Version classiqueVersion mobile

Kition-Bamboula VII

 | 
Anna Cannavò
, 
Sabine Fourrier
, 
Alexandre Rabot

Deuxième partie. La nécropole de Kition-Tourapi (fouille du département des Antiquités, 2012)

Introduction

Anna Cannavò, Sabine Fourrier et Anna Satraki

Texte intégral

  • 1 Myres 1897, p. 152‑164.
  • 2 Myres 1897, p. 149, fig. 6.

1Comme celle au lieu‑dit Pervolia, la nécropole de Kition-Tourapi n’est pas un site neuf : elle est connue, dans la bibliographie archéologique, depuis les fouilles que Myres y a fait pratiquer en 18941. Comme à Pervolia encore, le site est localisé près d’un axe viaire important de la ville moderne qui, encore à la fin du xixe siècle, marquait la limite sud de la ville de Larnaca/Tuzla, séparée de son appendice portuaire, Scala ou Marina/Ískele2. Comme celui de Pervolia enfin, le toponyme Tourapi, issu de l’héritage chrétien ottomanisé, tend à tomber aujourd’hui en désuétude (voir chapitre 1).

  • 3 Myres 1897, p. 153 : dans la propriété d’Hassan Effendi (lieu marqué « H » sur la fig. 6, p. 149). (...)

2À l’exception des fouilles de Myres, aux méthodes anciennes, toutes les tombes explorées dans cette zone l’ont été à l’occasion de travaux de sauvetage (on en dresse l’inventaire dans le chapitre suivant). Les fouilles de 2012, effectuées par le service du département des Antiquités, sous la direction d’Anna Satraki, ne font pas exception. Tout au plus peut‑on supposer que les tombes Myres, localisées pour la plupart de façon vague dans une vaste parcelle au sud de la route et, pour certaines, dans un champ plus éloigné au nord‑ouest3, ne recoupent pas celles de 2012, mises au jour lors du percement d’une tranchée sous la route (voir chapitre 1, fig. 1). C’est moins assuré pour les tombes découvertes en 1978 et en 2000 dans la cour devant le collège (chapitre 1, fig. 1, n° 106‑110 et 262).

  • 4 Pour tout ce développement, voir Michaelides 2005, p. 261.
  • 5 Myres 1897, p. 153.

3On ne peut donc guère tirer de conclusions générales concernant la topographie de la nécropole ni les usages funéraires et l’on doit se contenter de quelques remarques. La première concerne la durée d’occupation de la nécropole de Tourapi, de l’époque géométrique à l’époque romaine, avec des cas probables de réoccupation à date plus récente de tombes anciennes. Sur ce point, les tombes fouillées en 2012, qui vont de l’époque archaïque à l’époque romaine, n’apportent rien de neuf. Le souvenir de l’existence dans cette zone d’une nécropole a d’ailleurs perduré4 : un caveau à chambres multiples d’époque classique était réputé avoir abrité le corps de saint Thérapon, évêque de Kition ; il servit de crypte à une église consacrée au saint à l’époque byzantine. Lors de la transformation du lieu en mosquée, le tombeau fut identifié avec celui d’un saint derviche. Fait remarquable, le lieu continua d’être fréquenté par les deux communautés. Il était en ruines dès le milieu du xxe siècle. Des constructions récentes l’ont recouvert et l’abandon du toponyme ancien au profit de celui de Drosia, consécutif au départ de la population turcophone de Larnaca, en a oblitéré la mémoire. Le matériel des tombes romaines mises au jour en 2012 est tout à fait comparable à celui des tombes fouillées par Myres en 1894 dans le champ d’Hassan Effendi, à peu de distance vers le nord‑ouest, avec « the usual apparatus of glass bottles (…), coarse pottery, and bronze pins, mirrors and rings »5.

  • 6 KB V, n° 1070.
  • 7 Pour ces derniers, voir Hadjisavvas 2012, p. 218‑223.

4Deuxième différence avec Pervolia, la découverte d’une stèle funéraire du ive s. av. J.‑C., inscrite en phénicien6, montre l’existence de marqueurs, toutefois rares, comme dans la nécropole de Kition-Mnimata7. Enfin, contrairement à Pervolia mais comme dans les nécropoles voisines, l’usage de sarcophages-coffres en gypse semble, à Tourapi, plus commun, du moins à partir de l’époque classique. Pour le reste, le mobilier recueilli dans les tombes de Tourapi est comparable à celui des tombes contemporaines de Pervolia : les défunts qui y étaient inhumés appartenaient au même niveau social, sans distinction possible ni de statut ni d’ethnie. La seule tombe dont la chambre ait été entièrement fouillée en 2012 (MLA 2069 = SIG n° 386) a livré un assemblage, moindre en quantité, mais tout à fait semblable dans sa composition à celui de la tombe de Pervolia n° 379 (toutes deux datent du CC I). D’autres éléments – la présence de blocs sur le sol, la position renversée d’une amphore commerciale – trouvent des parallèles précis à Pervolia. En revanche, l’emplacement désaxé de l’entrée (chapitre 2, fig. 12) n’est, à Pervolia, attesté que pour des tombes de date plus ancienne.

Notes

1 Myres 1897, p. 152‑164.

2 Myres 1897, p. 149, fig. 6.

3 Myres 1897, p. 153 : dans la propriété d’Hassan Effendi (lieu marqué « H » sur la fig. 6, p. 149). L’auteur y mit au jour « only late Hellenistic or Graeco-Roman tombs ».

4 Pour tout ce développement, voir Michaelides 2005, p. 261.

5 Myres 1897, p. 153.

6 KB V, n° 1070.

7 Pour ces derniers, voir Hadjisavvas 2012, p. 218‑223.

Auteurs

Chargée de recherche au CNRS (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), elle est membre de la mission archéologique de Kition et spécialiste de l’histoire de Chypre à l’époque des royaumes. Elle est également directrice de la mission archéologique d’Amathonte (EfA-MEAE).

 

Directrice de recherche au CNRS (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), elle dirige la mission archéologique de Kition. Ses travaux portent plus particulièrement sur les questions de topographie urbaine et la définition d’identités culturelles à Chypre à l’époque des royaumes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search