Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Mari et sa région : approche historique

Mari et le Moyen-Euphrate au Bronze Récent et à l’âge du Fer : problèmes historiques

Maria Grazia Masetti-Rouault

Texte intégral

  • 1 Thureau-Dangin 1897, 1908, 1909 ; Rouault 1984. Voir maintenant aussi Podany 2002.
  • 2 Buccellati 1977, 1983a et b, 1990a ; Margueron 1990, 1991 ; Masetti-Rouault 1999 et 2001 ; Rouault (...)
  • 3 Rouault 1984, 1992a, 1997, 2000 ; Masetti-Rouault 1993.
  • 4 Masetti-Rouault 1998, 1999 ; Morandi Bonaccossi 1996.

1Depuis les premières études sur les tablettes provenant de Ashara1 – Terqa au début de ce siècle et mentionnant la royauté de Hana, pratiquement aucune des équipes travaillant sur le tell de Terqa n'a pu éviter de se confronter à la question épineuse, à savoir si, dans le Moyen-Euphrate, il y a eu une vie (avant et) après Mari, et quelle forme avait-elle pu assumer2. L’histoire du royaume de Hana, dont la formation doit remonter à la période suivant immédiatement la destruction de Mari à la moitié du XVIIIe siècle, s’est maintenant enrichie d’une série nouvelle de données, tant archéologiques que textuelles, qui permettent de reconstruire son développement avec une certaine précision, au moins jusqu’au Bronze Récent3. Ce qu’on discutera ici est plutôt le problème de la survie d’une société et d’une vie urbaine dans cette région même après Terqa et Hana, à la fin du Bronze Récent et à l’âge du Fer4, bien que, il faut l’avouer d’emblée, l’image qu’on peut rendre de cette culture et de son organisation sociale et politique soit encore fondée plus sur l'analyse de symptômes et sur des déductions que sur une documentation archéologique ou textuelle quantitativement importante, ou évidente.

UNE CULTURE « BÉDOUINE » AU MOYEN-EUPHRATE ?

  • 5 Rouault et Masetti-Rouault (éd.) 1993 ; Cluzan, Delpont et Muliérac (éd.) 1995 ; Rouault et Wäfler (...)
  • 6 Dupont-Sommer 1949 ; Masetti-Rouault 1999 et 2001 ; Dion 1995, 1997.
  • 7 Parrot 1974, avec bibliographie.

2Des changements importants de perspective dans l’interprétation de l’histoire de la civilisation syrienne, entre Néolithique, Bronze Ancien et Bronze Moyen se sont produits dans les dernières années, dus tant à des découvertes récentes qu’à une réflexion nouvelle sur les données dont nous disposons5. Par contre, il semble que la vision de l’histoire du Moyen-Euphrate syrien entre Bronze Récent et Fer reste encore partiellement enveloppée dans la pesanteur du discours historique traditionnel, qui n’a pas été remis sérieusement en cause par aucune nouvelle trouvaille, archéologique ou épigraphique. En réalité, l’image courante du Moyen-Euphrate, comme région presque vide, une steppe traversée par les hordes araméennes, mobiles et agressives, est encore celle qui a été formulée et qui s’est cristallisée dans les années 1950, d’après les données apportées par les inscriptions royales médio-et néo-assyriennes d’une part, et, de l’autre, par l’affirmation de la théorie de Dupont-Sommer sur l’origine des Araméens et sur les caractéristiques de leur culture6. Cette description du Moyen-Euphrate, cœur vide d’un monde en pleine transformation à l’aube de l’âge du Fer, a été confirmée aussi par la diffusion des résultats des fouilles françaises à Mari, réalisées par A. Parrot dès 19337. En effet, après l’affirmation et la splendeur de la civilisation urbaine au Bronze Ancien de Mari, et l’apogée de son pouvoir au Bronze Moyen, rien ne semble survivre à la destruction la capitale de la région, par œuvre d’Hammurabi de Babylone, vers la moitié du XVIIIe siècle.

  • 8 Parrot 1974 ; Liverani 1986, 1988a et b ; Buccellati 1990a ; Zadok 1991.
  • 9 Ward et Sharp Joukowsky (éd.) 1992.
  • 10 Frézouls 1980 ; Chaumont 1984 ; Joannès 1995.
  • 11 Parrot 1937, 1938, 1952, 1974, p. 145‑152 ; Mallet 1975, Jean-Marie 1999, p. 42‑62.
  • 12 Millard 1980 ; Briant 1982 ; Sader 1987 et 1992 ; Zadok 1991 ; Kupper 1957, p. 99‑145.

3Depuis ce moment-là, la nuit et le silence semblent tomber sur tout le Moyen-Euphrate, où rien ne pourra plus remplacer le système politique et économique qui avait procuré à Mari sa richesse et le développement de son potentiel culturel et artistique8. La « crise de 1200 »9 n’aura donc pas de prise sur une région déjà largement dépeuplée, où il n’y avait plus rien à détruire ni à occuper, et la « Renaissance » du Fer II‑III n’y sera ni visible ni remarquable, le Moyen-Euphrate restant pour toujours une zone lointaine et marginale, juste traversée par des pistes caravanières ou par les routes militaires et les frontières des empires dans l’Antiquité tardive10. La présence d’une « colonie » militaire médio-assyrienne implantée sur les ruines de Mari paléobabylonienne, manifestée seulement par des tombes qui commencent à être fouillées dès la fin des années 193011, ne change rien à cette situation, confirmée d’autre part par le manque d’intérêt général que les inscriptions royales néo-assyriennes démontrent pour le Moyen-Euphrate. Après les exploits des rois du IXe siècle, qui l’avaient intégré assez rapidement à l’empire naissant, sans même sentir le besoin de le coloniser, les activités politiques et militaires assyriennes semblent se passer ailleurs. Apparemment, l’Euphrate n’est pas, n’est plus, une voie de communication entre Nord et Sud, entre Mésopotamie et Syrie, entre l’Orient et la Méditerranée. L’existence de frontières entre états et empires ne semble pas modifier l’existence morne et austère des populations qui s’obstinent à y habiter – existence peut-être moins morne et austère les jours de la razzia et de pillage des gens honnêtes, comme le disent les textes et les inscriptions royales des états plus civilisés12.

  • 13 Geyer et Monchambert 1987 ; Simpson 1983, 1984.

4Les prospections archéologiques menées dans la vallée du Moyen-Euphrate n’ont pu que confirmer l’impression d’une crise majeure de l’habitat urbain après le Bronze Moyen II‑III13. Cette crise arrive à son point maximal pendant le Fer I‑II, et entame une courbe opposée seulement à l’époque séleuco-parthe, pour terminer définitivement au début de la période islamique, quand la région sera massivement occupée par des villes et villages agricoles correspondant encore, au moins en partie, avec ceux qui animent les paysages que nous connaissons aujourd'hui.

  • 14 Mcclellan 1992, 1993.
  • 15 Liverani 1968 ; Neumann et Parpola 1987 ; Kühne (éd.) 1991.
  • 16 Geyer (éd.) 1990 ; Morandi-Bonacossi 1996, p. 95‑101 ; 183‑203.
  • 17 Rowton 1987 ; Liverani 1986 ; Joannès 1995, 1997.

5Cette crise de l’habitat urbain n’a que très rarement été considérée comme la marque d’un dépeuplement total et réel de la vallée, à la suite d’une catastrophe démographique14 dont, au fond, on verrait mal les raisons politiques ou naturelles, tenant compte des caractéristiques écologiques de l’environnement15. Le fond de la vallée du Moyen-Euphrate reste une zone agricole intéressante, d’où on peut obtenir une production stable, et relativement bonne, sans des efforts extraordinaires d’irrigation, utilisant des techniques hydrologiques traditionnelles16 qui restent à la portée d’organisations sociales locales, même d’entité modeste. Les steppes environnantes ont été toujours exploitées d’une façon régulière par l’élevage du petit bétail, qui fournit l’économie locale en laine et produits alimentaires, ainsi que par quelque forme d’agriculture de subsistance. Toute la région est encore traversée, à cette époque, par des routes caravanières importantes, reliant la Mésopotamie et l’Assyrie aux débouchées vers la Méditerranée et le Levant17.

  • 18 Mcclellan 1992 ; Buccellati 1990a ; Finkelstein 1995 ; Morandi-Bonacossi 1996 ; Masetti-Rouault 199 (...)
  • 19 Dupont-Sommer 1949 ; Moscati 1955.
  • 20 Kupper 1957 ; Schwartz 1989 ; Zadok 1991. Pour l’utilisation ambiguë du terme « bédouin », Gilbert (...)

6Pour ces raisons – d’ailleurs rarement évoquées clairement dans la discussion – l’hypothèse qui a prévalu dans l’interprétation de la situation dans le Moyen-Euphrate entre Bronze Récent et Fer tend plutôt à imaginer un processus de « bédouinisation » générale de la population, une sorte de conversion ou de retour, selon les points de vue, au nomadisme, avec une perte définitive de relations tant avec le genre de vie sédentaire qu’avec une culture et une organisation sociale de type urbain18. Les gens qui vont s’installer et occuper la vallée inondable et les steppes à la fin du deuxième millénaire sont donc, au fond, un peuple nouveau : parce qu’ils viennent d’ailleurs, des déserts d’Arabie ou de Syrie méridionale19, ou bien, même quand on leur reconnaît une origine locale, parce qu’on les voit comme les descendants lointains des populations nomades de la steppe, les « Bédouins » hanéens de Mari20, sans liens réels avec la culture urbaine attestée par les centres paléobabyloniens du Bronze Moyen. Les vestiges – rares – d’une tradition « urbaine » ou au moins sédentaire, comme le cimetière « médio-assyrien » de Tell Hariri, sont alors attribués à une colonisation médio-assyrienne de Mari, de toute façon exogène par rapport à la culture locale.

  • 21 Gelb 1961 ; Rowton 1967, 1973, 1976a, 1976b, 1976c ; Kupper 1957 ; Schwartz 1989 ; Buccellati 1988b(...)
  • 22 Liverani 1962 ; Edzard 1964 ; Rabin 1963, 1971 ; Dion 1974 ; Garbini 1984 ; Zohar 1992.

7Certains historiens – par exemple Gelb, Rowton ou Kupper et plus récemment Schwartz et Buccellati21 – ont essayé de mettre en évidence, sur la base de considérations sociologiques et anthropologiques, les relations historiques et culturelles qui lient ensemble les sociétés amorites et araméennes entre IIe et Ier millénaire, dans le Moyen-Euphrate comme dans toute la Syrie. Bien que leurs hypothèses soient désormais largement acceptées dans la communauté scientifique, ce discours n’a encore trouvé aucune base documentaire solide, ni dans l'analyse de la culture matérielle, de l’urbanisme, ni, d’autre part, dans l’analyse linguistique. Sans compter avec le problème objectif de la rareté des sources, la comparaison entre l’amorite paléobabylonien et l’araméen n’a pas permis d’établir une parenté structurelle évidente entre les deux langues et les dialectes respectifs22. La recherche, dans le cadre des langues sémitiques « occidentales », d’éléments communs entre ces deux groupes, aptes à en démontrer la relation évolutive de descendance, n’a pas donné pour le moment des résultats définitifs ou même clairs, déclenchant par contre des discussions souvent polémiques.

  • 23 Stein 1984 ; Pfälzner 1995 ; Lyonnet 2000.
  • 24 Aurenche (éd.) 1984 ; Cribb 1991 ; Bar-Yosef et Khazanov (éd.) 1992 ; Bienkowski (éd.) 1992 ; Finke (...)

8En ce qui concerne les recherches archéologiques, l’impossibilité d’identifier et de définir les caractères mêmes de la culture matérielle, – par exemple, de typologies céramiques, – « amorite » et « araméenne »23, ainsi que le manque presque total de sites de l’âge du Fer dans la région, a permis une attitude assez neutre à propos de cette problématique. Au-delà des analyses faites sur les résultats des prospections, cette situation a provoqué un certain rejet de la discussion à l’extérieur de l’archéologie, dans le champ des philologues ou des ethnologues. Pourtant, l’archéologie devrait avoir, ou devrait arriver à se faire, une opinion sur la nature du peuplement et de l’habitat à l’âge du Fer dans la région : si on exclut l’hypothèse d’un dépeuplement total du Moyen-Euphrate aux époques en question, alors même les « Bédouins » devraient avoir laissé des traces, de quelque type, de leur occupation dans le territoire, pour saisonnière, éphémère et légère qu’on puisse l’imaginer. Même si on estime que leur culture, matérielle et spirituelle, était misérable, voire nulle, il est difficile d’accepter l’idée qu’il est encore possible de retrouver des vestiges de campements paléolithiques tandis que les restes d’une installation « bédouine » seraient indécelables par nos moyens d’investigation dans le Moyen-Euphrate. Pourtant, ce type de recherches existe déjà dans d’autres régions syriennes et proche-orientales, et, par exemple, des modèles ont été élaborés pour définir la structure de l’habitat semi-nomade en Syrie-Palestine, ainsi que pour interpréter ses relations avec l’habitat sédentaire et urbain24.

9Quand on accepte l’idée que le Moyen-Euphrate, vallée et steppes, a été occupé dès la fin de l’âge du Bronze uniquement par des tribus semi-nomades sans aucun rapport avec la tradition développée par la culture de Mari et de Terqa, il reste alors à expliquer une série d’événements et de faits archéologiques susceptibles de démontrer, dans cette région, la présence d’une culture locale « complexe », et sans doute, au moins partiellement urbaine, à l’âge du Fer. Certes, ces données ne sont ni nombreuses, ni évidentes, mais elles existent, demandant une interprétation. Les considérer systématiquement comme des exceptions, des bizarreries ou alors le résultat de contacts, d’influences diverses ou des importations ne résout pas les problèmes historiques qu’elles mettent en évidence.

  • 25 Rowton 1976a, b et c ; Matthews 1978 ; Masetti-Rouault 2001, p. 25‑38.
  • 26 Masetti-Rouault 1999.

10D’autre part, si on considère comme pertinent le modèle du dimorphisme pour interpréter la structure des sociétés locales du Moyen-Euphrate25, c’est la présence même des tribus semi-nomades qui évoque alors, d’une façon logique, celle d’une population sédentaire et rurale, unie dans une relation symbiotique qui, seule, peut offrir des garanties suffisantes de survie dans ce milieu naturel et économique. Dans ces conditions, postuler dans le Moyen-Euphrate, dès le début de l’âge du Fer, l’existence aussi d’une forme de civilisation urbaine – avec des institutions politiques et juridiques, une culture écrite et une religion locale responsables de la continuité de la structure même – devient alors une perspective de recherche envisageable. Cette culture locale « urbaine » et complexe est entièrement à comprendre dans le cadre du système dimorphique, intégrée dans la société effectivement semi-nomade et guerrière décrite par les textes assyriens, ce qui lui donne des caractères particuliers. Sa structure et son fonctionnement sont encore complètement à découvrir et à étudier, si toutefois il est possible d’analyser ce type de culture dans la documentation qu’on peut retrouver, et qui est toute, par définition, d’origine « urbaine ». Par ailleurs, même à partir du seul témoignage fourni par les inscriptions royales assyriennes, dès maintenant apparaît avec clarté le caractère politique des relations établies entre la composante semi-nomade et la composante sédentaire et urbaine des sociétés dimorphiques du Moyen-Euphrate26.

  • 27 Russell 1985 ; Liverani 1992b.
  • 28 Geyer et Monchambert 1987.

11Dans cette perspective, il n’est donc pas certain que les archéologues arriveront un jour à découvrir un site important, une « capitale » des tribus araméennes du Moyen-Euphrate à l’âge du Fer. Par contre, on devrait pouvoir retrouver au moins les vestiges de l’habitat – rural, villageois ou urbain – qui correspond à ce type de société. Dans la mesure où on n’arrive à identifier aucun site, ou très peu, – dont pourtant les textes affirment l’existence, au moins au Fer II27 – le problème se déplace. La question est aussi de savoir pourquoi nous ne trouvons rien, quelles sont les raisons historiques, économiques ou géomorphologiques qui expliquent la disparition totale des vestiges d’une culture pendant environ un demi-millénaire. Les prospections géomorphologiques ont déjà pu démontrer la responsabilité du comportement de l’Euphrate et de ses méandres dans les modifications du paysage de la partie inondable de sa vallée, ainsi que l’importance des alluvions28. Ces données devraient être prises très au sérieux dans l’évaluation du peuplement effectif de la vallée aux différentes époques : les sites actuellement à la surface ne représentent peut-être qu’une proportion réduite des sites réels.

LE MOYEN-EUPHRATE APRÈS TERQA : CHRONIQUE D’UNE MORT ANNONCÉE

  • 29 Thureau-Dangin 1897, 1908, 1909.
  • 30 Chavalas 1988 ; Buccellati 1984.
  • 31 Rouault 1984 ; Buccellati 1988 ; Podany 1993 et 2002.
  • 32 Rouault 1991, 1992a et b ; 1994 ; 1997, 1998 ; Masetti-Rouault 1993 ; voir aussi Rouault et Masetti (...)

12L'importance de la culture du Moyen-Euphrate syrien et sa complexité dès la fin de l’âge du Bronze, ainsi que ses rapports avec la tradition paléosyrienne de Mari et Hana, peuvent être mises en évidence à partir de l’analyse d’une série d’informations diverses, dont certaines sont déjà bien connues, tant d’origine textuelle que dérivant de programmes de fouille. Les fouilles de Terqa, et la stratégie qui les a organisées dans ces dernières années, ont par beaucoup été guidées par la préoccupation d’identifier les caractères principaux de la culture de Terqa après la fin du contrôle de Mari sur la région, c’est-à-dire l’époque du « royaume de Hana ». Déjà connue par les épigraphistes depuis le début du XXe siècle grâce aux renseignements contenus dans les tablettes de Terqa publiées par Thureau-Dangin29, la structure de cette entité politique est devenue plus claire après la fouille du chantier C à Ashara, sous la direction de G. et M. Buccellati, malheureusement pas encore complètement publiée30, et surtout après l’étude, par O. Rouault, de l’archive de Puzurum31, dégagée dans ce même secteur. L’importance de la culture de Hana, sa remarquable continuité et son extension chronologique, ont été démontrées par les résultats obtenus récemment, avec la découverte, sur le sommet actuel du tell, dans le chantier E, d’une série de locaux annexes à une institution importante, un temple ou un palais. Ces niveaux ont fourni un matériel important, et surtout les vestiges d’une archive sans doute officielle. Les documents de cette archive sont datés par les noms d’années qui font référence à des rois locaux, ainsi qu’à Barattarna et Saustatar, les souverains mitanniens qui manifestement contrôlaient, avec toute la Syrie du Nord, aussi le Moyen-Euphrate, au moins jusqu'au début du XIVe siècle32.

  • 33 Chicago Assyrian Dictionary, H, (1956), 82‑83 ; Briant 1996, p. 883.

13L’étude des couches archéologiques datées par ces tablettes, encore inédites, a permis de donner une base plus stable à l’hypothèse que l’organisation politique et territoriale du Moyen-Euphrate centrée sur Terqa avait eu une vie plus longue que prévu, et que le système dimorphique géré autrefois par la dynastie amorite de Mari avait pu survivre, même dans des conditions modifiées. D'autre part, à cette réalité archéologique et textuelle ne correspond aucune attestation évidente, à ma connaissance, de l’existence d’un royaume de Hana dans la documentation contemporaine provenant d’autres centres, c’est vrai rare : la présence d’une classe sociale appelée Haniahhu à Alalakh IV, sans doute des éleveurs de petit bétail, n’est pas probante, mais elle semble indiquer qu’un toponyme, ou le nom d'une population, est déjà à cette époque utilisé pour indiquer une catégorie sociale et professionnelle particulière ; beaucoup plus tard, les mercenaires syriens embauchés par Alexandre sont encore appelés ainsi dans les textes babyloniens d’époque hellénistique et Alexandre lui-même est appelé « roi des Hanéens », sans doute en souvenir d’une ancienne tradition guerrière associée à la connaissance des steppes propre à ce type de population33.

  • 34 Charpin 1987 ; Gasche 1989.
  • 35 Rouault 1992a, 2001.
  • 36 Arnaud 1984, 1993.
  • 37 Landsberger 1954, p. 64 ; Garelli 1969, p. 307.
  • 38 Liverani 1988b : 602‑603 ; Buccellati 1990a.

14Le contrôle politique de la Babylonie des descendants d’Hammurabi s’est exercé dans le Moyen-Euphrate d'une façon continue depuis l’instauration même du royaume de Hana34, avec des résultats variables, mais il n'a pas transformé la région en une périphérie lointaine de Babylone. Non seulement l’état hanéen et la monarchie de Terqa ont survécu, mais la culture locale a elle aussi continué son évolution normale. Dès la fin du Bronze Moyen, la région, à en juger par l'onomastique des rois de Hana résidant à Terqa – Kuwari, Kaštiliašu35 – et par quelques toponymes, a subi certainement aussi l’influence des apports hourrites et cassites. En outre, la présence hittite en Syrie du Nord et sur la portion plus septentrionale de l’Euphrate, de Karkemish à Aštata jusqu’à Emar, a dû sans doute avoir des répercussions locales36. Si à l’époque de Kuwari de Terqa le Moyen-Euphrate a résisté, même militairement, à l’infiltration hittite vers le Sud babylonien, il est possible que, par la suite, Hana ait appuyé l'organisation de la campagne de Mursilis I contre Babylone, dans le but évident de se débarrasser, d’une façon définitive, de l’emprise du Sud : des traditions littéraires postérieures, cassites, et quelque peu douteuses, mentionnent Hana comme le pays où les statues de Marduk et de sa parèdre Sarpanitum auraient été entreposées après leur déportation de Babylone, et indiquent comment, par la suite, le gouvernement hanéen a accepté de les rendre au roi cassite Agum-kakrime II37. Il est intéressant de noter que différents historiens – qui écrivaient tous avant la découverte de l'archive du Bronze Récent de Terqa – ont interprété cet épisode comme le récit de la destruction de Terqa et du royaume de Hana par les Cassites vers la moitié du XVIe siècle, déterminant la crise finale, cette fois-ci définitive, de la société urbaine dans le Moyen-Euphrate38.

UNE VIE APRÈS TERQA

  • 39 Garelli 1969, p. 139 ; Hàklàr 1983 ; Cavigneaux et Ismail 1991.
  • 40 Rouault 2004.
  • 41 Rouault 1997, 1998.
  • 42 Pons et Gasche 1996.

15Si on sait maintenant que Hana et le Moyen-Euphrate ont survécu à cette mort annoncée, il est vrai que le rayonnement culturel et politique de la région reste limité pendant cette période, encastré entre l’affirmation du pouvoir hourro-mitannien dans le nord, dont Hana est devenue la province la plus méridionale, et d’autre part la pression cassite de Babylone, qui considère le pays de Suhu, en aval de l’ancien alvéole de Mari, comme sa région frontalière39. Grâce aux textes, nous avons un terminus post quem pour dater les dernières couches du Bronze Récent du tell d’Ashara, le règne de Saustatar (vers la fin du XVe siècle), ou même, peut-être, vers la fin du XIVe siècle, si le Saittarna cité dans un contrat est bien Shuttarna II, roi de Khanigalbat40. Après une longue série de reconstructions de ce bâtiment, qui ont toujours suivi le même plan paléobabylonien, les vestiges contemporains de ces couches montrent en effet les traces d’une destruction qui n’a pas été suivie d’une réoccupation de l’espace41. Les couches islamiques couvrent directement, presque partout dans le chantier E, les niveaux du Bronze Récent, mais en quelques endroits la fouille a permis d’observer les traces de déposition d’eaux lacustres, comme si le secteur avait été abandonné pendant un certain laps de temps. Il est difficile, pour le moment, d’estimer la durée de cette période – les analyses pédologiques sont en cours –, mais la présence de quelques tombes intrusives dans ces laminations rend possible une évaluation plus précise de la situation. La céramique associée à ces tombes comprend en effet des récipients connus comme « gobelets cassites », qui sont datés en gros entre le treizième et le onzième siècle, dont on a retrouvé aussi quelques exemplaires à Mari42.

  • 43 Grayson 1975, p. 171‑172.
  • 44 Heltzer 1981 ; Zadok 1991, p. 108‑109 ; Artzi 1991.

16Dans l’état actuel des recherches, on ne peut avancer ni une date exacte pour la « crise » de Terqa, ni les raisons de cette destruction. Il n’est pas clair, pour le moment, si la destruction a été limitée aux secteurs les plus élevés du tell, à proximité de l’acropole, ou bien si elle a touché l’habitat urbain dans son ensemble. Est-ce que c’était le résultat d'une révolte locale, d'un affrontement entre population rurale ou semi-nomade et les élites urbaines, connues par les textes ? L’hypothèse qui vient plus facilement à l’esprit reste toutefois celle d'une intervention de l’extérieur, et l’identification des responsables dépend alors de l’époque à laquelle on situe cet événement. Si on pense à une date plus ancienne, à la fin du XVe ou au début du XIVe siècle, on peut supposer que la destruction de Terqa a eu lieu dans le cadre des expéditions militaires lancées par le roi cassite Kadasman-Harbe I contre les Sutéens – les semi-nomades « Ahlamû » actifs surtout dans la Shamiyé. Cette campagne, dont le but est le Djebel Bishri, comporte la construction de forteresses et de puits, afin de rendre sûres les pistes allant de Babylone vers Canaan et l’Égypte43. Il s’agissait d’éviter ainsi le Moyen-Euphrate, aux mains des Mitanniens. La raison de la destruction pourrait alors se trouver aussi dans les liens politiques et culturels directs existant entre les populations semi-nomades, accusées constamment de pillage et de razzia sur les routes caravanières ou les régions frontalières44, et le royaume de Hana.

  • 45 Kühne 1990, 1995, 2000 ; Pfâlzner 1995 et 1997 ; Masetti-Rouault 1999.
  • 46 Thureau-Dangin et Dhorme 1924, p. 267.

17D’autre part, acceptant une date plus récente pour la destruction de Terqa, on devrait alors regarder vers l’est, vers l’Assyrie. Le projet d’occupation et de colonisation de la Djézireh et de la Syrie du Nord de la part du nouvel empire médio-assyrien a été particulièrement bien illustré par les découvertes récentes dans le bas Khabour, et dans les études qu’elles ont suscitées45. Considérant que la capitale régionale de cette « moitié occidentale » de l’Empire médio-assyrien, Dur‑katlimmu, est, au fond, juste à une cinquantaine de kilomètres de Terqa, l’éclatement d’un conflit grave entre les deux villes n’est pas impossible. Les rois de Hana avaient toujours considéré la vallée du bas Khabour comme une partie de leurs terres, et y avaient d’ailleurs construit un canal, le canal du Khabour, qui reliait directement la région aux territoires de Terqa46 en rive gauche. Les alvéoles irrigués ou irrigables de Terqa et de Mari devaient constituer une proie intéressante pour les entrepreneurs et les colons assyriens, comme d’ailleurs la possibilité de se procurer une main-d'œuvre bon marché parmi la population semi-nomade.

  • 47 Contra Röllig 1984, cf. Cancik-Kirschbaum 1996a : 96, l. 27, et p. 103 ; toutefois, voir carte p. 3 (...)
  • 48 Maul 1992 ; Pfälzner 1995 ; 171 ; Morandi Bonaccossi 1996, p. 59‑61 ; voir aussi Luciani 1999 et 20 (...)
  • 49 Grayson 1987, p. 131, l. 1‑14.
  • 50 Grayson 1987, p. 273, l. 69‑83a.
  • 51 Voir note 48 ; mais cf. Gurney 1949, p. 134‑135, l. 22‑25, où le pays de Mari paraît associé à celu (...)
  • 52 Pfälzner 1995.

18Toutefois, la documentation assyrienne, inscriptions royales ou documents officiels, trouvée tant en Assyrie que dans le siège du gouvernement colonial, ne donnent obstinément aucun renseignement dans ce sens : ni Terqa, ni Hana, ni l’éventuelle « colonie militaire » à Mari ne sont citées dans les textes. En effet, les rares attestations de ces toponymes se réfèrent sans doute à des localités homonymes situées en Mésopotamie du Nord, entre les sources du Khabour et le territoire de Karkemish47 ; en ce qui concerne Mari, il s’agit, sans doute, du « pays de Mari », dont la ville capitale était Tabēte, identifiée avec le site de Tell Ta’ban dans le Moyen-Khabour48. Considérant la précision habituelle des fonctionnaires assyriens, ce silence crée l'impression que Hana et Terqa n’existaient pas, ou n’existaient plus, à l’époque de la formation de l’Empire, si les Assyriens ont l’air de ne pas s’intéresser à ce territoire, ou de s’y intéresser si peu. Le roi Adad‑nirari Ier, dans sa titulature, fait en effet juste une allusion très générale à son pouvoir sur la vallée entière du Moyen-Euphrate, vue comme sa frontière occidentale, insistant plutôt sur son contrôle direct des villes de la Djézireh septentrionale49. Tukulti-Ninurta I, de son côté, dans une liste géographique contenue dans une de ses inscriptions, considère conquise la vallée du Moyen-Euphrate – « Mari, Hana, Rapiqu et les montagnes des Ahlamû » – seulement après sa victoire contre Kaštiliaš IV de Babylone, et l’associe à des régions à l’est du Tigre, dans la vallée de la Diyala et au-delà50. Il est d’ailleurs possible que le pays de Mari cité dans ce contexte n'indique pas les territoires entourant l’ancienne capitale paléobabylonienne, mais l'État de Mari situé dans le Moyen-Khabour51. Une étude récente de la distribution céramique confirme par ailleurs ces données, et les limites de la colonisation médio-assyrienne : pas un seul récipient médio-assyrien n'aurait jamais passé le seuil constitué par l’embouchure du Khabour52.

  • 53 Cf. Cancik-Kirschbaum 1996a, p. 95‑98 ; noter la citation de victoires sur les Cassites aussi dans (...)
  • 54 Geyer et Monchambert 1987 ; Rouault 1998.

19Les lettres médio-assyriennes de Dur‑katlimmu sont muettes en ce qui concerne Hana ou Terqa, mais elles mentionnent par contre, à plusieurs reprises, la présence de « Cassites » dans la région du haut Khabour, dans des contextes différents53. L’éditeur des textes ne s’explique pas vraiment les raisons de cette présence cassite en Mésopotamie du Nord et dans la vallée du Khabour, la considérant une séquelle du conflit qui a opposé Tukulti-Ninurta I et Kaštiliaš IV. Selon les textes, ce dernier aurait même séjourné dans la région avec sa cour, comme hôte et prisonnier, après avoir été capturé par le roi assyrien, avant son transfert en Assyrie. Ces informations semblent indiquer l’importance renouvelée du Moyen-Euphrate et du Khabour comme voie de communication – et éventuellement de conflit – entre Assur et Babylone, en alternative au parcours traditionnel suivant le Tigre et le Tharthar. Après la découverte des matériaux cassites tant à Terqa qu’à Mari, et surtout d’un site « cassite » de la même époque en rive gauche de l’Euphrate, à Maštale, à proximité de Terqa54, ces attestations prennent une signification particulière, révélant peut-être que la réorganisation et de la restructuration des territoires de Hana après la crise de Terqa se sont réalisées sous l'impulsion et l’influence du sud babylonien et cassite. La nécessité de se défendre d’un ennemi commun, l’expansionnisme assyrien, aurait pu être une des raisons déterminant l’orientation nouvelle de la région. D’autre part, la montée progressive du contrôle babylonien en amont de l’Euphrate – et non seulement la traditionnelle opposition frontalière dans la vallée du Tigre et de la Diyala – aurait pu être une des causes déclenchant le conflit entre Tukulti-Ninurta 1er et le souverain cassite.

  • 55 Hàklàr 1983, p. 28 ; Joannès 1995.
  • 56 Beyer 1982a ; Amiet 1985 ; Pons et Gasche 1996.
  • 57 Boehmer et Dämmer 1985 ; Zettler 1993.
  • 58 Podany, Beckman et Colbow 1993 ; Gualandi 1997.

20En attendant les résultats de recherches ultérieures dans le Moyen-Euphrate, il n'y a pas d’éléments concrets signifiant le contrôle politique des Cassites sur la région, ni à Hana ni, d’ailleurs, à Suhu. Considérant la tradition des rapports conflictuels entre la Babylonie et le Moyen-Euphrate, depuis la destruction de Mari par Hammurabi, passant par le conflit entre Samsu‑iluna et Yadikh‑abu, il est difficile d’évaluer le degré de l'intégration de Hana dans la Babylonie cassite. La présence, entre les deux, du district de Suhu, qui semble avoir toujours gardé une certaine dose d’autonomie par rapport au pouvoir cassite central, rendait sans doute les contacts entre les deux régions moins dramatiques et contraignants55. D’autre part, de nouvelles recherches sur la céramique et les matériaux associés aux tombes dites « médio-assyriennes » trouvées à Mari ont déjà montré le rapprochement de la culture locale qui les a produits aux modèles et aux formes typiques de la Mésopotamie cassite56, qui. à cette époque, domine donc dans le Hamrin, la Diyala et toute la Djézireh méridionale57. L’étude de la glyptique d’époque hanéenne révèle la même tendance dans les sceaux provenant de la région de Terqa58. Si, vers la fin du XIIIe siècle, la civilisation urbaine du Moyen-Euphrate a été fortement influencée, au moins dans sa culture matérielle, par la civilisation babylonienne, on peut alors avancer l’hypothèse que ces phénomènes ont été associés à un changement politique, l’entrée de la région dans la sphère du contrôle politique cassite, à un point tel que, sans doute, certains de ses habitants auraient pu être identifiés par les Assyriens comme « Cassites ».

  • 59 Postgate 1985 ; Maul 1992 ; Kühne 1995 ; Morandi Bonaccossi 1996, p. 53‑63 ; Masetti-Rouault 1998 e (...)

21Sans demander l’enrayement total de l’autonomie de l’état hanéen, l’association à Babylone de la structure politique locale du Moyen-Euphrate lui confère un potentiel militaire assez important pour interdire aux Assyriens la colonisation de ce territoire, même après la défaite de Kaštiliaš IV. Cette organisation, de type presque fédératif, avait sans doute comporté un certain degré de soumission à la puissance cassite, au moins en ce qui concerne la politique étrangère et les commerces internationaux, impliquant tant les villes que les tribus semi-nomades. Elle ressemble bien au modèle constitué au Bronze Récent par l’état mitannien, ainsi qu’à celui des relations Suhu/Babylonie, et devient sans doute à son tour le modèle des relations politiques et diplomatiques qui lient l’Assyrie à ses États vassaux en Mésopotamie du Nord au début de l’âge du Fer59.

  • 60 Arnaud 1980 ; Masetti-rouault 1999.
  • 61 Lackenbacher 1991.
  • 62 Lambert 1985 ; Rouault 1992a, 2000.
  • 63 Lipinski 1974 ; Pardee 1978 ; Bordreuil 1985.

22Au-delà de cette assimilation partielle d’éléments « cassites », il reste clair que la culture hanéenne, qui avait ses racines aussi dans les traditions paléobabyloniennes mariotes, n’a pas été pour autant abandonnée ou refoulée. Quelque rare témoignage provient des textes d’Ugarit, tandis que la documentation d’Emar, tout en reflétant une culture sans soute plus semblable60, n’offre pas, à ma connaissance, des attestations directes de ces phénomènes. On peut citer le cas d’une lettre, datable au treizième siècle et adressée au roi d’Ugarit, dans laquelle un fonctionnaire étranger demande le règlement urgent d’un problème d’affaires : son roi a bien versé la somme convenue, mais les chevaux destinés à son char n’ont jamais été envoyés61. Le formulaire de bénédictions et salutations qui précède le texte évoque les noms de Adad, Dagan et Itur-Mêr, les dieux poliades de Terqa et de Mari, qui refont ainsi surface, après une si longue éclipse62. Un autre texte, celui-ci de nature mythologique, peut-être rituelle, met en scène le voyage du dieu Horon, qui l’amène dans le Moyen-Euphrate, à Mari, chez la déesse Ashtart, à la recherche d’un remède efficace contre les morsures de serpent63. Cet épisode du mythe paraît prouver qu’à Ugarit, à la fin du Bronze Récent, l’importance de Mari et d’une de ses déesses était encore ressentie ou, au minimum, que son souvenir s’y était conservé.

  • 64 Kümmel 1989.

23C’est à une époque peut-être un peu plus ancienne que remonte un autre document, celui-ci provenant du bas Khabour, qui nous offre le même type d'indication, concernant l’existence d’une tradition et d’une culture urbaine dans le Moyen-Euphrate. Il s’agit d’un contrat enregistrant une transaction immobilière, formulé selon les règles et le lexique juridique bien connus à Terqa pendant la période de Hana64, mais daté selon le système éponymal des limus assyriens à une année du règne de Salmanazar Ier ou Tukulti-Ninurta Ier. Il a été donc rédigé par un scribe qui connaissait encore, à la fin du XIIIe siècle, cette tradition juridique, mais qui vivait dans un milieu fortement assyrianisé, comme le montrent aussi les anthroponymes cités dans le contrat.

LE RÔLE DE L’HABITAT URBAIN DANS LES SYSTÈMES DIMORPHIQUES

24Ces attestations, quoiqu’isolées, de la vitalité de la culture hanéenne, de son enracinement profond dans la civilisation locale du Moyen-Euphrate, ne peuvent que prouver l'existence d’un centre urbain d’une quelque importance, doué d’une école scribale, liée à un palais ou à un temple, comme c’était le cas à Emar. Cette chancellerie devait être capable de conserver, reproduire et enseigner les contenus et les formes caractéristiques définies et acceptées par la tradition locale, qui constituent la culture dans laquelle une société reconnaît son identité. Il est difficile d’imaginer que la transmission d’un type de culture comme celle attestée par les exemples cités, provenant d’Ugarit ou du bas Khabour, ait pu avoir lieu sous la tente « bédouine », par la force de la tradition orale. Celle-ci a sans doute dû exister, et avoir un rôle précis dans l’évolution de la civilisation en général, sans se confondre avec une religion, une mythologie, un droit, une histoire, un art et une littérature spécifiques.

25Mis à part ces fragments, au fond on sait très peu de choses sur la culture locale du Moyen-Euphrate à cette époque, surtout de choses qui relèvent de l’idéologie ou de la culture du palais, mais pratiquement rien quant à la structure politique et économique de la région. Avec beaucoup de prudence, il est toutefois possible d’utiliser ces données, tant archéologiques que textuelles, pour avancer l’hypothèse, à vérifier, que le système d’organisation du territoire, de ses ressources et de sa population était resté proche du modèle dimorphique exploité par les dynasties amorites du Bronze Moyen. Considérant que la situation écologique et climatique n’a apparemment pas connu de bouleversements fondamentaux, on voit en effet que les éléments principaux constituant la structure dimorphique sont encore en place dans le Moyen-Euphrate à la fin du Bronze Récent, et sans doute aussi pendant le Fer I‑II.

  • 65 Dupont-Sommer 1949 ; Kupper 1957 ; Brinkman 1968 ; Masetti-Rouault 1999.
  • 66 Walker 1982, p. 398‑417 ; Glassner 1993:226.
  • 67 Glassner 1993, p. 265, no 11.

26La présence d’une population semi-nomade dans la région est sûre. Bien que non attestée d’un point de vue archéologique, la menace représentée par Sutéens, Ahlamû, Araméens par la suite, est répétée assez systématiquement dans toutes les sources de l’époque, des lettres d’Amama aux inscriptions royales assyriennes pour qu’il soit inutile d’en discuter la réalité65. Si les données qu’on vient de présenter ont un sens, alors on ne peut plus nier l’existence de centres urbains dans la vallée, peut-être avec des caractéristiques architecturales particulières, mais de toute façon capables d’accueillir une administration et une organisation du territoire stable. D’autre part, la présence d’une royauté locale semble être indiquée non seulement par la lettre d’Ugarit déjà citée, mais aussi par un passage contenu dans une chronique néo-babylonienne, qui se réfère à l’époque de règne du roi babylonien Adad-šuma-usur (début du XIIe siècle)66. Le texte, malheureusement très fragmentaire, parle d’une attaque, réussie, contre le « roi de Mari » de la part d’un autre personnage, à l’occasion d’une « révolte ». Le scribe néo-babylonien semble ne pas reconnaître la légitimité de l’usurpateur, qui a pris le pouvoir par un coup d’état67, – à moins qu’il ne s’agisse d’Adad-šuma-usur lui-même – mais il accepte sans discussions l’idée d’une royauté à Mari au début de l’âge du Fer.

  • 68 Hàklàr 1983 ; Grayson 1987, p. 306, l. 9’ (Assur-dan Ier).
  • 69 Cf. Grayson 1991, p. 53‑54, l. 36‑44.
  • 70 Hàklàr 1983 ; pour la situation dans la vallée du Khabour, voir Morandi Bonaccossi 1996, p. 59‑60.
  • 71 Grayson 1991 :23, l. 44‑63 ; 34, l. 28‑29.
  • 72 Grayson 1991, p. 43, l. 41‑43 ; Grayson 1975, p. 165, l. 24’.
  • 73 Kepinski-Lecomte 1992, p. 9.
  • 74 Abdul-Amir 1997.

27C’est environ à cette époque, jusqu’au règne de Tiglath-phalazar Ier, que l’Assyrie semble vouloir récupérer un certain contrôle du Moyen-Euphrate, surtout en aval de Mari, à Hindanu et à Suhu68. La région située en amont, le royaume de Hana, Terqa ou Mari, n’est pas mentionnée en ces contextes, et considérant que probablement, à cette époque, le bas Khabour était aussi sorti de la domination coloniale assyrienne directe, on pourrait en déduire que la continuité territoriale avec l’Assyrie était assurée par l’itinéraire le long du Tigre et du Tharthar, plutôt que par l’Euphrate69. Un chef local de Suhu paye un tribut/don au roi Ninurtatukulti-Assur (XIe siècle)70, et c’est seulement à l’époque de Tiglath-phalazar Ier que ce roi proclame dans ses inscriptions les victoires obtenues entre Karkemish et Suhu, au-delà du Djébel Bishri et jusqu’à Palmyre, contre les Araméens71. Ces succès militaires lui permettent la conquête de la région de Suhu, ainsi que ses villes, Šapiratu, Hindanu et ‘Ana72. L’implantation d’une forteresse à Haradum, en aval de Hindanu73, et, plus généralement, le renforcement de la présence militaire d’Assur sont attestés maintenant par les résultats de programmes de prospection et de fouille74. Elles correspondent sans doute à la nécessité de contrôler cette frontière provisoire entre la zone d’influence assyrienne et les terres où les tribus araméennes continuaient sans doute à gérer leur indépendance.

  • 75 Grayson 1991, p. 89, l. 14’-16’.
  • 76 Grayson 1991, p. Ill, l. 1‑6.
  • 77 Bonechi 1997, p. 494‑497.
  • 78 Masetti-Rouault 1998 et 1999. Voir toutefois Monchambert 1990, fragment d’un nom propre suivi par l (...)

28Le fait que Mari/Tell Hariri, après un si long silence, a pu récupérer le rôle qui avait été le sien, de capitale du Moyen-Euphrate et de siège de la royauté, après le déclin de Terqa et les crises politiques déterminées par l’expansionnisme tant babylonien qu’assyrien, semble être confirmé par deux entrées contenues dans les inscriptions du roi d’Assyrie Assur-bel‑kala (XIe siècle). Ces textes décrivent sa campagne contre Tukulti-Mår, désigné comme roi du pays de Mari, écrit MAN KUR ma2-ri75. Une inscription de ce dernier, trouvée sur un objet votif déposé dans le temple de Šamaš à Sippar, prouve d’autre part que Tukulti-Mer, fils lui-même de roi, se concevait, d’après sa propre titulature, non pas comme roi de Mari, mais comme roi de Hana, selon la tradition ancienne de Terqa76. Son nom, par ailleurs, renvoie directement à une tradition religieuse typiquement mariote, avec l’évocation du dieu Mer/Wer77. En même temps, ce texte montre le pays de Hana à nouveau tourné vers l’aval, vers le Sud babylonien, sans doute en raison de l’hostilité ouverte de l’Assyrie, qui relance à cette époque son programme d’expansion coloniale vers l’Ouest, et, par là, sa lutte contre les Araméens. Il s’agit de la dernière attestation connue d'un « roi » de Hana, et de Mari ; par la suite, les textes néo-assyriens ne mentionnent plus l’existence d’une royauté dans le Moyen-Euphrate, mais font état seulement d’un pouvoir local diminué, celui des chefs et des cheikhs78.

  • 79 Cancik-Kirschbaum 1996a.
  • 80 Maul 1992.
  • 81 Cancik-Kirschbaum 1996b.
  • 82 Maul 1992, p. 54.
  • 83 Masetti-Rouault 1999 ; Rouault 1998.
  • 84 Cavigneaux et Ismail 1991.
  • 85 Walker 1982, p. 398‑417 ; Glassner 1993, p. 226.

29Dans l’état actuel des recherches, il est impossible d’identifier avec certitude le siège éventuel de la royauté de Hana, et de dire s’il s’agit de Mari, de Terqa, d'un autre site dans le Moyen-Euphrate, ou encore d’une ville et d’une région située dans la Djézireh occidentale, entre la haute vallée du Khabour et la vallée du Balikh. Les textes provenant de l’archive médio-assyrienne de Dur-katlimmu connaissent en effet une ville associée à un pays, ou bien à une montagne, appelé KUR Ha‑a‑na, sans qu’on puisse mieux localiser sa position79. Après la découverte du « pays de Mari » dans la vallée du Khabour, grâce aux textes de Tell Bderi80, on a pu proposer que Tukulti-Mer soit un prince originaire de Hana dans l'Ouest de la Djézireh devenu ensuite roi de Mãri sur le Khabour, remplaçant la dynastie d’Assur-ketti-lešir de Tabete81. C’est dans ce rôle qu’il se serait battu contre le roi assyrien, et dans ce cas le pays de Mari cité dans les inscriptions royales d’Assur-bel‑kala (ainsi que, d’ailleurs, le pays de Mari cité dans l’inscription de Tukulti-Ninurta Ier) serait situé sur le Khabour, et non sur l’Euphrate. Cette interprétation reste évidemment possible, considérant le fait que la façon des scribes assyriens de transcrire le toponyme de Mari est la même que celle souvent employée par les scribes de Tell Bderi-Tabete, pour indiquer le royaume d’Assur-ketti-lešir. Toutefois, elle se fonde principalement sur l’idée que, à cette époque, le Moyen-Euphrate ne pouvait pas être le siège ni d’un état et d’un royaume de Hana, ni d’un pays de Mari correspondant à ce que la tradition mésopotamienne regardait comme le cœur de l’ancien royaume amorite. En réalité, les données paléographiques montrent une certaine variabilité dans l’usage des signes pour transcrire ce toponyme82 dans les traditions scribales à différentes époques. D’autre part, sans compter les découvertes archéologiques récentes qui montrent la continuité d’une culture sédentaire dans la vallée de l’Euphrate entre la fin de l’âge du Bronze et le Fer83, les références au royaume de Mari attestées dans les inscriptions des rois de Suhu du VIIIe siècle84 montrent la persistance d’une tradition qu’il serait difficile de faire remonter à un millénaire plus tôt, et plus encore à un État de dimensions et de durée limitées situé dans le haut Khabour. Il paraît en effet étonnant de voir le roi d’un pays de Mésopotamie du Nord manifester sa dévotion à Šamaš de Sippar, dans une période de grands troubles, ou les scribes babyloniens tenir compte des affaires internes d’un pays lointain et sans relations politiques et frontalières directes avec leur pays85.

  • 86 Pfälzner 1995.

30Il n’en reste pas moins que, dès la fin du Bronze Récent, la présence singulière dans la Djézireh nord-occidentale d'une toponymie qui semble redoubler celle du Moyen-Euphrate au Bronze Moyen – Hana, Mari et aussi Terqa – demande sans doute une explication. Dans la relative pénurie de données, il est difficile de savoir s’il s’agit d’un hasard phonétique ou graphique, dû à la formation de noms qui ont une origine complètement différente, ou bien s’il est question d’un « effet de miroir », déjà connu dans le monde mésopotamien. Dans ce sens, cette toponymie pourrait être liée à l’implantation dans la région d’une population d’émigrants, voire de semi-nomades transhumants qui, provenant du Moyen-Euphrate, veulent récréer leur milieu urbain d’origine dans le haut et moyen Khabour. Aucun type de documentation archéologique pour le moment ne semble soutenir cette hypothèse86, qui paraît au fond peu probable, puisqu’elle implique le déplacement des centres politiques et économiques du Moyen-Euphrate à la fin de l’époque mitannienne, au moment où l’Empire médio-assyrien prenait déjà possession de la Djézireh et de la vallée du Khabour. Dans ces conditions, il n’y avait sans doute pas assez d’espace pour permettre la formation de nouvelles entités politiques indépendantes de l’Assyrie, tendant à l’expansion et revendiquant le prestige et les traditions qui avaient caractérisé les royaumes amorites de Mari et de Hana pendant le Bronze Moyen et Récent.

LE FER II DANS LE MOYEN-EUPHRATE

  • 87 Beyer 1982b, p. 38‑44.
  • 88 Margueron 1993, p. 26‑27.
  • 89 Grayson 1991, p. 153‑154, l. 105‑119 (Adad‑nirari II) ; 173‑178, l. 41‑126 (Tukulti-Ninurta II) ; 1 (...)
  • 90 Postgate 1980 ; Zadok 1995, p. 230.
  • 91 Chaumont 1984, p. 70‑71.93.
  • 92 Grayson 1991, p. 176, l. 90‑94 (Sirqu) ; 200, l. 96b-97a (Hindanu).
  • 93 Dion 1997, p. 361‑366.

31Seulement très peu de vestiges, dans les fouilles de Mari, fournissent des renseignements concernant la ville de l’âge du Fer, qui aurait remplacé la bourgade hanéenne du Bronze Moyen II87, et qui devrait correspondre à l’évolution du centre « cassite »/médio-assyrien qui s’était développé quelque part sur le tell, ou à proximité, à la fin du Bronze Récent88. Quand les souverains néo-assyriens du Xe‑IXe siècle longent le Moyen-Euphrate pour l’annexer à l’Empire, ils trouvent une vallée organisée et sectionnée en plusieurs villes et villages, chacun avec son autorité locale89. Terqa est à nouveau citée, cette fois-ci par une version de son toponyme un peu différente, mais déjà connue depuis l’époque de Hana : il s’agit de Sirqu, capitale du pays de Laqê90, ce nom étant sans doute une innovation dans la géographie locale. Mari, par contre, apparemment ne fait pas partie des sites visités par les rois assyriens, mais son nom se retrouve encore dans les listes géographiques d’époque classique, bien qu’absent de toute la documentation néo-assyrienne91. Le Moyen-Euphrate fournit aux rois assyriens un tribut très riche, comprenant beaucoup de bronze, d’or et argent et autres minéraux rares, d’origine sûrement non locale, mais aussi d’autres des produits précieux, comme des étoffes, de la myrrhe, ou encore des dromadaires92. Il s’agit, déjà à cette époque ancienne, des fruits d’un commerce caravanier à grande distance destiné à connaître par la suite un grand développement, mais dont nous n’avons pas, par ailleurs, d’autres preuves93.

  • 94 Grayson 1991, p. 198‑199,1.75‑76 (Hamataya, Ahiababa). Cf. aussi Sader 1987, p. 213‑214.
  • 95 Grayson 1991 : 215, l. 38b-43b (Azi-ili) ; cf. aussi Jasink 1995 : 102 : l’inscription royale hiéro (...)
  • 96 Sader 1987, p. 206‑210 ; Millard 1990 ; Dion 1997, p. 139‑143 et 148‑149.
  • 97 Dupont-Sommer 1949, p. 50, n. 38 ; Dion 1997, p. 250‑251.

32En général, les renseignements fournis par les inscriptions royales néo-assyriennes montrent que pendant cette période le Moyen-Euphrate s’est effectivement ouvert aux contacts avec le monde syrien, en particulier de Syrie du Nord : certains de ses chefs locaux sont parfois originaires d’autres États araméens situés en Syrie du Nord94, et sûrement des liens politiques effectifs et des accords stables devaient exister entre les différentes organisations tribales, afin de garantir la réussite des circuits caravaniers, la circulation normale des groupes transhumants, ou encore les stratégies de défense contre les ennemis communs95. Le réseau d’alliances et d’inimitiés tenaces à l’œuvre surtout pendant le VIIIe siècle, lors des conflits contre l’Assyrie, se met en place déjà au siècle précèdent. La continuité et la transmission de culture et de l’idéologie religieuse de Moyen-Euphrate vers les pays araméens sont témoignées aussi par la présence d’un culte voué par un souverain araméen de Hamat, Zakkur96, originaire d’Ana, à Ilu-Wer97, protecteur de sa dynastie, qui sans doute est une forme de Wer/Mer/Ber, la divinité poliade de Mari.

  • 98 Tournay et Saouaf 1952 ; Tournay 1997 ; Grayson 1991, p. 188 ; Masetti-Rouault 2001, p. 89‑110.
  • 99 Masetti-Rouault 1998.
  • 100 Liverani 1988b ; 1992b.
  • 101 Grayson 1991, p. 231, l. 17b-18a.
  • 102 Grayson 1991, p. 290, l. 33‑36a ; 227, l. 52‑55.
  • 103 Grayson 1991, p. 292, l. 95‑96 ; 293, l. 143b-144a ; 345, l. 1’.

33L’analyse de la stèle dite d’Ashara, où elle a été retrouvée en 194898, tant de son iconographie que de son texte, daté de l’an 883, permet de prouver, encore pour le dixième et le neuvième siècle, la survie d’une culture locale, manifestement héritière de la tradition proto- et paléosyrienne, comme d’ailleurs paléobabylonienne, hanéenne et cassite. La dialectique idéologique développée par ce monument témoigne de la persistance d’une organisation sociale et politique de type dimorphique, qui manifestement entre en crise au début du IXe siècle99. C’est de cette crise que sait profiter la politique expansionniste néo-assyrienne, exploitant les conflits existant entre population semi-nomade et rurale, les élites urbaines et les tribus qui gèrent le commerce caravanier international, pour implanter son pouvoir dans la région. La domination assyrienne semble prendre dans le Moyen-Euphrate un aspect beaucoup plus lourd déjà au milieu du IXe siècle, sous le règne d’Assurnasirpal II. Après une longue série de révoltes, organisées par l’alliance entre les différents centres politiques situés depuis le bas Khabour jusqu’à la région de ‘Ana, le roi assyrien y lance une série d’expéditions punitives, éliminant les élites urbaines, sur lesquelles il s’était initialement appuyé, ainsi que les éléments semi-nomades les plus autonomes et agressifs100. À Suhu, Assurnasirpal II se bat contre le « gouverneur » local allié encore à des troupes « cassites »101. Une partie, sans doute réduite, de la population du Moyen-Euphrate est déportée en Assyrie, où elle contribue à la construction du palais royal de Calah et à la rénovation de la ville102. Toutefois, seuls les représentants officiels de Hindanu et de Suhu, qui ont d’ailleurs envoyé un présent important, sont cités parmi les « invités » qui assistent au banquet et aux cérémonies d’inauguration du palais, tandis que ni Sirqu ni Laqê ne sont cités dans ce contexte103.

  • 104 Grayson 1991, p. 215‑216, l. 48b-50a (Kar-Assurnasirpal et Neberti-Assur). Pour la position de Kar- (...)
  • 105 Grayson 1991, p. 227,1.54 (URU sir‑qu sa2 ne2-ber-ti ID2 pu‑rat‑te).
  • 106 Jasink 1995, p. 102, et cf. note 82.
  • 107 Grayson 1993, p. 27‑28. Dans un premier temps, Nergal‑eresh semble contrôler Laqê – où il s’apprête (...)

34Il est difficile de se prononcer sur la nature exacte des relations entre Laqê et l’Assyrie à cette époque. Le manque d’envoyés et de tributs du Moyen-Euphrate – peut-être casuel, dans le texte de l’inscription – pourrait indiquer que l'état laqéen est définitivement éliminé, et transformé en province. Assurnasirpal II d’ailleurs avait fondé également deux « villes nouvelles » dans le Moyen-Euphrate, en aval de l’embouchure du Khabour, une en rive droite et une en rive gauche104, et sans doute non loin de Sirqu, qui est maintenant souvent citée dans les inscriptions comme lieu d’un gué105. Si le Laqê cité dans l’inscription de Urhilinas de Hamat est bien l’État du Moyen-Euphrate, il faut admettre que, à la fin du IXe siècle, le pays devait avoir déjà récupéré l’autonomie suffisante pour prendre des contacts avec la Syrie du Nord106. Cette réalité pourrait aussi expliquer les hésitations des scribes à considérer certaines localités comme contrôlées par le gouverneur assyrien dans la titulature portée par Nergal‑eres dans ses inscriptions, au début du VIIIe siècle107. De toute façon, à cette époque le Moyen-Euphrate se trouve certainement sous la domination assyrienne, comme le témoignent dans l’ensemble les inscriptions liées à Nergal‑ereš, qui, au moins à une phase de sa carrière, est gouverneur de la Djézireh centrale et du Khabour au sud du Djebel Sinjar, ainsi que de Laqê, Hindanu et Suhu, sous le règne de Adad‑nirari III.

  • 108 Fales et Postgate 1995, p. 5, l. 15 ; Parpola 1987, p. 160, no 204, l. 14‑17 ; 176‑177, no 226, 7‑1 (...)
  • 109 Buccellati 1979 : 29‑30.
  • 110 Geyer et Monchambert 1987 ; Rouault 1998 ; Masetti-Rouault 1999.
  • 111 Liverani 1988a : 785, et voir note 54.

35Quelques documents administratifs et lettres d’époque sargonide envoyés en métropole semblent indiquer que le Moyen-Euphrate – la province de Laqê – est considéré comme une région riche pour ses possibilités agricoles, et tout particulièrement par la production de fruits, sans plus de référence à son rôle dans le commerce caravanier international108. En tout cas, la présence néo-assyrienne dans le Moyen-Euphrate reste discrète du point de vue archéologique et monumental, et presque aucun vestige datable de cette époque n’a pu être retrouvé dans les fouilles récentes, à l’exception de tombes dans le site d'Ashara109. Les prospections ont révélé par ailleurs la présence de quelques sites, surtout en rive gauche, datés de cette même époque. Parmi eux, le Djebel Masaïkh, où un sondage a pu être réalisé récemment, semble particulièrement prometteur110. Situé en rive gauche à quelques kilomètres au nord de Ashara/Sirqu, il pourrait être identifié avec la ville de Kar-Assurnasirpal. Par contre, le Djebel Mashtale, souvent interprété comme les restes d’un site néo-assyrien111, se révèle être, comme on a vu, surtout un centre « cassite », caractérisé par la présence en grande quantité d’une typologie céramique babylonienne méridionale, largement représentée aussi dans la vallée de la Diyala et dans le Djebel Hamrin.

  • 112 Cavigneaux et Ismail 1991 ; Frame 1995, p. 275‑331.
  • 113 Parpola 1990.
  • 114 Joannès 1995, 1997.
  • 115 Frame 1995, p. 292‑293, l. 19b-43a.
  • 116 Frame 1995, p. 300, l. iv 26b’-38a’.

36Le sort de Suhu a été différent, et les fouilles récentes ont permis de récupérer une documentation archéologique et textuelle extrêmement intéressante112. Cette région, sujette à l’Assyrie, dès la fin du IXe siècle reconstitue son autonomie partielle – comme Sirqu ? – à l'initiative d’une dynastie locale, laissant la ville de ‘Ana sous le contrôle d’un gouverneur soumis à l’Assyrie113. Dans la titulature attestée dans leurs inscriptions, ces dynastes revendiquent une autorité pratiquement royale non seulement sur l’alvéole correspondant à la ville d’Anat et sur le pays de Suhu, mais aussi sur l’amont, le « pays de Mari », se rapportant sans doute à une situation existant à l’époque paléobabylonienne et hanéenne114. En soutien de cette prétention, la dynastie proclame sa descendance tant d’Hammurabi de Babylone, que d’un chef de clan cassite, Tunamissah. Les « gouverneurs »-Shakkanakku de Suhu récupèrent ainsi toute la tradition et l’histoire du Moyen-Euphrate, fondant leur idéologie politique et la légitimité de leur pouvoir sur une expérience au fond très similaire à celles vécues par les communautés en amont, – en particulier au Bronze Récent, avec l’infiltration progressive des Cassites. Tout en se battant contre un regroupement araméen, qui projette de razzier le pays de Laqê, et traitant les gouverneurs assyriens des provinces limitrophes de Laqê et de Rasappa avec condescendance ou même dédain115, le gouverneur de Suhu se comporte lui-même en « Bédouin »-araméen, en brigand de grand chemin, quand il attaque et rançonne des caravanes sur les pistes traversant la Shamiyé vers l’Ouest116. S’il raconte avec orgueil ce comportement dans ses inscriptions royales, c’est parce que ce comportement n’est pas criminel ou irrationnel, mais uniquement une façon de mesurer ses forces et son pouvoir, dans un cadre institutionnel qui lui appartient.

  • 117 Millard 1990 ; pour les connexions entre ‘Ana et Hamat, voir aussi Parpola 1990.
  • 118 Lipinski 1976.
  • 119 Dion 1995.

37Comme on a vu, c’est de cette même région qui provient Zakkur, l’« homme de ‘Ana » qui deviendra le roi araméen de Hamat, comme il le proclame avec orgueil dans son inscription, selon la nouvelle lecture proposée par ce terme, à moins qu’il ne faille traduire « le Hanéen »117. Job, l’exemple plus récent du Juste souffrant de tradition mésopotamienne, discute de son malheur avec un ami qui porte le même nom qu’Apladad, la divinité tutélaire de la dynastie des shakkanakku de Suhu118, et dans ses conversations il décrit un milieu social, naturel et culturel qui pourrait bien être, ou refléter, celui du Moyen-Euphrate au Fer II‑III119.

38Les faits, les événements et les noms – d’ailleurs souvent bien connus –, qu’on a évoqués ici afin de mettre en évidence les relations profondes qui lient le Moyen-Euphrate à la Syrie araméenne et palestinienne à l’âge du Fer, sont immergés dans le vide de la documentation directe provenant de la région. Toutefois, pris dans leur ensemble, ils fournissent une image bien différente du tableau noir, ou à peine opaque, peint par l’idéologie des inscriptions royales assyriennes, et par une interprétation trop rapide de l’observation archéologique. La culture syro-araméenne du Fer I‑II et la société et les structures politiques qui l’ont générée et développée ne sont pas des institutions primitives, semi-sauvages, de création récente et ex nihilo, ou bien volées ailleurs, et mal absorbées. Si la civilisation araméenne est née ici, dans le Moyen-Euphrate, comme l’affirment les Assyriens, alors elle est la version finale, la plus récente, de la civilisation syrienne héritière de l’âge du Bronze dans tous ses aspects, avant sa rencontre avec le monde classique.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Abdul-amir S. J.
1997 « Assyrian Frontier Sites on the Middle Euphrates. New Evidence from al‑Qadisiya (Haditha) Dam Region in the Western Deset of Iraq », in H. Waetzold et H. Hauptmann (éd.),
Assyrien im Wandel der Zeiten, XXXIXe Rencontre Assyriologique Internationale, Heidelberg 6‑10 Juli 1992, Heidelberg, p. 219‑221.

Amiet R
1985 « La glyptique de Mari », MARI 4, p. 475‑485.

Anastasio S.
1995
The Archaeology of Upper Mesopotamia. An Analytical Bibliography for the Pre-Classical Period, Subartu III, Tumhout.

Arnaud D.
1980 « Traditions urbaines et influences semi-nomades à Émar, à l’âge du Bronze récent », in J.‑C. Margueron (éd.), Le Moyen Euphrate, zone de contacts et d’échanges. Actes du Colloque de Strasbourg mars 1977, Leiden, p. 245‑264.
1984 « La Syrie du Moyen-Euphrate sous le protectorat hittite : l’administration d’après trois lettres inédites », Aula Orientalis 2, p. 179‑188.
1993 « La Syrie au IIe millénaire. XIXe-XIIe siècle avant J.‑C. », in S. Cluzan, E. Delpont & J. Mouliérac (éd.), Syrie. Mémoire et civilisation, Paris, p. 138‑143.

Artzi P.
1991 « Aššur-uballit and the Sutians. A Small Chapter from the Theme: Prolegomena to Assyrian Empire », in M. Cogan & I. Eph’al (éd.)
Ah, Assyria… Studies in Assyrian History and Ancient Near Eastern Historiography presented to Hayim Tadmor, Jerusalem, p. 254‑257.

Aurenche O. (éd.)
1984 Nomades et sédentaires. Perspectives ethnoarchéologiques, Paris.

Bar-yosef O., Khazanov A. (éd.)
1992
Pastoralism in the Levant. Archaeological Materials in Anthropological Perspectives, Madison, Wisconsin.

Bernbeck R.
1993
Steppe als Kulturlandschaft. Das ‘Agig-Gebiet Ostsyriens vom Neolithikum bis zur islamischen Zeit, Berlin.

Beyer D.
1982a « Du Moyen-Euphrate au Luristan : bagues-cachets de la fin du IIe millénaire », MARI 2, p. 169‑189, pl. 8.
1982b « Stratigraphie de Mari ; remarques préliminaires sur les premières couches du sondage stratigraphique (chantier A) », MARI 2, p. 37‑60.

Bienkowski P. (éd.)
1992
Early Edom and Moab. The Beginning of the Iron Age in Southern Jordan, Sheffield.

Boehmer R. M., Dämmer H.‑W.
1985
Tell Imlihiye, Tell Zubeidi, Tell Abbas, Baghdader Forschungen 7, Mainz am Rhein.

Bonechi M.
1997 « Lexique et idéologie royale à l’époque proto-syrienne », MARI 8, p. 477‑535.

Bordreuil P
1985 « Ashtart de Mari et les dieux d’Ugarit », MARI 4, p. 545‑548.

Briant P.
1982 État et pasteurs au Moyen-Orient ancien, Production pastorale et société, Cambridge et Paris.
1996 Histoire de l’Empire perse de Cyrus à Alexandre, Paris.

Brinkman J. A.,
1968
A Political History of Post-Kassite Babylonia, Analecta Orientalia 43, Rome.

Buccellati G.
1977 « General Introduction and Stratigraphic Record of the First Two Seasons »,
Syro-Mesopotamian Studies 1/3.
1979
The Fourth Season: Introduction and the Stratigraphic Record, Bibliotheca Mesopotamia 10, Malibu.
1983a
Terqa. An Introduction to the Site, Preprint for the Symposium of Der-ez-Zor, Malibu.
1983b « Terqa: The First Eight Seasons »,
Annales archéologiques arabes syriennes 33, p. 47‑67.
1984 « Introduction », in O. 
Rouault 1984, p. vii‑xviii.
1988 « Scope of Research », in G. Buccellati et M. Kelly-Buccellati (éd.).
Mozan. I. The Soundings of the First Two Seasons, Malibu, p. 29‑41.
1990a « From Hana to Laqê: The End or Syro-Mesopotamia », in Ö. Tunca (éd.),
De la Babylonie à la Syrie, en passant par Mari. Mélanges offerts à J.‑R. Kupper, Liège, p. 229‑253.
1990b « “River Bank”, “High Country”, and “Pasture Land”: the Growth of Nomadism on the Middle Euphrates and the Khabur », in S. Eichler, M. Waller & D. Warburton (éd.).
Tall al‑Hamidiya 2, Symposion on Recent Excavations in the Upper Khabur Region, Göttingen, p. 87‑117.
1990c « The Rural Landscape of the Ancient Zor: the Terqa Evidence », in B. 
Geyer (éd.) 1990, p. 155‑169.
1993 « Gli Amorrei e l’“addomesticamento” della steppa », in O. 
Rouault et M.‑G. Masetti-Rouault (éd.) 1993, p. 67‑69.

Cancik-Kirschbaum E.‑Ch.
1996a
Die mittelassyrischen Briefe aus Tall Šāḫ Hamad, Berlin.
1996b « Addenda und Corrigenda zu
Baths 4 (2) », NABU 1996/3, p. 67.

Cavigneaux A., Ismail B. Kh.
1991 « Die Statthalter von Suhu und Mari im 8. jh. v. chr »,
Baghdader Mitteilungen 21, p. 321‑456.

Charpin D.
1987 « Les décrets royaux à l’époque paléobabylonienne : à propos d’un ouvrage récent », Archiv für Orientforschungen 34, p. 36‑44.

Chaumont M.‑L.
1984 « Études d’histoire parthe. V. La route royale des Parthes de Zeugma à Séleucie du Tigre d’après l’itinéraire d’Isidore de Charax », Syria 61, p. 64‑107.

Chavalas M.
1988
The House of Puzurum: A Stratigraphic, Distributional and Social Analysis of Domestic Units from Tell Ashara-Terqa, Syria, from the Middle of the Second Millennium BC, University of California Los Angeles Ph.D. dissertation, inédit.

Cluzan S., Delpont E., Mouliérac (éd.)
1995 Syrie. Mémoire et Civilisation, Paris.

Cribb R.
1991 Nomads in Archaeology, Cambridge.

Dion P.‑E.
1974 La Langue de Ya’udi : description et classement de l’ancien parler de Zincirli dans le cadre des langues sémitiques du nord-ouest, Waterloo, Ontario.
1995 « Les Araméens du Moyen-Euphrate au VIIIe siècle à la lumière des inscriptions des maîtres de Suhu et Mari », in J. A. Emerton (éd.), Congress Volume, Paris 1992, (Vetus Testamentus Studies 61), Leiden, p. 53‑73.
1997 Les Araméens à l’âge du Fer : histoire politique et structures sociales, Paris.

Dupont-Sommer A.
1949 Les Araméens, L’Orient Ancien Illustré, Paris.

Edzard D. O.
1964 « Mari und Aramaer? »,
Zeitschrift für Assyriologie 22, p. 142‑149.

Fales F. M., Postgate J. N.
1995
Imperial Administrative Records, Part I. Palace and Temple Administration, State Archives of Assyria VII, Helsinki.

Finkelstein I.
1988
The Archaeology of the Israelite Settlement, Jerusalem.
1995
Living on the Fringe. The Archaeology and History of the Negev, Sinai and Neighbouring Regions in the Bronze and Iron Ages, Sheffield.

Finkelstein I., Na’aman N. (éd.)
1994
From Nomadism to Monarchy: Archaeological and Historical Aspects of Early Israel, Jerusalem.

Frame G.
1995
Rulers of Babylonia. From the Second Dynasty of Isin to the End of the Assyrian Domination (1157‑612), Toronto-Buffalo-London.

Frézouls E.
1980 « Les fonctions du Moyen-Euphrate à l'époque romaine », in J.‑C. Margueron (éd.), Le Moyen Euphrate, zone de contacts et d’échanges. Actes du Colloque de Strasbourg 10‑12 mars 1977, Leiden, p. 355‑386.

Garbini G.
1984 Le lingue semitiche. Studi di storia linguistica, Dipartimento di Studi Asiatici, Napoli.

Garelli P.
1969 Le Proche-Orient asiatique, des origines aux invasions des peuples de la mer, Nouvelle Clio, L’histoire et ses problèmes 2/1, Paris.

Gasche H.
1989 La Babylonie au 17e siècle avant notre ère : approche archéologique, problèmes et perspectives, Mesopotamian History and Environment, Series II, Ghent.

Gelb I. J.
1961 « The Early History of the West Semitic People »,
Journal of Cuneiform Studies 15, p. 27‑47.

Geyer B. (éd.)
1990 Techniques et pratiques hydro-agricoles traditionnelles en domaine irrigué. Actes du Colloque de Damas, 27 juin-1er juillet 1987, Paris.

Geyer B., Monchambert J.‑Y.
1987 « Prospection de la moyenne vallée de l’Euphrate ; rapport préliminaire 1982‑85 », MARI 5, p. 293‑344.

Gilbert A. S.
1975 « Modem Nomads and Prehistoric Pastoralists: The Limits of Analogy »,
JANES 7, p. 53‑71.

Glassner J.‑J.
1993 Chroniques mésopotamiennes, Paris.

Grayson A. K.
1975
Assyrian and Babylonian Chronicles, Locust Valley, New York.
1987
Assyrian Rulers of the Third and Second Millennia BC (to 1115), The Royal Inscriptions of Mesopotamia. Assyrian Periods vol. I, Toronto-Buffalo-London.
1991
Assyrian Rulers of the Early First Millennium BC (1114‑859 BC), The Royal Inscriptions of Mesopotamia. Assyrian Periods vol. II, Toronto-Buffalo-London.
1993 « Assyrian Officials and Power in the Ninth and Eighth Centuries »,
State Archives of Assyria Bulletin 7 (1993), 19‑52.

Gualandi G.
1997 « Terqa. Rapport préliminaire (1987‑1989). Les sceaux-cylindres, étude préliminaire », MARI 8, p. 149‑157.

Gurney O. R.
1949 « Texts from Dur-Kurigalzu »,
Iraq 11, p. 131‑149.

Hàklàr N.
1983 « Die Stellung Suhis in der Geschichte, ein Zwischenbilanz »,
Oriens Antiquus 22, p. 25‑36.

Heltzer M.
1981
The Suteans, Istituto Orientale di Napoli, Seminario di studi asiatici Series minor 13, Naples.

Jasink A. M.
1995
Gli stati neo-hittiti. Analisi de lie fond scritte e sintesi storica, Pavia.

Jean-Marie M.
1999 Tombes et nécropoles de Mari, Mission archéologique de Mari V, Beyrouth.

Joannès F.
1995 « L’itinéraire des Dix-Mille en Mésopotamie et l’apport des sources cunéiformes », in P. Briant (éd.), Dans les pas des Dix-Mille, Pallas 43, p. 173‑199.
1997 « Palmyre et les routes du désert au début du IIe millénaire av. J.‑C. », MARI 8, p. 393‑415.

Kepinski-Lecomte C.
1992 « Introduction », in C. Kepinski-Lecomte (éd.), Haradum I. Une ville nouvelle sur le Moyen-Euphrate (XVIIIe-XVIIe siècle av. J.‑C.), Paris, p. 9‑10.

Kühne H.
1980 « Zur Rekonstruktion der Feldzüge Adad‑Nirari II., Tukulti-Ninurta II. und Assurnasirpal II. im Habur-Gebiet », Baghdader Mittelungen 11, p. 44‑70.
1990 « Gedanken zur Historischen und Stadtebaulichen Entwicklung der Assyrischen Stadt Dur-katlimmu », in P. Matthiae, M. Van Loon & H. Weiss (éd.), Resurrecting the Past. A Joint Tribute to Adnan Bounni, Istanbul, p. 153‑169.
1995 « The Assyrians on the Middle Euphrates and the Habur », in M. Liverani (éd.),
Neo-Assyrian Geography, Roma, p. 69‑85, pl. 1‑2.
2000 « Dur-katlimmu and the Middle Assyrian Empire », in O. 
Rouault et M. Wäfler (éd.) 2000, p. 271‑279.

Kühne H. (éd.)
1991
Die rezente Umwelt von Tall Shaikh Hamad und Daten zur Umweltrekonstruction der assyrischen Stadt Dur-Katlimmu, Berlin.

Kümmel H. M.
1989 « Ein Kaufvertrag aus Hana mit mittelassyrischer limu-Datierung », Zeitschrift für Assyriologie 79, p. 191‑200.

Kupper J.‑R.
1957 Les nomades en Mésopotamie au temps des rois de Mari, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège 142, Paris.

Lackenbacher S.
1991 « Lettres et fragments », in P. Bordreuil (éd.), Une bibliothèque au sud de la ville. Les Textes de la 34e campagne (1973), Paris, p. 83‑104.

Lambert W. G.
1985 « The Pantheon of Mari »,
MARI 4, p. 525‑539.

Landsberger B.
1954 « Assyrische Königliste und “Dunkles Zeitalter” »,
Journal of Cuneiform Studies 8, p. 31‑46, 47‑73, 106‑133.

Lipinski E.
1974 « La légende sacrée de la conjuration des morsures de serpents », Ugarit Forschungen 4, p. 169‑174.
1976 « Apladad », Orientalia NS 45, p. 53‑74.

Liverani M.
1962 « Antecedenti dell’onomastica aramaica antica »,
Rivista di Studi Orientali 37, p. 65‑76.
1968 « Variazioni climatiche e fluttuazioni demografiche nella storia siriana », OA 7, p. 77‑89.
1986 « The Collapse of the Near Eastern regional System at the end of the Bronze Age: the case of Syria », in M. Rowlands et M. T. Larsen (éd.), Centre and Periphery in the Ancient World, Cambridge, p. 66‑73.
1988a
Antico Oriente. Storia Società Economia, Roma et Bari.
1988b « The Growth of the Assyrian Empire in the Habur/Middle Euphrates Area: a New Paradigm »,
State Archives of Assyria Bulletin 2, p. 81‑98.
1992a « Rasappu and Hatallu »,
State Archives of Assyria Bulletin 6, p. 35‑40.
1992b
Studies on the Annals of Ashurnasirpal II 2 : Topographical Analysis, Roma.

Luciani M.
1999 « Zur Lage Terqas in schriftlichen Quellen »,
Zeitschriftfür Assyriologie 89/1, p. 1‑23.
2001 « Again on DeZ 3281, Middle Assyrian toponymy and a
limu from Tell Seh Hamad/Dur-katlimmu », NABU 2001/1, p. 3‑6.

Lyonnet B.
2000 « Méthodes et résultats préliminaires d’une prospection archéologique dans la partie occidentale du Haut-Khabour, depuis le Néolithique jusqu’à la fin du IImillénaire avant notre ère », in Rouault et Wäfler (éd.) 2000, p. 241‑253.

Mallet J.
1975 « Mari : une nouvelle coutume funéraire assyrienne », Syria 52, p. 23‑36.

Margueron J.‑C.
1987 « Recherches sur l’urbanisme de Mari - 1 », MARI 5, p. 483‑498.
1990 « L’aménagement de la région de Mari : quelques considérations historiques », in B. Geyer (éd.) 1990, tome I, p. 171‑189.
1991 « Mari, l’Euphrate, et le Khabour au milieu du IIIe millénaire », Canadian Society of Mesopotamian Studies Bulletin 21, p. 79‑100.
1993 « Mari : Rapport préliminaire sur la campagne de 1987. Chantier E », MARI 7, p. 5‑38.

Masetti-Rouault M. G.
1993 « L’época del regno di Hana », in O. 
Rouault & M. G. Masetti-Rouault (éd.) 1993, p. 76‑79.
1997 « Terqa. Rapport préliminaire (1987-1989). Chantier F : le sondage F3k1 », MARI 8, p. 89‑98.
1998 « Syriens et Assyriens dans la Djéziré, XIVe-IXe siècles av. J.‑C. », in M. Lebeau (éd.), About Subartu, Subartu IV/2, p. 223‑242.
1999 « Aspects du paysage social et politique du Moyen-Euphrate syrien à l’âge du Fer », in L. Milano, S. De Martino, F. M. Fales et G. B. Lanfranchi (éd.), Landscapes. Territoires, Frontiers and Horizons in the Ancient Near East. Papers presented to the XLIV Rencontre Assyriologique Internationale, Venezia, 7‑11 July 1997, vol. II, Geography and Cultural Landscapes, Padova, p. 129‑138.
2001 Cultures locales du Moyen-Euphrate. Modèles et événements IIe-Ier mill. av. J.‑C., Subartu VIII, Turnhout.

Masetti-Rouault M. G., Rouault O.
1996 « Une harpè à Terqa » in H. Gasche et B. Hrouda (éd), Collectanea Orientalia. Histoire, arts de l’espace et industrie de la terre. Études offertes en hommage à Agnès Spycket, Neuchâtel et Paris, p. 181‑198.

Matthews V. H.
1978
Pastoral Nomadism in the Mari Kingdom (ca. 1830-1760 BC), American School of Oriental Research, Dissertation Series 3, Cambridge.

Maul S. M.
1992
Die Inschriften von Tall Bderi, Berliner Beiträge zum Vorderen Orient Texte 2, Berlin.

McClellan T. L.
1992 « 12th Century BC Syria: Comments on Sader’s Paper », in W. A. Ward et M. Sharp Joukowsky (éd.),
The Crisis Years: the 12th Century BC From beyond the Danube to the Tigris, Dubuque, Iowa, p. 164‑173.
1993 « La Siria settentrionale nella Tarda et à del Bronzo », in O. Rouault et M. G. Masetti-rouault (éd.) 1993, p. 85‑86.

Millard A. R.
1980 « A Wandering Aramean »,
Journal of Near Eastern Studies 39, p. 153‑155.
1983 « Assyrians and Arameans »,
Iraq 45, p. 101‑108.
1990 « The Homeland of Zakkur »,
Semitica 39, p. 47‑52.

Monchambert J.‑Y.
1990 « Un tesson inscrit à es-Saiyal », MARI 6, p. 645‑646.

Morandi Bonacossi D.
1996 Tra il fiume e la steppa. Insediamento e uso del territorio nella bassa valle del fiume Habur in epoca neoassira, Padova.

Moscati S.
1955 Histoire et Civilisation des peuples sémitiques, Paris.

Neumann J., Parpola S.
1987 « Climatic Change and the Eleventh-Tenth-Century Eclypse of Assyria and Babylonia »,
Journal of Near Eastern Studies 46, p. 161‑182.

Pardee D.
1978 « A Philological and Prosodic Analysis of the Ugaritic Serpent Incantation UT 607 »,
Journal of Ancient Near East Studies 10, p. 73‑108.

Parpola S.
1987
The Correspondence of Sargon II. Part I: Letters from Assyria and the West, State Archive of Assyria 1, Helsinki.
1990 « A Letter from Marduk-apla‑usur of Anah to Rudamu/Urtamis, King of Hamath », in P. J. Riis et M.‑L. Buhl (éd.),
Hama. Fouilles et recherches 1931-1938, II 2. Les objets de la période dite syro-hittite (âge du Fer), Copenhague, p. 257‑265.

Parrot A.
1937 « Mari : troisième campagne (Hiver 1935‑36) », Syria 18, p. 54‑84.
1938 « Mari : quatrième campagne (Hiver 1936‑37) », Syria 19, p. 1‑29.
1952 « Mari : septième campagne (Hiver 1951‑52) », Syria 29, p. 183‑203.
1974 Mari, capitale fabuleuse, Paris.

Pfälzner P.
1995
Mittannische und mittelassyrische Keramik : Eine chronologische, funktionale und produktionsökonomische Analyse, Berichte der Ausgrabung Tall Sah Hamad 3, Berlin.
1997 « Keramikproduktion und Provinzverwaltung im mittelassyrischen Reich », in H. Waetzold et H. Hauptmann (éd.), Assyrien im Wandel der Zeiten, XXXIXe Rencontre Assyriologique Internationale, Heidelberg 6‑10 Juli 1992, Heidelberg, p. 337‑345.

Podany A. H.
1993 « A Middle Babylonian Date for the Hana Kingdom »,
Journal of Cuneiform Studies 43‑45 (1991‑1993), p. 53‑62.
2002
The Land of Hana. Kings, Chronology and Scribal Tradition, Bethesda.

Podany A., Beckman G. M., Colbow G.,
1993 « An Adoption and Inheritance Contract from the Reign of Iggid-Lim of Hana »,
Journal of Cuneiform Studies 43‑45 (1991‑1993), p. 39‑51.

Pons N., Gasche H.
1996 « Du Cassite à Mari », in H. Gasche et B. Hrouda (éd.), Collectanea Orientalia. Histoire, arts de l’espace et industrie de la terre. Études offertes en hommage à Agnès Spycket, (CPOA 3), Neuchâtel et Paris, p. 287‑298.

Postgate J. N.
1980 « Compte rendu de H. Freydank, Mittelassyrische Rechtsurkunden und Verwaltungtexte, Berlin 1976 », Bibliotheca Orientalis 37, p. 67‑70.
1985 « Compte rendu de K. Nashef, Die Orts und Gewässernamen der mittelbabylonischen und mittelassyrische Zeit, Wiesbaden 1982 », Archiv für Orientforschungen 32, p. 95‑101.

Rabin C.
1963 « The Origin of the Subdivision of Semitic », in D. Winton Thomas et W. D. McHardy (éd.),
Hebrew and Semitic Studies Presented to G.R. Driver, Oxford, p. 104‑115.
1971 « Semitic Languages »,
Encyclopedia Judaica vol. XIV, Jerusalem, p. 1149‑1157.

Röllig W.
1984 « Preliminary Remarks on the Middle-Assyrian Archive from Tell Schech-Hamad/Dur-Katlimu »,
Annales Archéologiques Arabes Syriennes 34, Symposium International Histoire de Deir ez-Zor et ses Antiquités. Deir ez-Zor 2‑6 Octobre 1983, p. 189‑194.
1997 « Aspects of the Historical geography of Northeastern Syria from Middle Assyrian to Neo-Assyrian Times », in S. Parpola et R. M. Whiting (éd.),
Assyria 1995. Proceedings of the 10th Anniversary Symposium of the Neo-Assyrian Corpus Project, Helsinki, September 7‑11, 1995, Helsinki 1996, p. 281‑293.

Rouault O.
1984
Terqa Final Reports I: L’Archive de Puzurum, Bibliotheca Mesopotamica 16, Malibu.
1990 « Les fouilles de Terqa (1989) »,
NABU.
1991 « Tell Ashara - Terqa », American Journal of Archaeology 95, p. 728‑730.
1992a « Cultures locales et influences extérieures : le cas de Terqa », Studi Micenei ed Egeo-Anatolici 30, p. 247‑256.
1992b « Les fouilles de Terqa, treizième saison », Orient Express 1993, p. 12‑13.
1993 « Tell Ashara - Terqa », in O. Rouault et M. G. Masetti-Rouault (éd.) 1993, p. 185‑190.
1994 « Tall Asâra/Terqa (1987-1989) », Archiv für Orientforschungen 40/41 (1993-1994), p. 285‑289.
1997 « Terqa. Rapport préliminaire (1987-1989). Introduction », MARI 8, p. 73‑82.
1998 « Villes, villages campagnes et steppe dans la région de Terqa : données nouvelles », in M. Fortin et O. Aurenche (éd.), Actes du Colloque « Espace naturel, espace habité en Syrie du Nord (10e-2e millénaires av. J.‑C.) », Canadian Society for Mesopotamian Studies Bulletin 33, Québec 1998, p. 191‑198.
2000 « Quelques remarques sur la société de Terqa », in O. Rouault et M. Wàfler (éd.) 2000, p. 265‑269.
2001 « Terqa et sa région (6e-Ier millénaires av. J.‑C.) : recherches récentes », Akkadica 122, p. 1‑26.
2004 « Chronological problems concerning the Middle Euphrates during the Bronze Age », in H. Hunger et R. Pruzinszky (éd.), Mesopotamian Dark Age revisited: proceedings of an international conference of SCIEM 2000 (Vienna, 8th-9th November 2002), p. 51‑59.

Rouault O., Masetti-Rouault M. G. (éd.)
1993 L'Eufrate e il tempo. Le civiltà del medio Eufrate e della Gezira siriana, Milano.

Rouault O., Wäfler M. (éd.)
2000 La Djéziré et l’Euphrate syriens de la protohistoire à la fin du deuxième millénaire av. J.‑C. Tendances dans l'interprétation historique des données nouvelles, Subartu VII, Turnhout, 2000.

Rowton M.
1967 « The Physical Environment and the Problem of the Nomads », in J.‑R. Kupper (éd.).
La civilisation de Mari. Actes de la XV Rencontre Assyriologique Internationale, Liège, 4‑8 août 1966, Paris, p. 109‑121.
1973 « Urban Autonomy in a Nomadic Environment », Journal of Near Eastern Studies 32, p. 201‑215.
1976a « Dimorphic Structure and the Problem of the ‘Apirû-’Ibrim »,
Journal of Near Eastern Studies 35, p. 13‑20.
1976b « Dimorphic Structure and Topology »,
Oriens Antiquus 15, p. 17‑31.
1976c « Dimorphic Structure and the Parasocial Element »,
Journal of Near Eastern Studies 36, p. 181‑198.
1987 « The Role of Ethnic Invasion and the Chiefdom Regime in Dimorphic Interaction: The Post-Kassite Period (ca. 1150-750 BC) », in F. Rochberg-Halton (éd.),
Language, Literature and History: Philological and Historical Studies Presented to Erica Reiner, New Haven, Connecticut, p. 367‑378.

Russell H. F.
1985 « The Historical Geography of the Euphrates and Habur According to the Middle-and Neo-Assyrian Sources »,
Iraq 47, p. 57‑74.

Sader H. S.
1987 Les Etats araméens de Syrie depuis leur fondation jusqu’à leur transformation en provinces assyriennes, Beyrouth.
1992 « 12th Century BC in Syria: The Problem of the Rise of the Arameans », in W. A. Ward et M. Sharp Joukowsky (éd.), The Crisis Years: the 12th Century BC From beyond the Danube to the Tigris, Dubuque, Iowa, p. 157‑163.

Schwartz G. M.
1989 « The Origins of the Arameans in Syria and Northern Mesopotamia: Research problems and potential strategies », in O. M. C. Haex, H. H. Curvers, & P. M. M. G. Akkermans (éd.),
To the Euphrates and Beyond. Archaeological studies in honour of Maurits N. Van Loon, Rotterdam et Brookfield, p. 275‑291.

Simpson K.
1983
Settlement Patterns on the Margins of Mesopotamia: Stability and Change Along the Middle Euphrates, Syria, Ph.D. Dissertation, The University of Arizona, Tucson.
1984 « Archaeological Survey in the Vicinity of Tall al ‘Ashārah »,
AfO 31, p. 185‑188.

Stein D. L.
1984 « Khabur Ware and Nuzi Ware: Their Origin, Relationship, and Significance »,
Assur 4/1, p. 1‑65.

Thureau-Dangin F.
1897 « Tablettes chaldéennes inédites », Revue d’assyriologie 4, p. 69‑78 et pl. 32.
1908 « Un nouveau roi de Hana », Orientalische Literatur Zeitung 11, p. 93.
1909 « Un contrat de Hana », Journal asiatique 1909/11, p. 149‑155.
Thureau-dangin F., Dhorme E.
1924 « Cinq jours de fouille à Asharah », Syria 5, p. 265‑293.

Tournay R.‑J.
1997 « La stèle du roi Tukulti-Ninurta II. Nouvelle interprétation », Subartu IV/2, p. 273‑278.

Tournay R.‑J., Saouaf S.
1952 « Stèle de Tukulti-Ninurta II », Annales archéologiques de Syrie 2, p. 169‑190, pl. 1‑3.

Walker C. B. F.
1982 « Babylonian Chronicle 25: A Chronicle of the Cassite and Isin II Dynasties », in G. Van Driel, Th. J. H. Krispijn, M. Stol, K. R. Veenhof (éd.),
Zikir sumim. Assyriological Studies Presented to F. R. Kraus on the Occasion of his Seventieth Birthday, Leiden, p. 398‑417.

Ward W. A., Sharp Joukowsky M. (éd.)
1992
The Crisis Years: the 12th Century BC From beyond the Danube to the Tigris, Dubuque, Iowa.

Zadok R.
1991 « Elements of Aramean Pre-history, », in M. Cogan et I. Eph’al (éd.)
Ah, Assyria… Studies in Ancient History and Ancient Near East Historiography Presented to Hayim Tadmor, Jerusalem, p. 104‑117.
1995 « The Ethno-linguistic Character of the Jezireh », in M. Liverani (éd.),
Neo-Assyrian Geography, Quaderni di Geografia Storica 5, Roma, p. 217‑282.

Zettler R. L.
1993 Nippur III. Kassite Buildings in Area WC-1, Oriental Institute Publications 111, Chicago.

Zohar M.
1992 « Pastoralism and the Spread of the Semitic Languages », in O. Bar-Yosef et A. Khazanov (éd.),
Pastoralism in the Levant. Archaeological Materials in Anthropological Perspectives, Madison, Wisconsin, p. 165‑180.

Notes

1 Thureau-Dangin 1897, 1908, 1909 ; Rouault 1984. Voir maintenant aussi Podany 2002.

2 Buccellati 1977, 1983a et b, 1990a ; Margueron 1990, 1991 ; Masetti-Rouault 1999 et 2001 ; Rouault 1990, 1991, 1992b, 1993, 1994, 1996, 1997, 1998, 2001.

3 Rouault 1984, 1992a, 1997, 2000 ; Masetti-Rouault 1993.

4 Masetti-Rouault 1998, 1999 ; Morandi Bonaccossi 1996.

5 Rouault et Masetti-Rouault (éd.) 1993 ; Cluzan, Delpont et Muliérac (éd.) 1995 ; Rouault et Wäfler (éd.) 2000.

6 Dupont-Sommer 1949 ; Masetti-Rouault 1999 et 2001 ; Dion 1995, 1997.

7 Parrot 1974, avec bibliographie.

8 Parrot 1974 ; Liverani 1986, 1988a et b ; Buccellati 1990a ; Zadok 1991.

9 Ward et Sharp Joukowsky (éd.) 1992.

10 Frézouls 1980 ; Chaumont 1984 ; Joannès 1995.

11 Parrot 1937, 1938, 1952, 1974, p. 145‑152 ; Mallet 1975, Jean-Marie 1999, p. 42‑62.

12 Millard 1980 ; Briant 1982 ; Sader 1987 et 1992 ; Zadok 1991 ; Kupper 1957, p. 99‑145.

13 Geyer et Monchambert 1987 ; Simpson 1983, 1984.

14 Mcclellan 1992, 1993.

15 Liverani 1968 ; Neumann et Parpola 1987 ; Kühne (éd.) 1991.

16 Geyer (éd.) 1990 ; Morandi-Bonacossi 1996, p. 95‑101 ; 183‑203.

17 Rowton 1987 ; Liverani 1986 ; Joannès 1995, 1997.

18 Mcclellan 1992 ; Buccellati 1990a ; Finkelstein 1995 ; Morandi-Bonacossi 1996 ; Masetti-Rouault 1999.

19 Dupont-Sommer 1949 ; Moscati 1955.

20 Kupper 1957 ; Schwartz 1989 ; Zadok 1991. Pour l’utilisation ambiguë du terme « bédouin », Gilbert 1975 ; voir aussi Liverani 1988b.

21 Gelb 1961 ; Rowton 1967, 1973, 1976a, 1976b, 1976c ; Kupper 1957 ; Schwartz 1989 ; Buccellati 1988b, 1990b.

22 Liverani 1962 ; Edzard 1964 ; Rabin 1963, 1971 ; Dion 1974 ; Garbini 1984 ; Zohar 1992.

23 Stein 1984 ; Pfälzner 1995 ; Lyonnet 2000.

24 Aurenche (éd.) 1984 ; Cribb 1991 ; Bar-Yosef et Khazanov (éd.) 1992 ; Bienkowski (éd.) 1992 ; Finkelstein et Na’aman (éd.) 1994 ; Finkelstein 1988, 1995. Voir aussi Bernbeck 1993.

25 Rowton 1976a, b et c ; Matthews 1978 ; Masetti-Rouault 2001, p. 25‑38.

26 Masetti-Rouault 1999.

27 Russell 1985 ; Liverani 1992b.

28 Geyer et Monchambert 1987.

29 Thureau-Dangin 1897, 1908, 1909.

30 Chavalas 1988 ; Buccellati 1984.

31 Rouault 1984 ; Buccellati 1988 ; Podany 1993 et 2002.

32 Rouault 1991, 1992a et b ; 1994 ; 1997, 1998 ; Masetti-Rouault 1993 ; voir aussi Rouault et Masetti-Rouault 1996.

33 Chicago Assyrian Dictionary, H, (1956), 82‑83 ; Briant 1996, p. 883.

34 Charpin 1987 ; Gasche 1989.

35 Rouault 1992a, 2001.

36 Arnaud 1984, 1993.

37 Landsberger 1954, p. 64 ; Garelli 1969, p. 307.

38 Liverani 1988b : 602‑603 ; Buccellati 1990a.

39 Garelli 1969, p. 139 ; Hàklàr 1983 ; Cavigneaux et Ismail 1991.

40 Rouault 2004.

41 Rouault 1997, 1998.

42 Pons et Gasche 1996.

43 Grayson 1975, p. 171‑172.

44 Heltzer 1981 ; Zadok 1991, p. 108‑109 ; Artzi 1991.

45 Kühne 1990, 1995, 2000 ; Pfâlzner 1995 et 1997 ; Masetti-Rouault 1999.

46 Thureau-Dangin et Dhorme 1924, p. 267.

47 Contra Röllig 1984, cf. Cancik-Kirschbaum 1996a : 96, l. 27, et p. 103 ; toutefois, voir carte p. 31. Il s’agit peut-être encore d’un cas de toponymie renversée, avec les noms de Terqa, Mari et Hana (mont) placés au nord de la vallée du Khabour.

48 Maul 1992 ; Pfälzner 1995 ; 171 ; Morandi Bonaccossi 1996, p. 59‑61 ; voir aussi Luciani 1999 et 2001 ; Liverani 1992a.

49 Grayson 1987, p. 131, l. 1‑14.

50 Grayson 1987, p. 273, l. 69‑83a.

51 Voir note 48 ; mais cf. Gurney 1949, p. 134‑135, l. 22‑25, où le pays de Mari paraît associé à celui de Suhu. Ce même texte, provenant d’une archive de Dur-Kurigalzu, et considéré tentativement par son éditeur comme contemporain de l’époque de Adad‑nirari I, cite les mouvements des semi-nomades Hiranu en Mésopotamie du nord et dans le Moyen-Euphrate. Il est intéressant de noter que cette même population est peut-être mentionnée dans la titulature d’Adad‑nirari I. cf. Grayson 1987, p. 131, l. 13. « hal‑si ha-ra-ni « pourrait être le district des Haranu (et non la forteresse de Harran), à chercher avec Sudu sur l’Euphrate, en position symétrique à celle de Karkemish. Voir toutefois Grayson 1987, p. 136, l. 40 (hal‑si URU har‑ra‑na). Sur les Hiranu, Brinkman 1968, p. 271, n. 1743.

52 Pfälzner 1995.

53 Cf. Cancik-Kirschbaum 1996a, p. 95‑98 ; noter la citation de victoires sur les Cassites aussi dans une titulature d’Adad‑nirari Ier concernant surtout les activités du roi en Mésopotamie du nord, cf. Grayson 1987, p. 131, l. 3‑4.

54 Geyer et Monchambert 1987 ; Rouault 1998.

55 Hàklàr 1983, p. 28 ; Joannès 1995.

56 Beyer 1982a ; Amiet 1985 ; Pons et Gasche 1996.

57 Boehmer et Dämmer 1985 ; Zettler 1993.

58 Podany, Beckman et Colbow 1993 ; Gualandi 1997.

59 Postgate 1985 ; Maul 1992 ; Kühne 1995 ; Morandi Bonaccossi 1996, p. 53‑63 ; Masetti-Rouault 1998 et 2001, p. 82‑87.

60 Arnaud 1980 ; Masetti-rouault 1999.

61 Lackenbacher 1991.

62 Lambert 1985 ; Rouault 1992a, 2000.

63 Lipinski 1974 ; Pardee 1978 ; Bordreuil 1985.

64 Kümmel 1989.

65 Dupont-Sommer 1949 ; Kupper 1957 ; Brinkman 1968 ; Masetti-Rouault 1999.

66 Walker 1982, p. 398‑417 ; Glassner 1993:226.

67 Glassner 1993, p. 265, no 11.

68 Hàklàr 1983 ; Grayson 1987, p. 306, l. 9’ (Assur-dan Ier).

69 Cf. Grayson 1991, p. 53‑54, l. 36‑44.

70 Hàklàr 1983 ; pour la situation dans la vallée du Khabour, voir Morandi Bonaccossi 1996, p. 59‑60.

71 Grayson 1991 :23, l. 44‑63 ; 34, l. 28‑29.

72 Grayson 1991, p. 43, l. 41‑43 ; Grayson 1975, p. 165, l. 24’.

73 Kepinski-Lecomte 1992, p. 9.

74 Abdul-Amir 1997.

75 Grayson 1991, p. 89, l. 14’-16’.

76 Grayson 1991, p. Ill, l. 1‑6.

77 Bonechi 1997, p. 494‑497.

78 Masetti-Rouault 1998 et 1999. Voir toutefois Monchambert 1990, fragment d’un nom propre suivi par le titre lugal, sur un tesson du Ier millénaire, trouvé dans les alentours de Mari.

79 Cancik-Kirschbaum 1996a.

80 Maul 1992.

81 Cancik-Kirschbaum 1996b.

82 Maul 1992, p. 54.

83 Masetti-Rouault 1999 ; Rouault 1998.

84 Cavigneaux et Ismail 1991.

85 Walker 1982, p. 398‑417 ; Glassner 1993, p. 226.

86 Pfälzner 1995.

87 Beyer 1982b, p. 38‑44.

88 Margueron 1993, p. 26‑27.

89 Grayson 1991, p. 153‑154, l. 105‑119 (Adad‑nirari II) ; 173‑178, l. 41‑126 (Tukulti-Ninurta II) ; 198‑200, col. 1, l. 69b-99a ; 212‑216, col. Ill, l. 1‑56a (Assurnasirpal II) ; cf. Kühne 1980, 1995 ; Russell 1985 ; Buccellati 1990a ; Liverani 1988b, 1992b ; Masetti-Rouault 1999 ; Dion 1997.

90 Postgate 1980 ; Zadok 1995, p. 230.

91 Chaumont 1984, p. 70‑71.93.

92 Grayson 1991, p. 176, l. 90‑94 (Sirqu) ; 200, l. 96b-97a (Hindanu).

93 Dion 1997, p. 361‑366.

94 Grayson 1991, p. 198‑199,1.75‑76 (Hamataya, Ahiababa). Cf. aussi Sader 1987, p. 213‑214.

95 Grayson 1991 : 215, l. 38b-43b (Azi-ili) ; cf. aussi Jasink 1995 : 102 : l’inscription royale hiéroglyphique néo-hittite de Hamat, de Uratamis (fin du IXe siècle), mentionne la collaboration du pays de Laqê dans la construction d’une forteresse.

96 Sader 1987, p. 206‑210 ; Millard 1990 ; Dion 1997, p. 139‑143 et 148‑149.

97 Dupont-Sommer 1949, p. 50, n. 38 ; Dion 1997, p. 250‑251.

98 Tournay et Saouaf 1952 ; Tournay 1997 ; Grayson 1991, p. 188 ; Masetti-Rouault 2001, p. 89‑110.

99 Masetti-Rouault 1998.

100 Liverani 1988b ; 1992b.

101 Grayson 1991, p. 231, l. 17b-18a.

102 Grayson 1991, p. 290, l. 33‑36a ; 227, l. 52‑55.

103 Grayson 1991, p. 292, l. 95‑96 ; 293, l. 143b-144a ; 345, l. 1’.

104 Grayson 1991, p. 215‑216, l. 48b-50a (Kar-Assurnasirpal et Neberti-Assur). Pour la position de Kar-Assurnasirpal, qui survit encore au début du VIIIe siècle, cf. Grayson 1996, p. 209, l. 23‑25.

105 Grayson 1991, p. 227,1.54 (URU sir‑qu sa2 ne2-ber-ti ID2 pu‑rat‑te).

106 Jasink 1995, p. 102, et cf. note 82.

107 Grayson 1993, p. 27‑28. Dans un premier temps, Nergal‑eresh semble contrôler Laqê – où il s’apprête à fonder une série de villages ou de fermes – à exclusion des centres urbains de Sirqu et Kar-Assurnasirpal (Grayson 1996, p. 211, l. 13‑20). Par la suite, il les récupère, avec le moyen et bas Khabour (Grayson 1996, p. 209 : 23‑25).

108 Fales et Postgate 1995, p. 5, l. 15 ; Parpola 1987, p. 160, no 204, l. 14‑17 ; 176‑177, no 226, 7‑10 ; 201, no 261, l. 5.

109 Buccellati 1979 : 29‑30.

110 Geyer et Monchambert 1987 ; Rouault 1998 ; Masetti-Rouault 1999.

111 Liverani 1988a : 785, et voir note 54.

112 Cavigneaux et Ismail 1991 ; Frame 1995, p. 275‑331.

113 Parpola 1990.

114 Joannès 1995, 1997.

115 Frame 1995, p. 292‑293, l. 19b-43a.

116 Frame 1995, p. 300, l. iv 26b’-38a’.

117 Millard 1990 ; pour les connexions entre ‘Ana et Hamat, voir aussi Parpola 1990.

118 Lipinski 1976.

119 Dion 1995.

Auteur

EPHE Ve section et LESA, Paris (MasettiRouault@aol.com)