Version classiqueVersion mobile

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Approches techniques et archéométriques

Les restes végétaux à Mari

Aline Emery-Barbier

Texte intégral

1L’étude paléobotanique entreprise à Mari a permis de donner des informations sur les importations de végétaux, en particulier de ligneux, à partir des zones montagneuses entourant la Mésopotamie. La référence aux textes traduits confirme leur présence et précise leur utilisation.

LES PRÉLÈVEMENTS ET LE TRAITEMENT DES SÉDIMENTS

2À la demande de Jean Margueron, directeur de la mission archéologique française, nous avons participé à la campagne de fouilles à Mari en 1991 et prélevé dans les différentes structures de chaque chantier des échantillons susceptibles de fournir des informations sur l'environnement, mais aussi des données ethnobotaniques relatives à l’occupation des sols et à l’influence de l’homme sur son milieu.

3De nombreux échantillons de sols, de fosses, de sépultures, le contenu de jarres, ainsi que des bitumes ont été prélevés et soumis au laboratoire à un traitement chimique adapté à leur nature afin d’en extraire les pollens.

4La plupart des échantillons étant constitués de sédiments minéraux, nous avons procédé à l’élimination des carbonates par l’acide chlorhydrique avant d’attaquer les silicates par l’acide fluorhydrique ; au cours de cette manipulation, il se forme des fluoro-silicates ensuite détruits avec l’acide chlorhydrique par chauffage au bain-marie. Les matières organiques présentes dans le sédiment ont été défloculées à chaud dans une solution d'hydroxyde de potassium afin qu’elles apparaissent sous la forme de particules fines.

5Le tri densimétrique a été effectué par la liqueur de Thoulet de densité 2. Les pollens ainsi concentrés ont été colorés par la fuschine et montés entre lame et lamelles dans de la gélatine glycérinée pour être observés au microscope.

6Les bitumes ont été dissous dans un mélange de xylène et de trichloréthylène et les résidus obtenus rincés plusieurs fois avant coloration et montage.

  • 1 UPR 7537, Institut de préhistoire orientale, Jalès.

7En suivant les travaux des archéologues, nous avons également tamisé les sédiments des structures en cours de fouilles dans l’espoir de recueillir des graines et des charbons de bois. Seuls quelques fragments ligneux carbonisés de taille suffisante ont pu être collectés, ils ont été déterminés par George Willcox1 que nous remercions.

LA CONSERVATION DES POLLENS

8La majorité des échantillons a montré une absence totale de pollens, d’autres en ont livré un nombre très faible et ne sont donc pas exploitables.

  • 2 Geyer 1985 ; Geyer et Monchambert 1987.

9À Mari, la remontée de la nappe phréatique à cause d’une aridité plus forte et/ou d'une culture plus intensive a entraîné une salinisation du tell2, celle-ci est responsable de la destruction des pollens. Ce phénomène se retrouve en Syrie et plus généralement au Proche-Orient, où le gypse a éliminé les pollens des niveaux les plus récents dans les longues séquences archéologiques.

10Notre étude se limitera donc à l’interprétation des résultats obtenus par l’analyse des sédiments prélevés dans la paroi nord du sarcophage III E 1 SO T-3 situé dans le chantier F. Ce dernier, long de 70 mètres, réunit le Grand Palais Royal et le quartier présargonique. Il comprend des maisons du IIIe millénaire, ainsi qu'un atelier de potier et des tombes de l’époque des Shakkanakku.

LE CLIMAT AU PROCHE-ORIENT À L’ÂGE DU BRONZE

11Les données nous sont fournies par les séquences palynologiques obtenues en milieu lacustre et par les analyses anthracologiques.

  • 3 Van Zeist et Bottema 1982.

12Les analyses des sédiments lacustres indiquent que les forêts ont eu une extension importante durant l’âge du bronze3, mais avec ces analyses apparaissent les problèmes des datations peu nombreuses et donc les difficultés de corrélations.

  • 4 Willcox 1992.

13La synthèse des résultats dus à l’anthracologie4 nous montre que les taxons arborescents tels le chêne, le pistachier, le genévrier et l’amandier sont présents à l’âge du bronze sur des contrées actuellement semi-désertiques et se trouvent associés pour les sites des bords de fleuves à des espèces de forêt-galerie. L’absence de données plus précises amène l’auteur à s’interroger sur la réelle avancée de la forêt par rapport aux éventuelles importations de bois, la fréquence des essences forestières étant parfois plus importante que celle des essences steppiques.

  • 5 Gremmen et Bottema 1991.

14Plus précisément, l’analyse palynologique de Bouara5, situé à la frontière syro-irakienne à environ 100 km au nord-est de Deir ez-Zor, nous renseigne sur les conditions climatiques de la Jezireh durant la période étudiée, puisque la base du diagramme est datée de 5730 ± 120 B.P. (GrN 13376). La végétation autour de ce lac salé de faible profondeur est d’abord une steppe à Chénopodiacées, puis à Artemisia herba-alba avec des Poacées ; quelques Tamaris bordent une source alimentant le lac.

15Les résultats de l’analyse montrent que le climat n’a pas changé depuis 6 000 ans : Chénopodiacées, Artemisia et Poacées constituent la flore herbacée. Le maximum de pollens d’arbres est de 15 %, ce sont surtout des pollens de pin auxquels s’ajoutent, selon les échantillons, quelques grains de pollen de chêne, cèdre, genévrier, noisetier, aulne, tamaris ou noyer… pour ne citer que les taxons déterminés à Mari. L’auteur justifie leur présence dans les sédiments du site par l’intervention probable des vents depuis le Liban, l’ouest de la Syrie, le sud de la Turquie ou le nord de l’Irak.

16À Mari, comme à Bouara, les conditions climatiques ne permettaient pas d’envisager le développement de taxons arborescents, les précipitations annuelles constituant le principal facteur limitant de la vie végétale.

  • 6 Thureau-dangin 1936.

17L’aridité du Moyen Euphrate est par ailleurs tout entière exprimée dans une inscription de Yahdun-Lim, roi de Mari, sur le clou de fondation du temple de Shamash où il est fait référence à l’installation d’une ville, probablement Tell Mohasan, sur « des terres brûlées » et en « un lieu de soif où jamais un roi quelconque n’avait bâti de ville »6.

LES RÉSULTATS

Résultats de l’analyse pollinique (en nombre de pollens déterminés)

Résultats de l’analyse pollinique (en nombre de pollens déterminés)

MARI 1991 – Chantier F – Paroi nord du sarcophage III E 1 SO T-3 (– 26 – 27 cm)

Alnus (Aulne)

2

Pinus (Pin)

6

Quercus (Chêne)

1

Céréales

2

Géraniacées

14

Graminées

12

Spores fougères

1

MARI 1991 – Chantier F – Paroi nord du sarcophage III E 1 SO T-3 (– 15 – 17 cm)

Résultats de l’analyse anthracologique (nombre de charbons déterminés)

Tamarix (Tamaris)

10

Salix/Populus (Saule/Peuplier)

9

Monocotylédones

2

Ziziphus/Paliurus

2

Légumineuses tp.

2

MARI 1991 – Chantier F – Paroi nord du sarcophage III E 1 SO T-3 (analyse Willcox)

INTERPRÉTATION : LES POLLENS ET LES BOIS, TÉMOINS DE LA CULTURE MATÉRIELLE À MARI

Les taxons indigènes

  • 7 Mouterde 1947, 1966.

18Le peuplier (Populus) et peut-être l'aulne (Alnus) – rare en Syrie actuellement7 – occupaient les rives de l’Euphrate et probablement aussi celles des canaux dérivés du fleuve ; avec le Tamaris ils constituaient la végétation locale.

  • 8 Willcox 1992.
  • 9 Lafont 1997.
  • 10 Kupper 1992.

19La présence de macro-restes de peuplier et de tamaris est attestée à Bouqras au Protonéolithique8 c’est ce qui nous permet d’avancer que ces taxons sont indigènes. Cependant ils étaient tous deux cultivés dans l’alvéole de Mari ainsi qu’en témoigne la tablette ARM XXII 3299 et ils sont cités parmi les bois qui y étaient utilisés10.

Ziziphus ou Paliurus

20Ziziphus est un arbre épineux d’une dizaine de mètres de hauteur qui donne de petits fruits comestibles : les jujubes ; à Mari, il aurait pu être cultivé pour ses fruits. Appartenant aussi à la famille des Rhamnacées, Paliurus pourrait appartenir à la végétation indigène des pays du Levant.

Le problème du pin

21Il est impossible de donner une signification particulière à la présence du pollen de pin. Sa morphologie en fait un excellent voilier et il peut provenir de très loin. L’étude de la pluie pollinique actuelle dans le nord-est de la Syrie révèle un important pourcentage de pollen de pin alors que les arbres (plantés) sont rares en zone semi-désertique.

  • 11 Joannes 1993.

22Le pollen de pin a pu également être introduit avec les « bois odorants » destinés à la fabrication des parfums et des huiles essentielles11.

Les taxons non indigènes

23Les pollens dont il va être question, hormis ceux de tilleul et de céréales, ont peut-être été apportés par le vent ; leur présence simultanée dans un même échantillon – et non leur dispersion au sein de sédiments différents comme à Bouara – nous incite à penser que leur présence a une origine anthropique.

Les végétaux dont la culture est attestée à Mari

Les céréales

  • 12 Bastin 1964.

24L’échantillon analysé à Mari contenait 14 % de pollen de Poacées de type Cerealia. Ce sédiment se trouvait donc très près de l’aire où étaient stockées ou utilisées les céréales. Il ne peut s’agir de la dispersion naturelle du pollen car les céréales sont autogames, leur pollen ne vole pas et en bordure des champs cultivés son taux maximal est de 3 ou 4 %12.

  • 13 Margueron 1988.
  • 14 Kupper 1988.

25L’irrigation étant essentielle aux sols asséchés de Mari, les céréales étaient cultivées sur les terrasses holocènes et pléiostocènes13 grâce à l’eau de l’Euphrate distribuée par « des canaux dérivés du fleuve par gravité à partir d’une prise en amont »14.

Le grenadier : Punica granatum

  • 15 Lafont 1997.
  • 16 Postgate 1987.

26Il était acclimaté et cultivé dans les vergers mariotes15, peut-être pour ses fruits, les grenades, des baies spéciales à écorce coriace et rouge brunâtre appelées par les Romains les « pommes carthaginoises ». Mais en Assyrie il est davantage mentionné pour son usage dans le tannage du cuir – l’écorce du grenadier fournissait le tanin nécessaire à son apprêt – que pour ses fruits, trop communs pour les dieux et les princes16 !

Le cèdre

  • 17 Joannès 1993.

27À Mari, l’huile parfumée est un produit de luxe réservé aux puissants ou en usage dans les cérémonies religieuses. Elle était préparée en faisant macérer des « bois odorants » : cyprès, genévrier, myrte et cèdre, dans de l’huile de sésame, d’olive ou encore de l’huile dite de « kanakurtum »17.

28Les matières premières nécessaires à la création des parfums étaient acheminées depuis les montagnes et collines qui encadrent la Syrie semi-désertique ; le cèdre en particulier se développe dans l'Amanus, la montagne des Alaouites et le Liban actuels, mais aussi dans la forêt du Taurus ainsi que dans d’autres montagnes de Turquie.

Chêne, noyer, noisetier, tilleul et fougères…

  • 18 Van de Mieroop 1992.

29Les plus vieux textes babyloniens18 font état de l’utilisation de certains bois dont ceux de peuplier, genévrier, cèdre, grenadier, tamaris, myrte… et de chêne.

  • 19 Postgate 1987.

30Le noyer (Jugions sp) et le noisetier (Corylus sp) ne sont pas clairement attestés en Mésopotamie : le premier pourrait apparaître parmi les végétaux plantés par Assurnasirpal et le témoignage archéologique du second à Nimrud est tardif (VIIe siècle av. J.‑C.)19.

31À Mari, on peut supposer que ces végétaux avaient un rôle dans l’économie et étaient importés pour l’architecture ou l’alimentation ; mais aussi plus simplement que seuls leurs pollens sont parvenus sur le site en même temps que les bois dont l’utilisation est certaine.

32La même hypothèse peut être émise à propos des pollens de tilleul (entomogame) et des spores de fougères.

33La présence du noisetier nous permet alors d’envisager des échanges avec les régions situées sur les bords de la mer Noire ou de la mer Caspienne en faisant référence à sa répartition actuelle.

Cannabis/Humulus tp

  • 20 Van Zeist 1985.
  • 21 Charles 1985.

34La double terminologie sous laquelle trois pollens semblables apparaissent rend compte de la difficulté de leur détermination. Toutefois ni Cannabis ni Humulus ne sont indigènes dans cette partie du monde. La présence du Cannabis y a été envisagée à la fois par W. Van Zeist20 et M. P. Charles21 en tant que plante susceptible de fournir de l’huile.

35Pour M. P. Charles, Cannabis sativa aurait pu trouver en Mésopotamie un climat favorable à la production d'huile par les graines, en particulier des printemps chauds et des étés chauds et secs, et aurait pu être introduit en Mésopotamie relativement tôt.

  • 22 Li 1975.
  • 23 Leca 1971.
  • 24 Leroi-Gourhan 1985.
  • 25 Emery-Barbier 1990.

36Des recherches archéologiques effectuées dans le nord-est de l’Asie ont montré que le chanvre était cultivé pour ses fibres, au Néolithique, il y a à peu près 6 000 ans22. En Égypte, les textes médicaux des périodes dynastiques mentionnent l’utilisation du Cannabis23 dont le pollen a été identifié dans la momie de Ramsès II24 et antérieurement dans le site prédynastique de Nagada25.

  • 26 Bottéro 1999.

37Le Cannabis était donc connu et diversement utilisé en différents points du monde au sein de cultures antérieures à la culture mariote ou contemporaines de celle-ci. On peut alors envisager que les pollens de Mari appartiennent à ce taxon ; par ailleurs, l’usage du houblon (Humulus) ne semble pas mentionné dans les textes et il n’entrait pas dans le procédé de fabrication de la bière, consommée à Mari26.

  • 27 Van Zeist et al. 1975.

38Des études palynologiques indiquent la présence du type Cannabis/Humulus en Turquie27 à Hoyan Gölü avant 2470 ± 50 B.P. (mais non précisément daté) et à Söğüt Gölü. À Söğüt Gölü, le pollen identifié vers 9180 ± 95 B.P. se retrouve constamment dans la seconde moitié du premier millénaire, en même temps que s’accroît le taux de pollens de céréales dont l’auteur atteste la culture (niveaux 6a et 6b du diagramme, la base de 6a étant datée de 2885 ± 35 B.P.). La culture du Cannabis autour de la mer Noire est attestée par Hérodote à la même période.

CONCLUSION

39L’analyse pollinique réalisée à Mari est en grande partie confirmée par les textes.

40Les pollens fossilisés à Mari dans le quartier d’habitation du chantier F ont permis de mettre l’accent sur l’importance des éléments végétaux dans la prestigieuse culture mariote. Ceux-ci sont intervenus dans la construction de la ville, dans le chauffage indispensable aux différentes formes d’artisanat, dans l’alimentation mais aussi le raffinement des parfums et le luxe des présents, le sacré et la médecine.

41Sans doute doit-on envisager aussi l’impact de l’homme sur son milieu se procurant dans les écosystèmes favorables tout ce qui était nécessaire à une installation dans les contrées arides. En l’absence de gestion, il est très probable que les forêts, au moment de leur plus grande extension, ont dû payer un tribut important à l’avènement des civilisations.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Bastin B.
1964 « Recherches sur les relations entre la végétation actuelle et le spectre pollinique récent dans la forêt de Soignes (Belgique) », Agricultura VII. 2° ser., no 2. p. 341‑373.

Bottéro J.
1957 Textes économiques et administratifs, Archives Royales de Mari VII, Imprimerie Nationale, Paris.
1999 « La plus vieille histoire du vin », L’Histoire no 228, p. 66‑72.

Charles M. P.
1985 « An Introduction to the Legumes and Oil Plants of Mesopotamia », Bulletin on Sumerian Agriculture II, p. 39‑61.

Emery-Barbier A.
1990 « L’homme et l’environnement en Égypte durant la période prédynastique », in S. Bottema, G. Entjes-Nieborg et W. Van Zeist (éd.), Man's Role in the Shaping of the Eastern Mediterranean Landscape, 326A.A. Balkema/Rotterdam/Brookfield, p. 319‑326.

Geyer B.
1985 « Géomorphologie et occupation du sol de la moyenne vallée de l’Euphrate dans la région de Mari », MARI 4, p. 27‑39.

Geyer B. et Monchambert J.‑Y.
1987 « Prospection de la moyenne vallée de l’Euphrate : Rapport préliminaire : 1982‑1985 », MARI 5, p. 293‑344.

Gremmen W. H. E. et Bottema S.
1991 « Palynological Investigations in the Syrian Gazira », in H. Kühne (éd.), Die rezente Umwelt von Tall Seh Hamad und Daten zur Umweltrekonstruktion der Assyrischen Stadt Dur-Katlimmu, Dietrich Reimer Verlag, Berlin, p. 105‑117, fig. 61‑66, tabl. 14‑17.

Joannès F.
1993 « La culture matérielle à Mari. 5, Les parfums », MARI 7, p. 251‑270.

Kupper J.‑R.
1988 « L’irrigation à Mari », Bulletin on Sumerian Agriculture IV, p. 93‑104.
1992 « Le bois à Mari », Bulletin on Sumerian Agriculture VI, p. 163‑170.

Lafont B.
1997 « Techniques arboricoles à l’époque amorrite. Transport et acclimatation des figuiers à Mari (texte no 129) », Florilegium marianum III, SEPOA, Paris, p. 263‑269.

Leca A. P.
1971 La médecine égyptienne aux temps des pharaons, Da Costa, Paris.

Leroi-Gourhan Arlette
1985 « Les pollens et l’embaumement », in La momie de Ramsès II, ERC, Paris, p. 162‑165.

Li H. L.
1975
The Origin and Use of Cannabis in Eastern Asia: Their Linguistic and Cultural Implications, Rubin, Paris.

Margueron J.‑Cl.
1988 « Espace agricole et aménagement régional à Mari au début du IIIe millénaire », Bulletin on Sumerian Agriculture IV, p. 49‑60.
1992 « Le bois dans l’architecture : premier essai pour une estimation des besoins dans le bassin mésopotamien », Bulletin on Sumerian Agriculture VI, p. 79‑96.

Mouterde P.
1947 La végétation arborescente des pays du Levant, publications de l’École française d’ingénieurs de Beyrouth.
1966 Nouvelle flore du Liban et de la Syrie, Éditions de l’Imprimerie catholique, Beyrouth.

Postgate J. N.
1987 « Notes on Fruit in the Cuneiform Sources »,
Bulletin on Sumerian Agriculture III, p. 115‑144.

Thureau-Dangin F.
1936 « Iahdunlim, roi de Hana », RA 33, p. 49‑54.

Van de Mieroop M.
1992 « Wood in the Old Babylonian Texts from Southern Babylonia »,
Bulletin on Sumerian Agriculture VI, p. 155‑161.

Van Zeist W.
1985 « Pulses and Oil Crop Plants »,
Bulletin on Sumerian Agriculture II, p. 33‑38.

Van Zeist W. et Bottema S.
1982 « Vegetational History of the Eastern Mediterranean and the Near East during the last 20,000 Years », in J. L. Bintliff et W. Van Zeist (éd.),
Paleoclimates, Palaeoenvironments and Human Communities in the Eastern Mediterranean Region in Later Prehistory, BAR International Series 133, p. 277‑321.
1983
Late Quaternary Vegetation of the Near East. Beihefte Zum Tübinger Atlas Des Vorderen Orients, no 18, Dr Ludwig Reichert Verlag, Wiesbaden.

Van Zeist W., Woldring H. et Stapert D.
1975 « Late Quaternary Vegetation and Climate of Southern Turkey »,
Palaeohistoria XVII.

Willcox G.
1992 « Bilan des données anthracologiques du Proche-Orient », Bulletin de la société botanique de France, 139, p. 539‑551.

Zohary M.
1973
Geobotanical Foundations of the Middle East, 2 vol., Stuttgart-Amsterdam.

Notes

1 UPR 7537, Institut de préhistoire orientale, Jalès.

2 Geyer 1985 ; Geyer et Monchambert 1987.

3 Van Zeist et Bottema 1982.

4 Willcox 1992.

5 Gremmen et Bottema 1991.

6 Thureau-dangin 1936.

7 Mouterde 1947, 1966.

8 Willcox 1992.

9 Lafont 1997.

10 Kupper 1992.

11 Joannes 1993.

12 Bastin 1964.

13 Margueron 1988.

14 Kupper 1988.

15 Lafont 1997.

16 Postgate 1987.

17 Joannès 1993.

18 Van de Mieroop 1992.

19 Postgate 1987.

20 Van Zeist 1985.

21 Charles 1985.

22 Li 1975.

23 Leca 1971.

24 Leroi-Gourhan 1985.

25 Emery-Barbier 1990.

26 Bottéro 1999.

27 Van Zeist et al. 1975.

Table des illustrations

Titre Résultats de l’analyse pollinique (en nombre de pollens déterminés)
Légende MARI 1991 – Chantier F – Paroi nord du sarcophage III E 1 SO T-3 (– 26 – 27 cm)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

Auteur

Laboratoire d’ethnologie préhistorique, UMR 7041 ArScAn, Nanterre (aline.emery-barbier@mae.u-paris10.fr)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search