres au-dessus des sols les plus récents que nous avons pu identifier. Il s’agit du niveau des jarres à tablettes découvertes lors de la douzième saison ;

  • phase VI : sols se trouvant à une vingtaine de centimètres sous ceux de la phase précédente. Niveau de la découverte de la harpé, proche d’un seuil de porte, mais dans une couche plus ancienne que le seuil conservé.

16Ces couches et phases n’ont été repérées et fouillées que dans une petite partie du chantier, principalement dans les carrés K3, K4 et dans les carrés partiels à cheval sur le bord de la falaise, immédiatement à l’est. Dans les autres locus, la fouille s’est arrêtée, à la fin de cette saison, au niveau de la couche de destruction ou d’abandon du grand bâtiment antique, et nous ne voyons apparaître que par endroits, et surtout dans l’effondrement de la falaise, le sommet conservé des murs anciens. La stratigraphie des phases intermédiaires entre l’occupation islamique et les niveaux anciens est très complexe et l’extension de la fouille devrait permettre, lors de la prochaine saison, d’en mieux comprendre tous les aspects. Il nous semble toutefois clair, dès maintenant, que les bâtiments antiques ont été abandonnés dans le courant du Bronze Récent, et que le site n’a été réoccupé, avant l’époque islamique, que de façon légère et sporadique, étant surtout utilisé comme cimetière.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Buccellati G. et Kelly-Buccellati M.
1978
The Third Season : Introduction and the Stratigraphic Record, SMS 2/6 = TPR6, Malibu, Undena.

Buccellati G.
1979
The Fourth Season : Introduction and the Stratigraphic Record, Bibliotheca Mesopotamica 10, Terqa Preliminary Reports 10, Malibu, Undena.

Mahmoud A.
1978
Die Industrie der islamischen Keramik aus der zweiten Season, SMS 2/5 = TPR5.

Masetti-Rouault M. G. et Rouault O.
1996 « Une harpé à Terqa », in H. Gasche et B. Hrouda (éd.), Études offertes en hommage à Agnès Spycket, Paris 1996, p. 181-198.

Masetti-Rouault M. G.
sous presse « Des centaures à Terqa : notes sur deux figurines d’époque Khana ».

Rouault O.
1992a « Cultures locales et influences extérieures : le cas de Terqa », Studi Micenei ed Egeo-Anatolici, 30, p. 247-256.
1992b « Les fouilles de Terqa, treizième saison », Orient Express 1992, p. 12-13.
1997a, « Terqa, rapport préliminaire (1987-1989), Introduction », MARI 8, p. 73-82.
1997b « Terqa, rapport préliminaire (1987-1989), Chantier E », MARI 8, p. 99-103.
1998a « Villes, villages, campagnes et steppe dans la région de Terqa : données nouvelles », in M. Fortin (éd.), Actes du colloque « Espace naturel, espace habité en Syrie du Nord (Xe-IIe millénaires av. J.-C.) », Canadian Society for Mesopotamian Studies, Québec, Bulletin 33 (= Maison de l’Orient Méditerranéen, TMO 28), 1998, p. 191-198.
1998b « Recherches récentes à Tell Ashara-Terqa (1991-1995) », in M. Lebeau (éd.), À propos de Subartu. Études consacrées à la Haute Mésopotamie, vol. 1, Brepols, Turnhout, p. 313-330.
2004 « Chronological Problems concerning the Middle-Euphrates during the Bronze Age », in H. Hunger et R. Pruzsinszky (éd.), Mesopotamian Dark Age Revisited, Proceedings of an International Conference of SCIEM 2000 (Vienna 8th-9th November 2002), Contributions to the Chronology of the Eastern Mediterranean 6, Österreichische Akademie der Wissenschaften, Denkschriften der Gesamtakademie, Bd XXXII, Wien, p. 51-59.

Rouault O. et Masetti-Rouault M. G. (éd.)
1993
L’Eufrate e il tempo. Le civiltà del medio Eufrate e della Gezira siriana, Electa, Milano, 1993.

Thureau-Dangin F. et Dhorme E.
1924 « Cinq jours de fouille à Asharah », Syria 5, p. 265-293.

Annexes

Fig. 1 – Plan général du chantier E

Fig. 2 – Vue générale, prise depuis le bord de l’Euphrate, montrant le chantier E, sur le bord de la falaise, face à la mosquée

Fig. 3 – Vue aérienne des locus k4, k6 et k7 (photo Yves Baudoin, IFAPO)

Fig. 4 – Vue aérienne des locus k7, 8, 9, 12 et 13 (photo Yves Baudoin, IFAPO)

Fig. 5 – La harpé dans son contexte

Fig. 6 – La harpé restaurée

Fig. 7 – La poignée de la harpé

Fig. 8 – Figurine « centaure femelle »

Fig. 9 – Petite figurine parallélépipédique

Notes

1 Buccellati 1979 : 26-27 et fig. 3.

2 Rouault 1997a et b et 1998b, p. 315.

3 Rouault 1997b, p. 99 ss.

4 Šuttarna, Parattarna et Saustatar. Voir Rouault 1992a.

5 La responsabilité des opérations de fouille du chantier E, en 1991, a été confiée à A. Lombardi.

6 Cf. Rouault 1997b, p. 100 et fig. 12.

7 Les élévations seront données ici selon l’altitude au-dessus du niveau de la mer indiquée par la carte au 1/5 000 de l’Euphrates Project Authority, qui utilise les cotes du cadastre syrien. Dans Rouault et al. 1997, les élévations étaient données relativement à une base supposée du tell. Le point de référence le plus élevé du chantier était donc indiqué à 1 637 cm (Rouault 1997, fig. 12), ce qui correspond à l’altitude absolue par rapport au niveau de la mer de 199,132 mètres, indiquée dans le plan publié ci-dessous. C’est aussi ce système qui a été utilisé dans l’article de M. G. Masetti-Rouault sur les fouilles du chantier F (Akh Purattim 1).

8 Thureau-Dangin et Dhorme 1924.

9 Mahmoud 1978

10 À l’occasion d’une baisse exceptionnelle du niveau du fleuve, nous avons pu examiner de plus près une construction immergée sous l’eau, tout près du tell. Située dans le prolongement du bloc de maçonnerie que l’on peut interpréter comme une muraille du troisième millénaire, on avait été tenté initialement d’y voir une partie de ses fondations, faites de gros rochers (voir Buccellati 1979, p. 44). En fait, il s’agit d’une construction rectangulaire en maçonnerie, et la présence de céramique islamique permet d’envisager une datation plus basse. Il pourrait s’agir des fondations de la noria attestée par notre céramique.

11 Retrouvée contre le mur e88 de la pièce k20 et marquée sur le plan (fig. 1) par deux cercles représentant l’emplacement des jarres.

12 Une des tombes était associée à de la céramique typique de la fin de l’époque kassite en Babylonie, vers le début du xiie siècle : de hauts gobelets, à large base annulaire et paroi très épaisse, en céramique assez grossière. Sur ces récipients et la signification de leur présence dans cette région, voir maintenant Rouault 1998a.

13 Rouault et Masetti-Rouault 1993, p. 240 ; Masetti-Rouault et Rouault 1996.

14 Rouault 2004, p. 57.

15 Voir Rouault et Masetti-Rouault 1993, p. 334 pour les deux centaures (note de M. Pic) et aussi Masetti-Rouault 2006 « Des centaures à Terqa : notes sur deux figurines d’époque Khana » in P. Butterlin, M. Lebeau, J.-Y. Monchambert, J. L. Montero Fenollós, B. Muller (éds.), Les Espaces syromésopotamiens : dimensions de l’expérience humaine au Proche-Orient ancien : volume d’hommage offert à Jean-Claude Margueron, Subartu XVII, Turnhout, Brepols, p. 415-422. Cf. ci-dessous, fig. 5 et 6.

16 Voir ci-dessus, n. 12.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan général du chantier E
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 2 – Vue générale, prise depuis le bord de l’Euphrate, montrant le chantier E, sur le bord de la falaise, face à la mosquée
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4257/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 3 – Vue aérienne des locus k4, k6 et k7 (photo Yves Baudoin, IFAPO)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4257/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 4 – Vue aérienne des locus k7, 8, 9, 12 et 13 (photo Yves Baudoin, IFAPO)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4257/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 5 – La harpé dans son contexte
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4257/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 6 – La harpé restaurée
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4257/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 7 – La poignée de la harpé
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4257/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 8 – Figurine « centaure femelle »
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4257/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 9 – Petite figurine parallélépipédique
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4257/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

Auteur

Université Lumière-Lyon 2, UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon (olivier.rouault@wanadoo.fr, olivier.rouault@univ-lyon2.fr)