Version classiqueVersion mobile

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Rapports de fouille

Terqa, le chantier F

Mission de fouille de 1991 et de 1992

Maria Grazia Masetti-Rouault

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Les missions ont été dirigées par O. Rouault. Les opérations sur le chantier F ont été menées so (...)

1Selon le programme qu’on s’était fixé à la fin de la saison précédente, la stratégie suivie dans le secteur F pendant la saison TQ 13 (1er septembre-1er novembre 1991) était centrée essentiellement sur l’élargissement de la fouille effectuée dans le sondage TQ 12 kl, afin de vérifier et d’affiner certaines des hypothèses formulées au moment de l’étude des résultats. La saison suivante, TQ 14 (octobre 1992) – une mission d’étude –, a été dédiée essentiellement à des travaux topographiques et à une meilleure couverture photographique du secteur ; toutefois, l’érosion normale, ainsi que les opérations de nettoyage nécessaires, a amené la découverte de quelques nouvelles constructions, décrites dans ce même rapport1.

  • 2 Masetti-Rouault 1997, Rouault et al. 1997.

2La fouille du secteur F en 1991 et 1992 a utilisé les résultats du sondage TQ 12 kl2 un peu comme ceux d’un sondage directeur. Nous espérions toutefois que l’élargissement de la surface exposée aurait permis une meilleure compréhension de l’architecture et du plan, ainsi que des relations réelles entre les différents niveaux d’occupation. Deux carrés de 9 m (K50 et K51) ont été ouverts au sud du sondage TQ 12 kl, sur l’emplacement de deux anciens carrés déjà fouillés, pour les niveaux II.1, lors les deux saisons précédentes. Après le nettoyage de surface, nous avons procédé à une étude approfondie des structures déjà identifiées, et à l’éclaircissement de quelques problèmes restés ouverts.

LE CARRÉ F-K50

3En K50, le carré situé le plus à l’est, nous avons pu ainsi définir deux phases de constructions des murs pour l’époque paléobabylonienne : une première, plus récente, appelée II.1, caractérisée par un module de briques de 36 x 36 x 8/10 cm, et une autre, plus ancienne, II.2, avec des briques de dimensions à peine supérieures, 38/40 x 38/40 x 10/12 cm. À la première phase correspondent les murs e10, e11, e12, e13, e14, e23, e26, e106 ; à la deuxième les murs e8, e9 et e87. Plusieurs niveaux de sol en terre battue associés à ces murs ont été également mis en évidence ; dans les sections, ils apparaissent stratifiés, avec une certaine pente vers le sud.

  • 3 Les élévations sont données ici selon l’altitude au-dessus du niveau de la mer indiquée par la c (...)

4Les cotes des murs et des sols identifiés comme appartenant à la phase de construction II.1 sont comprises entre 190,20 m et 190,70 m, tandis que les sols attribués à la phase II.2 se trouvent autour de la cote moyenne de 189,80 m3.

Phase II.1 (fig. 1)

Les murs

5La structure des murs de cette phase est sans doute liée au plan du quartier administratif d’époque paléobabylonienne fouillé dans le sondage TQ 12 kl, puisque non seulement la taille des briques, mais aussi l’orientation générale du bâtiment sont comparables à celles déjà observées dans ce secteur. Aussi les restes en place montrent clairement une relation architecturale entre ces constructions. Les murs e8, e9, e 10, e12, e 13, et e26 délimitent un ensemble formé par au moins deux pièces – les loci k1 et k2 – de dimensions respectives de 3,5 x 4,5 m et 2,8 x 4,5 environ. En outre, on a mis en évidence la présence d’un petit mur de refend, e14, construit perpendiculaire au mur e 13 avec quelques briques cuites, qui paraît une installation de cuisine. L’état actuel des restes ne permet malheureusement pas de voir avec clarté les ouvertures et les voies de passage entre les différentes pièces, mais il semble que le mur e10 était percé par une porte vers le locus k4, et que, d’autre part, une porte s’ouvrait peut-être dans le mur e8, vers le locus k7, un espace probablement ouvert.

6En direction nord-est, au-delà du mur commun e10, nous avons commencé la fouille de deux autres espaces, les loci k3 et k4, séparés par le mur e11. La dimension de ces locaux est déjà beaucoup plus réduite ; en particulier, le locus k3 semble avoir été une petite cour ouverte, avec dans un coin un tannour e32 et, au milieu, appuyé sur un petit mur de refend, un four à poterie e45 partiellement enterré, qui contenait encore, au moment de la fouille, un récipient miniature moulé à la main. Deux crapaudines, apparemment in situ, prouveraient l’existence de deux portes, une vers le nord, l’autre vers la pièce k4. La suite des fouilles dans cette direction apportera les détails nécessaires à la compréhension de leur intégration dans le plan du quartier.

7Dans le coin sud-est du carré, le mur e26, qui est perpendiculaire à e13 et délimite le locus k2 dans cette direction, forme avec le mur e23 l’angle d’une autre pièce, dotée d’une porte ouverte vers un espace extérieur, et encore inexplorée par la fouille.

8La présence de nombreuses fosses et tombes d’époques diverses – araméennes et assyriennes, parthes et islamiques – qui couvraient pratiquement toute la surface du secteur en analyse ici, rend assez problématique l’étude des niveaux plus anciens pris en considération, qui ont été très perturbés, jusqu’à la destruction presque totale des murs et des fondations. En particulier, les angles formés par les murs e12 et e9, et e12 et e10, ont été fortement abîmés par des grandes et profondes fosses consécutives à des inhumations en jarres, fouillées lors d’une saison précédente. La relation entre ces murs reste toutefois évidente, et paraît particulièrement intéressante puisqu’elle montre que le bâtiment lié à cette phase a été construit en utilisant les fondations de murs plus anciens : en effet, e8 et e9, tout en ayant un module de brique plus grand et agencé d’ailleurs d’une manière différente, et des fondations plus profondes, ont délimité à un moment donné avec les murs e10 et e12 le même espace constituant un bâtiment unique.

Les couches de sol et les remplissages

9Les niveaux des sols correspondant à cette phase II.1, tous en terre battue, très argileux et blanchâtres, puisque constitués, en grande partie, à partir de briques cassées, ont été d’identification difficile et incertaine : en effet, ils sont visibles avec clarté essentiellement dans les sections. Les fosses pratiquées à partir des couches plus récentes, et les tombes associées, ont profondément bouleversé les restes d’occupation de ces espaces, et la céramique qu’on a pu y recueillir, sauf celle liée au mobilier funéraire des sépultures, a été souvent contaminée par les intrusions d’époques différentes. Plusieurs fragments de tablettes ont été retrouvés, manifestement pas in situ, à l’exception d’une tablette contenue dans un petit vase posé contre la fondation du mur e11, probablement sous un sol. Des scellements de portes et de bouchons en argile, avec des impressions de sceaux, ont été également mis au jour, ainsi que, parmi les objets, deux aiguilles en os et en bronze, et divers petits fragments de figurines en argile.

10La couche de remplissage e1 qui couvrait les restes des murs, au niveau de la surface actuelle rendue très dure et compacte par le contact avec les agents atmosphériques, est composée essentiellement de briques cassées – quelquefois visibles sur la surface de fouille aplanie et nettoyée –, contenant une faible quantité de tessons. Son épaisseur est variable. Il est difficile de déterminer si cette couche correspond à un niveau d’occupation précis : elle couvre et englobe sans doute une série de sols en terre battue liés à la période de fonctionnement du bâtiment, mais on peut se demander si elle est aussi le résultat de la destruction de ces murs, suivie par une éventuelle réoccupation des restes. En effet, une série de tombes à inhumation simple, avec les squelettes en position repliée, tout en provenant de cette couche, semble respecter l’alignement des murs, montrant ainsi que la structure du bâtiment était encore visible quand la couche était déjà partiellement constituée, ou bien que le sol en place avait été créé avec les débris d’une construction plus ancienne.

Les tombes

11Ces tombes (e3, e5, e6, e18, e28) se situent toutes, à l’exception de e3, petite sépulture de nourrisson, dans le locus k2, et sont caractérisées par la position de l’épine dorsale du squelette, qui est parallèle et pose directement contre la fondation d’un mur. On ne peut noter, par ailleurs, d’orientation régulière du crâne ; les restes osseux sont entourés par, ou posés sur, quelques briques ou fragments de pierre. Si e3 et e6 sont des tombes de nourrissons ou d’enfants en bas âge, sans mobilier funéraire et peu profondes, par contre les tombes d’adultes e18 et e28 ont livré un matériel plus abondant. La première, intrusive dans la couche plus ancienne et contenant deux crânes et les restes de quelques os disposés probablement contre le mur e10, a été détruite par le creusement d’une fosse pour une sépulture à jarres d’époque araméenne, mais elle a gardé une grande partie de la céramique, avec des formes entières. Dans la deuxième tombe, e28, le squelette, en position repliée, est parallèle au mur e12 ; les mains sont jointes devant la figure, à proximité d’un vase, et un autre plus petit est situé devant l’articulation des genoux. Des fragments d’une grande assiette ont été retrouvés placés sous les os des pieds.

12On a peu d’éléments pour décider si ces tombes sont contemporaines ou postérieures aux bâtiments II.1, c’est-à-dire si elles proviennent d’un niveau de sol en usage pendant que le bâtiment dans son ensemble était encore utilisé, ou bien si elles ont été creusées dans la couche créée par la décomposition de ces murs. Dans le premier cas, les briques cassées présentes en grande quantité dans ce sol auraient été rapportées pour une réfection volontaire ; dans le second, elles témoigneraient de l’abandon du secteur en question, et d’une réoccupation à une époque ultérieure. Si la première hypothèse semble la plus vraisemblable, à partir des observations stratigraphiques et d’un premier examen de la poterie associée à ces tombes, le fait que les sépultures trouvées dans le secteur F datables à la phase II.1 sont dans leur grande majorité des tombes à jarres, laisse à penser que les tombes en question témoignent d’une autre tradition et d’un rituel funéraire différent, et seraient donc à dater d’une époque postérieure à celle de la construction des murs.

Phase II.2 (fig. 1)

Les murs et autres structures

13Tout en s’intégrant clairement dans le bâtiment principal de la phase II.1, les murs e8, e9, e87 montrent, tant par le module et l’agencement de leurs briques que par la différente profondeur de leurs fondations (en moyenne 80 cm plus bas que celles des murs e 12 et e14), qu’ils sont les restes d’une construction précédente, réutilisés ensuite pour bâtir l’immeuble de la phase II.1. Si les bouleversements successifs n’ont pas laissé de traces des nouveaux murs construits sur e8 et e9, dans le coin nord-est la superposition du mur e13 aux restes du mur plus ancien e87 est restée claire et visible : ici les deux murs ont la même épaisseur et presque la même orientation, et on peut supposer que les murs e8 et e9 ont connu un traitement semblable. Toutefois, on n’a pas pu trouver non plus les restes du prédécesseur du mur e10, dont les fondations semblent poser directement sur un remplissage, et il n’est pas actuellement possible de dire si le mur e9 avait une suite vers le nord-est : rien n’est visible sous le mur e26. Dans ces conditions, il n’est pas aisé de définir le plan de cet immeuble, mais on peut avancer l’hypothèse que ce locus était un grand local unique – le mur e12 étant une addition postérieure –, peut-être même une cour interne de dimensions relativement importantes, dont, dans l’état actuel de la fouille, il est encore impossible de préciser l’extension vers le nord-ouest. Le mur e8 présente en outre, sur sa face externe, vers le coin nord-ouest, une avancée rectangulaire de quatre briques, qui devait sans doute décorer la façade ouest du bâtiment. En direction du sud-est, la situation est encore plus compliquée, en raison de la forte pente du tell ancien vers le sud, ainsi que de la présence de nombreuses fosses, qui ont abîmé les restes en place. Par ailleurs, le fait encore évident que la face nord-est du mur e9 et de sa fondation ait été finie avec soin – il ne s’agit pas d’une coupure secondaire – laisse penser qu’il y avait là une porte, dont l’autre montant, qui devrait se trouver sous e23, aurait été détruit. Le mur postérieur e12 a par la suite comblé avec sa fondation l’ouverture de cette porte.

14Dans le coin nord-est de ce même local on a retrouvé les restes en place d’un grand tannour e24, dont les cendres ont contribué à faire monter les niveaux des sols en place, qui sont teintés en gris sur toute leur étendue, jusqu’au mur e8. La présence du tannour pourrait indiquer que ce locus, dans la phase ancienne de construction, était un espace ouvert.

15Les fondations de ce bâtiment, légèrement plus larges que les murs correspondants, ont été posées sur une couche, e92, très limoneuse, qui ressemble bien à un remplissage constitué de détritus mélangés, accumulés afin de niveler l’endroit en comblant une large fosse, intrusive à son tour dans une couche argileuse très compacte. En effet, dans le coin nord-ouest du locus, on voit que les fondations du bâtiment de la phase II.2 s’appuient aussi sur un massif très dur d’argile – probablement le reste de la destruction des structures datant de la fin du troisième millénaire – selon une technique de construction analogue à celle qu’on avait déjà observée dans le sondage TQ 12 kl.

Les couches de sols et les remplissages

16Les couches fouillées correspondant à cette phase de vie du bâtiment sont caractérisées par une grande abondance de cendres et de charbons, visibles pratiquement dans toute la stratification. La couche e17/19 (respectivement dans le locus k1 et k2), qui semble être constituée par une série de sols en terre battue, compacte, de couleur blanc grisâtre sur une vingtaine de centimètres, est d’attribution incertaine, puisqu’il pourrait s’agir aussi des restes du tout premier sol lié au bâtiment II.1. Toutefois, l’enfoncement des fondations du mur e 10 laisse penser que cette couche était déjà en place au moment de la construction des murs II.1. Le tannour e28 existait déjà, et on a pu mettre en évidence les traces d’autres dispositifs à feu, avec leur corollaire de fosses à cendres de dimensions diverses, ainsi que, peut-être, une petite canalisation à ciel ouvert. D’un de ces sols proviennent aussi des fragments de tablettes et d’impressions de sceaux.

17Sous e17/19, sur toute l’extension de l’espace originel, on a identifié une autre couche, e20, qui, elle, correspond clairement à un niveau d’habitation lié aux murs e8 et e9. Il présente un aspect limoneux, cendreux plutôt rougeâtre, avec des traces de brûlé et de charbons. L’épaisseur de la couche est variable, avec plusieurs stratifications en pente vers le sud. La fouille a mis en lumière une quantité modeste de tessons, mais a livré de nombreux fragments de tablettes et de scellements avec des impressions de sceaux.

18Les couches e21 (locus kl) et e22 (locus k2) constituent le premier niveau de sol contemporain de la construction des murs de la phase II.2. En effet, même s’il a été très abîmé par les grandes fosses des tombes à jarres, en particulier dans le locus 2, les relations de ce sol avec les murs e8 et e9 étaient encore bien visibles. Par endroits, les restes du djuss blanchâtre qui devait le constituer étaient encore visibles. La couche de sol e21 recouvrirait une autre couche, e34, composée essentiellement de cendres, qui pourrait représenter une phase préparatoire à la construction du sol en djuss, à moins qu’il ne s’agisse d’un remplissage précédent. Ce niveau de sol a également fourni plusieurs fragments de tablettes, de figurines et de petits objets en argile.

19Comme on l’a déjà vu, la tranchée de fondation des murs a été préparée dans la couche e92, qui est présente sur toute la surface du bâtiment. Caractérisée par une importante quantité de cendres mélangées à de la terre grisâtre, elle se distingue mal des couches qui la scellent, comme e34 et e21 ; il pourrait s’agir d’un remplissage jeté là pour niveler la surface, avant même de procéder à la construction du bâtiment. On y a retrouvé relativement peu de tessons, mais beaucoup de pierres et de morceaux de briques cuites, et, surtout, de fragments de tablettes (la plupart de type scolaire) et de scellements de portes, certains avec des impressions de sceaux. Cette couche se trouve à la même cote que les restes de la destruction des constructions de la fin du IIImillénaire, qu’on a identifiées dans le sondage TQ 12 kl et dans le locus A dans le coin nord-ouest de la cour, sans avoir toutefois l’aspect argileux qu’on attendrait si elle avait la même origine.

La phase III.0 (fig. 2)

20Le nettoyage complet des couches de terre et des remplissages associés aux fondations des murs des phases II.1 et II.2 dans l’espace correspondant au locus k2 a révélé, à une cote de 189,63 m, la présence d’une construction rectangulaire de dimensions assez importantes (3 m), en briques cuites, dans un assez mauvais état général de conservation. Il s’agit des restes de quatre murs conservés sur quatre ou cinq assises, fondations comprises, et sur une hauteur variable selon les endroits. Les petits murs ont juste la largeur d’une brique ; aucune ouverture, correspondant à une porte, n’est visible dans les parties conservées. Ils entourent un sol dallé de briques cuites, sauf dans certains endroits, où sont visibles des réparations faites avec des cailloux et de galets de rivière. La première hypothèse avancée – qu’il s’agisse des vestiges d’un bassin ou d’une citerne – ne semble pas acceptable : non seulement le fond est irrégulier et non étanche, mais, de plus, les briques cuites, tenues ensemble par un enduit blanc, ne montrent nulle part de traces de bitume, qui aurait rendu la structure imperméable et apte à contenir de l’eau.

21Cette construction – la première en briques cuites rencontrée dans ce secteur – a été partiellement détruite dans l’Antiquité, et les matériaux de construction ont été transportés ailleurs ; elle était recouverte par endroits de cendres, charbons et d’autre matériel brûlé. Si elle n’était sans doute plus visible à la surface à l’époque paléobabylonienne, les restes de son mur vers le sud ont été réutilisés pour y appuyer une grande jarre, en position verticale, destinée à une sépulture provenant d’un des sols de la phase II.2. La structure est elle-même intrusive dans une couche argileuse très dure et compacte, formée par la destruction de murs plus anciens (phase III.1), visibles encore en particulier au nord et à l’ouest. Par ailleurs, il n’y a pas d’alignement entre les murs, prouvant que cette construction, dont la fonction n’est pas encore claire, a été bâtie sur les restes d’un quartier ancien déjà en ruine, et qu’à son tour elle a été démolie et abandonnée avant la période où les bâtiments paléobabyloniens étaient édifiés. Cette époque intermédiaire entre la fin du IIImillénaire et la période paléobabylonienne, appelée III.0, était jusqu’à maintenant représentée, dans l’espace de la fouille du quartier F et du sondage TQ 12 kl, seulement par une couche d’abandon et des ruines : la suite du travail dans ce secteur devra tenter d’expliquer le sens de cette construction, dans un quartier désormais pratiquement vide de bâtiments et voué à des activités marginales, ainsi que les raisons de sa destruction, avant qu’elle ne soit recouverte par des remplissages divers.

LE CARRÉ F-K51

22La fouille du carré K51, situé au sud du sondage TQ 12 kl et à l’ouest du carré K50, a été reprise pendant cette campagne afin d’étudier la continuité des structures déjà trouvées dans les espaces limitrophes, ainsi que de préciser certains éléments dans la stratigraphie générale du secteur. Après avoir repris en examen la situation des murs d’époque babylonienne ancienne fouillés pendant des saisons précédentes – dont certains ont disparu, démolis pour des raisons de stratégie du travail archéologique, ou abîmés par l’usure du temps et par l’utilisation de cette surface comme voie de passage par les habitants du village – nous avons terminé d’enlever, là où ils subsistaient encore, les derniers niveaux de sols liés aux structures d’époque paléobabylonienne. Les niveaux plus anciens mis alors au jour, appartenant à la phase appelée III.0, sont caractérisés par la présence d’une couche épaisse due à la destruction et à l’abandon de structures bâties, modifiée ensuite par une réoccupation du secteur pour des activités diverses. Les couches plus anciennes étudiées dans ce carré illustrent la situation du quartier avant la ruine, et peuvent être partagées en au moins deux phases de construction (III.1 et III.2).

  • 4 Rouault 1984, 1992.
  • 5 Rouault et al. 1997.
  • 6 Mahmoud 1978.

23Comme l’ont déjà montré les fouilles précédentes dans le même secteur, les premiers murs et couches de sol mis au jour dans ce carré immédiatement sous la surface moderne datent de la fin de la période du contrôle de Mari sur Terqa, correspondant à la phase II.1. Du point de vue de la chronologie, tout comme dans K50, reste ici valable l’éventualité, déjà évoquée pour des autres secteurs du chantier, d’un fonctionnement prolongé dans le temps de ces bâtiments de la phase II.1, qui aurait continué aussi à l’époque dite « hanéenne », phase II.04. Les murs II.1 en place, sérieusement endommagés par les fosses des tombes plus récentes – du Ier millénaire et de l’époque islamique – qui ont couvert par la suite la surface de K51, semblent encadrer vers le sud un espace ouvert (locus k7), qui se prolonge sous l’actuel jardin public de la ville d’Ashara. Deux carrés dans cette direction, déjà fouillés lors de la saison TQ12, avaient montré que cette partie de l’habitat avait subi une destruction presque totale déjà dans l’Antiquité, étant comblée, sur une grande profondeur, de rebuts de céramique et de cendres d’époque islamique, provenant peut-être des fours à poterie installés ailleurs sur le tell5. On connaît déjà – en particulier par les découvertes dans le secteur E – la bonne qualité et l’importance de l’industrie céramique locale, en particulier à l’époque ayyoubide6.

24Les cotes moyennes pour les phases de construction d’époque paléobabylonienne correspondent naturellement à celles relevées dans K50, bien qu’on ait remarqué une légère augmentation des niveaux des sols en direction de l’ouest. Les sommets des constructions plus anciennes, de la phase III.1/III.2, se situent à une cote à peine supérieure de 189 m.

Phase II.1 (fig. 1)

Les murs

25Bien que leur structure soit complexe, et d’interprétation difficile en ce qui concerne la fonction et la relation architecturale, les bâtiments qui entourent cet espace ouvert (locus k7) semblent constituer un ensemble solidaire, réalisé selon un projet d’urbanisme global et dans une période de temps limitée. Ces murs représentent la prolongation et sans doute aussi la façade méridionale des édifices étudiés lors de la fouille du sondage TQ 12 kl, constituant en même temps la limite nord de l’espace ouvert, peut-être une large cour ou plutôt une place. C’est vers cet espace que s’ouvriraient diverses portes ou passages délimités par les murs.

26La structure bâtie est formée par une série de murs parallèles (e30, e31), orientés selon une direction nord-ouest/sud-est, qui se croisent avec d’autres murs (e32, e86, e97) créant ainsi trois espaces, trois pièces ou bien deux pièces et une petite cour. Considérant le mauvais état de conservation de ces constructions, souvent préservées seulement en tant que fondations sur quelques niveaux de briques, il paraît impossible de présenter quelque chose de plus que de simples hypothèses sur la nature de cette partie du quartier et des relations architecturales réciproques existant entre les locaux mis au jour pour l’instant.

  • 7 Kupper 1950.

27Les restes ont permis d’identifier avec une relative clarté seulement une pièce (locus k5) constituant le prolongement en direction du sud du bâtiment fouillé dans le sondage TQ 12 kl. Il s’agit d’un local long, doté d’ouvertures dans les côtés courts, où on a pu relever l’existence de portes grâce à la présence, in situ, de crapaudines. On a l’impression de se trouver en face d’un couloir d’entrée qui donnait accès à un vaste local officiel, où on a trouvé, lors des saisons précédentes, des scellements et plusieurs fragments de tablettes, parmi lesquelles une lettre de Kibri-Dagan7, le gouverneur mariote de Terqa à l’époque du règne de Zimri-Lim. Sur ce local – qui avait été interprété comme une cour ouverte, à cause de restes d’un drainage en céramique vers le centre d’un des sols en place – s’ouvraient aussi deux petits espaces annexes qui, de par leurs dimensions, ne pouvaient qu’être des lieux de dépôt. En effet, la fermeture contrôlée de leurs portes a probablement été la raison d’être des nombreux fragments de scellements ramassés ici. Les dimensions de l’ensemble, la nature du matériel trouvé, ainsi que la présence, sous le sol, d’une grande tombe à jarres, contenant un très beau cylindre d’époque babylonienne ancienne, nous avait déjà amenés à interpréter ce local avec son couloir d’entrée comme partie d’un bâtiment officiel, destiné à l’administration de la province de Terqa, que nous avons surnommé la « maison de Kibri-Dagan ». Il aurait été construit et il aurait été en fonction essentiellement à l’époque de la domination de Mari, ainsi que, d’ailleurs, tout le quartier dans lequel il était intégré.

28Plus à l’ouest se trouve une pièce (locus k6) de dimensions comparables, crée par le même mur et par son parallèle (e31), prolongement d’une autre grande structure qui se développe vers le nord. Au sud, en correspondance avec l’espace ouvert k7, e31 croise un autre mur, e86, allant ainsi former le coin sud-est d’une autre pièce à l’ouest, fouillée en lors de la saison TQ 12. Comme on a déjà pu l’observer ailleurs, ce mur e86 a été bâti directement, et sans tranchée de fondation, sur des restes de murs plus anciens, conservés comme une masse de briques (e54) d’interprétation difficile, parce que profondément perturbée par la fosse e44.

29On n’a pas de preuves qu’il existait une communication directe entre ces locaux 5 et 6 ainsi définis, bien qu’une crapaudine ait été retrouvée dans le coin NE du locus k6, appuyée contre le mur qui le sépare du locus k5. Il semble par ailleurs probable que les deux locaux s’ouvraient sur le même espace ouvert. En outre, il ne faut pas perdre de vue le fait qu’il n’a pas été possible de trouver de restes cohérents du mur qui délimitait cette pièce au sud, ni, à plus forte raison, de la porte qui aurait dû s’y trouver, la fosse (e35) d’une tombe à jarres d’époque postérieure ayant profondément perturbé l’environnement. Puisque, par ailleurs, les relations et l’éventuel passage entre le troisième local (locus k3, cf. aussi carré K50) et l’espace ouvert ne sont pas clairs, reste ouverte la possibilité qu’en réalité seule la pièce/couloir k5 se prolongeait vers le sud, tandis que les loci k6 et k3 – qui constituaient peut-être à l’origine juste la partie nord de l’espace ouvert k7 – auraient été délimités par la suite par la construction des murs du locus k5. Au moins pour le locus k3, on connaît déjà la présence d’un petit four à poterie, ainsi que d’un tannour de grandes dimensions ; ce local ouvrait en outre le passage vers un autre espace et un autre parcours dans le quartier amenant vers le nord. Le locus k6 par contre, pratiquement détruit par l’utilisation ultérieure de son espace comme cimetière, n’a pas fourni de matériel ou ni de structures permettant de mieux identifier ses fonctions, bien qu’une petite quantité de fragments de tablettes ait été retrouvée sur un des sols en terre battue.

Les couches de sol et les remplissages

30Puisque la plus grande partie des couches liées à l’utilisation des espaces à l’époque paléobabylonienne avait déjà été fouillée dans ce carré au cours de saisons précédentes, nous nous sommes contentés de nettoyer la surface actuelle et de reprendre l’étude du secteur, essentiellement à partir du niveau des fondations des bâtiments. Ici aussi les couches apparaissent profondément perturbées par les grandes fosses des tombes à jarres (e35, e37, e39), qui, à leur tour, ont souvent été détruites par des fosses plus récentes, d’époque romano-parthe ou islamique. Par conséquent, il y a beaucoup de fragments de céramique mélangés dans tout le secteur, rendant difficile l’interprétation stratigraphique à partir de l’observation du matériel.

31La couche e29 apparaît directement liée aux structures paléobabyloniennes dans les loci k5 et k6, et représente actuellement le niveau de surface, là où la fouille s’est arrêtée ; il s’agit d’un remplissage de terre plutôt homogène, argileux, compact, comportant une quantité minime de tessons, dans lequel les fondations des murs ont été jetées. Dans les loci k5 et k6 nous n’avons pu relever la présence d’aucun dispositif à feu ni de tannour, tandis que la situation est apparue bien différente dans le coin nord-est du carré, dans le locus k3, la petite cour en forme de L qui communique directement avec le plus grand espace ouvert au sud. Ici la couche e40, particulière argileuse, se distingue par sa couleur blanchâtre et a été interprétée comme un sol, sur lequel on a trouvé une grosse pierre, appuyée contre le mur le délimitant au nord, et une brique cuite couvrant une fosse remplie de cendres. Associé à ce même niveau d’habitation, on a relevé la présence d’un four de potier (e45), enterré, qui contenait encore, posé sur la sole, parmi des cendres, un petit récipient moulé à la main.

32Le four e45 est de dimensions réduites, avec un diamètre interne de 98 cm, et une hauteur conservée sur environ 13 cm sous le niveau du sol ; sa paroi interne, en argile de couleur rougeâtre, était encore en place, et avait été redoublée par deux couches de terre grisâtre, réfractaire. À ce four était associé un petit mur de refend (e47), orienté nord-sud, parallèle au mur e11. Le sol e40 et le four e45 scellent un remplissage e55, qui comble une grande fosse, e62. Par ailleurs, dans le coin sud-est du même locus, nous avons complété la fouille d’un tannour assez grand, déjà identifié, récupérant deux fragments de scellements de porte avec des impressions de sceaux, et un morceau d’une petite plaque représentant une figurine féminine. La présence de ces deux fours, qui devaient produire de la chaleur et de la fumée, ainsi que des cendres, nous laisse penser qu’il s’agissait d’un espace ouvert, qui serait alors une extension vers le nord du locus k7.

33Les couches analysées dans le locus k7 se présentent essentiellement comme une série de remplissages (e48), stratifiées horizontalement, comblant des fosses de type différent et de dimensions variables, dont les traces restent visibles dans la section sud du carré. Elles se prolongent dans le carré K50, au-delà de la berme. Plusieurs sondages ouverts ici ont permis de relever aussi la présence de niveaux d’habitation correspondant aux murs environnants (e41). La terre est très limoneuse, incluant des couches de matériaux brûlés et des cendres, avec des traces rondes de dispositifs à feu, des restes d’os d’animaux, une grande quantité de tessons, ainsi que quelques fragments de métal (bronze) et divers petits objets en argile. La présence des fosses interdit toutefois de suivre les sols ou de distinguer réellement la séquence des couches pour établir d’une façon sûre leurs relations avec les bâtiments.

Les tombes

34La plus grande partie des sépultures présentes dans ces carrés ont été fouillées pendant des saisons précédentes. Nous y avons retrouvé deux tombes, qui proviennent du niveau d’habitation II.1, et qui ont été assez bien conservées, ainsi que le matériel associé. Elles sont intrusives dans une couche épaisse de remplissages couvrant les restes des murs du IIImillénaire, et, apparemment, elles ont été placées dans un espace fermé, à partir du sol d’une pièce comprise entre le mur e31 et, actuellement, une berme. Il s’agit de deux sépultures d’enfant en bas âge (e39 et e43), formées par deux jarres fermées, entourées d’une série de vases et d’autre matériel funéraire. Les deux jarres ont été enterrées dans la même fosse e44, de grandes dimensions et coupant une masse de briques plus anciennes (e54). Leurs ouvertures respectives étaient orientées de façon analogue, vers le sud-ouest ; posées environ à la même profondeur – à seulement une dizaine de centimètres sous la surface présumée du sol –, elles sont séparées par une distance d’environ 25 cm ; une troisième jarre, plus petite et vide, a été trouvée approximativement à 75 cm plus au sud.

35Les jarres, bien que complètes, ont été cassées par la pression de la terre, présentant les ossements éparpillés sur le fond ; dans un cas (e43), le squelette de l’enfant – d’au moins un an, puisqu’on a pu retrouver parmi les os, très petits, des dents – avait été écrasé par un récipient, posé à l’intérieur de la jarre probablement comme couvercle. Au niveau des côtes du squelette, on a relevé la présence d’un collier, formé par deux petites perles en cornaline et deux coquillages entourant un morceau d’albâtre coupé en triangle. La terre du remplissage, autour des sépultures, contenait beaucoup de tessons, mais aussi des formes entières, avec des traces de charbon, ainsi que quelques objets en argile, comme une « roue de char » en miniature, un petit poids et une figurine, celle-ci sur le fond même de la fosse.

La phase II.2 (fig. 1)

36Dans le carré K51, ainsi que, comme on le verra par la suite, dans le carré K52, aucune construction ni couche identifiable comme appartenant à la phase II.2 – bien attestée dans le carré K50 – n’a pu être mise au jour. Ce fait peut être compris de façons différentes : l’hypothèse qui nous semble la plus probable consiste à voir, pendant la phase II.2 – quand les autres bâtiments étaient édifiés à peine plus à l’est – cet espace comme un lieu ouvert, une place, ou alors comme une vaste cour, sans constructions visibles. Pour répondre à de nouvelles exigences de l’urbanisme, cette surface libre et disponible est exploitée, durant la phase II.1, pour construire un nouveau bâtiment ou un ensemble de bâtiments, qui vont également couvrir les restes, nivelés, des murs de la phase II.2 présents en K50.

37Alternativement, on peut penser que, dans ces carrés, la démolition et l’aplanissement des structures II.2 ont été complets et totaux, effaçant radicalement tout vestige de cette phase, mais il est difficile d’admettre qu’une opération semblable n’ait pas laissé de traces dans la stratigraphie du secteur.

La phase III.0 (fig. 2)

Les murs et autres structures

38Dans le carré K51, les tranchées de fondation des murs de la phase II.1, ainsi que les fosses des tombes de la même époque, sont directement intrusives dans un niveau qui ne présente pas de constructions organisées apparentes, comme l’avaient déjà montré les travaux du sondage TQ 12 kl. La fouille de ce niveau, d’une épaisseur moyenne d’environ 1 mètre, a montré qu’il était partiellement constitué par une masse d’argile (e42) de couleur claire, blanchâtre, sans tessons, caractérisée par la présence de fragments de briques. Il s’agit en effet des restes et des ruines des murs de bâtiments plus anciens (fin du IIImillénaire), compactés par les agents atmosphériques et l’activité humaine pendant une période d’abandon de ce secteur du tell, période qui précède immédiatement la phase de construction d’époque paléobabylonienne. Cette phase III.O correspond à la couche C2 identifiée dans la stratigraphie du sondage TQ 12 kl. Puisque, dans certains cas au moins, les fondations des murs de la phase II.1 reposent directement sur ces amas argileux, ils devaient donc être bien reconnaissables à la surface, ou à une faible profondeur, au moment de l’édification du quartier administratif paléobabylonien. Ce choix de la part des constructeurs a eu la conséquence de provoquer souvent – mais pas d’une façon systématique – un alignement et une superposition des nouveaux murs avec ceux d’un niveau beaucoup plus ancien. D’autre part, les constructeurs ont ainsi économisé du travail et du matériel : là où les fondations touchent la masse argileuse, dure, on a posé une quantité réduite de briques, sur seulement une ou deux assises.

39Avant de pouvoir faire une distinction entre la couche argileuse de destruction et les restes de murs originels, avec leurs briques encore en place, il faut souvent descendre de plus d’un mètre dans son épaisseur. Les bâtiments dont l’abandon et la destruction ont généré cet amas argileux présent dans tout le secteur fouillé devaient avoir sans doute des dimensions importantes, et ils se sont sans doute abîmés et débités pendant une période de temps relativement longue. Les vestiges de ces structures anciennes ont connu une réutilisation secondaire à différentes reprises, comme le montrent, outre les fosses, quelques sols en terre battue (e50, e73), alternant dans la stratigraphie avec des remplissages compacts provenant de l’écroulement progressif des murs. Par ailleurs, nous n’avons pu relever aucune structure architecturale cohérente en relation avec ces sols. Ont été identifiés seulement les traces de quelques dispositifs à feu, avec leurs cendres, ainsi que des grosses pierres de rivière, disposées sur une même surface, et les restes de petits murs isolés ou de plates-formes de briques crues, de dimensions très limitées. On pourrait donc être en présence des restes d’habitations ou d’occupation de type secondaire, comme les restes de campements ou huttes saisonnières, qui ne nécessitent pas – ou d’une façon très limitée – de murs en argile.

40L’étude de la couche e42 dans le carré K51 a permis une analyse plus détaillée d’un phénomène déjà observé dans la fouille du sondage TQ 12 kl, c’est-à-dire la présence de grandes fosses intrusives (e62, e63), créées à partir d’un niveau de sol associé à cette couche, et scellées par les sols des bâtiments de la phase II.1. Il s’agit de fosses profondes, jusqu’à deux mètres, habituellement de forme circulaire, en cloche, avec un diamètre de la base variant entre un et deux mètres ; dans le secteur, certaines cavités ont par ailleurs un volume beaucoup plus irrégulier, dépendant de la nature de la terre environnante. Ces fosses ont sans doute été préparées volontairement, en creusant une couche d’argile très dure et compacte, comme c’est encore visible dans plusieurs endroits du carré, et parfois aussi en cassant des sols et des murs plus anciens, datables de la fin du IIImillénaire. Elles ne présentent actuellement aucune forme de délimitation, d’isolation ou de protection à l’intérieur comme des enduits ou du bitume, et les remplissages qu’elles contiennent sont caractérisés par la présence de grandes quantités de cendres, ainsi que de tessons. Puisque leurs ouvertures se trouvent très proches des niveaux les plus hauts de la couche e42, on peut sans doute estimer que ces fosses ont été réalisées peu de temps avant la construction du quartier administratif paléobabylonien.

Les couches de sol et les remplissages

41Là où les fondations des murs paléobabyloniens ne reposent pas directement sur la couche e42, que nous avons déjà décrite, leurs tranchées sont intrusives dans une autre couche argileuse (e46), beaucoup plus poussiéreuse, grisâtre, contenant une quantité réduite de tessons de petites dimensions et quelques fragments d’os. Cette couche est couverte et scellée par e29, qui correspond déjà au niveau d’habitation paléobabylonien ; souvent, il est difficile d’opérer une distinction nette entre la couche e46 et les intrusions provenant du niveau plus récent. La fouille dans le carré K51 a permis de mettre en évidence que cette couche était formée en grande partie par les remplissages composites (e48, e55) d’une série de fosses de grandes dimensions, intrusives non seulement dans la couche e42, mais aussi dans des couches et des murs d’un niveau plus ancien. Ces remplissages sont caractérisés d’une part par le manque de limon et de tout type d’objet entier ou de forme reconnaissable, de l’autre par une évidente surabondance de cendres – parfois colorées d’une façon particulière, jaunâtres ou rougeâtres – et de charbon, de tessons de céramique grossière et de rebuts de cuisson, matériels qui semblent indiquer l’origine industrielle ou artisanale de ces restes, provenant sans doute de la fabrication de poterie. Le mode de déposition des différentes couches de remplissage à l’intérieur des fosses est horizontal, montrant que les déchets ont été jetés à plusieurs reprises.

42La fonction originelle de ces fosses reste problématique : il semble peu probable qu’elles aient été creusées seulement pour se débarrasser des scories industrielles ou domestiques qui les remplissent. Tenant compte de leur position stratigraphique, nous nous sommes demandé si elles avaient été créées afin de récupérer de l’argile de bonne qualité dans la couche d’abandon (III.O) du quartier d’habitation du troisième millénaire (III.1 et III.2) au moment de la reconstruction du quartier. Mais, étant donné leur forme, qui les rapproche des silos d’époque postérieure, par exemple islamique, et la quantité de travail nécessaire pour les réaliser, on peut émettre l’hypothèse qu’il s’agit des vestiges d’un système de stockage de réserves typique du mode de vie des populations semi-nomades, qui auraient pu occuper la surface des ruines pour leurs campements temporaires ou saisonniers. C’est cette forme d’occupation qui serait alors à l’origine des traces des foyers, des petits murs ou plates-formes (e50, e73) relevés dans le carré.

43Toutes ces structures réutilisent des briques plus anciennes, souvent déjà cassées et placées sans ordre régulier, utilisées pour organiser au mieux l’espace couvert par les tentes ou d’autres constructions légères. Dans une période de crise économique et de recul démographique de la société urbaine, qui avait comporté l’abandon et la ruine des quartiers les plus marginaux de la ville, l’infiltration intra muros d’un habitat semi-nomade ou rural aurait en effet été possible surtout dans un secteur apparemment périphérique, éloigné du centre et destiné juste à quelques activités artisanales. Au moment de la reprise économique, ou de l’affirmation d’une nouvelle organisation politique – sans doute au début de l’époque paléobabylonienne – la surface aurait été récupérée pour un programme de construction important, expulsant sans doute les occupants précédents.

44Malheureusement, très peu de céramique identifiable et diagnostique est associée à ce niveau III.O, avec toutefois quelque exception intéressante, comme une petite bouteille complète de type Metallic Ware, appartenant à la typologie originaire de la Mésopotamie du Nord, mais bien connue et même imitée localement dans le Moyen-Euphrate, par exemple à Mari. Elle peut dater de la fin du IIImillénaire ou du début du IIe, époque qui convient bien, au fond, avec l’interprétation proposée de la stratigraphie.

45En ce qui concerne les remplissages des fosses, les premiers résultats des analyses effectuées sur les tessons semblent situer cette typologie céramique plutôt vers le début du IImillénaire, donc à une époque contemporaine des bâtiments qui couvrent et scellent les fosses. Une explication possible de ce problème stratigraphique consiste à interpréter la composition des remplissages comme des matériaux originaires d’autres quartiers et d’autres décharges de la ville déjà en pleine activité au moment de l’édification des bâtiments paléobabyloniens. Ils auraient été transportés et jetés ici juste au moment où on s’apprêtait à construire le nouveau quartier, afin de niveler la surface du secteur, colmatant les fosses présentes. Ce processus pourrait alors expliquer aussi la nature différente des composantes des remplissages, pourtant analogues du point de vue fonctionnel : en K50 on a trouvé de nombreux fragments de tablettes, sans doute d’époque paléobabylonienne, tandis que rien de semblable n’a pu être mis en lumière dans K51 ; seuls quelques rares fragments de scellements et de figurines étaient mélangés aux tessons.

Les tombes

46Considérant la nature et l’utilisation du secteur durant cette période d’abandon des habitations bâties en briques, la quantité limitée de tombes provenant de ces couches n’est pas étonnante. Nous avons pu identifier juste une sépulture d’enfant (e72), un nouveau-né sans doute, dans une tombe à jarres, dont la fosse, creusée à partir du sol e73 et intrusive dans la couche e42, coupe également la partie haute des restes d’un mur (e51) datable du IIImillénaire. La sépulture était constituée par au moins deux petits vases, dont un seul, contenant des traces d’ossements, a été conservé presque entier.

47Par ailleurs, sur le fond de la fosse e62, couverte par le remplissage e55, dans une situation analogue à la précédente, à la limite des restes des murs plus anciens, dans une couche formée par un type de terre plus argileuse, plus claire par rapport à la couleur grisâtre, cendreuse des matériaux superposés, on a relevé la présence d’une autre fosse, remplie d’os et de tessons (e61). Il s’agit d’ossements humains (mâchoire, dents, fémur, côtes, vertèbres) mélangés à des restes d’animaux (dents etc.), compactés avec de tessons, des grosses pierres ainsi que des traces de charbon. On peut supposer qu’il s’agit d’une sépulture perturbée dans l’antiquité, par exemple par le creusement de la fosse e62, ou bien d’une sépulture secondaire. À proximité de cet endroit, et dans la même position stratigraphique, on avait mis au jour pendant la fouille du sondage TQ 12 kl une tombe présentant pratiquement les mêmes caractéristiques, à laquelle étaient associés plusieurs fragments d’un vase en albâtre.

La phase III.1 (fig. 2)

48La couche e42 – de la phase III.0 et équivalent à C2 – couvre entièrement un niveau d’habitations en briques crues, qui avait été mis en lumière au cours du sondage TQ 12 kl. À ce moment-là on avait déjà pu observer qu’il s’agissait apparemment d’une phase de reconstruction de murs plus anciens (III.2 ?), remontant sans doute au IIImillénaire, bien que l’absence de matériel archéologique clairement datable ait empêché d’établir une datation plus précise. Nous avions alors proposé de considérer la première phase étudiée de ces murs, celle de la reconstruction, comme contemporaine à l’époque akkadienne (Bronze ancien IV), tandis que la seconde pourrait alors correspondre à l’époque Dynastique Archaïque (Bronze ancien III), nous fondant sur la base fragile de la trouvaille d’un fragment d’une impression de sceau, de style akkadien, dans une couche associée aux murs de la phase III.1.

Les murs et autres structures

49La fouille de cette campagne a permis de suivre les structures identifiées dans le sondage TQ 12 kl vers le sud, et de restituer une partie du plan d’un bâtiment, de dimensions apparemment assez importantes, qui occupait ce secteur à la fin du troisième millénaire. Il s’agit, dans l’état actuel de la fouille, d’une série de pièces d’une certaine ampleur, dont la séquence s’ordonne autour d’un axe central, représenté par le mur e52 (continuation en K51 du mur m4 en TQ 12kl, dimensions des briques : 52 x 27 x 7 cm) orienté nord-ouest – sud-est. Les pièces sont formées par les murs perpendiculaires à e52 : e51, e53 et 12e7. Le mur e51 présente la caractéristique d’être apparemment doublé par un mur absolument parallèle, séparé seulement par un espace de quelques centimètres. Étant donné les dimensions limitées actuelles de la fouille, on ne peut avoir qu’une vision très partielle de ce bâtiment, mais les loci k8 et k9 – apparemment des espaces domestiques, peut-être une cuisine et une pièce de stockage – ont pu fournir un matériel intéressant. En outre, dans la partie plus au sud du carré, on a relevé les traces d’un mur, e 100, perpendiculaire aux fondations du mur e51 et coupé par une fosse ; on ne peut pas exclure l’hypothèse qu’il fasse partie d’une construction appartenant au niveau plus ancien.

50Le locus k8, plus au sud, est fermé par les murs e53, e52 et e51 ; on ne connaît pas sa limite en direction de l’ouest, mais on peut supposer qu’on trouvera, directement sous les restes du mur paléobabylonien II.1 e31, là où pour le moment la fouille s’est arrêtée, son prédécesseur de la phase III.1. Dans la section sont d’ailleurs visibles plusieurs files de briques (e104), mais il faudra attendre la poursuite du travail dans ce secteur pour arriver à en établir les relations avec le reste des structures. Le locus K8 a été perturbé par une grande fosse, e63, parallèle et contemporaine de la fosse e62, de la phase III.0. Cette pièce, dont sont bien reconnaissables les coins nord-est et sud-est, est caractérisée par la présence de deux petits dispositifs à feu, sans doute des tannour, placés dans les deux angles, tandis qu’un troisième devait se trouver plus vers le milieu de cet espace. Le mur e52 conserve encore sur sa face interne les traces d’un enduit blanc.

51Le locus k9, séparé du locus k8 par le mur e53, qui porte également sur ses deux faces les traces de différentes couches d’un enduit argileux couvrant les briques, est apparemment délimité, au nord, par le mur 12e7. Ce mur aussi fait peut-être partie d’une structure plus ancienne, de la phase III.2 (cf. TQ 12, C3, côté sud de la « cuisine ») ; il aurait été réutilisé au moment d’un nouvel aménagement du bâtiment pour constituer, avec e53, une pièce annexe à la précédente à usage de stockage : sur un sol très cendreux et plein de traces de brûlé, on a retrouvé les restes de trois jarres de capacité moyenne. Bien que l’état du mur e53 empêche toute vérification, quelques traces dans les vestiges permettent de supposer que les espaces k8 et k9 communiquaient par une ouverture, située à proximité de leur coin commun à l’est.

Les couches de sols et les remplissages

52Les couches relatives à cette phase sont en fait des niveaux de sols inclus entre les murs qu’on vient de décrire. Du point de vue stratigraphique, leur proximité avec la couche e73, un des premiers niveaux d’habitation de la phase III.0, donc postérieure à l’abandon de ces locaux, semble indiquer une réoccupation du secteur assez rapide après la fin de l’utilisation du bâtiment et le début de l’écroulement des murs. Dans le locus k8 la couche e49, un remplissage limoneux, de couleur marron foncé, sans tessons, couvre un sol, e77, argileux, en terre battue assez pure, de couleur blanchâtre : des traces minimes de limon et des cendres ont été relevées seulement à proximité des foyers. Aplatis sur ce sol et contre le mur e52, entre les deux coins, on a retrouvé des fragments qui semblent provenir d’un même récipient, de couleur rougeâtre, d’une céramique de type Metallic Ware. La fouille de ce sol a également permis de retrouver, outre quelques petites perles en coquillage, une très belle figurine « aux yeux pastillés », fragmentaire mais assez complète.

53Sous ce sol, dans le remplissage e78, au niveau de fondation des murs, et en correspondance avec leurs coins orientaux, nous avons retrouvé deux ensembles formés de deux bols ou coupes enterrés avec leur ouverture tournée vers le bas, peut-être comme dépôts de fondation. La forme de ces récipients permet de les dater de l’époque akkadienne. Cette même couche a fourni une intéressante impression de sceau, ou plutôt de cachet, sur un scellement fragmentaire, représentant peut-être un batelier debout sur son bateau.

54La fouille du locus k9 a permis de constater que la couche e95, argileuse et blanchâtre, correspondant ici au sol e77, était couverte d’une importante quantité de cendres (qui étaient aussi visibles dans la section ouest du sondage TQ 12 kl, entre C1 et C2). C’est dans ce contexte qu’on a retrouvé, apparemment in situ, les fragments de trois jarres de formes différentes, pratiquement sans tessons autour. Une des jarres apparaît renversée et cassée sur le sol, col en bas, tandis que les deux autres devaient être partiellement enterrées à des élévations légèrement diverses (10 cm), en pente vers l’est.

Les tombes

55Seule une petite sépulture (e90) à inhumation simple d’un enfant en bas âge, provenant de la couche e77, a pu être retrouvée dans le remplissage e78, creusée à une faible profondeur par rapport au niveau d’habitation. La tombe ne présente aucun type de mobilier funéraire : à côté du squelette, en position repliée, on a trouvé plusieurs fragments d’un os long d’animal, ainsi qu’un tesson de type Metallic Ware. Dans le coin sud-est du carré, dans un remplissage e94 associé au mur e100 et, peut-être, à e51, un crâne humain constitue l’unique reste d’une sépulture probablement de la même période, détruite par la suite par le creusement d’une des nombreuses fosses d’époque ultérieure.

La phase III.2 (fig. 2)

56Exposant les résultats du sondage TQ 12 kl, nous avions déjà indiqué que le bâtiment III.1 semblait représenter une phase de reconstruction d’un édifice plus ancien, sans pouvoir par ailleurs évaluer les datations respectives. La fouille effectuée en K51 a confirmé l’hypothèse de base : la partie du plan mise en lumière pendant cette saison montre une superposition presque constante des murs en briques de type akkadien directement sur des murs « protodynastiques » (dimensions moyennes des briques : 34 x 34 x 7 cm). Le bâtiment plus récent semble en outre avoir utilisé, au moins dans quelques cas, des murs encore en bon état appartenant à la structure ancienne, lorsqu’ils correspondaient aux exigences de la nouvelle construction.

Les murs et autres structures

57Partiellement couvert par le mur e51, dont il constitue sans doute la fondation, le mur e102 se présente comme le parallèle, au sud, du mur 12e3, et il en reproduit probablement les dimensions, plus grandes que celles des structures III.1. Sur le fond de la fosse e62, on peut voir très clairement l’angle que le mur e102 formait avec son homologue perpendiculaire, e101 (suite dans K51 du mur 12e8 dans le sondage TQ 12 kl), le reliant à 12e3. Les murs e101 et e102 sont couverts, sur leur face intérieure, par un enduit blanc. Le quatrième côté, à l’est de cet espace, pourrait être constitué par e104, une masse de brique pour le moment visible seulement dans une section est, partielle, sous le mur e31 de la phase II.1 Il est possible en outre que le local ainsi défini ait été partagé en deux par le mur 12e7, parallèle à e102 et 12e3, qui présentait également, au moins sur son côté nord, les traces d’un épais revêtement blanc. Ce même enduit couvre la face vers l’est d’un petit mur de refend, e103, situé apparemment au milieu de l’espace actuel, parallèle à e101, mais sans joindre e102.

Les couches de sol et les remplissages

58La couche de remplissage e78, directement couverte par les niveaux d’habitation de la phase suivante III.1, est difficile à distinguer des sols contemporains des murs de la phase III.2. Dans l’espace réduit de la fouille, on n’a pu retrouver que très peu de matériel pouvant être explicitement associé à cette construction : dans le remplissage e99 nous avons toutefois trouvé un fragment d’un petit modèle de char, ainsi que des fragments de scellements de porte.

TQ 13 F-K52

59Dans la seconde partie de la campagne TQ 13 nous avons décidé d’élargir la surface fouillée dans les niveaux babyloniens anciens, reprenant la fouille d’un carré qui avait été déjà ouvert pendant la saison TQ 12, mais dont n’avaient été explorées que les premières couches sous la surface. La position de ce nouveau carré, K52, à l’ouest de K51, nous a permis de relier des structures mises en évidence dans le sondage TQ 12 kl avec celle de K51.

Phase II.0‑II.1 (fig. 1)

  • 8 Tassignon 1997.

60Les travaux déjà réalisés dans cet espace avaient été limités à la fouille de tombes islamiques modernes qui, à leur tour, avaient perturbé d’autres sépultures d’époques diverses, en particulier romano-parthes et du Fer II‑III. La présence de tombes dans cette partie du tell, manifestement destinée à être utilisée comme cimetière depuis une époque ancienne, ainsi que leur destruction ultérieure, est attestée non seulement par les vestiges de quelques sépultures encore en place, mais aussi par la grande quantité de tessons mélangés dont on constate la présence partout dans les couches superficielles du secteur F8. Cette fonction de cimetière, attestée dès l’âge du Fer, a également déterminé la ruine et la disparition presque totale des derniers niveaux d’habitation anciens présents dans ce secteur : les premiers vestiges de murs identifiés (e57 et e60), entre et sous les fosses, sont dans un piètre état de conservation, et c’est seulement par leurs relations avec les structures II.1, situées sous leurs fondations, qu’on peut les dater avec quelque vraisemblance de l’époque de Hana.

Les murs et autres structures

61L’ensemble plus cohérent de murs mis au jour, e64, e65 et e97, qui forment avec le mur 12el/e30 un ensemble de deux pièces, remonte sans doute à l’époque babylonienne ancienne (phase II.1) : en effet, il s’intègre parfaitement aux structures du quartier administratif déjà identifié dans les carrés K50 et K51 (phase II.1), ainsi qu’à celles étudiées pendant la saison TQ 12 dans le carré K7, formant ainsi, dans l’état actuel de la fouille, au moins quatre grandes pièces. Bien que leurs relations architecturales réciproques soient relativement claires, il n’a pas été possible pour le moment de retracer le schéma de la circulation interne, puisque les murs, conservés pour la plupart au niveau de leurs fondations, n’ont pas gardé les traces de portes ou passages. En outre, diverses fosses (comme e59 ou e69) ont endommagé les structures encore en place. L’espace séparant le mur e97 du mur e64 est trop réduit pour être une porte ; la présence d’un niveau de tessons disposés soigneusement sur le fond de l’ouverture laisse plutôt penser à un dispositif de drainage pour l’écoulement des eaux provenant de ces pièces, dont une au moins pourrait alors être une cour.

62Dans la pièce située plus à l’ouest, toujours au niveau des fondations, sont visibles deux petits murs, e66 et e67, coupés par le mur e65. S’ils ne représentent pas les restes d’une structure bâtie appartenant à cet espace, ils pourraient alors être les vestiges d’un bâtiment appartenant aux phases III.0 ou III.1 (fig. 2).

63Du point de vue stratigraphique, par les relations que les murs de ce carré semblent avoir avec la structure étudiée en TQ 12 kl, la « maison de Kibri-Dagan », ainsi qu’en raison des cotes respectives des niveaux de sols, nous avons dans l’ensemble estimé que les murs de K51 appartenaient bien à la phase paléobabylonienne plus récente, II.1, tandis que la phase II.2 ne serait pas attestée du tout dans ce carré. Pendant la phase II.2, comme c’était déjà le cas dans K51, cette surface aurait correspondu à un large espace ouvert. Toutefois, étant donné le fait que nous avons travaillé essentiellement au niveau des fondations, dans des contextes souvent perturbés et très mal conservés, il reste toujours possible de relier cette partie occidentale de la construction aux structures de la phase II.2, réutilisées par la suite et intégrées dans la nouvelle construction de la « maison de Kibri-Dagan ». Ce bâtiment se serait trouvé presque en face, en léger décalage, de celui que nous avons commencé à étudier en K50, séparé par une large rue, couverte par la suite, dans la phase II.1, par la cour principale et le couloir d’entrée de la « maison de Kibri-Dagan ».

Les couches de sol et les remplissages

64Sous les couches actuelles de surface, e56 et e79, très argileuses et contenant une grande quantité de tessons, les remplissages (e68 et e 98) associés aux murs paléobabyloniens montrent tous un caractère plus limoneux, bien que toujours compact. La couche e74 (au nord), qui conserve de nombreux restes de djuss, présente des traces de foyers avec cendres et charbons, et couvre des sols (e76/e84 et e96 dans les différents loci) contemporains de la première période d’utilisation apparente des pièces. La couche e89 constitue le remplissage dans lequel se trouvent les fondations des murs, et peut donc être considérée plus ancienne.

65Le niveau d’habitation babylonien ancien II.1 dans K52 a fourni un matériel très intéressant, différent dans sa typologie de celui qui a été mis au jour dans les constructions contemporaines des carrés contigus TQ 12 kl et K51. En effet, la présence de nombreuses tablettes ou fragments de tablettes, ainsi que la fréquence des impressions de sceaux sur scellements nous ont amenés à conclure à une fonction officielle et administrative des locaux fouillés, et cela tout particulièrement pour la « maison de Kibri-Dagan ». Bien que le contexte architectural reste sans doute le même, les objets provenant de cette partie de la fouille semblent indiquer une utilisation différente de ces espaces. En réalité, quelques fragments de tablettes ont bien été retrouvés ici aussi, mais en quantité minime. Par contre, les niveaux de sols e74 et e76/84 ont révélé un matériel varié typique d’un milieu de type domestique, comme, par exemple, un ensemble en basalte de dispositifs à moudre le sel ou des petits grains d’épices, ou à piler des minéraux, comprenant un récipient, un pilon et un couvercle. On y a aussi retrouvé des crapaudines, toujours en basalte.

66Ces objets en pierre étaient vraisemblablement posés sur le même sol, sous lequel était enfouie une figurine de « femme au chignon », comparable à un exemplaire mariote. Dans l’espace entouré par les murs e66 et e67, dans le remplissage e96, de datation moins certaine – peut-être dans le contexte d’un dépôt rituel ? – on a trouvé une autre remarquable figurine féminine, formée par deux colombins très finement modelés. Elle était associée à des perles, de petits objets en basalte, des fragments de scellements ainsi qu’à des bijoux en bronze. Le remplissage e89, correspondant au niveau des fondations II.1, a également fourni une série d’objets en métal, comme des anneaux, des boucles d’oreilles, une épingle, associés à un fragment de tablette et une lame en silex, ainsi qu’à un jeton en argile.

Les tombes

67Bien que la plupart des sépultures présentes dans ce secteur aient été fouillées dans le cours des campagnes précédentes, la tombe d’un jeune enfant (e58), formée par deux petites jarres posées verticalement dans leur fosse et datables sans doute de l’époque araméenne, restait encore visible dans la section orientale du carré, dans la couche e56. Les jarres d’offrande avaient été cassées dans l’Antiquité, et aucun autre mobilier funéraire n’a pu être mis au jour. Une autre sépulture sans doute préislamique (e80), à inhumation simple et dans un mauvais état de conservation, était intrusive dans la couche e79. Le crâne était orienté vers le nord-est et, à la hauteur du bassin du squelette, replié sur son côté droit, se trouvaient deux récipients, l’un dans l’autre, avec leurs ouvertures tournées vers le bas.

68La cote de la tombe e82, islamique, est relativement basse dans le remplissage e79 ; bien conservée, cette sépulture d’adulte est marquée par un mur e81, construit parallèlement à la position requise du corps, plus au sud. Ce muret est bâti avec des matériaux divers, comprenant beaucoup de tessons de céramique islamique, et présente une forme assez irrégulière. À proximité, on a trouvé des fragments d’os humains (e83), peut-être les restes d’une tombe plus ancienne détruite pendant la préparation de la fosse.

CONCLUSION

69Les travaux du chantier F apportent chaque année une importante moisson de renseignements inédits concernant des périodes par ailleurs mal connues pour cette région du Moyen-Euphrate. Le dégagement et l’enlèvement progressif des niveaux paléobabyloniens sur une superficie importante nous permettront dans les années à venir d’étudier systématiquement les données concernant le passage du IIIe au IImillénaire, ainsi que les époques plus anciennes.

70Dans un diagramme qui voudrait mettre en corrélation les résultats de la fouille de TQ 13 et TQ 14 avec ceux du sondage TQ 12 kl, non seulement toutes les structures et couches citées plus haut comme II.1 devraient être classées comme faisant partie du niveau Cl, puisqu’elles semblent toutes être liées à la période d’existence du bâtiment paléobabylonien identifié dans le sondage TQ 12 kl, mais aussi celles relatives à la phase II.2, plus ancienne, que nous avons découvertes cette année. En effet, les structures de la phase II.2, qui, au moins en K50, précèdent directement celles de la phase II.1, doivent sans doute être datées pratiquement de la même époque historique, la période paléobabylonienne, comme le montrent, par exemple, les résultats des analyses du matériel céramique et épigraphique. Il est donc peut-être préférable de penser que les deux phases de construction se sont suivies assez rapidement, et que la première – peut-être remontant au début de l’époque de la domination de la « dynastie des Lim » dans le Moyen-Euphrate – a nécessité localement un important travail de terrassement. Le nivellement a été réalisé soit par remplissage des fosses existantes avec des restes provenant d’autres secteurs du tell – ce qui pourrait expliquer la présence de céramiques mélangées, datables sans doute du début du deuxième millénaire –, soit par démolition et aplanissement des ruines du IIImillénaire encore en place. Un autre bâtiment a peut-être alors été bâti en face, attesté dans K52. Par la suite, peut-être à l’époque de l’établissement du royaume de Haute Mésopotamie, ou bien lorsque Zimri-Lim a récupéré le contrôle sur la région, ces bâtiments II.2 auraient subi un profond remaniement, incluant la disparition ou la réfection de certains murs et la fermeture de certaines portes ; ces travaux pourraient aussi expliquer l’absence de tombes dans les loci en question.

71Par contre, les couches et les structures qu’on a définies comme appartenant à la phase III.0 correspondraient au niveau C2, et, dans leur ensemble, elles représenteraient le résultat de l’abandon et de la destruction des murs de l’habitat du IIImillénaire, ainsi que l’effet des aménagements et des réoccupations des espaces avant la reconstruction massive d’époque paléobabylonienne. La structure en briques cuites mise au jour dans le carré K50 est également à attribuer à cette phase, étant intrusive dans les vestiges de bâtiments du troisième millénaire, bien que sa fonction soit inconnue. Il n’est pas possible, pour le moment, d’établir une datation nette pour cette période, ni de se prononcer sur sa durée. Tandis qu’un terminus ante quem est fourni par la chronologie de la phase de construction paléobabylonienne, il reste pour le moment impossible d’indiquer à quel moment la crise de l’habitat urbain de Terqa a débuté pendant la période dite, à Mari, des Shakkanakku, correspondant sans doute au BM I, ou alors à la fin du BA IV. Nous ne savons pas quel était le statut politique de Terqa à cette époque par rapport à Mari, ni quelles étaient les relations de la ville avec les tribus amorites qui vont prendre le pouvoir dans le Moyen-Euphrate, ainsi que dans toute la Mésopotamie, à cette même époque.

72Tout dépendra de la possibilité de bien dater les structures et les couches attribuées aux phases III.1 et III.2, identifiées dans le sondage TQ 12 kl dans le niveau C3, et étudiées cette année en K51. Dans ce cas aussi nous avons l’impression d’avoir affaire à deux phases de construction (ou alors à une reconstruction) qui se sont suivies assez rapidement, avec par ailleurs un certain changement dans la technique de base (module des briques), ainsi que dans l’orientation et la forme des locaux. Le matériel archéologique, et tout particulièrement la céramique, trouvé dans les niveaux relatifs aux phases III.1 et III.2. bien qu’en quantités limitées, présente des caractéristiques permettant de le distinguer d’une façon claire, et radicale, du matériel d’époque paléobabylonienne II.2 et II.1, sans par ailleurs fournir un critère diagnostique plus précis. Le manque total de matériel épigraphique dans ces couches souligne également la profonde différence culturelle de la population qui a occupé ce même quartier à des époques diverses, et de toute manière le changement de la fonction des bâtiments. L’analyse du matériel présent dans ces niveaux, ainsi que la lecture et l’interprétation des fragments de tablettes et des impressions des sceaux trouvés dans les couches plus récentes, apportera peut-être les informations nécessaires pour déterminer la chronologie et établir avec plus de clarté la succession des événements à Terqa à la fin du Bronze Ancien et au début du Bronze Moyen.

Fig. 1 – Plan du chantier F, K50, K51 et K52, phases II.1 et II.2

Fig. 1 – Plan du chantier F, K50, K51 et K52, phases II.1 et II.2

Fig. 2 – Plan du chantier F, K50, K51 et K52, phases III.0, III.1 et III.2

Fig. 2 – Plan du chantier F, K50, K51 et K52, phases III.0, III.1 et III.2

Fig. 3Chantier F, vue générale vers l’ouest (photo Y. Baudoin, IFAPO)

Fig. 3 – Chantier F, vue générale vers l’ouest (photo Y. Baudoin, IFAPO)

Fig. 4 – Chantier F, vue générale vers le sud (photo Y. Baudoin, IFAPO)

Fig. 4 – Chantier F, vue générale vers le sud (photo Y. Baudoin, IFAPO)

Bibliographie

Kupper J.‑R.
1950 Correspondance de Kibri-Dagan, Gouverneur de Terqa. Archives Royales de Mari III, Paris.

Mahmoud A.
1978 « Die Industrie der islamischen Keramik aus der zweiten Season », Syro-Mesopotamian Studies 2/5.

Masetti-Rouault M. G.
1997 « Terqa, rapport préliminaire : Chantier F, le sondage F3kl (1988‑1989) », MARI 8, p. 89‑98.

Rouault O.
• 1984 L’Archive de Puzurum. Bibliotheca Mesopotamica 16, Malibu.
• 1992 « Cultures locales et influences extérieures : le cas de Terqa », Studi Micenei ed Egeo-Anatolici 30, p. 247‑256.
1997 « Terqa, rapport préliminaire (1987‑1989), Introduction », MARI 8, p. 73‑82.

Rouault O., Masetti-Rouault M. G., Cifola B., Doumenc L., Di Salvatore C.,
1997 « Terqa, rapport préliminaire (1987‑1989), Chantier F. Étude générale », MARI 8, p. 83‑88.

Tassignon I.
1997 « La poterie des campagnes de 1998 et 1989 », MARI 8, p. 125‑140.

Notes

1 Les missions ont été dirigées par O. Rouault. Les opérations sur le chantier F ont été menées sous la responsabilité de M. G. Masetti-Rouault, avec la collaboration de M. Abbado et S. Roffi, étudiantes de l’université de Florence, Italie.

2 Masetti-Rouault 1997, Rouault et al. 1997.

3 Les élévations sont données ici selon l’altitude au-dessus du niveau de la mer indiquée par la carte au 1/5 000 de l’Euphrates Project Authority, qui utilise les cotes du cadastre syrien. Dans Rouault et al. 1997, les élévations étaient données relativement à une base supposée du tell. Le point de référence le plus élevé du chantier était donc indiqué à 1 637 cm. (Rouault 1997, fig. 12).

4 Rouault 1984, 1992.

5 Rouault et al. 1997.

6 Mahmoud 1978.

7 Kupper 1950.

8 Tassignon 1997.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du chantier F, K50, K51 et K52, phases II.1 et II.2
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3818/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 2 – Plan du chantier F, K50, K51 et K52, phases III.0, III.1 et III.2
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3818/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 3Chantier F, vue générale vers l’ouest (photo Y. Baudoin, IFAPO)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3818/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Fig. 4 – Chantier F, vue générale vers le sud (photo Y. Baudoin, IFAPO)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3818/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search