Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 2

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Mari

Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1994

Jean-Claude Margueron, Emmanuelle Capet, Marylou Jean-Marie, Mohammed Muftah et Béatrice Muller

Texte intégral

1La XXXIe campagne de fouille à Tell Hariri s’est tenue sur le site du 1er au 30 novembre 1994, le séjour en Syrie de la plupart des membres de la Mission ayant eu lieu entre le 26 octobre et le 4 décembre. Malgré les mauvaises conditions climatiques, tous les objectifs visés ont été atteints. Deux chantiers seulement ont été en activité : F et l’espace central de l’Enceinte Sacrée.

2Outre son directeur, l’équipe était composée de : Emmanuelle Capet et Béatrice Muller, archéologues ; Marie-Françoise Besnier, archéologue stagiaire ; Bouchra Farah, Yasmine Makaroun et Nouha Darrous, architectes ; Anne Horrenberger, dessinatrice ; Marylou Jean-Marie, ostéologue chargée en outre de la fouille des tombes et de l’enregistrement du matériel. Il a été fait appel, pour la première fois à Mari, à Mohammed Muftah, pilier de missions allemandes depuis les années soixante-dix pour la recherche de la brique et la fouille fine : sa compétence technique rare et son intelligence du terrain, sensible tant à la stratigraphie qu’aux volumes architecturaux, nous ont été très précieuses. François Pons, photographe, était là surtout pour assurer une couverture photographique générale du matériel de Mari dans les musées syriens, mais a également prêté son concours à Mari, sur la fouille et pour les objets. Outre les observations et réparations prévues dans le cadre de la restauration, Mahmoud Bendakir, architecte du CRATerre, a assuré la mise en place et la maintenance de la bâche de protection du chantier de l’Enceinte Sacrée.

3Ont séjourné quelques jours à la Mission : Marta Luciani, alors doctorante, pour examiner la céramique ; Valérie Bader, alors en cours de maîtrise, pour étudier celle de Mashnaqa entreposée à la maison de fouille sous la responsabilité de Dominique Beyer ; Alain Hurstel, responsable du comité d’entreprise d’Alcatel Business System à Strasbourg et qui a aidé à la réalisation de la première édition du Guide de Mari, avec sa fille Joëlle.

4La Mission a reçu les visites de M. Limon, conseiller culturel, et de son épouse ; du professeur Barthel Hrouda, accompagné de Mmes Eva Strommenger et Agnès Spycket ; de M. Jacques Picard, de l’IFEAD ; de M. et Mme Farah avec leur fille Mariam ; Dominique Beyer, membre de la Mission et directeur de la mission de Mashnaqa, est venu passer un jour. Un groupe de cinéastes (firme Champs/Contrechamps) est venu filmer quelques séquences.

J.-C. M.

A. OBJECTIFS

5Cette campagne n’entre pas dans le rythme biennal des activités de la mission archéologique de Mari ; il s’agit d’une fouille d’urgence, conduite avant la mise en œuvre des travaux de consolidation du Palais de l’époque des Dynasties Archaïques – naguère appelé présargonique, dit maintenant palais de la Ville II de Mari. En effet, ceux-ci sont la conséquence du programme de recherche mené depuis 1989 par le CRATerre de Grenoble en association avec la mission archéologique de Mari ; la conclusion prochaine de ce programme a fait envisager d’importants travaux de soutènement et de préservation dans l’espace central de l’Enceinte Sacrée, travaux qui risquaient, par l’installation d’un réseau de drainage souterrain, d’interdire définitivement toute recherche archéologique dans ce secteur.

Fig. 1 – Plan du site : chantiers ouverts en 1994

6Or, l’importance de ce bâtiment n’est plus à démontrer, puisqu’il s’agit du cœur d’un temple, sans doute le plus grand de la cité, incorporé dans un palais : c’est tout le problème de la nature du pouvoir royal à l’époque des premières dynasties et de ses liens avec l’univers religieux qui est posé par cette association, laquelle apparaît comme un exemple unique dans l’univers syro-mésopotamien de la première moitié du IIIe millénaire. Dans le cadre du programme des recherches conduites à Mari, il apparaissait indispensable de connaître, avant le blocage définitif du secteur par les travaux de préservation, la nature des installations qui ont précédé la construction de l’Enceinte Sacrée : temple ? palais ? autre ?

7À cette opération principale s’ajoutait un sondage au chantier F, destiné à chercher la limite occidentale du palais du DA III et à établir la stratigraphie de part et d’autre de la rue qui longe à l’ouest le palais du début du IIe millénaire, de façon à préparer la stratégie de fouille ultérieure.

8En outre fut menée une couverture photographique partielle des objets dans les musées.

J.-C. M.

B. CONDITIONS

9Le seul moment possible pour effectuer cette fouille d’urgence a été, pour diverses raisons, le mois de novembre, connu pourtant comme particulièrement pluvieux. Il a semblé néanmoins possible de courir le risque du mauvais temps. Malheureusement, les conditions climatiques ont été pires que ce que l’on pouvait craindre. La pluie était au rendez-vous dès le premier jour de la fouille et toutes les semaines il y a eu plusieurs jours de mauvais temps.

10En outre, il était impossible de prévoir la journée catastrophique du mercredi 16 novembre : ce jour-là, deux trombes d’eau se sont abattues sur la région, la première vers midi, la seconde entre 20 h et 22 h ; il est alors tombé entre 70 et 80 mm d’eau à Mari même, soit la moitié de la moyenne annuelle ! Les dégâts occasionnés sur le champ de ruines ne sont pas évaluables ; le lendemain, les différents secteurs de fouille étaient complètement inondés et un grand nombre de murs se sont effondrés sous l’action de sape des eaux (fig. 6).

11En prévision d’un mauvais temps possible, j’avais fait installer une bâche équipée d’un système d’évacuation des eaux à l’emplacement de la fouille principale dans l’Enceinte Sacrée. Elle a dans l’ensemble parfaitement fonctionné et permis la poursuite de la fouille en dépit des pluies, mais la seconde trombe du 16 novembre a été si violente que l’évacuation de l’eau n’a pu être assurée, que des poches se sont formées et que la bâche a craqué sous le poids des eaux accumulées. Le chantier a alors été inondé sur une hauteur de plus de 80 cm. Il a fallu vider l’eau avec une pompe, puis enlever une grosse couche de boue et, grâce à cela, il a été possible de n’arrêter le chantier qu’un seul jour. La bâche a été réparée et a continué à permettre la fouille sans aucune interruption, malgré des pluies épisodiques, jusqu’à la fin de la campagne (fig. 7).

J.-C. M.

C. CHANTIER F : RECHERCHE DU MUR D’ENCEINTE OCCIDENTAL DU PALAIS DU DA III (III J 1 ET III K 1 NO)

12Il s’agit d’une opération secondaire destinée :

  • à vérifier la présence ou l’absence du mur d’enceinte occidental du palais du DA III sous celui du palais du début du IIe millénaire ;

  • à préparer la stratégie de la campagne de 1995. Devant la profondeur que commençait à prendre le sondage, sa largeur fut étendue d’un mètre vers le sud pour plus de commodité.

I. Enceinte

13L’enceinte du palais du IIe millénaire est très profondément fondée ; en forme de cuvette aux parois assez raides, la fondation s’enfonce sur une profondeur de deux mètres, et sa largeur excède d’un mètre de part et d’autre la superstructure. Le comblement de la fondation est une alternance de terre pisée et de lits de briques d’une assise chaque. Le poids de la superstructure de l’enceinte les a fortement incurvés. Les lits de briques, au nombre de quatre, sont d’autant moins bien agencés qu’on est proche de la base, et font office de bourrage plus que de maçonnerie (fig. 2).

14Sous le fond de la tranchée de fondation apparaît le sommet d’un mur (fig. 3), dont l’épaisseur est encore inconnue (elle est supérieure à 2,60 m) ; son bord ouest est en retrait par rapport à l’enceinte du IIe millénaire, et son bord oriental se situe à l’est de la limite de notre sondage, sous la salle 72 du palais du IIe mill. ; son alignement est sensiblement identique à celui de l’enceinte supérieure, mais légèrement décalé vers le sud-ouest. Ses briques sont de format rectangulaire (25-26 x 50-52 x 10 cm), dans une argile jaunâtre très fine et sableuse, différente de l’argile de l’enceinte supérieure : dans la portion de notre sondage, celle-ci est brun rougeâtre, dense, à dégraissant de paille et nombreuses inclusions de toute nature (tessons, os, objets fragmentaires). La tranchée de fondation de l’enceinte du IIe millénaire a taillé en biseau le rebord ouest du mur inférieur, qui possédait un renforcement de blocs de gypse. Ses dimensions font bien sûr songer à l’enceinte d’un palais précédent, sans que l’on puisse dire encore s’il s’agit du palais du IIIe millénaire ou du niveau intermédiaire repéré en certains sondages dans le palais.

Fig. 2 – Coupe en travers de l’enceinte du palais du IIe millénaire. Paroi sud

Fig. 3 – III K 1 NO. Mur sous les fondations de l’enceinte du palais du IIe millénaire. Vue de l’est

II. Salle 72 : extension

  • 1 Cf. III K 1, rapport préliminaire de 1993, chantier F, dans Akh Purattim 1, p. 16-18.

15En redégageant un mètre supplémentaire de la salle 72, nous avons retrouvé la cuve de terre cuite encastrée dans le pavement qu’avait laissée Parrot, puis nous avons enlevé le dallage de tabuk ; le sous-sol de cette salle d’eau est constitué d’une couche de terre damée d’une vingtaine de centimètres, placée à cheval sur la fin du radier de galets de l’enceinte1. La préparation du sol sous les galets consiste en une couche d’un mètre de terre compacte pure d’inclusions, dans laquelle fut creusée la fosse destinée à recevoir les éléments du puisard de la salle ; l’élément supérieur est calé au sommet par des galets, et à sa base par une chemise de tabuk fragmentaires disposés en rayons, sur plusieurs assises. La couche compacte de préparation précéda aussi le creusement de la tranchée de fondation de l’enceinte ; elle aurait pour fonction un nivellement par comblement de la surface du palais du IIIe millénaire, avant le début des travaux de fondement du nouveau palais.

III. La rue

  • 2 Cf. le rapport préliminaire de 1993, chantier F, § « Les carrés implantés à l’emplacement du Grand (...)

16Afin de faciliter la fouille des niveaux antérieurs à la Résidence2, les fondations 4, 5 et 6 (moitié nord) furent démontées.

Fig. 4 – III J 1. Niveau du IIIe millénaire, Ville II, quartier résidentiel. Les installations reportées dans le quadrant NO sont de type « squatter ». Au sud-ouest, le plan représente un niveau de destruction. En blanc, les murs de fondation de la Grande Résidence du IIe millénaire

17Les murs de fondation de la Résidence ont été installés dans une zone non bâtie qui servait de cimetière ; creusées dans une terre rougeâtre et cendrée, trois tombes en pleine terre furent retrouvées, l’une sous le mur 9 (III J 1 NO T-1), la seconde à l’angle des murs 6 et 7 (l’absence de squelette dans les limites du sondage fit que l’on ne lui attribua pas encore de numéro), la troisième sous la rue du IIe millénaire (III J 1 NO T-2) ; elles étaient accompagnées de nombreux vases d’offrande contenant parfois des ossements animaux, de bijoux de bronze, et de sceaux-cylindres (dans un cas) ; des fibres calcinées sous les ossements laissent penser que les corps étaient placés dans des enveloppes de matière végétale.

18La terre dans laquelle furent placées ces tombes est une couche d’érosion succédant à une violente destruction, dont on retrouva la base 80 cm sous le fond des tombes ; de la vaisselle céramique écrasée, des briques brûlées effondrées, des fragments d’enduit mural et de toiture calcinés jonchent une surface recouverte de cendres noires et de charbons. Aucun alignement de mur n’a pu être repéré dans les limites du sondage. La base même de cette occupation n’est pas tout à fait plane et se posa sans nivellement sur la surface lessivée de la ruine du niveau précédent.

19Ce niveau sous-jacent (fig. 4) est un secteur d’habitat (à mettre en relation avec le niveau Ville II), formé de petites pièces, s’alignant du nord au sud le long d’un axe d’orientation identique à la rue du IIe millénaire, quoique déviant un peu vers le sud-ouest (décalage repéré aussi dans l’orientation des deux enceintes de palais, cf. supra). Le sol de ce niveau n’est pas encore atteint, ni le niveau de rue correspondant ; les murs sont conservés sur une assez bonne hauteur (au moins un mètre et demi). Les murs de cet ensemble ont une largeur de trois briques rectangulaires, d’un module de 18-21 cm sur 34 cm, (soit une soixantaine de centimètres) et sont enduits à l’argile sans paille sur une épaisseur de 3 cm. La dégradation du mur, plus forte au sud qu’au nord, semble indiquer que la pente de la rue constatée au IIe millénaire existait déjà alors, plus accentuée. Ce niveau semble avoir connu une destruction violente, marquée par des plages de cendre, puis une lente usure suite à un abandon, au cours de laquelle se sont effondrés des pans de murs ; dans chacune des pièces on note des briques tombées et de grandes plaques d’enduit de djuss ; la face extérieure (sur la rue) de l’un des murs porte la trace d’un sillon qui a sapé sa base et a provoqué l’arrachement et la chute de la moitié de son épaisseur (fig. 5). Au terme de l’érosion, la ruine s’était à peu près nivelée ; auparavant, au cours du processus de dégradation des murs, tandis que certains murs s’étaient effondrés et d’autres non, des traces d’une occupation de type « squatter » se décèlent par le creusement de foyers, de tannour et de petites fosses-dépotoirs dans des surfaces irrégulières (fig. 4, quadrant NO).

20Pour résumer, les fondations de l’enceinte du palais du IIe mill. sont venues s’installer à l’époque où le secteur était un cimetière ; elles ont tranché deux niveaux d’habitation ruinés, puis la surface extérieure (la rue) fut exhaussée en même temps qu’était élevée la superstructure de l’enceinte pour assurer une assise stable à la rue. Elles ont donc interrompu la connexion stratigraphique entre l’enceinte inférieure et le quartier d’habitation contemporain, mais le plus vraisemblable, d’après les altitudes respectives de ces deux ensembles, est de mettre l’enceinte inférieure en relation avec le dernier niveau dégagé, dont nous ne possédons pas encore les sols.

E. C.

Fig. 5 – III J 1 NE. Quartier résidentiel du niveau Ville II. Pan de mur effondré sur la rue. Vue de l’est

D. CHANTIER DE L’ESPACE CENTRAL DE L’ENCEINTE SACRÉE (Pec)

21Objectif principal et opération majeure de la campagne, l’étude des couches inférieures de l’espace central de l’Enceinte Sacrée a concentré tous les efforts. Selon les endroits, on s’est enfoncé jusqu’à 5,50 m de profondeur (1,50 à 2,50 m seulement en Pec III-IV sud).

  • 3 Sommet de la couche vierge : ∆ 171,77.
  • 4 Cf. Margueron 1987, p. 22 : ∆ 171,64 pour la base de la couche 18.

22Le premier sol de la cité, qui repose directement sur la terre alluviale, a été retrouvé en ce lieu à ∆ 171,83 m et immédiatement dessous affleure la nappe phréatique3. Il convient de noter que celui-ci se trouve ici 80 cm en moyenne sous le niveau actuel du plateau holocène à proximité du tell, ce qui confirme qu’un remblayage a affecté la plaine depuis le moment de la fondation de la ville ; d’autre part il a été repéré une vingtaine de centimètres plus haut que le sol le plus ancien retrouvé au chantier B4.

I. Organisation du chantier

1. Carroyage et nomenclature (fig. 8 et 9)

23L’abréviation en usage (Pec) signifie : Palais, espace central, et a été rendue nécessaire parce que la nomenclature d’enregistrement sort du système en vigueur à Mari depuis 1979.

  • 5 Ceux-ci s’avèrent inégaux dans la pratique, cf. infra § II.

24En effet, il était prévu que la fouille se fît à l’aplomb des murs de l’espace central ; or l’orientation de ceux-ci ne coïncide pas avec le carroyage général du site, et en outre l’espace à fouiller se trouvait inégalement réparti sur quatre carrés (soit seize quadrants en théorie, douze en réalité). Le système habituel d’enregistrement s’avérait par conséquent, ici, complexe et sujet à erreurs ; c’est pourquoi la zone de fouille théorique (c’est-à-dire comprise entre les murs de l’espace central) a été subdivisée, selon ses axes médians, en quatre secteurs (Pec I à IV) à peu près équivalents5. Installations et objets se succèdent ainsi en numérotation continue dans chacun des quatre secteurs.

2. Procédures de fouille

25Une bonne organisation de ce chantier, situé au cœur d’un grand bâtiment, impliquait :

  • qu’il soit possible de circuler tout autour de la zone de fouille afin de faciliter l’évacuation des terres ;

  • que l’on stocke les terres à proximité immédiate du lieu de son extraction, de façon à faciliter le comblement immédiat de la fouille une fois celle-ci achevée.

26Il n’était pas question en effet de laisser béante l’excavation réalisée, d’une part pour des raisons de sécurité, d’autre part parce que ce secteur fait normalement partie du circuit touristique. Il a donc été décidé de stocker la terre dans les différentes salles qui environnent l’espace central. C’est pourquoi le centre du palais du IIIe millénaire a été interdit de visite pour les touristes pendant toute la durée de la campagne.

II. Évolution de la fouille et extension du chantier

1. Les limites initiales du chantier

27La zone de fouille a été limitée, au départ, à un rectangle d’environ 10 m sur 13 m (fig. 9), des banquettes de circulation ayant été réservées le long des murs ouest, nord et est et correspondant très approximativement à la bordure interne des allées bitumées de P-2 ; seul le mur sud de l’espace central a constitué la limite du front de fouille – au cas où l’on aurait retrouvé dans les niveaux inférieurs la même organisation de l’espace architectural qu’en P-3/P-2/P-1/P-0/palais terminal.

2. Diminution progressive de l’aire fouillée

  • 6 Cf. Parrot 1972, en particulier fig. 6 p. 289 (ici fig. 13) et fig. 9 p. 293 ; cf. également Margue (...)
  • 7 Mur 9 devenant 22 en phase E, au nord-est ; murs 23 au nord-ouest, cf. fig. 17 et 20.

28Au fur et à mesure que la progression des travaux l’a permis ou l’a nécessité, l’espace de fouille a été réduit ; au terme de la campagne a été explorée une aire d’environ 5 sur 5 m (fig. 10). En effet, en raison de la présence, en Pec IV, d’une surface-témoin du sol de P-2 laissée par André Parrot au cours de son sondage de 19726 et d’un palier d’évacuation ménagé dans le prolongement occidental de celui-ci, l’aire fouillée s’est trouvée, de facto, cloisonnée en deux parties, nord et sud. Cette dernière s’est avérée trop exiguë et ses résultats trop peu significatifs pour devenir un sondage-pilote ; au contraire, elle fut abandonnée à partir du 16 novembre au profit de la partie nord. Celle-ci avait déjà été restreinte par la présence d’une succession de murs7 prenant en écharpe les angles septentrionaux de l’aire explorée et qui, faute de temps, n’ont pas été démontés ; Pec I est oblitéré en outre par la fausse paroi à l’aplomb du mur 21. La succession des murs 20 a suscité ensuite une autre limite de fouille, au nord du témoin de sol de P-2 (fig. 11), la dernière ayant été fixée par des installations à l’est de Pec III T-3 (fig. 12). La découverte des tombes en coffrages de briques crues en Pec II a en définitive réduit les dernières investigations à une bande de 2,20 m sur 5 m, et enfin le sondage destiné à vérifier que le sol généralement dit vierge (ici dénommé sol originel) avait été atteint mesurait 1 m sur 2 m (cf. fig. 10).

3. Les cadres altimétriques de l’exploration

29La fouille a commencé sensiblement au niveau des allées dallées de P-2 (∆ 177,10 m en moyenne) ou un peu en dessous. En effet il a fallu commencer par déterminer quel niveau avait atteint André Parrot au cours de sa fouille de 1972. Il s’est avéré que son sondage, réalisé à l’aplomb des allées bitumées de P-2, n’avait pas touché la moitié septentrionale de l’espace. Quant à la moitié méridionale, elle se divisait en deux paliers :

  • tout au sud, une bande large de 3,50 m à 4 m avait atteint ∆ 175,10 m environ ;

  • au centre, une bande large de 3 m environ, englobant le puisard provenant du Grand Palais Royal du début du IIe millénaire, avait été fouillée inégalement : jusqu’à ∆ 175,80 m environ dans la moitié ouest, et jusqu’à ∆ 175,25 m environ dans la moitié orientale (fig. 13).

30Mais il avait fallu enlever le recomblement important qui s’était formé depuis. En particulier, l’écroulement des deux supports des fondations des piliers de P-0, vers 1985-1986, avait entraîné une forte surélévation du niveau atteint par les fouilles anciennes. De plus, l’érosion naturelle et les passages répétés des touristes sur les allées bitumées du niveau P-2 ont entraîné l’effondrement d’une bonne partie de celles-ci dans l’ancienne fouille. Mais les travaux conduits par le CRATerre en 1993 avaient permis de retrouver la base de la construction du mur méridional vers ∆ 175,74 m. La situation de démarrage était donc très chaotique (fig. 14), et il n’est pas étonnant que ce soit dans la bande méridionale que soient apparus en premier les vestiges antérieurs à la séquence des palais.

III. La séquence stratigraphique

1. Les couches les plus anciennes : la Ville I

31La succession stratigraphique repérée débute avec la fondation de la ville et se termine par une rupture importante (arasement à ∆ 175 m) avant la construction du palais du DA III.

a) Caractéristiques générales

32Cette rupture se décèle non seulement par un arasement brutal, mais aussi par une orientation des murs davantage gauchie par rapport aux points cardinaux que celle de l’Enceinte Sacrée. Ces murs sont conservés sur une faible hauteur (d’une ou deux à six ou sept assises) et leur largeur oscille le plus couramment entre 40 et 75 cm : ce n’est pas une architecture monumentale. La nature des couches, essentiellement cendreuses ou franchement charbonneuses, sur une épaisseur de 3 m, indique une intense activité artisanale de cuisson ou de fusion.

  • 8 Elles peuvent aller de quelques centimètres à une quarantaine.

33Une stratigraphie extrêmement serrée présente des couches épaisses d’une vingtaine de centimètres en moyenne, souvent d’une dizaine seulement8, affectées de dénivellations et de pendages fluctuants, qui de façon globale vont plutôt en descendant de l’ouest ou du nord-ouest vers l’est. Leur épaisseur n’est pas constante, parfois elles se chevauchent ou se fondent l’une dans l’autre. Elles n’ont pas toujours pu, au moment de la fouille, être mises en relation avec les murs.

34En effet, la faible hauteur conservée de ceux-ci, l’absence de portes et d’enduit ne permettent pas de décider si ce sont des murs ou des fondations ; faut-il dès lors leur associer seulement les sols repérés près de leur niveau d’arasement, ou aussi ceux qui viennent buter contre leur parement, étant donné qu’aucune tranchée de fondation n’a été repérée (excepté pour le mur 29 de la phase B-3, cf. fig. 10 et 15), ou encore les surfaces sur lesquelles ils sont posés ? On ne peut pas donner de règle générale, les trois cas de figure doivent être envisagés et on a considéré que la surface sur laquelle un mur semble posé à cru est déjà à rattacher à celui-ci.

b) La succession des couches

35Ce n’est pas le lieu de détailler les dix sols ou surfaces d’accumulation, numérotés dans l’ordre de leur mise au jour – et qui se chiffrent en fait à 13, car certains ont été dédoublés – et regroupés en 8 phases désignées de A (première occupation) à H (dernière phase conservée, arasée), dont certaines comportent des sous-phases.

  • La ville repose ici sur un limon argilo-sableux (fig. 16) tout à fait identique à celui qui avait été observé à la base du chantier B, ici à une altitude légèrement supérieure (∆ 171,77 contre 171,42 m en B).

    • 9 Cela fait penser au cimetière contemporain de Kheit Qasim, cf. Forest 1980.

    La première strate est formée par des tombes, encloses dans des coffrages de leben construits en grande partie au-dessus du sol originel grâce à un remblaiement, et placées les unes contre les autres9 ; la surface associée à ces tombes, une couche argileuse rouge, forme le treizième sol repéré depuis le sommet de la Ville I (fig. 22 et 23).

  • À partir du sommet de ces tombes, on a pu dénombrer 12 sols ou surfaces d’occupation associés à des restes architecturaux et à des installations. Les sols d’occupation sont généralement faits d’une argile beige, orange ou jaune au départ, mais les installations à feu et les activités quotidiennes ont accumulé des couches de cendres et de terre charbonneuse très noire ainsi que diverses scories ou déchets de cuisson (cf. fig. 15 et 16).

  • Ce sont les phases les plus récentes de cette séquence (C, E-2, F surtout cf. fig. 17, éventuellement H), qui laissent voir les ensembles les plus cohérents de fragments de murs.

  • Un arasement général, situé régulièrement à la cote de 175 m, a – si l’on en croit les tombes Pec III T-1 et T-2, trouvées immédiatement en dessous –, tronqué les superstructures de la dernière phase de la Ville I.

2. Les couches supérieures : base des palais du DA III/Agadé (Ville II)

  • L’horizontalité presque parfaite de cet arasement (fig. 18 et cf. fig. 15) laisse entendre qu’il ne résulte pas, ou pas seulement, d’une érosion naturelle, mais certainement d’une intervention humaine.

  • Il est surmonté d’une couche épaisse de 0,90 m à 1,30 m d’une terre dense, tassée, où peuvent être observées des strates obliques discontinues, cendreuses ou argileuses, dont le fort pendage fait penser que des paniers ont été déversés pour former un comblement volontaire, dont le sommet a ensuite été égalisé (fig. 18). On a là l’indice que l’arasement volontaire a été suivi d’un exhaussement dont la régularité suppose un nivellement, voulu lui aussi, sur lequel ont été édifiées les bases des monuments de la Ville II.

  • Au-dessus de cette couche de préparation, on observe une couche de leben concassés (∆ 176 m à sa base), surmontée d’une strate de terre tassée très régulièrement, et certainement volontairement, qui forme le substrat du sol de P-3.

  • Une succession identique surmonte ce premier sol d’occupation du Palais du DA III : leben concassés puis couche épaisse de terre tassée, substrat du sol de P-2.

36Ce sol marque le point de départ de la recherche stratigraphique engagée en ce lieu au cours de cette campagne.

IV. L’architecture

37Dans ce contexte d’une faible extension horizontale de la fouille et d’un laminage très sévère des niveaux architecturaux, dont il faudra déceler la raison, il y a peu à dire de l’architecture.

38Le matériau de base est une brique rectangulaire jaune clair, faite à partir des limons d’origine, mélangée à de la paille ; graviers, tessons et autres intrusions sont pratiquement inexistants. Le format le plus courant est 20 x 40 x 8 cm environ.

39Les murs sont conservés en moyenne sur trois à quatre assises, plus exceptionnellement sur une dizaine (mur 27 à l’ouest de Pec III T-3, cf. fig. 12). L’épaisseur des murs varie de 20 cm, soit la largeur d’une brique, à 1 m pour le plus important qui ait été rencontré (mur 29, cf. fig. 10). Le mode de pose des briques met en œuvre le système où alternent panneresses et boutisses.

40L’organisation architecturale nous échappe parce que nous n’avons retrouvé aucun ensemble complet et aucune relation au niveau des sols : pas de porte, ni de seuil (sauf peut-être dans un cas, mais qui reste incertain, dans le mur 11, cf. fig. 17). Tous les murs, sans exception, ont été retrouvés dépourvus d’enduit, soit que l’érosion l’ait fait disparaître, soit qu’il faille considérer ces premières assises comme étant en fondation ; on peut en tout cas le vérifier pour les deux murs les plus imposants : le mur 29, où a été décelée une tranchée de fondation (cf. fig. 15 et fig. 22), et sans doute le mur 27, contre lequel a été creusée la tombe Pec III T-3 (fig. 12).

41L’orientation des murs, sensiblement sud-ouest - nord-est et nord-ouest - sud-est comme on l’a vu, est constante et conforme à celle des premières tombes. Certains murs se sont superposés pratiquement au même endroit au cours de toute la séquence stratigraphique : le mur 23, au nord-ouest, est repris sur quatre phases qui atteignent 1 m de haut (cf. fig. 15 et 17) ; il en va de même pour la séquence 9-22 (fig. 22), au nord-est, qui s’élève sur 1,25 m (sommet de 9 : ∆ 174,98, base de 22 ter : ∆ 173,74) ; à un moindre degré, le mur 20, en Pec IV (cf. fig. 11 et 17), ne comporte que trois phases sur une hauteur proche de 1 m – mais sa base n’a pas été recherchée (sommet 174,72, base de 20 ter non atteinte, fouille jusqu’à ∆ 173,77 m). Ces murs délimitent une aire d’environ 8 m sur 5,50 m où ont été dégagées la plupart des installations ; à l’occasion, un mur transversal divise cette aire en deux (cf. fig. 11 et 17).

V. Les installations

42Il s’agit principalement d’installations à feu que l’on peut ranger sous deux catégories :

  • d’une part deux fours à céramique retrouvés dans les niveaux supérieurs (cf. fig. 17 et 19 et fig. 20) ;

  • d’autre part à tous les niveaux et sur tous les sols, des foyers circulaires ou allongés (cf. fig. 12), parfois de grandes dimensions (les plus grands peuvent atteindre 3 m ou plus à la phase B). Certains sont associés à des tabuk, ou creusés en fosse, en général d’une dizaine de centimètres de profondeur, mais l’un d’eux, dans un contexte particulièrement charbonneux, atteint une quarantaine de centimètres (Pec I-45, phase C, sol 6-a, fig. 21 et cf. fig. 11 et 16). La masse des sous-produits de la combustion est importante et a provoqué chaque fois une élévation du niveau des sols, ce qui prouve que l’usage de ces foyers a été intensif.

43S’ajoutent à cela des bases de cuisson repérables à la terre durcie qui les compose, des fonds de jarres, des tannour en céramique qui témoignent plutôt d’activités domestiques (cf. fig. 17 et 20).

44Des compartiments en briques crues – ou même aux parois modelées à la main, comme Pec IV-21 –, de dimensions variées, laissent plus dubitatif quant à leur usage. L’intérêt majeur de l’un d’eux (Pec II-53), est d’être associé au foyer en fosse Pec I-45 : sorte de coffre rectangulaire très allongé (3,70 m x 0,90 ext., 3,20 x 0,40 int., 40 cm de profondeur environ), aux parois continues mais sans fond ni couverture, il était malheureusement vide de tout matériel caractéristique (cf. fig. 11). Deux autres en revanche (Pec I-54 et 55, cf. fig. 20), de longueur similaire, mais plus larges, profonds d’une trentaine de centimètres, situés au même niveau que le four à céramique Pec II-24 (phase G, sol 2-a), contenaient un abondant matériel relevant du travail de la terre autant que de la métallurgie.

45Dès lors la vocation artisanale de ce quartier ne semble pas faire de doute, ce que confirme la nature du matériel (cf. infra, § VII).

B. M. et M. M.

VI. Les tombes

46Sept tombes ont été mises au jour ; trois appartiennent au niveau originel, une à la phase B, une à la phase E-2 et deux (jumelées) à la phase H, la plus récente de la Ville I.

1. Tombes de la phase A (Pec II T-1, T-2, T-3) [fig. 22 et 23]

  • 10 Cf. fig. 10 : il faut en ajouter une sixième sous le mur 29, qui n’avait pas été comprise immédiate (...)

47Trois seulement des cinq banquettes repérées au moment de la fouille10, étagées en paliers ascendants vers le nord - nord-est, ont été ouvertes et ont livré des inhumations totalement dépourvues de mobilier. Les squelettes étaient couchés sur le côté droit, membres repliés : deux enfants de dix à treize ans en T-3, un enfant aux ossements en mauvais état en T-1, un homme adulte de grande taille (1,85 m) en T-2. Le coffrage en maçonnerie qui les abritait était constitué de parois de trois à cinq assises et d’une couverture plate d’une assise de briques crues. La banquette de T-1, comme les deux qui lui étaient contiguës au nord-est, était revêtue d’un enduit argileux rouge, lequel couvrait également le fond de la tombe. Alors que le fond de T-2 se trouvait au niveau du limon vierge et par conséquent a été rapidement atteint par la remontée de la nappe phréatique, celui des deux autres tombes était plus ou moins surélevé par un remblaiement qui, pour T-3, semble avoir été creusé.

Fig. 6 – Pompage à la suite des pluies diluviennes du 16 novembre 1994

Fig. 7 – Mise en place de la bâche de protection au-dessus de l’espace central, en début de campagne

Fig. 8 – Plan du niveau P-2

Fig. 9 – Plan schématique de correspondance entre les limites de fouille, situées sur le bord interne des allées bitumées, sauf au sud, où elle se situe à l’aplomb du mur, et le carroyage établi par J.-Cl. Margueron en 1979

Fig. 10 – Le sondage dans son extension finale, avec les foyers de la seconde phase d’occupation (B-1) directement posés sur les coffrages de tombes

Fig. 11 – Le sondage à mi-campagne, avec en particulier le foyer métallurgique en fosse Pec I-45 et le coffre Pec II-53 (phase C-2)

Fig. 12 – Le sondage dans son extension presque maximale, limité seulement au nord par les murs d’une phase récente de la Ville I (phase F)

Fig. 13 – Sondage de l’espace central effectué par André Parrot en 1972, laissant de P-2 les allées bitumées et un témoin de sol avec les dalles à libations

Fig. 14 – Angle sud-est de l’espace central : état avant le début de la fouille de 1994 (le témoin de P-0 avait été enlevé par André Parrot ; la maçonnerie à la base du mur méridional est une restauration effectuée en 1993 par M. Bendakir, CRATerre)

Fig. 15 – Relevé de la paroi nord, état final de la fouille (cf. fig. 10)

Fig. 16 – Accumulation des couches charbonneuses sous le mur 21 (à gauche) et sondage dans le limon originel, en bordure des banquettes funéraires, mettant en évidence la ligne de démarcation de celui-ci à ∆ 171,82 m (l’altitude de 171,24 m sur la fig. 10 correspond à la base du sondage)

Fig. 17 – Phase F avec base de cuisson improprement numérotée Pec I-16 dans le loc. D et four à céramiques Pec IV-24 au sud. En Pec III, autres aires à tannour

Fig. 18 – Paroi sud avec, à gauche, dispositif de consolidation et de ventilation moderne (maçonnerie avec bouches d’aération, drain de galets de ventilation) et, à droite, stratigraphie : sous la base du mur de P-2, couches de préparation, en pendage, de terres déversées en remblaiement au-dessus de l’arasement de la Ville I, nivelé à Δ environ 175 m (cf. l’affleurement des tombes
Pec IV T-1 et T-2 visibles ici, phase H). À gauche, mur 6 de la phase E-1

Fig. 19 – Base de cuisson et four à céramiques de la phase F, vue vers le sud

Fig. 20 – Phase G : « coffres » Pec I-54 et 55 et four à céramiques Pec II-24

Fig. 21 – Foyer en fosse (de métallurgie) Pec I-45 (associé au « coffre » Pec II-53, non visible), au-dessus duquel on peut lire une accumulation de couches charbonneuses (cf. fig. 11 et 16). Vue vers le nord-ouest

Fig. 22 – Les banquettes funéraires ouvertes : tombes de la phase primitive (A) Pec II T-1 à T-3 ; au second plan, mur 29 (fondation) posé sur une autre banquette qu’il cache (phase B-3) ; au troisième plan, mur 9 (phases F et G). Vue vers le nord-est (cl. F. Pons)

Fig. 23 – Les tombes de la phase primitive (coupes, perspective et plan)

48Ce qui frappe, c’est le regroupement organisé de cet ensemble où étaient ménagés des espaces de circulation, les tombes existantes servant à adosser les suivantes, ceci n’étant possible que grâce à la similarité de leur gabarit (1,50 m x 2 m environ) et de leur orientation nettement sud-ouest/nord-est.

2. Tombe de la phase B (Pec I T-1)

49Touchant le premier sol mais introduite de plus haut, cette tombe d’enfant (très mal conservée, quelques ossements) était pourvue d’un mobilier constitué d’un bol et d’un vase.

3. Tombe de la phase E-2 (Pec III T-3)

  • 11 L’usage du cercueil n’est pas encore attesté de façon certaine à cette époque.

50De situation stratigraphique délicate – adossée au mur 27 au niveau de ses fondations, et vraisemblablement creusée alors que les superstructures de celui-ci étaient déjà effondrées, l’un et l’autre scellés par le sol 3 –, elle était circonscrite en outre par deux murets d’une orthogonalité plus qu’approximative, la cloison sud se perdant dans le palier d’évacuation (cf. fig. 12). À côté du squelette – un adolescent couché sur le côté droit, bras et jambes repliés –, et en dessous de lui, des vestiges de bois11. Derrière lui, des ossements de capriné, derrière son crâne, un vase à deux goulots (fig. 24) ; un second vase et des objets (un coquillage percé, un collier de 272 perles plates en gypse, une hache et un ciseau en cuivre) complètent le mobilier dont le défunt était entouré dans sa tombe. On peut se demander si la jarre Pec III-40 et la mâchoire animale placée juste à côté (Pec III-41), posées sur le sol scellant cette tombe, juste au nord-est de celle-ci, n’y seraient pas associées.

4. Tombes de la phase H (Pec III T-1 et T-2)

51La maison qui abritait ces tombes en sous-sol a disparu dans l’arasement général de la Ville I (cf. supra, § III-1-b) ; il est probable que leur couverture n’ait été constituée, comme pour la précédente, que par le sol de terre qui les scellait. La construction des parois – celle du sud se trouve au-delà de l’aire fouillée –, sur 6 ou 7 assises de briques crues, forme deux compartiments, séparés par une cloison mitoyenne (fig. 18).

  • 12 L’enfant plus grand de T-2 est le seul à avoir le bras droit allongé.

52Le premier (T-1) est occupé par le squelette d’une femme de vingt à vingt-cinq ans, le second (T-2) renferme une inhumation double : deux enfants, l’un de deux ans (au sud), l’autre de neuf à dix ans. Si les membres fléchis sont un point commun12, en revanche la position de la jeune femme de T-1, sur le côté gauche, est une exception et peut paraître intentionnelle, comme si elle regardait vers les deux enfants – les siens ? –, unis par l’inclinaison de la tête du plus grand appuyée contre celle du petit (fig. 12, 17, 20, 25).

  • 13 Type Chank (famille des Vasidae).

53Pour tout mobilier, T-2 ne contenait qu’un bol ; T-1 était beaucoup plus riche : outre des ossements animaux et cinq céramiques, un coquillage marin scié longitudinalement13, un petit coquillage et 26 perles cylindriques en pierre rouge (bracelet). L’un des vases, à panse carénée, avait la particularité d’être enveloppé dans une vannerie, le tout enrobé de djuss – le coquillage marin y était également enchâssé – et placé devant la tête de la défunte.

M. J.-M.

VII. Le matériel

1. Matériel des coffres Pec I-54 et 55 (phase G)

54En dehors du mobilier funéraire, la fouille n’a pas été très riche en objets, à l’exception de ce qui a été retrouvé dans deux coffres allongés de la phase G (Pec I-54 et 55, cf. supra, § V et fig. 20), qui ne sont pas des tombes puisqu’aucuns ossements humains n’y ont été recueillis.

55Le premier contenait, outre quelques ossements animaux, deux objets en cuivre – un poignard et une épingle – et du matériel céramique : deux supports et une tuyère Pec I-37, deux bols dont l’un rempli de bitume et un petit vase (fig. 26).

56Dans le second (Pec I-55, en partie engagé sous la berme occidentale, cf. fig. 20), le matériel était plus varié : trois vases encore, une petite coupe et un petit bol pour la céramique, à quoi il faut ajouter ce qui, à la réflexion, s’avère, malgré les apparences, plutôt une tuyère qu’un support exagérément fin et élancé (fig. 27) ; un petit bélier en terre cuite ; une figurine en terre crue entière et le tronc d’une seconde ; des perles en fritte, un anneau en columelle et deux épingles de cuivre. Quelle explication proposer sur ces deux coffres et leur contenu ?

Fig. 24 – Vase à deux embouts Pec III-56 (plus vraisemblablement élément de soufflerie de forge) appartenant au mobilier funéraire de Pec III T-3 (cf. fig. 12) [cl. F. Pons]

Fig. 25 – Pec III T-1 et aperçu sur Pec III T-2. Vue vers le sud-ouest

Fig. 26 – Contenu du « coffre » Pec I-54 ; remarquer le poignard et l’épingle en cuivre, ainsi que la tuyère fragmentaire (cl. F. Pons)

Fig. 27 – Contenu partiel du « coffre » Pec I-55 ; remarquer les épingles en cuivre ; le bol a été retrouvé effectivement posé sur ce qui semble malgré tout être une tuyère plutôt qu’un support (cl. F. Pons)

2. Outillage lithique : silex

  • 14 Coqueugniot, étude en préparation. Un poster, qu’il a présenté au 3ICAANE (Paris, 2002), stipule qu (...)

57Le seul matériel qui ait été retrouvé en abondance dans les différentes strates consiste en outillage lithique : on a ramassé quelque 90 lames de silex ou éléments de débitage, parfois avec des traces d’utilisation très nettes, certaines avec encore les vestiges de bitume de leur emmanchement. Une étude tracéologique est en cours pour définir l’utilisation qui a été faite de ce matériel14, avec l’espoir que des indications intéressant l’ensemble de l’installation pourront être obtenues.

3. Matériel en relation avec une activité métallurgique

58Les produits finis, sans être absents, ne sont pas fréquents hors coffres ou tombe : citons la pointe de javeline Pec I-18, située sur la plate-forme de leben au-dessus du coffre Pec I-54, et une aiguille (Pec II-50), sous le sol 5 bis, au niveau d’arasement de Pec II-53.

59En plus des foyers et couches charbonneuses, des indices plus ténus renforcent l’orientation métallurgique de ce secteur.

a) Tuyères

  • Outre Pec I-61, dans le coffre Pec I-55, dont la situation en support de bol nous avait d’abord induits en erreur quant à sa fonction,

  • il faut noter Pec I-37, dans l’autre coffre,

  • ainsi qu’un fragment au moins (interprété au moment de la fouille comme clou décoratif en terre cuite).

b) Élément de soufflerie de forge

60Le vase à deux embouts Pec III-56 de Pec III T-3.

c) Scories de cuivre

61Deux spécimens ont été reconnus.

d) Rognures de cuivre

62On en a répertorié une douzaine.

e) Fragments de creusets

63Un ou deux ont été repérés.

VIII. Datation

64La datation de la séquence stratigraphique observée pose quelques problèmes du fait de la rareté de matériel significatif. Cependant les principales formes céramiques rencontrées et un tesson de scarlet ware trouvé dans les couches bien stratifiées des niveaux supérieurs permettent de penser que l’ensemble de la séquence appartient au Dynastique Archaïque I et qu’aucune rupture significative n’y apparaît pour le moment entre les sols 1 et 10.

65C’est la couche de comblement, épaisse d’un mètre ou plus, qui marque une rupture réelle ; or celle-ci apparaît comme une couche de préparation pour le Palais de la Ville II – connu sous le nom de Palais Présargonique – construit au Dynastique Archaïque III et ayant vécu jusqu’à la fin de l’époque d’Agadé.

66Il semble donc que le Dynastique Archaïque II et sans doute une partie du III n’apparaissent pas dans ce secteur ; il est possible que ces couches aient disparu dans les travaux réalisés pour préparer le terrain du palais du DA III. Mais il est possible aussi, sinon vraisemblable, que ce lieu ait été abandonné pendant une période.

B. M. et M. M.

IX. Principales conclusions

67Les indices semblent donc mettre en évidence qu’une importante rupture a marqué l’occupation de cet endroit dans l’histoire de la cité entre cette séquence du DA I et la construction du palais DA III.

68Une autre observation vient confirmer l’idée d’une importante phase d’abandon, peut-être de longue durée. C’est la construction d’un sanctuaire à cet emplacement qui l’infère, car il est fort peu vraisemblable que, dans l’univers sémitique, l’on ait sciemment érigé un Lieu Très Saint sur un emplacement qui contenait des tombes. Il semble donc vraisemblable que les constructeurs du palais du DA III ont ignoré que des tombes se trouvaient en sous-sol et tout particulièrement le cimetière originel. Cette observation confirme celle que l’on a pu faire à propos du temple d’Ishtar qui a été installé aussi à l’endroit des grands tombeaux de pierre, comme si l’on avait oublié leur présence.

69Il convient de souligner maintenant que, pour la troisième fois, on constate à Mari l’érection d’un sanctuaire sur un emplacement qui n’en possédait pas dans la ville originelle : après le temple d’Ishtar, puis ceux d’Ishtarat et de Ninni-zaza, c’est maintenant l’Enceinte Sacrée qui apparaît comme une création religieuse ex nihilo. Or c’est au même moment que ces trois fondations ont eu lieu, c’est-à-dire au Dynastique Archaïque III. On doit donc souligner combien profondément cette phase paraît avoir transformé la cité des origines : cela n’a pu se faire qu’à la suite d’un long abandon du site, accompagné d’un oubli de ce qu’avait été la ville des premiers temps, ou encore à la suite d’un renouvellement complet de la population. Une fois de plus, les ruptures archéologiques significatives ne correspondent pas aux faits rapportés par les textes. Il conviendra d’en tirer toutes conséquences.

  • 15 On ne peut s’empêcher de les comparer à une installation assez semblable, en pierre, du désert orie (...)

70La nature de l’occupation qui a marqué en ce lieu les débuts de la ville doit aussi retenir l’attention : si les deux coffres signalés plus haut (Pec I-54 et 55) restent assez énigmatiques15, il est bien clair que, pendant toute la durée de la séquence chronologique retrouvée, c’est une vocation artisanale qui caractérise le secteur. Certes les limites de la fouille horizontale ne permettent pas de savoir s’il s’agit d’un quartier spécialisé dépendant d’un temple ou d’un palais, ou simplement d’un quartier artisanal installé dans cette partie de la ville.

J.-C. M.

E. LES OPÉRATIONS CONCERNANT LA CONSERVATION

71Le CRATerre, représenté sur le terrain par Mahmoud Bendakir, a poursuivi ses observations sur l’évolution des murs de briques crues ainsi que ses expériences sur les modes d’action possibles de réparation et de consolidation.

72Il a réparé les montants de la porte ouest XLVI-XLIX qui s’étaient écroulés sous l’action du sillon destructeur, en utilisant la formule du drain de galets secs extérieur au mur, doublé à sa base d’une couche de galets agglomérés par une barbotine de ciment, l’ensemble étant surmonté par des briques crues stabilisées avec 12 % de ciment. Un test concernant la composition de l’enduit a été réalisé sur ces murs.

73Un autre mur a été traité dans l’espace 31 du palais du IIe millénaire, connu sous le nom de cour Bleue. L’objectif est cette fois d’observer l’évolution d’un mur traité en même temps avec le chapeau absorbant et le système de drainage à deux niveaux expérimenté depuis 1993.

F. OPÉRATIONS COMPLÉMENTAIRES

I. Étude de la céramique

74L’étude de la céramique du chantier F, engagée en 1993 (hors campagne) par Nina Pons et Hermann Gasche a été poursuivie cette année au cours d’un séjour de quatre semaines qui a permis de faire avancer considérablement cette opération.

II. Étude des ors

75Gérard Nicolini a conduit une nouvelle campagne photographique sur les ors trouvés à Mari, au cours d’un séjour de plus d’une quinzaine de jours. Il s’est consacré aux collections du musée de Damas qu’il a pu étudier en totalité. Il lui reste encore à étudier le matériel conservé au musée d’Alep.

III. Couverture photographique

76Une campagne photographique concernant les objets de Mari conservés dans les musées de Damas, d’Alep et de Deir ez-Zor a été engagée. Il ne s’agit pas de photographier la totalité du matériel de Mari situé en Syrie, mais de compléter les archives photographiques de la Mission et de posséder des clichés de meilleure qualité que certains actuellement utilisés.

G. CONCLUSION

77Il paraît faible de dire que les résultats de cette fouille de sauvetage sont exceptionnels et que, tout déroutants qu’ils aient été au premier abord, ils dépassent largement ce qu’on pouvait en attendre. Une fois encore, les fruits archéologiques de Mari remettent en cause nombre d’idées reçues.

J.-C. M

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Castel G., Pouy G.
1994 « Les anciennes mines et la paléométallurgie de Cu-Fe-Au dans le désert oriental d’Égypte », Géologues 104, p. 39-45.

Forest J.-D.
1980 « Kheit Qasim I. Un cimetière du début du troisième millénaire dans la vallée du Hamrin, Iraq », Paléorient 6, p. 213-220.

Margueron J.-C.
1987 « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1984 », MARI 5, p. 5-36.
1993 « Une couverture possible pour l’espace central de l’Enceinte Sacrée », MARI 7, p. 281-313.

Parrot A.
1972 « Les fouilles de Mari, vingtième campagne (printemps 1972) », Syria 49 (3-4), p. 281-302.

Notes

1 Cf. III K 1, rapport préliminaire de 1993, chantier F, dans Akh Purattim 1, p. 16-18.

2 Cf. le rapport préliminaire de 1993, chantier F, § « Les carrés implantés à l’emplacement du Grand Bâtiment », dans Akh Purattim 1, p. 15-24 et l’étude des fondations de ce Grand Bâtiment ou Grande Résidence par E. Capet et B. Farah-Fougères, également dans Akh Purattim 1, p. 115-128.

3 Sommet de la couche vierge : ∆ 171,77.

4 Cf. Margueron 1987, p. 22 : ∆ 171,64 pour la base de la couche 18.

5 Ceux-ci s’avèrent inégaux dans la pratique, cf. infra § II.

6 Cf. Parrot 1972, en particulier fig. 6 p. 289 (ici fig. 13) et fig. 9 p. 293 ; cf. également Margueron 1993, fig. 9 p. 292 (l’autel du niveau P-0 et sa butte-témoin ont été enlevés).

7 Mur 9 devenant 22 en phase E, au nord-est ; murs 23 au nord-ouest, cf. fig. 17 et 20.

8 Elles peuvent aller de quelques centimètres à une quarantaine.

9 Cela fait penser au cimetière contemporain de Kheit Qasim, cf. Forest 1980.

10 Cf. fig. 10 : il faut en ajouter une sixième sous le mur 29, qui n’avait pas été comprise immédiatement comme telle, et décelée par l’enduit de ses côtés sud-ouest (section XX’ de la fig. 23) et sud-est (en continuité avec la banquette contiguë Pec II-123).

11 L’usage du cercueil n’est pas encore attesté de façon certaine à cette époque.

12 L’enfant plus grand de T-2 est le seul à avoir le bras droit allongé.

13 Type Chank (famille des Vasidae).

14 Coqueugniot, étude en préparation. Un poster, qu’il a présenté au 3ICAANE (Paris, 2002), stipule que ces « imitations locales de lames cananéennes […] ont servi à armer des faucilles ».

15 On ne peut s’empêcher de les comparer à une installation assez semblable, en pierre, du désert oriental d’Égypte : le foyer associé au « coffre » contenait une enclume et ce dernier est considéré comme un coffre à outils, cf. Castel et Pouy 1994, fig. 4 p. 43. Les études paléométallurgiques de Mari sont confiées à Juan Luis Montero Fenollós, cf. Akh Purattim 1, p. 215-219.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan du site : chantiers ouverts en 1994
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 2 – Coupe en travers de l’enceinte du palais du IIe millénaire. Paroi sud
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Fig. 3 – III K 1 NO. Mur sous les fondations de l’enceinte du palais du IIe millénaire. Vue de l’est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 4 – III J 1. Niveau du IIIe millénaire, Ville II, quartier résidentiel. Les installations reportées dans le quadrant NO sont de type « squatter ». Au sud-ouest, le plan représente un niveau de destruction. En blanc, les murs de fondation de la Grande Résidence du IIe millénaire
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 5 – III J 1 NE. Quartier résidentiel du niveau Ville II. Pan de mur effondré sur la rue. Vue de l’est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 6 – Pompage à la suite des pluies diluviennes du 16 novembre 1994
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 7 – Mise en place de la bâche de protection au-dessus de l’espace central, en début de campagne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 8 – Plan du niveau P-2
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 9 – Plan schématique de correspondance entre les limites de fouille, situées sur le bord interne des allées bitumées, sauf au sud, où elle se situe à l’aplomb du mur, et le carroyage établi par J.-Cl. Margueron en 1979
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 10 – Le sondage dans son extension finale, avec les foyers de la seconde phase d’occupation (B-1) directement posés sur les coffrages de tombes
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 11 – Le sondage à mi-campagne, avec en particulier le foyer métallurgique en fosse Pec I-45 et le coffre Pec II-53 (phase C-2)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 12 – Le sondage dans son extension presque maximale, limité seulement au nord par les murs d’une phase récente de la Ville I (phase F)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 13 – Sondage de l’espace central effectué par André Parrot en 1972, laissant de P-2 les allées bitumées et un témoin de sol avec les dalles à libations
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 14 – Angle sud-est de l’espace central : état avant le début de la fouille de 1994 (le témoin de P-0 avait été enlevé par André Parrot ; la maçonnerie à la base du mur méridional est une restauration effectuée en 1993 par M. Bendakir, CRATerre)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 15 – Relevé de la paroi nord, état final de la fouille (cf. fig. 10)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Légende Fig. 16 – Accumulation des couches charbonneuses sous le mur 21 (à gauche) et sondage dans le limon originel, en bordure des banquettes funéraires, mettant en évidence la ligne de démarcation de celui-ci à ∆ 171,82 m (l’altitude de 171,24 m sur la fig. 10 correspond à la base du sondage)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 17 – Phase F avec base de cuisson improprement numérotée Pec I-16 dans le loc. D et four à céramiques Pec IV-24 au sud. En Pec III, autres aires à tannour
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 18 – Paroi sud avec, à gauche, dispositif de consolidation et de ventilation moderne (maçonnerie avec bouches d’aération, drain de galets de ventilation) et, à droite, stratigraphie : sous la base du mur de P-2, couches de préparation, en pendage, de terres déversées en remblaiement au-dessus de l’arasement de la Ville I, nivelé à Δ environ 175 m (cf. l’affleurement des tombesPec IV T-1 et T-2 visibles ici, phase H). À gauche, mur 6 de la phase E-1
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 19 – Base de cuisson et four à céramiques de la phase F, vue vers le sud
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 20 – Phase G : « coffres » Pec I-54 et 55 et four à céramiques Pec II-24
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 21 – Foyer en fosse (de métallurgie) Pec I-45 (associé au « coffre » Pec II-53, non visible), au-dessus duquel on peut lire une accumulation de couches charbonneuses (cf. fig. 11 et 16). Vue vers le nord-ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 22 – Les banquettes funéraires ouvertes : tombes de la phase primitive (A) Pec II T-1 à T-3 ; au second plan, mur 29 (fondation) posé sur une autre banquette qu’il cache (phase B-3) ; au troisième plan, mur 9 (phases F et G). Vue vers le nord-est (cl. F. Pons)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 23 – Les tombes de la phase primitive (coupes, perspective et plan)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Fig. 24 – Vase à deux embouts Pec III-56 (plus vraisemblablement élément de soufflerie de forge) appartenant au mobilier funéraire de Pec III T-3 (cf. fig. 12) [cl. F. Pons]
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 25 – Pec III T-1 et aperçu sur Pec III T-2. Vue vers le sud-ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 26 – Contenu du « coffre » Pec I-54 ; remarquer le poignard et l’épingle en cuivre, ainsi que la tuyère fragmentaire (cl. F. Pons)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 27 – Contenu partiel du « coffre » Pec I-55 ; remarquer les épingles en cuivre ; le bol a été retrouvé effectivement posé sur ce qui semble malgré tout être une tuyère plutôt qu’un support (cl. F. Pons)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4248/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

Auteurs

EPHE IVe section (j_c_marg@club-internet.fr)

CNRS, UPR 76 – L’Année philologique, Villejuif (emmacapet@yahoo.fr)

CNRS, UMR 7044, Strasbourg (marylou.jean-marie@voila.fr)

Archéologue, Alep

CNRS, UMR 8140-URMED, Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines (j_c_marg@club-internet.fr)