Version classiqueVersion mobile

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Approches techniques et archéométriques

Le travail du cuivre et du bronze à Mari. Un projet archéo-métallurgique

Juan-Luis Montero Fenollós

Texte intégral

  • 1 Moorey 1994 ; Müller-Karpe 1991 et 1993 ; Muhly 1993 ; Helwing et Müller 1994.
  • 2 Berthoud et al. 1981 et 1982 ; Tallon 1987 ; Tallon et al. 1989.
  • 3 Schmitt-Strecker et al. 1992 et 1994 ; Palmieri et al. 1993 ; Yener et Vandiver 1993 ; Kaptan 1995  (...)
  • 4 Rothenberg 1990 ; Khalil 1984 ; Levy et Shalev 1989 ; Adams et Genz 1995.

1La découverte du métal a été un grand moment de l’histoire du Proche-Orient, parce qu’il a eu une forte répercussion sur le commerce et sur divers aspects de la société de l’époque. Malgré tout, l’intérêt des chercheurs pour l’activité métallurgique proche-orientale est vraiment récent. Les nouvelles recherches ont fixé leur attention sur l’étude de métaux en provenance de Mésopotamie1, d’Iran2, d’Anatolie3 et de Palestine4. Cependant, l’analyse d’objets métalliques trouvés dans les fouilles en Syrie était, jusqu’à présent, presque inexistante. À cause de cette lacune de la recherche, notre connaissance sur le travail du métal dans l’ancienne Syrie est tout à fait partielle. Et dans ce contexte, Mari n’est pas une exception.

LES DONNÉES ÉPIGRAPHIQUES

  • 5 Voir notamment ARM XXV.

2Les principales données que nous possédons sur les métaux et la métallurgie à Mari pendant l’âge du Bronze nous parviennent de l’étude des tablettes cunéiformes. Les archives du palais de Mari contenaient un grand nombre de textes administratifs consacrés au contrôle des métaux industriels, c’est-à-dire du cuivre, de l’étain et du bronze5.

3L’étude épigraphique de ces textes a apporté une importante documentation sur le travail et le commerce de métaux aux premiers siècles du IIe millénaire av. J.‑C., et surtout à l’époque du roi Zimri-Lim.

4Alors, qu’est-ce que nous savons grâce aux textes mariotes ? Les tablettes nous renseignent sur trois aspects : l’importation de métaux, la technologie et l’artisanat du métal.

L’importation de métaux

  • 6 ARM XXV, 483, 691, 718 et 719.
  • 7 ARM XXI, 212 et 213 ; XXIV, 107 ; XXV, 20, 41,42, 112, 333, 692 et 693.

5Les métaux industriels utilisés dans les ateliers de Mari arrivaient de l’extérieur, car la Syrie, par sa nature géologique, est dépourvue de minerais de cuivre et d’étain. Le cuivre, par exemple, était importé d’Alashia, sans doute l’actuelle île de Chypre6. D’autres textes font référence à l’importation de cuivre depuis les royaumes septentrionaux de Yamkhad et de Karkemish7.

  • 8 Joannès 1991, p. 67 ; Dossin 1970, p. 97 ; ARM XXIII, 555 et 556 ; XXV, p. 16.
  • 9 ARM XXIII, 556 ; XXV, 14 et 16 ; Montero 1998.

6L’étain accumulé dans les entrepôts du palais de Mari provenait d’Élam, dans le sud de l’Iran. Les principales importations d’étain élamite ont été faites sous le gouvernement de Zimri-Lim8. Ce commerce faisait partie d’un système d’échanges diplomatiques établis entre le roi de Mari et les monarques élamites. Mari était aussi un centre important de distribution d’étain pour la Syrie et la Palestine. D’après quelques textes, on sait qu’une partie de l’étain stocké à Mari était réexpédié vers le nord (Yamkhad, Karkemish, Khaskhum...) et vers l’ouest (Qatna, Hasor, Lachish...)9.

La technologie

  • 10 Limet 1985, p. 203-204 ; Reiter, 1997, p. 151*-152*.

7Il y a dans les archives de Mari des tablettes consacrées à la fabrication du bronze. Il s’agit de sortes de recettes où le scribe a écrit les proportions de cuivre et d’étain nécessaires pour obtenir un alliage de qualité variable. Les valeurs d’étain ajoutées au cuivre pendant le processus de fonte oscillent, dans la plupart des cas, entre onze et quatorze pourcent10.

8Nous ne possédons néanmoins pas d’information textuelle à Mari sur le principal alliage de l’Antiquité : le cuivre à l’arsenic. Ce silence, attesté dans tout le Proche-Orient, ainsi que l’absence d’un terme sumérien ou accadien pour l’arsenic, a servi pour conclure que le cuivre arsénié était un alliage naturel.

L’artisanat

  • 11 ARM I, 62 ; 111, 43 et 74 ; XIII, 6, 15 et 16 ; XIV, 48 ; XVIII. 34.
  • 12 ARM XIX, 343-349, 363 et 365.
  • 13 ARM XIX, 344 et 347 ; Jestin 1952, p. 188.

9Le travail du métal était une activité contrôlée par des artisans spécialisés. Dans les textes mariotes, on peut distinguer trois types d’ouvriers : les fondeurs (simug/nappākhu(m)), les métallurgistes (tibira/qurqurru(m)), et les orfèvres (kù-dím/kutimu(m))11. Ces travailleurs formaient des équipes de travail strictement organisées. Les catégories différaient aussi selon la formation ou l’expérience, c’est-à-dire : personnel expérimenté (simug-gal et tibira-gal)12 et apprentis du métier (simug-tur et tibira-tur)13.

  • 14 ARM XVIII, 5 et 10.

10Les artisans du métal étaient sévèrement surveillés par le palais, qui leur procurait la matière première nécessaire pour leur travail. À Mari, un grand fonctionnaire de la cour de Zimri-Lim, Mukannishum, avait parmi ses fonctions principales celle d’organiser et de contrôler la manufacture des métaux14. On ne peut pas exclure, cependant, l’existence d’artisans indépendants qui travaillaient pour des particuliers ou, même, pour le palais.

11Voilà, grosso modo, tout ce que nous savons sur l’activité métallurgique à Mari à travers des textes cunéiformes du Bronze Moyen.

LES DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES

  • 15 Beyer 1989.

12Et qu’est-ce que nous connaissons grâce à la recherche archéologique ? On peut donner à cette question une réponse simple : presque rien. Une preuve magnifique de cette affirmation est l’existence à Mari d'une seule analyse chimique d’un objet métallique. Il s’agit d’un sceau trouvé dans la salle aux piliers du palais présargonique15.

  • 16 Margueron 1995, p. 5.

13Les dernières campagnes de fouilles à Mari ont apporté des indices très intéressants. Le sondage conduit en 1994 à l’emplacement de l’espace central de l’Enceinte Sacrée a mis au jour des installations artisanales datées du D. A. I. La vocation métallurgique des vestiges trouvés ne semble pas faire de doute : des foyers circulaires ou allongés, un certain nombre de rognures de cuivre et une coupelle qui a servi à fondre du métal16.

  • 17 Parrot 1956, pl. XXII-XXIV et LXIV ; 1959, pl. XXXIII.

14Mais la contribution principale de l’archéologie à l’étude de la métallurgie est d’avoir fourni un grand nombre d’objets métalliques. Les soixante années de travaux archéologiques dans les différents chantiers de Tell Hariri ont permis de récupérer de nombreux produits en métal : haches, poignards, lances, herminettes, poinçons, épingles, bracelets, statuettes, etc17.

LE PROJET ARCHÉO-MÉTALLURGIQUE

15Ces objets, datés des IIIe et IIe millénaires av. J.‑C., constituent un magnifique corpus qui n’a jamais été bien étudié. Afin de combler cette lacune de la recherche, la mission archéologique de Mari et l'Institut del Pròxim Orient Antic de l'université de Barcelone se sont mis d'accord pour développer un projet archéométallurgique. Ce projet scientifique a prévu d’étudier tous les objets de métal industriel conservés au musée du Louvre et dans les musées syriens de Damas, d’Alep et de Deir ez-Zor.

16On peut synthétiser les principaux objectifs de cette recherche en deux points.

Étude de la technologie métallurgique

17Les seules données que nous possédions sur la technologie des métaux à Mari proviennent des textes cunéiformes. Il est nécessaire, par conséquent, de réaliser d’amples séries d’analyses chimiques pour cerner la production en métal des ateliers mariotes. Ces analyses, destinées à connaître la composition chimique des objets en métal, seront faites aux laboratoires du département de préhistoire du Consejo Superior de Investigaciones Científicas de Madrid.

Classement typologique de la production métallique

18D’après sa fonction, le corpus mariote des cuivres sera groupé en divers ensembles, à savoir : armes, outils, parures, statuettes et figurines, objet de fondation, etc. Ce classement typologique permettra d’élaborer un cadre chronologique, ainsi que de distinguer entre une production locale et des objets importés d’autres régions du Proche-Orient.

  • 18 Les premiers résultats ont été publiés par J. L. Montero, « Mari, centre international du commerce (...)

19Comme conclusion, il paraît évident que Mari, par sa position stratégique sur le Moyen-Euphrate, a joué un rôle très important dans le développement de la production et du commerce de métaux dès le début du IIIe millénaire av. J.‑C. Le projet de recherche à développer dans les prochaines années vise à connaître la vraie importance de Mari comme centre métallurgique. Le commerce des métaux est peut-être une des raisons de la création et de la splendeur de Mari dans une région subdésertique dépourvue de toute matière première. Le métal est un exemple superbe de l’aptitude des habitants de la région syro-mésopotamienne à surmonter les obstacles de la nature. Le contrôle des réseaux commerciaux a été vital. Mais, pour obtenir des conclusions définitives, il faudra attendre les résultats de notre recherche archéo-métallurgique18.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Adams R. et Genz H.
1995 « Excavations at Wadi Fidan 4 : A Chalcolithic Village Complex in the Copper Ore District of Feinan, Southern Jordan », Palestinian Exploration Quaterly 127, p. 8 sqq.

Bardet G. et al.
1984 Archives administratives de Mari I, ARM XXIII, Paris.

Berthoud T. et al.
1981 « The Early Iranian Metallurgy. Analytical Study of Copper Ores from Iran », Symposium Archaeometry, Bonn, p. 1 sqq.
1982 « Cuivres et alliages en Iran, Afghanistan, Oman au cours des IVe et IIIe millénaires av. J.‑C. », Paléorient 8, p. 39 sqq.

Beyer D.
1989 « Un nouveau témoin des relations entre Mari et le monde iranien au IIIe millénaire », Iranica Antiqua 24, p. 109 sqq.

Birot M.
1974 Lettres de Yaqqim-Addu, gouverneur de Sagarātum, ARM XIV, Paris.

Dossin G.
1950 Correspondance de Samsi-Addu, ARM I, Paris.
1970 « La route de l’étain en Mésopotamie au temps de Zimri-Lim », Revue d’Assyriologie 64, p. 97 sqq.

Dossin G. et al.
1964 Textes divers, ARM XIII, Paris.

Durand J.‑M.
1983 Textes administratifs des salles 134 et 160 du palais de Mari, ARM XXI, Paris.

Earl B. et Özbal H.
1996 « Early Bronze Age Tin Processing at Kestel/Göltepe, Anatolia »,
Archaeometry 38. p. 289 sqq.

Helwing B. et Müller U.
1994 « Frühe Metalle in Mesopotamien », in
XLIe RAI, Landwirtschaft im Alten Orient (Programm. Kurzfassungen der Vorträge und Poster), Berlin, p. 19 sqq.

Jestin R.
1952 « Textes économiques de Mari (IIIe dynastie d’Ur) », Revue d'Assyriologie 46, p. 185 sqq.

Joannes F.
1991 « L’étain, de l’Elam à Mari », in L. de Meyer et H. Gasche (éd.), Mésopotamie et Elam : actes de la XXXVIe rencontre assyriologique internationale, MHEOP 1, Gand, p. 67 sqq.

Kaftan E.
1995 « Tin and Ancient Tin Mining in Turkey »,
Anatolica 21, p. 197 sqq.

Khalil L.
1984 « Metallurgical Analyses of some Weapons from Tell el‑Ajjul »,
Levant 16, p. 167 sqq.

Kupper J.‑R.
1950 Correspondance de Kibri-Dagan, gouverneur de Terqa, ARM III, Paris.

Levy T. et Shalev S.
1989 « Prehistoric Metalworking in the Southern Levant: Archaeometallurgical and Social Perspectives »,
World Archaeology 20, p. 352 sqq.

Limet H.
1976 Textes administratifs de l’époque des Sakkanakku, ARM XIX, Paris.
1985 « La technique du bronze dans les archives de Mari », in J.‑M. Durand et J.‑R. Kupper (éd.), Miscellanea Babylonica. Mélanges offerts à M. Birot, Paris, p. 201 sqq.
1986 Textes administratifs relatifs aux métaux, ARM XXV, Paris.

Margueron J.‑C.
1995 « Mari 1994 : rapport sur la 31e campagne », Orient-Express 1995/1, p. 4 sqq.

Montero J. L.
1998 « El intercambio de metales en la antigua Siria. Un modelo de relaciones diplomático-comerciales en el Proximo Oriente (s. XVIII a.C.) », in J. L. Cunchillos et al. (éd.), Actas del Congreso « El Mediterrâneo en la Antigüedad : Oriente et Occidente », Madrid (en CD-ROM).

Moorey P. R. S.
1994
Ancient Mesopotamian Materials and Industries. The Archaeological Evidence, Oxford.

Muhly J. D.
1993 « Metalle. B. Archäologisch »,
RIA 8/1-2, p. 119 sqq.

Müller-Karpe M.
1991 « Aspects of Early Metallurgy in Mesopotamia », in E. Pernicka et G. A. Warner (éd.),
Archaeometry’90, Bâle, p. 105 sqq.
1993 Metallgefasse im Iraq I (von den Anfangen bis zur Akkad-Zeit). PBF 11.14, Stuttgart.

Palmieri A. M. et al.
1993 « From Arslantepe Metalwork to Arsenical Copper Technology in Eastern Anatolia », in M. Frangipane et al. (éd.), Between the Rivers and Over the Mountains. Archaeologica Anatolica et Mesopotamia Alba Palmieri dedicata, Roma, p. 573 sqq.

Parrot A.
1956 Mission archéologique de Mari. Tome I. Le temple d’Ishtar, Paris.
1959 Mission archéologique de Mari. Tome II. Le Palais. Documents et monuments, Paris.

Reiter K.
1997
Die Metal le im Alten Orient, Münster.

Rothenberg B. (éd.)
1990
The Ancient Metallurgy of Copper. Archeology-experiment-theory. Researches in the Arahah 1959-1984, London.

Rouault O.
1977 Mukannisum. L’administration et l’économie palatiales à Mari, ARM XVII, Paris.

Schmitt-Strecker S. et al.
1992 « Chemische Zusammensetzung und Bleiisotopenverhältnisse der Metallfunde vom Hassek Höyük », in M. R. Behm-Blancke (éd.), Hassek Höyük, Naturwissenschaftliche Untersuchungen und lithische Industrie, Tübingen, p. 108 sqq.
1994 « Untersuchungen zur Metallurgie der Spaten Uruk - und Frühen Bronzezeit am oberen Euphrat. Résumé », in R. B. Wartke (éd.), Handwerk und Technologie im Alten Orient, Mayence, p. 97 sqq.

Tallon F.
1987 Métallurgie susienne I. De la fondation de Suse au XVIIe siècle avant J.‑C., 2 vol., Paris Tallon F. et al.
1989 « Un aspect de la métallurgie du cuivre à Suse : la petite statuaire du IIe millénaire avant J.‑C. », lranica Antiqua 24, p. 121 sqq.

Talon Ph.
1985 Textes administratifs des salles Y et Z du palais de Mari, ARM XXIV, Paris.

Yener K. A. et Vandiver P. B.
1993 « Tin Processing at Göltepe, an Early Bronze Age Site in Anatolia »,
AJA 97, p. 207 sqq.

Notes

1 Moorey 1994 ; Müller-Karpe 1991 et 1993 ; Muhly 1993 ; Helwing et Müller 1994.

2 Berthoud et al. 1981 et 1982 ; Tallon 1987 ; Tallon et al. 1989.

3 Schmitt-Strecker et al. 1992 et 1994 ; Palmieri et al. 1993 ; Yener et Vandiver 1993 ; Kaptan 1995 ; Earl et Özbal 1996.

4 Rothenberg 1990 ; Khalil 1984 ; Levy et Shalev 1989 ; Adams et Genz 1995.

5 Voir notamment ARM XXV.

6 ARM XXV, 483, 691, 718 et 719.

7 ARM XXI, 212 et 213 ; XXIV, 107 ; XXV, 20, 41,42, 112, 333, 692 et 693.

8 Joannès 1991, p. 67 ; Dossin 1970, p. 97 ; ARM XXIII, 555 et 556 ; XXV, p. 16.

9 ARM XXIII, 556 ; XXV, 14 et 16 ; Montero 1998.

10 Limet 1985, p. 203-204 ; Reiter, 1997, p. 151*-152*.

11 ARM I, 62 ; 111, 43 et 74 ; XIII, 6, 15 et 16 ; XIV, 48 ; XVIII. 34.

12 ARM XIX, 343-349, 363 et 365.

13 ARM XIX, 344 et 347 ; Jestin 1952, p. 188.

14 ARM XVIII, 5 et 10.

15 Beyer 1989.

16 Margueron 1995, p. 5.

17 Parrot 1956, pl. XXII-XXIV et LXIV ; 1959, pl. XXXIII.

18 Les premiers résultats ont été publiés par J. L. Montero, « Mari, centre international du commerce des métaux », monographie Eridu 1, Barcelone, 2001, p. 125-133 ; J. L. Montero, « Mari, capital del metal en el pais sirio-mesopotámico », Instituo Cervantes de Damasco 4 (2003), p. 50-62 ; J. L. Montero, « Los artesanos del metal en la cuidad-estado sirio-mesopotámica de Mari », Isumu (sous presse) ; J. L. Montero, « Los vestigios más antiguos de la actividad metalúrgica en la ciudad sirio-mesopotámica de Mari », Aula Orientalis 22 (sous presse) ; J. L. Montero avec J. Vidal, « El arte de la guerra en el periodo paleobabilónico. Propuesta para una tipología textual y arqueológica de las lanzas del ejército de Mari », Aula Orientalis 23 (sous presse). Récemment des chercheurs allemands ont publié des dessins et des analyses chimiques des objets en métal de Mari conservés au Louvre : cf. H. Hauptmann et E. Pernicka (éd.), Die Metallindustrie Mesopotamiens von den Anfangen bis zum 2. Jahrtausend v. Chr., Rahden, 2004.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search