Version classiqueVersion mobile

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Table ronde : travaux récents sur et autour de Mari

En guise d’introduction...

Jean-Claude Margueron

Texte intégral

1Depuis la reprise des fouilles en 1979, avaient été progressivement engagés divers travaux destinés à la publication approfondie de certaines catégories de matériel, soit par des membres de la Mission œuvrant sur le terrain, soit par des personnes extérieures chargées de tâches bien définies. Il a semblé que les temps étaient venus de faire de façon collective le point sur ces travaux. Il s’agissait moins d’évaluer leur état d’avancement que de poser, dans le cadre d’une politique scientifique de la Mission, les problèmes qui se présentaient, parfois en ordre dispersé, et qu'il convenait de bien cerner.

  • 1 N’ont pas pu participer Bernard Geyer, Pascal Butterlin et Jacques Connan.

2La quasi-totalité de l’équipe1 s’est retrouvée à Strasbourg les 20 et 21 juin 1997. Au cours de la réunion, des exposés ont été présentés par les participants sur l’état des recherches engagées ; des discussions ont souvent suivi, qui ont permis d’approfondir les questions touchant à la spécificité de Mari dans l’ensemble du Proche-Orient. Ce sont certains de ces exposés qui sont rassemblés ici.

  • 2 Marylou Jean-Marie, Tombes et nécropoles de Mari, BAH CLIII, IFAPO, Beyrouth, 1999.
  • 3 Elle n’est malheureusement pas encore diffusée.

3Mais on a renoncé à les publier tous, parfois pour éviter une double publication : par exemple celui de Marylou Jean-Marie sur les tombes, parce que l’ensemble de son ouvrage était sous presse et qu'il est à l'heure actuelle paru2, ou comme celui de Mahmoud Bendakir sur les travaux de restauration parce qu'il a soutenu sa thèse peu après et qu’une étude sur les principes de restauration du CRATerre expérimentés à Mari a très rapidement vu le jour3. D’autres parce que l’avancement rapide des recherches immédiatement après la rencontre a rendu obsolètes les textes alors présentés et qu’il n’a pas paru intéressant d’en proposer une nouvelle mouture qui n’aurait que de très lointains rapports avec celle donnée à la table ronde : c’est le cas de l’exposé de Béatrice Muller sur les peintures de Mari et le mien sur l’architecture et l'urbanisme. Toutefois, certains auteurs ont souhaité actualiser leur texte, c’est pourquoi certains des articles représentent un état beaucoup plus avancé de la réflexion et de la documentation que ce qui avait été donné à Strasbourg. Chaque situation étant un cas d’espèce, il ne m’a pas paru déraisonnable d’adopter deux attitude différentes.

4Les articles retenus ont été regroupés sous quatre chapeaux. Le déséquilibre que l’on peut constater dans la partie consacrée à l’approche archéologique vient en grande partie de l’abandon (dont les raisons viennent d’être données) des exposés sur les tombes, sur l’architecture et sur l'urbanisme. C’est donc la céramique du BA IV a (N. Pons) qui constitue à elle seule cette rubrique.

5En revanche, les approches techniques et archéométriques constituent une section importante avec les résultats des recherches conduites pendant une quinzaine d’années sur le bitume (J. Connan et O. Deschesne), avec les conclusions malheureusement assez décevantes sur les restes végétaux à Mari (A. Emery-Barbier), avec les recherches et le programme envisagé sur la métallurgie (J. L. Montero Fenollos) et enfin avec l’analyse des ors dont Mari n’a pas été avare (G. Nicolini).

6Si les études iconographiques ont perdu leur volet sur la peinture, en revanche la glyptique du IIIe millénaire offre le dernier état de la question avec les toutes dernières informations (D. Beyer), la statuaire fait l’objet d’une mise au point bienvenue (A. Spycket) et les principales directions de recherche sur les terres cuites sont définies (I. Weygand).

7Enfin les études régionales sont représentées par les attestations de « Mari après Mari » dans la vallée au BR et à l’âge du Fer (M. G. Masetti-Rouault).

  • 4 Des difficultés de toute sorte se sont mises en travers de la publication des travaux archéologiqu (...)

8Je dois dire pour terminer que, en dépit du temps indécent4 mis à publier cette table ronde, cette expérience a été pour l'ensemble de l’équipe très enrichissante, car elle a donné à chacun de ses membres l’occasion d’une confrontation collective et pour son directeur, non seulement un état des questions par rapport au programme qui avait été présenté à la commission des Recherches archéologiques à l’Étranger en 1978, mais aussi une base de réflexion sur le développement futur du programme scientifique.

Notes

1 N’ont pas pu participer Bernard Geyer, Pascal Butterlin et Jacques Connan.

2 Marylou Jean-Marie, Tombes et nécropoles de Mari, BAH CLIII, IFAPO, Beyrouth, 1999.

3 Elle n’est malheureusement pas encore diffusée.

4 Des difficultés de toute sorte se sont mises en travers de la publication des travaux archéologiques et c’est sur des bases nouvelles qu’une solution a pu être trouvée.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search