Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antiquipop

 | 
Fabien Bièvre-Perrin
, 
Élise Pampanay

Préface. Antiquipop : entre histoire de l’art et sociologie

François de Callataÿ

Texte intégral

1Lors de l’appel à communication, les organisateurs de ce colloque – Fabien Bièvre-Perrin, Laury-Nuria André et Élise Pampanay – lançaient en quelque sorte une bouée à la mer, tant le sujet sortait des sentiers battus. Quelques mois plus tard, il leur fallut faire un choix drastique en ne retenant qu’un tiers des quelque soixante propositions parvenues. C’est un beau poisson qu’ils ont ferré, en s’autorisant un hors-piste dont l’audace mérite d’être soulignée.

2On félicitera le trio d’avoir délibérément voulu introduire une touche rock’n’roll dans le paysage académique. Ils l’ont fait tout d’abord avec un nom qui swingue, loin des intitulés qui leur tendaient pourtant les bras comme « Résilience de l’antique face à l’hyper-modernité : enjeux et perspectives » ou « Beyond the classics, renegotiating the heritage of the antique », et autres singeries éculées du moment. Face à ces possibilités de titres lénifiants, ils ont choisi « Antiquipop », qui sonne court et ludique comme le nom d’un festival rock.

3Ils l’ont aussi fait, comme l’indique très bien le sous-titre (« La référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine »), en osant considérer le contemporain dans ses manifestations les plus grand public : les jeux vidéo (Lara Croft et les bandes-son), les séries télévisées, les vieux péplums (Le Choc des titans), les moins vieux blockbusters (Star Wars, Game of Thrones), les divas de la pop music, le rap, la queer attitude, les tattoos ou les mangas (ô le beau titre : « When Apollo tasted sushi » !), toutes catégories de support qui franchissent rarement les portes de l’Université. Et moins encore les portes de l’Université en France. Il y a à cela une raison structurelle majeure : le mariage beaucoup plus abouti dans le monde anglo-saxon des sciences humaines avec les sciences sociales (que l’on songe à l’archéologie et l’anthropologie par exemple). À contrario, l’Université française maintient des murs plus étanches. Or on voit bien que l’essentiel de ce qu’ont à nous dire les Nachleben contemporains de l’art antique est de nature sociologique bien plus qu’artistique.

4Tandis, en effet, qu’il n’est pas certain que les artistes s’inspirant aujourd’hui de l’Antiquité soient ceux dont les noms seront connus demain du plus grand nombre d’un côté, il paraît certain de l’autre que chaque époque s’est approprié une Antiquité qu’elle s’est plu à reconstruire, à fantasmer. C’est d’ailleurs exactement ce qui en fait l’intérêt : une sociologie de la longue durée – imbattable sous ce rapport par la nature même de son objet – qui permette d’étalonner les réappropriations successives au prisme de chaque époque, de chaque milieu.

5Appliquée à la culture populaire contemporaine, la sociologie de la réception de l’antique nécessite des moyens qui paraissent devoir aller au-delà de ceux fournis par le cursus en histoire de l’art. Il ne s’agit pas seulement d’appliquer les préceptes de l’École de Francfort et plus singulièrement la bonne méthode iconologique illustrée par Aby Warburg et Erwin Panofsky. Notre monde a fait exploser le cadre d’une réception longtemps restée érudite, mâle et occidentale qui – considérée désormais de notre point de vue planétaire – tournait autour d’un petit socle de références largement partagées par un petit nombre.

6La technologie a non seulement fait bondir, dans des proportions jamais vues, le nombre des images ; elle a aussi profondément modifié les capacités de production. S’agissant de culture populaire – et l’on songe à l’océan créatif proposé par des millions de blogs personnels qui doivent plus à Photoshop qu’à une quelconque éducation artistique –, il se trouve que, pour la première fois dans l’histoire, la production d’images n’est plus l’apanage d’un petit nombre. Ces deux sauts quantitatifs (diffusion et production) ont des conséquences importantes.

7Du point de vue de la diffusion, un pourcentage sans doute non dérisoire de Chinoises est de nos jours susceptible de reconnaître la Vénus de Milo ou la tête de Néfertiti, ce qui n’a aucune chance d’avoir été le cas de leurs mères, moins encore de leurs grands-mères. Comme le montre bien un travail en cours de Tiphaine-Annabelle Besnard, la Vénus de Milo, tout particulièrement, est aujourd’hui l’objet de cent et une reprises dans le champ déclaré de l’art contemporain, dont un bon nombre en Asie précisément. Il est à penser que le cadre référentiel de ces Vénus diffère de celui que pouvait avoir Salvador Dalí.

8Du point de vue de la production, l’analyse d’images créées sur un blog ou – plus intéressant sans doute, car plus contraint par une visée réceptive – celles produites pour des jeux vidéo tirera son principal intérêt d’une lecture de type sociologique (de cultures, de genres, de classes, d’âges), bien plus que de type artistique, en général assez pauvre. Il est aussi à penser qu’une proportion réelle de ces images est aujourd’hui produite par des femmes et pour des femmes, nécessitant par là de convoquer la grille du genre, ce que différentes interventions à ce colloque font très bien.

9Bref, par rapport à l’image filtrée et érudite qu’affectionne l’histoire de l’art, l’image populaire requiert par définition un regard plus sociologique. Il en résulte que l’historien (ne) de l’art, cantonné(e) à sa spécialité, peinera à convaincre de l’intérêt du sujet auprès de ses pairs (avec un discrédit sur le fond : ce n’est pas assez intéressant) tandis que le/la sociologue, pas assez averti(e) des réalités dont il/elle traite, se verra attaqué(e) sur sa légitimité (discrédit sur la forme : l’enquête est mal conduite).

*

10Il se trouve que les organisateurs de ce colloque sont tous trois spécialistes de l’Antiquité grecque et que le colloque privilégie dès lors assez fortement une approche historienne de l’art. Le sujet est – on l’a dit – très neuf et il est tout à fait normal que cette première entreprise d’envergure prenne d’abord la forme d’un inventaire par des universitaires qualifiés pour en définir les formes, c’est-à‑dire en l’occurrence issus des sciences humaines. Parcourir les actes de ce colloque, c’est contempler un kaléidoscope de possibilités aux agencements mouvants et colorés. Et il faut féliciter le trio d’être parvenu à couvrir la plupart des champs potentiels (le vêtement et la photographie de mode seront, gageons‑le, du prochain rendez-vous). Ces actes fournissent donc un premier périmètre général d’intervention, d’où émergent – via quelques case studies bien choisis – des tendances lourdes.

11La tendance la plus frappante sans doute porte sur la simplification du message. Ainsi, le même grand péplum hollywoodien ou cinecittesque, promu lors de sa sortie dans les années 1950 ou 1960 par des affiches où l’on se bousculait un peu, ressort sous des formats numérisés dont la pochette fait le vide autour de César ou de Cléopâtre, si c’est d’eux qu’il doit s’agir. Aux grandes narrations historiques faisant graviter, autour de la figure centrale, une palette de personnages secondaires donnant de la densité à un récit touffu, notre époque réputée individualiste et narcissique préfère le culte du héros. Moins de récit collectif et plus de superpouvoir individuel. Du coup, le rapport de force entre les différentes époques s’en trouve modifié. Naguère encore triomphante, la Rome impériale avec ses empereurs décadents et ses chrétiens vertueux passe de mode au profit d’une Grèce olympienne, réservoir inépuisable de mythes dont quelques-uns désormais bien ancrés dans l’inconscient collectif via la psychanalyse.

12Partout la référence littéraire s’est estompée au point de pratiquement disparaître. L’adage d’Horace ut pictura poesis, c’est-à‑dire « la peinture ressemble à la poésie », adage qui aura tant retenu la tradition picturale renaissante et moderne, n’opère plus que rarement. La plupart du temps, l’image de l’image l’a emporté sur l’image du texte. On comprend mieux ainsi pourquoi la Vénus de Milo est en passe de devenir le référent le plus connu du monde grec. Ainsi, les centaines de caricatures offertes par la presse mondiale lors de la crise financière grecque déclinent à l’envi un très petit nombre de référents : la représentation d’un temple ou d’un vase, la Vénus et le discobole (mais pas la victoire de Samothrace), ainsi que les dieux de l’Olympe, que viennent compléter de plus rares mises en scène du cheval de Troie et du géant Atlas.

13Plusieurs communications de ce colloque montrent en outre que les réinterprétations de l’antique se fondent préférentiellement sur les derniers avatars de celui-ci. Autrement dit : des reprises paresseuses ou malicieuses, oui ! Mais sans que l’on ne remonte bien haut. Un clip sur Cléopâtre cherchera ainsi à capter l’amusement du spectateur en évoquant telle scène culte interprétée par Liz Taylor, voire par Théda Bara pour les réalisateurs misant sur un public cinéphile, mais n’ira pas plus loin. On peut attendre en vain un film qui débarrasse ladite Cléopâtre de la croûte pharaonique que l’égyptomanie lui a collée depuis l’expédition d’Égypte. Cette mémoire courte, limitée à deux générations tout au plus, donne à réfléchir. On est loin des transmissions savantes avec détournements subtils dont raffolent les historiens d’art.

14La culture populaire tirant vers la sociologie, il faudra donc aussi lui appliquer l’outillage de la sociologie, c’est-à‑dire avant tout l’enquête quantitative. Sortir l’histoire de l’art de sa fascination pour l’objet en l’amenant à considérer davantage la série. Il s’agit (il s’agira) de cadrer les réalités en en donnant à chaque fois l’ampleur. Que représentent cent Vénus de Milo dans un monde qui produit des images par milliards ? La tâche n’est pas simple, car on voit bien qu’elle nécessite pour une large part la mise au point d’une méthodologie sui generis.

15Jeunes et enthousiastes, les membres d’Antiquipop sont bien partis pour relever le défi. Pour l’heure, je tiens, au nom de tous les participants à ces journées lyonnaises, à chaleureusement les remercier. Des remerciements appuyés pour leur courage académique, la parfaite organisation du colloque, la brillante leçon de gai savoir et la prompte publication des actes. Longue et joyeuse vie à Antiquipop1 !

Notes

1 Et ne manquez pas le site : https://antiquipop.hypotheses.org/.

Auteur

Royal Library of Belgium, Université libre de Bruxelles, École pratique des hautes études, Paris

Acheter