Version classiqueVersion mobile

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Publication de matériel : Terqa

La céramique du chantier F de Tell Ashara-Terqa. I.

Rapport préliminaire

Maria Grazia Masetti-Rouault et Paola Poli

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Rouault 1997, 2001.
  • 2 Rouault et al., 1997 ; Masetti-Rouault dans ce volume, p. 45-60.
  • 3 Rouault et Maggi, 2001 ; Rouault 2002, 2004 ; mais voir déjà Poli 2001, 2002 et 2004.

1La céramique publiée ici a été recueillie pendant plusieurs campagnes de fouille, notamment TQ 12, 13, 15, 16 et 18, réalisées par la Mission française entre 1985 et 1997 dans le chantier F du site de Terqa, correspondant au bourg moderne de Tell Ashara, sur la rive droite de l’Euphrate syrien1. Les travaux de l’équipe française dans le chantier F, dont la fouille continue et dont la publication est partiellement en cours2, ont pris la suite d’une série de sondages et de fouilles préliminaires effectuées dans ce même secteur du tell par la mission américaine de l’Université de Californie – Los Angeles, sous la direction de G. Buccellati et de M. Kelly-Buccellati. Nos recherches nous ont permis d’établir une première reconstitution et interprétation stratigraphique des niveaux archéologiques attestés dans ce chantier, qui, dans l’état actuel de la fouille, datent d’une période allant du Bronze Ancien III au Bronze Moyen IIb. Si la céramique présentée ici correspond donc, dans son ensemble, à la production de ces époques, la majorité des formes étudiées provient en fait des niveaux paléobabyloniens, c’est-à-dire correspondant au BM IIa et b, qui ont été presque complètement fouillés pendant les saisons TQ 12 à TQ 18. Le matériel plus ancien provient essentiellement de sondages ponctuels effectués lors de ces missions. Par ailleurs, depuis 1999, pendant les missions TQ 20, TQ 21, TQ 22, TQ 23 et TQ 24 la fouille du chantier F a permis de mettre au jour un quartier d’habitations privées, datables de l’époque akkadienne et de l’époque dite, dans cette partie du Moyen-Euphrate syrien, des Shakkanakku, dont la documentation céramique sera présentée dans la deuxième partie de ce rapport3.

  • 4 Rouault 1992 ; Masetti-Rouault sous presse.

2À ce stade préliminaire de la publication de la céramique de Terqa, notre intention est d’offrir une vue d’ensemble, la plus complète possible, de la poterie produite localement, afin de pouvoir mieux la caractériser et d’évaluer ses relations avec les traditions artisanales et techniques des autres centres politiques et économiques de la région, et avant tout avec Mari, qui se trouve à moins de 70 km en aval sur l’Euphrate. Les données recueillies dans les archives du Bronze Moyen II du palais royal de Mari, et confirmées d’autre part par les textes contemporains de Terqa, ont permis de reconstituer une image bien définie de la situation politique de la région. Mari, siège de la royauté, domine un vaste territoire, à travers un système de contrôle administratif et militaire articulé autour d’une série de centres de province, dont Terqa est sans doute un des plus importants. Cette structure politique, documentée par des textes qui, en fait, couvrent moins d’un siècle (le XVIIIsiècle av. J.‑C.) est souvent considérée, dans le discours historique courant, comme valide pour toute la période de coexistence entre les deux villes, depuis la période de leur fondation jusqu’au moment de la destruction de Mari. Cette domination politique semble en outre considérée comme induisant, presque naturellement, la complète dépendance de la culture de Terqa, qui aurait donc suivi, de façon passive, les modèles mariotes dans l’art, dans l’artisanat ainsi que dans l’expression littéraire et juridique4.

  • 5 Lebeau 1983, 1985a et b, 1987a et b ; Geyer et Monchambert 2003 ; Pons 1999a ; Jean-Marie 1999.
  • 6 Voir, par exemple, Holland 1976 et 1977, Dornemann 1979 ; Machule et al. 1986 et 1987 ; Kohlmeye (...)
  • 7 Mazzoni 1985 ; Kepinski et Lecomte 1985 ; Dornemann 1992 ; Jamieson 1993 ; Kepinski-Lecomte 1995 (...)

3L’étude de la production céramique locale de Terqa à l’époque de sa soumission avérée à Mari, ainsi que pendant d’autres périodes où leurs rapports sont moins documentés, peut sans doute apporter des informations nouvelles sur la réalité de ces relations, tant dans le but de mesurer la dépendance effective d’un centre urbain provincial par rapport à sa capitale, que pour vérifier l’existence et l’extension de ce contrôle dans des conditions politiques différentes. L’avancement des recherches et des publications concernant les traditions céramiques de Mari5, ainsi que de nombreux autres sites contemporains du Moyen-Euphrate syrien6, rendent maintenant possible une recherche comparative sérieuse sur la présence de koinès dans la culture de ces différents centres, de Mésopotamie du Nord et de Syrie, jusqu’en Mésopotamie du Sud et à Babylone, grâce à l’étude du partage et de la diffusion de certaines caractéristiques formelles et techniques de la production artisanale de la céramique7. C’est pour ces raisons, et dans cette perspective, que nous avons estimé utile de publier une nouvelle série de formes entières documentant essentiellement le Bronze Moyen II, nous arrêtant au moment de la chute de Mari – qui d’autre part coïncide à Terqa avec le début de l’époque dite de « Hana », très peu attestée dans le chantier F. Nous présentons ici les formes principales, ajoutant seulement les variantes les plus significatives. Dans cette phase préliminaire de nos recherches – et bien que la banque de données soit déjà constituée – nous n’avons pas inclus l’étude des tessons diagnostiques provenant, en très grande quantité, des mêmes contextes, ni tenté une présentation générale des fréquences des formes. Ces aspects de l’étude générale seront publiés ultérieurement.

CÉRAMIQUE ET STRATIGRAPHIE

  • 8 Thureau-Dangin et Dhorme 1924.
  • 9 Pic 1997.
  • 10 Kelly-Buccellati et Shelby 1977.
  • 11 Buia 1993.
  • 12 Tassignon 1997.

4La production céramique de Terqa, provenant de différents secteurs du tell, a été déjà présentée et analysée dans une série de travaux, dont le premier est l’article de E Thureau-Dangin et E. Dhorme8, publié en 1924, et complété, en 1997, par M. Pic9, présentant le matériel conservé au Musée du Louvre et datant surtout du IIImillénaire av. J.‑C. La publication, en 1977, par M. Kelly-Buccellati et W. R. Shelby10, de la céramique recueillie pendant les premières deux saisons de la Mission américaine, concerne essentiellement les récipients du deuxième millénaire, qui toutefois proviennent, en grande majorité, d’autres chantiers du site. Appartenant à la même équipe, D. Buia, qui a été responsable d’une partie des fouilles du chantier F à l’époque de la mission américaine, a rédigé en 1993 sa thèse de Ph.D., à l’université de Los Angeles, sur la céramique retrouvée à l’occasion de ses travaux, thèse qui reste toutefois encore inédite11. Enfin, plus récemment, en 1997, I. Tassignon, de l’université de Liège, a publié un rapport préliminaire sur la céramique des campagnes TQ 11 et TQ 1212 : la plus grande partie du matériel analysé par cet auteur provient en effet du chantier F, où l’équipe française avait ouvert des nouveaux carrés de fouille et réalisé un sondage.

  • 13 Tubb 1980 ; cf. Kepinski-Lecomte 1995, p. 36.
  • 14 Masetti-Rouault 1997.
  • 15 Rouault 1998.
  • 16 Masetti-Rouault dans ce volume, p. 35-50 ; Rouault et Maggi 2001 ; Rouault 2002, 2004 ; voir aus (...)

5Bien que la collection de formes céramiques présentées dans tous ces travaux soit au fond assez importante, sinon exhaustive, et que, mis à part quelques inévitables problèmes de datation13, elle puisse déjà être considérée comme représentative de la production artisanale de Terqa pendant presque plus d’un millénaire, nous avons estimé que la publication du matériel céramique du chantier F pouvait encore apporter des renseignements nouveaux et utiles, dans la mesure où cette documentation pouvait être associée à une interprétation stratigraphique de son contexte archéologique désormais relativement clair et bien connu. En effet, nous pouvons considérer que la fouille des niveaux du Bronze Moyen I et II dans le chantier F, qui a exploité une bonne partie de la surface disponible dans ce secteur du tell – environ 2 000 m2 – est désormais assez avancée, et que la stratigraphie du secteur a été analysée sur une surface suffisamment vaste, pour permettre une interprétation assez assurée. Déjà esquissée, dans une forme encore préliminaire et partielle, dans le rapport sur le sondage F3kl14, l’analyse de la séquence stratigraphique du chantier F, au BA IV et au BM I‑II, a été présentée par O. Rouault dans un article de 199815. Des rapports préliminaires de fouille concernant les saisons TQ 13 et TQ 14, et relatifs à la période paléobabylonienne, sont publiés dans ce volume, les suivants étant sous presse. Ceux qui concernent le BM I, l’époque akkadienne et la période dite shakkanakku ont déjà été publiés, mais les travaux de terrain ne sont par terminés16.

6La fouille du chantier F a permis de définir, dans l’ensemble, trois phases différentes pour l’époque paléobabylonienne (BM II), que nous appellerons, de la plus récente à la plus ancienne II.0, II.1 et H.2., et qui ont été précédées par trois autres phases, III.0, III.1 et III.2, situées, du pont de vue chronologique, entre le BM 1 et le DA IVB. Ces phases ont été identifiées et déterminées grâce à l’observation de modifications profondes dans la structure de l’habitat. La phase II.0, peu attestée dans le chantier F, correspond sans doute à la transition avec l’époque dite de « Hana », consécutive à la chute de Mari. La phase II.1 documente essentiellement l’époque du règne de Zimri-Lim de Mari (1775‑1760 av. J.‑C.), sans qu’on puisse en établir avec certitude la date de début à partir de données de la culture matérielle. Toutefois, la présence, dans ces couches, de documents cunéiformes faisant référence tant à Zimri-Lim qu’à Samsi-Addu, le roi amorite de Mésopotamie du Nord qui avait étendu sa domination jusqu’à Mari, aide à situer ce niveau dans la chronologie. La phase II.2 est caractérisée par la construction d’un édifice de dimensions importantes, qui sera complètement rasé, jusqu’au niveau de ses fondations, à l’époque suivante, pour être remplacé par un habitat plus articulé, mais de qualité inférieure, de par la dimension des murs et des espaces ainsi définis. Ce bâtiment a été construit ex novo sur une sorte de terrain vague, laissé pratiquement vide pendant la phase III.O, pour laquelle on n’a pu relever que la présence de quelques tombes, et sans doute des restes d’activités artisanales. Ce niveau correspondait au résultat du processus de destruction et d’abandon du quartier d’habitations privées qui l’occupait, à l’époque « shakkanakku » (phase III.1), et sans doute aussi akkadienne (phase III.2).

7En ce qui concerne la période paléobabylonienne, afin de mieux évaluer la signification de la collection présentée ici, il convient de faire quelques remarques générales. On doit tout d’abord noter que, dans l’ensemble, la culture matérielle de Terqa à cette époque apparaît très riche et variée, surtout si on la compare avec la relative simplicité des constructions et de la structure de l’habitat correspondants. D’autre part, la production céramique locale d’époque paléobabylonienne montre en même temps une remarquable unité et cohérence, conservant les mêmes caractéristiques principales pendant toute la durée de la période. C’est ainsi, par exemple, que, dans les niveaux de la phase II.0 – les plus récents de l’époque paléobabylonienne – nous n’avons pu mettre en évidence aucun élément diagnostique typique de la céramique de la période ultérieure, dite de « Hana », que maintenant nous connaissons bien grâce aux fouilles dans les chantiers E et C de Terqa. De la même façon, les céramiques des phases paléobabyloniennes II.1 et II.2 du chantier F n’offrent aucun élément distinctif susceptible d’attester une opposition, ni une quelconque tendance évolutive, des formes attestées. Il faut en outre souligner que, si la fouille des couches de la phase IL 1 a mis au jour une série de sols, sur lesquels nous avons pu ramasser des formes entières et des tessons diagnostiques, pour la phase II.2, seuls ont été conservés, à quelques rares exceptions près, des niveaux de fondations, avec un matériel associé assez pauvre.

8Par ailleurs, cette impression de manque d’équilibre statistique entre les deux phases II.1 et II.2 doit être tempérée par la constatation que la majorité des formes entières présentées ici proviennent, de fait, de contextes funéraires. Au Bronze Moyen II, la typologie la plus fréquente des tombes d’adultes de Terqa, qui se trouvent sous les sols des espaces habités, est celle de l’inhumation dans une grande jarre de stockage, couverte par une autre jarre ou par une autre forme ouverte, de dimensions souvent inférieures ; d’autres récipients, plus petits, contenant des offrandes funéraires, se trouvent tant à l’intérieur des jarres, à proximité du corps, que, plus souvent, disposées à l’extérieur. La grande quantité des fosses et des tombes du chantier F, intrusives dans les couches de la phase II.2, ou même III.O, perturbent largement le contexte stratigraphique, rendant parfois difficile de déterminer le sol depuis lequel la fosse a été creusée, et donc la phase à laquelle appartient chaque sépulture. Pour ces raisons, et en l’attente de la publication de l’étude générale à venir sur les tombes de Terqa, nous n’avons pas établi de distinction entre les céramiques des phases II.2 et II.1, nous contentant d’une référence générique à l’époque paléobabylonienne.

LES FORMES PRINCIPALES

9Nous présentons ici les formes céramiques plus importantes retrouvées dans le chantier F de Terqa. Il ne s’agit évidemment pas de fournir une étude de l’évolution des différentes typologies qui se sont succédé dans le cours du temps, mais plutôt d’offrir une vue générale de l’ensemble des trouvailles des saisons passées. Les comparanda sont concentrées sur la production d’autres sites du Moyen-Euphrate, en premier lieu Mari, Baghouz, Haradum et Tell Hadidi.

10À chaque forme nous avons attribué un indice de comparaison. L’indice 1 correspond à l’identité des morphologies comparées, 2 indique une forte ressemblance, mais avec des variantes, tandis que 3 marque uniquement la présence de quelques éléments communs.

La céramique d’époque paléobabylonienne

Formes ouvertes : assiettes (pl. I)

  • 17 Pons 1999a, p. 7.
  • 18 Kepinski-Lecomte 1992, classe 20.

11Les assiettes ont, dans leur ensemble, des caractéristiques et des dimensions assez homogènes. Dans la plupart de cas, ces formes présentent une base plate, une paroi évasée et concave, une lèvre aplatie et légèrement biseautée vers l’intérieur. Le diamètre moyen est d’environ 30 cm. La pâte, commune, contient des inclusions tant végétales que minérales, tandis que la surface est couverte par un engobe fait d’une argile de couleur plus claire. Il s’agit d’une typologie céramique ayant des nombreux parallèles essentiellement à Mari17, où elle est attribuée en général au XVIIIsiècle, ou à l’époque de Zimri-Lim. Des formes semblables sont également attestées à Haradum, bien qu’elles ne soient pas vraiment identiques : les exemples de Haradum, datés des XVIIIe et XVIIsiècles, ont une lèvre moins biseautée18. Dans l’ensemble, on peut dire que ces grandes assiettes représentent un type céramique relativement commun et diffusé dans toute la Mésopotamie pendant cette période, mais elles sont souvent moins profondes.

12Dans cette série il faut distinguer, en raison de ses caractéristiques spécifiques, l’assiette TQ16 044a, qui a été utilisée comme couvercle pour la jarre funéraire TQ16 044b. Son diamètre est inférieur à celui des autres récipients étudiés ici, sa paroi est droite et son bord est biseauté vers l’extérieur.

Formes ouvertes : coupes (pl. II)

  • 19 Cf. Pons 1999a, p. 4.

13Seules deux formes sont attestées dans cette catégorie. TQ16 160 présente une base annulaire, une paroi convexe et une lèvre épaissie vers l’intérieur. La pâte est en argile commune et la surface n’a pas été lustrée ni engobée. Cette typologie a des nombreux parallèles à Mari, attribués à la période qui va de l’époque shakkanakku à celle dite de la « dynastie des Lim ». Une coupe semblable vient aussi de Haradum, laissant ainsi penser à une permanence de cette forme aussi après la chute de Mari19.

14La coupe TQ16 110 est intéressante, et constitue sans doute un des rares exemples de production non locale. Il s’agit peut-être d’une importation anatolienne. La surface est marquée par différentes carènes situées à des distances régulières. La pâte est en argile noire et la surface lustrée.

Formes ouvertes : petites coupes et bols (pl. II)

  • 20 Pons 1999a, p. 128.

15Cette catégorie est représentée par des formes assez nombreuses. Il s’agit en majorité de récipients de petites dimensions, avec une base plate, une paroi évasée ou légèrement conique. La lèvre est souvent ronde. Ces bols, sans doute utilisés dans la vie courante, étaient produits avec une argile commune ou grossière, avec des inclusions végétales et minérales. À Mari des formes semblables ont été retrouvées dans des niveaux d’époques diverses, depuis la fin du IIImillénaire jusqu’au milieu du XVIIIsiècle20.

  • 21 Cf. planches des comparanda.

16La surface externe de certains de ces récipients présente une sorte de carène. Il s’agit de formes moins communes, déjà connues à Terqa21, qui ont des parallèles assez précis à Mari, où une typologie semblable est attribuée à l’époque shakkanakku. Il est intéressant de remarquer la présence à Nuzi, à l’époque hourrite, de récipients présentant des caractéristiques analogues.

Formes fermées : gobelets (pl. III et IV)

17Plusieurs ensembles de formes appartiennent à cette catégorie. Le premier groupe est représenté par deux gobelets, avec une base plate, les parois évasées et une lèvre ronde. TQ16 074 est réalisé avec une pâte plutôt fine, de couleur verdâtre ; la pâte de TQ16 114 est par contre plus grossière. Ces gobelets semblent typiques d’une production assez archaïque. En effet, à Mari des gobelets semblables sont datés du DA I‑II. Toutefois, une comparaison est possible aussi avec un récipient de Nuzi, d’époque beaucoup plus tardive.

18Un ensemble quantitativement plus important est formé par des gobelets présentant une base annulaire, une paroi globulaire, un col évasé et une lèvre ronde. Ils sont produits avec une pâte commune, plus rarement fine, de couleurs variées, avec des tonalités allant du rouge vers le jaune. Il s’agit d’une forme céramique très diffusée durant la première moitié du IImillénaire av. J.‑C., et largement attestée dans le Moyen-Euphrate, à Mari et à Baghouz.

19À un troisième groupe appartient le gobelet TQ16 115, dont l’ouverture est bien plus large que dans les exemples précédents, et dont la base était probablement ronde. Un exemple analogue est attesté à Mari, provenant toutefois d’un niveau plus ancien. Enfin, un quatrième ensemble est représenté par des gobelets, comme TQ15 208 et TQ15 218, dont la forme est semblable à celles des récipients déjà décrits, mais qui présentent un profil plus cylindrique.

Formes fermées : les bouteilles (pl. VII‑XIII)

20Il s’agit du type de récipient qui présente la plus grande quantité d’attestations parmi ceux qui ont été présentés ici, sans doute en raison de sa fréquence dans les contextes funéraires dans lequel il a souvent été retrouvé, mais aussi par le fait que cette forme est une des plus communes dans la production céramique du Bronze Moyen II, diffusée tant en Syrie que dans toute la Mésopotamie.

21On peut distinguer plusieurs variantes. Dans la pl. VII nous présentons des bouteilles de forme ovoïde caractérisées par une base annulaire, avec des parois allongées qui se terminent par un col et une lèvre ronde, ou amincie. D’autres sont morphologiquement semblables aux précédentes, mais présentent des parois moins allongées et plus globulaires, avec un col évasé et une lèvre ronde, débordante (pl. VIII‑IX) ou débordante amincie (pl. IX‑XII). Parmi les exemples fragmentaires, trois bouteilles présentent une forme plus cylindrique, tandis qu’une autre est piriforme.

22La pâte est généralement composée d’un type d’argile commune, avec des inclusions végétales et minérales. Les surfaces sont engobées, de couleurs claires. Toutes ces variantes sont largement documentées dans la production contemporaine, paléobabylonienne, de Mari.

Formes fermées : les petites jarres (pl. XV‑XVII)

  • 22 Pons 1999a, p. 177.

23Nous appelons ainsi les récipients fermés qui présentent, au niveau de la lèvre, un diamètre inférieur à 25 cm. Parmi les variantes, certaines petites jarres ont une base annulaire, avec une panse globulaire et un col évasé. La lèvre peut être saillante (TQ15 226) ou bien débordante (TQ15 513). Un autre type présente un col plus court, concave, se terminant dans une lèvre débordante amincie (TQ15 204) ou ronde (TQ16 630). Directement comparables aux exemples provenant de Mari22, deux petites jarres (TQ15 385 et TQ16456) sont caractérisées par un col droit, décoré par trois moulures et se terminant par une lèvre verticale ou légèrement inclinée vers l’extérieur. La partie interne du col est marquée par une concavité.

24D’autres petites jarres, tout en partageant une série de caractéristiques avec les précédentes, ont une base aplatie (TQ15 484, TQ15 385). L’exemplaire TQ16 447, de forme globulaire, avec un col évasé et une lèvre ronde amincie, présente un décor réalisé au bitume sur le col et l’épaule. Tous ces récipients sont produits à partir d’une argile commune, avec des inclusions tant végétales que minérales. La surface est couverte d’un engobe en argile de couleurs variées, parmi lesquelles prédominent les tonalités claires et tendant vers les jaunes.

25Cette typologie était déjà attestée à Terqa et, dans l’ensemble, pratiquement toutes les variantes présentées trouvent des comparaisons claires dans la production céramique du Moyen-Euphrate entre la période shakkanakku et le XVIIsiècle av. J.‑C. Ces formes semblent donc s’être bien conservées et développées dans la région au cours du temps, mieux sans doute que d’autres types de récipients.

26Dans la pl. XVI nous avons présenté quelques formes qui présentent des profils divers, intermédiaires et semblables à ceux des gobelets. Le type représenté par TQ16 754 a une base plate, une panse globulaire, un col évasé et une lèvre ronde. TQ16 035 se distingue, en outre, par sa panse carénée, tandis que TQ16 428 a une forme plus cylindrique. Ces formes sont moins fréquentes, mais elles trouvent également dans la production mariote de la fin du IIImillénaire du début du IIe des comparanda évidents.

Formes ouvertes : jarres et cratères (pl. XIX‑XXI)

27Les jarres présentées ici proviennent toutes de contextes funéraires, mais il est possible, et même certain, qu’au moins une partie de ces récipients aient été retrouvés en usage secondaire, c’est-à-dire remployés pour les sépultures, après avoir été utilisée comme système de stockage et de conservation d’aliments et denrées. La typologie attestée le plus fréquemment est de forme globulaire, avec une lèvre simple, de type ronde épaissie ou ronde amincie. La base est plate. D’autres exemplaires, comme TQ16 286 et TQ16 287 (pl. XIX) présentent par contre une panse elliptique, une base ronde et une lèvre saillante. Cette variation pourrait correspondre à une phase plus récente de la production paléobabylonienne, trouvant des comparaisons ponctuelles tant à Baghouz qu’à Mari et à Nuzi. La pâte est commune, la surface non lissée, de couleurs claires à dominantes jaunes.

  • 23 Pons 1999a, p. 7.

28Le cratère TQ16 078 a une base annulaire, parois évasées, une lèvre saillante, horizontale, mais marquant un fort rétrécissement du diamètre de l’ouverture. Cette forme, attestée à Mari dès le début de la période paléobabylonienne23, est connue également dans le répertoire de Tell Hadidi.

Varia : les récipients miniatures

  • 24 Le niveau H du site de Hama a été daté par Fugmann de la période comprise entre le XIXe et le XVI(...)

29Quelques formes sont, au moins à Terqa, rarement attestées, voire uniques. C’est le cas des récipients miniatures, souvent moulés à la main. Les exemplaires TQ15 467 et TQ16 432 de la pl. V sont de forme globulaire, avec une base pointue et une lèvre ronde. TQ18 164 (pl. V) est une petite coupe avec base à pied, une panse convexe et une lèvre saillante : des récipients comparables ont été retrouvés dans le niveau H de Hama24, ainsi qu’à Baghouz. Le flacon TQ16 563 (pl. VI), caractérisé par une base annulaire, une panse globulaire, un col concave et une lèvre amincie représente par ailleurs une forme typique de la région du Moyen-Euphrate au milieu du IImillénaire av. J.‑C.

Les décors

  • 25 Plusieurs hypothèses circulent à propos de la signification de ces signes : s’agit-il de marques (...)

30Statistiquement très peu de récipients en céramique de Terqa présentent un décor réalisé sur la surface. À Terqa, conformément à une tradition du Moyen-Euphrate, attestée par exemple à Mari et à Haradum, un décor au bitume était parfois réalisé sur la surface de récipients fermés, en particulier sur des bouteilles. Les dessins sont très stylisés (pl. IX ; TQ15 515 pl. XVII), d’interprétation difficile – mais on peut distinguer quelques symboles, comme une étoile – et leur fonction n’est pas claire25. Le motif zoomorphe, sans doute un capridé ou un âne, présent sur la bouteille TQ15b 078 (pl. XII), est moins commun. On trouve un décor plus complexe et composite, formé par deux lignes de cercles, sous la lèvre d’une petite jarre (TQ16 447, pl. XVI).

31D’autres formes de décor attestées sont constituées de séries de lignes parallèles, parfois continues et ondulées, incisées sur l’épaule ou sur la partie supérieure de la panse du récipient.

La céramique de la fin du troisième millénaire

Formes ouvertes

32Ce sont surtout des coupes, illustrées dans les pl. XXIII à XXV, qui représentent le mieux la tradition céramique de la fin du IIImillénaire av. J.‑C. retrouvée dans les sondages du chantier F. Il s’agit de récipients d’usage commun, réalisés en série, comme le montre leur base, plate, marquée par les traces de la ficelle utilisée par le potier afin de détacher l’objet du tour. Ce matériel peut être partagé en deux groupes principaux, qui pourraient correspondre à deux périodes différentes : des coupes présentent une base plate et des parois évasées, dont la lèvre est la simple prolongation de la panse, arrondie ou épaissie, pour les plus récentes, tandis que d’autres, plus anciennes, sans doute de facture plus fruste, ont une forme plus globulaire.

  • 26 Selon la stratigraphie établie par Lebeau 1985a, qui souligne en particulier l’évolution dans le (...)

33La pâte de ces coupes est commune, parfois même grossière, avec des inclusions végétales et minérales. Sa couleur, ainsi que celle des engobes, est souvent plus foncée et sombre que dans la production d’époque paléobabylonienne, avec des tonalités tendant vers le brun et le rouge brique ou orangé. Dans l’ensemble, il s’agit de formes bien connues et attestées par exemple à Mari, dans le chantier B, où elles ont été datées d’une époque allant de la fin du Dynastique Archaïque jusqu’à Ur III26.

Formes fermées

  • 27 Cf., par exemple, Moon 1982, p. 48 avec bibliographie.
  • 28 Du Mesnil du Buisson 1948, pl. LXXXII : Z 138.

34Deux jarres, malheureusement fragmentaires, sans leur base, présentent des caractéristiques propres à une tradition certes mésopotamienne, mais complètement étrangère à celle qui se développera localement à l’époque paléobabylonienne. TQ16 198 (pl. XXV.I) a des parois évasées et carénées dans sa partie haute, qui pourraient sans doute rappeler les formes typiques de la « Céramique Écarlate » de la Diyala. Sur l’épaule a été réalisé un décor incisé, avec un schéma complexe, peut-être narratif. La lèvre est repliée vers l’extérieur et coupée. Cette forme ne comporte pas d’anse qui, par contre, apparaît dans d’autres variantes, retrouvées en Mésopotamie centrale et datées de l’époque Dynastique Archaïque27. TQ17 067 a une forme plus globulaire que TQ16 198 ; sans col, cette jarre est décorée d’un motif incisé qui présente des ressemblances avec un signe relevé sur un récipient de Baghouz28.

COMPARANDA. La céramique paléobabylonienne

COMPARANDA. La céramique paléobabylonienne

La céramique du troisième millénaire

La céramique du troisième millénaire

CONCLUSIONS

35La céramique d’époque paléobabylonienne de Terqa présente dans son ensemble, au BM Ha et b, une grande unité, non seulement dans le développement des formes fermées ou ouvertes, mais aussi dans la composition des pâtes, les techniques de cuisson, les traitements de la surface. Il s’agit d’une production qui est essentiellement locale, et qui n’était sans doute pas destinée à l’exportation, étant donné la banalité de sa typologie et sa qualité médiocre. Même s’il est évident, étant donné les dimensions du quartier et de la ville, que plusieurs ateliers de manufacture céramique ont dû être actifs en même temps à Terqa – et ils sont d’ailleurs parfois identifiables par des marques spécifiques – l’ensemble de la poterie appartient clairement à une même tradition artisanale. À cette époque, on ne trouve pratiquement aucun exemple de céramique importée dans le chantier F : seuls quelques rares tessons peints, de type Khabour, attestent l’existence de relations, par ailleurs bien probables, avec la Mésopotamie du Nord.

  • 29 Lebeau 1987b, Pons 1999a.
  • 30 Kepinski et Lecomte 1985 ; Kepinski-Lecomte 1992.
  • 31 Dornemann 1992 ; Kepinski-Lecomte 1995.

36La tradition paléobabylonienne de Terqa reflète, de façon évidente, celle qui est documentée par la production attestée à Mari à la même époque29, ainsi que dans d’autres sites de la vallée de l’Euphrate appartenant à la même organisation politique et administrative, comme Haradum30. Plus en général, et comme on pouvait s’y attendre, cette tradition locale s’inscrit aussi dans l’horizon céramique formé par la production des sites contemporains établis sur les rives du Moyen-Euphrate, tant en amont, jusqu’aux centres du piedmont anatolien, qu’en aval, dans la région de Sippar et au-delà31. Toutefois, de ce point de vue – et à la différence de ce qu’on peut constater aux époques précédentes – la céramique paléobabylonienne de Terqa semble rester plutôt fermée aux impulsions provenant des contacts avec la production des régions voisines, à l’Est (Assur, Tell Billa ou Ishcali), comme à l’Ouest (Hama ou Ebla), ou encore vers le Nord, et dans le bassin du Khabour ; productions qui ont pourtant influencé la culture matérielle de la vallée de l’Euphrate. Si les liens les plus importants et les plus forts sont ceux qui relient la poterie de Terqa avec celle de la capitale du royaume, la présence dans le répertoire de Terqa de quelques formes qui ne semblent pas attestées à Mari pourrait toutefois indiquer que les ateliers locaux ont gardé une certaine indépendance, manifestant ainsi la conscience de leur propre identité culturelle, commune, mais pas identique à celle de Mari.

  • 32 Lebeau 1983 ; 1985a et 1985b.
  • 33 Mazzoni 1985 ; Jamieson 1993 ; Rova 1996.

37Cette uniformité de la production céramique de Terqa à l’époque paléobabylonienne apparaît déjà comme une réalité à partir du matériel recueilli dans les couches de la phase II.2. Dans la mesure où la phase précédente. III.0, a donné peu de poterie diagnostique, il est pour le moment difficile d’établir une image, même provisoire, des conditions de la formation de cette tradition artisanale et de ses relations avec la production de l’époque précédente. Ce qui semble par ailleurs clair, même de premier abord, c’est qu’elle se distingue nettement de la céramique présente dans les couches des phases III.1 et III.2, que nous avons datées de l’époque shakkanakku et akkadienne, du BM I et du BAIVb. Les formes attestées dans ces couches plus anciennes appartiennent sans doute à une tradition céramique différente, caractérisée par une meilleure qualité des pâtes, plus fines, avec moins de dégraissants végétaux et présentant des formes plus rondes et élaborées. Si elle trouve encore dans la production mariote les éléments les plus clairs de comparaison32, durant cette époque les relations aussi avec des traditions plus septentrionales et plus occidentales, comme celles de Hama ou d’Ebla attestent clairement le caractère moins local et plus international de la culture artisanale céramique de la Syrie continentale à la fin du IIImillénaire av. J.‑C.33. La présence de quelques exemples de récipients de type Metallic Ware, ou de leurs imitations locales, témoigne également de contacts avec la Mésopotamie du Nord et le bassin du Khabour.

38Ces rapports et ces échanges semblent se tarir aux époques suivantes, bien que les données fournies par la céramique d’un quartier de la ville ne suffisent évidemment pas à retracer la réalité d’un ensemble de relations, sans doute complexe, entre États et villes. Toutefois, le matériel céramique relatif aux niveaux archéologiques correspondant à la fin du troisième millénaire, provenant essentiellement de sondages, ne nous permet pas, pour le moment, de définir avec grande précision la chronologie des phases III, et notamment de décider si on peut en situer la phase initiale à la fin, ou au début de l’époque akkadienne.

39Dans l’état actuel de la recherche, la fouille du chantier F a permis de constater que la culture de l’artisanat céramique de Terqa change de façon relativement rapide entre la fin du Bronze Ancien et le début du Bronze Moyen, et que ce changement technique, fonctionnel et esthétique de la production doit être associé aussi à une modification radicale dans l’usage d’une importante partie de la ville, d’un quartier qui, sans être central, n’était pas complètement périphérique dans l’urbanisme de Terqa. Les deux phases de construction, III.1 et II.2, sont séparées par une phase intermédiaire, III.0, qui correspond à une période d’abandon relatif de l’espace en question et de son utilisation pour des activités non-domestiques, sans toutefois qu’on puisse prétendre y voir la preuve d’une crise généralisée de l’habitat urbain. La céramique qui est associée à la phase de construction suivante, II.2, montre des caractéristiques différentes, qui, tout en n’étant sans doute pas significatives d’une rupture totale dans la tradition artisanale, manifestent un changement clair dans la technique de fabrication – avec un usage généralisé du tour – et dans le goût des utilisateurs. Dans les formes fermées, les profils ovoïdes, les formes ouvertes et les profils carénés s’affirment largement, tandis que la qualité de la pâte, contenant désormais dans une large mesure du dégraissant végétal, ainsi que la qualité de la cuisson, permettent de fabriquer des récipients plus lourds, à parois plus épaisses, mais plus fragiles. Encore plus que la variation dans la forme générale des récipients, ce sont justement ces modifications dans la technique et dans la pratique de la fabrication de la céramique, qui peuvent attester d’un changement culturel, ou d’un changement social et politique dans la ville.

Liste des abréviations employées dans les tableaux des planches céramiques

B

Diamètre de la base

F

Fine

L

Diamètre de la lèvre

M

Minéral

Mo

Moyenne

Pc

Petit calibre

Sup

Supérieure

V

Végétal

Pl. I – Céramique paléobabylonienne

Pl. I – Céramique paléobabylonienne

Pl. Il – Céramique paléobabylonienne

Pl. Il – Céramique paléobabylonienne

Pl. III – Céramique paléobabylonienne

Pl. III – Céramique paléobabylonienne

Pl. IV – Céramique paléobabylonienne

Pl. IV – Céramique paléobabylonienne

Pl. V – Céramique paléobabylonienne

Pl. V – Céramique paléobabylonienne

Pl. VI – Céramique paléobabylonienne

Pl. VI – Céramique paléobabylonienne

Pl. VII – Céramique paléobabylonienne

Pl. VII – Céramique paléobabylonienne

Pl. VIII – Céramique paléobabylonienne

Pl. VIII – Céramique paléobabylonienne

Pl. IX – Céramique paléobabylonienne

Pl. IX – Céramique paléobabylonienne

Pl. X – Céramique paléobabylonienne

Pl. X – Céramique paléobabylonienne

Pl. XI – Céramique paléobabylonienne

Pl. XI – Céramique paléobabylonienne

Pl. XII – Céramique paléobabylonienne

Pl. XII – Céramique paléobabylonienne

Pl. XIII – Céramique paléobabylonienne

Pl. XIII – Céramique paléobabylonienne

Pl. XIV – Céramique paléobabylonienne

Pl. XIV – Céramique paléobabylonienne

Pl. XV – Céramique paléobabylonienne

Pl. XV – Céramique paléobabylonienne

Pl. XVI – Céramique paléobabylonienne

Pl. XVI – Céramique paléobabylonienne

Pl. XVII – Céramique paléobabylonienne

Pl. XVII – Céramique paléobabylonienne

Pl. XVIII – Céramique paléobabylonienne

Pl. XVIII – Céramique paléobabylonienne

Pl. XIX – Céramique paléobabylonienne

Pl. XIX – Céramique paléobabylonienne

Pl. XX – Céramique paléobabylonienne

Pl. XX – Céramique paléobabylonienne

Pl. XXI – Céramique paléobabylonienne

Pl. XXI – Céramique paléobabylonienne

Pl. XXII – Céramique paléobabylonienne

Pl. XXII – Céramique paléobabylonienne

Pl. XXIII – Céramique du troisième millénaire

Pl. XXIII – Céramique du troisième millénaire

Pl. XXIV – Céramique du troisième millénaire

Pl. XXIV – Céramique du troisième millénaire

Pl. XXV – Céramique du troisième millénaire

Pl. XXV – Céramique du troisième millénaire

Pl. XXVI – Céramique du troisième millénaire

Pl. XXVI – Céramique du troisième millénaire

Pl. XXVII – Céramique du troisième millénaire

Pl. XXVII – Céramique du troisième millénaire

Pl. XXVIII – Céramique du troisième millénaire

Pl. XXVIII – Céramique du troisième millénaire

Fig. 1 – TQ15 284 (pl. I). TQ15 421 (pl. I)

Fig. 1 – TQ15 284 (pl. I). TQ15 421 (pl. I)

Fig. 2 – TQ16 623 (pl. II). TQ18 3014 (pl. XXV)

Fig. 2 – TQ16 623 (pl. II). TQ18 3014 (pl. XXV)

Fig. 3 – TQ16 785 (pl. Ill), TQ16 039 (pl. Ill), TQ16 045 (pl. Ill), TQ16 465 (pl. IV)

Fig. 3 – TQ16 785 (pl. Ill), TQ16 039 (pl. Ill), TQ16 045 (pl. Ill), TQ16 465 (pl. IV)

Fig. 4 – TQ18 164 (pl. V)

Fig. 4 – TQ18 164 (pl. V)

Fig. 5 – TQ16 563 (pl. VI), TQ13 202 (pl. VI)

Fig. 5 – TQ16 563 (pl. VI), TQ13 202 (pl. VI)

Fig. 6 – TQ15b 079 (pl. VIII), TQ16 757 (pl. IX). TQ15b 078 (pl. XII), TQ16 430 (pl. VIII)

Fig. 6 – TQ15b 079 (pl. VIII), TQ16 757 (pl. IX). TQ15b 078 (pl. XII), TQ16 430 (pl. VIII)

Fig. 7 – TQ15 202 (pl. XI). TQ15b 080 (pl. XII), TQ15b 082 (pl. XI)

Fig. 7 – TQ15 202 (pl. XI). TQ15b 080 (pl. XII), TQ15b 082 (pl. XI)

Fig. 8 – TQ15 204 (pl. XIV), TQ15 385 (pl. XV), TQ15 484 (pl. XV)

Fig. 8 – TQ15 204 (pl. XIV), TQ15 385 (pl. XV), TQ15 484 (pl. XV)

Fig. 9 – TQ15b 055 (pl. XVII), TQ15 513 (pl. XIV), TQ15 226 (pl. XIV)

Fig. 9 – TQ15b 055 (pl. XVII), TQ15 513 (pl. XIV), TQ15 226 (pl. XIV)

Fig. 10 – TQ15 481 (pl. XVIII)

Fig. 10 – TQ15 481 (pl. XVIII)

Fig. 11 – TQ16 044b (pl. XVIII)

Fig. 11 – TQ16 044b (pl. XVIII)

Fig. 12 – TQ16 705 (pl. XXVI)

Fig. 12 – TQ16 705 (pl. XXVI)

Fig. 13 – TQ16 114 (pl. III)

Fig. 13 – TQ16 114 (pl. III)

Fig. 14 – TQ18 3065 (pl. XXIII), TQ18 3084 (pl. XXIII). TQ18 054 (pl. XXIII)

Fig. 14 – TQ18 3065 (pl. XXIII), TQ18 3084 (pl. XXIII). TQ18 054 (pl. XXIII)

Fig. 15 – TQ16 715 (pl. XXIV), TQ16 376 (pl. XXV), TQ16 381 (pl. XXIII)

Fig. 15 – TQ16 715 (pl. XXIV), TQ16 376 (pl. XXV), TQ16 381 (pl. XXIII)

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Buia D.
1993 Historical Implications Derived from a Descriptive Study of the Excavated Structures and Ceramics of a Second Millennium B.C. Near-Eastern Site, ancient Terqa, Thèse de Ph.D, University of California, Los Angeles.

Dornemann R. H.
• 1979 « Tell Hadidi: A Millennium of Bronze âge Occupation », Annual of the American School of Oriental Research 44, p. 113‑151.
• 1992 « Early Second Millennium Ceramic Parallels between Tell Hadidi and Mari », in G. D. Young (éd.), Mari in Retrospect. Fifty Years of Mari and Mari Studies, Winona lake, Indiana, p. 77‑111.

Du Mesnil du Buisson R. comte
1948 Baghouz, l’ancienne Corsôtê : le tell archaïque et les nécropoles de l’âge du Bronze, Leiden.

Einwag B.
• 1993 « Die Keramik aus dem Gruftbereich des jungen Palastes in Tall Bi’a », Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft 125, p. 33‑50.
• 1998 Die Keramik aus dem Bereich des Palastes A in Tall Bi’a/Tuttul und das Problem der frühen Mittleren Bronzezeit, München-Wien.

Fugmann E.
1958 Hama : fouilles et recherches de la Fondation Carlsberg 1931‑1938. 2:1, L’architecture des périodes préhellénistiques, Copenhague.

Gasche H.
1971 L. De Meyer, H. Gasche et R. Paepe, Tell ed-Der. 1, Rapport préliminaire sur la première campagne (février 1970), Peters, Louvain.

Geyer B., Monchambert J.‑Y.
2003 La basse vallée de l’Euphrate syrien du Néolithique à l’avènement de l’Islam, BAH 166, Beyrouth.

Holland T. A.
• 1976 « Preliminary Report on Excavation at Tell Sweyhat, Syria, 1973‑4 », Levant 8, p. 36‑70.
• 1977 « Preliminary Report on Excavation at Tell Sweyhat, Syria, 1975 », Levant 9, p. 36‑65.

Jamieson A. S.
1993 « The Euphrates Valley and Early Bronze Age Ceramic Traditions », Abr-Nahrain 31, p. 36‑92.

Jean-Marie M.
1999 Tombes et nécropoles de Mari. Mission archéologique de Mari. 5, Beyrouth.

Kelly-Buccellati M., Shelby W. R.
1977 A Typology of Ceramic Vessels of the Third and Second Millennia from the First Two Seasons, SyroMesopotamian Studies 1/6.

Kepinski-Lecomte C.
• 1992 « La céramique », in C. Kepinski-Lecomte (éd.), Haradum I. Une ville nouvelle sur le Moyen-Euphrate (XVIIIe ‑XVIIe siècles av. J.‑C.), Paris, p. 179‑362.
• 1995 « La polarité occidentale d’Haradum, Moyen-Euphrate irakien (XVIIIe‑XVIIs. av. J.‑C.) », Anatolia Antiqua III, p. 33‑53.

Kepinski C., Lecomte O.
1985 « Mari et Haradum », MARI 4, p. 615‑621.

Kohlmeyer K.
1987 « Sondage an der Südostflanke des Hügels E », in E. Strommenger, « Ausgrabungen in Tall Bi’a 1985 », MDOG 199, p. 23‑33.

Lebeau M.
• 1983 « Mari 1979. Rapport préliminaire sur la céramique du chantier A », MARI 2, p. 165‑193.
• 1985a « Rapport préliminaire sur la séquence céramique du chantier B de Mari (IIImillénaire) », MARI 4, p. 93‑126.
• 1985b « Rapport préliminaire sur la céramique du Bronze Ancien IVa découverte au “palais présargonique 1” de Mari », MARI 4, p. 127‑136.
• 1987a « Rapport préliminaire sur la céramique des premiers niveaux de Mari (chantier B – 1984) », MARI 5, p. 415‑442.
• 1987b « Rapport préliminaire sur la céramique paléobabylonienne du chantier E de Mari », MARI 5, p. 443‑462.

Machule D. et al.
• 1986 « Ausgrabungen in Tall Munbaqa 1984 », Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft 118, p. 67‑146.
• 1987 « Ausgrabungen in Tall Munbaqa 1985 », Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft 119, p. 73‑134.

Masetti-Rouault M. G.
• 1997 « Chantier F, le sondage F3k1 (1988‑1989) », in O. Rouault (éd.), « Terqa : rapport préliminaire (1988‑1989) », MARI 8. p. 89‑98.
• sous presse « L’artisanat à Terqa, IImillénaire av. J.‑C. : la production locale et les ateliers », in Actes d’une table ronde, Maison de l’Orient Méditerranéen, UPR 7537.

Mazzoni S.
1985 « Frontières céramiques et le Haut-Euphrate au Bronze Ancien IV ». MARI 4, p. 561‑577.

Meyer J. W.
1989 « Die Grabungen in Planquadrat Q », in W. Orthmann (éd.), Halawa 1989‑1986. Bonn, p. 19‑56.

Moon J.
1982 « The Distribution of Upright-handled Jars and Stemmed Dishes in the Early Dynastic Period », Iraq 44/1, p. 39‑69.

Orthmann W., Meyer J.‑W.
1989 « Die Ausgrabungen der Planquadraten L und M », in W. Orthmann (éd.), Halawa 1989‑1986, Bonn, p. 63‑84.

Parrot A.
• 1956 Le temple d’Ishtar. Mission archéologique de Mari. 1, BAH 65, Paris.
• 1967 Les temples d’Ishtar et de Ninni-zaza. Mission archéologique de Mari. 3, BAH 86, Paris

Pic M.
1997 « Le matériel de Tell Ashara-Terqa au Musée du Louvre », in O. Rouault (éd.), « Terqa : rapport préliminaire (1988‑1989) », MARI 8, p. 159‑178.

Poli P.
• 2001 « Gli oggetti e la ceramica dei cantieri F e A di Terqa, del cantiere E di Tell Masaikh », in O. Rouault et C. Mora (éd.), « Missione archeologica di Terqa-Ashara : rapporta preliminare 2000 », Athenaeum. Studi di Letteratura e Storia dell’Antichità 89/2, p. 638‑643.
• 2002 « Gli oggetti e la ceramica dei cantieri F e A di Terqa, del cantiere E di Tell Masaikh », in O. Rouault et C. Mora (éd.), « Progetto “Terqa e la sua regione (Siria)” : rapporta preliminare 2001 », Athenaeum. Studi di Letteratura e Storia delVAntichità 90, p. 581‑589.
• 2004 « I materali provenienti dai cantieri F di Terqa e F di Tell Masaikh », in O. Rouault et C. Mora (éd.), « Progetto “Terqa e la sua regione (Siria)” : rapporta preliminare 2003 », Athenaeum. Studi di Letteratura e Storia dell’Antichità 90, p. 544‑552.

Pons N.
• 1999a La poterie de Mari (Syrie) de l’époque des Shakkanakku à la chute de la ville sous Zimri-Lim, Thèse de Doctorat, École Pratique des Hautes Études – Sciences Historiques et Archéologiques, Paris.
• 1999b « Les principales formes de poterie mariote de l’époque des Shakkanakku à la chute de la ville sous Zimrilim. Rapports avec la Babylonie », Akkadica 114‑115, p. 1‑58.

Rouault O.
• 1992 « Cultures locales et influences extérieures : le cas de Terqa », Studi Micenei ed Egeo-Anatolici 30, p. 247‑257.
• 1997 « Introduction », in O. Rouault (éd.), « Terqa : rapport préliminaire (1978‑1989) », MARI 8, p. 73‑75.
• 1998 « Recherches récentes à Tell Ashara-Terqa (1991‑1995) », in M. Lebeau (éd.), About Subartu. Studies devoted to Upper Mesopotamia. À propos de Subartu, Etudes consacrées à la haute Mésopotamie, Subartu IV/I, Tumhout, p. 313‑330.
• 2001 « La missione archeologica ad Ashara-Terqa », in O. Rouault et C. Mora (éd.), « Missione archeologica di Terqa-Ashara: rapporto preliminare 2000 », Athenaeum. Studi di Letteratura e Storia dell’Antichità 89/2, p. 621‑623.
• 2002 « Rapporto preliminare sui lavori della missione nel sito di Ashara-Terqa nel 2001 », in O. Rouault et C. Mora (éd.), « Progetto “Terqa e la sua regione (Siria)”: rapporto preliminare 2001 », Athenaeum. Studi di Letteratura e Storia dell’Antichità 90, p. 566‑569.
• 2004 « Rapporto preliminare sui lavori della missione nel sito di Ashara-Terqa nel 2003 », in O. Rouault et C. Mora (éd.), « Progetto “Terqa e la sua regione (Siria)”: rapporto preliminare 2003 », Athenaeum.
Studi di Letteratura e Storia dell’Antichità 92, p. 531‑535.

Rouault O. et al.
1997 « Chantier F (1987‑1989) – Étude générale », in O. Rouault (éd.), « Terqa : rapport préliminaire (1988‑1989) », MARI 8, p. 83‑88.

Rouault O. et Maggi A.
2001 « Il cantiere F », in O. Rouault et C. Mora (éd.), « Missione archeologica di Terqa-Ashara : rapporto preliminare 2000 », Athenaeum. Studi di Letteratura e Storia dell’Antichità 89/2, p. 626‑630.

Rova E.
1996 « Ceramic Provinces along the Middle and Upper Euphrates: Late Chalcolithic-Early Bronze âge, A Diachronic View », Baghdader Mitteilungen 27, p. 13‑30.

Starr R. F. S.
1937‑1939 Nuzi: Report on the Excavation at Yorgan Tepa near Kirkuk, Iraq, Conducted by Harvard University in Conjunction with the American Schools of Oriental Research and the University Museum of Philadelphia, 1927‑1931, Cambridge.

Tassignon I.
1997 « La poterie des campagnes de 1988 et 1989 », in O. Rouault (éd.), « Terqa : rapport préliminaire (1988‑1989) », MARI 8, p. 125‑140.

Thureau-Dangin F. et Dhorme E.
1924 « Cinq jours de fouilles à Asharah », Syria 5, p. 265‑293.

Tubb J.
1980 « A Reconsideration of the Date of the 2
nd Millennium Pottery from the Recent Excavations at Terqa », Levant 12, p. 61‑68.

Notes

1 Rouault 1997, 2001.

2 Rouault et al., 1997 ; Masetti-Rouault dans ce volume, p. 45-60.

3 Rouault et Maggi, 2001 ; Rouault 2002, 2004 ; mais voir déjà Poli 2001, 2002 et 2004.

4 Rouault 1992 ; Masetti-Rouault sous presse.

5 Lebeau 1983, 1985a et b, 1987a et b ; Geyer et Monchambert 2003 ; Pons 1999a ; Jean-Marie 1999.

6 Voir, par exemple, Holland 1976 et 1977, Dornemann 1979 ; Machule et al. 1986 et 1987 ; Kohlmeyer 1987 ; Orthmann et Meyer 1989 ; Kepinski-Lecomte 1992 ; Einwag 1993 et 1998.

7 Mazzoni 1985 ; Kepinski et Lecomte 1985 ; Dornemann 1992 ; Jamieson 1993 ; Kepinski-Lecomte 1995 ; Rova 1996.

8 Thureau-Dangin et Dhorme 1924.

9 Pic 1997.

10 Kelly-Buccellati et Shelby 1977.

11 Buia 1993.

12 Tassignon 1997.

13 Tubb 1980 ; cf. Kepinski-Lecomte 1995, p. 36.

14 Masetti-Rouault 1997.

15 Rouault 1998.

16 Masetti-Rouault dans ce volume, p. 35-50 ; Rouault et Maggi 2001 ; Rouault 2002, 2004 ; voir aussi Poli 2001, 2002, 2004.

17 Pons 1999a, p. 7.

18 Kepinski-Lecomte 1992, classe 20.

19 Cf. Pons 1999a, p. 4.

20 Pons 1999a, p. 128.

21 Cf. planches des comparanda.

22 Pons 1999a, p. 177.

23 Pons 1999a, p. 7.

24 Le niveau H du site de Hama a été daté par Fugmann de la période comprise entre le XIXe et le XVIsiècle, mais Pons 1999a, p. 36 (avec une importante bibliographie), estime plus probable une datation vers la fin du IIImillénaire et le début du IIe.

25 Plusieurs hypothèses circulent à propos de la signification de ces signes : s’agit-il de marques de l’atelier du potier, d’indications de mesure ou de qualité du contenu, ou encore d’identification du propriétaire ? Voir, entre autres, Du Mesnil du Buisson 1948, p. 48 ; Kelly-Buccellati et Shelby 1977, p. 7 ; Kepinski-Lecomte 1992, p. 360-361.

26 Selon la stratigraphie établie par Lebeau 1985a, qui souligne en particulier l’évolution dans le cours du temps de la forme des coupes, qui seraient plus globulaires et hémisphériques dans la période plus archaïque, mais dont les parois tendraient à devenir plus évasés et droites dès l’époque akkadienne. Voir toutefois Pons 1999a, p. 7, pour une critique des évaluations chronologiques des niveaux de la stratigraphie.

27 Cf., par exemple, Moon 1982, p. 48 avec bibliographie.

28 Du Mesnil du Buisson 1948, pl. LXXXII : Z 138.

29 Lebeau 1987b, Pons 1999a.

30 Kepinski et Lecomte 1985 ; Kepinski-Lecomte 1992.

31 Dornemann 1992 ; Kepinski-Lecomte 1995.

32 Lebeau 1983 ; 1985a et 1985b.

33 Mazzoni 1985 ; Jamieson 1993 ; Rova 1996.

Table des illustrations

Titre COMPARANDA. La céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre La céramique du troisième millénaire
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Pl. I – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Pl. Il – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Pl. III – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Pl. IV – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Pl. V – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Pl. VI – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Pl. VII – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Pl. VIII – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Pl. IX – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Pl. X – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Pl. XI – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Pl. XII – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Pl. XIII – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Pl. XIV – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Pl. XV – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Pl. XVI – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Pl. XVII – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Pl. XVIII – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Pl. XIX – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Pl. XX – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Pl. XXI – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Pl. XXII – Céramique paléobabylonienne
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Pl. XXIII – Céramique du troisième millénaire
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Pl. XXIV – Céramique du troisième millénaire
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Pl. XXV – Céramique du troisième millénaire
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Pl. XXVI – Céramique du troisième millénaire
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Pl. XXVII – Céramique du troisième millénaire
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Pl. XXVIII – Céramique du troisième millénaire
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 1 – TQ15 284 (pl. I). TQ15 421 (pl. I)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 2 – TQ16 623 (pl. II). TQ18 3014 (pl. XXV)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 3 – TQ16 785 (pl. Ill), TQ16 039 (pl. Ill), TQ16 045 (pl. Ill), TQ16 465 (pl. IV)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Fig. 4 – TQ18 164 (pl. V)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 5 – TQ16 563 (pl. VI), TQ13 202 (pl. VI)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 6 – TQ15b 079 (pl. VIII), TQ16 757 (pl. IX). TQ15b 078 (pl. XII), TQ16 430 (pl. VIII)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 7 – TQ15 202 (pl. XI). TQ15b 080 (pl. XII), TQ15b 082 (pl. XI)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 8 – TQ15 204 (pl. XIV), TQ15 385 (pl. XV), TQ15 484 (pl. XV)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Fig. 9 – TQ15b 055 (pl. XVII), TQ15 513 (pl. XIV), TQ15 226 (pl. XIV)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 10 – TQ15 481 (pl. XVIII)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 11 – TQ16 044b (pl. XVIII)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 12 – TQ16 705 (pl. XXVI)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 13 – TQ16 114 (pl. III)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 14 – TQ18 3065 (pl. XXIII), TQ18 3084 (pl. XXIII). TQ18 054 (pl. XXIII)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 15 – TQ16 715 (pl. XXIV), TQ16 376 (pl. XXV), TQ16 381 (pl. XXIII)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3824/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search