Version classiqueVersion mobile

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Approche archéologique

Formes caractéristiques de la poterie du Bronze Ancien IVa dans les chantiers F et P de Mari1

Nina Pons

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons ici, en l’actualisant, le texte donné à la table ronde de Strasbourg le 21 juin 1997
  • 1 Nous utilisons indifféremment la terminologie « Agadé ancien » ou « BA IVa » pour bien illustrer la (...)
  • 2 Margueron 1985, p. 4.

1La poterie du BA IVa1 est souvent mal perçue car elle s’inscrit, en Syrie, dans la tradition du Dynastique Archaïque III ; son répertoire n’est pas toujours bien défini. Cela correspond d’ailleurs à une difficulté de reconnaître sur le terrain les vestiges de cette période et J.‑C. Margueron note à ce sujet que « la césure entre les dynasties archaïques et l’empire d’Agadé n’est archéologiquement pas toujours nettement tranchée2 ».

2Le but de notre travail est donc de déterminer les formes de poterie caractéristiques de cette période du BA IVa, dont le répertoire formel semble assez restreint à Mari. Pour ce faire, nous avons rassemblé le matériel provenant des chantiers F et P de Mari, dans lesquels le niveau correspondant à la période d’Agadé est très peu épais, mais relativement bien documenté du point de vue céramique.

LE CHANTIER F3

  • 3 Ce chantier a été ouvert en 1987 et deux niveaux principaux ont été reconnus, l’un daté Ur III, l’a (...)
  • 4 C’est I. Weygand qui a mené la fouille de ces carrés avec le plus grand soin. Cf. dans cette livrai (...)
  • 5 Peu de tessons proviennent du niveau c en général.
  • 6 On trouvera un aperçu de la poterie des Shakkanakku dans Pons 1999.

3Les fouilles de 1993 menées au chantier F ont atteint dans une partie du carré III D 1, et en III E 14 ce qui a été appelé le niveau d, épais d’une cinquantaine de centimètres. On remarque que les murs de ce niveau sont orientés différemment de ceux de la période suivante, qui appartiennent au niveau b. La figure 1 montre l’emplacement respectif des murs des deux niveaux : en pointillés sont représentés ceux du niveau d, plus anciens, tandis que les murs du niveau b sont représentés avec une trame grise. On note également les fosses des tombes de la période amorite qui ont perturbé ces constructions. La figure 2 montre les installations du niveau d, dont la fouille n’a pas été aussi étendue que celle du niveau supérieur. Enfin, la coupe de la fig. 3 montre un mur du niveau d dont le sommet est arasé par c7. Au-dessus, six sub-niveaux (c6 à c1) comprennent les dépôts archéologiques5 séparant l’Agadé ancien de la période des Shakkanakku matérialisée par le niveau b. Celui-ci présente un répertoire céramique tout à fait différent de celui du niveau d6.

LE CHANTIER P

  • 7 Margueron 1983, p. 17. Également introduits sont des tessons trouvés dans les carrés III O 6, III P (...)
  • 8 Margueron 1984, fig. 27. Une étude de cette architecture se trouve dans Margueron 1990.

4C’est en 1980 que l’ouverture des carrés III P 5 et III Q 5 a été décidée, à la limite occidentale de la fouille de A. Parrot7. Poursuivies vers l’ouest les années suivantes, les fouilles ont mis au jour une salle à six piliers8.

Fig. 1 – Carrés II D I/E 1

Fig. 1 – Carrés II D I/E 1

Plan du niveau b et des vestiges postérieurs à b

Fig. 2 – Carrés III D I/E 1. Fig. 3 – Carrés III E 1

Fig. 2 – Carrés III D I/E 1. Fig. 3 – Carrés III E 1

Plan du niveau d
Coupe schématique sur les niveaux c et d
Sources : Archives de la Mission Archéologique de Mari

  • 9 Margueron 1983, p. 17.
  • 10 Margueron 1983, p. 17.
  • 11 Margueron 1993, p. 287 ; c’est à ce niveau P‑0 que l’Enceinte Sacrée comporte 2 piliers.
  • 12 Parrot 1968, p. 11.
  • 13 Margueron 1990, p. 396 : « l’espace central de l’Enceinte Sacrée voit s’installer deux piliers près (...)

5Dans les deux premiers carrés, une « zone intermédiaire de faible épaisseur entre le sol du dernier édifice et la couche du IIIe millénaire » était reconnue9 ; elle correspondait à une réfection de l’enduit sur les murs, car, dans la phase précédente, cet enduit avait été brûlé. Des traces d’incendie avaient déjà été reconnues dans différentes parties du palais dit présargonique, aussi bien par A. Parrot que par J.‑C. Margueron10, elles correspondent au niveau P‑l selon la nouvelle numérotation des étapes de l’Enceinte Sacrée faite par J.‑C. Margueron ; le niveau suivant, celui de la reconstruction de l’Enceinte Sacrée est le niveau P‑011 et comporte alors deux piliers. Près de l’un d’eux a été trouvé le « Trésor d’Ur12 », dont on verra que le contenant appartient à notre Groupe 4 ; ceci confirme la datation proposée par J.‑C. Margueron qui attribue à l’époque agadéenne cette étape de reconstruction de l’Enceinte Sacrée13.

  • 14 Lebeau 1985a, qui publie la poterie du sol C4+. J.‑C. Margueron (1984, p. 34) précise : « Cette con (...)
  • 15 Nous utilisons ici, pour le chantier P, la documentation réunie par M. Lebeau, car une partie seule (...)

6La poterie du niveau P‑0 avait été datée par M. Lebeau du début/milieu Agadé14. Elle est comparable à celle trouvée dans le niveau d du chantier F (fouilles de 1993) ; nous présentons ci-après l’ensemble céramique de ces deux chantiers, en introduisant, pour le chantier P, ce qui n’a pas été publié auparavant15.

LA POTERIE

  • 16 Les dessins de la poterie du chantier P sont en majorité dus à G. Eriksson.

7La poterie réunie ici constitue ainsi le répertoire agadéen tel qu’il peut être établi d’après les informations de terrain recueillies à Mari jusqu’à ce jour. La présentation suit un ordre formel : des profils ouverts vers les profils fermés16.

Groupe 1 (pl. 1)

  • 17 Pons 1999, Groupe 2, variante A.
  • 18 Voir, par exemple, les exemplaires de Tell Sabra : Tunca 1987, pl. 38 : 11‑22.

8Récipients ouverts à paroi évasée terminée par une lèvre à extrémité arrondie. Un seul exemplaire a conservé sa base : plate, sans traitement de finition. On observe que la paroi a tendance à s’incurver légèrement vers l’intérieur sur les exemplaires pl. 1 : 1‑2, 4‑5, 7, 9. Cette forme, incurvée ou non, est également attestée dans les niveaux shakkanakku ancien du chantier F de Mari17. En revanche, les exemplaires du Dynastique Archaïque III sont plus profonds18, même s’ils sont encore parfois attestés au début de la période d’Agadé.

Comparaisons

9Moyen-Euphrate

  • Mari, chantier P : Lebeau 1985a, pl. I : 1‑9. Couche 4+, Bronze Ancien IVa.

  • Mari, chantier B : Lebeau 1985b, pl. I : 1. Couche 1, Ur III. pl. II : 4‑5. Couche 2, - Akkad. Pl. III : 1,3‑5. Couche 3, extrême fin du DA III.

  • Mari : Parrot 1968, fig. 6 : 4401‑4402 et pl. II. Ces deux récipients avaient servi de couvercle à la jarre contenant le « Trésor d’Ur ». (Voir notre Groupe 4 pour la jarre et pour des commentaires au sujet de cette trouvaille. Notons tout de suite que ces récipients ne sont pas contemporains du « Trésor »).

  • Tell es-Sweyhat : Holland 1976, fig. 5 : 3. 1re moitié du IIe millénaire.

10Khabour

  • Tell Brak : Fielden 1977, pl. XII : 12. Phase 2.

11Basse-Mésopotamie

  • Umm el‑Jir : Gibson 1972, fig. 44. Niveau B10 : 2, Akkad.

12Susiane

  • Suse, Acropole : Stève et Gasche 1971, pl. 5 : 1‑3. Agadé récent, pl. 5 : 6, pl. 11 : I. Agadé ancien.

Groupe 2 (pl. 2)

  • 19 Les profils du chantier P n’ont pas été polis avant d’être dessinés et une éventuelle finition de l (...)

13Récipients ouverts assez profonds. La base est plate19, la paroi est évasée et nettement incurvée vers l’intérieur. La lèvre est épaissie sur l’extérieur. Les deux exemplaires pl. 2 : 3, 10 présentent une paroi plus verticale.

Comparaisons

14Syrie centrale

    • 20 On notera que c’est la seule forme qui soit commune à Ebla et à Mari à cette époque, le répertoire (...)
    • 21 Pons 2001, p. 24.
    • 22 Mazzoni 1982, p. 198.

    Ebla20 : Mazzoni 1982, fig. XXIII : 11, XXV : 7‑8, XXXIII : 29 (proches de nos exemplaires pl. 2 : 1‑5). Provenant de la couche de destruction du Palais G, attribuée par S. Mazzoni à la seconde partie de la période Mardikh IIB1 ; nous avions déjà suggéré de préciser cette poterie : contemporaine de Naram Sin21. Dans cet article très intéressant, l’auteur souligne le changement du répertoire céramique d’Ebla entre les périodes Mardikh IIB1 et Mardikh IIB2 qui lui est postérieure22. Et ces périodes correspondent, à Mari, à la période d’Agadé, pour la première, et à celle du début des Shakkanakku, pour la seconde, où il y a également renouvellement du répertoire céramique, les deux régions n’ayant d’autre part, que très peu de parallèles au niveau de la poterie pour ces deux périodes.

15Diyala/Hamrin

  • Tell Sabra : Tunca 1987, pl. 47 : 18. Accadien. Proche de notre pl. 2 : 10, dont la paroi est plus verticale que les autres exemplaires de ce Groupe 2.

Groupe 3 (pl. 3)

  • 23 Voir, par exemple, Tunca 1987, pl. 52.

16L’exemplaire le plus complet du groupe a été trouvé dans le chantier P (pl. 3 : 5). La panse est ovoïde, la lèvre est éversée à extrémité arrondie. Une ouverture assez large a été pratiquée sur la panse supérieure afin d’y placer un bec verseur. Le polissage des profils du chantier F permet de bien montrer l’application du verseur sur la panse. La base n’est pas conservée sur nos exemplaires mais elle est probablement annulaire, d'après les comparaisons23.

  • 24 Parrot 1956, fig. 102 : 696.

17Le même genre de récipient peut présenter un bec verseur double. C’est une forme bien connue dans le monde syrien. A. Parrot l’avait trouvée à Mari, dans le temple d'Ishtar24.

18Les autres comparaisons sont les suivantes :

19Moyen-Euphrate

  • Tell Hadidi : Dornemann 1979, fig. 14 : 11, 15‑16, daté du dernier quart du IIIe millénaire.

20Syrie centrale

  • Tell Masin (près de Hama) : Du Mesnil du Buisson 1935, pl. XLIX : 2e colonne, les deux premiers récipients.

  • Mishrifé : Du Mesnil du Buisson 1930, tableau 1, col. 1, en bas. Daté aux alentours de 2400 av. J.‑C.

21Diyala/Hamrin

  • Tell Asmar : Delougaz 1952, pl. 92 : h. Daté de l’époque d’Agadé. Notons la présence d’un petit serpent appliqué sur la panse supérieure.

  • Tell Sabra : Tunca 1987, pl. 52. Daté DA III ou Agadé, selon la provenance des exemplaires, ce qui montre bien la continuité entre les répertoires de ces deux époques. Des fragments sont illustrés pl. 94 : 2‑7 et datés DA III/Agadé.

22Pour les fragments à deux goulots, les comparaisons sont les suivantes :

23Diyala/Hamrin

  • Khafadjé : Delougaz 1952, pl. 91 : a (non daté), b (DA II), c (DA III)

  • Tell Asmar: Delougaz 1952, pl. 91 d (Agadé ?). Ici encore, de petits serpents sont appliqués sur le goulot.

Groupe 4 (pl. 4 : 1‑3)

24Ce Groupe est constitué d’un exemplaire dont le profil est complet provenant du chantier P et d’un fragment du chantier F. La base est convexe, la panse ovoïde, la lèvre éversée à extrémité arrondie.

Comparaisons

25Moyen-Euphrate

  • Mari : Lebeau 1985a, pl. II : 2. Couche 4+, Bronze Ancien IVa. Se rapproche le plus de notre pl. 4 : 3.

    • 25 Margueron 1990, p. 396.
    • 26 Parrot 1968, p. 50‑51. L’auteur précise (p. 50, n. 2) que ce récipient « sortait d’un atelier mario (...)

    Mari : Parrot 1968, fig. 6 : 4400 et pl. III : 1. Il s’agit de la jarre contenant le « Trésor d’Ur », trouvée contre un pilier de l'Enceinte Sacrée. D’après J.‑C. Margueron, cette étape de reconstruction de l’Enceinte Sacrée avec les deux piliers appartient à la période agadéenne25. Il nous semble important de souligner ici, après A. Parrot26, que ce récipient n'est pas contemporain de son contenant.

Groupe 5 (pl. 4 : 4‑7)

26Tous les exemplaires de ce Groupe proviennent du chantier F. Le seul profil complet se trouvait en de très nombreux morceaux ce qui s’explique par sa terre très friable ; de plus, on notera l’extrême minceur de la paroi à certains endroits. Il faut noter que la paroi inférieure est montée à la main. Le profil est proche de celui du groupe précédent avec une base convexe et une panse à tendance ovoïde, mais il s’en démarque par une carène de la panse supérieure et une lèvre épaissie à l’extérieur.

Comparaisons

27Diyala/Hamrin

  • Tell Sabra : Tunca 1987, pl. 53 : 3. Daté Agadé. La base est annulaire, contrairement à la nôtre qui est convexe.

Groupe 6 (pl. 5)

28Ce groupe, ainsi que le suivant, est de grande capacité ; la base n’est pas conservée. La panse est à tendance globulaire, surmontée d'un col court et d’une lèvre à extrémité épaissie vers l’extérieur.

29Nous ne connaissons pas de parallèle à cette forme.

Groupe 7 (pl. 6‑7)

  • 27 Lebeau 1985a, pl. II : 4. Il y a une erreur : la légende figurant sur la page de gauche de cette pl (...)
  • 28 Cette forme existe déjà au Dynastique Archaïque III où le raccord de ces deux parties est masqué pa (...)
  • 29 Jacobs 1987, p. 91‑93.

30Ce groupe est le plus fréquent de la période agadéenne à Mari, tant au chantier F qu’au chantier P. Il est caractérisé par une panse à tendance ovoïde dont la partie supérieure est très importante comme l’illustre bien l’exemplaire pl. 6 : 1, mais nettement moins proéminente sur pl. 6 : 5‑6. La lèvre est fortement éversée, pour les exemplaires de la pl. 6, un peu moins pour ceux de pl. 7 ; l’extrémité, arrondie, est rarement simple (pl. 6 : 4), mais le plus souvent épaissie sur l’extérieur. La base manque sur le matériel présenté ici, mais elle peut être reconstituée à partir de récipients complets comme celui du chantier P publié par M. Lebeau27. La technique de fabrication de ces récipients est particulière : fabriquée en deux parties raccordées par la suite28 ; elle a fait l'objet d’une étude technologique29.

Comparaisons

31Moyen-Euphrate

  • Mari : Lebeau 1985a, pl. II : 4‑5. Couche 4+, Bronze Ancien IVa. L’auteur précise (p. 135) qu’il s’agit d’un type d’origine mésopotamienne (voir les références citées).

CONCLUSION

32Ce travail réunit les formes caractéristiques du répertoire céramique de la période d’Agadé à Mari. Six groupes ont pu être constitués, et on voit qu’il s’agit de formes largement répandues, non seulement le long de l'Euphrate et en Syrie centrale, mais aussi dans la Diyala/Hamrin, la Babylonie et même en Susiane. On notera que les comparaisons les plus fréquentes et les plus proches sont celles provenant des sites de la Diyala/Hamrin. Ainsi, la présence agadéenne à Mari, pas toujours reconnue dans les premières fouilles, ainsi que nous l’avons noté au début de ce travail, se trouve confirmée. Mais cette période comporte encore des incertitudes, en particulier quant à sa durée à Mari.

  • 30 Pons 1999, p. 46 et carte à la fig. 24.

33Du côté de la poterie, il nous est possible d’apporter quelques informations à ce sujet. En effet, ainsi que l’avait déjà noté M. Lebeau, la poterie trouvée dans le chantier P appartient au début d’Agadé du fait, notamment, de la parenté formelle avec celle du Dynastique Archaïque III. Par ailleurs, l’absence d’évolution formelle de ce matériel ainsi que la faible épaisseur des vestiges conduisent à évaluer la durée de cette présence agadéenne comme ayant été courte. Enfin, on observe que les couches du chantier F postérieures à Agadé où l’on note un changement d’orientation des murs présentent un renouvellement du répertoire céramique, qui ne comporte quasiment plus de rapports avec la Babylonie30.

PI. 1 – Groupe 1

PI. 1 – Groupe 1

Pl. 2 – Groupe 2

Pl. 2 – Groupe 2

Pl. 3 – Groupe 3

Pl. 3 – Groupe 3

Pl. 4 – Groupes 4 et 5

Pl. 4 – Groupes 4 et 5

Pl. 5 Groupe 6

Pl. 5 – Groupe 6

Pl. 6 – Groupe 7 (début)

Pl. 6 – Groupe 7 (début)

Pl. 7 – Groupe 7 (suite)

Pl. 7 – Groupe 7 (suite)

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Archi A.
1985 « Le synchronisme entre les rois de Mari et les rois d’Ebla au IIIe millénaire », MARI 4, p. 47‑51.

Delougaz P.
1952
Pottery from the Diyala Region (= OIP 63), Chicago.

Dornemann R. H.
1979 « Tell Hadidi: A Millennium of Bronze Age City Occupation », in D. N. Freedman (éd.),
Archaeological Reports from the Tabqa Dam Project-Euphrates Valley, Syria (= AASOR 44), Cambridge.

Du Mesnil du Buisson R., Comte
1930 « Compte rendu de la quatrième campagne de fouilles à Mishrifé-Qatna », Syria 11, p. 145‑163.
1935 « Souran et Tell Masin », Berytus 2, p. 121‑134.

Durand J.‑M.
1985 « La situation historique des Sakkanakku : nouvelle approche », MARI 4, p. 147‑172.

Fielden K.
1977 « Tell Brak 1976: the pottery »,
Iraq 39, p. 245‑255.

Gibson MCG.
1972 « Umm el‑Jīr, a town in Akkad »,
JNES 31, p. 237‑294.

Holland T. A.
1976 « Preliminary report on excavations at Tell Sweyhat, Syria, 1973‑4 »,
Levant 8, p. 36‑70.

Jacobs L.
1987 « Reconstruction of the Technique used to make Pots in Tell Sabra », in Ö. Tunca (éd.),
Tell Sabra, p. 91‑93, pl. 103‑105.

Kupper J.‑R.
1989 « Mari. A. Philologisch », RIA 7, p. 382‑390.

Lebeau M.
1985a « Rapport préliminaire sur la céramique du Bronze Ancien IVa découverte au “Palais Présargonique 1” de Mari », MARI 4, p. 127‑136.
1985b « Rapport préliminaire sur la séquence céramique du chantier B de Mari (IIIe millénaire) », MARI 4, p. 93‑126.

Margueron J.‑C.
1983 « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1980 », MARI 2, p. 9‑35.
1984 « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1982 », MARI 3, p. 7‑39.
1985 « Le point de vue de l’archéologue », MARI 4, p. 1 -3.
1990 « La salle aux piliers du palais de Mari de l’époque agadéenne », MARI 6, p. 385‑399.

Margueron J.‑C. et al.
1993 « Mari : Rapport préliminaire sur la campagne de 1987 », MARI 7, p. 5‑38.

Mazzoni S.
1982 « La produzione ceramica del Palazzo G », StEbl 5, 145‑199.

Parrot A.
1956 Mission archéologique de Mari. I. Le Temple d'Ishtar, Paris.
1959 Mission archéologique de Mari. II. Le Palais. Documents et Monuments, Paris.
1968 Mission archéologique de Mari. IV. Le « Trésor » d’Ur, Paris.

Pons N.
1999 « Les principales formes de poterie mariote de l’époque des Šakkanakku à la chute de la ville sous Zimri-lim. Rapports avec la Babylonie », Akkadica 114‑115, p. 1‑58.
2001 « La poterie de Tell Amama (Syrie) au BA IV et au BM I. Première approche et corrélation avec quelques sites clés », Akkadica 121, p. 23‑75.

Stève M.‑J, Gasche H.
1971 L’acropole de Suse. Nouvelles fouilles (rapport préliminaire), MDP 46, Leiden, Paris.

Tunca Ö.
1987 « La poterie », in Ö. Tunca (éd.) Tell Sabra, p. 55‑89, Leuven.

Weygand I.
1993 « Chantier F », in J.‑C. Margueron et al., 1993, MARI 7, p. 34‑35, Paris.

Notes

1 Nous utilisons indifféremment la terminologie « Agadé ancien » ou « BA IVa » pour bien illustrer la parenté de la poterie entre le Moyen-Euphrate et la Diyala notamment à cette époque.

2 Margueron 1985, p. 4.

3 Ce chantier a été ouvert en 1987 et deux niveaux principaux ont été reconnus, l’un daté Ur III, l’autre de la période d’Agadé (cf. Margueron et al. 1993, en particulier Weygand 1993, p. 34‑35).

4 C’est I. Weygand qui a mené la fouille de ces carrés avec le plus grand soin. Cf. dans cette livraison : « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1993 », p. 14‑18, fig. 9. Nous avons également introduit un tesson trouvé dans le carré III G 2 (pl. 7 : 5).

5 Peu de tessons proviennent du niveau c en général.

6 On trouvera un aperçu de la poterie des Shakkanakku dans Pons 1999.

7 Margueron 1983, p. 17. Également introduits sont des tessons trouvés dans les carrés III O 6, III P 6 et III S 8.

8 Margueron 1984, fig. 27. Une étude de cette architecture se trouve dans Margueron 1990.

9 Margueron 1983, p. 17.

10 Margueron 1983, p. 17.

11 Margueron 1993, p. 287 ; c’est à ce niveau P‑0 que l’Enceinte Sacrée comporte 2 piliers.

12 Parrot 1968, p. 11.

13 Margueron 1990, p. 396 : « l’espace central de l’Enceinte Sacrée voit s’installer deux piliers près du mur nord à l’époque agadéenne ».

14 Lebeau 1985a, qui publie la poterie du sol C4+. J.‑C. Margueron (1984, p. 34) précise : « Cette conclusion [...] permet de confirmer d’autres observations archéologiques qui conduisent à fixer à l’époque akkadienne la destruction de ce niveau du palais. »

15 Nous utilisons ici, pour le chantier P, la documentation réunie par M. Lebeau, car une partie seulement du matériel enregistré avait été publié en 1985.

16 Les dessins de la poterie du chantier P sont en majorité dus à G. Eriksson.

17 Pons 1999, Groupe 2, variante A.

18 Voir, par exemple, les exemplaires de Tell Sabra : Tunca 1987, pl. 38 : 11‑22.

19 Les profils du chantier P n’ont pas été polis avant d’être dessinés et une éventuelle finition de la base n’est pas perceptible.

20 On notera que c’est la seule forme qui soit commune à Ebla et à Mari à cette époque, le répertoire mariote étant davantage tributaire de la production mésopotamienne du dynastique archaïque.

21 Pons 2001, p. 24.

22 Mazzoni 1982, p. 198.

23 Voir, par exemple, Tunca 1987, pl. 52.

24 Parrot 1956, fig. 102 : 696.

25 Margueron 1990, p. 396.

26 Parrot 1968, p. 50‑51. L’auteur précise (p. 50, n. 2) que ce récipient « sortait d’un atelier mariote, car, en plus, elle est d’un type que nous croyons pouvoir dater de la fin de l’époque présargonique (E.D. III), proche de la période d’Agadé ».

27 Lebeau 1985a, pl. II : 4. Il y a une erreur : la légende figurant sur la page de gauche de cette planche se rapporte en fait à la planche suivante et inversement.

28 Cette forme existe déjà au Dynastique Archaïque III où le raccord de ces deux parties est masqué par une moulure appliquée.

29 Jacobs 1987, p. 91‑93.

30 Pons 1999, p. 46 et carte à la fig. 24.

Notes de fin

1 Nous reprenons ici, en l’actualisant, le texte donné à la table ronde de Strasbourg le 21 juin 1997.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carrés II D I/E 1
Légende Plan du niveau b et des vestiges postérieurs à b
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 2 – Carrés III D I/E 1. Fig. 3 – Carrés III E 1
Légende Plan du niveau dCoupe schématique sur les niveaux c et dSources : Archives de la Mission Archéologique de Mari
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre PI. 1 – Groupe 1
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Pl. 2 – Groupe 2
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Pl. 3 – Groupe 3
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Pl. 4 – Groupes 4 et 5
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Pl. 5 Groupe 6
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Pl. 6 – Groupe 7 (début)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Pl. 7 – Groupe 7 (suite)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3881/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

Auteur

Université de Liège et UMR 8140, Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search