Version classiqueVersion mobile

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Études iconographiques

Les terres cuites de Mari

Directions de recherches

Isabelle Weygand

Texte intégral

  • 1 Parrot 1956 (47 terres cuites) ; 1959 (58 objets) ; 1967 (18 objets).
  • 2 En particulier, Barrelet 1968 ; dans sa synthèse, l’auteur a intégré 33 objets de Mari conservés au (...)

1Les terres cuites de Mari ont déjà fait l’objet de plusieurs publications, en premier celles d’A. Parrot dans la collection Mission Archéologique de Mari1 où sont présentés des figurines humaines, animales et des jouets avec la mention de deux niveaux principaux, le niveau dit présargonique et celui de l’époque de Zimri-Lim. En outre, des spécialistes2 des terres cuites ont intégré les exemplaires les plus significatifs du site de Mari dans le cadre de leur étude sur la production de Mésopotamie et de Syrie.

2Ainsi, ce qui reste à publier de la mission d’A. Parrot, ce sont des figurines humaines et animales plus ou moins fragmentaires, un peu moins de trois cents objets, ainsi que l’ensemble du matériel des fouilles de J. Margueron, le tout formant un lot cohérent. Ce travail est en cours. Quel bilan, et quelles perspectives peut-on esquisser aujourd’hui ? Y a-t-il des nouveautés ou plutôt des confirmations dans les séries d’objets provenant des fouilles de J. Margueron par rapport à celles d'A. Parrot ? D’autre part, les objets des fouilles récentes d’autres sites syriens viennent-ils éclairer, apporter des indices pour mieux comprendre ou situer la production des terres cuites de Mari ? Quelles perspectives de recherches s’ouvrent à nous à propos de l’ensemble des lots de terres cuites des deux périodes de fouilles ?

  • 3 Depuis 1979, la Mission de Mari est dirigée par Jean Margueron ; les exemples choisis pour ce trava (...)

3Dans la gamme des figurines anthropomorphes, deux thèmes sont bien représentés parmi les terres cuites découvertes depuis 19793 : les figurines estampées du « personnage au polos » et les figurines modelées de femmes nues. Ces objets inspirent quelques réflexions.

LA SÉRIE DES « PERSONNAGES AU POLOS » (fig. 1, 2 et 4)

  • 4 Parrot 1959. pl. XXVIII et p. 66‑68 : M. 849 ; M. 1507 ; M. 1508 ; M. 1410 ; M. 1119 ; M. 1010 ; M. (...)
  • 5 TH 87.22 (IX S 49 NO-6). H.= 5,2 cm; l. = 3 cm.
  • 6 Pic et Weygand 1983, p. 201‑209. Relief estampé complet, objet de l’article : TH 79.47 (une erreur (...)

4Elle comprend sept exemplaires qui ont été dégagés dans le palais royal4. Ces figurines estampées présentent un personnage debout, portant un vêtement long à franges de style archaïsant laissant une épaule découverte, avec un médaillon au cou. Imberbe, coiffé d’un bonnet ovoïde ourlé le long du front, il tient souvent une masse et parfois un oiseau (fig. 1). En 1987, un personnage fragmentaire de ce type a été trouvé dans le palais oriental5 (fig. 2), la nouveauté étant qu’il porte une tiare à cornes à une seule rangée, attribut d’une divinité secondaire. C’est le seul exemplaire que la fouille ait livré à Mari et, à ce titre, il présente de l’intérêt : il existe en effet deux reliefs estampés avec une iconographie voisine, mais le personnage est barbu et il porte une tiare à cornes à plusieurs rangées. L’objet trouvé en 1987 vient reposer la question de l’interprétation iconographique des personnages au polos imberbes. En 1979, le palais oriental a livré un relief estampé complet, rare à Mari, sur lequel deux de ces personnages sont placés de face et de part et d’autre de la déesse Ishtar6. Si l’iconographie de la déesse est bien connue, l’interprétation des deux personnages identiques qui l’accompagnent est plus incertaine car ils sont dépourvus de tiare à cornes, comme dans la majorité des cas. Ce qui est frappant, c’est la composition symétrique de l’image, centrant l’attention sur Ishtar, élément principal, ce qui a pour effet d’accentuer le dynamisme de la triade.

  • 7 Opificius 1961, n392.
  • 8 Battini 1996, p. 19‑21. Même interprétation des personnages géminés entourant une déesse sur la pla (...)

5Quelle est la signification de ces deux personnages identiques ? S’agit-il d’un roi et de son double ou de dieux ? Ils n’ont aucun attribut divin, leur aspect est guerrier et ce qui semble curieux, c’est qu’ils sont géminés sur ce seul document alors qu’ils sont en général représentés seuls. Dans son commentaire sur le relief d’Ishchali, qui offre le même thème, R. Opificius7 les interprète comme des dieux guerriers. Dans l’article réalisé avec M. Pic, nous penchions vers cette hypothèse, avec une interrogation sur les personnages géminés. À cause de la similitude de la coiffure et du vêtement, ces personnages au polos ont souvent été rapprochés du roi présent sur la peinture de l’Investiture du palais royal de Mari, pourtant ce dernier ne porte pas d’arme. À propos des personnages au polos géminés placés de part et d’autre d’Ishtar sur le relief estampé de Mari, Laura Battini8 a émis l’hypothèse de l’interprétation du « roi dupliqué » dont on connaîtrait d’autres exemples dans le monde syrien, par exemple à Ebla. Cependant, dans l’état actuel des recherches, on ne voit pas ce qui justifierait la représentation de deux rois, les personnages géminés semblent plutôt représenter des acolytes d'Ishtar, probablement divins, puisqu'on possède maintenant un document d’un personnage au polos avec une tiare à cornes.

  • 9 Parrot 1959, pl. XXX, 6 exemplaires : nos 991, 1003, 1502, 1503, 1504, 1505, et p. 72‑75.
  • 10 Un seul exemplaire à Mari, Parrot 1959, pl. XXIX, no 1506 et p. 75 ; Badre 1980, pl. XXIX, n67 (M (...)
  • 11 À Alalakh, Collon 1975, p. 44, n76 ; Winter 1983, fig. 121 : sceau syrien sur lequel deux personn (...)
  • 12 Strommenger 1993, p. 11, fig. 6, trouvé dans la pièce 22 du palais babylonien ancien.

6Le site de Mari a livré d’autres représentations de deux personnages identiques, dans un autre contexte : soit ils sont disposés de part et d’autre d’une hampe surmontée d’un emblème solaire9, dans un contexte visiblement religieux, soit buvant au chalumeau10. On rencontre aussi des représentations de personnages géminés sur d’autres sortes d’objets, par exemple sur des sceaux-cylindres11 ou même sur un fragment de maquette découvert à Tell Bi’a12 (fig. 3) dans le palais : les deux personnages, acéphales, portent un médaillon au cou, un vêtement kaunakès de même type qu’à Mari, ils se tiennent debout, côte à côte, et sont appliqués sur la paroi, entre deux ouvertures dont on aperçoit l’amorce. Ceci ajoute une pièce au dossier, et prouve que ce type d’iconographie, de style archaïsant, n’est pas propre à Mari, même si les deux personnages identiques sont seuls, et invite à approfondir cette direction de recherche.

  • 13 Parrot 1967, p. 284‑285, n2767, personnage conservé jusqu’à la taille ; Badre 1980, n50.
  • 14 TH 93.34/III G 1 SO-8 dont il ne manque qu’une partie de la tête. H. = 12,6 cm ; l. = 5,5 cm ; ép. (...)

7Dans la même série stylistique existent des figurines féminines estampées trônant, avec une coiffure à polos sans tiare à cornes : elles portent des boucles d’oreilles, un collier avec un médaillon, et tiennent dans une main un oiseau et dans l’autre une masse d’armes. Un seul objet de ce type avait été trouvé par A. Parrot13 qui y avait d’abord vu un personnage masculin : il avait noté la ressemblance stylistique avec les acolytes représentés seuls et avait exprimé son hésitation à les identifier comme un personnage masculin ou féminin, en optant finalement pour cette dernière interprétation, de même que L. Badre. Deux objets trouvés récemment, mieux conservés dont un exemple est présenté ici14 (fig. 4), sont à verser à ce dossier. Quelle est la signification iconographique de ces personnages féminins ? Existe-t-il des objets comparables dans d’autres sites ? Pour l’instant, on ne peut qu’être frappé par l’abondance de ces personnages au polos fournis par la fouille de Mari, noter à la fois leur ressemblance stylistique et en même temps la variété de leur iconographie, ce qui révèle sans doute une réalité complexe.

LE THÈME DE LA FEMME NUE (fig. 5 et 6)

8Il est très répandu dans le Proche-Orient ancien et aussi à Mari, où il est traité dans un style local.

  • 15 Parrot 1956, M, 50, p. 200 et pl. LVIII ; Badre 1980, pl. XXVI, 12 et p. 269. Recueilli « dans le s (...)

9Le site a déjà livré maints documents de cette série, sous forme de figurines modelées et de reliefs estampés. Cependant, la plupart des documents de ce thème, récemment exhumés, sont des figurines modelées. Le seul exemplaire complet de femme nue modelée a été trouvé par A. Parrot dès la première campagne de fouille à Mari en 193315. Il s’agit d’un modèle de femme nue debout, les mains posées à plat sous la poitrine. Ses cheveux sont ramenés en un chignon rétréci dans sa partie médiane, et maintenu au front par un bandeau, décoré par des incisions obliques. Des boucles constituées de petites pastilles perforées juxtaposées encadrent le visage ; le nez, proéminent, donne un profil à bec d’oiseau ; les lèvres ne sont pas marquées et les yeux en forme de grain de café sont façonnés en pastilles rapportées. La taille de la figurine est fine, les hanches sont bien marquées et des incisions signalent le triangle pubien. Des cavités marquent le nombril et le creux des reins. Les jambes sont serrées l’une contre l’autre mais bien distinctes, les pieds ne sont pas représentés, ils se fondent dans une base, constituée par un socle circulaire et légèrement creux qui permet de faire tenir la figurine en position verticale. Cette série, très représentée à Mari, allie trois techniques : le modelage, le pastillage et l'incision.

  • 16 Tête et buste TH 91.12/III E 1 SO-27: H.= 7 cm; l. = 5,2 cm. Buste TH 93.112/III G 2 SO-33: H.= 5,9 (...)
  • 17 Matthiae 1995, fig. 272, p. 416, date BM ; fig. 312 à 316, date BM, vers 1850‑1700 (312) ou vers 20 (...)
  • 18 Habuba Kabira, Strommenger 1980, pl. E à droite et fig. 78. Selenkahiyé, Badre 1980, pl. XL‑XLVI ; (...)

10Parmi les nombreux exemplaires mis au jour par les fouilles de J. Margueron, deux d’entre eux16 peuvent être cités, à titre d’exemple. Sur le premier (fig. 5) dont seuls la tête et le buste jusqu’à la taille sont conservés, les lèvres esquissent un sourire. Le deuxième (fig. 6) est un buste sans tête ni pieds. On retrouve certains caractères propres aux objets de Mari sur des figurines d’autres sites syriens avec des ressemblances, mais aussi des différences. Par exemple, à Ebla17, la coiffure, plus stylisée, comporte un volumineux chignon, des éléments perforés entourent le visage et la position des mains de la figurine est la même qu’à Mari. Cependant, les yeux sont rendus de manière différente, ils sont circulaires et perforés. À Habuba Kabira, à Selenkahiyé et à Tall Bi‘a18, la coiffure des figurines ressemble parfois à celles de Mari, mais les différences l’emportent nettement, par exemple en raison de la présence des yeux circulaires rapportés et de leur corps qui est de forme cylindrique.

  • 19 Parrot 1956, p. 200.
  • 20 Barrelet 1968, p. 356‑359.
  • 21 Matthiae 1995, p. 441.
  • 22 Lien entre culte à Ishtar et femme nue : Marchetti in Matthiae 2000, p. 849. Figurine cassée intent (...)

11Comment interpréter le thème de la femme nue ? Aucune des terres cuites de Mari représentant les femmes nues ne porte d’attribut ou d’indice aidant à comprendre leur rôle. L’insistance sur l’aspect féminin du personnage, par exemple la poitrine et le sexe, indique a priori le désir de montrer ses pouvoirs de fécondité, de fertilité ou d’abondance. André Parrot19 souligne l’absence d’attribut divin sur ces figurines, mais les identifie néanmoins à des « déesses mères ». Dans sa classification, tenant compte de cette absence d’attribut divin, M.‑Th. Barrelet20 les place dans la catégorie Bb des « figures féminines de nature indéterminée ». P. Matthiae21 va plus loin et émet l’hypothèse qu’il s’agit d’une représentation de la déesse Ishtar et que de tels objets auraient été utilisés dans le culte privé. Reprenant ces thèses en les précisant, N. Marchetti pense que ces figurines féminines nues seraient liées à la fertilité et au culte d’une déesse, probablement pas seulement Ishtar ; cependant elles ne représenteraient pas la déesse et ceci est vraisemblable. Il fait remarquer d’autre part que ces figurines sont souvent retrouvées cassées et que cela était peut-être intentionnel, dans le cadre d’un rituel ; cette hypothèse pourrait être retenue aussi pour le site de Mari et demande à être approfondie22.

  • 23 À Emar, Maroueron 1976 : « maison V », fig. 12 et pl. III, 3, trois figurines féminines sur la faça (...)
  • 24 Lien entre maquettes architecturales et culte des ancêtres affirmé par Van der Toorn 1995, p. 37.
  • 25 À Mari, vase avec une femme nue modelée rapportée sur le col : TH 79.93/III Z 16 SO‑51, trouvé dans (...)
  • 26 Beyer 1990, p. 619‑623 (Mari) ; Beyer 2001, p. 190‑191, D 36 (Meskéné-Emar).
  • 27 Winter 1983, p. 192‑197.
  • 28 Empreintes de sceaux : Winter 1983, n” 78 et 87 (Kültepe), n85 (provenance ?). Statuettes en bron (...)
  • 29 Winter 1983, nos 101 (Larsa), 106 et 107.
  • 30 À Ras Shamra et en Palestine, Orthmann 1975, fig. 426, Margueron 1977, fig. 16.

12Des figurines de femmes nues existent sur d’autres supports, avec des apparences variées. Cela peut-il éclairer l’interprétation de ce thème ? Se rattachent-elles à une même préoccupation, utilité ou dévotion ? Par exemple, les femmes nues sont nombreuses sur les maquettes architecturales23, trouvées en Syrie depuis ces trente dernières années. Il s’agit de figurines estampées plaquées sur les façades, entre deux ouvertures ou même en guise de trumeau d’une fenêtre. Les femmes nues semblent bien dans ce cas assurer une fonction de protection d’un édifice, au caractère vraisemblablement religieux, peut-être un symbole de la famille24. Elles se trouvent aussi sur des cols de vase, par exemple à Mari ou à Meskéné/Emar25. Dans ce cas, les femmes nues assurent-elles une fonction d’abondance, de fertilité ? Ont-elles un lien avec l’au-delà lorsque l’objet a été retrouvé dans une tombe ? Sur les sceaux-cylindres, le motif de la femme nue, représentée de face, les mains jointes sous la poitrine, est fréquent : elle est souvent associée à un homme à la masse se tenant debout devant la déesse Lama. À Mari, deux empreintes de sceaux de ce type ont été trouvées : les sceaux appartenaient à un fonctionnaire de Zimri-Lim, Yasîm-Sûmû26. U. Winter, se fondant sur l’iconographie des femmes nues sur les sceaux, tout en insistant sur l’abondance de ce thème, en conclut qu’il s’agit d’une déesse nue jouant souvent le rôle d’intercession, de protection ou d’intermédiaire auprès de dieux plus importants27. Sur des supports variés28, la femme nue, parfois représentée seule, apparaît munie d’une tiare à cornes à une seule rangée, par exemple sur certaines empreintes de sceaux, sur des statuettes en bronze ou, enfin, sur une plaquette incisée de Mari qui présente une déesse vêtue d’un manteau à languettes flottant sur une partie de son corps, coiffée d’une tiare à cornes avec un croissant lunaire. Sur d’autres sceaux, c’est à la femme nue dépourvue d’attribut divin qu’est destinée la vénération29. Enfin, le thème de la femme nue intervient aussi sur des bijoux de forme stylisée30. Toutes ces observations mènent à penser qu’il s’agit vraisemblablement d’une déesse nue, même si elle ne porte pas toujours d’attribut divin. Ce thème révèle une réalité complexe, avec probablement plusieurs rôles de la part du personnage féminin, nécessitant une interprétation nuancée. Il est à noter d’autre part le choix très fréquent, dans la composition de l’iconographie syrienne, de la frontalité du personnage qui se retrouve aussi sur les reliefs estampés. Selon U. Winter, le thème de la déesse nue serait d’origine syrienne, ce qui nous semble probable.

  • 31 Rouault 1997, p. 81 ; Pic in Rouault et Masetti-Rouault (éd.) 1993, fig. 294, 295, p. 459 et image (...)

13Enfin, il nous semble nécessaire de rappeler l’existence de deux femmes-centaures fragmentaires, objets uniques en Syrie, découverts à Terqa/Ashara dans le niveau du Bronze Récent31. Ces pièces, tout à fait originales, sont à verser au dossier même si elles n’ont qu’un rapport iconographique lointain avec les femmes nues de Mari, car elles viennent témoigner de l’extraordinaire variété de traitement du thème.

14Ainsi, il nous apparaît qu’à Mari, malgré l’absence d’attribut divin, les femmes nues doivent néanmoins être interprétées comme des divinités secondaires ou des hiérodules attachées au culte de la fertilité, de l’abondance, qui témoignent de la forte dévotion populaire de l’époque, liée ou non à la déesse Ishtar. La plupart des figurines ont d’ailleurs été découvertes dans des habitations, ce qui laisse supposer la pratique d’un culte domestique. Cette piste de recherche doit être précisée.

QUELLES AUTRES PERSPECTIVES DE RECHERCHE S’OFFRENT À NOUS ? (fig. 7-10)

15En plus de l’interprétation et du rôle des figurines en terre cuite, se pose la question de leur style. Il s’agit, en effet, de mieux définir la place de Mari dans la production des terres cuites de Syrie et de Mésopotamie, de préciser le sens des courants d’influences iconographiques et stylistiques qui semblent variés.

  • 32 TH 80.172/III Z 16 NE-26 : H. = 9,1 cm ; l. aux bras = 4,1 cm ; l. hanches = 2,6 cm.

16C’est ainsi que l’on peut déceler un style local pour ce thème très répandu des femmes nues, un style mariote, que l’on reconnaît aussi sur certaines figurines masculines modelées, par exemple ce personnage masculin presque complet32 (fig. 7) dont il ne manque que le bas des jambes. La technique de modelage, de pastillage, l’attitude frontale sont de même style que celui des figurines féminines nues : on retrouve les yeux en forme de grain de café, les pastilles sur le côté du visage, le profil en bec d’oiseau, le même geste des mains, ramenées sous la poitrine. Les différentes parties du corps sont façonnées.

  • 33 TH 90.89/III D 1 NO-4. Manquent les jambes et les bras. H. = 12 cm ; l. aux bras = 8,5 cm ; l. aux (...)

17D’autre part, on remarque un exemple de production originale et unique à Mari par son style : la figurine masculine presque complète33 (fig. 8). La tête, à profil d’oiseau, au nez proéminent et aux yeux circulaires pastillés, est couverte d'une coiffure marquée par de petites perforations, de même que la barbe et le pubis. Les jambes sont distinctes, les bras sont minces. Ce qui est nouveau, c’est le modelé du corps : les épaules sont larges, les hanches sont étroites et la musculature du dos est apparente le long de la colonne vertébrale. Il s’agit d’un style réaliste et même sculptural. Des parallèles existent pour le visage, mais pas pour le modelé du corps, ni pour le traitement de la coiffure. Quel était le rôle de cette figurine ?

  • 34 TH 79.46/IX Q 49 NO-4. Voir étude détaillée, Weygand 2006, p. 439‑448.
  • 35 Barrelet 1968, nos 513,509‑510 et p. 286‑287 : objets de Tello, interprétés comme une divinité avec (...)

18En revanche, d’autres objets de Mari tirent manifestement leur inspiration iconographique de Mésopotamie : c’est le cas par exemple d’un relief estampé de forme ramassée, représentant un personnage féminin aux grands yeux, une figure assise de type « déesse-buste34 » dont on ne distingue que les mains, le reste du corps n’étant pas apparent. Il semble unique à Mari et se rattache clairement à une production d’inspiration mésopotamienne : en effet, des parallèles existent, par exemple à Tello et à Ur35. Même si l’objet de Mari n’est pas tout à fait identique, il en a les caractéristiques essentielles et aucun exemple de ce type n’apparaît dans l’ouvrage de L. Badre.

  • 36 Figurine féminine complète : TH 95.64/III E 1 SE-68. H. = 6 cm ; l. bras. = 3 cm ; l. base = 2,7 cm
  • 37 À Ebla, Matthiae 1995, p. 416, n270, p. 474, nos 313, 315 et 316 ; à Hama, Fugmann 1958, pl. X, A
  • 38 À Habuba Kabira, Strommenger 1980, pl. E, F.
  • 39 Parrot 1956, p. 202, pl. LXVIII, nos 399 et 283.
  • 40 Sur les sites syriens, par exemple Selenkahiyé, Habuba Kabira, Tell Ta’yinat, Badre 1980 ; en Pales (...)

19D'autres objets, au contraire, sont visiblement d’inspiration syrienne : il s’agit de figurines stylisées, dont le corps forme une masse cylindrique sans que les jambes ne s’en distinguent, les bras étant esquissés : par exemple, une figurine féminine (fig. 9)36 avec des yeux pastillés, l’amorce des bras, la base étant incurvée, l’ensemble ayant une forme assez massive. Cet objet possède des caractéristiques de deux séries bien représentées en Syrie, celle des figurines à bras esquissés, souvent en forme de moignon, les jambes étant bien distinctes37 et la série des figurines dont le bas du buste est de forme cylindrique38. André Parrot39 qualifiait ces objets d’« œuvres malhabiles ». Il est vrai que le style est très différent, parfois moins élaboré, cependant il est nécessaire de les mettre en rapport avec le contexte chronologique. On trouve ce type d’objets sur de nombreux autres sites syriens et sur la côte levantine40 alors qu’ils sont rares en Mésopotamie.

  • 41 TH 95.63/III E 1 SE-67. H. = 3,2 cm ; 1. = 2,6 cm. À la cassure du cou, la présence de bitume prouv (...)
  • 42 Spycket 1985, p. 265‑271. Les sites syriens représentés dans cette étude sont Tell Khuera, Habuba K (...)
  • 43 Voir Badre 1980. Le décor en troisième œil est soit obtenu par perforation, soit par l’adjonction d (...)

20Signalons enfin un exemplaire incomplet41 (fig. 10), une tête féminine au profil en bec d’oiseau, sans lèvres, avec des yeux pastillés circulaires, des cheveux ramenés en chignon et des boucles perforées sur les côtés du visage, qui possède une particularité. En effet, on constate la présence d’un « troisième œil » pastillé sur le front, placé dans le prolongement du nez. Cette série d’objets a été étudiée par A. Spycket42 qui l’a identifiée comme une production plutôt typiquement syrienne même si elle est aussi attestée à Suse. Les caractéristiques essentielles retenues par l’auteur sont, outre le troisième œil, présent ou non, un profil en « tête d’oiseau », des yeux pastillés circulaires, une coiffure marquée par des languettes latérales. Ce dernier élément est remplacé par des boucles perforées sur l’exemplaire de Mari. En fait, l’association des boucles perforées et du troisième œil est attestée sur d’autres sites43 et cela confirme que ce style de décoration est typique de la production des terres cuites en Syrie ; cependant il est rare à Mari.

21On s’aperçoit ainsi que les sources d’inspiration sont multiples. Cette tentative de replacer la production de Mari dans les différents courants d'influence stylistique du Proche-Orient demande à être approfondie.

22En conclusion, comment affiner davantage l’étude des terres cuites de Mari et où trouver d’autres pistes de recherches ?

  • 44 Margueron 2004 : voir chronologie p. 9 (contribution P. Butterlin), terres cuites et phases de la v (...)

23En premier, il s’agit de compléter le catalogue de l’ensemble des terres cuites non publiées, phase d’analyse fondamentale. Ce faisant, il est certain qu’un des objectifs essentiels est de replacer les objets, chaque fois que cela sera possible, dans leur couche stratigraphique, afin de clarifier les séquences chronologiques. En effet, grâce aux travaux réalisés dans les divers chantiers ouverts sur le site, les séquences chronologiques se révèlent plus nombreuses et plus complexes que ce que l’on avait pensé. Cette tache demande une consultation méticuleuse des dossiers de chantiers, afin de mettre en relief les documents qui étaient en place, à proximité ou non d’un sol, et de les relier aux phases successives d’existence de la ville. Les terres cuites ont déjà été intégrées dans les grandes phases de l’histoire de la ville de Mari44.

  • 45 Weygand 2006.

24D'autre part, existe-t-il dans les textes de Mari ou dans ceux de sites contemporains des mentions qui éclaireraient les pratiques populaires religieuses ? En effet, les terres cuites sont vraisemblablement des objets de dévotion et de protection pour les individus dans leur vie quotidienne. Il serait fructueux de les mettre en relation avec des récits de fêtes ou de pratiques religieuses45.

  • 46 Margueron 1997, p. 225‑277 ; 2004, p. 491, fig. 473.

25Enfin, ces objets apparaissent-ils dispersés ou concentrés à certains endroits et quels renseignements peut-on tirer de leur localisation ? L’étude de J. Margueron46, concernant les terres cuites trouvées dans le palais, prouve qu’il est possible de tirer des conclusions sur ceux qui utilisaient ces figurines, lorsque celles-ci sont répertoriées selon leur thème en fonction du lieu de découverte. Ce travail de synthèse est possible à l'intérieur d’une unité architecturale homogène, et il peut être envisagé, par exemple, pour le palais oriental, pour un temple ou pour les quartiers d’habitation. Il serait utile aussi de préciser la proportion de terres cuites trouvées dans les tombes.

26Ces diverses méthodes permettront de mieux cerner la signification de ces témoignages de dévotion populaire.

27Telles sont, pour l’instant, les principales perspectives de recherches qui se présentent concernant les terres cuites de Mari.

Fig. 1 Personnage au polos complet (M. 1507, musée archéologique d’Alep)

Fig. 1 – Personnage au polos complet (M. 1507, musée archéologique d’Alep)

Parrot 1959, fig. 54, p. 67, no 1507

Fig. 2 – Personnage au polos fragmentaire (TH 87.22)

Fig. 2 – Personnage au polos fragmentaire (TH 87.22)

Fig. 3 – Deux personnages fragmentaires appliqués sur une paroi de maquette architecturale de Tell Bi’a.

Fig. 3 – Deux personnages fragmentaires appliqués sur une paroi de maquette architecturale de Tell Bi’a.

Strommenger 1993, p. 11, fig. 6

Fig. 4Figurine féminine presque complète (TH 93.34)

Fig. 4 – Figurine féminine presque complète (TH 93.34)

Fig. 5 – Figurine féminine fragmentaire (TH 91.12)

Fig. 5 – Figurine féminine fragmentaire (TH 91.12)

Fig. 6Figurine féminine fragmentaire (TH 93.112)

Fig. 6 – Figurine féminine fragmentaire (TH 93.112)

Fig. 7 – Figurine masculine presque complète (TH 90.172)

Fig. 7 – Figurine masculine presque complète (TH 90.172)

Fig. 8Figurine masculine (TH 90.89)

Fig. 8 – Figurine masculine (TH 90.89)

Fig. 9 – Figurine féminine complète (TH 95.64)

Fig. 9 – Figurine féminine complète (TH 95.64)

Fig. 10 – Tête de figurine féminine (TH 95.63)

Fig. 10 – Tête de figurine féminine (TH 95.63)

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Badre L.
1980 Les figurines anthropomorphes en terre cuite à l’âge du bronze en Syrie, Paris, P. Geuthner.

Barrelet M.‑Th.
1968 Figurines et reliefs en terre cuite de la Mésopotamie antique. I, Potier, termes de métier, procédés de fabrication et production, Paris, P. Geuthner.

Battini L.
1996 « De l'unité culturelle syrienne : la plaquette no 79147 de Mari », Orient Express, mars, p. 19‑21.
2000 « L'image dupliquée en Mésopotamie : la plaquette V : 253 de Khafadjé », Akkadica 116, janvier-février, p. 13‑28.

Beyer D.
1990 « Les sceaux de Yasîm-Sûmu, serviteur de Zimri Lim », MARI 6, p. 619‑623, en collaboration avec D. Charpin.
1996 « À propos d’une terre cuite de Sfiré », in H. Gasche et B. Hrouda (éd.), Collectanea Orientalia. Histoire, arts de l’espace et industries de la terre, études offertes en hommage à Agnès Spycket, Civilisations du Proche Orient, Archéologie et environnement, 3, Paris-Neuchâtel, p. 21‑26.
2001 Emar. IV, Les sceaux. Fribourg, Éd. universitaires ; Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Cluzan S., Delponte E., Mouliésrac J. (éd.)
1993 Syrie, mémoire et civilisation, Paris, IMA.

Collon D.
1975
The Seal Impressions from Tell Atchana-Alalakh, Neukirchen-Vluyn.

Dornemann R. H.
1985 « Salvage Excavations at Tell Hadidi in the Euphrates River Valley »,
Biblical Archaeologist, 48/1, p. 49‑59.

Fugmann E.
1958 Hama. Fouilles et recherches de la Fondation Carlsberg 1931‑1938. II.I, L’architecture des périodes préhellénistiques. Copenhague.

Kepinski-Lecomte C.
1992 Haradum I, une ville nouvelle sur le Moyen Euphrate, Paris, ERC.

Machule D.
1989 « Ausgrabungen in Tall Munbaqa 1987 »,
MDOG 121, p. 65‑77.

Marchetti N.
2000 « Clay Figurines of the Middle Bronze Age from Northern Inner Syria, Chronology, Symbolic Meaning and Historical Relations », in
Proceeding of the First International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, Rome, May 18th-23rd 1998, Rome.

Marchetti N. et Nigro, L.
1997 « Cultic Activities in the Sacred Area at Ebla during the Old Syrian Period: The Favissae F.5327 and F.5238 »,
JCS 49, p. 1‑44.

Margueron J.
1976 « Maquettes architecturales de Meskéné-Emar », Syria 53, p. 193‑232.
1977 « Ras Shamra 1975 et 1976. Rapport préliminaire sur les campagnes d’automne », Syria 54, p. 151‑188.
1997 « Palais de Mari : figurines et religion populaire », MARI 8, p. 255‑277.
2004 Mari, métropole de l’Euphrate au IIIe et au début du IIe millénaire av. J.‑C., Paris, Picard/ERC.

Masuda S.‑I.
1983 « Terracotta House-models found at Rumeilah »,
AAAS XXXII, tome II, p. 153‑160.

Matthiae P.
1995 Ebla alle origine della civiltà urbana, Milan, Electa.
2000 Proceedings of the First International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, Rome, May 18th-23rd 1998, Rome.

Muller B.
1995 « Deux nouvelles “maquettes architecturales” en terre cuite du Moyen-Euphrate syrien », Syria 72, p. 357‑379.
2002 Les « maquettes architecturales » du Proche-Orient ancien, BAH 160, Beyrouth.

Opificius R.
1961 Das altbabylonische Terrakottarelief, Berlin, W. de Gruyter.

Orthmann W.
1975 Der alte Orient, Berlin, Propyläen Verlag.

Parrot A.
1956 Mission archéologique de Mari. I, Le temple d’Ishtar, Paris, P. Geuthner.
1959 Mission archéologique de Mari. II, Le palais. 3, Documents et monuments, Paris, P. Geuthner.
1967 Mission archéologique de Mari. III, Le temple d'Ishtarat et de Ninni-zaza, Paris, P. Geuthner.
1968 Mission archéologique de Mari. IV, Le trésor d’Ur, Paris. P. Geuthner.

Pic M.
1997 « Quelques objets (1988-1989) », MARI 8, p. 140‑144.

Pic M. et Weygand I.
1980 « Une terre cuite figurant Ishtar », MARI 2, p. 201‑209.

Rouault O.
1997 « Terqa : rapport préliminaire (1987-1989) », MARI 8, p. 73‑103.
2001 « Missione archeologica di Terqa-Ashara: rapporto preliminare 2000 », Athenaeum. Studi di Letteratura e Storia dell’Antichità 89/2.

Rouault O. et Masetti-Rouault M. G. (éd.)
1993 L’Eufrate e il tempo. Le civiltà del medio Eufrate e della Gezira siriana, Milan, Electa.

Spycket A.
1985 « Un indice archéologique des rapports entre la Syrie et Suse au IIe millénaire av. J.‑C. », in Miscellanea Babylonica, Mélanges offerts à Maurice Birot, Paris, ERC, p. 265‑271.

Strommenger E.
1980 Habuba Kabira, eine Stadt vor 5000 Jahren, Mainz, P. von Zabem.
1993 « Ausgrabungen in Tall Bi’a 1992 », MDOG 125, p. 5‑31.

Strommenger E. et Kohlmeyer K.
2000 Tall Bi‘a/Tuttul. Die Schichten des 3. Jahrtausends v. Chr. im Zentralhiigel E, Saarbruck, Saarbrücker Druckerei und Verlag.

Talon P. et Van Lerberghe K.
1997 En Syrie aux origines de l’écriture, Brepols.

Van der Toorn K.
1995 « The domestic cult at Emar »,
JCS 47, p. 35‑49.

Van Loon M.
2001
Selenkahiyé. Final Report of the University of Chicago and the University of Amsterdam. Excavations in the Tabqa Reservoir Northern Syria, 1967‑1975, Istanbul.

Weygand I.
2006 « Les déesses-bustes en terre cuite à Mari », in P. Butterlin, M. Lebeau, J.‑Y. Monchambert, J. L. Montera Fenollós, B. Muller (éd.), Les espaces syro-mésopotamiens : dimensions de l'expérience humaine au Proche Orient : volume d’hommage offert à Jean-Claude Margueron, Subartu XVII, Turnhout, Brepols, p. 439‑448.

Winter U.
1983
Frau und Göttin, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Woolley Sir L.
1962 Ur Excavations. vol. IX, The Neo-Babylonian and Persian Periods, Londres, The Trustees of the Two Museums.

Notes

1 Parrot 1956 (47 terres cuites) ; 1959 (58 objets) ; 1967 (18 objets).

2 En particulier, Barrelet 1968 ; dans sa synthèse, l’auteur a intégré 33 objets de Mari conservés au musée du Louvre. Badre 1980 : cette fois-ci, sont étudiées les terres cuites de Mari conservées dans les musées syriens d’Alep et de Damas, soit 72 objets dont 50 inédits.

3 Depuis 1979, la Mission de Mari est dirigée par Jean Margueron ; les exemples choisis pour ce travail concernent les fouilles récentes, depuis cette date.

4 Parrot 1959. pl. XXVIII et p. 66‑68 : M. 849 ; M. 1507 ; M. 1508 ; M. 1410 ; M. 1119 ; M. 1010 ; M. 747.

5 TH 87.22 (IX S 49 NO-6). H.= 5,2 cm; l. = 3 cm.

6 Pic et Weygand 1983, p. 201‑209. Relief estampé complet, objet de l’article : TH 79.47 (une erreur de frappe s’est introduite dans le MARI 2 au sujet de ce numéro). H. = 11,5 cm ; l. base = 9,2 cm ; l. haut = 7,2 cm ; ép. base = 5 cm ; ép. haut = 1,8 cm. Un deuxième exemplaire fragmentaire est présenté en addendum, p. 207, fig. 2. Un troisième exemplaire très fragmentaire, avec la base conservée, existe dans la série des objets inédits trouvés par A. Parrot.

7 Opificius 1961, n392.

8 Battini 1996, p. 19‑21. Même interprétation des personnages géminés entourant une déesse sur la plaquette V : 253 de Khafadjé, Battini 2000, p. 18.

9 Parrot 1959, pl. XXX, 6 exemplaires : nos 991, 1003, 1502, 1503, 1504, 1505, et p. 72‑75.

10 Un seul exemplaire à Mari, Parrot 1959, pl. XXIX, no 1506 et p. 75 ; Badre 1980, pl. XXIX, n67 (M. 1506). Sur d’autres sites syriens, notamment à Tell Hadidi, Dornemann 1985, p. 56 et Rouault 1993, p. 344 et 461, n313 ; à Sfiré, près d’Alep, Beyer 1996, Louvre AO 11 744 ; à Terqa, Pic 1997, p. 141, fig. 49, Poli 2001, fig. 13 et p. 140‑141 ; à Haradum, Kepinski-Lecomte 1992, p. 414, 1, 2, niveau 3B (1690‑1650 av. J.‑C.).

11 À Alalakh, Collon 1975, p. 44, n76 ; Winter 1983, fig. 121 : sceau syrien sur lequel deux personnages symétriques et identiques, portant une harpe, sont placés de part et d’autre d’une divinité et d’une femme nue.

12 Strommenger 1993, p. 11, fig. 6, trouvé dans la pièce 22 du palais babylonien ancien.

13 Parrot 1967, p. 284‑285, n2767, personnage conservé jusqu’à la taille ; Badre 1980, n50.

14 TH 93.34/III G 1 SO-8 dont il ne manque qu’une partie de la tête. H. = 12,6 cm ; l. = 5,5 cm ; ép. base = 3,6 cm ; ép. tête = 2,7 cm. Figurine acéphale, TH 84.90/III B 20 SE-2 : H. = 6,8 cm ; ép. base = 3,1 cm ; ép. = 1,4 cm.

15 Parrot 1956, M, 50, p. 200 et pl. LVIII ; Badre 1980, pl. XXVI, 12 et p. 269. Recueilli « dans le secteur du Massif Rouge », il n'est pas précisément stratifié. Date probable autour de 2000 avant J.‑C. Dimensions : H. = 14,4 cm : l. aux coudes = 4 cm ; l. aux hanches = 2,6 cm.

16 Tête et buste TH 91.12/III E 1 SO-27: H.= 7 cm; l. = 5,2 cm. Buste TH 93.112/III G 2 SO-33: H.= 5,9 cm; l. épaules= 3,8 cm.

17 Matthiae 1995, fig. 272, p. 416, date BM ; fig. 312 à 316, date BM, vers 1850‑1700 (312) ou vers 2000 (313 à 316). L’objet no 312 est intéressant pour la coiffure en chignon marquée par des perforations autour du visage et la position des mains, placées sous les seins, éléments que l’on trouve aussi à Mari.

18 Habuba Kabira, Strommenger 1980, pl. E à droite et fig. 78. Selenkahiyé, Badre 1980, pl. XL‑XLVI ; Van Loon 2001, pl. 6.1 et 6.2. Tall Bi‘a, Strommenger et Kohlmeyer 2000, pl. 83.

19 Parrot 1956, p. 200.

20 Barrelet 1968, p. 356‑359.

21 Matthiae 1995, p. 441.

22 Lien entre culte à Ishtar et femme nue : Marchetti in Matthiae 2000, p. 849. Figurine cassée intentionnellement, Marchetti et Nigro 1997, p. 22.

23 À Emar, Maroueron 1976 : « maison V », fig. 12 et pl. III, 3, trois figurines féminines sur la façade et deux autres de part et autre d’une fenêtre à meneau ; « tour O », fig. 7 et pl. II, 1, deux figurines de part et autre d'une fenêtre. Date : Bronze Récent. Voir aussi pour la « maison V », Muller 1995, p. 369‑370, fig. 8 et 9. À Rumeila, Masuda 1983, pl. IV, p. 158, figurine féminine appliquée sur le trumeau de la fenêtre de la chambre haute. Date : Bronze Moyen. Ses mains sont ramenées sous les seins, son visage, aux yeux pastillés et au profil en bec d’oiseau, ressemble à certaines figurines de Mari. Muller 2002, p. 166‑167 et p. 280‑281.

24 Lien entre maquettes architecturales et culte des ancêtres affirmé par Van der Toorn 1995, p. 37.

25 À Mari, vase avec une femme nue modelée rapportée sur le col : TH 79.93/III Z 16 SO‑51, trouvé dans la tombe SO T-5 ; vase III E 1 SE-28, une figurine aux yeux pastillés appliquée sur le col de ce vase, trouvé dans la tombe SE T-l ; à Meskéné/Emar : Badre 1980, pl. XXXVII, n23, femme nue se tenant les seins, figurine appliquée sur le col du vase, à côté, un oiseau incisé. Margueron in Rouault et Masetti-Rouault (éd.) 1993, fig. 248, p. 452 ; Talon et Van Lerberghe 1997, p. 281.

26 Beyer 1990, p. 619‑623 (Mari) ; Beyer 2001, p. 190‑191, D 36 (Meskéné-Emar).

27 Winter 1983, p. 192‑197.

28 Empreintes de sceaux : Winter 1983, n” 78 et 87 (Kültepe), n85 (provenance ?). Statuettes en bronze, Winter 1983, nos 86 et pl. IV‑V, Parrot 1968, p. 15‑18 et pl. IV‑V, Rouault et Masetti-Rouault (éd.) 1993, p. 128, n113 ; plaquette incisée en coquille de Mari, Parrot 1956, p. 151 et pl. LVIII, Rouault et Masetti-Rouault (éd.) 1993, p. 130, n117.

29 Winter 1983, nos 101 (Larsa), 106 et 107.

30 À Ras Shamra et en Palestine, Orthmann 1975, fig. 426, Margueron 1977, fig. 16.

31 Rouault 1997, p. 81 ; Pic in Rouault et Masetti-Rouault (éd.) 1993, fig. 294, 295, p. 459 et image p. 334. Manquent la tête et le bas du corps. Buste de femme se tenant les seins avec amorce du corps d’un animal.

32 TH 80.172/III Z 16 NE-26 : H. = 9,1 cm ; l. aux bras = 4,1 cm ; l. hanches = 2,6 cm.

33 TH 90.89/III D 1 NO-4. Manquent les jambes et les bras. H. = 12 cm ; l. aux bras = 8,5 cm ; l. aux hanches = 3,8 cm ; ép. = 2 à 3 cm.

34 TH 79.46/IX Q 49 NO-4. Voir étude détaillée, Weygand 2006, p. 439‑448.

35 Barrelet 1968, nos 513,509‑510 et p. 286‑287 : objets de Tello, interprétés comme une divinité avec deux petits personnages. Voir aussi Woolley 1962, pl. 28, n20 (U. 1227) ou Opificius 1961, n214, p. 167. Si le visage du personnage féminin de Mari ressemble le plus à celui de Tello (n513), on constate l’absence des deux petits personnages latéraux et des pattes animales au bas de l’objet.

36 Figurine féminine complète : TH 95.64/III E 1 SE-68. H. = 6 cm ; l. bras. = 3 cm ; l. base = 2,7 cm.

37 À Ebla, Matthiae 1995, p. 416, n270, p. 474, nos 313, 315 et 316 ; à Hama, Fugmann 1958, pl. X, A.

38 À Habuba Kabira, Strommenger 1980, pl. E, F.

39 Parrot 1956, p. 202, pl. LXVIII, nos 399 et 283.

40 Sur les sites syriens, par exemple Selenkahiyé, Habuba Kabira, Tell Ta’yinat, Badre 1980 ; en Palestine, Winter 1983. p. 107 et fig. 30‑33 ; en Mésopotamie, à Tello, Barrelet 1968, pl. IX, 94, 100.

41 TH 95.63/III E 1 SE-67. H. = 3,2 cm ; 1. = 2,6 cm. À la cassure du cou, la présence de bitume prouve que la tête avait été recollée dans l’Antiquité.

42 Spycket 1985, p. 265‑271. Les sites syriens représentés dans cette étude sont Tell Khuera, Habuba Kabira, Selenkahiyé, Tell Masin, Hama et Mari : en effet, l’auteur y a joint la figurine complète M. 399, trouvée par A. Parrot en 1964, conservée au Louvre (AO 18392) qui possède toutes les caractéristiques retenues, sauf le troisième œil.

43 Voir Badre 1980. Le décor en troisième œil est soit obtenu par perforation, soit par l’adjonction d’une pastille de pâte. Tell Hadidi et El-Qitar, voir Rouault et Masetti-Rouault (éd.) 1993, p. 329, n285 et p. 457 ; p. 345, n316 et p. 462. Ebla, voir Matthiae 1995, p. 441, p. 444, n326, p. 474, nos 312 et 316.

44 Margueron 2004 : voir chronologie p. 9 (contribution P. Butterlin), terres cuites et phases de la ville fig. 78, 290, 413, 504 (contribution I. Weygand).

45 Weygand 2006.

46 Margueron 1997, p. 225‑277 ; 2004, p. 491, fig. 473.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Personnage au polos complet (M. 1507, musée archéologique d’Alep)
Légende Parrot 1959, fig. 54, p. 67, no 1507
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3869/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 2 – Personnage au polos fragmentaire (TH 87.22)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3869/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 3 – Deux personnages fragmentaires appliqués sur une paroi de maquette architecturale de Tell Bi’a.
Légende Strommenger 1993, p. 11, fig. 6
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3869/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 4Figurine féminine presque complète (TH 93.34)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3869/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 5 – Figurine féminine fragmentaire (TH 91.12)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3869/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 6Figurine féminine fragmentaire (TH 93.112)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3869/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 7 – Figurine masculine presque complète (TH 90.172)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3869/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 8Figurine masculine (TH 90.89)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3869/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Fig. 9 – Figurine féminine complète (TH 95.64)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3869/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Fig. 10 – Tête de figurine féminine (TH 95.63)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3869/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search