Version classiqueVersion mobile

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Études : Mari

Une glacière du royaume de Mari

Jean-Claude Margueron

Texte intégral

INTRODUCTION

1Certains textes découverts dans le palais de Mari par André Parrot usaient d’un terme akkadien longtemps resté de signification obscure : shurîpum. Quand W. von Soden mit en évidence qu’il s’agissait de la glace, tout un pan d’activités dépendant du palais fut progressivement mis en lumière.

  • 1 F. Joannès, « L’eau et la glace », p. 137-150, in Florilegium marianum II, Recueil d'études à la mé (...)

2C’est ainsi que nous apprenons comment, à côté de la glace rapportée des montagnes, était ramassée celle provenant d’averses de grêle, comment elle était conservée, voire reconstituée, comment elle était transportée, où elle était entreposée, comment elle était consommée et par qui1.

3Une tablette est particulièrement intéressante par les indications qu’elle donne sur la glacière qui assurait la conservation de la glace : elle ouvre ainsi des horizons sur des aspects techniques.

4Puisqu’il s’agit d’une lettre adressée à Zimri-Lim par Yaqqim-Addu, gouverneur de Saggarâtum, la glacière dont il est question se trouvait, selon toute vraisemblance, dans cette capitale d’un district du royaume de Mari situé sur le cours inférieur du Khabour.

  • 2 N. Ziegler, « Deux esclaves en fuite à Mari », p. 11-21 in Florilegium marianum II, Recueil d’étude (...)

5On ne peut donc guère caresser l’espoir de retrouver dans les fouilles de Mari la glacière correspondant à celle évoquée dans ce texte, mais rien n’interdit de supposer que celle de Mari mentionnée dans un autre texte2 ait été conçue selon les mêmes principes.

LE TEXTE

  • 3 M. Birot, Lettres de Yaqqim‑Addu, gouverneur de Sagarâtum, ARM XIV, Paris, P. Geuthner, 1974, lettr (...)
  • 4 P. Charlier, « Les glacières à Mari », p. 1-10, Akkadica 54, sept.-oct. 1987, texte étudié ici p. 4 (...)
  • 5 Cf. n. 1 ; en particulier p. 145.
  • 6 J.-M. Durand, Documents épistolaires du palais de Mari, t. 1, Les éditions du Cerf, Paris, 1997, so (...)
  • 7 Sinon par le seul renvoi à XIV‑25 immédiatement après le no d’ordre de la nouvelle publication et p (...)

6Tout d’abord déchiffrée par Georges Dossin, cette tablette, avec son accord, a été publiée par Maurice Birot en 19743. Elle a fait partie ensuite d’un lot de textes, dont la glace était le dénominateur commun, réunis par P. Charlier4 : la traduction qu’il a donnée du document qui fait l’objet de la présente analyse ne diffère pas suffisamment de celle de Maurice Birot pour qu’on en fasse état maintenant ; dans l’étude de F. Joannès sur l’eau et la glace5, ce document n’est pas réellement réanalysé. Il a été en revanche repris par J.‑M. Durand dans LAPO 166 avec une traduction nouvelle (sans que soit explicitement mentionnée celle du premier traducteur7).

7Comme l’objet de cet article est de chercher à définir la nature et l’organisation de la glacière mentionnée dans cette tablette, parce que c’est le texte le plus riche sur cette question, je donne ici en regard, et pratiquement ligne à ligne, les deux traductions, celle de Maurice Birot à gauche, celle de J.‑M. Durand à droite ; j’ai en outre marqué en caractères gras les éléments qui, différant notablement d’une traduction à l’autre, sont susceptibles d’entraîner des interprétations très éloignées. C’est, bien entendu, plus particulièrement sur ces points que porteront les thèmes de la réflexion qui va suivre, mais d’autres questions seront aussi abordées.

  • 8 Abrégé ci-dessous MB.
  • 9 Abrégé ci-dessous JMD.

Trad. M. BIROT8

Trad. J.‑M. DURAND9

A mon seigneur dis ceci

Dis à mon Seigneur

ainsi (parle) Yaqqim-Addu

ainsi (parle) Yaqqim-Addu

ton serviteur.

ton serviteur.

A(fi)n de const[ruir]e la [gla]cière

Rapport à la construction de la glacière…

(Lacune)

Rev. …

...les hommes…

...les gens de…

je ferais construire la glacière

afin que je fasse faire la glacière.

Or, mon seigneur m’a écrit en ces termes

Or mon Seigneur m’a envoyé la lettre suivante :

« Que l’on donne 2 cannes et 2 coudées

« Il faut que l’on donne à la partie intérieurea)

à la profondeur du bâtiment ». (Comme)

du bâtiment 2 cannes 2 coudées. »

mon seigneur (le) sait, le mur de la

Mon Seigneur le sait bien : la paroib) du

cella

vestibulec)

est complètement assemblé de bas

depuis le bas vers le haut a été

en haut

complètement ôtée.

Si l’on donne 2 cannes et 2 coudées

Si l’intérieur de la bâtisse fait 2 cannes 2

à la profondeur du bâtiment,

coudées

où prendrons-nous les poutres ?

où prendrons-nous les poutres ?

(Comme) la longueur du bâtiment a été

Car 4 cannes pour le côté cela fait tropd) !

portée à 4 cannes, il faut donner seulement

Il faut que la partie intérieure du bâtiment ne

2 cannes à la profondeur du bâtiment en

fasse que 2 cannes,

proportion de sa longueur. En outre,

fonction de sa longueur.

les gens de mon district, ainsi que les gens

Il faut donc que les gens de mon district aillent

du district de Mari sont a[llés]dans la forêt :

avec ceux du district de Mari à la forêt

[tout le bois](?) qu’ils prendront…

et que les poutres qu’ils prendront…

je ferai pas[ser] (?)...

il leur fasse franchir…

il n’y [en a plus]…

il n’y a pas de…

…….

QUELQUES REMARQUES SUR CE TEXTE ET LES TRADUCTIONS

8La difficulté que nous allons rencontrer vient de ce que nous sommes tributaires d’une interprétation et non d’une traduction au sens littéral du terme. Il n’y a pas lieu de s’en étonner puisque cette situation est inhérente à l’assyriologie pour des raisons bien connues que je ne veux pas développer ici. Mais, comme je ne suis pas capable d’entrer moi-même dans le jeu du passage de la langue mariote au français, mon approche sera dominée par la logique et la technologie.

9– Il faut définir d’abord la nature de ce texte :

10Ce n’est pas le descriptif d’un travail donné, mais une objection argumentée à une instruction émanant du roi, instruction que le gouverneur estime ne pas pouvoir exécuter. Cela implique :

  • que le terme de shurîpum [= glacière] évoqué aussitôt après la formule d’envoi, est parfaitement compréhensible par le récipiendaire et qu’il n’est nul besoin de préciser les modalités de construction ou d’organisation de cette glacière : tout cela est du ressort de l’implicite ; un corollaire possible de cette constatation voudrait que toutes les glacières aient été construites de la même façon ;

  • que le contenu de l’argumentation se fait nécessairement par rapport à une situation existante qui n’est pas forcément rappelée, parce qu’elle est considérée comme connue du destinataire.

11En conséquence il paraît très peu raisonnable de penser qu’il puisse s’agir d’une glacière à construire, mais plutôt d’une glacière à réaménager, comme le montrent les objections soulevées par Yaqqim-Addu à la demande du roi (v. ci-dessous à propos de la longueur 4 cannes).

  • 10 Rappelons que la canne est formée de 6 coudées dont la valeur au cours de l’histoire de la Mésopota (...)

12– La traduction Birot met manifestement l’accent sur la profondeur du bâtiment, ce que renforce la mention d’un assemblage de bas en haut ; mais ce qui introduit une grande incertitude, c’est l’emploi soudain de la notion de longueur quand il est dit que la longueur du bâtiment a été portée à 4 cannes10, car on ne voit pas très bien alors le rapport entre la profondeur et la longueur. Cependant la note expliquant la traduction du mot libbum (p. 223) met en évidence que l’auteur envisage cette « profondeur » en horizontalité puisqu’il passe du sens littéral « intérieur » compris comme « largeur » à celui de « profondeur » en l’opposant au terme shiddum (1. 7 s.) avec le sens de « longueur » pour « désigner apparemment le petit côté du bâtiment ». Selon cette note, il faudrait abandonner la notion de profondeur verticale au profit de celle de profondeur horizontale.

13La traduction de « cella » pour papâhum posait un problème à peu près incompréhensible lors de la parution d’ARM XIV, mais il a maintenant trouvé sa solution (v. ci-dessous).

14On ne comprend pas très bien dans l’ensemble du texte tel qu’il est proposé avec sa notion de « profondeur horizontale » (v. ci-dessus) la signification du « mur… complètement assemblé de bas en haut » ; toutefois si – et contrairement à ce qu’il semble d’après la note – la profondeur est considérée de façon verticale, alors cette traduction peut devenir compréhensible.

15– Dans la traduction Durand apparaît la notion de partie intérieure du bâtiment et l’emploi de l’intérieur de la bâtisse rend compte de la même réalité mais de façon plus vague ; il s’agit du même mot libbum déjà commenté par M. Birot et défini par JMD en note a) comme « une pièce intérieure », sans doute close, sans rapport avec la notion de « largeur » et de « profondeur » proposée par le premier traducteur.

16Cette traduction conduit à se demander pourquoi le même terme introduit une fois une notion implicite de globalité (l’intérieur de la bâtisse) et deux autres fois une indication de partition (partie intérieure du bâtiment) ; à tout prendre, s’il s’agit selon la note a) d’une pièce intérieure, pourquoi ne pas lui donner ce nom ?

17La traduction « vestibule » pour papâhum, à la suite des recherches faites sur le palais de Mari, permet de comprendre que ce texte met en évidence l’existence de deux espaces dont le premier peut être considéré comme servant à rejoindre l’autre.

18« La paroi du vestibule depuis le bas vers le haut a été complètement ôtée » : pahârum traduit par Birot par « assemblé » est rendu ici par « complètement ôté », JMD pensant [voir en note d)] qu’il s’agit d’un verbe nouveau. Je ne suis pas compétent pour accepter ou refuser une telle affirmation, mais le procédé qui consiste à créer un nouveau mot en raison d’une difficulté de traduction selon une hypothèse non prouvée et qui mène à des conclusions considérées comme certaines, me paraît une méthode scientifiquement suspecte.

19De plus cette traduction entraîne de réelles difficultés sémantiques : car si on a ôté la paroi du vestibule, il ne s’agit plus d’un vestibule puisque désormais son espace est rattaché à celui de « la partie intérieure » : il n’y a plus qu’un seul espace au lieu de deux et la notion de vestibule n’a plus de raison d’être.

  • 11 V. Excursus « Sur la valeur de la canne à Mari » p. 102-103 de B. Lafont « Une nuit dramatique à Ma (...)

20Dans son commentaire, JMD (p. 292) envisage de prendre 1,20 m comme valeur de la canne comme l’a proposé B. Lafont11. Si on accepte cette vue, la différence de capacité de la pièce intérieure demandée par le roi serait de 40 cm : l’affaire serait alors réduite à bien peu de chose ! Il est totalement déraisonnable de ramener la glacière à une construction de 4,80 m comprenant à la fois le vestibule et la pièce intérieure : une dimension de 2,40 m pour celle-ci ne permettait certainement pas de garder de la glace très longtemps ! Il n’est guère besoin d’épiloguer longtemps sur cette position qui part d’une méconnaissance totale de la question de la conservation d’un milieu froid et des possibilités de l’architecture, l’étude du palais de Mari permettant de récuser sans peine l’idée de JMD selon laquelle les gens de Mari pouvaient à la rigueur acquérir des poutres de 4,40 m mais « difficilement des poutres de 4,80 m » ; ce n’est pas sur cette base que l’on pourra avoir « une idée des possibilités techniques de l’époque ».

UNE RESTITUTION EN FONCTION DE CES TRADUCTIONS

21Les différentes personnes qui se sont penchées sur ce texte ne semblent pas avoir tenté de restituer par le dessin le bâtiment que suggère leur traduction : c’est évidemment une lacune regrettable, car en matière d’architecture le dessin est souvent plus clair qu’une longue description conduite avec des mots imprécis issus d’hypothèses…

22C’est le commentaire fourni par JMD qui conduit à la restitution que je propose ici (fig. 1) pour mettre en évidence ce qu’implique sa traduction. Il est bien clair qu’il ne s’agit en aucun cas de ma proposition, ni d’une solution alternative, mais simplement de ce qu’implique la proposition des assyriologues.

23La traduction proposée étant rien moins que claire, son auteur l’assoit sur une longue note [note d) p. 291‑292] où il établit une hypothèse de départ et en tire les conséquences qui vont donner ses traits à la glacière. Or cette hypothèse est curieusement liée au sens – « être supprimé » – qu’il donne au nouveau verbe qu’il croit reconnaître dans p/bahârum (v. ci-dessus).

24Selon JMD, dans son état premier la construction comprenait un vestibule papâhum et une pièce intérieure libbum, séparés par un mur ; cet ensemble a été transformé par la suppression du mur de séparation afin d’« agrandir le bâtiment ». Le roi demande alors « que l’on porte la profondeur de la pièce intérieure à 2 cannes et 2 coudées. Il faudrait dès lors trouver pour faire la toiture des poutres d’une seule tenue équivalentes à la somme des largeurs des deux pièces. » Partant alors de la valeur 4 cannes (12 m) donnée par le texte pour « le côté » (mais le côté de quoi ? quel côté ?) qu’il considère comme étant la largeur cumulée des deux pièces, l’auteur déduit la largeur du papâhum à 1 canne et 4 coudées (5 m) après que la pièce intérieure eut été portée à 2 cannes et 2 coudées (7 m) selon le vœu du roi. Ce qui revient à estimer que le bâtiment avait dans une direction une longueur de 12 m.

25Ce raisonnement repose de façon implicite sur une similitude morphologique entre le papâhum de cette glacière et celui du palais, similitude que rien ne prouve : il faut rappeler qu’il n’y a pas de relation dominante entre la forme et la fonction de l’espace architectural.

26Cela dit, en admettant l’interprétation générale donnée par JMD, on connaît l’une des deux dimensions de la pièce intérieure avant sa transformation, à savoir 2 cannes ; la question qui se pose est alors de savoir sur quoi vont être prises les 2 coudées supplémentaires demandées par le roi pour cette pièce : peut-être sur l’ancien vestibule, mais il n’y a plus de vestibule depuis la démolition du mur ! Il n’y a plus qu’une pièce qui est le produit du cumul du papâhum et de la pièce intérieure. En partant, comme JMD, de la valeur de 4 cannes pour le total cumulé des deux pièces, on peut penser que le roi désire que la pièce intérieure soit portée de 6 m à 7 m et le vestibule de 6 m à 5 m. Mais cela implique la construction d’une nouvelle paroi entre les deux pièces (ce qui n’est nullement mentionné) et dans ce cas la valeur 4 cannes (12 m) comme portée n’a plus aucun sens puisqu’il existe un nouveau support intermédiaire qui finalement n’aurait été déplacé que d’1 m.

27Si l’agrandissement de la pièce intérieure ne se fait pas aux dépens du papâhum, il ne peut se faire apparemment que par incorporation d’un espace externe ; on se trouve alors en pleine absurdité parce qu’il faudrait abattre au moins un mur pour le déplacer d’1 m : or, rien de tout cela n’apparaît dans le texte.

Fig. 1 – Organisation de la glacière selon les interprétations habituelles

Fig. 1 – Organisation de la glacière selon les interprétations habituelles

Dessin N. Bresch

28En fait Yaqqim-Addu se contente de conseiller au roi de laisser la pièce intérieure dans ses dimensions primitives, prise de position qui implique que la paroi intérieure n’a pas été ôtée comme le veut JMD et que le système n’a pas bougé.

29En tout état de cause, la thèse de la disparition de la paroi intérieure est totalement absurde et relève de la pure invention. À noter ensuite que l’on voit mal comment on pourrait « agrandir le bâtiment » en ôtant un mur de séparation intérieur : ce faisant on agrandit un espace intérieur aux dépens d’un autre (qui disparaît dans le cas présent), mais le bâtiment ne bouge pas et n’est en rien agrandi. A-t-on pensé aussi qu’en supprimant la paroi intérieure, qui aurait dû servir à asseoir la couverture, on ouvrait la couverture et que la pièce se trouvait à l’air libre et donc que tout était à reconstruire ?

30Dans ces conditions, dans les pages qui vont suivre nous ne tiendrons plus compte de cette traduction, qui n’a manifestement aucun sens dans le contexte présent, et nous en reviendrons à l’interprétation de MB « le mur… est complètement assemblé de bas en haut ».

31La restitution que l’on peut proposer graphiquement (fig. 1) repose donc sur les bases avancées par JMD (à l’exception de celle concernant la longueur de la canne, qui est irrecevable) et l’on verra sans doute plus aisément que c’est une solution inacceptable. Le principe de la reconstruction s’appuie simplement sur la portée des pièces, papâhum et libbum, en admettant que les dimensions indiquées sont celles des portées, puisque le problème des dimensions des pièces est toujours dominé par la longueur des poutres disponibles. On aurait donc dans la situation initiale deux salles consécutives, chacune de 2 cannes de portée (6 m).

RÉFLEXIONS SUR LA NATURE ET LE FONCTIONNEMENT D’UNE GLACIÈRE

32Il faut repartir de la demande du roi et se demander quel intérêt il avait à vouloir accroître la capacité de la salle intérieure. Comme on l’a vu, selon une optique architecturale classique, cela impliquerait la reconstruction au moins partielle du bâtiment (mur – au moins un – et couverture), car comment augmenter une longueur d’1 m sans abattre et reconstruire ? Or, il n’est nullement question de ce problème, mais, et c’est le seul point réellement évoqué, d’une difficulté à réaliser cet accroissement en raison d’une caractéristique liée aux poutres. Autant dire qu’il fallait reconstruire une glacière.

33Ainsi, s’il n’est question ni de construction réelle, ni de reconstruction, si la seule objection présentée concerne une longueur de poutre, ne faut-il pas envisager que le bâtiment dont il est question soit d’un modèle inaccoutumé et non la simple copie d’une construction courante ?

34À ce point de la réflexion, il faut s’interroger sur les caractéristiques que doit présenter une construction destinée à garder de la glace le plus longtemps possible dans un milieu à fort ensoleillement, responsable de chaleurs intenses que la faible altitude (175 m au-dessus de la mer à Mari) ne vient pas tempérer ; si les amplitudes journalières peuvent atteindre une vingtaine de degrés, quand la température estivale atteint 45 ou 50 °, la nuit le thermomètre est encore voisin d’une trentaine de degrés.

35Il s’agit là de conditions particulièrement difficiles pour conserver la glace que l’on était allé chercher à grands frais dans les montagnes septentrionales ou que l’on avait ramassée sur le sol après une averse de grêle, mode d’approvisionnement plutôt rare. Si l’on devait déjà prendre les plus grandes précautions pendant le voyage, il est évident que le but recherché à l’arrivée était de garder la glace le plus longtemps possible. Pour cela il fallait :

  • l’éloigner le plus possible du rayonnement solaire ;

  • créer un environnement protecteur et donc aussi isothermique que possible ;

  • jouer le plus possible sur l’inertie de la masse, en empêchant toute ventilation qui aurait apporté un renouvellement de l’air.

36Il est bien clair que de telles exigences sont incompatibles avec un habitat normal. De plus, à notre connaissance, les anciens n’avaient pour créer une isolation que les moyens traditionnels et naturels (bois, étoffes, terre) à leur disposition, comme il en a longtemps été fait usage avant la découverte des matériaux modernes et des sources d’énergie récentes capables de créer le froid. Ainsi, il apparaît clairement que la seule solution était d’enfouir la glace dans la terre aussi profondément que possible, mais sans atteindre évidemment la nappe phréatique.

37Essayons donc de voir si une telle solution est compatible avec les indications données par notre texte.

INTERPRÉTATION ET PROPOSITION DE RESTITUTION

38Il est fait mention clairement dans la lettre de Yaqqim-Addu de l’existence de deux pièces : le papâhum et le libbum, pour lesquels les traductions de vestibule et de pièce intérieure conviennent bien ; on peut aussi retenir la notion de pièce close comme l’indique JMD dans sa note a). Ce qui importe, c’est qu’une relation étroite existe clairement entre ces deux espaces, sans pour autant que soit mentionnée la moindre porte ou un quelconque mode de liaison et que la pièce se trouve à la suite du vestibule, l’ensemble formant un tout complet.

  • 12 Il a été compris aussi bien par Maurice Birot (mur) que par JMD (paroi) dans son épaisseur et non c (...)

39On notera aussi à ce propos l’ambiguïté du terme igartum qui peut, selon JMD note b)12, désigner une des faces d’un mur, mais aussi un mur léger : on remarquera qu’en français la même ambiguïté concerne le terme de « paroi » qui peut aussi bien désigner une face d’un mur qu’une séparation de faible épaisseur. Tout en gardant à l’esprit la notion éventuelle d’une séparation, il semble préférable de privilégier la notion de face d’un mur en sachant qu’un placage pouvait constituer cette paroi.

  • 13 LAPO 16, 153, p. 290.

40Aucune indication n’est donnée sur la maçonnerie mais, d’une part il ne s’agit pas d’un descriptif de travail, d’autre part un autre texte indique qu’un maçon intervient dans la construction d’une glacière13.

41C’est la demande par le roi d’un accroissement de deux coudées de la pièce intérieure qui pose un problème à Yaqqim-Addu ; on s’interroge dès lors sur cette affaire, car cette pièce, pour répondre à la demande du roi, doit passer de 6 à 7 m et ce mètre semble poser un problème technique très difficile : or il s’agit là d’une longueur tout à fait habituelle dans l’architecture et les textes trouvés à Mari sont très clairs à ce sujet : ce n’est donc certainement pas cette différence de longueur pour les poutres qui fait la difficulté.

  • 14 Les portées de 16 m qui ont été mises en oeuvre dans les palais de Mari et de Kish au DA III n’étai (...)

42Mais immédiatement après il est question d’une longueur de 12 m et nous savons qu’il s’agit là de la portée maximale14 en usage depuis l’époque d’Uruk pour les grandes salles officielles des palais mésopotamiens. Cette fois, il s’agit donc d’une indication très précise concernant vraisemblablement une aptitude technique.

43Examinons maintenant comment ces remarques peuvent s’harmoniser avec une construction verticale qui s’enfoncerait dans les profondeurs du sol, comme la logique de la conservation de la glace le laisse entendre. Si l’on a affaire à une installation enterrée, il faut comprendre (fig. 2) :

44– qu’il y a deux espaces superposés ; un vestibule dans la partie supérieure et une pièce intérieure située dessous : le vestibule est destiné à créer un espace tampon entre l’extérieur et la pièce intérieure qui a pour fonction, elle, de conserver la glace ;

45– entre ces deux pièces il n’y a pas de vrais murs, mais sans doute une séparation horizontale, un entresolement destiné à protéger la pièce intérieure et sur laquelle il était possible de circuler, de stationner, d’entreposer des ustensiles pour porter de la glace, de manipuler celle-ci… ;

46– il n’y a aucun mur caractérisé dans cette construction : contre les parois de la fosse sont plaquées ou fixées des « poutres » qui sont destinées à structurer l’ensemble de la construction ; les « poutres » étaient placées les unes contre les autres de façon continue de telle sorte que ce placage, en maintenant en place les parois de terre, évitait le contact direct entre la glace et cette terre et renforçait l’isolation thermique ; dès lors il ne s’agit plus de poutres de couverture, mais de pièces de bois délimitant la construction et lui donnant son ossature ; cependant on ne peut exclure la possibilité que des murs en briques aient été appliqués contre les parois de la fosse et que les « poutres » aient été plaquées contre ces murs, ce qui expliquerait l’intervention d’un maçon dans le texte cité ci-dessus ;

47– les dimensions qui sont données dans la lettre ne concernent aucune mesure horizontale, mais des profondeurs ou, si l’on préfère, des hauteurs : tout comme les 2 coudées supplémentaires désirées par le roi ne peuvent se comprendre que dans le sens vertical, c’est ainsi qu’il faut comprendre la notation de Yaqqim-Addu concernant la valeur 4 cannes : les notions ( = traductions) « longueur » (MB) ou « pour le côté » (JMD) qui l’accompagnent ne rendent nullement compte de cette réalité ;

48– en ne prenant en considération que les indications strictement portées dans cette lettre et les trois seules valeurs métriques indiquées (2 cannes pour la pièce intérieure, 4 cannes pour la profondeur générale et 2 cannes et 2 coudées pour l’accroissement de capacité demandé par le roi dont il n’est pas nécessaire de tenir compte maintenant), on obtient pour cette glacière l’organisation suivante :

une fosse de 12 m de profondeur divisée en deux parties :

  • d’abord le vestibule de 6 m de hauteur (4 cannes moins les 2 cannes de la pièce intérieure),

  • puis la pièce intérieure – ou la chambre froide – haute aussi de 6 m (2 cannes).

Fig. 2 – Nouvelle proposition concernant l’organisation de la glacière

Fig. 2 – Nouvelle proposition concernant l’organisation de la glacière

Dessin N. Bresch

49Voilà ce que l’on sait : aucune indication n’est donnée sur les dimensions latérales de la fosse, autrement dit sur la surface de la base, non plus que sur sa forme (plan carré ou rectangulaire ?) ; je ne vois pas ce qu’il y a à tirer de la traduction « en proportion de sa longueur » (MB) ou « fonction de sa longueur » (JMD), sinon qu’un rapport, qu’il n’est pas possible de préciser, existait entre la profondeur de la pièce intérieure et les dimensions des côtés de la fosse.

50La circulation verticale était évidemment assurée par des échelles.

51Enfin une séparation, certainement réalisée avec des poutres, donnait un plan fixe de travail intermédiaire tout en protégeant la pièce intérieure ; dans cet entresolement l’aménagement d’une ouverture (= une trappe), certainement aussi petite que possible pour éviter les échanges d’air, donnait accès à la pièce intérieure afin de recharger en glace quand c’était nécessaire ou de chercher la quantité de glace désirée pour la table du roi. Cette ouverture était vraisemblablement obstruable en période de non-utilisation afin d’éviter toute ventilation.

52Comment faut-il alors comprendre la demande du roi ? Ce dernier ne demande nullement l’augmentation du volume de la pièce intérieure aux dépens de celui du vestibule, mais très vraisemblablement l’accroissement du volume de la pièce intérieure consacrée à la conservation de la glace, par l’approfondissement de celle-ci, c’est-à-dire en creusant la fosse un peu plus profondément. Ce que cherche alors le roi, c’est évidemment à accroître la capacité de stockage de sa glacière. Cet approfondissement doit nécessairement s’accompagner d’un reboisage des parois nouvellement créées sur une hauteur de 2 coudées, soit 1 m.

53Or cette demande, apparemment simple, a des conséquences qui se répercutent sur toute la hauteur de la glacière parce qu’elle touche à la longueur des pièces de bois qui sont plaquées contre les faces de la fosse.

54En effet, si l’on veut maintenir la cohésion de la structure dans son ensemble, il est impossible de rajouter des rondins d’1 m à la base de la fosse sous les poutres qui tapissent la paroi qui, elles, mesurent 12 m. De plus pour assurer la cohésion de la construction, les poutres plaquées contre les parois doivent être continues, sinon le jeu des pressions latérales risquerait de provoquer des dislocations.

55Autrement dit, si pour répondre au désir du roi, on approfondissait d’1 m la partie destinée à conserver la glace, il faudrait changer toutes les poutres plaquées contre les parois et en trouver de nouvelles d’une longueur de 13 m.

56L’interrogation de Yaqqim-Addu « où prendrons-nous les poutres ? » montre qu’il est devant un réel problème ; de fait les poutres de 13 m sont rares, coûteuses et viennent des forêts lointaines ; il est clair qu’il n’en possède pas et changer l’équipement de cette glacière pour gagner 1 m de profondeur doit lui sembler une tâche démesurée par rapport au gain.

57Revenons un instant sur la question évoquée ci-dessus : s’agit-il d’un programme de construction ou de la réponse à une instruction du roi en vue de modifier la glacière ? Les données contenues dans cette lettre ne concernent en aucune façon l’ensemble d’une glacière et ne traitent que du problème précis de l’augmentation de la capacité de la chambre froide ; aucune instruction n’est donnée sur la largeur des côtés de la fosse, sur les murs à construire contre les parois de la fosse une fois celle-ci creusée, sur les modalités d’aménagement… Par conséquent il me paraît impossible d’envisager un programme de construction.

58On pourrait évidemment penser à une modification demandée par le roi sur un programme de construction préalablement envisagé. Cependant la nature de la réponse me paraît devoir limiter fortement la crédibilité d’une telle possibilité : car si les nouvelles instructions obligeaient à trouver des poutres de 13 m et non de 12 m, il n’était pas absolument impossible d’en trouver, puisque pour franchir une portée de 12 m les poutres des grandes salles officielles avaient nécessairement une longueur supérieure pour prendre appui sur les murs porteurs. Mais c’est bien parce que le boisage était déjà appliqué que l’opération est considérée comme impossible.

PROPOSITIONS POUR UNE NOUVELLE LECTURE DE LA LETTRE DE YAQQIM-ADDU

59Il me paraît logique, à la suite de l’analyse que je viens de présenter, de proposer quelques traductions plus conformes au sens général du texte pour certains termes utilisés par Yaqqim-Addu.

Poutre ou madrier

  • 15 Cf. la définition donnée par le Lexis (Larousse) s.v. poutre : « Pièce de charpente horizontale en (...)

60Le choix de certains mots, par les concepts qui semblent leur être attachés, explique sans peine l’interprétation erronée de ce texte : c’est parce que le terme « poutre » est compris en français comme un élément de la couverture qui implique l’horizontalité, car il s’impose aussi bien pour supporter un étage que pour un toit terrasse, que s’est imposée tout naturellement pour les premiers traducteurs la certitude que ce terme désignait des éléments de la toiture. Aussi, en traduisant d’emblée le terme gushûrum par poutre, selon le sens premier ou habituel, on orientait sans y prendre garde l’explication vers un édifice qui se développait horizontalement15 à la surface du sol comme toute autre construction, on cherchait implicitement des comparaisons éventuelles avec des monuments connus (le papâhum du palais de Mari) et on introduisait la notion de portée ; de ce fait le débat s’est fixé sur des cumuls de largeur de pièces et non, comme il aurait dû, sur des profondeurs et sur la verticalité. Si l’on avait, dans une réflexion élargie, utilisé un terme plus neutre – pièce de bois par exemple – on ne se serait sans doute pas engagé dans une mauvaise voie.

  • 16 Lexis (Larousse) s.v. madrier. Robert précise « une planche très épaisse ».

61Finalement le terme qui convient est celui de « madrier » dont la valeur est plus large tout en restant appliquée à la construction : « pièce de bois très épaisse employée dans la construction »16.

Boisage

62Dans les mines où les galeries et les puits étaient protégés par le système qui a été installé dans la glacière, on parle de « boisage » ou de « blindage ». Ici le terme de boisage me paraît tout à fait convenir pour désigner le revêtement appliqué contre les parois du véritable puits (12 m de profondeur) au fond duquel reposait la glace loin de tout mouvement de circulation d’air.

Chambre froide

63La traduction « bâtiment » (MB) pour le terme libbum ne peut convenir par son imprécision ; l’expression « partie intérieure » (JMD) même si on y attache une signification complémentaire de chambre close qui répond à une réalité ne me paraît pas très claire pour un lecteur. En revanche l’expression la plus naturelle en français me paraît être « chambre froide ».

Vestibule ou sas

64Il n’y a pas lieu de revenir sur le sens de papâhum : il s’agit certainement d’un vestibule comme le propose JMD ; dans le contexte présent, peut-être pourrions-nous le rendre par le terme de sas qui implique un espace intermédiaire qui non seulement commande l’accès de la chambre froide, mais permet d’ouvrir celle-ci une fois que la porte d’accès à la glacière est fermée, en sorte que l’on limite les échanges d’air entre le secteur de conservation et l’extérieur.

65Je proposerai donc la lecture suivante de la lettre de Yaqqim-Addu :

  • a Les lacunes de cette partie du document ne permettent pas de proposer un texte assuré.
  • b Cette phrase implique que l’entresolement qui sert de base au vestibule est étroitement associé au (...)
  • c Voir les deux textes présentés au début de cet article. Je ne peux choisir entre les deux traductio (...)

« À mon seigneur dis ceci : ainsi (parle) Yaqqim-Addu, ton serviteur. En ce qui concerne le réaménagement de la glacière… les hommes… afin que je fasse faire les travaux à la glacièrea. Or mon seigneur m’a écrit en ces termes : « Que l’on donne 2 cannes et 2 coudées à la chambre froide de la glacière ». Mais mon seigneur le sait bien, le boisage du sas est complètement assemblé du bas vers le hautb. Si l’on donne 2 cannes et 2 coudées à la chambre froide du bâtiment, où prendrons-nous les madriers ? Comme la profondeur de la glacière est de 4 cannes, il faut seulement 2 cannes pour la chambre froide de la glacière sur la hauteur [totale actuelle]c…. »

CONCLUSION

66Ce texte est en réalité très simple à partir du moment où son objectif est bien compris. Doit-on marquer combien une réelle coopération – une coopération bien comprise ! – entre archéologues et épigraphistes serait souhaitable ?

67Finalement aucune des deux traductions évoquées au début de cette étude n’est acceptable, car si l’interprétation de Maurice Birot est plus proche de la solution véritable, c’est grâce à l’emploi du mot « profondeur », terme ambivalent utilisé avec une connotation d’horizontalité et non de verticalité, comme il aurait fallu ici, pour rendre compte d’une construction non seulement enterrée mais qui s’enfonce en profondeur, seul mode possible de conservation de la glace dans un pays aux températures estivales torrides…

Notes

1 F. Joannès, « L’eau et la glace », p. 137-150, in Florilegium marianum II, Recueil d'études à la mémoire de Maurice Birot, SEPOA, Paris, 1994.

2 N. Ziegler, « Deux esclaves en fuite à Mari », p. 11-21 in Florilegium marianum II, Recueil d’études à la mémoire de Maurice Birot, SEPOA, Paris, 1994. Cf. p. 14.

3 M. Birot, Lettres de Yaqqim‑Addu, gouverneur de Sagarâtum, ARM XIV, Paris, P. Geuthner, 1974, lettre no 25, p. 56-59, sommaire p. 25, notes p. 223.

4 P. Charlier, « Les glacières à Mari », p. 1-10, Akkadica 54, sept.-oct. 1987, texte étudié ici p. 4-5.

5 Cf. n. 1 ; en particulier p. 145.

6 J.-M. Durand, Documents épistolaires du palais de Mari, t. 1, Les éditions du Cerf, Paris, 1997, sous le no 154, p. 290-292. Cité par la suite LAPO 16.

7 Sinon par le seul renvoi à XIV‑25 immédiatement après le no d’ordre de la nouvelle publication et par deux remarques critiques, l’une sur la signification du terme libbum (p. 291), l’autre sur une transcription de Maurice Birot à la p. 292. En revanche on s’amusera à constater que ce texte de LAPO 16, publié en 1997, est annoncé comme republié (sous la même forme ?) dans ARMT XXVI/3 qui, au printemps 2003 (moment où cette étude a été rédigée), n’a toujours pas vu le jour.

8 Abrégé ci-dessous MB.

9 Abrégé ci-dessous JMD.

10 Rappelons que la canne est formée de 6 coudées dont la valeur au cours de l’histoire de la Mésopotamie tourne autour de 49,50 cm – parfois plus, parfois moins – généralement arrondie dans nos calculs de transcription à une cinquantaine de cm ; ainsi la canne vaut pratiquement 3 m ; cf. Dictionnaire archéologique des techniques, Éd. de l’Accueil, s.v. Métrologie.

11 V. Excursus « Sur la valeur de la canne à Mari » p. 102-103 de B. Lafont « Une nuit dramatique à Mari » p. 93-101, Florilegium Marianum 1, Mémoires de NABU 1, SEPOA, Paris, 1992 : les dimensions de la brèche proposées par l’auteur de l’article n’ont aucun rapport possible avec les dégâts engendrés par une rupture de digue sous la pression des eaux en crue...

12 Il a été compris aussi bien par Maurice Birot (mur) que par JMD (paroi) dans son épaisseur et non comme une surface.

13 LAPO 16, 153, p. 290.

14 Les portées de 16 m qui ont été mises en oeuvre dans les palais de Mari et de Kish au DA III n’étaient pas directes, v. « Une couverture possible pour l’espace central de l’Enceinte Sacrée » MARI 7, p. 281-313.

15 Cf. la définition donnée par le Lexis (Larousse) s.v. poutre : « Pièce de charpente horizontale en bois... supportant une construction » (c’est moi qui souligne).

16 Lexis (Larousse) s.v. madrier. Robert précise « une planche très épaisse ».

Notes de fin

a Les lacunes de cette partie du document ne permettent pas de proposer un texte assuré.

b Cette phrase implique que l’entresolement qui sert de base au vestibule est étroitement associé au boisage, ce qui se comprend aisément parce qu'il fallait trouver un ancrage pour l’entresolement. Elle permet donc d’expliquer au roi que l’on ne peut dissocier le boisage de la partie chambre froide de celui du sas.

c Voir les deux textes présentés au début de cet article. Je ne peux choisir entre les deux traductions de MB et de JMD en ce qui concerne l’épisode des bois/poutres/madriers cherchés (à chercher ?) dans la forêt : MB donne cet épisode comme un acte accompli, JMD comme une action à venir. Il s’agit là d’une question de langue hors de ma compétence. Notons seulement que la forêt dont il est question ne peut se trouver dans le royaume de Mari : il faut penser qu'il s’agit sans doute des forêts du Taurus, accessibles à partir de la plaine du Khabour.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Organisation de la glacière selon les interprétations habituelles
Légende Dessin N. Bresch
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 2 – Nouvelle proposition concernant l’organisation de la glacière
Légende Dessin N. Bresch
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search