Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antiquipop

 | 
Fabien Bièvre-Perrin
, 
Élise Pampanay

Star Wars : les origines antiques du mythe populaire

Vincent Chollier

Résumé

Pour écrire le scénario de la trilogie originale Star Wars, George Lucas s’est appuyé sur les travaux du mythologue américain Joseph Campbell, portant sur les origines des mythes et des religions. Dans Le Héros aux mille et un visages (1949), Campbell soutient que tous les récits respectent le même modèle narratif archétypal. Lucas a suivi cette trame pour créer sa saga à succès ; à cette fin, il a réadapté certaines œuvres antiques. Cet article propose d’analyser le scénario des trois premiers Star Wars à la lumière de références à l’Antiquité. Aussi, la quête du Graal, Œdipe et l’Odyssée font-elles partie des sources d’inspiration principales du plus grand mythe populaire de ces quarante dernières années.

The work of the American mythologist Joseph Campbell greatly inspired George Lucas writing the script of the first Star Wars trilogy. In The Hero with a thousand faces (1949) Campbell postulates that myths all share the same archetypal narrative model. Lucas followed this lead creating his blockbuster series ; he rearranged some of ancient tales for this purpose. The Graal quest, Oedipus, the Odyssey are thus amongst the primary references for the most popular myth of the last four decades.

Texte intégral

  • 1 La légende veut que, lors de la première projection privée de Star Wars, seul Steven Spielberg ait (...)

1Le 25 mai 1977 sort le film Star Wars (en français La Guerre des étoiles), dans seulement trente-deux salles aux États-Unis. En quelques semaines, le phénomène s’amplifie pour devenir un réel succès cinématographique que peu de spécialistes avaient anticipé1. La renommée mondiale de ce premier opus permet à son réalisateur et scénariste, George Lucas, de pouvoir produire lui-même les autres épisodes de ce space opera et d’en faire à l’heure actuelle le mythe contemporain le plus populaire de ces quarante dernières années.

  • 2 D’après les chiffres donnés par Labrousse et Schall 2015, p. 273.

2Dès 1980, les aventures de Luke Skywalker se poursuivent dans un deuxième film intitulé The Empire Strikes Back (L’Empire contre-attaque) s’achevant sur une scène d’anthologie où le vilain de l’histoire, Dark Vador (Darth Vader dans la version originale), dévoile son identité à notre héros, par cette phrase restée célèbre : « No, I am your father ». En 1983, Return of the Jedi (Le Retour du Jedi), dernier épisode de la trilogie, vient clore définitivement la saga, du moins comme on le croit alors. Mais le 19 mai 1999 sort en salle le premier volet d’un second triptyque, appelé communément la « prélogie ». Lucas y développe le destin tragique du jeune Jedi Anakin Skywalker, le futur Dark Vador (sa rencontre avec Padmé Amidala au début de l’Épisode I : La Menace fantôme, leur mariage au terme de l’Épisode II : L’Attaque des clones, puis la naissance des deux rejetons du couple, Luke et Léia, ainsi que le basculement d’Anakin vers le côté obscur de la Force lors de l’Épisode III : La Revanche des Sith). En 1997, dès les premières bribes de cette nouvelle trilogie, une nouvelle chronologie s’impose et Lucas rebaptise les trois épisodes de son tryptique original Épisode IV : Un nouvel espoir, Épisode V : L’Empire Contre-attaque et Épisode VI : Le Retour du Jedi. Une fois la prélogie achevée, d’aucuns pensaient cette fois que Star Wars allait définitivement abandonner les salles obscures. C’était sans compter sur le coup de théâtre que réservait Lucas à la planète Hollywood le 30 octobre 2012 : l’annonce de la vente de Lucasfilm et de sa principale franchise, Star Wars, au géant Disney pour la bagatelle de 4,05 milliards de dollars2. Dans la foulée, Disney déclare la relance de la saga avec trois nouveaux films, dont le premier est alors prévu pour 2015. L’Épisode VII : Le Réveil de la Force sort finalement le 16 décembre 2015, la trame de l’histoire se déroulant 30 ans après les événements relatés dans Le Retour du Jedi.

3À l’heure où nous écrivons ces lignes, trente-neuf années se sont écoulées depuis la sortie en salles de La Guerre des étoiles. Des millions d’enfants ont grandi en s’identifiant aux héros d’« Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine… » La saga Star Wars s’est sans conteste élevée au faîte de la mythologie populaire contemporaine, conformément au souhait de son créateur. Car comme George Lucas l’expliquait au journaliste Paul Scanlon en août 1977 pour le magazine Rolling Stone, il a voulu livrer une grande épopée à toute une jeune génération orpheline de ses héros :

  • 3 Interview accordée à P. Scanlon en 1977 pour le magazine Rolling Stone. Note des éditeurs : « J’ai (...)

I saw that kids today don’t have any fantasy life the way we had – they don’t have westerns, they don’t have pirate movies, they don’t have that stupid serial fantasy life that we used to believe in. It wasn’t that we really believed in it3

  • 4 Notamment son ouvrage le plus célèbre The Hero of a Thousand faces, intitulé dans sa version franç (...)

4Un tel projet peut paraître d’une ambition colossale, mais force est de constater, quatre décennies plus tard, que le pari est gagnant. Pourquoi Lucas réussit-il là où d’autres ont échoué ? Si le succès immédiat du premier film est avant tout lié à l’emploi d’effets spéciaux novateurs pour l’époque et à une bande originale mémorable (orchestrée par l’un des compositeurs de musique symphonique du cinéma hollywoodien les plus reconnus : John Williams), comment expliquer la permanence du phénomène et son impact auprès de trois générations de spectateurs ? C’est sans conteste la lecture des ouvrages de l’anthropologue et mythologue Joseph Campbell4 qui a en partie donné la recette du succès à Lucas. Campbell a en effet développé une théorie selon laquelle les mythes de toutes les origines et toutes les cultures se recoupent dans leur structure narrative : les grands récits mythologiques auraient en commun de confronter un héros à toute une série d’événements contraires qu’il nomme « le chemin des épreuves » (fig. 1). C’est à partir de cette théorie que Lucas se lance dans la rédaction d’un scénario reprenant point par point les étapes de la construction du mythe édictées par Campbell. Ce schéma narratif serait la recette pour toute bonne histoire.

Fig. 1 – Schéma du « chemin des épreuves » selon Campbell 1949.

Fig. 1 – Schéma du « chemin des épreuves » selon Campbell 1949.
  • 5 L’Empire des rêves (2004), à 11 min.

The people still react the same way to the stories as they always have5.

5Ainsi Lucas résume-t-il la pensée de Campbell. C’est à partir de cette vision universaliste du mythe qu’il tenta dès 1974 d’écrire une première trame pour sa Guerre des étoiles. Partant de ce constat, nous allons ici nous employer à démontrer que Lucas s’est principalement inspiré de la mythologie antique dans la construction du scénario des trois films de la trilogie originale.

  • 6 C’est ce que L. Jullier (2015) appelle « Le labyrinthe des allusions », p. 109.

6Le lecteur qui cherchera à trouver l’ensemble des références à l’Antiquité dans Star Wars au sein de cet article sera certainement désappointé. Tout l’art de George Lucas est de mobiliser des éléments de narration tantôt inspirés des grands mythes antiques, tantôt des auteurs du xxe siècle, en passant par des œuvres médiévales6. En résumé, on pourra toujours proposer telle ou telle influence pour des lieux, des personnages et des événements de Star Wars ; tout en se demandant si cela relève de la culture cinématographique et littéraire de Lucas ou de la simple coïncidence. On imagine bien la délectation de Lucas lorsqu’un auteur ou un journaliste vient proposer une nouvelle interprétation à son scénario alors qu’en réalité l’inspiration est tout autre : cela alimente la théorie de son mentor quant à l’universalité des principes fondamentaux du récit.

Le Graal des étoiles

7Le premier épisode de la saga s’intitulait, lors de sa sortie en mai 1977, la Guerre des étoiles, avant d’être renommé par la suite Épisode IV : Un nouvel espoir. Nous allons légèrement nous éloigner de l’Antiquité, car les principales sources d’inspiration de Lucas pour ce film sont médiévales : la quête du Graal et la légende du roi Arthur de Chrétien de Troyes.

  • 7 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal (voir K. Busby, Le Roman de Perceval ou le Conte du Graal. É (...)
  • 8 Voir le documentaire L’Empire des rêves (2004).
  • 9 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal (voir n. 7).
  • 10 Aknin 2015, p. 85.

8Le héros, Luke Skywalker, est ainsi un fermier adolescent adopté et élevé par son oncle Owen et sa tante Beru. Le jeune homme est présenté comme naïf et sans éducation, tout comme l’est Perceval dans le conte du Graal, qui a grandi dans l’ignorance de la chevalerie7 afin d’être préservé du monde extérieur. Luke s’émerveille de tout et n’est manifestement pas au fait de ce qui se trame dans la galaxie. Son souhait le plus cher au début de l’histoire est de rejoindre l’académie de pilotage de l’Empire. Son désir d’engagement n’est en rien le fruit de convictions politiques, mais répond simplement à son rêve de tenir le manche d’un vaisseau spatial. Lors de sa rencontre avec C3-PO et R2-D2, qui lui racontent leurs mésaventures dans l’espace, il s’extasie tel un enfant : « Vous avez vu des batailles ? ». D’ailleurs, dans les premières versions du scénario, la référence à la quête du Graal était plus marquée encore, puisque le parcours de Luke visait à retrouver un cristal, nommé pierre de Kaïburr8, censée conférer un pouvoir infini : un Graal galactique en somme. Il y a aussi du roi Arthur en Luke, dès lors qu’il reçoit une épée « enchantée », le sabre laser, des mains d’un vieux magicien ; la référence à Excalibur et à Merlin est à peine voilée9. Han Solo, le personnage incarné par Harrison Ford, est lui-même inspiré de la légende du roi Arthur. Jusque dans son nom, on retrouve l’archétype du chevalier qui enlève la reine Guenièvre à Arthur : il s’agit bien évidemment de Lancelot10, ses caractéristiques propres ne laissent aucun doute quant à cette assimilation. Han Solo est un contrebandier, sorte de chevalier errant dans l’espace. Ainsi, comme Lancelot, Han va séduire Léia, promise, on le croit, à Luke.

9Toute une partie du premier épisode est d’ailleurs consacrée à délivrer la princesse Léia. Cette sempiternelle image de la demoiselle en détresse est une forme manifeste du syncrétisme mythologique qui s’opère de manière perpétuelle dans l’œuvre de Lucas. Si Léia, prisonnière de la funeste Étoile noire, renvoie à la figure de Guenièvre enfermée dans le château, l’allusion à Hélène de Troie est tout aussi prégnante. Ainsi, les héros s’introduisent, involontairement, dans la base stellaire à bord d’un vaisseau faussement abandonné (le Faucon millenium), cachés dans des compartiments secrets. Le subterfuge rappelle celui du cheval de Troie, mythe que George Lucas semble affectionner particulièrement, nous le verrons par la suite.

  • 11 530 av. J.‑C. ; Athènes, musée de l’Acropole, inv. 679.
  • 12 Labrousse et Schall 2015, p. 46 évoquent des « rappels de [costumes] de l’Antiquité », mais sans p (...)
  • 13 Il n’existe pas, à notre connaissance, de parallèle dans l’iconographie antique. Pourtant, cette c (...)

10L’apparence physique de Léia met sur la voie de l’inspiration antique de Lucas pour le personnage. Les deux costumes portés par Carrie Fisher dans cet épisode renvoient sans conteste à des figures gréco-romaines. Ainsi, la première robe n’est pas sans évoquer la Korè d’époque classique du musée de l’acropole d’Athènes11. La scène finale du premier épisode permet également de poser le style antiquisant du personnage, à la fois avec le costume et avec la coiffure, qui évoquent des formes grecques12. Après cet épisode, les tenues de Léia se masculinisent et se modernisent, les compositions de tresses suggérant une inspiration antique demeurent cependant, comme lors de la scène finale d’Un nouvel espoir13. Un autre exemple notable réside dans la coiffure portée par Léia lors des événements se déroulant sur la planète Bespin (la Cité des nuages) dans L’Empire contre-attaque. Celle-ci se compose de deux tresses pendantes, attachées à l’arrière du crâne par leurs extrémités (fig. 2a). On reconnaît le style d’une tête de statue attribuée à Cléopâtre VII, conservée au British Museum (fig. 2bc).

Fig. 2a – Léia sur Bespin dans L’Empire contre-attaque (Irvin Kershner, Lucasfilm, 1980).

Fig. 2a – Léia sur Bespin dans L’Empire contre-attaque (Irvin Kershner, Lucasfilm, 1980).

Fig. 2b, c – Tête de statue attribuée à Cléopâtre VII. Londres, British Museum, inv. 1879,0712.15.

Fig. 2b, c – Tête de statue attribuée à Cléopâtre VII. Londres, British Museum, inv. 1879,0712.15.
  • 14 Nous nous garderons de toute interprétation quant aux raisons du succès de celle-ci et laisserons (...)
  • 15 Voir le documentaire sur ce fameux costume dans le disque no 8 « Archives Star Wars. Épisodes IV à (...)
  • 16 On touche ici, comme avec la représentation des coiffures pseudo-antiques, à l’iconographie modern (...)

11Puis, au début du Retour du Jedi, lorsque la princesse est réduite à l’état d’esclave, voire d’objet sexuel du terrifiant Jabba le Hutt, elle retrouve une tenue qui marqua des générations de spectateurs14, inspirée de l’Antiquité (fig. 3a). Pour réaliser cet accoutrement, les costumiers furent influencés par une œuvre du dessinateur de science-fiction et d’heroic fantasy Frank Frazetta, intitulée The Egyptian Queen, datant de 196915. Il est intéressant de remonter aux origines de cette illustration puisque Frazetta s’est quant à lui inspiré d’une série de clichés de Marylin Monroe, grimée en Cléopâtre, pour Life Magazine en 1958. La séance photo était elle-même un hommage à l’actrice Theda Bara qui joua le rôle de Cléopâtre (fig. 3b) dans le film de J. Gordon Edwards de 1917, et dont les copies ont brûlé dans un incendie des studios Fox. Ce film a marqué le cinéma américain et a gravé dans l’imaginaire populaire du début du xxe siècle l’image d’une reine égyptienne fatale et sensuelle16.

Fig. 3a – Léia dans son costume d’esclave pour Le Retour du Jedi (Richard Marquand, Lucasfilm, 1983).

Fig. 3a – Léia dans son costume d’esclave pour Le Retour du Jedi (Richard Marquand, Lucasfilm, 1983).

Fig. 3b – Theda Bara dans Cleopatra (J. Gordon Edwards, Fox, 1917).

Fig. 3b – Theda Bara dans Cleopatra (J. Gordon Edwards, Fox, 1917).
  • 17 Tenter de recenser toutes les références à l’Antiquité dans la prélogie relève de la gageure. Nous (...)

12Si Lucas a cherché à donner un caractère antiquisant à la princesse Léia, c’est avant tout parce qu’elle est le symbole d’un système déchu, une sorte d’âge d’or politique pendant lequel l’Empire n’existait pas encore. Dans les films, elle est en effet la seule figure représentant ce système révolu. C’est d’ailleurs sur ces bases antiques que le cadre narratif et l’iconographie de la prélogie ont été construits17. En revanche, au-delà de l’esthétique, c’est surtout à partir de la structure de mythes gréco-romains que les autres épisodes de la trilogie sont fondés.

Œdipe contre-attaque

13Le second épisode reprend en effet la structure narrative du mythe d’Œdipe. La première étape du récit se déroule sur la planète Hoth. Suite à sa confrontation avec le wampa, une créature proche du Yéti, Luke s’effondre dans un désert glacé. À ce moment, le fantôme de son mentor, Obi-Wan Kenobi, apparaît et lui intime l’ordre : « Tu vas aller dans le système Dagobah. Là, tu suivras l’enseignement de Yoda… ». Il s’agit de la première étape fondamentale du récit. Cette référence s’apparente clairement à la figure de l’oracle de Delphes s’adressant à Œdipe. Dans le mythe, Œdipe reçoit l’oracle prédisant qu’il tuera son père et épousera sa mère. Certes, dans notre histoire, Luke n’est pas promis à un destin aussi funeste que son illustre référent antique, néanmoins, la suite du récit semble nous donner raison.

  • 18 L’Épisode IV, pour ceux qui suivent.
  • 19 Sur les références aux philosophies asiatiques antiques dans Star Wars, voir notamment l’entretien (...)

14La rencontre avec Yoda est la seconde étape. Elle est manifestement une évocation de la confrontation entre Œdipe et le Sphinx (fig. 4ab). En effet, Yoda est une créature mystérieuse, qui s’exprime par des phrases énigmatiques. Le maître Jedi renvoie également à des figures plus éloignées de la culture occidentale. C’est dans L’Empire contre-attaque que l’on en apprend un peu plus sur les Jedi et le concept de Force, déjà abordé dans le premier épisode18 : lorsque l’on examine les préceptes d’Obi-Wan et de Yoda, on ne peut pas ignorer les références aux pédagogies de l’Antiquité asiatique qui ont manifestement marqué George Lucas lors de ses études à l’University College of Los Angeles. L’inspiration principale est sans conteste le taoïsme de Lao Tseu19. Dès La Guerre des étoiles, on peut appréhender cette filiation, au moment où Obi-Wan décrit la Force à Luke :

Oui, la Force qui donne au chevalier Jedi son pouvoir. C’est une sorte de fluide créé par tout être vivant, une énergie qui nous entoure et nous pénètre et qui maintient la galaxie en un tout unique.

  • 20 Voir la définition dans l’Encyclopedia Universalis.

15La Force est donc conforme à l’image du Tao, dans lequel réside l’équilibre de l’Univers et qui participe de l’harmonie de toute chose20. L’entraînement que subit Luke est à la fois physique et philosophique, car il doit apprendre à faire corps avec la nature, comme savoir écouter son être intérieur, ainsi que le préconise Lao Tseu. Un certain nombre de citations de Yoda dans L’Empire contre-attaque évoquent des préceptes du sage chinois :

La taille importe peu. Regarde-moi : est-ce par ma taille que tu peux me juger ? Et bien tu ne le dois pas…

Fais-le ou ne le fais pas. Il n’y a pas d’essai.

Un grand guerrier ? Personne par la guerre ne devient grand.

[L’homme saint] ne se vante pas c’est pourquoi il mérite d’être reconnu (Lao Tseu, Tao Te King XXII, 10).

N’envisager que le difficile que par ce qu’il a de facile (Lao Tseu, Tao Te King LXVIII, 6).

  • 21 Voir notamment Trouvé 2014.

L’homme saint n’accumule pas ; il possède d’autant pour lui-même qu’il a agi pour autrui. Il dispose d’autant plus pour lui-même qu’il a donné pour autrui (Lao Tseu, Tao Te King LXXXXI.7‑9)21.

Fig. 4a – Œdipe et le Sphinx. Canthare à figures rouges. Londres, British Museum, inv. 1867,0508.1132.

Fig. 4a – Œdipe et le Sphinx. Canthare à figures rouges. Londres, British Museum, inv. 1867,0508.1132.

Fig. 4b – Luke Skywalker rencontre Yoda dans L’Empire contre-attaque (Irvin Kershner, Lucasfilm, 1980).

Fig. 4b – Luke Skywalker rencontre Yoda dans L’Empire contre-attaque (Irvin Kershner, Lucasfilm, 1980).
  • 22 Que les personnes qui ont passé ces cinq dernières décennies en ermitage et n’ont pas eu le temps (...)
  • 23 Pelisse et Cluzel 1999.
  • 24 Le complexe d’Œdipe est développé par Freud dans sa première topique.

16Ce détour asiatique n’est pas une simple envie de la part de Lucas d’intégrer des références à l’Asie antique ; on perçoit que ces philosophies asiatiques l’ont marqué et influencé. Il propose une réflexion profonde sur les valeurs morales qui peuvent permettre de vaincre des démons intérieurs. Ainsi, l’instruction de Yoda, au-delà de faire de Luke un Jedi, le prépare à affronter Dark Vador. C’est au cours de ce combat que le seigneur Sith lui révèle la terrible vérité, dissimulée par Obi-Wan et Yoda. Si la référence à Œdipe est flagrante, Luke ne tue pas son père et se suicide en se jetant dans le vide22. Dans le Retour du Jedi, alors qu’il a cette fois pris le dessus sur Dark Vador, il ne peut pas se résoudre à tuer son père. Pour certains, cela démontre que Luke est un parangon de l’anti-Œdipe qui résiste à son instinct primaire du parricide23. Mais cette interprétation suppose que Lucas mène une psychanalyse de son propre personnage, à l’aune de ces théories. Or, selon nous, ce qui l’intéresse n’est pas la thématique du complexe d’Œdipe24, mais bel et bien le mythe lui-même ; et il nous semble que Luke est une figure d’Œdipe. Dans ce sens, un passage doit retenir particulièrement l’attention : il s’agit de l’épisode de la grotte du Côté obscur de la Force sur Dagobah, la planète marécageuse. Luke est intrigué par ce lieu et Yoda lui dit :

– Y entrer tu dois.

– Qu’y a-t-il là-dedans ?

– Ce que tu y apporteras.

17À l’intérieur, Luke est victime d’une hallucination : il y voit Dark Vador l’attaquer au sabre laser (fig. 5a). Pensant se défendre de son ennemi juré, celui qui a tué son mentor, Luke esquive et décapite l’assaillant – il ne sait pas alors qu’il est son géniteur –, puis contemple le casque du vilain rouler jusqu’à ses pieds. Soudain, le masque explose dévoilant la face du vaincu : il s’agit du propre visage de Luke (fig. 5b), prophétisant la terrible vérité : s’il tue Dark Vador, il tuera une partie de lui-même – de fait, puisqu’il est destiné à assassiner son père. Cette vision mêle deux phases du mythe d’Œdipe : il s’agit à la fois de l’Oracle révélant au héros son futur parricide, mais également le passage à l’acte, puisque Luke riposte et tue volontairement Dark Vador, sans savoir qu’il est son père. Le suicide au terme du combat réel est à mettre en parallèle avec le moment où, conscient de son crime, Œdipe se crève les yeux. De même, Luke se jette dans le vide comme pour se punir d’avoir nourri autant de haine envers son père – qu’il a terrassé dans sa vision –, ainsi que pour échapper à son destin. C’est grandi par cette expérience qu’il trouve la ressource de ne pas tuer Dark Vador dans Le Retour du Jedi.

Fig. 5a – Luke affrontant la vision de Dark Vador dans la grotte du côté obscur sur Dagobah dans L’Empire contre-attaque (Irvin Kershner, Lucasfilm, 1980).

Fig. 5a – Luke affrontant la vision de Dark Vador dans la grotte du côté obscur sur Dagobah dans L’Empire contre-attaque (Irvin Kershner, Lucasfilm, 1980).

Fig. 5b – Le masque de Dark Vador encore fumant dévoile à Luke son propre visage dans L’Empire contre-attaque (Irvin Kershner, Lucasfilm, 1980).

Fig. 5b – Le masque de Dark Vador encore fumant dévoile à Luke son propre visage dans L’Empire contre-attaque (Irvin Kershner, Lucasfilm, 1980).

Le retour d’Ulysse

  • 25 Homère, Odyssée, Chant VIII.

18Plus que dans Un nouvel espoir, c’est bien dans Le Retour du Jedi que les références à l’épisode du cheval de Troie sont les plus prégnantes25. Cependant, la structure du récit est complexifiée puisqu’il y a une bipartition de la ligne narrative de cet événement indubitablement inspiré de la guerre de Troie. Ainsi, une double duperie, qui n’existe pas dans le mythe antique, est à l’œuvre dans ce dernier épisode de la trilogie.

19Dans un premier temps, ce sont les héros de la rébellion qui, croit-on, trompent l’ennemi en volant une navette de transport de troupes impériale et en utilisant des codes de sécurité achetés au marché noir dans le but d’infiltrer la lune d’Endor. C’est là qu’est installé le générateur de bouclier de la nouvelle Étoile de la Mort, en construction, que l’Alliance cherche à détruire avant son achèvement. Les rebelles emploient ce subterfuge pour permettre à une petite troupe armée d’atterrir sur la Lune, couper le rayon protecteur de la base spatiale et ainsi la rendre vulnérable aux attaques de leur flotte. C’est une première référence nette à Ulysse et ses soldats, dissimulés dans le cheval, qui ouvrent les portes de Troie à la nuit tombée et la laissent à la merci de l’armée des Achéens.

20Le plan ne se déroule pas comme dans la guerre de Troie, puisqu’en définitive, c’est l’Empereur qui s’est joué de l’Alliance : il les a volontairement attirés dans un piège afin de détruire toute la flotte rebelle. Lors de son affrontement psychologique avec Luke, il pavoise en lui révélant que la navette impériale et le code d’accès leur ont été livrés en toute connaissance :

Il faut que tu saches que les renseignements que vous avez eus vous avaient été donnés parce que je l’avais décidé. Tes amis qui ont pu se poser sur la lune sanctuaire vont en réalité tomber dans un piège comme toute ta flotte rebelle. C’est moi qui ai donné l’occasion à l’Alliance de connaître l’emplacement exact du générateur.

21Plus tôt dans l’épisode, l’empereur Palpatine a ordonné à sa propre flotte de se dissimuler derrière Endor en attendant l’attaque des rebelles. La référence à la guerre de Troie est peut-être encore plus marquée à l’aune de ces éléments. Comme Ulysse aux Troyens, Palpatine fait cadeau à l’Alliance de la navette Tydirium. C’est son cheval de Troie. Puis il cache ses vaisseaux de l’autre côté d’Endor comme les Achéens ont dissimulé leurs navires à l’écart de Troie.

  • 26 Virgile, Énéide, livre II.

22Comme pour confirmer cette interprétation, une dernière scène est révélatrice de l’inspiration des scénaristes pour cet épisode. Au terme de son combat contre Dark Vador et Palpatine, Luke s’enfuit de l’Étoile de la Mort prête à exploser ; elle a été frappée en plein cœur par les vaisseaux de l’Alliance. Dans sa fuite, il emmène Anakin (ex-Dark Vador), son père retrouvé, mais blessé mortellement. Il supporte son poids, refusant de l’abandonner aux flammes destructrices et à un sort funeste, ce que ce dernier lui somme pourtant de faire (fig. 6a). Au regard des éléments du récit présentés dans cette dernière partie et du parallèle flagrant avec la guerre de Troie, il est impossible d’ignorer que cette scène est une évocation directe de la fuite d’Énée de Troie avec son père, le vieil Anchise, sur le dos26 (fig. 6b).

23Mais comme avec Œdipe, la composition d’un mythe célèbre est remaniée de manière complètement différente, tout en conservant les ressorts scénaristiques principaux pour en proposer une vision inédite.

Fig. 6a – Luke aidant Dark Vador à fuir l’Étoile de la Mort dans Le Retour du Jedi (Richard Marquand, Lucasfilm, 1983).

Fig. 6a – Luke aidant Dark Vador à fuir l’Étoile de la Mort dans Le Retour du Jedi (Richard Marquand, Lucasfilm, 1983).

Fig. 6b – Énée et Anchise fuyant Troie. Amphore attique à figures noires, dernier quart du vie siècle, New York, Metropolitan Museum of Art (Rogers Fund, 1941), inv. 41.162.171.

Fig. 6b – Énée et Anchise fuyant Troie. Amphore attique à figures noires, dernier quart du vie siècle, New York, Metropolitan Museum of Art (Rogers Fund, 1941), inv. 41.162.171.

Conclusion : Lucas « le meilleur élève de Campbell » ?

  • 27 « Campbell m’a dit que son meilleur étudiant avait été George Lucas ». Interview de Bill Moyers da (...)

24Le journaliste Bill Moyers affirme27 que Joseph Campbell estime George Lucas comme étant son meilleur élève. C’est en tout cas lui qui a poussé les théorèmes de son mentor à leur paroxysme.

  • 28 Pourtant Lévi-Strauss parlait également de « règles de navigation », dans son ouvrage de 1964, qui (...)
  • 29 Campbell 1949.

25Dans Le Héros aux mille et un visages, Campbell pense avoir pu déterminer le cadre commun aux mythes de toutes les cultures du monde et surtout ce qui fait leur popularité à travers le temps et l’espace. Cette vision universaliste pourra peut-être faire sourire les anthropologues28, mais elle a en tout cas le mérite d’avoir donné les clefs du succès à nombre de productions hollywoodiennes. Ce schème est avant tout fondé sur « le chemin des épreuves » (fig. 1) comme le nomme Campbell29 : c’est en quelque sorte le parcours initiatique de tout bon héros qui se respecte. L’intérêt du récit de Lucas est d’avoir reproduit cette structure pour chaque épisode, ainsi que pour l’ensemble de la trilogie.

  • 30 Jullier 2015, p. 109.

26Il a par ailleurs cherché d’innombrables sources d’inspiration dans les mythologies occidentales et orientales, dans la littérature, le cinéma, etc. Dans ce sens, l’expression de Jullier, « le labyrinthe des allusions »30, est particulièrement pertinente. George Lucas et les scénaristes qui l’ont épaulé ont ainsi réalisé le syncrétisme d’une multitude de mythes, duquel on peine à retrouver les origines. Nombre d’éléments scénaristiques et iconographiques empruntent à la mythologie et à l’Histoire antique.

  • 31 Le détail de ces événements, annexes, mais qui occupent une part importante de l’histoire, est dév (...)

27Comme dans l’Odyssée, la structure du récit repose sur toute une série d’événements, qui ne sont pas indispensables à la trame générale de l’aventure ni même à la compréhension de l’histoire31, mais qui orientent le parcours du héros et semblent le mener irrémédiablement vers sa destinée hors du commun. Ces micro-aventures ressemblent à s’y méprendre au chemin des épreuves subies par Ulysse. Ainsi, l’épisode de l’affrontement avec le wampa sur la planète Hoth dans L’Empire contre-attaque évoque le combat entre le héros grec et le cyclope : une créature qui se repaît de chair humaine, conserve ses victimes comme dans un garde-manger et finit estropiée par Ulysse.

  • 32 Là encore, le parallèle avec la maturation de l’esprit humain relevé par Lévi-Strauss permet l’ide (...)
  • 33 De même lorsque Léia étrangle Jabba.

28Ces épisodes ne sont indispensables ni dans l’aventure d’Ulysse, ni dans Star Wars, mais dans les deux cas contribuent à maintenir le spectateur dans une tension narrative permanente et dans l’univers du fantastique. Ils font en outre partie des tracas du héros qui le mènent à la fois au terme de sa quête, ainsi qu’à la maturité32. Nombre d’événements de ce type agrémentent le récit de la trilogie originale et font plus ou moins directement écho à la mythologie antique, principalement gréco-romaine. On peut citer la confrontation au Rancor, le monstre domestique du terrible Jabba le Hutt, dans Le Retour du Jedi, qui rappelle Thésée terrassant le Minotaure33 ; ou encore la créature aquatique du broyeur à ordures de l’Étoile de la Mort dans Un nouvel espoir, qui s’apparente au polype de Pline l’Ancien. Lucas n’a pourtant que très peu évoqué de références précises pour ses inspirations narratives, préférant entretenir le flou quant à ses « modèles », qu’ils soient antiques ou non. Une manière de donner raison à Joseph Campbell, en respectant à la lettre les préceptes de son mentor et en puisant son inspiration dans les principaux mythes qui ont été décryptés par ce dernier. Au regard de tout cela, on ne peut contester que George Lucas s’est révélé, avec la trilogie Star Wars, être en effet le meilleur élève de Joseph Campbell.

Bibliographie

Aknin 2015 : L. Aknin, Star Wars. Une saga, un mythe, Paris, 2015.

Brenders et Ortoli 2015 : P. Brenders, S. Ortoli, « Des chevaliers venus d’Orient. Entretien avec Alexis Lavis », Philosophie magazine, hors-série 27, octobre 2015-janvier 2016, p. 47‑51.

Campbell 1949 : J. Campbell, Le Héros aux mille et un visages, Paris, 2013 [trad. fr. par H. Crès de The Hero with a Thousand Faces, New York, 1949].

Font-Réaulx et Leseur 2015 : D. de Font-Réaulx, Fr. Leseur (dir.), Mythes fondateurs. D’Hercule à Dark Vador (catalogue d’exposition), Paris, 2015.

Djoumi 2005 : R. Djoumi, George Lucas. L’homme derrière le mythe, Genève, 2005.

Kline 1999 : S. Kline (dir.), George Lucas. Interviews, Jackson, 1999.

Hearn 2005 : M. Hearn, Le Cinéma de George Lucas, Paris, 2005 [trad. fr. par A. Marinie et Chr. Monnatte de The Cinema of George Lucas, New York, 2005].

Jullier 2015 : L. Jullier, Star Wars. Anatomie d’une saga, nouv. éd., Paris, 2015.

Labrousse et Shall 2015 : F. Labrousse et Fr. Schall, Star Wars décrypté. De George Lucas à Walt Disney, Paris, 2015.

Lévi-Strauss 1964 : Cl. Lévi-Strauss, Mythologiques. I, Le Cru et le Cuit, Paris, 1964.

Pelisse et Cluzel 1999 : L. Pelisse et S. Cuzel, « La Guerres des Étoiles », dans P. Brunel (dir.), Dictionnaire des mythes d’aujourd’hui, Paris, 1999, p. 330‑341.

La Valette 2015 : Ph. de La Valette, « Leia Organa. La pucelle d’Alderaan », Le Point Hors-série, novembre 2015, p. 64‑71.

Le Point Hors-série novembre 2015 : Aux sources de Star Wars. I, Les Personnages du côté lumineux de la Force, Le Point, hors-série, novembre 2015.

Le Point Hors-série décembre 2015 : Aux sources de Star Wars. II, Les Personnages du côté obscur de la Force, Le Point, hors-série, décembre 2015.

Scanlon 1977 : P. Scanlon, « George Lucas : The Wizard of “Star Wars”», Rolling Stones 246 [en ligne], 1977, http://www.rollingstone.com/movies/news/the-wizard-of-star-wars-20120504?page= 3archive(consulté le 3/10/2017).

Trouvé 2014 : A. Trouvé, Pédagogues de l’Asie. Sept « sages pédagogues » de la Chine et de l’Inde. Confucius, Mencius, Lao Tseu, Tagore, Aurobindo, Krishnamurti, Prajnânpad, Paris, 2014.

 

FILMOGRAPHIE

K. Burns et E. Becker, Star Wars : L’Empire des rêves (Empire of Dreams : The Story of the Star Wars Trilogy), Prometheus Entertainment, Lucasfilm, 2004.

Notes

1 La légende veut que, lors de la première projection privée de Star Wars, seul Steven Spielberg ait décelé le potentiel du film, alors que d’autres grands noms du cinéma, comme Francis Ford Coppola, lui prédisaient un échec commercial cuisant.

2 D’après les chiffres donnés par Labrousse et Schall 2015, p. 273.

3 Interview accordée à P. Scanlon en 1977 pour le magazine Rolling Stone. Note des éditeurs : « J’ai constaté que les gamins d’aujourd’hui n’ont pas l’univers fantasy que nous avions : ils n’ont pas les Westerns, ils n’ont pas les films de pirates, ils n’ont pas tout les feuilletons stupides d’un tel univers, auquel nous aimions croire. Non pas que nous y croyions réellement… »

4 Notamment son ouvrage le plus célèbre The Hero of a Thousand faces, intitulé dans sa version française la plus récente Le Héros aux mille et un visages (Campbell 1949).

5 L’Empire des rêves (2004), à 11 min.

6 C’est ce que L. Jullier (2015) appelle « Le labyrinthe des allusions », p. 109.

7 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal (voir K. Busby, Le Roman de Perceval ou le Conte du Graal. Édition critique d’après tous les manuscrits, Tübingen, 1993).

8 Voir le documentaire L’Empire des rêves (2004).

9 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal (voir n. 7).

10 Aknin 2015, p. 85.

11 530 av. J.‑C. ; Athènes, musée de l’Acropole, inv. 679.

12 Labrousse et Schall 2015, p. 46 évoquent des « rappels de [costumes] de l’Antiquité », mais sans plus de précision. Il faut cependant garder à l’esprit que les références sont toujours multiples et qu’il n’y a pas qu’une seule source d’inspiration dans chacun des éléments de Star Wars. L’une des références pour le costume de Léia, et notamment la coiffure « aux macarons », est celle de la tenue des femmes rebelles mexicaines de la Révolution de 1910‑1920 ; La Valette 2015, p. 68.

13 Il n’existe pas, à notre connaissance, de parallèle dans l’iconographie antique. Pourtant, cette coiffure évoque clairement l’Antiquité.

14 Nous nous garderons de toute interprétation quant aux raisons du succès de celle-ci et laisserons au lecteur se faire sa propre opinion sur la question.

15 Voir le documentaire sur ce fameux costume dans le disque no 8 « Archives Star Wars. Épisodes IV à VI » du coffret Star Wars : L’Intégrale de la saga, 2011.

16 On touche ici, comme avec la représentation des coiffures pseudo-antiques, à l’iconographie moderne et contemporaine de l’Antiquité qui inspire fréquemment les auteurs dans la culture populaire. Dans le cas présent c’est le média et sa fidélité à l’objet antique qui pose question. Ce n’est pas tant la véracité historique de la représentation que l’évocation de l'antique dans l’esprit du public qui intéresse les auteurs.

17 Tenter de recenser toutes les références à l’Antiquité dans la prélogie relève de la gageure. Nous évoquerons simplement l’exemple du Sénat républicain qui au cours du troisième épisode finit par octroyer les pleins pouvoirs au chancelier Palpatine, qui devient empereur. Le modèle de Jules César y est sans équivoque.

18 L’Épisode IV, pour ceux qui suivent.

19 Sur les références aux philosophies asiatiques antiques dans Star Wars, voir notamment l’entretien avec Alexis Lavis, dans Brenders et Ortoli 2015.

20 Voir la définition dans l’Encyclopedia Universalis.

21 Voir notamment Trouvé 2014.

22 Que les personnes qui ont passé ces cinq dernières décennies en ermitage et n’ont pas eu le temps de voir l’Empire contre-attaque depuis leur retour se rassurent : Luke ne meurt pas lors de ce suicide. Loin de nous l’idée de spoiler (gâcher en révélant, note des éditeurs) la fin du film, nous vous laisserons donc découvrir de quelle manière il s’en sort.

23 Pelisse et Cluzel 1999.

24 Le complexe d’Œdipe est développé par Freud dans sa première topique.

25 Homère, Odyssée, Chant VIII.

26 Virgile, Énéide, livre II.

27 « Campbell m’a dit que son meilleur étudiant avait été George Lucas ». Interview de Bill Moyers dans le reportage L’Empire des rêves (2004) à 11 min 33 s.

28 Pourtant Lévi-Strauss parlait également de « règles de navigation », dans son ouvrage de 1964, qui peut s’apparenter au cheminement de l’esprit humain.

29 Campbell 1949.

30 Jullier 2015, p. 109.

31 Le détail de ces événements, annexes, mais qui occupent une part importante de l’histoire, est développé dans Jullier 2015, p. 38‑39.

32 Là encore, le parallèle avec la maturation de l’esprit humain relevé par Lévi-Strauss permet l’identification du spectateur au personnage principal.

33 De même lorsque Léia étrangle Jabba.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Schéma du « chemin des épreuves » selon Campbell 1949.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3377/img-1.png
Fichier image/png, 314k
Titre Fig. 2a – Léia sur Bespin dans L’Empire contre-attaque (Irvin Kershner, Lucasfilm, 1980).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. 2c
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Fig. 3a – Léia dans son costume d’esclave pour Le Retour du Jedi (Richard Marquand, Lucasfilm, 1983).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3377/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 3b – Theda Bara dans Cleopatra (J. Gordon Edwards, Fox, 1917).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3377/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Fig. 4a – Œdipe et le Sphinx. Canthare à figures rouges. Londres, British Museum, inv. 1867,0508.1132.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3377/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 4b – Luke Skywalker rencontre Yoda dans L’Empire contre-attaque (Irvin Kershner, Lucasfilm, 1980).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3377/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 5a – Luke affrontant la vision de Dark Vador dans la grotte du côté obscur sur Dagobah dans L’Empire contre-attaque (Irvin Kershner, Lucasfilm, 1980).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3377/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Fig. 5b – Le masque de Dark Vador encore fumant dévoile à Luke son propre visage dans L’Empire contre-attaque (Irvin Kershner, Lucasfilm, 1980).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3377/img-9.png
Fichier image/png, 1022k
Titre Fig. 6a – Luke aidant Dark Vador à fuir l’Étoile de la Mort dans Le Retour du Jedi (Richard Marquand, Lucasfilm, 1983).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3377/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 793k
Titre Fig. 6b – Énée et Anchise fuyant Troie. Amphore attique à figures noires, dernier quart du vie siècle, New York, Metropolitan Museum of Art (Rogers Fund, 1941), inv. 41.162.171.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3377/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

Université Lyon 2, UMR 5189 – HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée

Acheter