Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Études iconographiques

Les sceaux de Mari au IIIe millénaire

Observations sur la documentation ancienne et les données nouvelles des villes I et II

Dominique Beyer

Texte intégral

Tous mes remerciements s’adressent à Margaret Jaques pour son aide précieuse dans la lecture des inscriptions des divers documents mis au jour lors des dernières campagnes de Mari.

  • 2 Amiet 1985.

1Il y a vingt ans, lors d’un colloque international consacré à la civilisation de Mari, l’éminent spécialiste des sceaux mésopotamiens qu’est Pierre Amiet présentait un état de la question sur la glyptique de Mari. Bien qu’il ne disposât pas des inédits, somme toute assez nombreux, des fouilles d’André Parrot, ni naturellement des fouilles plus récentes de Jean Margueron, il réussissait un examen pénétrant de la documentation alors disponible2.

  • 3 Parrot 1956.
  • 4 Parrot et Barrelet 1959.
  • 5 Parrot 1967.

2Pierre Amiet rappelait que la publication des sceaux recueillis par André Parrot au cours d’une vingtaine de campagnes l’avait été au fur et à mesure de l’avancement des travaux par chantiers, ceux du temple d’Ishtar tout d’abord3, du palais royal ensuite4, enfin des temples d’Ishtarat et de Ninni-zaza5. D’autres apparaissent ponctuellement le long des pages des rapports préliminaires dans la revue Syria ou les Annales archéologiques arabes syriennes. Tout naturellement Pierre Amiet appelait de ses vœux la réalisation d’une étude globale des sceaux, d’un véritable corpus général.

  • 6 Angéline Lepage, Frédérique Vergeot, Karine Closse, Florence Néhasil, Isabelle Chalier, Marie Stahl (...)

3C’est dans cette entreprise de longue haleine que je me suis engagé depuis quelques années, avec l’aide épisodique de quelques étudiants que je tiens à remercier ici6. Ce travail, minutieux et parfois assez ingrat, est actuellement bien avancé, mais on aurait pu souhaiter qu’il puisse progresser avec davantage de célérité. Plusieurs difficultés sont en effet rencontrées :

    • 7 Amiet 1985, p. 475.
    • 8 Sur les 53 documents, seuls 11 ou 12 font l’objet d’une attribution stratigraphique, du type « Temp (...)

    Tout d’abord, et contrairement sur ce point à ce qu’avait écrit Pierre Amiet, on ne peut pas prétendre qu’André Parrot a véritablement « présenté scrupuleusement la totalité du matériel sigillographique »7. Si l’on prend l’exemple de la monographie consacrée au temple d’Ishtar, on notera tout d’abord que sur 53 documents cités, seuls 35 sont reproduits, et peu d’entre eux sous forme de dessin. D’autre part que l’examen attentif des provenances réserve des surprises : toujours sur 53 documents, 19 seulement proviennent du temple, les autres ont été récoltés dans les environs, dans des maisons ou des tombes considérées comme présargoniques, sans que la plupart du temps on puisse disposer d’indications stratigraphiques et de localisation utilisables8. En outre dans trop de cas malheureusement, les indications de provenance sont actuellement difficilement compréhensibles ou peuvent diverger entre le texte de la publication et les annotations du fouilleur sur son fichier ;

  1. Qu’il s’agisse des documents des anciennes fouilles ou des plus récentes, l’étude de ce type de matériel implique naturellement de bonnes photographies, des dessins de qualité, et un examen attentif des originaux, surtout lorsqu’il s’agit d’empreintes sur scellés ou sur tablettes, ces originaux étant conservés pour l’essentiel dans les musées syriens, qu’il s’agisse de Damas, Alep ou Deir ez-Zor. Comme les spécialistes le savent bien, l’ensemble de l’opération représente un travail de longue haleine, naturellement alimenté plus ou moins régulièrement par les fouilles en cours.

  • 9 C’est la raison pour laquelle cette contribution a été réactualisée par rapport à celle de la table (...)

4Précisément, l’accroissement très significatif de la documentation, grâce aux fouilles les plus récentes de l’équipe de Jean Margueron, permet de dresser un tableau qui apparaît comme nouveau sur un certain nombre de points9.

  • 10 Parrot 1974b, p. 25‑29 et 88 sqq.

5En premier lieu, on sait à quel point la question de l’occupation au IIIe millénaire de la grande cité du Moyen-Euphrate, entre le moment de sa fondation (= Ville I), quelque part sans doute dans le courant du Dynastique Archaïque I, au XXIXe siècle vraisemblablement, et la phase prospère dite des Shakkanakku (= Ville III), convient d’être réexaminée avec la plus grande attention. André Parrot voyait à Mari se développer une longue période dite présargonique, censée couvrir toutes les phases de cette période, suivie d’une période agadéenne puis de la phase des Shakkanakku contemporaine d’Ur III10.

  • 11 On verra, dans ce même volume, la contribution de Marc Lebeau, qui ne partage pas entièrement ce po (...)
  • 12 Sur ces questions il conviendra de discuter entre autres les développements sur la chronologie que (...)

6Les travaux récents de Jean Margueron suggèrent au contraire l’existence de phases d’abandon au moins partiel de la cité, dans le courant du Dynastique Archaïque II surtout, mais sans que le moment précis et la durée de ces abandons puissent encore être mesurés avec précision11. J. Margueron propose une véritable refondation de la cité (Ville II) au cours du Dynastique Archaïque III. Cette remise en question des données traditionnelles intervient également à un moment où tout le tableau chronologique concernant le monde syrien du IIIe millénaire connaît quelques turbulences et quelques tentatives de réajustement. Il est incontestable que le développement considérable des travaux dans la région du Khabour et de la Haute Djézireh en général accroît sensiblement le nombre des sites de référence et invite à une confrontation générale des données. La datation des niveaux les plus anciens de Mari, par exemple, s’est trouvée parfois contestée12.

7Dans le cadre de cette problématique, et de quelques autres, il est donc indispensable de reprendre l’étude de l’ensemble de la documentation, ancienne ou récente, en fonction des données nouvelles du terrain et des nouvelles pistes proposées à notre réflexion. Ne seront concernées, dans le cadre de la présente étude, que les Villes I et II.

LA VILLE I

  • 13 Amiet 1985, p. 476. Rappelons simplement ici qu’il n’y a pas de couche Jemdet Nasr à Mari.
  • 14 Je citerai parmi d’autres exemples la découverte en 1993 de deux sceaux dans une tombe shakkanakku (...)

8Jusqu’à la campagne de fouilles de l’automne 2003, l’on manquait singulièrement de documents sigillographiques retrouvés en place dans les couches qui correspondent à la période de la fondation et des premiers développements de la ville. Pierre Amiet avait déjà souligné le fait que quelques sceaux retrouvés dans le temple d’Ishtar ou dans une maison située à l’est du temple, attribuables à la période de Jemdet Nasr, avaient sans doute été « remontés » de couches plus anciennes13. En fait, à la suite de Pierre Amiet, il me semble de plus en plus évident qu’à Mari comme ailleurs en Syrie, au IIIe millénaire comme au second, la pratique était courante de conserver et éventuellement d’utiliser des sceaux plus anciens, parfois de plusieurs siècles14.

  • 15 Voir en particulier les argumentations développées, à propos des questions concernant le passage du (...)

9Ce phénomène, qui se vérifie ici ou là de plus en plus, montre bien qu’il convient d’adopter la plus grande prudence et la plus grande attention méthodologique si l’on compte utiliser ce matériel comme élément de datation d’un niveau15.

  • 16 Parrot 1956, pl. LXV‑LXVII. M. 123 appartiendrait au niveau a du temple, « chambre des prêtres » ; (...)

10Ces observations doivent également s’appliquer à la période actuellement cruciale pour nous à Mari, c’est-à-dire au DA II. Les cylindres retrouvés par André Parrot et remontant à cette période, somme toute peu nombreux, n’ont pas été retrouvés pour la plupart dans un contexte DA II, mais bien dans des couches DA III ou plus récentes encore. C’est le cas pour des exemplaires retrouvés au temple d’Ishtar (M. 123, 1080, 1081)16.

  • 17 Margueron 2002, p. 10.

11En revanche le cylindre M. 1388, donné comme provenant de « la région SE du temple, niveau c ou d », pourrait bien quant à lui avoir été trouvé dans une couche (niveau d plutôt que c), qui n’est pas bien éloignée de celle qui correspond à sa date de fabrication. C’est ce que pourrait suggérer précisément la trouvaille toute récente d’octobre 2003 : une tombe du nouveau chantier L, ouvert depuis la campagne de 1999 à l’est du temple d’Ishtar17, a en effet livré deux sceaux-cylindres, pour la première fois clairement observés en place dans un niveau de la Ville I. Le premier, très abîmé, serait à vrai dire plus ancien et se rattacherait aux séries schématiques Jemdet Nasr, travaillées à la bouterolle. Sa découverte conforte les considérations exprimées plus haut. Le second en revanche appartient clairement au DA II :

 

1. Sceau-cylindre TH 03.63 = VII W 50 SE-64 (11/10/03)

  • 18 Les dessins présentés dans cet article sont de l’auteur.

12Columelle de coquillage, h. 2,5 ; diam. 1,5 cm. Fig. 1a‑c18

13On distingue trois personnages debout, côte à côte, dont les jambes sont filiformes, le corps fait de deux globules ; la tête d’un globule, sauf le personnage de gauche, à trois globules en ligne, surmontés de deux cornes (?).

14À droite de ce groupe, en haut et en bas d’une grande cassure du cylindre, série de globules dans le champ. Plus à droite encore, une nouvelle cassure, séparant trois globules, en haut, d’un quadrupède, en bas, à pattes et queue filiformes, et corps traité en trois globules. L’ensemble de la scène est difficilement déchiffrable.

Fig. 1a‑b – Sceau-cylindre cat. no 1 (TH 03.63) et son empreinte

Fig. 1a‑b – Sceau-cylindre cat. no 1 (TH 03.63) et son empreinte

Fig. 1c – Dessin de l’empreinte du sceau cat. no 1 (TH 03.63, échelle 1/1)

Fig. 1c – Dessin de l’empreinte du sceau cat. no 1 (TH 03.63, échelle 1/1)

 

2. Sceau-cylindre TH 03.62 = VII W50 SE-67 (11/10/03)

15Albâtre gypseux, h. 2,9 ; diam. 2,45 cm. Fig. 2a‑c

16Deux hommes-taureaux encadrent un combat entre un félin et un bovidé entrecroisés. Chacun des hommes-taureaux fait ainsi face à l’un des protagonistes et participe au combat en brandissant, à gauche, contre le bovidé, une lance, tout en agrippant l’animal par les cornes, à droite, un bâton ou une courte javeline qui paraît se planter, en fait, dans l’arrière-train du bovidé. Tous sont naturellement de profil, de même qu’un bouquetin, qui vient se placer à la césure du cylindre, dans l’espace grossièrement triangulaire qui sépare les hommes-taureaux dos à dos. Le bouquetin, cabré sur ses pattes arrière, tourne la tête vers la droite. Parmi les détails, la barbiche du bovidé, stylisée en deux volutes divergentes, ainsi que quelques motifs supposés secondaires qui occupent les parties libres du champ entre les pattes des divers protagonistes : une tête d’antilope (?), un signe en V, deux signes en Y, ainsi qu’un signe en P, peut-être une tête humaine schématisée de profil.

17La gravure à la gouge est assez vigoureuse, mais sans l’élégance et le rythme des meilleurs exemples du style de Fara.

18Il y a quelques années, au grand chantier F consacré à l’étude de l’habitat domestique à l’ouest du grand palais royal, un autre cylindre du DA II avait été retrouvé, mais dans un niveau de la fin du Dynastique Archaïque III ou de l’époque d’Agadé (fig. 3a) :

 

3. Sceau-cylindre TH 95.86 = III DI NE-83 (19/10/1995)

19Pierre verdâtre, peut-être serpentine, h. 3, diam. 2,4 cm. Fig. 3a‑c

  • 19 On pourra commodément en examiner des séries chez Amiet 1980, pl. 64‑72 et Karg 1984, pl. 4‑10.
  • 20 Cette caractéristique est assez courante dans cette série : on l’observe en particulier, à Mari mêm (...)
  • 21 De petits motifs de ce type, têtes, protomes, cuisses ou petits animaux entiers apparaissent volont (...)

20L’objet est retrouvé cassé en deux fragments dans le sens longitudinal et quelques éclats à l’emplacement de la cassure affectent légèrement la lecture du décor gravé, qui révèle en outre quelques traces d’usure. Le cylindre a visiblement beaucoup servi. La composition savamment rythmée, ainsi que l’élégance de la facture sont celles des beaux sceaux-cylindres dits du style de Fara, et plutôt de la phase récente19. On y retrouve en effet la chaîne caractéristique de rinceaux associant la figure d’un homme-taureau maître des animaux, qui agrippe par une patte arrière les corps de deux lions, tête en bas, à celle d’un héros nu qui pour sa part maîtrise deux taureaux cabrés en lutte contre les lions, mais retournant la tête vers leur dompteur. Homme-taureau et héros nu portent comme souvent une ceinture à triple rang ; le traitement de la barbe est comparable. La coiffe du héros, peu lisible, est marquée de sortes de cornes20. Des rainures plus ou moins parallèles, ou organisées en chevrons, marquent le poitrail de l’un des taureaux, mais surtout la crinière des lions. Dans la partie inférieure du champ, une tête d’antilope peu lisible au niveau de la cassure du cylindre et, devant la tête du lion de gauche, un motif courbe pouvant correspondre à une cuisse, d’antilope également selon toute vraisemblance21.

  • 22 Amiet 1985, p. 477. Il reconnaissait en revanche la possibilité de voir en M. 978, qu’il reproduisa (...)

21Pierre Amiet avait été frappé de la remarquable qualité des cylindres DA II retrouvés par André Parrot à Mari, porteurs souvent d’une inscription, phénomène encore rare à cette période. Il se demandait s’il ne fallait pas considérer ces œuvres comme des importations en provenance de Mésopotamie proprement dite22. Je le pensais également, attentif en outre au fait que les matériaux de ces cylindres DA II paraissaient se différencier de celui qui caractérise le plus souvent la production locale de la période suivante, le DA III, c’est-à-dire l’albâtre gypseux, matériau fragile, sensible comme l’on sait à l’usure, au feu comme à l’humidité. Mais la découverte récente du sceau no 2 montre bien un exemple d’utilisation du gypse. Conviendrait-il alors de suggérer qu’il pourrait être de fabrication locale ? Avouons que l’argument n’est sans doute pas suffisant et que la documentation encore trop limitée incite à la prudence.

22On ajoutera que l’absence dans la documentation recueillie jusqu’à ce jour, pour cette période, de vestiges de scellés d’argile, qu’il s’agisse de portes ou de divers récipients, nous prive de la possibilité de vérifier si ces cylindres ont été réellement utilisés pour sceller, et si oui par qui et dans quelles conditions.

Fig. 2a‑b – Sceau-cylindre cat. no 2 (TH 03.62) et son empreinte

Fig. 2a‑b – Sceau-cylindre cat. no 2 (TH 03.62) et son empreinte

Fig. 2c – Dessin de l’empreinte du sceau cat. no 2 (TH 03.62. échelle 1/1)

Fig. 2c – Dessin de l’empreinte du sceau cat. no 2 (TH 03.62. échelle 1/1)

Fig. 3a‑b – Le sceau-cylindre cat. no 3 (TH 95.86) et son empreinte

Fig. 3a‑b – Le sceau-cylindre cat. no 3 (TH 95.86) et son empreinte

Fig. 3c – Dessin de l’empreinte du sceau cat. no 3 (TH 95.86, échelle 1/1)

Fig. 3c – Dessin de l’empreinte du sceau cat. no 3 (TH 95.86, échelle 1/1)

23En matière de chronologie, la découverte du cylindre no 2 dans une tombe de l’une des phases récentes de la Ville I montre au moins que l’existence de cette première installation urbaine s’est prolongée assez loin au sein de cette période du DA II. Le cylindre no 2, qui se rattache au Crossed Style, remonte en effet à la phase la plus récente du DA II. L’abandon plus ou moins important de la ville durant cette phase, suggéré par Jean Margueron, doit donc être réduit à un laps de temps plus court, approximativement vers la fin du DA II et les tout débuts du DA IIIa.

LA VILLE II

La période du Dynastique Archaïque III et les débuts de la période akkadienne

  • 23 Amiet 1985, p. 480.

24Certains cylindres appartenant au DA II ont pu également être importés au moment de la renaissance de la cité au DA III, en même temps sans doute que certains exemplaires du DA III qui semblent ne pas appartenir à la tradition locale de cette phase. C’est le cas par exemple du contenu de ce qu’André Parrot a appelé le « Trésor d’Ur » : ces cylindres selon Pierre Amiet. au moins la plupart d’entre eux travaillés à la bouterolle, pourraient être originaires non pas d’Ur mais peut-être de la région de Kish23.

25Dans le cadre de la problématique chronologique actuelle, la question est évidemment de savoir à quel moment précis placer la refondation de la cité, et si la documentation sigillographique peut être en mesure d’apporter sa contribution à la solution d’un tel problème historique. Il s’agit aussi de définir les premières étapes d’une production locale, et les premiers témoignages de l’utilisation réelle des sceaux, locaux ou importés, en tant que tels, c’est-à-dire pour sceller, et non comme simple amulette ou objet de valeur.

  • 24 Amiet 1985, p. 478.

26Comme l’a déjà bien souligné Pierre Amiet, jusqu’à présent la production du DA III que l’on peut considérer comme locale apparaissait plutôt « homogène dans la médiocrité ». La gravure des sceaux est marquée d’« une grande lourdeur qui leur confère un archaïsme trompeur »24, et leur datation précise est par conséquent délicate. On peut naturellement s’en étonner si l’on considère qu’il s’agit là à Mari d’une période brillante avec, entre autres, semble-t-il, des ateliers de sculpture ou de travail de mosaïque d’incrustation très actifs. Si l’iconographie peut présenter parfois des caractères originaux, en revanche les caractéristiques stylistiques ne permettent guère de rapprochements très précis avec les séries mieux définies de la Mésopotamie méridionale.

  • 25 Parrot 1956, p. 187‑188 et pl. LXV.
  • 26 Voir en particulier l’important travail de Matthews 1997a. À propos de M. 329, p. 119. Le document, (...)

27En outre, peu de documents à caractère proprement syrien ont été jusqu’à présent mis au jour à Mari. Le grand cylindre en os M. 329, provenant de la cella 17 du temple d’Ishtar25, est bien à rattacher à la glyptique archaïque de Syrie, bien illustrée maintenant par le résultat des fouilles, anciennes ou plus récentes, de Tell Brak, de Tell Khuera ou de Tell Beydar26. Malheureusement, une nouvelle fois le contexte de cette trouvaille ne nous est d’aucun secours, puisque ce document provient d’une fosse de fouilleur clandestin creusée dans la cella.

28En revanche, pour l’étude des sceaux de cette longue phase du DA III, et ses prolongements à l’époque d’Akkad, on saluera avec satisfaction la découverte, à partir de 1995, d’empreintes de cylindres sur divers scellements d’argile. Elles sont susceptibles de nuancer très fortement l’image que l’on pouvait se faire de la documentation mariote de cette période, qui s’appuyait pour l’essentiel sur des cylindres ramassés ici ou là par André Parrot, parfois grossièrement gravés il est vrai, souvent tout simplement très élimés. Ces documents nouveaux constituent naturellement les précieux témoins de l’utilisation des sceaux à Mari, d’autant qu’ils portent très souvent le nom de leur propriétaire. Ils proviennent pour l’instant de trois secteurs de recherche principaux.

  • 27 Cf. Parrot 1964, p. 6, fig. 1 : le secteur concerné se situe à l’extrémité sud-ouest. Pour une nouv (...)

29Le premier, un secteur nouveau, a été baptisé chantier H. Il est situé au nord-ouest de la Haute Terrasse, à proximité du grand palais royal, l’un des points où Jean Margueron a judicieusement choisi d’explorer les couches anciennes du site en relation avec les découvertes réalisées en 1994 dans les couches profondes de l’Enceinte Sacrée. Sous les vestiges retrouvés par André Parrot dans ce secteur, et interprétés par lui comme les dépendances du temple de Dagan27, le chantier H, placé sous la responsabilité de Mohammed Mouftah, a révélé les restes d’un nouveau niveau architectural, baptisé niveau 1, le niveau dégagé par André Parrot étant considéré comme le niveau 0. La qualité des murs mis en évidence, la nature du matériel retrouvé sont plutôt celles d’un bâtiment administratif que d’une simple maison d’habitation. La proximité du grand palais royal rend en outre ce secteur particulièrement intéressant.

30C’est précisément dans le vaste palais royal que se situent deux autres secteurs de la recherche dans ces niveaux de la Ville II.

  • 28 Parrot 1965, p. 19, fig. 17; 1975, p. 10, fig. 5bis.

31Tout d’abord dans le périmètre du vaste espace IV (= PIV) dégagé dès 1964 par André Parrot au nord-nord-ouest de l’enceinte sacrée du palais P‑1. Ce secteur paraissait propice à une exploration en profondeur, déjà entamée en 197428.

32D’autre part, le secteur situé à l’ouest du grand portail monumental du palais, exploré par Malou Schneider. Les salles 11, 13 et 15 viennent de livrer une documentation importante appartenant à cette phase du palais P‑1.

33Les autres chantiers ne seront cités que brièvement, en raison du caractère très sporadique de leurs trouvailles dans le domaine qui nous retient ici :

  • le chantier G, secteur des temples au sud de la Haute Terrasse, avec en particulier le temple de Ninhursag (?) présargonique dont l’étude se poursuit ;

  • le chantier F, consacré à l’étude de l’habitat à l’ouest du grand palais royal ;

  • enfin le chantier L, cité plus haut, le dernier ouvert, à l’emplacement du quartier des maisons présargoniques qu’André Parrot avait dégagées à l’est du temple d’Ishtar.

34De ces différents secteurs seront présentés ici, très provisoirement, les documents les plus significatifs. Leur classement suivra, dans la mesure du possible, un ordre chronologique.

 

4. Empreinte de cylindre sur scellement d’argile TH 97.35 – III Y 3 SE-92 (Chantier H) (1/11/1997)

35Locus II, niveau 1, sol b

36Cet intéressant document correspond très vraisemblablement à un scellement de porte, d’assez grande taille : h. x l. x ép. : 4,8 x 8,3 x 4,6 cm env. (fig. 4a‑c). Le diamètre du pommeau peut être restitué à 2,7 cm. On notera le double enroulement de cordelette de 0,8 cm env. de diamètre. Un passage de cordelette a été emprisonné dans l’argile sous la partie plate, au moment de l’application de la pâte. Le fragment porte deux empreintes du même sceau, déroulé dans Taxe du pommeau de porte, dont le dessin de la fig. 4c propose une restitution provisoire.

37Le sceau, à trois registres superposés séparés par des doubles listels, atteint 4,6 cm de hauteur pour un diamètre actuellement non restituable. Le thème représenté, couvrant les trois registres, est celui du banquet, avec convives et musiciens.

38C’est au registre supérieur, le plus lacunaire, qu’apparaissent les convives, au moins celui de droite, une femme à châle bordé de mèches de kaunakès, tenant vraisemblablement une coupe d’une main et peut-être un rameau de l’autre. De son vis-à-vis on ne distingue que le bas du vêtement, à mèches pointues de kaunakès, ce vêtement étant d’ailleurs le même pour tous les personnages. Accompagnant les convives, deux serviteurs sont ici visibles. Un troisième serviteur, semble-t-il, était disposé derrière le convive assis à gauche : c’est vraisemblablement le personnage que l’on retrouve tout à droite sur le dessin, à côté des vestiges des quatre lignes d’une inscription cunéiforme dont la restitution, due à Margaret Jaques, est rendue particulièrement difficile par l’importante déformation de l’argile du scellement. L’inscription, malheureusement de lecture encore très incertaine, est au nom de l’épouse d’un roi de Mari, qui porte ici le titre de en :

x ŠUL

dam

  • 29 Pour Margaret Jaques, il serait tentant de lire ici le nom du roi I-ku-sar, mais le 1er signe n’est (...)

x-KU-x x29

en ma-ríki

  • 30 Sur cet instrument de musique, voir en particulier Spycket 1972, p. 169 sqq, surtout p. 170 où l’au (...)
  • 31 Comme vraisemblablement sur le cylindre en or d’Ur (Amiet 1980, no 1193).
  • 32 C’est ce qui apparaît sur un relief de Sennacherib à Ninive, où deux joueurs de harpes horizontales (...)

39Le registre médian nous est connu sur une assez grande surface, mais il présente néanmoins plusieurs lacunes et imprécisions. Deux personnages assis en vis-à-vis sont entourés de musiciens et participent à l’activité musicale, au moins pour celui de gauche, une femme se tournant vers l’arrière pour jouer de ce qui semble être un claquoir courbe, ici peut-être frappé de la main gauche par un court instrument rectiligne30. Elle fait ainsi face à un personnage debout qui jouait vraisemblablement du même instrument, illisible sur l’empreinte, ou qui frappait des mains31. On remarquera la longue natte (?) qui retombe à l’arrière de sa coiffe. Derrière ce personnage, tout à gauche, une harpe posée au sol occupe toute la hauteur du champ ; seuls les deux bras de l’instrumentiste sont visibles. Entre les deux personnages assis figure debout, de profil à gauche, une joueuse de lyre à la longue natte. Outre son instrument, dont elle joue de la main gauche, elle brandit un objet évoquant un court bâton, dont on ne saisit guère l’utilisation, à moins de penser à une baguette destinée à frapper les cordes de la lyre32. Les personnages situés à droite ne sont plus guère lisibles sur nos empreintes. L’un est situé à l’arrière-plan, derrière le personnage assis, l’autre tout à droite.

  • 33 L’un des cylindres du cimetière royal d’Ur (Amiet 1980, no 1193) montre des joueurs de claquoirs pr (...)

40Sur le registre inférieur sont juxtaposées des figures comparables, instrumentistes en vis-à-vis maniant des claquoirs courbes à droite33, joueuse de harpe au centre, de profil à droite, alors qu’à gauche est représenté un cortège de trois personnages de profil à gauche levant les bras, mais sans instruments, pour claquer des mains et psalmodier. Le premier personnage porte la longue natte, les deux suivants une courte coiffe au dessin très simplifié.

  • 34 Cf. Amiet 1980, p. 125 et nos 1181‑1194 ; sceau de Pu-abi : no 1182 (bonne photographie chez Collon (...)
  • 35 La composition en trois registres n’est pas fréquente. On notera sa présence, mais pour des thèmes (...)
  • 36 Voir les remarques faites à la note 29.

41Une telle scène de banquet évoque l’iconographie des cylindres d’Ur, plus précisément de ceux du cimetière royal, et en particulier de celui de la reine Pu-abi34. On notera sur notre document le caractère assez élaboré de la composition, qui distribue en trois registres une scène de banquet avec musiciens d’ordinaire traitée en un ou plus souvent en deux registres seulement35. Ce sceau semble ainsi pouvoir être attribué au DA IIIa. Dans le contexte stratigraphique qui est le sien, on attendrait sans doute un sceau de facture plus récente. Faut-il en conclure que le sceau a pu être réutilisé et regravé36 ?

Fig. 4c – Dessin provisoire de l’empreinte de cylindre cat. no 4 (échelle 1/1)

Fig. 4c – Dessin provisoire de l’empreinte de cylindre cat. no 4 (échelle 1/1)

Fig. 4a‑b – Scellement de porte TH 97.35 avec l’empreinte de cylindre cat. no 4

Fig. 4a‑b – Scellement de porte TH 97.35 avec l’empreinte de cylindre cat. no 4

42La présence sur ce document, malgré les difficultés de lecture, d’un nom royal mariote, pourrait peut-être inviter à ne pas considérer ce sceau comme une importation du sud mésopotamien, comme on serait tenté de le faire, mais comme une œuvre de qualité issue des ateliers royaux de Mari. Sceaux royaux et ateliers royaux étaient encore, rappelons-le, inconnus à Mari pendant cette période, et rares ailleurs. Sans doute doit-on souligner alors que ces ateliers mariotes étaient très fortement inspirés par la production des grands centres méridionaux, celui d’Ur en particulier. Les documents qui suivront seront sans doute de nature à confirmer ce point de vue. On peut dans l’immédiat naturellement souhaiter pouvoir disposer de davantage de documents pouvant remonter aux tout débuts de la Ville II : leur examen pourrait permettre de confirmer cette impression et de suggérer également que l’origine des fondateurs ou plutôt des refondateurs de Mari est à rechercher vers le sud. Dans les milieux du pouvoir, et en particulier dans les ateliers royaux, dominait alors l’iconographie de type mésopotamien, avec des thèmes conformes à ce que nous connaissons précisément dans ces régions, et une qualité finalement comparable. Soulignons ici que sur le plan de la thématique, nous voyons l’épouse d’un en de Mari adopter pour son sceau le thème du banquet. Ce thème apparaît également sur le document suivant.

 

5. Empreinte de cylindre sur scellement d’argile TH 99.178 = III Z 3 SO-26 (Chantier H) (25/10/99)

43Niveau 1a

  • 37 On rapprochera ce motif de ceux qui apparaissent dans certaines scènes de la série dite de construc (...)

44Trois fragments de scellements de portes permettent de reconstituer une partie importante de ce sceau (fig. 5), à deux registres superposés, séparés par une double ligne horizontale comme dans le cas du document no 4. Ici aussi le registre supérieur évoque une scène de banquet, groupant vraisemblablement trois convives, un tourné vers la droite, le mieux conservé, à jupe terminée par des languettes de kaunakès, un gobelet (?) à la main, les deux autres lui faisant face, à droite d’une petite table (?) de forme élancée, supportant une masse indistincte37.

45Le registre inférieur montre, à côté de deux couples de créatures cabrées entrecroisées – deux lions têtebêche à droite, deux hommes-taureaux (?) à gauche, une figure plus originale, dans une posture acrobatique, le corps arqué : un homme-scorpion. À gauche, les traces évoquant des queues de scorpion sont difficiles à interpréter : dérapages du cylindre à cet endroit et surimpressions du motif de l’homme-scorpion ? C’est le plus vraisemblable : à cet emplacement le cylindre comportait vraisemblablement un troisième duel d’animaux ou d’hybrides, ou un combat d’animaux faisant partie du groupe des deux lions tête-bêche.

  • 38 Voir les quelques exemples regroupés chez Amiet 1980, à la pl. 80, ainsi que les nos 1002 et 1363.

46On regrettera naturellement le caractère lacunaire du document, qui montre la trop rare intervention de l’homme-scorpion. Son attitude ici ne contribue guère à préciser la nature de cette figure du répertoire mythologique38.

 

  • 39 Le chantier PIV est devenu P4 à partir de 2001 à la suite de la transformation des chiffres romains (...)

6. Empreinte de cylindre sur scellement d’argile TH 99.61 et 62 = 111T 6 SE-3 et 6 (Chantier PIV39) (21.10.99)

47Le dessin de la fig. 6c est reconstitué sur la base d’env. 25 fragments de scellements de jarre. Le revers porte en effet très nettement la trace d’un tissu maintenu par des ficelles sur un col de jarre d’un diamètre approximatif de 40 cm. Le fragment des fig. 6a et b a les dimensions suivantes : h. 4 ; 1. 8,6 ; ép.1,1 cm.

  • 40 La planche 104 de l’ouvrage d’Amiet 1980 groupe quelques exemples de dieux assistant ou participant (...)

48Le sceau, qui ne comporte que des lacunes légères, illustre le thème des combats et de la maîtrise des animaux : juxtaposition de deux groupes principaux, occupant toute la hauteur du champ (2,8 cm), et deux petits registres superposés séparés à mi-hauteur par un listel. Le groupe principal de droite, d’aspect très héraldique, mais aux proportions élégamment allongées, montre un héros, tourné vers la droite, mais buste de face, nu, tête cornue, à longues mèches pendantes symétriques, maîtrisant deux taureaux cabrés dos à dos, retournant la tête vers leur dompteur. À côté ce sont deux félins, un léopard au corps tacheté et un lion à forte crinière, dont les corps cabrés sont entrecroisés. Le léopard, dont la tête manque, semble dompté ou cajolé par un petit personnage représenté très court, à petite jupe de kaunakès, longue mèche flottant à l’arrière, et sur la tête une paire de cornes encadrant un élément central d’aspect lancéolé. Ce petit personnage original pourrait évoquer ici, assez exceptionnellement, une déesse participant activement à la confrontation des deux fauves40. En dessous d’elle, deux griffons, d’orientation alternée, assez grossièrement exécutés, ailes largement déployées.

Fig. 5 – Dessin de l’empreinte de cylindre cat. no 5 sur scellement de porte TH 99.178 (échelle 1/1)

Fig. 5 – Dessin de l’empreinte de cylindre cat. no 5 sur scellement de porte TH 99.178 (échelle 1/1)

Fig. 6a‑b – Empreinte de cylindre sur scellements de jarre TH 99.61/62 : photos face et revers

Fig. 6a‑b – Empreinte de cylindre sur scellements de jarre TH 99.61/62 : photos face et revers

Fig. 6c – Dessin (échelle 1/1) de l’empreinte du sceau TH 99.61/62 (cat. no 6)

Fig. 6c – Dessin (échelle 1/1) de l’empreinte du sceau TH 99.61/62 (cat. no 6)

49Tout à gauche, le lion à forte crinière se tourne vers le petit registre du haut, où un héros maître des animaux dompte deux gazelles : la patte de l’une est agrippée par le lion. En dessous du listel, deux lions cabrés entrecroisés. Ces thèmes très classiques sont illustrés par quelques autres documents.

Les sceaux des serviteurs de la fille du roi (nos 7 à 9)

7. Empreinte de cylindre sur scellement d’argile TH 95.56 = 111 Y 2 NE-67 (Chantier H) (21/10/1995). Locus I, niveau 1, entre sol a et b, à côté du tannour 71 = 2e phase du niveau 1

50Ce fragment de scellement (h. 8,2 ; 1. 6,5 ; ép. env. 2 à 3 cm) n’est pas conservé suffisamment pour que sa nature puisse être précisée avec certitude. Le profil de l’objet (fig. 7a) évoque par les diverses courbures, y compris en longueur, un scellement de jarre, avec empreinte du rebord comme de l’épaule (?) plutôt qu’un scellement de porte.

  • 41 Amiet 1980, nos 1034 et suivants (Ur), no 1092 et suivants (Lagash).

51Le document (fig. 7b) porte l’empreinte (6 x 2,85 cm) d’un sceau-cylindre dont le dessin de la fig. 7c présente la reconstitution du décor, gênée par quelques distorsions et quelques lacunes. La composition relativement élaborée met en scène un lion et un cervidé cabrés entrecroisés, le lion s’attaquant à un taureau androcéphale qui lui fait face, lui-même pris à partie par un héros nu, barbu, à la chevelure en mèches divergentes, et armé d’un glaive. Ce combat traditionnel occupe toute la hauteur du champ. À côté, ce sont deux petits registres superposés séparés par deux lignes horizontales. En haut une inscription cunéiforme, en bas un petit homme-taureau, vraisemblablement, qui maîtrise deux bouquetins. Composition, thématique et style sont conformes à ce que révèlent des cylindres mésopotamiens de Mésopotamie méridionale comme ceux du cimetière royal d’Ur, ou certains documents provenant de Lagash41.

  • 42 On rappellera ici que ce nom de Nani est porté par un fonctionnaire qui a voué sa statue dans la sa (...)

52Notre document est inscrit, ce qui renforce naturellement son intérêt. On notera que l’inscription a été gravée à l’endroit sur le cylindre, et qu’elle se trouve donc inversée sur l’empreinte. Le propriétaire du sceau est un personnage du nom de Nani, mais cette lecture reste hypothétique. Il apparaît comme le serviteur de la fille, ce qui correspond généralement à la fille du roi42.

na-ni?

ìr dumu-munus

 

8. Empreinte de cylindre sur scellements d’argile TH 99.63‑71, 73‑85, 87‑125 = 111Z 2 NO-22‑30, 32‑44, 46‑68, 71‑86 (Chantier H) (27/10/99). Niveau 1b

53Le dessin présenté à la fig. 8 est composé à partir d’un nombre important de fragments de scellements de porte retrouvés dans le même secteur que le document précédent, et dans la même situation stratigraphique. Inscription et thème iconographique sont également comparables : malgré les difficultés de lecture, il s’agit ici aussi vraisemblablement du sceau d’un fonctionnaire attaché au service de la fille du roi. Le décor présente également le thème classique du combat des animaux auquel participe un héros nu, à gauche, qui maîtrise un cervidé en l’agrippant par une patte et par une corne. Le corps de ce quadrupède, cabré, s’entrecroise avec celui d’un lion qui, de même qu’un second lion qui lui est symétrique, mord la croupe d’une chèvre. La toison de ce capriné est évoquée par des stries incurvées parallèles, tandis que les crinières des lions sont vigoureusement traitées en languettes. Sous l’inscription, un petit personnage à genoux, de profil à gauche, mais tournant la tête vers la scène principale, brandit une masse d’armes.

 

9. Empreinte de cylindre sur scellements d’argile TH 97.14 = 111 Y 3 SE-40 (Chantier H) (22/10/97). Locus 2, Niveau 1, sol a

54Ici encore (fig. 9), inscription et image rattachent ce document aux précédents. Le nom du propriétaire fait encore difficulté, mais il doit s’agir à nouveau d’un personnage dépendant de la fille du roi. Margaret Jaques lit en effet :

[NP(?)]

[d]ub?-sar bàd

  • 43 Les deux derniers signes de l’inscription sont clairs, mais les signes précédents sont reconstitués (...)

[(x)?] x? dumu-munus43

Fig. 7a‑b – Scellement d’argile TH 95.56 : section (échelle 1/1) et photographie : cat. no 7

Fig. 7a‑b – Scellement d’argile TH 95.56 : section (échelle 1/1) et photographie : cat. no 7

Fig. 7c – Reconstitution provisoire du décor du cylindre de TH 95.56, cat. no 7 (échelle 1/1)

Fig. 7c – Reconstitution provisoire du décor du cylindre de TH 95.56, cat. no 7 (échelle 1/1)

Fig. 8 – Dessin des empreintes de cylindre sur scellements d’argile cat. no 8 (échelle 1/1)

Fig. 8 – Dessin des empreintes de cylindre sur scellements d’argile cat. no 8 (échelle 1/1)

Fig. 9 – Dessin provisoire de l’empreinte de cylindre TH 97.14 (d’après Margaret Jaques), cat. no 9 (échelle 1/1)

Fig. 9 – Dessin provisoire de l’empreinte de cylindre TH 97.14 (d’après Margaret Jaques), cat. no 9 (échelle 1/1)
  • 44 Amiet 1980, p. 140‑144.

55En dessous de l’inscription, un petit aigle léontocéphale aux ailes éployées fait le lien entre un lion cabré sur ses pattes arrière, à gauche, participant à un nouveau combat d’animaux, et un autre lion, cette fois tête en bas, qui semble culbuté par un héros nu dont manque la partie supérieure. Tout à droite, l’image très lacunaire révèle encore la présence de deux félins (?) de profil à droite, dont seul l’arrière-train est visible. Ils étaient vraisemblablement les adversaires du lion de gauche, de telle sorte que l’inscription et le petit aigle léontocéphale correspondent à peu près au centre de la composition. L’aigle, à tête de lion ou non, est une figure familière de l’iconographie du DA III. L’aigle héraldique léontocéphale est souvent identifié à Im-dugud (Anzu) des textes sumériens44. On sait à quel point il est particulièrement représenté dans l’iconographie de l’État de Lagash.

  • 45 No TH 99.126 = III Z 2 NO-87, du même chantier H, niveau 1b : scellement de porte.
  • 46 Voir ci-dessus note 39.

56Cette petite série de documents (nos 7‑9), à laquelle il conviendrait d’ajouter une empreinte supplémentaire, actuellement trop lacunaire45, est particulièrement homogène sur le plan de l’iconographie et du style. Elle appartient à des personnages dont les noms nous échappent encore, sans doute des fonctionnaires liés d’une manière ou d’une autre à la fille du roi, le nom de ce roi n’apparaissant malheureusement pas. Le bâtiment partiellement dégagé dans le cadre du sondage du chantier H, au niveau 1, pourrait ainsi représenter la résidence de ce personnage certainement très important de la vie mariote de cette période. À cet égard, et en attendant des informations plus précises des deux côtés, on peut se demander si cette fille du roi n’est pas celle que cite un texte de Tell Beydar, retrouvé dans le bâtiment officiel de l’acropole, sous la forme MUNUS.DUMU LUGAL, ce roi devant être, dans le contexte de l’État de Nagar, celui de Mari46 ? Elle pourrait ainsi constituer un intéressant point de synchronisme entre ces deux documentations.

  • 47 Sur cette notion de scellement-languette, voir Otto 1995.

57Le thème très classique des combats d’animaux avec intervention d’un héros est également attesté dans le palais dit présargonique, au secteur PIV47 (fouille Mohammed Muftah) :

 

10. Empreinte de cylindre TH 00.172 = III T 5 NO-3 (23/10/00)

  • 48 Voir Sallaberger 1998, p. 35, et note 63. Le roi de Nagar, dans les textes de Tell Beydar, apparaît (...)

58L’empreinte, unique jusqu’à présent, a été retrouvée sur un fragment d’argile (8,5 x 5 x 1,8 cm), au revers irrégulier, mais pouvant correspondre à un scellement-languette48. Oblitérant l’empreinte du cylindre, un signe cunéiforme a été vigoureusement imprimé dans l’argile (fig. 10a‑b).

59Le décor du cylindre montre deux lions s’attaquant à un bouquetin suivant le même schéma que le document no 8. Derrière le lion de gauche, un taureau, selon toute vraisemblance, est pris à partie par un héros nu dont la tête, pas plus que celle du taureau, ne nous est conservée. À côté, les restes du nom, lacunaire, du propriétaire.

60Un combat d’animaux est également à mentionner sur une empreinte retrouvée au chantier F, consacré à l’étude de l’architecture domestique entre le palais royal et le quartier situé à l’est du temple d’Ishtar (fouille Isabelle Weygand et Emmanuelle Capet) :

 

11. Empreinte de cylindre sur scellement d’argile TH 95.54 = III E 1 SO-157 (17/10/1995)

61Ce scellement (h. 6,3 ; 1. 6,8 ; ép. max. 3,5 cm) est très abîmé, noirci par le feu. Il s’agit vraisemblablement d’un scellement de porte, avec traces d’un pommeau de 1,9 cm de diamètre. Il comporte sur la face (fig. 11a‑b) trois empreintes fragmentaires, sans doute de deux cylindres différents ; nous ne présentons que la mieux conservée pour l’instant (6 x 2,6 cm), bien que son décor n’ait pu être entièrement reconstitué.

Fig. 10a‑b – Empreinte de cylindre TH 00.172, cat. no 10 : photo et dessin (échelle 1/1)

Fig. 10a‑b – Empreinte de cylindre TH 00.172, cat. no 10 : photo et dessin (échelle 1/1)

Fig. 11a-b – Empreinte de cylindre sur scellement TH 95.54, cat. no 11 : photo et dessin (échelle 1/1)

Fig. 11a-b – Empreinte de cylindre sur scellement TH 95.54, cat. no 11 : photo et dessin (échelle 1/1)
  • 49 Margaret Jaques propose d’y lire :
    LAM-gi4 ma-[ ou la‑gi4-ip
    ga?/ša?.
    Pour restituer le nom du roi Ish (...)
  • 50 Voir Amiet 1980, no 1068 : sceau du grand chantre Igimu-anshè-gal. Voir également les représentatio (...)

62Toute la hauteur du champ est occupée par un décor de spirales interrompu à gauche, sans doute en raison d’un dérapage du cylindre, par le corps d’un lion très certainement engagé dans une scène de combat. De l’autre côté de la spirale, deux lignes d’une inscription cunéiforme49, séparées par une ligne verticale, la seconde n’étant sans doute pas complète, peut-être partiellement interrompue par un lièvre qui appartient vraisemblablement à la scène de combat. On comparera la spirale à celle qui a été gravée sur un cylindre d’Ur50.

63Parmi les thèmes familiers de la glyptique mésopotamienne archaïque figurent également les scènes de banquet (cf. déjà fig. 4 et 5), et particulièrement les scènes de boisson au chalumeau. Les fouilles récentes au chantier H en ont livré quelques-unes, mais la plupart très lacunaires. On en présentera l’exemple suivant :

 

12. Empreinte de cylindre sur scellement d’argile TH 95.43 = III Y 3 NE-53 (19/10/1995). Locus II, sous sol a (niveau 1)

64Scellement de porte selon toute vraisemblance (h. 3 ; d. max. 5,7 cm, fig. 12a‑b), avec empreinte de sceau-cylindre lacunaire malgré le nombre important des déroulements – au moins six-, qui sont affectés par des dérapages et superpositions.

65L’image du sceau, dont la hauteur était de 1,5 cm, montre une scène de boisson au chalumeau (fig. 12c). Deux convives assis en vis-à-vis sur de petits tabourets, en longue robe et tête très schématisée, se servent de deux chalumeaux qui émergent, en compagnie d’un troisième, d’un vase globulaire posé sur une petite table monopode.

Les documents du secteur de la porte du palais P‑1 (nos 13 à 14, 16‑18)

  • 51 Voir, sur ce secteur de fouille, les rapports préliminaires des campagnes 1993 et 1995, dans ce mêm (...)

66Les fouilles de ce secteur du palais présargonique P-l, engagées depuis plusieurs années sous la responsabilité de Malou Schneider, ont livré durant les campagnes de 2000 et 2001 quelques documents de toute première importance. Le lieu de trouvaille est plus précisément un groupe de trois salles, 11, 13 et 15, situées à l’ouest du bloc de l’entrée monumentale du palais51. Les observations faites par Jean Margueron sur l’architecture et la stratigraphie ainsi que l’examen encore préliminaire par Jean-Yves Monchambert de la céramique recueillie dans ce secteur semblent bien indiquer que cette phase du palais du IIIe millénaire se prolonge à la période akkadienne ancienne, encore imparfaitement définie à Mari. Le matériel retrouvé présente par conséquent un intérêt tout particulier.

67On examinera tout d’abord :

 

13. Sceau-cylindre TH 00.11 = III P10 NO-33 (27/09/00)

68Albâtre fin, ou plutôt columelle de coquillage. H. : 2,8 ; diam. 1,3 cm. Sol A de la pièce 11

  • 52 Il porte le no 1465 chez Amiet 1980. Voir également nos 1466 et 1791. Les deux scènes font égalemen (...)

69Le décor du sceau évoque un thème, ou plutôt l’association de deux thèmes bien attestés dans le répertoire mésopotamien du DA III : le sacrifice d’un quadrupède et la scène de tissage. Le parallèle à cet égard le plus étroit est un cylindre de Kish, qui offre la même superposition des deux tableaux52.

  • 53 Amiet 1980, no 1791.
  • 54 Sur ces questions concernant le tissage en Mésopotamie, un important travail est en cours : cf. Bré (...)
  • 55 Amiet 1980, nos 1469, 1439 et 1791.

70Sur l’exemple de Mari, la scène de tissage ne groupe que deux personnages, placés en vis-à-vis de part et d’autre de ce qui apparaît comme un métier à tisser. Celui-ci est composé, de manière malheureusement très schématique, comme d’habitude, d’un cadre horizontal reposant sur deux montants verticaux. À gauche, ce cadre horizontal se prolonge vers un personnage assis, une femme selon toute vraisemblance, à longue robe et cheveux longs. Celle-ci manipule une sorte de fine baguette, qui pourrait correspondre à une alène, au-dessus du cadre auquel semble accroché un élément arrondi évoquant une sorte de grosse pelote. Tout à droite, un petit personnage debout, vêtu d’un pagne court à trois languettes, manipule pour sa part, toujours au-dessus du cadre, un élément plus long qui, dans le contexte où nous sommes, pourrait être un fil émergeant de l’intérieur du métier. Ce mouvement peut être comparé à celui que montre, mais rendu de manière encore plus schématique, un cylindre de la collection Oppenländer53. Au centre du cadre, un motif rectangulaire horizontal à partie centrale marquée d’un croisillon encadré, sauf dans le haut, par une sorte de lisière. L’ensemble peut sans doute correspondre à la représentation d’un métier à tisser horizontal vu de profil, avec la pièce tissée vue du dessus54 ? C’est ce que pourraient montrer également, mais de manière beaucoup moins explicite, un cylindre archaïque du temple d’Ishtar-Kititum d’Ischali, un cylindre de Suse, ainsi que le cylindre de la collection Oppenländer55.

Fig. 12a‑b – Scellement de porte TH 95.43 : vue de dessus et section (échelle l/l), cat. no 12

Fig. 12a‑b – Scellement de porte TH 95.43 : vue de dessus et section (échelle l/l), cat. no 12

Fig. 12c – Dessin de l’empreinte du cylindre de TH 95.43, cat. no 12 (échelle 1/1)

Fig. 12c – Dessin de l’empreinte du cylindre de TH 95.43, cat. no 12 (échelle 1/1)

Fig. 13a‑b – Photo et dessin (échelle 1/1) de l’empreinte moderne du cylindre TH 00.11, cat. no 13

Fig. 13a‑b – Photo et dessin (échelle 1/1) de l’empreinte moderne du cylindre TH 00.11, cat. no 13

71À côté de cette scène de tissage, le registre supérieur du cylindre montre, au-dessus de deux lignes horizontales principales, un espace vide qui était destiné sans doute initialement à l’inscription du nom du propriétaire du sceau.

  • 56 Ce schéma est appliqué dans les quelques documents qui constituent des parallèles plus ou moins pré (...)

72Au registre inférieur se déroule une scène de sacrifice selon un schéma classique : un groupe de personnages debout, des officiants en vêtement court, s’approchent d’un quadrupède couché sur le dos au-dessus d’une sorte de banquette rectangulaire pouvant évoquer un autel à niches. Le quadrupède, malgré le caractère fruste de la gravure, semble devoir être identifié avec un bovidé. Il est maintenu par l’officiant de droite, tandis qu’à gauche, l’animal se voit porter le coup fatal par un officiant, placé devant une petite table, qui lui transperce la tête56. Tout à droite, derrière le second officiant qui lève la main comme ses compagnons, tout en tenant une lame (?), se tient un personnage dont la lecture est problématique : le cylindre vraisemblablement abîmé ici pourrait avoir été regravé partiellement et laissé inachevé ?

73Quoi qu’il en soit du détail de ces représentations, bien attestées dans divers contextes du milieu mésopotamien méridional, il reste à expliquer la relation, observée plusieurs fois, entre les scènes de tissage ou d’ourdissage et le sacrifice animalier.

74Si notre cylindre no 13 paraît bien s’inscrire dans la production classique du DA III, en revanche les empreintes suivantes, apparues dans le même contexte stratigraphique, appartiennent à une série qu’il convient maintenant d’examiner avec la plus grande attention :

Deux sceaux royaux (fig. 14a‑c, 15a‑c)

14. Empreintes de cylindre sur scellements d’argile TH 00.150 = III P 10 NE-26 (02/10/00)

75Pièce 11, couche A. H. de l’empreinte : 2,7 cm

76Ce document, reconstitué d’après plusieurs empreintes, reste actuellement lacunaire (fig. 14a‑c). L’imagerie mise en œuvre n’offre pas une originalité particulière : un héros-dompteur nu, tête chevelue de face, maîtrise deux taureaux androcéphales qui sont eux-mêmes pris à partie par deux lions de petite taille, traités de manière différente à gauche et à droite. Tout à gauche, l’un des taureaux androcéphales est en même temps attaqué par un homme-taureau qui brandit un couteau.

77L’intérêt du document réside ici surtout dans la présence, sur le côté, d’une inscription en trois lignes :

  • 57 LAM est raisonnablement sûr. LAGAB est clair dans le document suivant. Voir le commentaire infra.

11!(LAM)-LAGAB?-da‑ar57

lugal

ma-ríki

Fig. 14a‑b – Photos de l’empreinte TH 00.150 du sceau-cylindre d’un roi de Mari, cat. no 14

Fig. 14a‑b – Photos de l’empreinte TH 00.150 du sceau-cylindre d’un roi de Mari, cat. no 14

Fig. 14c – Dessin provisoire (échelle 2/1) du sceau no 14

Fig. 14c – Dessin provisoire (échelle 2/1) du sceau no 14

 

15. Empreintes de cylindre sur scellements d’argile M. 4145 (1‑3) (04/09/1964)

78Palais P‑1, secteur de la porte « cour » III-salle I ; h. de l’empreinte : 2,3 cm

  • 58 Parrot 1965, p. 12, cite cette découverte en précisant que Georges Dossin avait « réservé sa lectur (...)

79Ce document (fig. 15a‑c), retrouvé par André Parrot lors de la première campagne de fouilles consacrée au dégagement du palais « présargonique », était resté inédit58. J’ai pu le retrouver et l’étudier dans les réserves du musée de Deir ez-Zor. Trois fragments de scellements de portes révèlent plusieurs empreintes d’un cylindre qui appartenait au même personnage que le document précédent.

80L’imagerie de ce cylindre montre une nouvelle fois le héros nu à six boucles, en maître des animaux, dressé sur les protomes de deux lions à forte crinière (tête vue du dessus). Il maîtrise deux cervidés qu’il maintient par la nuque, pendant que les lions s’attaquent à leurs arrière-trains. À droite, un homme-taureau agrippe l’un des deux cervidés. Dans le champ, sous un cartouche à deux lignes verticales d’inscription, taureau couché, patte gauche relevée, tête de face ; une tête de taureau apparaît d’autre part dans le champ entre l’inscription et la tête du cervidé de gauche.

81L’inscription mentionne :

  • 59 Pour Margaret Jaques et Antoine Cavigneaux que je remercie pour leur aide, cette lecture est claire (...)

11-LAGAB-da‑ar59

lugal

ma-ríki

  • 60 Sur ces listes, et sur la succession des souverains d’Ebla comme de Mari, cf. Archi 1985 et 1996, a (...)
  • 61 Par exemple Amiet 1980, nos 1098, 1100‑1103.

82Le personnage qui apparaît ainsi avec ces deux nouveaux sceaux serait donc un nouveau roi de Mari, s’il faut vraiment renoncer, au moins provisoirement, à l’identifier au Hi-da’ar des listes d’Ebla60 pour des questions de graphie. L’archéologue, ici, ne peut guère trancher. Pour lui, en tout cas, iconographie et style des sceaux s’accorderaient assez bien avec une datation relativement tardive, même s’il convient sur ce point d’être prudent : l’allongement des figures que l’on constate sur le document 14, et que l’on ne retrouve d’ailleurs pas sur le document 15, attribuable certainement à un autre purkullu, ni sur les exemples suivants, peut être comparé à celui de sceaux de la phase finale du DA III, à Lagash par exemple, sous Lugalanda ou Urukagina (Uruinimgina)61.

Les sceaux du roi Ishqi-Mari (nos 16‑17, fig. 16a‑b, 17‑18, 20a‑b)62

  • 62 Cf. Beyer, à paraître.

16. Empreintes de cylindre sur scellements d’argile TH 00.162.1‑42 = III P10 NE-25 (02/10/00). Sol A du locus 11 ; TH 00.152 = III Q 10 SO-13 (12/10/00). Couche A du locus 13

83Hauteur restituée de l’empreinte : 3 cm. Le diamètre initial du cylindre était d’env. 1,8 cm.

  • 63 Rien ne s’oppose, me semble-t-il, à ce que ce roi de Mari soit le même que celui dont la statue, bi (...)

84Un important ensemble de plus d’une cinquantaine d’empreintes sur scellements de portes a permis de reconstituer l’image complète du sceau du roi Ishqi (Lamgi)-Mari63, comme l’indique le cartouche de deux lignes cunéiformes :

11-gi4-ma-rí

lugal ma-rí

85Le cartouche figure dans ce qui apparaît comme le registre supérieur de l’image (fig. 16a‑b, 17), même si la séparation entre parties supérieure et inférieure du champ n’est pas matérialisée par une ligne et si elle n’apparaît pas comme régulière : au contraire, l’impression domine d’une composition touffue, caractérisée par une certaine horreur du vide.

Fig. 15a‑b – Photos des empreintes sur scellement de porte M. 4145 : sceau royal no 15

Fig. 15a‑b – Photos des empreintes sur scellement de porte M. 4145 : sceau royal no 15

Fig. 15c – Dessin (échelle 2/1) du sceau royal no 15

Fig. 15c – Dessin (échelle 2/1) du sceau royal no 15

Fig. 16a‑b – Photos de scellements de portes avec empreintes du sceau d’Ishqi-Mari, roi de Mari, cat. no 16

Fig. 16a‑b – Photos de scellements de portes avec empreintes du sceau d’Ishqi-Mari, roi de Mari, cat. no 16

86À côté du cartouche inscrit, ou plutôt en face, si l’on rend compte de l’organisation du décor tel que je l’ai fait à la fig. 17, figure le motif traditionnel du héros maître des animaux : nu, tête de face avec barbe et chevelure traitée en larges mèches, il brandit les dépouilles de deux lions, tête de face, dont quelques mèches de la crinière sont visibles.

  • 64 Rappelons ici que cette coiffe royale a pu être bien mise en évidence par d’autres documents célèbr (...)
  • 65 Ce détail iconographique est fréquent sur les effigies d’adorantes assises, par exemple au temple d (...)

87Au centre, une scène d’un très grand intérêt : protégé par l’ombrelle que tient derrière lui un acolyte vêtu du kaunakès, le roi est représenté assis sur un tabouret. Portant la longue barbe, il est reconnaissable au chignon qui orne sa nuque, à deux parties bien marquées, alors que le reste de la coiffure n’apparaît pas détaillé sur nos empreintes64. Le vêtement est le kaunakès, traité, comme celui de l’acolyte et des autres personnages du cylindre, en languettes triangulaires très stylisées, comme le sont celles de la statuette du temple d’Ishtar. Ici aussi le vêtement couvre l’épaule, mais de son bras libre le roi brandit une masse d’armes tandis que l’autre main tient, le long de la cuisse, un rameau65.

  • 66 Ce modèle de vase à libation, ici très simplifié, est bien connu dans le domaine iconographique, en (...)
  • 67 Une seule des empreintes de ce groupe de scellements permet de bien lire ce motif.

88Devant le roi s’étagent de manière inhabituelle plusieurs motifs sur lesquels nous reviendrons, puis, lui faisant face, est représenté un échanson habillé comme l’acolyte à l’ombrelle d’un kaunakès à deux rangs de grandes languettes pointues. L’échanson tend à son souverain une coupe de la main gauche et une cruche à libation de la main droite66. Si la signification de ce face à face n’offre pas de difficulté particulière, en revanche celle des divers éléments superposés entre ces deux personnages est moins évidente. On trouve, de bas en haut : un taureau de profil à droite, situé sur une petite ligne de sol – la seule sur le champ de l’image, sans doute parce que cet animal ne se trouve pas au même niveau que le roi et son échanson, mais plus bas. Sur le dos de ce taureau, ou plutôt légèrement au-dessus est allongé un lion dont la tête est au contact avec la coupe et la cruche de l’échanson. Sur le dos du félin est dressé un motif67 que l’on ne rencontre pas à ma connaissance au Dynastique Archaïque : cette sorte d’arme courbe à tête de lion (lion scimmitar) que l’on verra souvent en relation avec la guerrière Ishtar. Encadrant cet emblème, le graveur du sceau d’Ishqi-Mari a fait figurer à gauche une sorte d’astre étoilé, à droite un croissant lunaire. Enfin, devant le taureau apparaît également un scorpion très stylisé, tête orientée vers le bas, de telle sorte qu’il me paraît appartenir à la scène du registre inférieur, que je me propose de décrire à présent, avant de proposer une interprétation de l’ensemble.

89Contrastant avec le caractère quelque peu statique et solennel du registre supérieur, la partie inférieure du champ est consacrée à l’évocation d’une bataille qui se déroule de gauche vers la droite, et où interviennent aussi bien des fantassins dans un corps à corps animé qu’un char de guerre.

  • 68 Ces détails n'apparaissent clairement que sur quelques empreintes de l’ensemble du lot.

90À gauche, l’affrontement de ces fantassins ne se fait pas en deux blocs opposés mais comme souvent, surtout pendant la période akkadienne, en raison du caractère paratactique de la composition, l’imagier traite le sujet en juxtaposant des duels : l’un de ces fantassins, vêtu du kaunakès très stylisé, plante sa javeline (?) dans la poitrine d’un adversaire qui bascule vers l’arrière, laissant retomber sa hache ou plutôt son pic. Plus loin, un autre dirige sa lance, maniée à l’horizontale, vers un adversaire qui semble implorer sa grâce. Au-dessous de ces deux combattants, de petite taille pour ménager de la place dans le champ, deux vaincus représentés nus sont tombés à terre. Celui de gauche, piétiné par les combattants, se trouve attaqué par un rapace, tout comme son camarade plus à droite, dont un second rapace s’apprête à crever les yeux68.

  • 69 Un certain nombre de parallèles ont été regroupés dans la contribution de Jans et Bretschneider 199 (...)

91Enfin, l’action est complétée par l’intervention d’un vainqueur au kaunakès, hache sur l’épaule, sans doute du type fenestré ? Il pousse devant lui un vaincu, nu, peut-être attaché au marchepied d’un char, évocation du cortège des prisonniers qui fait partie de la représentation symbolique de la victoire, même si le char est représenté sans occupant, sans doute faute de place dans le champ. Mais à sa place on rencontre le scorpion qui semble jouer avec une tête humaine à l’envers. Le char est d’un modèle bien attesté dans l’iconographie archaïque, avec son tablier de face sur une caisse de profil, son décor en croisillons et ses rainures verticales sur la caisse, terminée par un marchepied. Les roues pleines sont bien détaillées avec les clavettes en place. À l’avant, comme à l’accoutumée, un carquois garni de javelines. Le char est tiré vers la droite par un mulet harnaché, dont les rênes viennent rejoindre le tablier69, formant ici du même coup la limite inférieure du cartouche inscrit au nom du souverain. Le corps nu et désarticulé d’un vaincu gît sous l’équidé. Au-dessus, quelque peu disproportionnée, vole une mouche, dont je ne saisis pas ici la signification : sans doute faut-il y voir le symbole de ces créatures qui s’empressent sur la chair des cadavres ?

  • 70 Voir le regroupement opéré par Jans et Bretschneider 1998, pour des scènes comportant des chars de (...)

92L’iconographie exceptionnelle de ce sceau royal célèbre incontestablement la victoire, et de manière relativement détaillée, sur les quelques cm2 du champ disponible, tout comme le font d’habitude des monuments plus importants, d’une autre nature, tels que le célèbre « étendard » d’Ur ou la non moins célèbre stèle des vautours d’Eannatum de Lagash. Quelques cylindres, d’origine mésopotamienne ou syrienne, et parfois inconnue, le font également, mais de manière bien moins complète et moins élaborée70.

93On retrouve sur le sceau de Mari les divers codes qui caractérisent, dans la tradition mésopotamienne, la relation de la victoire :

  • le combat lui-même, qui peut faire intervenir le souverain – ici, même vide le char me paraît pouvoir être symboliquement celui du roi, comme celui d’Eannatum à la tête des soldats de Lagash ;

  • les vaincus bousculés, piétinés, qui apparaissent de manière rigide, conventionnelle et maladroite sur la stèle archaïque d’Eannatum, mais beaucoup plus réalistes, avec une réelle animation, comme ici, sur les stèles akkadiennes, celles de Sargon en particulier ;

  • après le combat, la constitution du cortège des vaincus est ici suggérée par le vaincu attaché derrière le char, poussé par son vainqueur ;

    • 71 On comparera ces deux monuments bien connus par exemple chez Borker-Klähn 1982, fig. 17d et 18e. Vo (...)

    les vautours qui s’attaquent aux corps, éventuellement démantelés des vaincus : sur le sceau de Mari l’attitude de ces rapaces me paraît plus conforme à la réalité observée que sur la stèle d’Eannatum ou même sur celle de Sargon71.

  • 72 Je pense ici à l’empreinte du sceau du roi Tupkish d’Urkish où le souverain trônant est flanqué d’u (...)
  • 73 Voir plus loin l’inscription du second sceau du roi, ainsi que celle de sa statue du temple d’lshta (...)

94La scène du haut évoque alors, avec une économie de moyens, la célébration de la victoire, rituel au sein duquel le sacré tient naturellement sa place fondamentale. Le taureau à cet égard peut-il représenter ici l’animal du sacrifice, tout comme sur le fragment malheureusement bien incomplet de la stèle des vautours ? Mais l’attitude du taureau peut-elle s’accorder avec cette interprétation ? Rien n’est fait ici pour le représenter en victime sacrifiée. Au contraire, il apparaîtrait presque, en compagnie du lion, comme un animal d’accompagnement, symbole, avec le lion, de la force personnelle du roi72. Mais en raison de sa position apparemment privilégiée au centre du tableau, doit-on considérer ce taureau comme l’attribut d’un dieu de l’orage, d’un Haddad-Addu ? Ou plutôt comme le taurillon d’Enlil, divinité avec laquelle le roi Ishqi-Mari, comme son lointain prédécesseur Iku-Shamash, se déclarait particulièrement lié73 ? Quant au lion, même si sa position apparente, sur le dos du taureau, rappelle bien des combats entre ces deux animaux symboliques, il me semble devoir être plutôt compris ici comme l’animal attribut de la guerrière Ishtar, portant sur son dos, de manière innovante, le lion scimmitar. L’étoile qui l’accompagne viendrait alors renforcer cette interprétation, bien qu’on puisse attendre à cet emplacement l’astre solaire de Shamash pour former la triade astrale Shamash-Ishtar-Sin si fréquente sur des monuments plus récents. En effet, le croissant lunaire apparaît bien à droite, au-dessus de trois petites boules pouvant évoquer des étoiles.

95Ainsi, malgré la petitesse du champ disponible, ce sont bien plusieurs symboles divins qui sont ici rassemblés, en compagnie du roi, plus nombreux en définitive que ceux que révèlent les compositions plus amples des monuments de victoires, ceux des souverains de la phase DA III comme ceux des conquérants akkadiens, la plupart lacunaires il est vrai.

  • 74 Voir Parrot 1960, p. 80, fig. 99 ; Albenda 1986, pl. 15 et 17.

96Le héros dompteur de lions apparaît dès lors, dans ce contexte, comme quelque peu incongru, représentant des traditions les plus archaïques. Mais on se souviendra de sa place privilégiée dans le domaine de l’iconographie des sceaux, y compris des sceaux royaux, comme les documents précédents l’ont bien montré. Et comme le sceau d’Ishqi-Mari semble offrir ici comme le terrain privilégié d’une rencontre thématique, le héros nu maître des lions peut bien être rapproché, dans ce contexte, du roi victorieux, comme il y a longtemps déjà, sur l’image urukéenne du couteau égyptien du Djebel el‑Arak ou bien plus tard, sur les bas-reliefs assyriens de Khorsabad où le pseudo-Gilgamesh terrasse le lion aux portes du palais et de la salle du trône de Sargon II74.

 

17. Empreintes de cylindre sur scellements d’argile TH 00.151.1‑15 = III P10 NE-28 (02/10/00). Sol A du locus 11. Hauteur restituée de l’empreinte : 2,7 cm. Le diamètre initial du cylindre était d’env. 1,6 cm

97Ce nouveau document (fig. 18, 20a‑b), sur un lot de fragments de scellements de portes, constitue une très étonnante variante du sceau d’Ishqi-Mari : de dimensions légèrement réduites, il offre, à quelques éléments près, une sorte de reflet du sceau no 16, comme si le purkullu, pour graver sa composition, s’était aidé, au moins partiellement, de la lecture de l’empreinte du no 16.

98Quelques petites lacunes affectent le sommet de l’image reconstituée à la fig. 18. Dans le descriptif qui suit, on se bornera à signaler les différences par rapport au document précédent. On constate surtout l’absence de l’échanson, et les symboles astraux, s’ils existent, ne sont plus visibles sur nos empreintes. En revanche, le symbole est bien présent, quoique lacunaire, sur le dos du lion, mais son orientation est inversée. La figure du roi, son vêtement, son siège semblent simplifiés, voire raccourcis.

99Dans la scène de guerre, la même remarque s’impose : le char n’est suivi que d’un seul personnage, un seul vaincu est piétiné par les fantassins, les rapaces ont disparu, les jambes du vaincu au pic également. Des léopards, vraisemblablement, remplacent les lions domptés par le héros nu. Parmi les motifs secondaires, la mouche au-dessus de l’équidé est remplacée par un simple globule, et la tête humaine au-dessus du char se retrouve seule, sous une inscription qui est pour sa part plus développée : Margaret Jaques y lit en effet, mais à l’envers, c’est-à-dire plus précisément gravé à l’endroit sur le cylindre, le contenu suivant :
11-gi4-ma-rí  Ishqi-Mari

lugal                             roi

ma-ríki                          de Mari

PA.TE.SI/den-líl              « vicaire » (ensi)/d’Enlil

Le sceau du Shakkanakku Iddin-Eshtar (no 18, fig. 19, 21‑23)

18. Empreintes de cylindre sur scellements d’argile TH 00.159‑160-161 = III Q 10 SO-19‑20-21 (17/10/00). Couche A du locus 13. H. de l’empreinte : 3,1 cm ; diamètre restitué du cylindre : env. 1,8 cm

  • 75 Rappelons ici qu’il convient peut-être de rajouter à la série des sceaux d’Ishqi-Mari le document n(...)

100Les empreintes sur scellements de portes de ce cylindre montrent une nouvelle fois une iconographie comparable, bien que le propriétaire de ce nouveau sceau ne soit pas, cette fois, le roi de Mari Ishqi-Mari75

101Sur le cartouche de cinq lignes qui figure dans la partie supérieure du champ, Margaret Jaques lit en effet :

i-ti-ašx-dar!

KIŠ.NITA2 (šakkanakku)

DUMU.NITA2 (apil)

  • 76 Cette ligne doit encore être revue.

É/IB.BU-tum?76

KIŠ.NITA2 (šakkanakku)

  • 77 Krebernik 1988a, p. 37‑38 et p. 212.

102Pour le nom du Shakkanakku Iddin-Eshtar, ašx(DIŠ)-dar semble l’interprétation la plus satisfaisante du dernier signe. Pour le père, le premier signe est incertain : peut-être un IB (inversé !) ; É mal formé est aussi possible ; le nom propre ib-BU-tum (Ipqidum ?) est attesté à Ebla77.

Fig. 17 – Dessin de l’empreinte du sceau-cylindre d’Ishqi-Mari (échelle 2/1), cat. no 16

Fig. 17 – Dessin de l’empreinte du sceau-cylindre d’Ishqi-Mari (échelle 2/1), cat. no 16

Fig. 18 – Dessin provisoire de l’empreinte du second sceau-cylindre d’Ishqi-Mari (échelle 2/1), cat. no 17

Fig. 18 – Dessin provisoire de l’empreinte du second sceau-cylindre d’Ishqi-Mari (échelle 2/1), cat. no 17

Fig. 19‑Dessin de l’empreinte du sceau au nom d’Iddin-Eshtar, Shakkanakku, (échelle 2/1), cat. no 18

Fig. 19‑Dessin de l’empreinte du sceau au nom d’Iddin-Eshtar, Shakkanakku, (échelle 2/1), cat. no 18

Fig. 20a‑b – Photos de scellements de portes avec empreintes du second sceau d’Ishqi-Mari, cat. no 17

Fig. 20a‑b – Photos de scellements de portes avec empreintes du second sceau d’Ishqi-Mari, cat. no 17
  • 78 Durand 1985, p. 155 ; l’auteur suggérait (p. 158) qu’Ididish, qui aurait eu un règne de 60 ans, ava (...)
  • 79 Sur cette question, voir les mises au point proposées par Margueron 2002 et sous presse.

103On constate ici l’apparition du titre qui a donné son nom à la période des Shakkanakku. Il peut paraître anachronique, il est cependant attesté dès le protodynastique dans les listes lexicales vers le haut de la hiérarchie, par exemple dans ED Lu E (MSL XII 17) et dans la liste dite « des noms et des professions » (St. Eb. 4, 1981, p. 181, no 11). Il représenterait donc à Mari, dès avant Akkad, une haute fonction, de jure ou de facto transmissible dans la même famille. Dans le contexte chronologique dans lequel nous sommes, il convient de considérer que ce sceau, retrouvé dans le même contexte stratigraphique que les sceaux d’Ishqi-Mari, appartenait à un très haut fonctionnaire de la cour de Mari d’avant la conquête akkadienne. Ce titre est ensuite passé aux gouverneurs puis dynastes Shakkanakku dont le chef de file, Ididish, selon la série reconstituée par Jean-Marie Durand78, a été installé par Naram-Sin selon toute vraisemblance79.

104Une précision chronologique pourrait être éventuellement fournie par le scellement TH 00.161 (fig. 21) : sur ce document, qui porte une empreinte lacunaire du sceau d’Iddin-Eshtar, figurent également les vestiges très fragmentaires d’un autre sceau dont seul le début du cartouche inscrit est visible. On peut y lire provisoirement :

i-ku-[…]

lugal [ma-

          r[íki]

  • 80 Pour Ikun-Shamagan, la place ne me paraît peut-être pas suffisante, d’après les proportions des lig (...)

105Il est naturellement tentant d’y retrouver le nom d’Ikun-Ishar, avant-dernier souverain de Mari cité dans les textes d’Ebla, plutôt que les rois de Mari Ikun-Shamagan ou encore Ikun-Shamash, connus par leurs statues80, à placer sans doute plus tôt dans la chronologie. Mais on ne peut actuellement rien exclure, y compris le nom d’un nouveau souverain, au service duquel aurait été le Shakkanakku Iddin-Eshtar.

106L’iconographie du sceau d’Iddin-Eshtar s’accorderait me semble-t-il avec l’hypothèse d’un très haut fonctionnaire royal : on y retrouve deux des thèmes illustrés par les sceaux d’Ishqi-Mari, mais il y manque précisément l’illustration de la célébration, par le souverain, de la victoire. La scène de guerre se limite, en bas à gauche, à la juxtaposition de deux duels complétés par la représentation d’un vaincu gisant au sol. Les vaincus sont tous les trois représentés nus, alors que leurs vainqueurs portent le kaunakès à languettes pointues que nous avons rencontré précédemment.

Fig. 21 – Fragment de scellement de porte TH 00.161 avec le sceau d’Iddin-Eshtar et les vestiges d’un sceau d’lku-[...]

Fig. 21 – Fragment de scellement de porte TH 00.161 avec le sceau d’Iddin-Eshtar et les vestiges d’un sceau d’lku-[...]

Fig. 22 – Fragment de scellement de porte avec empreintes du sceau d’Iddin-Eshtar, cat. no 18

Fig. 22 – Fragment de scellement de porte avec empreintes du sceau d’Iddin-Eshtar, cat. no 18

107Le reste est incontestablement plus traditionnel : à droite de la scène de guerre, le registre inférieur montre le combat familier d’un lion et de deux taureaux aux corps en partie entrecroisés, avec intervention, à droite, d’un héros au corps et à la chevelure assez hirsutes.

108Au registre supérieur, à côté du cartouche inscrit, ce sont deux dompteurs juxtaposés : celui de droite est un héros nu, barbu et chevelu, maîtrisant deux lions à la crinière fortement marquée ; celui de gauche est un homme-taureau, contribuant à la capture de l’un des lions, et tenant quant à lui, de sa main droite, le corps constellé de petites cupules d’un léopard.

  • 81 Cf. Beyer, à paraître.

109Quelles que soient la datation précise du sceau d’Iddin-Eshtar, et sa place relative par rapport à Ishqi-Mari (cf. infra), on peut souligner deux faits. Tout d’abord, le caractère belliqueux des sceaux d’Ishqi-Mari ne peut sans doute pas correspondre à la célébration d’une victoire précise, et particulièrement marquante du souverain, dans la mesure où cette iconographie est attestée, même avec des nuances, sur le sceau d’un personnage ayant été visiblement en fonction sous un autre règne. D’autre part, le sceau du Shakkanakku Iddin-Eshtar nous montre que cette imagerie guerrière n’est pas réservée au décor du sceau royal, mais qu’elle peut avoir été adoptée par des hauts fonctionnaires, certes sans doute très proches du roi81.

110L’examen, encore préliminaire, de ces documents nouveaux, qui viennent compléter fort heureusement la collection jusqu’à présent insuffisamment stratifiée des sceaux de Mari, permet de dresser un tableau plus précis et plus nuancé de la production mariote. L’impression qui dominait d’une production locale plutôt grossière ou sans originalité véritable, et d’importations pour les œuvres considérées comme de qualité, peut être maintenant nuancée grâce à la découverte et à l’étude d’empreintes de sceaux de fonctionnaires et naturellement de sceaux royaux, ce que les trouvailles de cylindres et les études d’André Parrot, limitées pour l’essentiel à ces seuls cylindres, n’avaient pu encore permettre. Naturellement, cette production est très tributaire des traditions du sud mésopotamien, et en soi cette constatation n’est évidemment pas nouvelle.

111Les sceaux du roi Ishqi-Mari représentent incontestablement une documentation originale, par la thématique belliqueuse d’une part, relativement détaillée de l’autre, qu’ils mettent en oeuvre, inhabituelle sur les sceaux royaux mésopotamiens qui nous ont été conservés, et d’un grand intérêt par les données chronologiques qu’ils sont susceptibles de fournir. Ceci est valable non seulement pour l’étude de l’iconographie des sceaux, mais aussi pour la fixation dans le temps du règne d’Ishqi-Mari, de sa statue, et par conséquent aussi de niveaux archéologiques que l’on attribuait depuis longtemps à la période Dynastique Archaïque III, alors qu’il convient dorénavant de les prolonger jusqu’en pleine période d’Agadé.

Fig. 23 – Scellement de porte TH 00.159 avec empreintes du sceau au nom d’Iddin-Eshtar, Shakkanakku, cat. no 18

Fig. 23 – Scellement de porte TH 00.159 avec empreintes du sceau au nom d’Iddin-Eshtar, Shakkanakku, cat. no 18

112Si dans l’ensemble l’iconographie des sceaux d’Ishqi-Mari, comme bien d’autres, reste incontestablement attachée à la tradition présargonique illustrée, non par les sceaux mais par des œuvres d’une autre nature, aussi célèbres que l’étendard d’Ur ou la stèle des vautours de Lagash, elle révèle aussi des traits singulièrement « modernes » dans l’animation de la scène de guerre et plus encore, sans doute, dans la présentation d’attributs divins spécifiques.

  • 82 Margueron, sous presse.
  • 83 Ishqi-Mari est visiblement placé beaucoup trop haut dans le tableau proposé par Archi 1996, p. 28. (...)

113En matière de chronologie, l’ensemble des données récentes du terrain a été regroupé et réexaminé par Jean Margueron82 qui suggère une destruction de la Ville II par Naram-Sin et non pas par Sargon, tout en gardant la possibilité qu’Ebla ait été détruite, quant à elle, auparavant, et pourquoi pas par le fondateur de l’empire akkadien. Celui-ci pouvait s’être assuré la domination de Mari sans pour autant détruire la ville. Cette solution permettrait sans doute d’expliquer l’absence de toute mention d’Ishqi-Mari, et d’ailleurs de Sargon lui-même, dans les textes d’Ebla qui correspondent à la dernière phase de fonctionnement du palais G de Tell Mardikh83.

  • 84 Rappelons simplement que la lecture des cartouches inscrits des deux premiers reste à confirmer, av (...)
  • 85 Rappelons ici que Spycket 1981, p. 90, considère la statue d’Ishqi-Mari comme la plus récente des s (...)

114L’une des difficultés que pose l’interprétation de la documentation nouvelle du secteur ouest de la porte du palais de Mari est qu’elle nous offre, dans les mêmes conditions stratigraphiques globales, les vestiges des sceaux de trois rois différents : Ishqi-Mari et deux autres, dont l’identité n’est pas encore totalement assurée84. S’il s’agit de trois souverains très proches dans le temps, cela ne fait pas réellement difficulté. Sur le plan strictement archéologique, on notera que les scellements de portes portant les sceaux d’Ishqi-Mari sont en nombre beaucoup plus important, ce qui invite à considérer qu’Ishqi-Mari est logiquement le dernier, lui-même, ou l’un de ses fonctionnaires, à avoir scellé ces portes85. Si nous partons de l’hypothèse selon laquelle Sargon a pris Ebla et Naram-Sin Mari, et si nous tenons compte, par conséquent, de l’intervalle qui sépare raisonnablement ces deux événements, il paraît difficile d’attribuer le sceau no 18 à un contemporain d’Ikun-Ishar et les sceaux nos 14 et 15 au roi Hida’ar, ces deux souverains étant encore cités, dans cet ordre, dans les textes du palais G d’Ebla. Ceci pose réellement problème. À moins d’admettre que ces scellés ont été conservés assez longtemps dans les locaux situés à proximité de la porte du palais, dans des conditions précises qui malheureusement nous échappent. Mais on peut naturellement être sceptique sur ce point.

  • 86 Signalons ici que l’article récent de De Meyer et Pons 2002 ne tient compte, ni des données nouvell (...)

115Comment d’autre part expliquer le caractère belliqueux des sceaux d’Ishqi-Mari, et même de celui d’Iddin-Eshtar ? Alfonso Archi, partisan de l’hypothèse selon laquelle Mari aurait été détruite par Sargon, vient de me suggérer qu’Ebla aurait pu être précisément vaincue et détruite par Mari, peu avant (13 ans ?) la destruction de la métropole du Moyen Euphrate, et Ishqi-Mari y aurait joué un rôle décisif, tout juste avant de monter sur le trône de Mari, encore occupé par Hida’ar. Je viens de préciser plus haut que l’iconographie belliqueuse de ces sceaux ne me paraissait pas pouvoir être liée à un événement précis. Dans le cadre de l’hypothèse actuelle de Jean Margueron, qui suggère au contraire une destruction du palais P-l de Mari par Naram-Sin86, j’avais imaginé un moment que l’imagerie à caractère de propagande des sceaux d’Ishqi-Mari, suggérant un roi de Mari victorieux, pouvait correspondre à un moment de relative accalmie des poussées expansionnistes akkadiennes, par exemple sous Rimush, où Mari aurait pu éventuellement jouir d’une certaine liberté d’action, sans forcément remporter de victoire éclatante, par exemple sur un État aussi important que celui d’Ebla. Mais plus simplement, cette iconographie belliqueuse ne peut-elle pas répondre à un certain goût syrien, et d’autre part correspondre à une période particulièrement fertile en événements militaires, celle précisément des conquêtes akkadiennes et des résistances plus ou moins efficaces des royaumes syriens ? Le même argument, reconnaissons-le, peut d’ailleurs être avancé tout aussi bien pour la période d’avant la chute d’Ebla, où la rivalité entre les deux cités syriennes pouvait engendrer bien des conflits.

  • 87 La situation est encore plus problématique pour Ebla. Sur la question des sceaux royaux akkadiens, (...)
  • 88 On notera au passage que la gravure à l’endroit sur le cylindre, que l’on constate au moins deux fo (...)

116Reconnaissons également qu’une donnée importante nous fait encore défaut : quelle était l’imagerie adoptée par les souverains akkadiens pour illustrer leurs propres sceaux ? Malgré la richesse et l’abondance de la documentation concernant la glyptique akkadienne, qui représente l’akmè de l’art des sceaux mésopotamiens, nous ne connaissons toujours pas les sceaux de Sargon, Rimush, Naram-Sin ou Shar-kali-Sharri, mais uniquement ceux de certains de leurs fonctionnaires, ou de certains membres de leur famille87. En attendant de pouvoir évaluer l’iconographie des sceaux de Sargon, ou de ses plus proches successeurs, admettons l’originalité des exemples mariotes, qui associent un thème royal traditionnel, adapté ici de manière élaborée à l’art miniaturiste des sceaux – ce qui est peut-être une tradition syrienne-, des traits incontestablement archaïsants, mais aussi des détails iconographiques ou un traitement nouveau88.

117Comme on peut le constater, cette contribution s’achève davantage sur des questions que sur des réponses. Mais ces questions sont sans doute à la mesure de l’importance de l’enjeu historique. Elles ne rendent que plus nécessaire la convergence des différents regards et la prise en compte de tous les paramètres.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Albenda P.
1986 The Palace of Sargon King of Assyria, Paris, ERC.

Amiet P.
1977 L’art antique du Proche-Orient, Paris, Mazenod.
1980 La glyptique mésopotamienne archaïque, 2e éd., CNRS, Paris.
1984 « Les sceaux-cylindres de Mari », Les dossiers, Histoire et Archéologie, 80, p. 64‑68.
1985 « La glyptique de Mari : état de la question », in Actes du colloque de Strasbourg, 1983, À propos d’un cinquantenaire : Mari, bilan et perspectives, MARI 4, p. 475‑485.

Archi A.
1985 « Le synchronisme entre les rois de Mari et les rois d’Ebla au IIIe millénaire », MARI 4, p. 47‑51.
1987 « Les titres de EN et LUGAL à Ebla et des cadeaux pour le roi de Kish », MARI 5, p. 37‑52.
1996 « Chronologie relative des archives d’Ebla », Amurru 1, p. 11‑28.

Beyer D.
1993 Notices sur les sceaux de Mari et d’Emar pour le catalogue de l’exposition Syrie, Mémoire et Civilisation, à l’Institut du Monde arabe, Paris, 1993.
à paraître : « Les sceaux d’Ishqi-Mari et l’idéologie royale à Mari au IIIe millénaire », in Actes du 3e ICAANE, Paris, 15‑19 avril 2002.

Boehmer R.‑M.
1969 « Zur Glyptik zwischen Mesilim-und Akkad-Zeit (Early Dynastie III) », Zeitschrift fiir Assyriologie 59, p. 261‑292.

Börker-Klähn J.
1982
Altvorderasiatische Bildstelen und vergleichbare Felsreliefs, Baghdader Forschungen 4, Mainz am Rhein, Von Zabern.

Bréniquet C.
1998 « Note sur le tissage en Mésopotamie », Orient-Express 1998/2, p. 43‑44.

Buccellati G., Kelly-Buccellati M.
1996 « The Seals of the King of Urkesh: Evidence from the Western Wing of the Royal Strorehouse AK »,
Wiener Zeitschrift fiir die Kunde des Morgenlandes 86, (Festschritft für Hans Hirsch), p. 65‑100.
2002 « Tar’am-Agade, Daughter of Naram-Sin, at Urkesh », in L. al‑Gailani-Werr
et al. (éd.), Of Pots and Plans, Papers on the Archaeology and History of Mesopotamia and Syria presented to David Oates in Honour of his 75th Birthday, Nabu Publications, Londres, p. 11‑31.

Collon D.
1987
First Impressions. Cylinder Seals in the Ancient Near East, Londres, The British Museum Publications.

De Meyer L., Pons N.
2002 « Proposition sur les destructions de Mari à l’époque d’Agadé », Akkadica 123, p. 131‑135.

Durand J.‑M.
1985 « La situation historique des shakkanakku : nouvelle approche », MARI 4, p. 147‑172.

Frankfort H.
1940
Stratified Cylinder Seals from the Diyala Region, OIP 72, Chicago.

Gasche, H., Armstrong, J. A., Cole, S. W., Gurzadyan, V. G.
1998
Dating the Fall of Babylon. A Reappraisal of Second-Millennium Chronology, MHEM IV, Université de Gand et Institut Oriental de Chicago.

Gibson MCG.
1997 « The Early Dynastic-Akkadian Transition. Part II/The author’s response »,
Iraq 59, p. 9‑14.

Jans G., Bretschneider J.
1998 « Wagon and Chariot Representations in the Early Dynastic Glyptic, “They came to Tell Beydar with wagon and equid” »,
Subartu IV, p. 155‑194.

Karg N.
1984
Untersuchungen zur älteren frühdynastischen Glyptik Babyloniens, Aspekte regionaler Entwicklungen in der ersten Hälfte des 3. Jahrtausends, Baghdader Forschungen 8, Mayence, Ph. von Zabern.

Krebernik M.
1988a
Die Personennamen der Ebla-Texte, Berlin.
1988b « Prefixed Verbal Forms in Personal Names from Ebla »,
ARES 1, p. 45‑69.

Margueron J.
2002 « Mari 2000-2001 », Orient-Express 2002/1, p. 7‑12.
sous presse « Mari et la chronologie. Acquisitions récentes et problèmes », in Actes du Colloque « From Relative Chronology to Absolute Chronology. The Second Millennium B.C. in Syria-Palestine », Rome, décembre 2001.

Matthews D. M.
1997a
The Early Glyptik of Tell Brak: Cylinder Seals of the Third Millenium Syria, Fribourg et Gottingen, Orbis Biblicus et Orientalis, Series archaeologica, 15.
1997b « The Early Dynastic-Akkadian Transition. Part I: When did the Akkadian period begin? »,
Iraq 59, p. 1‑8.

Nigro L.
1998 « Two Steles of Sargon: Iconology and Visual Propaganda »,
Iraq 60, p. 85‑102.

Otto A.
1995 « Ein neuentdecktes Glied in der Kette altorientalischer Administration.
Zur Deutung gesiegelter Langetten », Damaszener Mitteilungen 8, p. 85‑93.

Parrot A.
1952 « Les fouilles de Mari, Septième campagne (hiver 1951-1952) », Syria 29, p. 183‑203.
1956 Le temple d’Ishtar, Mission archéologique de Mari I, Paris, Geuthner.
1960 Sumer, Paris, Gallimard, L’Univers des formes.
1964 « Les fouilles de Mari. Treizième campagne (printemps 1963) », Syria 41, p. 1‑20.
1965 « Les fouilles de Mari. Quatorzième campagne (printemps 1964) », Syria 42, p. 1‑24.
1967 Les temples d’Ishtarat et de Ninni-Zaza, Mission archéologique de Mari III, Paris.
1968 Le trésor d’Ur, Mission archéologique de Mari IV, Paris.
1974a « Un cylindre agadéen trouvé à Mari », Iraq 36, p. 189‑191.
1974b Mari, capitale fabuleuse, Paris, Payot.
1975 « Les fouilles de Mari. Vingt-et-unième campagne (automne 1974) », Syria 52, p. 1‑17.

Parrot A., Barrelet M.‑Th.
1959 « La glyptique », Mission archéologique de Mari II, Le palais, 3, Documents et Monuments, Paris, Geuthner, p. 146‑150.

Pinnock F.
1994 « Considerations on the “Banquet theme” in the Figurative Art of Mesopotamia and Syria », in L. Milano (éd.),
Drinking in the Ancient Societies. History and Culture of Drinks in the Ancient Near East. Papers of a Symposium held in Rome, May 17‑19, 1990, History of the Ancient Near East/Studies VI, Padoue, p. 15‑26.

Sallaberger W.
1998 « Ein Synchronismus der Urkunden von Tell Beydar mit Mari und Ebla ? »,
Subartu IV, 2, p. 23‑39.

Salonen A.
1950
Notes on Wagons and Chariots in Ancient Mesopotamia, Studia Orientalia XIV, 2, Helsinki.

Spycket A.
1972 « La musique instrumentale mésopotamienne », Journal des Savants, juillet-septembre, p. 153‑209.
1981 La statuaire du Proche-Orient ancien, Leyde, Brill.
1983 « Louez-le sur la harpe », Anatolian Studies 33, p. 39‑50.

Winter I.
1999 « Reading Ritual in the Archaeological Record: Deposition Pattern and Function of the Two Artefacts-Types from the Royal Cemetery of Ur », in H. Kühne
et al. (éd.), Fluchtpunkt Uruk, archäologische Einheit aus methodischer Vielfalt, Aufsätze für Hans J. Niessen, Rahden, M. Leidorf, p. 229‑256.

Ziegler Ch.
1979 Catalogue des instruments de musique égyptiens, Musée du Louvre, Département des antiquités égyptiennes, Paris, RMN.

Notes

2 Amiet 1985.

3 Parrot 1956.

4 Parrot et Barrelet 1959.

5 Parrot 1967.

6 Angéline Lepage, Frédérique Vergeot, Karine Closse, Florence Néhasil, Isabelle Chalier, Marie Stahl, dans l’ordre chronologique de leur participation. À ces contributions temporaires il convient d’ajouter l’aide permanente et multiforme de Marylou Jean-Marie, dont la connaissance de la documentation d’André Parrot est toujours précieuse.

7 Amiet 1985, p. 475.

8 Sur les 53 documents, seuls 11 ou 12 font l’objet d’une attribution stratigraphique, du type « Temple, niveau C ». Aucune autre mention pour les autres sinon, par exemple « maison époque de la dynastie du palais ».

9 C’est la raison pour laquelle cette contribution a été réactualisée par rapport à celle de la table ronde qui s’est tenue à Strasbourg en 1997 : des documents particulièrement importants des campagnes de 1997 à 2003 y ont été incorporés. Ces trouvailles récentes concernent essentiellement les périodes archaïques, aussi cette contribution, qui voudrait d’autre part garder des dimensions raisonnables, ne porte-t-elle que sur les deux phases majeures des Villes I et II.

10 Parrot 1974b, p. 25‑29 et 88 sqq.

11 On verra, dans ce même volume, la contribution de Marc Lebeau, qui ne partage pas entièrement ce point de vue : « La séquence stratigraphique du chantier B de Mari (IIIe millénaire) : une révision de la datation ».

12 Sur ces questions il conviendra de discuter entre autres les développements sur la chronologie que propose Matthews 1997a, p. 45 sqq (pour Mari). D’autre part, les propositions récentes de réajustement de la chronologie présentées par Gasche, Armstrong, Cole et Gurzadyan 1998, si elles portent sur le second millénaire, ont naturellement des incidences sur la chronologie qu’il convient de parvenir à établir pour le troisième.

13 Amiet 1985, p. 476. Rappelons simplement ici qu’il n’y a pas de couche Jemdet Nasr à Mari.

14 Je citerai parmi d’autres exemples la découverte en 1993 de deux sceaux dans une tombe shakkanakku récente au chantier F : l’un des deux sceaux, un petit cylindre de lapis, remonte à la fin du Dynastique Archaïque ou au tout début d’Agadé.

15 Voir en particulier les argumentations développées, à propos des questions concernant le passage du Dynastique Archaïque à la période akkadienne, par Matthiews 1997b et Gibson 1997. Et voir ici, infra.

16 Parrot 1956, pl. LXV‑LXVII. M. 123 appartiendrait au niveau a du temple, « chambre des prêtres » ; M. 1080 et 1081 proviendraient de la « chambre des prêtres », niveau b.

17 Margueron 2002, p. 10.

18 Les dessins présentés dans cet article sont de l’auteur.

19 On pourra commodément en examiner des séries chez Amiet 1980, pl. 64‑72 et Karg 1984, pl. 4‑10.

20 Cette caractéristique est assez courante dans cette série : on l’observe en particulier, à Mari même, sur les sceaux M. 1081 et 1388 cités note 16. M. 1081 a été dessiné par Pierre Amiet 1980, p. 388, mais avec référence erronée à un no 125.

21 De petits motifs de ce type, têtes, protomes, cuisses ou petits animaux entiers apparaissent volontiers dans le champ des cylindres du style de Fara. Voir par exemple Amiet 1980, nos 860, 863, 865, 874‑876, 894, 900, 914, 916, 930, 953, 956 ; pl. 72bis, no H-l.

22 Amiet 1985, p. 477. Il reconnaissait en revanche la possibilité de voir en M. 978, qu’il reproduisait à la fig. 4, une éventuelle oeuvre locale, plus grossière. La provenance de ce document, en l’occurrence le palais dit de Zimri-Lim, ne peut guère nous aider.

23 Amiet 1985, p. 480.

24 Amiet 1985, p. 478.

25 Parrot 1956, p. 187‑188 et pl. LXV.

26 Voir en particulier l’important travail de Matthews 1997a. À propos de M. 329, p. 119. Le document, qui se rattache au style de Brak, n’est pas pour l’auteur antérieur au DA IIIa, mais il révèle une préoccupation archaïsante, ce que Pierre Amiet avait d’ailleurs pour sa part déjà souligné, hésitant entre une date DA II et une date DA IIIa (Amiet 1985, p. 478).

27 Cf. Parrot 1964, p. 6, fig. 1 : le secteur concerné se situe à l’extrémité sud-ouest. Pour une nouvelle interprétation du secteur, voir J.‑Cl. Margueron, « Un centre administratif religieux dans l’espace urbain à Mari et à Khafadjé (fin D.A. et Agadé) », dans Akh Purattim 2.

28 Parrot 1965, p. 19, fig. 17; 1975, p. 10, fig. 5bis.

29 Pour Margaret Jaques, il serait tentant de lire ici le nom du roi I-ku-sar, mais le 1er signe n’est pas í car il contient des obliques et le signe après ku, seul signe sûr de cette ligne, a deux verticales et est suivi d’une barre oblique. Pour ce dernier signe, elle a d’abord pensé au signe ri, mais la déformation de l’impression ne permet pas de trancher pour une lecture (un sar déformé n’est pas non plus impossible !). Pour I-ku-sar ou Ikun-Išar, voir Archi 1985, p. 48‑49 et 1996, p. 28. Pour ma part, une éventuelle identification du propriétaire du sceau avec le roi Ikun-Ishar, situé assez tard dans les listes de correspondance avec Ebla, après Enna-Dagan, ne s’accorderait guère avec le caractère archaïque du décor, à moins de penser que l’inscription de ce sceau a pu être regravée. On admettra sur ce point que la disposition du personnage à droite de l’inscription n’est pas des plus heureuses. Sur Ikun-Ishar, voir en revanche plus loin, p. 198.
Alfonso Archi, pour sa part (communication personnelle, 03.10.02), est tenté de retrouver dans le nom du roi celui d’Ikun-Shamash (I-ku-dUtu). Ce souverain est connu par une statue assise, d’aspect assez archaïque : cf. Spycket 1981, p. 86 et 87, fig. 31 : la statue, conservée au British Museum, vouée à Shamash, est au nom d’Iku-Shamash, roi de Mari, ensi-gal d’Enlil.
Ce document est le premier où apparaît le titre de en de Mari, si l’on fait exception de la lettre de Enna-Dagan. Sur la question délicate de l’utilisation des titres de en et de lugal, voir, à propos d’Ebla, Archi 1987. Voir également les réflexions de Sallaberger 1998, p. 34‑35.

30 Sur cet instrument de musique, voir en particulier Spycket 1972, p. 169 sqq, surtout p. 170 où l’auteur évoque la découverte, dans les tombes d'Ur, de claquoirs associés à une lyre. Pour des instruments de ce type, mieux conservés, comme d’habitude, en Égypte, voir Ziegler 1979, p. 19‑30.

31 Comme vraisemblablement sur le cylindre en or d’Ur (Amiet 1980, no 1193).

32 C’est ce qui apparaît sur un relief de Sennacherib à Ninive, où deux joueurs de harpes horizontales se servaient de baguettes de la main droite (Spycket 1972, p. 202, fig. 52). Mais les proportions de notre « baguette » paraissent en comparaison bien importantes. Il est d’autre part sans doute difficile, en raison de la position du personnage, de penser à une flûte, que joue l’un des musiciens d’un cylindre d’Ur (Amiet 1980, p. 125 et pl. 90, no 1194).

33 L’un des cylindres du cimetière royal d’Ur (Amiet 1980, no 1193) montre des joueurs de claquoirs présentant individuellement leurs instruments enchevêtrés, comme sur la petite plaque d’incrustation de coquille de Kish (Spycket 1972, p. 170, fig. 16‑17). Sur notre document, c’est peut-être une variante du jeu qui est évoquée, où les joueuses en vis-à-vis entrechoqueraient leurs claquoirs respectifs,

34 Cf. Amiet 1980, p. 125 et nos 1181‑1194 ; sceau de Pu-abi : no 1182 (bonne photographie chez Collon 1987, no 521, qui permet d’apprécier davantage certains détails, comme le vêtement bordé de franges de kaunakès de la femme assise du registre supérieur, proche de celui du document de Mari).

35 La composition en trois registres n’est pas fréquente. On notera sa présence, mais pour des thèmes différents, dans la série présargonique de Lagash, en particulier sur le cylindre de Baranamtara, épouse de Lugalanda (Amiet 1980, no 1102, aussi 1106) ; combats d’animaux sur un cylindre de la collection Brett (Amiet 1980, no 1127).

36 Voir les remarques faites à la note 29.

37 On rapprochera ce motif de ceux qui apparaissent dans certaines scènes de la série dite de construction de la ziggurat : Amiet 1980, nos 1440 et suivants.

38 Voir les quelques exemples regroupés chez Amiet 1980, à la pl. 80, ainsi que les nos 1002 et 1363.

39 Le chantier PIV est devenu P4 à partir de 2001 à la suite de la transformation des chiffres romains, désignant depuis A. Parrot les espaces du Palais de la Ville II, en chiffres arabes.

40 La planche 104 de l’ouvrage d’Amiet 1980 groupe quelques exemples de dieux assistant ou participant aux combats d’animaux. La participation active paraît plutôt rare : on citera un cylindre de Suse (no 1370), un document sans provenance connue (no 1372) et un cylindre de Fara (no 1374).

41 Amiet 1980, nos 1034 et suivants (Ur), no 1092 et suivants (Lagash).

42 On rappellera ici que ce nom de Nani est porté par un fonctionnaire qui a voué sa statue dans la salle 13 du temple de Ninni-zaza : Parrot 1968, p. 42‑43 et pl. XVI‑XVIII et B ; pour l’inscription, lue par G. Dossin, cf. p. 312. Pourrait-il s’agir du même personnage ?

43 Les deux derniers signes de l’inscription sont clairs, mais les signes précédents sont reconstitués à partir d’une seule empreinte. Si le signe sar est précédé de dub, dub-sar désignant la fonction de scribe, il faudrait que cette ligne soit encore précédée d’une ligne avec un nom propre, ce qui ne semble pas être le cas. Une autre éventualité serait qu’il s’agit d’un autre signe que dub et que sar-BÀD soit un nom propre (sar-duri ?). Avant dumu-munus, on attend ìr « serviteur » ou un autre terme de dépendance.

44 Amiet 1980, p. 140‑144.

45 No TH 99.126 = III Z 2 NO-87, du même chantier H, niveau 1b : scellement de porte.

46 Voir ci-dessus note 39.

47 Sur cette notion de scellement-languette, voir Otto 1995.

48 Voir Sallaberger 1998, p. 35, et note 63. Le roi de Nagar, dans les textes de Tell Beydar, apparaît toujours sous le qualificatif de en.

49 Margaret Jaques propose d’y lire :
LAM-gi4 ma-[ ou la‑gi4-ip
ga?/ša?.
Pour restituer le nom du roi Ishqi-Mari à la première ligne, il y a à peine la place pour un -ríki. Voir cependant infra. Au lieu de LAM-gi4ma-[, on doit peut-être lire la‑gi4-ip.

50 Voir Amiet 1980, no 1068 : sceau du grand chantre Igimu-anshè-gal. Voir également les représentations de serpents, à Ur ou Kish, sur les nos 1247 et 1248.

51 Voir, sur ce secteur de fouille, les rapports préliminaires des campagnes 1993 et 1995, dans ce même volume et dans Akh Purattim 2.

52 Il porte le no 1465 chez Amiet 1980. Voir également nos 1466 et 1791. Les deux scènes font également chacune l’objet d’associations avec d’autres thèmes schématiquement évoqués ici : sacrifice sous le dieu-bateau (no 1438) ; tissage au-dessus du dieu-bateau (no 1439) ; tissage au-dessus d’une scène avec animaux (no 1469) ; tissage au-dessus d’une scène de « construction d’une ziggurat » (nos 1468, 1787) ; la scène de tissage peut également apparaître seule sur un cylindre, comme celui de Khafadje (nos 1340).

53 Amiet 1980, no 1791.

54 Sur ces questions concernant le tissage en Mésopotamie, un important travail est en cours : cf. Bréniquet 1998, p. 43‑44.

55 Amiet 1980, nos 1469, 1439 et 1791.

56 Ce schéma est appliqué dans les quelques documents qui constituent des parallèles plus ou moins précis : Amiet 1980, nos 1438, 1465, 1466 : égorgement ?
Le cylindre 1469, provenant d'Ischali, montre, sous la scène de tissage, deux personnages en vis-à-vis attrapant ou conduisant deux quadrupèdes, prélude, vraisemblablement, à la scène de sacrifice.

57 LAM est raisonnablement sûr. LAGAB est clair dans le document suivant. Voir le commentaire infra.

58 Parrot 1965, p. 12, cite cette découverte en précisant que Georges Dossin avait « réservé sa lecture, car l’empreinte est d’une lecture particulièrement difficile ».

59 Pour Margaret Jaques et Antoine Cavigneaux que je remercie pour leur aide, cette lecture est claire : « elle pourrait s’interpréter comme iškur-dār. À cette interprétation on objectera que la valeur kur4 de LAGAB devrait être démontrée. Le nom de ce roi de Mari semble être nouveau. Il nous paraît impossible d’y retrouver le HI-da‑ar des textes d’Ebla. Le signe iš11 devrait introduire une forme verbale dont la première radicale devrait être a priori la sifflante ḏ ou ṯ (voir Krebernik 1988a, p. 29 et 1988b, p. 50). Une lecture iš11-má!, iš11-si! ou iš11-ku! ferait violence aux données épigraphiques ».

60 Sur ces listes, et sur la succession des souverains d’Ebla comme de Mari, cf. Archi 1985 et 1996, ainsi que plusieurs articles à paraître, en collaboration avec Maria Giovanna Biga.

61 Par exemple Amiet 1980, nos 1098, 1100‑1103.

62 Cf. Beyer, à paraître.

63 Rien ne s’oppose, me semble-t-il, à ce que ce roi de Mari soit le même que celui dont la statue, bien connue, a permis à André Parrot de rapidement identifier le site de Mari et le temple d’Ishtar lors de sa première campagne : Syria 1935, p. 12, 23‑24 et pl. VI‑VII ; Parrot 1956, p. 68‑70 et pl. XXV‑XXVI.

64 Rappelons ici que cette coiffe royale a pu être bien mise en évidence par d’autres documents célèbres, tels le « casque » d’or de Meskalamdug des tombes royales d’Ur ou la stèle des vautours portant l’effigie d’Eannatum de Lagash.

65 Ce détail iconographique est fréquent sur les effigies d’adorantes assises, par exemple au temple d’Ishtar : Parrot 1956, pl. XXXVII, XL, et chez les participants des scènes de banquet, par exemple à Mari, sur un bas-relief fragmentaire du temple d’Ishtar (Parrot 1956, p. 123‑124 et fig. 69) ou sur des silhouettes de nacre (Parrot 1967, pl. LX).

66 Ce modèle de vase à libation, ici très simplifié, est bien connu dans le domaine iconographique, en particulier sur des bas-reliefs perforés de Lagash ; le motif est tronqué sur la stèle des vautours d’Eannatum : Amiet 1977, p. 368, fig. 324, 326 et 330, p. 370, fig. 337. Sur ce motif, voir l’article récent d’Irene Winter 1999, en particulier p. 239 et suivantes : l’auteur y étudie en particulier les occurrences de la cruche associée à la coupe, qui ne sont pas réservées au domaine du rituel de libation, mais qui apparaissent aussi en milieu funéraire, dans les tombes royales d’Ur par exemple.

67 Une seule des empreintes de ce groupe de scellements permet de bien lire ce motif.

68 Ces détails n'apparaissent clairement que sur quelques empreintes de l’ensemble du lot.

69 Un certain nombre de parallèles ont été regroupés dans la contribution de Jans et Bretschneider 1998. Voir en particulier le cat. 13, p. 187 et 190. Cf. également Salonen 1950 ; Amiet 1980, nos 1212‑1217, 1260.

70 Voir le regroupement opéré par Jans et Bretschneider 1998, pour des scènes comportant des chars de guerre, p. 167‑169, et pl. II‑IV, aux p. 189‑191. On remarquera l’association de ces scènes de guerre avec des thèmes de combats d’animaux, à Ur par exemple (nos 1‑2), mais aussi, dans un cas au moins (no 3), avec une scène de boisson au chalumeau. Dans ces scènes de guerre, le souverain jusqu’à présent est absent.

71 On comparera ces deux monuments bien connus par exemple chez Borker-Klähn 1982, fig. 17d et 18e. Voir aussi Nigro 1998.

72 Je pense ici à l’empreinte du sceau du roi Tupkish d’Urkish où le souverain trônant est flanqué d’un lion. Derrière son trône, la silhouette lacunaire d’un taureau : Buccellati et Kelly-Buccellati 1996, en particulier p. 98, fig. 7.

73 Voir plus loin l’inscription du second sceau du roi, ainsi que celle de sa statue du temple d’lshtar : Lamgi(= Ishqi)-Mari, roi de Mari, grand ensi d’Enlil, sa statue à Ishtar virile (?) a voué (Parrot 1956, p. 70) ; pour Iku-Shamash, cf. note 29.

74 Voir Parrot 1960, p. 80, fig. 99 ; Albenda 1986, pl. 15 et 17.

75 Rappelons ici qu’il convient peut-être de rajouter à la série des sceaux d’Ishqi-Mari le document no 11, examiné ci-dessus.

76 Cette ligne doit encore être revue.

77 Krebernik 1988a, p. 37‑38 et p. 212.

78 Durand 1985, p. 155 ; l’auteur suggérait (p. 158) qu’Ididish, qui aurait eu un règne de 60 ans, avait pu monter sur le trône de Mari sous le règne de Manishtusu, douze ans avant l’avènement de Naram-Sin.

79 Sur cette question, voir les mises au point proposées par Margueron 2002 et sous presse.

80 Pour Ikun-Shamagan, la place ne me paraît peut-être pas suffisante, d’après les proportions des lignes du cartouche. Pour sa statue, cf. Parrot 1967, p. 37‑40 et pl. XII‑XIII. Y voir également les inscriptions, par Georges Dossin, p. 309 ; également l’inscription du vase voué par l’échanson Suwada, p. 329. Sur Ikun-Shamash, cf. supra, note 29.

81 Cf. Beyer, à paraître.

82 Margueron, sous presse.

83 Ishqi-Mari est visiblement placé beaucoup trop haut dans le tableau proposé par Archi 1996, p. 28. Dans l’article qu’il prépare en collaboration avec Maria-Giovanna Biga, et dont il a eu l’extrême amabilité de me communiquer une partie, l’auteur modifie son point de vue et suggère une destruction du palais G d’Ebla par Ishqi-Mari lui-même. Il maintient et développe son argumentation en faveur d’une destruction de Mari par Sargon. Malgré le très grand intérêt de ses positions, dans l’état actuel des données archéologiques et de leur interprétation, nous pouvons difficilement le suivre.

84 Rappelons simplement que la lecture des cartouches inscrits des deux premiers reste à confirmer, avec l’espoir que d’autres documents, plus complets et plus lisibles, puissent encore réapparaître dans ce secteur.

85 Rappelons ici que Spycket 1981, p. 90, considère la statue d’Ishqi-Mari comme la plus récente des statues royales attestées à Mari.

86 Signalons ici que l’article récent de De Meyer et Pons 2002 ne tient compte, ni des données nouvelles de la fouille du secteur de la porte du palais de Mari, ni des prises de position d’Alfonso Archi postérieures à son article de 1985.

87 La situation est encore plus problématique pour Ebla. Sur la question des sceaux royaux akkadiens, ceux des fonctionnaires royaux ou des membres de la famille royale akkadienne, voir les observations récentes de Buccellati et Kelly-Buccellati 2002, en particulier p. 16 et suivantes, avec références bibliographiques antérieures. On soulignera l’importance du thème des combats (héros nu avec lion ou buffle des marais), bien éloigné de ceux de notre documentation royale mariote.

88 On notera au passage que la gravure à l’endroit sur le cylindre, que l’on constate au moins deux fois dans la petite série que nous venons d’examiner, correspond à une pratique assez courante pour les sceaux à caractère aulique des milieux syriens. On le voit bien en effet dans la série originale des sceaux retrouvés à Tell Mozan-Urkish : cf. Buccellati et Kelly-Buccellati 1996.

Table des illustrations

Titre Fig. 1a‑b – Sceau-cylindre cat. no 1 (TH 03.63) et son empreinte
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 1c – Dessin de l’empreinte du sceau cat. no 1 (TH 03.63, échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 2a‑b – Sceau-cylindre cat. no 2 (TH 03.62) et son empreinte
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 2c – Dessin de l’empreinte du sceau cat. no 2 (TH 03.62. échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 3a‑b – Le sceau-cylindre cat. no 3 (TH 95.86) et son empreinte
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 3c – Dessin de l’empreinte du sceau cat. no 3 (TH 95.86, échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 4c – Dessin provisoire de l’empreinte de cylindre cat. no 4 (échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 4a‑b – Scellement de porte TH 97.35 avec l’empreinte de cylindre cat. no 4
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 5 – Dessin de l’empreinte de cylindre cat. no 5 sur scellement de porte TH 99.178 (échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 6a‑b – Empreinte de cylindre sur scellements de jarre TH 99.61/62 : photos face et revers
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 6c – Dessin (échelle 1/1) de l’empreinte du sceau TH 99.61/62 (cat. no 6)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 7a‑b – Scellement d’argile TH 95.56 : section (échelle 1/1) et photographie : cat. no 7
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 7c – Reconstitution provisoire du décor du cylindre de TH 95.56, cat. no 7 (échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 8 – Dessin des empreintes de cylindre sur scellements d’argile cat. no 8 (échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 9 – Dessin provisoire de l’empreinte de cylindre TH 97.14 (d’après Margaret Jaques), cat. no 9 (échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 10a‑b – Empreinte de cylindre TH 00.172, cat. no 10 : photo et dessin (échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 11a-b – Empreinte de cylindre sur scellement TH 95.54, cat. no 11 : photo et dessin (échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 12a‑b – Scellement de porte TH 95.43 : vue de dessus et section (échelle l/l), cat. no 12
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 12c – Dessin de l’empreinte du cylindre de TH 95.43, cat. no 12 (échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 13a‑b – Photo et dessin (échelle 1/1) de l’empreinte moderne du cylindre TH 00.11, cat. no 13
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 14a‑b – Photos de l’empreinte TH 00.150 du sceau-cylindre d’un roi de Mari, cat. no 14
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 14c – Dessin provisoire (échelle 2/1) du sceau no 14
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 15a‑b – Photos des empreintes sur scellement de porte M. 4145 : sceau royal no 15
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 15c – Dessin (échelle 2/1) du sceau royal no 15
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 16a‑b – Photos de scellements de portes avec empreintes du sceau d’Ishqi-Mari, roi de Mari, cat. no 16
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 17 – Dessin de l’empreinte du sceau-cylindre d’Ishqi-Mari (échelle 2/1), cat. no 16
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 18 – Dessin provisoire de l’empreinte du second sceau-cylindre d’Ishqi-Mari (échelle 2/1), cat. no 17
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 19‑Dessin de l’empreinte du sceau au nom d’Iddin-Eshtar, Shakkanakku, (échelle 2/1), cat. no 18
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 20a‑b – Photos de scellements de portes avec empreintes du second sceau d’Ishqi-Mari, cat. no 17
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 21 – Fragment de scellement de porte TH 00.161 avec le sceau d’Iddin-Eshtar et les vestiges d’un sceau d’lku-[...]
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 22 – Fragment de scellement de porte avec empreintes du sceau d’Iddin-Eshtar, cat. no 18
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 23 – Scellement de porte TH 00.159 avec empreintes du sceau au nom d’Iddin-Eshtar, Shakkanakku, cat. no 18
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3863/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 248k