Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antiquipop

 | 
Fabien Bièvre-Perrin
, 
Élise Pampanay

Divas pop, reines et déesses antiques : la référence à l’Antiquité dans la pop music des années 2000

Fabien Bièvre-Perrin

Résumé

La culture visuelle qui entoure la pop music des années 2000 fait fréquemment référence à l’Antiquité classique, notamment pour la promotion des artistes féminines. Ce phénomène s’inscrit‑il dans la post-modernité et la pratique des citations décontextualisées ou dans un processus plus complexe ? Cet article s’attache à identifier les stéréotypes de la femme antique dans la culture populaire contemporaine et leur utilisation dans le milieu de la musique populaire récente.

Visual culture surrounding the 2000’s pop music frequently refers to classical Antiquity, especially for the promotion of female artists. Does this phenomenon fit into post-modernity and the practice of decontextualized quotations or into a more complex process ? This article aims to identify the stereotypes of ancient woman in contemporary popular culture, and their use in the middle of the recent popular music.

Entrées d'index

Mots clés :

corps, femme, musique pop, stéréotype

Keywords :

body, pop music, woman, stereotype

Texte intégral

Make me your Aphrodite
Make me your one and only
But don’t make me your enemy

Katy Perry, Dark Horse, Prism (2013).

1Dès la naissance de leur nation, les Américains se sont approprié les mythes et les codes visuels antiques. Leur interprétation donne lieu à une resémantisation de l’Antiquité qui, aujourd’hui et depuis plus d’un siècle, est la version dominante. Les États-Unis et leur culture populaire imposent par le biais d’une culture de masse impérialiste une vision de la femme antique bien particulière et ambivalente que je me propose d’aborder ici via la culture musicale pop des années 2000.

2Les péplums comme la publicité, la littérature comme les romans, les fêtes à l’antique comme les casinos, ont en effet contribué à la création de nombreux archétypes féminins focalisés sur l’apparence physique : la femme antique en fait partie. Celle‑ci est bien entendu avant tout belle, et de préférence blanche aux yeux clairs (fig. 1). Deux modèles dominent : celui de la belle demoiselle en détresse, qu’elle soit esclave ou reine, récompense pour le héros, et, à son opposé, celui de la femme antique exotique, dangereuse et puissante, tour à tour lascive ou manipulatrice.

Fig. 1 – Affiche américaine de La Battaglia di Maratona (Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati, Galatea Film, 1960).

Fig. 1 – Affiche américaine de La Battaglia di Maratona (Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati, Galatea Film, 1960).
  • 1 Voir l’article de Vincent Chollier dans ce volume, fig. 3.

3Ce modèle à ne pas suivre, qui sert d’avertissement aux hommes, leur enjoignant de se méfier des femmes ambitieuses, fut imposé par des créateurs presque exclusivement masculins, mais également exploité de longue date par une partie de la gent féminine qui le tourne avec humour à son avantage : des croqueuses d’hommes qui se font représenter en Cléopâtre, à la fin du xixe siècle, à Katy Perry qui trouve dans la reine macédonienne un alter ego féminin à même d’incarner son ambition, de façon plus sensuelle et publicitaire qu’en incarnant Marie Curie ou une suffragette (fig. 2), en passant par Theda Bara, première vamp et inénarrable reine d’Égypte de péplum1.

Fig. 2 – Katy Perry en Cléopâtre dans le clip de Dark Horse (Capitol, Universal Music, 2013).

Fig. 2 – Katy Perry en Cléopâtre dans le clip de Dark Horse (Capitol, Universal Music, 2013).

 

Vidéo YouTube

Clip de Katy Perry – Dark Horse, feat. Juicy J

Capitol, Universal Music, 2013

 

  • 2 Jullier et Péquignot 2013.

4Depuis l’explosion des clips vidéo à l’ère de MTV dans les années 19802, l’Antiquité se mêle continuellement à l’histoire de la pop music. Fréquemment mise à contribution à coups de pochettes « kitchissimes », l’Antiquité s’anime et s’insère dans tous les aspects de la musique populaire et de sa promotion. Le marketing est friand d’images qui parlent facilement au public, faisant écho aux grands succès du cinéma comme aux grandes figures du passé.

5À partir des années 2000, le thème devient un classique du vidéoclip, principalement dans le cadre de la promotion des artistes féminines américaines. La seule Cléopâtre est imitée par au moins quatre des plus grosses vendeuses de disques de la décennie : Madonna, Katy Perry, Beyoncé, Britney Spears, et de nombreuses starlettes. Les références sont multiples : si l’Égypte remporte la palme de la civilisation la plus citée, l’Antiquité romaine, légèrement délaissée aujourd’hui au profit de l’Antiquité grecque, est aussi très présente, par exemple dans les clips de Lady Gaga ou Kylie Minogue. L’intérêt pour les civilisations grecques et romaines suit finalement le même schéma que celui de la découverte des différentes Antiquités à l’époque moderne.

6Je m’attarderai ici sur la fonction de la référence à l’Antiquité dans la construction de l’image des stars féminines de la musique pop des années 2000. Pour cela, je reviendrai rapidement sur l’archétype de la femme antique dans la culture populaire contemporaine, généralement négatif, avant de me pencher sur le paradoxe de son succès dans la culture musicale pop.

La mise en place des archétypes : les femmes antiques sont belles…

7L’image de la femme antique aujourd’hui est bien entendu la conséquence d’une longue histoire de l’art, sur laquelle je ne m’arrêterai pas ici afin d’en venir immédiatement à la période contemporaine. L’apparition du cinéma à la fin du xixe siècle, le développement de la photographie et l’essor de la publicité ont soudainement figé et renforcé les stéréotypes féminins : la femme de l’écran est devenue un fétiche de la société moderne. Au xxe siècle, Cléopâtre peut ainsi être une reine oisive vendant du savon, une call-girl de casino, ou bien une intrigante vénéneuse empêchant l’Empire romain de tourner rond.

  • 3 Baecque 2006.
  • 4 Les péplums réalisés depuis la sortie du film Gladiator en 2000.
  • 5 Viot-Southard 2011, p. 56‑57.
  • 6 Bièvre-Perrin 2016b.

8Au xxe siècle, la femme antique, auparavant multiple, devient largement binaire : belle et vaine, surtout dans la publicité, ou belle, riche et dangereuse, essentiellement au cinéma3. Dans ce que certains nomment le nouveau péplum4, le cinéma illustre une évolution comparable à celle de la publicité : on y trouve des personnages féminins antiques certes, mais ceux-ci jouent rarement un rôle décisif dans le film si ce n’est en tant que motif de l’action : la femme est soit la cause des problèmes (Aphrodite et Hélène de Troie)5, soit un personnage secondaire généralement peu utile (on peut penser à la pauvre Athéna dans Le Choc des titans en 2010), quand elle n’est pas un simple divertissement amoureux ou sexuel. Le même constat peut être fait à propos de films hors du genre du péplum faisant référence à l’Antiquité : il en va ainsi de la Perséphone incarnée par Monica Bellucci dans Matrix Reloaded (Lana Wachowski, Andy Wachowski, 2003) par exemple. Katniss Everdeen, véritable Diane moderne dans Hunger Games (Gary Ross, 2012‑2015)6, montre néanmoins un renversement épisodique des codes.

  • 7 Ce test vise à démontrer à quel point les productions culturelles contemporaines sont centrées sur (...)

9Parmi les vingt-neuf péplums « commerciaux » post‑2000 que j’ai recensés dans le tableau ci-dessous, six seulement passent avec succès le test féministe de Bechdel7. Pour passer ce test, dont l’absurdité est assumée, les films doivent répondre à trois critères : deux femmes sont identifiées par un nom (1), elles parlent entre elles (2), à propos d’autre chose que d’un personnage masculin (3).

Résultats
du test
de Bechdel
Titre du péplum Sexe du
réalisateur
Année de sortie 1 2 3
x 300 H 2006 x x x
x 300 : La Naissance d’un empire H 2013 x x
x Agora H 2009 x x
x Alexandre H 2004 x x
? Astérix : Au service de sa majesté H 2012 ? ?
? Astérix aux jeux olympiques H 2008 ? ?
? Astérix et les Vikings H 2006 ? ?
? Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre H 2002 ? ?
Astérix et Obélix contre César H 1999
x Centurion H 2010 x x
x Exodus : Gods And Kings H 2014 x
x Gladiator H 2000 x x x
x Hercule H 2014 x x x
? Histoire de Judas H 2015 ? ?
x La Colère des titans H 2012 x x
x La Légende d’Hercule H 2014 x x x
x La Nativité F 2006 x
La Passion du Christ H 2004
x L’Aigle de la Neuvième Légion H 2011 x x x
Le Clash des titans H 2010
? Le Roi Arthur H 2004 ? ? ?
x Le Roi scorpion H 2002 x x
Les Immortels H 2011
Noé H 2014
Pompéi H 2014
? Sa Majesté Minor H 2007 ? ? ?
? The Last Legion H 2007 ? ? ?
x Troie H 2004 x x
? Vercingétorix : La légende du druide roi H 2001 ? ?
  • 8 Voir le chapitre « Les contes, les mythes, les rites, les symboles et les religions » dans Hoebeke (...)
  • 9 Courtine 2012 ; Baecque 2011, p. 445‑446 : « Mais le genre assurément le plus viril est alors le f (...)
  • 10 Lagny 1998, p. 50‑52.

10Hormis dans le film Agora en 2009, aucune femme n’occupe le rôle principal, quand douze titres font explicitement référence à un personnage masculin et un seul à un personnage féminin (Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre en 2002), alors même qu’on pouvait trouver dans les péplums plus anciens des titres mentionnant des femmes : Cléopâtre, Médée, Iphigénie, Néfertiti, les Troyennes, Hélène, Électre, Messaline, Esther ou encore Salomé. Le statut d’éternelles mineures des femmes de l’Antiquité pourrait être la raison de leur rôle mineur dans les fictions contemporaines, mais si les mythes antiques sont stéréotypés, ils n’illustrent pas pour autant une domination masculine unilatérale8. La raison de cette carence en personnages féminins antiques forts est peut-être simple : j’ai recensé une seule réalisatrice (La Nativité, 2006, Catherine Hardwicke) pour trente films. Cependant, la situation n’était pas plus paritaire avant 2000. Un phénomène sociétal peut en revanche apporter une explication : la « crise de la virilité » a fait ressurgir la violence virile au cinéma, compensation à son effacement du quotidien des hommes occidentaux, et suscité la création de modèles masculins archétypaux, des mâles, « des vrais » : des « hommes antiques »9. Le péplum des années 2000 est un retour aux héros virils du péplum hollywoodien du xxe siècle10, la mise à jour du modèle fait disparaître au passage l’héroïne féminine du péplum.

11La femme antique des années 2000 est souvent avant tout coupable d’être belle. C’est même dans sa beauté que réside son principal défaut, car avant d’être éventuellement intelligente, la femme antique est trompeuse et profite de ses atouts physiques innés, ce qui lui permet généralement d’être riche, si ce n’est grâce à un héritage familial. Malgré sa beauté, ou à cause d’elle, la femme antique est rarement maîtresse de son destin et accumule les défauts. Notons tout de même quelques exceptions, et peut-être une transformation en cours : la guerrière Artémise mène l’armée perse (à sa perte) face à Thémistocle dans le deuxième volet de 300 en 2011 (fig. 3a) ; Wonder Woman aura droit à un film, réalisé par une femme, tout à sa gloire et à celles des Amazones dont elle est issue (fig. 3b), en 2017, et j’ai déjà évoqué le cas de Katniss Everdeen dans Hunger Games. Le film Agora est également à mettre à part du reste de la production.

Fig. 3a – Eva Green en Artémisia dans 300 : La Naissance d’un empire (Noam Murro, Warner Bros. Pictures, 2014).

Fig. 3a – Eva Green en Artémisia dans 300 : La Naissance d’un empire (Noam Murro, Warner Bros. Pictures, 2014).

Fig. 3b – Gal Gadot en Wonder Woman dans le film éponyme de Patty Jenkins (Warner Bros. Pictures, 2017).

Fig. 3b – Gal Gadot en Wonder Woman dans le film éponyme de Patty Jenkins (Warner Bros. Pictures, 2017).

Antiquité post-moderne : la femme antique à tiroirs

12À ce stade, il peut paraître paradoxal que les stars féminines de la musique pop tentent de s’insérer dans cet héritage plutôt rébarbatif. Pourtant, le phénomène est important et accompagne la sortie de péplums violents et gonflés à la testostérone depuis Gladiator en 2000.

  • 11 À ce sujet, voir Seabrook 2016, p. 51 et suivantes.
  • 12 Un hook (crochet en français) est un procédé musical utilisé dans la musique populaire pour capter (...)

13Le répertoire que je me propose d’étudier aujourd’hui est vaste : depuis 2000, toutes les grandes vendeuses de disques sont passées, au moins le temps d’une prestation scénique ou d’un clip, par l’Antiquité. Toutes les artistes abordées ici sont américaines ou presque, sxrement en partie à cause de la « répartition des tâches » qui s’est opérée dans la musique pop entre l’Europe (le contenu) et les USA (la forme)11 : en France, Mylène Farmer est l’une des rares chanteuses pop à faire référence à l’Antiquité de façon récurrente. Or, elle est souvent considérée comme la « Madonna française » : elle applique les recettes américaines pour sa promotion et ses shows. L’image des stars américaines de la pop est primordiale et constitue une des clés du succès de leur musique. D’une certaine façon, on pourrait dire qu’elles cherchent à créer des hooks iconographiques semblables au fameux hook musical indispensable à tout « hit »12. Une courte liste d’exemples, bien loin d’être exhaustive, est proposée à la fin de cet article. Mon propos sera ici de voir les intentions et conséquences de ce phénomène.

14Pour certains, la question est réglée avant même d’être posée : ces références seraient un aspect parmi d’autres de la post-modernité, et de son recours systématique et arbitraire à de multiples citations. Dans cette version, l’histoire n’est plus un fil continu, mais un réservoir d’exempla, réutilisables en fonction des idées et événements que l’on souhaite illustrer. Il n’est plus question de choisir entre la morale grecque et la morale romaine : le choix est plus sxrement esthétique. L’Antiquité, utilisée et désacralisée en même temps, sert à construire un langage nouveau, accompagnée de fragments d’autres langages.

 

Vidéo YouTube

Clip de Lady Gaga – G.U.Y. – An ARTPOP Film

Capitol, Universal Music, 2014

 

  • 13 Le clip réalisé par Mathew Cullen en 2014 pour le titre Dark Horse de Katy Perry cite ainsi une mu (...)
  • 14 Bièvre-Perrin 2017a et 2017b.

15Chez Lady Gaga notamment, on constate en effet une décomposition de l’antique : ses citations sont nombreuses, toutes prêtes au remploi tant applaudi par le pop art dont elle se réclame (voir le titre, la promotion et les visuels de l’album Artpop, fig. 4). Cette crise aiguë de citations peut en effet avoir pour moteur le pur divertissement et l’ornementation. Uniquement esthétique, vide de sens, cette survivance de l’Antiquité ne serait que le résultat passif de la fin de l’histoire. Mais il est difficile d’accepter de laisser au hasard et à l’arbitraire ce phénomène tant il est récurrent. Le recensement des citations que j’ai réalisé montre une connaissance de la culture classique de la part des créateurs et une sélection judicieuse des extraits utilisés13. Ceux-ci utilisent ces fragments pour écrire des suites aux mythes antiques, il s’agirait donc plutôt de recompositions et de réécritures que de simples relectures actualisantes. Les chanteuses et leurs boîtes de production font appel à l’Antiquité de façon consciente et volontaire dans des scénarios promotionnels complexes, pour affirmer leur statut et toucher leur public, dans certains cas pour transmettre un véritable message politique : Beyoncé est passée maîtresse en la matière (voir notamment tout ce qui a touché à sa grossesse en 2017 et à la promotion simultanée de son album)14.

Fig. 4 – Couverture de l’album Artpop de Lady Gaga (Interscope Records, 2013). Lady Gaga s’y apparente à Vénus sortant des eaux, ou du moins sortant du tableau de Botticelli.

Fig. 4 – Couverture de l’album Artpop de Lady Gaga (Interscope Records, 2013). Lady Gaga s’y apparente à Vénus sortant des eaux, ou du moins sortant du tableau de Botticelli.

Les femmes antiques sont dangereuses : méfie-toi

  • 15 Callataÿ 2015.
  • 16 Hoebeke 2008, p. 196‑198 : l’usage du sexe, de la séduction et des stéréotypes par les femmes dans (...)
  • 17 Jullier et Péquignot 2013, p. 155‑156.

16Comme tous les films mettant en scène Cléopâtre n’ont cessé de prévenir les hommes à travers les décennies, les femmes belles et ambitieuses sont la source de problèmes et de dangers15. Si cette image assez négative de la femme antique persiste, elle a néanmoins été recyclée par les chanteuses de pop music qui tentent, honnêtement ou non, d’affirmer leur féminisme en tournant les stéréotypes à leur avantage, tout en en faisant un outil marketing16. Mais l’exercice est périlleux, dans l’univers du clip, utiliser une image, même pour la dénoncer, c’est la faire exister. La dérision et l’exagération sont donc souvent employées pour souligner la subversion17.

  • 18 Bièvre-Perrin 2015f.

17Comme les croqueuses d’hommes du xixe siècle qui faisaient fortune en ruinant les gentilshommes et se faisaient représenter avec humour en Cléopâtre, les tenantes de la pop mainstream jouent sur les codes : elles veulent être perçues comme des femmes riches, puissantes, et indépendantes. Leur beauté et leur ambition étant la clé de leur carrière dans l’industrie musicale, quelle meilleure incarnation que les femmes du passé, condamnées et craintes par les hommes pour ces mêmes raisons ? Alors que le péplum est le terrain de jeu des hommes, l’imagerie antique dans les vidéoclips est presque exclusivement réservée aux femmes : la publicité pour Pepsi réalisée en 2004 et mettant en scène d’une part Beyoncé, Pink, Britney Spears et d’autre part Enrique Iglésias, est d’ailleurs significative : malgré son statut de star et de sex-symbol, le seul personnage masculin est tourné en ridicule par les trois chanteuses grimées en gladiatrices (fig. 5)18.

18Pour vendre leurs albums et leurs concerts, les divas de la pop font donc appel aux archétypes féminins imposés par les hommes de l’industrie du divertissement. La recette de la femme antique pop comprend deux ingrédients principaux : beauté et pouvoir.

Fig. 5 – Britney Spears, Beyonce et Pink dans une publicité pour la marque Pepsi (Tarsem Singh, Pepsi, 2004).

Fig. 5 – Britney Spears, Beyonce et Pink dans une publicité pour la marque Pepsi (Tarsem Singh, Pepsi, 2004).
  • Beauté antique : les idoles de la pop contemporaine sont en partie choisies par les boîtes de production en fonction de leur physique : la beauté est donc logiquement l’apanage de tous leurs avatars antiques. Mais ce n’est pas la beauté discrète et chaste d’une Lucrèce qui sert de modèle, c’est au contraire la beauté charnelle et provocatrice de Vénus. Légitimant, le modèle antique permet aux chanteuses pop de revêtir des tenues sensuelles et provocantes, dans lesquelles la nudité, jamais totale – on est aux USA – est impérative. Aphrodite est bien entendu une cible de choix (voir le clip de Cabeza de la chanteuse française Shay, 2016), principalement au travers de l’interprétation de Botticelli (fig. 4), mais même Méduse est devenue une icône de beauté, tout comme Cléopâtre, dont la beauté n’est à l’origine pas vraiment louée. Même Alexandre le Grand peut être revisité au féminin. La marchandisation du corps féminin et son chargement en « phantasmes » dans la publicité19 jouent aussi un rôle important, notamment en véhiculant des stéréotypes forts dont le clip vidéo reprend les codes. L’objectif étant de vendre une chanson, comme on vend des cigarettes20, les stéréotypes sont forcément nombreux21. Soulignons que les stars de la musique américaine appartiennent à un univers proche de celui de la mode, et que les créations des couturiers qui les habillent jouent également un rôle important : Versace ou McQueen font par exemple régulièrement resurgir des éléments antiques dans leurs collections.
  • Pouvoir menaçant : d’un avertissement aux hommes par les hommes, « méfie-toi », la référence à la femme antique puissante est devenue un message adressé par les femmes aux hommes : « oui, tu as bien raison, méfie-toi ! » Nul homme n’entrave le chemin de la diva antiquisante : tous sont à son service, qu’il s’agisse des danseurs-esclaves de Kylie Minogue, des minotaures-prétendants de Katy Perry et Madonna22, des hommes « domptés » par Beyoncé-Alexandre le Grand.
  • 23 Baecque 2011 ; Courtine 2011.
  • 24 Bard 2011.

19Il est intéressant de noter que même dans cette esthétique « féminine », les personnages masculins rentrent dans le moule de l’homme antique bodybuildé23. La composition de l’audience – des jeunes filles et une partie du public homosexuel –, induit une esthétique homoérotique et fantasmatique. La chanteuse est généralement la seule femme identifiable présente, entourée d’hommes qui sont soit de beaux prétendants éconduits, soit des ennemis ridiculisés, soit encore une sorte de garde rapprochée (la troupe de danseurs) : dans tous les cas, ils sont inférieurs au personnage féminin qui remet en cause toute certitude concernant les genres et les rôles qui leur sont associés (fig. 6)24.

Fig. 6 – Kylie Minogue sur un char tiré par ses danseurs lors du concert Aphrodite, Les Folies tour (William Baker, Astralwerks, 2011).

Fig. 6 – Kylie Minogue sur un char tiré par ses danseurs lors du concert Aphrodite, Les Folies tour (William Baker, Astralwerks, 2011).

 

Vidéo YouTube

Teaser pour le film-live de Kylie Minogue, My Year As Aphrodite

William Baker, Astralwerks, 2011

 

  • 25 Lasch 2011, p. 32‑33 : « […] la culture de masse, uniformisée, des sociétés modernes n’engendre en (...)

20L’Antiquité appartient de plus à la culture populaire depuis le développement de la culture de masse. Malgré la disparition accélérée de la culture classique du système éducatif occidental et de la culture générale, elle reste un point d’ancrage important de la culture populaire dont les chanteuses pop se font les porte-parole, dépassant les modes pourtant fugaces dans la société de consommation dont elles sont le produit25.

  • 26 Aubert 2003 : « Pour remplir l’image, les réalisateurs ont recours aux éléments antiques qu’ils pu (...)
  • 27 Barthes 1968.

21Moins on connaît la culture classique, plus notre image de l’Antiquité est sclérosée, mais celle-ci n’en demeure pas moins une référence fréquente. Évoquer l’Antiquité, c’est se situer dans un univers à la fois luxueux, alternatif et permissif (fig. 7). Plus qu’un modèle à suivre, le marketing propose ici un mode de vie fantasmé et séduisant. La fiabilité historique n’est pas de mise, il suffit ici de « faire antique » pour que la magie opère et que le message passe26. C’est l’effet de réel théorisé par Roland Barthes27.

Fig. 7 – Lady Gaga en Artémis (?) dans le clip de G.U.Y. (Girl under you) [Capitol, Universal Music, 2014], par ailleurs saturé de références à l’Antiquité classique.

Fig. 7 – Lady Gaga en Artémis (?) dans le clip de G.U.Y. (Girl under you) [Capitol, Universal Music, 2014], par ailleurs saturé de références à l’Antiquité classique.
  • L’Antiquité est synonyme de richesse et d’abondance. Les couleurs dominantes dans les clips sont révélatrices : l’or et le blanc du marbre sont partout, généralement accompagnés du rouge de la pourpre et d’éléments multicolores évoquant des monceaux de pierres précieuses. Une simple couronne de pacotille transforme Beyoncé ou Rihanna en reine orientale opulente.
  • L’Antiquité, c’est un territoire vaste et méconnu : tout y est possible, c’est la page blanche d’où faire surgir une nouvelle histoire. Les scénaristes y trouvent une dystopie en même temps qu’un espace identifié et regretté, laissant le spectateur à la fois nostalgique (c’était mieux avant) et optimiste (cet univers est possible). Comme Salvatore Settis l’exprimait dans son ouvrage Le Futur du classique, le passé antique est à la fois un postulat et un projet, une assise et une source28. La femme peut y occuper une place à part entière et servir de référence au public dit « jeune », en mal de modèle féminin fort, ou de modèle tout court.
  • L’Antiquité, enfin, c’est aussi le territoire des écarts : plutôt grecque ou orientale, mais aussi romaine, l’Antiquité évoque les orgies, la liberté sexuelle et la démesure, un imaginaire par ailleurs largement développé dans la pop music, et plus largement dans la culture pop et le péplum. Les chanteuses pop règnent au centre de cet univers dont elles sont les hôtesses, figures tutélaires et séduisantes. L’Antiquité est de plus un espace neutre et païen, dans lequel il est possible d’aborder le multiculturalisme en terrain déminé.

22Idéalisée et prétendument universelle, l’Antiquité-pop incarne donc finalement la civilisation occidentale et affirme sa supériorité. Cette vision conventionnelle de l’Antiquité serait-elle une incarnation du rêve américain ?

Conclusion

23Le renouveau de la culture classique dans le cinéma et la culture musicale pop d’après 2000 s’explique en partie par les valeurs universelles que l’on associe à l’Antiquité, notamment gréco-romaine, et par le recyclage avancé qu’en a fait la culture de l’entertainment américain, Hollywood et Las Vegas en tête. La résurgence des modèles masculins du péplum en lien avec la crise de la virilité est suivie d’un retour à l’Antiquité dans l’univers féminin du clip musical. Cette réapparition dans un contexte de disparition de la culture classique des systèmes éducatifs n’est pas paradoxale. Au contraire, moins on en sait à son propos, plus ce modèle devient parfait et inaccessible, intemporel et immuable : un fantasme, soit ce qu’une star de la musique populaire doit être dans la culture de masse.

  • 29 Lasch 2011 ; Benjamin 2000 ; Bièvre-Perrin 2017.

24Pourtant, loin d’enchaîner les citations dans un borborygme insensé, comme la culture occidentale a pu le faire bien avant le post-modernisme, les tenantes de la culture musicale pop puisent dans l’Antiquité des morceaux bien choisis, se construisant ainsi une image parfois politique, jouant des stéréotypes mis en place au cours du siècle précédent, et les déstabilisant. Dans cette perspective, l’idée de Walter Benjamin selon laquelle la communication de masse « facilite la constitution d’un esprit iconoclaste, scientifique et critique » des masses résonne singulièrement. Au sein d’une culture de masse aux objectifs lucratifs, la réappropriation des codes conduit à la création d’une culture démystifiée, et paradoxalement, permet à ses acteurs d’exprimer des idées esthétiques et politiques singulières29.

  • 30 La révolution proposée par Beyonce-Alexandre le Grand dans Run the world (Girls) est particulièrem (...)

25Dans la culture musicale pop actuelle, l’Antiquité est une dystopie dans laquelle les femmes ont pris le pouvoir : l’histoire est revisitée et renouvelée en l’honneur des chanteuses d’aujourd’hui qui veulent affirmer leur indépendance et leur intemporalité, tout en sortant un album par an30. Le contraste avec les péplums est saisissant : c’est sûrement que le cinéma est encore aujourd’hui une affaire d’hommes, en proie à la crise de virilité, alors que les divas et leurs producteurs sont au service de la star et de sa féminité conquérante. Comme Xena la guerrière en son temps, les femmes bénéficient dans les médias moins estimés que le cinéma, d’une scène propice à leur mise en valeur. Qu’elles se placent dans la droite lignée des visions précédentes (Katy Perry assume les traits de caractère reprochés à Cléopâtre) ou qu’elles renversent les mythes (la même tue le minotaure sans attendre que son prince, Thésée au rabais, ne daigne s’en occuper), l’objectif est toujours sensiblement le même : dans un monde patriarcal, où les hommes maîtrisent les richesses et concentrent les pouvoirs, elles sont des rivales, supérieures plus qu’égales, à la gent masculine.

  • 31 Voir dans ce volume l’article de Nikol Dziub.

26La femme antique est dans la pop music à la fois une référente identitaire – notre ancêtre –, et l’incarnation de l’altérité – une femme distante. Belle et puissante, elle évolue au cœur d’un monde passé fantasmé, riche et licencieux, mais envisageable, dans lequel les publics peuvent se projeter en compagnie de leur idole païenne. La sirène, bien présente dans la pop music, bien que très « disneyfiée », est une incarnation de cette image ambivalente : une femme qui traverse les âges, séduisante, libre et dangereuse, mais dont la relation avec les hommes persiste, bien qu’elle soit difficile31.

  • 32 Voir la conclusion de Lhuillery et Baussier 2013 : « La puissance de la pop a, en définitive, cett (...)

27Voilà le propos des chanteuses pop lorsqu’elles incarnent l’Antiquité, l’un de leurs nombreux avatars : tout en reproduisant des stéréotypes, elles les détournent pour affirmer leur individualité et l’offrir comme modèle de réussite, plus ou moins honnêtement étant donné les énormes enjeux financiers32, notamment au travers d’un message d’empowerment teinté de féminisme. La beauté et la puissance de leurs alter ego antiques sont des idéaux qui n’ont pas pour objectif de plaire aux hommes.

Corpus

  • 33 Bièvre-Perrin 2015b.
  • 34 Bièvre-Perrin 2015e.

28La liste qui suit recense les références à l’Antiquité présentes dans la promotion d’artistes féminines de la pop music depuis 2000. Elle est bien entendu loin d’être exhaustive et pourrait inclure bien plus de chanteuses (Azealia Banks33, Kesha, Keke Palmer, Florence and the Machine34…) : la diversité des supports de communication utilisés dans leur promotion rend impossible un recensement exhaustif. Les fans créent de plus de nombreux visuels qu’il est parfois difficile de distinguer de la promotion officielle. Les chanteuses sont désignées par leurs initiales dans le texte du corpus.

29Beyoncé

  • Clips : dans plusieurs clips, notamment Run The World (Girls) [2011], certaines tenues évoquent l’Antiquité ; dans celui-ci, les références sont nombreuses : d’Alexandre le Grand aux Amazones35.
  • Cinéma : dans Austin Powers dans Goldmember (Jay Roach, 2002), B interprète le personnage Foxxy Cleopatra ; dans Dreamgirls (Bill Condon, 2006), son personnage joue Cléopâtre.
  • Live : une des tenues créées par Versace pour le On The Run Tour comporte une grande frise géométrique à la grecque et une tête de méduse, la chanteuse porte également un casque à cimier, notamment pendant l’interprétation du titre Flawless36 ; pour le Formation Tour, B porte une tenue en forme de tête de pharaon ; lors de sa prestation au VMAs 2016, B apparaît quelques secondes entourée de danseuses évoquant Néfertiti.
  • Autres : B s’entoure, dans ses clips et ses prestations en live, presque exclusivement de femmes, généralement noires, et fait écho à la reine des Amazones, Hippolyte, avec sa ceinture ; elle joue une gladiatrice pour Pepsi (voir Britney Spears, ci-dessous) ; pour son « faire-part » de grossesse, B a publié un photoshoot la mettant en scène comme une Vierge noire, en faisant appel à de nombreux éléments antiques, des codes repris pour la promotion simultanée de lalbum Lemonade, notamment lors des Grammy Awards 201737.

30Britney Spears :

  • Album : dans les images du livret de Circus (2008), BS est photographiée en déesse grecque.
  • Publicité : BS, accompagnée de Beyonce et Pink, incarne une gladiatrice dans une publicité pour Pepsi (2004)38 ; elle est grimée en Cléopâtre pour vendre son parfum Fantasy Twist (2013).
  • Tournée : dans plusieurs tableaux de sa résidence Piece of me à Las Vegas, BS est habillée à l’égyptienne et évolue dans un décor pharaonique.

31Katy Perry :

  • Clip : dans Wide Awake (2012), KP s’échappe d’un labyrinthe et tue deux minotaures39 ; dans Dark Horse, KP est Katÿ Paträ : l’Égypte sert de cadre à toute la promotion du titre, des affiches aux prestations live ; dans les paroles, la chanteuse se compare à Aphrodite40.
  • Concert : pour un concert caritatif, KP arrive sur scène dans une grande conque, devant un masque de théâtre grec géant, déguisée en Aphrodite.
  • Tournée : pendant le Prismatic tour, KP, habillée à l’égyptienne, évolue au milieu de danseurs déguisés en momies et en hoplites, le décor reprend le « prism » du titre de l’album sous la forme d’une pyramide.

32Kylie Minogue :

  • Album : Aphrodite (2010) est le titre du onzième album de KM et comporte un titre éponyme, la communication visuelle évoque la Grèce contemporaine.
  • Clip : pour le premier single de l’album Aphrodite, All the lovers, KM incarne une Aphrodite moderne, provoquant un amour spontané autour d’elle.
  • Tournée : la tournée qui accompagne l’album s’intitule Aphrodite. Les Folies tour (2011) : dans la majorité des tableaux, KM est Aphrodite, et évolue dans un temple grec subaquatique (la scène comporte même une partie aquatique, une première), dont elle émerge dans un coquillage, telle la Vénus de Botticelli. Les danseuses sont des prêtresses, les danseurs des hoplites ou des cupidons. Des personnages mythologiques interviennent : Icare, Pégase, Hermès…

33Lady Gaga :

  • Album : la couverture de l’album Artpop (2013), réalisée par Jeff Koons, détourne la Vénus de Botticelli en plaçant LG en son centre. Plusieurs titres évoquent l’Antiquité, dont Venus, qui débute par une prière aux dieux grecs. Pour la promotion de l’album Artpop et des singles, LG incarne plusieurs fois Vénus sur scène et porte des tenues faisant référence au tableau de Botticelli.
  • Promotion de l’album Born this way (2011) : pour le clip de Born this way, LG ne fait pas directement référence à l’Antiquité, mais imagine une théogonie dont elle est la déesse tutélaire ; dans Judas, Jésus est un biker et LG une Marie-Madeleine amoureuse de Judas (comme dans le texte du single) ; pour The Edge of glory, LG devait incarner une sirène, mais l’idée fut finalement utilisée pour Yo√ And I (LG y embrasse également son alter ego masculin, écho à Narcisse et Hermaphrodite).
  • Promotion de l’album Artpop (2013‑2014) : dans le clip d’Applause, LG apparaît en Aphrodite, en satyre et en Icare le temps de quelques plans ; le clip suivant est un court-métrage intitulé G.U.Y. – An ARTPOP Film : la vidéo met en image plusieurs chansons de l’album Artpop (Artpop, Venus, G.U.Y. et Manicure pendant le générique de fin) : LG y incarne un personnage ailé (Icare, Himéros, une sirène ?) abattu et recueilli dans une grande villa antiquisante (Hearst Castle, en Californie) où elle devient Venus après un bain régénérant. Les clins d’œil à l’Antiquité sont omniprésents, dans le décor, les costumes et le scénario, on trouve ainsi Zeus, les muses, Aphrodite, Ève, le minotaure, Artémis, la Vénus de Milo, Jésus41
  • Autres : en diverses occasions, souvent sur scène, LG fait référence à la Bible, plus rarement à l’Antiquité grecque (avec une tenue de minotaure notamment).

34Madonna :

  • Live : lors du Confession Tour (2006), Madonna incarne Jésus en tenue antique ; pour sa prestation de treize minutes lors du Superbowl en 2012, M fait son entrée sur le terrain telle Cléopâtre dans Rome : en très grande pompe, précédée de serviteurs et soldats grecs et égyptiens. L’ensemble de la prestation fait écho à l’Antiquité, qu’elle soit grecque, égyptienne ou romaine.
  • Clips : dans Living for love (2015), M affronte une horde de minotaures42. Dans les clips des années 1980 et 1990, M évoque également le minotaure (Take a bow), mais aussi les sirènes (Cherish).
  • Autres : lors de ses tournées ou de la promotion de ses albums, M fait souvent référence à l’Antiquité biblique, dans les paroles comme dans les aspects visuels.

35Mylène Farmer :

  • Clip : dans Dégénération (2008) MF provoque un amour spontané autour d’elle ; dans Oui mais non (2010), les danseurs de MF évoquent des minotaures ; dans Insondables (2015), des tableaux faisant référence à l’Antiquité apparaissent sur les murs de Paris (Icare notamment), et les moulages des corps de Pompéi font une apparition.
  • Tournée : pour le Mylenium Tour (1999‑2000), une statue monumentale d’Isis tient MF dans sa main et occupe le fond du décor, les tenues de MF et les éléments du décor font écho à l’Égypte ; dans Avant que l’ombre, MF arrive sur scène dans un sarcophage égyptisant, ses tenues évoquent parfois une vision romantique de l’Antiquité, à la fin elle semble traverser le Styx. Jésus apparaît à plusieurs reprises.
  • Autres : tout au long de sa carrière MF a fait référence à l’Antiquité, notamment chrétienne et égyptienne.

36Nicki Minaj :

  • Autres : la rappeuse arbore volontiers des coiffures à frange évoquant les perruques égyptiennes, par exemple dans le clip Moment 4 life ; dans les paroles de sa collaboration avec Madonna Give Me All Your Luvin’ (feat. M.I.A. and Nicki Minaj), elle chante « I’m Roman, I’m a barbarian, I’m Conan ». Elle apparaît, ainsi que M.I.A. aux côtés de Madonna lors du Superbowl 2012 dans une tenue féminisée de mercenaire romain/égyptien.
  • 43 À propos de Rihanna, un article synthétique : Bièvre-Perrin 2017c.

37Rihanna43 :

  • Clip : dans le clip de Where Have You Been, R danse devant des pyramides à degrés (en live elle sort d’une pyramide avec un sphinx).
  • Tatouages : R possède plusieurs tatouages, dont une Isis aux ailes déployées sous la poitrine.
  • Autres : lors d’un live, R était déguisée en reine égyptienne ; R a posé en Méduse nue pour Damien Hirst en 2013 pour la couverture du magazine GQ.
  • Clip : dans Cabeza, S incarne Aphrodite et trône dans une grotte sous-marine.

Bibliographie

Aubert 2003 : N. Aubert, « Usage et réception du thème de l’Antiquité dans le cinéma », Cinéma et Cie, International Film Studies Journal 3, 2003, p. 117‑119.

Baecque 2006 : A. de Baecque, « Le glamour, ou la fabrication du corps séducteur », dans J.‑J. Courtine (dir.), Histoire du corps. 3, Les Mutations du regard. Le xxe siècle, Paris, 2006, p. 391‑396.

— 2011 : A. de Baecque, « Projections : la virilité à l’écran » dans J.‑J. Courtine (dir.), Histoire de la virilité. 3, La Virilité en crise ? Le xxexxie siècle, Paris, 2011, p. 441‑470.

Bard 2011 : C. Bard, « La virilité conquise par les femmes », dans J.‑J. Courtine (dir.), Histoire de la virilité. 3, La Virilité en crise ? Le xxexxie siècle, Paris, 2011, p. 121‑133.

Barthes 1968 : R. Barthes, « L’effet de réel », Communications 11, 1968, p. 84‑89.

Baudrillard 1970 : J. Baudrillard, La Société de consommation, Paris, 1970.

Benjamin 2000 : W. Benjamin, « L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (dernière version : 1939) », dans Œuvres III, Paris, 2000, p. 269-316.

Bièvre-Perrin 2015a : F. Bièvre-Perrin, « Madonna et le minotaure – Living for love », sur le carnet Antiquipop [en ligne], 2015, http://antiquipop.hypotheses.org/28 (consulté le 28/5/2017).

— 2015b : F. Bièvre-Perrin, « Azealia Banks, Méduse nordique – Ice Princess », sur le carnet Antiquipop [en ligne], 2015, https://antiquipop.hypotheses.org/490 (consulté le 8/4/2018).

— 2015c : F. Bièvre-Perrin, « Katy Perry dans le labyrinthe – Wide Awake », sur le carnet Antiquipop [en ligne], 2015, http://antiquipop.hypotheses.org/242 (consulté le 28/5/2017).

— 2015d : F. Bièvre-Perrin, « Lady Gaga, Pop-Aphrodite – G.U.Y., an ARTPOP film (+ Applause) », sur le carnet Antiquipop [en ligne], 2015, http://antiquipop.hypotheses.org/185 (consulté le 28/5/2017).

— 2015e : F. Bièvre-Perrin, « Florence + The Machine – How Big, How Blue, How Beautiful – Odyssey », sur le carnet Antiquipop [en ligne], 2015, https://antiquipop.hypotheses.org/959 (consulté le 8/4/2018).

— 2015f : F. Bièvre-Perrin, « Britney Spears, Beyoncé, Pink et Enrique Iglesias – We Will Rock You (Pepsi) », sur le carnet Antiquipop [en ligne], 2015, http://antiquipop.hypotheses.org/83 (consulté le 28/5/2017).

— 2016a : F. Bièvre-Perrin, « Katy Perry reine du Nil – Dark Horse », sur le carnet Antiquipop [en ligne], 2016, http://antiquipop.hypotheses.org/60 (consulté le 6/10/2017).

— 2016b : F. Bièvre-Perrin, « Hunger games – Panem et circenses (du pain et des jeux) », sur le carnet Antiquipop [en ligne], 2016, http://antiquipop.hypotheses.org/1497 (consulté le 28/5/2017).

— 2017a : F. Bièvre-Perrin, « I have three hearts – Beyoncé as Black Venus », sur le carnet Antiquipop [en ligne], 2017, https://antiquipop.hypotheses.org/2261 (consulté le 1/10/2017).

— 2017b : F. Bièvre-Perrin, « Black Feminism et Antiquité dans la pop-music », sur le carnet PopHistory. Histoire sociale du rock [en ligne], 2017, https://pophistory.hypotheses.org/2518 (consulté le 6/10/2017).

— 2017c : F. Bièvre-Perrin, « Rihanna et l’Antique : de Néfertiti à Méduse », sur le carnet Antiquipop [en ligne], 2017, https://antiquipop.hypotheses.org/2925 (consulté le 8/4/2017).

Callataÿ 2015 : Fr. de Callataÿ, Cléopâtre, usages et mésusages de son image, Bruxelles, 2015.

Courtine 2011 : J.‑J. Courtine, « Balaise dans la civilisation : mythe viril et puissance musculaire » dans J.‑J. Courtine (dir.), Histoire de la virilité. 3, La Virilité en crise ? Le xxe‑xxie siècle, Paris, 2011, p. 471‑490.

— 2012 : J.‑J. Courtine, « La virilité est-elle en crise ? Entretien avec Jean-Jacques Courtine », Études 146, 2/2012, p. 175‑185.

Hoebeke 2008 : St. Hoebeke, Sexe et stéréotypes dans les médias, Paris, 2008.

Jullier et Péquignot 2013 : L. Jullier et J. Péquignot, Le Clip, histoire et esthétique, Paris, 2013.

Lagny 1998 : M. Lagny, « Sous le conformisme, la résistance », dans Cl. Aziza (dir.), Le Péplum. L’Antiquité au cinéma, CinémAction 89, Paris, 1998, p. 48‑53.

Lasch 2011 : Chr. Lasch, Culture de masse ou culture populaire ?, Paris, 2011 [édition originale en anglais, 1981].

Lhuillery et Baussier 2013 : M. Lhuillery et P. Baussier, « Géopolitique de la pop musique », sur Diploweb.com, la revue géopolitique [en ligne], 2013, http://www.diploweb.com/Geopolitique-de-la-pop-musique.html (consulté le 1/7/2016).

Mèmeteau 2014 : R. Mèmeteau, Pop Culture. Réflexions sur les industries du rêve et l’invention des identités, Paris, 2014.

Seabrook 2016 : J. Seabrook, Hits. Enquête sur la fabrique des tubes planétaires, Paris, 2016.

Settis 2004 : S. Settis, Futuro del « classico », Turin, 2004.

Viot-Southard 2011 : K. Viot-Southard, Representations of womanhood in fin-de-siecle France. Women Theater and its ambivalences, Washington, 2011.

Notes

1 Voir l’article de Vincent Chollier dans ce volume, fig. 3.

2 Jullier et Péquignot 2013.

3 Baecque 2006.

4 Les péplums réalisés depuis la sortie du film Gladiator en 2000.

5 Viot-Southard 2011, p. 56‑57.

6 Bièvre-Perrin 2016b.

7 Ce test vise à démontrer à quel point les productions culturelles contemporaines sont centrées sur des personnages de sexe masculin. Je n’ai pas eu la possibilité d’examiner moi-même neuf des films non évalués par le site http://bechdeltest.com/ archive (consulté le 28/5/2017) sur lequel se trouve le résultat du test pour une majorité des films récents, d’où les points d’interrogation dans le tableau.

8 Voir le chapitre « Les contes, les mythes, les rites, les symboles et les religions » dans Hoebeke 2008, p. 252‑261.

9 Courtine 2012 ; Baecque 2011, p. 445‑446 : « Mais le genre assurément le plus viril est alors le forzuto italien, pendant masculin du star-system féminin des divas. Ce héros athlético-acrobatique fait son entrée dans deux péplums, Quo vadis ? d’Enrico Guazzoni en 1913, Cabiria de Giovanni Pastrone en 1914, avant de connaître un développement si important qu’il se transforme un temps en genre en soi, le personnage du forzuto (homme fort, géant, hercule, lutteur, gladiateur) devenant un type de film : un forzuto, où l’exploit musculaire est l’objet même de l’enregistrement cinématographique. […] Ils font jouer leurs muscles, portent des charges exceptionnelles ou plusieurs figurants en même temps, campent dans l’arène face aux fauves et les repoussent par le seul fait de leur puissance virile, s’imposent à la tête des soldats, de la foule, du peuple, des gladiateurs, et soulèvent, enfin, la gracieuse héroïne diva, tel un fétu de paille. »

10 Lagny 1998, p. 50‑52.

11 À ce sujet, voir Seabrook 2016, p. 51 et suivantes.

12 Un hook (crochet en français) est un procédé musical utilisé dans la musique populaire pour capter l’attention de l’auditeur. Généralement placé dans le refrain, il constitue le motif principal d’un titre. C’est lui qui doit marquer la mémoire de l’auditeur ; voir Seabrook 2016.

13 Le clip réalisé par Mathew Cullen en 2014 pour le titre Dark Horse de Katy Perry cite ainsi une multitude d’œuvres précédentes et multiplie les clins d’œil : du Laocoon et ses avatars au Cleopatra de Mankiewicz en passant par la Cléopâtre du Vatican et le mobilier de la tombe de Toutankhamon, voir Bièvre-Perrin 2016.

14 Bièvre-Perrin 2017a et 2017b.

15 Callataÿ 2015.

16 Hoebeke 2008, p. 196‑198 : l’usage du sexe, de la séduction et des stéréotypes par les femmes dans les vidéoclips n’est pas forcément sexiste et négatif.

17 Jullier et Péquignot 2013, p. 155‑156.

18 Bièvre-Perrin 2015f.

19 Voir « Symboles et phantasmes dans la publicité », dans Baudrillard 1970, p. 229‑235.

20 Voir l’avant-propos de Jean-Claude Michéa dans Lasch 2011, p. 7‑16.

21 Hoebeke 2008, p. 196 : « Les vidéoclips sont par nature stéréotypés. En trois minutes, le but est de toucher la cible pour pousser celle-ci à acheter un disque ou une place de concert ».

22 Voir les articles sur le carnet Antiquipop à propos des clips de Wide Awake (Bièvre-Perrin 2015c) et Living for love (Bièvre-Perrin 2015a).

23 Baecque 2011 ; Courtine 2011.

24 Bard 2011.

25 Lasch 2011, p. 32‑33 : « […] la culture de masse, uniformisée, des sociétés modernes n’engendre en aucun cas une mentalité éclairée et indépendante, mais au contraire la passivité intellectuelle, la confusion et l’amnésie collective ».

26 Aubert 2003 : « Pour remplir l’image, les réalisateurs ont recours aux éléments antiques qu’ils puisent dans les musées, les livres, les décors de théâtre et d’opéra, et dans l’architecture. Pour faire antique, il suffit de multiplier les emblèmes dans les décors et les costumes. À partir du moment où les codes de représentation sont connus et acceptés du public, les scénographes restent libres de les agencer comme bon leur semble. »

27 Barthes 1968.

28 Settis 2004.

29 Lasch 2011 ; Benjamin 2000 ; Bièvre-Perrin 2017.

30 La révolution proposée par Beyonce-Alexandre le Grand dans Run the world (Girls) est particulièrement éloquente ici, voir l’article de Nadège Wolff dans ce volume.

31 Voir dans ce volume l’article de Nikol Dziub.

32 Voir la conclusion de Lhuillery et Baussier 2013 : « La puissance de la pop a, en définitive, cette structure particulière : en surface le charisme artistique, et en profondeur les conditions économiques ; en instantané une écoute individuelle, ravie, en creux, un contexte mémoriel qui s’ancre dans le collectif. »

33 Bièvre-Perrin 2015b.

34 Bièvre-Perrin 2015e.

35 Voir l’article de Nadège Wolff dans ce volume.

36 BeyonceVevo, Beyoncé – Flawless (Remix) feat. Nicki Minaj [en ligne], 2014, https://www.youtube.com/watch?v=56qgO0C82vY (consulté le 28/5/2017).

37 Bièvre-Perrin 2017a.

38 Bièvre-Perrin 2015f.

39 Bièvre-Perrin 2015c.

40 Bièvre-Perrin 2016a.

41 Bièvre-Perrin 2015d.

42 Bièvre-Perrin 2015a.

43 À propos de Rihanna, un article synthétique : Bièvre-Perrin 2017c.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Affiche américaine de La Battaglia di Maratona (Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati, Galatea Film, 1960).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3353/img-1.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Fig. 2 – Katy Perry en Cléopâtre dans le clip de Dark Horse (Capitol, Universal Music, 2013).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3353/img-2.jpg
Fichier image/, 359k
Titre Fig. 3a – Eva Green en Artémisia dans 300 : La Naissance d’un empire (Noam Murro, Warner Bros. Pictures, 2014).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3353/img-3.jpg
Fichier image/, 946k
Titre Fig. 3b – Gal Gadot en Wonder Woman dans le film éponyme de Patty Jenkins (Warner Bros. Pictures, 2017).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3353/img-4.jpg
Fichier image/, 964k
Titre Fig. 4 – Couverture de l’album Artpop de Lady Gaga (Interscope Records, 2013). Lady Gaga s’y apparente à Vénus sortant des eaux, ou du moins sortant du tableau de Botticelli.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3353/img-5.jpg
Fichier image/, 1,5M
Titre Fig. 5 – Britney Spears, Beyonce et Pink dans une publicité pour la marque Pepsi (Tarsem Singh, Pepsi, 2004).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3353/img-6.jpg
Fichier image/, 54k
Titre Fig. 6 – Kylie Minogue sur un char tiré par ses danseurs lors du concert Aphrodite, Les Folies tour (William Baker, Astralwerks, 2011).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3353/img-7.jpg
Fichier image/, 193k
Titre Fig. 7 – Lady Gaga en Artémis (?) dans le clip de G.U.Y. (Girl under you) [Capitol, Universal Music, 2014], par ailleurs saturé de références à l’Antiquité classique.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3353/img-8.jpg
Fichier image/, 332k

Auteur

Aix-Marseille Université, USR3155 – IRAA, UMR7299 – Centre Camille Jullian, MMSH, Aix-en-Provence