Version classiqueVersion mobile

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Études iconographiques

La statuaire de Mari

Agnès Spycket

Texte intégral

1La représentation humaine en pierre est certainement l’un des apports les plus spécifiques des fouilles de Mari et il est remarquable qu’une soixantaine d’années de recherches ait permis de renouveler notre connaissance d’un art venu de Mésopotamie, mais en même temps propre à la Syrie. Le matériau le plus utilisé est le gypse ou l'albâtre gypseux, parfois une brèche colorée.

2Deux périodes principales sont représentées : le Dynastique Archaïque et l’époque des Shakkanakku et des rois de Mari jusqu’à Zimri-Lim.

LE DYNASTIQUE ARCHAÏQUE

3Cet art est avant tout religieux, mais aussi princier. Religieux, il l’est comme en Mésopotamie, car tous les personnages en ronde bosse ont été trouvés dans les temples, dans l’attitude de la prière, qu’ils soient identifiés par une inscription ou qu’ils soient restés anonymes –‑ce qui est toujours le cas des femmes ; qu’ils soient masculins ou féminins, à l’exclusion de toute représentation d’enfant.

4La position debout est la plus fréquente pour les hommes, alors que les femmes sont plus généralement assises, sur un tabouret cubique.

Les hommes

  • 1 Spycket 1981, pl. 55-a à -c.
  • 2 Frankfort 1943, no 232= Spycket 1981, pl. 61-b.
  • 3 Parrot 1967, pl. XXII, p. 46 sqq.
  • 4 Parrot 1967, pl. XXXIV sqq, p. 64.
  • 5 Parrot 1956, pl. XXVII-XXIX, p. 70 sq.
  • 6 Parrot 1967, pl. XXIV, p. 49‑51, fig. 53‑54.
  • 7 Parrot 1967, pl. XLIV.
  • 8 Spycket 1981, pl. 46.
  • 9 Tell Asmar, Spycket 1981, pl. 37 ; Khafadje, Frankfort 1939, no 36 ; l'ensi Ginak au Louvre, Spycke (...)

5Il n’y a pas de différence dans le vêtement masculin avec la Mésopotamie, ni d’ailleurs dans l'allure générale des orants. Lugaldalu, roi d'Adab1, un adorant du temple de Nintu à Khafadje2 sont pour ainsi dire interchangeables avec Ipum‑isar3 (fig. 1) ou tel homme en prière du temple de Ninni-Zaza4. Le buste est nu, avec les mamelons indiqués et évidés pour une éventuelle incrustation. La jupe de kaunakès à nœud de ceinture sur l’arrière gauche comporte de 4 à 6 volants stylisés. La jupe d'Ebih‑il demeure une exception avec ses longs poils ondulés et souples, beaucoup plus naturels5. La jupe peut aussi être unie, terminée par une frange laineuse, comme Tagge en est un exemple6, mais pas unique7, et qui est illustré également à Tell Chuera8 et en Mésopotamie9.

  • 10 Parrot 1967, pl. XLV‑XLVI, p. 89‑96= Spycket 1981, pl. 60, p. 92 sqq.
  • 11 Moortgat 1969, p. 42.
  • 12 Frankfort 1939, no 97, pl. 70-F à H= Spycket 1981, fig. 33, p. 95.

6À la jupe unie et frangée, il faut ajouter la curieuse culotte bouffante du « grand chanteur » Ur-Nanshe, assis à l’orientale sur un coussin en vannerie10 (fig. 2). Moortgat avait bien vu la similitude d’attitude11 – sinon de costume – avec une petite statuette acéphale de Tell Asmar : l’homme vêtu d’une jupe frangée est assis jambes croisées sur une botte de roseaux sanglée près des deux extrémités12 (fig. 3). On ne peut qu’être frappé par la ressemblance du vêtement bouffant vers l’arrière, muni du pan de ceinture ou « nœud de jupon » sur la fesse gauche.

  • 13 Parrot 1956, no 306, pl. XXXIV et p. 81.
  • 14 Parrot 1967, pl. LIV‑LV, p. 100‑102= Spycket 1981, p. 96.
  • 15 Parrot 1967, pl. LUI, p. 99 sq.

7Les hommes sont soit imberbes, soit barbus, mais sans moustaches. Le plus souvent, ils ont le crâne rasé, à quelques exceptions près, qui ont fait hésiter sur le sexe du personnage. C’est le cas du « grand chanteur » Ur-Nanshe avec sa longue chevelure dans le dos, de même qu’un orant acéphale du temple d’Ishtar, dont les cheveux soigneusement ondulés et partagés par un sillon médian tombent en carré entre les omoplates13 (fig. 4). Il est impossible de décider si l’homme était imberbe ou barbu. L’identification n’est pas évidente pour un orant que j’ai reconnu comme un homme14 (fig. 5) ainsi que pour une tête coiffée de longs cheveux avec une raie au milieu, qui ressemble beaucoup à l'adorant précédent et que Parrot considérait comme le portrait d’Ur-Nanshe âgé15.

  • 16 Parrot 1956, pl. XXV‑XXVI, p. 68‑70.
  • 17 Spycket 1981, p. 89 sq.
  • 18 Margueron 1997, p. 725‑730.
  • 19 Dhorme 1956, p. 350, n. 27 : « Vous ne tondrez pas en rond », littéralement « vous n’arrondirez pas (...)
  • 20 Dhorme 1956, p. 356, n. 5 : « Littéralement “ils ne tondront pas de tonsure” ».
  • 21 Dhorme 1959, p. 272, n. 25 : « Ceux qui ont la tempe rasée (XXV, 23 ; XLIX, 32) sont certaines trib (...)
  • 22 Frankfort 1939, no 38, pl. 51, 61 I, N ; Frankfort 1943, no 38, pl. 92-A à C. (H. du buste : 9 cm).

8Outre la coiffure de Lamgi-Mari16 (fig. 6), bien connue en Mésopotamie17, il faut signaler une autre forme de coiffure tout à fait inédite, apparue en 1990, avec la toute petite tête en albâtre, haute de 2,8 cm18 (fig. 7). L’homme est glabre et le haut de son crâne est rasé à l’exception d’une courte natte sur le sommet ; des cheveux longs sur l’occiput passent derrière les oreilles, qui sont grandes, et tombent dans le cou, séparés par une raie médiane. Cette étrange mode n’est pas sans faire penser aux prescriptions du Lévitique (XIX, 27) : « Vous ne tondrez pas en rond le bord de votre tête et tu ne supprimeras pas le bord de ta barbe »19 ; (XXI, 5) : « Ils ne se feront pas de tonsure à leur tête et ils ne raseront pas le bord de leur barbe »20.... De même dans Jérémie (IX, 25), Iahvé prévient qu’il sévira « contre l’Égypte et contre Juda, contre Edom et contre les fils d’Ammon, contre Moab et contre ceux qui ont la tempe rasée, qui habitent dans le désert »21. Il faudrait d'autres exemples et des textes pour étayer l’hypothèse d’un type de prêtre soumis à des obligations rituelles. En ce qui concerne l’aspect spécifique de l’homme au nez aquilin et au double menton, je pense avec Jean Margueron (1997) qu’il représente un homme particulier, mais d'un type caractéristique de l’époque, car un petit buste d’orant de Khafadje a un profil très voisin et la tête n’est guère plus grande que celle de Mari22.

  • 23 Spycket 1981, pl. 65.
  • 24 Frankfort 1939, no 39, pl. 52 sq.= Spycket 1981, fig. 35, p. 100.
  • 25 Cf. Lamgi-Mari, Idi-nârum (Parrot 1956, p. 71‑74), Iku-Shamagan (Parrot 1967, pl. XII‑XIII,p. 37‑39 (...)

9À part les exceptions signalées, la caractéristique de cette époque à Mari est le crâne rasé et le visage glabre ou le collier de barbe avec la lèvre supérieure rasée alors qu’en Mésopotamie, la barbe s’accompagne plutôt des cheveux longs, tandis qu’à Tell Asmar la barbe peut couvrir presque tout le visage. Quelques statues mésopotamiennes correspondent cependant à la mode de Mari, par exemple le Konsistorialrat d’Assur23 et un homme de Khafadje24. Lorsque la barbe tombe sur la poitrine25 (fig. 8), elle est plus ou moins stylisée avec les mèches ondulées ménageant des espaces losangés, particularité de Mari.

  • 26 Parrot 1952, pl. XX, 2‑3 ; p. 196.
  • 27 Cf. Parrot 1967, fig. 224, p. 176.
  • 28 Spycket 1981, pl. 66-a et-b.
  • 29 Tête : Parrot 1956, pl. XXXIII, p. 173 ; le « bédouin » : Parrot 1967, pl. XXVII-XXIX, p. 58 sqq.
  • 30 Parrot 1956, no 1026, pl. XXXVIII, p. 90 sqq.

10Les sourcils et les yeux sont incrustés, ce qui est le cas le plus fréquent à l’époque du DA, comme on le voit sur un très beau masque26 (fig. 9). La monture est en stéatite grise plus ou moins foncée enserrant une cornée de coquille et une pupille de lapis-lazuli (Ebih‑il, Ur-Nanshe) ou de pierre noire, le tout scellé au bitume qui incruste aussi les sourcils27. Pourtant Lamgi-Mari a les yeux sculptés comme un orant de Tello28 et il n’est pas le seul à Mari29; en ce cas ceux-ci pouvaient être peints, comme Parrot a pu le constater sur une petite tête féminine30.

  • 31 Parrot 1956, p. 79 et 108 ; Parrot 1967, p. 152, n. 3.

11En ce qui concerne l’attitude, les hommes ont les mains jointes, soit l’une soutenant le poignet de l’autre (Lamgi-Mari) soit l’une enserrant l’autre (Nani, Iku-Shamagan). Parrot avait remarqué que le pied gauche en avant dans l’attitude de la marche était la marque des statues masculines31 et c’est l’une des raisons qui m'a fait identifier Forant à coiffure hathorique comme un homme (fig. 5). Comme il était d'usage, un renfort arrière assurait la solidité, ce qui n’a pas empêché la brisure des jambes. La seule exception est Lamgi-Mari et il a conservé ses pieds…

  • 32 Parrot 1967, fig. 184, p. 136.

12Un seul exemple d’homme nu est à signaler, dont il ne reste que le bassin et les jambes jusqu’aux genoux ; il est de très petit format (3 cm)32.

13Rappelons que seules les statues masculines sont inscrites, dans le dos, à la hauteur des omoplates, ou exceptionnellement sur le devant de la jupe (Tagge).

Les femmes

14Il est normal que la statuaire féminine offre plus de variété que celle des hommes, tant dans le vêtement que dans la coiffure.

  • 33 Spycket 1989, p. 405.
  • 34 Parrot 1956, pl. XLII, p. 102‑104, fig. 65.
  • 35 Parrot 1956, no 172, pl. XXXVI, p. 84 sqq.

15J’ai insisté sur le décalage entre costume masculin et féminin avec le couple enlacé33 : alors que le buste de l’homme est nu, la femme a l’épaule gauche ou les deux épaules couvertes par la robe en mèches de kaunakès34 (fig. 10). Par cet exemple, on voit qu’il n’y a aucune différence dans la matière utilisée pour les hommes et pour les femmes. Plus rarement, la robe est unie et frangée35 (fig. 11).

  • 36 Cf. tête au polos de Terqa : Herzfeld 1914, p. 132 ; pl. I, 3.
  • 37 Parrot 1967, pl. XLVIII sq. et LII, p. 96‑98. Le même procédé du kaunakès recouvrant la tête est at (...)

16Les coiffures sont variées, les cheveux longs sont enrobés dans un turban ou dans une résille, à la mode de la Diyala, alors que le polos est typiquement syrien, pour ne pas dire mariote, puisque jusqu’à présent il semble n’avoir été porté qu’à Mari et à Terqa36. Plus spécifique encore est la statue assise où la femme au polos assise, est abritée dans la même toison de kaunakès que sa robe qui couvrait ses deux épaules37 (fig. 12), en dépit de la restauration qui lui a fait un buste uni.

17Les mains sont jointes ou bien la main gauche tient un régime de datte, probablement en offrande à la divinité, que Forante soit debout ou assise. Comme pour les hommes, les yeux sont le plus souvent incrustés.

  • 38 Cf. dans la présente livraison, A. Liégey in Margueron et al., « Mari : rapport préliminaire sur la (...)

18Les pieds des statues féminines debout sont sur la même ligne, de sorte qu’une base de statue en calcaire trouvée en 1993 (fig. 13), avec deux pieds alignés et un bas de kaunakès, à l’arrière et sur les côtés, indique ainsi avec grande probabilité qu’il s’agit d’une statue féminine debout38.

  • 39 Parrot 1968, pl. IV‑VI et p. 15‑18.
  • 40 Parrot 1968, pl. VII‑VIII et p. 18‑22.
  • 41 Andrae 1922, pl. 29 et p. 55‑58.

19Il n’a pas été trouvé d’exemplaire de femme nue en pierre. Les seules statuettes connues proviennent du « Trésor d’Ur » l’une en bronze très élancée, aux avant-bras projetés en avant39 qui ne doit rien à la Mésopotamie, deux autres en ivoire, les mains jointes40 dans l’attitude de Forante qui ont des répondants dans le temple G d’Ishtar à Assur41.

LES SHAKKANAKKU ET LES ROIS

20Un changement radical intervient dans la ronde-bosse après le Dynastique Archaïque : les yeux ne sont plus incrustés et le vêtement en tissu uni couvre l’épaule gauche des hommes, tandis que les femmes ont le buste couvert.

  • 42 Parrot 1939, pl. VII, p. 11 sqq.; id. 1940, pl. VII, p. 14.
  • 43 Cf. Spycket 1981, p. 128.

21J’ai attribué à l’époque d’Akkad deux bustes de porteurs de chevreau qui sont encore vêtus du kaunakès, mais en cape sur les deux épaules42. L’un est acéphale avec un trou de mortaise entre les épaules pour fixer la tête, comme c’était déjà le cas à l’époque précédente43. S’il était barbu, sa barbe était courte, car il n’en reste pas de trace, tandis que celui qui a conservé sa tête (fig. 14) porte une longue barbe rectangulaire à mèches ondulées et une moustache en bourrelet uni, ce qui est nouveau ; sa coiffure aussi est nouvelle : le crâne rasé est couvert d’un tissu fin tenu par un bandeau plat qui annonce la coiffe d’Ishtup-ilum.

  • 44 Parrot 1959, pl. I‑III, p. 2‑5.
  • 45 Parrot 1959, pl. XII, p. 14‑16, fig. 10‑11.

22La succession des Shakkanakku n’est toujours pas assurée et je continue à considérer pour des raisons que j’ai exposées dans La statuaire (p. 210) qu’Ishtup-ilum44 (fig. 15) est le plus ancien, contemporain de la IIIe dynastie d’Ur : l’impression de force – pour ne pas dire de brutalité – qui se dégage de cette statue vient non seulement de la pierre basaltique noire, mais aussi de son aspect compact, avec les bras courts serrés contre le corps, le faciès aux lèvres serrées, surmontées à présent d’une moustache striée rejoignant la barbe stylisée à deux degrés. Les yeux ourlés d’un bourrelet et les sourcils striés sont sculptés. Un fin tissu couvre le crâne rasé, enserré par un bandeau plat qui dégage les oreilles. Les pieds nus massifs sont adossés à un montant qui rejoint le bas du vêtement. Ce vêtement justement montre une mode complètement différente et locale : en tissu épais uni bordé d’une frange, il barre horizontalement la poitrine et passe sous le bras droit qu’il dégage. Le même vêtement et le geste des mains jointes sont la caractéristique d’un torse en pierre grise inscrit sur le devant gauche au nom de Lasgân45 sur lequel les destructeurs s’étaient particulièrement acharnés.

  • 46 Spycket 1981, pl. 166, p. 260 sq.
  • 47 Moortgat 1969, pl. 213.
  • 48 Parrot 1959, pl. IX‑XI, p. 16‑22.

23Les deux statues en diorite du Shakkanakku Puzur-Ishtar46 et de son père Tura-Dagan, aujourd’hui au musée archéologique d’Istanbul, après avoir été trouvées dans le musée de Nabuchodonosor à Babylone, relèvent du même type de costume, mais avec plus d’élégance qu’Ishtup-ilum et avec des franges ondulées que l’on voit sur des statues d’Eshnunna. La barbe en deux parties terminée en pointe sur la poitrine par des mèches bouclées décroissantes est la même que celle que portaient la statue Cabane, qui fut à l’origine des fouilles de Mari47, et la statue acéphale du Shakkanakku Idi-ilum48 (fig. 16). À côté de la lourdeur d’Ishtupilum, le souverain est d’une étonnante souplesse : le vêtement épouse les formes du corps et s’évase vers le bas, bordé de pompons comme le pan qui recouvre l’épaule droite.

  • 49 Parrot 1959, pl. VII‑VIII, p. 11‑14.
  • 50 Parrot 1958, pl. XX, 2.
  • 51 Moortgat 1969, p. 72‑74.
  • 52 Pierre 1987, p. 552.

24Les dernières statues que nous venons de voir ont reçu une semblable mutilation de la tête, du bras droit et des pieds. Par suite de la même dévastation, c’est une grande tête seule (fig. 17 : H. 20 cm) qui a été trouvée dans un escalier du Palais49. Le casque et la mentonnière de cette sculpture de grande qualité sont illustrés sur une peinture de la salle 132 du Palais50 (fig. 18) que Moortgat a reconnue de la IIIe dynastie d’Ur51, date admise par Jean Margueron et ensuite par Béatrice Muller52.

  • 53 Parrot 1959, pl. XIII.
  • 54 Parrot 1956, pl. XLV, p. 111 sq.
  • 55 Parrot 1959, pl. IV‑VI, p. 5‑11, fig. 4‑8.

25Les femmes ont peu survécu : une tête à béret plat et cheveux relevés en chignon était très mutilée et avait perdu les incrustations des yeux53, survivance du IIIe millénaire. Le buste acéphale d’une dame de qualité54 (fig. 19) fait tout particulièrement regretter la fureur de destruction des Babyloniens. Son abondante chevelure nattée par derrière encadrait le visage entièrement disparu. Un collier d’au moins 6 anneaux rigides ornait la gorge, maintenu par une mèche à contrepoids dans le dos. Un châle très orné, à bordure frangée et glands, est posé sur les épaules et recouvre un corsage à décolleté en V dont on aperçoit des bandes parallèles analogues au corsage de la déesse au Vase jaillissant55, trop connue pour que je l’analyse en détail. Il s’agit bien là d’une œuvre syrienne avec son casque à un rang de cornes, dont le volume n’est pas loin du polos présargonique. Les festons des manches sont proches de ceux qui ornent le costume de Zimri-Lim sur la peinture de l'Investiture et les ondulations verticales de la jupe ont été traitées en blanc et rouge sur les déesses aux eaux jaillissantes de la même peinture. Il n’est pas exclu que la jupe de la statue ait été peinte comme il en restait des traces sur les couvre-oreilles en rosaces.

26Pour conclure, que dire de la statuaire de Mari ? Nettement tributaire de la ronde-bosse mésopotamienne au DA, avec déjà des traits particuliers (culotte d’Ur-Nanshe, polos féminin), elle s’affirme nettement originale à partir des Shakkanakku et prend ce caractère de dureté propre à la sculpture syrienne du IIe millénaire, ce qui n’exclut pas des manifestations plus raffinées, comme c’est le cas pour le Shakkanakku Idi‑ilum.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Al‑gailani L.
1972 « Some Sumerian Statues in the Iraq Museum »,
Iraq 34, p. 73‑76.

Andrae W.
1922
Die Archaischen Ischtar-Tempel in Assur, WVDOG 39, Leipzig.

Dhorme E.
1956-1959 La Bible. L’Ancien Testament, tomes I‑II, Bibliothèque de la Pléiade, Paris.

Frankfort H.
1939
Sculpture of the Third Millenium B.C. from Tell Asmar and Khafajah, OIP 44, Chicago.
1943
More Sculpture from the Diyala Region, OIP 60, Chicago.

Herzfeld E.
1914 « Hana et Mari », Revue d'Assyriologie 11, p. 131‑139, pl. I.

Margueron J.
1982 Recherches sur les palais mésopotamiens de l’Âge du Bronze, Paris.
1997 « Autour de la tête d’une statuette du temple de Ninni-zaza », MARI 8, p. 725‑730.

Moortgat A.
1969
The Art of Ancient Mesopotamia, Londres-New York.

Parrot A.
1939 « Les fouilles de Mari, septième campagne (hiver 1951‑1952) », Syria 20, p. 1‑22.
1952 « Les fouilles de Mari, cinquième campagne (automne 1937) », Syria 29, p. 183‑203.
1956 Le temple d’Ishtar, Mission archéologique de Mari I, Paris.
1958 Le Palais. Peintures murales, Mission archéologique de Mari 11‑2, Paris.
1959 Le Palais. Documents et monuments, Mission archéologique de Mari 11‑3, Paris.
1967 Les temples d’Ishtarat et de Ninni-Zaza, Mission archéologique de Mari III, Paris.
1968 Le « Trésor » d’Ur, Mission archéologique de Mari IV, Paris.

Pierre B. (= Muller B.)
1987 « Décor peint à Mari et au Proche-Orient : II. Chronologie, contexte, significations », MARI 5, p. 551‑576.

Spycket A.
1981 La statuaire du Proche-Orient ancien, Leiden.
1989 « Mari. B. Archàologisch », Reallexikon der Assyriologie 7. 5/6, Berlin.

Annexes

Fig. 1 – Mari, statue d’Ipum-isar

Fig. 1 – Mari, statue d’Ipum-isar

Parrot 1967, pl. XXII

Fig. 2 – Mari, statue d’Ur-Nanshe

Fig. 2 – Mari, statue d’Ur-Nanshe

Parrot 1967, pl. XLV‑c

Fig. 3 – Telle Asmar, statue d’homme assis

Fig. 3 – Telle Asmar, statue d’homme assis

Spycket 1981, fig. 33, p. 95.
Dessin Cornelie Wolff

Fig. 4 – Mari, statue d'orant

Fig. 4 – Mari, statue d'orant

Parrot 1956, no 306, pl. XXXIV

Fig. 5 – Mari, statue d'orant

Fig. 5 – Mari, statue d'orant

Parrot 1967, pl. LIV

Fig. 6 – Mari, le roi Lamgi-Mari

Fig. 6 – Mari, le roi Lamgi-Mari

Cl. mission archéologique de Mari

Fig. 7 – Mari, petite tête masculine

Fig. 7 – Mari, petite tête masculine

Margueron 1997, planche p. 730

Fig. 8 – Mari, statue d’orant

Fig. 8 – Mari, statue d’orant

Parrot 1956, no 164, pl. XXXI

Fig. 9 – Mari, masque

Fig. 9 – Mari, masque

Cl. mission archéologique de Mari, F. Pons

Fig. 10-Mari, statue du couple enlacé

Fig. 10-Mari, statue du couple enlacé

Parrot 1956, pl. XLII

Fig. 11 – Mari, statue d’orante

Fig. 11 – Mari, statue d’orante

Parrot 1956, no 172. pl. XXXVI

Fig. 12 – Mari, statue féminine au polos et kaunakès

Fig. 12 – Mari, statue féminine au polos et kaunakès

Parrot 1967, pl. XL-a

Fig. 13 – Mari, base de statue TH 93.133 in situ

Fig. 13 – Mari, base de statue TH 93.133 in situ

Cl. mission archéologique de Mari

Fig. 14 – Mari, buste de porteur de chevreau

Fig. 14 – Mari, buste de porteur de chevreau

Parrot 1939, pl. VII

Fig. 15 – Mari, le Shakkanakku Ishtup-ilum

Fig. 15 – Mari, le Shakkanakku Ishtup-ilum

Parrot 1959, pl. I

Fig. 16 – Mari, le Shakkanakku ldi‑ilum

Fig. 16 – Mari, le Shakkanakku ldi‑ilum

Parrot 1959, pl. XI

Fig. 17 – Mari, tête casquée

Fig. 17 – Mari, tête casquée

Cl. mission archéologique de Mari

Fig. 18-Mari, peinture du Palais : homme casqué

Fig. 18-Mari, peinture du Palais : homme casqué

Parrot 1958, pl. XX, 2

Fig. 19 – Mari, buste féminin acéphale

Fig. 19 – Mari, buste féminin acéphale

Parrot 1958, pl. XLV

Notes

1 Spycket 1981, pl. 55-a à -c.

2 Frankfort 1943, no 232= Spycket 1981, pl. 61-b.

3 Parrot 1967, pl. XXII, p. 46 sqq.

4 Parrot 1967, pl. XXXIV sqq, p. 64.

5 Parrot 1956, pl. XXVII-XXIX, p. 70 sq.

6 Parrot 1967, pl. XXIV, p. 49‑51, fig. 53‑54.

7 Parrot 1967, pl. XLIV.

8 Spycket 1981, pl. 46.

9 Tell Asmar, Spycket 1981, pl. 37 ; Khafadje, Frankfort 1939, no 36 ; l'ensi Ginak au Louvre, Spycket 1981, pl. 45.

10 Parrot 1967, pl. XLV‑XLVI, p. 89‑96= Spycket 1981, pl. 60, p. 92 sqq.

11 Moortgat 1969, p. 42.

12 Frankfort 1939, no 97, pl. 70-F à H= Spycket 1981, fig. 33, p. 95.

13 Parrot 1956, no 306, pl. XXXIV et p. 81.

14 Parrot 1967, pl. LIV‑LV, p. 100‑102= Spycket 1981, p. 96.

15 Parrot 1967, pl. LUI, p. 99 sq.

16 Parrot 1956, pl. XXV‑XXVI, p. 68‑70.

17 Spycket 1981, p. 89 sq.

18 Margueron 1997, p. 725‑730.

19 Dhorme 1956, p. 350, n. 27 : « Vous ne tondrez pas en rond », littéralement « vous n’arrondirez pas ». Il faut laisser pousser naturellement la chevelure et la barbe, pour ne pas ressembler aux païens, en particulier aux Arabes qui ont les tempes rasées (Jérémie, IX, 25 ; XXV, 23 ; XLIX, 32), coutume signalée encore par Hérodote (Histoire, III, 8).

20 Dhorme 1956, p. 356, n. 5 : « Littéralement “ils ne tondront pas de tonsure” ».

21 Dhorme 1959, p. 272, n. 25 : « Ceux qui ont la tempe rasée (XXV, 23 ; XLIX, 32) sont certaines tribus arabes qui, au dire d’Hérodote (III, 8), se coupent les cheveux en rond, en se rasant les tempes. D’où l’interdiction de se couper les cheveux en rond ».

22 Frankfort 1939, no 38, pl. 51, 61 I, N ; Frankfort 1943, no 38, pl. 92-A à C. (H. du buste : 9 cm).

23 Spycket 1981, pl. 65.

24 Frankfort 1939, no 39, pl. 52 sq.= Spycket 1981, fig. 35, p. 100.

25 Cf. Lamgi-Mari, Idi-nârum (Parrot 1956, p. 71‑74), Iku-Shamagan (Parrot 1967, pl. XII‑XIII,p. 37‑39, fig. 31‑36), Nani (Parrot 1967, pl. XVI‑XVIII, p. 42 sqq.), adorant debout (Parrot 1956, pl. XXXI, no 164, p. 74).

26 Parrot 1952, pl. XX, 2‑3 ; p. 196.

27 Cf. Parrot 1967, fig. 224, p. 176.

28 Spycket 1981, pl. 66-a et-b.

29 Tête : Parrot 1956, pl. XXXIII, p. 173 ; le « bédouin » : Parrot 1967, pl. XXVII-XXIX, p. 58 sqq.

30 Parrot 1956, no 1026, pl. XXXVIII, p. 90 sqq.

31 Parrot 1956, p. 79 et 108 ; Parrot 1967, p. 152, n. 3.

32 Parrot 1967, fig. 184, p. 136.

33 Spycket 1989, p. 405.

34 Parrot 1956, pl. XLII, p. 102‑104, fig. 65.

35 Parrot 1956, no 172, pl. XXXVI, p. 84 sqq.

36 Cf. tête au polos de Terqa : Herzfeld 1914, p. 132 ; pl. I, 3.

37 Parrot 1967, pl. XLVIII sq. et LII, p. 96‑98. Le même procédé du kaunakès recouvrant la tête est attesté sur une statue féminine acquise par l’Iraq Museum à Bagdad : Al‑Gail ani 1972, p. 75, pl. XXIV.

38 Cf. dans la présente livraison, A. Liégey in Margueron et al., « Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1993 » (chantier G, le Lieu Saint, p. 19‑22).

39 Parrot 1968, pl. IV‑VI et p. 15‑18.

40 Parrot 1968, pl. VII‑VIII et p. 18‑22.

41 Andrae 1922, pl. 29 et p. 55‑58.

42 Parrot 1939, pl. VII, p. 11 sqq.; id. 1940, pl. VII, p. 14.

43 Cf. Spycket 1981, p. 128.

44 Parrot 1959, pl. I‑III, p. 2‑5.

45 Parrot 1959, pl. XII, p. 14‑16, fig. 10‑11.

46 Spycket 1981, pl. 166, p. 260 sq.

47 Moortgat 1969, pl. 213.

48 Parrot 1959, pl. IX‑XI, p. 16‑22.

49 Parrot 1959, pl. VII‑VIII, p. 11‑14.

50 Parrot 1958, pl. XX, 2.

51 Moortgat 1969, p. 72‑74.

52 Pierre 1987, p. 552.

53 Parrot 1959, pl. XIII.

54 Parrot 1956, pl. XLV, p. 111 sq.

55 Parrot 1959, pl. IV‑VI, p. 5‑11, fig. 4‑8.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Mari, statue d’Ipum-isar
Légende Parrot 1967, pl. XXII
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2 – Mari, statue d’Ur-Nanshe
Légende Parrot 1967, pl. XLV‑c
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 3 – Telle Asmar, statue d’homme assis
Légende Spycket 1981, fig. 33, p. 95.Dessin Cornelie Wolff
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 4 – Mari, statue d'orant
Légende Parrot 1956, no 306, pl. XXXIV
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 5 – Mari, statue d'orant
Légende Parrot 1967, pl. LIV
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 6 – Mari, le roi Lamgi-Mari
Légende Cl. mission archéologique de Mari
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 7 – Mari, petite tête masculine
Légende Margueron 1997, planche p. 730
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 8 – Mari, statue d’orant
Légende Parrot 1956, no 164, pl. XXXI
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 9 – Mari, masque
Légende Cl. mission archéologique de Mari, F. Pons
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 10-Mari, statue du couple enlacé
Légende Parrot 1956, pl. XLII
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 11 – Mari, statue d’orante
Légende Parrot 1956, no 172. pl. XXXVI
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 12 – Mari, statue féminine au polos et kaunakès
Légende Parrot 1967, pl. XL-a
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 13 – Mari, base de statue TH 93.133 in situ
Légende Cl. mission archéologique de Mari
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 14 – Mari, buste de porteur de chevreau
Légende Parrot 1939, pl. VII
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 15 – Mari, le Shakkanakku Ishtup-ilum
Légende Parrot 1959, pl. I
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 16 – Mari, le Shakkanakku ldi‑ilum
Légende Parrot 1959, pl. XI
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 17 – Mari, tête casquée
Légende Cl. mission archéologique de Mari
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 18-Mari, peinture du Palais : homme casqué
Légende Parrot 1958, pl. XX, 2
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 19 – Mari, buste féminin acéphale
Légende Parrot 1958, pl. XLV
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3866/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

Auteur

CNRS, Paris

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search