Version classiqueVersion mobile

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Études : Mari

Réexamen des niveaux inférieurs du secteur du temple D’Ishtar de Mari

Jean-Claude Margueron

Texte intégral

1Lors de la 33e campagne, à l’automne 1997, il m’a semblé utile dans le cadre des recherches en cours pour définir aussi largement que possible le niveau de fondation de la cité, de faire un sondage dans le secteur du temple d’Ishtar, fouillé par André Parrot entre 1934 et 1936, pour préciser à quel niveau par rapport à la fondation de la ville se trouvait le bâtiment aux Fondations de pierre qui avait pratiquement marqué le terme de ses recherches en ce secteur.

  • 1 Il a été conduit par Bouchra Farah-Fougères, architecte, membre de la mission.

2Ce sondage1 a permis d’établir que les fondations de ce bâtiment avaient été creusées dans des couches archéologiques antérieures, mais dans lesquelles on ne repérait aucune installation architecturale : les faibles dimensions du sondage, dont il sera rendu compte dans le rapport de la 33e campagne, ne permettent pas de généraliser cette observation et donc de l’utiliser totalement. Il est seulement possible d’avancer pour le moment qu’à cet emplacement, l’édifice aux Fondations de pierre paraît avoir été la plus ancienne construction d’envergure appartenant aux débuts de la ville et repérée à présent.

  • 2 À ma connaissance, personne n’a réellement réétudié les propositions d’André Parrot sur cette quest (...)

3Cette opération m’a conduit à étudier la stratigraphie de ce secteur telle que le premier fouilleur l’avait observée. Or, sur deux points au moins il est nécessaire de la modifier. Cette opération n’est pas sans importance, car elle nous permet de mieux connaître la première ville, de préciser la nature de l’occupation avant la construction du temple d’Ishtar (Ville II) et, peut-être, de préciser le moment de son abandon2.

LES DOCUMENTS À NOTRE DISPOSITION

  • 3 A. Parrot, Mission Archéologique de Mari. I, Le temple d’Ishtar, P. Geuthner, Paris, 1956 (abrégé c (...)

4Ils sont contenus principalement dans la publication du temple d’Ishtar où André Parrot a rassemblé l’essentiel de ses observations sur ce secteur. Sont particulièrement intéressantes les planches II, III, IV et VII de MAM I3 (fig. 1 à 4).

  • 4 « Les tombeaux en pierre de Mari » p. 303-336 avec, en particulier, les photos de la planche X et l (...)

5Des notes et des croquis de fouille qui n’avaient pas été utilisés par le fouilleur ont été retrouvés dans la documentation de la Mission et ont déjà été, pour certains, incorporés dans les études de MARI 6 portant sur les tombeaux en pierre par M. Jean-Marie4 (fig. 5).

6Au total, ce réexamen doit peu à des documents inédits : il s’agit avant tout d’une analyse des plans déjà publiés et d’une réflexion sur l’évolution de la ville à ses origines.

Fig. 1 – A. Parrot MAM I, pl. II

Fig. 1 – A. Parrot MAM I, pl. II

Fig. 2 – A. Parrot MAM I, pl. III

Fig. 2 – A. Parrot MAM I, pl. III

Fig. 3 – A. Parrot MAM I, pl. IV

Fig. 3 – A. Parrot MAM I, pl. IV

7La pl. II de MAM I (fig. 1), qui comporte la représentation des niveaux d, e et f, c’est-à-dire des trois plus anciennes phases définies par le fouilleur, toutes antérieures à l’installation du plus ancien temple d’Ishtar, est pour cette étude la plus importante, parce qu’elle offre une particularité rare à cette époque dans la documentation graphique de la Mission : les différences d’altitude entre les paliers de la fouille y sont reportées. Il ne s’agit que de différences relatives, car il n’y a sur ce plan, comme sur tous les autres, aucune cote d’altitude absolue, mais elles permettent d’établir avec une précision relative la séquence des phases architecturales qui se sont succédé depuis le premier niveau repéré jusqu’au niveau c du temple d’Ishtar.

8Cette séquence peut être mise en parallèle avec la coupe très sommaire, quoiqu’apparemment exacte dans ses grandes lignes, qui traverse le chantier d’ouest en est et qui est donnée à la moitié supérieure de la pl. VII (fig. 4) ; elle s’intéresse surtout aux différentes phases a, b, c du temple d’Ishtar (sériation selon André Parrot, mais dont je propose une nouvelle interprétation ci-dessous) ; si les niveaux e et f n’y sont pas reportés, par chance pour nous, le niveau d y est indiqué, ainsi que le profil des tombeaux 240 et 242.

L’INEXISTENCE DU NIVEAU f

  • 5 MAM I. p. 5 « Du niveau ƒ, nous n’avons en ce secteur (Y” 22), qu’un angle de mur en briques crues, (...)

9Le niveau f est donné dans la séquence comme étant le plus ancien ; le texte est très discret à son sujet5 et il n’est représenté dans le plan (fig. 1) que par deux murs en angle droit, de faible largeur et disparaissant dans les parois ouest et nord des limites de fouille de ce secteur. Mais le même plan montre que ces deux murs reposent en réalité sur un palier de fouille, intermédiaire entre le niveau occupé par les constructions du niveau d et le sommet des fondations en pierre, à + 0,90 de la base atteinte par la fouille. Il se trouve donc au-dessus du niveau de ces fondations de pierre et appartient éventuellement à un niveau intermédiaire entre e et d. Cependant, compte tenu des différentes hauteurs, il se pourrait aussi, solution beaucoup plus simple, qu’ils représentent deux morceaux des superstructures en briques crues du bâtiment aux fondations en pierre : on aurait alors une portion complémentaire à ajouter à ce plan. Cette dernière interprétation paraît suffisamment crédible pour rajouter ces deux murs sur la fig. 6.

LE NIVEAU e : PREMIÈRE PHASE DE CONSTRUCTION

  • 6 Un petit détail montre que le fouilleur a senti une difficulté au moment de la publication du rappo (...)

10Dans ces conditions, le plus ancien niveau architectural repéré n’est pas ce niveau f qu’il faut faire disparaître puisqu’il n’a pas existé, mais le bâtiment aux Fondations en pierre6 (fig. 6). Il faut cependant noter une situation de départ assez étonnante puisque les fondations de ce bâtiment ont été enfoncées, comme je l’ai déjà indiqué ci-dessus, dans environ 1 m de stratification horizontale dans laquelle on ne voit pas apparaître d’architecture. La question se pose alors de savoir d’où pouvaient venir ces dépôts stratifiés (voir ci-dessous). Il faut aussi associer étroitement au bâtiment aux Fondations de pierre les deux éléments d’un radier de pierre repérés sur la bordure occidentale.

  • 7 Par Juan Luis Montera Fenollos, professeur à l’université de La Corogne (Espagne).

11Ce radier a été étudié lors de la campagne de l’automne 20007 et s’est révélé être une plate-forme, haute de 1,20 m, dont la fonction n’est pas apparue de façon claire et qui n’est pas forcément strictement contemporaine du bâtiment aux Fondations de pierre ; au cours de cette opération, il a été possible de préciser le tracé de la limite occidentale de celui-ci et donc d’augmenter le plan publié par André Parrot.

UN NIVEAU d PLUS IMPORTANT QUE CE QUE DONNENT LES pl. II ET III

12Ce niveau apparaît concurremment sur les deux planches II et III de MAM I (ici fig. 1 et 2) ; une comparaison des deux met en évidence l’existence de quelques petites différences qu’il faut essayer d’interpréter. Il est, d’autre part, vraisemblable que le plan III (fig. 2) a été réalisé lors de la progression de la fouille, c’est-à-dire avant le plan II (fig. 1) qui rassemble les données finales des niveaux inférieurs.

Fig. 4 – Agrandissement de la coupe de la pl. VII de MAM I, qui montre les discordances dans le tracé du niveau c par rapport au sommet des tombeaux dans chacune des deux coupes présentées

Fig. 4 – Agrandissement de la coupe de la pl. VII de MAM I, qui montre les discordances dans le tracé du niveau c par rapport au sommet des tombeaux dans chacune des deux coupes présentées

Quant au niveau d qui n’apparaît pas dans la coupe supérieure, il est clairement marqué dans la coupe inférieure comme passant sous le sommet des tombeaux.

Fig. 5 – Croquis J. Payen redessiné par Nicolas Bresch

Fig. 5 – Croquis J. Payen redessiné par Nicolas Bresch

Fig. 6 – Plan de la première phase architecturale de la Ville I (niveau e) avec le sondage de 1997 et les recherches de 2000

Fig. 6 – Plan de la première phase architecturale de la Ville I (niveau e) avec le sondage de 1997 et les recherches de 2000

Ce plan remplace celui publié dans MAM I pl. II, cf. ici fig. 1 (dessin N. Bresch)

Les vestiges appartenant au niveau d dans les pl. Il et III

13Pour faciliter le repérage, je donne à chaque groupement de murs bien individualisé sur le terrain un numéro précédé de la lettre désignant le niveau, soit d‑1, d‑2, d‑3, d‑4 et d‑5 (fig. 1 et 2).

  • d‑1 : pl. II, un muret pourvu d’un retour de 1 m env. vers l’est est remplacé pl. III par un appendicule légèrement plus à l’est ; un contrefort sur la face méridionale y est aussi légèrement plus large. La progression de la fouille permet d’expliquer une précision plus grande du relevé.

  • d‑2 : un fragment de mur supplémentaire sur le plan II à la limite du front de fouille ; la suite de ce mur, qui se trouvait sous le mur méridional de l’espace central du temple d’Ishtar, a disparu sans avoir été reportée sur un plan, sans doute parce qu’il a été confondu avec la base du mur du temple ; même tronqué, ce mur par sa présence prouve que le niveau d’habitation se continuait sous le Lieu Très Saint.

  • d‑3 : très peu de différence entre les deux plans, hormis une fondation du mur ouest de la pièce allongée nord-sud repérée sur une plus grande longueur, et quelques compléments en épaisseur ou en longueur pour la partie orientale de cette unité ; ces informations complémentaires viennent certainement de la poursuite de la fouille après le relevé de la pl. III.

  • d‑4 : apparaît sur la pl. II avec quelques compléments de faible importance par rapport à la pl. III (l’épaisseur de 2 murs mieux définie et l’organisation des accrochages de murs sur un petit secteur de la bordure orientale) ; cette planche exprime aussi par un artifice graphique la superposition de la partie septentrionale de cette unité et du bâtiment aux Fondations en pierre.

  • d‑5 : n’apparaît comme appartenant au niveau d que sur le plan III ; on le retrouve en fait sur le plan II comme superstructure du bâtiment aux Fondations de pierre, ce qui paraît raisonnable ; l’attribution au niveau d est venue d’une mauvaise estimation de l’altitude relative de ce groupe de murs par rapport au reste du niveau d, alors que l’on se trouvait en cet emplacement dans une recherche un peu plus profonde ; le palier méridional du plan II, qui est la conséquence d’une étape postérieure de la fouille montre bien la différence de niveau entre d‑4 et d‑5 ; d‑5 n’appartient donc pas au niveau d, mais au niveau e, puisqu’il s’agit d’un mur de superstructure du bâtiment aux Fondations de pierre.

Fig. 7 – Au premier plan, les bâtiments du niveau d (Ville I) ; en arrière-plan, le secteur dit des prêtres du temple d’Ishtar de la Ville II ; à droite, la rue excavée jusqu’au niveau de la canalisation

Fig. 7 – Au premier plan, les bâtiments du niveau d (Ville I) ; en arrière-plan, le secteur dit des prêtres du temple d’Ishtar de la Ville II ; à droite, la rue excavée jusqu’au niveau de la canalisation

14Au total il convient de renoncer à considérer la pl. III, malgré sa légende, comme représentant le niveau d réel : ce qu’elle représente c’est un niveau d incomplet auquel on a ajouté des éléments du niveau e : les deux vestiges du radier de pierre occidental et la superstructure en briques crues qui surmonte la fondation en pierre de la petite pièce sur la bordure orientale. Il faut, en revanche, regarder comme appartenant au niveau d tout ce qui apparaît en poché noir dans la pl. II.

Réintroduction d’une partie du niveau c dans le niveau d

15Mais un autre secteur du niveau d a été retrouvé et attribué par erreur, cette fois, au niveau c ; il faut le réintroduire dans le plan du niveau d.

16En effet, un examen attentif du plan du niveau c qui donne, selon André Parrot, la phase la plus ancienne du temple d’Ishtar (fig. 3 et pl. IV de MAM 1), montre bien que, si certaines masses du temple ont bien été reconnues (principalement espace central à portique, Lieu Très Saint et limites extérieures nord et ouest du secteur des dépendances), tout ce qui apparaît comme constituant l’intérieur du secteur de ces dépendances (ou chambres des prêtres selon André Parrot), appartient manifestement à un autre système constructif avec une organisation assez confuse pour penser qu’il y a là un mélange entre des murs de réelles superstructures et des murs de fondations appartenant à un autre édifice. En particulier l’épaisseur des murs, bien moindre que celle des murs du temple, est tout à fait comparable à celle des murs du niveau d ; de même l’orientation des murs est beaucoup plus conforme à celle du niveau d.

17En outre, si on réalise une superposition des plans on s’aperçoit qu’il y a continuité entre d‑4 et ce que j’appelle c‑1, en faisant appel au même système, mais en l’appliquant au niveau c (pl. IV et fig. 3). Cette continuité est évidemment un argument très fort pour l’appartenance à un système identique. Cependant cette démarche ne fait-elle pas l’impasse sur un problème d’altitude, cette partie du niveau c devant normalement se trouver bien au-dessus du niveau d ?

18En réalité le bien-fondé de cette restitution trouve une confirmation absolue dans l’étude de la coupe, assez schématique, qui accompagne la publication des temples à la moitié supérieure de la pl. VII (v. fig. 4). La coupe montre, en effet :

  • un net décalage altimétrique entre le niveau c du bâtiment principal du temple d’Ishtar et le niveau des dépendances du temple du même niveau c, décalage qui avoisine le mètre (!), le sol des dépendances se trouvant à un niveau inférieur par rapport à celui du temple ;

  • une quasi-superposition des niveaux c et d à l’emplacement des dépendances.

19Or il est pratiquement impossible qu’une différence de niveau de près de 1 m ait pu exister de part et d’autre du couloir nord-sud qui sépare le Lieu Très Saint du secteur des dépendances. Cela signifie que le niveau appelé c sur la coupe appartient en réalité au niveau d.

20Mais comment comprendre alors que la coupe montre deux niveaux superposés en cet emplacement, car si c devient d, il ne devrait pas y avoir deux lignes de tracé de coupe correspondant à d, de plus si rapprochées l’une de l’autre. Il se pourrait que la confusion soit venue de l’existence de deux traits de coupe différents passant par d, l’un prolongeant, selon le tracé de la pl. II, le début de la coupe A‑B avant son décrochement vers le nord et se prolongeant au travers de d‑4, l’autre selon le tracé de la pl. IV après le décrochement de la coupe A‑B.

21Si on établit un plan du niveau d en tenant compte de toutes ces indications (abandon du plan III, base fournie par le niveau d tel qu’il apparaît à la planche II, augmenté de c‑1 provenant du plan IV), on obtient un niveau d beaucoup plus dense par rapport à l’ensemble du secteur et plus en accord avec l’ensemble des données. On constate aussi :

  • qu’il existe une lacune correspondant exactement à l’introduction des tombeaux jumelés 240/242, ce qui implique que les tombeaux de pierre sont largement postérieurs au niveau d ;

    • 8 On observe la même pratique au temple – morphologiquement similaire – de « Ninhursag » (en cours de (...)

    que la grande lacune nord-ouest occupe la place remplie par les bases du plan du temple d’Ishtar du niveau c et de ses limites (tracé en pointillé sur le plan de la fig. 9) et qu’il est vraisemblable que les fondations du temple, et plus particulièrement encore du Lieu Très Saint ou de l’établissement du niveau sur lequel on allait l’édifier, ont fait disparaître les restes du niveau d en cet endroit. Il s’agissait vraisemblablement de s’assurer que rien d’impur n’existait sous le Lieu Très Saint du temple qui, au début de la Ville II, s’est installé à cet emplacement dépourvu de toute sacralité antérieure8 ;

  • enfin la lacune que l’on observe entre d‑3 et d‑4 doit trouver son origine dans l’existence à cet emplacement de la canalisation qui a été aménagée pour le temple d’Ishtar à partir de la Ville II, son installation ayant fait disparaître les vestiges du niveau d.

ÉPAISSEUR DES COUCHES ARCHÉOLOGIQUES

Description des points cotés

22J’ai déjà eu l’occasion de faire intervenir la question des altitudes dans l’un ou l’autre des raisonnements précédents. Il me faut maintenant rassembler les données concernant cette question, pour les intégrer dans la séquence stratigraphique d’ensemble.

23On a vu que, sur la pl. II, le fouilleur avait indiqué l’existence de trois paliers de fouille en notant les profondeurs à partir du rebord septentrional de la fouille en profondeur, c’est-à-dire à partir du niveau c du temple d’Ishtar. Deux indications identiques ont été notées du côté méridional à partir du niveau d. J’ai numéroté de 1 à 5 chacun des points où a été donnée une valeur de profondeur (fig. 8).

  • 9 Je parle ici et ci-dessous d’un « niveau bas » et non d’un « niveau de base » parce que Parrot n’a (...)

24– Point 1 : il s’agit d’un front de fouille abrupt du niveau c (mais sans doute au-dessus du sol du temple) jusqu’à un niveau bas9 des fondations de pierre ; le dénivelé de 330 est le plus important de toute cette fouille.

25– Point 2 : on part du sol du niveau c et on atteint grâce à un palier intermédiaire un niveau bas des fondations de pierre :

  • du niveau c au premier palier, que je désigne comme e-1 et où se situent la terrasse et un petit fragment d’architecture, le dénivelé est de 220,

  • du niveau e‑1 au niveau e‑0 le dénivelé indiqué est de 80.

Total du point 2 : 300 ; la différence d’une trentaine de cm entre les points 1 et 2 peut venir de ce que le départ de la mesure du point 1 était peut-être au-dessus du niveau du sol c.

26– Point 3 : on part du sol du niveau c et on atteint grâce à deux paliers intermédiaires un niveau bas des fondations de pierre :

  • du niveau c au niveau d, dénivelé de 100,

  • du niveau d au palier e‑1 : dénivelé de 105,

  • du palier e‑1 au niveau bas des fondations de pierre : 80.

Total en ce point 3 : 285 ; la différence d’une quinzaine de cm avec le point 2 est plus difficile à expliquer car son départ est très proche du point 2 et le niveau d’arrivée étant le même, on s’attendrait à avoir le même dénivelé ; la différence peut venir de ce qu’aucune des surfaces n’était réellement plane.

27– Point 4 : on part du niveau du sol du niveau d et on rejoint le niveau bas des fondations ; le dénivelé est de 155 ;

28– Point 5 : on part du niveau du sol du niveau d et on rejoint le niveau bas des fondations ; le dénivelé est de 140.

29Cette différence de 15 cm vient sans doute de ce que le niveau bas n’était pas exactement le même d’un point à l’autre.

Commentaire

301. L’imprécision reste grande ; elle vient de ce qu’il n’y a aucune valeur absolue ni aucun point 0 ; les arrêts de fouille ne sont pas tous à la même altitude pour un même niveau et le sol de la surface peut avoir été en pente. C’est ainsi que la hauteur totale de la fouille semble varier de 45 cm entre le point 1 et le point 3 qui ne sont distants que d’une dizaine de mètres.

Cependant ces indications restent intéressantes sur le mode relatif et permettent de se faire une idée du rapport réel entre les différentes couches.

312. L’épaisseur repérée entre le niv. c et le niv. d est de 100 au point 3.

323. L’épaisseur repérée entre le niv. d et le niv. e‑1 est de 105 au point 3.

334. L’épaisseur repérée entre le niv. d et le niv. e‑0 est 185 au point 3, 155 au point 4, 140 au point 5. La variation est ici assez importante : elle peut provenir de l’éloignement des différents points de mesure.

Fig. 8 – Analyse des altitudes à partir de la fig. 1 (pl. II de MAM I)

Fig. 8 – Analyse des altitudes à partir de la fig. 1 (pl. II de MAM I)

Fig. 9 – Niveau d complet avec rassemblement des différentes parties tirées des pl. II, III et IV de MAM I

Fig. 9 – Niveau d complet avec rassemblement des différentes parties tirées des pl. II, III et IV de MAM I

Ce plan remplace la pl. Ill de MAM I (ici fig. 2) [dessin N. Bresch]

34Ces valeurs pour les différentes couches majeures sont très intéressantes et doivent être prises en considération dans l’établissement de la succession stratigraphique.

ÉTABLISSEMENT DE LA SUCCESSION STRATIGRAPHIQUE

Les trois premières étapes

35Au terme de ces remarques, on peut établir de la façon suivante le processus stratigraphique de ce secteur.

36Étape 1

Sol primitif retrouvé à 171,61 (dans le sondage de la campagne 1997).

37Étape 2

  • 10 Cette couche au contact du sol originel a été retrouvée pratiquement dans tous les sondages réalisé (...)

Exhaussement du niveau de base de près de 1 m par un dépôt stratifié horizontal qui peut paraître surprenant à la base même du site. Il est possible10, cependant, que cette élévation ait été volontairement réalisée pour éloigner le premier niveau d’occupation de la zone humide de la terrasse et pour permettre d’insérer les fondations en pierre du grand bâtiment construit ensuite, dans un milieu homogène et de qualité différente de celle du limon qui constituait le sol naturel dont on peut penser qu’il était plus sensible aux infiltrations hydrauliques.

38Étape 3

Installation des fondations en pierre d’un grand bâtiment et construction des superstructures en briques crues de ce bâtiment. Les restes de ce premier niveau architectural paraissent culminer à plus de 1,30 m du sol primitif.

Deux hypothèses sur la suite

39À partir de ce moment deux possibilités ; la première en trois épisodes :

40Étape 4

Arasement de ce bâtiment à la fin de sa vie pratiquement au niveau des fondations avec élimination de la quasi-totalité des décombres.

41Étape 5

Établissement, immédiatement au-dessus du niveau d’arasement, d’un niveau d’occupation caractérisé par deux murets en angle droit au nord de la fouille (ex-niveau f) et par la terrasse de la partie occidentale (mais l’inexistence d’autres restes appartenant à ce même niveau fait fortement douter de sa réalité, v. ci-dessous).

42Étape 6

Sur ce niveau 1 m d’accumulation de débris dont l’origine est inconnue.

43La seconde en deux épisodes :

44Étape 4

Vie d’une durée inconnue du bâtiment aux Fondations de pierre, les deux murs à angle droit de la limite nord (ex-niveau f) faisant partie (comme il est vraisemblable) de cet édifice auquel aurait été associée, peut-être un peu plus tard, la terrasse occidentale dont la limite orientale a été repérée ; mais comme elle ne correspond pas très bien à la limite du bâtiment, on peut se demander si elle n’a pas été implantée après la destruction du bâtiment aux Fondations de pierre, à moins justement qu’elle n’ait été la cause de sa destruction. Bien entendu, il reste possible qu’en dépit de la discordance, les deux constructions aient été contemporaines et étroitement associées.

45Étape 5

  • 11 Bien entendu il s’agit là seulement d’une hypothèse invérifiable, la documentation ne donnant aucun (...)

Destruction (naturelle ?) de cet édifice (ou de ces édifices) dont les superstructures en s’étalant provoquent une élévation du niveau d’environ 100 cm, ce qui paraît beaucoup : peut-être un apport volontaire de terre a-t-il été effectué pour établir le niveau urbain d11.

46Peut-on choisir entre ces deux possibilités ?

47La première est moins crédible que la seconde :

  • la première est constituée de moments qu’on ne peut expliquer dans un processus de formation d’un tell :

    • l’absence de décombres après 4,

    • l’origine de l’accumulation des décombres après 5,

    • la faiblesse des vestiges du niveau intermédiaire où seuls deux fragments de mur et peut-être la terrasse ont été repérés ;

  • la seconde est simple, logique et elle répond exactement à un processus de destruction de maisons entraînant la formation des couches archéologiques.

Les étapes finales

48Je garde donc la seconde interprétation avec ses étapes 4 et 5 et repars d’une nouvelle phase no 6 en éliminant celle de la première hypothèse (toutes les étapes retenues sont soulignées).

49Étape 6

Sur les ruines nivelées de la couche ainsi formée un nouveau quartier d’habitation s’installe, totalement différent, fait de petites maisons ; il n’en reste que des fragments épars et disjoints, mais assez toutefois pour estimer que l’ensemble de la superficie a été reconstruit de cette façon. C’est le niveau d (fig. 9) qui est constitué, comme on l’a vu, des bâtiments représentés sur le pl. II (fig. 2) et des dépendances du temple d’Ishtar c de la pl. IV (fig. 3).

50Étape 7

  • 12 Cette hauteur, évaluée en particulier à partir de la coupe et des indications de la pl. II, est tou (...)

La destruction générale du niveau d et l’étalement des superstructures des maisons qui le composaient provoquent une surélévation de 1 m environ depuis le sol de d12.

51Étape 8

  • 13 Un seul petit fragment d’un mur provenant du prétendu secteur des chambres des prêtres du niveau c, (...)

C’est au travers de ce niveau de ruines plus ou moins nivelées qu’ont été enfouis les tombeaux jumelés 240/242, comme le montre bien l’absence de toute architecture à cet emplacement précis13 (fig. 9). Le tombeau 300 a certainement été introduit dans les couches inférieures au même moment.

  • 14 MAM I, p. 11.

52Cette séquence stratigraphique oblige évidemment à renoncer à la proposition du fouilleur qui pensait que les tombeaux avaient été édifiés avec les fondations du plus ancien bâtiment14.

53Quant au niveau à partir duquel ces tombeaux ont été enfouis, il passait nécessairement au-dessus du sommet des constructions (v. ci-dessous).

54Étape 9

C’est sur ce niveau, peut-être nivelé ou exhaussé par les refondateurs, qu’a été installé le niveau c du temple d’Ishtar, alors que, très certainement, les grands tombeaux de pierre étaient non seulement invisibles, mais que l’on avait, très vraisemblablement, oublié jusqu’à leur existence.

Par ailleurs si nous cumulons les différentes valeurs métriques (évaluées) à partir de la cote du début de l’installation repéré à la base du sondage de 1997, nous obtenons pour le sommet du niveau d une altitude voisine de 174,91 m ; or c’est vers 174,80/175 que se situe l’arasement général de la Ville I : ainsi légèrement au-dessus des tombes 240 et 242 on se trouverait pratiquement à la hauteur du sommet arasé de la Ville I et en conformité avec tout ce qui a été repéré ailleurs sur le site.

Conclusion

55Trois grands moments sont marqués dans cette stratigraphie :

561. le temps de la fondation, avec un très bel édifice, associé ou non à une terrasse qui a pu supporter elle aussi un bâtiment, peut-être dans une seconde étape de cette première phase ;

572. une phase urbaine qui s’établit sur une base apparemment nivelée des ruines du premier bâtiment ;

583. l’introduction de trois tombeaux voûtés en pierre dont on ne peut savoir s’ils datent d’un moment où la ville fonctionnait ou lorsqu’elle a connu un abandon entre la Ville I et la Ville II.

59Cette séquence stratigraphique n’est pas très fournie puisqu’elle ne comprend que trois grandes étapes : faut-il y voir un problème puisque le chantier L voisin en offre 9 ? Il faut souligner cependant qu’on observe entre ces deux chantiers une assez remarquable concordance en ce qui concerne la hauteur restante des ruines de la Ville I (entre 3,5 et 4 m), en conformité d’ailleurs avec la presque totalité du site. Il n’y a donc aucune anomalie, mais peut-être des strates architecturales peu épaisses sont-elles passées inaperçues lors de la fouille même si des sous-phases ont pu ne pas avoir été repérées.

  • 15 Situation identique à celle de Pec (fouille de 1994 dans l’espace central de l’Enceinte Sacrée) où (...)

60Toutefois on est frappé aussi de ce que la nature de l’occupation soit totalement différente de celle que la fouille du chantier L avec ses 9 strates, où l’artisanat semble tenir une grande place15, met en évidence depuis 1999.

IMPORTANCE DE LA POSITION STRATIGRAPHIQUE DES TOMBEAUX 240/242 ET 300

61Ces tombeaux ont donc été introduits dans le milieu antérieur après la destruction du niveau d et avant l’installation du temple d’Ishtar.

62En effet, le procédé de couverture utilisé étant celui de l’encorbellement, il était nécessaire que la totalité de l’édifice ait été enfouie et que son sommet, établi au-dessus du nivellement de la phase d fût invisible de la surface. On peut donc se demander si le niveau arasé de la Ville I ne se trouvait pas juste au-dessus du sommet des tombeaux.

63Il n’est pas possible de savoir s’ils marquent la fin réelle de la première ville ou si d’autres phases ont pu s’y développer après la construction des tombeaux et avoir disparu lors d’une période d’abandon, ou avoir été arasées lors du nivellement de la Ville I. On peut simplement dire que, dans la séquence actuellement reconnue, ils marquent la phase ultime de l’occupation reconnue de la première cité de Mari.

  • 16 MARI 6, M. Jean-Marie « Les tombeaux en pierre de Mari », p. 303-336.
  • 17 MARI 6, « La céramique du tombeau 300 de Mari », p. 349-374 et plus particulièrement p. 352-353.
  • 18 Cela contraindra peut-être à revoir complètement la périodisation du Dynastique Archaïque : un tel (...)

64Dans ces conditions, le contenu du tombeau 300 est d’une importance capitale pour dater soit la fin de la première ville, soit une de ses dernières phases16. Le matériel céramique a engagé M. Lebeau à y reconnaître une phase finale du Dynastique Archaïque I17. Cependant je me demande s’il ne faut pas fixer la date de disparition de la Ville dans le courant ou même vers la fin du DA II ; dans ce cas, il faudrait soit abaisser la date du matériel de ce tombeau, soit envisager que la Ville I ait poursuivi son existence après l’introduction des tombeaux18.

CONSÉQUENCES DE CETTE ANALYSE SUR LE TEMPLE D’ISHTAR DE LA VILLE II

65La première conséquence concerne le niveau c du temple d’Ishtar, qui se voit amputé de tout son secteur oriental occupé, selon André Parrot, par les prêtres. La question est alors de savoir quelles autres constructions occupaient ce secteur au niveau c.

66L’étude de la coupe schématique montre clairement que le niveau b du secteur des prêtres peut correspondre aussi bien au niveau c qu’au niveau b du groupe Lieu Saint/Lieu Très Saint, car ils sont très rapprochés l’un de l’autre. Il est donc vraisemblable que la conclusion qui veut que le temple b ne soit qu’un simple réaménageant du temple c vaille aussi bien pour le secteur des prêtres. Ainsi le secteur fort confus, dit des prêtres, qui accompagne le plan du temple b (pl. VI) vaut-il sans doute aussi partiellement pour le temple c ; des modifications d’une phase à l’autre, mal définies lors de la fouille, pourraient expliquer l’aspect incohérent de ce secteur sur l’organisation duquel il n’est plus possible de tirer une quelconque information.

67Dans ces conditions, les deux phases c et b, reconnues par André Parrot ne sont qu’une seule et même phase architecturale que j’appellerai volontiers le temple d’Ishtar Ancien ; pour ses parties essentielles – Lieu Saint et Lieu Très Saint – il se présentait dans sa pureté conceptuelle avec les traits du niveau c donnés par les refondateurs de la Ville II, c’est-à-dire un espace carré de 14 m de côté bordé au nord et à l’est d’un portique – espace de l’offrande ou Lieu Saint – sur lequel donne un Lieu Très Saint de 7 m sur 9 m (fig. 10). On notera pour cette première phase les pilastres des murs du Lieu Saint qui correspondent aux piliers du portique ; il s’agit donc là d’éléments plus structuraux que décoratifs.

Fig. 10Plan du temple d’Ishtar Ancien lors de sa construction (première phase) au moment de la fondation de la Ville II

Fig. 10 – Plan du temple d’Ishtar Ancien lors de sa construction (première phase) au moment de la fondation de la Ville II

Dessin N. Bresch

68Ce temple d’Ishtar Ancien a connu une remise en état qui s’est simplement traduite par une légère surélévation du sol et par un renforcement de l’enduit des murs du Lieu Saint, en sorte que les pilastres ont été masqués ; aucune transformation structurale n’a été effectuée : c’est le temple d’Ishtar Ancien Rénové (Temple b d’André Parrot) [fig. 11].

69À ce temple Ancien/Rénové a succédé un nouveau temple d’Ishtar (temple d’Ishtar Récent) qui correspond sensiblement au temple a d’André Parrot (fig. 12). Je reviendrai dans une autre étude sur cette phase qui, tout en conservant l’économie générale du premier sanctuaire, est caractérisée par un emploi de la pierre dans ses murs tout à fait inhabituel.

Fig. IlPlan du temple d’Ishtar Ancien Rénové (deuxième phase)

Fig. Il – Plan du temple d’Ishtar Ancien Rénové (deuxième phase)

Dessin N. Bresch

CONCLUSION

  • 19 Cette transformation drastique à l’intérieur de la Ville I méritera d’être étudiée à la lumière des (...)

70Retenons la profonde transformation connue par ce secteur au cours de la Ville I qui débute avec un très beau monument, peut-être lié à une terrasse, auquel succède un niveau urbain de petites maisons de moindre envergure à caractère peut-être partiellement artisanal19. L’introduction de trois beaux tombeaux de pierre semble modifier à nouveau le caractère de ce lieu qui, très curieusement, devient celui d’un temple lors de l’établissement de la Ville II ; ce nouvel avatar laisse entendre que les reconstructeurs ignoraient la présence de ces tombeaux, car jamais un Sémite n’aurait installé un lieu sacré sur le domaine de la mort, donc de l’impur : le soin qu’ils ont mis à sonder le Lieu Saint et le Lieu Très Saint jusqu’à la première strate de la Ville I, en faisant disparaître toutes les ruines du niveau d – et vraisemblablement les tombes qui s’y trouvaient –, en est un témoignage suffisant. Il est clair que lors de cette entreprise de purification, les abords de la zone sondée n’ont pas subi la même recherche et que les grands tombeaux ainsi que les petites tombes ont échappé à la vigilance des prêtres.

Fig. 12 – Plan du temple d’Ishtar Récent

Fig. 12 – Plan du temple d’Ishtar Récent

Dessin N. Bresch

Notes

1 Il a été conduit par Bouchra Farah-Fougères, architecte, membre de la mission.

2 À ma connaissance, personne n’a réellement réétudié les propositions d’André Parrot sur cette question. Ö. Tunca, L’architecture religieuse protodynastique en Mésopotamie, Peeters, Louvain, 1984, a bien perçu l’existence de difficultés, mais il s’est attaché principalement aux phases du temple d’Ishtar et ne s’est pas réellement attardé sur les strates antérieures.

3 A. Parrot, Mission Archéologique de Mari. I, Le temple d’Ishtar, P. Geuthner, Paris, 1956 (abrégé ci-après MAM I).

4 « Les tombeaux en pierre de Mari » p. 303-336 avec, en particulier, les photos de la planche X et la coupe schématique de la planche XI p. 329 qui est reprise ici sous une forme graphiquement plus claire. Voir aussi dans le même volume l’étude de M. Lebeau sur la céramique du tombeau 300, p. 349-374.

5 MAM I. p. 5 « Du niveau ƒ, nous n’avons en ce secteur (Y” 22), qu’un angle de mur en briques crues, vestige minime mais pourtant suffisant qui atteste une installation antérieure à celles, beaucoup plus importantes et bien caractérisées, du niveau e. » Les niveaux a à f sont « en italique » chez A. Parrot : je les ai écrits ici simplement en caractère gras (bdc).

6 Un petit détail montre que le fouilleur a senti une difficulté au moment de la publication du rapport : c’est à la main et de façon un peu maladroite qu’ont été ajoutés dans la légende de la planche les symboles des niveaux d, e et f, comme s’ils étaient le résultat d’une analyse conduite au moment de la publication, avec des plans dont on avait oublié le contenu dans le détail.

7 Par Juan Luis Montera Fenollos, professeur à l’université de La Corogne (Espagne).

8 On observe la même pratique au temple – morphologiquement similaire – de « Ninhursag » (en cours de fouille sous la direction de D. Beyer, professeur à l’université Marc-Bloch de Strasbourg).

9 Je parle ici et ci-dessous d’un « niveau bas » et non d’un « niveau de base » parce que Parrot n’a pas atteint, semble-t-il, le sol originel qui, lui, a été repéré au fond du sondage de 1997 (v. ci-dessus p. 129) ; dans ces conditions seule la cote de 171,61 permet de repartir de la base réelle et il est clair que les valeurs données par la fouille de 1934‑1936 ne sont qu’une approximation particulièrement imprécise pour la base de la ville.

10 Cette couche au contact du sol originel a été retrouvée pratiquement dans tous les sondages réalisés pour rejoindre le niveau de base.

11 Bien entendu il s’agit là seulement d’une hypothèse invérifiable, la documentation ne donnant aucune indication concernant la nature de ce remplissage.

12 Cette hauteur, évaluée en particulier à partir de la coupe et des indications de la pl. II, est tout à fait conforme aux photographies de planche XII qui montrent les restes mis au jour du niveau d du côté des chambres des prêtres ; d’après les photographies de la planche XI, les hauteurs conservées sont bien moindres à l’ouest du côté de d‑3, ce qui peut s’expliquer par la pente du tell.

13 Un seul petit fragment d’un mur provenant du prétendu secteur des chambres des prêtres du niveau c, semble porter une ombre au tableau, mais il s’agit vraisemblablement d’une erreur de relevé ou d’une mauvaise interprétation de fouille.

14 MAM I, p. 11.

15 Situation identique à celle de Pec (fouille de 1994 dans l’espace central de l’Enceinte Sacrée) où cependant les activités artisanales ne sont pas strictement interchangeables, cf. rapport préliminaire dans Akh Purattim 2.

16 MARI 6, M. Jean-Marie « Les tombeaux en pierre de Mari », p. 303-336.

17 MARI 6, « La céramique du tombeau 300 de Mari », p. 349-374 et plus particulièrement p. 352-353.

18 Cela contraindra peut-être à revoir complètement la périodisation du Dynastique Archaïque : un tel réexamen me paraît s’imposer pour l’ensemble du monde syro-mésopotamien, mais il dépasse le cadre de cet article.

19 Cette transformation drastique à l’intérieur de la Ville I méritera d’être étudiée à la lumière des autres séquences stratigraphiques recueillies dans cette même période urbaine.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – A. Parrot MAM I, pl. II
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 2 – A. Parrot MAM I, pl. III
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 3 – A. Parrot MAM I, pl. IV
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3833/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 4 – Agrandissement de la coupe de la pl. VII de MAM I, qui montre les discordances dans le tracé du niveau c par rapport au sommet des tombeaux dans chacune des deux coupes présentées
Légende Quant au niveau d qui n’apparaît pas dans la coupe supérieure, il est clairement marqué dans la coupe inférieure comme passant sous le sommet des tombeaux.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3833/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 5 – Croquis J. Payen redessiné par Nicolas Bresch
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3833/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 6 – Plan de la première phase architecturale de la Ville I (niveau e) avec le sondage de 1997 et les recherches de 2000
Légende Ce plan remplace celui publié dans MAM I pl. II, cf. ici fig. 1 (dessin N. Bresch)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3833/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 7 – Au premier plan, les bâtiments du niveau d (Ville I) ; en arrière-plan, le secteur dit des prêtres du temple d’Ishtar de la Ville II ; à droite, la rue excavée jusqu’au niveau de la canalisation
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3833/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 8 – Analyse des altitudes à partir de la fig. 1 (pl. II de MAM I)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3833/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 9 – Niveau d complet avec rassemblement des différentes parties tirées des pl. II, III et IV de MAM I
Légende Ce plan remplace la pl. Ill de MAM I (ici fig. 2) [dessin N. Bresch]
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3833/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 10Plan du temple d’Ishtar Ancien lors de sa construction (première phase) au moment de la fondation de la Ville II
Légende Dessin N. Bresch
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3833/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. IlPlan du temple d’Ishtar Ancien Rénové (deuxième phase)
Légende Dessin N. Bresch
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3833/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 12 – Plan du temple d’Ishtar Récent
Légende Dessin N. Bresch
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3833/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search