Version classiqueVersion mobile

Kition-Bamboula VII

 | 
Anna Cannavò
, 
Sabine Fourrier
, 
Alexandre Rabot

Deuxième partie. La nécropole de Kition-Tourapi (fouille du département des Antiquités, 2012)

Chapitre 2. Les tombes

Anna Cannavò, Sabine Fourrier et Anna Satraki

Texte intégral

Tombe MLA 2065 (= T. 166) = SIG n° 382

Date de fouille : 26/07/2012.
Datation : iieiiie s. ap. J.‑C.

1La tombe était creusée dans le rocher (fig. 1‑2). La chambre se trouvait partiellement sous la tranchée du tout‑à‑l’égout. Elle se prolongeait vers le sud, comme le montre la position des deux sarcophages (n° 2 et 3) dont le sondage n’a mis au jour que les extrémités nord. La tombe suivait donc une orientation nord‑sud.

2La chambre était meublée de trois sarcophages, l’un placé contre le petit côté nord (n° 1), les deux autres le long des deux grands côtés, est (n° 2) et ouest (n° 3). Les sarcophages, en gypse, étaient tous dans un mauvais état de conservation : les couvercles avaient disparu, la cuve n’était préservée que sur une partie de sa hauteur originale. Il est donc probable que la tombe avait été pillée. Des objets ont été trouvés dans le sarcophage 1 (qui est le seul à avoir été entièrement fouillé), sur le sol entre les sarcophages 2 et 3, ainsi qu’à l’intérieur des sarcophages 2 et 3 (qui n’ont été que partiellement fouillés). Enfin, des tessons (à partir desquels il a été possible de reconstituer des vases ou des vases fragmentaires) ont été recueillis dans le comblement.

  • 1 La présence de cercueils en bois dans des sarcophages-coffres en pierre est attestée dès l’époque (...)

3La découverte de plusieurs clous et de fragments de charnières dans le sarcophage n° 1 peut indiquer la présence de coffres en bois, ou bien qu’un cercueil en bois était placé dans le coffre de pierre1.

  • 2 Pour des exemples proches provenant des nécropoles romaines de Beyrouth : Kallas 2015.
  • 3 Sur cette série de production : Arveiller-Dulong et Nenna 2005, p. 186‑187.
  • 4 Nous remercions M. Amandry de son expertise.

4Le matériel en place dans les sarcophages et celui sur le sol de la chambre indiquent que la tombe a été utilisée au cours des ier-iiie s. ap. J.‑C. Les bouteilles en verre illustrent des types communs dans les tombes d’époque impériale2. Elles entrent dans deux grands types : unguentaria à panse globulaire ou piriforme et col relativement court (leur contenance peut atteindre 50 ml) ; ou bien à panse aplatie et très haut col (de contenance plus petite : 10‑15 ml maximum)3. Les lampes entrent également dans des séries contemporaines connues. Les deux seules monnaies identifiables datent de l’époque romaine. Elles ont été émises sous Néron ; l’une d’entre elles (MLA 2065/28, fig. 4), frappée à Corinthe, est le premier exemplaire de ce type mis au jour à Chypre4.

5Les fragments recueillis dans la partie inférieure du comblement (à partir desquels il a été possible de reconstituer plusieurs formes) forment un petit assemblage, exclusivement de fabrique Plain White, qui pourrait être plus ancien (époque hellénistique). Peut‑être documentent‑ils une première utilisation de la tombe à cette époque.

Fig. 1 – Tombe MLA 2065. Relevé de la fouille (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 1 – Tombe MLA 2065. Relevé de la fouille (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 2 – Tombe MLA 2065. Vue des sarcophages en place depuis l’ouest (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 2 – Tombe MLA 2065. Vue des sarcophages en place depuis l’ouest (Département des Antiquités, A. Satraki).

Catalogue

Dans le sarcophage 1

  • 5 SCE IV/3, p. 156 (type III : Flask with pear‑shaped body) et fig. 48, 22‑26 ; Oliver 1992, p. 102  (...)
  • 6 SCE IV/3, fig. 30, 17 ; Hayes 2008, pl. 88‑89.

6MLA 2065/1 (fig. 3). Bouteille en verre soufflé. Verre irisé, transparent à bleuté. H. 12 ; ø 2,2. Fond plat légèrement bombé, panse piriforme, col cylindrique, ouverture ronde et lèvre repliée en bourrelet. Le type à corps piriforme et col relativement court est précoce dans la série5. Il est également décliné en céramique6.

  • 7 SCE IV/3, p. 126 ; Salamine I, pl. XVIII, 193 ; Oziol 2003, pl. 16, n° 119‑120 et 124 ; Bezzola 20 (...)

7MLA 2065/2 (fig. 3). Lampe moulée circulaire sans anse. Pâte beige rosé, serrée, petites inclusions noires et rouges. L. 8 ; ø 6,8. Décor d’oves dans la couronne, médaillon lisse. Fond plat, petit trou d’alimentation dans le médaillon. La lampe entre dans le type 13 de Vessberg7, courant à Chypre où il est fabriqué du iie jusqu’au milieu du iiie s. ap. J.‑C. environ.

  • 8 SCE IV/3, p. 126 et fig. 38, 3. Voir également Salamine VII, p. 115 ; Oziol 2003, pl. 15, n° 101 e (...)

8MLA 2065/3 (fig. 3). Lampe moulée sans anse. Pâte beige, fine, petites inclusions noires. L. 8 ; ø 6,4. Fond plat légèrement rentrant. Médaillon et couronne lisses, volutes de chaque côté du bec. Type 10 de Vessberg8.

  • 9 SCE IV/3, p. 126.

9MLA 2065/4 (fig. 3). Lampe moulée avec anse. Pâte beige, fine, petites inclusions noires. L. 9 ; ø 5,8. Fond plat légèrement rentrant. Fin bourrelet sur la couronne, décor indistinct sur le médaillon. Type 11 de Vessberg9.

10MLA 2065/5 (fig. 3). Base annulaire de forme fermée. Pâte beige, petites inclusions noires. ø base 6,5.

11MLA 2065/15 (fig. 3). Fond plat rentrant de bouteille en verre soufflé. ø fond 6.

12MLA 2065/16 (fig. 3). Trois fr. d’une charnière en fer. L. du plus gros frg. 3,5.

13MLA 2065/17 (fig. 3). Deux clous en fer. L. 3,6.

14MLA 2065/19 (fig. 3). Quatre frg. de clous en fer. L. du plus gros frg. 5,5.

  • 10 Identification des monnaies et commentaire dus à E. Markou.

15MLA 2065/20 (fig. 3). Monnaie en bronze10. Poids : 5,384 g ; ø 24 mm ; axe : -. La monnaie est trop corrodée pour permettre une lecture.

  • 11 Chavane 1990, p. 9‑10 ; Salamine VI, p. 34‑35.

16MLA 2065/22 (fig. 3). Anse mobile en bronze. L. 4. Elle est constituée d’un élément central courbe, qui se termine à chaque extrémité par un anneau, deux crochets, qui devaient se fixer sur un objet, sont attachés aux anneaux. L’anse pouvait appartenir à un petit coffre de bois, aujourd’hui disparu. Les anses connues de Chypre sont généralement de forme plus simple11.

17MLA 2065/23 (fig. 3). Deux frg. de charnière en bronze. L. du plus gros frg. 7.

18MLA 2065/26 (fig. 3). Monnaies en bronze. Poids : 9,298 g ; ø 27 mm ; axe : -. Il s’agit de deux monnaies collées ensemble. Leur corrosion rend la lecture impossible.

19MLA 2065/27 (fig. 4). Monnaie en bronze. Poids : 7,150 g ; ø 23 mm ; axe : -. La monnaie est trop corrodée pour permettre une lecture.

  • 12 Amandry 1988, p. 220, pl. XXXIX.

20MLA 2065/28 (fig. 4). Monnaie en bronze. Poids : 5,543 g ; ø 20 mm ; axe : -. Monnaie de Néron, frappée à Corinthe, P. Memmius Cleander duovir, 66‑67 ap. J.‑C.12. Droit : […] Tête de Néron à dr. Revers : [P MEM CLE]AN-[DRO II Q COR]. L’empereur debout sur une tribune ; la tête tournée vers la gauche ; la main dr. levée ; tenant un rouleau de la main g. ; dans le champ [AD‑LO/AV‑G].

21MLA 2065/29 (fig. 4). Monnaie en bronze. Poids : 7,833 g ; ø 22 mm ; axe : -. La monnaie est trop corrodée pour permettre une lecture.

  • 13 Burnett, Amandry et Ripollès 1992, vol. I, part I, p. 683, n° 4972 ; part. II, pl. 179, n° 4972.

22MLA 2065/30 (fig. 4). Monnaie en bronze. Poids : 2,690 g ; ø 17 mm ; axe : 2. Autorité émettrice : Festus, procurateur du royaume de Judée sous Néron, 59 ap. J.‑C., atelier de Jérusalem13. Droit : ΝΕΡWNOC dans une couronne. Revers : L ς KAICAPOC ; branche de palmier.

Fig. 3 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés dans le sarcophage 1.

Fig. 3 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés dans le sarcophage 1.

Fig. 4 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés dans le sarcophage 1.

Fig. 4 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés dans le sarcophage 1.

Entre les sarcophages 2 et 3

23MLA 2065/6 (fig. 5). Lampe moulée sans anse. Pâte beige, fine, petites inclusions noires. L. 8,5 ; ø 6,4. Fond plat légèrement rentrant. Médaillon et couronne lisses, volutes de chaque côté du bec. Type 10 de Vessberg. Voir MLA 2065/3 (fig. 3).

  • 14 Oziol 2003, p. 287 et pl. 15, n° 100 (avec références).
  • 15 Salamine VII, n° 511‑513.

24MLA 2065/7 (fig. 5). Lampe moulée avec anse. Pâte marron, fine. L. 10 ; ø 7,1. Fin bourrelet sur la couronne étroite ; décor de couronne d’olivier sur le médaillon ; double volute sur le bec. Le type, surtout attesté en Syrie, est rare à Chypre : un parallèle provient de l’Area II de Kition14. Trois autres sont conservés au Cyprus Museum15. Cette lampe constitue l’élément datable le plus récent de l’assemblage, puisqu’elle doit être placée au iiie s. ap. J.‑C.

25MLA 2065/8 (fig. 5). Bouteille en verre soufflé. Verre irisé, transparent à bleuté. H. 5,5 ; ø 1,2. Fond plat légèrement bombé, panse piriforme, col cylindrique, ouverture ronde. Le vase est proche de MLA 2065/1, ci‑dessus, mais avec une courte lèvre étalée et des dimensions plus réduites.

  • 16 SCE IV/3, p. 163 et fig. 49, 11‑24 : « Unguentarium of Candelstick Type » ; Vessberg 1952, pl. VII (...)

26MLA 2065/9 (fig. 5). Bouteille en verre soufflé. Verre irisé, bleuté. H. 14 ; ø 2,8. Fond plat rentrant, petit corps biconique, long col cylindrique étroit, rebord légèrement évasé16.

  • 17 Voir Whitehouse 1997, n° 197.

27MLA 2065/12 (fig. 5). Bouteille en verre soufflé. H. 6,5 ; ø 1,9. Fond plat rentrant, petit corps biconique, col cylindrique étroit, lèvre repliée. La forme est datable du iie s. ap. J.‑C.17.

  • 18 Vessberg 1952, pl. V, 10.
  • 19 SCE IV/3, fig. 31, 4.

28MLA 2065/13 (fig. 5). Cruche en verre soufflé. Verre irisé, bleuté. H. 12,5 ; ø 2,5. Fond distinct de la panse, plat et rentrant, corps globulaire, épaule aplatie. Col cylindrique légèrement conique, lèvre repliée. Anse verticale du col (sous la lèvre) à l’épaule18. La forme, simple, est déclinée en céramique, avec différentes variantes de profil19.

29MLA 2065/14 (fig. 5). Bouteille en verre soufflé. Verre irisé, bleuté. H. 14 ; ø 2,4. Font plat, panse piriforme, col cylindrique, lèvre étalée et repliée.

  • 20 Chavane 1990, p. 13‑14.

30MLA 2065/21 (fig. 5). Disque en bronze. ø 9. Des disques de bronze, de dimensions semblables à notre exemple et également dépourvus de décor, ont été retrouvés en assez grand nombre dans les tombes d’Amathonte20. Il peut s’agir de miroirs (simples ou en disques montés), mais d’autres usages sont également possibles sans que la forme, très simple, de l’objet ne fournisse d’indice déterminant.

31MLA 2065/24 (fig. 6). Frg. appartenant à un disque en bronze, semblable à MLA 2065/21. L. du plus gros frg. 5.

32MLA 2065/25 (fig. 6). Frg. de col de vase en bronze. Col cylindrique, lèvre ronde, deux rivets en fer de part et d’autre de l’ouverture. H. cons. 5,5 ; ø 3. Les rivets servaient probablement à attacher un bouchon ou une anse.

33MLA 2065/31a (fig. 6). Frg. de vase en verre, dont les éléments d’un fond plat rentrant.

Fig. 5 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés entre les sarcophages 2 et 3.

Fig. 5 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés entre les sarcophages 2 et 3.

Fig. 6 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés entre les sarcophages 2 et 3.

Fig. 6 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés entre les sarcophages 2 et 3.

Dans le sarcophage 2

34MLA 2065/10 (fig. 7). Col de bouteille fragmentaire en verre. H. cons. 10 ; ø 2,6. Les dimensions du col permettent de restituer un vase similaire à MLA 2065/9.

Dans le sarcophage 3

35MLA 2065/11 (fig. 7). Fond plat rentrant de vase en verre. Verre soufflé, bleuté. ø 7.

36MLA 2065/18 (fig. 7). Plusieurs gros frg. d’une plaque en fer, très corrodés, pris dans le sédiment. L. du plus gros frg. 19. Il est probable qu’il s’agisse d’une charnière.

Fig. 7 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés dans les sarcophages 2 et 3.

Fig. 7 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés dans les sarcophages 2 et 3.

Fragments découverts dans le comblement

  • 21 Voir, par exemple, des cruches provenant de Salamine-Cellarka qui, toutefois, si elles présentent (...)

37Il s’agit de tessons, à partir desquels on a pu reconstituer certaines formes. Cette petite série de cruches PW évoque des types, créés dès le début de l’époque hellénistique21.

  • 22 Voir SCE IV/3, fig. 22, 24 ; Salamine IX, pl. 1.

38MLA 2065/31b (fig. 8). Lagynos PW. Pâte beige à ocre, petites inclusions noires et rouges. Surface beige. H. 17,6 ; ø 6. Base annulaire, panse biconique, col cylindrique, lèvre étalée, anse en ruban à nervure centrale du col à l’épaule. Une partie de la lèvre manque. Le vase illustre une forme hellénistique commune, à base annulaire haute et panse carénée22.

39MLA 2065/32 (fig. 8). Cruche-lagynos PW. Pâte beige, nombreuses petites inclusions noires et rouges. H. 16,7 ; ø 4,5. Base annulaire, panse biconique, carène moins marquée et placée plus haut que dans l’exemple précédent, courte lèvre étalée, anse verticale en ruban à dépression centrale du col à l’épaule.

40MLA 2065/33 (fig. 8). Fond probable de lagynos PW. Pâte beige à ocre, nombreuses petites inclusions. H. cons. 9,6.

41MLA 2065/34 (fig. 8). Lagynos PW fragmentaire. Seule la partie supérieure est conservée. H. cons. 12 ; ø 4. Épaule horizontale, nervure en relief à la base du col. Col cylindrique, lèvre étalée, anse en ruban à double nervure centrale, du col à l’épaule.

42MLA 2065/35 (fig. 8). Lagynos PW fragmentaire. Seule la partie supérieure est conservée, l’anse manque. Pâte ocre, petites inclusions noires, surface beige. H. cons. 16 ; ø 4,5. Panse biconique, ligne incisée sur l’épaule, col cylindrique, lèvre étalée.

43Les autres fragments recueillis dans le comblement vont de l’époque classique à l’époque moderne (une intrusion probable) ; la majorité peut être datée de l’époque hellénistique.

44Frg. de lampes moulées : NR = 10 ; NMI = 2.

45CW : NR = 3.

46Sigillée : NR = NMI = 1 (frg. d’assiette).

47Color-coated : NR = 7.

48Black Glazed : NR = 2.

49Amphores commerciales de type levantin : NR = 5.

50PW :
Assiettes à marli : NR = NMI = 4.
Lagynoi : NR = 17, NMI = 2.
Amphores : NR = 4.
Autres frg. de formes fermées : NR = 23.

Fig. 8 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés dans le comblement.

Fig. 8 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés dans le comblement.

Les restes humains

par Pr. Vareilles

  • 23 Certains corps étaient même parfois posés sur le sarcophage : Yon et Callot 1987, p. 151.

51Des ossements ont été recueillis dans les trois sarcophages qui meublaient la chambre. Le dénombrement des individus présents a été effectué par la détermination d’un NMI de fréquence (par groupe latéralisé d’ossements) puis d’exclusion (par appariement et par âge). Chacun des sarcophages abritait plusieurs individus, selon une pratique qui n’est pas inhabituelle à Chypre dès l’époque classique23. On ne peut pas déterminer s’ils avaient été déposés en même temps ou, plus probablement, de manière successive.

Tableau 31 – Tombe MLA 2065. Nombre d’individus inhumés.

NMI par exclusion Détermination de l’âge
Sarcophage 1 6 4 individus matures et 2 immatures
Sarcophage 2 2 1 individu mature et 1 immature
Sarcophage 3 6 6 individus matures
TOTAL 14 11 individus matures et 3 immatures
  • 24 Scheuer et Black 2000.

52La faible représentativité des ossements conservés ainsi que leur degré de fragmentation élevé n’ont pas permis une estimation précise de l’âge au décès (au‑delà d’une séparation entre les individus matures, âgés de plus de 19 ans, et les immatures), ni une détermination de leur sexe. On a toutefois pu réduire l’estimation de tranche d’âge pour les deux immatures du sarcophage 1 : en se fondant sur leurs degrés de maturation osseuse respectifs24, ils devaient avoir moins de 12 ans au moment de leur décès.

53De rares cas de pathologies (dentaire et articulaire) ont été observés sur l’un ou les deux individus inhumés dans le sarcophage 2. Une troisième prémolaire supérieure gauche permanente présentait une carie importante située au niveau du collet de la dent, sur sa face inter‑proximale. Un fort dépôt de tartre était également visible sur cette même dent. On a relevé, sur une canine mandibulaire gauche permanente, une hypoplasie linéaire de l’émail dentaire : trois lignes, sur la face buccale de la canine, révèlent que l’individu a subi au moins trois périodes de stress métabolique (maladie, fièvre, malnutrition…) pendant son enfance, durant la période de formation de la dent. Cette même dent présentait également un fort dépôt de tartre.

54D’autres pathologies sont visibles sur les articulations : une arthrose exubérante sur un premier métatarsien droit, avec développement d’ostéophytes ; un autre développement d’ostéophytes sur une première phalange proximale de premier métatarsien (non latéralisé) ; un développement d’ostéophytes plus modéré sur un premier métatarsien gauche.

Tombe MLA 2066 (= T. 167) = SIG n° 383

Date de fouille : 27/07/2012.
Datation : CA.

55La tombe, creusée dans le rocher, possédait une chambre de forme à peu près carrée (de 3 m de côté environ). Elle était orientée vers le sud, avec une légère inclinaison nord‑ouest/sud‑est (fig. 9). Une dalle de gypse, découverte à peu de distance au nord, fermait sans doute le stomion, d’où elle avait été déplacée. La chambre était comblée de sédiment, d’où émergeait une amphore commerciale de type levantin. Seule cette dernière a été retirée, et un petit nombre de tessons. La chambre n’a pas été fouillée.

56L’amphore permet de dater la tombe de l’époque archaïque. Les quelques tessons associés, s’ils proviennent bien des dépôts en place ou du comblement infiltré du dromos, invitent même à préciser la datation au début de l’époque archaïque (CA I).

Catalogue

  • 25 Peckham 1968, p. 169‑172.
  • 26 KB VI, p. 336 (à propos de l’interprétation de la ligne 2 d’un ostrakon phénicien du sanctuaire de (...)

57MLA 2066/1 (fig. 10). Pâte ocre, inclusions noires et rouges. H. 53 ; ø 7,8. Une lettre phénicienne peinte à l’encre noire sur la panse, dim. : 1,4. Il s’agit d’un Š archaïque, en « dents de scie » (sawtooth), qui se situe bien au viie s. av. J.‑C.25. Plusieurs interprétations sont possibles, sans qu’on ait la possibilité de trancher : marque de potier (abréviation d’anthroponyme ?), indication du contenu (abréviation du mot « orge » ?) ou bien unité de mesure26.

Tessons

Céramique décorée

58RS : NR = NMI = 1 (assiette à marli).

59BS : NR = 1 (pied de cruche ou amphorisque CG III).

60Bichr. : NR = 2 (amphore).

61WP : NR = 1.

62Amphores commerciales de type levantin : NR = 42, NMI = 1.

63PW :
F. ouvertes : NR = 25, NMI = 10 (assiettes à marli).
F. fermées : NR = 7.

64CW : NR = 1.

Tombe MLA 2067 (= T. 168) = SIG n° 384

Date de fouille : 27/07/2012.
Datation : CA‑CC.

65La tombe a été repérée immédiatement à l’est de la tombe précédente (fig. 9). Elle était également creusée dans le rocher. On n’y a découvert qu’une amphore de type levantin fragmentaire (seule la moitié était conservée, préservant toutefois le profil entier).

Catalogue

66MLA 2067/1 (fig. 10). Pâte beige à ocre, nombreuses inclusions blanches et rouges. H. 55 ; ø 9,6.

Fig. 9 – Tombes MLA 2066-2067. Relevé de la fouille (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 9 – Tombes MLA 2066-2067. Relevé de la fouille (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 10 – Tombes MLA 2066-2067. Matériel.

Fig. 10 – Tombes MLA 2066-2067. Matériel.

Tombe MLA 2068 (= T. 169) = SIG n° 385

Date de fouille : 30/07/2012.
Datation : CC II (ive s. av. J.‑C.).

67La tombe à chambre, creusée dans le rocher, a été partiellement repérée dans la tranchée du tout‑à‑l’égout. Elle se prolongeait vers le nord, tandis que son dromos était situé à l’est. Seule la partie mise au jour dans le sondage a été fouillée.

  • 27 Diagnostic effectué par Pr. Vareilles.

68Le matériel recueilli, quoique peu nombreux, oriente vers une datation au CC II (ive s. av. J.‑C.). Les quelques ossements permettent de déterminer la présence d’au moins une inhumation d’adulte27.

Catalogue

  • 28 Marangou 2006, p. 57 et p. 56, fig. 1.

69MLA 2068/1 (fig. 11). Amphore commerciale de type levantin. Pâte beige à ocre, grosses inclusions noires et rouges. H. restituée 49 (il manque une petite partie du fond) ; ø 8. Le fond forme une espèce de bulbe : il s’agit vraisemblablement d’une imitation du bouton conique que possèdent les amphores grecques hellénistiques28. Traces de tournassage très nettes, en particulier dans la partie supérieure de la panse.

70MLA 2068/2 (fig. 11). Cruchon PW. Pâte beige, petites inclusions noires et rouges. H. 8,7 ; ø 2,5.

Tessons

71Amphores commerciales de type levantin : NR = 8.

72PW : NR = 3, NMI = 1.

Fig. 11 – Tombe MLA 2068. Matériel.

Fig. 11 – Tombe MLA 2068. Matériel.

Tombe MLA 2069 (= T. 170) = SIG n° 386

Date de fouille : 30‑31/07/2012.
Datation : CC I (ve s. av. J.‑C.).

73La partie centrale de la chambre se trouvait dans la tranchée du tout‑à‑l’égout. Elle se prolongeait vers le nord et le sud, selon une orientation sud‑nord (fig. 12). La chambre, de forme carrée (3 x 3 m), possédait une voûte en berceau qui atteignait, en son point le plus haut, 1,80 m par rapport au sol. Le dromos était, de façon inhabituelle, localisé dans le coin sud‑ouest de la chambre. La dalle de fermeture (une plaque de gypse soigneusement calée par de petites pierres, 1,10 m de haut x 0,96 m de large) était en place (fig. 13). Quatre blocs, groupés par deux, étaient posés sur le sol, près de la paroi nord de la chambre (fig. 14‑15). Ils mesuraient environ 40 cm de côté pour une épaisseur d’environ 15 cm. On peut supposer qu’ils servaient, comme les blocs découverts sur le sol d’une chambre classique de Pervolia (tombe 379), à supporter des cercueils de bois. Aucun ossement n’a cependant été recueilli, peut‑être en raison de l’humidité du sol, recouvert de boue, qui n’en a pas permis la bonne conservation.

74La tombe était inviolée, la dalle de fermeture encore in situ au moment de la fouille. Les dépôts dans la chambre étaient en place. Le nombre de vases est modeste. L’assemblage céramique, exclusivement de fabrique PW, est très proche de celui de la tombe 379 de Pervolia : amphores commerciales de type levantin, jarres à fond rentrant, cruchons à corps en sac et fond pointu, puisettes, bols peu profonds sans anse (à lèvre ronde, carénée ou étalée). On remarquera toutefois l’absence de lampe-coupelle. Quelques rares tessons (13 frg. PW) et un fragment de gypse ont été recueillis. Ils proviennent probablement du sédiment infiltré dans la chambre depuis le dromos. La position de l’une des amphores commerciales, renversée, fait également écho à celle de l’amphore K02‑99 = KEF‑1263 de la tombe 379.

Tableau 32. Assemblage céramique de la chambre de la tombe MLA 2069.

TOTAL F. fermées Plain White F. ouvertes Plain White
Cruches Jarres Amphores
23 7 3 4 9

Fig. 12 – Tombe MLA 2069. Relevé (Département des Antiquités, D. Dimitriou).

Fig. 12 – Tombe MLA 2069. Relevé (Département des Antiquités, D. Dimitriou).

Fig. 13 – Tombe MLA 2069. Vue de la dalle de fermeture en place depuis l’intérieur de la chambre (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 13 – Tombe MLA 2069. Vue de la dalle de fermeture en place depuis l’intérieur de la chambre (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 14 – Tombe MLA 2069. Blocs en place dans la chambre (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 14 – Tombe MLA 2069. Blocs en place dans la chambre (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 15 – Tombe MLA 2069. Blocs en place dans la chambre (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 15 – Tombe MLA 2069. Blocs en place dans la chambre (Département des Antiquités, A. Satraki).

Catalogue

Note. Les numéros d’inventaire (du type MLA 2069/1, 2, etc. correspondent aux numéros reportés sur le relevé fig. 12).

75MLA 2069/1 (fig. 16). Jarre PW à fond rentrant. Pâte beige, petites inclusions noires, surface blanchâtre. H. 27 ; ø 9,5.

76MLA 2069/2 (fig. 16). Jarre de même type. Le col est plus haut et l’épaule légèrement plus marquée. Pâte ocre, grosses inclusions rouges. H. 30 ; ø 9,5.

77MLA 2069/3 (fig. 18). Bol PW peu profond à lèvre ronde. Pâte beige, petites inclusions noires. H. 3 ; ø 9,7.

78MLA 2069/4 (fig. 19). Jarre PW à fond rentrant. Pâte ocre, poudreuse, petites inclusions noires et rouges. H. 25 ; ø 10. Arête de l’épaule très marquée. Une anse manque.

  • 29 Merci à M.G. Amadasi Guzzo des remarques qu’elle a bien voulu nous faire parvenir à propos de cett (...)

79MLA 2069/5 (fig. 17). Amphore commerciale de type levantin. Pâte ocre, petites inclusions blanches et rouges. H. 45 ; ø 9. Inscription phénicienne de deux lignes29, peinte à l’encre noire sur la panse, assez effacée. Dim. des lettres : entre 0,8 et 1,1. À la ligne 1, seule la première lettre est visible (il n’y avait certainement pas d’autres signes à droite), probablement un P cursif (même si on ne peut pas exclure un B) ; rien n’est lisible ensuite, mais il ne devait pas y avoir beaucoup d’autres lettres, peut‑être une seule. À la ligne 2 (peut‑être écrite par une main différente), on lit facilement un ’, ensuite les traces d’une lettre difficilement identifiable (un G ?), suivies par un Š, un ‘ très effacé, et une ou plus probablement deux autres lettres qu’on ne peut pas lire (la première pourrait être un L ?). Des traces, aussi bien au‑dessus de la ligne 1 qu’en dessous de la ligne 2, pourraient suggérer la présence d’autres signes, mais l’examen du vase invite à y voir plutôt des taches superficielles.

1 P/B…
2 ’GŠ‘…

80Il est impossible de proposer une interprétation vu l’état de conservation du texte. La forme des lettres, autant qu’on puisse en juger, s’accorde bien avec une datation au ve s. av. J.‑C.

81MLA 2069/6 (fig. 17). Amphore de même type. Même pâte. H. 42 ; ø 9.

82MLA 2069/7 (fig. 18). Cruchon PW à fond pointu. Pâte beige, petites inclusions noires. H. 7,5 ; ø 3,7.

83MLA 2069/8 (fig. 18). Cruchon de même type. Même pâte. Surface blanchâtre. H. 9 ; ø 3,2.

84MLA 2069/9 (fig. 18). Cruchon de même type, mais le col n’est pas marqué et l’anse est très débordante. Même pâte. H. 7,5 ; ø 3,3.

85MLA 2069/10 (fig. 19). Puisette modelée PW, sans anses, à fond pointu. Pâte beige, petites inclusions noires. H. 4 ; ø 3,2. Le col est marqué ; un côté du fond est escamoté.

86MLA 2069/11 (fig. 19). Bol peu profond PW à lèvre carénée. Pâte ocre, petites inclusions blanches et rouges. H. 6 ; ø 19.

87MLA 2069/12 (fig. 18). Bol peu profond PW à lèvre ronde. Pâte ocre, petites inclusions rouges. H. 4,5 ; ø 10,6.

88MLA 2069/13 (fig. 18). Bol de même type. Pâte beige, inclusions noires. H. 4,5 ; ø 10.

89MLA 2069/14 (fig. 18). Bol peu profond PW à lèvre carénée. Pâte ocre, poudreuse, petites inclusions rouges ; surface blanchâtre. H. 6 ; ø 19. La paroi est raclée (« shaved ») dans sa partie inférieure.

90MLA 2069/15 (fig. 19). Puisette modelée PW sans anses, à fond pointu. Pâte ocre, petites inclusions rouges. H. 4 ; ø 3.

91MLA 2069/16 (fig. 19). Assiette à marli PW. Pâte ocre, petites inclusions rouges ; surface extérieure blanchâtre. H. 3 ; ø 13,5.

92MLA 2069/17 (fig. 18). Bol peu profond PW à lèvre ronde légèrement rentrante. Pâte ocre, petites inclusions rouges. H. 5,5 ; ø 11,5.

93MLA 2069/18 (fig. 17). Amphore commerciale de type levantin. Pâte ocre, grosses inclusions rouges. H. 37 ; ø 7,6.

94MLA 2069/19 (fig. 18). Bol peu profond PW à lèvre carénée. Pâte marron, nombreuses inclusions rouges. Surface extérieure raclée (« shaved »). H. 5 ; ø 17,5.

95MLA 2069/20 (fig. 19). Bol peu profond PW à lèvre ronde légèrement rentrante. Même pâte. Surface raclée verticalement (« shaved »). H. 5 ; ø 11,5.

96MLA 2069/21 (fig. 18). Cruchon PW à corps en sac et fond pointu. Même pâte, surface blanchâtre. H. 7,5 ; ø 3,4.

97MLA 2069/22 (fig. 18). Cruchon de même type. Même pâte. H. 8,5 ; ø 3,4.

98MLA 2069/23 (fig. 17). Amphore commerciale de type levantin. Pâte ocre, grosses inclusions rouges. H. 42 ; ø 8,5.

Fig. 16 – Tombe MLA 2069. Matériel.

Fig. 16 – Tombe MLA 2069. Matériel.

Fig. 17 – Tombe MLA 2069. Matériel.

Fig. 17 – Tombe MLA 2069. Matériel.

Fig. 18 – Tombe MLA 2069. Matériel.

Fig. 18 – Tombe MLA 2069. Matériel.

Fig. 19 – Tombe MLA 2069. Matériel.

Fig. 19 – Tombe MLA 2069. Matériel.

Tombe MLA 2070 (= T. 171) = SIG n° 387

Date de fouille : 01/08/2012.
Datation : CC II (2e moitié du ive s. av. J.‑C. ?).

  • 30 Diagnostic Pr. Vareilles.

99La tombe à chambre creusée dans le rocher n’était que très partiellement visible dans la tranchée du tout‑à‑l’égout : la majeure partie de la chambre se trouvait dans la berme nord (sous le trottoir). On s’est contenté de récupérer les vases mis au jour par la fouille mécanique, ainsi que des tessons et quelques ossements humains. Ces derniers permettent de suggérer la présence d’au moins une inhumation d’adulte30.

100Le matériel recueilli ne représente qu’un échantillon de ce qui était déposé dans la chambre. Il est toutefois chronologiquement homogène, ce qui permet de suggérer une datation de la tombe au ive s. av. J.‑C., plus vraisemblablement dans la dernière moitié du siècle.

Catalogue

  • 31 SCE IV/2, fig. LV, 5.
  • 32 Hadjisavvas 2012, p. 52, fig. 26, n° 3 (exemplaire en WP de la tombe 16, que son matériel invite à (...)
  • 33 Hadjisavvas 2012, p. 248, fig. 146, n° 1 (Bichr., tombe 8).
  • 34 Yon et Callot 1987, p. 164, fig. 11, n° 1 et pl. LIII (tombe MLA 1153). La tombe est datée de la f (...)

101MLA 2070/1 (fig. 20). Amphore Bichr.R. Pâte ocre, inclusions noires et rouges. Engobe rouge mat. Peinture noire, rouge et blanche. Décor de feuillage sur la panse. H. 37 ; ø 12. Le type est placé par E. Gjerstad dans la classe V31. Les assemblages funéraires de Kition suggèrent cependant une datation plus tardive, au ive s. (classe céramique VII) : ainsi les tombes de Mnimata32, d’Agios Prodromos33 et celles d’Agios Georgios34.

102MLA 2070/2 (fig. 21). Cruchon PW à corps en sac et fond plat. Pâte beige, inclusions noires, surface blanchâtre. H. 14,5 ; ø 3. Traces de tournassage visibles, incision accidentelle sur le bas de la panse.

103MLA 2070/3 (fig. 21). Alabastre fragmentaire en gypse sans anse (il manque le haut). H. cons. 12. Fond plat rentrant.

104MLA 2070/4 (fig. 21). Alabastre fragmentaire en gypse sans anse : il ne reste que la partie supérieure, à col étroit et lèvre étalée. Arête marquée à l’épaule. H. cons. 12 ; ø 3,5 (avec la lèvre).

  • 35 Voir Salamine VIII, p. 53‑54 ; KB II, p. 31‑34 : les exemples de Bamboula sont datés du milieu ou (...)
  • 36 Salamine VIII, p. 53.
  • 37 Salamine VIII, p. 94.

105MLA 2070/5 (fig. 21). Bol peu profond à base annulaire haute. Pâte ocre, fine. Épais engobe rouge lustré et brillant. Quatre palmettes imprimées sur la face interne du fond (le décor est décentré). Ligne réservée sur le bas de la panse, juste au‑dessus du départ de la base. Deux lignes concentriques réservées sur la face externe du fond. H. 5 ; ø 11. Le bol est une variante, à vernis rouge (« Red Matt Glazed Ware »), d’un type bien connu avec une surface à vernis noir (type F 22)35. Il s’agit d’une importation attique, moins fréquente que le type voisin, à lèvre rentrante (type F 21). À Salamine, le type disparaît avant 300 av. J.‑C.36, ce qui constitue donc un terminus ante quem pour notre exemple. De même, le décor en palmettes disposées en croix est caractéristique du ive s.37.

106MLA 2070/6 (fig. 21). Cruche fragmentaire PW : il manque l’anse et une grande partie du bord. Pâte beige, petites inclusions noires. H. 14. Fond plat, panse globulaire allongée, arête de l’épaule marquée. Col légèrement conique, rebord évasé, lèvre ronde.

107MLA 2070/7 (fig. 20). Amphore commerciale de type levantin fragmentaire : il manque toute la moitié supérieure, à partir de l’épaule. Pâte ocre, blanchâtre au cœur, grosses inclusions rouges. H. cons. 46.

108MLA 2070/8 (fig. 20). Amphore commerciale de type levantin fragmentaire : seul un côté du vase est préservé, du fond à l’épaule. Pâte beige, grosses inclusions blanches. H. cons. 37.

Tessons

Lampes-coupelles Plain White

109NR = 8, NMI = 1.

Importations

110Bol attique à vernis noir : NR = 1.

111Amphores commerciales grecques : NR = 22, NMI = 3.

Coarse Ware

112NR = 1.

Céramique décorée

113NR = 7 (frg. de panse d’amphores Bichr. et Bichr.R. à décor de feuillage), NMI = 1.

114Amphores commerciales de type levantin
NR = 160, NMI = 4.

Plain White

115Formes ouvertes : NR = 9, NMI = 7 (2 bols à lèvre rentrante, 3 assiettes à marli, 2 bols à lèvre étalée et arête).

116Formes fermées :
Cruches
NR = 15, NMI = 4.
Amphores
NR = 110 (dont frg. d’amphore à anses de panier).

Fig. 20 – Tombe MLA 2070. Matériel.

Fig. 20 – Tombe MLA 2070. Matériel.

Fig. 21 – Tombe MLA 2070. Matériel.

Fig. 21 – Tombe MLA 2070. Matériel.

Tombe MLA 2071 (= T. 172) = SIG n° 388

Date de fouille : 01/08/2012.
Datation : CC II (ive s. av. J.‑C.) ?

117La tombe à chambre, creusée dans le rocher, se trouvait dans sa majeure partie au sud de la tranchée du tout‑à‑l’égout, sous l’asphalte du boulevard Griva Digeni. On s’est contenté d’effectuer un sondage restreint d’1 m de large environ dans la partie visible de la chambre, jusqu’au sol (fig. 22). Ce dernier se trouvait à environ 60 cm sous le comblement, ce qui permet de restituer une hauteur maximale du plafond d’environ 1,80 m. Une couche de terre compacte immédiatement à l’ouest, dont le sommet se situait à une quinzaine de cm au‑dessus du niveau de sol, indique peut‑être la présence d’une banquette.

  • 38 Voir les nombreux parallèles dans la tombe 396 de Pervolia, ci‑dessus.

118Le sédiment qui recouvrait le sol était une boue épaisse, dans laquelle on a découvert trois cruchons complets. Leur nombre est trop réduit pour établir sûrement la chronologie. Leur type oriente vers une datation de la tombe au ive s. av. J.‑C.38.

Catalogue

119MLA 2071/1 (fig. 23). Cruchon PW à corps en sac et fond plat. Pâte beige à ocre, petites inclusions noires. H. 10 ; ø 4.

120MLA 2071/2 (fig. 23). Cruchon de même type. Même pâte. L’anse manque. H. 8,5 ; ø 4,4.

121MLA 2071/3 (fig. 23). Cruchon de même type, mais la panse est plus renflée. Stries de tournassage bien visibles. Pâte blanchâtre, petites inclusions noires. H. 9 ; ø 4.

Tessons

Importations

122NR = 12, NMI = 1 (frg. d’amphores grecques).

Céramique décorée

123NR = 2 (amphore WP).

Coarse Ware

124NR = 2, NMI = 1.

Amphores commerciales de type levantin

125NR = 90, NMI = 2.

Plain White

126Formes ouvertes : NR = NMI = 1 (bol à lèvre étalée et arête).

127Formes fermées : NR = 22, NMI = 1.

Fig. 22 – Tombe MLA 2071. Coupe (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 22 – Tombe MLA 2071. Coupe (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 23 – Tombe MLA 2071. Matériel.

Fig. 23 – Tombe MLA 2071. Matériel.

Tombe MLA 2072 (= T. 173) = SIG n° 389

Date de fouille : repérée le 01/08/2012 ; fouillée du 20 au 23/08/2012.
Datation : iieiiie s. ap. J.‑C.

128La tombe a été repérée lorsque la pelle mécanique qui ouvrait la tranchée du tout‑à‑l’égout a mis au jour un sarcophage de gypse (fig. 24). Ce dernier reposait sur le sol de la chambre, à environ 4 m sous le niveau de la route. Le sondage a été élargi de façon à dégager entièrement le sarcophage et à l’enlever (fig. 25).

129Le sarcophage-coffre (L. 2,26 m ; l. 0,63 m ; H. 0,67 m) possédait encore son couvercle en place, à double pente faiblement inclinée. Ce dernier avait toutefois été soulevé, du petit côté sud, où on a retrouvé la cale de pierre laissée par les pilleurs. La cuve était, par ailleurs, très cassée sur son long côté est (fig. 26). Le sarcophage était plein de sédiment : on y a découvert quelques ossements humains, dans un très mauvais état de conservation, des tessons, ainsi que la lampe MLA 2072/3 et les restes probables d’un bracelet de bronze MLA 2072/5. La lampe MLA 2072/4, découverte du côté est, était aussi sans doute à l’origine dans la cuve. Quant à l’amphore MLA 2072/1, elle a été retrouvée sur et près du coin nord‑ouest du sarcophage. Divers fragments ont été recueillis à l’extérieur. La découverte de raccords montre que l’ensemble des dépôts de la chambre a été fortement perturbé.

  • 39 Expertise effectuée par Pr. Vareilles.

130L’étude des ossements a révélé que le sarcophage contenait au moins trois inhumations d’adultes39.

131Le matériel recueilli, quoique ne documentant que partiellement l’assemblage original de la chambre, forme un lot cohérent, datable de la seconde moitié du iie ou de la première moitié du iiie s. ap. J.‑C.

Fig. 24 – Tombe MLA 2072. Le sarcophage en place dans la tranchée du tout-à-l’égout (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 24 – Tombe MLA 2072. Le sarcophage en place dans la tranchée du tout-à-l’égout (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 25 – Tombe MLA 2072. Le sarcophage dégagé (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 25 – Tombe MLA 2072. Le sarcophage dégagé (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 26 – Tombe MLA 2072. Fouille du sarcophage (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 26 – Tombe MLA 2072. Fouille du sarcophage (Département des Antiquités, A. Satraki).

Catalogue

  • 40 Reynolds 2003, p. 129, fig. 22.
  • 41 Voir la carte dans Eiring et Lund 2004, p. 13, fig. 1.
  • 42 Hayes 1991, p. 91, « Type II » ; Meyza et Baginska 2013, p. 138‑139, fig. 3a‑c.
  • 43 Empereur 1987, p. 44, n° 4 et pl. XXVI. L’auteur mentionne une amphore de même type, inédite, au M (...)
  • 44 Marquié 2003, p. 389‑390, pl. 28, 1 et pl. 32, 3.
  • 45 Cesnola 1894, pl. CXLV, n° 1076.

132MLA 2072/1 (fig. 27). Amphore fragmentaire (il manque le fond), remontée à partir de 62 tessons. Elle a été retrouvée près du coin nord‑ouest du sarcophage. Pâte ocre, nombreuses inclusions rouges. H. cons. 53 ; ø 11. Panse à parois rectilignes, épaule oblique marquée d’une arête, col cylindrique, lèvre en bourrelet externe. Anses en ruban à nervure centrale. Le type combine celui de l’amphore commerciale grecque (pour le col et les anses) et celui de l’amphore commerciale de type levantin (pour l’épaule et la panse). La forme conique de la panse rapproche ce type des amphores-carottes levantines qui possèdent toutefois généralement des anses sur l’épaule. La forme du col et des anses est, elle, proche de celle des amphores de Beyrouth40. C’est de Chypre que proviennent les seuls parallèles connus41. Les trouvailles les plus nombreuses sont paphiennes42. Un exemple a été mis au jour dans une tombe d’Amathonte43 ; un autre dans une fosse de l’Area I de Kition44. Le rapprochement le plus étroit est offert par une amphore de la collection Cesnola à New York, qui possède des stries bien marquées sur la panse, comme notre exemple45 : le récipient provient également de Kition et il est sans doute plus récent que les autres parallèles évoqués ci‑dessus. Des fragments appartenant à deux amphores de même type ont été recueillis dans le sarcophage et à l’extérieur de ce dernier.

  • 46 Meyza et Baginska 2013, p. 138‑139.
  • 47 Voir également les remarques de Marquié 2003, p. 395‑396.

133La pâte est proche de celle des fabriques levantines. Une origine kitienne n’est pas exclue. D’après les contextes des fouilles de Paphos-Maloutena, le type daterait du iie s. ap. J.‑C.46. Notre exemple, qui illustre un type évolué, pourrait se situer dans la première moitié du iiie s. ap. J.‑C.47.

  • 48 SCE IV/3, p. 126 ; Salamine I, pl. XVIII, 193 ; Oziol 2003, pl. 16, n° 120 et 123 ; Bezzola 2004, (...)

134MLA 2072/2 (fig. 27). Lampe moulée circulaire sans anse. Éclat sur le bec. Pâte rose, petites inclusions noires. L. 7,2 ; ø 6,5. Décor d’oves très effacé dans la couronne, médaillon lisse. Fond plat, petit trou d’alimentation dans le médaillon. Type 13 de Vessberg48.

  • 49 SCE IV/3, fig. 38, 12‑13.
  • 50 Voir Salamine I, n° 119 et 122‑125. De nombreux autres décors sont toutefois attestés sur les lamp (...)

135MLA 2072/3 (fig. 27). Lampe moulée fragmentaire à vernis rouge. Trouvée dans le sarcophage. Pâte ocre fine, épais engobe rouge. L. cons. 7,6 ; ø restitué 6. Elle était probablement dépourvue d’anse : type 11 de Vessberg49. La couronne est lisse ; le médaillon est défini par trois cercles concentriques ; deux volutes sur le bec allongé. Les restes du décor imprimé sur le médaillon ne sont pas lisibles : peut‑être un oiseau50 ?

  • 51 Salamine I, pl. III, n° 126 ; Oziol 2003, pl. 16, n° 117.
  • 52 Le motif a d’abord été interprété comme une victoire ailée : Salamine VII, n° 442‑445. Un bon para (...)

136MLA 2072/4 (fig. 27). Lampe moulée fragmentaire (il manque l’extrémité du bec). Pâte ocre, fine, pas de vernis. L. cons. 7,5 ; ø 6,3. Volutes de chaque côté du bec allongé ; couronne lisse ; médaillon défini par trois cercles concentriques : type 10 de Vessberg. Le trou d’alimentation est décentré pour ne pas empiéter sur le décor imprimé. Ce dernier, très effacé, figure un être ailé. On peut penser à un aigle, motif commun sur les lampes de ce type51. Mais la dissymétrie des deux ailes et la physionomie humaine du personnage montrent qu’il s’agit d’une sirène à pattes d’oiseau, de profil, tournée vers la droite. D’après la diffusion du motif, il semble que la production soit chypriote52.

137MLA 2072/5 (fig. 28). Prélèvement de sédiment conservant les traces d’un objet en bronze dont tout le métal a migré. Il a été découvert dans le sarcophage, avec un fragment osseux correspondant probablement à une cheville ou à un bras. Il est donc possible qu’il se soit agi, à l’origine, d’un bracelet en bronze.

138MLA 2072/6 (fig. 28). Frg. d’un objet en verre soufflé transparent, à reflets bleutés. L. du plus gros frg. 5. Il s’agit sans doute d’un unguentarium très fragmentaire.

Fragments

1) À l’intérieur du sarcophage

139Lampes moulées : NR = 27 (appartenant à au moins 3 lampes différentes).

140Tuiles : NR = 3.

141WP : NR = 1.

142Red Glazed : NR = 3, NMI = 1.

143Sigillée orientale A : NR = 1.

144PW : NR = 69, NMI = 3 (2 amphores, 1 cruche). 13 autres frg. PW (sans bord associé) appartiennent vraisemblablement à une autre amphore, semblable à MLA 2072/1.

  • 53 L’identification et les références sont dues à Sandrine Marquié et Séverine Lemaître, qu’elles soi (...)
  • 54 Bezeczky 2013, p. 70‑71, qui soutient que ces conteneurs mono‑ansés sont fabriqués à Éphèse et dan (...)

145Amphore importée53 : NR = 58, NMI = 1 (fig. 27). Amphore mono‑ansée, col cylindrique court, lèvre de section carrée, anse en ruban à nervure centrale du col à l’épaule, pied annulaire bas. Pâte marron, nombreuses inclusions. Type 7 de Bezeczky (= Agora M45 ou M125). iieiiie s. ap. J.‑C.54.

2) À l’extérieur du sarcophage
  • 55 SCE IV/3, fig. 39, 1-3.
  • 56 SCE IV/3, fig. 39, 3 (avec bandeau décoré). Voir également une lampe vernie au Cyprus Museum : Sal (...)
  • 57 Pour Kition : Oziol 2003, pl. 15, n° 108‑109. Pour Amathonte : Abadie-Reynal 1987, pl. XXIX, 4 et (...)

1462 lampes moulées (fig. 27). Elles sont de même type, de forme circulaire, sans anse, avec un médaillon orné d’une rosette. Elles entrent dans le type 13 de Vessberg, à bec court et rond55. Le décor de rosette qui orne ce type56 apparaît communément sur des lampes à bec allongé57.

147PW : NR = 14 (dont des frg. appartenant à une amphore similaire à MLA 2072/1).

148CW : NR = 4.

Fig. 27 – Tombe MLA 2072. Matériel.

Fig. 27 – Tombe MLA 2072. Matériel.

Fig. 28 – Tombe MLA 2072. Matériel.

Fig. 28 – Tombe MLA 2072. Matériel.

Tombe MLA 2073 (= T. 174) = SIG n° 390

Date de fouille : 23/08/2012.
Datation : ?

149L’identification comme tombe est loin d’être assurée : on n’a retrouvé que des fragments de plaques de gypse, à environ 3,50 m sous la surface de la route, et à une distance d’à peu près 5 m à l’est de la tombe MLA 2072 (fig. 29). Des tessons ont été recueillis immédiatement à l’est des plaques, à environ 2 m sous la surface. L’assemblage est hétéroclite : il comprend à la fois des fragments d’amphores commerciales importées datables de l’époque classique et de l’époque romaine, ainsi que des lampes moulées. Faute d’un contexte plus assuré, il est sans doute vain de s’interroger sur les raisons de ce mélange.

Fig. 29 – Tombe MLA 2073. Vue de la fouille (Département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 29 – Tombe MLA 2073. Vue de la fouille (Département des Antiquités, A. Satraki).

Catalogue

  • 58 Cook et Dupont 1998, p. 150, fig. 23.2 (e et f = première moitié du ve s. av. J.‑C.). Une amphore (...)

150MLA 2073/1 (fig. 30). Col d’amphore commerciale (une anse fragmentaire). Pâte beige, inclusions blanches et noires. Traces d’une ligne peinte en rouge sur le haut du col renflé ; deux marques au poinçon à la base du renflement. H. cons. 20 ; ø 9,5. Il s’agit d’une amphore de Chios, datable du ve s. av. J.‑C.58.

Tessons

151Lampe moulée : NR = 3.

  • 59 Un autre exemple, mieux conservé, provient de la tombe MLA 2072, ci‑dessus. Pour le type : Bezeczk (...)

152Amphores commerciales : NR = 70, NMI = 3 dont un pied étroit d’amphore mono‑ansée (fig. 31). Le type, datable des iieiiie s. ap. J‑C., est peut‑être produit à Éphèse ou dans sa région59.

153CW : NR = 1.

154PW :
F. fermées : NR = 10, NMI = 1.
F. ouvertes : NR = NMI = 3.

155Céramique fine : NR = 7.

Fig. 30 – Tombe MLA 2073. Col d’amphore MLA 2073/1.

Fig. 30 – Tombe MLA 2073. Col d’amphore MLA 2073/1.

Fig. 31 – Tombe MLA 2073. Pied d’amphore mono-ansée.

Fig. 31 – Tombe MLA 2073. Pied d’amphore mono-ansée.

Tombe MLA 2074 (= T. 175) = SIG n° 391

Date de découverte : août 2012.
Datation : ive s. av. J.‑C. ?

156La tombe a été repérée au croisement de la rue Melanthrou Evgirias, perpendiculaire au boulevard Griva Digeni, à l’est de la série de tombes précédentes. La chambre était visible dans la paroi nord de la tranchée du tout‑à‑l’égout (le plafond se trouvant à environ 2 m sous la surface actuelle). Il a été toutefois impossible de la dégager, car la tranchée, dont la profondeur atteignait 3,50 m, a coupé une conduite d’eau et elle a été rapidement inondée. On n’a pu récupérer dans la boue qu’une lampe complète, qui appartenait certainement au dépôt en place sur le sol de la chambre.

  • 60 Voir ci‑dessus, partie I, chapitre 2, tombe 396 : KEF‑1286 et 1287, avec références bibliographiqu (...)

157Cette lampe, fermée et tournée de type grec, illustre un type bien connu à Chypre et dont plusieurs exemples ont été mis au jour dans la nécropole voisine de Pervolia, dans des contextes datables de la seconde moitié du ive s. av. J.‑C.60.

Catalogue

158MLA 2074/1 (fig. 32). Pâte ocre, petites inclusions. Surface lissée ; traces de vernis rouge à l’intérieur et à l’extérieur. Bec noirci. Anse en tenon percé, brisée sur le côté. L. 10 ; ø 7,6.

Fig. 32 – Tombe MLA 2074. Lampe MLA 2074/1.

Fig. 32 – Tombe MLA 2074. Lampe MLA 2074/1.

Notes

1 La présence de cercueils en bois dans des sarcophages-coffres en pierre est attestée dès l’époque classique : Yon et Callot 1987, p. 153 (à propos de la nécropole de Kition-Mnimata). Voir également « Chronique », BCH 108, 1984, p. 927, fig. 115, où ce cercueil de bois, très bien conservé, est dit à tort provenir de la nécropole de Tourapi, et les remarques de S. Hadjisavvas (2014, p. 42) : « The large number of bronze nails found in some of the sarcophagi, combined with organic remains, suggests the use of wooden coffins within at least some of them ».

2 Pour des exemples proches provenant des nécropoles romaines de Beyrouth : Kallas 2015.

3 Sur cette série de production : Arveiller-Dulong et Nenna 2005, p. 186‑187.

4 Nous remercions M. Amandry de son expertise.

5 SCE IV/3, p. 156 (type III : Flask with pear‑shaped body) et fig. 48, 22‑26 ; Oliver 1992, p. 102 ; Whitehouse 1997, n° 204. D’après Isings 1957, p. 40 (forme 26a = plain unguentarium), le type est à placer au ier s. ap. J.‑C. Voir également Hayes 1975, cat. n° 229 (milieu du ier s. ap. J.‑C.).

6 SCE IV/3, fig. 30, 17 ; Hayes 2008, pl. 88‑89.

7 SCE IV/3, p. 126 ; Salamine I, pl. XVIII, 193 ; Oziol 2003, pl. 16, n° 119‑120 et 124 ; Bezzola 2004, p. 68‑69, pl. 8, n° 277.

8 SCE IV/3, p. 126 et fig. 38, 3. Voir également Salamine VII, p. 115 ; Oziol 2003, pl. 15, n° 101 et Bezzola 2004, p. 52‑55, pl. 6, n° 229‑231.

9 SCE IV/3, p. 126.

10 Identification des monnaies et commentaire dus à E. Markou.

11 Chavane 1990, p. 9‑10 ; Salamine VI, p. 34‑35.

12 Amandry 1988, p. 220, pl. XXXIX.

13 Burnett, Amandry et Ripollès 1992, vol. I, part I, p. 683, n° 4972 ; part. II, pl. 179, n° 4972.

14 Oziol 2003, p. 287 et pl. 15, n° 100 (avec références).

15 Salamine VII, n° 511‑513.

16 SCE IV/3, p. 163 et fig. 49, 11‑24 : « Unguentarium of Candelstick Type » ; Vessberg 1952, pl. VIII, 15 ; Oliver 1992, p. 118, fig. 2. La bouteille correspond au type B.2 d’Isings 1957, p. 97, daté du iie s. ap. J.‑C. Voir également Hayes 1975, n° 262 (iie-début du iiie s. ap. J.‑C.).

17 Voir Whitehouse 1997, n° 197.

18 Vessberg 1952, pl. V, 10.

19 SCE IV/3, fig. 31, 4.

20 Chavane 1990, p. 13‑14.

21 Voir, par exemple, des cruches provenant de Salamine-Cellarka qui, toutefois, si elles présentent un profil voisin, n’ont jamais une lèvre étalée : Karageorghis 1970, pl. CCXXXI, 5, 10 et 32 (tombe 53, datée par son fouilleur du CC I) ; pl. CCLXI, 8 et 53 (tombe 113, datée du CC II). On peut également les rapprocher d’une cruche fragmentaire de Kition-Bamboula : KB II, p. 81, fig. 32, 279.

22 Voir SCE IV/3, fig. 22, 24 ; Salamine IX, pl. 1.

23 Certains corps étaient même parfois posés sur le sarcophage : Yon et Callot 1987, p. 151.

24 Scheuer et Black 2000.

25 Peckham 1968, p. 169‑172.

26 KB VI, p. 336 (à propos de l’interprétation de la ligne 2 d’un ostrakon phénicien du sanctuaire de Kition-Bamboula comportant la même lettre).

27 Diagnostic effectué par Pr. Vareilles.

28 Marangou 2006, p. 57 et p. 56, fig. 1.

29 Merci à M.G. Amadasi Guzzo des remarques qu’elle a bien voulu nous faire parvenir à propos de cette inscription.

30 Diagnostic Pr. Vareilles.

31 SCE IV/2, fig. LV, 5.

32 Hadjisavvas 2012, p. 52, fig. 26, n° 3 (exemplaire en WP de la tombe 16, que son matériel invite à dater de la fin du ive s. et non pas entre le viie et le ve av. J.-C., comme le suggère l’auteur) ; p. 63, fig. 33, n° 5 (exemplaire en WP de la tombe 18) ; p. 102, fig. 57, n° 1 (WP, tombe 31, dont on abaissera la datation) ; p. 129, fig. 73, n° 9 (Bichr.R., tombe 41) ; p. 133, fig. 75, n° 5 (Bichr.R., tombe 43) ; p. 152, fig. 88, n° 9 (Bichr.R., tombe 49) ; p. 216, fig. 127, n° 4 (Bichr., tombe 63). C’est souvent la présence d’amphores de ce type, généralement datées du CA II, qui entraîne une datation trop haute d’assemblages cohérents, datables de la fin de la période classique. Ou bien ces amphores sont considérées comme des « heirlooms » dans des contextes plus tardifs (ainsi pour l’exemplaire Bichr. découvert dans la tombe 63, Hadjisavvas 2012, p. 217, que son mobilier comme ses sarcophages de pierre placent sûrement au ive s. av. J.‑C.).

33 Hadjisavvas 2012, p. 248, fig. 146, n° 1 (Bichr., tombe 8).

34 Yon et Callot 1987, p. 164, fig. 11, n° 1 et pl. LIII (tombe MLA 1153). La tombe est datée de la fin du ive s. av. J.‑C. L’amphore est également illustrée dans la « Chronique » du BCH 107, 1983, p. 914, fig. 26 (« Bichr. V »).

35 Voir Salamine VIII, p. 53‑54 ; KB II, p. 31‑34 : les exemples de Bamboula sont datés du milieu ou du troisième quart du ive s. av. J.-C. Pour des exemples à vernis noir de Kition-Kathari, voir Kition VI, pl. XLVI, 1476 ; pl. LXXVII et CLXXIV, 3449 ; pl. CLXXXVIII, 2026 (avec un décor imprimé plus élaboré).

36 Salamine VIII, p. 53.

37 Salamine VIII, p. 94.

38 Voir les nombreux parallèles dans la tombe 396 de Pervolia, ci‑dessus.

39 Expertise effectuée par Pr. Vareilles.

40 Reynolds 2003, p. 129, fig. 22.

41 Voir la carte dans Eiring et Lund 2004, p. 13, fig. 1.

42 Hayes 1991, p. 91, « Type II » ; Meyza et Baginska 2013, p. 138‑139, fig. 3a‑c.

43 Empereur 1987, p. 44, n° 4 et pl. XXVI. L’auteur mentionne une amphore de même type, inédite, au Musée d’Istanbul.

44 Marquié 2003, p. 389‑390, pl. 28, 1 et pl. 32, 3.

45 Cesnola 1894, pl. CXLV, n° 1076.

46 Meyza et Baginska 2013, p. 138‑139.

47 Voir également les remarques de Marquié 2003, p. 395‑396.

48 SCE IV/3, p. 126 ; Salamine I, pl. XVIII, 193 ; Oziol 2003, pl. 16, n° 120 et 123 ; Bezzola 2004, p. 68‑69, pl. 8, n° 277.

49 SCE IV/3, fig. 38, 12‑13.

50 Voir Salamine I, n° 119 et 122‑125. De nombreux autres décors sont toutefois attestés sur les lampes de ce type : Salamine VII, p. 114‑115.

51 Salamine I, pl. III, n° 126 ; Oziol 2003, pl. 16, n° 117.

52 Le motif a d’abord été interprété comme une victoire ailée : Salamine VII, n° 442‑445. Un bon parallèle a été mis au jour dans une tombe d’Amathonte : Abadie-Reynal 1987, p. 48, n° T.276/4 et pl. XXXI, 11. Deux autres proviennent des fouilles chypriotes de Kition : Oziol 2003, pl. 15, n° 104‑105.

53 L’identification et les références sont dues à Sandrine Marquié et Séverine Lemaître, qu’elles soient remerciées.

54 Bezeczky 2013, p. 70‑71, qui soutient que ces conteneurs mono‑ansés sont fabriqués à Éphèse et dans la région. Pour la diffusion du type en Occident : Lemaître 1997.

55 SCE IV/3, fig. 39, 1-3.

56 SCE IV/3, fig. 39, 3 (avec bandeau décoré). Voir également une lampe vernie au Cyprus Museum : Salamine VII, n° 542.

57 Pour Kition : Oziol 2003, pl. 15, n° 108‑109. Pour Amathonte : Abadie-Reynal 1987, pl. XXIX, 4 et 16.

58 Cook et Dupont 1998, p. 150, fig. 23.2 (e et f = première moitié du ve s. av. J.‑C.). Une amphore similaire provient de Kathari (Johnston 1981, pl. XXVII et XXXI, 30). Des amphores chiotes sont également attestées parmi le matériel du sanctuaire de Bamboula : KB VI, p. 174‑175.

59 Un autre exemple, mieux conservé, provient de la tombe MLA 2072, ci‑dessus. Pour le type : Bezeczky 2013, p. 70‑71. Merci à Sandrine Marquié et Séverine Lemaître de cette identification et de cette référence.

60 Voir ci‑dessus, partie I, chapitre 2, tombe 396 : KEF‑1286 et 1287, avec références bibliographiques.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Tombe MLA 2065. Relevé de la fouille (Département des Antiquités, A. Satraki).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Fig. 2 – Tombe MLA 2065. Vue des sarcophages en place depuis l’ouest (Département des Antiquités, A. Satraki).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Fig. 3 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés dans le sarcophage 1.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 943k
Titre Fig. 4 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés dans le sarcophage 1.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 714k
Titre Fig. 5 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés entre les sarcophages 2 et 3.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 882k
Titre Fig. 6 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés entre les sarcophages 2 et 3.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 7 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés dans les sarcophages 2 et 3.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Fig. 8 – Tombe MLA 2065. Objets trouvés dans le comblement.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 947k
Titre Fig. 9 – Tombes MLA 2066-2067. Relevé de la fouille (Département des Antiquités, A. Satraki).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Fig. 10 – Tombes MLA 2066-2067. Matériel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 11 – Tombe MLA 2068. Matériel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Fig. 12 – Tombe MLA 2069. Relevé (Département des Antiquités, D. Dimitriou).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Fig. 13 – Tombe MLA 2069. Vue de la dalle de fermeture en place depuis l’intérieur de la chambre (Département des Antiquités, A. Satraki).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 14 – Tombe MLA 2069. Blocs en place dans la chambre (Département des Antiquités, A. Satraki).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre Fig. 15 – Tombe MLA 2069. Blocs en place dans la chambre (Département des Antiquités, A. Satraki).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 16 – Tombe MLA 2069. Matériel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 17 – Tombe MLA 2069. Matériel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 915k
Titre Fig. 18 – Tombe MLA 2069. Matériel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 934k
Titre Fig. 19 – Tombe MLA 2069. Matériel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 917k
Titre Fig. 20 – Tombe MLA 2070. Matériel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Fig. 21 – Tombe MLA 2070. Matériel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Fig. 22 – Tombe MLA 2071. Coupe (Département des Antiquités, A. Satraki).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Fig. 23 – Tombe MLA 2071. Matériel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 658k
Titre Fig. 24 – Tombe MLA 2072. Le sarcophage en place dans la tranchée du tout-à-l’égout (Département des Antiquités, A. Satraki).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 25 – Tombe MLA 2072. Le sarcophage dégagé (Département des Antiquités, A. Satraki).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 26 – Tombe MLA 2072. Fouille du sarcophage (Département des Antiquités, A. Satraki).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Fig. 27 – Tombe MLA 2072. Matériel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 853k
Titre Fig. 28 – Tombe MLA 2072. Matériel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Titre Fig. 29 – Tombe MLA 2073. Vue de la fouille (Département des Antiquités, A. Satraki).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Fig. 30 – Tombe MLA 2073. Col d’amphore MLA 2073/1.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 31 – Tombe MLA 2073. Pied d’amphore mono-ansée.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Fig. 32 – Tombe MLA 2074. Lampe MLA 2074/1.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3050/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

Auteurs

Chargée de recherche au CNRS (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), elle est membre de la mission archéologique de Kition et spécialiste de l’histoire de Chypre à l’époque des royaumes. Elle est également directrice de la mission archéologique d’Amathonte (EfA-MEAE).

Directrice de recherche au CNRS (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), elle dirige la mission archéologique de Kition. Ses travaux portent plus particulièrement sur les questions de topographie urbaine et la définition d’identités culturelles à Chypre à l’époque des royaumes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search