Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kition-Bamboula VII

 | 
Anna Cannavò
, 
Sabine Fourrier
, 
Alexandre Rabot

Conclusion

Anna Cannavò, Sabine Fourrier et Alexandre Rabot

Texte intégral

  • 1 Hadjisavvas 2012.
  • 2 On reprend ici le terme en usage pour désigner la nécropole aux tombes construites de Salamine. De (...)

1Les quelques remarques synthétiques qui suivent s’appuient essentiellement sur les observations effectuées lors des fouilles françaises dans la nécropole de Pervolia. Ces dernières en recoupent, précisent ou éclairent d’autres, réalisées à l’occasion de fouilles d’urgence, dans la nécropole de Tourapi et dans celle de Mnimata/Agios Georgios1 (première partie, introduction, fig. 1). De manière générale, en effet, les nécropoles de Kition présentent nombre de traits communs, et les pratiques funéraires y sont relativement constantes, sur la longue durée de l’âge du Fer. Les deux seules exceptions sont, pour des raisons différentes, les nécropoles « royales »2 et le cimetière d’Agios Prodromos.

Fig. 1 – Kition : localisation des tombes construites.

Fig. 1 – Kition : localisation des tombes construites.
  • 3 Pour les tombes construites chypriotes archaïques, voir Christou 1996.
  • 4 Hadjisavvas 2014, p. 1‑33.
  • 5 Nicolaou 1976, p. 200‑201, n° 55 et pl. XV. Voir aussi Christou 1996, p. 143‑146 et Carstens 2006, (...)

2Les nécropoles « royales » se distinguent à la fois par leur localisation (fig. 1) et par leur architecture : les tombes sont construites et non pas seulement creusées dans le substrat rocheux3. Il est vraisemblable que la ville de Kition a possédé deux nécropoles de ce type à l’âge du Fer, de localisation et de chronologie différentes. La tombe « Lefkaritis » de la rue du roi Constantin (MLA 1742 = SIG n° 261), datable du viiie s. av. J.‑C., offre un point d’ancrage topographique et chronologique sûr4. Elle est, dans l’état actuel de la documentation, isolée. Il est toutefois tentant de la rapprocher de la tombe de l’église de la Phanéroméni (SIG n° 328), à peu de distance au sud de la précédente, pillée et transformée en crypte de culte chrétien5. Aucune découverte de mobilier ne permet de confirmer la datation de cette dernière à l’époque archaïque, qui est cependant vraisemblable si l’on en juge d’après son mode de construction (en particulier l’usage, pour la seconde chambre, d’impressionnants monolithes, qui donnent une idée du luxe originel du caveau).

  • 6 Et, du moins pour la tombe « Lefkaritis », à l’intérieur du tracé de la muraille du Bronze récent (...)
  • 7 BCH 97, 1973, p. 616‑617 = Nicolaou 1976, p. 193, n° 49.
  • 8 Nicolaou 1976, p. 182‑183, n° 25 = Christou 1996, p. 146‑149. Sur des critères stylistiques, les d (...)
  • 9 Nicolaou 1976, p. 183, n° 26.
  • 10 La tombe a été localisée lors de la fouille d’une parcelle située juste à côté de celle qui abrite (...)
  • 11 Hadjisavvas 2014, p. 34‑38.

3Cette nécropole « royale » d’époque archaïque, située assez loin au sud‑ouest de la ville6, est remplacée, au moins dès le ve s. av. J.-C., par une nouvelle nécropole, localisée plus près du centre urbain, au nord de la précédente, dans le quartier de l’église du Sauveur (Sotiros, aujourd’hui Métropole), où se trouve également un certain nombre de tombes à chambre creusées. Cette nécropole « royale » d’époque classique est constituée de tombes de découverte ancienne et généralement pillées : une tombe rue Mycènes7, peut‑être datable du ive s. av. J.‑C. et réutilisée à l’époque romaine (MLA 1018 = SIG n° 101) ; la tombe dite « Evangelis »8 qui est aujourd’hui préservée sur le parking d’un supermarché (SIG n° 322) ; la tombe dite « Cobham »9, rue Dédale (SIG n° 323). À ces trois monuments, il faut ajouter deux autres tombes construites : l’une, découverte en 2008, n’a été que partiellement fouillée10 (MLA 2003 = SIG n° 324) ; l’autre, explorée en 1990 rue Icare (MLA 1516 = SIG n° 238), lors de la construction d’un immeuble, présente une architecture originale, qui indique sans doute une date plus récente, au début de l’époque hellénistique11. Elle témoigne, en tout cas, de la permanence du site comme lieu de sépulture réservé à l’élite, peut‑être jusque dans la première moitié du iiie s. av. J.‑C., après la fin du royaume indépendant de Kition.

  • 12 La localisation de la nécropole « royale » de Salamine à l’époque classique est inconnue. Le monum (...)

4Aucun indice n’invite donc à dater l’ensemble des tombes construites au lieu‑dit Sotiros avant le ve s. av. J.‑C. Si notre hypothèse qu’une première nécropole « royale » se trouvait dans la zone de la Phanéroméni est juste, il faut donc supposer un déplacement. Il est difficile, faute de sources, d’en préciser les motifs. On pourrait penser, par exemple, à un changement dynastique, que traduirait, dans l’espace, une rupture avec un lieu de sépulture ancien. Cette raison n’est pourtant pas valable pour Salamine, où un même déplacement est cependant attesté : les tombes d’Évagoras et de Nicoclès, descendants de la dynastie originelle des Teucrides, ne se trouvaient pas dans la nécropole « royale » archaïque, apparemment abandonnée au plus tard au vie s. av. J.‑C.12, peut‑être au même moment que celle de Kition.

  • 13 Hadjisavvas 2014, p. 26‑27.
  • 14 On manque de données anthropologiques pour étayer ces conclusions. On remarque toutefois que la to (...)

5À cette distinction de lieu et de type, on doit peut‑être ajouter une distinction dans les pratiques funéraires. La seule tombe « royale » inviolée est celle, archaïque, de la rue du roi Constantin (tombe « Lefkaritis », SIG n° 261). Elle n’a, apparemment, accueilli qu’une seule inhumation13. L’architecture des tombes construites, par exemple le loculus destiné à abriter un sarcophage (unique) dans la tombe Cobham, semble confirmer que ces caveaux n’étaient pas collectifs, à la différence des tombes creusées. Certes, ils ont pu être réutilisés, mais le caveau n’a sans doute pas servi, au cours du même cycle, à plus d’une dizaine d’inhumations successives, comme ceux que nous avons fouillés à Pervolia14. De même que les tombes creusées collectives et à la différence des tombes « royales » de Salamine cependant, les tombes construites de Kition ont, autant qu’on le sache, uniquement accueilli des inhumations : aucune crémation n’est recensée.

  • 15 Pour les tombes du Bronze moyen : Herscher 1988. Une tombe du début de l’époque géométrique a été (...)
  • 16 Nicolaou 1976, p. 165, n° 3.
  • 17 Elles sont publiées par Hadjisavvas 2012, p. 236‑260.
  • 18 Hadjisavvas 2012, p. 238.
  • 19 La concession à des particuliers de terrains appartenant à la terre royale et généralement situés (...)

6La nécropole de Kition‑Agios Prodromos représente un cas tout à fait particulier. Situé au nord de la ville antique, le promontoire rocheux sur lequel se trouve aujourd’hui l’église de saint Jean Baptiste (Agios Prodromos) en était sans doute séparé par une passe lagunaire. Le site a été occupé par une nécropole au Bronze moyen avant d’être abandonné, apparemment jusqu’à la seconde moitié du ive s. av. J.‑C.15. Une tombe a été repérée en 1957 puis fouillée en 1962 (SIG n° 89)16 ; vingt‑deux autres en 1984, lors de la construction de la nouvelle église (SIG n° 183, 183A à N et 184‑191)17. Ces dernières sont, malgré les contraintes du relief, soigneusement alignées, avec une orientation majoritairement nord‑sud, quelquefois est‑ouest. Il est patent que les caveaux ont été creusés selon un plan préétabli, et vraisemblablement lors d’une même opération : un certain nombre de tombes, dont l’ouverture était pourtant scellée par une dalle de gypse lorsqu’on les a fouillées, n’ont jamais été utilisées. Ce programme de construction sur un site neuf se distingue du développement des nécropoles « anciennes », fréquentées depuis le début de l’âge du Fer (dont Pervolia fait partie). On peut, comme le suggère le fouilleur, mettre cette singularité sur le compte d’une entreprise collective, qu’elle soit le fait de certaines familles kitiennes ou d’un organisme d’État, en charge de la gestion des cimetières de la ville18. On peut également supposer que le terrain n’avait pas le même statut que celui qu’occupaient les autres nécropoles, peut‑être terre royale alors dévolue à une utilisation funéraire19. Il est vain de multiplier les hypothèses, qu’aucune source ne permet de vérifier. On notera seulement que la qualité du matériel déposé dans les tombes d’Agios Prodromos n’autorise aucune distinction sociale (ni ethnique) entre les défunts de ce cimetière et ceux inhumés à Pervolia. Quant à la nécropole, elle a été utilisée pendant une période courte, entre les dernières décennies du ive et les premières du iiie s. av. J.‑C. Cette date d’abandon ne lui est toutefois pas spécifique : une même désaffection touche toutes les nécropoles de l’âge du Fer, au profit de nouveaux espaces funéraires, situés plus au sud de la ville.

7L’échantillon est trop restreint, et les observations de qualité trop disparate pour autoriser une comparaison fine entre les nécropoles de Kition. Le seul constat assuré est que l’accès à une nécropole séparée, à des tombes construites, à des caveaux peut‑être individuels était une marque de distinction sociale (et non pas ethnique), dont l’archéologie funéraire porte témoignage. Elle trouve des parallèles dans d’autres villes capitales de l’île, en particulier, on l’a mentionné, à Salamine.

8De fait, si l’on compare maintenant les nécropoles de Kition avec celles d’autres villes chypriotes, les points communs ne manquent pas : usage prédominant de tombes à chambre creusées dans le rocher, pratique prépondérante de l’inhumation primaire. Mais les traits originaux (par exemple dans le détail du plan des caveaux) sont également nombreux. C’est là un constat qui vaut pour bien des domaines de la civilisation matérielle insulaire : une unité qui autorise à définir une civilisation chypriote, mais aussi des spécificités régionales auxquelles correspond, dans le domaine politique, l’existence de royaumes indépendants.

Topographie et architecture

La nécropole et ses limites

9Parler de « la nécropole de Kition-Pervolia » est, d’une certaine façon, abusif : cette dénomination ne renvoie pas à une réalité antique, mais à un site, au sens archéologique. Il est possible que la parcelle ait formé, avec d’autres sites voisins (Mnimata, Agios Georgios), une seule et même nécropole (première partie, introduction, fig. 1). On n’a, de fait, aucune idée des limites éventuelles des cimetières que pouvaient séparer des jardins, des vergers, des sanctuaires, des zones artisanales… Seules des tombes sont connues par l’archéologie : leur densité d’implantation, en particulier à l’époque classique, suggère un paysage essentiellement funéraire, qui occupait tous les affleurements rocheux au nord‑ouest et à l’ouest de la ville.

  • 20 Pour les attestations chypriotes de tumuli et d’enclos funéraires, voir Carstens 2006, p. 159‑160. (...)

10La question des limites se pose aussi à l’échelle de la parcelle dégagée par nos fouilles (première partie, introduction, fig. 4). Aucun marqueur conservé n’isolait, en surface, une tombe ou un groupe de tombes : on n’a découvert aucune trace d’éventuels tumuli ou enclos funéraires20. Le tracé du « fossé » = locus 23, dont on pouvait penser a priori qu’il matérialisait une limite, ne présente aucune cohérence avec les vestiges dégagés : son interprétation, en l’état actuel des recherches, n’apparaît pas.

  • 21 Nicolaou 1976, p. 171, n° 15‑16 = SIG n° 7‑8.

11Dernières limites, enfin, celles du temps d’occupation, de la chronologie. Le matériel céramique recueilli au cours de nos fouilles va du Bronze moyen à l’époque contemporaine, ce qui correspond à l’histoire longue de la ville de Kition-Larnaca. Mais les structures associées couvrent une période plus courte, de l’époque géométrique au début de l’époque hellénistique. On n’a exploré aucune tombe géométrique : ces dernières sont cependant documentées par des fouilles anciennes dans la partie occidentale de la parcelle ainsi que, peut‑être, dans le terrain qui jouxte Pervolia à l’est (première partie, introduction et chapitre 1). Les deux tombes dont A. Georgiadou étudie le matériel sont datables du CG II, mais celles de Pervolin tou Mixi et Aloni tou Vorka sont sans doute antérieures, du CG I21. Bien que disparates et partielles, ces informations permettent de dater les débuts de la nécropole du CG I (seconde moitié du xiexe s. av. J.‑C.). La présence de plusieurs tombes, dans un espace relativement restreint et en l’absence de découverte de vestige d’autre type, montre que la zone est, dès cette époque, dévolue à un usage funéraire.

  • 22 Nicolaou 1976, p. 175, fig. 35 = SIG n° 65.

12On peut dater du CA I, sans doute du début de la période (fin du viiie s. av. J.‑C.), la tombe la plus ancienne de nos fouilles (tombe 398). La tombe 1 des fouilles de sauvetage de 1958, située à peu de distance à l’ouest, lui est peut‑être antérieure (datable du CG III si l’on se fie à la liste du matériel)22. La chronologie de la tombe 407 est plus délicate à établir : on ne l’a pas entièrement fouillée et une fosse a perturbé les couches en place. Sa datation à l’époque archaïque ne fait toutefois pas de doute. Il existait donc bien à Pervolia une série de tombes archaïques, une nécropole. La moindre visibilité archéologique de ces tombes est liée à leur plus grande profondeur. De fait, on observe une stratigraphie d’occupation : le plafond des caveaux archaïques est à plus de 2 m sous la surface du rocher ; celui des chambres classiques à environ 1 m seulement. On est tenté de généraliser ce constat à l’échelle de la ville : une quarantaine de tombes, fouillées à Kition, sont datables du viiie au vie s. av. J.‑C. Or, la période correspond à un moment de développement urbain dont les réaménagements des sanctuaires de Kathari et Bamboula portent témoignage. Même si toute la population n’avait pas accès à une sépulture formelle, il y a de toute évidence un déficit, dans la documentation archéologique, des tombes archaïques.

  • 23 Il faut toutefois signaler la découverte, hors contexte, de trois cippes au lieu‑dit Mnimata/Agios (...)

13La période classique est, à Pervolia comme dans les autres nécropoles de la ville, celle de la plus grande densité d’occupation (plus de 300 tombes sont recensées à Kition). La tombe fouillée la plus récente est sans doute la tombe 396, qu’on peut placer dans la seconde moitié du ive s. av. J.‑C. D’autres traces d’occupation lui sont contemporaines, voire légèrement postérieures : la fosse (locus 44) creusée dans le dromos de la tombe 407 ; le comblement du « fossé » (locus 23). Mais aucune structure ne peut être sûrement datée après le milieu du iiie s. av. J.‑C. et le matériel hellénistique et romain est même rare dans les couches de surface. La zone paraît donc rapidement délaissée, sinon abandonnée au cours de la haute époque hellénistique, comme les autres cimetières de l’âge du Fer de Kition23.

La topographie

  • 24 Karageorghis 1970, fig. XVI.
  • 25 SCE I, p. 265.

14L’implantation des tombes ne suit apparemment aucun ordre préétabli. Les tombes contemporaines (ou d’occupation proche dans le temps) sont souvent disposées tête bêche, de façon à économiser au maximum les affleurements rocheux disponibles. Leur répartition spatiale, selon leur date, interdit de discerner un noyau ancien, à partir duquel la nécropole se serait développée. L’impression est la même à Salamine-Cellarka où, sur une superficie d’environ 1092 m2, une centaine de tombes (datables, comme celles de nos fouilles à Pervolia, du CA I au CC II) ont été fouillées24 : la topographie est très serrée et les caveaux ont été, de plus, contrairement à ceux de Kition-Pervolia, souvent réutilisés. Les fouilleurs suédois font le même constat à propos de la nécropole géométrique de Lapithos-Kastros : « Tombs of all the periods occur side by side everywhere (…) ; the tombs are placed very close to each other, so that sometimes the rock wall separating them has collapsed »25.

  • 26 Les aménagements du rocher, destinés à y ficher des stèles, découverts dans la nécropole est d’Ama (...)
  • 27 Deshayes 1963, p. 24. Selon le fouilleur, les stèles indiquaient à l’origine « à la surface du sol (...)
  • 28 Voir, pour les stèles inscrites, Cannavò 2015, p. 369‑372.
  • 29 Raptou 1997, p. 235.

15Le mode de comblement des dromoi (qui dissimule en surface tout creusement du rocher) et les cas de recoupements (dans la zone de la tombe 398) posent la question de la visibilité des tombes, une fois leur cycle d’utilisation achevé. On n’a retrouvé aucun marqueur, susceptible de signaler en surface l’emplacement du caveau, après que son accès a été définitivement bouché. De fait, les seuls fragments possibles de stèles funéraires proviennent du remblai des couloirs. Il faut se demander s’il existait des marqueurs pérennes, ou si ces derniers étaient seulement temporaires, c’est‑à‑dire exposés et visibles pendant le seul temps d’utilisation de la tombe collective. C’est, de fait, ce que suggèrent les contextes de trouvaille de beaucoup de marqueurs, du moins pour l’âge du Fer26. Ainsi, à Ktima, où des fragments de stèles proviennent également de dromoi27, ou à Marion, où beaucoup de stèles ont été mises au jour à l’intérieur des tombes28 et où toutes les statues funéraires de terre cuite d’époque classique dont la provenance est connue ont été retrouvées dans les couloirs d’accès29.

  • 30 Karageorghis 1970, p. 225 et fig. VIII. Ces marqueurs n’ont toutefois pas empêché certains recoupe (...)
  • 31 Hadjisavvas 2012, p. 218‑223 et KB V, p. 195‑198 et 221‑224 (avec références). Pour les stèles fun (...)
  • 32 Sur cette question, voir Fourrier 2015b.

16D’autres sites présentent cependant une situation différente. Ainsi, à Salamine-Cellarka, des murets et des supports de stèle matérialisaient en surface l’emprise et l’emplacement des tombes30. Il convient également de mentionner les monuments, souvent inscrits, de marbre et de calcaire, qui ont été retrouvés dans plusieurs nécropoles de Kition, en particulier à Agios Georgios/Mnimata, malheureusement hors contexte31. Ils sont généralement datés des iveiiie s. av. J.‑C. La mention de titres (suffète, chef des agents commerciaux, etc.) paraît indiquer une date antérieure à la fin du royaume indépendant (mais ces fonctions ont pu continuer à être exercées par des membres de l’élite phénicienne, restée en place sous l’autorité lagide32). On ne connaît à Kition aucun marqueur plus ancien.

L’architecture funéraire

  • 33 La différence est frappante avec les tombes fouillées dans la nécropole de Ktima, par exemple, qui (...)
  • 34 Hadjisavvas 2014, p. 6, fig. 8.
  • 35 Karageorghis 1970, fig. XVI.

17Les tombes fouillées par la mission française à Pervolia, qui couvrent il est vrai une période relativement restreinte (viiieive s. av. J.‑C.), présentent peu de variété dans leur plan et leur architecture33. Il s’agit de tombes à chambre creusées dans le substrat rocheux, munies d’un dromos long, en partie taillé en escalier, d’un stomion, et d’une chambre unique. On note toutefois une évolution entre l’époque archaïque et l’époque classique, qui fait de certains traits morphologiques des marqueurs chronologiques. Le premier critère est celui des dimensions : si les chambres conservent des proportions constantes (un carré ou trapèze de 3 à 4 m de côté), les dromoi, longs et larges à l’époque archaïque (7,70 x 3 m pour celui de la tombe 398), sont plus courts et plus étroits à l’époque classique (3,80 x 0,90 m pour celui de la tombe 379). Leur forme reste cependant la même, rectangulaire en plan, comme celle du dromos de la tombe construite « Lefkaritis » (SIG n° 261)34. La même homogénéité de plan est visible à Salamine, où les tombes creusées de Cellarka possèdent le même dromos trapézoïdal que les tombes « royales »35. Autre marqueur chronologique, le dromos des tombes archaïques est désaxé, celui des tombes classiques systématiquement dans l’axe.

18D’autres détails distinguent les tombes archaïques des tombes classiques : une banquette occupe, dans les premières, une partie de l’extrémité du dromos, contre le stomion, qui est lui‑même surmonté d’un linteau (première partie, chapitre 2, fig. 107 et 181). Le stomion des tombes classiques est, lui, le plus souvent surmonté d’une découpe en deux paliers, dont l’éventuelle fonction n’apparaît pas, faute de trace conservée in situ. Mais le mode de fermeture du caveau est le même, avec une ou plusieurs dalles de gypse. De même, des niches sont souvent ménagées dans les parois des dromoi, quelle que soit la date de la tombe.

  • 36 Ainsi à Tsambres et à Aphendrika : Dray et Du Plat Taylor 1937‑1939, p. 28‑29, 39, 51 et 67.

19Enfin, certains traits sont isolés. Les consoles taillées dans les parois du dromos de la tombe 398 (première partie, chapitre 2, fig. 110), vraisemblablement pour supporter une toiture temporaire, sont, autant qu’on sache, sans parallèle ; l’interprétation de la niche ménagée dans la paroi de la chambre de la tombe 379 (première partie, chapitre 2, fig. 25) est, en revanche, étayée par la découverte, sur d’autres sites, de niches similaires qui, au moment de la fouille, contenaient encore une lampe36.

  • 37 Karageorghis 1970, p. 11 (tombe 9) ; p. 25 (tombe 12).
  • 38 Le type le plus courant est le sarcophage-coffre en gypse. La présence de pieds est, à Kition, exc (...)
  • 39 À Mnimata/Agios Georgios, la tombe MLA 1484 (SIG n° 232) était faite de deux chambres creusées dan (...)
  • 40 Six empreintes, interprétées comme celles des pieds d’un lit funéraire de bois, ont été relevées p (...)
  • 41 Hadjisavvas 2012.

20Aucun aménagement construit ou creusé n’a été découvert sur les sols des caveaux de Pervolia que nous avons fouillés : ni couche ni banquette comme on en connaît, par exemple, à Salamine-Cellarka37 ; ni sarcophage en pierre, dont le type est pourtant attesté à Kition à partir du ve s. av. J.-C. et dont l’usage devient très répandu au siècle suivant38. On trouve, en revanche, des plaques de gypse posées sur le sol de la tombe archaïque 398, qui ont pu servir de couche funéraire pour déposer les corps (peut‑être sur des tréteaux ou dans des cercueils de bois). Si l’on connaît quelques parallèles dans des tombes contemporaines de Kition39, il ne semble pas y en avoir ailleurs dans l’île. Dans les caveaux classiques, des blocs de pierre servaient sans doute à supporter des tréteaux ou des cercueils de bois, dont l’existence est également suggérée par la position contrainte de certains squelettes. Enfin, des empreintes observables sur le sol de la tombe classique 397 confirment la présence de cercueils en matériaux périssables (bois), dont l’un était muni de pieds40. On remarquera toutefois que la présence d’empreintes ou de blocs de pierre sur le sol du caveau n’est pas systématique : il n’y en avait pas dans la chambre de la tombe 396. Il en est de même dans la nécropole voisine de Mnimata/Agios Georgios41.

Pratiques funéraires

  • 42 On ne possède pas, à Chypre, de scènes comparables aux figurations des vases géométriques attiques (...)

21En l’absence de textes et de sources iconographiques42, la reconstitution des pratiques repose exclusivement sur les traces archéologiques qu’elles ont laissées.

Le cycle d’utilisation des tombes

  • 43 À l’exception, peut‑être, de la tombe 407, qu’on n’a toutefois que partiellement explorée.

22Les tombes que nous avons fouillées à Pervolia n’ont connu qu’un cycle d’utilisation43. Pendant ce laps de temps, difficile à évaluer mais qui n’a guère dû excéder deux générations, l’emplacement de la tombe était visible en surface et l’accès au caveau demeurait ouvert. De fait, la stratigraphie du comblement des dromoi montre que ce dernier a été déposé en une seule fois, au moment de la fermeture définitive de la tombe, et il s’agit d’un remblaiement volontaire, d’un acte de fermeture, qui oblitérait en surface toute trace du creusement. Par ailleurs, certains dépôts apportés par la pluie, observables sur les marches de certains dromoi (en particulier dans la tombe 398) confirment que ces derniers restaient exposés. Ce constat, assuré pour les tombes que nous avons fouillées, est peut‑être généralisable.

  • 44 Le fouilleur interprète ce cas comme celui d’un « simultaneous mass burial » (Karageorghis 1970, p (...)
  • 45 Karageorghis 1970, p. 94‑96 (tombe 60).

23À Salamine-Cellarka, V. Karageorghis suppose que le dromos était remblayé et déblayé (au moins partiellement) entre chaque inhumation. La stratigraphie des couloirs montre, en effet, des opérations distinctes de comblement. Mais ces opérations intervenaient‑elles entre chaque inhumation ou bien, plus vraisemblablement, entre chaque cycle d’utilisation de la tombe ? Cette dernière hypothèse permettrait de rendre compte de manière plus satisfaisante de la présence de plusieurs inhumations dans un caveau auquel conduisait un dromos au comblement homogène44. Elle permettrait également d’expliquer les couches sédimentaires séparant les inhumations45 : non pas des remblaiements, mais des alluvionnements naturels infiltrés pendant les périodes d’abandon de la tombe.

Des tombes collectives

24Les tombes de Pervolia étaient des tombes collectives, c’est‑à‑dire qu’elles ont accueilli plusieurs inhumations successives. C’est la pratique dominante à Chypre depuis le xie s. av. J.‑C.

  • 46 Par exemple à Salamine-Cellarka, où deux inhumations seulement sont évoquées pour la plupart des t (...)

25Le nombre de corps identifié (toujours supérieur à une dizaine) est toutefois beaucoup plus élevé que celui qui est généralement publié pour les caveaux de l’âge du Fer, non seulement à Kition mais aussi dans les autres nécropoles de l’île46. En l’absence de fouille anthropologique comparable sur l’ensemble des sites, on se gardera cependant de conclure à une spécificité.

  • 47 Sur la place des enfants dans les nécropoles chypriotes de l’âge du Fer, voir Alpe 2008.

26Les défunts appartiennent aux deux sexes et à toutes les classes d’âge, à l’exception des très jeunes enfants (âgés de moins d’un an), dont on n’a retrouvé qu’un individu (tombe 398). Le nombre des immatures est, de manière générale, faible47.

Le dépôt des corps

  • 48 Karageorghis 1970.
  • 49 La pratique la plus courante est résumée comme suit par les fouilleurs suédois : « In order to mak (...)
  • 50 Comme on peut l’observer, à date plus récente, dans les rares cas où des inscriptions renseignent (...)

27La pratique dominante, mise en évidence par nos fouilles, est celle de l’inhumation primaire : les corps se sont décomposés à l’endroit où ils ont été déposés. Les cas de remaniement des dépôts sont excessivement rares et limités. La différence est patente avec de nombreuses autres nécropoles chypriotes de l’âge du Fer, par exemple Salamine-Cellarka48 ou Marion49. Mais la raison en est tout aussi obvie : les tombes de Pervolia, contrairement à celles de ces autres nécropoles, n’ont pas été réutilisées. Ce n’est que lors de la réouverture de la tombe, pour un nouveau cycle d’utilisation du caveau collectif, que les ossements des inhumations précédentes sont repoussés dans les coins de la chambre ou dans le dromos. Il est d’ailleurs possible que le lien familial, probable entre les individus inhumés pendant le même cycle, n’existe plus lors du cycle suivant50.

  • 51 Hadjisavvas 2012, p. 229 et Hadjisavvas 2014, p. 201‑202 (étude anthropologique de S. Fox). La réd (...)
  • 52 Deshayes 1963, p. 79 : tombe III, chambre C (datée du CG III). Un squelette avait été déposé dans (...)
  • 53 Karageorghis 1983, p. 7 : la pratique est évoquée parmi les coutumes funéraires du CG I de Palaepa (...)
  • 54 Benson 1973, p. 21. Les tombes sont datées du début de l’époque géométrique.
  • 55 SCE I, p. 186 (tombe 403), p. 193 (tombe 428), p. 262 (tombe 429), p. 271 (tombe 602).
  • 56 Nicolaou 1965, p. 67.
  • 57 SCE II, p. 104 (tombe 18) et 115‑116 (tombe 21). Il faut sans doute ajouter à ces deux cas recensé (...)
  • 58 Contra Hadjisavvas 2012, p. 235 : « The secondary “enchytrismos” in the antechamber is by itself o (...)

28La réduction en amphore est un cas particulier, connu par d’autres exemples chypriotes, le plus souvent datables du CG III‑CA I. Le parallèle le plus proche, dans l’espace et dans le temps, est offert par la tombe MLA 1484 (SIG n° 232) de Kition-Mnimata/Agios Georgios51, contemporaine de notre tombe 398. Mais il en existe des attestations dans des sites plus éloignés, comme Ktima52, Palaepaphos53, Kourion-Kaloriziki54, Lapithos55, Chytroi56 et Amathonte57. Ces parallèles, et leur dispersion géographique, interdisent d’y voir une pratique étrangère importée à Chypre58.

29Les raisons de cette pratique, qui reste somme toute rare, sont difficiles à déterminer, et elles peuvent varier selon les contextes. Il n’est pas certain, en tout cas, que le motif ait été d’abord et avant tout pratique, pour faire de la place pour des inhumations postérieures. Les observations anthropologiques réalisées sur le matériel osseux de la tombe 398 semblent indiquer que les deux corps rassemblés dans l’amphore ne se sont pas décomposés sur le sol du caveau.

Rites et offrandes

  • 59 Osborne 2004, en particulier p. 5. Pour une archéologie du rite, en particulier funéraire, voir Sc (...)

30Les motifs qui conduisent aux gestes de dépôt sont, faute de possibilité de croiser les sources, souvent d’interprétation difficile. Dédicaces, offrandes, dépôts d’objets appartenant aux défunts : les termes ne sont pas équivalents59. Autre difficulté, les tombes sont collectives et il est souvent ardu, sinon impossible, d’associer objets et défunts. On peut d’ailleurs se demander si certains dépôts, non seulement dans les niches mais aussi dans les chambres, n’avaient pas également une valeur collective, s’ils n’étaient pas destinés à tous les occupants d’une tombe, à une communauté de défunts.

31Déposés dans les tombes, les objets sont cachés, soustraits, ils ne sont pas exposés. Il est remarquable que le mode de fermeture des caveaux (où étaient placés les corps) et des niches (où étaient placés des objets) soit le même : plaque ou blocage de pierres.

32Quant aux rites, on ne peut les reconstituer qu’à partir des traces matérielles qu’ils ont laissées : leur observation répétée, dans plusieurs tombes, assure l’interprétation rituelle, mais il est souvent impossible d’en préciser la nature ou la signification. Une fois le dromos remblayé, l’emplacement de la tombe oblitéré, y avait‑il des rites de commémoration ? Rien ne l’indique, en tout cas dans l’espace de la nécropole. Seules à être accessibles depuis la surface, les niches = loci 56 et 57 représentent, en l’état actuel de la documentation, un cas isolé. Leur mode de creusement et les dépôts qu’elles renferment indiquent d’ailleurs plutôt une action ponctuelle.

Les dépôts de mobilier

  • 60 Par exemple à Salamine-Cellarka : Karageorghis 1970, p. 9‑11 (tombe 7) ; p. 47‑48 (tombe 23), ou à (...)
  • 61 Pour des parallèles : Denti 2013, p. 105 avec références. À Chypre (Marion) : Raptou 1997, p. 235.

33Certains objets, peu variés, étaient portés par les défunts : il s’agit, pour l’essentiel, de parures et de lampes tenues dans la main. D’autres, plus nombreux, étaient déposés auprès des corps. Certains lots étaient associés à certains défunts : ainsi, dans la tombe 398, une « trousse de beauté » composée de petits vases à onguent, d’un peigne et d’une palette à fard. Mais la plupart des dépôts mobiliers était constituée de vases, rassemblés dans les coins de la chambre, notamment de part et d’autre de l’entrée. On ne sait pas si cette disposition, telle qu’on la découvre à l’ouverture du caveau, est originale ou si les dépôts mobiliers ont été repoussés et rassemblés au fur et à mesure que de nouveaux corps étaient ajoutés. Toujours est‑il qu’aucun vase, à l’origine déposé dans la chambre, n’a été déplacé dans le dromos, selon un usage bien attesté dans d’autres nécropoles mais toujours, semble‑t‑il, à l’occasion de réutilisations de tombes (ce matériel y est même parfois accompagné de restes osseux des inhumations antérieures)60. Certains modes de dépôt sont significatifs : ainsi le fait de placer à l’envers une amphore commerciale (tombe 379)61.

  • 62 Les commentaires sur la faune ont été rédigés par A. Gardeisen.

34Les restes animaux62, principalement les ossements et dents de mammifères terrestres ou encore les ossements de poissons et coquillages, au sein ou en association avec des tombes, offrent un assemblage archéozoologique original. En effet, ils interviennent dans un processus de dépôt en relation avec le rite (ou la pratique) funéraire et correspondent à des portions animales (ou des animaux complets) qui ne sont pas destinées à la consommation réelle, à l’inverse des contextes d’habitat qui livrent, eux, des déchets alimentaires avérés. C’est donc l’animal en tant que tel que ces dépôts représentent, que ce soit dans un cadre de consommation virtuelle, dépôt viatique destiné au défunt, ou dans un cadre d’accompagnement de ce même défunt. De ce fait, l’assemblage archéozoologique funéraire permet d’atteindre un niveau de lecture différent de celui des déchets culinaires classiques. Parmi les critères taphonomiques récurrents, le dépôt animal dans la tombe se caractérise par des connexions anatomiques attestées et la conservation des volumes initiaux, par une localisation spécifique, en un mot par une homogénéité ostéologique où les assemblages sont directement associables aux individus dont on peut alors déterminer l’espèce, l’âge, parfois le sexe, et dans un second temps, les processus de traitements pré‑dépositionnels. À cette fin, un certain nombre d’observations doivent être effectuées in situ, puis confirmées en laboratoire. Les prélèvements successifs des vestiges animaux doivent être accompagnés d’une illustration précise (dessin, photographies) de façon à pouvoir reconstituer l’ensemble des gestes qui ont présidé à la mise en place du dépôt animal. Cette attention toute particulière, qui est du même ordre que celle apportée aux squelettes humains, ouvre la voie à un niveau d’interprétation qui, au‑delà des gestes, décrit des comportements propres à l’association animal-défunt. C’est donc à ce niveau de lecture que l’archéologue comme l’archéozoologue tendent, de façon à ce que l’interprétation de la tombe et, au‑delà, de la nécropole, puis de la (ou des) pratique(s) funéraire(s), inclue la composante animale non plus comme ressource alimentaire mais comme élément essentiel d’une relation complexe liant l’homme à l’animal dans les sociétés anciennes (antiques ?).

35Du point de vue archéozoologique, l’analyse se concentre de manière classique sur la nature de cet animal, tout en s’intéressant de près aux stigmates de préparation des carcasses ou des portions, le cas échéant. À ce titre, l’identification de traces de découpe et la localisation des différents segments du squelette de l’oie déposée dans la tombe 379 sont tout à fait significatives. À l’inverse, ce sont les mêmes types d’observation qui conduiront à la reconnaissance d’un animal intrusif ou encore d’un animal déplacé du dépôt funéraire initial (cas du cheval de la tombe 407), à condition que contexte archéologique et assemblage archéozoologique soient maîtrisés.

  • 63 Gardeisen et Fourrier 2014.
  • 64 Par exemple à Soloi : les fouilleurs canadiens ont trouvé, dans le dromos d’une tombe archaïque, l (...)

36De manière générale, les restes de faune découverts lors de la fouille de Pervolia sont peu nombreux, concentrés dans certaines tombes et d’interprétation ambiguë. Si l’on excepte le matériel intrusif (tels le renard et les grenouilles) ou transformé (comme les coquillages servant de parure ou de palette), il ne reste qu’une oie, déposée auprès de deux enfants dans la tombe 379, et un cheval (incomplet) enseveli dans une fosse creusée dans le dromos de la tombe 407. Le dépôt est, dans les deux cas, intentionnel. L’iconographie contemporaine (statuettes de « temple boys ») éclaire, sans totalement l’élucider, la signification du dépôt d’oie, qui ne peut être réduit à une simple offrande alimentaire63. De fait, si l’on a retrouvé à Pervolia des animaux, on n’a pas retrouvé de dépôt de viande, pratique funéraire pourtant documentée dans d’autres nécropoles de l’île à l’âge du Fer64.

37Dernier type de dépôt, le remblai qui, à la fin du cycle d’utilisation du caveau, était déversé dans le dromos contenait une grande quantité de matériel, largement fragmentaire. D’où provient ce matériel, essentiellement céramique ? Sans doute pas du pillage ou du nettoyage de tombes : il est généralement contemporain de celui des assemblages funéraires de la chambre, mais son faciès est sensiblement différent. Par ailleurs, à de rares exceptions près, aucun ossement humain n’en faisait partie. Provient‑il de cérémonies particulières ? Mais on ne sait pas où ces dernières avaient lieu et on note l’absence de restes de repas (ossements animaux, graines, etc.) qui interdisent de les interpréter comme des banquets funéraires.

Les structures de pierres sèches

  • 65 Les observations sont également rares dans d’autres nécropoles, si l’on excepte les sacrifices de (...)

38Aucune trace susceptible de documenter des rites n’a été repérée sur le sol des dromoi65. Seule exception, les deux structures de pierres sèches édifiées dans les deux dromoi archaïques, en partie sur les dernières marches (loci 37 et 55). Les deux structures sont très proches l’une de l’autre, aussi bien par leur forme que par leur mode de construction (première partie, chapitre 2, fig. 114‑116 et 201‑202) : il paraît assuré qu’il s’agit de vestiges de même type dont l’interprétation reste, cependant, ouverte, faute de résultat palynologique positif. Il serait abusif, en l’état des recherches, de les considérer comme des autels.

Les niches

  • 66 Pour le Proche‑Orient, voir Bunimovitz et Zimhoni 1993. La pratique est bien attestée au palais d’ (...)

39Les dépôts dans les niches creusées dans les parois des dromoi conservent la trace de pratiques, rituelles car répétées dans plusieurs tombes, qu’on a du mal, faute de source, à interpréter. De fait, on ne découvre, à la fouille, que la disposition finale des dépôts, telle qu’elle a été scellée par le remblaiement du dromos. On ne sait pas quand la niche a été aménagée : au moment du creusement de la tombe, à l’occasion d’une inhumation, lors de la fermeture définitive ? Les extensions de la niche = locus 39 de la tombe 396 prouvent qu’elle a été utilisée pendant un certain laps de temps, du moins qu’elle n’a pas servi à une seule action, ponctuelle, de dépôt. On hésitera donc à comprendre les lots de mobilier celés dans les niches comme des dépôts de fondation (ou de fermeture), selon une pratique pourtant bien documentée au Proche‑Orient et à Chypre, dans des contextes autres que funéraires66. Le rapport entre les inhumations de la chambre et les dépôts de la niche est tout aussi difficile à appréhender. Le nombre de niches est extrêmement variable : la tombe 398 n’en possédait aucune ; les parois du dromos de la tombe 407 en étaient percées (on en a repéré huit). Aucune niche n’était ménagée dans le dromos de la tombe 399, qui n’a pas été utilisée ; mais celui de la tombe 401, qui était également inachevée, en avait deux, et on a découvert un dépôt de mobilier (deux bracelets) dans la seule niche qu’on y a fouillée (locus 66). L’existence de niches isolées, indépendantes des tombes (loci 56 et 57), complique encore le tableau.

40Un certain nombre de traits communs permettent de caractériser ces niches. De dimensions réduites, étroites et peu profondes, elles sont ménagées dans la partie supérieure de la paroi des dromoi. Elles étaient fermées par une pierre, calée par des petits cailloux, ou par un blocage de pierres. Du point de vue chronologique, la tombe 407 offre un terminus ante quem : la niche = locus 47 avait été ménagée dans la partie intacte de son dromos, dont le comblement peut être daté, au plus tard, du vie s. av. J.‑C. Aucune niche n’a été repérée dans la tombe la plus ancienne (tombe 398, du CA I). Quant à la tombe 396, qui possédait deux niches (dont une, particulièrement importante, a été fouillée, locus 39), elle donne un terminus post quem dans la seconde moitié du ive s. av. J.‑C.

  • 67 Sur ce type de vase et son interprétation, voir Colin-Bouffier 1999 et Pomadère 2007.
  • 68 Deshayes 1963, p. 239.
  • 69 Karageorghis 1970, p. 137 (tombe 89A).
  • 70 SCE I, p. 234‑240 (tombe 420).
  • 71 Privitera 2013, respectivement p. 114‑117 et 118‑119.

41Le mobilier déposé dans les niches (quand on en a retrouvé) offre quelques indices. Il s’agit d’éléments de parure (bracelets métalliques, colliers de perles et amulettes) qui, retrouvés dans les chambres, sont souvent (mais pas exclusivement) associés à des enfants. À ces bijoux s’ajoutent fréquemment des vases de format miniature, dans un cas (tombe 396, locus 39), des biberons67. On est tenté de proposer que ces niches, et les offrandes qu’elles contenaient, étaient destinées à évoquer, dans l’espace funéraire, ces absents, sans doute exclus du caveau familial, qu’étaient les enfants de moins d’un an, ceux que les anthropologues désignent du nom de périnataux. Peut‑on envisager que leurs squelettes, déposés dans les niches, aient été « complètement désagrégés », comme le suggère J. Deshayes à propos des niches de Ktima68 ? Quelques ossements de bébé, et un vase, ont été découverts dans une niche de Salamine-Cellarka69. À Lapithos-Kastros, dans une niche creusée dans le dromos d’une tombe du CG I, les fouilleurs ont trouvé une inhumation d’enfant et des vases70. En Attique, au Bronze récent, les niches creusées dans les parois des dromoi de la nécropole de Voula-Halyki contenaient des inhumations d’enfants ; celles de Vari‑Varkiza ne renfermaient apparemment aucun ossement71. Toutefois, ces niches sont généralement ménagées à faible hauteur (en général moins d’1 m) dans la paroi des couloirs d’accès aux caveaux : elles ressemblent davantage à des chambres latérales miniatures qu’aux niches de Kition, qui sont creusées dans le haut de la paroi. Par ailleurs, aucun reste osseux n’a été retrouvé après tamisage du sédiment des niches de Pervolia. Du moins doit‑on noter, après J. Deshayes, que les niches étaient fermées par des plaques dressées ou un blocage de pierres, exactement comme les caveaux funéraires proprement dits. La répétition des mêmes gestes encourage le rapprochement des contextes.

  • 72 La présence de niches est évoquée par E. Gjerstad dans sa synthèse sur l’architecture funéraire ch (...)
  • 73 Trois petites niches étaient ménagées dans le dromos de la tombe I (iiie s. av. J.‑C.), toutes tro (...)
  • 74 Du Plat Taylor 1934, p. 13 : deux niches étaient creusées dans les parois du dromos, fermées par d (...)
  • 75 La tombe 425 de la nécropole est, dont la chambre, pourtant scellée, n’avait jamais été utilisée p (...)
  • 76 SCE I, p. 210‑213, tombe 410 (niche datée du CG III).
  • 77 Les niches, que les fouilleurs appellent « cupboards », sont particulièrement nombreuses dans cett (...)
  • 78 SCE II, p. 211‑214 (tombe 10 au lieu‑dit Potamos tou Myrmikof, CA I) ; p. 236‑240 (tombe 21, CC II (...)

42Quoi qu’il en soit, il faut souligner à nouveau que l’existence de niches creusées dans les parois des dromoi et ne contenant pas d’inhumations n’est pas un trait kitien72. On en connaît dans d’autres nécropoles de l’île de l’âge du Fer et du début de l’époque hellénistique, par exemple à Ktima73, Agioi Omologitades74, Amathonte75, Lapithos-Kastros76, Stylloi77 et Marion78.

Notes

1 Hadjisavvas 2012.

2 On reprend ici le terme en usage pour désigner la nécropole aux tombes construites de Salamine. De fait, à Kition comme à Salamine, la distinction sociale se marque en particulier par l’usage de tombes d’architecture différente : tombes construites pour l’élite, tombes creusées pour une autre partie de la population (qui ne représente au demeurant sans doute pas tout le reste de la population).

3 Pour les tombes construites chypriotes archaïques, voir Christou 1996.

4 Hadjisavvas 2014, p. 1‑33.

5 Nicolaou 1976, p. 200‑201, n° 55 et pl. XV. Voir aussi Christou 1996, p. 143‑146 et Carstens 2006, p. 139.

6 Et, du moins pour la tombe « Lefkaritis », à l’intérieur du tracé de la muraille du Bronze récent (dont on ne sait toutefois pas avec certitude quand elle a cessé d’être en fonction).

7 BCH 97, 1973, p. 616‑617 = Nicolaou 1976, p. 193, n° 49.

8 Nicolaou 1976, p. 182‑183, n° 25 = Christou 1996, p. 146‑149. Sur des critères stylistiques, les deux auteurs datent cette tombe, qui, pillée, n’a livré aucun matériel en place, de l’époque archaïque. C’est certainement trop tôt, comme le montre notamment la présence de sarcophages-coffres.

9 Nicolaou 1976, p. 183, n° 26.

10 La tombe a été localisée lors de la fouille d’une parcelle située juste à côté de celle qui abrite la tombe « Cobham ». Sur les quatre tombes trouvées en 2008, une seule était construite, les trois autres entrant dans le type commun à chambre simplement creusée dans le substrat. On est tenté de croire que c’est dans cette tombe qu’étaient déposés à l’origine les sarcophages exceptionnels qu’on a retrouvés entassés dans une tombe simple voisine : Georgiou 2009.

11 Hadjisavvas 2014, p. 34‑38.

12 La localisation de la nécropole « royale » de Salamine à l’époque classique est inconnue. Le monument appelé « cénotaphe de Nicocréon », dont l’interprétation est par ailleurs discutée (en dernier lieu Baurain 2011 et Buraselis 2013) est pour le moment isolé et il est situé aux limites du village moderne d’Enkomi, bien au‑delà au sud de la nécropole archaïque. Pour la relation (chronologique et topographique) entre la nécropole « royale » et celle de Cellarka, voir également Blackwell 2010.

13 Hadjisavvas 2014, p. 26‑27.

14 On manque de données anthropologiques pour étayer ces conclusions. On remarque toutefois que la tombe MLA 1484+1485 (SIG n° 232 : Hadjisavvas 2012, p. 227‑235), certes creusée, mais dont l’architecture à deux chambres reprend le modèle des tombes « royales », ne contenait que deux corps : une inhumation primaire dans la chambre et une réduction en amphore dans l’antichambre. Cette tombe illustre peut‑être un type de caveau intermédiaire entre les tombes « royales » et les tombes « simples », telles celles de Pervolia.

15 Pour les tombes du Bronze moyen : Herscher 1988. Une tombe du début de l’époque géométrique a été accidentellement découverte à 100 m à l’ouest du promontoire, à l’angle des rues Priamou et Patroklou (SIG n° 257) : Georgiou 2003. Elle est, en l’état actuel de la documentation, isolée.

16 Nicolaou 1976, p. 165, n° 3.

17 Elles sont publiées par Hadjisavvas 2012, p. 236‑260.

18 Hadjisavvas 2012, p. 238.

19 La concession à des particuliers de terrains appartenant à la terre royale et généralement situés hors les murs est attestée par le contrat de la tablette d’Idalion : en dernier lieu Georgiadou 2010, p. 180‑181.

20 Pour les attestations chypriotes de tumuli et d’enclos funéraires, voir Carstens 2006, p. 159‑160. Les enclos funéraires sont bien attestés à Salamine-Cellarka (Karageorghis 1970, fig. VIII). Ils ne regroupent toutefois pas plusieurs tombes ; ils signalent, en surface, l’emprise des tombes et reproduisent, par leur contour, la forme trapézoïdale du dromos. À strictement parler, il s’agit donc de marqueurs funéraires, et non pas d’enclos. Dans la nécropole de Kountoura Trachonia (datable des époques classique et hellénistique), des tumuli bas, cernés de blocs dressés, marquaient en surface l’emprise des tombes (SCE I, p. 439).

21 Nicolaou 1976, p. 171, n° 15‑16 = SIG n° 7‑8.

22 Nicolaou 1976, p. 175, fig. 35 = SIG n° 65.

23 Il faut toutefois signaler la découverte, hors contexte, de trois cippes au lieu‑dit Mnimata/Agios Georgios, qui indiquent l’implantation de quelques tombes plus récentes (Hadjisavvas 2012, p. 219, CS 2551/44 à 46). De même, quelques tombes hellénistiques ont été explorées à Tourapi (Myres 1897, p. 152‑164) et les fouilles récentes du département des Antiquités (seconde partie de cet ouvrage) montrent que la nécropole est restée en usage jusqu’à l’époque romaine.

24 Karageorghis 1970, fig. XVI.

25 SCE I, p. 265.

26 Les aménagements du rocher, destinés à y ficher des stèles, découverts dans la nécropole est d’Amathonte sont sans doute datables du début de l’époque hellénistique : Nicolaou 1985, p. 258, fig. 1.

27 Deshayes 1963, p. 24. Selon le fouilleur, les stèles indiquaient à l’origine « à la surface du sol l’emplacement des différents dromoi, en vue de cérémonies funèbres aussi bien que d’inhumations ultérieures ».

28 Voir, pour les stèles inscrites, Cannavò 2015, p. 369‑372.

29 Raptou 1997, p. 235.

30 Karageorghis 1970, p. 225 et fig. VIII. Ces marqueurs n’ont toutefois pas empêché certains recoupements : ainsi, la tombe 58 dont seul le dromos a été creusé, la chambre recoupant celle de la tombe 67 (Karageorghis 1970, p. 90) ; ou la tombe 115 (ibid., p. 168).

31 Hadjisavvas 2012, p. 218‑223 et KB V, p. 195‑198 et 221‑224 (avec références). Pour les stèles funéraires à inscription phénicienne provenant d’autres nécropoles, voir KB V, no 1031‑1077.

32 Sur cette question, voir Fourrier 2015b.

33 La différence est frappante avec les tombes fouillées dans la nécropole de Ktima, par exemple, qui documentent toutefois une période d’occupation plus longue, du xe au iie s. av. J.‑C. : Deshayes 1963. On n’évoque pas ici la tombe 397, dont seule la chambre a été partiellement fouillée, et qui possédait peut‑être un plan différent.

34 Hadjisavvas 2014, p. 6, fig. 8.

35 Karageorghis 1970, fig. XVI.

36 Ainsi à Tsambres et à Aphendrika : Dray et Du Plat Taylor 1937‑1939, p. 28‑29, 39, 51 et 67.

37 Karageorghis 1970, p. 11 (tombe 9) ; p. 25 (tombe 12).

38 Le type le plus courant est le sarcophage-coffre en gypse. La présence de pieds est, à Kition, exceptionnelle (Georgiou 2009, p. 115, fig. 2), alors qu’elle est courante pour les sarcophages-coffres d’Amathonte, fabriqués en calcaire local (Hermary 1987, p. 63‑66, pl. XLVII‑LI). Il convient également de mentionner les sarcophages anthropoïdes (en dernier lieu, Hermary 2015) et architecturaux (Georgiou 2009, p. 125‑135).

39 À Mnimata/Agios Georgios, la tombe MLA 1484 (SIG n° 232) était faite de deux chambres creusées dans le substrat rocheux. Le long stomion qui conduisait à la première chambre était pavé d’une dalle de gypse posée sur quatre supports de même matériau ; la première chambre était également entièrement pavée, de même que le second passage et la seconde chambre. Dans cette dernière, du côté est, un corps avait été déposé sur une dalle de gypse de 2 x 1,10 m (Hadjisavvas 2012, p. 229 et p. 228, fig. 134). Une plaque de gypse est également mentionnée dans le rapport de fouille d’une tombe explorée en 1997 dans la même nécropole (SIG n° 260 ; la découverte de la tombe est mentionnée dans la « Chronique », BCH 122, 1998, p. 666). Enfin, une tombe fouillée par les Britanniques à Tourapi présentait un aménagement remarquable : plusieurs inhumations étaient placées, le long de chaque côté de la chambre, sur des plaques de gypse superposées, tandis qu’une partie du mobilier était alignée sur une plaque de gypse posée sur le sol, contre le mur de fond (Myres 1897, p. 157‑159 [tombe 56] = SIG n° 344). Ces tombes datent, comme la tombe 398, du CA I.

40 Six empreintes, interprétées comme celles des pieds d’un lit funéraire de bois, ont été relevées par le fouilleur dans la tombe 23 de Salamine-Cellarka : Karageorghis 1970, p. 47.

41 Hadjisavvas 2012.

42 On ne possède pas, à Chypre, de scènes comparables aux figurations des vases géométriques attiques. Les quelques représentations interprétées comme funéraires sont symboliques : Markoe 1988.

43 À l’exception, peut‑être, de la tombe 407, qu’on n’a toutefois que partiellement explorée.

44 Le fouilleur interprète ce cas comme celui d’un « simultaneous mass burial » (Karageorghis 1970, p. 92). Il s’agit plutôt d’une tombe utilisée pour plusieurs inhumations successives, pendant un seul cycle.

45 Karageorghis 1970, p. 94‑96 (tombe 60).

46 Par exemple à Salamine-Cellarka, où deux inhumations seulement sont évoquées pour la plupart des tombes, les exceptions étant rares : 14 crânes dénombrés dans la tombe 10 (Karageorghis 1970, p. 17).

47 Sur la place des enfants dans les nécropoles chypriotes de l’âge du Fer, voir Alpe 2008.

48 Karageorghis 1970.

49 La pratique la plus courante est résumée comme suit par les fouilleurs suédois : « In order to make room for the fresh burials, the bones of the earlier interments were often removed from their original position, either swept away in a corner of the tomb, buried in pits, or deposited in large vases » (SCE II, p. 241).

50 Comme on peut l’observer, à date plus récente, dans les rares cas où des inscriptions renseignent sur les occupants de la tombe. Ainsi, à Chytroi, des membres de trois familles différentes ont été successivement inhumés, au cours de trois cycles distincts, dans le même caveau : Nicolaou 1968.

51 Hadjisavvas 2012, p. 229 et Hadjisavvas 2014, p. 201‑202 (étude anthropologique de S. Fox). La réduction avait d’abord été interprétée comme une crémation.

52 Deshayes 1963, p. 79 : tombe III, chambre C (datée du CG III). Un squelette avait été déposé dans une amphore, son crâne posé devant l’embouchure du vase. Selon le fouilleur, « il est probable que les ossements furent transportés dans cette amphore pour faire place à des inhumations ultérieures ». Deshayes 1963, p. 95‑99 : deux amphores contenaient des ossements dans la tombe VI (CG III). Deshayes 1963, p. 115‑137 : la tombe VIII (CG II‑III) renfermait à la fois des inhumations primaires et des réductions en amphores.

53 Karageorghis 1983, p. 7 : la pratique est évoquée parmi les coutumes funéraires du CG I de Palaepaphos-Skales. Pourtant, beaucoup de cas recensés dans le catalogue datent du CG III (tombes 62, 63, etc.). Karageorghis et Raptou 2014, p. 95 : réduction dans une amphore WP III.

54 Benson 1973, p. 21. Les tombes sont datées du début de l’époque géométrique.

55 SCE I, p. 186 (tombe 403), p. 193 (tombe 428), p. 262 (tombe 429), p. 271 (tombe 602).

56 Nicolaou 1965, p. 67.

57 SCE II, p. 104 (tombe 18) et 115‑116 (tombe 21). Il faut sans doute ajouter à ces deux cas recensés une tombe du CG III de la nécropole ouest : le rapport mentionne une crémation en amphore, mais on voit mal pourquoi le col du vase aurait été coupé si le défunt avait été incinéré (« Chronique », BCH 110, 1986, p. 837).

58 Contra Hadjisavvas 2012, p. 235 : « The secondary “enchytrismos” in the antechamber is by itself of considerable interest : a foreign funerary rite executed in a Cypriot vessel found alongside two other pieces of locally made pottery ».

59 Osborne 2004, en particulier p. 5. Pour une archéologie du rite, en particulier funéraire, voir Scheid 2000 et 2008.

60 Par exemple à Salamine-Cellarka : Karageorghis 1970, p. 9‑11 (tombe 7) ; p. 47‑48 (tombe 23), ou à Palaepaphos : Karageorghis et Raptou 2014, p. 102 (tombe 148).

61 Pour des parallèles : Denti 2013, p. 105 avec références. À Chypre (Marion) : Raptou 1997, p. 235.

62 Les commentaires sur la faune ont été rédigés par A. Gardeisen.

63 Gardeisen et Fourrier 2014.

64 Par exemple à Soloi : les fouilleurs canadiens ont trouvé, dans le dromos d’une tombe archaïque, les restes de deux animaux sacrifiés, un bovin et, peut‑être, un agneau (« Chronique », BCH 92, 1968, p. 328‑329).

65 Les observations sont également rares dans d’autres nécropoles, si l’on excepte les sacrifices de chevaux des tombes « royales » et les cas, douteux, de sacrifices humains (SCE I, p. 241‑246 : tombe 422 de Lapithos-Kastros). Pour quelques cas recensés, voir, par exemple, à Salamine-Cellarka, Karageorghis 1970, p. 127 (tombe 84) ; à Marion, Raptou 1997, p. 235.

66 Pour le Proche‑Orient, voir Bunimovitz et Zimhoni 1993. La pratique est bien attestée au palais d’Amathonte : Carbillet et Tassignon 2014.

67 Sur ce type de vase et son interprétation, voir Colin-Bouffier 1999 et Pomadère 2007.

68 Deshayes 1963, p. 239.

69 Karageorghis 1970, p. 137 (tombe 89A).

70 SCE I, p. 234‑240 (tombe 420).

71 Privitera 2013, respectivement p. 114‑117 et 118‑119.

72 La présence de niches est évoquée par E. Gjerstad dans sa synthèse sur l’architecture funéraire chypriote, pour les périodes CG et CC : SCE IV/2, p. 32 et 45.

73 Trois petites niches étaient ménagées dans le dromos de la tombe I (iiie s. av. J.‑C.), toutes trois fermées (par une plaque ou un blocage de pierres) ; la première (niche I, c) contenait « un petit vase de date incertaine », les deux autres étaient vides de matériel (Deshayes 1963, p. 40‑45). Deux niches creusées dans les parois du dromos de la tombe V (CA I) étaient bouchées par des pierres, elles ne contenaient ni ossements ni matériel (Deshayes 1963, p. 91). La tombe IX (CC I) présente un cas de figure original (Deshayes 1963, p. 137‑142). Une chambre secondaire (a) avait été creusée à l’extrémité de la paroi nord du dromos, elle contenait deux inhumations primaires, sans matériel associé. En revanche, les cinq niches du même dromos (α‑ε) renfermaient des vases, sans ossement associé. Selon le fouilleur, « on peut alors se demander (…) si les offrandes correspondant à ces inhumations n’avaient pas été déposées dans une des nombreuses niches latérales garnissant les parois du dromos, qui étaient, quant à elles, dépourvues de tout reste humain » (Deshayes 1963, p. 138).

74 Du Plat Taylor 1934, p. 13 : deux niches étaient creusées dans les parois du dromos, fermées par des plaques de pierre. L’une contenait une lampe, l’autre était vide. La tombe est datée de l’époque ptolémaïque (iiieiie s. av. J.‑C.).

75 La tombe 425 de la nécropole est, dont la chambre, pourtant scellée, n’avait jamais été utilisée pour des inhumations, possédait une niche assez profonde, creusée au‑dessus du stomion. Cette dernière contenait 14 vases datables du CA I : Nicolaou 1985, p. 273‑276.

76 SCE I, p. 210‑213, tombe 410 (niche datée du CG III).

77 Les niches, que les fouilleurs appellent « cupboards », sont particulièrement nombreuses dans cette nécropole archaïque. De petites dimensions, elles renfermaient des vases : SCE II, p. 161‑164 (tombe 10, CA I) ; p. 168‑170 (tombe 13, CA I) ; p. 175‑178 (tombe 17, CA I).

78 SCE II, p. 211‑214 (tombe 10 au lieu‑dit Potamos tou Myrmikof, CA I) ; p. 236‑240 (tombe 21, CC II) ; p. 249‑253 (tombe 25, CC II) ; p. 259‑260 (tombe 29, CC I) ; p. 262‑266 (tombe 31, CC I) ; p. 266‑267 (tombe 32, CC II) ; p. 325‑327 (tombe 52, CC I‑II) ; p. 350‑356 (tombe 59, CC I‑II). Les tombes classiques ont été fouillées dans la nécropole de Marion-Kaparka. Les niches contenaient à la fois des vases et de petits bijoux (anneaux et pendentifs de bronze et d’argent) ; certaines étaient apparemment vides.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Kition : localisation des tombes construites.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 839k

Auteurs

Chargée de recherche au CNRS (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), elle est membre de la mission archéologique de Kition et spécialiste de l’histoire de Chypre à l’époque des royaumes. Elle est également directrice de la mission archéologique d’Amathonte (EfA-MEAE).

Directrice de recherche au CNRS (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), elle dirige la mission archéologique de Kition. Ses travaux portent plus particulièrement sur les questions de topographie urbaine et la définition d’identités culturelles à Chypre à l’époque des royaumes.

Ingénieur à l’université Lumière Lyon 2 (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), il est membre de la mission de Kition, en charge de la gestion des bases de données, des relevés et de l’analyse spatiale (SIG). Il participe également à de nombreux autres chantiers archéo­logiques, en particulier en Égypte.