Version classiqueVersion mobile

Kition-Bamboula VII

 | 
Anna Cannavò
, 
Sabine Fourrier
, 
Alexandre Rabot

Deuxième partie. La nécropole de Kition-Tourapi (fouille du département des Antiquités, 2012)

Chapitre 1. La nécropole : de Tourapi à Drosia

Anna Cannavò, Sabine Fourrier et Anna Satraki

Texte intégral

De Tourapi à Drosia : histoire d’un toponyme

  • 1 Michaelides 2005, p. 261.
  • 2 La tombe (SIG n° 370, fig. 1) a été fouillée en 1958, au moment de l’installation de la station à (...)

1La nécropole de Tourapi (Drosia) se situe à l’ouest de la ville antique de Kition, de part et d’autre du boulevard (aujourd’hui Griva Digeni) qui conduit de Larnaca à Nicosie (première partie, introduction, fig. 1). Le lieu‑dit tirait son nom d’un sanctuaire musulman (Tourapi Tekke), qui comprenait différents bâtiments et une mosquée1. À l’origine de la dénomination se trouve une tombe à plusieurs chambres creusée dans le rocher (d’époque classique ou hellénistique) qui, considérée comme celle de saint Thérapon (évêque de Kition), avait été transformée en église à l’époque byzantine2. C’est au même emplacement que fut édifiée la mosquée. En 1955, alors que l’ensemble des bâtiments était déjà très ruiné, on construisit une école turque (Turkish Technical School) qui, après le départ des Turco-chypriotes consécutif à l’invasion de 1974, fut transformée en collège, du nom de Drosia.

2Il ne reste plus rien de visible aujourd’hui ni de la mosquée ni de l’église qui l’a précédée. Seule la tombe antique a été conservée (mais recouverte), à l’arrière des bureaux d’une station d’essence qui a été établie en 1958 à l’emplacement du lieu saint. Une église dédiée à saint Thérapon a été construite dans les années 2000 plus au nord, sur la rue Stavrodromiou, dans la zone de l’église de la Chrysogalaktousa. Quant au toponyme Tourapi, il tend aujourd’hui à disparaître au profit de celui de Drosia.

Histoire des fouilles

  • 3 KB V, n° 1070, avec références. La pierre se trouve aujourd’hui au British Museum.
  • 4 Myres 1897, p. 152‑164 (SIG n° 332‑349). Faute d’information topographique plus précise, on a loca (...)
  • 5 Nicolaou 1976, p. 189‑199, n° 37‑50 (SIG n° 10‑15, 61, 83‑84, 86, 90‑92, 96‑99).
  • 6 MLA 1023 à 1027 (fig. 1, SIG n° 106‑110) : BCH 103, 1979, p. 682.
  • 7 MLA 1636 et 1637 (SIG n° 246‑247) : BCH 117, 1993, p. 722. Ces tombes sont situées hors de la zone (...)
  • 8 MLA 1763 (fig. 1, SIG n° 262) : BCH 125, 2001, p. 745‑746.
  • 9 MLA 1018 : BCH 97, 1973, p. 616‑617.

3La première trouvaille connue a eu lieu en 1880. Lors de l’agrandissement de la route (aujourd’hui Griva Digeni), un cippe de marbre blanc, datable de l’époque classique et portant une inscription phénicienne fut mis au jour3. En 1894, J.L. Myres fouilla 63 tombes au sud du boulevard4 (fig. 1, n° 332‑349). Les découvertes suivantes (dans la région large de Tourapi) sont recensées par K. Nicolaou jusqu’en 19725. Outre la « tombe de saint Thérapon » (fig. 1, n° 370), mentionnons, à proximité de la zone explorée à l’occasion de l’installation du tout‑à‑l’égout : quatre tombes découvertes en 1953 lors de travaux d’irrigation dans la partie ouest du jardin de Tourapi Tekke (fig. 1, n° 12‑15, trois vraisemblablement d’époque archaïque, la dernière datée par K. Nicolaou du Chypro-Géométrique I) ; une tombe archaïque mise au jour en 1955 lors du creusement des fondations de la Turkish Technical School (établissement devenu le collège Drosia, fig. 1, n° 61) ; deux autres, de même date, lors de l’agrandissement de l’école en 1960 (fig. 1, n° 83‑84) ; une tombe classique fouillée l’année suivante à l’occasion de la construction d’une maison, à l’est de Tourapi Tekke (fig. 1, n° 86) ; deux tombes, l’une archaïque, l’autre tardo‑classique, situées de l’autre côté du boulevard, en face de Tourapi Tekke, et découvertes au moment de la construction d’un cinéma en 1963 (fig. 1, n° 91‑92) ; une dernière, du même côté du boulevard, fouillée en 1966 et datée de l’époque archaïque (fig. 1, n° 96). Après cette date, d’autres tombes sont signalées dans la « Chronique » du BCH, en 19786, 19927 et 20008. Il s’agit, dans la zone touchée en 2012 par les travaux du tout‑à‑l’égout, de cinq tombes archaïques et classiques fouillées en 1978 dans la cour devant le collège (fig. 1, n° 106‑110) et d’une tombe du CA I, mise au jour par les pluies torrentielles de l’hiver 2000 au même endroit (fig. 1, n° 262). Enfin, aux confins orientaux de la zone de Tourapi, rue Mycènes, se trouve une tombe construite, vraisemblablement implantée à l’époque classique (plutôt, semble‑t‑il, vers la fin de la période) et utilisée jusqu’à l’époque romaine9 (fig. 1, n° 101). Elle matérialise, en l’état actuel de la documentation, la limite sud de la nécropole « royale » d’époque classique.

4Les tombes de Tourapi vont de l’époque géométrique à la période romaine, les trouvailles les plus nombreuses datant des époques archaïque et classique. Le mode d’exploration (fouilles anciennes ou de sauvetage) ne permet pas de dresser un relevé topographique de la nécropole, la localisation des tombes restant, à quelques exceptions près, approximative (fig. 1).

Fig. 1 – Nécropole de Tourapi avec localisation des tombes de découverte ancienne et celle des tombes de la fouille du département des Antiquités en 2012, boulevard Griva Digeni (points rouges no 382-390).

Fig. 1 – Nécropole de Tourapi avec localisation des tombes de découverte ancienne et celle des tombes de la fouille du département des Antiquités en 2012, boulevard Griva Digeni (points rouges no 382-390).

Fouilles de sauvetage du département des Antiquités (2012)

5En juillet et août 2012, à l’occasion de la mise en place du tout‑à‑l’égout général de la ville de Larnaca, des tranchées furent ouvertes sur le boulevard Griva Digeni et dix tombes localisées (fig. 1 et 2, SIG n° 382‑391). Elles ont été fouillées par le département des Antiquités, sous la direction d’A. Satraki, archéologue responsable du district.

6Neuf tombes ont été trouvées dans la même longue tranchée, ouverte dans la rue, devant les bâtiments du collège Drosia (fig. 1 et 2). La dixième se situe un peu plus à l’est, au débouché de la rue Melathrou Evgirias (T. 10 sur la fig. 2). Elles étaient toutes creusées dans le rocher.

7La tranchée, d’environ 1,15 m de large, était implantée sur l’asphalte du boulevard, à partir de la bordure du trottoir nord. Elle descendait à 4 m sous le niveau du sol du côté ouest, sa profondeur diminuant progressivement vers l’est, suivant l’inclinaison de la rue. Sur les dix tombes découvertes, la chambre d’une seule (MLA 2069) a été entièrement fouillée, parce qu’elle se trouvait au centre de la tranchée. Les dromoi n’ont pas été dégagés. Le sol des espaces funéraires, quand il a été atteint, était partout recouvert d’une épaisse couche de boue, qui a altéré la conservation des dépôts en place : le toponyme actuel (Drosia) témoigne éloquemment de l’altitude, dans cette zone de la ville, de la nappe phréatique.

Fig. 2 – Nécropole de Tourapi : localisation des tranchées de 2012 (fond Google earth, réalisation département des Antiquités, A. Satraki).

Fig. 2 – Nécropole de Tourapi : localisation des tranchées de 2012 (fond Google earth, réalisation département des Antiquités, A. Satraki).

Notes

1 Michaelides 2005, p. 261.

2 La tombe (SIG n° 370, fig. 1) a été fouillée en 1958, au moment de l’installation de la station à essence : inventaire du Cyprus Survey CS 724. On y distinguait, en 2009, deux chambres accolées à voûte en berceau, dont l’une contenait un sarcophage en pierre. Rien ne subsistait du dromos, remplacé par une cour dallée. Ces observations ont été effectuées à l’occasion d’un nouvel examen de la tombe, effectué par Phr. Hadjichristophi, que nous remercions.

3 KB V, n° 1070, avec références. La pierre se trouve aujourd’hui au British Museum.

4 Myres 1897, p. 152‑164 (SIG n° 332‑349). Faute d’information topographique plus précise, on a localisé de façon aléatoire sur la fig. 1 les tombes à l’intérieur de la parcelle fouillée en 1894.

5 Nicolaou 1976, p. 189‑199, n° 37‑50 (SIG n° 10‑15, 61, 83‑84, 86, 90‑92, 96‑99).

6 MLA 1023 à 1027 (fig. 1, SIG n° 106‑110) : BCH 103, 1979, p. 682.

7 MLA 1636 et 1637 (SIG n° 246‑247) : BCH 117, 1993, p. 722. Ces tombes sont situées hors de la zone représentée sur la fig. 1.

8 MLA 1763 (fig. 1, SIG n° 262) : BCH 125, 2001, p. 745‑746.

9 MLA 1018 : BCH 97, 1973, p. 616‑617.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Nécropole de Tourapi avec localisation des tombes de découverte ancienne et celle des tombes de la fouille du département des Antiquités en 2012, boulevard Griva Digeni (points rouges no 382-390).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3047/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Titre Fig. 2 – Nécropole de Tourapi : localisation des tranchées de 2012 (fond Google earth, réalisation département des Antiquités, A. Satraki).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3047/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 616k

Auteurs

Chargée de recherche au CNRS (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), elle est membre de la mission archéologique de Kition et spécialiste de l’histoire de Chypre à l’époque des royaumes. Elle est également directrice de la mission archéologique d’Amathonte (EfA-MEAE).

Directrice de recherche au CNRS (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), elle dirige la mission archéologique de Kition. Ses travaux portent plus particulièrement sur les questions de topographie urbaine et la définition d’identités culturelles à Chypre à l’époque des royaumes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search