Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antiquipop

 | 
Fabien Bièvre-Perrin
, 
Élise Pampanay

Les sirènes, d’Homère à Harry Potter

Nikol Dziub

Résumé

Les sirènes sont, dans l’Antiquité et en premier lieu chez Homère, des figures du savoir, et le plus souvent du savoir interdit. Le Moyen Âge chrétien (Dante, Jean d’Arras…) fait ensuite de ces créatures des eaux des figures du corps trompeur. Puis viennent les sirènes modernes, qui pour certaines sont véritablement avenantes (on pensera à La Petite Sirène d’Andersen). Le cinéma, de La Sirène de Georges Méliès (1904) à Harry Potter et la Coupe de feu (2005) – et au‑delà –, se souviendra des sirènes antiques comme des sirènes médiévales et modernes. Curieusement, si le cinéma (en particulier hollywoodien) érotise bien souvent la sirène, il propose aussi parfois des réécritures discrètement féministes du récit homérique (voir Pirates des Caraïbes : La Fontaine de jouvence, 2011).

In Homer’s Odyssey, sirens symbolize forbidden knowledge. In the Christian Middle Age (Dante, Jean d’Arras…), water creatures allegorize the illusory nature of physical beauty. Then come the modern sirens (see Andersen’s Little Mermaid), who are sometimes really pleasant. Cinema, from Georges Méliès’ The Mermaid (1904) to Harry Potter and The Goblet of Fire (2005), remembers the antique, medieval and modern literary sirens. Cinema of course often erotizes the sirens, but it sometimes proposes feminist rewritings of the Homeric myth (see Pirates of the Caribbean : On Stranger Tides, 2011).

Entrées d'index

Mots clés :

sirène, Homère, Harry Potter, cinéma

Keywords :

siren, Homer, Harry Potter, cinema

Texte intégral

1Les sirènes sont anciennes comme la littérature écrite. Ou plutôt, elles sont bien plus « antiques » encore : leur monstruosité effrayait déjà les auditeurs des fictions orales byzantines – même si c’est bien sûr avant tout par l’Odyssée que nous les connaissons.

2Mais que deviennent-elles dans la culture populaire contemporaine ? Pourquoi revient-on à cette figure aujourd’hui ? Et que fait, plus précisément, le cinéma des (et aux) sirènes ?

Des sirènes muettes aux sirènes revendicatives

3Dès les premières années du cinéma, la figure de la sirène devient l’un des supports favoris de création et de réflexion de cet art encore muet. Tout en jouant sur les codes du conte et du fantastique, La Sirène de Georges Méliès (1904) met en scène, dans un geste autoréflexif et déconstructeur, la création d’une sirène par un magicien. Le réalisateur procède à une recodification moderne de la figure allégorique de la sirène : la sirène, c’est l’actrice, créée par le réalisateur-magicien ; de fait, à la fin du court-métrage, l’illusionniste se change en Poséidon.

4Ici, par ailleurs, la sirène est, par la force des choses, silencieuse ; le cinéma étant muet, elle ne pourra chanter avant longtemps : c’est pourquoi elle dansera, dans The Siren of Seville (Jerome Storm et Hunt Stromberg, 1924), par exemple. La danse, même, devient d’une certaine façon la métonymie de la sirène, de telle sorte que la figure de la sirène-danseuse survivra au cinéma muet. On peut notamment penser à la comédie musicale intitulée Bathing Beauty (Le Bal des sirènes en français, George Sidney, 1944) : les sirènes y sont de jeunes femmes qui exécutent un ballet nautique.

5Une fois la sirène prise dans les filets du cinéma, elle ne parviendra plus à se libérer. Parmi les productions les plus récentes, on peut citer la série australienne H2O : Just Add Water, dont la première saison est sortie en 2006 (soit la même année que le film Aquamarine, où une sirène, qui a fui un mariage forcé, s’exile dans une ville de Floride). La série raconte la transformation de trois filles en sirènes dans une île étrange. Cette métamorphose, comme il se doit, les rend surpuissantes. La série Mako Mermaids (2013, en cours) s’inscrit dans la continuité d’H2O : le jeune Zac réussit à s’emparer des pouvoirs des trois sirènes (Sirena, Nixie et Lyla), qui doivent tout faire pour les lui reprendre, sous peine d’être bannies de l’île.

  • 1 Freud 1987, p. 124‑125.

6Une réécriture plus intéressante du mythe homérique des sirènes est celle que propose Rob Marshall dans Pirates of the Caribbean : On Stranger Tides (2011). Les pirates aperçoivent une sirène, mais sans l’identifier comme telle : ce qu’ils voient, c’est une jeune fille qui s’accroche au bateau, de telle sorte que le bas de son corps est caché. Les spectateurs, en revanche, peuvent voir la sirène tout entière grâce à la caméra sous-marine. Le plan sous l’eau (qu’on peut qualifier de plan-taille « à l’envers » ou de plan « queue de poisson ») montre ensuite des sirènes qui viennent rejoindre leur congénère. Provoquant un renversement radical, ce plan invite le spectateur à adopter le « point de vue de la sirène », ce qui n’est possible que grâce au dispositif fictionnel que constitue ce cadrage particulier. Puis le film joue sur une réminiscence de la métamorphose dantesque de la sirène (voir Le Purgatoire, chant XIX) : les sirènes, qui paraissaient divinement belles, prennent une allure monstrueuse (elles ont des dents de vampire, des yeux vitreux) et détruisent le bateau des pirates. Peut-être faut‑il voir dans cet épisode une réécriture féministe du mythe : l’homme-voyeur est puni, la femme n’accepte plus d’être dans la position du « regardé ». La figure de la sirène fait alors écho à la logique freudienne du voyeurisme comme complexe de castration1. Le regardant ne pourra pas combler son plaisir spectatorial, parce que les personnages masculins auxquels il s’identifie seront tués par celle qui leur promettait la jouissance. Les sirènes caribéennes rappellent aux hommes que la femme n’est pas que l’objet de leur regard, qu’elle est une actrice de la relation homme/femme.

Des sirènes invisibles

  • 2 Sur la notion de « savoir périlleux », voir Vial 2014.

7Mais revenons à Homère. Comment représente-t‑il les sirènes ? Tout d’abord, rappelons que les sirènes du Chant XII de l’Odyssée ne sont pas visibles : elles ne sont qu’audibles. Leur chant est redoutable : Circé prévient Ulysse, qui, on le sait, est suffisamment rusé pour triompher de la tentation et pour résister au mirage du périlleux savoir qui lui est offert2. Le chant des sirènes est flatteur (elles disent à Ulysse qu’il est un fameux guerrier), mais il rappelle aussi leur puissance (personne ne passe à côté d’elles sans céder à leur charme) et leur savoir, qu’elles offrent de transmettre à celui qui les écoutera :

  • 3 Homère 1955, p. 716‑717.

Viens ici ! Viens à nous ! Ulysse tant vanté ! L’honneur de l’Achaïe !… Arrête ton croiseur : viens écouter nos voix ! Jamais un noir vaisseau n’a doublé notre cap, sans ouïr les doux airs qui sortent de nos lèvres ; puis on s’en va content et plus riche en savoir, car nous savons les maux, tous les maux que les dieux, dans les champs de Troade, ont infligés aux gens et d’Argos et de Troie, et nous savons aussi tout ce que voit passer la terre nourricière3.

  • 4 Littré 1873‑1874, p. 1953.
  • 5 Chantraine 1968, p. 993‑994.
  • 6 Latte 1968, p. 106-121.

8Les sirènes savent tout de la guerre de Troie et du passé de celui à qui elles s’adressent. C’est pour cela qu’elles sont irrésistibles, et qu’elles mènent les hommes à leur perte. Il serait judicieux, d’ailleurs, de rappeler l’étymologie du mot sirène, qui vient du latin siren, qui lui-même vient du grec seirên. Seirên signifie la corde, la chaîne, le fil, le lien ou le fait de lier : de fait, les sirènes prennent les voyageurs aux rets de leur chant et de leur savoir. Le Littré propose une élucidation étymologique du lien entre le chant et la corde ou la chaîne : sirène vient « du latin sirena, qui succéda à siren, lequel vient du grec σειρήν, que l’on dérive du phénicien sir, chant »4. Pierre Chantraine5 propose également une étymologie liée au terme grec σειρά, qui signifie « corde », mais en concurrence avec le terme Σείριος (Sirius, l’étoile du Chien), qui évoquerait la grande chaleur de midi, ce qui s’accorderait avec l’opinion de Kurt Latte6, qui reconnaît dans les sirènes des démons de midi.

9La rencontre d’Ulysse avec les sirènes est sans nul doute l’occurrence la plus fameuse de la figure de la sirène dans la littérature antique. Le cinéma s’en est souvenu, et en particulier Mario Camerini dans son film intitulé Ulisse (1954), avec Kirk Douglas dans le rôle-titre. Dans la scène de la rencontre, on entend les sirènes mais on ne les voit pas. Même si nombreux sont les écarts entre ce que raconte Homère et ce que montre le film, l’épisode filmique correspondant au chant XII de l’Odyssée est relativement fidèle au récit. Les compagnons d’Ulysse approchent de l’île des sirènes, qu’ils reconnaissent parce qu’ils se retrouvent dans un silence complet : ils n’entendent plus les bruits de l’eau et du bateau, tout semble mort, ils ont l’impression de sentir une odeur de fleurs fanées. Puis ils aperçoivent des rochers couverts de débris et d’épaves. Comme chez Homère, Ulysse ordonne à ses compagnons de se boucher les oreilles avec de la cire. Mais il leur ordonne également de baisser les yeux, afin de ne pas prendre le risque d’apercevoir les sirènes, et d’être charmés par leur apparence visuelle. Lui-même, bien sûr, demande à être attaché au mât.

10Que dit le chant des sirènes dans le film ? « Ulysse, reconnais-tu ma voix ? », croit comprendre le héros, qui a l’impression d’entendre Pénélope. Les sirènes ont le pouvoir d’imiter toutes les voix : « C’est moi, Pénélope, je suis ton épouse qui t’attend depuis des années. Ton voyage est terminé. Te voilà revenu à Ithaque », disent-elles à Ulysse. Puis elles empruntent la voix de Télémaque, le fils d’Ulysse. Ce dernier se laisse alors séduire par le mirage d’Ithaque, et demande à ses hommes de le détacher.

  • 7 Pérusse 1997, p. 68.

11Et qu’en est-il de la représentation visuelle des sirènes ? Elles sont absentes – beaucoup plus absentes encore que dans le texte. Dans le texte, leur voix est une voix parmi d’autres ; leurs mots sont des mots parmi d’autres. De toutes les façons, même décrites, elles n’auraient qu’une existence verbale. Leur absence visuelle dans le film est beaucoup plus frappante. Cela suggère qu’Ulysse, tourmenté par le mal du pays, entend des voix, purement et simplement – à moins qu’il ne faille voir dans l’invisibilité des sirènes une objectivation paradoxale et en quelque sorte décalée ou surinvestie de l’ontologie cinématographique, qui reposerait sur le principe de « l’absence de l’objet représenté »7. Par ailleurs, il faut bien dire que la « vedette » du film est Kirk Douglas. Les sirènes ne constituent même plus un obstacle, elles ne sont rien d’autre que des faire-valoir pour l’Ulysse de la Paramount.

Le corps des sirènes

  • 8 Plutarque 1996, p. 168.

12Mais si les sirènes homériques et leurs lointaines sœurs hollywoodiennes sont invisibles, il est d’autres créatures de l’eau qui, elles, sont bien visibles. En effet, si, dans les Quaestiones Convivales, Plutarque se sert de la scène de la rencontre d’Ulysse avec les sirènes pour affirmer que la plupart des hommes ont « les oreilles obstruées et bouchées par les obstacles des passions charnelles et non par des morceaux de cire »8, Dante, bien plus tard, et dans un tout autre contexte moral, fera de la sirène une allégorie de la tentation par le corps. Une sirène surgit devant lui en songe (Purgatoire, chant XIX) : elle prétend avoir séduit Ulysse par son chant et dit l’avoir détourné de son chemin. La sirène est une vieillarde répugnante, monstrueuse, qui prend les traits d’une charmante jeune femme, et qui séduirait Dante si une sainte créature ne venait à son secours. Pour un moment, Dante est envoûté par son chant et ne distingue plus la vérité du mensonge :

Je suis, chantait-elle, je suis la douce sirène, qui charme les marins au milieu de la mer ; tant je donne de plaisir à m’entendre !

  • 9 Dante 2005, p. 173.

Je détournai Ulysse de son chemin errant grâce à mon chant ; et qui s’approche de moi me quitte rarement, tant je l’enchante9 !

  • 10 Voir aussi Chant XXXI, Dante 2005, p. 285.

13Cependant, allégorie de la théologie, une céleste femme protège Dante contre le charme (dans tous les sens du terme) de la sirène10. Elle lui ouvre les yeux sur la monstruosité physique comme morale de la tentatrice.

14Il va de soi que Dante n’a pas inventé la difformité des sirènes. Mais il en a infléchi différemment l’interprétation. Car la disgrâce des sirènes, qui change d’ailleurs de nature à travers les âges, a reçu diverses explications. Si Homère ne décrit pas les sirènes, l’Antiquité les représente en général mi-femmes, mi-oiseaux. Dans Les Métamorphoses (livre V), Ovide explique à sa façon (qui n’est pas celle d’Hygin, par exemple) l’origine de cette hybridité. Les sirènes, qui chez lui sont doctes, mais non dangereuses, ont été les victimes de leur désir d’avoir des ailes pour sauver Proserpine enlevée par Pluton :

  • 11   Ovide 1966, p. 150.

La raison est-elle qu’au moment où Proserpine cueillait des fleurs printanières, vous étiez du nombre de ses compagnes, ô doctes Sirènes ? Après l’avoir vainement cherchée sur la terre entière, sans vous en tenir là, pour que la mer connût aussi votre souci, vous avez souhaité pouvoir vous aventurer au-dessus des flots avec des ailes pour rames ; vous avez trouvé les dieux propices et vu vos membres se couvrir subitement de plumes fauves. Et, pour que cependant votre chant mélodieux, fait pour les délices des oreilles, pour que le don de si beaux accents ne se perdît pas avec l’usage de la parole, votre visage de vierge et la voix humaine vous sont restés11.

  • 12 Selon Audé 1981, p. 50, la sirène fait partie des « tueuses ». Fr. Audé donne l’exemple de La Sirè (...)
  • 13 Le Gras 2007, p. 175.
  • 14 Le Gras 2007, p. 180.

15L’hybridité des sirènes évoluera : après avoir été mi-femmes, mi-oiseaux, elles seront mi-femmes, mi-serpents (on pensera en particulier à la Mélusine de Jean d’Arras (1392), qui, à bien des égards, s’apparente à une sirène), puis mi-femmes, mi-poissons. La femme-serpent est une réécriture chrétienne et en quelque sorte parabiblique du mythe des sirènes tentatrices. Le cinéma n’oubliera pas tout à fait cette figure. Prenons La Sirène du Mississippi (1969) de François Truffaut. Marion Vergano (Catherine Deneuve) prétend être Julie Roussel, la femme que pensait rencontrer Louis Mahé (Jean‑Paul Belmondo) après un long échange épistolaire. Mahé se laisse séduire, et, même après avoir découvert la supercherie, il se laisse emporter par son amour, jusqu’à tuer un détective pour protéger celle qui pourtant a assassiné sa fiancée, et qui de plus l’a ruiné. La « sirène » est multiplement une sirène : parce qu’elle est séductrice, parce qu’elle est destructrice, parce qu’elle cèle un secret mortel12. La sirène, dès lors, apparaît comme une « madone perverse »13, « mortifère et castratrice »14.

Harry Potter et les sirènes

  • 15 Voir Caillois 1991 et Citati 2004.
  • 16 Andersen 1992, p. 66‑87.
  • 17 Grimm 1990, p. 200‑215.

16Roger Caillois et Pietro Citati ont par ailleurs rappelé aux lecteurs contemporains que les sirènes étaient des créatures démoniaques de midi15, heure nulle, heure du basculement, et la Warner Bros. ne l’a pas oublié, puisque, dans Harry Potter and The Goblet of Fire (2005), le héros, parti combattre les sirènes, ne peut respirer sous l’eau que jusqu’à midi (dans le livre, c’est à 10h30 qu’il doit perdre le souffle). Le chant des sirènes potteriennes reprend certains éléments de l’imaginaire proposé par Homère : séparation des deux mondes, celui des hommes, celui des sirènes, discours trompeur (mais qui curieusement s’annonce tel) ; d’autres aspects sont empruntés à La Petite Sirène (1837) d’Andersen16 (les sirènes regrettent de ne pas pouvoir rendre visite aux êtres humains) et à L’Ondine de l’étang (1843) des frères Grimm17(les sirènes enlèvent les hommes). Voici ce que disent les sirènes dans Harry Potter :

  • 18 Note des éditeurs : « Descends nous voir, / entends nos paroles, / nous chantons en-dessous du sol (...)

Come seek us where our voices sound,
We cannot sing above the ground,
And while you’re searching, ponder this :
We’ve taken what you’ll sorely miss,
An hour long you’ll have to look,
And to recover what we took.
But past an hour – the prospect’s black
Too late, it’s gone, it won’t come back18.

  • 19 Rowling 2000, p. 431.
  • 20 La Motte-Fouqué 1963.

17Le livre de J. K. Rowling est rempli d’allusions aux sirènes antiques et médiévales. C’est dans le chapitre XXVI, intitulé « La Deuxième Tâche », qu’il est question des sirènes. Le problème auquel est confronté Harry Potter est le suivant : « [c]omment survivre en restant sous l’eau le 24 février », lors de la compétition entre étudiants ? Hermione, l’amie de Potter, regrette de ne pas avoir encore étudié « la métamorphose humaine »19. Harry est pris de panique, et il a des rêves prémonitoires – ce qui constitue, peut-être, une allusion à Dante, mais aussi au conte des frères Grimm, L’Ondine de l’étang, où les songes annonciateurs jouent un rôle prépondérant. On peut noter, par ailleurs, que les sirènes, dans Harry Potter and The Goblet of Fire, sont plutôt des ondines que des sirènes, puisque, comme chez les frères Grimm et comme dans l’Ondine de La Motte-Fouqué20, elles habitent un lac.

  • 21 Rowling 2000, p. 435.

18Pour Harry Potter, qui est pour le jeune public l’Ulysse contemporain, affronter les sirènes est une véritable épreuve. Il doit aller au fond du lac chercher son ami Ron. C’est à ce moment-là que le roman pose la question du savoir sinon interdit, du moins inaccessible. D’Homère à Sénèque, de Jean d’Arras à Dante, la sirène est une figure du savoir périlleux. En l’occurrence, ce qui est périlleux, pour Harry, c’est son ignorance. Il se dit qu’il a sans doute mal écouté les cours des professeurs, et s’en veut, car « [p]eut-être que l’un d’eux avait un jour parlé d’un moyen de respirer sous l’eau »21. Ses amis cherchent désespérément des informations dans la bibliothèque, mais les livres leur semblent impuissants. Les « livres sur les sirènes et les monstres aquatiques, les livres sur les sorcières et les sorciers célèbres, sur les inventions magiques, sur tout ce qui [peut] avoir un rapport quelconque avec la survie sous l’eau » ne manquent pas, mais ils ne fournissent pas la solution au problème. Harry veille toute la nuit à la bibliothèque, mais finit par s’endormir, et il a une vision hallucinatoire, où la réalité se mêle au monde de la représentation :

  • 22 Rowling 2000, p. 438.

Dans la salle de bains des préfets, la sirène du tableau riait aux éclats. Harry était ballotté comme un bouchon à la surface d’une eau pleine de mousse, juste à côté du rocher sur lequel elle était allongée. D’une main, elle agitait l’Éclair de feu au-dessus de sa tête22.

  • 23 Rowling 2000, p. 443.

19Harry essaye d’attraper l’Éclair pour ne pas se noyer. Mais la sirène lui donne des coups de balai. En fait, c’est l’elfe Dobby qui vient le réveiller, un peu comme la créature céleste ouvre les yeux à Dante. « Tant qu’il y a de la magie, il y a de l’espoir », dit le livre sur lequel s’est endormi Harry. Et de fait, Dobby lui apporte la solution, et lui offre le Branchiflore, qui lui permettra de respirer sous l’eau comme un poisson. Harry adopte l’hybridité des sirènes : « On aurait dit que des nageoires lui étaient poussées23. »

20Quoiqu’elles ne ressemblent ni moralement, ni physiquement à La Petite Sirène d’Andersen, les sirènes d’Harry Potter habitent comme elle un monde symétrique, une sorte de monde renversé :

  • 24 Rowling 2000, p. 443.

Le silence devenait de plus en plus épais tandis qu’il découvrait un étrange et sombre paysage nimbé de brume. À présent, sa visibilité était réduite et à mesure qu’il avançait, de nouveaux contours se dessinaient dans les ténèbres : de véritables forêts de plantes aquatiques ondulaient lentement, de larges étendues de boue étaient jonchées de pierres qui miroitaient faiblement dans la pénombre. Il descendit de plus en plus loin vers le cœur du lac, scrutant ses profondeurs grises et inquiétantes, essayant de percer le mystère de ses ombres, là où l’eau devenait opaque24.

21Les sirènes sont ensuite décrites comme des monstres. Elles ont des cheveux d’une couleur verte (comme il est d’usage dans les descriptions d’Ondine), elles ont les dents cassées et les yeux jaunes.

Des sirènes avenantes… et indépendantes ?

22La parenté visuelle entre la scène de la bataille contre les sirènes dans Harry Potter et la scène de la rencontre entre le héros et les sirènes dans Hook (1991) de Steven Spielberg est d’ailleurs évidente – à ceci près que les sirènes qu’on voit dans ce dernier film sont séduisantes. Car il faut bien dire que la laideur des sirènes d’Harry Potter est l’exception. Disney, ainsi, joue sur le potentiel commercial de la beauté très « standardisée » de la Little Mermaid (dont les aventures, très librement inspirées de celles de La Petite Sirène d’Andersen, ont fourni la matière de trois films d’animation : The Little Mermaid, 1989 ; The Little Mermaid II : Return to the Sea, 2000 ; The Little Mermaid : Ariel’s Beginning, 2008).

  • 25 Ebert 1997, p. 446.

23The Little Mermaid devait initialement être produit après Blanche-Neige (1930), mais n’est sorti que quelque soixante ans plus tard. Esthétiquement, il s’agit, à l’évidence, de ce qu’on appelle « a girls’ film ». Toutefois, en 1989, lorsque le film est sorti, les critiques se sont réjouis de voir apparaître une véritable héroïne féminine, complexe et presque militante. Contrairement aux héroïnes Disney qui l’ont précédée, Ariel est, d’après Roger Elbert, un caractère féminin entier qui réfléchit et qui agit de manière indépendante et même rebelle25, ce qui ne l’empêche pas d’être la Vénus du cinéma d’animation de Disney.

24Plus généralement, le cinéma « grand public » fait par moments de la sirène un personnage quasi érotique. Mis à part quelques films comme Siren of the Sea (1911), les films qui montrent des sirènes évoquent des femmes légères, séduisantes, mais qui ont du caractère : on peut penser notamment à deux comédies anglaises, Miranda (1948) et Mad About Men (1954). Une autre vague, celle de la libération américaine, fait de la sirène un personnage qui incarne la liberté et le mode de vie « californien » (surf, sea and sun) – souvenons-nous par exemple de Beach Blanket Bingo (1965). Les comédies romantiques affectionnent aussi la figure de la sirène. Splash (1984), avec Tom Hanks, propose ainsi une réinterprétation du conte d’Andersen, puisque la sirène sauve le « prince charmant » de la noyade.

25Il est possible d’interpréter l’évolution de la « visualité » de la sirène à travers les âges en relation avec le développement du discours sur les femmes et du discours féministe. La sirène antique n’a rien, physiquement, ou du moins visuellement, de charmant. Elle est avant tout une voix, comme s’il existait une sorte de féminité essentielle et maudite, non corporelle. Le Moyen Âge chrétien fait des créatures des eaux des figures du corps trompeur : le charme apparent de la sirène n’est qu’illusoire – car le corps est périssable, et voué à la corruption. Puis viennent les sirènes modernes, qui pour certaines sont véritablement avenantes. L’érotisation progressive de la sirène au cinéma, certes, peut être perçue comme un symptôme de l’exploitation de la femme et de son corps, de la réduction de la femme à son corps. Mais il ne faut pas négliger le fait que les sirènes restent des figures de la transgression, de l’indépendance, même chez Disney : en d’autres termes, Hollywood n’a peut-être pas réussi à faire taire les sirènes.

Bibliographie

Corpus

H. Chr. Andersen, Œuvres I, trad. fr. R. Boyer, Gallimard, Pléiade 394, Paris, 1992, « La petite sirène », p. 66-87.

Dante, Le Purgatoire, La Divine Comédie, trad. fr. J. Risset, Flammarion, GF 1217, Paris, 2005.

Fr. de La Motte-Fouqué, Romantiques allemands I, Gallimard, Pléiade 168, Paris, 1963, « Ondine », p. 1347‑1437.

J. et W. Grimm, Contes pour les enfants et la maison, trad. fr. N. Rimasson-Fertin, José Corti, Paris, 2009, « L’ondine de l’étang », p. 390‑395.

Homère, Iliade - Odyssée, trad. fr. V. Bérard et R. Flacelière, Pléiade 115, Gallimard, Paris, 1955.

Ovide, Les Métamorphoses, trad. fr. J. Chamonard, Flammarion, GF 97, Paris, 1966.

Plutarque, Œuvres morales, t. IX, 3e partie, éd. et trad. fr. F. Frazier et J. Sirinelli, Les belles lettres, Paris, 1996, « Livre IX. Question 14. “À propos du nombre des Muses : florilège de théories rares” », p. 163‑170.

J. K. Rowling, Harry Potter et la coupe de feu, trad. fr. J.‑Fr. Ménard, Gallimard Jeunesse, Paris, 2000.

Bibliographie

Audé 1981 : Fr. Audé, Ciné-modèles, cinéma d’elles. Situations de femmes dans le cinéma français (19561979), Lausanne, 1981.

Caillois 1991 : R. Caillois, Les Démons de midi, Fontfroide-le-Haut, 1991.

Chantraine 1968 : P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, 1968.

Citati 2004 : P. Citati, La Pensée chatoyante. Ulysse et l’ « Odyssée », Paris, 2004.

Ebert 1997 : R. Ebert, Roger Ebert’s Video Companion, Kansas City, 1997.

Freud 1987 : S. Freud, Trois essais sur la théorie sexuelle, Paris, 1987.

Latte 1968 : K. Latte, Kleine Schriften zu Religion, Recht Literatur und Sprache der Griechen und Römer, Munich, 1968.

Le Gras 2007 : G. Le Gras, « L’Ambivalence de Deneuve au service du Dernier métro (Truffaut, 1980) : perception, recomposition et utilisation de sa persona », dans J. Nacache, G. Sellier, C. Viviani (dir.), L’Acteur de cinéma. Approches plurielles, colloque de Cerisy, Rennes, 2007, p. 174‑183.

Littré 1953 : É. Littré, Dictionnaire de la langue française, t. IV, Paris, 1873‑1874.

Pérusse 1997 : D. Pérusse, « Le spectacle du “manque féminin” au cinéma : un leurre qui en cache un autre », Cinémas : revue d’études cinématographiques/Cinémas : Journal of Film Studies, vol. 8, no 1‑2, 1997, p. 67‑91.

Vial 2014 : H. Vial (dir.), Les Sirènes, ou Le Savoir périlleux : d’Homère au xxie siècle, Rennes, 2014.

Notes

1 Freud 1987, p. 124‑125.

2 Sur la notion de « savoir périlleux », voir Vial 2014.

3 Homère 1955, p. 716‑717.

4 Littré 1873‑1874, p. 1953.

5 Chantraine 1968, p. 993‑994.

6 Latte 1968, p. 106-121.

7 Pérusse 1997, p. 68.

8 Plutarque 1996, p. 168.

9 Dante 2005, p. 173.

10 Voir aussi Chant XXXI, Dante 2005, p. 285.

11   Ovide 1966, p. 150.

12 Selon Audé 1981, p. 50, la sirène fait partie des « tueuses ». Fr. Audé donne l’exemple de La Sirène du Mississippi, qui « tue afin d’être épousée, mène par le bout du nez un mari dont elle détruit la vie et qu’elle finit par empoisonner (apparemment, il survit, mais au prix de quelles épreuves, de quel entêtement amoureux à contredire l’évidente nature perverse de sa sirène !) ».

13 Le Gras 2007, p. 175.

14 Le Gras 2007, p. 180.

15 Voir Caillois 1991 et Citati 2004.

16 Andersen 1992, p. 66‑87.

17 Grimm 1990, p. 200‑215.

18 Note des éditeurs : « Descends nous voir, / entends nos paroles, / nous chantons en-dessous du sol. / Une heure durant tu devras chercher, / ce que nous t’avons arraché. / Après l’heure écoulée, renonce à tout espoir. / Tes efforts seront vains car il sera trop tard. »

19 Rowling 2000, p. 431.

20 La Motte-Fouqué 1963.

21 Rowling 2000, p. 435.

22 Rowling 2000, p. 438.

23 Rowling 2000, p. 443.

24 Rowling 2000, p. 443.

25 Ebert 1997, p. 446.

Auteur

Université de Haute-Alsace, EA 4363 – Institut de recherche en Langues et Littératures européennes, Mulhouse