Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 2

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Mari

Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1995

Jean-Claude Margueron, Laura Battini, Pascal Butterlin, Emmanuelle Capet, Marylou Jean-Marie, Anne Liégey, Mohammed Muftah, Béatrice Muller et Isabelle Weygand

Texte intégral

1Cette campagne, la XXXIIe conduite sur le tell Hariri, ne pouvait être que de faible durée compte tenu des conditions générales. Alors que six à sept semaines de fouille avaient été primitivement prévues, il a fallu rabattre les prétentions à quatre semaines et demie pour des raisons administratives et surtout financières. Parvenue à Damas le 27 septembre, la Mission s’est trouvée réunie à Mari le 29 avec l’arrivée de la voiture venue de France par la route.

2Commencé le 30 septembre au matin, le travail s’est poursuivi jusqu’au 31 octobre compris, sans interruption, les conditions climatiques ayant été particulièrement favorables. Certains membres de l’équipe sont restés à Mari pour travailler sur le matériel jusqu’à la mi-novembre.

3L’équipe était composée cette année, outre son directeur, de huit archéologues de terrain – B. Muller, E. Capet, P. Butterlin, M. Schneider, Mohammed Muftah, A. Liégey, I. Weygand, L. Battini –, de deux architectes – A. Fadli et B. Farah-Fougères –, d’une dessinatrice, A. Horrenberger ; comme à l’habitude M. Jean-Marie, ostéologue, assura l’intendance. La représentation des Antiquités a été assurée d’abord par Ghassan Abd el Aziz, puis, à partir du 6 octobre, par Nouha Darrous qui s’est mise aussi au travail des relevés architecturaux avec l’équipe des architectes.

4À la suite d’un accord avec le comité d’entreprise d’Alcatel Business System, une équipe supplémentaire, venant de Strasbourg et composée d’A. et J. Hurstel, de F. Second, de D. Fischer et de D. Bertrand, a accompli un stage d’une dizaine de jours lors de la seconde moitié du mois d’octobre. Cette expérience nouvelle et originale a eu d’heureux effets sur le travail de cette campagne.

5Incidents, accident, maladies trop fréquentes ont rendu cette campagne souvent difficile ; sa réussite, néanmoins, est à mettre au compte d’un esprit d’équipe merveilleux et d’une volonté commune de dépasser les difficultés pour réaliser les objectifs qui avaient été définis.

6La réduction des moyens a conduit à une révision du programme prévu. On s’est limité à des opérations fondamentales, quelques-unes réclamant des ouvriers (chantier F, Porte du Palais), d’autres qui permettaient d’avoir des informations sans engager de gros moyens (chantiers A, G et H).

J.-C. M.

A. LE PETIT PALAIS ORIENTAL (CHANTIER A)

7Les objectifs de la campagne de 1995 au chantier A étaient de compléter, en vue de sa publication, le plan du palais oriental : on a donc poursuivi les recherches dans les secteurs où les vestiges du palais se perdent dans la pente du tell, au nord-est. Au sud, un carré a été ouvert également, afin de préciser la question, toujours problématique, des liens entre le corps principal du bâtiment et le « bâtiment sud-est » d’une part, le mur 7 d’autre part (fig. 2).

Fig. 1 – Plan du site avec emplacement des chantiers, état 1995

I. Le secteur nord-est du palais (carrés IV S 1, IV S 2, IV S 3 SO)

8La fouille s’est déroulée en quatre étapes principales, selon des principes identiques aux recherches menées en 1991 : fouiller le niveau tant qu’il est présent, identifier si cela est possible quelles furent les limites au nord de l’édifice, afin d’en proposer une restitution.

9Ces deux objectifs ont été atteints et il est maintenant possible de proposer une restitution du corps principal du palais oriental. En revanche, on a renoncé à poursuivre la fouille du bâtiment sud-est qui s’étend encore au nord-est.

1. Sondages dans le locus XXVII

10Une série de sondages a été conduite dans le locus XXVII : les bases des murs ont été étudiées afin que soit vérifiée systématiquement, en vue de la publication, la nature des réparations réalisées dans l’édifice. On a également conduit un sondage au centre de la tribune : le sol de tabuk de cette pièce est en effet surélevé par rapport à celui du locus XVI. La pièce en question repose, comme les autres pièces du palais, sur un remblai : toutefois, la surélévation de la pièce a été obtenue par l’ajout d’une série de niveaux de galets.

2. Fouille du groupe de loci LIX-LX

11La fouille a été poursuivie au nord-est du locus XXVII, dans le carré IV S 2. Sous les vestiges très mal conservés d’une occupation tardive, furent mises au jour les ruines d’une pièce rectangulaire, LIX. À l’altitude du sommet des murs gisaient les restes d’une conduite en céramique (3 m de longueur, fig. 3 et 4), qui appartenait au palais et qui s’est effondrée sur les décombres brûlés de l’édifice, épais dans cette pièce de 1 m. Ce comblement comprenait une couche provenant de l’incendie, surmontée d’une couche de terre à brique lessivée.

12Dans l’angle sud-est de la pièce, une cavité ménagée dans le mur accueillait une cheminée d’angle qui a disparu (fig. 5). Dans l’angle nord-est a été retrouvée une baignoire-sabot (fig. 6) ; l’ensemble de la pièce présentait un dallage de tabuk bitumé et sa destination ne fait pas de doute : il s’agit d’une salle d’eau, dénuée toutefois de latrines. Dans l’angle nord-ouest, une porte étroite (60 cm) s’ouvrait dans le mur nord et permettait de communiquer avec le locus LX.

13Ce dernier (fig. 7), doté d’un accès voisin de celle-ci (vers le locus LXI), présentait trois sols superposés (de terre, de tabuk et de djuss). Les murs de la pièce présentaient à leur base des briques cuites mais le mur entre LIX et LX (mur 70) repose sur le sol de djuss et ne se poursuit pas en profondeur : on a observé dans les deux pièces que ce mur n’était pas liaisonné aumur oriental. Il s’agit donc d’une cloison qui a divisé tardivement une grande pièce, LIX-LX. Par ailleurs ce remaniement avait nécessité le déplacement de la crapaudine de la porte LX-LXI (fig. 8), afin de permettre le passage vers la salle d’eau. Cette réorganisation de la pièce eut lieu au moment où se déroulaient les réparations des murs du palais (phase intermédiaire).

14Il n’est donc pas sûr que la grande pièce avait été initialement une salle d’eau ; ce n’est qu’au cours de la phase intermédiaire de l’histoire de l’édifice que sa présence est assurée.

15L’existence d’une telle salle, au moins au cours des phases intermédiaire et finale de l’histoire du palais, est très intéressante : située au nord-est de la salle du trône, cette pièce devait être utilisée par les visiteurs pour se rafraîchir, avant d’entrer en présence de leur hôte. On accédait en effet à cette pièce en passant par le locus LXI.

3. La pièce LXI

16Approximativement carrée, elle était dotée de quatre portes, une dans chaque mur. La porte nord était pourvue d’une crapaudine. Sous le comblement d’incendie se superposaient trois sols (de terre, mal conservé, de tabuk et de djuss). La porte ouest de cette pièce présentait encore une belle plinthe bitumée conservée sur 50 cm de hauteur. Seul le mur sud de la pièce présentait les traces de réparation observées ailleurs, les autres murs présentaient un sillon d’érosion important.

17Cette pièce jouait un rôle essentiel dans l’organisation de la circulation dans le palais : elle constituait un véritable vestibule de la salle du trône. La présence d’une crapaudine dans la porte nord laisse supposer que cette pièce communiquait avec un espace ouvert, et constituait un sas d’entrée vers la salle du trône au sud. Avant de s’y rendre, le visiteur avait la possibilité (ou l’obligation) de faire un détour, à l’est, par la salle d’eau LX. À l’ouest de cette pièce, on a retrouvé la partie orientale très mal conservée de la pièce XXVI, qui se perd au nord dans la pente.

Fig. 2 – Plan schématique du chantier A, état 1995

Fig. 3 – Petit palais oriental, canalisation tombée sur les décombres, pièce LIX

Fig. 4 – Petit palais oriental, canalisation, tombe séleucide et baignoire, pièce LIX

Fig. 5 – Petit palais oriental, cavité dans l’angle sud-est de la pièce LIX, cavité avec traces de cheminée et baignoire

Fig. 6 – Petit palais oriental, vue générale vers le nord-ouest de la pièce LIX après dégagement

II. La limite nord du palais (fig. 9)

18Au nord des loci LXI et LX ont pu être repérées les ruines très érodées de deux autres loci, LXII et LXIII, aux murs très érodés et dont seule la partie sud est conservée : ces deux espaces communiquaient entre eux par une porte dont le dallage de tabuk était encore en place. Le locus LXIII, dont seul l’angle sud-est était conservé, présentait un dallage de tabuk, sous lequel on a retrouvé seulement un radier de graviers : c’est là une situation comparable à celle que l’on a observée à l’ouest, dans le locus LVIII. Entre ces deux espaces dont la limite méridionale présente un alignement continu, l’érosion différentielle a fait son œuvre : il est probable qu’il s’agit là, respectivement, des angles sud-est et sud-ouest d’une cour de 25 m de longueur (cour LVIII-LXIII) située au nord de la salle du trône. De part et d’autre de cette cour, les pièces LXII et LVII ont mieux résisté à l’érosion. Il est donc possible de restituer au nord de la salle du trône une cour encadrée de pièces allongées.

19Au nord de ces vestiges, un oued s’est enfoncé dans la pente du tell : il s’oriente vers le nord-est et constitue l’axe majeur de l’érosion du secteur (fig. 10). Toutefois, on a observé que l’aile nord-ouest du palais est mieux conservée que celle qui a été dégagée à l’est : le talweg ne s’écoule pas dans la médiane nord-sud de la cour présumée mais est décalé vers l’est, expliquant la moindre conservation des vestiges au nord-est. Il est possible que cette dissymétrie résulte de la présence en aval d’un obstacle qui dévierait l’oued vers l’est : ce sont les restes en profondeur de l’aile nord du palais, l’oued se frayant un passage là où se trouvait une porte, tant qu’elle fut présente, puis l’érosion poursuivant son travail en profondeur dans les couches remblayées.

20Sachant en effet que l’édification du palais fut précédée d’importants travaux de terrassements, sur tout le périmètre de l’édifice, il est possible de rechercher au nord les limites de ces terrassements (de 5 m d’épaisseur), même là où on ne trouve plus de vestiges des murs du palais. En réalisant un relevé topographique du secteur, il devint apparent qu’il existait un net palier dans la pente du tell.

21On sait que la cour présumée du palais avait au sud 25 m de côté. Si on restitue une cour carrée, dotée au nord d’une couronne de pièces de 4 à 5 m de large (ce qui correspond à la largeur des couronnes est et ouest), la limite supposée correspond précisément à la rupture de pente du profil nord-sud du tell.

22On a donc ouvert dans ce secteur un sondage de 10 m de long sur 1,50 m de largeur dans l’espoir de repérer la limite nord de l’excavation creusée dans le tell antique pour édifier le petit palais oriental. Les couches de terrassement ont été aisément repérées, non seulement avec leur limite septentrionale mais aussi leur base, à une cote d’altitude équivalente à la base des terrassements identifiée sous la salle du trône. Sous ces couches terrassées, on a retrouvé des céramiques rouges datables de la période de la Ville II : toutes les couches de la Ville III ont disparu, suite aux terrassements réalisés dans ces secteurs par les Shakkanakku.

23Le palais oriental présentait donc, au nord de la salle du trône, une enfilade de pièces dotée notamment d’une salle d’eau, puis une cour carrée, entourée d’une série de pièces. Il est frappant de constater que la porte principale du palais, telle qu’elle est restituée ici (cf. fig. 2), se situe approximativement dans l’axe des portes qui conduisent successivement de la cour au sas LXI, et de là à la salle du trône. Il faut noter d’autre part que le parti adopté dans le bloc officiel du palais oriental n’est pas encore le plan dit amorite, bien connu en particulier au grand palais royal. Il est donc très probable que le plan du palais oriental a été conçu avant celui du bloc officiel du grand palais royal.

III. Étude du couloir XXXIV

24À l’est des loci LX-LXII, on a procédé au dégagement du prolongement septentrional du long couloir XXXIV qui séparait du « bâtiment sud-est », sur 40 m de longueur, le corps principal du palais.

25Les deux murs de ce couloir ont été bien repérés, en particulier le mur 31, dont le parement oriental a été suivi sur 10 m de plus ; entre ces murs a été observée (dans le sens descendant) la stratigraphie suivante :

  • un premier sol sur lequel reposait la base d’un puisard ;

  • un deuxième sol dans lequel affleurait le sommet d’un mur transversal (mur sans no, avec enduit incendié) ;

  • ce mur reposait sur un troisième sol où affleurait un autre mur ;

  • ce dernier reposait lui aussi sur un sol de terre (le quatrième) ;

  • sous ce sol enfin, fut repéré un sol de tabuk.

26Il est donc assuré que le bâtiment situé à l’est de l’édifice principal se poursuit vers le nord mais la recherche dans ce secteur n’a pas été poussée plus avant, l’objectif ayant été avant tout de préciser les limites du palais oriental, qui sont maintenant clairement fixées et permettent d’entrevoir la publication prochaine de cet édifice.

P. B.

Fig. 7 – Petit palais oriental, vue générale de la pièce LX vers l’ouest

Fig. 8 – Petit palais oriental, crapaudines de la pièce LX

Fig. 9 – Petit palais oriental, vue générale du secteur nord-est du palais

Fig. 10 – Oued au nord du palais oriental, murs à l’arrière-plan, rupture de pente du tell

IV. Les abords du palais : sondage dit « excroissance sud »

27Ce sondage avait trois objectifs :

  • contribuer à élucider les relations entre le palais et le corps de bâtiment sud-est, par la vérification de l’accrochage entre les murs 31 et 65 ;

    • 1 La face nord d’un retour d’angle avait déjà été repérée dans la berme sud de IX R 48, mais de façon (...)

    confirmer la limite méridionale de ce corps de bâtiment par une recherche plus poussée de celle du mur 41 : arrêt ou prolongement1 ?

  • tenter de cerner l’extension orientale du mur 7, ainsi que son rapport stratigraphique avec le palais lui-même et avec le corps de bâtiment sud-est.

28C’est pourquoi fut ouvert un sondage de 5 m nord-sud et de 4 m est-ouest, incluant la berme sud de IX Q 48 et de IX R 48, sur 2 m de long dans chacun des deux carrés, ainsi qu’une partie de IX Q 47 NE et de IX R 47 NO.

1. Les murs 31 et 65 paraissent distincts

29Malgré un léger décalage d’alignement, la similitude d’orientation donne l’impression qu’il s’agit d’un seul et même mur. Cela va dans le sens de l’hypothèse de travail selon laquelle le corps de bâtiment sud-est faisait partie, à l’origine, du palais : l’orientation des murs anciens nord-ouest - sud-est ne concorde-t-elle pas avec celle des murs 2 et 4 du palais ? Les sols de djuss de ce bâtiment ne rappellent-ils pas ceux de la phase d’origine du palais, même si leur altitude est d’une vingtaine de centimètres inférieure à celle du palais (environ ∆ 182 m) ?

30L’étude des briques à la jonction, durcies et abîmées, n’a pas été très probante. Mais avec une base fondée une quarantaine de centimètres plus bas que celle du mur 31 (∆ 181,11 m), le mur 65 s’en individualise sensiblement.

31Ce serait donc plutôt le mur oriental du palais qui aurait utilisé le mur 65.

2. Pas de relation entre les murs 7 et 41

32Le retour vers le sud-est du mur 41, bordé d’un fossé de galets comme sa face occidentale, a été suivi sur 1,30 m : cela confirme la limite méridionale du bâtiment et son indépendance par rapport au mur 7.

3. Le mur 7 n’est pas une enceinte du palais

  • 2 Cf. Margueron et al. 1997, p. 25.

33La mise au jour d’un retour d’angle en direction du sud-ouest infirme totalement l’impression que, avec le mur 26, le mur 7 cernait le palais2. En outre, une grande fosse cendreuse à déchets (IX Q 48 SE F-1), relativement tardive puisqu’elle contenait une double empreinte de sceau paléobabylonienne, se révélait coupée par la tranchée de fondation de ce mur : celui-ci est donc postérieur au petit palais oriental.

34En conclusion, nous avons affaire, avec ces murs qui apparaissent comme des fondations et non des murs à l’air libre, non pas à un ensemble homogène, mais à la juxtaposition apparente d’éléments construits à des époques différentes, allant de l’époque des Shakkanakku à l’époque amorite ou même post-amorite.

V. Préparation de la publication

35Parallèlement à la conduite de ces travaux a été engagée une réflexion pour déterminer les modalités d’organisation de la publication. Une fiche archéologique et une fiche architecturale ont été élaborées et testées sur quelques carrés et sur quelques pièces, faisant état des problèmes qui nécessiteront une vérification sur le terrain.

B. M.

B. CHANTIER F

I. Carrés III J 1 SE et III K 1 NO-SO

36Au cours de cette campagne, nous avons étendu le sondage dans l’enceinte et la salle 72 du palais du IIe millénaire au quadrant SE de III J 1 et au quadrant SO de III K 1 ; cette décision découla de la découverte, à la fin de la campagne précédente, de l’enceinte antérieure qui, par sa position décalée vers l’est par rapport à celle du IIe millénaire, nous a amenés, pour en apprécier la largeur, à étendre la tranchée vers l’est.

1. Salles 72 et 73 du palais du IIe millénaire

37Nous redégageâmes le nord de la salle 73 et sa communication avec la salle 72, réenfouies depuis les fouilles de Parrot, et déposâmes le sol de tabuk ; une canalisation faite de buses de terre cuite passe sous la porte, et charrie les eaux usées de la salle 73 vers le puisard de la salle 72 ; peut-être en raison de la pente trop douce la canalisation s’est-elle engorgée, et une nouvelle portion presque verticale lui fut raccordée (fig. 11). Les murs internes du palais furent conçus simultanément à son enceinte : leur liaison est assurée tant par les lits de briques que par les poutres du chaînage (fig. 12). Chaque mur de ces deux salles a souffert d’une érosion au-dessus de la plinthe de djuss, colmatée grossièrement de matériaux hétéroclites (tabuk, galets), marque d’une période de négligence dans l’entretien du palais, suivie d’une réparation hâtive (fig. 13) ; il est probable que cette incurie dans le palais soit contemporaine de la phase d’usure par sillon de l’enceinte, dans la rue, qui a nécessité l’exhaussement du sol de la rue et l’épaississement de l’enceinte. Les murs internes du palais ont une seule assise de fondation et un radier de galets, mais reposent sur une épaisse couche de préparation de pisé dans de grandes tranchées taillées dans un massif ruiné de briques très sableuses, encore inexpliqué (partie des travaux de préparation de la construction du palais, ou résidu d’une occupation antérieure : l’exiguïté des endroits où on les retrouve ne permet pas encore de le dire) ; contrairement à la salle 72, sous la salle 73 la préparation du sol est pratiquement absente ; les tabuk ne reposent que sur 20 cm de terre battue.

2. La rue

38Nous avons retrouvé dans l’extension du sondage dans le quadrant III J 1 SE la même stratigraphie qu’en 1994 en III J 1 NE : terrassement de briques de préparation de la rue posé sur une couche d’érosion, scellant une violente destruction (céramique écrasée, charbons, cendres, briques brûlées) étalée sur le sommet d’un niveau longtemps abandonné. De ce niveau nous avons la poursuite de la bordure est d’un quartier d’habitation donnant sur la rue. Le pendage sud de ces couches est constant.

E. C.

II. Carrés III D 1 et III E 1

39Les objectifs de cette campagne étaient la poursuite du dégagement des maisons et aussi une fouille stratigraphique ponctuelle. Il s’agissait d’enlever les murs de la maison du Potier, de les étudier, ainsi que de dégager les sols non encore décelés du niveau d’habitat le plus ancien découvert en 1991 et en 1993, caractérisé par la présence, dans l’une des pièces, d’un petit autel domestique enduit appuyé contre l’un des murs, et éventuellement descendre sous ce niveau.

40Les murs de la maison à l’Autel domestique avaient été laissés en place en 1993 : ils délimitent les loci 6, 7, 8 et 9. Les travaux ont été menés conjointement dans les carrés III D 1 et III E 1. Une fouille stratigraphique sous le sol des loci 8 et 9 de cette maison a été décidée. Enfin, un niveau encore plus ancien a été découvert sous le locus 9.

1. La maison du Potier (fig. 14)

  • 3 Cf. Margueron et al. 1997, fig. 37 p. 44.
  • 4 Cf. Margueron et al., « Mari, rapport préliminaire sur la campagne de 1993 », Akh Purattim 1 p. 24- (...)
  • 5 Briques de format 40 x 40 x 10 à 11 cm ; base des fondations de la partie est du mur (mur 2) : 179, (...)

41Une partie de cette maison subsistait dans le sud du carré III E 1 : avaient été laissés en place les murs 8 et 2, alignés (mur 8 dans la partie ouest ; mur 2 dans la partie est), orientés grosso modo ouest-est, ainsi que le petit mur de refend perpendiculaire (mur 10), situé à peu près au milieu de l’espace et orienté vers le sud, vraisemblablement un montant de porte3. En 1993, une jarre enterrée et d’autres indices signalaient des traces du niveau d’un sol partiellement conservé à la cote 179,27 m4. Les murs ont été démontés pour l’étude de leur appareillage et leur base a été atteinte5. Au sud du petit mur de refend, dans le passage, plusieurs dalles de gypse, dont quatre crapaudines, ont été découvertes sous le niveau correspondant à celui du sol.

Fig. 11 – III K 1 SO. Palais du IIe millénaire : canalisation réparée sous la salle 73 (le nord est en bas)

Fig. 12 – III J 1 SE/III K 1 SO. Palais du IIe millénaire : chaînage de branches commun à l’enceinte du palais et au mur séparant les salles 72 et 73 (vu de l’est)

Fig. 13 – III K 1 SO. Palais du IIe millénaire : réparations dans la partie est du mur séparant les salles 72 et 73 (vu de l’ouest)

Fig. 14 – Chantier F, plan schématique du niveau supérieur
(fondations de la maison du Potier correspondant au niveau b – phase 3 de 1993 pour III E 1)

Fig. 15 – Chantier F, plan schématique du niveau de la maison à l’Autel domestique (Ville II finale)

2. La maison à l’Autel domestique (fig. 15 et 16)

  • 6 Cf. Margueron et al. 1997, p. 41 et fig. 33 p. 40.

42Le dégagement de surface de cette maison, trouvée dès 1991 en fin de campagne6 dans l’angle nord-est du carré III D 1, a été poursuivi afin de compléter le plan. En effet, l’amorce d’une pièce avec un sol de terre (∆ 176,80 m) avait été mise au jour ainsi qu’un petit autel enduit de djuss, appuyé contre le mur occidental. En outre, des travaux complémentaires, par exemple de dégagement fin des murs ainsi que la recherche des sols qui n’avaient pas pu être mis au jour par manque de temps en 1991, ont été menés pendant cette campagne.

a) Locus 6

43Dans le locus 6, le sol de terre découvert en 1993 a été redégagé sur tout l’espace : au pied de l’autel s’étendaient encore deux plaques d’enduit de djuss, au niveau du sol de base (∆ 176,85 m). Contre le mur méridional, une petite installation en brique (dimensions : 0,68 x 0,65 m) et un foyer en pleine terre ont été trouvés. Le format des briques des murs est de 50 x 25 x 10 (?) cm. Le petit autel domestique était adossé à un mur enduit que l’on a suivi sur une longueur d’environ 1,55 m et dont le module des briques était de 37/38 x 20 x 8 à 10 cm. Son épaisseur est de 1,20 à 1,30 m, sa face ouest n’a pas pu être déterminée, car elle a été cassée par l’adjonction de la canalisation postérieure située dans le milieu du carré III D 1.

b) Locus 7

44Dans le locus 7, le sol trouvé en 1993 a été fouillé jusqu’à sa base, qui est constituée d’un radier de galets (∆ 177,24 m) et de quelques dalles en calcaire. Ce radier de galets existe aussi dans le passage entre le locus 7 et le locus 6 ainsi que dans l’accès vers le locus 9.

c) Locus 8

45Le locus 8 se prolonge vers le sud au-delà de la berme. Incomplète, la pièce mesure 5,10 m sur 2,77 m. Le mur ouest a été entamé par une fosse. L’accès vers ce locus existait probablement au sud, hors de la limite de fouille. Le locus 8 a été fouillé en deux parties distinctes : dans la partie sud, il s’agissait d’atteindre le niveau du sol de la maison, qui n’avait pas pu être clairement défini plus au nord lors de la campagne précédente, alors que, dans la partie nord, le travail a été poursuivi plus en profondeur, l’objectif étant d’étudier la stratigraphie.

3. Couches inférieures

a) Sous le locus 8

46Dans la partie sud du locus 8, sous la maison du Potier, on a successivement rencontré des strates de terre contenant des ossements d’animaux, des tessons, des points de cendres, une accumulation de couches sur une épaisseur d’environ 90 cm, jusqu’à l’apparition du niveau d’habitat inférieur. Le sol correspondant à la maison à l’Autel domestique a été atteint à partir de la cote de 177,49 m avec une pente bien marquée vers le nord-ouest (∆ 177,22 m). Ce sol a longtemps vécu, car un vase miniature et de petits foyers attestent un sol antérieur qui existe à partir de la cote 177,46 m, avec une pente vers le nord à nouveau très marquée (∆ 177,09 m). Ce dernier sol a été laissé en place dans la partie sud de la pièce.

47Dans l’angle sud-est du carré se trouve une zone difficile à comprendre, avec un alignement de leben orienté du sud-ouest vers le nord-est, faisant retour vers le sud ; dans l’espace libre, de la brique non en place est apparue sans aucune trace de sol.

  • 7 Muller et Weygand, « Nouvelles données sur les “maquettes” circulaires de Mari », dans cette livrai (...)

48Dans la partie nord, la fouille a été menée plus en profondeur. Le niveau du sol de la maison n’était pas aussi homogène que dans la partie sud du locus 8. Dessous, on a atteint une couche de terre cendreuse avec du charbon de bois assez abondant et deux tannour (sommet 177,07 m) ; cette strate a été observée dans l’angle nord-ouest de la pièce et le long des murs nord et ouest, ailleurs, elle était incomplète. En même temps, la base des murs nord et ouest a été atteinte à la cote de 176,85 m. Sous le niveau de l’un des tannour, des tessons écrasés, un cône en bitume et un sceau-cylindre (∆ 176,74 m) manifestaient la présence d’une strate d’occupation. Dix centimètres environ plus bas que ces tessons écrasés est apparu le sommet du leben (∆ 176,63 m) calant un des vases accompagnant la maquette circulaire III E 1 NO 847 (fig. 17) pendant qu’à proximité on observait une surface de terre rougeâtre.

Fig. 16 – Vue générale de la maison à l’Autel domestique vers le sud-ouest. Au premier plan, le niveau inférieur

Fig. 17 – Maquette III E 1 NO 84 et tombe SO T-8 in situ, vues vers le nord-est

Fig. 18 – Chantier F, niveau le plus ancien atteint en 1995 : loc. 10 et maquette située dans l’espace contigu, sous le niveau du sol correspondant

49À la limite entre les deux parties fouillées du locus 8, sous le niveau du sol inférieur, a été mise au jour une tombe (III E 1 SO T-8). En observant attentivement la stratigraphie de la paroi est-ouest créée par le palier de fouille situé au milieu du locus 8, on a constaté que la tombe était scellée par la couche de terre rougeâtre dans laquelle gisaient la maquette et les vases. Ceci a permis de déterminer que la tombe était antérieure à la maquette et non liée à elle. La maquette a été installée sur une surface de terre irrégulière, sa base se trouvait à la cote de 176,28 m. De plus, l’espace relativement exigu avait été perturbé dans l’Antiquité par le puisard III E 1 NO 1 au nord, et à l’ouest par une fosse qui a profondément entamé le mur ouest et ses abords.

50La base du puisard III E 1 NO 1 n’a pas encore été atteinte (cf. fig. 15) ; il a été dégagé sur une hauteur de 4,12 m. Composé de jarres superposées, il a perturbé les niveaux successifs, fouillés depuis 1991.

b) Description du niveau le plus ancien atteint en 1995 : locus 10 (fig. 18 et 16)

  • 8 Murs 12 et 13 : briques de module 45 x 23/25 x ? cm ; parfois 50 x 25 x ? cm.

51Il est formé par des murs (12, 14, 13 et 15) à organisation orthogonale, de la même manière que les maisons postérieures, mais avec un décalage, ce qui a permis de les découvrir car les murs de la maison à l’Autel domestique sont encore en place. Ils forment une pièce rectangulaire étroite d’environ 2,60 m sur 2 m. Ces murs ont été trouvés arasés au niveau du sol, à la cote de 176,69 m (mur 12) ; ils sont construits en briques de format rectangulaire8. Vers le centre de l’espace, le sol de terre présentait une déclivité où un foyer (∆ 176,61 m), délimité par une maçonnerie de briques cuites, contenait encore des cendres. On remarque que le niveau d’arasement de ce locus correspond, en altitude, au niveau du sommet des leben et des vases accompagnant la maquette, à proximité desquels on avait observé une zone de terre rougeâtre. Il paraît ainsi vraisemblable que le locus 10 et la maquette appartiennent au même niveau, leur lien pourra être mieux défini en démontant le mur oriental AC du loc. 8 (cf. fig. 15), encore en place, lors d’une prochaine campagne.

52Le locus 10 a été percé par les deux puisards III E 1 NE 1 et NE 28. Le puisard NE 1 est composé de buses cylindriques empilées les unes sur les autres, il a été fouillé sur une hauteur de 4,32 m alors que le puisard NE 28, dégagé sur une hauteur 3,88 m, est formé de jarres percées empilées ; ce dernier a écorné le mur 13.

53Au sud-est du locus 10 se trouve une zone limitée par une ligne de djuss est-ouest, et dont le lien avec le locus 10 n’a pas encore pu être établi ; une jarre y est enfoncée jusqu’au col. I. W.

4. Les tombes du chantier F (fig. 19 et 20)

  • 9 Margueron 1998. Jean-Marie 1999, tombe no 1065, p. 191 et pl. 107 et 230.

54Une tombe d’enfant, âgé d’environ deux ans (III E 1 SO T-5, ∆ 178,65 m) a été installée volontairement dans la première assise d’une des fondations de la maison du Potier avec cinq vases et un coquillage de type unio ; on se souvient que, en 1993, une autre tombe d’un enfant de moins de deux ans avait été trouvée engagée dans les briques du mur 2, environ 77 cm plus haut que la tombe III E 1 SO T-5, et plus à l’est ; on retrouve donc dans cette partie occidentale de la maison du Potier la pratique qui avait déjà été observée en 1991 dans le prolongement du même mur : cette seconde occurrence confirme que la première n’était pas le fruit du hasard et qu’il s’agit d’une pratique dont il faudra définir la nature, comme il a déjà été signalé9. En outre, plus à l’ouest, la tombe d’un nourrisson de deux à trois mois, enfouie en pleine terre, associée à deux coupes et à des ossements d’oiseau (III E 1 SO T-7, ∆ 178,70 m) se trouvait tangente à la ligne du mur 8, immédiatement sous le niveau de sa base. Enfin, nettement plus au sud, engagée dans la paroi, se trouvait la tombe en pleine terre d’un adolescent (III E 1 SO T-6, ∆ 178,45 m), accompagnée de huit vases, de deux épingles en bronze et d’une boucle d’oreille en argent. De III E 1 SO T-8, également en pleine terre, il n’y a à signaler que l’âge de l’enfant (onze à douze ans) et un mobilier céramique réduit à deux coupes.

M. J.-M.

C. CHANTIER G

I. Moulage de la pierre sous l’entrée du temple de Ninni-zaza

  • 10 Cf. Margueron et al. 1997, p. 51 et fig. 46-48.

55En 1990, nous avions mis au jour un bloc en pierre de 2 m x 1,36 m x 0,48 m, enchâssé dans les fondations et placé sous l’entrée du temple de Ninni-zaza10. La surface est ornée d’un décor en creux évoquant des idoles schématiques (?) ainsi que de nombreuses petites cupules. Après des essais peu convaincants de photographies en lumière rasante, il a été décidé de prendre une empreinte précise de la surface. Pour cela, nous avons choisi la résine silicone thixotrope, Wacker® 435 à deux composants, une base de silicone et un catalyseur.

Fig. 19 – Tombe d’enfant III E 1 SO T-5, détail

Fig. 20 – Tombes III E 1 SO T-5 et SO T-6, vue générale vers l’est : deux des vases de SO T-5 sont visibles dans le mur 2 ; mobilier céramique de SO T-6 en partie engagé dans la berme

56La première phase de l’opération a été de protéger la pierre du soleil par une tente pendant plusieurs jours. En effet, une température élevée accélère la réaction de catalyse et donc le temps de prise du silicone. Si cette réaction était trop rapide, nous risquions d’avoir un coefficient de rétraction trop élevé du silicone et de perdre des détails de la surface.

57La pierre, un calcaire, présentait une surface fragile avec de nombreux soulèvements de l’épiderme qui risquaient d’être arrachés au moment de l’enlèvement de l’empreinte. Nous avons donc consolidé la surface de la pierre avec du Paraloïd B72™, une résine acrylique, dilué à 10 % et à 5 % dans de l’acétone. Dans un premier temps nous avons appliqué la résine concentrée à 10 % dans les zones les plus altérées et aux coins de la pierre. Ensuite, toute la surface a été consolidée avec une résine concentrée à 5 %. Cette opération prévenait aussi la pénétration d’huile de silicone dans la pierre.

58De plus, nous avons enduit la pierre d’un agent démoulant facilement réversible, le Teepol®, un tensio-actif, que nous avons dilué à 70 % dans de l’eau déminéralisée.

59Après séchage de l’agent démoulant, une première couche de résine a été soigneusement étalée au pinceau sur la pierre, en évitant la formation de bulles d’air. Avant la prise de cette première couche, des bandes de fibres de verre tissées ont été disposées dans la largeur et la longueur pour former une armature. Puis, les bandes de fibres de verre ont été enduites d’une deuxième couche de résine. L’épaisseur de l’empreinte est d’environ 5 cm.

60La consolidation préalable de la surface de la pierre et l’utilisation d’un agent démoulant ont permis de retirer l’empreinte sans endommager l’épiderme.

61Une fois l’empreinte enlevée, nous avons débarrassé la surface de la pierre de l’agent démoulant avec de l’eau déminéralisée. À la fin de la fouille, celle-ci à été protégée par de la terre.

62L’empreinte de la pierre du temple de Ninnizaza est aujourd’hui conservée dans les caves du palais universitaire de l’université Marc-Bloch de Strasbourg.

A. L.

II. Haute Terrasse

63Les fouilles dans les carrés IX A 49 NE, IX A 49 NO, IX A 49 SO, IX A 50 SE, VIII Z 49 NE et VIII Z 50 SE ont visé la compréhension du type de construction de la Haute Terrasse. Étant donné les brefs délais imposés par l’approche de la fin de la campagne, trois procédés ont été adoptés :

  1. fouilles pour dégager une partie de la Haute Terrasse ;

  2. sondages pour éclaircir des problèmes ponctuels ;

  3. prospections de surface pour essayer d’obtenir un plan le plus complet possible du monument.

64La Haute Terrasse apparaissait au début de la campagne comme un massif de briques construit dans un des endroits les plus élevés du site. Pourtant, dans le carré IX A 49 NO, étaient apparues trois lignes rouges clairement lisibles sur la surface du sol et sans interruption. Deux de ces lignes étaient parallèles et une perpendiculaire aux deux autres. Les deux premières constituaient les limites d’un mur, appelé B, et la troisième la limite d’un autre mur appelé A. Les lignes apparues en surface étaient les traces de l’enduit rouge qui couvrait la surface des murs. L’extension des fouilles dans le carré IX A 49 NE permettait de vérifier l’existence d’autres lignes rouges. Ainsi, on découvrit un autre mur (C) qui, parallèle au mur A, était perpendiculaire au mur B. Ces trois murs devaient former une pièce dont la limite septentrionale se situait probablement dans le carré IX A 50 SE, qui a été préalablement prospecté. Le carré ayant été ouvert, on retrouva la limite d’un mur (D) qui se poursuivait dans le carré IX A 50 SO. La pièce délimitée par ces quatre murs (locus 2) était large de 4,06 m au sud et de 4,16 m au nord. Sa longueur atteignait 8,14 m à l’ouest et 8,05 m à l’est. La surface mesurait donc 33,3 m2.

65Pour vérifier l’éventuelle existence d’autres tracés rouges, on prospecta les carrés VIII Z 49 NO, VIII Z 50 SO, VIII Z 50 SE, VIII Z 50 NE, IX A 50 NE et VIII Z 50 SE. Après avoir balayé le sol, apparurent des lignes rouges formant une autre pièce (locus 1) parallèle à la première. Ses dimensions étaient un peu plus grandes que celles du locus 2, la surface arrivant à 35,3 m2. Mais le rapport des dimensions était le même dans les deux pièces (0,5), ce qui signifie que les côtés longs ont été construits de manière à avoir une longueur double de celle des côtés courts. La largeur de la pièce était de 4,25 m (au nord) et 4,38 m (au sud), la longueur de 8,29 m (à l’ouest) et 8,05 m (à l’est). Le mur A présentait une épaisseur de 1,97-2,03 m, le mur C de 2,38-2,40 m, le mur E de 1,90 m pour la partie prospectée, le mur B de 1,1 m (à l’ouest)-1,4 m (à l’est). La limite septentrionale du mur D est hypothétique.

66Le mur A était constitué de briques carrées (40-44 x 40-44 x 10-12 cm) et de demi-briques (20-21 x 40-44 x 10-12 cm), bien appareillées avec des joints de 3-5 cm. L’étude de la coupe transversale du mur A montre que l’appareillage est soigné, les joints sont réguliers – 8 cm de large. La coupe transversale montre qu’une assise sur deux débute par une demi-brique. Cette disposition permet d’éviter la superposition de joints verticaux. Les briques sont de couleur blanc grisâtre, elles contiennent beaucoup de gravier et gravillons, aucun tesson n’y a été repéré.

67Le mur B, en revanche, était de qualité médiocre, composé de briques carrées d’un blanc grisâtre (40-44 x 40-44 x 12 cm), identiques à celles du mur A, de briques brunes plus argileuses et de fragments de briques qui viennent combler des joints larges parfois de 15 cm. Quelques tessons ont été repérés dans ce mur, ils sont parfois d’une grande taille, comme un tesson de jarre numéroté IX A 49 NO 3. L’appareillage n’est pas très soigné, malgré l’utilisation des demi-briques, l’épaisseur des joints ne permet pas d’éviter la superposition des joints verticaux comme le montre la paroi est du sondage.

68Le mur C était formé de briques le plus souvent de grande taille (43-44 x 43-44 x 11 cm, mais aussi 45-46 x 45-46 x 11 cm) et de demi-briques de 43-44 x 21 x 11 cm. L’appareillage est de meilleure qualité que dans le mur B, les joints étant de 2-3 cm. Enfin, des briques carrées (42-43 x 42-43 x 10-11 cm) et des demi-briques (21 x 42-43 x 11 cm) constituaient le mur D. Bien que tout le mur n’ait pas été fouillé, son appareillage ne semble pas excellent, à en juger par les joints qui atteignent jusqu’à 6 cm.

  • 11 L’analyse a été conduite grâce aux connaissances d’Amina Fadli.

69Au cœur de la Haute Terrasse se trouvaient ainsi deux « pièces », de direction sud-ouest - nord-est, complètement comblées de briques, bien que les limites de chaque « pièce » aient été bien définies par l’enduit rouge. Ce dernier était très épais (2,5-4 cm) sur les parois intérieures des « pièces » et beaucoup moins sur les parois extérieures (0,5 cm), qui semblent avoir été seulement lissées et non couvertes d’enduit. L’enduit se compose d’une préparation en terre brune, très pailleuse et d’une finition plus mince que la précédente en terre brune, sauf pour les 3-5 derniers millimètres qui sont en terre rouge très riche en paille11.

70La présence d’une pellicule rouge sur les murs extérieurs, sujets aux dégradations naturelles, constitue un problème. Est-ce que, lorsqu’on avait construit ces parois, on projetait déjà de les couvrir avec un remplissage de briques ? Dans ce cas, la pellicule devait avoir une signification symbolique, ainsi que sa couleur. De même, l’enduit rouge des parois intérieures devait répondre à une signification symbolique, si les pièces avaient été conçues pour être remplies après avoir été construites. D’ailleurs, ces deux pièces se trouvent construites contre le temple aux Lions, qui le précède chronologiquement. On ne peut pas éviter de penser au Massif Rouge, qui présente la même couleur et donc probablement la même terre.

71L’étude des lignes rouges d’enduit permet d’affirmer la contemporanéité des murs B, D, C et E et la postériorité du mur A, le mur mitoyen des deux pièces. Car l’enduit rouge continue dans la zone de contact entre le mur A et les murs B et D. On ne peut pas dire de combien de temps le mur A était postérieur aux autres. Pourtant, l’angle nord-est du locus 1 montre deux couches d’enduit, chacune lissée, l’une de 1,7 cm et l’autre de 3 cm. La première, en contact direct avec le mur, se retrouve aussi dans la zone de contact des murs A et D. On pourrait ainsi penser à trois phases du monument. Pendant la première phase une seule pièce de 10,40 m x 8,20 m était construite contre le temple aux Lions. Aucune porte n’est pour l’instant visible. Dans la deuxième phase, la pièce a été coupée en deux parties presque identiques par un mur mitoyen. Le deuxième enduit rouge, en effet, ne se retrouve pas dans la zone de contact entre les murs A et D. Mais on ne comprend pas pourquoi éliminer de tous les murs le premier enduit qui a été retrouvé seulement dans l’angle nord-est du locus 1. Une explication possible consiste à croire au résultat de l’usure du temps. Même pendant cette phase, les deux pièces ne montrent aucune porte, bien que l’on ait commencé le dégagement de leurs comblements.

72Dans la troisième phase, les deux loci ont été remplis avec des briques. La disposition des briques indique cinq comblements, bien que leur relation chronologique reste inconnue. Le locus 1 présentait deux comblements : contre le mur A, un comblement, épais de 0,92 m, était composé de briques (44 x 44 x 12 cm) dont l’appareillage est peu soigné, même s’il est alterné pour éviter la superposition des joints verticaux. Mais l’épaisseur des joints entre les demi-leben en bordure occidentale d’une assise et les leben carrés est telle que des cailloux de la grosseur d’un poing ou une forte quantité de mortier ont été utilisés pour combler ce vide. Certains joints ont jusqu’à 20 cm de large. Ces briques sont d’assez mauvaise qualité et de compositions diverses. Certaines ont été fabriquées à partir d’une terre rouge qui vient sans doute d’une terre incendiée. On retrouve beaucoup de tessons, ainsi que des fragments de coquillage, de coquille d’œuf d’autruche, de bronze et de silex. L’autre comblement, contre le mur E, était épais de 3,40 m et présente un appareillage très mal fait. Car les briques ne suivent jamais le même alignement et sont en outre de formats différents : 42-44 x 42-44 x 12 cm ; 43 x 40 x 12 cm ; quelquefois même 38 x 20 x 12 cm ou 42 x 20 x 12 cm. Parfois, on n’a pas hésité à utiliser des demi-briques ou même des morceaux de briques. La composition des briques est plus uniforme, elles contiennent beaucoup de tessons et des fragments de charbon de bois. Le locus 2 présente lui aussi deux comblements : contre le mur A, un comblement de 1,10 m est formé de briques mal appareillées, de grandeurs variables (42-43 x 42-43 x 10-12 cm ; 21-22 x 21-22 x 12 cm ; 42-43 x 20 x 10-12 cm) et séparées par des joints très larges (jusqu’à 16 cm). Le comblement qui s’appuie contre le mur C, épais de 3,08 m, présente des briques mieux appareillées que l’autre comblement du locus 2, mais les briques sont de dimensions elles aussi très variables : 41 x 41 x 10-11 cm, 43-44 x 43-44 x 10-11 cm, 46 x 46 x 11 cm, 43-44 x 20 x 10-11 cm.

73On remarque une certaine analogie entre les deux loci, non seulement en raison de la présence de deux remplissages par pièce, mais aussi par les soins portés au comblement oriental plutôt qu’occidental. Mais l’épaisseur des comblements est inversée : un peu plus de 3 m pour les comblements ouest du locus 1 et est du locus 2, environ 1 m pour les comblements est du locus 1 et ouest du locus 2.

74Enfin, un autre comblement s’appuie contre la face extérieure du mur C. Il est formé par des briques de 44 x 44 x 11 cm ou 41 x 41 x 11 cm, disposées de manière très régulière. Mais la pente du tell s’accentue ici très abruptement et on ignore l’épaisseur de ce comblement. On ignore aussi l’existence d’un autre comblement vers l’ouest, ce qui semble tout à fait possible par analogie au côté opposé. Mais la pente du tell, très forte à l’ouest, pourrait empêcher de définir mieux cette partie du monument. On ne peut même pas nier la présence d’autres pièces sur ce côté, ainsi que sur le côté septentrional. La recherche de la limite septentrionale du monument s’avère pourtant très difficile, à cause de la présence du point zéro de 1983 et de l’existence de plusieurs tombes récentes, et du fait de la pente du tell qui se termine de manière très abrupte dominant le palais.

L. B. et A. L.

III. Le carré IX A 49 NO/SO

1. Sondage

75Un sondage de 10 x 5 m a été ouvert dans les quadrants IX A 49 NO et SO, sur la pente sud de la Haute Terrasse, pour préciser la relation entre le mur nord du temple aux Lions et la Haute Terrasse. Profitant d’un wadi dans la partie occidentale du quadrant SO, nous avons ouvert un sondage de 1,50 x 4 m pour étudier en coupe la relation entre les deux constructions.

76Le dégagement de surface des deux quadrants a donné une grande quantité de céramique.

77Le sondage dans le wadi du quadrant SO a permis d’établir que le mur nord du temple aux Lions n’est pas liaisonné avec la construction qui le jouxte.

78Le mur sud de la Haute Terrasse, nommé mur B, est venu s’appuyer contre la face nord du mur nord du temple aux Lions après un temps d’utilisation, puisque ce mur est recouvert d’un enduit de terre.

2. Le mur nord du temple aux Lions

79Deux types de leben ont été utilisés pour la construction :

  • des leben carrés de dimensions 44-46 x 44-46 x 12 cm ;

  • ou des demi-briques (20 x 44-46 x 12 cm).

80En démontant la maçonnerie, nous avons pu étudier plusieurs éléments d’un chaînage en bois (fig. 21). La pente d’érosion du massif, vers le sud, et le pendage de 10° vers le nord des assises de ce mur font que seules cinq traces de poutres constituant ce chaînage ont été conservées. Elles étaient placées dans le sens longitudinal du mur. Une poutre sur trois a un diamètre de 26 à 30 cm alors que les deux poutres intermédiaires ont une section inférieure, de 16 à 20 cm de diamètre. Ces poutres étaient placées dans un mortier de terre contenant beaucoup de dégraissant végétal, de la paille selon les empreintes conservées. Le sommet de ce mortier était couvert d’une natte de roseaux sur laquelle reposaient les leben de l’assise supérieure. La natte ne recouvrait pas la poutre septentrionale. Un lot d’ossements animaux a été retrouvé dans le mortier entre les leben.

81Cette assise est composée d’une brique carrée, plaquée contre la face interne du mur, puis de demi-briques.

Fig. 21 – Chantier G, IX A 49 : chaînage dans la maçonnerie de la Haute Terrasse

82Les leben de ce mur ont été fabriqués avec une terre très argileuse – on y trouve beaucoup de petits nodules d’argile – dégraissées avec de la paille hachée et de très petits gravillons. On remarque également dans ces briques des traces noirâtres, témoins de la présence de cendres de bois. Très peu de tessons y ont été retrouvés.

83L’appareillage du mur est soigné. Les joints de lit sont très minces et les joints montants ne dépassent pas 3 cm.

84L’espace entre ce mur et le mur B de la Haute Terrasse était comblé par de la terre.

A. L.

D. CHANTIER H (carrés III Y 2 NE et SE)

I. Objectifs

  • 12 Cf. J.-C. Margueron et al., « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1994 », dans cette mêm (...)

85La campagne conduite en 1994 dans l’espace central de l’Enceinte Sacrée avait permis de constater que ce secteur avait été occupé, depuis les origines de la cité jusqu’à son abandon dans le courant ou à la fin du Dynastique Archaïque II, par des installations artisanales, métallurgiques pour l’essentiel. Au cœur de la cité et à l’emplacement qui devait devenir, lors de la réoccupation du site dans le courant du Dynastique Archaïque III, le siège d’un grand temple, sinon du premier temple de la cité, cette situation apparaît très paradoxale12.

86Il a donc semblé utile d’engager une étude portant sur la nature de l’occupation dans l’environnement de l’Enceinte Sacrée, pour savoir si le domaine artisanal observé dépendait ou non d’une institution royale ou d’un temple ; mais les contraintes sont très fortes dans ce secteur et il faut s’éloigner assez sensiblement de la zone de l’Enceinte Sacrée protégée par une couverture pour trouver un emplacement de sondage.

  • 13 J.-C. Margueron, « Un centre administratif religieux dans l’espace urbain à Mari et à Khafadjé », d (...)

87Le lieu qui a été retenu pour une première enquête se trouve à l’est de l’Enceinte Sacrée, dans la partie occidentale de ce qu’André Parrot a appelé à tort les dépendances du temple de Dagan du IIIe millénaire. Ce choix a entraîné un réexamen de l’ensemble du secteur et une réflexion sur sa fonction dont les résultats sont donnés dans ce volume13.

88En partant du niveau reconnu par André Parrot, un sondage de 5 m sur 7 m a été engagé sous la responsabilité de Mohammed Muftah : il a donné des résultats encore restreints, mais déjà de grand intérêt.

II. Résultats

  • Dès la surface ont été remis au jour les restes, très érodés, exhumés par les fouilles Parrot entre 1961 et 1964 : on les a définis comme niveau 0.

    • 14 Cf. D. Beyer, « Les sceaux de Mari au IIIe millénaire… », réactualisation de la communication donné (...)

    Celui-ci a succédé à une phase architecturale (niveau 1, fig. 22 et 23) d’une certaine importance, avec des murs épais qui portent la marque d’une longue histoire, car à la suite d’une première élévation du niveau du sol, on constate les méfaits d’un sillon d’érosion qui a été réparé à l’aide de fragments de jarres plaqués contre les murs en cours de dégradation. Trois loci ont été définis. Deux d’entre eux ont été occupés tout au long de la période par des tannour qui ont été plusieurs fois refaits et par des foyers de dimensions diverses. Mais la découverte la plus importante est celle d’un lot assez abondant de fragments de scellements, ramassés à proximité du montant sud de la porte qui unit deux des loci définis14. Il y a donc eu dans ce secteur une base administrative datant de la ville du milieu du IIIe millénaire, c’est-à-dire de la période où fonctionnait le palais à la fin du DA III ou au début de l’époque d’Agadé.

  • L’étape architecturale antérieure (niveau 2, fig. 24) a été mise au jour après une couche de remblais d’une cinquantaine de centimètres d’épaisseur ; cette phase, en fin de campagne, n’est que repérée et ne peut encore être datée.

  • En outre la découverte dans les premiers niveaux (0 et 1) de céramiques de facture agadéenne permet d’affirmer que le niveau dégagé par André Parrot est lui aussi agadéen et non du Dynastique Archaïque III qualifié alors de « présargonique ». C’est donc toute l’interprétation chronologique du secteur qui est à revoir.

89J.-C. M. et M. M.

Fig. 22 – Chantier H, III Y 2, plan du niveau 1

Fig. 23 – Chantier H, III Y 2, niveau 1

Fig. 24 – Chantier H, III Y 2, niveau 2 (vue vers le nord-est)

E. LE CHANTIER DE LA PORTE DU PALAIS

90Ce secteur du chantier du palais a été remis en activité pendant trois semaines seulement, ce qui ne pouvait favoriser de grands dégagements comme l’exigerait un tel monument. Deux opérations y ont été conduites par Malou Schneider, conservateur du musée Alsacien, aidée de Laura Battini (fig. 25).

I. Prélèvement des céramiques brisées sous le seuil du palais (fig. 26)

91En 1993, on avait commencé à recueillir dans une fosse qui apparaissait sous le dallage du niveau P-3/P-2 de la porte du palais de grandes quantités de tessons et de céramiques cassées.

92L’homogénéité du lot paraissant remarquable, il a été décidé de prélever la totalité du dépôt avec l’espoir de pouvoir reconstituer des séries entières. Ce travail a demandé beaucoup de temps, car il a semblé utile de fixer avec précision l’emplacement des prélèvements afin de définir si ces pots avaient été cassés sur place.

II. Étude de la section occidentale de la façade septentrionale du palais

93L’exploration partielle de la partie orientale de la façade en 1993 a conduit à engager la recherche cette année de l’autre côté de la porte, à cheval sur le mur d’enceinte du palais du IIe millénaire et sur la rue de direction est-ouest qui longe l’édifice, afin de définir l’emplacement exact et la nature de l’enceinte du palais du IIIe millénaire. Au cours de la descente sous le sol de la rue de l’époque des Dynasties amorites a été mise au jour une grosse pierre de basalte aux formes totalement irrégulières, même si elle montre des signes de façonnage (fig. 27) ; dans l’état de la découverte elle ne saurait représenter l’ébauche d’une statue, malgré la présence d’un cartouche gravé de 22 cases, mais totalement dépourvu de signes cunéiformes.

Fig. 25 – Plan schématique de la porte du palais de Ville II

Fig. 26 – Céramiques in situ dans la fosse III R 12 NE F-1, sous le niveau P-3, devant la porte du palais

94Il n’y a pas plus à dire sur les résultats acquis par les travaux conduits cette année dans ce secteur, travaux qui doivent être considérés comme une préparation pour une fouille de plus grande ampleur lors de la prochaine campagne.

95J.-C. M.

Fig. 27 – La grosse pierre de basalte partiellement travaillée III Q 12 SO-2 sous le sol de la rue septentrionale du palais de Ville II

F. CONCLUSION

96Pour une saison de très courte durée, les résultats n’en sont pas moins, comme on peut le voir, d’un grand intérêt et d’une grande diversité.

97La campagne de 1994 avait apporté des révélations inattendues sur les débuts de la cité, remettant en cause bien des schémas reçus sur les débuts du IIIe millénaire. Cette fois les informations touchent autant à l’architecture qu’à la production et aux croyances de la période des Dynasties Archaïques, de la période d’Agadé et de celle des Shakkanakku. On retiendra en particulier la complexité de la structure interne de la Haute Terrasse, la découverte importante de la maquette C pour la compréhension de la notion de fondation de ville ou encore les rites d’ensevelissement d’enfant dans la maison du Potier.

98Mari apparaît toujours comme une source de première importance pour la connaissance du IIIe millénaire du bassin syro-mésopotamien.

J.-C. M.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Jean-Marie M.
1999 Tombes et nécropoles de Mari, MAM V, Beyrouth.

Margueron J.-C.
1998 « Un petit enfant dans un mur », in S. Marchegay, M.-Th. Le Dinahet, J.-F. Salles (éd.), Nécropoles et pouvoir : idéologies, pratiques et interprétations, TMO 27, Lyon, p. 255-262.

Margueron J.-C. et al.
1997 « Mari : rapport préliminaire sur les campagnes de 1990 et 1991 », MARI 8, p. 9-70.

Notes

1 La face nord d’un retour d’angle avait déjà été repérée dans la berme sud de IX R 48, mais de façon assez ténue.

2 Cf. Margueron et al. 1997, p. 25.

3 Cf. Margueron et al. 1997, fig. 37 p. 44.

4 Cf. Margueron et al., « Mari, rapport préliminaire sur la campagne de 1993 », Akh Purattim 1 p. 24-28.

5 Briques de format 40 x 40 x 10 à 11 cm ; base des fondations de la partie est du mur (mur 2) : 179,13 m ; base de la partie à l’ouest (mur 8) du mur de refend : 178,72 m ; base du mur de refend no 10 : 178,91 m.

6 Cf. Margueron et al. 1997, p. 41 et fig. 33 p. 40.

7 Muller et Weygand, « Nouvelles données sur les “maquettes” circulaires de Mari », dans cette livraison p. 135-166, en particulier fig. 2 p. 136.

8 Murs 12 et 13 : briques de module 45 x 23/25 x ? cm ; parfois 50 x 25 x ? cm.

9 Margueron 1998. Jean-Marie 1999, tombe no 1065, p. 191 et pl. 107 et 230.

10 Cf. Margueron et al. 1997, p. 51 et fig. 46-48.

11 L’analyse a été conduite grâce aux connaissances d’Amina Fadli.

12 Cf. J.-C. Margueron et al., « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1994 », dans cette même livraison, p. 33-34.

13 J.-C. Margueron, « Un centre administratif religieux dans l’espace urbain à Mari et à Khafadjé », dans cette même livraison, p. 254-277.

14 Cf. D. Beyer, « Les sceaux de Mari au IIIe millénaire… », réactualisation de la communication donnée à la table ronde de Strasbourg en 1997, Akh Purattim 1, p. 231-260.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan du site avec emplacement des chantiers, état 1995
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 2 – Plan schématique du chantier A, état 1995
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 3 – Petit palais oriental, canalisation tombée sur les décombres, pièce LIX
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 4 – Petit palais oriental, canalisation, tombe séleucide et baignoire, pièce LIX
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 5 – Petit palais oriental, cavité dans l’angle sud-est de la pièce LIX, cavité avec traces de cheminée et baignoire
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 6 – Petit palais oriental, vue générale vers le nord-ouest de la pièce LIX après dégagement
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 7 – Petit palais oriental, vue générale de la pièce LX vers l’ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 8 – Petit palais oriental, crapaudines de la pièce LX
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 9 – Petit palais oriental, vue générale du secteur nord-est du palais
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 10 – Oued au nord du palais oriental, murs à l’arrière-plan, rupture de pente du tell
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 11 – III K 1 SO. Palais du IIe millénaire : canalisation réparée sous la salle 73 (le nord est en bas)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 12 – III J 1 SE/III K 1 SO. Palais du IIe millénaire : chaînage de branches commun à l’enceinte du palais et au mur séparant les salles 72 et 73 (vu de l’est)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 13 – III K 1 SO. Palais du IIe millénaire : réparations dans la partie est du mur séparant les salles 72 et 73 (vu de l’ouest)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 14 – Chantier F, plan schématique du niveau supérieur(fondations de la maison du Potier correspondant au niveau b – phase 3 de 1993 pour III E 1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 15 – Chantier F, plan schématique du niveau de la maison à l’Autel domestique (Ville II finale)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 16 – Vue générale de la maison à l’Autel domestique vers le sud-ouest. Au premier plan, le niveau inférieur
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 17 – Maquette III E 1 NO 84 et tombe SO T-8 in situ, vues vers le nord-est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 18 – Chantier F, niveau le plus ancien atteint en 1995 : loc. 10 et maquette située dans l’espace contigu, sous le niveau du sol correspondant
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 19 – Tombe d’enfant III E 1 SO T-5, détail
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 20 – Tombes III E 1 SO T-5 et SO T-6, vue générale vers l’est : deux des vases de SO T-5 sont visibles dans le mur 2 ; mobilier céramique de SO T-6 en partie engagé dans la berme
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 21 – Chantier G, IX A 49 : chaînage dans la maçonnerie de la Haute Terrasse
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 22 – Chantier H, III Y 2, plan du niveau 1
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 23 – Chantier H, III Y 2, niveau 1
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 24 – Chantier H, III Y 2, niveau 2 (vue vers le nord-est)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 25 – Plan schématique de la porte du palais de Ville II
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 26 – Céramiques in situ dans la fosse III R 12 NE F-1, sous le niveau P-3, devant la porte du palais
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 27 – La grosse pierre de basalte partiellement travaillée III Q 12 SO-2 sous le sol de la rue septentrionale du palais de Ville II
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4251/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 235k

Auteurs

CNRS, UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon (laura-battini@wanadoo.fr)

Restauratrice indépendante, Paris (anne.liegey@wanadoo.fr)