Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antiquipop

 | 
Fabien Bièvre-Perrin
, 
Élise Pampanay

Imitons l’antique !

Dominique de Font-Réaulx

Pour Ali Rebeihi

Texte intégral

  • 1 Dans Journal, t. II, éd. préparée et annotée par M. Hannoosh, Paris, 2009, p. 1789.

Il faut imiter l’antique. – Les grands hommes dans tous les genres ont imité l’antique, depuis Raphaël jusqu’à Rubens, et je ne parle pas ici dans l’ordre chronologique, mais en prenant ces deux hommes comme les deux pôles extrêmes de l’art, si on peut parler ainsi.
Eugène Delacroix, « Calepin sur le beau moderne », 18571

  • 2 La citation de Goethe est issue de l’Essai sur Goethe d’H. Blaze, paru en 1840 ; elle fut reprise (...)

1Quelle que soit la singularité des talents de chacun, point de grandeur sans l’antique, nous rappelle ici Eugène Delacroix. Celui qui se défiait de l’imitation servile de l’Antiquité à laquelle certains de ses contemporains se pliaient, au milieu du xixe siècle, reconnaissait dans la création des Anciens un sens du juste, du beau, de l’harmonieux, toujours observé, jamais égalé. L’observation des œuvres antiques invitait au dépassement ; Delacroix citait la phrase de Goethe : « Ces nobles figures étaient pour moi comme un antidote mystérieux contre le faible, le faux, le maniéré […]. En présence de pareils chefs-d’œuvre, on devient plus qu’on est2. »

2Loin de la tenir pour désuète ou dépassée, notre début du xxie siècle semble faire sienne cette admiration fidèle de l’antique. Plusieurs expositions récentes ont, ainsi, été dédiées au regard posé par de grands créateurs sur l’antique – Ingres et l’antique en 2007 à Arles et à Montauban, Delvaux et le monde antique en 2008 à Bruxelles, Rodin, la lumière de l’antique en 2013 à Arles et à Paris, Delacroix et l’antique en 2015 à Paris – ; d’autres ont pris comme point de départ ou d’articulation la culture antique – Masculin/Masculin en 2013 au musée d’Orsay soulignait la prégnance des représentations antiques de l’héroïsme masculin, tout au long du xixe siècle – ; tout récemment, la Petite Galerie du Louvre, nouveaux espaces dédiés à l’éducation artistique au sein du musée, choisissait les Mythes fondateurs pour construire sa première exposition. Toutes ont connu une réussite à la fois académique et populaire, séduisant connaisseurs de l’antique et visiteurs heureux d’être surpris. Les premiers se réjouissent de distinguer dans la création d’artistes modernes ou contemporains les traces d’une référence à l’antique, exaltée ou détournée par leur propre talent ; les seconds sont surpris de découvrir une ascendance ancienne à nos représentations et formes d’aujourd’hui.

3L’engouement pour l’antique dépasse largement les frontières de la culture académique. Le générique de fin du troisième opus des Avengers, les super-héros créés par Marvel, se conclut par la création, grâce aux images de synthèse, d’un groupe sculpté dont les poses, comme la puissance, évoquent sans détour celles de la sculpture antique. Par un artifice non dénué d’humour, le cinéma, cet art du mouvement, choisit de se figer pour exalter la force de ses héros modernes. Il dévoile ainsi sa dette insigne aux arts figurés, peinture et sculpture. Arte, la chaîne télévisuelle franco-allemande, diffuse, grâce au producteur François Busnel, une mini-série dédiée aux grands mythes. Mettant en scène des silhouettes animées inspirées des formes de la sculpture antique, les émissions s’attachent à raconter les destins et les aventures des dieux et des héros, avec drôlerie et vivacité.

4L’Antiquité paraît aujourd’hui comme le point de la rencontre de la culture académique et de la culture pop. La persistance de son modèle, implicite dans bien des créations postérieures, depuis la chute de Rome jusqu’à aujourd’hui, autorise tous les allers et retours entre l’histoire et la création contemporaine, avec une souplesse qui invite à l’audace. En distinguer tous les fondements serait sans doute difficile et fastidieux. L’un, certainement, tient à l’éternelle jeunesse de l’antique. Le retour à l’antique, loin d’être perçu comme un archaïsme, a toujours été, dans notre culture occidentale, le signe visible de la modernité. De l’Empire carolingien à la fin du xve siècle, du siècle de Louis XIV au néoclassicisme ou aux années 1920, les créateurs comme leurs commanditaires ont puisé dans la culture antique les ferments d’un renouveau. La force du modèle tient à son respect, d’une justesse lumineuse, des formes du corps et de l’âme humaine. Fondée sur l’imitation, l’esthétique gréco-romaine a su lier observation naturaliste et acuité psychologique. Bien qu’idéalisés, ces corps de héros, de dieux, de déesses nous ressemblent suffisamment pour que nous les regardions avec familiarité. Leur beauté peut nous sembler inatteignable ; les ressorts de leur psyché nous paraissent toujours familiers. En choisissant de donner aux phénomènes naturels et psychologiques une forme divine inspirée de nos formes humaines, les Grecs anciens ont tissé un fil narratif autour duquel s’enroulent tous nos destins. L’Olympe semble être ainsi le lieu des intrigues de nos cuisines et de nos chambres à coucher.

5Jaloux, envieux, séducteurs, indolents, violents, parfois braves, quelquefois généreux, justes ou magnanimes, les dieux grecs et romains ont tous nos défauts et nos rares qualités. Ils tendent un miroir, à peine déformant, à notre âme humaine. Leur assemblée, malgré le hiératisme de certaines représentations, nous offre la familiarité des liens complexes des familles humaines : une mère abusive, des frères jaloux, des cousins benêts que l’on voudrait cacher aux yeux de ses prétendants. La narration que forment leurs actions et leurs retentissements sur le monde constitue un répertoire fécond. La littérature, la philosophie, la peinture occidentales ont su, depuis des siècles, revenir à cette source inépuisable d’intrigues, de récits, avec un plaisir toujours neuf, avec une inventivité renouvelée, avec autant de respect que de drôlerie. Les illustrations de l’Iliade et de l’Odyssée qu’Honoré Daumier réalisa entre 1841 et 1843 pour Le Charivari constituent un des exemples les plus réussis d’une interprétation ironique et distanciée des textes antiques.

  • 3 On sait l’influence qu’exerça Joseph Campbell, l’auteur du Héros aux mille et un visages (The Hero (...)

6Le retour à l’antique a été longtemps l’assise du succès. Loin de le dévaluer, l’inventivité technologique de notre temps le démultiplie. La dispersion favorisée par le développement des moyens de diffusion, la facilité d’obtenir et de reproduire des images toujours plus complexes, exigent le recours à une narration efficace, simple, autorisant à la fois le multiple et la séquence. Les mythes et légendes antiques offrent aux créateurs de scenarii de films, de bandes dessinées, de jeux vidéo, un catalogue aussi fourni que passionnant et simple à respecter ou à transgresser. Il pourrait sembler même, à un observateur contemporain, que les récits d’Ulysse, les Métamorphoses d’Ovide ou L’Âne d’or d’Apulée, ont été écrits tout exprès pour devenir les sujets de séries à épisodes multiples dont les effets addictifs n’auraient rien à envier aux créations récentes. À ce sens subtil du suspense, la légende ou le mythe antique ajoute une rare plasticité qui permet toutes les répliques. L’éternel retour des grands récits se prête à tous les remakes. Le ressort des intrigues – un mari volage prenant diverses formes animales, humaines ou minérales (la pluie d’or sur Danaé) pour vivre des amours illégitimes avec de jeunes et belles femmes, en échappant au regard incisif de son épouse ; un jeune homme un peu fat pris au piège du défi que se sont lancé trois femmes de pouvoir ; un soldat éloigné de son île natale qui mettra des années à regagner son foyer, après moult aventures, pour ne citer que quelques exemples, Zeus, Pâris ou Ulysse – demeure suffisamment simple et clair pour autoriser toutes les digressions, toutes les réinterprétations. Au point même, comme l’a fait magistralement George Lucas avec sa saga Star Wars, de donner naissance, à partir des légendes anciennes – antiques mais aussi médiévales et nordiques –, à une mythologie nouvelle, dont la force tient moins aux effets spéciaux qu’à l’efficacité de la narration3.

  • 4 « Ensemble des opinions communes aux membres d’une société et qui sont relatives à un comportement (...)
  • 5 Voir le catalogue de l’exposition du musée d’Orsay, sous la dir. de L. des Cars, D. de Font-Réaulx (...)

7La fortune créatrice de l’Antiquité tient aussi à sa magnanimité. Elle autorise aisément les distorsions et n’exclut pas de lier les interprétations successives d’un même thème. Le peintre Jean-Léon Gérôme avait, dès 1847, pris l’Antiquité grecque pour modèle. Tout à la fois fidèle à la doxa4 académique et désireux de retrouver la vérité d’une Grèce ancienne alors encore mal connue, le peintre choisit souvent ses sujets dans l’histoire ou la mythologie antiques. Son sens aigu du subterfuge, fondé sur la justesse d’un détail archéologique donnant l’illusion du vrai, son goût pour le suspense théâtralisant, donnèrent à ses toiles une efficacité plastique remarquable. Il fut, de son temps, un des artistes les plus célébrés, dont les tableaux se vendaient à des prix élevés. Grâce à la photographie qui les reproduisait fidèlement, à différents formats, les œuvres de Gérôme connurent une diffusion significative. Elles devinrent les images vraies d’une Antiquité disparue. Les cinéastes s’emparèrent très vite de ces modèles picturaux ; dès le début du xxe siècle, les metteurs en scène choisirent les œuvres de Gérôme comme références de leurs décors. En 2000, Ridley Scott demanda à ses équipes de reproduire, pour son très efficace Gladiator, le décor et l’atmosphère du Pollice verso du peintre français. La vision de l’Antiquité offerte par le film mêlait ainsi plusieurs références – historique, archéologique, littéraire et picturale – comme plusieurs époques. Les retrouver fut, pour de nombreux chercheurs, un exercice amusant et fécond5.

  • 6 Cl. Calame, Qu’est‑ce que la mythologie grecque ?, Paris, 2015, p. 86.

8Le recours à l’antique autorise ainsi toutes les libertés. Celle de l’érudition, précieuse et essentielle, de la connaissance des civilisations, des langues anciennes, des objets. Celle également d’une créativité toujours nouvelle, offerte à tous ceux qui découvrent la richesse de récits passionnants. L’Antiquité ouvre ainsi à la culture savante comme à la culture populaire ; elle forme, en notre époque troublée, comme autrefois, un creuset remarquable à la connaissance comme à l’imagination. Elle trouve au musée un espace extraordinaire pour se mettre en œuvre. Alliant la réalité de l’objet et l’imaginaire du récit, le musée est le lieu privilégié de l’émerveillement. Il autorise l’observation attentive comme la déambulation flâneuse ; il se révèle être un terrain de jeu où bien des pistes peuvent être inventées, puis suivies. Le musée est ouvert sur l’histoire ancienne du monde comme sur ses questionnements contemporains. Il est l’espace privilégié pour revenir à soi, dans un double mouvement de plaisir et d’apprentissage, comme l’a écrit récemment Claude Calame : « La jouissance que l’on éprouve face aux représentations s’explique en effet par le fait qu’elles sont un moyen d’apprentissage et de (re)connaissance6. » L’évocation de l’antique, dans la culture classique comme dans la culture pop, donne à l’institution muséale l’occasion de mettre en œuvre sa créativité spécifique, entre éducation et plaisir, étude et fiction. Que bien des expositions à venir les perpétuent !

Notes

1 Dans Journal, t. II, éd. préparée et annotée par M. Hannoosh, Paris, 2009, p. 1789.

2 La citation de Goethe est issue de l’Essai sur Goethe d’H. Blaze, paru en 1840 ; elle fut reprise par Delacroix dans le Carnet héliotrope en décembre 1843 ; op.cit., t. II, p. 1569.

3 On sait l’influence qu’exerça Joseph Campbell, l’auteur du Héros aux mille et un visages (The Hero with a Thousand Faces, publié la première fois en 1949), sur G. Lucas. Campbell définit l’idée d’une structure universelle du mythe, d’un monomythe, dont l’articulation et le déroulé seraient, à ses yeux, toujours les mêmes, à travers le temps et sur tous les continents.

4 « Ensemble des opinions communes aux membres d’une société et qui sont relatives à un comportement social » (Larousse en ligne) [note des éditeurs].

5 Voir le catalogue de l’exposition du musée d’Orsay, sous la dir. de L. des Cars, D. de Font-Réaulx, É. Papet, Jean-Léon Gérôme, l’histoire en spectacle, Paris, et les nombreux ouvrages de Laurent Aknin, historien passionné des références antiques et historiques dans la création cinématographique. Consulter également l’ouvrage riche et érudit, bible du sujet, d’H. Dumont, L’Antiquité au cinéma, Genève, 2009.

6 Cl. Calame, Qu’est‑ce que la mythologie grecque ?, Paris, 2015, p. 86.

Auteur

conservateur général, musée du Louvre, directrice du musée Eugène-Delacroix, Paris

Acheter