Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kition-Bamboula VII

 | 
Anna Cannavò
, 
Sabine Fourrier
, 
Alexandre Rabot

Première partie. La nécropole de Kition-Pervolia

Chapitre 3. Études de matériel (fouilles de la mission française)

Nathalia Denninger, Sabine Fourrier et Evangéline Markou

Texte intégral

1Les tombes de Pervolia ont livré un matériel modeste, caractéristique des assemblages funéraires kitiens connus des époques archaïque et classique. Sans prétendre à l’exhaustivité, ce chapitre propose un bilan sur certaines catégories, singulières ou représentatives de l’ensemble des dépôts. On renvoie, pour le détail et les illustrations, aux notices descriptives insérées dans le catalogue du matériel par contexte (chapitre 2 de la première partie).

La céramique

par Sabine Fourrier

  • 1 Dans KB VI, p. 111‑172 et 185‑217.
  • 2 Fourrier 2014.

2Nos fouilles dans la nécropole de Kition-Pervolia ont permis de recueillir des assemblages céramiques cohérents de l’époque archaïque et de l’époque classique. Pour cette dernière période, il est même possible de distinguer entre un groupe ancien (représenté en particulier par la tombe 379, datable du CC I) et un groupe récent (qu’illustrent, par exemple, les dépôts de la tombe 396, datables de la seconde moitié du ive s. av. J.‑C.). Sans entrer dans le détail des formes et des fabriques, je propose quelques remarques qui complètent et qui recoupent deux études récentes de la céramique kitienne, portant respectivement sur un matériel issu d’un contexte sacré1 et d’un contexte funéraire2.

  • 3 Fourrier 2014, p. 151‑152.

3Une remarque s’impose d’emblée : les assemblages céramiques de Kition sont, dès le viiie s. av. J.‑C., « phénicisés »3. J’entends par ce néologisme que le répertoire, aussi bien des formes que des techniques, est transformé par l’emploi de procédés levantins, étrangers aux traditions locales. Il y a un enrichissement (intégration de nouvelles formes) et, pour partie, un renouvellement (transformation des formes et acquisition de nouvelles techniques) du répertoire kitien. Ce profond bouleversement de la civilisation matérielle, qui touche également d’autres domaines, suppose bien plus qu’une vague influence ou un effet de mode qui aurait suscité des imitations. Il implique la transmission de savoir‑faire : on ne saurait l’expliquer sans l’installation d’artisans potiers phéniciens à Kition. C’est, par ailleurs, une transformation durable. De fait, si l’on peut, mutatis mutandis, comparer les changements qui touchent l’artisanat céramique kitien au viiie s. avec ceux qui touchèrent l’ensemble de l’artisanat céramique chypriote au xiie, les deux phénomènes historiques se distinguent dans leur ampleur géographique et temporelle : d’un côté, à Kition, un phénomène régional (peut‑être même urbain, limité à la ville de Kition, tant on a du mal à en saisir les effets dans un territoire) et durable, qui fait qu’à la fin de l’époque classique un assemblage céramique de Kition est tout à fait comparable à un assemblage de Beyrouth, par exemple ; de l’autre, un phénomène insulaire (avec des particularités régionales), mais qui très vite s’affranchit de son impulsion initiale : on ne saurait confondre un assemblage céramique chypriote du xe s. avec un assemblage géométrique grec contemporain.

  • 4 Voir mes rapides remarques sur les vases à boire : Fourrier 2015a, p. 247‑248.

4Cette reprise de savoir‑faire, de procédés levantins touche tous les aspects de l’artisanat céramique kitien. Le plus évident est morphologique. On trouve dans le répertoire des formes nouvelles, inconnues dans les productions d’autres régions de l’île : ainsi les cruchons à corps en sac et fond pointu ou encore les jarres à fond rentrant. Il y a aussi l’intégration dans le répertoire local de nouvelles formes, d’origine phénicienne, dont certaines sont également reprises dans d’autres ateliers chypriotes : par exemple, à l’époque archaïque, les bols hémisphériques à paroi fine. Autre originalité, l’importance quantitative de certains types, connus mais moins nombreux ailleurs : les assiettes à marli en sont sans doute l’exemple le meilleur. De manière générale, les plats et les bols sont dépourvus d’anse, leur panse est souvent carénée et les fonds sont arrondis ou pointus. La transformation des formes implique une transformation des gestes, voire des positions et, partant, du mode de consommation4. Enfin, on voit également, cette fois dans le répertoire de formes de tradition chypriote, l’intégration de détails morphologiques nouveaux, comme l’adoption de fonds rentrants qui remplacent parfois, à l’époque archaïque, les bases annulaires des cruches à ouverture pincée.

  • 5 Pour une caractérisation de ces procédés, voir l’étude exemplaire d’Anderson 1988, p. 315‑362.
  • 6 Voir KB VI, p. 130. En l’absence d’analyses pétrographiques, il est impossible de décider s’il y a (...)
  • 7 Technique dite « burnishing », qui donne un aspect serré à la pâte et brillant à la surface : Ande (...)
  • 8 La même technique a été mise en évidence à Sarepta par W.P. Anderson 1988, p. 317‑318.

5La reprise de procédés levantins5 est, en outre, manifeste dans certaines caractéristiques techniques de l’artisanat céramique kitien et, tout d’abord, dans le choix d’une pâte fine, poudreuse, de couleur orangée6. Elle est également sensible dans les traitements de surface : ces dernières sont souvent lissées, voire polies7 (qu’elles soient engobées ou non) à l’époque archaïque. Elles sont aussi souvent raclées au tour (« shaved »), le procédé devenant systématique et effectué de façon de plus en plus sommaire à l’époque classique. On lit ainsi nettement sur la partie inférieure des récipients des traces faites de bandes horizontales superposées plus ou moins régulières, dont l’aspect angulaire trahit l’usage d’un outil plat et tranchant du type couteau8. Dernier procédé ou coup de main technique qui se généralise à l’époque archaïque : les récipients sont détachés du tour à l’aide d’une ficelle (« string‑cut »), ce qui laisse des traces nettes sur le fond.

  • 9 Sur cette fabrique, que j’ai appelée Monochrome Red, voir Fourrier 2014, p. 137.
  • 10 Voir également Anderson 1988, p. 326, à propos des bols de Sarepta : « Most of the examples are pa (...)
  • 11 Mêmes remarques à propos du matériel des sanctuaires de Kition : Bikai 2003, p. 216, tableau 7 ; K (...)

6L’analyse peut être étendue au domaine décoratif. On remarque ainsi le goût, dès la période archaïque, pour des fabriques monochromes où la couleur est non pas le noir, comme traditionnellement dans le répertoire chypriote dans lequel la fabrique White Painted est solidement ancrée, mais le rouge9. Le rouge sert d’ailleurs moins à réaliser des motifs qu’à « engober » partiellement le vase. Dans les cas de fabrique Bichrome, le rouge est, en outre, employé de façon autonome, et non pas en complément du noir, comme normalement dans les ateliers chypriotes depuis l’époque géométrique : il sert ainsi à tracer d’épaisses bandes qu’aucun trait noir ne délimite, ou bien à représenter des séries de cercles concentriques sur le col d’une amphore de la tombe 398. Employés ensemble, le rouge et le noir se superposent rarement : quand ils ne sont pas appliqués de manière soigneusement distincte, l’usage de la couleur noire est réservé à une fine ligne qui orne la lèvre de plats, de bols ou de dinoi qu’on classerait, par ailleurs, dans la catégorie des vases de fabrique Red Slip ou Monochrome Red. Autre schéma décoratif étranger aux traditions chypriotes : de larges zones du vase sont réservées, le décor étant, sur les formes fermées, concentré sur la lèvre et le col ou, de façon absolument inédite parmi les productions locales, sur la panse10. De même, certaines formes ouvertes ne sont décorées que sur une seule face : ainsi les plats archaïques Red Slip dont seule la paroi interne est engobée tandis que la paroi externe, réservée, est polie. Il faut enfin souligner l’importance de la fabrique Plain White, dès l’époque archaïque : sa prépondérance n’est pas, à Kition, un indice chronologique11.

7L’un des effets de cette proximité entre les répertoires kitien et levantins aux époques archaïque et classique est qu’il est bien souvent difficile, sinon impossible, de distinguer entre importations et productions locales. On étudiera donc l’ensemble des formes comme constitutives du répertoire kitien, sachant qu’un certain nombre d’entre elles peuvent être des productions levantines importées.

8Remarque : on ne fera référence, dans les deux études qui suivent, qu’à certains vases, exemplaires des types mentionnés et pour lesquels un dessin est publié. Pour le détail de la composition du matériel céramique, on renvoie aux notices et aux commentaires rédigés pour chaque tombe.

Le répertoire céramique archaïque

9L’assemblage céramique de la tombe 398, qui offre une image synthétique du répertoire d’époque archaïque, comprend des formes et des fabriques à la fois originales et caractéristiques. On a noté, dans la description des vases (chapitre I.2), la présence probable au sein du lot d’importations, peu nombreuses, provenant d’autres régions de l’île (Salamine et Idalion).

  • 12 Sur cette production typiquement phénicienne, voir Anderson 1988, p. 354‑355, qui propose d’employ (...)

10Toutes les formes ouvertes sont dépourvues d’anses. On remarque également l’absence de base nettement distinguée de la panse : les bols ont un fond arrondi, ou bien plat et légèrement saillant. Les bols peu profonds (qui n’étaient pas des vases à boire, mais des assiettes ou des plats) prédominent. Parmi ces derniers, les assiettes à engobe rouge poli et décor incisé ou réservé sur le fond externe sont des importations (I.2, fig. 138 et 145)12. La forme est déclinée localement en Red Slip avec une panse carénée et une courte lèvre étalée (I.2, fig. 138), et, surtout, en Plain White avec une large lèvre étalée dans le prolongement de la paroi (assiettes à marli, I.2, fig. 147).

  • 13 Sur le Black‑on‑Red paphien, voir Georgiadou 2014, p. 383‑384.
  • 14 Bikai 1981, p. 27 (« Black‑Burnished Ware ») ; Bikai 1987, p. 36‑37 et pl. XVII, 440‑441 et 443 ; (...)

11La catégorie des bols profonds est essentiellement illustrée par des récipients hémisphériques à lèvre plus ou moins rentrante, dont le décor est le plus souvent restreint à une fine ligne noire sur la lèvre, ou à une bande rouge (I.2, fig. 144). Aucun bol de fabrique Black‑on‑Red n’est de fabrication locale : c’est notamment le cas du fragment KEF-1348 (I.2, fig. 129), qui porte pourtant une inscription à l’encre phénicienne, mais dont la pâte trahit une origine paphienne13. Les autres exemples, où l’usage de la peinture noire se résume à une fine ligne tracée sur la lèvre de vases par ailleurs de fabrique Red Slip, n’entrent pas vraiment dans cette catégorie. Les deux dinoi miniatures KEF‑1354 et KEF‑1355 (I.2, fig. 136) documentent, à ma connaissance, un type jusqu’alors inconnu. Il faut les ranger auprès des autres formes miniatures Black Polished qui imitent des prototypes métalliques et, en l’occurrence, peut‑être de pierre ou de faïence : bols à anses à bouton de lotus et cruches14. Le même type apparaît en format légèrement plus grand, avec un fond plat et une décoration Monochrome Red, à laquelle s’ajoute, sur l’un des deux exemples, une fine ligne noire (KEF‑1387 et 1388, I.2, fig. 144).

  • 15 Sur ces deux types (à fond plat et pointu) et leur diffusion à Chypre et au Levant, voir Fourrier (...)

12Les cruches à ouverture ronde, sans arête sur le col, offrent une grande diversité de formes, toujours réalisées en fabrique monochrome (Plain White et, pour les alabastres, Red Slip). Le type le plus simple, à panse globulaire, est peu attesté (I.2, fig. 148‑149). Les cruchons à corps en sac sont plus nombreux, toujours avec un fond pointu, conformément au modèle levantin (I.2, fig. 148)15. Les alabastres Red Slip (dont KEF‑1407, K14‑94 et K14‑500, I.2, fig. 137 et 130) illustrent une forme extrêmement rare.

  • 16 Par exemple à Amathonte : Fourrier et Hermary 2006, p. 66‑67 (type B.1.1). Une cruche de ce type ( (...)

13Les cruches à ouverture pincée sont de longue tradition chypriote et les exemplaires kitiens s’inscrivent dans cette série de production insulaire. Les décors sont strictement géométriques et organisés de façon horizontale, en registres superposés (I.2, fig. 142‑143) : on ne trouve pas de cruche dont la panse soit ornée de cercles concentriques, selon un schéma bien attesté ailleurs, en fabriques Bichrome et Black‑on‑Red16. Les surfaces sont souvent lissées.

  • 17 Sur ce type, voir Bikai 1987, p. 20‑24. Il n’est pas certain que toutes les cruches recensées soie (...)
  • 18 Bikai 1987, pl. XIII, 313‑314, 285, 316 et 312.

14Les cruches à bobèche Bichrome sont une forme levantine, intégrée dans le répertoire de beaucoup d’ateliers chypriotes17. Les nombreux exemplaires de Pervolia possèdent une panse globulaire plus ou moins allongée et un fond rentrant, conformes au modèle levantin (I.2, fig. 141‑143). Les cruches Red Slip sont moins fréquentes (I.2, fig. 140). Il est possible qu’il s’agisse d’importations18.

  • 19 Bikai 1987.

15Les amphores et amphorisques possèdent des anses verticales de la lèvre à l’épaule, à l’exception de l’exemplaire miniature KEF‑1408 (I.2, fig. 137), qui est probablement une importation (d’Idalion ?). Certains exemplaires sont sans doute importés du Levant (KEF‑1372, fig. 141) : c’est ce que montrent la pâte, le traitement de surface et le mode de décoration, fait de grandes bandes rouges. Ce dernier type est, dans l’ensemble, rare. Il n’est pas recensé dans le catalogue de P.M. Bikai19. Je ne lui connais pas de parallèle parmi le matériel des sanctuaires de Bamboula et Kathari.

  • 20 L’identification de cette fabrique, qui repose sur des exemples fragmentaires ou abîmés, n’est pas (...)
  • 21 Presque tous les exemples inventoriés par P.M. Bikai (1987, p. 43‑44) proviennent de Kition.
  • 22 Voir Fourrier 2014, p. 136.

16Les jarres à fond arrondi et de fabrique White Painted20 (?), Bichrome et Plain White sont un type levantin, dont il est difficile de savoir s’il a eu des imitations locales (I.2, fig. 131). Quoi qu’il en soit, c’est une forme commune dans les assemblages kitiens, dès le début de l’époque archaïque, alors qu’elle est rare ailleurs dans l’île, et toujours sûrement importée21. Et c’est un type dont la production se prolonge au moins jusqu’au vie s. av. J.‑C.22.

  • 23 Un exemplaire déposé dans l’antichambre de la tombe 1989/6 : Hadjisavvas 2012, p. 231, fig. 136/2.
  • 24 Pour la nécropole royale, voir, par exemple, Karageorghis 1974, pl. XLV‑XLVI (Tombe 79) ; à Cellar (...)
  • 25 Par exemple à Tell Keisan : Humbert 1991, avec références ; voir également Lehmann 1996, pl. 79‑80

17Les amphores commerciales de type phénicien sont, elles, largement diffusées dans l’île. Leur forme, à épaule marquée légèrement oblique et lèvre ronde redressée, est caractéristique de l’époque archaïque (I.2, fig. 133 et 139). On note, en revanche, la rareté des amphores à anses de panier, type chypriote du conteneur commercial aux époques archaïque et classique. Les quelques fragments identifiés proviennent du matériel jeté dans le comblement des dromoi (I.2, fig. 212). Aucun conteneur n’a été déposé dans la chambre de la tombe 398 de Pervolia ; les trouvailles sont rares dans la nécropole voisine de Mnimata23. Le fait mérite d’être souligné, car ces conteneurs chypriotes sont assez nombreux ailleurs, par exemple dans les nécropoles de Salamine24. Ils sont également nombreux à être importés au Levant25 : le type n’était sans doute pas fabriqué dans les ateliers de Kition et il existait des réseaux commerciaux entre Chypre et la côte phénicienne qui ne passaient pas par Kition.

  • 26 Très proche d’exemplaires de Tyr : Nuñez 2004, p. 303‑304, fig. 158.

18Enfin, les exemplaires de vases à feu (céramique culinaire) sont rares dans les contextes archaïques comme classiques. Le seul vase entier, déposé dans la tombe 398 (I.2, fig. 137), est une marmite à fond arrondi de type levantin26.

  • 27 Nuñez 2004.
  • 28 Nuñez 2004, p. 286‑294.
  • 29 Dans la tombe 1989/6 : Hadjisavvas 2012, p. 227‑235.
  • 30 Nuñez 2004, p. 294‑301.

19Une comparaison avec les assemblages de la nécropole phénicienne de Tyr‑al Bass permet de faire ressortir similitudes et différences27. Parmi les grands conteneurs, les amphores (ou cratères) à anses verticales de type chypriote ou phénicien sont beaucoup moins nombreux à Kition qu’à Tyr28. Cela tient au mode d’ensevelissement : crémations à Tyr, inhumations à Kition. Ces vases sont, de fait, à Tyr, des urnes cinéraires. Il est remarquable qu’ils servent à la même époque, à Kition, à abriter des réductions, aussi bien à Pervolia (tombe 398) qu’à Mnimata29. Dans un cas comme dans l’autre, et quelle que soit la pratique, il s’agit donc de vases funéraires, destinés à recevoir les dépouilles des défunts (cendres ou os secs). Les jarres décorées à anses verticales sur l’épaule sont toutes munies d’un fond arrondi à Kition, alors qu’elles possèdent généralement un fond rentrant à Tyr30.

  • 31 Nuñez 2004, p. 307‑312.
  • 32 Nuñez 2004, p. 323‑324.

20On retrouve à Tyr, parmi les cruches, les formes de tradition levantine : exemplaires Bichrome à lèvre en bobèche et une plus grande variété de cruches Red Slip31, ainsi que les cruchons Plain White à fond pointu32. En revanche, les cruches décorées à ouverture pincée, et les cruches Plain White à corps globulaire et ouverture ronde, de tradition chypriote, n’y sont pas connues.

  • 33 Nuñez 2004, p. 349‑350.

21Enfin, les formes ouvertes comprennent les mêmes types principaux, tous de tradition levantine : bols peu profonds (assiettes ou plats) et bols hémisphériques à fond arrondi. Certaines assiettes à marli servaient à Tyr de couvercles d’urnes cinéraires33.

Le répertoire céramique classique

  • 34 Hadjisavvas 2012 ; Fourrier 2014.
  • 35 Il s’agit pour l’essentiel de vases à boire de production attique, à l’exception d’un lécythe : Ha (...)
  • 36 Pour Kathari : Robertson 1981 et Jehasse 1981. Pour Bamboula : KB II, p. 21‑58 et KB VI, p. 178‑18 (...)

22La publication récente du matériel des tombes fouillées en 1979 dans la nécropole de Kition-Mnimata offre un corpus de comparaison34. Les deux sites (Mnimata et Pervolia) présentent un faciès similaire, fait d’une écrasante majorité de productions locales (dont il est difficile de distinguer les éventuelles importations levantines). Les importations grecques sont très rares à Mnimata35, quasiment inexistantes à Pervolia, où elles ne sont documentées que par des tessons : aucun vase grec importé n’a été déposé dans les chambres. Le contraste est donc net avec le matériel retrouvé dans les sanctuaires, aussi bien à Kathari qu’à Bamboula, où la céramique grecque d’époque classique est bien attestée36.

  • 37 Sur ce motif : Fourrier 2014, p. 146, avec références.
  • 38 Fourrier 2014, p. 148‑149 (type B.1.1). Le type est placé par E. Gjerstad dans sa classe V, à caus (...)

23Les vases à décor peint disparaissent à peu près complètement du répertoire. Les quelques fragments proviennent du comblement des dromoi : quand ils ne sont pas résiduels, ils illustrent des formes de l’archaïsme tardif ou du début de l’époque classique, notamment des bols peu profonds à lèvre étalée et arête (I.2, fig. 40) ou des cruches à ouverture pincée à décor de trois traits verticaux sur l’épaule (I.2, fig. 106)37. La seule exception est constituée par les amphores et amphorisques à décor de feuillage sur la panse, de fabriques White Painted, Bichrome ou Bichrome Red (I.2, fig. 61), qu’on retrouve pendant toute la période classique, même dans des contextes purement CC II38.

  • 39 Mentionnons toutefois une « gargoulette » de Bamboula, mise au jour dans l’égout 113 (ive s. av. J (...)

24Les cruches Plain White à ouverture ronde (sans arête sur le col) offrent une grande diversité de formes. Le type le plus simple, à panse globulaire ou globulaire allongée, est illustré par des séries tardives, mises au jour dans les niches (I.2, fig. 61‑63) : le fond est étroit, plat ou légèrement rentrant ; le col court s’évase nettement ; la surface est marquée de stries de tournassage. Les mêmes remarques valent pour les biberons (I.2, fig. 88) qui n’étaient guère attestés jusqu’à présent parmi les découvertes de Kition39. Une cruche, déposée dans le locus 57 (KEF‑1416, I.2, fig. 230), possède une panse piriforme, raclée dans sa partie inférieure, au point de former une carène.

  • 40 Sur ces deux types, Fourrier 2014, p. 143‑145.
  • 41 Fourrier 2014, p. 145. Sur le service à vin phénicien au IIe millénaire : Doumet‑Serhal 2009.

25Les cruches à corps en sac et ouverture ronde offrent également des indications chronologiques. Les cruchons à fond pointu, connus dans les niveaux archaïques, sont encore attestés dans les contextes du CC I (I.2, fig. 50, tombe 379). Ils sont ensuite progressivement remplacés par des cruchons à fond plat, qui les évincent complètement au CC II et qui sont déclinés en de nombreuses variantes, de dimensions et de formes40. Une belle série provient des contextes de la fin de la période classique, en particulier de la chambre de la tombe 396 (I.2, fig. 92‑95). Deux exemplaires de même type étaient déposés dans la chambre inachevée de la tombe 401 (I.2, fig. 180). Quant à la puisette sans anse (I.2, fig. 14), elle est étroitement liée au type du cruchon à fond pointu, dont elle représente une version miniature : comme ce dernier, elle fait partie du service à vin levantin depuis l’âge du Bronze41. Elle tend aussi à disparaître après le CC I.

26Les cruches à ouverture pincée possèdent une panse globulaire, parfois biconique. La forme du col, étroit, qui s’évase en une haute corolle, la lèvre étant sommairement pincée, offre un autre indice chronologique tardif (I.2, fig. 94).

27Enfin, les cruches à attache de l’anse sur le col ne sont plus illustrées que par quelques fragments PW, recueillis dans les dromoi de tombes du ve s. (I.2, fig. 13 et 40).

28Les grands conteneurs, exclusivement de fabrique PW, entrent dans diverses séries de production. Les amphores à base annulaire et anses horizontales sont un type de longue tradition chypriote. Elles apparaissent à Pervolia dans des contextes de la fin de l’époque classique, avec des traits morphologiques évolués : profil globulaire allongé, col élevé et évasé, lèvre repliée, anses redressées, fixées haut sur l’épaule, et comme atrophiées (I.2, fig. 96). En raison des contextes de découverte, on suggérera volontiers que ce type, comme son équivalent en fabriques décorées dont la panse porte un décor de feuillage, est plutôt caractéristique du CC II.

  • 42 Fourrier 2014, p. 136‑137.
  • 43 Voir Fourrier 2014, p. 135 avec références.

29Tous les autres types sont de tradition levantine. La jarre PW à fond arrondi de la tombe 379 (I.2, fig. 51) représente l’un des derniers exemplaires d’un type archaïque qui est supplanté, dans les contextes du CC I, par des jarres à fond rentrant (I.2, fig. 50). Ce dernier type est bien documenté à Kition, essentiellement en contexte funéraire, et seulement au CC I42. Il manque curieusement de parallèle au Levant et il est inconnu à Chypre hors de Kition. Parmi les amphores commerciales, on notera l’apparition, au CC II, de versions à corps en torpille mono‑ansées43 (I.2, fig. 96).

30Les formes ouvertes sont nombreuses et, comme à la période précédente, dépourvues d’anses et de pied : elles reposent sur des fonds plats, souvent découpés du tour à la ficelle. Les bols à lèvre ronde présentent une grande variété : ils sont plus ou moins profonds, le fond est plat ou plat saillant, la lèvre est plus ou moins rentrante (I.2, fig. 14, 52, 96, 180 et 230). Le type est commun, seule la qualité des traitements de surface en assure la datation tardive, sans qu’il soit possible de distinguer entre les exemplaires du CC I et ceux du CC II. La lèvre à biseau externe est, elle, un indice morphologique évolué (I.2, fig. 89).

  • 44 Fourrier 2014, p. 139 (type A.1.2).

31Les autres bols, peu profonds, sont plutôt des plats ou des assiettes, qui peuvent être déclinés en versions miniatures. Les formes sont propres au répertoire kitien classique : elles ont été répertoriées à propos du matériel des nécropoles de Kition-Mnimata. Les bols à lèvre carénée sont caractéristiques des contextes de la fin de la période archaïque et du début de l’époque classique44 (I.2, fig. 52) : le fragment découvert dans le dromos de la tombe 396 est sans doute résiduel et il possède une arête très marquée sous la lèvre (I.2, fig. 89). Les bols à lèvre étalée offrent de nombreuses variantes. On note des indices morphologiques évolués, notamment la présence d’une arête à l’attache de la lèvre, concave, sur la vasque (I.2, fig. 68).

  • 45 KB II, p. 66, fig. 25, n° 206‑213 (égout 113) et 214 (égout 136) ; KB VI, p. 213, fig. 29 (n° 1‑29 (...)
  • 46 Il faut donc corriger sur ce point ce que j’ai écrit : Fourrier 2014, p. 141 (type A.3).

32Les assiettes à marli sont, à l’époque classique comme à l’époque archaïque, très nombreuses. Elles sont aussi assez variées, selon que les parois sont évasées continues ou bien légèrement carénées, et selon que la lèvre est rectiligne ou bien concave (I.2, fig. 15, 42, 88 et 180). Les versions miniatures paraissent plutôt caractéristiques du CC II. Elles ne sont pas propres aux contextes funéraires, comme le montrent les découvertes du sanctuaire de Bamboula45. Les assiettes à parois évasées continues dont le marli est très large, créant comme une cupule sur le fond (I.2, fig. 42, 96 et 159), représentent une variante, attestée aussi bien dans les tombes du ve que du ive s.46.

33Quant au bol miniature modelé (I.2, fig. 68), on a vu qu’il avait des parallèles parmi le matériel découvert dans les tombes et les sanctuaires de Kition, dans des contextes archaïques et classiques (I.2, tombe 381).

  • 47 Notamment à Bamboula : KB II, p. 71, fig. 28.

34Reste, pour clore cet aperçu des formes céramiques attestées dans les niveaux classiques, à mentionner quelques fragments de « bols perses » (I.2, fig. 166 et 212) dont le nombre est beaucoup plus réduit que dans d’autres contextes47.

Les figurines de terre cuite

par Sabine Fourrier

35Tombe 378 : K02‑126.
Tombe 379 : K02‑43.
Tombe 396 : K02‑103.
Tombe 398 : K14‑16 ; KEF‑1174 ; KEF‑1175.

  • 48 Hadjisavvas 2012 et Hadjisavvas 2014, p. 47‑50. On notera cependant quelques trouvailles remarquab (...)
  • 49 Karageorghis 1987.
  • 50 Karageorghis 1970.
  • 51 Apparemment systématiquement dans le dromos, où elles ont été découvertes, et non pas en surface. (...)

36Aucune figurine de terre cuite n’a été découverte parmi le matériel entier déposé dans les chambres d’époque classique. Quelques fragments ont été recueillis dans le comblement des dromoi (ou infiltrés depuis ces derniers dans les chambres). Elles sont également rares dans la nécropole voisine de Kition-Mnimata, où l’essentiel des dépôts funéraires est composé, comme dans nos tombes, de vases céramiques48. Trop peu de tombes kitiennes datables de l’époque archaïque ont été fouillées et publiées pour pouvoir extrapoler à partir des maigres découvertes de Pervolia (les quelques fragments proviennent tous, comme dans les tombes classiques, du comblement du dromos et non pas des dépôts en place dans la chambre). La différence est toutefois frappante avec d’autres régions de l’île : à Amathonte, de nombreuses figurines (souvent plusieurs par chambre) étaient déposées dans les tombes, surtout à l’époque archaïque49 ; une petite série, faite essentiellement d’exemples modelés (animaux, chevaux et cavaliers) provient également des tombes de Salamine-Cellarka50 ; à Marion, ce sont de véritables statuettes funéraires, dans certains cas des statues, qui étaient placées dans les tombes51.

37Les types sont peu variés et illustrent des séries de production locale connues. Les figurines modelées en plein, de longue tradition chypriote, ne sont documentées que par deux fragments. Le premier représente un cheval, sans cavalier (K02‑43, I.2, fig. 40). Le second, découvert dans le dromos de la tombe 378 (K02‑126, I.2, fig. 13), est plus difficile à identifier. Il pourrait s’agir d’un modèle de coffre muni de pieds et portant un décor Bichrome.

  • 52 Fourrier 2007, p. 56‑57 ; KB VI, p. 239‑241. Ce type n’a été imité à Chypre que dans les ateliers (...)
  • 53 Ainsi dans des tombes classiques de Kition-Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 84‑85, n° 38 ; p. 182‑18 (...)

38Deux fragments (K02‑103, I.2, fig. 89) entrent dans la catégorie des figurines moulées (en creux, l’arrière n’étant constitué que d’une simple forme). Ils représentent une femme enceinte trônant, du type de la dea gravida, d’origine phénicienne, mais de production locale52. Les figurines de ce type, bien attestées dans les sanctuaires, sont plus rares mais non pas inconnues dans les tombes, notamment à l’époque classique53.

  • 54 Fourrier 2007, p. 57‑58 ; KB VI, p. 244‑245.
  • 55 Hadjisavvas 2014, p. 16, n° 3.

39Trois figurines archaïques fragmentaires ont été recueillies dans le comblement du dromos de la tombe 398 (I.2, fig. 128). Elles ont été toutes trois fabriquées selon une technique mixte : la tête est modelée sur tenon, le visage imprimé, le corps creux tourné avec des éléments modelés à part et rapportés (en particulier les bras). Cette série, également d’origine phénicienne, constitue une production typique de Kition54. Une tête de facture similaire a été mise au jour dans le dromos de la tombe construite MLA 174255.

Les petits objets

par Nathalia Denninger et Sabine Fourrier

40Nous englobons sous cette dénomination pour le moins vague l’ensemble du matériel qui ne ressortit ni à la catégorie des vases céramiques ni à celle des figurines. Il s’agit pour l’essentiel de lampes et de brûle‑parfums en terre cuite, ainsi que d’objets fabriqués dans d’autres matériaux : vases en pierre et éléments de parure.

Les lampes

Lampes-coupelles

41Tombe 378 : NMI = 41 (dont K02‑26 et K02‑27).
Tombe 379 : dromos : NMI = 50 (dont K02‑49) ; chambre : NMI = 3 (KEF‑1242, KEF‑1243 et KEF‑1244).
Tombe 380 : NMI = 16.
Tombe 381 : NMI = 11.
Tombe 396 : dromos : NMI = 11 ; chambre : NMI = 4 (KEF‑1288, KEF‑1289, KEF‑1290, KEF‑1291).
Tombe 398 : dromos : NMI = 6 ; chambre : NMI = 2 (KEF‑1350 et K14‑77).
Tombe 399 : NMI = 2 (dont KEF‑1347).
Tombe 400 : NMI = 3.
Tombe 407 : NMI = 28 (dont K14‑513).
Locus 23 : NMI = 7.

Lampes fermées de type grec

42Tombe 396 : NMI = 2 (KEF‑1286 et KEF‑1287).
Locus 23 : NMI = 1 (KEF‑1414).

  • 56 Sur ces deux grands types, voir en dernier lieu Oziol 2003, p. 265‑275 et p. 279‑285, à propos des (...)

43Les lampes sont nombreuses, à la fois dans le comblement des dromoi et parmi le matériel déposé dans les chambres. Elles portent des traces de feu qui montrent qu’elles ont été effectivement utilisées. Dans certains cas, elles étaient tenues par les défunts (elles ont été retrouvées au niveau du bassin des squelettes). Elles entrent dans deux types de tradition différente56 :

– les lampes ouvertes, faites d’une coupelle tournée dont le rebord est pincé pour former le bec ;

– les lampes fermées, également tournées, mais dont l’ouverture est réduite à un petit trou d’alimentation (d’environ 2 cm de diamètre).

  • 57 Il en est de même dans la nécropole de Kition-Mnimata (tombe 17 : p. 58, fig. 29 ; tombe 18 : p. 6 (...)

44La lampe‑coupelle est de longue tradition chypriote. C’est le seul type de production locale à Chypre à l’âge du Fer. Le second type est grec. Il est importé dans l’île et suscite des imitations locales, sans doute dès la seconde moitié du ive s. av. J.‑C. Les deux types apparaissent concurremment dans des contextes de la fin du ive s. : ainsi, dans la chambre de la tombe 396 ou dans le comblement du fossé = Locus 2357.

  • 58 Notamment à Carthage : voir Vegas 1999, p. 216‑217. Les lampes-coupelles à deux becs y sont prédom (...)

45Les lampes‑coupelles sont de fabrique Plain White, elles sont réalisées dans la même pâte que les autres vases de céramique commune. La lampe K02‑26 de la tombe 378 (I.2, fig. 14) constitue une exception : sa pâte grossière, rouge, à grosses inclusions, est celle des céramiques culinaires. La lampe‑coupelle à deux becs KEF‑1350 (I.2, fig. 145), déposée dans la chambre de la tombe archaïque 398, illustre une variante, non pas inconnue, mais rare à Chypre. Elle est plus fréquente dans les milieux phéniciens d’Occident58. Les lampes fermées sont en général vernies.

46La présence de lampes en contexte funéraire revêt plusieurs significations. Celles que les morts déposés dans la tombe tenaient dans leur main avaient sans doute un sens symbolique dont l’interprétation ne peut être précisée, faute de texte, mais qui met vraisemblablement en exergue le lien entre la mort et les ténèbres. Elles peuvent avoir également un sens tout à fait pratique : la chambre funéraire était obscure, comme le prouve notamment une niche creusée dans la paroi de la tombe 379, et qui était sans doute destinée à recevoir une lampe. Enfin, les nombreux fragments rejetés dans le comblement du dromos semblent indiquer que les lampes avaient leur importance lors des rites funéraires, peut‑être parce qu’un certain nombre d’entre eux se déroulait la nuit.

Les brûle-parfums

47Tombe 378 : NMI = 3 (dont K02‑20).
Tombe 379 : NMI = 3 (dont K02‑42).
Tombe 396 : NMI = 1 (K02‑102).
Tombe 400 : NMI = 1 (K14‑122).
Tombe 407 : NMI = 1 (K14‑66).
Locus 23 : NMI = 1 (K13‑05).

  • 59 Les dromoi des tombes 380 et 381 n’ont été que partiellement explorés. Les tombes 399 et 401 étaie (...)
  • 60 Hadjisavvas 2012, p. 231, fig. 136, n° 10. Rappelons que seules les chambres ont été fouillées.
  • 61 Hadjisavvas 2014, p. 17, fig. 23a, n° 1.

48Les brûle‑parfums du type « cup‑and‑saucer » sont attestés dans pratiquement toutes les tombes classiques59, mais, de manière remarquable (et à la différence des lampes), uniquement dans le remplissage du dromos. On peut raisonnablement supposer qu’il en était de même dans la nécropole voisine de Kition-Mnimata, où un seul exemplaire a été découvert dans une tombe archaïque60. Aucun « cup‑and‑saucer » n’a été mis au jour dans l’unique tombe archaïque que nous ayons entièrement fouillée (tombe 398), mais un exemple fragmentaire faisait partie du comblement originel du dromos de la tombe 407 (vie s. av. J.‑C.). Dans la riche tombe archaïque construite dite « Lefkaritis », le seul « cup‑and‑saucer » retrouvé, de fabrique Red Slip, provient du dromos61. Un exemple a enfin été recueilli dans le fossé (Locus 23) dont le comblement est proche, par sa composition, de celui des dromoi.

  • 62 Voir un très bel exemple mis au jour à Kition-Kathari : Bikai 1987, pl. XXVII, n° 437.
  • 63 Voir La Méditerranée des Phéniciens, p. 338, cat. n° 152 et commentaire p. 163‑165.

49Le type, d’origine levantine, est composé de deux bols superposés, reliés par un cylindre creux. Tous les exemplaires de Pervolia sont formés du type le plus simple de bol, de fabrique Plain White, à parois évasées continues. Il en existe, à l’époque archaïque, des versions plus raffinées, faites de deux bols à parois carénées et à surface partiellement engobée (du type des céramiques fines dites « Samaria ware »)62. Leur usage comme brûle‑parfums est documenté par des représentations sur divers media : on mentionnera en particulier un bas‑relief fragmentaire de Djiamdjiné, dans la région de Tyr, qui illustre un bol composite de ce type posé sur un support63.

  • 64 Uziel et Gadot 2010. Pour les sanctuaires de Kition, voir en dernier lieu KB VI, p. 263, avec réfé (...)
  • 65 Par exemple à Amathonte (dépôt provenant du palais) : Fourrier 2004‑2005, p. 80, n° 30‑31 ; ou enc (...)
  • 66 Voir notamment Karageorghis 1988a et Hermary 2000, p. 134‑141. Ce dernier type n’est pas complètem (...)

50Ce mobilier est commun dans les sanctuaires du Proche‑Orient, également à Kition64. Il est rarement attesté à Chypre hors de Kition65 où d’autres types de brûle‑parfums sont généralement utilisés, surtout en pierre il est vrai, avec une vasque supportée par des représentations figurées66.

51Les contextes de découverte montrent que ce type de mobilier (quel qu’en soit le type) était utilisé dans les sphères sacrée (sanctuaires) et royale (palais). Sa présence dans le remplissage du dromos des tombes signale des pratiques de fumigation de substances odoriférantes, dans le cadre plus large des rites funéraires. Mais l’objet n’accompagnait généralement pas le mort dans la chambre.

Les vases non céramiques

52Tombe 396 : KEF‑1418.
Tombe 398 : KEF‑1226 ; KEF‑1233.

53Les quelques vases non céramiques appartiennent à la catégorie des ustensiles de toilette : contenants à onguents ou huiles parfumées (alabastres) et mortier miniature (probablement pour broyer les fards).

  • 67 Chavane 1990, p. 77‑81.
  • 68 Un exemple beaucoup plus élaboré, et de datation plus ancienne, muni de deux anses, aujourd’hui au (...)

54Les alabastres possèdent une forme très simple qui n’offre aucun critère de datation. Le fragment en pierre, un gypse local (KEF-1418, I.2, fig. 89), entre dans une catégorie abondamment attestée, notamment en contexte funéraire67. Le récipient miniature en faïence (KEF-1226, I.2, fig. 136), mono‑ansé, est plus original. La forme est celle des jarres levantines archaïques à fond arrondi68 (mais ces dernières possèdent deux anses verticales).

  • 69 Buchholz 1963.

55Le bol miniature en gypse (KEF-1233, I.2, fig. 136) manque de parallèle exact. Peu profond et muni de quatre pieds, il reproduit vraisemblablement un modèle de plus grandes dimensions, du type mortier. Ces derniers sont toutefois en général tripodes69.

La parure

56Les éléments de parure proviennent soit de la chambre funéraire, où ils étaient portés par les défunts (aussi bien adultes qu’immatures), soit des niches dans lesquelles ils étaient parfois déposés avec des vases miniatures. Un petit lot d’objets métalliques (bracelets et anneaux) a été retrouvé dans une tombe inachevée (tombe 401), à la fois dans la niche creusée dans le dromos et dans la chambre avortée.

57Tous les bijoux, quels que soient leur type ou leur matériau, ont été trouvés indifféremment dans l’un ou l’autre contexte. Aucun ne provient du comblement des dromoi.

58Les matériaux sont peu variés et généralement peu précieux :

– métaux et alliages métalliques : bronze et fer, argent (seulement pour les boucles d’oreille), exceptionnellement or (pour une monture de scarabée) ;

– pierre (pour un nombre réduit de bijoux : deux perles et trois scarabées) ;

  • 70 Sur ces appellations, impropres mais commodes, et les matériaux auxquels ils renvoient, voir Clerc (...)

– pâte de verre et faïence70.

59Les types attestés entrent dans un nombre de catégories réduites :

  • 71 Ainsi sur les statuettes de la série des « temple boys » : voir, par exemple, Hermary et Mertens 2 (...)

– les éléments de colliers, portés autour du cou ou, comme l’indiquent certaines représentations figurées d’enfants, en bandoulière71 : perles, amulettes et scarabées ;

– les bracelets (de bras ou de cheville) ;

– les boucles d’oreille ;

– les anneaux. Cette dernière catégorie regroupe sans doute des parures de nature différente, qui n’ont en commun que leur matériau (bronze) et leur forme. Il peut s’agir de bagues, de boucles d’oreille, peut‑être même d’ornements de vêtements ou de cheveux.

  • 72 Laffineur 1986, p. 102‑109.
  • 73 Voir les observations d’E. Lagarce, dans Kition II, p. 167‑182, ainsi que Salamine V, p. 121‑137, (...)

60On remarquera qu’aucun bijou n’entre dans la classe des parures funéraires72 (plaques couvre‑bouche, bandeaux, couronnes, disques et plaquettes), spécifiquement fabriquées dans une fine feuille de métal pour la tombe, certes mieux représentées aux périodes antérieure (géométrique) et postérieures (hellénistique et romaine). Tous les éléments de parure découverts dans les tombes de Pervolia étaient ou pouvaient être effectivement portés par les vivants : c’étaient de vrais bijoux. Leur position dans la tombe (par rapport au squelette) peut être comparée à l’image que livrent les représentations de pierre et de terre cuite archaïques et classiques73.

61Enfin, on ne distingue aucune évolution notable entre les bijoux découverts en contexte archaïque et ceux d’époque classique : ce sont les mêmes types de parure que portaient les morts, et, partant, les vivants au cours de cette longue période. On notera cependant que les amulettes de faïence, si nombreuses dans les tombes et les niches d’époque classique, sont pratiquement absentes de la tombe archaïque 398. Les scarabées y sont, en revanche, mieux attestés : 3 exemplaires sur un total de 4 découverts lors de nos fouilles. On peut raisonnablement supposer que les petites figurines en volume ont progressivement remplacé les scarabées et leur décor gravé, les deux catégories de parure partageant la même fonction prophylactique.

Les colliers

62Portés par des adultes ou des enfants, les colliers découverts dans les chambres sont de forme très simple (trois perles en pâte de verre autour du cou d’un individu immature dans la tombe 379) ou très élaborée (plus de 30 éléments, de matériaux et de types divers, pour un adulte déposé dans la tombe 398). Il est difficile de décider si les quelques perles et amulettes retrouvées dans les niches sont les restes de colliers déposés entiers, ou des éléments détachés de ces derniers, la partie valant pour le tout.

63Outre les perles, les amulettes de faïence à valeur magique prédominent. D’après les représentations figurées, ces colliers étaient portés par les vivants, qu’ils accompagnaient ensuite dans la tombe.

Perles

64Tombe 379 : KEF‑1173.
Tombe 380 : KEF‑1162 ; KEF‑1169.
Tombe 396 : KEF‑1207; KEF‑1179 ; KEF‑1201 ; KEF‑1205k‑s ; KEF‑1206 ; KEF‑1209.
Tombe 397 : KEF‑1186 ; KEF‑1190 ; KEF‑1195 ; KEF‑1194a.
Tombe 398 : KEF‑1225/2‑20.

  • 74 Pour les perles découvertes dans la nécropole de Kition-Mnimata, voir Hadjisavvas 2014, p. 51. Le (...)
  • 75 La perle en tonneau de la tombe 398 (KEF‑1225/17, I.2, fig. 135) est en faïence. La forme est bien (...)

65La plupart sont en pâte de verre ou en faïence, et de forme sphérique plus ou moins aplatie74. Certaines, isolées, sont triangulaires, quadrangulaires, biconiques, ou bien en tonneau75. En raison de leur état de conservation (elles sont très friables), les éventuels décors sont difficiles à observer : il s’agit généralement de cercles concentriques ou d’ocelles. Quelques petites perles en simple disque percé sont également attestées. Elles sont généralement associées à d’autres, de forme sphérique.

  • 76 Le type est bien connu dans le monde phénico-punique, en particulier à Carthage (Uberti 1988, p. 4 (...)
  • 77 On peut éventuellement la rapprocher d’un « paste pendant with engraved symbols, probably used as (...)
  • 78 Laffineur 1991, p. 171‑174. L’élément central est toutefois circulaire et non pas rectangulaire su (...)

66Certaines perles, de plus grandes dimensions, se distinguent. La longue perle en faïence cylindrique KEF-1205k (I.2, fig. 91) possède une forme élaborée, avec son décor de points protubérants76. Une autre, rectangulaire et aplatie (KEF-1225/8, I.2, fig. 135), est ornée sur les deux faces de signes égyptiens évoquant probablement la déesse Hathor : elle tient, dans une forme spécifique (ni scarabée ni figurine), de l’amulette protectrice77. Elle est percée de trois trous longitudinaux, qui montrent qu’elle appartenait à un collier complexe, fait d’au moins trois rangs de perles superposés : on pense volontiers à une parure du type « collier de chien », si fréquent sur les représentations féminines archaïques78.

  • 79 Voir une perle similaire, découverte dans la tombe construite MLA 1742 : Hadjisavvas 2014, p. 19, (...)
  • 80 Comparer avec un collier fragmentaire découvert dans la tombe 66 de Salamine-Cellarka : Karageorgh (...)

67L’usage d’autres matériaux est plus rarement documenté. Deux petites perles tubulaires (KEF-1206 et KEF-1209, I.2, fig. 91) sont probablement en feldspath kaolinisé79. Le collier que portait un adulte dans la tombe archaïque 398 était fait de petits anneaux de bronze alternant avec des perles en faïence et pâte de verre80 (KEF-1225, I.2, fig. 134‑135).

Amulettes

68Tombe 380 : KEF‑1172.
Tombe 396 : KEF‑1207; KEF‑1180 ; KEF‑1205a‑g et i‑j.
Tombe 397 : KEF‑1187 ; KEF‑1189 ; KEF‑1198.
Tombe 398 : KEF‑1219.

69Elles sont en faïence. Certaines d’entre elles ont été retrouvées près de crânes, ce qui confirme, avec la présence de bélières de suspension, qu’elles faisaient partie de colliers. Elles formaient parfois des séries : ainsi quatre amulettes de la tombe 396 (KEF-1180, I.2, fig. 90) qui étaient portées par un adulte et neuf autres qui, avec des perles, ornaient le cou d’un immature inhumé dans la même tombe (KEF-1205, I.2, fig. 91).

  • 81 Pour Amathonte, Clerc 1991, p. 108‑113 ; pour Kition, Clerc 2014, p.112‑114.
  • 82 Kition II, p. 117‑118.
  • 83 Clerc 2014, p. 116‑118.
  • 84 Bien attesté à Kition, en particulier dans la nécropole de Mnimata : Clerc 2014, p. 115‑116.
  • 85 Sur ce type, peu fréquent à Chypre mais relativement bien attesté à Kition, voir Clerc 2014, p. 11 (...)
  • 86 Clerc 1991, p. 103.

70Les sujets représentés sont de type égyptien. Parmi les divinités, Ptah‑Patèque (KEF-1172, I.2, fig. 60 ; KEF-1205b et c, I.2, fig. 91 ; KEF-1189, I.2, fig. 104) évoque le monde de l’enfance. On connaît des amulettes à son image dans les nécropoles81, mais aussi dans les sanctuaires82. Il en est de même pour Thouéris (KEF-1180c, I.2, fig. 90 ; KEF-1205f, I.2, fig. 91 ; KEF-1198, I.2, fig. 104), déesse hippopotame protectrice de la grossesse, de la maternité, de l’allaitement et de la petite enfance83. On trouve également le dieu Thot à tête d’ibis (KEF-1180a, I.2, fig. 90 ; KEF-1205e, I.2, fig. 91)84. Certaines représentations sont d’interprétation moins aisée : une amulette pourrait figurer le dieu Shou85 ou Heh86, les deux divinités étant d’ailleurs fréquemment identifiées (KEF-1180b, I.2, fig. 90) ; une autre un personnage masculin, peut‑être Onouris (KEF-1180d, I.2, fig. 90).

  • 87 Clerc 2014, p. 122‑123.
  • 88 Le type est attesté parmi les amulettes de faïence, notamment dans le monde punique : voir des exe (...)
  • 89 Voir, par exemple, Hermary et Mertens 2014, n° 252 et 272. Les vases miniatures constituent un typ (...)
  • 90 Pour la nécropole de Kition-Mnimata : Clerc 2014, p. 124‑127 ; pour le sanctuaire de Kition-Kathar (...)
  • 91 Clerc 2014, p. 124.

71Parmi les animaux, la truie (KEF-1205i, I.2, fig. 91) évoque la déesse Nout, mais aussi Isis et parfois Thouéris87. Mère d’une nombreuse progéniture, elle est un symbole de fécondité. La nature du fruit (?) KEF-1205g (I.2, fig. 91) n’apparaît pas clairement : ce pourrait être une grappe de raisin figurée de façon schématique88. Sa forme évoque celle d’amulettes tronconiques souvent suspendues aux colliers des « temple boys », à moins qu’il ne s’agisse, sur ces représentations, de vases miniatures89. Enfin, l’œil oudjat (KEF-1207b, I.2, fig. 91 ; KEF-1205j, I.2, fig. 91 ; KEF-1187, I.2, fig. 104) est un motif extrêmement fréquent à Chypre90, de même que la colonnette papyriforme ouadj91 (KEF-1205a, I.2, fig. 91).

Scarabées et scaraboïdes

72Tombe 396 : KEF‑1205h.
Tombe 398 : KEF‑1218 ; KEF‑1217 ; KEF‑1216.

  • 92 Voir les remarques de G. Clerc (2014, p. 128).

73Ils sont fabriqués en divers matériaux et ils peuvent être plus ou moins élaborés. La valeur prophylactique de l’objet tient au motif (signes égyptiens) qui en orne le plat, mais elle peut aussi bien être suscitée par la forme générale du scarabée, qui l’évoque. Les scarabées sont rares, si on en compare le nombre à celui des amulettes égyptisantes. C’est sans doute lié à la date des tombes fouillées, d’époque classique92. On notera d’ailleurs que les scarabées et le scaraboïde découverts dans la tombe archaïque 398 portent un décor gravé au plat, tandis que l’unique scarabée de la tombe tardo-classique 396 (KEF-1205h, I.2, fig. 91) a perdu toute valeur sigillaire ; son plat est lisse et une bélière ménagée sous l’animal servait à le suspendre, à côté des autres amulettes et perles avec lesquelles il a été retrouvé et dont il partage le matériau (faïence).

74Les trois scarabées ont été découverts sur les squelettes d’enfants : ils étaient suspendus à un lien passé autour du cou ou en bandoulière sur le torse. Le scaraboïde de la tombe 398 (KEF-1216, I.2, fig. 135) a été retrouvé avec les autres éléments d’une « trousse de beauté » : il n’était donc pas porté, mais la présence d’un trou longitudinal montre qu’il pouvait également être suspendu.

  • 93 En particulier les deux scarabées de la tombe construite MLA 1742, également en feldspath kaolinis (...)

75Les deux scarabées de la tombe 398 sont en pierre (respectivement feldspath kaolinisé et cornaline). Le premier est serti dans une monture en or, comme d’autres exemples connus93. Le scaraboïde est en faïence, il porte des hiéroglyphes au plat.

Les bracelets

76Tombe 380 : KEF‑1163 ; KEF‑1164 ; KEF‑1165 ; KEF‑1166 ; KEF‑1168.
Tombe 381 : KEF‑1170.
Tombe 396 : KEF‑1202 ; KEF‑1203 ; KEF‑1208 ; KEF‑1177 ; KEF‑1178 ; KEF‑1182 ; KEF‑1183 ; KEF‑1184 ; KEF‑1185 ; KEF‑1204.
Tombe 397 : KEF‑1192 ; KEF‑1196 ; KEF‑1199.
Tombe 398 : KEF‑1224.
Tombe 401 : KEF‑1230 ; KEF‑1228.
Tombe 407 : KEF‑1223.

  • 94 Pour les bracelets en bronze de Kition-Mnimata, voir Hadjisavvas 2014, p. 52.
  • 95 Voir également les remarques de S. Hadjisavvas (2014, p. 52), qui considère que ces bracelets appa (...)

77L’absence de restauration a rendu l’observation des détails difficile. Les bracelets sont en bronze et, moins souvent, en fer. Ils sont faits d’une tige unique, de section circulaire, dont les extrémités se chevauchent94. Les diamètres sont généralement petits95 (autour de 5 cm en moyenne, les plus grands faisant autour de 6 cm). Certains exemplaires présentent une partie plus épaisse dont on ne peut savoir s’il s’agit d’un phénomène d’oxydation différencié ou d’une particularité morphologique. Des traces de fibres textiles ont été parfois observées sur la surface externe.

  • 96 Selon une mode bien documentée par les représentations de « temple boys » : par exemple, Hermary e (...)

78Des bracelets découverts portés, l’un enserrait le bras d’un adulte (KEF-1224, I.2, fig. 124), les autres les jambes du même enfant (KEF-1183 et KEF-1185, I.2, fig. 86)96.

Les boucles d’oreille

79Tombe 381 : KEF‑1171.
Tombe 398 : KEF‑1225/1 ; KEF‑1227 ; KEF‑1231.
Tombe 407 : KEF‑1213.

  • 97 Par exemple à Amathonte : Laffineur 1986, p. 44, n° 208 ; p. 52, n° 274 et 277 ; p. 59, n° 340‑342 (...)
  • 98 Aussi bien féminines que masculines : Laffineur 1991, p. 174‑175 ; Karageorghis 1993, p. 92 et 99.
  • 99 Karageorghis 1993, p. 98.
  • 100 Quillard 1979, p. 2 et pl. I, n° 1(G).

80Les boucles identifiables comme des anneaux d’oreilles sont peu nombreuses. Toutes, à l’exception d’un exemplaire fragmentaire de la tombe 407 (KEF-1213, I.2, fig. 211), sont en argent. On en a retrouvé trois de même type, chacune isolée, deux dans des niches (KEF‑1171, I.2, fig. 68 ; KEF-1213, fig. 211), l’autre portée par un adulte déposé dans la tombe 398. Il est remarquable qu’on n’ait jamais mis au jour de paire. Les trois exemplaires sont similaires, malgré la différence de date et de matériau (deux sont en argent, une en bronze). La boucle en sangsue illustre un type très commun à Chypre97. Elle est fréquemment représentée, le plus souvent sous sa variante allongée, sur les figurines de terre cuite archaïques98. Du fait que nos exemples ont été découverts isolés, on ne peut pas exclure qu’ils aient été portés comme des anneaux de nez qui, d’après les représentations de terre cuite, avaient une forme similaire99. On peut aussi penser à des pendentifs de colliers, comme le suggèrent certaines découvertes de Carthage100.

  • 101 Voir le commentaire de R. Laffineur (1986, p. 89‑90), qui place la plupart des exemplaires au CA e (...)

81Les deux autres exemplaires, qui proviennent tous deux de la tombe 398, sont une variante élaborée du même type : des éléments (granules et pendant pour l’une, KEF-1227, I.2, fig. 135 ; cornet à tête de clou pour l’autre, KEF-1231, I.2, fig. 136) viennent s’ajouter à l’anneau101.

Les anneaux

82Tombe 380 : KEF‑1167.
Tombe 396 : KEF‑1176 ; KEF‑1181 ; KEF‑1211.
Tombe 397 : KEF‑1194; KEF‑1191 ; KEF‑1193 ; KEF‑1197 ; KEF‑1234.
Tombe 401 : KEF‑1200.
Locus 56 : KEF‑1229.

  • 102 Sur ce type : Laffineur 1986, p. 95‑96.

83Un anneau en bronze ouvert, de forme circulaire, a été découvert autour d’une phalange (KEF-1211, I.2, fig. 91). Isolé, d’un diamètre de 2,1 cm, il s’agit certainement d’une bague. Il en est de même pour un ou peut‑être deux autres anneaux, également passés autour d’une phalange, découverts dans la chambre de la tombe inachevée 401 (KEF-1200, I.2, fig. 180). Aucune bague du type en anneau plat n’est toutefois attestée parmi les découvertes de nos tombes, de même qu’aucune bague à chaton102. De petits anneaux de bronze (0,8 cm de diamètre environ), faisaient partie d’un collier porté par un adulte dans la tombe 398 : ce sont des perles, étudiées ci‑dessus.

  • 103 C’est également souvent le cas dans les tombes de Salamine-Cellarka : voir, par exemple, Karageorg (...)

84Les autres anneaux semblent constituer une catégorie de parure différente. Ils sont également en bronze, de forme circulaire ou ovale, et ont un diamètre plus petit, compris entre 1,3 et 1,9 cm. On les a toujours retrouvés par groupes103 (entre trois et une douzaine d’anneaux), aussi bien dans une niche (KEF-1167, I.2, fig. 61) que dans les chambres, ce qui semble montrer qu’ils ne se portaient pas isolément. Comment les interpréter ? Il n’est d’ailleurs pas certain que tous les anneaux, malgré leur similarité formelle, aient été portés de la même façon. Dans la tombe 397, un groupe a été découvert sous un humérus et des phalanges (KEF-1191, I.2, fig. 104) ; les autres près de crânes (dont celui d’un immature).

  • 104 Hadjisavvas 2012, p. 31 et p. 32, fig. 15 (n° 16).
  • 105 Hadjisavvas 2012, p. 127 et p. 130‑131, n° 22 (tombe 41). Les anneaux, qui ont un diamètre de 1,8  (...)
  • 106 Hadjisavvas 2014, p. 51.
  • 107 Voir une statue en pierre fragmentaire de Saint-Barnabé : Salamine V, n° 136 (et commentaire p. 12 (...)

85Les interprétations proposées divergent, parfois au sein de la même publication. Dans la nécropole de Kition-Mnimata, cinq anneaux en bronze (dont un passé sur un coquillage) et trois fragments similaires sont décrits comme des éléments de collier104. Dans une autre tombe, au moins sept anneaux en argent ont été retrouvés, collés ensemble, avec une concentration d’ossements105. Selon le fouilleur, cela indiquerait que plusieurs anneaux étaient portés sur la même main106. De fait, cette mode est confirmée par les représentations figurées107.

  • 108 Laffineur 1992, p. 2.
  • 109 Laffineur 1986, p. 93‑95.
  • 110 Des boucles d’oreille faites d’une perle ou d’un coquillage passés dans un anneau sont bien connue (...)

86R. Laffineur invite à distinguer les anneaux de dimensions moyennes (entre 1,5 et 3,5 cm) de diamètre, qui seraient des boucles d’oreille, voire des bagues, et ceux plus petits, qui seraient des ornements de chevelure108. Le type, en forme d’anneau, se distingue toutefois de celui des spirales de cheveux ou d’oreilles, commun à Chypre109 mais inconnu parmi les bijoux de la nécropole de Kition-Pervolia. Certains anneaux portaient, sur leur surface externe, des traces de fibres textiles, ce qui peut faire penser aussi à des ornements cousus sur les vêtements. Parmi un groupe d’au moins cinq anneaux de bronze découverts dans la tombe 397, l’un passait au travers d’une perle en faïence (KEF-1194, I.2, fig. 104) : il semble donc plutôt s’agir en l’occurrence d’une boucle d’oreille110.

Les monnaies

par Evangéline Markou

87Aucune monnaie n’a été retrouvée dans les tombes (remplissage du dromos ou dépôts en place sur le sol des chambres). Les deux exemplaires qu’on présente ci-dessous proviennent du décapage de surface. La première date du début de la période hellénistique (Ptolémée II) et elle a été frappée à Tyr, cité phénicienne avec laquelle Kition continue d’entretenir d’étroites relations, notamment commerciales. À la date d’émission de la monnaie, la côte phénicienne est d’ailleurs, comme Chypre, sous contrôle lagide. Aucune des tombes fouillées à Pervolia ne peut toutefois être datée du iiie s. av. J.-C. (les assemblages les plus récents, par exemple celui de la tombe 396, sont à placer à la fin du ive s.) et la monnaie reste, en l’état actuel de la documentation, isolée. La seconde monnaie, du ive s. ap. J.-C., n’atteste pas une occupation, peut-être une période de pillage ?

  • 111 Je remercie Julien Olivier et Thomas Faucher de leurs indications.

88K14-02 = KEF-1214 (fig. 1)
Poids : 3,193 g
Ø : 18 mm
Axe : 12 h
Hémiobole en bronze émis à Tyr, Ptolémée II (261-240 env.)111. Droit : tête de Zeus-Ammon. Revers : [ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ ΒΑΣΙΛΕΩΣ] aigle debout à g. sur un foudre, ailes déployées. Dans le champ à g., une massue.
Bibliographie : Svoronos 1904, n° 710, pl. XX, 20 ; Picard et al. 2012, p. 33-43.

89K13-74 = KEF-1188 (fig. 1)
Poids : 4,996 g
Ø : 25 mm
Axe : 12 h
Bronze de Constantin Gallus, Caesar, atelier de Constantinople (351-354 ap. J.-C.). Droit : D N FL CL CONSTANTIVS NOB CAES, buste de Constantin Gallus, tête nue, drapé et cuirassé, à dr. Revers : FEL TEMP RE-PARATIO, soldat debout à g., tenant un bouclier sur le bras g. et une haste de la main dr., terrassant un cavalier tombé au sol, couché sur son cheval qui est tourné à g. ; sur le sol à dr., bouclier. Dans le champ à g., Γ et point. Sous l’exergue : CONS A.
Bibliographie : Kent 1981, p. 456, n° 107 ; Robertson 1982, p. 346, n° 347 ou 348, pl. 374, fig. 347 ou 348.

Fig. 1 – Monnaies KEF-1214 et KEF-1188.

Fig. 1 – Monnaies KEF-1214 et KEF-1188.

Notes

1 Dans KB VI, p. 111‑172 et 185‑217.

2 Fourrier 2014.

3 Fourrier 2014, p. 151‑152.

4 Voir mes rapides remarques sur les vases à boire : Fourrier 2015a, p. 247‑248.

5 Pour une caractérisation de ces procédés, voir l’étude exemplaire d’Anderson 1988, p. 315‑362.

6 Voir KB VI, p. 130. En l’absence d’analyses pétrographiques, il est impossible de décider s’il y a un changement radical, avec l’exploitation de nouveaux gisements, ou s’il s’agit d’un traitement différent du matériau utilisé dès l’époque géométrique.

7 Technique dite « burnishing », qui donne un aspect serré à la pâte et brillant à la surface : Anderson 1988, p. 337‑338. Comme le note l’auteur, ce traitement de surface est une forme de décor, qui caractérise beaucoup de céramiques Plain White archaïques.

8 La même technique a été mise en évidence à Sarepta par W.P. Anderson 1988, p. 317‑318.

9 Sur cette fabrique, que j’ai appelée Monochrome Red, voir Fourrier 2014, p. 137.

10 Voir également Anderson 1988, p. 326, à propos des bols de Sarepta : « Most of the examples are painted on the rim edge alone, and in the majority of cases the painted decoration is subsidiary to the effect provided by a burnished or burnished red‑slip surface ».

11 Mêmes remarques à propos du matériel des sanctuaires de Kition : Bikai 2003, p. 216, tableau 7 ; KB VI, p. 122. Pour les nécropoles, on se reportera à la tombe archaïque MLA 1484 (Hadjisavvas 2012, p. 227‑235) et aux remarques générales faites à propos du matériel céramique de Mnimata : Fourrier 2014, p. 137.

12 Sur cette production typiquement phénicienne, voir Anderson 1988, p. 354‑355, qui propose d’employer le terme de « Phoenician fine ware » plutôt que de « Samaria ware ». Sur les céramiques fines phéniciennes, voir également Bikai 2003, p. 217‑221.

13 Sur le Black‑on‑Red paphien, voir Georgiadou 2014, p. 383‑384.

14 Bikai 1981, p. 27 (« Black‑Burnished Ware ») ; Bikai 1987, p. 36‑37 et pl. XVII, 440‑441 et 443 ; Bikai 2003, p. 216. Contrairement à elle, je doute que la fabrique soit phénicienne : voir KB VI, p. 138.

15 Sur ces deux types (à fond plat et pointu) et leur diffusion à Chypre et au Levant, voir Fourrier 2014, p. 143‑145.

16 Par exemple à Amathonte : Fourrier et Hermary 2006, p. 66‑67 (type B.1.1). Une cruche de ce type (BoR) avait été déposée dans l’antichambre de la tombe 1989/6 de Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 231, fig. 136/3. Il est possible qu’il s’agisse, comme l’amphore à anses de panier qui l’accompagnait, d’une importation d’une autre région de Chypre.

17 Sur ce type, voir Bikai 1987, p. 20‑24. Il n’est pas certain que toutes les cruches recensées soient des importations levantines.

18 Bikai 1987, pl. XIII, 313‑314, 285, 316 et 312.

19 Bikai 1987.

20 L’identification de cette fabrique, qui repose sur des exemples fragmentaires ou abîmés, n’est pas certaine : il semble qu’une large bande rouge ait orné la panse des jarres de ce type, même lorsque la décoration du col et de la lèvre était réalisée seulement en noir.

21 Presque tous les exemples inventoriés par P.M. Bikai (1987, p. 43‑44) proviennent de Kition.

22 Voir Fourrier 2014, p. 136.

23 Un exemplaire déposé dans l’antichambre de la tombe 1989/6 : Hadjisavvas 2012, p. 231, fig. 136/2.

24 Pour la nécropole royale, voir, par exemple, Karageorghis 1974, pl. XLV‑XLVI (Tombe 79) ; à Cellarka, ces conteneurs, parfois déposés dans la tombe, abritaient également des inhumations d’enfants : Karageorghis 1970, pl. VII. Les amphores à anses de panier sont également rares dans les sanctuaires de Kition, même si elles n’y sont pas inconnues. Pour Kathari : Kition VI, pl. CXXII, 2183A ; pl. CXXXI, 3027 ; pl. CXLIV, 2995.

25 Par exemple à Tell Keisan : Humbert 1991, avec références ; voir également Lehmann 1996, pl. 79‑80.

26 Très proche d’exemplaires de Tyr : Nuñez 2004, p. 303‑304, fig. 158.

27 Nuñez 2004.

28 Nuñez 2004, p. 286‑294.

29 Dans la tombe 1989/6 : Hadjisavvas 2012, p. 227‑235.

30 Nuñez 2004, p. 294‑301.

31 Nuñez 2004, p. 307‑312.

32 Nuñez 2004, p. 323‑324.

33 Nuñez 2004, p. 349‑350.

34 Hadjisavvas 2012 ; Fourrier 2014.

35 Il s’agit pour l’essentiel de vases à boire de production attique, à l’exception d’un lécythe : Hadjisavvas 2014, p. 46‑47 et Valavanis 2014. L’origine des cruchons traditionnellement considérés comme venant de Grèce de l’Est est moins assurée. Les mêmes types sont diffusés au Levant (Fourrier 2014, p. 151, avec références).

36 Pour Kathari : Robertson 1981 et Jehasse 1981. Pour Bamboula : KB II, p. 21‑58 et KB VI, p. 178‑181.

37 Sur ce motif : Fourrier 2014, p. 146, avec références.

38 Fourrier 2014, p. 148‑149 (type B.1.1). Le type est placé par E. Gjerstad dans sa classe V, à cause de l’existence d’un type voisin, certainement datable du CA II, dans le répertoire d’Amathonte. Certes, les deux types sont proches, notamment par leur décor : comparer SCE IV/2, fig. LV, 5 (production de Kition) et 8 (production d’Amathonte). Mais les caractères morphologiques sont clairement distincts (panse biconique « écrasée » et col large à Amathonte). Par ailleurs, les contextes de découverte des exemplaires kitiens démontrent que ces derniers sont postérieurs aux productions amathousiennes qui ne semblent pas, elles, se poursuivre au CC II.

39 Mentionnons toutefois une « gargoulette » de Bamboula, mise au jour dans l’égout 113 (ive s. av. J.‑C.) : KB II, p. 81, fig. 32, 268.

40 Sur ces deux types, Fourrier 2014, p. 143‑145.

41 Fourrier 2014, p. 145. Sur le service à vin phénicien au IIe millénaire : Doumet‑Serhal 2009.

42 Fourrier 2014, p. 136‑137.

43 Voir Fourrier 2014, p. 135 avec références.

44 Fourrier 2014, p. 139 (type A.1.2).

45 KB II, p. 66, fig. 25, n° 206‑213 (égout 113) et 214 (égout 136) ; KB VI, p. 213, fig. 29 (n° 1‑295).

46 Il faut donc corriger sur ce point ce que j’ai écrit : Fourrier 2014, p. 141 (type A.3).

47 Notamment à Bamboula : KB II, p. 71, fig. 28.

48 Hadjisavvas 2012 et Hadjisavvas 2014, p. 47‑50. On notera cependant quelques trouvailles remarquables : ainsi, le groupe en char de la tombe 24 (CS 2510) : Hadjisavvas 2012, p. 79, fig. 42.

49 Karageorghis 1987.

50 Karageorghis 1970.

51 Apparemment systématiquement dans le dromos, où elles ont été découvertes, et non pas en surface. On peut penser qu’il s’agit de marqueurs « temporaires » de la tombe, pendant le temps où le couloir d’accès restait ouvert, avant le remblaiement final : Raptou 1997, avec références.

52 Fourrier 2007, p. 56‑57 ; KB VI, p. 239‑241. Ce type n’a été imité à Chypre que dans les ateliers kitiens. Les rares exemplaires trouvés ailleurs dans l’île sont soit des importations kitiennes, soit des importations levantines : ainsi les trois fragments découverts à Amathonte (Hermary 2000, n° 689 et 692‑693).

53 Ainsi dans des tombes classiques de Kition-Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 84‑85, n° 38 ; p. 182‑183, n° 1 et 7 ; p. 210‑211, n° 45. Ces quatre exemples étaient toutefois, à la différence de la figurine de Pervolia, entiers et déposés dans les chambres.

54 Fourrier 2007, p. 57‑58 ; KB VI, p. 244‑245.

55 Hadjisavvas 2014, p. 16, n° 3.

56 Sur ces deux grands types, voir en dernier lieu Oziol 2003, p. 265‑275 et p. 279‑285, à propos des découvertes de Kition-Kathari.

57 Il en est de même dans la nécropole de Kition-Mnimata (tombe 17 : p. 58, fig. 29 ; tombe 18 : p. 63, fig. 33 ; tombe 48 : p. 147, fig. 84).

58 Notamment à Carthage : voir Vegas 1999, p. 216‑217. Les lampes-coupelles à deux becs y sont prédominantes dans les niveaux archaïques.

59 Les dromoi des tombes 380 et 381 n’ont été que partiellement explorés. Les tombes 399 et 401 étaient inachevées. Quant à la tombe 397, son dromos, probablement repéré en surface (locus 41), n’a pas été fouillé.

60 Hadjisavvas 2012, p. 231, fig. 136, n° 10. Rappelons que seules les chambres ont été fouillées.

61 Hadjisavvas 2014, p. 17, fig. 23a, n° 1.

62 Voir un très bel exemple mis au jour à Kition-Kathari : Bikai 1987, pl. XXVII, n° 437.

63 Voir La Méditerranée des Phéniciens, p. 338, cat. n° 152 et commentaire p. 163‑165.

64 Uziel et Gadot 2010. Pour les sanctuaires de Kition, voir en dernier lieu KB VI, p. 263, avec références.

65 Par exemple à Amathonte (dépôt provenant du palais) : Fourrier 2004‑2005, p. 80, n° 30‑31 ; ou encore dans le sanctuaire de Meniko-Litharkes où certains exemplaires possédaient encore leur couvercle : Karageorghis 1977, pl. XII.

66 Voir notamment Karageorghis 1988a et Hermary 2000, p. 134‑141. Ce dernier type n’est pas complètement inconnu à Kition, comme le montre une découverte ancienne de Bamboula aujourd’hui au British Museum (Kiely et Fourrier 2012, p. 296‑297, n° 17), mais il y est exceptionnel.

67 Chavane 1990, p. 77‑81.

68 Un exemple beaucoup plus élaboré, et de datation plus ancienne, muni de deux anses, aujourd’hui au Musée du Louvre, provient probablement de Kition : Caubet et Du Puytison-Lagarce 1972, p. 122‑123, fig. 5a‑b et pl. XIX, 3. La forme de l’alabastre en faïence est également déclinée dans le monde grec archaïque : Caubet et Pierrat-Bonnefois 2005, p. 129, n° 344 et 346‑347, avec références.

69 Buchholz 1963.

70 Sur ces appellations, impropres mais commodes, et les matériaux auxquels ils renvoient, voir Clerc 2014, p. 56‑57 avec références. Voir également Clerc 1991, p. 2 pour la distinction des matériaux à partir desquels sont fabriqués les scarabées et amulettes.

71 Ainsi sur les statuettes de la série des « temple boys » : voir, par exemple, Hermary et Mertens 2014, n° 252, 257, 260‑261, 268 et 271‑272. Certains sceaux ou scarabées pouvaient aussi être portés en ceinture : Salamine V, p. 121‑122.

72 Laffineur 1986, p. 102‑109.

73 Voir les observations d’E. Lagarce, dans Kition II, p. 167‑182, ainsi que Salamine V, p. 121‑137, Laffineur 1991 et Karageorghis 1993, p. 92 et 94‑101.

74 Pour les perles découvertes dans la nécropole de Kition-Mnimata, voir Hadjisavvas 2014, p. 51. Le type le plus commun y est également celui de la perle sphérique en pâte de verre ou faïence à décor de cercles concentriques ou d’ocelles. Certaines perles de ce type sont même parfois montées en pendentif : Hadjisavvas 2012, p. 36, fig. 17, n° 32 ; p. 131, fig. 74, n° 36‑37 ; p. 154, fig. 89, n° 23 ; p. 157, fig. 91, n° 10 ; p. 179, fig. 104, n° 50 et 32b ; p. 187, fig. 108, n° 12 ; p. 203, fig. 120, n° 60g.

75 La perle en tonneau de la tombe 398 (KEF‑1225/17, I.2, fig. 135) est en faïence. La forme est bien attestée en pierre : voir un beau collier des fouilles britanniques d’Amathonte, avec des perles en agate veinée (Laffineur 1986, p. 31, fig. 28) ; ou encore des perles de Kition-Mnimata en pierre semi‑précieuse (Hadjisavvas 2012, p. 79, fig. 42, n° 23 ; p. 86, fig. 45, n° 15). Elle est également documentée en pâte de verre : Hadjisavvas 2012, p. 179, fig. 104, n° 63 (tombe 53 de la nécropole de Kition-Mnimata).

76 Le type est bien connu dans le monde phénico-punique, en particulier à Carthage (Uberti 1988, p. 481) et à Tharros (Arveiller-Dulong et Nenna 2011, p. 138‑139, n° 189). Certains exemples combinent même un décor de cercles concentriques et un décor de picots : Uberti 1988, p. 484 (collier d’Olbia en Sardaigne).

77 On peut éventuellement la rapprocher d’un « paste pendant with engraved symbols, probably used as a stamp » de la tombe 3 de Kition-Mnimata (Hadjisavvas 2012, p. 20, fig. 9, n° 16, mais ce dernier possède un trou de suspension qui en fait un véritable pendentif, et non pas une perle) ou encore d’une perle (?) rectangulaire en pierre, percée d’un seul trou longitudinal (Hadjisavvas 2012, p. 36, fig. 17, n° 36).

78 Laffineur 1991, p. 171‑174. L’élément central est toutefois circulaire et non pas rectangulaire sur les représentations.

79 Voir une perle similaire, découverte dans la tombe construite MLA 1742 : Hadjisavvas 2014, p. 19, fig. 24a, n° 17. Une autre perle, de même matière et de même provenance, était montée avec des manchons en or : Hadjisavvas 2014, p. 23, fig. 24d, n° 31. La même forme était déclinée dans des matériaux plus nobles : ivoire (Hadjisavvas 2014, n° 28) ou pierre dure (jaspe : Hadjisavvas 2014, n° 32). Des exemples en faïence, en argent et en or ont été mis au jour dans les tombes d’Amathonte : Laffineur 1992, p. 20.

80 Comparer avec un collier fragmentaire découvert dans la tombe 66 de Salamine-Cellarka : Karageorghis 1970, pl. CXLIX, Ch.4.

81 Pour Amathonte, Clerc 1991, p. 108‑113 ; pour Kition, Clerc 2014, p.112‑114.

82 Kition II, p. 117‑118.

83 Clerc 2014, p. 116‑118.

84 Bien attesté à Kition, en particulier dans la nécropole de Mnimata : Clerc 2014, p. 115‑116.

85 Sur ce type, peu fréquent à Chypre mais relativement bien attesté à Kition, voir Clerc 2014, p. 114‑115.

86 Clerc 1991, p. 103.

87 Clerc 2014, p. 122‑123.

88 Le type est attesté parmi les amulettes de faïence, notamment dans le monde punique : voir des exemples d’Utique au Musée du Louvre (Arveiller-Dulong et Nenna 2011, p. 110‑111, n° 174 (18) et p. 114‑115, n° 176).

89 Voir, par exemple, Hermary et Mertens 2014, n° 252 et 272. Les vases miniatures constituent un type de pendentif commun à Chypre, on en a retrouvé des imitations en terre cuite dans les pyrés de la nécropole de Salamine-Cellarka : Karageorghis 1970, pl. XX, XII, XVI. Il existe des pendentifs de forme similaire à celle de l’amulette de Pervolia, mais en pierre et de surface lisse : Hadjisavvas 2012, p. 213, fig. 125, n° 56 (tombe 62 de la nécropole de Kition-Mnimata).

90 Pour la nécropole de Kition-Mnimata : Clerc 2014, p. 124‑127 ; pour le sanctuaire de Kition-Kathari : Kition II, p. 118. Pour la nécropole d’Amathonte : Clerc 1991, p. 133‑139.

91 Clerc 2014, p. 124.

92 Voir les remarques de G. Clerc (2014, p. 128).

93 En particulier les deux scarabées de la tombe construite MLA 1742, également en feldspath kaolinisé : Hadjisavvas 2014, p. 18, n° 4 et 5. Le troisième scarabée de la tombe, également en feldspath kaolinisé, était monté sur une chaîne en or : Hadjisavvas 2014, p. 22, n° 19.

94 Pour les bracelets en bronze de Kition-Mnimata, voir Hadjisavvas 2014, p. 52.

95 Voir également les remarques de S. Hadjisavvas (2014, p. 52), qui considère que ces bracelets appartenaient à des enfants.

96 Selon une mode bien documentée par les représentations de « temple boys » : par exemple, Hermary et Mertens 2014, n° 252, 261, 264 et 272. Certaines statuettes de terre cuite archaïques figurent des adultes portant des anneaux de cheville, mais ces derniers sont généralement en spirale : Karageorghis 1993, p. 101.

97 Par exemple à Amathonte : Laffineur 1986, p. 44, n° 208 ; p. 52, n° 274 et 277 ; p. 59, n° 340‑342 ; Laffineur 1992, pl. I, T.159/102, T.267/72, T.200/14, T.352/9. À Salamine-Cellarka : Karageorghis 1970, pl. XLIX, T.16, 1‑2 et T.115, 4 ; pl. XC, 10 ; pl. CXI, 13 ; pl. CXIII, 3 ; pl. CXVI, Dr.6 et Ch.8‑9 ; pl. CXX, 37 ; pl. CXXIII, 18 (bronze) ; pl. CXXVI, Ch.7 (argent), etc. De très beaux exemplaires en or ont été découverts dans la tombe construite de Kition MLA 1742 : Hadjisavvas 2014, p. 22, fig. 24c. Les boucles d’oreille en sangsue, surtout en bronze mais aussi en argent, sont communes parmi les dépôts funéraires de la nécropole de Kition-Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 14, fig. 6, n° 22 ; p. 32, fig. 15, n° 24‑25 et 27 ; p. 42, fig. 20, n° 42 ; p. 77, fig. 41, n° 35a‑j ; p. 91, fig. 47, n° 22 ; p. 99, fig. 54, n° 23, 42 et 33 ; p. 107, fig. 61, n° 18 et 20 ; p. 131, fig. 74, n° 34‑35 ; p. 157, fig. 91, n° 11 ; p. 166, fig. 97, n° 47 et 62 ; p. 179, fig. 104, n° 50 et 53 ; p. 187, fig. 108, n° 15a‑b, 33, 47a‑c ; p. 203, fig. 120, n° 60a ; p. 213, fig. 125, n° 64e et 89a‑b.

98 Aussi bien féminines que masculines : Laffineur 1991, p. 174‑175 ; Karageorghis 1993, p. 92 et 99.

99 Karageorghis 1993, p. 98.

100 Quillard 1979, p. 2 et pl. I, n° 1(G).

101 Voir le commentaire de R. Laffineur (1986, p. 89‑90), qui place la plupart des exemplaires au CA et au CC I.

102 Sur ce type : Laffineur 1986, p. 95‑96.

103 C’est également souvent le cas dans les tombes de Salamine-Cellarka : voir, par exemple, Karageorghis 1970, pl. LVIII, 11 (les anneaux, de 1,5 cm de diamètre en moyenne, sont interprétés comme des boucles d’oreille).

104 Hadjisavvas 2012, p. 31 et p. 32, fig. 15 (n° 16).

105 Hadjisavvas 2012, p. 127 et p. 130‑131, n° 22 (tombe 41). Les anneaux, qui ont un diamètre de 1,8 cm, ne semblent pas être en spirale, contrairement à ce qui est indiqué p. 127.

106 Hadjisavvas 2014, p. 51.

107 Voir une statue en pierre fragmentaire de Saint-Barnabé : Salamine V, n° 136 (et commentaire p. 124) ainsi qu’un fragment de statuette de terre cuite découvert dans un pyré de la nécropole de Salamine-Cellarka : Karageorghis 1970, pl. XXI, I, 1. Si l’on en croit les représentations figurées, plusieurs anneaux pouvaient être également portés aux doigts de pied, du moins à l’époque archaïque : Karageorghis 1993, p. 101.

108 Laffineur 1992, p. 2.

109 Laffineur 1986, p. 93‑95.

110 Des boucles d’oreille faites d’une perle ou d’un coquillage passés dans un anneau sont bien connues : voir un exemple proche découvert dans une tombe de Kition-Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 32, fig. 15, n° 16. Cependant, en général, l’anneau est en forme de sangsue, comme les boucles d’oreille simples : voir Laffineur 1992, pl. I, T.237/38 et T.242/78.

111 Je remercie Julien Olivier et Thomas Faucher de leurs indications.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Monnaies KEF-1214 et KEF-1188.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 339k

Auteurs

Musée des Beaux‑Arts et d’Archéologie, Besançon.

Directrice de recherche au CNRS (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), elle dirige la mission archéologique de Kition. Ses travaux portent plus particulièrement sur les questions de topographie urbaine et la définition d’identités culturelles à Chypre à l’époque des royaumes.

Fondation Nationale de la Recherche Scientifique, Institut de Recherches Historiques, Athènes.