Version classiqueVersion mobile

Akh Purattim 1

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pierre Lombard

Préface générale

Jean-Claude Margueron, Olivier Rouault et Pierre Lombard

Texte intégral

1La disparition de la revue MARI (Mari, Annales de Recherches Interdisciplinaires) après sa huitième livraison en 1997 (plus de quatre années après MARI 7) a laissé, pour les recherches conduites dans la vallée de l’Euphrate, un vide qui a été vivement ressenti dans la communauté scientifique.

2La composante archéologique de l’équipe éditoriale s’était vue privée du support qu’elle avait mis en place en 1979, à l’époque du changement de direction à la tête de la mission de Mari. Les exigences en matière de publication des recherches archéologiques ayant beaucoup évolué, il paraissait difficile de revenir à la formule, pratiquée par André Parrot, d’un simple rapport préliminaire à l’issue de chaque campagne. Aucune revue générale, comme par exemple Syria, ne pouvait absorber dans des numéros normaux la totalité des écrits portant sur la métropole de la moyenne vallée de l’Euphrate et ses rapports avec d’autres sites, écrits auxquels sont venus s’ajouter plus spécifiquement ceux sur Terqa. Or, même en l’absence de débouchés, la fouille continuait et les archéologues ont poursuivi la préparation d’études qui découlaient naturellement de leur activité. L’accumulation des articles non publiés exigeait une solution rapide.

3Il a donc semblé urgent de remédier à cette situation et de définir une nouvelle politique en créant une publication destinée à devenir le point de rencontre des recherches historiques, archéologiques, épigraphiques ou archéométriques de la région qu’avait un temps dominée Mari, en faisant en priorité appel aux travaux engagés par les diverses missions, françaises (Mari, Terqa, Masaïkh, Mashnaqa...) et étrangères, œuvrant dans un champ géographique s’étendant de la vallée du Balikh à la frontière syro-irakienne en passant par le Khabur.

4Ainsi s’est imposée l’idée de fonder une nouvelle publication périodique. Le titre retenu, Akh Purattim ou « les rives de l’Euphrate », une des expressions utilisées au XVIIIe siècle av. J.‑C. pour désigner le royaume de Mari, peut également être pris dans son acception géographique la plus étendue, beaucoup plus vaste. L’objectif de cette nouvelle publication est donc aussi d’abriter des recherches concernant diverses régions du Proche-Orient, prenant en compte leurs relations directes ou indirectes avec la vallée de l’Euphrate, mais en privilégiant toujours une perspective régionale tendant à identifier les caractéristiques propres à chaque culture. Il convenait en effet de ne pas s’en tenir aux seuls travaux conduits dans le Moyen-Euphrate syrien aux époques où Mari dominait la région, mais de s’intéresser le plus largement possible au rôle de cette confluence dans le jeu syro-mésopotamien tout au long de l’Antiquité.

5Le sous-titre – Mémoires d’archéologie et d’histoire régionales interdisciplinaires – met l’accent sur la double approche, archéologique et historique, et sur l’espace concerné. Le rythme de parution, à l’exception des deux premiers numéros, sera au minimum d’une livraison tous les deux ans, de façon à rassembler dans un laps de temps raisonnablement court les résultats des travaux réalisés, sous forme de rapports préliminaires concernant les fouilles ainsi que l’étude du matériel. Chaque volume comprendra aussi d’autres types de contributions qui, ne s’appuyant pas seulement sur les derniers travaux de terrain, mais dépassant la source documentaire initiale et indispensable, s’engagent résolument dans la voie de la démarche historique.

6Les éditeurs scientifiques

Auteurs

Université Lumière-Lyon 2 et UMR 5133 Archéorient, Lyon (olivier.rouault@wanadoo.fr, olivier.rouault@univ-lyon2.fr)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search