Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antiquipop

 | 
Fabien Bièvre-Perrin
, 
Élise Pampanay

« The Etruscan Horror Picture Show » : les Étrusques dans les films d’horreur. À l’origine de l’image funèbre et inquiétante des Étrusques

Julie Labregère

Résumé

L’antique civilisation étrusque, depuis sa redécouverte à l’époque de la Renaissance, a engendré une riche littérature autour du fameux « mystère étrusque ». La fascination exercée par les images peintes dans les tombes, les figures terrifiantes des dieux et démons de l’au-delà, le mythe de la malédiction s’abattant sur les profanateurs de tombes, a donné lieu à un réemploi de la démonologie étrusque dans un domaine bien précis de la culture populaire contemporaine : le film d’horreur et le giallo italien.

The classic Etruscan civilization, since its rediscovery at the time of the Renaissance, engendered a rich literature around the famous “Etruscan mystery”. The fascination exercised by the images painted in graves, the terrifying figures of the gods and the devils of the afterlife, the myth of the curse coming down on the profaners of graves, gave rise to a re-use of the Etruscan demonology in a very precise domain of the contemporary popular culture: the horror movie and the Italian giallo.

Texte intégral

1Depuis le xixe siècle, un imaginaire empreint de mystère et de fascination s’est développé autour des Étrusques, lié à certains aspects de leur civilisation, en particulier leur rapport avec l’au-delà : le culte des morts, les rites religieux, les pratiques divinatoires. Cette image apparaît d’abord dans la littérature archéologique à l’époque romantique, puis dans la première moitié du xxe siècle chez plusieurs auteurs italiens.

  • 1 À ce propos, voir notamment Buranelli 1991 et Gaultier 2013.
  • 2 Sur la découverte de la tombe Regolini Galassi, voir Sannibale 2012 et la publication plus ancienn (...)

2Les explorations archéologiques intensives en Étrurie méridionale commencent au début du xixe siècle avec la découverte des grandes nécropoles. La famille Campanari de Tuscania et le prince de Canino, Lucien Bonaparte, fouillent les nécropoles de Vulci à partir des années 18201. À Cerveteri, plusieurs tombes importantes sont découvertes vers 1830, en particulier la tombe Regolini Galassi (1836) au mobilier funéraire intact et extraordinairement riche2. Peu après, ce sont les nécropoles de Tarquinia qui deviennent le centre de l’activité archéologique de la région : les tombes sont plus petites mais renferment des fresques qui révèlent au monde les couleurs et les rituels funéraires de l’ancienne Étrurie.

  • 3 Fabrizi 1987.

3Les lieux étrusques sont riches en légendes populaires sur les trésors cachés, comme le labyrinthe de Porsenna à Chiusi3, et les malédictions qui s’abattent sur les profanateurs de tombe. Ces récits prennent parfois appui sur des croyances plus anciennes, mais nombre d’entre eux datent du xixe siècle, époque où les découvertes archéologiques et le commerce d’antiquités créent une véritable « fièvre de l’or » dans la Maremme, une région pauvre et dévastée par la malaria.

  • 4 Weege 1921.
  • 5 Lanzi 1789 et Ducati 1939.
  • 6 Scheffler 1917, p. 81.

4Une théorie se développe entre les xixe et xxe siècles : celle de la continuité ou persistance étrusque dans la Toscane du Moyen Âge et de la Renaissance. Cette idée de la survivance de particularismes et de traditions étrusques en Toscane est défendue par Fritz Weege en 1921 dans Etruskische Malerei4, mais c’est un thème qui était déjà apparu dans la littérature archéologique précédente chez Luigi Lanzi, George Dennis puis Pericle Ducati5. Karl Scheffler reconnaît dans l’art étrusque une sorte de noyau gothique caché, qui n’adopte des Grecs que la forme (Der Geist der Gotik, 1917)6. La redécouverte des Étrusques participe au début du xxe siècle du revival gothique et primitif en Europe, et en Italie de l’affirmation d’une tradition historiographique philo-italique.

5Dans la première moitié du xxe siècle, deux écrivains italiens s’intéressent à l’imaginaire étrusque, profondément lié à des lieux et des paysages chargés de mélancolie et de considérations morbides et inquiétantes : il s’agit de Gabriele D’Annunzio (1863‑1938) et de Curzio Malaparte (1898‑1957).

  • 7 D’Annunzio 1910.
  • 8 Parmi les membres les plus connus de la famille, on peut citer Tommaso Fedra Inghirami (1470‑1516) (...)

6D’Annunzio visite la petite ville toscane de Volterra pour la première fois en 1907, puis y fait un second séjour en 1909, qui lui inspire la rédaction du roman Forse che sì forse che no en 19107. La trame tourne autour du drame amoureux, de la passion, de la cruauté, de la folie et de l’inceste au sein de la famille Inghirami, une des plus anciennes et célèbres de Volterra, dont plusieurs membres s’intéressèrent de près à l’archéologie de leur cité natale8. Le thème étrusque dans le roman apparaît comme une figure mythologique de la condition infernale et rappelle celle de l’enfer de Dante. Certains éléments du roman renvoient explicitement au passé étrusque de Volterra : la visite du Musée archéologique Guarnacci ou de la tombe Inghirami.

  • 9 À propos des textes rédigés lors de ce voyage, voir l’article de Martellini 2009.
  • 10 Traduction : « […] si fine est la croûte de terre qui sépare les morts des vivants dans ce mystéri (...)

7Curzio Malaparte rédige plusieurs récits lors d’un voyage dans la région de la Tuscia : Il dorato sole dell’Inferno etrusco et Paesaggio del Lazio (parus en 1936 dans le journal Il Corriere della Sera), puis Donne tra le tombe/Apollo etrusco/Guardiani di Maremma9. Il raconte notamment son séjour à Tarquinia : les tombes souterraines sont pour l’auteur évocatrices de mort et de maladie. Les paysages sont gris et mélancoliques, empreints d’une terreur funèbre : « […] così sottile è la crosta di terra che divide i morti dai vivi in quel misterioso paese »10.

  • 11 Découverte en 1868, la tombe de l’Ogre (traduction officielle mais inexacte de l’italien « Tomba d (...)
  • 12 « […] sur la rive d’un fleuve obscur et fétide ».

8Sa dernière visite le mène à la tombe de l’Ogre11 (fig. 1). Le tombeau se transforme alors en vision, en rêve. Les divinités étrusques de l’au-delà semblent prendre vie et accompagner le narrateur dans une véritable descente aux Enfers : « […] sulla riva di un fiume oscuro e fetido »12, avant qu’il ne parvienne à s’enfuir hors de la tombe. On assiste à la transfiguration surréaliste de paysages réels, empreints d’une sombre beauté porteuse d’une profonde angoisse de mort et d’abandon.

Fig. 1 – Tombe de l’Ogre II, nécropole de Monterozzi à Tarquinia : fresque représentant le démon Charun (photographie de l’auteur).

Fig. 1 – Tombe de l’Ogre II, nécropole de Monterozzi à Tarquinia : fresque représentant le démon Charun (photographie de l’auteur).

9La fascination pour les fresques étrusques que l’on trouve chez Malaparte, en particulier celles représentant des figures démoniaques et autres divinités infernales, deviendra par la suite un élément récurrent dans le cinéma d’horreur italien des années 1970 et 1980. Mais c’est d’abord dans les productions américaines d’Hollywood que le motif étrusque fera pour la première fois son apparition à l’écran dans des films d’épouvante.

Les Étrusques dans les productions hollywoodiennes

  • 13 Cette légende est créée par les journalistes suite à la mort subite du commanditaire des fouilles, (...)

10Dans les années 1920, le cinéma expressionniste allemand marque l’émergence du genre du film d’horreur ou d’épouvante (Le Cabinet du Dr Caligari, R. Wiene, 1920, Nosferatu le vampire, F. Murnau, 1922). Ce nouveau genre cinématographique fait son apparition à Hollywood quelques années plus tard avec les réalisations de Tod Browning qui marquent le cinéma muet. En 1931, trois films capitaux sont produits par Universal : Frankenstein (James Whale), Dracula (Tod Browning) et Docteur Jekyll and Mister Hyde (Rouben Mamoulian). Ce sont d’immenses succès commerciaux, qui poussent la compagnie à produire d’autres « films de monstres », les « Universal Monsters », dans les années 1930‑1940. Parmi ceux-ci, un des plus célèbres est La Momie (1932), réalisé par Karl Freund. Le scénario s’inspire de la célèbre malédiction de Toutankhamon : cette rumeur naît en 1922, suite aux morts en série mystérieuses des explorateurs qui avaient découvert le tombeau du pharaon13. Plusieurs suites seront produites : La Main de la momie, La Tombe de la momie, La Malédiction de la momie, etc.

11Un film, se présentant comme une variante du même thème, est réalisé en 1958 : Curse of the Faceless man (La Malédiction de l’homme sans visage). Cette fois, le décor de l’action n’est plus l’Égypte ancienne, mais Pompéi. Le corps d’un homme pétrifié dans la cendre est découvert lors de fouilles archéologiques, accompagné de plusieurs objets lui appartenant, notamment une médaille en bronze portant une inscription étrusque. Cette dernière est une malédiction, qui nous permet d’apprendre que l’homme « sans visage » était un gladiateur d’origine étrusque qui désire se venger de Rome après sa mort grâce aux pouvoirs qu’il a obtenus des dieux de ses ancêtres. D’étranges assassinats se produisent dès lors, à chaque fois que quelqu’un se retrouve seul avec l’homme pétrifié.

 

Vidéo YouTube

Bande annonce de The Curse of the Faceless Man

Edward L. Cahn, Robert E. Kent Productions, 1958

 

12L’élément étrusque n’est que suggéré dans le film : aucun élément visuel ne s’y rapporte. L’inscription n’est jamais montrée, seule sa traduction en anglais apparaît à l’écran. Mais l’origine étrusque du terrifiant revenant introduit un élément essentiel du film : le surnaturel. La civilisation étrusque apparaît ici comme profondément religieuse et attachée au culte des ancêtres, et totalement opposée à Rome et à sa politique de conquête. On a l’impression qu’il ne s’agit que d’une transposition de l’imaginaire lié à l’Égypte antique dans le décor pompéien et non d’une véritable évocation de lieux ou de personnages étrusques.

13Ce n’est qu’en 1976 que le cinéma américain intègre de nouveau un élément étrusque dans un film produit afin de concurrencer l’immense succès de L’Exorciste. Il s’agit de The Omen (La Malédiction), réalisé par Richard Donner, avec dans les rôles principaux Gregory Peck et Lee Remick. Une partie de l’histoire se déroule en Italie. La femme d’un diplomate américain à Rome donne naissance à un enfant mort-né, tandis que dans la même clinique, un bébé perd sa mère à la naissance ; le diplomate, Robert Thorn (Gregory Peck) décide alors d’adopter l’enfant sans rien dire à son épouse. Damien grandit et se révèle étrangement maléfique. Il s’agit en réalité de l’incarnation démoniaque de l’Antéchrist. Il a le pouvoir de contrôler les chiens et certains humains qui lui obéissent aveuglément.

14La dimension étrusque n’apparaît que lors d’une seule scène, mais c’est la scène la plus terrifiante et cruciale de tout le film. À la recherche des véritables origines de Damien, Thorn, suite aux révélations étranges d’un moine mourant, parvient au cimetière de Cerveteri accompagné de Jennings, un photographe. Le décor reprend des éléments gothiques comme la nuit, le vent, les grilles en fer rouillé clôturant le cimetière, la végétation envahissante. Des pierres tombales modernes sont curieusement disposées au centre d’un paysage de tumulus étrusques. Une des tombes est celle de la mère de Damien et contient le squelette d’un chacal, l’autre renferme le corps du véritable fils du diplomate. Au moment où les deux hommes font ces macabres découvertes, des chiens, cachés dans les tumulus, les attaquent sauvagement.

  • 14 À propos du rituel ou « jeu de Phersu » voir en particulier ces deux articles : Emmanuel-Rebuffat (...)

15Le film reprend ici une thématique que l’on trouvait déjà chez D’Annunzio ou Malaparte : la nécropole étrusque est une métaphore de la descente aux Enfers, mais aussi le lieu où les forces mystérieuses de l’au-delà sont perceptibles aux vivants. La présence des chiens évoque une scène de la tombe des Augures représentant le « jeu de Phersu » : une sorte de rituel sanglant où un molosse attaque un prisonnier à la tête encapuchonnée14. Le chien est un passeur vers l’au-delà, mais incarne aussi dans The Omen l’animalité et le paganisme.

Les Étrusques dans les gialli italiens

  • 15 Pour aller plus loin sur les rapports entre culture populaire et légendes modernes dans le giallo (...)

16Il faut attendre 1972 pour que les Étrusques soient mis à l’honneur pour la première fois dans un thriller italien : L’Etrusco uccide ancora (L’Étrusque tue encore) réalisé par Armando Crispino. Le genre du giallo connaît son heure de gloire en Italie entre les années 1960 et 1980 : il se trouve à la frontière entre film policier, film d’horreur et film érotique, en s’inspirant de modèles américains15. En Italie, les éditions Mondadori ont choisi la couleur jaune (giallo en italien) pour la couverture des romans policiers. À la fin des années 1960 et pendant les années 1970, l’Italie traverse une période d’instabilité politique et de violence quotidienne que l’on appellera les « années de plomb ». C’est dans ce contexte violent que le giallo fait son apparition sur les écrans de cinéma, en 1963, avec La Fille qui en savait trop de Mario Bava, dont le titre rend hommage à Alfred Hitchcock. Le scénario de L’Etrusco uccide ancora joue sur des éléments à la fois propres au genre du giallo mais aussi à l’imaginaire qui entoure la civilisation étrusque : la violence rituelle et l’érotisme.

 

Vidéo YouTube

Bande annonce de L’Etrusco uccide ancora (The dead are alive)

Armando Crispino, Inex Film, 1972

 

  • 16 La technique utilisée consiste, après une perforation d’une dizaine de centimètres de diamètre du (...)
  • 17 Parmi les plus importantes découvertes de tombes peintes de la décennie, on peut citer : la tombe (...)

17La découverte quelques années auparavant de nombreuses fresques étrusques à Tarquinia grâce à l’invention du périscope Nistri mis en œuvre par la fondation Carlo Maurilio Lerici (ingénieur milanais)16, est le point de départ du film, dont la première scène montre le travail des étruscologues à la recherche de tombes intactes dans le sous-sol de Tarquinia. Sept années d’exploration grâce à cette nouvelle technique permettront de découvrir six mille tombes dont seulement une vingtaine à fresques bien conservées17.

18Le personnage principal du film est Jason Porter, un archéologue américain, qui découvre à Tarquinia, dans la propriété de son ami Nikos Samarakis, une tombe étrusque peinte dont les fresques représentent une scène de sacrifice humain, un couple, en l’honneur de la divinité Tuchulcha. La sonde utilisée par Porter afin de photographier les peintures dans la tombe est dérobée et utilisée comme l’arme d’un crime sanglant : un jeune couple est assassiné à l’intérieur d’une autre tombe dans la nécropole de Tarquinia. D’autres meurtres ont lieu ensuite à Spolète, où séjournent Samarakis et sa famille, présentant tous les mêmes similitudes avec le sujet des fresques étrusques découvertes par Porter. Le mystérieux assassin procède toujours de la même façon : il utilise un bâton pour tuer ses victimes après avoir diffusé le Requiem de Verdi et chausse les victimes féminines d’une paire d’escarpins rouges. Avant chacun des meurtres, apparaît à l’écran, accompagné de la musique angoissante de Riz Ortolani, un gros plan sur la peinture représentant le visage de Tuchulcha (fig. 2). Le commissaire Giuranna mène l’enquête et dresse une liste de plusieurs suspects, qui s’avèrent finalement innocents. Cependant, la fin du film ne livre aucune clef pour identifier l’assassin et laisse planer des éléments fantastiques non résolus.

Fig. 2 – Affiche de L’Etrusco uccide ancora (Armando Crispino, Inex Film, 1972).

Fig. 2 – Affiche de L’Etrusco uccide ancora (Armando Crispino, Inex Film, 1972).

19L’originalité du film réside dans le contexte de l’histoire et les lieux de tournage qui ajoutent une dimension macabre et inquiétante à la narration. Le contexte archéologique étrusque n’est pas un élément secondaire mais constitue le cœur même de l’histoire et de la tension narrative. Tourné en partie dans les nécropoles de Tarquina et Cerveteri, les décors du film utilisent à la fois l’aspect monumental et labyrinthique des grands tumulus de Caere et l’imagerie démoniaque présente dans les fresques étrusques de Monterozzi à Tarquinia pour recréer des tombes où se trouvent à la fois des peintures, des bas-reliefs, des sarcophages, des sculptures ou des vases, toutes ces images étant plus ou moins connues du grand public et permettant de créer une véritable ambiance « étrusque » qui touche le spectateur (fig. 3).

Fig. 3 – Décors étrusques dans L’Etrusco uccide ancora (Armando Crispino, Inex Film, 1972).

Fig. 3 – Décors étrusques dans L’Etrusco uccide ancora (Armando Crispino, Inex Film, 1972).
  • 18 Sur la figure de Tuchulcha et des autres démons et divinités étrusques, voir Jannot 1998 ainsi que (...)

20La représentation de Tuchulcha dans le film s’inspire de plusieurs fresques étrusques de Tarquinia. Son aspect menaçant est cependant une invention du film : les démons étrusques comme Charun, Vanth ou Tuchulcha peuvent avoir une apparence monstrueuse, bec et serres de rapace, chevelure de serpents, peau bleue, mais ne sont jamais menaçants envers les humains qu’ils accompagnent. Ces divinités aux noms et aux aspects variables nous sont mal connues en l’absence de témoignages littéraires, mais leur rôle psychopompe est évident dans l’iconographie étrusque (fig. 4). Incarnant la mort, elles arborent des attributs effrayants, mais semblent plutôt protéger le défunt qu’elles accompagnent des dangers, en le guettant dans son chemin vers le monde de l’au-delà, et l’aider à en traverser les différentes étapes (symbole de la porte très présent dans l’iconographie étrusque)18.

Fig. 4 – Tombe des Anina, nécropole Scataglini à Tarquinia : Charun (fin iiie siècle av. J.‑C.) [photographie de l’auteur].

Fig. 4 – Tombe des Anina, nécropole Scataglini à Tarquinia : Charun (fin iiie siècle av. J.‑C.) [photographie de l’auteur].

21En 1974, la télévision publique italienne utilise à son tour l’imaginaire mystérieux et funèbre lié aux Étrusques dans une production de la RAI, Ritratto di donna velata (Portrait de femme voilée). Réalisé en 1974, le film, divisé en cinq épisodes d’environ une heure, est diffusé seulement à la fin de l’année 1975. Le film avait en effet été « mis au placard » pendant une année, car les dirigeants de la RAI avaient jugé le sujet trop pointu pour le grand public. Mais ils changent d’avis suite au succès remporté en 1975 par la jeune actrice Daria Nicolodi dans Profondo Rosso, de Dario Argento, et qui tient également le premier rôle dans Ritratto di donna velata (Portrait de femme voilée). Tourné en noir et blanc, le film joue sur une atmosphère angoissante et mélancolique. L’action se déroule essentiellement à Volterra, dans la villa du comte Certaldo. Cette riche famille est marquée par la folie, l’inceste et surtout des meurtres inexpliqués, tout comme la famille Inghirami dans le roman Forse che sì forse che no de Gabriele D’Annunzio. Volterra, nimbée de brume ou battue par le vent, apparaît, comme chez le romancier, comme la métaphore d’une folie et d’une mélancolie profondément liées aux origines étrusques. Le générique de début a comme image de fond l’étrange statuette de bronze étrusque nommée « Ombra della Sera » et conservée au musée Guarnacci de Volterra (fig. 5).

Fig. 5 – Statuette étrusque connue sous le nom de l’Ombra della sera, générique de début de Ritratto di donna velata (Flaminio Bollini, Programma Nazionale, 1974).

Fig. 5 – Statuette étrusque connue sous le nom de l’Ombra della sera, générique de début de Ritratto di donna velata (Flaminio Bollini, Programma Nazionale, 1974).

22La présence des anciens Étrusques n’est évoquée qu’en filigrane tout le long du film (une archéologue travaille pour les Certaldo), mais la scène finale, surréaliste et dramatique, se déroule dans les profondeurs d’une tombe étrusque où l’héroïne, comme en transe, s’enfonce avant d’être engloutie sous des gravats par un glissement de terrain (fig. 6). L’intrusion dans le monde des défunts apparaît, comme chez d’Annunzio et Malaparte, comme une véritable descente aux Enfers. Cette fin dramatique est liée à un autre thème récurrent dans l’image des Étrusques : celui de la malédiction. La légende d’une ancienne prophétie frappe la famille des Certaldo ; un trésor serait caché dans les entrailles de la terre et gardé par des esprits étrusques. C’est une urne funéraire qui révélera les informations nécessaires à la découverte du passage souterrain secret vers les trésors antiques : statues, vases et bijoux en or seront ensevelis ensuite pour toujours, ainsi que leurs profanateurs.

Fig. 6 – Ritratto di donna velata (Flaminio Bollini, Programma Nazionale, 1974) : l’héroïne disparaît dans l’effondrement d’une tombe étrusque de Volterra.

Fig. 6 – Ritratto di donna velata (Flaminio Bollini, Programma Nazionale, 1974) : l’héroïne disparaît dans l’effondrement d’une tombe étrusque de Volterra.

23Suite au succès remporté par L’Etrusco uccide ancora auprès du public, plusieurs films d’horreur de série Z vont jouer sur cette mode étrusque dans le « gore » italien du début des années 1980. Le Notti del terrore (Le Manoir de la terreur), réalisé par Andrea Bianchi en 1981, est connu comme l’un des pires films d’horreur du cinéma de tous les temps : le scénario comme les acteurs sont à peu près inexistants (fig. 7). Le seul but du film est d’enchaîner des scènes d’horreur particulièrement sanglantes et des scènes de sexe très explicites : le début des années 1980 voit l’apogée de cette sous-catégorie du cinéma d’horreur, le gore, en particulier en Italie. L’histoire est assez simple : trois couples sont invités à passer la nuit chez un riche industriel. Non loin du manoir, un archéologue trop curieux réveille une légion de morts-vivants affamés (fig. 8). Les zombies étrusques sèment la terreur dans la propriété durant une nuit de cauchemar. Les décors censés rappeler le monde étrusque sont totalement ridicules et apparaissent comme un bric‑à-brac de vestiges de goût vaguement romain. La scène où l’un des personnages contemple un crâne étrusque à la manière d’Hamlet est presque hilarante, tout comme d’autres scènes du même acabit.

Fig. 7 – Affiche de Le Notti del Terrore (Andrea Bianchi, NeoPublishing, 1981).

Fig. 7 – Affiche de Le Notti del Terrore (Andrea Bianchi, NeoPublishing, 1981).

Fig. 8 – Zombie étrusque dans Le Notti del Terrore (Andrea Bianchi, NeoPublishing, 1981).

Fig. 8 – Zombie étrusque dans Le Notti del Terrore (Andrea Bianchi, NeoPublishing, 1981).

24Assassinio al cimitero etrusco (Crime au cimetière étrusque), réalisé par Sergio Martino en 1982, joue également sur le fantastique et la terreur qu’inspirent les nécropoles et démons étrusques (fig. 9). Tout comme Le Notti del terrore, il s’agit là d’un film de piètre qualité, même si le réalisateur tente de privilégier une approche vaguement psychologique aux seuls effets visuels sanglants et terrifiants. Le scénario rappelle celui de L’Etrusco uccide ancora, mais en ce qui concerne la tension dramatique et la psychologie des personnages, il lui est bien inférieur. Ethnologue réputé et spécialiste de la civilisation étrusque, Arthur Blanc explore des grottes en Italie et découvre un tombeau étrusque parfaitement conservé. À la suite de cette découverte et alors même que sa femme se met à entendre une voix mystérieuse, les morts s’enchaînent avec toujours plus de sauvagerie. Les décors grandioses de l’intérieur de la nécropole transportent le spectateur dans un univers qui a peu en commun avec les véritables tombes étrusques. On y trouve des statues gigantesques et d’étranges labyrinthes, mais aussi des peintures imitant des fresques étrusques de Tarquinia. Les visions de la veuve de l’archéologue sont en rapport avec une mystérieuse divinité étrusque. La scène d’ouverture du film est d’ailleurs un de ses rêves, une sorte de flash-back vers l’époque antique, où l’on assiste au sacrifice de jeunes gens au son de mystérieuses paroles prononcées par un prêtre (une liste de mots véritablement étrusques, certes, mais mis bout à bout sans logique). L’élément surnaturel est assez bien traité, mais malheureusement d’autres éléments du scénario, comme l’histoire de trafiquants de drogue cachant leur butin dans la nécropole, sont plus loufoques qu’effrayants.

Fig. 9 – Affiche d’Assassinio al cimitero etrusco (Christian Plummer, Medusa Distribuzione S.r.l., 1982).

Fig. 9 – Affiche d’Assassinio al cimitero etrusco (Christian Plummer, Medusa Distribuzione S.r.l., 1982).

Le motif étrusque chez deux maîtres du film d’horreur italien : Pupi Avati et Dario Argento

Zeder, 1983

  • 19 Manoni et Trafeli 1984.
  • 20 Exposition Nannetti « colonel astral » à la Collection de l’art brut de Lausanne du 13 mai au 30 o (...)

25Ce film n’est plus dans la veine du gore ni du giallo, mais se présente comme un véritable film fantastique teinté d’horreur, au scénario original et à l’ambiance anxiogène. Les Étrusques ne sont pas centraux dans le film, mais sont étroitement liés à l’idée des « terrains K ». Stefano, un jeune journaliste, après avoir acheté une vieille machine à écrire, s’aperçoit qu’elle renferme en elle la vie du scientifique Paolo Zeder. Stefano va alors plonger dans l’existence de cet individu qui avait découvert dans les années 1950 que certains lieux chargés d’une énergie bien particulière, les « terrains K », conféraient aux morts qui y étaient ensevelis le pouvoir de revenir à la vie. C’est notamment le cas de la nécropole de Spina : en réalité, la scène est filmée à Marzabotto, un autre site étrusque près de Bologne (fig. 10). La colonie de vacances abandonnée où se déroule une partie de l’histoire évoque un autre lieu abandonné et devenu célèbre au début des années 1980 : l’hôpital psychiatrique de Volterra, définitivement fermé en 1978. Un des patients qui y fut interné durant de longues années y grava d’innombrables signes graphiques de son invention, en partie inspirés des caractères de la langue étrusque. Il s’agit d’Oreste Nannetti, dit NOF4, dont l’œuvre a été sauvée grâce à l’intérêt d’un infirmier et d’un photographe19. NOF4 est depuis considéré comme un des artistes les plus importants de l’art brut italien, et une grande rétrospective de son œuvre a eu lieu au musée de Lausanne en 201120. On ne peut affirmer que Pupi Avati s’est inspiré de Volterra pour son film, mais on peut noter que l’allusion aux nécropoles étrusques, au centre de vacances abandonné et à la folie sont des thèmes évoquant la Volterra ténébreuse de Gabriele D’Annunzio ou de Ritratto di donna velata.

Fig. 10 – Scène de Zeder (Pupi Avati, A.M.A. FILM, 1983) tournée dans la nécropole de Marzabotto.

Fig. 10 – Scène de Zeder (Pupi Avati, A.M.A. FILM, 1983) tournée dans la nécropole de Marzabotto.

Le Syndrome de Stendhal, 1996

26Un des maîtres du cinéma d’horreur italien est bien évidemment Dario Argento. Il n’a jamais utilisé l’Antiquité étrusque comme thème central dans ses films, plus psychologiques que fantastiques. Mais il est intéressant de noter l’angoisse qui se dégage d’une brève scène tournée au Musée étrusque de la villa Giulia à Rome dans La Sindrome di Stendhal (Le Syndrome de Stendhal), film de 1996. L’héroïne, incarnée par Asia Argento, la fille du réalisateur, est une jeune enquêtrice de la police, sujette à d’étranges crises d’hallucinations face aux œuvres d’art (d’où le titre du film). Victime d’un serial killer, elle devient elle-même de plus en plus violente envers ses proches, bien qu’elle ne conserve aucun souvenir de ces crises d’agressivité. Lors d’un séjour à Viterbe, sa ville natale, une vision la ramène à son enfance, lorsqu’elle visitait le Musée étrusque de Rome en compagnie de sa mère, décédée peu après. Elle revoit la transe qui l’avait saisie devant le Sarcophage des Époux, la première d’une longue série (fig. 11). Le contraste entre le sourire des sculptures et la dimension funèbre de l’objet, un sarcophage, évoque l’irruption au sein du bonheur insouciant de l’enfance de l’épreuve violente et douloureuse de la mort de la mère, le tout premier des traumatismes psychologiques de l’héroïne. Un élément plus terrifiant est amené lorsque la caméra s’arrête sur une antéfixe du temple du Portonaccio (Véies) représentant le masque grimaçant et menaçant de la Gorgone. Dario Argento utilise ici l’élément étrusque avec subtilité, en parvenant à créer une forte émotion teintée de nostalgie et de mystère autour du Sarcophage des Époux.

Fig. 11 – Scène de La Sindrome di Stendhal (Dario Argento, Medusa Film, 1995) tournée au Musée étrusque de la villa Giulia à Rome (ici devant le Sarcophage des Époux).

Fig. 11 – Scène de La Sindrome di Stendhal (Dario Argento, Medusa Film, 1995) tournée au Musée étrusque de la villa Giulia à Rome (ici devant le Sarcophage des Époux).

Conclusion

  • 21 Certains films qui auraient pu entrer dans le cadre de cet article ont volontairement été laissés (...)

27Ce survol des films d’horreur ou d’angoisse réinterprétant l’Antiquité étrusque permet de dresser un bilan intéressant21. Tout d’abord, nous pouvons remarquer qu’il existe une remarquable continuité entre certaines images nées dans la littérature et celles créées par le cinéma italien : c’est le cas notamment pour Volterra, une cité auréolée d’un mystère et d’une mélancolie touchant à la folie et au surnaturel, profondément liée à son passé étrusque, évoquant le rapport à l’au-delà et au temps qui passe. Il faut noter que dans presque tous les films que nous avons évoqués, les personnages se retrouvent à un moment donné dans une nécropole étrusque. Chaque réalisateur recrée le monde funéraire étrusque à sa manière, avec plus ou moins de réalisme, mais l’on peut observer certains points communs : un monde souterrain et la présence d’images fortement évocatrices comme des peintures, des statues ou des sarcophages, jouant le rôle de gardiens symboliques. L’immersion dans la nécropole ou dans une tombe est une métaphore d’une descente aux Enfers, du contact avec des forces mystérieuses ou maléfiques. Un autre élément récurrent est le lien entre visions, hallucinations, rêves, et passé étrusque. Dans chacun des films, un des personnages est assailli par ces messages venus de l’au-delà, ou bien est victime d’une malédiction ancestrale. Enfin, un dernier point commun, inspiré des fresques de Tarquinia, est la dimension à la fois érotique et macabre de la vision des Étrusques et de leur religion : en particulier le sacrifice de jeunes couples en l’honneur d’une divinité.

  • 22 Le Vergini di Roma (1961) ou Il Colosso di Roma – Muzio Scevola (1964).

28De ce tableau rapidement brossé naît une observation évidente : l’image des Étrusques dans le cinéma, et en particulier dans les films d’horreur, se rapproche tout à fait de celle de l’Égypte ou de l’Orient ancien. Cependant, le choix de l’Étrurie amène les réalisateurs italiens à tourner dans des lieux souvent bien connus du public, dans des nécropoles étrusques ou des villes d’Italie centrale. Cela permet à la fois de réduire le budget mais aussi de renforcer l’angoisse chez les spectateurs, en accentuant le caractère fantastique et mystérieux de sites archéologiques voisins. Il faut noter que les Étrusques n’apparaissent au cinéma que dans des films d’horreur, ou presque ; le péplum italien a bien tenté dans les années 1960 de les faire apparaître dans certaines productions22, mais s’est finalement heurté à de sérieux obstacles sur la connaissance de la civilisation étrusque, au manque de sources et de personnages historiques célèbres. On pourrait imaginer aujourd’hui, grâce aux avancées de la recherche, qu’un cinéaste puisse consacrer un film historique aux Étrusques, comme c’est le cas pour de nombreux romans : mais il semble que leur image mystérieuse et funèbre leur colle à la peau et que nul ne s’aventure à porter à l’écran d’autres aspects de leur civilisation.

Bibliographie

Buranelli 1991 : Fr. Buranelli, Gli scavi a Vulci della società Vincenzo Campanari – Governo pontificio (18351837), Rome, 1991.

Capt et al. 2011 : V. Capt et L. Peiry (dir.) , Nannetti, Gollion/Lausanne, 2011.

D’Annunzio 1910 : G. D’Annunzio, Forse che sì forse che no, Milan, 1910.

Dennis 1848 : G. Dennis, Cities and Cemeteries of Etruria, Londres, 1848.

Ducati 1939 : P. Ducati, Voci di Etruria, Bologne, 1939.

Emmanuel-Rebuffat 1983 : D. Emmanuel-Rebuffat, « Le jeu du Phersu à Tarquinia : nouvelle interprétation », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 127/3, 1983, p. 421‑438

Fabrizi 1987 : Fr. Fabrizi, Chiusi. Il labirinto di Porsenna. Leggenda e realtà, Cortone, 1987.

Gaultier 2013 : Fr. Gaultier, « La redécouverte de Cerveteri au xixe siècle » dans Les Étrusques et la Méditerranée, la cité de Cerveteri, catalogue d’exposition (Louvre-Lens, 5 décembre 2013-10 mars 2014), Paris, 2013, p. 24-28

Gaultier et Briquel 1997 : Fr. Gaultier et D. Briquel (dir.), Les Plus Religieux des hommes. État de la recherche sur la religion étrusque, actes du colloque international, Galeries nationales du Grand Palais (17‑19 novembre 1992), Paris, 1997.

Jannot 1993 : J.‑R. Jannot, « Phersu Phersuna, Persona. À propos du masque étrusque », dans Spectacles sportifs et scéniques dans le monde étrusco-italique. Actes de la table ronde. Rome, 34 mai 1991, Rome, 1993, p. 281‑320.

Jannot 1998 : J.‑R. Jannot, Dieux, démons et devins. Regards sur la religion de l’Étrurie antique, Paris, 1998.

Koven 2006 : M. J. Koven, La Dolce Morte. Vernacular Cinema and the Italian Giallo Film, New York, 2006.

Koven 2014 : M. J. Koven, « The Giallo, and the Spaghetti Nightmare Film » dans P. Bondanella (éd.), The Italian Cinema Book, Londres, 2014, p. 203‑210.

Lanzi 1789 : L. Lanzi, Saggio di lingua etrusca e di altre antiche d’Italia, Rome, 1789.

Lerici 1959 : C. M. Lerici, Prospezioni archeologiche a Tarquinia. La necropoli delle tombe dipinte, Milan, 1959.

Manoni et Trafeli 1984 : P. Manoni et M. Trafeli (dir.), NOF4, Il libro della vita, Pise, 1984.

Martellini 2009 : L. Martellini, « Viaggio e paesaggio : “luoghi” malapartiani di morte », dans E. Candela (dir.), Studi sulla letteratura italiana della modernità. Per Angelo R. Pupino, Naples, 2009, p. 111‑127.

Pareti 1947 : L. Pareti, La Tomba Regolini-Galassi del Museo gregoriano etrusco e la civiltà dell’Italia centrale nel sec. VII A. C., Cité du Vatican, 1947.

Sannibale 2012 : M. Sannibale, « La Principessa Etrusca della Tomba Regolini Galassi », dans N. Ch. Stampolidis (dir.), Principesse del Mediterraneo all’alba della Storia, catalogue d’exposition (Athènes, Museum of Cycladic Art, 2012), Athènes, 2012, p. 306‑321.

Scheffler 1917 : K. Scheffler, Der Geist der Gotik, Leipzig, 1917.

Weege 1921 : Fr. Weege, Etruskische Malerei, Halle, 1921.

Notes

1 À ce propos, voir notamment Buranelli 1991 et Gaultier 2013.

2 Sur la découverte de la tombe Regolini Galassi, voir Sannibale 2012 et la publication plus ancienne mais très complète de Pareti 1947.

3 Fabrizi 1987.

4 Weege 1921.

5 Lanzi 1789 et Ducati 1939.

6 Scheffler 1917, p. 81.

7 D’Annunzio 1910.

8 Parmi les membres les plus connus de la famille, on peut citer Tommaso Fedra Inghirami (1470‑1516), humaniste et écrivain à la cour pontificale de Léon X, dont Raphaël réalisa le célèbre portrait en 1509. Curzio Inghirami (1614‑1655) fut un faussaire qui défraya la chronique et souleva de vifs débats à la cour du Grand Duché de Toscane en prétendant avoir découvert d’anciens fragments de textes étrusques dans d’étranges capsules enterrées qu’il nomma « scarith », faux de son invention mais qui témoignent de ses connaissances et de sa passion pour la civilisation étrusque. Francesco Inghirami (1772‑1846), enfin, fut un étruscologue, graveur et dessinateur de renom qui fonda l’atelier de gravure Poligrafia fiesolana près de Florence.

9 À propos des textes rédigés lors de ce voyage, voir l’article de Martellini 2009.

10 Traduction : « […] si fine est la croûte de terre qui sépare les morts des vivants dans ce mystérieux pays ».

11 Découverte en 1868, la tombe de l’Ogre (traduction officielle mais inexacte de l’italien « Tomba dell’Orco », l’Orco renvoyant à l’Orcus, l’enfer des anciens Romains) comporte deux grandes chambres funéraires décorées de fresques datant des ive-iiie siècles av. J.‑C. et représentant des scènes mythologiques liées au voyage des défunts vers l’au-delà.

12 « […] sur la rive d’un fleuve obscur et fétide ».

13 Cette légende est créée par les journalistes suite à la mort subite du commanditaire des fouilles, Lord Carnarvon, en mars 1923. Les médecins concluent à une septicémie foudroyante provoquée par l’infection d’une piqûre de moustique au visage. Mais dès l’ouverture du tombeau en novembre 1922, les ouvriers locaux évoquaient de mauvais présages suite à la mort du canari de Howard Carter, avalé par un cobra, « le serpent des pharaons », qui s’était glissé dans sa cage quelques jours auparavant ; les journalistes, au courant de la mort curieuse du canari, voient en Lord Carnarvon la première victime d’une malédiction. En douze ans, ils dressent une liste de vingt-sept personnes proches de l’expédition, mortes de causes suspectes pouvant être mises en rapport avec la découverte du tombeau.

14 À propos du rituel ou « jeu de Phersu » voir en particulier ces deux articles : Emmanuel-Rebuffat 1983, p. 421‑438 et Jannot 1993.

15 Pour aller plus loin sur les rapports entre culture populaire et légendes modernes dans le giallo italien, voir les publications de Koven 2006 et Koven 2014, p. 203‑210.

16 La technique utilisée consiste, après une perforation d’une dizaine de centimètres de diamètre du plafond de la tombe supposée, en l’introduction d’un périscope optique, équipé d’un éclairage, auquel peut être substitué un appareil photographique. La rotation du tube permet de prendre plusieurs clichés reconstituant la vue panoramique de la tombe investie. Le 6 juillet 1958, la première tombe qui révèle des fresques est celle dite « tombe du Navire ». Voir Lerici 1959.

17 Parmi les plus importantes découvertes de tombes peintes de la décennie, on peut citer : la tombe des Olympiades (1958), la tombe Cardarelli (1959), la tombe des Charons (1960), la tombe de la Fustigation (1960), la tombe des Jongleurs (1961), la tombe du Guerrier (1961), la tombe de la Fleur de Lotus (1962), la tombe des Chasseurs (1962), la tombe des Anina (1967).

18 Sur la figure de Tuchulcha et des autres démons et divinités étrusques, voir Jannot 1998 ainsi que Gaultier et Briquel 1997.

19 Manoni et Trafeli 1984.

20 Exposition Nannetti « colonel astral » à la Collection de l’art brut de Lausanne du 13 mai au 30 octobre 2011. Catalogue de l’exposition, voir Capt 2011.

21 Certains films qui auraient pu entrer dans le cadre de cet article ont volontairement été laissés de côté, par manque de temps, de documentation ou parce qu’ils n’apportaient que peu d’éléments nouveaux au sujet : La Maschera Etrusca de Ted Nicolau (2007) ou Ossidiana de Marcello Felici (1992).

22 Le Vergini di Roma (1961) ou Il Colosso di Roma – Muzio Scevola (1964).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Tombe de l’Ogre II, nécropole de Monterozzi à Tarquinia : fresque représentant le démon Charun (photographie de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3374/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 961k
Titre Fig. 2 – Affiche de L’Etrusco uccide ancora (Armando Crispino, Inex Film, 1972).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3374/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 3 – Décors étrusques dans L’Etrusco uccide ancora (Armando Crispino, Inex Film, 1972).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3374/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Fig. 4 – Tombe des Anina, nécropole Scataglini à Tarquinia : Charun (fin iiie siècle av. J.‑C.) [photographie de l’auteur].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3374/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1023k
Titre Fig. 5 – Statuette étrusque connue sous le nom de l’Ombra della sera, générique de début de Ritratto di donna velata (Flaminio Bollini, Programma Nazionale, 1974).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3374/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 6 – Ritratto di donna velata (Flaminio Bollini, Programma Nazionale, 1974) : l’héroïne disparaît dans l’effondrement d’une tombe étrusque de Volterra.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3374/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 7 – Affiche de Le Notti del Terrore (Andrea Bianchi, NeoPublishing, 1981).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3374/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Fig. 8 – Zombie étrusque dans Le Notti del Terrore (Andrea Bianchi, NeoPublishing, 1981).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3374/img-8.png
Fichier image/png, 1014k
Titre Fig. 9 – Affiche d’Assassinio al cimitero etrusco (Christian Plummer, Medusa Distribuzione S.r.l., 1982).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3374/img-9.JPG
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Fig. 10 – Scène de Zeder (Pupi Avati, A.M.A. FILM, 1983) tournée dans la nécropole de Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3374/img-10.png
Fichier image/png, 551k
Titre Fig. 11 – Scène de La Sindrome di Stendhal (Dario Argento, Medusa Film, 1995) tournée au Musée étrusque de la villa Giulia à Rome (ici devant le Sarcophage des Époux).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3374/img-11.png
Fichier image/png, 997k

Auteur

Université de Tours, EA 6298 – CeTHiS