Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antiquipop

 | 
Fabien Bièvre-Perrin
, 
Élise Pampanay

Un empereur star au xxie siècle : Néron dans la publicité et la caricature politique

Yves Perrin

Résumé

L’usage que le marketing commercial et la caricature politique font aujourd’hui de la figure de Néron est un bon révélateur du statut de l’Antiquité dans la culture contemporaine. Elle montre la rémanence du prestige de la culture classique (avec tous les clichés que la légende millénaire de Néron véhicule) et sa resémantisation pour exprimer les valeurs et interrogations de la société contemporaine.

The way the figure of Nero is used by commercial marketing and political cartoons is a good indicator of the status of Antiquity in contemporary culture. It shows the persistence of the prestige of classical culture (with all the cliches that the Millennium legend of Nero conveys) and resemantization to express the values and questions of contemporary society.

Entrées d'index

Texte intégral

1Dès les années qui suivent son suicide le 11 juin 68, Néron devient un personnage de légende qui va être promu au rang des plus hautes figures de l’imaginaire occidental jusqu’à nos jours. L’image dominante est connue : le dernier des Julio-Claudiens est un tyran corrompu, un assassin, un incendiaire, un débauché décadent, un artiste mégalomane. À ce portrait façonné par les milieux païens, les chrétiens ajoutent une dimension théologique et eschatologique : il est le persécuteur, le diable et l’Antéchrist. Mais, autre face de la médaille en général moins connue, il est aussi une figure emblématique du paganisme, du spectacle et de la transgression, ce qui lui vaut du xviiie au xxie siècle l’empathie passagère de certains courants de pensée.

  • 1 Sur la légende de Néron, on citera trois publications : J. Elsner et J. Masters, Reflections of Ne (...)
  • 2 On a eu l’occasion d’aborder la question dans : Y. Perrin, « Néron dans l’imaginaire politique con (...)
  • 3 En raison des contraintes juridiques et financières qui pèsent sur la publication des dessins, nou (...)

2Élaborés entre le ier et le ive siècle, les ingrédients fondamentaux de la légende sont pérennes pendant deux mille ans, mais chaque époque les interprète à sa façon, en oublie certains, en privilégie d’autres et y ajoute des compléments pour se forger une représentation qui lui est propre1. La nôtre ne fait pas exception. On est surpris de constater combien la figure de Néron est omniprésente dans les diatribes de la vie politique et morale mais aussi dans la vie économique et sociale2. Le corpus de ses évocations étant immense, nous avons choisi de nous limiter ici à ses seules représentations dans la publicité, les médias et la caricature politique au cours des deux dernières décennies en prenant en compte la presse imprimée, les panneaux d’affichage, les spots télévisés et les sites web et réseaux sociaux3.

La consommation de masse : publicité, marketing, médias

Le corpus

  • 4 Il est parfois difficile de savoir s’il s’agit de l’empereur Néron ou du nom d’un particulier, le (...)

3Les occurrences de Néron dans la publicité et le marketing ne sont pas très fréquentes (sauf en Italie), mais leur augmentation récente est néanmoins significative de l’imaginaire contemporain4.

  • 5 La nature de la documentation abordée dans le cadre de cet article rend difficile, voire parfois i (...)
  • 6 Voir le spot en italien « Salti in padella con Nerone » de Findus (www.youtube.com/watch?v=yxr7LGR (...)

4Utilisés dès la belle époque pour promouvoir la vente de gourmandises, le nom ou l’image du prince invitent aujourd’hui le consommateur à acheter des crèmes glacées (dont il est précisé qu’elles ont un goût décadent), des cafés (torréfiés à haute température), des fromages (cuits, évidemment), des bières, des liqueurs et des vins supposés fins (fig. 1)5, mais aussi des produits alimentaires industriels, notamment des surgelés (qu’il faut faire chauffer à feu doux)6.

  • 7 Extraits des messages publicitaires des boutiques concernées : par l’exemple la marque Nerone Uomo (...)
  • 8 Il s’agit d’une publicité de Ray Ban avec référence à Suétone, Néron, 32.
  • 9 Sont sérigraphiés un buste du Musée national de Rome (inv. 618) et un faux du début du xviiie sièc (...)

5Dans le domaine de la mode, sa première utilisation semble dater de 1951, en liaison avec la sortie en salle du Quo Vadis ? de Mervin LeRoy : la promotion du film s’accompagne de publicité pour les boxer shorts Musingwear avec l’appel « Make like Nero ». Au xxie siècle, les acteurs commerciaux de la publicité et des marques multiplient les références. Des « boutiques pour hommes » nommées Nerone Uomo ou Nero invitent le client à imiter un prince branché7 ; une grande maison d’optique vante ses lunettes teintées en vert en rappelant que l’émeraude à travers laquelle Néron regardait les spectacles était verte car cette teinte adoucit la vue8… (la publicité fait également référence aux lunettes des aviateurs américains dela deuxième guerre mondiale). Des tee-shirts sont ornés d’une reproduction sérigraphiée de son portrait9. L’un porte la mention « Have you got a light ? », qui renvoie à l’incendie de 64. Un autre proclame « I neronize » avec un petit cœur (fig. 2a). Des sandales pour femme avec des lanières de cuir « Néron » renvoient aux chaussures de gladiateurs…

Fig. 1 – Néron au rayon alimentation.

Fig. 1 – Néron au rayon alimentation.

Fig. 2 – Néron aux rayons mode et pharmacie.

Fig. 2 – Néron aux rayons mode et pharmacie.
  • 10 Publicités de Lisomucil (Italie, 1999).
  • 11 L’allusion est particulièrement évidente en allemand où Rome est ortographiée Rom.
  • 12 Spot Nerone Api visible sur www.youtube.com/watch?v=0O2YAlTzJ7U (consulté le 6/10/2017).

6Des maisons pharmaceutiques le mettent en scène sur une affiche et dans un spot télévisé où on le voit acheter un médicament contre le mal de gorge10 (fig. 2b) ; une firme allemande fabriquant des logiciels de gravure et d’archivage joue sur les mots avec humour ; le nom du logiciel Nero Burning Rom associe le nom de la firme (Nero AG), un terme d’argot informatique (burning = graver) et une abréviation (ROM = Read only memory) et renvoie à l’incendie de 64, évoqué par l’iconographie de l’emballage où figurent les images d’un CD et du Colisée auréolés de flammes11. Une grande compagnie pétrolière italienne propose un spot télévisé où Néron et Poppée s’arrêtent avec leur cortège dans une station d’essence et dialoguent avec le pompiste : émerveillés par les tarifs promotionnels de la boutique, le couple impérial incite l’automobiliste à suivre leur modèle pour goûter à l’âge d’or12… Néron est devenu une figure emblématique de la ville éternelle : la touriste qui la visite est invitée à acheter des souvenirs avec son portrait (boîtes d’allumettes avec un commentaire « historique » sur l’incendie de 64 [fig. 3a]) et à envoyer des cartes postales montrant l’incendie de Rome (fig. 3b, où on voit les marchés de Trajan !) ou la Domus aurea revisitée par les officines touristico-archéologiques.

Fig. 3 – Néron au rayon tourisme.

Fig. 3 – Néron au rayon tourisme.
  • 13 « MTV s’installe à Rome », « Allume mon feu »... Une autre affiche comporte la mention : « Rome wa (...)

7Quittant le monde commercial, mais non celui du marketing, il faut évoquer l’utilisation que font les médias du prince. En 2003, la chaîne MTV lance la création de son antenne à Rome avec une campagne publicitaire comportant une affiche avec une photographie d’un portrait de Néron avec les mentions « MTV moves to Rome », « Light my fire »13. En 2010, le journal romain Il Messagero réalise une campagne d’affichage pour sa promotion. Entendant démontrer qu’il est « le journal de Rome depuis toujours », il a choisi d’afficher les unes qu’il a fictivement publiées pour rendre compte des grands événements de la ville. L’affiche la plus spectaculaire est celle consacrée à l’incendie de 64, avec une interview de Néron lui-même (fig. 4a). En 2000, à Hambourg, pour sensibiliser les habitants aux risques d’incendie, les sapeurs-pompiers font coller des affiches murales de bonnes dimensions portant un portrait de Néron et l’avertissement « The most insane catastrophes can happen when people don’t have smoke detectors » (fig. 4b).

Fig. 4 – Néron dans le monde de la communication.

Fig. 4 – Néron dans le monde de la communication.

8Très présent dans le monde de la musique, Néron est le nom de scène que choisissent des rappeurs (le « rap‑burger » milanais Nerone) et des ensembles (groupe de rock breton Néron OKO, trio de musique électronique anglais Nero, groupe black métal russe Nero Kaiser [qui chante entre autres La Folie du tyran]). Par ailleurs, il est le protagoniste central de plusieurs opéras rock dont deux attirent particulièrement l’attention de l’historien14. L’intrigue de l’opéra Nero/Pseudo (New York, 2014) imagine qu’un grand acteur proche de Néron et le tenancier d’un bar contestataire essaient de convaincre le pays que l’empereur artiste n’est pas mort et donne un concert glam rock. Celle de l’opéra donné à Rome de juin à septembre 2017 exploite la même veine, à deux nuances près qui ne sont pas secondaires : le cadre où est monté le spectacle correspond au site de la Domus Aurea près du Colisée (le logo publicitaire montre une silhouette de Néron radié surmontant le Colisée en flammes) et son titre Divo Nerone évoque un personnage suprahistorique, deux manières de garantir l’authenticité du portrait qui est proposé de l’artiste… Les deux opéras réactivent la rumeur païenne qui est aux origines mêmes de la légende de Néron à la fin du premier siècle – l’empereur n’est pas mort, il reviendra – et la croyance eschatologique judéo-chrétienne médiévale – l’Antéchrist. Mais de ces rumeurs et croyances, ils donnent une version artistique résolument positive : homme de culture remarquable, pop star de l’histoire du monde, Néron doit être aujourd’hui LA star du rock mondial.

Néron dans l’imaginaire commercial

9On trouverait sans doute d’autres emplois de Néron dans l’univers du marketing, mais les exemples recensés sont suffisants pour esquisser une analyse qui réponde aux questionnements développés durant le colloque sur la présence de l’Antiquité dans les mœurs contemporaines.

  • 15 Le catalogage des tyrans de l’histoire constitue un genre ancien et répandu… Deux exemples aléatoi (...)

10Le premier usage reprend l’image du tyran tel que le présente la culture scolaire que tout un chacun doit avoir et qu’ont en commun les publicistes et le public qu’ils visent. Cet usage caractérise les gammes de produits de grande consommation où Néron n’est qu’une figure parmi d’autres personnages terribles de l’histoire (Gengis Khan, Ivan le terrible, Napoléon, etc.)15. Les princes de l’Ancien Régime méditaient devant les portraits des douze Césars dont ils installaient la galerie dans leurs palais. L’enseignement obligatoire depuis la fin du xixe siècle a démocratisé la pratique : les dessins des manuels scolaires et les petites vignettes incluses dans les emballages des confiseries questionnaient les élèves et les consommateurs sur leurs connaissances des grands personnages historiques. Le bon peuple d’aujourd’hui est invité à tester sa culture en commentant les portraits des pots de crème glacée… La présence de Néron sur ces produits s’inscrit donc dans une tradition scolaire et parascolaire séculaire qui véhicule l’image d’Épinal du tyran sulfureux.

  • 16 Cf. l’entrée « néronisme » du portail lexical du CNTRL. Un critique de L’Art littéraire de juillet (...)
  • 17 G.‑Ch. Picard, Auguste et Néron. Le Secret de l’empire, Paris, 1962 ; E. Cizek, Néron, Paris, 1982

11Porter des vêtements ou des chaussures renvoyant à Néron constitue une innovation socioculturelle notoire. Les bustes sérigraphiés des tee-shirts sont immédiatement identifiables à qui a un vernis de culture scolaire. On les trouve dans les ouvrages de vulgarisation et plus facilement encore sur internet (on peut se demander si les sérigraphistes ne se sont pas bornés à faire un « copier-coller » des images données par les moteurs de recherche). L’allusion au feu de 64 est rituelle. Plus original est le texte « I neronize ». Créés au xviie pour dénoncer un despote, les néologismes « néronisme » et « néroniser » connaissent une grande diffusion à la fin du xixe siècle en se chargeant d’une symbolique plus complexe16. G. Charles-Picard et E. Cizek les reprennent comme concepts historiques pour caractériser la « révolution néronienne » et ses valeurs agonistiques17. Quant aux sandales des gladiateurs de Néron ou aux lunettes de soleil teintées en vert, leur référence historique n’est établie que par le texte qui accompagne leur image publicitaire.

12Arborer Néron sur son habillement, c’est donc cultiver l’imaginaire de la légende en le mettant au service de l’image qu’on veut donner de soi : porter son portrait sur la poitrine ou proclamer qu’on néronise exprime sans doute une volonté de choquer les gens bien élevés, avoir des sandales « Néron » tient au fétichisme érogène du pied féminin et aux fantasmes sexuels attachés au cuir des lanières et à la virilité des mâles de l’arène. Bref, Néron sert à s’affirmer comme un individu libre et affranchi des normes de la société.

13Aussi potache est l’invitation lancée au client de partager le train de vie luxueux et raffiné d’un tyran sulfureux et tout-puissant. Fréquenter une boutique Néron, consommer du café Néron, boire une bouteille de la Cuvée des vins de Moselle « Néron », manger un plat congelé ou prendre de l’essence recommandés par Néron, c’est s’encanailler impérialement et, là encore, affirmer sa virilité et sa liberté. Pour les médias, c’est proclamer leur liberté d’expression et le caractère sensationnel et sans tabou de leurs informations.

  • 18 Pline, HN, 19, 108 : « L’empereur Néron a récemment donné la célébrité au poireau à couper : il en (...)
  • 19 Sur les opéras Nero/Pseudo et Divo Nerone, voir note 68.

14Dernier cas de figure, celui du monde du spectacle et du rock : Néron est l’artiste, l'incarnation du Créateur, de l'acteur et du producteur libre d'entraves et, ès qualités, un héros de la transgression. Sur un mode mineur, ses achats de médicaments contre le mal de gorge évoquent le soin qu’il prenait de sa voix pour ses prestations de chanteur (une meilleure culture historique aurait introduit une référence au porrophage)18. Mais l’essentiel est le rôle théâtral que lui prête la tradition lors de la catastrophe de 64 qui en fait le metteur en scène par excellence et le symbole hollywoodien du plaisir cinématographique. Métaphoriquement, l’incendiaire est un modèle pour le rocker qui met le feu aux normes sociales par sa musique et un label du sensationnel pour les producteurs d’opéras rock qui en font leur héros19.

  • 20 On songe aux publicités de Benetton. Voir M. Tantet, « La stratégie publicitaire de Benetton », Co (...)

15Nous n’avons ni les compétences ni le temps pour apprécier l’efficacité de ces publicités. Dans tous les cas, sur un mode humoristique, Néron y joue le rôle des pin-up sexy autrefois destinées à attirer l’attention sur un soda ou un camion20. Ces publicités portent des messages contradictoires et souvent oxymoriques (les lunettes teintées en vert évoquent à la fois la douceur raffinée des esthètes et la virilité des soldats).

16Comme dans chacune de leurs phases séculaires, les représentations que le xxie siècle forge de Néron donnent à voir le prestige de la culture académique avec les clichés qu’elle véhicule mais n’entretiennent qu’un rapport lointain avec le personnage historique pour refléter les valeurs et interrogations contemporaines. Il y a rupture dans la légende : se référer à Néron, c’est montrer son esprit critique envers les conventions de la société. Néron devient un héros de la liberté individuelle et du droit de l’individu à contester les normes. L’empathie que manifestaient pour lui les libertins, Sade et les décadentistes ne s’étendait pas au-delà de leurs cercles et attirait les foudres de la société. Elle se diffuse aujourd’hui avec beaucoup d’ambiguïtés dans la société entière dans le cadre du néolibéralisme économique et culturel qui démontre sa capacité à transformer un repoussoir universel en argument de vente. La cuvée « Néron » des vins de Moselle est à cet égard significative : il s’agit d’une opération de marketing associée à l’exposition Nero-Kaiser, Künstler und Tyrann présentée dans les musées de Trèves de mai à octobre 2016. Elle a comme pendant la cuvée « Marx » qui a pour prétexte de célébrer un penseur né dans la ville. On est tenté de dire : « Néron, Marx, même combat ! Repoussoirs de l’histoire, unissez-vous pour conquérir de nouveaux créneaux commerciaux ! »

Caricatures

17Depuis deux mille ans, de Vitellius à Barack Obama, il n’est pas un homme politique qui n’ait un jour ou l’autre été traité de Néron par ses adversaires. Figure récurrente de la rhétorique politique, l’empereur est toujours omniprésent dans la vie politique contemporaine. Le nombre des caricatures et photomontages – qui seuls nous intéressent ici – est considérable ; une enquête menée par le biais des moteurs de recherche sur internet permet d’en recenser des centaines et justifie le concept de sérendipité ! Dans l’impossibilité d’en donner un catalogue critique exhaustif, on s’en tiendra aux exemples les plus répandus et/ou les plus significatifs.

Galerie de portraits : Nérons d’Europe, d’Amérique et du monde 

  • 21 Dessin de Plantu, Le Monde, 15 janvier 1995.
  • 22 J. Chirac, Une France pour tous, Paris, 1995.
  • 23 Dessin de Plantu, Le Monde, 7 septembre 1993.
  • 24 Dessin de Serguei, Le Monde, 13 avril 1996.

18En France, la campagne des élections présidentielles de 1995 inspire à Plantu une série de caricatures néroniennes. Il représente François Mitterrand en Néron à plusieurs reprises. Le Parti socialiste doit choisir son candidat pour les élections présidentielles. Encore à l’Élysée, François Mitterrand prend ses distances avec le parti et se moque des candidats en présence. Le 15 janvier, Jacques Lang retire sa candidature : le président joue de la lyre, étendu sur un canapé dans un décor de gentille débauche évoquant une fin de règne21 (fig. 5). Ces dessins font écho aux analyses que propose alors le candidat Jacques Chirac qui dénonce le « déclin du politique » à la fin de la présidence mitterrandienne : une esthétique du pouvoir a remplacé l’exercice du pouvoir, une atmosphère de cour, ou de Bas Empire, est aggravée par une dérive monarchique dans le fonctionnement des institutions… les intérêts privés, l’air du temps, les coteries font la loi22. Plantu dessine Jacques Chirac annonçant sa candidature devant les jeunes du RPR sur une scène de théâtre : en toge, une lyre à la main, le candidat a l’air déboussolé par les textes contradictoires que lui lisent trois souffleurs, Philippe Seguin, Édouard Balladur et Charles Pasqua (fig. 6)23. Élu maire de Lyon en 1995, Raymond Barre fait du développement économique la priorité de son mandat : Serguei le représente jouant de la lyre sur un canapé devant un paysage urbain pollué24.

Fig. 5 – Mitterrand-Néron.

Fig. 5 – Mitterrand-Néron.

Fig. 6 – Chirac-Néron.

Fig. 6 – Chirac-Néron.
  • 25 Caricature de N. Sarkozy, 2005.
  • 26 Voir par exemple Ivan Valerio, « "Macho" Chirac, "Néron" Villepin... Les confidences de Bernadette (...)
  • 27 Dessin de Cabu, Canard enchaîné, 23 mars 2011.
  • 28 L’image provient du site internet de l’Union populaire républicaine https://www.upr.fr/actualite/f (...)

19En 2003, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui veut réformer le régime des retraites, et en 2005 le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy, qui demande aux préfets d’expulser les étrangers en situation irrégulière, provoquent d’importantes manifestations. Plantu et Cabu les représentent festoyant sur des canapés, lyre en main, en affichant un total mépris pour les grévistes et manifestants qui défilent25. Après que Bernadette Chirac l’a surnommé Néron parce qu’il a mis le feu à la « chiraquie » en poussant le président à dissoudre l’Assemblée nationale en 1997, Dominique de Villepin est régulièrement traité de Néron26. Le photomontage diffusé sur un blog place son visage photographié sur la statue acéphale d’un empereur romain sous le titre « Néron De Villepin ». En 2011, Cabu représente le président de la République, installé devant un écran dans le QG des forces armées pour assister en direct aux premiers bombardements aériens de la Libye ; Carla Bruni gratte une guitare en chantonnant « Néron Ô mon Néron… »27. François Hollande n’échappe pas à la néronisation. En 2012, au moment du vote de la loi sur le mariage pour tous, un cartoon le représente à côté d’une statue de lui-même (nu avec une feuille de vigne, lyre en main), avec à l’arrière-fond une cité en feu et deux croix sur lesquelles sont crucifiés un curé en soutane et un personnage en tenue de ville avec les inscriptions « Catho » et « UMP ». Lorsqu’il défend l’euro au cours de la crise européenne de la dette, l’Union populaire républicaine reprend le Néron à Baies peint par Styka en 1900 en substituant aux traits de l’empereur ceux du président et en ajoutant dans le ciel menaçant du Vésuve le sigle de l’euro (fig. 7)28.

Fig. 7 – Hollande-Néron.

Fig. 7 – Hollande-Néron.
  • 29 Dessin de Pancho, Le Monde, 21 janvier 1997.
  • 30 « New Labor disaster », The Guardian, juin 2009.
  • 31 Dessin de K. Stuttmann, Der Tagesspiegel, 3 mars 2015. Maire entre 2001 et 2011, K. Wowereit reven (...)
  • 32 Blog polonais PochwalaGlupoty.pl, 2015 (hors ligne à présent).

20Comme les dirigeants français, ceux des pays européens sont caricaturés en Néron. C’est le cas par exemple du serbe Slobodan Milošević (fig. 8)29, du travailliste anglais Gordon Brown (on le voit chanter devant un temple qui s’effondre et dont les colonnes sont les lettres « New Labor »)30, de la chancelière Angela Merkel et du bourgmestre de Berlin Klaus Wowereit (fig. 9)31, du chef de l’Alliance néoflamande pour l’indépendance de la Flandre Bart de Wewer, de Mariano Rajoy, Vladimir Poutine, Jarosław Kaczyński (fig. 10)32 , etc.

Fig. 8 – Milosevic-Néron.

Fig. 8 – Milosevic-Néron.

Fig. 9 – Wowereit-Néron.

Fig. 9 – Wowereit-Néron.

Fig. 10 – Kaczyński-Néron.

Fig. 10 – Kaczyński-Néron.

21Le pays où Néron est sans conteste le plus fréquemment convoqué est l’Italie. En avril 2013, dans son conflit avec le gouvernement Letta, Matteo Renzi est représenté devant le Colisée en flammes. En avril 2013, Beppe Grillo traite le secrétaire du Parti démocrate Pier Luigi Bersani de Néron parce qu’il passe un accord avec Silvio Berlusconi pour l’élection du président de la République italienne. Un photomontage de son blog montre un buste de Bersani-Néron devant le palais du Quirinal en flammes33. Ailleurs, il traite Romano Prodi de « Fascista, deficiente, Nerone ». En toute réciprocité, Silvio Berlusconi dénonce en Grillo un apprenti dictateur qui brûlera Rome comme Néron.

  • 34 Voir le recueil que S. Berlusconi a publié lui-même : Berlusconi, je te hais, Mondadori, 2005.

22Silvio Berlusconi est traité de Néron tout au long de sa carrière par ses adversaires politiques et la presse italienne et internationale34. On lui reproche sa corruption et son enrichissement personnel (comme Picsou, Nanerone plonge avec délice dans une mer de pièces d’or) et son usage exhibitionniste des médias qu’il contrôle (il passe son temps à auto célébrer ses mérites en chantant). Au lendemain du tremblement de terre de 2009, sous l’inscription « e ora ? », Vauro le représente, la lyre en main, devant L’Aquila en ruine et s’exclamant sous la mention « e ora ? » : « La new town ! », allusion à la Néropolis.

23Rendant compte de ses mesures fiscales et économiques, le Financial Times Newsweek de décembre 2011 titre : « Berlusconi comme Néron, il fait de la musique pendant que Rome brûle » (fig. 11)35. Toute la presse italienne reprend l’article. Lors d’une manifestation organisée au Grand Cirque par la CGIL, un ouvrier promène une pancarte « Berlusconi, ne fais pas comme Néron ! » et explique à un journaliste36 :

[…] l’endroit accueillait courses de chevaux et autres divertissements du peuple […] c’est d’ici même que Néron a déclenché le grand incendie qui dévasta Rome, en 64 […] Aujourd’hui, nous sommes là pour empêcher Berlusconi de mettre le feu à tous nos droits […] pour éteindre le grand incendie du Code du travail. Par millions, les manifestants [refusent le pain] et les jeux télévisés offerts par le régime.

Fig. 11 – Berlusconi-Néron.

Fig. 11 – Berlusconi-Néron.

24Silvio Berlusconi chante devant le drapeau européen, une carte de l’Italie en flamme ou un paysage romain ruiné en s’accompagnant d’une lyre qui prend la forme du sigle de l’euro.

  • 37 Dessin de Dave Brown © Dave Brown / The Independent 2011.

25Sa sexualité et les parties fines qu’il organise dans ses villas inspirent plusieurs dessins où folâtrent de jeunes femmes dénudées. Sur une vignette de Dave Brown, avec au fond, d’un côté Saint-Pierre, de l’autre le Colisée en flammes, Silvio Berlusconi joue d’un violoncelle dont la forme féminine cite le célèbre « violon d’Ingres » de Man Ray (fig. 12)37 avec la mention du fameux « bunga-bunga ». Luis Sepúlveda en fournit une exégèse appropriée :

  • 38 L. Sepúlveda, « Un vieux qui ne me plaît pas », dans Histoires d’ici et d’ailleurs, Paris, 2011.

Au milieu des filles qui se baignent en petite tenue, on a pu voir, grâce à l’habileté d’un paparazzi, un responsable du gouvernement tchèque profondément eurosceptique arborant une érection à la charge du Trésor public italien et, au centre de tout cela, l’incombustible silhouette d’un vieux beau prénommé Silvio, ou « papi » aux dires des invitées, promenant son arrogance sénile, son insolente vieillesse, sa décadence abjecte, convaincu d’être le nouveau Néron de l’Italie.
Comme dit la Bible : rendons à Dieu ce qui est à Dieu et à César l’hôpital gériatrique38

Fig. 12 – Berlusconi-Néron.

Fig. 12 – Berlusconi-Néron.

26Ses manœuvres pour échapper aux juges lui valent d’être identifié à Néron en pleine Chambre des députés. En 2009, lorsque le Parlement débat de la levée de son immunité parlementaire, le député Di Pietro (Italie des valeurs) qui a été l’un des protagonistes de l’« opération main propres » l’attaque : Silvio Berlusconi a fait passer trente-sept lois destinées à protéger ses intérêts personnels (notamment la loi accordant l’immunité pénale aux plus hauts personnages de l’État, qui a été invalidée par la Cour constitutionnelle) ; c’est du fascisme et du piduisme (allusion à la loge maçonnique P2) ; chaque période historique a sa forme de fascisme : Silvio Berlusconi est aujourd’hui comme Néron. Même son de cloche chez Oliviero Diliberto (communiste) : « Dans notre histoire, je crois qu’il n’y a qu’un précédent au comportement de S. Berlusconi : celui de l’empereur romain Néron ». Des dessins le figurent en toge faisant un bras d’honneur ou proclamant fièrement « veni, vidi, evadi » avec comme sous-titre « dopo Cesare, aspettando il nuovo Nerone ».

27Néron est aussi mis à contribution pour critiquer des institutions et des courants d’idées. Les opposants à l’Europe de tendance souverainiste dénoncent dans « l’eurocratie » bruxelloise et les argentiers responsables de l’euro des Nérons qui chantent l’incendie de l’Europe qu’ils ont allumé. Reprenant une huile de Pyle de 1897, l’Union populaire républicaine ajoute à la couronne de lauriers et à la toge de l’empereur les étoiles du drapeau européen et sur l’horizon rougeoyant un grand sigle de l’euro (fig. 13), avec ce commentaire : « L’euro ruine notre pouvoir d’achat, entretient le chômage, plombe nos entreprises, et accélère les délocalisations. Rétablir le franc, c’est évidemment possible, et c’est indispensable39 ! »

Fig. 13 – Néron, ou le désastre de l’euro.

Fig. 13 – Néron, ou le désastre de l’euro.
  • 40 Le site de numérologie Bible News établit l’équation 666 = Néron = Peter Ustinov (qui incarne Néro (...)
  • 41 On se bornera à citer des références françaises : interview de Christine Boutin (http://www.atlant (...)

28Des partisans d’une inscription des racines chrétiennes dans la constitution européenne voient dans le refus de leur proposition une posture néronienne et démoniaque40… Dans tous les pays, le mariage pour tous déchaîne sur les blogs de ses opposants un véritable délire néronien : avec un consensus remarquable, ils rappellent que Néron est l’initiateur du mariage homosexuel (preuves historiques à l’appui : le mariage avec Pythagoras mentionné par Suétone, Nér., 28‑29) ; celui-ci et l’homosexualité sont quelque chose que les premiers chrétiens ont dû affronter dans le cadre de l’obscurité de leur temps41, le mariage et l’adoption pour les homosexuels sont une bombe à retardement pour la civilisation, c’est vouloir retrouver la Rome amorale, païenne et décadente de Néron dont la Gay Pride donne l’image. Dans une autre sphère, les tabloïds anglais font de Néron l’emblème des dangers du multiculturalisme. On le voit, l’usage de la figure de Néron est en ces domaines idéologiquement très connoté.

29Dans une démarche inverse, pour marquer la radicalité de son action pour éradiquer le trafic de drogue, la police italienne la baptise « opération Néron » et fait coller des affiches où figurent sous la mention « Operazione Nerone » les photographies des trafiquants arrêtés.

  • 42 Dessin de Vauro, 2005, http://www.kikopol.bitacoras.com/vauro (hors ligne).
  • 43 Le dessin est sur la couverture du New Yorker, 22 janvier 2007.
  • 44 Cartoon américain.
  • 45 Dessin de Serguei, Le Monde, 2004.

30Si on traverse l’Atlantique, la moisson est aussi nombreuse. Commençons, à tout seigneur, tout honneur, par George W. Bush et Barack Obama. En 2005, George W. Bush joue du banjo pendant le cyclone Katrina (fig. 14a)42. En 2007, les justifications qu’il avance pour mener la guerre d’Irak inspirent les dessinateurs. Un dessin d’Anita Kuntz pour le New Yorker le représente à la tribune de la Maison Blanche prononçant le discours à la nation en tenue de légionnaire grattant une lyre (fig. 14b)43. Sur une photographie d’une allocution où il est entouré par George Bush senior et Jimmy Carter, un montage substitue les traits de Néron aux siens. Une vignette de 2007 suggère que Néron était plus lucide que lui ; l’empereur répond à un officier légionnaire va‑t‑en-guerre : « Invade Mesopotamia ? I may be crazy, but I’m not stupid ! » (fig. 14c)44. Il préside aux jeux de l’arène du Colisée, assimilé à la prison d’Abou Graib (fig. 14d)45.

Fig. 14 – Néron-Bush.

Fig. 14 – Néron-Bush.

31Plus souvent que George W. Bush et sur des thèmes plus variés, Barack Obama est identifié à Néron46. En politique intérieure, de multiples dessins le représentent chantant devant les catastrophes économiques et sociales que sa politique provoque (fig. 15a). Muni d’une guitare lance-flammes, il incendie l’économie et le plein-emploi ; le Capitole et Washington brûlent (fig. 15abe)47. Succédané de l’Antéchrist, il ignore les cris des chrétiens du Proche-Orient et refuse de dénoncer les crimes musulmans (fig. 15c)48 ; devant une ville en feu (Alep ?) où s’agite un forcené armé d’une kalachnikov, Nerobama se concentre sur son instrument de musique de prédilection. Sur une caricature israélienne, l’oncle Sam est le chef d’un orchestre où jouent les leaders du monde devant une représentation allégorique de la Syrie en flammes. Les journaux lui font jouer de la musique devant la planète en feu (fig. 15e)49.

Fig. 15 – Obama-Néron.

Fig. 15 – Obama-Néron.

32Il existe des caricatures de Donald Trump (The modern Nero, portrait modifié d’une œuvre de Janssens de 1618) et d’Hillary Clinton lorsqu’elle était secrétaire d’État (la National Review lui fait jouer du violon devant l’ambassade américaine de Benghazi au moment de son attaque en 2012). Sont aussi des Nérons des entités politiques (le Congrès, le Parti républicain, le Tea Party), des vedettes de l’écran (Robert de Niro, ou de Nero…) ou du monde des affaires (Marc Zuckerberg vautré sur un matelas où pleuvent les dollars acquis aux dépens des petits actionnaires de son entreprise).

  • 50 Maine Environmental News, mars 2016 (la page n’est plus accessible).

33Avec une signification inverse, un projet de protection de la nature choisit Néron comme nom pour affirmer la radicalité de ses desseins50.

  • 51 Journal de Montréal, 2012.
  • 52 Blog vénézuélien, 2012.
  • 53 Blog équatorien, 2015.
  • 54 El paradeiso perdido, 22 mars 2009.

34Au Canada, le maire de Montréal Régis Labeaume et le gouverneur du Québec Jean Charrest chantent devant l’incendie de leur ville et de leur province51. En Amérique latine, les chanteurs sont Hugo Chavez (Venezuela) [fig. 16a]52, Alexis Mera (secrétaire de la présidence de l’Équateur) [fig. 16b]53, Nestor Kirchner (Argentine) [fig. 16c]54, Álvaro Uribe (Colombie), Felipe Calderon (Mexique), Guido Mantega (Brésil), etc.

Fig. 16 – Nérons d’Amérique latine.

Fig. 16 – Nérons d’Amérique latine.
  • 55 Affiche électorale turque, 2014.
  • 56 www.arabia.com/Palestine, 2004 (hors ligne).
  • 57 Matin d’Algérie, 8 mars 2011.
  • 58 www.ackersart.wordpress.com/tag/zuma (site supprimé).

35Des responsables d’autres parties du monde sont enfin caricaturés en Néron ; Yasser Arafat, Saddam Hussein, Mahmoud Ahmadinejad, Mouammar Kadhafi (et plus à l’est l’Indien Narendra Modi) chantent pendant que leurs pays brûlent. Il s’agit de dessins dus à des dessinateurs européens. Les exemples d’appropriation du thème par des caricaturistes non occidentaux se comptent sur les doigts de la main, mais méritent d’être signalés. Sur ses affiches électorales de 2014, l’opposition turque juxtapose les portraits de Recep Tayyip Erdoğan et de Néron, et annonce la catastrophe que provoquerait son élection (fig. 17)55 ; des dessins palestiniens, syriens et algériens visent respectivement Ariel Sharon (fig. 18)56, Bachar El Assad (fig. 19) et Abdelaziz Bouteflika (sur un fond noir, des allumettes s’enflamment avec les mentions : « Le pouvoir joue avec le feu », « Arrêtons la main de Néron » [fig. 20]57). Bien que leurs opposants les identifient régulièrement à Néron, les dirigeants africains semblent ne pas être caricaturés avec ses traits ; le seul que nous ayons découvert vise le président sud-africain Jacob Zuma : dans le Colisée dont les gradins flambent, il court entre des statues allégoriques de ses dérives avec le texte : « Nero fiddles (with himself) while Rome burns58. » Un seul continent ignore l’empereur romain, l’Asie (bien que les Japonais en fassent le personnage de mangas depuis quelques années).

Fig. 17 – Erdogan-Néron.

Fig. 17 – Erdogan-Néron.

Fig. 18 – Sharon-Néron.

Fig. 18 – Sharon-Néron.

Fig. 19 – Bachar-Néron.

Fig. 19 – Bachar-Néron.

Fig. 20 – Bouteflika-Néron.

Fig. 20 – Bouteflika-Néron.

Les cartons : conventions héritées du passé et innovations

36Sauf exception, Néron est représenté vêtu d’une toge de fantaisie et couronné de laurier ; ce qui permet de l’identifier est l’instrument de musique qu’il tient en main et le décor de catastrophes de l’arrière-plan. Les photomontages juxtaposent son portrait et celui du politique attaqué, ou substituent les traits de l’un à ceux de l’autre.

37Dans une première catégorie de dessins, il est figuré en buste, en pied ou festoyant étendu sur un canapé, une lyre et/ou du raisin en main, dans une attitude de profond mépris pour le peuple qui manifeste devant lui son mécontentement. Le motif du canapé qui stigmatise la décadence d’un régime ou de la fin de règne d’un responsable reprend (volontairement ou non ?) un répertoire symbolique balisé par Les Romains de la décadence de Thomas Couture de 1847.

38Dans une deuxième catégorie, de loin la plus nombreuse, le personnage caricaturé joue de la musique devant des temples et des colonnes qui s’écroulent, des villes, des édifices ou la planète Terre ravagés par le feu. Dans toutes les langues revient la même formule : « Néron chante pendant que Rome brûle », Nero fiddled while Rome burned, Nerone suona la lira mentre Roma brucia. Si nécessaire, des inscriptions informent le lecteur de ce qui est détruit : la démocratie, la paix, le plein-emploi, la monnaie, la culture, l’Université, l’école, etc.

39Pour mémoire, Tacite et Suétone indiquent que Néron fut accusé d’avoir incendié Rome en 64 et chanté la ruine de Troie en contemplant la catastrophe. Ils précisent qu’il s’agit de rumeurs auxquelles Néron mit fin en accusant les chrétiens qu’il supplicia au Vatican. Ces rumeurs se transforment en vérité historique au iie siècle et cette vérité demeure jusqu’à nous.

  • 59 Les premiers exemplaires semblent dus à H. Leutmann (Néron, huile de 1864) et K. Piloty (L’Incendi (...)

40Régulièrement mentionné par les sources textuelles depuis l’Antiquité, l’incendie est représenté à toutes les époques (illustration de De casibus de Boccace, peintures d’Hubert Robert, de Turner) mais sans Néron. Il faut semble-t‑il attendre la seconde moitié du xixe siècle pour que le carton de Néron jouant de la lyre (ni Tacite ni Suétone n’en parlent) soit créé59. Le thème devient majeur avec le Quo vadis ? de Henryk Sienkiewicz et ses illustrations par Jan Styka (1901-1904), les spectacles populaires (par exemple au cirque du pont de l’Alma en 1891) et les péplums. Il donne alors lieu à des lectures antithétiques. D’un côté, il est le spectacle par excellence qui fait de Néron le génie démiurgique des metteurs en scène, et dans la culture hollywoodienne une figure emblématique du plaisir cinématographique. À ce titre, il devient un spectacle dans le spectacle et un tableau autonome. D’un autre, dans le contexte des violentes attaques que lancent les anticléricaux contre elle, l’église l’érige en moment emblématique de l’histoire universelle : il signifie la fin du monde païen au zénith de la corruption, et la victoire de la vraie foi, une lecture qui demeure présente dans les sphères chrétiennes conservatrices.

  • 60 G. Brassens, Le feu de la ville éternelle est éternel, 1985, qui reprend Lamartine (A Némésis, 183 (...)

41À ces composantes issues de la légende, le xxie siècle en ajoute de nouvelles dans le champ de la métaphore, qui sont caractéristiques des sociétés contemporaines : les Nérons actuels détruisent les sociétés dont ils sont responsables en mettant en scène leur pouvoir dévastateur60. Nous y reviendrons.

  • 61 Même constat pour le calife de l’État islamique qui évoque pourtant les oracles sibyllins annonçan (...)

42Les cartons reprennent ceux qu’ont créés au xixe siècle les « pompiers » et des peintres qui ne figurent pas au panthéon de l’art (Leutmann, Styka, Pyle) et diffusés par les péplums, les publicités et les livres d’histoire. Proches les uns des autres, ils semblent circuler d’un pays à l’autre, entre l’Europe et les Amériques. Très limité, le répertoire ignore la prodigieuse collection de formes et de sujets que lui offre l’art, du Moyen Âge au xixe siècle, censure des sujets d’une brûlante actualité (l’homosexualité et le terrorisme, par ailleurs très présents dans le discours sur la décadence et la violence néroniennes de notre temps) et ne va pas chercher dans les textes latins et grecs des épisodes qui collent pourtant à l’actualité. Il est vrai que le publiciste et le caricaturiste doivent être compris de leurs lecteurs et donc travailler sur le socle des connaissances qu’ils ont en commun. Évoquer les Augustiani pour caricaturer l’enthousiasme du public rétribué pour applaudir les candidats américains ou français lors de leurs meetings électoraux tomberait sans doute à plat61… La pauvreté du répertoire fait qu’un même carton peut servir à des dénonciations différentes voire opposées et qu’en comprendre la signification est parfois difficile si un texte ne précise pas ce qui est dénoncé et pourquoi.

43Par ailleurs, les caricaturistes innovent : rompant avec les traditions des ateliers de peinture, leur esthétique cultive celle des cartoons et de la bande dessinée. Se livrant à un aggiornamento des formes architecturales qu’ils représentent, ils associent des vestiges antiques rendus populaires par la culture de masse et le tourisme (par-dessus tout le Colisée) et des édifices emblématiques des villes (le Capitole, la porte de Brandebourg, le palais du Quirinal, des minarets etc.).

44L’évolution peut-être la plus intéressante concerne l’instrument de musique joué par Néron. La lyre que les dessinateurs du xixe siècle lui mettaient en main est toujours bien présente et demeure un symbole clé (fig. 21). Le luth et surtout le violon apparus à la Belle Époque lui font concurrence (fig. 22). Le xxie siècle diversifie la palette (fig. 23) : Silvio Berlusconi joue d’un violoncelle-femme emprunté à Man Ray et de l’euro (dont le sigle n’est pas sans rappeler la lyre) [fig. 23ab], George W. Bush du banjo (fig. 23c), Ignazio Marino, maire de Rome, de la flûte de Pan (fig. 23d), Barack Obama gratte une guitare électrique lance-flammes (fig. 23e) et, évolutions ultimes, joue sur une tablette ou prend un selfie (fig. 23fg).

Fig. 21 – La lyre.

Fig. 21 – La lyre.

Fig. 22 – Le luth et le violon.

Fig. 22 – Le luth et le violon.

Fig. 23 – Variations éthiques, ethniques et techniques : l’aggiornamento actuel.

Fig. 23 – Variations éthiques, ethniques et techniques : l’aggiornamento actuel.

Néron ou les malheurs du temps. Thématiques séculaires et innovations.

  • 62 Des sites la tiennent pour emblématique de l’union de la franc-maçonnerie, des sionistes et des sa (...)

45Religieusement et moralement, les composantes chrétiennes demeurent fortes. Sont traités de Néron ceux qui pratiquent personnellement, ou légitiment et légalisent des mœurs épouvantables, bafouant les valeurs éternelles du christianisme et précipitent la décadence morale et « civilisationnelle » des sociétés qu’ils dirigent. Revient régulièrement la thématique du païen débauché et de l’immoralité de l’âge néronien (mais c’est dans le discours plus que dans les caricatures, on ne montre pas l’abominable). Enracinée dans le même terreau, la thématique de l’Antéchrist est toujours cultivée dans des cercles fondamentalistes chrétiens et chez les adeptes de la numérologie. La « croix de Néron » (ou de Satan) reprend le symbole de paix du mouvement Peace and Love pour en inverser la signification : inscrite dans un cercle démoniaque, la croix renversée rappelle le supplice des chrétiens62.

  • 63 Faut-il gloser sur l’ombre qui plane sur ces noms, celle de l’« ordre Néron » donné en 1945 par Hi (...)

46Politiquement, la figure emblématique de la tyrannie s’applique logiquement aux dictateurs, mais aussi aux plus hauts responsables de régimes parlementaires et aux édiles locaux (que nous n’avons pas pris en compte). Avec des nuances selon les régimes politiques, les Nérons d’aujourd’hui méprisent les peuples, négligent les affaires publiques, sont incompétents et corrompus et ne songent qu’à leur enrichissement personnel. Ils bafouent les droits de l’Homme, font un emploi incontrôlé des forces armées et mènent des guerres injustes. Mais l’image du destructeur est aussi mise à contribution pour signifier la radicalité d’opérations de salut public : elle est utilisée par la police italienne dans sa lutte contre les trafiquants de drogue et par des mouvements écologiques américains pour sauver la planète, ce qui ne va pas sans une certaine ambiguïté idéologique63.

47Le xxie siècle innove sur deux points : il introduit Néron dans le monde de l’économie et des médias. Pour la première fois est fait un ample usage métaphorique de l’incendiaire : tous les dirigeants jouent de la musique devant les catastrophes que leurs politiques économiques, fiscales et sociales engendrent. Par ailleurs, chantant devant les incendies qu’ils allument, ils se livrent à l’exhibitionnisme criminel dont l’empereur est le suprême exemple. L’autonomie gagnée par le tableau de l’incendie, depuis 1900, pousse à une autre lecture : qui regarde le dessin est placé dans la position d’un spectateur qui assiste à une représentation théâtrale dont le politique visé est l’acteur et l’incendie le décor du fond de scène. Est ainsi implicitement dénoncé le cabotinisme teinté de mégalomanie des politiciens qui autocélèbrent médiatiquement leur pouvoir.

De l’efficacité politique des images : acceptation de la légende et révisionnisme

48Pour comprendre quel imaginaire antique occupe l’esprit des caricaturistes et de leurs lecteurs, il convient de se demander si accuser un responsable d’être un Néron est politiquement efficace ou relève des poncifs de la rhétorique.

  • 64 En visite au Vatican, Dominique de Villepin rit devant une fresque représentant Néron : « Vous sav (...)

49À notre connaissance, dans la quasi-totalité des cas, être caricaturé en Néron n’a pas de conséquences pour la carrière des politiques concernés. On ne connaît pas de plaintes qu’ils aient déposées devant les tribunaux pour diffamation ou injure, ni d’exemples de changements dans leurs discours publics (on est loin de Louis XIV qui aurait, selon Louis Racine, cessé de danser après avoir vu le Britannicus de son père !). Cette absence de réaction semble signifier que Néron appartient au monde « politiquement correct » des régimes électifs et que l’évoquer ne déchaîne ni les fantasmes ni les terreurs qu’il a nourris jusqu’au xixe siècle… La référence à la culture classique atteste la rémanence de son prestige, mais son caractère conventionnel révèle la place marginale qu’elle occupe dans la formation des dirigeants, des caricaturistes et du grand public. Dominique de Villepin constitue peut-être l’exception qui confirme la règle : à notre connaissance, il est le seul à commenter – avec humour – son identification64.

  • 65 Information apportée par J. P. Elkabbach après son interview de Fr. Mitterrand, alors rongé par la (...)

50Rares sont les politiques qui se sentent suffisamment concernés pour estimer une réponse nécessaire. Ils adoptent deux postures diamétralement opposées. Avec pour arrière-fond le poids des fondamentalismes religieux et de la culture hollywoodienne des USA, George W. Bush est visiblement touché puisqu’il entrave la diffusion du livre de James Hatfield, El Neron del Siglo XXI/Fortunate Son. George W. Bush, Presidente (préface de J. Saramego, Madrid, 2004). D’autres politiques remettent en cause le bien-fondé de la figure traditionnelle de Néron. Pour François Mitterrand, « On est souvent injustes avec les grands personnages de l’histoire. Prenez Néron par exemple : ce n’est pas lui qui a brûlé Rome65 ! »

  • 66 Déclaration rapportée par la presse italienne le 19 octobre 2014.

51Silvio Berlusconi va beaucoup plus loin en amplifiant avec ses proches un mouvement de réhabilitation marqué par le livre de Massimo Fini, Nerone. Duemila anni di calunnie (Milan, 1993) et le drame de Giacomo Ricci, Nerone : autodifesa di un mostro (Rome, 1998), dédiés « à la jeunesse, parce que, à travers les mensonges sur l’histoire d’hier, on peut reconnaître ceux, beaucoup plus importants pour elle, sur l’histoire d’aujourd’hui » et « à ceux qui croient en l’amour, en la justice et en la vérité ». Un proche de Silvio Berlusconi, le sénateur Marcello dell Utri, préface en 1998 une édition de l’Encomium Neronis de Cardan – un exceptionnel éloge de Néron publié en 1562 – sous le titre Cardano e le mani pulite della storia. En 2014, après avoir assisté à une représentation de la pièce de théâtre tirée de Nerone. Duemila anni di calunnie, Silvio Berlusconi déclare que le spectacle lui a plu parce qu’il est conforme à la vérité historique, et qu’on est bien obligés de constater qu’on a raconté sur l’empereur comme sur lui beaucoup de bêtises66.

  • 67 Extrait du discours inaugural du maire d’Anzio : « A distanza di venti secoli finalmente gli stori (...)
  • 68 Divo Nerone entend montrer que celui que l’histoire présente comme un fou sanguinaire fut en réali (...)

52En 2010 et 2014 sont élevées, pour la première fois depuis deux mille ans, des statues à Néron, à Anzio (fig. 24a) et Adro (près de Brescia) [fig. 24b], ce qui constitue un événement. À Anzio, la décision de l’ériger émane d’un maire appartenant au parti de Silvio Berlusconi, Il Popolo della Libertà, qui veut célébrer un empereur né dans la cité. Néron est représenté en toge, la statue est en bronze, l’inscription sur le socle reproduit approximativement le modèle antique du titulus et de l’elogium. La plastique, l’inscription et le discours inaugural se veulent historiques et il s’agit de célébrer un empereur victime de l’histoire. Bien exposée sur la promenade de bord de mer au voisinage des ruines du palais impérial, la statue attire le regard des familles italiennes et des touristes qui déambulent. Placée au centre d’un rond-point autour duquel tournent les voitures, et réalisée en pierre, celle d’Adro figure Néron jouant de la lyre. Sur le socle est gravée une boutade d’Alberto Sordi : « Après tout Néron n’était peut-être pas si fou que ça d’avoir brûlé Rome » (traduction libre de l’auteur). Dans la mouvance de la Ligue du Nord, le maire d’Adro fait de Néron une figure du combat contre les structures actuelles de l’État italien. Les préoccupations des deux maires sont donc différentes, mais leur discours historique est identique : il faut combattre les ridicules reconstructions des historiens et du cinéma, et réhabiliter une victime de l’histoire67. Sur des modes pseudo-historique et métaphorique, il s’agit bien d’une réhabilitation de Néron. Ces idées vont sans doute connaître un grand succès populaire en 2017 avec l’opéra rock Divo Nerone donné à Rome68.

Fig. 24 – Réhabilitation et révisionnisme à l’italienne : les statues d’Anzio et Adro.

Fig. 24 – Réhabilitation et révisionnisme à l’italienne : les statues d’Anzio et Adro.

Néron et nous, l’Antiquité et nous

53Le but de ce volume est de mieux connaître la réception actuelle de l’Antiquité, ses codes, ses stéréotypes et ses innovations dans la culture populaire. Les usages de Néron dans le marketing et la caricature permettent d’éclairer la question (il faut néanmoins souligner que Néron est un cas spécifique car sa légende bimillénaire possède sa propre dynamique). Ils posent la question de la pertinence des exégèses philologiques et historiographiques érudites pour décoder la représentation de l’Antiquité des professionnels du marketing, des caricaturistes et de leurs clients et lecteurs.

54À de rares exceptions près, les publicités et les caricatures que nous avons répertoriées émanent d’entreprises et de médias européens et américains, autrement dit des aires séculairement marquées par la culture classique et le christianisme. On les trouve dans les journaux de l’intelligentsia comme dans les tabloïds, dans la presse nationale comme dans la presse locale, sur des blogs mondialement fréquentés comme sur ceux que ne consulte qu’une poignée d’internautes. L’usage de la figure de Néron est donc révélateur de la culture historique et de l’imaginaire antique de nos contemporains : on peut y voir un signe de la rémanence de la culture classique (et biblique) et de son prestige, mais son rapport à l’Antiquité est plus que problématique car la figure n’entretient pour ainsi dire aucun rapport avec le Néron historique.

55Seule une enquête socioculturelle approfondie permettrait de connaître les interprétations historiques que font les différentes catégories du lectorat de ses représentations. On se bornera à rapporter celle qu’un amateur de caricatures, par ailleurs militant des droits de l’Homme, fait du dessin de Cabu représentant Nicolas Sarkozy en train de banqueter et de jouer de la musique, en ignorant les manifestants qui défilent sur un fond d’incendie pour protester contre sa politique : « Il y en a qui se la coulent douce pendant que les travailleurs souffrent et luttent. » Mobilisant ses souvenirs scolaires, il identifie bien Nicolas Sarkozy à Néron, mais comme figure des « classes oisives ».

  • 69 Il y a aujourd’hui consensus pour considérer que l’incendie éclate accidentellement le 18 juillet  (...)

56Publicistes et caricaturistes ne puisent jamais leur inspiration dans le corpus des sources antiques (ni dans les études scientifiques), ce qui n’a en soi rien de choquant – ils n’ont pas vocation à enseigner l’histoire, et la fiction a tous ses droits. Ils la puisent dans la légende, qui compte parmi les savoirs fondamentaux transmis par l’école, la littérature, les arts et les médias. Aussi en véhiculent‑ils contre-vérités et erreurs. Certaines tiennent à un simple manque de connaissances historiques : invoquer les vertus adoucissantes de la teinte verte de l’émeraude de Néron pour vendre des lunettes, ou ses gladiateurs pour vendre des chaussures, c’est ignorer qu’il est simplement myope (ou hypermétrope, on peut en discuter) et, erreur plus grave, qu’il a horreur de la gladiature – il est le seul empereur à avoir envisagé de la transformer en escrime sans mise à mort – ; opposer sa lucidité à celle de George W. Bush dans les guerres du Proche-Orient est méconnaître ses relatives réussites militaires face à l’Empire parthe et sa popularité dans la région. D’autres erreurs tiennent à la passivité avec laquelle sont repris des lieux communs aussi grossièrement faux que séculaires (aucun spécialiste ne pense que Néron a délibérément mis le feu à Rome69, Néron est évidemment sans rapport avec le Colisée, son époque n’a rien de « décadente » – concept qu’au demeurant l’historien récuse –, etc.).

57Comme dans chacune des phases de la légende, notre époque conserve ses traits anhistoriques et rhétoriques – c’est un tyran, un assassin, un débauché, un incendiaire, un mégalomane, etc. – et innove en en faisant l’image spéculaire des incertitudes et interrogations intellectuelles et morales qui la taraudent. La légende entre dans une nouvelle phase : pour la première fois, Néron fait son apparition dans le domaine du consumérisme et devient un héros du droit de l’individu à transgresser les règles. On l’a déjà dit, alors que la sympathie que lui avaient témoignée Jérôme Cardan, les libertins, Sade et les décadentistes ne concernait que des cercles restreints et réprouvés par la société, un mouvement actuel de grande ampleur ne le considère pas uniquement comme un repoussoir radicalement antithétique de la société : le néolibéralisme politique, économique et culturel montre sa formidable aptitude à ingérer ce qui conteste les valeurs sur lesquelles il dit fonder sa légitimité, pour en faire un combustible de sa dynamique et délégitimer toute aspiration à une alternative au système en place. Le processus favorise une entreprise de réhabilitation dont l’ampleur est historiquement nouvelle. Plus que de réhabilitation, il s’agit en fait de révisionnisme, voire de négationnisme avec les relents idéologiques dont ces termes sont imprégnés.

Conclusion

  • 70 Voltaire, Le Cri des nations, 2, « Quelle peut être la cause de toutes ces prétentions » (Genève, (...)

58Le rapport à l’Antiquité que révèle l’image de Néron est riche de signification. On y verra le poids des images conventionnelles tenues pour acquises parce que séculaires (ce que Fernand Braudel appelait la prison séculaire des mentalités). L’approche critique des élites savantes n’a jamais réussi à combattre les conceptions fantasmatiques et erronées du monstre. Pour paraphraser, en le détournant, ce que Voltaire écrit sur Pierre et Néron : « Est-il possible que ce soit sur de pareils contes que l’imbécillité humaine ait établi, dans des temps barbares, la plus énorme puissance qui ait jamais opprimé la Terre, et en même temps la plus sacrée ? » est plus que jamais d’actualité70.

Notes

1 Sur la légende de Néron, on citera trois publications : J. Elsner et J. Masters, Reflections of Nero. Culture, History and Representation, Londres, 1994 ; J.‑M. Croisille, P. Martin et Y. Perrin (éd.), Neronia. V, Néron, histoire et légende. Actes du Ve colloque international de la SIEN (Clermont-Ferrand et Saint-Étienne, 26 novembre 1994), Collection Latomus 247, Bruxelles, 1999 ; D. Grau, Néron et l’Occident, Une figure de l’histoire, Paris, 2015 (cet ouvrage ne traite pas de l’époque contemporaine).

2 On a eu l’occasion d’aborder la question dans : Y. Perrin, « Néron dans l’imaginaire politique contemporain », dans Y. Perrin et F. Galtier (éd.), Ars pictoris, Ars scriptoris. Peinture, littérature, histoire. Mélanges offerts à J.M. Croisille, Clermont-Ferrand, 2008, p. 399‑419.

3 En raison des contraintes juridiques et financières qui pèsent sur la publication des dessins, nous ne pouvons en donner toutes les reproductions souhaitables. Dans le cadre d’échanges privés, nous tenons le corpus iconographique que nous avons constitué à la disposition des lecteurs intéressés.

4 Il est parfois difficile de savoir s’il s’agit de l’empereur Néron ou du nom d’un particulier, le patronyme Néron (Nero, Nerone etc.) étant répandu. Par ailleurs nero signifie souvent simplement noir (l’album Nero Nemesis du rappeur Booba renvoie à un bolide noir sans rapport avec l’Antiquité, voir à ce sujet l’article de Nadège Wolff sur le carnet Antiquipop, http://antiquipop.hypotheses.org/1251, consulté le 6/10/2017).

5 La nature de la documentation abordée dans le cadre de cet article rend difficile, voire parfois impossible, de donner accès à l’intégralité des images commentées et de fournir des crédits complets. Quand cela est possible, les informations sur l’auteur et la source sont citées dans le texte ou en note (note des éditeurs).

6 Voir le spot en italien « Salti in padella con Nerone » de Findus (www.youtube.com/watch?v=yxr7LGRrhws, consulté le 6/10/2017) avec cet étourdissant dialogue entre une grand-mère (Domitia ?), qui prépare le plat : « Tu vois, Néron, il faut décongeler à feux doux », et le petit Néron : « Je veux que ça brûle mieux ! Je veux que ça brûle mieux !», etc.

7 Extraits des messages publicitaires des boutiques concernées : par l’exemple la marque Nerone Uomo affirme sur son site (http://www.neroneuomo.flazio.com/) : « L’uomo nerone ha un irrefrenabile istinto narcisistico animato da un’essenza di pura dinamicità. È giovane, vive di slanci e si nutre di esperienze, nella mondanità delle occasioni speciali come nella vita di tutti i giorni tra lavoro, tempo libero e divertimento notturno. Esprime il suo style life con un total look magnetico che corre audace contro i confini dell’eccentrico, dall’urban every day aggressivo all’elegante informale… » (note de l’éditeur : « L’homme néron a un irrépressible instinct narcissique animé dont l’essence est de la pure dynamique. Il est jeune, confiant dans son instinct et se nourrit d’expériences mondaines, comme de la vie de tous les jours, entre travail, temps libre et divertissements nocturnes. Il rend visible son style de vie avec un “total look” magnétique qui se développe audacieusement aux limites de l'excentrique, entre une urbanité agressive quotidienne et une l'élégance informelle... »).

8 Il s’agit d’une publicité de Ray Ban avec référence à Suétone, Néron, 32.

9 Sont sérigraphiés un buste du Musée national de Rome (inv. 618) et un faux du début du xviiie siècle (?), dont un exemplaire est au musée du Louvre.

10 Publicités de Lisomucil (Italie, 1999).

11 L’allusion est particulièrement évidente en allemand où Rome est ortographiée Rom.

12 Spot Nerone Api visible sur www.youtube.com/watch?v=0O2YAlTzJ7U (consulté le 6/10/2017).

13 « MTV s’installe à Rome », « Allume mon feu »... Une autre affiche comporte la mention : « Rome wasn’t built in a day », (« Rome n’a pas été construite en un jour »). Publicités réalisées par l’agence This is a Thing (Italie, 2003).

14 Voir les sites www.dctheatrescene.com/2014/05/13/neropseudo/ archive et http://www.rome-roma.net/journal/divo-nerone-opera-rock/ archive (consultés le 6/10/2017) et infra. Les deux opéras sont loin d’innover. Néron entre dans le monde du jazz en 1928 (J. Meyer et R. Wolfe Kahn, dans la chanson Crazy Rythm, en font un génie de la scène). Son succès post mortem est comparé à celui d’Elvis Presley (voir A. Duncan, « The Return of the King. Nero and Elvis », dans Eidolon, www.eidolon.pub/the-return-of-the-king-60872b233a2d#.y9rs0j2hp- archive, (consulté le 6/10/2017).

15 Le catalogage des tyrans de l’histoire constitue un genre ancien et répandu… Deux exemples aléatoirement choisis pour notre époque : F Destaing, Le Pouvoir et la folie, Paris, 1993, analyse treize cas de déséquilibre psychique (Ivan le Terrible, Hitler, Staline, Khomeiny, Ceaușescu, Saddam Hussein, Néron, Kadhafi, etc.), et la chanson Les Tyrans de Véronique Sanson (1998).

16 Cf. l’entrée « néronisme » du portail lexical du CNTRL. Un critique de L’Art littéraire de juillet-août 1894 écrit que César Antéchrist d’A. Jarry sera le « triomphe du néronisme, la plus complète réalisation d’un esprit tel que le font concevoir les Nietzsche, philosophe comme Frédéric II, dilettante, cabotin et féroce comme Néron ».

17 G.‑Ch. Picard, Auguste et Néron. Le Secret de l’empire, Paris, 1962 ; E. Cizek, Néron, Paris, 1982.

18 Pline, HN, 19, 108 : « L’empereur Néron a récemment donné la célébrité au poireau à couper : il en mangeait à l’huile pour sa voix chaque mois à jours fixes, sans rien prendre d’autre, même du pain. »

19 Sur les opéras Nero/Pseudo et Divo Nerone, voir note 68.

20 On songe aux publicités de Benetton. Voir M. Tantet, « La stratégie publicitaire de Benetton », Communication et langages 94, 1992, p. 20‑36.

21 Dessin de Plantu, Le Monde, 15 janvier 1995.

22 J. Chirac, Une France pour tous, Paris, 1995.

23 Dessin de Plantu, Le Monde, 7 septembre 1993.

24 Dessin de Serguei, Le Monde, 13 avril 1996.

25 Caricature de N. Sarkozy, 2005.

26 Voir par exemple Ivan Valerio, « "Macho" Chirac, "Néron" Villepin... Les confidences de Bernadette Chirac », dans Le Lab Europe 1, 01/10/2012 [en ligne] : lelab.europe1.fr/les-confidences-de-bernadette-chirac-sur-son-mari-4979 archive (consulté le 19/04/2018).

27 Dessin de Cabu, Canard enchaîné, 23 mars 2011.

28 L’image provient du site internet de l’Union populaire républicaine https://www.upr.fr/actualite/france/nouveau-record-historique-du-nombre-chomeurs-emploi-en-emploi-en-France archive (27 juin 2014, consulté le 6/10/2017).

29 Dessin de Pancho, Le Monde, 21 janvier 1997.

30 « New Labor disaster », The Guardian, juin 2009.

31 Dessin de K. Stuttmann, Der Tagesspiegel, 3 mars 2015. Maire entre 2001 et 2011, K. Wowereit revendique son homosexualité et déclare que Berlin est pauvre mais sexy.

32 Blog polonais PochwalaGlupoty.pl, 2015 (hors ligne à présent).

33 Voir www.beppegrillo.it/2013/04/bersani_e_le_berlusconarie.html archive (consulté le 6/10/2017).

34 Voir le recueil que S. Berlusconi a publié lui-même : Berlusconi, je te hais, Mondadori, 2005.

35 Dessin d’Oliver Schopf, Der Standard, 27 octobre 2011, http://www.oliverschopf.com/html/e_archiv/archive_ed_cart/europe/italy/berlusconi_nero_fire.html  archive (consulté le 6/10/2017).

36 L’Humanité, 25 mars 2002.

37 Dessin de Dave Brown © Dave Brown / The Independent 2011.

38 L. Sepúlveda, « Un vieux qui ne me plaît pas », dans Histoires d’ici et d’ailleurs, Paris, 2011.

39 Cf. le site web de l’Union populaire républicaine, https://www.upr.fr/actualite/chomage-tels-neron-se-delectant-de-lincendie-de-rome- archive (consulté le 6/10/2017).

40 Le site de numérologie Bible News établit l’équation 666 = Néron = Peter Ustinov (qui incarne Néron dans Quo vadis ? de M. LeRoy !) = institutions européennes. Il est illustré par une gravure (ni l’auteur ni la date ne sont précisés) de la bête de l’apocalypse pourvue de sept têtes d’empereurs disposées autour de celle de Néron.

41 On se bornera à citer des références françaises : interview de Christine Boutin (http://www.atlantico.fr/decryptage/christine-boutin-mariage-et-adoption-pour-homosexuels-bombe-retardement-pour-civilisation-405307.html archive, voir les commentaires, consulté le 6/10/2017) ; blog de Christian Vanneste, député de Tourcoing, articles du site www.chretiente.info/ (hors ligne à présent), et Le Salon Beige, blog d'actualité par des laïcs catholiques.

42 Dessin de Vauro, 2005, http://www.kikopol.bitacoras.com/vauro (hors ligne).

43 Le dessin est sur la couverture du New Yorker, 22 janvier 2007.

44 Cartoon américain.

45 Dessin de Serguei, Le Monde, 2004.

46 En entrant « Obama Nero fiddles » sur un moteur de recherche, on trouvera de multiples caricatures et photomontages.

47 Photomontage https://www.hillarynme.com/2011/03/16/obama-aka-nero-tinkers-while-the-world-is-in-flames/ archive (consulté le 6/10/2017) et cartoon de F. Branco, 2014.

48 Site Prophétie biblique, 2014 (la page n’est plus accessible).

49 Dessin d’A. Hunter, The Washington Times, 2013, avec le texte : « Barack Obama, America’s Nero. The president fiddles with diplomacy while the world burns ».

50 Maine Environmental News, mars 2016 (la page n’est plus accessible).

51 Journal de Montréal, 2012.

52 Blog vénézuélien, 2012.

53 Blog équatorien, 2015.

54 El paradeiso perdido, 22 mars 2009.

55 Affiche électorale turque, 2014.

56 www.arabia.com/Palestine, 2004 (hors ligne).

57 Matin d’Algérie, 8 mars 2011.

58 www.ackersart.wordpress.com/tag/zuma (site supprimé).

59 Les premiers exemplaires semblent dus à H. Leutmann (Néron, huile de 1864) et K. Piloty (L’Incendie de Rome, Journal illustré de 1867) mais une recherche plus approfondie serait nécessaire.

60 G. Brassens, Le feu de la ville éternelle est éternel, 1985, qui reprend Lamartine (A Némésis, 1831) : « Honte à cet effronté qui peut chanter pendant que Rome brûle… »

61 Même constat pour le calife de l’État islamique qui évoque pourtant les oracles sibyllins annonçant le retour de Néron d’au-delà l’Euphrate pour ravager le monde et annoncer sa fin. Personne n’a encore songé à rendre Néron responsable du réchauffement climatique…

62 Des sites la tiennent pour emblématique de l’union de la franc-maçonnerie, des sionistes et des satanistes contre l’humanité. Nous n’en donnons pas la référence car – Néron-Satan oblige ! – les consulter infecte immédiatement lordinateur de l’internaute.

63 Faut-il gloser sur l’ombre qui plane sur ces noms, celle de l’« ordre Néron » donné en 1945 par Hitler de détruire systématiquement les régions où avançaient les armées alliées ?

64 En visite au Vatican, Dominique de Villepin rit devant une fresque représentant Néron : « Vous savez que Bernadette Chirac m’a surnommé Néron depuis la dissolution ! Maintenant, je pourrai dire que j’ai le pape avec moi » (Le Monde, 4 octobre 2005). Sa rencontre avec José Socrates lui inspire ce trait : « Et quand Néron rencontre Socrates, cela peut être détonant » (D. Rondeau, « Villepin pile et face », dans Le Monde, 12 avril 2006).

65 Information apportée par J. P. Elkabbach après son interview de Fr. Mitterrand, alors rongé par la maladie (émission C à vous, France 5, juin 2012).

66 Déclaration rapportée par la presse italienne le 19 octobre 2014.

67 Extrait du discours inaugural du maire d’Anzio : « A distanza di venti secoli finalmente gli storici seri stanno rivalutando la figura di Nerone : un grande Imperatore, amato dal suo popolo, per le sue coraggiose riforme sociali e per il lungo periodo di pace che ha caratterizzato il suo principato che con questo monumento contribuiamo a ricordare come merita, superando ridicole ricostruzioni storiche e cinematografiche » (note de l’éditeur : « Après vingt siècles, des historiens sérieux réévaluent enfin la figure de Néron : un grand empereur, aimé de son peuple, pour ses courageuses réformes sociales et pour la longue période de paix qui caractérisait sa principauté, qu’avec ce monument nous contribuons à rappeler comment il mérite, en surmontant les ridicules reconstitutions historiques et cinématographiques »). Extrait du discours du maire d’Adro : Néron est « l’imperatore che concepì la prima riforma delle moneta, svalutando quella del popolo per consentire un maggior potere di acquisto e rivalutando quella dei ricchi che non glielo perdonarono e, come avveniva allora, gli tolsero il potere e lo uccisero… [é] bisogna rivalutare la figura di Nerone, vittima innocente di una falsa damnatio memoriae e vittima dei poteri forti di allora » (note de l’éditeur : Néron est « l'empereur qui a conçu la première réforme de la monnaie, dévaluant celle du peuple pour permettre un plus grand pouvoir d'achat et réévaluant celle des riches qui ne lui pardonnèrent pas et, comme il arriva alors, l'ont renversé et l'ont tué ... [il] faut réévaluer la figure de Néron, victime innocente d'une fausse damnatio memoriae et victime des pouvoirs forts de l'époque ») [Bresciatoday, mai 2014].

68 Divo Nerone entend montrer que celui que l’histoire présente comme un fou sanguinaire fut en réalité un pacifiste, un grand réformateur, le chef d’orchestre d’une vie culturelle brillante, tout dévoué à son peuple. https://www.facebook.com/DivoNeroneOperaRock/ (consulté le 6/10/2017).

69 Il y a aujourd’hui consensus pour considérer que l’incendie éclate accidentellement le 18 juillet 64 à l’extrémité orientale du Grand Cirque. Six jours plus tard, alors qu’il n’est que partiellement maîtrisé, de nouveaux foyers le réactivent. À ceux-ci Tacite associe le nom du Tigellin et suggère que le préfet du prétoire aurait voulu faciliter le rêve de Néron de construire une Néropolis. La rumeur que Néron ait chanté l’incendie de Troie est invérifiable. On notera que Tacite et Suétone ne situent pas la scène au même endroit.

70 Voltaire, Le Cri des nations, 2, « Quelle peut être la cause de toutes ces prétentions » (Genève, 1769, éd. n. c.).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Néron au rayon alimentation.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Titre Fig. 2 – Néron aux rayons mode et pharmacie.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 3 – Néron au rayon tourisme.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Titre Fig. 4 – Néron dans le monde de la communication.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Titre Fig. 5 – Mitterrand-Néron.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Fig. 6 – Chirac-Néron.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Fig. 7 – Hollande-Néron.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre Fig. 8 – Milosevic-Néron.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Fig. 9 – Wowereit-Néron.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Fig. 10 – Kaczyński-Néron.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 11 – Berlusconi-Néron.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 925k
Titre Fig. 12 – Berlusconi-Néron.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Titre Fig. 13 – Néron, ou le désastre de l’euro.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 14 – Néron-Bush.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Titre Fig. 15 – Obama-Néron.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 16 – Nérons d’Amérique latine.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre Fig. 17 – Erdogan-Néron.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Fig. 18 – Sharon-Néron.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Fig. 19 – Bachar-Néron.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Fig. 20 – Bouteflika-Néron.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 21 – La lyre.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Fig. 22 – Le luth et le violon.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre Fig. 23 – Variations éthiques, ethniques et techniques : l’aggiornamento actuel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Fig. 24 – Réhabilitation et révisionnisme à l’italienne : les statues d’Anzio et Adro.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3341/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 850k

Auteur

UMR 5189 – HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon