Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Rapports de fouille

Mari : rapport préliminaire sur la campagne de 1993

Jean-Claude Margueron, Dominique Beyer, Emmanuelle Capet, Pierre Gontier, Marylou Jean-Marie, Anne Liégey et Isabelle Weygand

Texte intégral

1La mission est arrivée en ordre dispersé en Syrie le 16 septembre ; le 19, la maison de fouille était ouverte et les travaux sur le terrain ont pu commencer sans tarder. Le 6 novembre, les derniers travaux ont été conduits sur le chantier et la dispersion des membres a commencé.

2L’équipe était composée, outre son directeur, de six archéologues de terrain – D. Beyer, E. Capet, P. Gontier, M. Schneider, A. Liégey, I. Weygand –, de quatre stagiaires – F. Vergeot, D. Bonneterre, A. et J. Hurstel –, d’une archéologue architecte – B. Farah –, de deux céramologues – H. Gasche et N. Pons –, de deux architectes – Y. Makaroun et A. Fadli –, et de M. Jean‑Marie, ostéologue qui a pris en charge l’enregistrement du matériel et celui des tombes ; A. Horrenberger a assuré la confection des dessins. M. Bendakir, architecte, a dirigé le programme de conservation des murs, M. al Houchi a assumé l’intendance et R. Kaessouah a été la représentante du service des Antiquités. G. Nicolini est venu d’abord à la mission passer une semaine en fin de campagne pour étudier les ors de Mari en vue de les publier, puis dans les musées syriens où je l’ai accompagné. La mission a hébergé aussi V. Bader, venue étudier les céramiques de la mission de Mashnaqa (dir. D. Beyer) déposées à Mari. Enfin de nombreuses équipes de radio et de télévision ont visité le site et la mission, poussés par l’actualité culturelle parisienne : se tenait en effet à l’Institut du monde arabe l’exposition « Syrie, mémoire et civilisation ».

  • 1 Rappelons que les rapports des campagnes d’André Parrot sont publiés dans Syria XVI (1935) à LII (1 (...)

3Le programme de cette 30e campagne1 est organisé autour de deux grands thèmes :

41. L’étude de la cité et de ses monuments dans trois chantiers en cours (fig. 1) :

  • le chantier F où de gros efforts sont concentrés afin de définir les priorités à venir, en examinant minutieusement la stratigraphie,

    • 2 Nous réservons pour les rapports définitifs les coupes architecturales et relevés de parois de cett (...)

    le temple de Ninhursag au chantier G2,

  • le chantier de la porte du Palais afin de poursuivre son dégagement et d’étudier sa stratigraphie ;

52. L’étude de la brique crue selon les propositions du CRATerre pour évaluer les possibilités d’intervention en vue de la sauvegarde des monuments.

J.‑Cl. M.

CHANTIER F

6Cette année, le chantier F s’est considérablement étendu : de nombreux carrés ont été ouverts afin de faire la jonction entre deux secteurs de l’ancienne fouille d’André Parrot : le quartier d’habitation autour du temple d’Ishtar et le Grand Palais. Pendant cette campagne, 10 nouveaux carrés ont été fouillés, ce qui porte la tranchée à 80 m de long sur 20 m de large. Par son ampleur, ce chantier a permis d’intensifier les efforts portés sur l’étude de l’habitat domestique et sur l’urbanisme de Mari. Le deuxième objectif était d’amorcer une étude stratigraphique des différents niveaux d’habitation de ce quartier, par une étude fine des couches. André Parrot mentionne deux niveaux, celui du début du IImillénaire et le niveau « présargonique » ; en fait, la situation est plus complexe, comme on le verra plus loin.

I. W.

Fig. 1 – Plan du site avec emplacement des chantiers ouverts en 1993

Fig. 1 – Plan du site avec emplacement des chantiers ouverts en 1993

Le domaine archéologique de la cité de Mari est divisé en 15 zones rectangulaires - 250 m en abscisse et 500 m en ordonnée - numérotées de I à XV ; chaque zone est subdivisée en carrés de 10 m de côté, 25 d’ouest en est numérotés de 1 à 25 et 50 du sud au nord désignés par les lettres de l’alphabet. Un carré de fouille est donc désigné par un chiffre romain donnant la zone, puis une lettre de l’alphabet (excepté I) associée à un numéro de 1 à 25 ; chaque carré est alors subdivisé en 4 quadrants : NO, NE, SO et SE, de façon à faciliter l’enregistrement des faits de fouille et des objets. Tout l’enregistrement repose sur ce carroyage. Les grands secteurs de recherche sont définis par une lettre A, B, C... (chantier A…), qui se surajoute au système précédent pour faciliter les localisations, mais qui ne servent jamais à l’enregistrement.

Les carrés implantés à l’emplacement du Grand Bâtiment

  • 3 Cf. l’article de E. Capet et B. Farah-Fougères dans cette même livraison.

7Toute la partie orientale du chantier F a permis de retrouver un ensemble de murs de fondation, d’agencement compliqué, appartenant à un grand bâtiment (dit aussi Grande Résidence3) datant de la phase finale de l’histoire de Mari.

Carré III G 1

8Ce carré, dont la fouille fut commencée en 1993, fut moins touché par l’érosion que les carrés plus à l’ouest, et a livré un ensemble de fondations, ancrées parfois jusqu’à 2 m de profondeur, datant de la dernière occupation de la ville. Ces murs s’intègrent dans le réseau de murs de la résidence qui couvre les carrés III F-J 1‑3, et qui fait l’objet d’une présentation à part dans ce volume.

9Aucun sol de cette période n’était préservé ; en III H 1, les sols de ce niveau sont à une altitude variant entre 181,70 et 182 m, c’est-à-dire juste au-dessus de la surface de III G 1 avant les fouilles. Nous aurions donc ici la hauteur originelle, ou peu s’en faut, des fondations.

  • 4 III G 1 NOT-1 et T-2, SO T-l, SE T-l, SE T-2, cf. Jean‑Marie 1999, respectivement nos 1060, 1068, 1 (...)

10Pendant la période d’occupation de la Résidence, quatre tombes ont été aménagées sous les sols dans ce carré ; en jarre, en sarcophage ou en pleine terre, ces tombes sont accompagnées d’un matériel funéraire exclusivement céramique4.

11Après l’usure par érosion de ce niveau d’habitation, de petits foyers sans éléments de datation ont été creusés dans l’épaisseur des murs arasés. Engagés en paroi nord, une jarre et un gobelet à glaçure doivent faire partie d’une tombe postérieure à la ruine de la ville.

Carré III H 1

12La fouille de ce carré, entamée en 1993, se limita ici aussi au dégagement du réseau de fondations de la Résidence. Les fouilles de Parrot de 1935 s’étendent jusque dans le quadrant sud-est, mais le mètre et demi de profondeur atteint alors s’était entièrement recomblé.

13Les sols d’occupation de la Résidence sont préservés dans trois pièces (fig. 2). Dans le quadrant nord-est, un sol de terre battue et sa recharge, de 20 cm d’épaisseur affleurant en surface, possèdent un aménagement de trois tabuk, bordé sur un côté d’une petite fosse ovale délimitée par des fragments de tabuk (fig. 3). Cette petite plateforme fut reproduite lors de la recharge du sol, sous la forme de quatre tabuk disposés en carré. Une assiette remplie de cendres, enfoncée au centre du sol supérieur, et plusieurs fragments de meules mouvantes de basalte constituent l’unique matériel de cette pièce. En raison de l’érosion des murs au ras des fondations, nous ne possédons plus les passages vers les autres pièces. Dans le sous-sol, deux jarres funéraires d’enfants furent placées contre le mur ouest.

14En III H 1 SE-SO, une pièce de 2,60 m sur 2,50 m possède une plinthe de tabuk longue de 60 cm et de 14 cm de haut. Cette plinthe s’interrompt dans l’angle nord-ouest, ce qui indique peut-être une ouverture vers la pièce au nord ; en face, dans le mur sud de la pièce, une perturbation de la plinthe et une crapaudine dans l’angle sud-ouest marquent une porte ouvrant sur le sud. Un troisième passage donne accès à l’ouest, et possède un seuil de deux grands tabuk à plat. Le sol est fait de terre battue, et il semble qu’il dut être rehaussé très tôt en raison de l’effondrement de la plinthe vers l’intérieur de la pièce (fig. 4). Une jarre était écrasée au centre de la pièce, dans la recharge du sol.

15L’angle sud-ouest est occupé par une petite salle d’eau encore incomplètement dégagée, revêtue d’un dallage de tabuk qui s’incurve vers l’orifice d’une évacuation en puisard. Le revêtement de bitume des tabuk est préservé de façon lacunaire (cf. fig. 2).

16Dans le quadrant SE, sous le fond des fouilles de Parrot, un ensemble de jarres brisées très perturbé se poursuivant sous la base du mur nord appartient à un groupe de tombes antérieures à la construction de la Résidence.

Carré III J 1

17Ce carré reprend un secteur fouillé en 1935 par Parrot, où avaient été dégagées l’extrémité orientale de la Résidence et la rue qui longe le Palais à l’ouest, mais dont rien n’a été publié.

18La profondeur atteinte par ces fouilles ne nous a pas permis de retrouver le sol de rue contemporain de l’occupation de la Résidence, ni le précédent ; grâce au débord vers l’extérieur d’une portion des fondations, on a pu constater que celles-ci tranchent deux niveaux de surfaces cailloutées de la rue, qui sont contemporaines de la première utilisation du palais du IImillénaire.

19La partie orientale du carré est occupée par l’enceinte du palais. À cet endroit (au niveau de la salle 72 du palais), il fut décidé d’opérer une tranchée de sondage, en travers du mur d’enceinte, sur une largeur de 4 m. Il s’agissait de vérifier si le palais du IImillénaire reproduit les limites de celui du IIImillénaire, comme il le fut constaté aux limites nord et est ; ce sondage devait en outre mettre en évidence la construction soignée de l’enceinte palatiale, et ses réparations au cours de son usure. Depuis son dégagement par Parrot, l’usure a fait baisser la crête de l’enceinte de 35 cm ; la dégradation est en fait beaucoup plus importante si l’on compare les hauteurs conservées d’aplomb : en 1935, l’aplomb était de 2,50 m ; en 1993, il n’est plus que de 30 cm.

  • 5 Akh Purattim 2.

20Les résultats de cette année se sont limités au dégagement de la superstructure de l’enceinte du IImillénaire qui se présente comme suit (fig. 5 ; voir aussi fig. 5 du rapport préliminaire 1994 du chantier F, III J 1, III K 1 NO5) : elle fut conçue au départ pour avoir une largeur de 2,50 m au-dessus du sol ; le sommet de la fondation, large de 3 m, est recouvert d’une surface de terre damée formant un bourrelet le long de la rue ; un radier partiel de petites plaques de gypse et de fragments de tabuk supporte des galets d’un calibre de 10 à 15 cm, en deux à trois épaisseurs, puis vient la superstructure de briques crues ; cette couche de galets, observée à la base de plusieurs murs du palais du IImillénaire, est supposée cristalliser le sel qui remonte par capillarité dans l’épaisseur des murs, et retarder l’œuvre de désagrégation interne de ceux-ci, contre laquelle aucune intervention ultérieure n’est praticable ; il avait déjà été reconnu dans d’autres fondations de la même époque. Le lit de galets se poursuit en partie sous la salle 72 du palais attenante à notre sondage. Nous observons ensuite 7 lits de briques carrées de 42 cm sur 42 cm, de 12 à 10 cm de haut, en assemblage plein-sur-joint, à joints argileux verticaux larges ; un chaînage transversal de branches ou troncs d’un diamètre n’excédant pas 10 cm assure un premier rétablissement de l’horizontalité ; les branches sont cimentées avec de l’argile compacte, elles sont espacées de 10 à 30 cm, et recouvertes d’un nattage de roseaux. Ce chaînage ne souffrit pas de l’incendie ; en revanche, les deux chaînages de bois supérieurs, repérés dans la partie érodée tous les 50 cm, avaient fortement brûlé.

21La première rue a une surface de fin cailloutis (calibre des cailloux : 1 à 2 cm) remontant légèrement au contact de l’enceinte, qui se situe au niveau du sommet des galets de fondation. Elle a un pendage sud de 0,03 %, pente que reprend le sommet des fondations de l’enceinte du palais. Son niveau fut exhaussé d’une vingtaine de centimètres par adjonction de terre argileuse peu compacte, et d’un nouveau revêtement de cailloux plus épais. À ce niveau, l’érosion attaqua fortement la base de l’enceinte, creusant un sillon de 20 cm de profondeur, et faisant reculer l’aplomb du mur, avant que ne soient entrepris des travaux de consolidation. La restauration du mur consista à exhausser le niveau de la rue pour ennoyer la partie atteinte par le sillon sous 60 cm de terre battue, à ravaler le nu du mur et à le flanquer d’un placage d’une épaisseur d’une brique et demie sur toute sa longueur (l’enceinte a alors une largeur de 3,10 m). Ces travaux furent précédés par des opérations qui ne peuvent avoir de valeur architectonique, et dans lesquelles on pourrait plutôt voir des gestes symboliques, ou des traces de rituels de construction : tout au long de la partie du mur la plus atteinte fut disposé un petit parapet de fragments de briques, et le sillon lui-même fut bourré d’os de ruminants et de tessons d’un type spécial (en argile rouge très grossière, l’une des surfaces étant noire et lustrée) ; dans le comblement des tranchées de fondations de la Résidence, du côté de la rue, on avait repéré en certains endroits (en particulier sous le mur 5 qui flanque le mur 4) mais avec une densité moindre, la même association d’os de bovins et de grands tessons. La Résidence fut construite au moment où étaient menés ces travaux de ravalement du palais, et la rue qui sépare ces deux bâtiments a alors une largeur de 2 m.

Carré III K 1

22La partie de la salle 72 du palais sise en III K 1 NE fut fouillée simultanément au sondage pratiqué dans l’enceinte afin que nos résultats puissent être recalés aux anciennes fouilles ; la berme entre III J 1 et III K 1 est fouillée de concert.

Fig. 2 – III H 1. Résidence du IIe millénaire à l’ouest du Palais et ses trois sols conservés

Fig. 2 – III H 1. Résidence du IIe millénaire à l’ouest du Palais et ses trois sols conservés

Vue du sud-ouest

Fig. 3 – III H 1 NE. Installations du sol supérieur de la Résidence du IIe millénaire à l’ouest du Palais

Fig. 3 – III H 1 NE. Installations du sol supérieur de la Résidence du IIe millénaire à l’ouest du Palais

Vue du nord – nord-ouest

Fig. 4 – III H 1 SE-SO. Résidence du IIe millénaire à l’ouest du Palais

Fig. 4 – III H 1 SE-SO. Résidence du IIe millénaire à l’ouest du Palais

Au premier plan, pièce bordée d’une plinthe de tabuk avec son sol en terre battue et sa recharge ; au centre, seuil de tabuk ; au fond, pièce dallée au sol incurvé pour l’écoulement des eaux.
Vue du nord-est

Fig. 5 – III J 1 NE-III K 1 NO. Sondage dans l’enceinte du palais du IIe millénaire

Fig. 5 – III J 1 NE-III K 1 NO. Sondage dans l’enceinte du palais du IIe millénaire

À droite, plinthe et dallage de la salle 72 du Palais. De bas en haut : hérisson d’éclats de gypse, radier de galets, sept lits de briques, chaînage de branches, dix assises de briques avec un épaississement de réparation à gauche, chaînage de branches brûlé, sommet érodé en deux à trois assises de briques brûlées.
Vue du sud

23Nous nous sommes contentés cette saison de redégager le sol de tabuk de cette salle, réenseveli sous 1,30 m de brique fondue. La paroi intérieure de l’enceinte montrait les signes d’une usure réparée sommairement. Il s’agit d’un sillon qui débute au-dessus de la plinthe de djuss de la pièce, qui a attaqué le mur sur 40 cm de haut et sur une profondeur allant jusqu’à 20 cm ; le sillon fut comblé de fragments de tabuk empilés, et l’ensemble fut renduit.

Carrés III J 2, III J 3 et III H 3

  • 6 Cf. l’article de E. Capet et B. Farah-Fougères dans cette même livraison, p. 115, fig. 1.

24On ne travailla dans ces trois carrés que pour remettre au jour l’état dégagé en 1935 ; les photographies aériennes prises en 1937 montrent la confluence de la rue longeant le palais et d’une rue plongeant vers l’ouest, en direction du quartier du temple d’Ishtar ; cette rue est bordée au sud par la Résidence qui a fait l’objet d’un dégagement systématique en 1993, et au nord par ce qui semble être l’angle d’un autre bâtiment6.

  • 7 III JII NO T-l, T-2, T-3, T-4, III J III SO T-l, cf. Jean‑Marie 1999, respectivement nos 1094, 1095 (...)
  • 8 III J III SO T-2, cf. Jean‑Marie 1999 n1103.

25L’une des pièces de la Résidence en bordure de la rue nord-sud (en III J 2 NO-III J 3 SO) présentait une densité remarquable de 5 tombes en jarres scellées à l’argile7. Cet ensemble recouvrait une construction funéraire en briques, entourant un sarcophage8 ; elle est antérieure à la construction des murs de fondations qui prennent appui sur elle. Mêlées de façon fortuite aux terres de comblement des fosses funéraires, se trouvaient des scellements de portes avec déroulement de sceaux-cylindres et des tablettes.

26L’angle nord-est de la résidence au carrefour des deux rues est profondément fondé, et a résisté aux intempéries du dernier demi-siècle. Mais le secteur situé au nord ne semble pas avoir porté des substructures aussi imposantes, et nous n’y retrouvâmes que des plages cendreuses, probablement antérieures aux travaux de la Résidence. Sous la rue est-ouest, à l’angle extérieur de la Résidence, se trouvait enfouie la tombe d’un enfant en jarre, appuyée contre le mur de fondation.

E. C.

Carrés III F 1 et III F 2

27Ces deux carrés n’ont pas été également fouillés, si bien que les renseignements obtenus sont différents.

III F 1 (fig. 6)

28Dégagé sur une faible profondeur (1 m environ), ce carré a livré les renseignements suivants.

L’organisation de l’architecture
  • 9 Contrairement à ce qui est suggéré dans le pian donné dans cette livraison « Étude des fondations d (...)

29Deux murs principaux de direction sensiblement nord-sud (avec une légère inclinaison vers le sud-est) occupent chacune des deux moitiés du carré. Celui de l’ouest atteint dans sa plus grande épaisseur 2,50 m : malgré cette puissance, il ne représente peut-être pas la limite occidentale du bâtiment : la question reste en effet ouverte parce qu’on atteint la base des murs des fondations, que vers l’ouest plus aucun élément n’en subsiste et que l’alignement avec la section du même mur en III F 2 n’est nullement satisfaisant ; par ailleurs l’irrégularité présente de la limite occidentale ne laisse pas voir de réels départs de murs9 et rien ne prouve que le bâtiment se poursuivait dans cette direction. Le second, à l’est, ne dépasse pas 1 m, ce qui correspond à une valeur fréquente des fondations de ce bâtiment, surtout dans sa partie occidentale. Ces deux murs sont réunis dans la moitié méridionale par un muret de quelque 60 cm d’épaisseur ; deux autres départs de murs transversaux ont été repérés dans le quadrant nord-est. Ce réseau se raccorde assez harmonieusement avec les fondations repérées à l’est (en III G 1) et avec celles de III F 2 (sauf pour le mur occidental comme on vient de le voir) au nord, moyennant un léger décalage qui n’est nullement étonnant dans un chaînage de ce type.

Les installations
  • 10 Notons la présence d’un autre tannour (non numéroté, dans la berme sud du carré).
  • 11 III F 1 NO T-l, N OT-2, SE T-l, respectivement nos 1063, 1066, 1062 in Jean‑Marie 1999.

30Peu nombreuses, elles comptent un tannour10 et trois sépultures en jarres, disposées dans des fosses11. Aménagées entre les fondations du Grand Bâtiment, mais un peu plus profondément, elles n’en ont pas perturbé la structure.

Fig. 6-a – Carré III F 1

Fig. 6-a – Carré III F 1

Fig. 6-b – Carré III F 1. Le mur de limite occidentale de la Grande Résidence

Fig. 6-b – Carré III F 1. Le mur de limite occidentale de la Grande Résidence

Vue vers le sud-est

Fig. 6‑c – Partie orientale du réseau de la Grande Résidence dans le carré III F 1

Fig. 6‑c – Partie orientale du réseau de la Grande Résidence dans le carré III F 1

III F 2 (fig. 7)

31Moins riche en vestiges architecturaux, à l’exception des fondations d’une large porte à doubles battants (sans doute la porte extérieure du Grand Bâtiment), ce carré a en revanche révélé sur les trois mètres qui ont été excavés une stratigraphie complexe, indice de plusieurs phases d’occupation de nature vraisemblablement très diverse ; l’examen des 16 couches identifiées a en effet permis de distinguer 4 niveaux d’occupation principaux.

32— Le premier, en, surface, comprend plusieurs installations, dispersées, se rapportant à des postes de travail, ainsi que plusieurs fosses (certaines avec sépultures), qui ont beaucoup perturbé les niveaux antérieurs.

33— Au deuxième niveau appartiennent les principaux vestiges architecturaux du carré : quatre murs de fondation, partiellement recouvrés, de la bordure septentrionale du Grand Bâtiment ; au nord une lacune dans ces murs fait songer à une porte, ce qui peut paraître étrange puisque des fondations sont toujours continues ; néanmoins la présence de ce qui reste de deux crapaudines – tout à fait certaines et parfaitement en place de part et d’autre de la lacune à cet emplacement – laisse supposer que la porte principale du bâtiment se trouvait bien à cet endroit et qu’elle établissait la relation entre l’édifice et la voie qui quittait la rue occidentale du Palais pour rejoindre le quartier du Souk ; la lacune n’est peut-être qu’apparente et moins le fait d’une inclusion postérieure que d’une profondeur un peu moins importante de la fondation (qui a disparu) à l’emplacement exact de la porte (c’est-à-dire où les charges sont allégées).

34Deux murets dans l’angle sud-est, qui évoquent le coffrage d’une tombe, pourraient être contemporains.

35— Le troisième niveau est représenté par une vaste zone en creux dans la moitié ouest du carré, comblée progressivement : à l’origine une vaste fosse qui a été creusée dans une série de fines couches stratifiées du quatrième niveau.

36Dans ces conditions, le niveau III pourrait correspondre à la phase trouble, encore assez mal connue, de transition entre la destruction de la ville d’époque agadéenne de Mari à la fin de la période d’Agadé, et le moment de la reconstruction générale sous les Shakkanakku (celle en particulier du Palais Royal voisin et celle, éventuellement contemporaine, du Grand Bâtiment du niveau II).

37— Le niveau IV
Compte tenu du nombre de couches superposées et de son épaisseur, le niveau IV (la fouille n’a pas encore atteint sa base), en dépit de l’absence de vestiges architecturaux signifiants, du manque d’indices (quelques lambeaux de murs et de sols, quelques tannour, deux tombes, peu d’objets en général), forme une zone d’occupation homogène, bien que discontinue, qui a peut-être connu des utilisations différentes, au cours d’une période probablement assez longue de l’occupation du site.

Fig. 7-a – Le carré III F 2

Fig. 7-a – Le carré III F 2

Fig. 7-b – III F 2. Les murs de fondation et les deux crapaudines de la porte d’entrée de la Grande Résidence

Fig. 7-b – III F 2. Les murs de fondation et les deux crapaudines de la porte d’entrée de la Grande Résidence

Vue vers le sud-est

Conclusion

38La fouille de 1993 des carrés III F 1 et III F 2 apporte une contribution non négligeable à la compréhension du chantier F, ce quartier urbain voisin des grands palais royaux des IIIe et IImillénaires. À défaut de pouvoir les caractériser en détail, faute de vestiges importants, la stratigraphie de III F 2 a permis toutefois de retrouver les principales étapes de la vie de la cité depuis la seconde moitié du IIImillénaire.

  • Celle de la fin de la ville du milieu du IIImillénaire (niveau IV) auprès du Grand Palais, dont seuls quelques lambeaux demeurent (fragments d’une maison avec son niveau de chantier et la sépulture III F 2 NO T-l, au cœur d’une séquence de couches stratifiées).

  • La destruction agadéenne (vers 2300/2200 av. J.‑C. ?), avec pour conséquence le déclin momentané de la cité (marqué ici – niveau III – par l’abandon du quartier, le creusement et le comblement d’une très grande fosse, suivis par une réoccupation modeste).

    • 12 Non intégrée dans la nomenclature de Jean‑Marie  999.

    Puis (à partir d’ici, les données du carré III F 1, fouillé en surface seulement, rejoignent celles de III F 2) la reconstruction dans le courant de l’époque des Shakkanakku (fin IIIe mill.), avec l’érection du Grand Bâtiment dont il ne reste plus que les imposantes fondations, la porte d’entrée et, peut-être, en III F 2 SE, le coffrage maçonné d’une grande sépulture12 (niveau II), parallèlement sans doute à celle du nouveau Palais royal.

  • L’époque des dynasties amorites et ses étapes ensuite (premier quart du IImillénaire), confondues avec celles de la vie du Grand Bâtiment du niveau II, dont nous n’avons que quelques indices.

  • La longue période d’abandon consécutive à la destruction de Mari par Hammurabi (XVIIIsiècle av. J.‑C.), matérialisée par l’usure du Grand Bâtiment, parfois jusqu’à la base des fondations.

P. G.

Carré III G 2

39Malencontreusement confié à des mains inexpertes et de surcroît mal enregistré dans le carnet de fouille, ce carré n’a guère donné de renseignements utilisables dans l’ensemble des problèmes soulevés par l’exploration de ce chantier F. Les observations réalisées peuvent se résumer en deux phrases.

40Quelques lambeaux de murs ont été repérés : certains ont sans doute appartenu au réseau de fondations dégagé dans les autres carrés et tous ceux qui ont paru crédibles et compréhensibles ont été replacés dans le plan général des fondations du Grand Bâtiment.

  • 13 Jean-Marie 1999, tombe 1082, (III G2 NE T-2) p. 194, pl. 108 et 239.

41Les tombes étaient nombreuses ; certaines appartenaient au niveau des dynasties amorites, d’autres, à l’occasion un plus profondément enfouies, à l’époque des Shakkanakku, parfois dans un sarcophage en terre cuite avec un riche mobilier céramique ; la plus importante et la plus riche, qui se trouvait en pleine terre, a déjà été publiée, comme les autres de ce secteur13.

J.‑Cl. M.

Carré III H 2 (fig. 8)

42Confié à Bouchra Farah, ce carré a donné des informations qui ont porté pour l’essentiel sur le réseau de fondations et sur les inhumations pratiquées, ici comme ailleurs dans le Grand Bâtiment du chantier F, sous le sol des pièces.

43L’architecture est représentée d’abord par deux murs de fondation de direction sensiblement nord-sud (mais avec la même légère inclinaison vers le sud-est que l’ensemble de l’édifice) ; d’une largeur variant entre 1,25 m et 2 m, ils sont réunis au nord par un mur transversal partiellement recouvré ; du mur occidental part vers l’ouest un autre mur est-ouest, décalé par rapport au précédent, qui donne la limite sud d’une petite pièce incomplètement dégagée dans l’angle nord-ouest. À la limite orientale du carré, trois départs de murs transversaux donnent naissance à trois espaces. Dans l’ensemble, ces murs trouvent leur prolongement vers le nord en III G 3 et vers l’est en III H 2. La profondeur de ces fondations varie d’une quarantaine de centimètres à un mètre selon les endroits.

  • 14 III H 2 SO T-1 (Jean‑Marie 1999, n1087, sarcophage) ; III H 2 NO T-1 à T-4 (nos 1084, 1085, 1086, (...)

44Dans les espaces délimités par ce réseau, des tombes en assez grand nombre ont été retrouvées : une tombe dans un sarcophage en terre cuite, sans doute rescapée d’une phase shakkanakku et des tombes en jarre, simple ou double, accompagnées d’un riche mobilier céramique appartenant à l’époque d’utilisation sous les dynasties amorites, retrouvées dans un entassement et un amoncellement qui prouvent une longue utilisation de cet édifice14.

Fig. 8 – Le carré III H 2

Fig. 8 – Le carré III H 2

45À un niveau antérieur et sous le mur occidental, des restes d’architecture ont été décelés, dont il est difficile de faire état avec précision : ils font d’ailleurs peut-être partie du mur de fondation. Une petite installation avec des briques de chant formant des petits coffres a été observée à la limite inférieure de la fouille : il pourrait s’agir d’une petite installation domestique subsistant d’un ancien niveau shakkanakku, vers 179,80 m. Peu sous ce niveau et dans le prolongement méridional du mur occidental, une tombe construite renfermant un sarcophage de terre cuite du modèle shakkanakku a été fouillée.

J.‑Cl. M.

Secteur à l’ouest du Grand Bâtiment

Carrés III D 1 et III E 1

  • 15 Weygand in Margueron et al. 1997, p. 39‑45 et fig. 33‑41.

46En III D 1, la berme orientale a été fouillée pour permettre de vérifier si l’espace découvert en 199115, avec le petit autel domestique dans l’angle nord-est, niveau le plus ancien découvert à ce jour au chantier F, se poursuivait vers l’est et dans le carré III E 1. Le carré III E 1 a été repris dans son intégralité ; la maison du Potier, dégagée en 1991, a été démontée jusqu’à ses fondations les plus profondes et la fouille s’est arrêtée au sol de la maison à l’Autel domestique.

  • 16 Voir dans cette même livraison l’article de N. Pons sur la céramique, et en particulier p. 304, fig (...)

47Dans l’état actuel des recherches, cinq séquences stratigraphiques distinctes ont été repérées en III D 1 et III E 1, subdivisées éventuellement en phases, depuis la surface vers les couches en profondeur. Il s’agira ensuite, lorsque l’étude synthétique des autres carrés aura été menée, de raccrocher tous les niveaux entre eux pour en préciser la chronologie16.

Les vestiges des niveaux supérieurs

48Ont été regroupés dans cette phase les éléments intrusifs, c’est-à-dire le puisard et les fosses postérieurs au niveau de la maison du Potier.

  • 17 H. 70 cm ; ép. 4 cm ; ø 50 à 52 cm.

49a) Le puisard III E 1 NE 1 affleurait dès la surface en 1991, et l’on n’a pas encore atteint sa base (sommet : 180,88 m ; base niveau fin de fouille : 176,77 m). Il est composé de buses en terre cuite superposées, de forme cylindrique17. Ce puisard, en partie engorgé, a diffusé tout autour de lui, par leurs perforations, les eaux-vannes qui ont donné à la terre alentour la couleur verdâtre caractéristique des déchets organiques. Pour l’installer, un puits de fondation a été creusé, au milieu duquel les buses ont été superposées.

50Ce puisard témoigne d’un niveau dont on ne possède plus les murs et qui serait antérieur à la maison du Potier.

51b) Les fosses
Dès 1991, elles apparaissaient en surface. Leur base a été atteinte pendant cette campagne.

  • La fosse III E 1 NO F-1, grande fosse circulaire, déjà présente en surface en 1991, située dans la moitié nord du carré, n’est plus guère apparente que par sa base. Elle a été fouillée sur une hauteur de 3,37 m et a percé les différents niveaux jusqu’à atteindre celui de la maison à l’Autel domestique dont elle a entaillé la face sud du mur AE. Elle contenait une terre meuble avec des tessons et un vase ouvert presque complet.

    • 18 Jean-Marie 1999, n1079.

    La fosse III E 1 SO F-2, qui affleurait dès la surface à la cote 180,31 m, contenait la tombe III E 1 SO T-418. Cette tombe a détruit l’angle de la pièce (locus 1) de la maison du Potier.

    • 19 Jean-Marie 1999, nos 1077 et 1078.

    Dans la berme orientale de III D 1, une fosse de forme circulaire, SE F-2, dégagée lors de cette campagne, s’est avérée abriter une double sépulture, III D 1 SE T-4 et T-519. La base de la fosse III D 1 SE F-2 a été atteinte à la cote 177,37 m, c’est dire qu’elle a percé le niveau de la maison du Potier et bien entamé le niveau d’habitat inférieur d, en cassant le mur AA de la maison à l’Autel domestique.

L’époque des Shakkanakku

52Le niveau shakkanakku n’est pas attesté dans le carré III E 1, au contraire des carrés III F 1, III G 1, III H 1, III J 1, où les fondations d’un vaste bâtiment ont été dégagées lors de la même campagne.

  • 20 Jean-Marie 1999, n1034.

53En III D 1, il est très faiblement représenté par les restes d’un mur découvert à la limite nord de la berme, construit en briques carrées de format 40 x 40 x ? cm, dont il ne restait qu’à peine une assise de fondation (mur 1), sur une hauteur de 4 cm, en raison de sa proximité avec la surface. Son orientation était conforme à celle des murs du quartier, c’est-à-dire sud-ouest – nord-est. La base de ce mur 1 a été atteinte à la cote 180,35 m. De même, la grande tombe construite III D 1 NE T-l, dégagée en 1991, et dont on a trouvé en 1993 l’angle sud-est, appartient à ce niveau20. Elle était creusée sous une maison aujourd’hui disparue. La base de sa fosse a été atteinte à la cote 177,99 m.

54Ces deux vestiges appartiennent au niveau shakkanakku, en particulier en raison du format carré des briques du mur 1. On avait repéré en effet d’autres vestiges épars de murs avec des briques de même format à cette altitude en III D 1 pendant la campagne de 1990. Ce niveau, faiblement conservé en III D 1, absent en III E 1, est bien attesté en III C 2, fouillé en 1987, et dans les carrés III F I, III G 1, III H 1 et H 2, III J 1 et J 2, fouillés cette année.

La maison du Potier

  • 21 Weygand in Margueron et al. 1997, fig. 37, p. 44.

55Une maison d’habitation, construite en briques de format rectangulaire, avait été dégagée en 1991, avec un niveau principal21, sous le sol duquel se trouvaient des tombes. En outre, une phase postérieure à la phase principale avait été mise au jour, très arasée, en surface.

  • 22 Jean-marie 1999, respectivement nos 1034 et 1077‑1078, cf. ci-dessus § 1 et note 8.

56En 1993, la fouille de la berme orientale du carré III D 1 a permis de retrouver les vestiges de ces deux niveaux. Par exemple, le niveau postérieur consistait en un mur, construit en briques rectangulaires de format 40 x 20 x 10 cm, orienté nord-sud, avec un retour vers l’ouest. Ces murs n’étaient conservés qu’en fondation car ils avaient été perturbés par les fosses de la tombe construite III D 1 NE T-l et par la tombe double contenue dans III D 1 SE-F222.

  • 23 III E 1 SE T-2, cf. Jean‑Marie 1999, n1065 et p. 9 (interprétation fausse). Pour la situation str (...)

57Cette année, les murs d’élévation et les murs de fondation de la phase principale de la maison du Potier ont été étudiés et démontés totalement, à l’exception des murs orientés ouest-est (murs 8 et 2, d’épaisseur différente), des fondations arasées et laissées en place dans la partie sud du carré. Cependant l’étude du mur 2 a été l’occasion d’une étonnante découverte : dans la maçonnerie des fondations de ce mur est apparue la tombe d’un enfant âgé de deux ans, dont le corps avait été déposé entre deux assises de briques, accompagné de deux vases et d’un coquillage23.

58Les murs 1, 2, 4 et 5 étaient construits en briques crues de format rectangulaire (40 x 20 x 10 cm). Lors du démontage de ces murs, leur appareil a été étudié en détail. La largeur du mur étant de 60 cm, deux modes d’appareil ont été utilisés : soit trois briques disposées parallèlement dans le sens de la longueur du mur, soit trois briques parallèles posées dans le sens de la largeur du mur et une seule perpendiculairement. On a observé, en enlevant les assises, que le format des briques changeait parfois à la base des fondations : par exemple, le mur 1 s’élargissant à 80 cm, ce sont des briques de 40 x 40 x 10 cm qui ont été utilisées, comme dans le mur 2 qui, dans sa partie est, moins large, n’était constitué que d’une seule brique rectangulaire, alors que dans sa partie ouest, il comportait une brique et une demi-brique. La base des fondations des murs de la maison du Potier varie entre la cote 179,71 m pour le mur 5 et 178,51 m pour le mur 9. Ce sont les murs 6, 7, 8 et 9, de la phase la plus ancienne qui sont fondés le plus en profondeur.

59À la phase récente de cette maison se rattachent deux puisards, III E 1 NE 28 et III E 1 NO 1, qui avaient été découverts dès les premiers jours de travail, et dont on n’a pas encore atteint la base. Ils appartiennent au niveau le plus récent de la maison du Potier, trouvé arasé, immédiatement sous la surface :

    • 24 Dimensions des jarres : H. env. 57 cm ; 0 à la panse : 56 à 57 cm ; ø du col : 28 cm ; ép. de la lè (...)

    le puisard III E 1 NE 28, d’abord composé de buses cylindriques emboîtées les unes dans les autres, puis de jarres percées24 superposées en position verticale, a été fouillé sur 3,73 m de haut. En surface subsistait un fond de jarre cassé, découvert en 1991 calé par des tabuk disposés en arc de cercle, constituant ainsi un sol, à la cote 180,50 m ;

  • le puisard III E I NO 1 est un système mixte, comme le précédent, constitué de buses cylindriques et de jarres percées superposées d’environ 63 cm de haut ; il a été fouillé sur 3,29 m et sa base n’a pas encore été atteinte. Comme le précédent, découvert en surface avec des tabuk disposés en arc de cercle autour de la buse supérieure, indiquant que l’on se trouve au niveau du sol (180,33 m), il appartient à la dernière phase d’habitat.

60Ces deux puisards ont percé les différentes phases du niveau de la maison du Potier ainsi que celle de la maison à l’Autel domestique et ont même atteint les couches du niveau d’habitat le plus ancien.

Une accumulation de strates de terre

61Sous le niveau de la maison du Potier sont apparues des strates de terre nombreuses, sans architecture, du moins en III E 1, accumulées sur environ 70 cm de haut là où elles n’étaient pas perturbées par des fosses ou des tombes. On peut bien les observer sur les relevés des parois. En III D 1, cette phase est de très faible épaisseur, car on ne possède que la couche de terre très cendreuse à la cote 177,99 m, qui recouvre entièrement le niveau d’habitat inférieur sur les deux carrés. Elle apparaît immédiatement sous les fondations du mur 11 et au fond de la fosse de la tombe NE T-1. À la même altitude apparaît aussi à l’ouest le sommet des murs du niveau de la maison à l’Autel domestique.

62Dans ce niveau, des couches de terre cendreuses mêlées à du charbon de bois en quantité variable attestant des activités humaines, alternent avec des strates de terre argileuse. Au contact de la base de ces strates et du sommet de la maison à l’Autel domestique se trouve une strate de terre très cendreuse, bien visible dans l’angle nord-est du carré et celle-ci se poursuit nettement dans la paroi est, ainsi que dans la paroi correspondant à l’aplomb de ce qui subsistait des fondations des murs 2/8 de la maison du Potier, alors encore en place, face nord, assurant ainsi une correspondance claire entre les trois parois.

63Ce niveau témoigne de la vie humaine, même si les couches ne sont pas directement rattachées à cet endroit à de l’architecture. En raison de l’épaisseur de l’accumulation de ces couches, on peut se demander s’il s’agit d’un comblement volontaire.

La maison à l’Autel domestique25 (fig. 9 et 10)

  • 25 L’autel lui-même a été trouvé en 1991. Le numéro des loci a été changé en 1995, pour assurer une me (...)
  • 26 Margueron et al. 1997, p. 40, fig. 33. Seuls les numéros des pièces de la « maison à l’Autel domest (...)

64Ce niveau est scellé par la couche de terre très cendreuse, présente sur la majeure partie de la surface du carré. Cependant, l’habitation dégagée ne porte aucune trace d’incendie. La suite de la maison dégagée en 1991 dans l’angle nord-est de III D 1 avec le petit autel domestique26 a été trouvée et l’on s’aperçoit que l’orientation générale de l’architecture est la même, en gros, que celle du niveau postérieur. Cette maison est composée de quatre espaces incomplets : celui dans lequel se trouve l’autel domestique, le locus 6, de forme très irrégulière, qui communique vers l’est avec le locus 7 ; plus au sud, les loci 8 et 9 sans accès de l’un à l’autre.

65Le locus 6 a une forme un peu étrange, car on ne possède pas le raccordement entre tous les murs : il a la forme d’un L, puisqu’il se prolonge vers le sud. L’angle du mur situé en face de l’autel est apparu dès la cote 178,16 m ; on le suit vers le sud sur environ 1,85 m, puis il se perd dans l’escalier de fouille. Sa largeur est de 1,10 m, il est conservé sur une hauteur maximale de 1,18 m et il était enduit sur ses deux faces. Les autres murs étaient aussi enduits ; leur nettoyage a permis de bien comprendre l’agencement des briques : leur module est rectangulaire et leur format est de 30 x 20 x 10 cm ou bien de 35 x 20 x 10 cm, parfois de 42 x 20 x 10 cm. Sur le mur tangent à la paroi nord et qui s’épaissit pour former le passage vers le locus 7, on a clairement remarqué la présence de trois lignes d’enduit, attestant des entretiens successifs de sa face. La pièce comportait un sol de terre battue à partir de la cote 177,13 m. Sur le sol, a été trouvée une jarre écrasée, non loin de laquelle gisaient des tessons. La fouille du sol s’est poursuivie jusqu’à la cote 176,98 m.

66On a fouillé légèrement sous le niveau de base du sol et, le long de la face nord du mur AB, il est apparu des briques, à la cote 176,94 m : s’agit-il d’un élargissement du mur AB au niveau des fondations ou d’un mur d’un niveau inférieur ? La première hypothèse semble plutôt à retenir. La fouille s’est arrêtée à ce niveau.

67Le locus 7 est incomplet au nord et à l’est en raison de la présence de la paroi nord du carré. Il est limité au sud par le mur AE, orienté sud-ouest - nord-est. Le sol de terre blanche tassée (177,24 m) repose sur un radier de galets et vient s’appuyer sur le mur AE et le retour vers le nord du mur AD ; un vase fragmentaire et des tessons cassés sur place gisaient sur ce sol. Dans l’angle sud-ouest du locus 2, un passage donne accès au locus 3, sa largeur est d’environ 0,64 m. Il y a une différence de niveau de 26 cm entre le sol du locus 2 et du locus 3 : une pente descend régulièrement à travers le passage vers le locus 3 jusque sur le sommet d’une marche en pierre disposée à l’entrée de la pièce. Pour aménager ce passage, le mur AD a été épaissi de la longueur d’une brique de 50 cm, il mesure donc 90 cm. Il porte un enduit conservé jusqu’au sol du passage. Le montant sud de ce passage est composé d’un épaississement de la largeur d’une brique dans le mur AB et il présente une feuillure suggérant l’existence d’un autre accès depuis le locus 2 vers le locus 4, percé dans le mur AE : en effet, lors de la découverte de l’alignement du mur AE, on avait repéré une ligne d’enduit située à 50 cm de celle qui appartient à la face est du mur AC, faisant penser à une interruption du mur AE. Un sondage a donc été mené à cet endroit. Le radier de galets a été retrouvé sur une profondeur de 20 cm, c’est-à-dire un tiers de la largeur du mur AE, puis on a retrouvé clairement la trace des fondations du mur, à 27 cm sous la surface conservée de celui-ci. Cet endroit reste encore problématique, cependant il ne semble pas que l’on ait eu ici un passage car il serait trop étroit (largeur 50 cm) et l’on n’a pas trouvé le radier de galets sur toute sa longueur.

Fig. 9 – Plan schématique de la maison à l’Autel domestique (chantier F)

Fig. 9 – Plan schématique de la maison à l’Autel domestique (chantier F)

Fig. 10 – Fin de la fouille de 1993 en III D 1‑III E1

Fig. 10 – Fin de la fouille de 1993 en III D 1‑III E1

Vue vers le nord-est

68Le locus 9 est incomplet au sud et à l’est ; son mur nord est partiellement entaillé par la fosse III E 1 NO F-1. Large de 80 cm, ses briques étaient difficiles à déterminer, étant disposées de façon très compacte. Il est probable qu’un passage ait existé dans l’angle avec le mur ouest, cependant il existe une lacune dans ce dernier à l’endroit de sa jonction. Le mur ouest ne comporte qu’une largeur de brique (43 cm) et sa face orientale n’est pas enduite, contrairement à sa face occidentale. Le sol du locus 4 n’a pas été retrouvé. On avait observé une surface d’occupation discontinue marquée par des zones de cendres très noires et un amas de tessons.

69Le locus 8 est incomplet vers le sud et le sud-ouest : il est délimité par les murs AB au nord, AA à l’ouest, dans la berme est de III D 1 et AC à l’est. Ces murs, qui sont d’épaisseur très variable (1,10 m mur ouest ; 0,90 m pour le mur nord et seulement 0,43 m pour le mur est), ont été trouvés enduits jusqu’au niveau de fin de fouille à la cote 177,04 m. Le sol n’a donc visiblement pas été atteint dans cette pièce, dont la partie sud-ouest a été abîmée par la fosse III D 1 SE F-2 qui a cassé le mur ouest.

I. W.

Les tombes du chantier F27

  • 27 Il s’agit ici juste d’un rappel, pour restituer à l’intérieur de la fouille de 1993 certaines tombe (...)

70Cinquante-deux tombes ont été mises au jour au chantier F, situées sous le sol de la Grande Résidence : 16 tombes en pleine terre, 27 jarres et 9 sarcophages.

71La plupart étaient accompagnées de céramiques, jarres et coupes pour les tombes en pleine terre et les sarcophages, coupes et vases pour les jarres ; il y avait davantage de céramiques dans les tombes en pleine terre et les sarcophages que dans les jarres. Les armes se trouvaient plutôt dans les sarcophages, les jarres étant les plus pauvres ; ce sont surtout des poignards, des pointes de flèches et des haches.

72Les récipients en bronze se trouvaient surtout dans les tombes en pleine terre ; enfin, les objets de parure étaient plus nombreux dans les tombes en pleine terre et les sarcophages ; ce sont surtout des épingles, des bagues, des bracelets, des anneaux de chevilles, des bijoux, des boucles d’oreilles, des plaques, des cylindres.

73Il faut noter la présence de doubles inhumations, soit en pleine terre (III D 1 NE T-2 : T 1070), soit dans des jarres (III D 1 SE T-4 et T-5 : T 1077 et 1078), et des inhumations multiples (III H 2 NE T-1 à T-6 : T 1096, 1097, 1098, 1099, 1106, 1107), qui ont dû être dans tous les cas simultanées. Enfin, la tombe III G 2 NE T-2 (T 1082) était sûrement l’une des plus riches de toutes les tombes mises au jour à Mari.

M. J.‑M.

Conclusion sur le chantier F

74Avec 11 carrés en activité au cours de cette campagne, le chantier F s’est taillé la part du lion. Les informations obtenues sont à la hauteur de cet effort puisque les fondations du Grand Bâtiment, le grand nombre de tombes, la présence d’une sépulture d’enfant dans un mur de la maison d’un artisan de l’époque des Shakkanakku, le début du dégagement d’un important niveau du milieu du IIImillénaire, enfin des éléments de l’urbanisme de la cité sont à mettre à son actif.

J.‑Cl. M.

LE CHANTIER G (TEMPLE DE NINHURSAG)

  • 28 Cf. Beyer in Margueron et al. 1997, p. 55‑59 ; Parrot 1939, p. 8 sqq., pl. I ; Parrot 1940, p. 5‑8 (...)
  • 29 Parrot 1939, p. 8 sqq, pl. I.
  • 30 Beyer in Margueron et al. 1997, p. 55.

75La campagne de 1991 avait vu l’ouverture de deux premiers carrés, IX B 44 et 45, à l’emplacement des vestiges du temple partiellement dégagé par André Parrot et connu sous le nom de temple de Ninhursag28. On rappellera ici que c’est le temple du « niveau II » qui est attribué à la déesse Ninhursag sur la base de la dédicace du Shakkanakku Niwar-Mer sur des tablettes de bronze des fondations29. On ne peut par conséquent que supposer que le temple antérieur, celui du Dynastique archaïque qui nous intéresse ici, était dédié à la même divinité. Cette identification est vraisemblable. Rappelons aussi que le « niveau III » défini par André Parrot correspond simplement, comme Jean Margueron l’a suggéré30, aux fondations du temple du niveau II. Aussi a-t-on pensé plus cohérent d’attribuer désormais, dans nos travaux actuels, cette appellation de niveau III au niveau du D.A. III qu’André Parrot numérotait « niveau IV ».

  • 31 Margueron et al. 1997, p. 56, fig. 49.

76Les travaux de cette première campagne consacrée à l’étude des couches profondes du temple avaient livré des renseignements sur les aménagements de l’espace de forme irrégulière qui précédait le sanctuaire proprement dit31. Ils avaient également permis de retrouver l’entrée du Lieu Très Saint, pourvue d’un escalier de briques cuites.

77Les travaux de 1993 ont porté à la fois sur l’élargissement des recherches dans l’espace précédant le Lieu Très Saint, en ouvrant un nouveau carré vers l’ouest (IX A 44), et sur l’étude de l’entrée du Lieu Très Saint et des aménagements de celui-ci, en ouvrant au nord le carré IX B 46 (fig. 11).

D. B. et A. L.

Le Lieu Saint (carrés IX A 44 et berme ouest du carré IX B 44) [fig. 12‑13]

78Le carré IX A 44 a été ouvert, ainsi que la berme ouest de IX B 44, pour permettre la jonction avec les travaux de 1991. Nous avons ainsi retrouvé le prolongement du mur orienté nord-ouest - sud-est, baptisé M‑5, contre lequel s’appuie la plateforme de briques cuites (IX B 44 NO 7). Ce mur est interrompu par une installation rectangulaire en pierre (IX A 44 NE 13) de 1,30 m x 1,06 m, qui correspond à un seuil (fig. 13). Il avait été réalisé au moyen de pierres de gypse de taille irrégulière, interstices comblés avec des morceaux de tabuk. Une crapaudine a été retrouvée dans l’angle nord-ouest. Sur sa face nord-est court une plinthe de bitume qui fait retour vers le sud-ouest à chaque angle. Au nord-ouest du seuil, le mur, appelé ici M‑6, est large de 70 cm et conservé sur à peine une assise. Il est constitué de briques de couleur rougeâtre de 23 cm de côté. Sur la face sud ouest, il est bordé d’une rangée de briques de couleur grisâtre (22 x 30 x 9 cm) qui constituaient vraisemblablement une banquette. Sur la face nord-est, nous avons trouvé les traces d’un enduit de 4 cm d’épaisseur. Au sud-ouest de ce mur, des traces de sol en djuss (∆ 177, 64, donnée corrigée) correspondent à la période d’utilisation du seuil.

  • 32 Cf. Parrot 1940, p. 17.
  • 33 Ibidem.
  • 34 Cf., dans cette livraison, A. Spycket, « La statuaire de Mari », p. 267, fig. 13.

79Ce mur M‑5/6, orienté nord-ouest - sud-est, avec sa porte, ne figure pas sur le plan du niveau IV d’A. Parrot (= nouveau niveau III). Avec les murs qu’il avait en revanche repérés au sud-est (M‑l) et à l’ouest (M‑2), on a pu maintenant délimiter une salle rectangulaire d’environ 9 x 4 m. Nous y avons retrouvé la banquette arrondie aux angles32, très érodée, qui court le long des murs M‑1 et M‑2 dans la partie sud du locus. Sur cette banquette, A. Parrot a retrouvé des fragments de statuettes et parle « d’une mutilation sévère de ces ex-voto »33. Dans l’angle sud de la banquette, nous avons mis au jour un fragment de statue (TH 93.133), dont il ne reste que les pieds et le bas de la jupe de kaunakès34. En la nettoyant, nous nous sommes aperçus qu’elle avait été restaurée dans l’Antiquité : le quart dextre de ce fragment de statue avait été remis en place à l’aide d’un goujon scellé au bitume. La banquette, de 50 cm de profondeur, repose sur un sol en terre (sol 3) qui a livré un tannour, des tessons de jarres et de diverses céramiques. Constituée de briques de 42 x 24 x 10 cm, elle a été aménagée contre l’enduit argileux, avec lait de chaux, du mur M‑1.

  • 35 Cf. Parrot 1954, plan p. 168, fig. 8.
  • 36 Cf. Margueron et al. 1997, p. 57‑58, fig. 52.

80Au nord-est du mur M‑5, dans la berme ouest du carré IX B 44, se situe la plateforme rectangulaire en briques cuites. Cette installation avait été repérée par A. Parrot35 et en partie retrouvée en 1991 par D. Beyer dans le carré IX B 4436. Dans l’état actuel des fouilles, nous avons repéré trois phases d’utilisation, chacune entourée d’une rigole de bitume.

Fig. 11 – Plan schématique du temple archaïque de Ninhursag, état de 2001 (Françoise Laroche-Traunecker)

Fig. 11 – Plan schématique du temple archaïque de Ninhursag, état de 2001 (Françoise Laroche-Traunecker)

Fig. 12 – Plan des carrés IX A 44 et 45 (relevés Yasmine Makaroun)

Fig. 12 – Plan des carrés IX A 44 et 45 (relevés Yasmine Makaroun)
  • La première phase dégagée de cette installation (2,40 m x 1,80 m) est constituée de tabuk rainurés de format 15 x 27 environ, recouverts d’une couche de bitume qui se termine par une rigole sur tous les côtés de la plateforme.

  • La deuxième phase, de mêmes dimensions, est nettement moins soignée. Beaucoup de tabuk, au format de 10 cm x 15 cm, sont fragmentaires.

  • La troisième phase montre une construction plus petite, presque carrée (1,82 m x 1,90 m). La limite nord-ouest de cet état est alignée sur la limite sud-est du seuil en pierre et déborde sur la face sud-est des deux états antérieurs.

81Environ au centre de ces installations, se trouve une cavité circulaire, profonde d’environ 40 cm, faite de tabuk appareillés et dont le fond est recouvert d’une couche de bitume. Elle est parfaitement délimitée au niveau 3 de l’installation et se traduisait par une lacune de briques cuites dans les deux niveaux précédents.

82Le mur M‑5, contre lequel bute la plateforme en tabuk, n’est pas fondé. Il repose sur un niveau où nous avons retrouvé des dispositifs circulaires, l’un constitué d’une pierre de gypse de 76 cm de diamètre et de deux plaques circulaires en bitume. L’une d’elles recouvre des tabuk agencés en un cercle de 46 cm de diamètre et l’autre, bordée de briques cuites, atteint 80 cm. Leurs altitudes correspondent à celles des phases 2 et 3 de la plateforme en briques cuites.

  • 37 Parrot 1954, p. 169.

83Dans la partie nord de la berme ouest de IX B 44, un départ de canalisation associé à un radier de galets, reste d’un sol en djuss dont on retrouve quelques traces ténues, a été mis au jour. Cette couche de galets contenait des fragments de kaunakès (IX A 44 NE 5 et 6), un coude de statuette couvert de bitume (IX A 44 NE 4), et des fragments de coquille (IX A 44 NE 9) en grande quantité37. Sous cette couche de galets, on retrouve un sol en djuss, mieux conservé avec un pendage vers le nord-est. Ces deux sols étaient en relation avec le seuil en pierre et passaient au-dessus de l’installation en tabuk.

84Dans le quadrant nord-ouest, nous avons repéré trois tannour dans une pièce dénommée locus 5. Ces tannour appartiennent à une phase antérieure qui avait été scellée par un sol en djuss dont nous avons retrouvé un témoin, en bordure nord-ouest du mur M‑2. L’exécution de ce sol en djuss accompagnait la réfection du plan et l’adjonction d’un décrochement orienté sud-est - nord-ouest au mur M‑2. Ce décrochement n’est pas fondé et repose sur une terre cendreuse semblable à celle retrouvée autour des tannour. Cette pièce est ouverte vers le nord-est, mais cette partie n’a pas été fouillée.

85L’exploration de ce secteur a permis de préciser quelques points après les fouilles d’A. Parrot qui s’était attaché à délimiter le plan de ce niveau III (ex-IV) et à collecter les objets. Aujourd’hui, nous pouvons proposer deux phases dans ce niveau III. La phase III-a, la plus récente, correspond à la division de l’espace principal en deux par la construction du mur M‑5/6, interrompu par un seuil en pierre, à l’exécution des sols en djuss dont on retrouve des lambeaux, à la construction du décrochement du mur M‑2 vers le nord-ouest et enfin au départ de la canalisation dans la partie nord de la berme ouest de IX B 44. À la phase III‑b appartiennent les trois états de l’installation en briques cuites, les installations circulaires en tabuk et bitume près de celles-ci, et les trois tannour du locus 5. Malheureusement, l’ensemble du secteur a été très perturbé par les fouilles de 1938, 1952 et 1953.

A. L.

Le Lieu Très Saint (carrés IX B 45 et 46) [fig. 14‑18]

  • 38 C’est Frédérique Vergeot qui a eu la charge de ce carré.
  • 39 Margueron et al. 1997, p. 58, fig. 53.

86C’est dans le carré IX B 4538 qu’avait été retrouvé le portail du sanctuaire, s’ouvrant au centre d’une massive façade de briques crues avec un escalier de briques cuites permettant d’accéder vers le Lieu Très Saint (abrégé ci-après LTS)39. Les travaux de 1991 avaient déjà pu mettre en évidence l’existence de plusieurs états dans les aménagements, aussi bien de l’escalier lui-même que du sol plâtré qui le précède. Nous savons maintenant que ces états successifs concernent également la façade elle-même : dans l’état initial semble-t-il, provisoirement appelé III-b, la paroi était en retrait vers le nord, de plus d’1 m environ, avec une saillie correspondante de la partie basse de l’escalier (fig. 15). On ne s’arrêtera pas ici sur les détails des nombreuses modifications qui ont été apportées dans l’aménagement de ce portail. La phase illustrée par la figure 15 montre, à partir du débouché de l’escalier, un rétrécissement du passage avec surface bitumée relativement bien conservée, et la présence d’une barcasse IX B 45 NE 13 au pied du montant droit du passage.

Fig. 13 – Photographie montrant la plateforme de briques et le seuil de pierres dans le mur M‑5/6

Fig. 13 – Photographie montrant la plateforme de briques et le seuil de pierres dans le mur M‑5/6

Vue vers l’ouest

Fig. 14 – Photographie montrant l’intérieur du LTS de Ninhursag, état ancien des installations cultuelles (carré IX B 46)

Fig. 14 – Photographie montrant l’intérieur du LTS de Ninhursag, état ancien des installations cultuelles (carré IX B 46)

À l’arrière-plan, le secteur de l’entrée (carré IX B 45)
Vue vers le sud. Cf. le plan de la fig. 15

  • 40 Seuls en effet les plans généraux de Jean Brusson nos A 100 et 102 montrent l’emplacement du L.T.S. (...)

87L’étude du Lieu Très Saint et de ses aménagements est rendue délicate par le fait que le sommet des installations avait déjà été atteint par les travaux d’André Parrot sans que l’on puisse disposer de relevés détaillés40. La conservation des vestiges en a de plus naturellement souffert. Le mur du fond rencontre l’angle de la terrasse du temple aux Lions, sous laquelle il sera sans doute bien difficile de retrouver ses limites. Dans la partie orientale du carré, on notera la présence d’une grande fosse qui a abîmé plusieurs phases des installations de ce que l’on peut appeler le podium central (IX B 46 SE 3) du Lieu Très Saint, qui s’appuyait contre le mur du fond. Dans l’état dans lequel nous avons trouvé ce secteur, il n’a pas été toujours aisé de déceler jusqu’à quelle profondeur exactement étaient parvenus les ouvriers de la mission d’André Parrot.

Le podium central

88Cet élément primordial des installations sacrées se situait plus ou moins au centre de l’espace du Lieu Très Saint, comme viennent de nous le montrer les fouilles les plus récentes, de 1999-2000, où les limites orientales du LTS ont pu être établies (fig. 11). Ce podium a fait l’objet de plusieurs remaniements dont le détail, en raison des dégradations, nous échappe en grande partie. Le relevé de la figure 16 montre l’existence d’un emmarchement bien lisible sur les plans publiés par Jean Brusson, précédant des surfaces soigneusement recouvertes de couches de plâtre (djuss), plusieurs fois répétées, tout comme d’ailleurs sur le sol lui-même de la pièce, où l’on ne dénombre pas moins d’une trentaine de fines couches de replâtrage.

  • 41 Cf. par exemple Parrot 1956, p. 17, fig. 11, p. 58, fig. 39 et pl. XXII‑XXIV.

89Le sommet de la construction était particulièrement mal conservé, mais il comportait encore en place une barcasse en céramique (IX B 46 SE 4). D’autres barcasses (SE 12, 14 ou 18) ont été progressivement dégagées au fur et à mesure du démontage des différentes phases. Le cœur du dispositif est fait d’un massif de briques crues au sein duquel a été retrouvé un clou de « bronze » (IX B 46 SE 21), accompagné de plaquettes d’albâtre et de lapis (SE 22 et 23), dépôt de fondation du type habituel dans les édifices sacrés du Dynastique Archaïque de Mari41. Ce dépôt, retrouvé partiellement enfoncé dans un sol, n’appartient pourtant pas à la phase initiale, mais au moment où a été agrandi l’ensemble de la construction, par progression vers le sud (fig. 16).

Fig. 15 – Plan des carrés IX B 46 et 45, état ancien (relevés Yasmine Makaroun)

Fig. 15 – Plan des carrés IX B 46 et 45, état ancien (relevés Yasmine Makaroun)

Fig. 16 – Plan du carré IX B 46, état le plus récent (relevé Yasmine Makaroun)

Fig. 16 – Plan du carré IX B 46, état le plus récent (relevé Yasmine Makaroun)

90À l’arrière de ces installations, la maçonnerie qui rejoint le mur nord de l’espace a connu une évolution assez complexe : on notera ici que des fragments assez nombreux provenant des états antérieurs des installations de djuss ont été conservés pour être intégrés dans sa maçonnerie lors d’une transformation des aménagements. Dans la partie est, sous ce qui nous est apparu comme une sorte de fosse citée ci-dessus, un lit de grandes pierres de gypse, visibles sur les figures 15 et 16, doit faire partie de vestiges plus tardifs, correspondant très certainement aux restes des fondations des constructions shakkanakku. On pouvait penser un moment que leur plan ne s’accordait pas entièrement à celui du Sahuru d’Apil-kîn, mais les observations plus récentes le confirment. Ces fondations ont été vraisemblablement atteintes, au moins en partie, par les ouvriers d’André Parrot.

L’espace ouest

91À l’ouest du podium central, l’espace large de 3 m et profond de près de 6 m n’a pas été perturbé comme la partie orientale, et ses aménagements ont été retrouvés dans l’ensemble bien conservés, ce qui a permis une étude détaillée de ses installations et de leur évolution. Il n’est naturellement pas possible, dans le cadre de ce rapport, d’en faire la description précise. On remarquera au premier abord, en comparant les plans des figures 15 et 16, que l’état final des installations correspond à un espace passablement plus encombré, ce qui peut suggérer une complexité plus grande de la liturgie du culte, dont le détail naturellement nous échappe.

92Dans l’état final en effet (fig. 16), l’officiant pénétrant dans cet espace rencontrait tout d’abord, à sa gauche, le long du mur ouest du Lieu Très Saint, une série de banquettes (IX B 46 SO 3, SO 4, SO 5) successivement adossées à la grande banquette NO 5. Le démontage de ces diverses installations a révélé assez régulièrement la présence d’offrandes diverses disposées entre les assises de briques crues : petits ossements d’animaux, fragments d’œufs d’autruches, coquillages, silex, perles de lapis ou de cornaline, plus rarement d’or, fragments de lapis travaillés, de bronze, plaquettes de nacre, fragments en coquillage ou en os de languettes de kaunakès, etc. Ces dépôts variaient peu d’une banquette à l’autre, ce qui montre l’homogénéité des pratiques. Sur cette question des dépôts votifs de type divers, dans l’espace du LTS de Ninhursag, on renvoie le lecteur à l’article de Dominique Beyer et Marylou Jean‑Marie, dans Akh Purattim 2, p. 69‑116. La structure interne des banquettes en revanche, la plupart du temps en briques crues, montre comme souvent un appareil hétérogène où peuvent en fait coexister fragments de briques cuites (tabuk), fragments de plaques de gypse par exemple, soigneusement dissimulés par le revêtement de finition de plâtre.

  • 42 Toutes proportions gardées, on peut sans doute comparer la nature de cette installation avec celle (...)

93Le démontage de ces différentes banquettes (fig. 17), appuyées contre le mur ouest de la pièce, a clairement montré que des transformations importantes avaient été opérées dans cet espace : la phase ancienne mise au jour (fig. 14 et 15) montre en effet que cette partie de la pièce était à ce moment-là plus dégagée, et qu’une installation d’un type particulier occupait l’angle nord-ouest, à l’emplacement des banquettes IX B 46 SO 1, SO 3 et NO 5. Il s’agit, au pied d’une banquette NO 10 formant l’angle, d’un aménagement bas, d’une seule hauteur de briques cuites, au rebord incurvé en demi-cercle, s’avançant à un peu plus de la moitié de la largeur de l’espace. La structure très hétérogène de cette installation (SO 25), faite essentiellement de fragments de briques cuites, en dehors de la bordure plus soignée, se dissimulait sous une couche de bitume. Une cavité centrale grossièrement circulaire, aménagée avec des tabuk, servait probablement à des ablutions42.

94Le petit côté nord de l’espace a fait lui aussi l’objet de transformations multiples que révèle la superposition de toute une série de barcasses (fig. 18) incorporées par la suite à l’intérieur des petites banquettes IX B 46 NO 1 et NE 1. Cette dernière petite installation, dans l’angle contre le flanc du podium central, s’est prolongée vers le sud par la banquette SE 7. Après une interruption où le sol de plâtre s’ouvre sur une cavité circulaire occupée par une jatte (SE 6), une nouvelle petite banquette SE 5, à deux degrés et plusieurs revêtements plâtrés successifs.

Fig. 17 – Démontage de l’installation IX B 46 NO-5, révélant les différents états des aménagements antérieurs

Fig. 17 – Démontage de l’installation IX B 46 NO-5, révélant les différents états des aménagements antérieurs

Photographie prise vers l’est/sud-est

Fig. 18 – Croquis des barcasses superposées au fond de l’espace, incorporées ensuite dans les banquettes IX B 46 N0-1/NE-1

Fig. 18 – Croquis des barcasses superposées au fond de l’espace, incorporées ensuite dans les banquettes IX B 46 N0-1/NE-1

Vue vers le nord (D. Beyer)

95L’une des difficultés majeures que posent ces multiples remaniements est celle de leur datation relative : il n’est guère possible en effet de déceler l’ordre de succession précis de certains travaux. Tout au plus peut-on établir, lorsque l’on est en présence de constructions juxtaposées, l’antériorité de l’une par rapport à sa voisine, au moins dans la plupart des cas.

  • 43 Dominique Beyer et Marylou Jean‑Marie, « Le temple du D.A. III de Ninhursag à Mari : les dépôts vot (...)

96Le nombre de ces remaniements, qu’il s’agisse des replâtrages de sols, de l’aménagement ou de la transformation des installations cultuelles, semble montrer que la durée de vie de ce niveau a été relativement importante. Certes, les besoins de la liturgie ont pu évoluer assez rapidement, mais il convient d’insister à mon sens sur la grande facilité qu’il y avait à engager toutes ces transformations : les matériaux retrouvés dans ce contexte ne sont jamais des matériaux précieux, et briques crues, briques cuites ou fragments, plaquettes de gypse ou revêtements de plâtre ou de bitume pouvaient être mis en œuvre sans aucune difficulté technique et sans délais bien longs, au gré des besoins. Ce qui est vrai de la facilité à ouvrir ou murer une porte dans une architecture de terre l’est également pour ces installations sacrées. Les réaménagements fréquents des installations cultuelles permettaient également de dissimuler dans la maçonnerie ou sous l’enduit les fragments de pièces brisées du mobilier de culte ou des ex-voto offerts au temple, matériel sacré dont il était sans doute hors de question de se débarrasser. Aussi a-t-il été décidé, en raison de l’importance des découvertes, et sans attendre la rédaction des rapports préliminaires des dernières campagnes dans ce secteur, de publier ici même, sous la forme de deux articles différents, le matériel retrouvé lors de la campagne de 199743.

D. B.

CHANTIER PALAIS/PORTE (fig. 19)

97La porte du palais du IIImillénaire, reconnue en 1991 et partiellement dégagée alors, a été reprise avec, comme objectif, d’une part d’engager un sondage stratigraphique dans le passage, à partir de Taxe médian de celui-ci jusqu’à l’aplomb du mur oriental, et d’autre part de trouver le tracé de la façade en direction de l’est. C’est toujours Malou Schneider qui a assumé avec succès la responsabilité de ce chantier.

98L’étude s’est développée principalement dans les carrés III R 12, III S 11 et III S 12 et les enseignements suivants ont été obtenus.

Le sondage stratigraphique réalisé dans le passage (fig. 20)

99Il a montré qu’à une cinquantaine de centimètres sous le sol de terre en pente vers l’extérieur, dégagé en 1991, se trouvait un sol antérieur, composé d’un niveau de dalles cuites, du format habituel dans l’architecture du milieu du IIImillénaire et parfaitement appareillées ; ce dallage avait été recouvert d’une couche de bitume dont il reste encore de grandes plaques, surmontée elle-même d’une couche de plâtre beaucoup plus mal conservée (fig. 21).

100Si le sol de terre du niveau supérieur en usage appartient à la phase finale du Palais, regroupant ici les deux périodes P-1 et P-0, le sol dallé pourrait être celui des phases P-2 et P-3 et l’on remarquera la similitude entre cet aménagement et celui des allées dallées et bitumées de l’espace central de l’Enceinte Sacrée. On est frappé d’ailleurs de Passez faible épaisseur qui sépare ces deux niveaux P-3/P-2 et P-1/P-0, une cinquantaine de centimètres, et celle qui a été observée dans l’Enceinte Sacrée, supérieure à 2,50 m : il est donc clair que l’évolution du palais a été variable selon les secteurs.

101Mais une donnée importante est venue conforter le parallèle. Dans l’épaisseur du comblement, entre le sol dallé (P-2) et le sol de terre (P-1), de nombreuses pierres de gypse sont répandues en désordre sur un niveau de terre (fig. 22). Il apparaît qu’une seule explication puisse rendre compte de ce dépôt, avec de nombreux petits éclats : il s’agit des restes de blocs de gypse apportés et retaillés pour remettre en état le mur oriental du passage, sans doute très détérioré, car une très importante réparation est observable tout le long du mur ; les travaux terminés, comme souvent dans un niveau de chantier, on a abandonné des matériaux non utilisés. Cette réparation est à mettre en rapport avec toutes celles de même nature que l’on peut observer au-dessus du sol P-2 dans les murs et passages de l’Enceinte Sacrée. Il est donc clair que la remise en état du palais à la suite des destructions de P-2 n’affecte pas seulement l’Enceinte Sacrée, mais sans doute l’ensemble du Palais.

Fig. 19 – Plan schématique de la porte du Palais du IIIe millénaire, état 1993. Fig. 20 – Sondage stratigraphique dans la porte du Palais du IIIe millénaire : le niveau dallé de l’entrée

Fig. 19 – Plan schématique de la porte du Palais du IIIe millénaire, état 1993. Fig. 20 – Sondage stratigraphique dans la porte du Palais du IIIe millénaire : le niveau dallé de l’entrée

102Le sol dallé ne s’arrête pas au nu du mur de la façade : il s’avance au-delà dans la rue d’au moins 1,50 m, sinon plus, car la limite en est imprécise. On notera aussi la fosse circulaire qui a percé le sol dallé à la hauteur de l’ouverture ; apparemment une destruction a perturbé la zone (?) au nord de cette fosse et on a remplacé la lacune par un pavage de petits blocs de gypse.

103Enfin, sous le sol de terre qui poursuit le sol dallé vers l’extérieur et en avant du porche, une fosse remplie d’une grande quantité de céramiques plus ou moins entières et de tessons, souvent de vases de grands modules, est assez difficilement explicable : l’extension trop limitée ne permet pas d’y voir un hérisson de sol, et l’inventaire des formes conduit à y reconnaître assez vraisemblablement des types céramiques antérieurs à ceux de la période de fondation du Palais.

104Cet ensemble constitue un très beau passage dallé qui vient de la rue et donne accès au Palais.

La façade

Palais du IIImillénaire (fig. 23)

105On l’a retrouvée, comme on s’y attendait, en III S 12, puisque l’angle du montant nord-est du passage avait déjà été reconnu. Elle est rectiligne sur une dizaine de mètres à partir de l’angle du montant, puis un décrochement pratiquement perpendiculaire lui donne un tracé en retrait de deux mètres. Ainsi, ce qui apparaît comme une véritable tour devrait former avec son pendant (que l’on devrait retrouver) du côté ouest de la porte, un encadrement monumental pour l’entrée du palais.

106Notons que la façade a été réparée sur toute sa longueur à l’aide de pierres de gypse, comme on a pu l’observer le long du montant oriental du passage.

Palais du IImillénaire

107Dès le début de la descente en III S 12, on a rencontré à faible distance et en avant de la paroi un escalier en pierre ; il n’est pas le produit d’une intrusion, mais un aménagement du perron du palais du IImillénaire qui était passé inaperçu lors de la fouille de 1936 : il se présente comme un escalier latéral (cinq ou six marches, largeur 1,80 m) de direction est-ouest, qui permettait de rejoindre le sommet du perron quand on l’atteignait en longeant la façade du palais à l’est de la porte d’accès. Il n’avait aucun intérêt pour quelqu’un qui arrivait de l’ouest ou face au palais ; il permettait peut-être aussi de ne pas glisser sur les dalles en cas de pluie.

Fig. 21 – Sol dallé en briques cuites des niveaux P-3/P-2 de l’entrée du Palais après enlèvement des restes de bitume

Fig. 21 – Sol dallé en briques cuites des niveaux P-3/P-2 de l’entrée du Palais après enlèvement des restes de bitume

Vue vers l’est

Fig. 22 – Pierres de gypse retaillées, destinées à la réparation du mur oriental de la porte (comblement entre P-2 et P-1)

Fig. 22 – Pierres de gypse retaillées, destinées à la réparation du mur oriental de la porte (comblement entre P-2 et P-1)

Fig. 23 – La façade du Palais du IIIe millénaire

Fig. 23 – La façade du Palais du IIIe millénaire

La circulation orientale et la petite pièce prise dans l’épaisseur de la muraille

108La façade ne s’élève pas aussi haut que certains murs du palais. En effet, les fondations du palais du début du second millénaire sont venues s’implanter exactement sur celles du palais antérieur et se sont littéralement enfoncées dedans ; comme elles ont été réalisées en pierre sur des fondations (nivellement ?) de pisé avec un radier de galets entre le pisé et les pierres, cela s’est fait totalement au détriment des murs plus anciens qui ont été en grande partie détruits, parfois même très profondément. En conséquence, les limites de ces murs sont parfois très difficiles à définir, comme on a pu le constater lors de l’étude de la pièce qui est prise dans l’épaisseur de la muraille à l’est du passage. De même, les limites des murs de la circulation transversale en III S 11, et tout particulièrement le mur méridional, ont été très difficiles à préciser.

109L’organisation de ce secteur met bien en évidence qu’une circulation a été aménagée par les constructeurs le long du mur d’enceinte : elle était sans doute destinée à faciliter la desserte du système défensif du palais et, en tout cas, permettre l’accès à la petite pièce prise dans l’épaisseur de la tour qui a peut-être contenu un escalier ou une échelle pour rejoindre le passage qui se situait certainement au-dessus de la porte.

Conclusion

  • 44 Moorey 1964.

110La fouille de cette année confirme le caractère monumental de cette porte qui, organisée selon le principe de celle du palais PCB de Kish44, atteint le double de celle-ci dans toutes les dimensions. On notera aussi que la qualité des aménagements d’origine (sol dallé enduit de bitume et de plâtre) n’a pas été maintenue dans les phases terminales et que, ici comme ailleurs, la période P-1, outre qu’elle a été marquée par un violent incendie, paraît ne pas avoir connu la splendeur des phases antérieures.

J.‑Cl. M.

OPÉRATION CÉRAMIQUE

  • 45 Dans ce volume, p. 303‑324.

111La participation de Hermann Gasche et de son épouse Nina Pons à la campagne avait pour objectif de préparer les bases d’une étude de la céramique de l’époque des Shakkanakku et des dynasties amorites. Leur effort s’est concentré sur les céramiques issues du chantier F. Les résultats de cette recherche ont été en partie donnés dans une thèse qui devrait bientôt être publiée. En attendant, on peut se reporter à la communication de Nina Pons lors de la table ronde de Strasbourg de 199745.

TRAVAUX CONDUITS PAR LE CRATerre

112Depuis 1989, le Centre de recherche sur l’architecture de terre de l’Ecole d’architecture de Grenoble est étroitement associé aux activités de la Mission pour mettre au point des procédures de conservation des murs de terre. Il a été procédé à toute une série d’opérations d’enregistrement des données concernant l’humidité des murs qui ont été choisis dans le palais du IIImillénaire comme base d’observation. Afin d’engager une opération expérimentale de consolidation de murs fragilisés par le sillon d’érosion, en particulier dans l’espace central de l’Enceinte Sacrée, on a fabriqué quelque 800 briques crues qui ont été utilisées à réparer une portion de mur afin de tester les capacités de résistance d’une telle restauration. En outre, une porte entre le Lieu Très Saint du Palais et le couloir périphérique dans sa section méridionale a été elle aussi restaurée. Enfin, de nouvelles expériences ont été conduites sur la résistance des chapeaux absorbants.

J.‑Cl. M.

CONCLUSION

113Au terme de cette campagne, si on ne peut considérer le contrat comme totalement rempli au regard du projet présenté à la commission des Recherches archéologiques – et comment pourrait-il en être autrement si les crédits correspondant aux objectifs ne sont pas accordés –, on peut estimer que cette 30e campagne est un succès.

114Sans parler des recherches conduites avec le CRATerre qui vont servir, dans un proche avenir, à protéger le site et dont les résultats assurent déjà considérablement notre connaissance sur un matériau encore insuffisamment étudié et dont la connaissance est indispensable pour évaluer les qualités de l’architecture de terre du Pays des Deux Fleuves, les résultats purement archéologiques sont plus que riches.

115Le chantier F a volontairement connu la plus forte concentration d’archéologues. Avec plus de 11 carrés en activité, il a rempli partiellement son but : fournir des renseignements sur la stratigraphie urbaine entre le Palais et la zone d’Ishtar ; des strates appartenant aux époques des dynasties amorites, des Shakkanakku, d’Agadé et des Dynasties Archaïques III ont été définies : il faudra encore revenir et affiner les premières conclusions, mais on voit déjà se dessiner l’histoire de la cité dans ce secteur. Cette fouille a donné aussi le plan de fondation d’une grande résidence contemporaine du Grand Palais Royal, dont l’étude est pleine d’enseignements sur les aspects techniques de l’architecture. On ne saurait oublier comme découverte d’importance celle de la maison du Potier avec ses installations et sa tombe d’enfant incluse dans la maçonnerie de la base de la fondation.

116Au temple de Ninhursag, les recherches se poursuivent avec bonheur en mettant en valeur à la fois une complexité réelle de l’architecture des temples et la minutie de l’entretien des installations rituelles : recherche en cours qui n’a pas encore porté tous ses fruits. Quant à l’exploration conduite à la porte du Palais elle confirme, s’il en était besoin, la monumentalité de cet édifice et ses particularités uniques dans l’architecture palatiale du IIImillénaire.

117Mari n’a pas fini de surprendre, ni de fournir des informations nouvelles sur le Pays des Deux Fleuves.

J.‑Cl. M.

Bibliographie

 

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Jean-marie M.
1999 Tombes et nécropoles de Mari. BAH CLIII, IFAPO, Beyrouth.

Margueron J.‑Cl.
• 1985 « Remarques sur les temples de Mari », MARI 4, p. 487‑507.
• 1998 « Un petit enfant dans un mur », in S. Marchegay, M.‑Th. Le Dinahet. et J.‑F. Salles (éd.), Nécropoles et pouvoir, idéologies, pratiques et interprétations (actes du colloque Théorie de la nécropole antique), TMO 27, Lyon et Athènes, p. 255‑262.

Margueron J.‑Cl. et al.
1997 « Mari : rapport préliminaire sur les campagnes de 1990 et 1991 », MARI 8, p. 9‑70.

Moorey P. R. S.
1964 « The Plano-Convex Building at Kish and Early Mesopotamian Palaces »,
Iraq XXVI, p. 83‑98, pl. XXI‑XXV.

Parrot A.
• 1939 « Les fouilles de Mari, cinquième campagne (automne 1937) », Syria XX, p. 1‑22.
• 1940 « Les fouilles de Mari, sixième campagne (automne 1938) », Syria XXI, p. 1‑28..
• 1954 « Les fouilles de Mari, neuvième campagne (automne 1953) », Syria XXXI, p. 151‑171.
• 1955 « Les fouilles de Mari, dixième campagne (automne 1954) », Syria XXXII, fasc. 3‑4, p. 185‑211.
• 1956 Mission archéologique de Mari I, Le Temple d’Ishtar. Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner.
• 1967 « Les fouilles de Mari, seizième campagne (printemps 1966) », Syria XLIV, p. 1‑26.

Notes

1 Rappelons que les rapports des campagnes d’André Parrot sont publiés dans Syria XVI (1935) à LII (1975), celles de J.‑Cl. Margueron dans MARI 1 (1982) à 8 (1997).

2 Nous réservons pour les rapports définitifs les coupes architecturales et relevés de parois de cette campagne.

3 Cf. l’article de E. Capet et B. Farah-Fougères dans cette même livraison.

4 III G 1 NOT-1 et T-2, SO T-l, SE T-l, SE T-2, cf. Jean‑Marie 1999, respectivement nos 1060, 1068, 1061, 1058, 1059.

5 Akh Purattim 2.

6 Cf. l’article de E. Capet et B. Farah-Fougères dans cette même livraison, p. 115, fig. 1.

7 III JII NO T-l, T-2, T-3, T-4, III J III SO T-l, cf. Jean‑Marie 1999, respectivement nos 1094, 1095, 1102, 1108 et 1090.

8 III J III SO T-2, cf. Jean‑Marie 1999 n1103.

9 Contrairement à ce qui est suggéré dans le pian donné dans cette livraison « Étude des fondations d’une résidence mariote du XVIIIe s. av. J.‑C. à l’ouest du palais », p. 116, fig. 2.

10 Notons la présence d’un autre tannour (non numéroté, dans la berme sud du carré).

11 III F 1 NO T-l, N OT-2, SE T-l, respectivement nos 1063, 1066, 1062 in Jean‑Marie 1999.

12 Non intégrée dans la nomenclature de Jean‑Marie  999.

13 Jean-Marie 1999, tombe 1082, (III G2 NE T-2) p. 194, pl. 108 et 239.

14 III H 2 SO T-1 (Jean‑Marie 1999, n1087, sarcophage) ; III H 2 NO T-1 à T-4 (nos 1084, 1085, 1086, 1105) ; III H 2 NE T-l à T-6 (nos 1096, 1097, 1098, 1099, 1106, 1107).

15 Weygand in Margueron et al. 1997, p. 39‑45 et fig. 33‑41.

16 Voir dans cette même livraison l’article de N. Pons sur la céramique, et en particulier p. 304, fig. 1 et 2.

17 H. 70 cm ; ép. 4 cm ; ø 50 à 52 cm.

18 Jean-Marie 1999, n1079.

19 Jean-Marie 1999, nos 1077 et 1078.

20 Jean-Marie 1999, n1034.

21 Weygand in Margueron et al. 1997, fig. 37, p. 44.

22 Jean-marie 1999, respectivement nos 1034 et 1077‑1078, cf. ci-dessus § 1 et note 8.

23 III E 1 SE T-2, cf. Jean‑Marie 1999, n1065 et p. 9 (interprétation fausse). Pour la situation stratigraphique et l’interprétation, cf. Margueron 1998.

24 Dimensions des jarres : H. env. 57 cm ; 0 à la panse : 56 à 57 cm ; ø du col : 28 cm ; ép. de la lèvre : 2 cm.

25 L’autel lui-même a été trouvé en 1991. Le numéro des loci a été changé en 1995, pour assurer une meilleure description des différents niveaux stratigraphiques et une synthèse plus claire entre les carrés et les différents niveaux.

26 Margueron et al. 1997, p. 40, fig. 33. Seuls les numéros des pièces de la « maison à l’Autel domestique » ont été modifiés.

27 Il s’agit ici juste d’un rappel, pour restituer à l’intérieur de la fouille de 1993 certaines tombes, publiées dans Jean‑Marie 1999.

28 Cf. Beyer in Margueron et al. 1997, p. 55‑59 ; Parrot 1939, p. 8 sqq., pl. I ; Parrot 1940, p. 5‑8 (pour les inscriptions étudiées par Georges Dossin, p. 153‑161) ; Parrot 1954, p. 167‑169 ; Parrot 1955, p. 208‑211 ; Margueron 1985, p. 487‑507 et surtout p. 491‑492.

29 Parrot 1939, p. 8 sqq, pl. I.

30 Beyer in Margueron et al. 1997, p. 55.

31 Margueron et al. 1997, p. 56, fig. 49.

32 Cf. Parrot 1940, p. 17.

33 Ibidem.

34 Cf., dans cette livraison, A. Spycket, « La statuaire de Mari », p. 267, fig. 13.

35 Cf. Parrot 1954, plan p. 168, fig. 8.

36 Cf. Margueron et al. 1997, p. 57‑58, fig. 52.

37 Parrot 1954, p. 169.

38 C’est Frédérique Vergeot qui a eu la charge de ce carré.

39 Margueron et al. 1997, p. 58, fig. 53.

40 Seuls en effet les plans généraux de Jean Brusson nos A 100 et 102 montrent l’emplacement du L.T.S. et les grandes lignes de ses aménagements : Parrot 1954, p. 168, fig. 8 ; Parrot 1955, p. 204, fig. 10 ; cf. surtout Margueron et al. 1997, p. 47, fig. 42 et p. 56, fig. 49.

41 Cf. par exemple Parrot 1956, p. 17, fig. 11, p. 58, fig. 39 et pl. XXII‑XXIV.

42 Toutes proportions gardées, on peut sans doute comparer la nature de cette installation avec celle qu’André Parrot avait retrouvée dans l’espace central du temple intégré au palais du IIImillénaire P-2, le long du mur ouest : Parrot 1967, p. 16, fig. 11.

43 Dominique Beyer et Marylou Jean‑Marie, « Le temple du D.A. III de Ninhursag à Mari : les dépôts votifs du Lieu Très Saint » ; Jean Margueron, « Une stèle du temple dit de Ninhursag », Akh Purattim 2.

44 Moorey 1964.

45 Dans ce volume, p. 303‑324.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du site avec emplacement des chantiers ouverts en 1993
Légende Le domaine archéologique de la cité de Mari est divisé en 15 zones rectangulaires - 250 m en abscisse et 500 m en ordonnée - numérotées de I à XV ; chaque zone est subdivisée en carrés de 10 m de côté, 25 d’ouest en est numérotés de 1 à 25 et 50 du sud au nord désignés par les lettres de l’alphabet. Un carré de fouille est donc désigné par un chiffre romain donnant la zone, puis une lettre de l’alphabet (excepté I) associée à un numéro de 1 à 25 ; chaque carré est alors subdivisé en 4 quadrants : NO, NE, SO et SE, de façon à faciliter l’enregistrement des faits de fouille et des objets. Tout l’enregistrement repose sur ce carroyage. Les grands secteurs de recherche sont définis par une lettre A, B, C... (chantier A…), qui se surajoute au système précédent pour faciliter les localisations, mais qui ne servent jamais à l’enregistrement.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 2 – III H 1. Résidence du IIe millénaire à l’ouest du Palais et ses trois sols conservés
Légende Vue du sud-ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 3 – III H 1 NE. Installations du sol supérieur de la Résidence du IIe millénaire à l’ouest du Palais
Légende Vue du nord – nord-ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 4 – III H 1 SE-SO. Résidence du IIe millénaire à l’ouest du Palais
Légende Au premier plan, pièce bordée d’une plinthe de tabuk avec son sol en terre battue et sa recharge ; au centre, seuil de tabuk ; au fond, pièce dallée au sol incurvé pour l’écoulement des eaux.Vue du nord-est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 5 – III J 1 NE-III K 1 NO. Sondage dans l’enceinte du palais du IIe millénaire
Légende À droite, plinthe et dallage de la salle 72 du Palais. De bas en haut : hérisson d’éclats de gypse, radier de galets, sept lits de briques, chaînage de branches, dix assises de briques avec un épaississement de réparation à gauche, chaînage de branches brûlé, sommet érodé en deux à trois assises de briques brûlées.Vue du sud
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 6-a – Carré III F 1
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 6-b – Carré III F 1. Le mur de limite occidentale de la Grande Résidence
Légende Vue vers le sud-est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 6‑c – Partie orientale du réseau de la Grande Résidence dans le carré III F 1
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 7-a – Le carré III F 2
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 7-b – III F 2. Les murs de fondation et les deux crapaudines de la porte d’entrée de la Grande Résidence
Légende Vue vers le sud-est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 8 – Le carré III H 2
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 9 – Plan schématique de la maison à l’Autel domestique (chantier F)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 10 – Fin de la fouille de 1993 en III D 1‑III E1
Légende Vue vers le nord-est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 11 – Plan schématique du temple archaïque de Ninhursag, état de 2001 (Françoise Laroche-Traunecker)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 12 – Plan des carrés IX A 44 et 45 (relevés Yasmine Makaroun)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 13 – Photographie montrant la plateforme de briques et le seuil de pierres dans le mur M‑5/6
Légende Vue vers l’ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 14 – Photographie montrant l’intérieur du LTS de Ninhursag, état ancien des installations cultuelles (carré IX B 46)
Légende À l’arrière-plan, le secteur de l’entrée (carré IX B 45)Vue vers le sud. Cf. le plan de la fig. 15
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 15 – Plan des carrés IX B 46 et 45, état ancien (relevés Yasmine Makaroun)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 16 – Plan du carré IX B 46, état le plus récent (relevé Yasmine Makaroun)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 17 – Démontage de l’installation IX B 46 NO-5, révélant les différents états des aménagements antérieurs
Légende Photographie prise vers l’est/sud-est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 18 – Croquis des barcasses superposées au fond de l’espace, incorporées ensuite dans les banquettes IX B 46 N0-1/NE-1
Légende Vue vers le nord (D. Beyer)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 19 – Plan schématique de la porte du Palais du IIIe millénaire, état 1993. Fig. 20 – Sondage stratigraphique dans la porte du Palais du IIIe millénaire : le niveau dallé de l’entrée
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 21 – Sol dallé en briques cuites des niveaux P-3/P-2 de l’entrée du Palais après enlèvement des restes de bitume
Légende Vue vers l’est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 22 – Pierres de gypse retaillées, destinées à la réparation du mur oriental de la porte (comblement entre P-2 et P-1)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 23 – La façade du Palais du IIIe millénaire
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3815/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 500k

Auteurs

EA 4081, Université Paris-Sorbonne (pierre.gontier@tiscali.fr)

Restauratrice indépendante, Paris (anne.liegey@wanadoo.fr)