Version classiqueVersion mobile

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Approches techniques et archéométriques

Les ors de Mari. État de la recherche en juin 1997

Gérard Nicolini

Texte intégral

1L’étude des ors de Mari m’a été confiée en 1991 par Jean Margueron. Il avait d’abord été question de réaliser un travail sur l’ensemble de la bijouterie, quelle que fût sa matière. Mais la tâche m’était bien vite apparue trop vaste : il fallait y inclure une multitude d’objets d’argent et surtout de bronze, de pierre, d’os, sans d’ailleurs être assuré qu’ils étaient tous des « bijoux ». J’ai préféré m’en tenir aux ors et à toutes les pièces comportant une partie en or, faisant passer en somme le critère de matière avant celui de l’usage. Ce choix, qui se justifiait par la spécificité de l’or, ouvrait la perspective d’une étude technique approfondie, qui manquait dans le domaine de l’archéologie orientale. D’autre part, les ors de Mari n’avaient jusqu’à présent donné lieu qu’à des publications rapides par André Parrot, comprenant des descriptions typologiques avec mensurations et mention des matières dans les volumes consacrés au palais ou dans Syria, ou par K. R. Maxwell-Hyslop dans sa synthèse Western Asiatic Jewellery, Londres, 1969, ou plus récemment par B. Musche dans le Handbuch der Orientalistik, Leyde, 1992.

MUSÉOGRAPHIE

2Depuis 1933, date des premières fouilles d’André Parrot sur le tell jusqu’à la campagne de 1994 où furent faites les dernières trouvailles (et non des moindres), le site de Mari a produit un total de 270 objets d’or en tout ou partie, environ. Ce chiffre n’a qu’une signification relative car il correspond en fait à des numéros d’inventaire de musée qui peuvent qualifier un ou des fragments insignifiants aussi bien qu’une série, par exemple des appliques ou un collier, composés d’un nombre variable de pièces. Celles-ci sont aujourd’hui déposées dans quatre musées. Celui d’Alep, qui recueillit les premières découvertes, en conserve 75 dont la majorité proviennent de tombes médio-assyriennes et quelques-unes datent du DA I‑II. Le musée de Damas garde 53 numéros datables du DA I‑II (pièces de la fameuse « jarre d’Ur », fig. 1) à la période séleucide. À partir de 1979, les pièces – 54 en tout dont certaines exceptionnelles – ont été livrées au musée de Deir ez-Zor. Le Louvre en conserve actuellement 72, trouvées avant la deuxième guerre mondiale, des bijoux pour la plupart. Bien des références muséographiques restent douteuses : les numéros de fouille sont parfois les seuls numéros d’inventaire. J’ai d’autre part étudié le contenu de boîtes marquées Mari ou Tell Hariri, qui ne comportaient aucun numéro, et qui sont encore à confronter aux fiches d’André Parrot. Je ne pouvais en effet prendre le risque de laisser de côté une partie du matériel à cause d’un défaut de marquage. Ces pièces resteront évidemment en dehors de la publication si leur situation archéologique ne peut être établie.

TYPOLOGIE

3Les objets d’or, qui s’échelonnent sur plus de deux millénaires, sont d’une très grande variété. Pour la commodité de l’étude, on peut les considérer en deux groupes : les bijoux et les fragments de feuille ou plaque. J’ai distingué parmi les bijoux :

  • les diadèmes ou bandeaux de tête, peu nombreux mais intéressants pour la technique de la frappe de la feuille d’or, qui apparaît notamment sur celui de la « tombe de la princesse » ;

  • les « diadèmes composés » difficiles à reconstituer et à distinguer des parures composées en général (fig. 2) ou des colliers ;

  • les boucles d’oreille, souvent « à navicelle » ;

  • les pendants d’oreille plus importants, comprenant obligatoirement un ardillon (fig. 3) ;

  • les colliers (fig. 4), parmi lesquels sont regroupées toutes les catégories de perles (fig. 5), difficiles à séparer des pendentifs (fig. 6) ;

    • 1 Malgré le doute que l’on peut avoir à l’égard de reconstitutions de tels objets, j’ai résolu, pour (...)

    les bracelets d’une seule pièce ou composés de perles (fig. 1)1 ;

  • les bagues ;

  • les épingles (fig. 7).

4Le second groupe de pièces comporte :

  • les bractées ou appliques sur le vêtement, tissu ou cuir (fig. 8) ;

  • les placages sur bijoux, lorsqu’ils n’adhèrent plus à ceux-ci et lorsqu’il est possible de les distinguer ;

  • les revêtements de meubles et de statues.

5Nous avons donc affaire à une très riche documentation qu’il est nécessaire de replacer dans le contexte proche-oriental du fait de l’ample chronologie de ces pièces (voir infra) et de la position centrale de Mari entre les grands centres de production d’orfèvrerie, à l’ouest (Anatolie, Phénicie, Syrie du nord-ouest), au sud-ouest (Palestine), au nord-est (Assyrie), au sud-est (Babylonie, Sumer, Elam). Répétons encore qu’aucun de ces centres n’a bénéficié jusqu’à présent d’études techniques approfondies, au sens où nous l’entendons.

MÉTHODE DE TRAVAIL

6Au musée, l’observation de la pièce, à la loupe binoculaire lorsque c’est possible, permet de rédiger une fiche technique avec mention des différentes couleurs d’or et de soudure, des autres matières éventuellement, de tous les procédés de fabrication perceptibles.

7Cette observation est complétée par la macrophotographie, sans laquelle il est désormais impossible d’obtenir une reconstitution de la fabrication d’un bijou depuis le produit demi-ouvré, par exemple la feuille, le fil ou le granule, jusqu’au stade final. Nous entendons par macrophotographie une image dont le rapport à l’objet est supérieur à 1 sur l’émulsion qu’elle soit en noir et blanc ou en diapositive couleur (fig. 2, 3, 4, 5, 9, 10, 11). Les optiques actuelles donnent facilement x 6 ; au-delà, avec les objectifs-loupes, la mise au point est plus longue et la profondeur de champ dérisoire, de l’ordre de 1 à 3/10e de mm, mais cela peut être utile pour expliquer un point particulier. Le noir et blanc sert en principe à la publication, constituant un double de la diapositive, bien que le scanning permette aujourd’hui de l’obtenir à partir de celle-ci sans trop de perte de détail. C’est toutefois la diapositive sur émulsion lente, 25 ou 50 ASA qui se trouve à la base de l’étude de l’objet. Projetée, elle donne une image x 50 à x 250 à partir de laquelle sont calculés tous les calibres avec un risque d’erreur ne dépassant pas 10 %. Sa couleur n’est cependant pas suffisamment fiable pour dispenser de l’examen optique ; de plus elle présente parfois des leurres du fait de l’éclairage – comme n’importe quelle photographie – qu’il faut savoir déjouer.

8Les analyses chimiques constituent le troisième volet de la méthode. La place me manque ici pour expliquer par le menu leur intérêt. Elles sont nécessaires grosso modo pour deux raisons, technique et historico-géographique. L’étude technique d’une pièce doit comporter une mention de la couleur de l’or, dont on sait qu’elle varie en fonction des trois composants habituels Au‑Ag‑Cu. Bien qu’un œil exercé reconnaisse à peu près les proportions des trois composants et de ce fait les différentes qualités d’or, il est utile de préciser les variations de celles-ci à l’intérieur d’un même bijou pour apprécier le travail de l’artisan, pour savoir s’il a choisi intentionnellement ou non une qualité d’or pour un usage donné, selon sa dureté, son élasticité, sa couleur, etc. Il faudra donc éventuellement plusieurs analyses par pièce. Mais les analyses des éléments rares du métal, métaux ou métalloïdes, doivent ou devraient permettre de connaître son origine minéralogique et dans une certaine mesure, nous l’espérons un jour, géographique. Je suis incompétent pour exposer les méthodes, destructives (par prélèvement) ou non destructives, qui aboutissent à des résultats quantitatifs ou qualitatifs. Il est certes préférable de disposer d’analyses quantitatives de tous les éléments majeurs et mineurs, mais les analyses qualitatives du plus grand nombre possible d’éléments sont toujours profitables. Quoi qu’il en soit, les analyses qui vont être pratiquées sur les pièces de Mari revêtent une très grande importance du fait de la diversité de celles-ci et de leur éventail chronologique très ouvert du DA à la période achéménide, mais surtout en raison du très faible nombre d’analyses d’or du Proche-Orient actuellement publiées. Cela pourrait être le premier pas d’une campagne d’analyses dans l’ensemble des musées conservant des bijoux orientaux. Ajoutons que ces pièces présentent très souvent des patines intéressantes (fig. 3, 5 et 11), qu’il faudrait aussi analyser et qui apporteraient certainement des éléments de réponse au problème encore en suspens de la patine de l’or antique. Enfin il serait aussi utile d’analyser l’argent et le bronze lorsqu’ils sont présents à côté de l’or, les soudures faibles (les soudures fortes étant analysées dans le premier lot), les bitumes, les matières de remplissage, les colles.

9Pour compléter l’étude des ors de Mari, il faudra nécessairement recourir aux textes des tablettes et opérer un recensement complet des mentions de l’or qui pourraient fournir des comparaisons précieuses en ce qui concerne son origine, sa couleur, son travail, son utilisation, la nomenclature des bijoux, la manière de les porter, leur signification, leur rôle dans l’histoire, etc. On ne saurait en effet se contenter d’une étude strictement archéologique des pièces.

LA PROBLÉMATIQUE

10Trois problèmes sont étroitement imbriqués, ils concernent la technique de fabrication des pièces, l’inscription des ors de Mari dans l’espace, la chronologie, les deux derniers pouvant être envisagés dans un ordre inverse.

11L’étude technique se révèle indispensable avant toute autre considération. Aucune entrée dans l’objet n’est possible sans elle, aucune comparaison non plus. Il faut décidément abandonner en ce qui concerne les objets d’or toute considération typologique basée sur l’aspect extérieur d’une pièce qui aboutit à la ranger dans une catégorie plus ou moins générale et surtout à la comparer avec d’autres qui ont parfois peu de chance d’avoir une quelconque relation avec elle, or la plupart des ouvrages sur la bijouterie antique sont dépourvus de considérations techniques ou présentent, à part, un chapitre de technique générale, sans une étude des procédés particulière à chaque pièce. L’examen des procédés de fabrication (v. supra) exige évidemment beaucoup de temps, mais c’est la seule manière d’aborder les bijoux qui permette des conclusions valables. Nous envisagerons ainsi les cinq chapitres de base de la technique du travail de l’or :

  • la feuille (la frappe verticale, fig. 5 et 9, découpage, repercé, gravure, ciselure, travail en volume, fig. 2, etc.) ;

  • le fil et son évolution (fig. 10) ;

  • la granulation idem (fig. 11) ;

  • les soudures à l’alliage (fig. 11) et aux sels de cuivre ;

  • les techniques d’assemblage (fig. 3, 4, 6), de montage, de finition.

12La problématique spatiale des ors de Mari suppose d’abord une recherche des provenances du métal et des différentes matières utilisées à l’aide de données géologiques, historiques, textuelles et surtout d’un corpus d’analyses, qui pourraient conduire à des hypothèses vraisemblables. Il faudrait ensuite s’attaquer à la question des ateliers aux différentes époques. Y a-t-il eu un atelier à Mari à l’époque DA, dans la période shakkanakku, à l’époque médio-assyrienne malgré toute attente ? Sinon, de quelles régions ont été importés les objets d’or ?

13Le dernier grand problème des ors de Mari, et non des moindres, est celui de leur chronologie. Il ne faut jamais oublier que les objets d’or en général restent très longtemps en usage et que leur contexte archéologique, même lorsqu’il s’agit d’un ensemble clos, n’est pas forcément en rapport avec leur date de fabrication, qui peut être très antérieure. L’état de l’usure par le port (fig. 3, 10) peut fournir un indice, mais l’absence d’usure n’est pas forcément significative. Les bijoux funéraires, c’est-à-dire fabriqués expressément pour le mort, ne sont pas toujours faciles à identifier. On peut avoir un doute devant un objet très léger qui paraît difficile à porter et qui ne comporte pas de trace d’usure (fig. 8). À Mari s’ajoute pour quelques-uns le doute en matière de contexte. Il nous faudra faire dans divers cas un véritable travail de reconstitution archéologique dont nous ne sommes pas sûrs qu’il apporte des certitudes. Le premier or travaillé du Proche-Orient serait les perles du niveau XIII de Tepe Gawra, datant d’Obeid 3, vers 4300 (un millénaire après l’apparition de l’or dans les Balkans) ; inexplicablement il reste ensuite très peu de chose du IVe millénaire ; puis l’or réapparaît à Tepe Gawra à l’époque de Djemdet Nasr. Les pièces les plus anciennes de Mari seraient celles de la tombe 300 ou de la « jarre d’Ur » au DA (fig. 1). La période shakkanakku (fig. 3 et 9) est illustrée par le superbe lot de bijoux de la tombe « de la princesse » (fig. 5), puis l’époque amorrite semble très pauvre (fig. 11), avant une « renaissance » dans la période médio-assyrienne (fig. 4), où les tombes sont creusées sur le tell. Les objets postérieurs semblent à première vue appartenir surtout à la période achéménide. Telle est la première esquisse, éminemment révisable, de la chronologie des ors de Mari.

CONCLUSION

14On voit que beaucoup de travail reste à faire sur ceux-ci. On perçoit également l’intérêt considérable d’une telle étude pour l’histoire de l’orfèvrerie du Proche-Orient ancien, mais aussi sans doute pour la compréhension des mentalités et peut-être pour l’histoire du pouvoir, de la société et de la religion, si nous arrivons à mener à bien une exégèse en parallèle des textes publiés et traduits. Le plan très classique de l’ouvrage en cours de rédaction comprend quatre parties : 1. Les techniques ; 2. Catalogue typologique et synthétique ; 3. Les ors de Mari dans l’orfèvrerie du Proche-Orient ; 4. Les ors de Mari et l’histoire.

15Il ne reste plus qu’à l’achever.

Fig. 1 – Cour du palais, « trésor d’Ur » Bracelet (?) reconstitué M. 4407

Fig. 1 – Cour du palais, « trésor d’Ur » Bracelet (?) reconstitué M. 4407

Lapis-lazuli et or de différentes qualités.
Perle côtelée en lapis et or, L. 41,2 ram. D.A. I‑II. Damas, musée national. Perles à ailettes multiples, l’une à manchons en filigrane ; perles côtelées repoussées et lisses, joint au méridien.

Fig. 2 – Tombe 135. Élément de diadème M. 1240

Fig. 2 – Tombe 135. Élément de diadème M. 1240

ø 25 mm. Louvre AO 19074.
Percussions et repoussé à la pointe mousse.

Fig. 3 – Tombe III E 1 SO T-2 Pendant d’oreille à double navicelle TH 91.7 (III D 1 SE 46)

Fig. 3 – Tombe III E 1 SO T-2 Pendant d’oreille à double navicelle TH 91.7 (III D 1 SE 46)

H. 24,5 mm. Époque des Shakkanakku (?). Deir ez‑Zor, musée national. Or jaune à patine rouge. Navicelles garnies de soufre (?). Remarquer l’ornement circulaire pourvu d’une alvéole de fil plat bordé d’une ligne de granules soudés à l’alliage (usure par le port), à la manière de l’orfèvrerie de la IIIe dynastie d’Ur.

Fig. 4 – Tombe 125. Collier reconstitué M. 1215

Fig. 4 – Tombe 125. Collier reconstitué M. 1215

Éléments à quatre spirales, L. 14 mm env. Perles lenticulaires de divers minéraux, ici des agates. Époque médio-assyrienne. Alep, musée national. Or clair, fil-tube soudé à l’alliage clair, joint visible.

Fig. 5 – Tombe « de la Princesse » Ill G 2 NE T-2. Perle à ailettes (III G 2 NE 38)

Fig. 5 – Tombe « de la Princesse » Ill G 2 NE T-2. Perle à ailettes (III G 2 NE 38)

L. 24,4 mm. Époque des Shakkanakku. Deir ez‑Zor, musée national. Coulant central soudé, vaguelettes typiques de la frappe verticale, cf. fig. 9.

Fig. 6 – Tombe 111 Z16 SO T-2. Pendentif/pectoral TH 79.50 (III Z 16 SO 13)

Fig. 6 – Tombe 111 Z16 SO T-2. Pendentif/pectoral TH 79.50 (III Z 16 SO 13)

L. 71,3. Deir ez‑Zor, musée national. Bronze plaqué d’or, demi-jonc orné de la grande courbure et manchons rapportés en or, spirales de fil creux.
Boursouflures des sels de cuivre et d’étain.

Fig. 7 – Tombe IV A 17 SO T-3. Épingle TH 80.198

Fig. 7 – Tombe IV A 17 SO T-3. Épingle TH 80.198

L. 104 mm. Deir ez‑Zor, musée national.
Argent et anneau à double ligature en électrum, l’un des plus anciens connus.

Fig. 8 – Tombe IV R 2 NE T-2, niveau C 1, près de la tête Bractée TH 84.136 (IV R 2 NE 3)

Fig. 8 – Tombe IV R 2 NE T-2, niveau C 1, près de la tête Bractée TH 84.136 (IV R 2 NE 3)

H. 40 mm, épaisseur de la feuille, 5 µ environ. Deir ez‑Zor, musée national. Or jaune clair assez pur.
La tombe a produit au moins cinq objets identiques.
La légèreté de la feuille correspond peut-être à des bijoux funéraires.

Fig. 9Au nord-ouest du temple de Dagan. Élément de diadème ou de collier en forme de feuille de peuplier M. 1878, détail

Fig. 9 – Au nord-ouest du temple de Dagan. Élément de diadème ou de collier en forme de feuille de peuplier M. 1878, détail

H. totale 62,3 mm. Époque shakkanakku. Louvre, AO 29516.
Or jaune soutenu ; remarquer les vaguelettes typiques de la frappe primitive ou verticale.

Fig. 10 – Tombe 135. Élément d’un diadème (?) à rosette M. 1240 (cf. fig. 2), détail

Fig. 10 – Tombe 135. Élément d’un diadème (?) à rosette M. 1240 (cf. fig. 2), détail

Ø 31,5 env. Louvre AO 19074. Deux feuilles superposées, dessus or jaune clair.
Remarquer le fil tors soudé à l’alliage et l’usure du saillant par le port, en haut de l’image.

Fig. 11 – Salle 113. Pendentif M. 4549, détail

Fig. 11 – Salle 113. Pendentif M. 4549, détail

H. totale 17,8 mm. Damas, musée national. Or jaune à patine rose vif, granulation en ligne et triangles soudée à l’alliage.

Notes

1 Malgré le doute que l’on peut avoir à l’égard de reconstitutions de tels objets, j’ai résolu, pour plus de commodité, de suivre le fouilleur ou le conservateur et de ne pas m’aventurer dans des tentatives de reconstitutions personnelles quasi impossibles.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Cour du palais, « trésor d’Ur » Bracelet (?) reconstitué M. 4407
Légende Lapis-lazuli et or de différentes qualités.Perle côtelée en lapis et or, L. 41,2 ram. D.A. I‑II. Damas, musée national. Perles à ailettes multiples, l’une à manchons en filigrane ; perles côtelées repoussées et lisses, joint au méridien.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 2 – Tombe 135. Élément de diadème M. 1240
Légende ø 25 mm. Louvre AO 19074.Percussions et repoussé à la pointe mousse.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3857/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 3 – Tombe III E 1 SO T-2 Pendant d’oreille à double navicelle TH 91.7 (III D 1 SE 46)
Légende H. 24,5 mm. Époque des Shakkanakku (?). Deir ez‑Zor, musée national. Or jaune à patine rouge. Navicelles garnies de soufre (?). Remarquer l’ornement circulaire pourvu d’une alvéole de fil plat bordé d’une ligne de granules soudés à l’alliage (usure par le port), à la manière de l’orfèvrerie de la IIIe dynastie d’Ur.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3857/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 4 – Tombe 125. Collier reconstitué M. 1215
Légende Éléments à quatre spirales, L. 14 mm env. Perles lenticulaires de divers minéraux, ici des agates. Époque médio-assyrienne. Alep, musée national. Or clair, fil-tube soudé à l’alliage clair, joint visible.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3857/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 5 – Tombe « de la Princesse » Ill G 2 NE T-2. Perle à ailettes (III G 2 NE 38)
Légende L. 24,4 mm. Époque des Shakkanakku. Deir ez‑Zor, musée national. Coulant central soudé, vaguelettes typiques de la frappe verticale, cf. fig. 9.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3857/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 6 – Tombe 111 Z16 SO T-2. Pendentif/pectoral TH 79.50 (III Z 16 SO 13)
Légende L. 71,3. Deir ez‑Zor, musée national. Bronze plaqué d’or, demi-jonc orné de la grande courbure et manchons rapportés en or, spirales de fil creux.Boursouflures des sels de cuivre et d’étain.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3857/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 7 – Tombe IV A 17 SO T-3. Épingle TH 80.198
Légende L. 104 mm. Deir ez‑Zor, musée national.Argent et anneau à double ligature en électrum, l’un des plus anciens connus.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3857/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 8 – Tombe IV R 2 NE T-2, niveau C 1, près de la tête Bractée TH 84.136 (IV R 2 NE 3)
Légende H. 40 mm, épaisseur de la feuille, 5 µ environ. Deir ez‑Zor, musée national. Or jaune clair assez pur.La tombe a produit au moins cinq objets identiques.La légèreté de la feuille correspond peut-être à des bijoux funéraires.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3857/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 9Au nord-ouest du temple de Dagan. Élément de diadème ou de collier en forme de feuille de peuplier M. 1878, détail
Légende H. totale 62,3 mm. Époque shakkanakku. Louvre, AO 29516.Or jaune soutenu ; remarquer les vaguelettes typiques de la frappe primitive ou verticale.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3857/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 10 – Tombe 135. Élément d’un diadème (?) à rosette M. 1240 (cf. fig. 2), détail
Légende Ø 31,5 env. Louvre AO 19074. Deux feuilles superposées, dessus or jaune clair.Remarquer le fil tors soudé à l’alliage et l’usure du saillant par le port, en haut de l’image.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3857/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 11 – Salle 113. Pendentif M. 4549, détail
Légende H. totale 17,8 mm. Damas, musée national. Or jaune à patine rose vif, granulation en ligne et triangles soudée à l’alliage.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3857/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

Auteur

Université de Poitiers et UMR 8140, Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines (gerard.nicolini@wanadoo.fr)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search