Version classiqueVersion mobile

Kition-Bamboula VII

 | 
Anna Cannavò
, 
Sabine Fourrier
, 
Alexandre Rabot

Première partie. La nécropole de Kition-Pervolia

Chapitre 2. Fouilles de la mission française (2012-2014)

Anna Cannavò, Sabine Fourrier et Alexandre Rabot

Texte intégral

  • 1 Hadjisavvas 2012, p. 3‑6.

1Les tombes fouillées à Larnaca l’ont été lors d’opérations de sauvetage. Les conditions particulières de l’exploration expliquent les déficits de l’information. Les tombes sont en général envisagées comme des vestiges isolés, coupés de leur environnement. Elles sont des contenants, renfermant des objets entiers qu’il faut sauver de la destruction. Dans cette course contre la montre (« race against time », comme l’a justement appelée S. Hadjisavvas1), seule la chambre est en général fouillée (et rarement, voire jamais le dromos) et les observations, notamment anthropologiques, sont réduites à l’essentiel.

2Deux questions principales, articulées à deux échelles différentes, orientaient donc nos travaux. À l’échelle de la nécropole, il s’agissait d’étudier le mode d’implantation des tombes, leur organisation topographique, les modes de circulation, d’accès, de signalisation (éventuels marqueurs funéraires). À l’échelle de la tombe, il fallait en comprendre le cycle d’utilisation, depuis le creusement jusqu’à la fermeture définitive, et en particulier observer, grâce à la collaboration d’archéo-anthropologues, le mode de déposition des défunts. Le choix du site de Pervolia s’imposait : la parcelle était suffisamment étendue, elle était classée à l’inventaire des sites archéologiques, les fouilles précédentes y avaient été assez bien documentées.

  • 2 L’équipe de fouilles a compris, outre trois ouvriers, sous la direction d’A. Savvas, A. Cannavò, N (...)

3Les objectifs déterminaient la méthode : un décapage de surface étendu, afin de reconnaître l’implantation des tombes (dont on ne fouillait que superficiellement le dromos, pour en établir la date de remblaiement) ; une fouille complète et attentive de certains ensembles et, en leur sein, des dépôts squelettiques en place par des archéo-anthropologues. Le point de départ était donné par la ligne d’arrachement créée par les travaux de terrassement de 1958, encore bien visibles sur le terrain (= locus 1, introduction de cette partie, fig. 2‑3). On pouvait ainsi associer découvertes anciennes et nouvelles pour compléter la carte de la nécropole. Trois campagnes de fouilles ont été menées à l’automne, pendant trois années successives (2012‑2014)2. Au terme de ce programme, environ 380 m2 ont été dégagés (fig. 1).

Tombe 378

Loci : 3 (dromos), 6 (chambre déjà fouillée), 7 (niveau de sol du dromos), 8 (stomion).
US : S2‑03 = S2‑04 = S2‑05 = S2‑07 = S2‑16 = S4‑05 (comblement du dromos), S2‑10 (comblement du stomion).
Date de fouille : octobre 2012.
Datation : ve s. av. J.‑C.

  • 3 Voir le relevé général publié par Nicolaou 1976, p. 174, fig. 34 et p. 181.
  • 4 L’orientation des tombes n’est pas indiquée dans le relevé publié par Nicolaou 1976 ; elle est cep (...)

4La tombe 378 est située dans la partie ouest du secteur exploré (fig. 1). Seuls le dromos (locus 3) et le remplissage du stomion (locus 8) ont été fouillés. Le dromos est orienté vers l’ouest (fig. 2‑4 et 6). Il était intact, avec son remplissage en place, en octobre 2012. Il ouvrait sur une chambre, vraisemblablement unique, qui elle, en revanche, avait déjà été fouillée, probablement en 1958 (fig. 5). Il est possible, mais non assuré, qu’il s’agisse de la tombe 12 (= SIG n° 76), qui faisait partie des tombes « either completely looted or badly damaged »3. De fait, si l’on associe le relevé de 1958 avec celui de nos fouilles, les deux chambres sont localisées à peu près au même endroit (introduction, fig. 4). Toutefois, la tombe de 1958 ouvrait apparemment à l’ouest, et non pas à l’est4. Quoi qu’il en soit, aucune intrusion récente n’a endommagé le dromos.

  • 5 Pour ces appellations locales, voir déjà SCE I, p. xvii, et Hadjisavvas 2012, p. 7.

5Ce dernier est long et étroit : 4 x 1 m. Il est creusé, pour sa partie supérieure, dans la havara (croûte de rocher friable, de couleur blanchâtre), puis dans le substrat rocheux argileux (konnos)5. Le niveau de sol se situe à environ 2,70 m sous la surface moderne. Le dromos est muni de neuf marches taillées, les premières (dans la havara) de forme irrégulière, les autres (dans le konnos) très régulières. Des pierres étaient fichées dans les parois lisses, dans la partie occidentale du dromos, vers la chambre, à la jonction entre la havara et le konnos (fig. 3 et 7). Calées par des cailloux, elles fermaient des niches creusées dans la paroi. Ces dernières renfermaient un sédiment très fin, mais aucun matériel. Les analyses palynologiques réalisées sur le sédiment prélevé dans des niches vides de même type n’ont pas donné de résultat concluant (voir chapitre 4, Analyses).

6Le stomion (locus 8) est situé dans l’axe du dromos, l’ouverture rectangulaire correspondant presque à toute la largeur du couloir d’accès. Son emplacement est matérialisé, en surface, par un décrochement dont la signification n’apparaît pas (fig. 3 et 9). L’absence de dalle de fermeture ne laisse pas de surprendre. Le remplissage du dromos est, comme le montre sa stratigraphie, en place : aucun creusement, aucune fosse n’indiquent une opération récente de pillage. La dalle étant d’habitude calée, depuis l’extérieur, dans l’échancrure ménagée à cet effet dans le stomion, on voit mal comment et pourquoi elle aurait été enlevée lors de la fouille de la chambre. Faut‑il alors supposer qu’il n’y avait pas de dalle de fermeture de la chambre au moment du remblaiement (antique) du dromos ? Il est difficile, et sans doute vain, faute d’indice décisif, d’en imaginer les raisons.

7Le comblement du dromos recouvrait aussi la partie supérieure du stomion, dissimulant donc au regard, après la fermeture définitive de la tombe, le décrochage dans le rocher. Il était fait d’un sédiment argileux assez fin, provenant vraisemblablement du creusement du konnos, avec des inclusions de havara et un matériel abondant mais fragmenté et fragmentaire. Quelques vases entiers, de petites dimensions, ont été recueillis, mais ils n’étaient pas posés sur un niveau de circulation (fig. 8), à l’exception de deux puisettes découvertes sur le sol devant le stomion (fig. 11). L’ensemble du comblement est homogène et il a été déposé en une seule fois, comme le prouve la découverte de raccords entre les différents niveaux. Son faciès est proche de celui du comblement du dromos de la tombe voisine (379). On peut supposer que ces deux tombes ont été utilisées à peu près à la même période, au cours du ve s. av. J.‑C. On note la nette prédominance des formes ouvertes et, parmi ces dernières, des assiettes à marli. Les lampes‑coupelles sont également assez nombreuses.

Fig. 1 – Relevé général des fouilles françaises.

Fig. 1 – Relevé général des fouilles françaises.

Fig. 2 – Tombe 378. Plan.

Fig. 2 – Tombe 378. Plan.

Fig. 3 – Tombe 378. Coupe de la paroi nord et du stomion.

Fig. 3 – Tombe 378. Coupe de la paroi nord et du stomion.

Fig. 4 – Photographie aérienne des dromoi des tombes 378 et 379 depuis l’est (la tombe 378 est à dr.).

Fig. 4 – Photographie aérienne des dromoi des tombes 378 et 379 depuis l’est (la tombe 378 est à dr.).

Fig. 5 – Tombe 378. Stomion et comblement moderne de la chambre.

Fig. 5 – Tombe 378. Stomion et comblement moderne de la chambre.

Fig. 6 – Dromos de la tombe 378 après la fouille, vers l’est.

Fig. 6 – Dromos de la tombe 378 après la fouille, vers l’est.

Fig. 7 – Tombe 378. Détail de la paroi nord du dromos : pierres fermant des niches.

Fig. 7 – Tombe 378. Détail de la paroi nord du dromos : pierres fermant des niches.

Fig. 8 – Tombe 378. Bols KEF-1238 et KEF-1239 dans le remplissage du dromos.

Fig. 8 – Tombe 378. Bols KEF-1238 et KEF-1239 dans le remplissage du dromos.

Fig. 9 – Tombe 378. Vue générale du stomion après la fouille, vers l’ouest.

Fig. 9 – Tombe 378. Vue générale du stomion après la fouille, vers l’ouest.

matériel

= US S2-03, US S2-04, US S2-05, US S2-07, US S2‑10, US S2-16 et US S4‑05.

Matériel non céramique

  • 6 Identifié par A. Gardeisen.

8Un fragment de murex6.

Matériel céramique

Figurine de terre cuite

  • 7 Comparer avec Karageorghis 1996, pl. XLVI, 5‑6 et 9 ; pl. XLVII, 1.

9K02‑126 (fig. 13). Pâte rose, petites inclusions noires. Engobe blanchâtre, décor Bichrome (noir et rouge). L. cons. 3,5 ; l. cons. 3,3 ; H. 1,9. Angle d’objet rectangulaire modelé, portant la trace d’arrachement d’un élément carré. Modèle de coffre muni de pieds7 ?

« Cup-and-saucer »8

  • 8 Sur ce type de brûle‑parfum, d’origine levantine, particulièrement commun à Kition, en particulier (...)

10NR = NMI = 3 dont K02‑20 (fig. 13). Pâte beige, très petites inclusions noires. H. cons. 3,3 ; ø 10,5.

Lampes-coupelles Plain White

11NR = 49, NMI = 41 dont :

12K02‑26 (fig. 14). Pâte rouge, grosses inclusions noires et blanches. H. 3 ; ø 14,2. La pâte, qui est celle des céramiques culinaires, distingue cette lampe des autres.

13K02‑27 (fig. 13). Pâte orangée, petites inclusions noires. H. 2,5 ; ø 8,5. Traces de feu sur le bec.

Coarse Ware

14NR = 57, NMI = 5 (3 marmites, 2 assiettes à marli).

Céramique décorée

151 frg. de milk‑bowl White Painted du Bronze récent, résiduel.

Red Slip

16Bols profonds à lèvre ronde : NR = NMI = 3.

17Autres frg. de bols : NR = 10.

18Frg. de cruches : NR = 27.

Monochrome Red9
  • 9 C’est le terme proposé pour désigner des vases à décor peint uniquement en rouge : Fourrier 2014, (...)

19Cruches à ouverture ronde : NR = 3.

20Autres frg. de cruches : NR = 4

Black-on-Red
  • 10 Ce type, sous forme d’importations (céramiques dites autrefois « de Samarie ») ou d’imitations loc (...)

21Bols peu profonds à lèvre amincie10 : NR = 17, NMI = 1.

22Bols à lèvre étalée et panse carénée : NR = 2, NMI = 1.

23Frg. de panse de bols non attribuables à un type précis : NR = 1.

White Painted et Bichrome

24NR = 10 (1 frg. de bol, 9 frg. de formes fermées).

Plain White

Formes fermées
Cruches

25À col étroit, arête sur le col et anse du col à l’épaule
NR = 205, NMI = 13 dont K02‑36 (fig. 13). Pâte beige, petites inclusions noires. H. cons. 4,5.

26Puisettes modelées
Sans anse : NR = NMI = 1 : K02‑40 = KEF‑1236 (fig. 14). Pâte orangée, petites inclusions noires. H. 4,2.
Avec anse : NR = NMI = 1 : K02‑39 = KEF‑1235 (fig. 14). Pâte orangée, petites inclusions noires. H. 5.

Amphores commerciales de type levantin

27NR = 305, NMI = 10.

Formes ouvertes
Bols peu profonds

28À lèvre carénée
NR = 16, NMI = 8.

29À lèvre ronde plus ou moins rentrante
NR = 26, NMI = 7 dont K02‑13 = KEF‑1237 (fig. 14). Pâte rose, petites inclusions noires. H. 3,8 ; ø 12,2.

30À parois évasées continues
NR = 7, NMI = 6.

31Assiettes à marli
NR = 708, NMI = 681 dont :
K02‑15 = KEF‑1240 (fig. 15). Pâte rose, petites inclusions noires. H. 3,8 ; ø 14,6.
K02‑17 = KEF‑1239 (fig. 15). Pâte orangée, petites inclusions noires et blanches, quelques inclusions rouges. H. 4,3 ; ø 14,8.
K02‑16 = KEF‑1238 (fig. 15). Pâte orangée, petites inclusions noires et rouges. H. 3 ; ø 15,7.

Bols profonds

32À rebord évasé et lèvre amincie
NR = NMI = 3.

33À lèvre ronde
NR = NMI = 3.

Tableau 3 – Assemblage céramique du dromos de la tombe 378.

TOTAL Lampes « Cupand-saucer » Céramiques décorées Plain White Coarse Ware
F. fermées F. ouvertes F. fermées F. ouvertes
NR = 1461 49 3 43 34 512 763 57
NMI = 790 41 3 3 5 25 708 5
% = 100 % 5,2 % 0,4 % 0,4 % 0,6 % 3,2 % 89,6 % 0,6 %

34Au nord de la tombe 378, toute la surface du rocher et les couches en place qui y reposaient ont été fortement perturbées à l’époque moderne. Les vestiges d’une découpe parallèle au dromos (= locus 3) de la tombe 378 indiquent l’existence probable d’un autre dromos (locus 13), qui conduisait sans doute vers une chambre située à l’est, comme pour la tombe 379 (fig. 10). La découverte d’une niche (locus 21) paraît le confirmer (fig. 12). Cette dernière, fermée de deux pierres, a été fouillée depuis la surface, en laissant les pierres en place. Elle ne contenait qu’un sédiment très fin, sans matériel. Vu l’état de conservation des vestiges, la fouille n’a pas été poursuivie dans ce secteur.

Fig. 10 – Tombe 378. Vue du dromos = locus 13 vers l’ouest.

Fig. 10 – Tombe 378. Vue du dromos = locus 13 vers l’ouest.

Fig. 11 – Tombe 378. Puisettes KEF-1235 et KEF-1236 sur le sol du dromos.

Fig. 11 – Tombe 378. Puisettes KEF-1235 et KEF-1236 sur le sol du dromos.

Fig. 12 – Dromos = locus 13, détail du parement sud avec la niche = locus 21, vue du nord.

Fig. 12 – Dromos = locus 13, détail du parement sud avec la niche = locus 21, vue du nord.

Fig. 13 – Tombe 378. Matériel.

Fig. 13 – Tombe 378. Matériel.

Fig. 14 – Tombe 378. Matériel.

Fig. 14 – Tombe 378. Matériel.

Fig. 15 – Tombe 378. Matériel.

Fig. 15 – Tombe 378. Matériel.

Tombe 379

Loci : 2 (dromos), 9 (niveau de sol du dromos), 10 (stomion), 11 (chambre).
US : S2‑06 = S2‑08 (comblement du dromos) ; S2‑12 = S2‑13 (comblement sur le stomion) ; S2‑18 (comblement dans le stomion) ; S2‑19 = S2‑20 = S2‑21 = S2‑22 (colluvionnement dans la chambre) ; S2‑24 = S2‑25 (dépôts en place sur le sol de la chambre).
Date de fouille : octobre 2012.
Datation : ve s. av. J.‑C.

35La tombe 379 est située immédiatement au sud de la précédente (fig. 2, 4 et 16), avec une orientation inversée. Son dromos (locus 2) est légèrement incliné vers le nord. Il est taillé dans la havara puis dans le substrat argileux (konnos). Il est muni de neuf marches, les deux premières irrégulières dans la havara, les autres plus régulières dans le konnos. Des traces d’usure sont visibles sur le coin de certaines marches, révélant une utilisation répétée. Les dimensions du dromos sont voisines de celles du dromos de la tombe précédente : 3,80 x 0,90 m. Le niveau de sol est à environ 2,50 m sous la surface du rocher.

36Des pierres, fichées dans les parois sud et nord, fermaient des niches de petites dimensions (fig. 20‑22). Ces dernières ne contenaient rien, à l’exception d’un sédiment très fin. Le comblement du dromos était relativement homogène, argileux avec des inclusions de havara et il contenait un abondant matériel fragmentaire. Une assiette à marli entière a été retrouvée dans le comblement (fig. 23) : elle n’était pas posée sur un niveau de circulation. Le même comblement recouvrait la partie supérieure du stomion.

37Le dromos ouvre à l’est sur un stomion (locus 10), placé dans l’axe (fig. 16 et 18). Ce dernier, d’une longueur d’environ 0,40 m, descend en légère pente vers la chambre. Une découpe dans le rocher divise sa surface en deux paliers. Ce décrochement, qui apparaît de manière non systématique mais très fréquente parmi les tombes que nous avons fouillées, reste inexpliqué : aucun aménagement de surface, aucun objet en place n’en éclairent la fonction. Une dalle monolithe de gypse (H. 1,11 ; l. 0,88 ; ép. 0,08 m) était calée dans l’échancrure de l’ouverture (fig. 24). Son coin supérieur droit était cassé. Il l’était déjà lorsque la dalle a été mise en place et soigneusement calée à l’aide de cailloux. La cassure a probablement résulté des manipulations répétées pour faire pivoter le bloc lors des utilisations successives de la chambre.

  • 11 Ce genre de niche, creusée dans les parois latérales ou dans celle du fond de la chambre, est asse (...)

38Le stomion donne accès à une chambre (locus 11), unique, de forme grossièrement carrée (4 x 3,50 m environ). La chambre est située en contrebas par rapport au niveau de circulation du dromos : son sol est à environ 0,60 m plus bas (fig. 19). Lors de son ouverture, la chambre était comblée de sédiment, pratiquement jusqu’au plafond. La boue a stagné dans le fond, perturbant la disposition originelle des dépôts sur le sol et abîmant les parois sur près de 0,80 m de haut. Ces dernières sont ainsi comme recreusées dans le bas, alors que leur épiderme est resté frais, avec des traces d’outil bien visibles, dans la partie supérieure. Une petite niche était ménagée dans la paroi nord, peut‑être pour y placer une lampe lors de la fréquentation de la chambre11 (fig. 25). Rien n’y a été retrouvé au moment de la fouille. Le plafond est taillé en voûte en berceau.

39La surface de la chambre était entièrement remplie par les dépôts funéraires (fig. 17). Quelques objets étaient associés à des défunts, mais la plupart étaient regroupés dans les coins de la chambre, surtout de part et d’autre du stomion, vers l’entrée (fig. 26), dans une moindre mesure vers le fond (fig. 27). Des pierres, de taille et de nature différentes (blocs de gypse, galets, fragments de calcaire), étaient posées sur le sol : elles étaient vraisemblablement destinées à recevoir des supports ou contenants en bois.

Fig. 16 – Tombe 379. Plan.

Fig. 16 – Tombe 379. Plan.

Fig. 17 – Tombe 379. Relevé des dépôts sur le sol de la chambre.

Fig. 17 – Tombe 379. Relevé des dépôts sur le sol de la chambre.

Fig. 18 – Tombe 379. Coupe de la paroi nord du dromos et stomion.

Fig. 18 – Tombe 379. Coupe de la paroi nord du dromos et stomion.

Fig. 19 – Tombe 379. Coupe de la chambre et de la paroi sud du dromos.

Fig. 19 – Tombe 379. Coupe de la chambre et de la paroi sud du dromos.

Fig. 20 – Tombe 379. Détail d’une pierre dans la paroi sud du dromos.

Fig. 20 – Tombe 379. Détail d’une pierre dans la paroi sud du dromos.

Fig. 21 – Tombe 379. Détail d’une pierre dans la paroi nord du dromos.

Fig. 21 – Tombe 379. Détail d’une pierre dans la paroi nord du dromos.

Fig. 22 – Tombe 379. Niche dans la paroi sud du dromos, après enlèvement de la pierre de fermeture.

Fig. 22 – Tombe 379. Niche dans la paroi sud du dromos, après enlèvement de la pierre de fermeture.

Fig. 23 – Tombe 379. Assiette KEF-1241 dans le comblement du dromos.

Fig. 23 – Tombe 379. Assiette KEF-1241 dans le comblement du dromos.

Fig. 24 – Tombe 379. Stomion en cours de fouille.

Fig. 24 – Tombe 379. Stomion en cours de fouille.

Fig. 25 – Tombe 379. Niche dans la paroi nord de la chambre.

Fig. 25 – Tombe 379. Niche dans la paroi nord de la chambre.

Fig. 26 – Tombe 379. Concentration de matériel dans le coin nord-ouest de la chambre, US S2-25 en cours.

Fig. 26 – Tombe 379. Concentration de matériel dans le coin nord-ouest de la chambre, US S2-25 en cours.

Fig. 27 – Tombe 379. Matériel en place dans le coin nord-est de la chambre.

Fig. 27 – Tombe 379. Matériel en place dans le coin nord-est de la chambre.

matériel

Dromos (= locus 2)

= US S2‑06, US S2‑08, US S2‑12 et US S2‑13.

40Le comblement du dromos recouvrait également la partie supérieure du stomion, dissimulant au regard la découpe dans le rocher. Il contenait un matériel abondant, mais fragmenté et fragmentaire. Quelques tessons décorés sont datables du CA II, la plupart illustrent des formes communes dans le répertoire kitien du CC I (ve s. av. J.‑C.). L’assemblage est similaire à celui du comblement du dromos de la tombe 378 : la fabrique Plain White est prédominante et, en son sein, les formes ouvertes (notamment les assiettes à marli) sont largement majoritaires. Le remblai contenait également une belle série de lampes‑coupelles.

Matériel non céramique

Restes fauniques12

  • 12 Identification A. Gardeisen.

41– Deux coquilles de mollusques de la famille des Énidés, genre Zebrina.

42– Une esquille osseuse très altérée.

Pierre

  • 13 Pogiatzi 2003, p. 29‑39.
  • 14 Deshayes 1963, p. 24. Selon le fouilleur, elles « indiquaient à la surface du sol l’emplacement de (...)

43K02‑46 (fig. 41). Frg. de stèle en calcaire peinte. Seul l’angle supérieur droit est conservé, avec le bandeau supérieur, lisse. Restes de peinture rouge sur le panneau, au‑dessous du bandeau. H. cons. 27, l. cons. 26 ; ép. 9,5. La partie conservée montre que la stèle ne possédait pas de couronnement ni d’encadrement de type niche. Le relief est peu saillant. Il est difficile, vu l’état de conservation, de classer cet exemple au sein de la typologie définie pour les stèles funéraires chypriotes13. Le fragment provient du comblement, il n’était pas en place sur un niveau de sol. Il est remarquable que seul un fragment ait été jeté dans le remblai. Des stèles fragmentaires ont été, de la même façon, trouvées dans le dromos de plusieurs tombes de Ktima14.

Matériel céramique

Figurine de terre cuite

44K02‑43 (fig. 40). Cheval modelé fragmentaire, surface très émoussée. Pâte rose, petites inclusions noires. H. cons. 7,5 ; L. cons. 7,5 ; l. cons. 4.

« Cup-and-saucer »

45NR = 7, NMI = 3 dont K02‑42 (fig. 40). Pâte rose, petites inclusions noires. H. cons. 6.

Lampes-coupelles Plain White

46NR = 54, NMI = 50 dont K02‑49 (fig. 49). Pâte orangée, petites inclusions noires, blanches et rouges. H. 3,5.

Céramique importée

47Frg. de panse d’amphore commerciale de Grèce de l’Est : NR = 7 (appartenant vraisemblablement à la même amphore).

Coarse Ware

48NR = 21.

Céramique décorée

Red Slip

49Bols profonds à lèvre ronde : NR = NMI = 1.
K02‑128 (fig. 40). Pâte rose, inclusions noires et blanches. Engobe rouge mat, très écaillé sur la paroi externe. H. cons. 2,8 ; ø 10.

50Bols à parois évasées continues et lèvre amincie : NR = NMI = 8.
K02‑127 (fig. 40). Pâte rose, petites inclusions noires. Engobe rouge mat sur la surface interne.
H. cons. 2,5 ; ø 18,5.

51Assiette à marli : NR = NMI = 4.

52Frg. de panse de bols non attribuables à un type précis : NR = 21.

53Cruches à ouverture ronde : NR = 11, NMI = 2.

Black-on-Red

54Frg. de bols : NR = 3, NMI = 1 (bol à lèvre étalée).

55Frg. de formes fermées : NR = 3, NMI = 1.

White Painted

56Frg. de bols : NR = 4, NMI = 1 (bol à lèvre étalée et panse carénée).

57Frg. de formes fermées : NR = 6.

Bichrome
  • 15 Fourrier et Hermary 2006, p. 55‑56.

58Bol peu profond à lèvre étalée et panse carénée : NR = NMI = 1.
K02‑47 (fig. 40). Pâte beige, inclusions noires. H. cons. 2,8 ; ø 13,3. La lèvre est marquée d’un ressaut, une incision sur la surface interne marque la carène de l’épaule. Ce type à panse carénée, qui dérive de modèles levantins, est fréquent à l’époque archaïque, notamment dans le répertoire d’Amathonte15. Les traits morphologiques de notre exemple, et notamment la forme de la lèvre, trahissent une date récente, à la fin de la série (fin du CA II).

59Cruches : NR = 2.

Plain White

Formes fermées
Cruches

60À ouverture ronde et anse de la lèvre à l’épaule
NR = 16, NMI = 14.

61À col étroit, arête sur le col et anse du col à l’épaule
NR = NMI = 2 dont K02‑44 (fig. 40). Pâte blanchâtre, inclusions noires. H. cons. 4,5 ; ø 5,6. Courte lèvre étalée, incision sur l’arête du col.

62Frg. de cruches non attribuables à un type précis : NR = 475.

Jarres de type levantin à fond plat rentrant

63NR = 6, NMI = 2.

Amphores commerciales de type levantin

64NR = 281, NMI = 11.

Couvercle

65NR = 2, NMI = 1.

Formes ouvertes
Bols peu profonds

66À lèvre ronde plus ou moins rentrante
NR = 37, NMI = 33 dont K02‑51 (fig. 49). Pâte orangée, petites inclusions noires et blanches. H. 4,8.

67À parois évasées continues
NR = 5, NMI = 4.

68À lèvre étalée et arête
NR = 6, NMI = 4.

69Assiettes à marli
NR = 489, NMI = 477.
K02‑45 (fig. 42). Pâte orangée, petites inclusions noires et blanches. H. 3 ; ø 12.
K02‑48 = KEF‑1241 (fig. 42). Pâte rougeâtre, petites inclusions noires, blanches et rouges. H. 3,7 ; ø 14.

70Assiettes à très large marli et cupule sur le fond
NR = NMI = 1 : K02‑129 (fig. 42). Pâte orangée, petites inclusions noires, blanches et rouges. H. cons. 3,5 ; ø 19,8.

Bols profonds à lèvre ronde

71NR = NMI = 2.

Frg. de bols non attribuables à un type précis

72NR = 407.

Tableau 4 – Assemblage céramique du dromos de la tombe 379.

TOTAL Lampes « Cupand-saucer » Céramiques décorées Plain White Coarse
Ware
F. fermées F. ouvertes F. fermées F. ouvertes
NR = 1873 54 7 22 42 780 947 21
NMI = 623 50 3 3 16 29 521 1 (pondéré)
% = 100 % 8 % 0,5 % 0,5 % 2,6 % 4,6 % 83,6 % 0,2 %

Stomion (= locus 10)

= S2‑18.

73On a étudié à part le matériel recueilli dans le comblement tassé contre la dalle de fermeture de la chambre. Il est toutefois assuré, comme le montre d’ailleurs la nature de l’assemblage, qu’il provient de la même opération de remblaiement.

Matériel non céramique

  • 16 Identification effectuée par A. Gardeisen.

74Une coquille de mollusque de la famille des Énidés, genre Zebrina16.

Matériel céramique

Lampe-coupelle Plain White

75NR = NMI = 1.

Céramique décorée

76Frg. d’amphore WP : NR = 1.

  • 17 Sur cette fabrique et ses ressorts techniques, voir Daniel et al. 2007, p. 40‑44.

77Frg. de bol BoR « Blackened »17 : NR = 1.

Coarse Ware

78NR = 2.

Plain White

Formes fermées

79NR = 33.

Formes ouvertes

80Assiettes à marli
NR = NMI = 17.

81Bol profond à lèvre amincie
NR = NMI = 1.

82Frg. de bols non attribuables à un type précis : NR = 26.

Chambre (= locus 11)

83La chambre était presque entièrement comblée. Elle a été fouillée en passes successives, dans des conditions particulièrement difficiles pour les niveaux supérieurs. Deux ensembles ont été distingués : les couches provenant de l’alluvionnement et celles correspondant aux dépôts en place. La séparation entre les deux était parfois malaisée, d’autant plus que de la boue a stagné dans le fond de la tombe, sur près de 0,80 m de haut (comme l’indiquent les traces sur la paroi), et que certains vases ont dû flotter et se déplacer à cette occasion. Quelques raccords entre US de nature différente (alluvionnement et dépôts en place) ont ainsi été trouvés. Ils restent toutefois peu nombreux.

Alluvionnement

= US S2‑19, S2‑20, S2‑21 et S2‑22.

84Le matériel infiltré dans la chambre provient du remblai du dromos. Il n’est donc pas étonnant d’y retrouver le même assemblage céramique, avec une prédominance de tessons de bols Plain White. Le seul élément intrusif (un tesson à glaçure médiéval ou moderne) a probablement été entraîné dans la chambre lors de perturbations récentes (terrier de renard). Le matériel archéologique est peu nombreux, et réduit à des tessons très petits. Quelques fragments de dimensions plus grandes appartenaient peut‑être originellement au dépôt en place sur le sol de la tombe. Aucun raccord n’a toutefois été trouvé.

Matériel non céramique

Restes fauniques18

  • 18 Voir aussi, pour l’ensemble du matériel faunique de la tombe, Gardeisen et Fourrier 2014.

(par A. Gardeisen, F. Belhaoues et Ll. Garcia Petit)

  • 19 Harris 1978.

85– 6 coquilles de mollusques de la famille des Énidés, genre Zebrina.
– 6 esquilles d’os longs indéterminés.
– 3 restes osseux d’oiseau juvénile (dont les épiphyses ne sont pas encore bien formées).
– Restes d’un renard, jeune adulte dont l’âge est estimé à environ 7 mois19.

86Les ossements conservés sont les suivants (fig. 44) :

  • mandibule gauche sub‑entière : I3 ; C ; P2 ; P4 ; M1 ; M2 ;
  • scapula gauche : extrémité distale ;
  • humérus gauche cassé en deux (proximal très altéré, dissout, et tout juste soudé : la ligne de synostose est encore visible) ;
  • humérus droit : extrémité distale ;
  • radius droit : extrémité proximale (articulation altérée et zones spongieuses dissoutes) ;
  • ulna droite : extrémité distale et extrémité proximale (diaphyse absente) ;
  • fémur droit : entier, cassé en deux (tête fémorale juste soudée) ;
  • fémur gauche : extrémité distale (son extrémité proximale est dans l’US S2‑24 = dépôt en place sur le sol de la chambre) ;
  • tibia gauche : sub‑entier (portion proximale absente, perdue) ;
  • fibula gauche : extrémité distale et fragment de diaphyse cassée ;
  • 2 vertèbres lombaires (parmi les premières de la rangée) ;
  • 2 sternèbres ;
  • sacrum : sub‑entier ;
  • 1 vertèbre caudale ;
  • 6 côtes : présence des deux côtés gauche et droit (fragmentées : NR = 9) ;
  • métatarse III droit : entier ;
  • 3 extrémités distales de métapodes soudées et un fragment de diaphyse cassée ;
  • phalange II antérieure : entière (doigt III ou IV).

87On observe un déficit en os relativement important par rapport à un squelette complet. Les traces d’altération par l’eau sont très nettes sur les surfaces osseuses, phénomène qui a probablement fragilisé les ossements qui ont ensuite (ainsi qu’au cours de la fouille) subi une fragmentation plus importante. Cela a entraîné une dispersion accrue des restes squelettiques. Aucune trace de découpe n’a été repérée. Les remontages ou collages qui ont été effectués a posteriori montrent que la fragmentation des ossements est relativement récente.

8827 restes au total ont été attribués au petit canidé. Comprenant une mandibule, des éléments du squelette axial et des 4 membres, ils sont représentatifs des grandes parties du squelette. Bien que très peu d’éléments soient entiers et qu’aucun fragment crânien ne soit présent, il s’agissait initialement d’un individu, sub‑adulte, présentant des épiphyses en fin de soudure. Son sexe n’a pas été déterminé mais on peut noter l’absence de bacculum.

  • 20 Vigne et al. 2011.

89Domestiqué au Paléolithique supérieur, le chien fut introduit à Chypre au XIe millénaire av. J.‑C. Le renard roux (Vulpes vulpes) est également présent dans l’île, attesté depuis le Xe millénaire, époque à laquelle il fut volontairement introduit20. La présence de ces deux espèces de la famille des canidés pose la question de leur reconnaissance sur les sites archéologiques chypriotes. Cela est d’autant plus vrai que le renard roux est particulièrement anthropophile et commensal de l’homme.

  • 21 Davis 1977 et 1981 ; Dayan et al. 1989 et 1992 ; Onar, Belli et Owen 2005.
  • 22 Davis 1989 ; Vigne et Guilaine 2004.

90La détermination de ces espèces implique en premier lieu le caractère domestique ou sauvage de l’animal. La morphologie et l’ostéométrie du renard sont bien connues pour le Proche‑Orient21, mais peu de données sont disponibles pour Chypre22. La diagnose des restes de Kition‑Pervolia est fondée sur des caractères morphologiques et métriques. La présence d’un entoconulide sur la première molaire inférieure, absent chez le genre Canis, désigne un renard du genre Vulpes (fig. 48). Les données métriques de différents ossements correspondent bien à un renard. Parmi les critères distinctifs qui excluent les chiens de petite taille, notons la longueur faible de la première molaire inférieure par rapport à la rangée des dents jugales inférieures (fig. 43).

  • 23 Dayan et al. 1989.
  • 24 Davis 1977 et 1981.
  • 25 P. Croft dans Karageorghis et Raptou 2014, p. 163.
  • 26 Dray et Du Plat Taylor 1937‑1939, p. 40 (tombe 12). Il est plus difficile de se prononcer à propos (...)

91Le renard de Kition est particulièrement petit par comparaison avec les spécimens européens. Ses dimensions sont intermédiaires entre celles des renards d’Europe occidentale et celles des espèces du Proche‑Orient23. Ses faibles dimensions par rapport aux spécimens européens résultent d’une plus faible latitude, en lien avec la règle de Bergmann24. Il s’agit donc d’un renard roux, et non d’un chien de petit format. Il a été piégé dans la tombe, où se trouvait un terrier (repéré dans les couches supérieures du comblement, dans le fond de la chambre). On possède des parallèles. Ainsi, la carcasse complète d’un renard adulte a été découverte dans la tombe 144 de Palaepaphos-Plakes : P. Croft la distingue des autres ossements animaux (qu’il interprète comme des dépôts de portions de viande dans la chambre) et il considère qu’il s’agit, comme notre exemple, d’une présence intrusive25. Une même interprétation peut être suggérée pour le squelette de « petit chien » découvert dans une tombe du ive s. av. J.‑C. de Tsambres26.

Matériel céramique

« Cup-and-saucer »

92NR = 1.

Lampes-coupelles Plain White

93NR = 11, NMI = 10.

Intrusion

941 tesson à glaçure médiéval ou moderne.

Coarse Ware

95NR = 4.

Céramique décorée

Red Slip

96Bols à lèvre carénée : NR = 2, NMI = 1.

97Cruches : NR = 5, NMI = 2.

Black-on-Red

98Bol à parois évasées et lèvre amincie : NR = NMI = 1.

99Autre frg. de bol : NR = 1.

Black-on-Red « Blackened »

100Bol profond à lèvre étalée : NR = NMI = 1.

101Autre frg. de bol : NR = 1.

White Painted

102F. fermées : NR = 3.

Plain White

Formes fermées
Cruches

103NR = 140, NMI = 6.

Amphores commerciales de type levantin

104NR = NMI = 4.

Formes ouvertes
Bols peu profonds

105À lèvre ronde plus ou moins rentrante
NR = 4, NMI = 2.

106À parois évasées continues
NR = NMI = 2.

107À lèvre étalée
NR = NMI = 1.

108À lèvre carénée
NR = NMI = 2.

109Assiettes à marli
NR = 63, NMI = 62 dont K02‑54 (fig. 49). Pâte rose, inclusions noires et blanches. H. 3 ; ø 14,5.

110Frg. de bols non attribuables à un type précis : NR = 55.

Dépôts en place sur le sol de la chambre

= US S2‑24 et S2‑25.

111Seule l’US S2‑25 correspond aux dépôts en place sur le sol. Mais les inondations répétées de la chambre lors des fortes pluies d’hiver, la boue qui a stagné dans le fond ont entraîné des perturbations. Certains objets entiers ont dû flotter et se sont redéposés sur une couche d’alluvionnement. Il a donc paru préférable d’étudier ensemble le niveau de sol (S2‑25) et la dernière couche de sédimentation naturelle (S2‑24) qui le recouvrait. La nature du matériel permet aisément de différencier entre dépôt en place et intrusion.

112Le matériel découvert dans la tombe est peu nombreux : 28 vases et 3 lampes‑coupelles. Comme on l’a indiqué, très peu d’entre eux étaient clairement associés à un défunt. Toutefois, la fouille n’a révélé que le dernier état d’utilisation de la tombe, avant sa fermeture définitive. Rien ne permet de distinguer des dépositions successives, séparées par un temps long : ni comblement naturel de la chambre, qui aurait séparé des niveaux d’inhumations, ni évolution dans la nature du matériel qui autoriserait à définir un lot « ancien » et un lot « récent ». On ne peut donc pas savoir si les vases étaient dès l’origine déposés dans les coins de la chambre ou s’ils étaient d’abord déposés auprès du défunt qu’ils accompagnaient, et seulement rassemblés ensuite sur les côtés, quand il fallait faire de la place pour les nouvelles dépositions.

Tableau 5 – Assemblage céramique de la chambre de la tombe 379.

TOTAL Lampes F. fermées Plain White F. ouvertes Plain White
Cruches Jarres Amphores
31 3 13 3 3 9

113Les offrandes sont modestes, aussi bien en qualité qu’en quantité (surtout si l’on rapporte leur nombre à celui des défunts). La céramique est exclusivement composée de vases non décorés (Plain White). Des différences entre cet assemblage et celui du dromos sont à noter : aucun brûle‑parfum (du type levantin dit « cup-and-saucer ») n’est déposé auprès des corps ; les formes fermées (en particulier les cruchons à corps en sac et fond pointu) sont plus nombreuses que les formes ouvertes. Parmi ces dernières, on note l’absence d’assiette à marli, type largement majoritaire parmi les vases du comblement du dromos. Cette différence suggère des pratiques (réelles et/ou symboliques) distinctes. De fait, le répertoire de formes déposées dans la chambre correspond, exclusivement semble‑t‑il, au service utile pour la consommation de vin : vases de transport et de stockage (amphores et jarres), vases à puiser et verser (cruches et cruchons), vases à boire (bols). L’assemblage du comblement du dromos est plus varié et les formes indiquent d’autres usages, en particulier les assiettes à marli que leur morphologie (manque de profondeur et large lèvre plate) rend inadaptées pour la consommation de liquides.

114Note. Les numéros donnés en équivalence des inventaires sont ceux qui sont reportés sur le relevé des dépôts de la chambre (fig. 17).

Matériel non céramique

Restes fauniques27

  • 27 Voir aussi Gardeisen et Fourrier 2014.

(par A. Gardeisen et Ll. Garcia Petit)

US S2-24

1157 os sont attribuables à une espèce de pigeon (Columba sp.) :
– 2 diaphyses d’humérus droit et gauche ;
– 1 épiphyse distale de radius gauche ;
– 2 épiphyses distales d’ulna droite et gauche ;
– 1 épiphyse proximale de fémur gauche ;
– 1 diaphyse de tibiotarse gauche.

  • 28 Fick 1974 ; Tomek et Bochenski 2009.

116Les os des différentes espèces de columbiformes sont morphologiquement très proches et l’état fragmenté des restes ne permet pas une identification précise. Seules la taille, les données ostéométriques peuvent arriver à être déterminantes et les rares mesures effectuées sur ces os montrent une espèce de grande taille dans le contexte du groupe qui ne peut être que le pigeon ramier (Columba palumbus) ou bien le pigeon domestique (Columba livia domestica)28. Les différents ossements représentés peuvent provenir d’un seul et même individu mais leur faible nombre et la disposition des restes indiquent que l’animal n’était probablement pas entier.

117Même si l’origine exacte et les voies de diffusion de la forme domestique du pigeon sont mal connues, le Proche‑Orient et l’Égypte, ses probables lieux de naissance au Ve millénaire av. J.‑C., sont suffisamment proches de Chypre pour que l’on puisse envisager leur introduction et leur présence dans l’île à l’époque de l’utilisation de la tombe. Rien ne prouve toutefois que ces restes de faune ne soient pas récents, introduits dans la tombe lors de perturbations : l’existence, dans les niveaux supérieurs du comblement, d’un terrier de renard (dont les ossements ont été retrouvés dans l’US S2‑22 et dont un fragment de fémur a été recueilli dans cette couche), prédateur naturel des pigeons, suffit à expliquer leur présence.

US S2-25

118Le matériel faunique comprend deux lots différenciés :
– un petit ensemble d’ossements de microfaune, retrouvé au‑dessus de la cage thoracique du squelette 8, un immature déposé dans la partie est de la chambre ;
– un oiseau prélevé auprès des squelettes 11 et 13 (fig. 33).

119Le premier lot est composé de 6 os longs entiers attribués à un amphibien de petite taille. Leur aspect suggère, au vu de l’état d’altération et de minéralisation de ces ossements, l’intrusion relativement récente d’une petite grenouille dans la tombe.

120Le second lot est un squelette d’oiseau, en partie en connexion, déposé à l’angle des squelettes de deux enfants dont les positions étaient originales : la tête de l’un (Sq. 13) reposait sur l’abdomen de l’autre (Sq. 11). L’oiseau, placé dans l’angle formé par les deux corps, a été prélevé en plusieurs lots qui ont été appariés a posteriori en laboratoire. En l’absence d’archéozoologue sur le terrain, cette méthode s’est avérée utile dans la reconstitution des modes de dépôt, des gestes, et par conséquent des pratiques funéraires.

1211) Lot de deux ossements prélevés avec le crâne de Sq. 11 :

  • 1 vertèbre cervicale sub‑entière ;
  • 1 phalange proximale de patte. Elle est parfaitement symétrique avec son homologue retrouvée à côté, avec le reste du squelette, ce qui suggère que les deux « pieds » étaient présents.

1222) Lot prélevé séparément :

  • neurocrâne qui présente une cassure transverse au niveau du bec jusqu’aux orbites ainsi qu’une cassure longitudinale sous la boîte crânienne. Cette découpe traduit la volonté d’ouverture de la tête en passant entre les deux maxillaires ;
  • vertèbre cervicale (axis) ;
  • frg. de vertèbre cervicale indéterminée.

1233) Prélèvement du squelette en connexion :

L’oie a été identifiée à partir de 18 restes osseux morphologiquement attribués au genre Anser, tandis que les 35 autres restes (essentiellement des vertèbres, côtes, phalanges et fragments du crâne) ont été déterminés par analogie du fait de leur trouvaille en connexion anatomique partielle. Les restes d’oie ont été identifiés grâce aux critères établis par Bacher (1967) et correspondent aux os suivants :

  • 1 furcula entière ;
  • 1 scapula gauche entière et 1 épiphyse proximale de scapula droite ;
  • 2 coracoïdes entiers, droit et gauche ;
  • 1 humérus gauche entier ;
  • 1 radius gauche entier et 1 radius droit distal ;
  • 1 ulna gauche entière ;
  • 2 carpo-métacarpes entiers, droit et gauche ;
  • 1 première phalange du deuxième doigt antérieur droit ;
  • 1 bassin presque entier reconstruit à partir de 7 frg. ;
  • 2 fémurs entiers, droit et gauche ;
  • 1 tibiotarse gauche distal ;
  • 2 tarso-métatarses entiers, droit et gauche.

124Les différences morphologiques entre les diverses espèces d’oies et de bernaches étudiées par Bacher sont quasi inexistantes, ce qui oblige à préciser leur détermination spécifique à partir de critères ostéométriques. Il a été possible d’écarter ainsi le genre Brant, nettement plus petit, et de réduire l’éventail des possibilités à trois espèces : Anser anser (oie cendrée), Anser fabalis (oie des moissons) et Anser brachyrhynchus (oie à bec court).

125Dans un second temps, la longueur maximale du tarso-métatarse permet d’exclure Anser brachyrhynchus, qui montre des valeurs nettement plus petites pour les deux sexes, ce qui réduit la diagnose spécifique à Anser anser ou Anser fabalis.

Tableau 6 – Tombe 379. Longueur maximale (pour le coracoïde, longueur médiale) des restes de Kition‑Pervolia et de diverses espèces d’oie d’après Bacher 1967. En vert, valeurs incluant la mesure du reste archéologique ; en rouge, valeurs excluant la mesure du reste archéologique.

Tableau 6 – Tombe 379. Longueur maximale (pour le coracoïde, longueur médiale) des restes de Kition‑Pervolia et de diverses espèces d’oie d’après Bacher 1967. En vert, valeurs incluant la mesure du reste archéologique ; en rouge, valeurs excluant la mesure du reste archéologique.

126Du fait de l’excellente conservation du squelette (quelques anneaux d’œsophage nous sont même parvenus) et de l’observation d’un seul individu in situ, les comparaisons ont pu être poursuivies. On observe en effet une correspondance positive entre notre spécimen et les données de comparaison des femelles oies cendrées ou des moissons, sauf pour le tarso‑métatarse.

Tableau 7 – Tombe 379. Correspondance (positive ou négative) entre la longueur maximale des restes d’oie de Kition‑Pervolia et les valeurs fournies par Bacher 1967.

Anser anser Anser fabalis Anser
brachyrhynchus
Longueur maximale
Coracoïde + + + + + +
Humérus + + +
Radius + + + +
Ulna + + + + +
Carpo‑métacarpe + + + +
Fémur + + + + + +
Tarso‑métatarse + +
  • 29 17,2 mm pour notre spécimen ; 14,8‑17,6 mm pour Anser anser et 14,5‑16,0 mm pour Anser brachyrhync (...)

1276 ossements correspondraient à une femelle d’Anser anser ou Anser fabalis, 5 à un mâle d’Anser fabalis et 3 à un mâle d’Anser anser. Ces données suggèrent qu’il s’agit certainement d’une femelle. Enfin, la largeur distale du tibio‑tarse29 nous oriente vers la reconnaissance de l’oie cendrée (Anser anser).

  • 30 En l’absence de données de comparaison d’origine archéologique, on ne peut malheureusement pas est (...)

128Bien que l’exercice consistant à différencier un animal sauvage de son homologue domestique soit périlleux, force est de constater que les mesures des principaux os longs de l’oie de Kition s’intègrent bien dans le domaine de variation des oies cendrées sauvages, à l’exception du tarso‑métatarse qui, rappelons‑le, est un os du membre inférieur. Or, ce qui caractérise un oiseau domestique, c’est la réduction des ailes au profit de la robustesse acquise des pieds. On constate ainsi une adéquation des longueurs du fémur et du tarso‑métatarse à celles des oies sauvages mâles… Mais ces différences sont bien ténues. En effet, à y regarder de plus près, notre oie cendrée, supposée femelle, montre des valeurs de longueurs, exprimées ici en millimètres, tout juste au‑dessous de celles des oies domestiques de référence (Bacher 1967). Il n’y a donc pas plus d’arguments pour distinguer ici formellement une oie sauvage d’une oie domestique de petite taille30. Les données de comparaison sont insuffisantes, et nous‑mêmes ne raisonnons que sur un seul individu, ce qui transforme l’exercice, préalablement qualifié de périlleux, en interprétation discutable, dans tous les cas ! Reste la solution éventuelle d’une forme intermédiaire : un oiseau domestiqué depuis peu qui n’aurait pas encore acquis les caractéristiques squelettiques consécutives à son statut.

129En ce qui concerne la représentation anatomique, on notera ici avec intérêt l’absence d’un certain nombre d’ossements :

  • du bréchet (ou sternum) en relation éventuelle avec la découpe du sacrum ;
  • de quelques os longs alternativement côté gauche ou droit (humérus et ulna en particulier) ;
  • des griffes ;
  • de la base du crâne (en dépit de la présence de l’atlas et de l’axis).

130L’un des trois fragments de crâne qui correspond au neurocrâne a été découpé ; un deuxième fragment provient du processus postfrontalis côté droit et le troisième est un fragment proximal du maxillaire, côté droit également. Hasard taphonomique ou résultat de manipulations potentielles précédant le dépôt de la carcasse, les deux fragments de mandibule isolés retrouvés à proximité proviennent du même côté.

131Les deux tarso‑métatarses portent des stries de découpe très nettes, et les « pieds » n’ont pas été retrouvés à leur place, mais posés sur le corps.

132L’absence du sternum, uniquement représenté par une esquille résiduelle, ne semble pas plus résulter d’une perturbation ou d’un phénomène naturel. Il s’agit certes d’un os très mince et réputé fragile, mais sa partie proximale, où s’articulent les deux coracoïdes, est sans doute l’une des zones les plus résistantes du squelette d’un oiseau (ceinture scapulaire assurant le maintien et la mobilité des ailes).

133Enfin, si l’on reprend avec attention la disposition des éléments squelettiques retrouvés in situ entre les deux corps d’enfants, un certain nombre de remarques s’impose : tout d’abord, le corps de l’oie est placé sur le dos ; sa tête et les extrémités de ses pattes ne sont pas en position anatomique. Le bréchet est absent, et il semble que le reste des membres, le haut des pattes et au moins l’aile gauche étaient ramassés sur l’abdomen, en position manifestement contrainte. L’absence du bréchet ne semble pas trouver d’explication dans un problème de taphonomie ou de méthode de fouille : force est donc de conclure qu’il a été levé, laissant ainsi un accès aux entrailles de l’animal. Cette action permettait également de dégager les deux filets correspondant aux deux magrets, c’est‑à‑dire les masses musculaires les plus puissantes et les plus développées de l’animal. En parallèle, le sacrum semble découpé dans le sens longitudinal. La tête est séparée du corps (le cou est conservé) et elle est découpée au couteau : la cavité cérébrale est ouverte. Enfin, les pattes ont été soigneusement incisées et détachées au moment de la préparation de l’animal, pour être ensuite déposées sur le corps transformé en offrande.

134En résumé, nous pouvons émettre quelques hypothèses concernant les gestes qui ont précédé la mise en place de la carcasse de cette oie femelle auprès des dépouilles des enfants :

  • les pieds sont découpés : une double incision des tendons entre la partie distale du tibio‑tarse et des tarso‑métatarses est observée sous la forme de stries de découpe parallèles très nettes (fig. 45) ;
  • la tête est découpée et posée à part. Les observations de terrain sont insuffisantes pour aller plus loin : enlèvement du bec et/ou accès à la cervelle par le bas (fig. 47) ;
  • le sacrum est coupé en biais dans la longueur (fig. 46) ;
  • le bréchet et les masses de viande correspondant aux magrets ont été prélevés avant la déposition de l’offrande.

135L’animal a ainsi subi une double préparation : d’abord la récupération de viande, et peut‑être des viscères, puis la préparation de la carcasse et son dépôt dans la tombe à un endroit précis, probablement choisi, en relation avec les deux enfants inhumés. Les pieds et la tête qui avaient été préalablement découpés ont été posés sur le dessus du corps qui, auparavant, avait été contraint ou ficelé (à moins que la carcasse n’ait été enveloppée dans un contenant en matériau périssable, comme on l’a proposé pour les défunts).

  • 31 Gardeisen et Fourrier 2014, p. 315‑316 ; pour les représentations d’oies dans le monde grec classi (...)
  • 32 Morel 2010, p. 65‑69 et Le jeune homme de Byrsa, 2010, p. 35‑55. D’après l’analyse des ossements a (...)

136La présence de cette oie peut revêtir des significations multiples, qui ne sont d’ailleurs pas exclusives l’une de l’autre : elles relèvent à la fois de l’offrande funéraire, de la récupération de portions comestibles, d’éventuels gestes à caractère divinatoire (lecture ou extraction des viscères), et plus simplement du dépôt auprès des enfants d’un animal qui les accompagnait, d’une façon ou d’une autre, de leur vivant. Les dépôts d’animaux et, a fortiori, d’oies auprès des défunts sont rares. Aux exemples recensés dans l’article de 201431, on ajoutera un parallèle plus proche, de Carthage : dans une tombe construite de la nécropole de Byrsa, datée des environs de 500 av. J.‑C., reposait un jeune homme (entre 19 et 24 ans) dans un sarcophage en pierre sur le couvercle duquel on a retrouvé le squelette d’une oie32.

Pierre

  • 33 Hadjisavvas 2012, p. 7 (tombe 1) ; p. 149 (tombe 49 : les blocs étaient placés sur les trois côtés (...)
  • 34 Selon S. Hadjisavvas (2012, p. 92), toutefois, les dalles de gypse, qu’on retrouve dans la chambre (...)

137Sur le sol reposaient treize blocs de pierre, de nature, de dimensions et de forme différentes. Ils étaient disposés dans les quatre coins de la chambre : n° 4bis, 5, 6, 15, 19, 32, 33, 35, 36, 37, 38, 42, 43 (le n° 4bis n’est pas visible sur le relevé, fig. 17). On peut supposer qu’ils servaient à supporter des tréteaux ou des cercueils en bois, afin de les isoler de l’humidité du sol. Leur disposition permet d’en restituer trois, les deux premiers placés le long de chacun des petits côtés de la chambre, le dernier le long du mur arrière : ils pouvaient supporter les squelettes Sq. 3 et 2 au nord, Sq. 1 et 8 à l’est, Sq. 4 au sud. Certes, rien ne le prouve, mais les observations anthropologiques le suggèrent aussi. Des pierres ont été également retrouvées sur le sol de tombes de la nécropole voisine de Kition‑Mnimata, que le fouilleur a interprétées de la même façon33. On peut peut‑être rapprocher ces blocs de ceux qui étaient sur le sol de la tombe archaïque 398 (il s’agit cependant dans ce dernier cas surtout de dalles de gypse, de dimensions plus importantes)34. Par ailleurs, aucun des blocs en place sur le sol de la chambre n’a été taillé spécifiquement pour cet usage. Certains sont des pierres de toute évidence récupérées (fragments de dalles cassées).

138Nous en décrivons cinq ci‑dessous (fig. 41).

139K02‑112 = n° 4bis. Frg. de bloc de gypse taillé dont un angle est conservé, le reste est cassé. Il est possible qu’il s’agisse d’un frg. de dalle bloquant originellement l’entrée d’une tombe. L. cons. 18,5 ; l. max. cons. 14,2 ; ép. 6,6.

140K02‑73 = n° 5. Frg. de bloc de gypse taillé dont un angle est conservé, le reste est cassé. Comme le précédent, il peut avoir appartenu à une dalle de fermeture. L. cons. 16 ; l. max. cons. 14 ; ép. 5,3.

141K02‑75 = n° 6. Frg. de calcaire non taillé. L. max. 25 ; l. max. 15 ; ép. max. 6,5.

142K02‑74 = n° 15. Frg. de calcaire non taillé. L. max. 19 ; l. max. 13,5 ; ép. max. 7.

143K02‑72 = n° 19. Galet de rivière. L. max. 15,5 ; l. max. 12 ; ép. max. 5.

Perles en pâte de verre

(par N. Denninger)

144K02‑122 = KEF‑1173 (fig. 50).

145Trois perles en pâte de verre, découvertes sous la mandibule de Sq. 5, un immature (fig. 29). Elles appartenaient certainement à un collier que l’enfant portait autour du cou.

146Les perles sont en mauvais état, pour deux d’entre elles il ne reste que des fragments ; la pâte de verre est friable.

147Les perles sont jaunes à décor de cercles concentriques blancs, avec peut‑être une alternance de blanc et de noir d’après le motif visible sur celle qui est la mieux conservée. Les deux perles qui sont à l’état de fragments devaient être sphériques, la troisième est de forme triangulaire aux angles arrondis (qui portent le décor) ; l’un des angles manque.

148Le canal de perforation, de section circulaire, est noir et étroit pour l’une des perles brisées, large et teinté de rouge pour l’autre.

149Dim. de la perle la mieux conservée : l. 1,1 ; H. 0,9.

Bouchon de jarre en terre crue

  • 35 Cette encoche servait sans doute à faciliter la manipulation du bouchon. D’autres exemples présent (...)

150K02‑124 (fig. 49). Argile marron, petites inclusions siliceuses. Une face bombée. Encoche semi‑circulaire d’un côté35. ø moyen 10 ; ép. max. 4,5. Le bouchon a été retrouvé près de l’amphore commerciale levantine K02‑99 = KEF‑1263 (n° 4, fig. 52) qui était placée près de l’entrée.

  • 36 Les deux types sont attestés dans les tombes classiques de Kition-Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 2 (...)

151Les amphores déposées dans les chambres étaient parfois hermétiquement fermées (et donc encore remplies), comme le montre la découverte régulière de bouchons de terre crue. Ces derniers présentent des formes diverses. Certains sont à peu près circulaires (comme les autres exemples que nous avons découverts dans la nécropole de Pervolia), d’autres présentent un décrochement semi‑circulaire d’un côté, qui devait en faciliter la préhension36.

Matériel céramique

Lampes-coupelles Plain White

152NR = NMI = 3.

153K02‑91 = KEF‑1242 = n° 26. Pâte beige, inclusions noires. Traces de feu sur le bec. H. 4 ; ø 9.

154K02‑123 = KEF‑1244 = n° 30 (fig. 28). Pâte rose, inclusions noires. Traces de feu sur le bec. H. 3,5 ; ø 8. La lampe a été trouvée sous le tibia droit de Sq. 2.

155K02‑92 = KEF‑1243 = n° 31 (fig. 49). Pâte beige, inclusions noires. Traces de feu sur le bec. H. 4 ; ø 7,5. La lampe a été retrouvée sur le Sq. 4, dont les ossements sont particulièrement mal conservés, mais vraisemblablement au niveau du bassin (fig. 30) : on suppose que le défunt tenait la lampe dans ses mains, à l’intérieur du linceul dans lequel il était probablement enveloppé.

Plain White

Formes fermées
Cruches et cruchons

156À corps en sac et fond plat
K02‑90 = KEF‑1245 = n° 20 (fig. 50). Pâte rose, inclusions noires. H. 15,5 ; ø 4,1.
K02‑89 = KEF‑1246 = n° 23. Pâte orangée, inclusions noires. H. 12,5 ; ø 4,1.

157À corps en sac et fond pointu
K02‑93 = KEF‑1247 = n° 10. Pâte rose, inclusions noires. H. 9,8 ; ø 4,5.
K02‑84 = KEF‑1248 = n° 7. Pâte blanche, inclusions noires. H. 10,5 ; ø 4,5.
K02‑82 = KEF‑1249 = n° 21. Pâte rose, inclusions noires. H. 10,5 ; ø 4,5.
K02‑94 = KEF‑1250 = n° 11. Pâte beige, inclusions noires. H. 8,3 ; ø 3,8.
K02‑87 = KEF‑1251 = n° 16. Pâte rose, inclusions noires. H. 8,3 ; ø 4,5.
K02‑95 = KEF‑1252 = n° 9. Pâte orangée, inclusions noires. H. 7,5 ; ø 4.
K02‑83 = KEF‑1253 = n° 2. Pâte orangée, inclusions noires. H. 7,8 ; ø 4,5.
K02‑86 = KEF‑1254 = n° 24. Pâte rose, inclusions noires. H. 9 ; ø 4.
K02‑88 = KEF‑1255 = n° 3. Pâte orangée, inclusions noires. H. 7 ; ø 3,8.
K02‑116 = KEF‑1256 = n° 39 (fig. 50). Pâte beige, inclusions noires. H. 11,3 ; ø 4,2. Le cruchon était isolé, entre les crânes de Sq. 7 et Sq. 14.
K02‑85 = KEF‑1257 = n° 17 (fig. 50). Pâte blanche, inclusions noires. H. 9 ; ø 4.

Jarres

158À fond pointu
K02‑98 = KEF‑1258 = n° 8 (fig. 51). Pâte beige, inclusions noires. H. 31 ; ø 11.

159À fond plat rentrant
K02‑96 = KEF‑1259 = n° 22. Pâte beige, inclusions noires. H. 28 ; ø 10.
K02‑97 = KEF‑1260 = n° 12 (fig. 50). Même pâte. H. 26 ; ø 10.
4 tessons représentant un nombre minimum de 2 vases appartiennent à des jarres dont le type exact ne peut pas être précisé. Il est probable que ces tessons proviennent du comblement du dromos, qui s’est infiltré dans la chambre. Un grand fragment (K02‑125 = n° 45) reposait sur un membre inférieur de Sq. 7.

Amphores commerciales de type levantin

160K02‑100 = KEF‑1261 = n° 18. Pâte rose, nombreuses inclusions noires, quelques inclusions rouges. H. 41 ; ø 12.

161K02‑101 = KEF‑1262 = n° 1 (fig. 51). Pâte rougeâtre, inclusions noires, quelques grosses inclusions rouges. H. 50 ; ø 11. Un creux au‑dessous de l’épaule, de forme ovale, pourrait correspondre à un timbre. Mais l’empreinte n’est guère lisible et il n’est même pas assuré qu’il s’agisse d’une impression.

  • 37 Denti 2013, p. 105, avec références. Pour Chypre : Raptou 1997, p. 235 (nécropole classique de Mar (...)

162K02‑99 = KEF‑1263 = n° 4 (fig. 52). Pâte orangée, inclusions noires et grosses inclusions blanches. H. 41 ; ø 11. L’amphore était placée à l’envers, dans le coin sud de l’entrée (fig. 31). Cette position est certainement volontaire. Les parallèles ne manquent pas, tant dans le domaine funéraire que plus généralement cultuel37.

16338 tessons de panse de formes fermées Plain White, vraisemblablement apportés avec le colluvionnement de la chambre, complètent cet inventaire. Ils n’appartiennent pas à des dépôts en place.

Formes ouvertes
Bols peu profonds

164À lèvre carénée
K02‑77 = KEF‑1264 = n° 14 (fig. 52). Pâte beige, inclusions noires. H. 6 ; ø 18,3.
K02‑78 = KEF‑1265 = n° 29 (fig. 52). Pâte rose, inclusions noires et rares inclusions rouges. H. 6,5 ; ø 22.
K02‑76 = KEF‑1266 = n° 25. Même pâte. H. 5,2 ; ø 17,3.
K02‑113 = KEF‑1267 = n° 44 (fig. 32, in situ). Même pâte. H. 5,5 ; ø 18,5.
K02‑114 = KEF‑1268 = n° 41. Même pâte. H. 5,2 ; ø 18,7. Le bol était posé sur le sol de la chambre, avec à l’intérieur le bol K02‑115 (= KEF‑1270 = n° 40) retourné (fig. 34).
Un tesson probablement intrusif appartient au même type.

165À lèvre ronde plus ou moins rentrante
NR = 2.
Ces tessons sont probablement issus du comblement, comme les suivants.

166À parois évasées continues
NR = 1.

167Assiettes à marli
NR = 25.
Il est remarquable que ce type, largement majoritaire dans l’assemblage du comblement du dromos, ne soit pas attesté parmi les dépôts de la tombe. Les tessons retrouvés proviennent vraisemblablement du comblement infiltré.

Bols à lèvre ronde plus ou moins rentrante

168Les profils sont variés : peu profonds, de profondeur moyenne ou profonds.

169K02‑81 = KEF‑1269 = n° 27 (fig. 52). Pâte rose, inclusions noires, quelques inclusions rouges. H. 5,5 ; ø 11,3.

170K02‑115 = KEF‑1270 = n° 40 (fig. 34). Pâte rose, inclusions noires et blanches. H. 6,3 ; ø 11,5. Le bol était retourné à l’intérieur du bol peu profond K02‑114 = KEF‑1268 (n° 41), près de Sq. 6.

171K02‑80 = KEF‑1271 = n° 28. Pâte rougeâtre, petites inclusions noires et blanches. H. 5,3 ; ø 12,4.

172K02‑79 = KEF‑1272 = n° 13. Pâte beige, très petites inclusions noires. H. 7,5 ; ø 11.

173Trois tessons de panse appartiennent à des bols de même type. Ils proviennent probablement du comblement du dromos infiltré dans la chambre. Il en est de même pour les 40 autres tessons de bols qu’on n’a pas pu rattacher à un type précis.

les restes humains

(par N. Delhopital)

174La tombe 379 était collective (fig. 17). Elle a accueilli des inhumations primaires, comme le prouvent la conservation de la topographie générale des squelettes, la présence de petits éléments (os du carpe et phalanges), ainsi que le maintien des connexions anatomiques. Des perturbations limitées de certains squelettes montrent qu’ils ont été affectés par des dépôts postérieurs. Il ne s’agit donc pas d’une sépulture multiple, faite de dépôts simultanés, même si nos observations montrent que quelques corps ont sans doute été déposés dans un laps de temps réduit, voire au même moment. Si les inhumations se sont succédé dans le temps, on ne note toutefois aucun réaménagement des dépôts : les squelettes n’ont pas été l’objet de réductions, c’est‑à‑dire que les ossements des premières inhumations n’ont pas été déplacés dans les coins de la chambre ni rassemblés dans un contenant. Ce constat confirme l’hypothèse d’un cycle d’utilisation de la tombe unique et relativement court, avec des phases d’inhumations assez rapprochées.

175Les défunts avaient les membres en extension, les pieds souvent croisés, les mains ramenées sur le bassin. Quelques individus immatures avaient les bras fléchis. L’orientation des corps n’est pas constante. Elle suit celle des parois de la chambre : la plupart des squelettes avaient une orientation est‑ouest, la tête régulièrement à l’est, vers le fond de la chambre ; seuls trois individus (un adulte et deux immatures), placés dans le fond, suivaient l’orientation nord‑sud de cette paroi. La tête est régulièrement au sud.

176Des effets de contrainte, observés de manière récurrente (volume initial conservé, clavicules verticalisées, face d’apparition latérale de certains os) suggèrent que les défunts, peut‑être tous, étaient enveloppés dans un contenant étroit et souple, en matériau organique (mais on n’a pas retrouvé de trace de tissu). D’autres observations (la dislocation de Sq. 6 qui était, à la fouille, comme coupé en deux) indiquent la présence, aujourd’hui invisible, de tréteaux ou de cercueils de bois. On a proposé plus haut que, pour supporter ce mobilier de bois et le préserver de l’humidité du sol, des pierres avaient été placées sur le sol.

177Il est difficile de proposer une chronologie relative des dépôts. Certaines observations (voir ci‑dessous) permettent de distinguer quelques séquences, dans le détail du remplissage de certaines zones de la tombe, mais aucun scénario général. Tout au plus peut‑on supposer que les dépôts proches des parois, qui ont été perturbés (Sq. 1 à l’est, Sq. 3 au nord et Sq. 4 au sud) font partie des premières inhumations, tandis que les dépôts placés dans la partie centrale, bloquant l’entrée, sont les plus récents. Là, plusieurs corps (peut‑être placés dans un contenant solide) ont été superposés jusqu’à la fermeture définitive de la tombe (les derniers sont peut‑être Sq. 5 ou bien Sq. 6).

178Les restes de quatorze individus ont été identifiés, dont six immatures, répartis de la manière suivante :

Tableau 8 – Tombe 379. Répartition des individus par classe d’âge.

Classe d’âge     Effectif     Sq.
1‑4 4 5, 8, 11, 13
10‑14 1 9
15‑19 1 4
20 ans et plus     8 1, 2, 3, 6, 7, 10, 12, 14    
  • 38 Murail et al. 2005.

179Le sexe a pu être déterminé pour trois individus, à partir de l’examen de l’os coxal selon la méthode probabiliste38 : deux hommes (Sq. 7 et 10) et une femme (Sq. 14). On a pu, par ailleurs, préciser l’âge de deux adultes : Sq. 14 entrait dans la classe d’âge 30‑49 ans et Sq. 10 était âgé de plus de 50 ans.

  • 39 Ledermann 1969.

180Les courbes de mortalité établies pour les immatures ont été comparées aux profils théoriques de mortalité dressés par S. Ledermann39. L’absence d’immature de moins d’un an est une anomalie : il devrait y en avoir théoriquement au moins deux. En revanche, les quotients de mortalité des autres groupes d’âge (entre 1 et 19 ans) correspondent à une mortalité naturelle et suivent la courbe de mortalité des populations archaïques.

Graphique 9 – Tombe 379. Immatures. Comparaison des effectifs observés avec les effectifs attendus (espérance de vie de 25/35 ans).

Graphique 9 – Tombe 379. Immatures. Comparaison des effectifs observés avec les effectifs attendus (espérance de vie de 25/35 ans).
  • 40 On trouve ainsi des tombes d’immatures en enchytrismes à l’intérieur de l’espace urbain, du moins (...)
  • 41 Ainsi à Salamine-Cellarka où, à partir de l’époque archaïque, les enfants étaient inhumés dans des (...)
  • 42 Ainsi des dépouilles d’enfants placées dans des niches creusées dans les parois du dromos : à Lapi (...)
  • 43 Analyse de K. Lorentz, dans Flourentzos 2011, p. 61‑76.
  • 44 Voir, par exemple, Blaizot, Alix et Ferber 2003. Il convient également de mentionner la découverte (...)

181Ce déficit s’explique sans doute par un traitement différencié des corps des périnataux et des enfants âgés de moins d’un an, qui, comme le montrent d’autres découvertes à Kition et ailleurs dans l’île à l’âge du Fer, n’avaient pas accès à la nécropole40, ou bien à la tombe41, ou bien, dans de rares cas seulement, à la chambre42. Les exceptions sont rares : un sarcophage de type architectural grec en marbre de Kition‑Sotiros, daté du début du ive s. av. J.‑C., renfermait, d’après l’analyse archéo-anthropologique, le squelette d’une jeune femme et les restes d’un bébé (d’environ 38 semaines)43. La tombe archaïque 398 de Kition‑Pervolia, fouillée par la mission française, renfermait un seul immature, d’au maximum 6 mois (voir infra). Ce dernier reposait vraisemblablement dans le même sarcophage que deux adultes, l’un de sexe féminin, l’autre masculin. Ce traitement différencié des périnataux est largement attesté dans l’Antiquité44.

Description archéo-anthropologique

Sq. 1. Adulte.

182Contre la paroi est de la chambre, orientation nord‑sud, tête au sud.

183La conservation de la topographie générale du squelette, la présence de petits éléments squelettiques (os du carpe et phalanges) et des connexions anatomiques permettent de qualifier le dépôt de primaire, même si la position de la fibula droite ainsi que la partie supérieure du corps ont été perturbées.

184Le défunt a été placé sur le dos, les mains sur le bassin, les membres inférieurs en extension, les pieds joints.

185Les ossements de Sq. 1, comme ceux de Sq. 4, ont été perturbés lors de dépôts postérieurs.

186Le crâne de Sq. 8 (immature) reposait sur le bassin de Sq. 1 tandis que le reste de son corps était sous le corps de Sq. 1 : on peut en déduire que les deux individus ont été inhumés simultanément. Le crâne de Sq. 11 reposait sur le fémur gauche de Sq. 1.

Sq. 2. Adulte. Fig. 35 et 37

187Contre la paroi nord de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’est.

188Dépôt primaire.

189Le défunt a été déposé sur le dos, les membres supérieurs et inférieurs en extension, les pieds joints.

190Les os ne sont pas sortis du volume initial du corps. On remarque l’absence de mise à plat des coxaux, la verticalisation des clavicules et la face antéro‑latérale d’apparition de l’humérus droit. La disjonction cranio-mandibulaire s’est produite lorsqu’un espace vide est apparu. Ces éléments révèlent un effet de contrainte : le corps reposait dans un contenant étroit.

191Une lampe‑coupelle se trouvait sous son tibia droit (n° 30 = K02‑123 = KEF‑1244, fig. 28).

192Sq. 2 a été déposé sur Sq. 3 et a perturbé ce dernier.

Sq. 3. Adulte. Fig. 37

193Contre la paroi nord, orientation est‑ouest, tête à l’est.

194Dépôt primaire, perturbé par le dépôt de Sq. 2.

195Le défunt a été déposé sur le dos, les membres supérieurs et inférieurs en extension.

Sq. 4. Immature (15‑19 ans). Fig. 36

196Contre la paroi sud, orientation est‑ouest, tête à l’est.

197Dépôt primaire, probablement perturbé par la mise en place de Sq. 6.

198Le défunt a été déposé sur le dos, les membres supérieurs et inférieurs en extension.

199Une lampe (n° 31 = K02‑92 = KEF‑1243) se trouvait au niveau de son bassin.

Sq. 5. Immature (1‑4 ans). Fig. 35

200Orientation est‑ouest, tête à l’est.

201Dépôt primaire.

202Le défunt a été déposé sur le dos, les membres supérieurs fléchis, les mains sur le bassin, les membres inférieurs croisés et les pieds joints.

203Les os ne sont pas sortis du volume initial du corps. Les clavicules sont verticalisées et les scapulas apparaissent par leur face latérale : c’est l’effet d’une contrainte qui permet de déduire que le corps reposait dans un contenant étroit.

204Sq. 5 a été déposé sur le bassin de Sq. 7 qu’il a probablement perturbé. On a découvert, dans sa cage thoracique, des os de pied appartenant à un adulte, peut‑être Sq. 7. Trois perles d’un collier qu’il portait autour du cou ont été retrouvées sous sa mandibule (K02‑122 = KEF‑1173, fig. 29).

Sq. 6. Adulte.

205Orientation est‑ouest, tête à l’est.

206Dépôt primaire.

207Le défunt a été déposé sur le dos, les membres supérieurs et inférieurs en extension.

208Le corps a été séparé en deux, tout en restant en connexion : la partie gauche semble avoir glissé vers le sud. Il est possible qu’une planche ou un cercueil dans lequel reposait le mort se soit effondré, entraînant le glissement du corps partiellement décomposé. La patella gauche est encore en place ; le radius gauche a chuté, ce qui prouve qu’un espace vide existait sous le corps. Enfin, la clavicule gauche est verticalisée, ce qui suggère un contenant.

209Deux bols placés l’un dans l’autre (no 40 = K02‑115 = KEF‑1270 et n° 41 = K02‑114 = KEF‑1268) se trouvaient près de sa colonne vertébrale (fig. 34).

Sq. 7. Adulte.

210Orientation est‑ouest, tête à l’est.

211Dépôt primaire.

212Le défunt a été déposé sur le dos, les membres supérieurs et inférieurs en extension, les pieds joints.

213Le squelette a été perturbé, probablement par la mise en place de Sq. 5 au niveau de son bassin. Sq. 7 a été déposé sur Sq. 14.

214Un cruchon (n° 39 = K02‑116 = KEF‑1256) se trouvait entre les crânes de Sq. 7 et de Sq. 14.

Sq. 8. Immature (1‑4 ans).

215Contre la paroi est de la chambre, orientation nord‑sud, tête au sud.

216Dépôt primaire.

217Le défunt a été déposé sur le dos, les membres supérieurs fléchis, les mains sur le bassin, les membres inférieurs en extension.

218Les os ne sont pas sortis du volume initial du corps ; les clavicules verticalisées indiquent un effet de contrainte qui prouve que le corps reposait dans un contenant étroit.

219Sq. 8 a été déposé sur le bassin de Sq. 1 : des os de la main de Sq. 1 ont été découverts sous la mandibule de Sq. 8, ils suggèrent que Sq. 1 avait les mains ramenées sur le bassin.

Sq. 9. Immature (10‑14 ans). Fig. 39

220Partie centrale de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’est.

221Dépôt primaire.

222Le défunt a été déposé sur le dos, les membres supérieurs en extension, le bras droit ramené sur le bassin. Le crâne a glissé sur le côté.

Sq. 10. Adulte.

223Partie centrale de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’est.

224Dépôt primaire.

225Le défunt a été déposé sur le dos, les membres supérieurs et inférieurs en extension, pieds joints.

226Sq. 10 repose partiellement sous Sq. 5, Sq. 7 et Sq. 9.

Sq. 11. Immature (1‑4 ans). Fig. 38

227Partie est de la chambre, orientation nord‑sud, tête au sud.

228Dépôt primaire.

229Le défunt a été déposé sur le dos, membres supérieurs et inférieurs en extension.

230La disposition des ossements (clavicules verticalisées) révèle un effet de contrainte : le corps reposait dans un contenant étroit.

231Sq. 11 était sous Sq. 13 (immature) et Sq. 14 (adulte). Le crâne de Sq. 11 reposait sur les ossements d’une oie, déposée près de la dépouille (v. supra).

Sq. 12. Adulte.

232Partie centrale de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’est.

233Dépôt primaire.

234Le défunt a été déposé sur le dos, les membres supérieurs en extension.

235Sq. 12 a été déposé sur Sq. 13.

Sq. 13. Immature (1‑4 ans). Fig. 38

236Partie est de la tombe, orientation est‑ouest, tête à l’est.

237Dépôt primaire.

238Le défunt a été déposé sur le dos, membres supérieurs et inférieurs en extension, les mains sur le bassin.

239Il reposait dans un contenant étroit : les os ne sont pas sortis du volume initial du corps, les clavicules sont verticalisées.

240Sq. 13 a été déposé au niveau du bassin de Sq. 11.

Sq. 14. Adulte.

241Partie centrale de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’est.

242Dépôt primaire.

243Le défunt a été déposé sur le dos, les membres supérieurs en extension.

244La verticalisation des clavicules montre un effet de contrainte : le corps était placé dans un contenant étroit.

245Sq. 14 a été déposé sur Sq. 11 ; Sq. 7 a été déposé sur Sq. 14.

Indicateurs biologiques et culturels

246En raison de la faiblesse de l’échantillon, ces indicateurs ne permettent aucune conclusion. Ils constituent une première étape vers la constitution d’un répertoire qui pourra servir de comparaison pour des études postérieures.

Données métriques

247L’état de conservation des ossements limite l’analyse des données métriques, qui sont ici essentiellement données à titre indicatif.

248Les clavicules sont plutôt robustes ; les humérus de robustesse moyenne et eurybrachiques ; les radius de robustesse moyenne ; les fémurs ont un pilastre nul et une tendance à l’eurymérie.

249La stature des individus varie de 1,51 m (± 4,14 cm) pour une femme à 1,78 m (± 4,14 cm) pour un homme.

Tableau 10 – Tombe 379. Stature (en m) à partir des os longs, selon le sexe.

INDIVIDUS SEXE     Humérus     Radius     Ulna     Fémur     Tibia     Fibula    
Erreur standard en cm     ± 4,83 ± 5,03 ± 5,11 ± 4,14 ± 4,20 ± 4,05
Sq. 7 M - - - 1,78 - -
Sq. 10 M 1,7 - 1,74 1,6 - -
Erreur standard en cm ± 4,65 ± 4,45 ± 4,55 ± 3,83 ± 3,78 ± 3,68
Sq. 14 F - 1,59 1,6 1,51 - -
Erreur standard en cm ± 4,83 ± 5 ± 5,09 ± 4,13 ± 4,18 ± 4,04
Sq. 1 I 1,63 - - 1,63 1,6 -
Sq. 2 I 1,53 - - - 1,6 -
Sq. 3 I 1,53 - - 1,58 1,62 -
Sq. 4 I - - - - - -
Sq. 6 I 1,7 1,69 - 1,7 - -
Sq. 12 I - - 1,51 - - -

Variations anatomiques non métriques

  • 45 Crubézy et al. 1999, p. 68‑70.

250Une seule variation a été observée, chez au moins deux individus (Sq. 12 et Sq. 14) : une scissure pétro-squameuse postérieure. Ce caractère peut être génétique45, et donc suggérer que des membres de la même famille se trouvaient dans la tombe.

Caractéristiques et pathologies dentaires

251138 dents ont été recensées, dont 82 permanentes et 56 déciduales.

Hypoplasies de l’émail dentaire

252Sur 60 dents permanentes étudiées, 48,33 % sont touchées par des hypoplasies de l’émail dentaire. Les seules lésions observées sont de type linéaire. Sur les 56 dents déciduales recensées, aucune hypoplasie n’a été notée. Les dents les plus touchées sont les prémolaires.

253Les dents observées sont atteintes par des lésions de stade 1 et 2. La majorité des dents (63 %) montrent des lésions de stade 2. Un certain nombre (35,71 %) présente deux hypoplasies ou plus. Ces dernières sont en général visibles sur toute la circonférence de la dent. Les périodes de stress interviennent en majorité entre 2,5 et 6 ans, avec une fréquence plus élevée entre 2,5 et 4 ans.

Tableau 11 – Tombe 379. Caractéristiques des hypoplasies linéaires de l’émail dentaire.

Stade %
de dents
atteintes
Nombre
d’hypoplasies
%
de dents
atteintes
Surface
atteinte
%
de dents
atteintes
Période
de stress
%
de dents
atteintes
Stade 1 36 1 hypoplasie 28,57 Face
vestibulaire
11 0-2,5 ans 24,13
Stade 2 63 2 hypoplasies 35,71 circonférence 89 2,5 à 4 ans 37,93
- 3 hypoplasies 35,71 - - 4 à 6 ans 27,58
- - - - - - 5 à 7 ans 10,34

254Afin d’évaluer de façon pertinente la fréquence des individus dont les dents souffraient d’hypoplasie, on n’a analysé que les individus dont au moins quatre dents (dont une canine et une prémolaire, dents les plus souvent affectées) étaient conservées. Quatre individus ont été retenus ; trois d’entre eux avaient au moins une dent atteinte par une hypoplasie.

Lésions carieuses

2553 dents permanentes (sur 82) présentent des lésions carieuses : une canine inférieure, une première et une seconde prémolaire supérieures. Il n’y en a aucune sur les dents déciduales.

256La fréquence obtenue après la première calibration est de 2,65 %. Six individus avaient perdu des dents ante mortem : il s’agit de 31 dents postérieures, les plus touchées étant les troisièmes molaires. La seconde calibration donne donc 30,18 %.

257Les lésions carieuses observées sont, dans deux cas sur trois, de taille moyenne ; elles se situent sur la face interproximale et elles touchent le collet.

258Deux adultes (sur huit) présentent au moins une carie.

Tartre

259Les dents de cinq individus présentent un dépôt de tartre (qui n’est visible que sur les dents permanentes des adultes). Les dents les plus touchées sont les prémolaires.

Usure dentaire

260Les dents examinées sont en général peu usées (stades 1 à 4). Seul Sq. 3 avait des dents dont l’usure atteignait le stade 6.

Pathologies articulaires

261L’état de conservation du matériel osseux, qui est érodé et effrité, notamment les vertèbres, a rendu les observations difficiles.

262Sq. 1, Sq. 7 et Sq. 14 ne présentaient aucune marque d’arthrose. Sq. 2, Sq. 6, Sq. 10 et Sq. 12 souffraient d’arthrose des membres supérieurs (coude et épaule) au stade 1. Deux d’entre eux (Sq. 6 et Sq. 10) souffraient également d’arthrose des membres inférieurs (hanche et genou). Ces lésions arthrosiques peuvent être d’origine mécanique et/ou liées au vieillissement.

Fig. 28 – Tombe 379. Lampe KEF-1244 in situ sous Sq. 2.

Fig. 28 – Tombe 379. Lampe KEF-1244 in situ sous Sq. 2.

Fig. 29 – Tombe 379. Enfant (Sq. 5) avec perles en place autour du cou.

Fig. 29 – Tombe 379. Enfant (Sq. 5) avec perles en place autour du cou.

Fig. 30 – Tombe 379. Sq. 4 et lampe KEF-1243 en place.

Fig. 30 – Tombe 379. Sq. 4 et lampe KEF-1243 en place.

Fig. 31 – Tombe 379. Amphore KEF-1263 in situ, renversée près du stomion.

Fig. 31 – Tombe 379. Amphore KEF-1263 in situ, renversée près du stomion.

Fig. 32 – Tombe 379. KEF-1267 in situ.

Fig. 32 – Tombe 379. KEF-1267 in situ.

Fig. 33 – Tombe 379. Détail de l’oie en place.

Fig. 33 – Tombe 379. Détail de l’oie en place.

Fig. 34 – Tombe 379. KEF-1270 et KEF-1268 in situ, près de Sq. 6.

Fig. 34 – Tombe 379. KEF-1270 et KEF-1268 in situ, près de Sq. 6.

Fig. 35 – Tombe 379. Sq. 2 et Sq. 5, vus vers l’est.

Fig. 35 – Tombe 379. Sq. 2 et Sq. 5, vus vers l’est.

Fig. 36 – Tombe 379. Sq. 4, vu vers l’est.

Fig. 36 – Tombe 379. Sq. 4, vu vers l’est.

Fig. 37 – Tombe 379. Sq. 2 et Sq. 3, vus vers le nord-est.

Fig. 37 – Tombe 379. Sq. 2 et Sq. 3, vus vers le nord-est.

Fig. 38 – Tombe 379. Sq. 11 et 13, vus du nord.

Fig. 38 – Tombe 379. Sq. 11 et 13, vus du nord.

Fig. 39 – Tombe 379. Sq. 9, vu vers l’est.

Fig. 39 – Tombe 379. Sq. 9, vu vers l’est.

Fig. 40 – Tombe 379. Matériel du dromos.

Fig. 40 – Tombe 379. Matériel du dromos.

Fig. 41 – Tombe 379. Matériel du dromos et pierres sur le sol de la chambre.

Fig. 41 – Tombe 379. Matériel du dromos et pierres sur le sol de la chambre.

Fig. 42 – Tombe 379. Matériel du dromos.

Fig. 42 – Tombe 379. Matériel du dromos.

Fig. 43 – Tombe 379. Renard. Rapport de la longueur de la première molaire inférieure sur la longueur de la rangée des dents jugales de la mandibule. Les chiens (cercles blancs, N = 52) sont issus de 26 races actuelles. Les renards (cercles gris, N = 10) sont des spécimens actuels d’Europe continentale. La droite de régression est calculée pour les spécimens de chiens.

Fig. 43 – Tombe 379. Renard. Rapport de la longueur de la première molaire inférieure sur la longueur de la rangée des dents jugales de la mandibule. Les chiens (cercles blancs, N = 52) sont issus de 26 races actuelles. Les renards (cercles gris, N = 10) sont des spécimens actuels d’Europe continentale. La droite de régression est calculée pour les spécimens de chiens.

Fig. 44 – Tombe 379. Représentation squelettique du renard. Les parties grisées sont présentes. Les extrémités distales de 4 métapodes et les côtes de position indéterminée n’ont pas été représentées (d’après Helmer 1987, fig. 1).

Fig. 44 – Tombe 379. Représentation squelettique du renard. Les parties grisées sont présentes. Les extrémités distales de 4 métapodes et les côtes de position indéterminée n’ont pas été représentées (d’après Helmer 1987, fig. 1).

Fig. 45 – Tombe 379. Oie. Détail des stries de découpe sur les deux tarso-métatarses.

Fig. 45 – Tombe 379. Oie. Détail des stries de découpe sur les deux tarso-métatarses.

Fig. 46 – Tombe 379. Oie. Découpe en biais du sacrum.

Fig. 46 – Tombe 379. Oie. Découpe en biais du sacrum.

Fig. 47 – Tombe 379. Oie. Découpe de la tête : ouverture de la cavité cérébrale.

Fig. 47 – Tombe 379. Oie. Découpe de la tête : ouverture de la cavité cérébrale.

Fig. 48 – Tombe 379. Première molaire inférieure gauche du renard, montrant la présence d’un entocolunide.

Fig. 48 – Tombe 379. Première molaire inférieure gauche du renard, montrant la présence d’un entocolunide.

Fig. 49 – Tombe 379. Matériel du dromos et de la chambre.

Fig. 49 – Tombe 379. Matériel du dromos et de la chambre.

Fig. 50 – Tombe 379. Matériel de la chambre.

Fig. 50 – Tombe 379. Matériel de la chambre.

Fig. 51 – Tombe 379. Matériel de la chambre.

Fig. 51 – Tombe 379. Matériel de la chambre.

Fig. 52 – Tombe 379. Matériel de la chambre.

Fig. 52 – Tombe 379. Matériel de la chambre.

Tombe 380

Loci : 5 (dromos), 15 (niche dans la paroi est du dromos), 18 (dépression dans le rocher), 19 (niche dans la paroi ouest du dromos).
US : S4‑10 = S4‑12 = S4‑15 = S4‑20 (comblement du dromos), S4‑21 (niche = locus 19), S4‑23 (niche = locus 15).
Date de fouille : octobre 2012.
Datation : ive s. av. J.‑C.

263La tombe 380 est située immédiatement à l’est de la tombe 379, avec une orientation perpendiculaire nord‑sud (fig. 53‑54). La chambre était au nord, comme le montre la découpe dans le rocher qui signale en surface l’emplacement du stomion. Le même comblement, déposé dans le dromos, recouvrait également le dessus du stomion : on y a en particulier retrouvé un gros col d’amphore Plain White (K02‑117, fig. 55 et 62).

  • 46 C’est ce que montre très bien le trou découvert lors de la fouille d’un dromos inachevé (locus 32  (...)
  • 47 La fouille était particulièrement difficile tant le sédiment était compact : elle a été arrêtée de (...)

264Le rocher est largement entaillé dans la partie nord de la tombe, au‑dessus de la chambre, et au nord‑ouest, dans la partie antérieure du dromos (locus 18). On s’explique mal les raisons d’un arrachement circulaire, irrégulier et étendu (fig. 56). Il est peu probable qu’il s’agisse d’une fosse de pilleur. La morphologie de la « fosse » comme son comblement l’interdisent : les trous de pilleurs sont étroits et leur comblement extrêmement meuble46. On voit également mal à quoi ce genre de fosse aurait pu servir à l’occasion de l’exploitation agricole de la parcelle. Dernier élément décisif, enfin, la niche de la paroi ouest du dromos (locus 19) était en partie creusée dans le comblement de cette « fosse » : ce dernier était donc en place au moment où le dépôt a été constitué et clos, c’est‑à‑dire au plus tard lors de la dernière fréquentation de la tombe, avant le remblaiement définitif du couloir d’accès. S’il faut donc renoncer à y voir la marque d’une activité moderne, comment l’interpréter ? La « fosse » était remplie de terre végétale très dure, de couleur rouge, absolument dépourvue de matériel archéologique47. Le parallèle fourni par les dromoi des tombes 396 et 398 (v. infra) invite à y voir soit une formation naturelle, soit un comblement mis en place au plus tard lors du creusement de la tombe. Même si on n’en a pas la preuve, puisque la fouille a été arrêtée avant d’atteindre le fond de ce comblement, la chambre était probablement taillée dans le konnos sous‑jacent.

265Nous avons d’abord interprété cette dépression (locus 18) comme un arrachement moderne et nous l’avons donc fouillée avant de descendre dans le comblement du dromos. C’est à cette occasion qu’on a découvert la niche creusée dans la paroi ouest du couloir d’accès à la chambre (locus 19) et c’est à partir de là qu’on a fouillé cette dernière, en quelque sorte à l’envers. Cette opération a fragilisé les parois du dromos et elle a entraîné quelques perturbations : ainsi, il est probable que l’amulette de faïence K02‑109 = KEF‑1172 (fig. 60) recueillie lors de la fouille du comblement du dromos provient en réalité de la niche = locus 19.

266Le dromos (locus 5), long et étroit, possède des dimensions caractéristiques des couloirs d’accès attestés dans la nécropole à l’époque classique : 4 x 1 m environ. Son comblement n’a été que partiellement dégagé, surtout dans la partie nord, vers l’ouverture de la chambre. On ne sait donc pas combien de marches taillées dans le rocher conduisaient au niveau de circulation du dromos. On s’est contenté de recueillir suffisamment de matériel pour pouvoir dater la mise en place du comblement : l’assemblage suggère une date au ive s. av. J.‑C. (CC II).

267La niche creusée dans la paroi orientale du dromos, près du stomion (locus 15), était de forme rectangulaire, avec des angles arrondis (fig. 57‑58). Elle était partiellement fermée par des pierres et renfermait, dans un sédiment très fin, de petits vases entiers et des bijoux, datables de l’époque classique. Une niche similaire se trouvait dans la paroi opposée du dromos (locus 19). Elle était creusée à travers une mince couche de rocher puis dans le comblement rouge compact qui remplissait, à l’ouest, une dépression de l’affleurement rocheux. Elle était fermée par un appareil soigné de petits blocs (fig. 59) et elle servait de cachette pour un dépôt de même type (1,15 x 0,40 m environ).

Fig. 53 – Tombe 380. Plan.

Fig. 53 – Tombe 380. Plan.

Fig. 54 – Tombe 380. Vue aérienne des tombes 381 et 380 depuis le nord-ouest.

Fig. 54 – Tombe 380. Vue aérienne des tombes 381 et 380 depuis le nord-ouest.

Fig. 55 – Tombe 380. Détail de la découpe du rocher au-dessus du stomion depuis le nord.

Fig. 55 – Tombe 380. Détail de la découpe du rocher au-dessus du stomion depuis le nord.

Fig. 56 – Tombe 380. Vue de la dépression dans le rocher = locus 18 après la fouille, depuis le nord.

Fig. 56 – Tombe 380. Vue de la dépression dans le rocher = locus 18 après la fouille, depuis le nord.

Fig. 57 – Tombe 380. Niche = locus 15 en cours de fouille, avec la cruche KEF-1279 en place.

Fig. 57 – Tombe 380. Niche = locus 15 en cours de fouille, avec la cruche KEF-1279 en place.

Fig. 58 – Tombe 380. Niche = locus 15 après la fouille, vue du haut, au premier plan.

Fig. 58 – Tombe 380. Niche = locus 15 après la fouille, vue du haut, au premier plan.

Fig. 59 – Tombe 380. Pierres de fermeture de la niche = locus 19.

Fig. 59 – Tombe 380. Pierres de fermeture de la niche = locus 19.

matériel

Dromos (= locus 5)

= US S4‑10, US S4‑12, US S4‑15 et US S4‑20.

268L’assemblage céramique, même s’il n’est que partiel puisqu’on n’a pas entièrement vidé le comblement, est proche de celui des dromoi des tombes précédentes. Les céramiques décorées sont rares et elles illustrent des types tardifs. Les vases Plain White constituent la majorité et parmi eux, les formes ouvertes, notamment les assiettes à marli, sont prépondérantes. On remarque également une série de lampes‑coupelles (qui représentent 7,1 % du total). En revanche, les brûle‑parfum du type « cup‑and-saucer » sont complètement absents.

Matériel non céramique

Faïence

(par N. Denninger)

269K02‑109 = KEF‑1172 (fig. 60).
Il est probable que l’amulette ne provient pas du comblement du dromos, mais plutôt de la niche creusée dans sa paroi ouest (locus 19).

  • 48 Sur les figurines et amulettes égyptisantes découvertes à Chypre, voir E. Fontan et H. Le Meaux, d (...)

270Amulette en faïence48 à glaçure bleu clair, turquoise plus vif dans les creux. État moyen en raison de nombreux éclats : il manque une grande partie du visage du personnage représenté, ainsi que des parties de la base ; éclat sur le genou gauche et le bras gauche.

271Il s’agit de Ptah‑Patèque sur une base, un scarabée sur la tête, flanqué d’Isis et de Nephthys ; il tient dans ses mains un objet difficile à définir ; à l’arrière, Isis ptérophore est incisée tournée vers la droite. La base est plate. Le trou de perforation se situe à l’arrière de la tête du personnage, sous le scarabée.

272Dim. : H. 4,1 ; l. 1,7 ; pr. 1,65.

273Deux figurines conservées au Musée du Louvre (numéros d’inventaire E 11202 et N 4428) permettent de bien distinguer les différents éléments qui composent ce type (Ptah, le scarabée sur la tête, les serpents ou couteaux qu’il tient dans les mains, les figures d’Isis et de Nephthys, Isis ptérophore au dos, les faucons sur l’épaule, les crocodiles) ; on a l’impression ici que le sculpteur a tenu à représenter ces éléments, mais de manière plus condensée, schématique, sûrement parce qu’il s’agit d’une amulette, et non d’une figurine comme celles du Louvre, qui mesurent respectivement H. 8,5 ; l. 7,3 ; pr. 3,13 et H. 4,30 ; l. 3,05 ; pr. 1,90.

  • 49 Martinez, Takashina et Miura 2013, p. 109, n° 93.
  • 50 Derriks et Delvaux 2009, p. 238‑239.
  • 51 Pour un autre exemplaire du même type, voir la vente du jeudi 17 juin 2010 à 14h, chez Drouot Mont (...)

274De fait, notre amulette est plus proche d’une autre du Louvre (AF 2175 / MN 179)49 et de celle conservée au Musée royal de Mariemont (B.463)50, même si elle est de moins bonne facture que ces deux exemplaires, sur lesquels les détails sont plus lisibles. Précisons que ces amulettes mesurent respectivement 7,8 et 7,5 cm de hauteur51.

Matériel céramique

Lampes-coupelles Plain White

275NR = 19, NMI = 16.

Coarse Ware

276NR = 4.

Céramique décorée

Red Slip

277NR = 8.

Black-on-Red et Bichrome Red

278NR = 19, NMI = 4 :

279– 2 bols peu profonds à épaule marquée et lèvre ronde ;

  • 52 Fourrier 2014, p. 148‑149 (type B.1.1).

280– 2 amphorisques à lèvre en bourrelet externe dont K02‑60 (fig. 61). Pâte beige, nombreuses inclusions noires et rouges. Col court et large, lèvre en bourrelet. Engobe rouge volontairement noirci (fabrique Black-on-Red « Blackened »), peinture noire. H. cons. 6,1 ; ø 9,9. Ce type à col évasé est bien représenté à Kition, dans des contextes qui couvrent l’ensemble de la période classique52. La panse portait sans doute un décor de feuillage.

White Painted

281NR = 14 (dont des frg. d’amphorisques à décor de feuillage qu’aucun bord ne documente), NMI = 3 (2 bols peu profonds à épaule marquée et lèvre ronde, 1 bol profond à lèvre biseautée).

Bichrome

282NR = 4 (panse de cruches).

Plain White

Formes fermées
Cruches

283NR = 337, NMI = 18 (cruches à ouverture ronde).

Amphores

284NR = 7, NMI = 4.

  • 53 Par exemple dans la nécropole de Kition-Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 16, fig. 7 (Tombe 3, n° 9)  (...)

285Dont K02‑117 (fig. 62). Pâte verdâtre, petites inclusions noires et rouges. H. cons. 18,6 ; ø 10,6. Les amphores à anses horizontales de ce type, munies de courtes anses redressées, placées très haut sur l’épaule, sont bien attestées dans les contextes classiques de Kition, plutôt dans une phase avancée (CC II)53.

Amphores commerciales de type levantin

286NR = 391, NMI = 12.

  • 54 Par exemple dans les tombes de Kition-Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 46, fig. 22 (Tombe 14, n° 2)  (...)

287Toutes les amphores entrent dans le type le plus commun, à deux anses fixées à la carène de l’épaule. Un seul exemple se distingue : K02‑65 (fig. 62). Pâte verdâtre, friable, petites inclusions. Col cylindrique évasé, lèvre de section carrée. H. cons. 13 ; ø 8. Il s’agit probablement du col d’une amphore à corps allongé, munie de deux ou plus vraisemblablement une seule anse fixée sur l’épaule, type connu à Kition dans des contextes datables de la fin de l’époque classique54.

Couvercle

288NR = 2, NMI = 1.

Formes ouvertes
Bols peu profonds

289À lèvre ronde plus ou moins rentrante
NR = NMI = 2.

290À lèvre carénée
NR = NMI = 5.

291À parois évasées continues
NR = NMI = 6.

292À lèvre étalée
NR = NMI = 7.

293Assiettes à marli
NR = NMI = 148.

Bols profonds à lèvre ronde ou amincie

294NR = NMI = 3.

Frg. de bols non attribuables à un type précis

295NR = 145.

Tableau 12 – Assemblage céramique du dromos de la tombe 380 (fouille non achevée).

TOTAL Lampes Céramiques
décorées
Plain White Coarse Ware
F. fermées F. ouvertes
NR = 1119 19 45 735 316 4
NMI = 226 16 4 34 171 1 (pondéré)
% = 100 % 7,1 % 1,8 % 15 % 75,7 % 0,4 %

Niche ouest (locus 19)

=US S4‑21.

  • 55 Voir, par exemple, les statuettes de calcaire de la collection Cesnola, à New York : Hermary et Me (...)

296Elle renfermait quatre cruches miniatures Plain White, des bracelets métalliques et une perle en pâte de verre. Cet ensemble (cruches miniatures, bijoux de petites dimensions, perle en pâte de verre, auquel on peut sans doute ajouter l’amulette de faïence représentant Ptah‑Patèque = KEF-1172) fait allusion au monde de l’enfance, et même de la petite enfance. Les observations effectuées sur les dépôts funéraires des trois chambres que nous avons fouillées montrent que les colliers de perles et d’amulettes étaient souvent portés par des enfants. Les bracelets métalliques sont une parure plus répandue, même si les façons de les porter pouvaient varier : un enfant de la tombe 396 (infra) avait des bracelets aux chevilles. Ces observations archéologiques confirment la fidélité des représentations sculptées : la riche série des « temple boys » figure ainsi de jeunes enfants assis, le plus souvent couverts de bijoux (colliers d’amulettes, bracelets, boucles d’oreilles)55.

297Pourtant, aucun ossement n’était associé à ce dépôt, et les analyses polliniques effectuées sur le sédiment de niches similaires de la nécropole n’ont donné aucun résultat concluant (voir chapitre 4, Analyses).

Matériel non céramique

(par N. Denninger)

Perle en pâte de verre

298K02‑66 = KEF‑1162 (fig. 60).

299Perle en pâte de verre, fragmentaire, sphérique. Le fond est bleu clair, avec un décor de cercles concentriques bleu foncé sur fond blanc qui couvre presque toute la surface.

300Dim. : H. 0,7 ; ø 0,9.

Bracelets métalliques

301K02‑67 = KEF‑1163 (fig. 60).

302Bracelet en bronze, entier, de section circulaire. Les deux extrémités se chevauchent. Une moitié est très corrodée.
Dim. : ø 5,1 ; ø tige 0,4.

303K02‑68 = KEF‑1164 (fig. 60).

304Bracelet en fer, entier et fermé, de section circulaire. Forte corrosion. Une petite trace verte sûrement due au contact avec un bracelet en bronze.
Dim. : ø 4,9 ; ø tige 0,5.

305K02‑69 = KEF‑1165 (fig. 60).

306Bracelet en bronze, entier, de section circulaire. Forte corrosion sur près de la moitié du bracelet ainsi que sur une petite zone située à l’opposé. Les deux extrémités devaient se chevaucher.
Dim. : ø 4,3 ; ø tige 0,5.

307K02‑70 = KEF‑1166 (fig. 60).

308Deux fragments de bracelets en bronze, de section circulaire, qui ne semblent pas recoller entre eux.

309Le plus grand porte une trace d’oxydation de fer qui peut correspondre à la trace d’oxydation de bronze que porte le bracelet K02‑68 = KEF‑1164. Dim. : ø 4,2 ; ø tige 0,4.

  • 56 Information communiquée par Silvia Païn, restauratrice au Service Archéologique Départemental des (...)

310Le plus petit fragment présente des traces de fibres textiles sur la moitié extérieure56.

311Dim. : L. 3,8 ; ø tige 0,5.

Matériel céramique

  • 57 Par exemple parmi le matériel déposé dans les chambres de la nécropole de Kition-Mnimata : Fourrie (...)

312Les quatre cruches Plain White sont de même type, à ouverture ronde et anse de la lèvre à l’épaule. Le fond est plat, la panse de profil globulaire ou globulaire allongé, le col court et resserré, avec un rebord évasé. Le type est bien attesté à Kition à l’époque classique57.

313K02‑119 = KEF‑1273 (fig. 62). Pâte ocre, petites inclusions. Stries de tournassage très visibles sur la panse. H. 12 ; ø 4,7.

314K02‑118 = KEF‑1274 (fig. 61). Même pâte, même type. Anse légèrement débordante. H. 12 ; ø 4,4.

315K02‑120 = KEF‑1275 (fig. 62). Pâte ocre, inclusions noires et rouges. Stries de tournassage bien visibles sur la panse. Fond plat légèrement rentrant. Anse légèrement débordante. H. 11 ; ø 4,6.

316K02‑121 = KEF‑1276 (fig. 61). Même pâte, même type. H. 10,6 ; ø 4,3.

Niche est (locus 15)

=US S4‑23.

317Le dépôt est proche de celui de la niche ouest : quatre cruches Plain White miniatures et de petits bijoux (anneaux et bracelets en bronze, perles en pâte de verre). Il appelle les mêmes remarques. On notera la présence d’un nouveau type de parure, les anneaux, qui n’étaient pas attestés dans l’autre niche de la tombe.

318Le matériel n’autorise aucune distinction chronologique. On ne peut donc pas établir si les dépôts des deux niches ont été constitués dans des temps successifs ou simultanés. Le même terminus ante quem, celui que fournit la date de comblement du dromos (au cours du ive s. av. J.‑C.) vaut pour les deux.

319Un échantillon du sédiment qui comblait la niche a été analysé (voir chapitre 4, Analyses).

Matériel non céramique

(par N. Denninger)

Perles en pâte de verre

320K02‑106 = KEF‑1169 (fig. 60).

321Trois perles en pâte de verre gris bleu, à décor d’ocelles blancs disposés en quinconce pour deux d’entre elles, de cercles concentriques bleus et blancs sur deux niveaux (2 x 4) pour la troisième.
Dim. : ø 0,8 ; H. 0,6‑0,7.

Anneaux en bronze

322K02‑71 = KEF‑1167 (fig. 61).

  • 58 Outre la douzaine d’anneaux KEF‑1167 trouvés dans la niche, six autres groupes ont été découverts (...)

323Une douzaine d’anneaux en bronze de forme subcirculaire : un anneau est entier, on peut en reconstituer deux autres, et on estime qu’il est possible d’en faire une dizaine à partir de la vingtaine de fragments qui restent58.
Dim. : ø 1,8 ; ép. 0,2.

  • 59 Laffineur 1992, p. 2. Un anneau en bronze isolé de la chambre de la tombe 396 est sûrement une bag (...)
  • 60 Hadjisavvas 2012, p. 32, fig. 15 (n° 16) ; p. 36, fig. 17 (n° 29) ; p. 86, fig. 45 (n° 27/43) ; p. (...)

324Il est difficile de décider de l’usage de ce type d’anneau, de forme très simple. R. Laffineur distingue les exemplaires de dimensions moyennes (entre 1,5 et 3,5 cm de ø) et les exemplaires de petites dimensions : les premiers seraient des boucles d’oreilles (voire des bagues) ; les seconds des ornements de chevelure59. Comme on les a généralement découverts en lots, on peut aussi penser à des ornements, cousus sur les vêtements. Ce type d’anneau est commun dans les tombes de la nécropole de Kition‑Mnimata, en bronze ou en argent60.

Bracelet en bronze

325K02‑105 = KEF‑1168 (fig. 60).

326Cinq fragments d’un bracelet en bronze de section circulaire que l’on parvient à assembler sans difficulté ; chevauchement important des deux extrémités.
Dim. : ø 4,8 ; ø tige 0,45.

Matériel céramique

327Les quatre cruches Plain White miniatures sont de même type et semblables à celles de l’autre niche.

328K02‑63 = KEF‑1277 (fig. 63). Pâte ocre, petites inclusions noires et rouges. Stries de tournassage bien visibles ; déformation de la panse au niveau de l’épaule, du côté opposé à l’anse. H. 12 ; ø 4.

329K02‑64 = KEF‑1278 (fig. 63). Même pâte, même type. H. 11,8 ; ø 4,5.

330K02‑61 = KEF‑1279 (fig. 63). Pâte brique, surface blanche. Stries de tournassage bien visibles. Fond plat légèrement rentrant. Anse débordante. H. 12 ; ø 4.

331K02‑62 = KEF‑1280 (fig. 63). Même type, mais la pâte est beige. Déformation par pression du doigt sur le bas de la panse. H. 12,2 ; ø 4,4.

Fig. 60 – Tombe 380. Matériel.

Fig. 60 – Tombe 380. Matériel.

Fig. 61 – Tombe 380. Matériel.

Fig. 61 – Tombe 380. Matériel.

Fig. 62 – Tombe 380. Matériel.

Fig. 62 – Tombe 380. Matériel.

Fig. 63 – Tombe 380. Matériel.

Fig. 63 – Tombe 380. Matériel.

Tombe 381

Loci : 12 (dromos), 20 (niche dans la paroi est).
US : S4‑19 (comblement du dromos), S4‑24 (niche = locus 20).
Date de fouille : octobre 2012.
Datation : ve s. av. J.‑C.

332Orientée tête bêche par rapport à la tombe 380, avec une chambre au sud, la tombe 381 n’a été que partiellement fouillée (fig. 64) : on s’est contenté de dégager le comblement du dromos (locus 12) jusqu’à faire apparaître la première marche d’accès, au nord (fig. 65). De largeur semblable à celle des dromoi des tombes précédentes (environ 1 m), le locus 12 est nettement plus court (2,60 m). Il présente le même décrochement creusé dans le rocher au‑dessus du stomion. Une seule niche (locus 20) a été repérée dans la paroi est (fig. 66‑67). Elle ne renfermait pas de vase entier, seulement de petits bijoux en métal.

Fig. 64 – Tombe 381. Plan.

Fig. 64 – Tombe 381. Plan.

Fig. 65 – Tombe 381. Vue du dromos (locus 12) depuis l’est, au moment de l’arrêt de la fouille. À droite, la première marche d’accès. Au premier plan, la niche (locus 20).

Fig. 65 – Tombe 381. Vue du dromos (locus 12) depuis l’est, au moment de l’arrêt de la fouille. À droite, la première marche d’accès. Au premier plan, la niche (locus 20).

Fig. 66 – Tombe 381. Niche (locus 20) avant la fouille.

Fig. 66 – Tombe 381. Niche (locus 20) avant la fouille.

Fig. 67 – Tombe 381. Niche (locus 20) en cours de fouille.

Fig. 67 – Tombe 381. Niche (locus 20) en cours de fouille.

matériel

Dromos (= locus 12)

=US S4‑19.

  • 61 Hadjisavvas 2012, p. 103‑105 (tombe 32) ; p. 188‑190 (tombe 55) ; p. 190 (tombe 56) ; p. 193 (tomb (...)

333Contrairement à celui des autres dromoi, le comblement du locus 12 contenait relativement peu de matériel céramique. Certes, il n’a pas été entièrement fouillé, mais la quantité de tessons recueillie n’en demeure pas moins largement moindre. Faut‑il rapprocher de ce constat les dimensions réduites du dromos ? On a découvert dans la nécropole voisine de Kition‑Mnimata des tombes de dimensions très réduites, pauvres en matériel, qui ont été interprétées comme des tombes d’enfants61.

334Pour le reste, l’assemblage céramique ne se distingue pas de celui des autres dromoi classiques, et il invite à dater la fermeture de la tombe du ve s. av. J.‑C. On remarquera seulement le bol miniature K02‑111 = KEF‑1281 (fig. 68), d’un type rare.

Fig. 68 – Tombe 381. Matériel.

Fig. 68 – Tombe 381. Matériel.

Lampes-coupelles Plain White

335NR = 13, NMI = 11.

Céramique décorée

Red Slip

336NR = 3.

Black-on-Red et Bichrome Red « Blackened »

337NR = 3 (panse d’amphorisque à décor de feuillage).

White Painted

338NR = 6 (dont un pied de bol CG résiduel), NMI = 2.

Bichrome

339NR = 1.

Plain White

Formes fermées
Cruches

340NR = 121, NMI = 7 (cruches à ouverture ronde).

Jarre

341NR = 1.

Amphore commerciale de type levantin

342NR = 87, NMI = 1.

Formes ouvertes
Bols peu profonds

343À lèvre ronde plus ou moins rentrante
NR = NMI = 2.

344À parois évasées continues
NR = NMI = 3.

345À lèvre étalée et arête
NR = 11, NMI = 3 dont K02‑110 (fig. 68). Pâte beige, petites inclusions noires et rouges. Fond plat étroit découpé à la ficelle (« string‑cut »). H. 5,4 ; ø 15 (sans la lèvre).

346Assiettes à marli
NR = 48, NMI = 46.

Bols profonds

347À lèvre ronde
NR = NMI = 1.

348Bol miniature modelé

349NR = NMI = 1.
K02‑111 = KEF‑1281 (fig. 68). Pâte beige, petites inclusions noires. Surface intérieure noircie. H. 2,5 ; ø 3,2. Il est difficile de savoir à quoi ce bol a pu servir : les traces de brûlé à l’intérieur suggèrent qu’il a été au contact du feu, mais ses dimensions en font une lampe peu commode et l’absence de déchet métallique interdit d’y voir un creuset d’orfèvre.

  • 62 Kition VI, p. 18, 7 et 13, pl. CXX (et commentaire p. 56 : « The miniature bowls Bothros 5/7 and 1 (...)
  • 63 Kition VI, pl. CXLIX, 3692 (Bothros 17, attribué au Floor 2A) ; pl. CLIII, 3753 et 3760 (Bothros 6 (...)
  • 64 Kition VI, pl. CLVIII, 867 ; pl. CLXXI, 2068, 2069 et 2081 ; pl. CLXXVI, 3571, 3699, 3567 et 3582 (...)
  • 65 Hadjisavvas 2012, p. 107, fig. 61, n° 16 (tombe 33) ; p. 109, fig. 63, n° 7 (tombe 35). Il s’agit (...)
  • 66 KB IV, p. 339, n° 843 (KEF‑55), fig. 264 et 266 : « petit cône creux en forme de cupule ». Il a ét (...)
  • 67 Ainsi un bol miniature en faïence dans un dépôt de fondation du palais hyksos d’Avaris, dans le De (...)

350Des bols miniatures de même type, mais avec un fond plus conique, ont été recueillis dans les Bothroi 5, 9, 9A et 10 et dans d’autres contextes de la zone des temples de Kition‑Kathari, dans des niveaux attribués au Floor 362. Trois exemples proviennent de niveaux plus récents, mais antérieurs à la période classique63. Plusieurs, enfin, ont été mis au jour dans des contextes vraisemblablement classiques64. Certains des bols de Kition‑Kathari portaient également des traces de feu. La fréquence de ces bols miniatures à Kathari, pendant tout l’âge du Fer, est remarquable. Deux exemples proviennent d’un contexte funéraire : ils ont été découverts dans les chambres de tombes de la nécropole de Kition‑Mnimata65. Un dernier a été recueilli à Kition‑Bamboula, dans un contexte perturbé66. Ils portent également des traces de feu. Des bols miniatures, en différents matériaux, sont connus en Méditerranée orientale dès l’âge du Bronze ; on leur prête le plus souvent une fonction votive67.

  • 68 Matthäus 1985, p. 114‑115 et pl. 19, n° 330 : Louvre MNB 84 (ancienne collection Colonna-Ceccaldi, (...)

351La forme conique du récipient est également tout à fait inhabituelle. On peut toutefois la rapprocher de celle d’un bol en bronze au Musée du Louvre, isolé dans la production chypriote et de datation incertaine, dans lequel H. Matthäus a proposé de reconnaître la reprise d’un modèle égyptien68.

352Bol de courbe complexe
NR = NMI = 1.

Frg. de bols non attribuables à un type précis

353NR = 41.

Niche (locus 20)

= US S4‑24.

354Fermée par des pierres et remplie d’un sédiment très fin, la niche ne contenait que des bijoux en métal.

Bijoux en métal

(par N. Denninger)

355K02‑107 = KEF‑1170 (fig. 68).
Sept fragments de bracelets en bronze formant deux bracelets entiers, corrodés, aux extrémités juxtaposées.

356Le premier est constitué de deux fragments, la cassure semble ancienne.
Dim. : ø 5,1 ; H. tige 0,4 ; ép. 0,3 (section ovale).

357Le deuxième est constitué de trois grands fragments et deux petits, qui se sont détachés de la partie la plus oxydée du bracelet.
Dim. : ø 5 ; H. tige 0,45 ; ép. 0,35 (section ovale).

  • 69 D’autres bracelets présentent cette même particularité : KEF‑1203, KEF‑1182, KEF‑1183, KEF‑1196 (e (...)

358Les deux bracelets présentent une partie plus épaisse, située à une extrémité pour le premier, en face de l’ouverture pour le second69.

  • 70 Pour ce qui est de la nature du matériau, il est identique à celui des boucles d’oreille KEF‑1225. (...)

359K02‑108 = KEF‑1171 (fig. 68).
Boucle d’oreille en argent70 formée d’un petit anneau irrégulier (la partie basse est plus épaisse) ; on distingue l’endroit où la boucle devait s’ouvrir.

  • 71 Laffineur 1986, p. 89‑90 ; Laffineur 1992, p. 4‑5 (types j et k).
  • 72 Hadjisavvas 2012, p. 14, fig. 6 (n° 22) ; p. 32, fig. 15 (n° 24, 25 et 27) ; p. 36, fig. 17 (n° 28 (...)
  • 73 Hadjisavvas 2014, p. 22, fig. 24c.

360Ce type de boucle, que la littérature archéologique anglo‑saxonne désigne par l’expression « boat shaped earrings », celle de langue française par l’expression « boucle en sangsue » est commun à Chypre de l’époque géométrique à l’époque classique, en divers métaux71. Plusieurs exemples proviennent des tombes classiques de Kition‑Mnimata72. De belles boucles en or de ce type ont été trouvées dans la tombe construite MLA 1742, datée du Chypro-Archaïque I73.
Dim. : L. 1,2 ; l. 0,95 ; ép. 0,35.

Tombe 396

Loci : 16 (dépression dans le rocher), 17 (dromos), 25 (sol du dromos), 26 (stomion), 27 (chambre), 39 (niche dans la paroi est du dromos).
US : S4‑03 = S4‑107 (sédiment comblant le locus 16, sans matériel archéologique) ; S4‑08 = S4‑14 = S4‑101 = S4‑102 = S4‑103 = S4‑104 (comblement du dromos) ; S4‑105 (alluvionnement dans la chambre) ; S4‑106 (dépôts en place sur le sol de la chambre) ; S4‑108 = S4‑109 (niche = locus 39).
Date de fouille : octobre 2012 (fouille partielle du dromos) et octobre 2013.
Datation : 2nde moitié du ive s. av. J.‑C.

361Parallèle à la tombe 381, mais d’orientation inversée (la chambre est située au nord), la tombe 396 a été entièrement fouillée, au cours de deux campagnes, en 2012 (fouille partielle du dromos) et en 2013 (fig. 69‑72).

362La partie sud du dromos (locus 17) était creusée dans une terre à brique rougeâtre, très compacte qu’on a d’abord prise pour le comblement d’une fosse moderne (locus 16) et partiellement fouillée (fig. 76). Le sédiment était de même nature que celui du locus 18, au nord et à l’ouest de la tombe 380. Les trois tessons recueillis dans cette couche sont probablement intrusifs (ils proviennent du comblement du dromos). Il s’agit, ici comme là, soit d’une formation naturelle dans une dépression du rocher, soit d’un comblement apporté avant le creusement de la tombe. La fouille du dromos a montré que seule sa partie supérieure était taillée dans cette terre à brique, le reste l’étant dans le substrat rocheux (fig. 71). Cette particularité du terrain explique sa forme originale, avec une espèce de palier allongé et seulement quatre marches, ces dernières taillées dans le rocher, et un contour de tracé moins rectiligne que les autres dromoi. Pour le reste, ses dimensions sont similaires : 3,3 x 0,90 m environ. Le niveau de sol est à environ 2 m sous la surface du rocher.

363Des pierres, fichées dans la paroi ouest du dromos fermaient probablement une petite niche, qu’on n’a pas fouillée (fig. 71 et 77). Celle qui était ménagée dans la paroi orientale (locus 39) est tout à fait exceptionnelle. De dimensions plus importantes que les autres niches découvertes dans la nécropole, elle était fermée par une grande dalle de gypse (fig. 78). Elle se prolongeait, vers le nord, par un petit creusement qui n’était pas scellé et contenait le biberon K02‑104 = KEF‑1282 (fig. 75 et 88). La niche elle‑même était constituée de plusieurs « compartiments » (fig. 79), de trois types différents : dans la couche rouge, au nord, un dépôt placé sous un entassement de gros éclats superficiels de havara ; au centre‑est, une fosse, creusée depuis la surface ; enfin, dans la havara elle‑même, au centre, une niche, oblongue, dont la partie supérieure se perd dans la couche rouge. Cette configuration singulière invite à s’interroger sur sa mise en place et son usage : la niche a‑t‑elle été creusée en une seule fois, ou bien agrandie pour accueillir des dépôts successifs, avant d’être scellée par la plaque de gypse ? En faveur de la seconde hypothèse, on peut arguer que la niche oblongue, au centre, est similaire aux autres niches repérées sur le site et qu’elle pourrait constituer un noyau originel, peut‑être d’abord fermé par des pierres fichées dans la paroi ; les deux autres « compartiments », accessibles depuis la surface, seraient des ajouts postérieurs, des agrandissements, intervenus de toute façon avant le remblaiement du dromos (puisque l’ensemble était fermé par la même dalle de gypse).

364Le dromos ouvre au nord sur le stomion (locus 26), placé dans l’axe (fig. 70). Ce dernier occupe pratiquement toute la largeur du couloir. Son emplacement est marqué, à la surface, par une découpe du rocher en deux paliers, comme pour la majorité des tombes de Pervolia. Une échancrure rectangulaire ménageait l’emplacement de la dalle de fermeture, soigneusement calée par de petits cailloux et une couche compacte de terre, avec quelques charbons, sans matériel (fig. 80‑81). Cette dalle de gypse monolithe, veinée de bleu, mesure 1 m de haut, 0,88 m de large et 0,10 m d’épaisseur. Elle présentait des angles nets, sans trace d’usure.

365Le stomion, profond d’environ 0,50 m, débouche sur une chambre unique (3,95 x 4,30 m environ), de forme légèrement trapézoïdale, dont le niveau de sol est situé à environ 0,70 m sous le niveau de circulation du dromos. À l’ouverture, la chambre était remplie d’un dépôt sédimentaire naturel, à peu près jusqu’à mi‑hauteur. L’eau stagnante a entamé l’intégrité des parois, les recreusant (d’où le décrochement visible du côté nord sur la fig. 71). Elle a également entraîné le flottement d’un certain nombre d’objets, dont les deux grands contenants, K13‑20 = KEF‑1307 (n° 1) et K13‑21 = KEF‑1306 (n° 2), qui sont apparus très vite à la fouille de part et d’autre de l’entrée, nettement au‑dessus du niveau des dépôts humains en place (fig. 82). La voûte est taillée en berceau (fig. 85). Comme dans la tombe 379, la plupart du matériel était déposé dans les coins antérieurs de la chambre (fig. 72 et 83). Les seuls objets sûrement associés à des défunts étaient des lampes que certains tenaient de leurs deux mains ramenées sur le bassin et des ornements personnels (bracelets et colliers), qui accompagnaient surtout des dépouilles d’enfants. Tout le sol de la chambre était occupé par des dépôts funéraires (fig. 72). En revanche, contrairement à la tombe 379, aucun bloc n’était posé sur le sol de la chambre. D’autres indices toutefois tendent à prouver l’existence de contenants, peut‑être des cercueils de bois.

366Cette tombe est la plus récente qu’on ait fouillée dans la nécropole de Pervolia : elle date du ive s. av. J.‑C., plus précisément de la seconde moitié du siècle.

Fig. 69 – Tombe 396. Plan.

Fig. 69 – Tombe 396. Plan.

Fig. 70 – Tombe 396. Relevé du stomion.

Fig. 70 – Tombe 396. Relevé du stomion.

Fig. 71 – Tombe 396. Coupe de la paroi ouest.

Fig. 71 – Tombe 396. Coupe de la paroi ouest.

Fig. 72 – Tombe 396. Relevé des dépôts sur le sol de la chambre.

Fig. 72 – Tombe 396. Relevé des dépôts sur le sol de la chambre.

Fig. 73 – Tombe 396. Vue générale de la tombe vers le sud. À l’est, le « fossé » (locus 23).

Fig. 73 – Tombe 396. Vue générale de la tombe vers le sud. À l’est, le « fossé » (locus 23).

Fig. 74 – Tombe 396. Vue de la tombe depuis le nord après la fouille.

Fig. 74 – Tombe 396. Vue de la tombe depuis le nord après la fouille.

Fig. 75 – Tombe 396. Biberon KEF-1282 en place contre la dalle fermant la niche = locus 39.

Fig. 75 – Tombe 396. Biberon KEF-1282 en place contre la dalle fermant la niche = locus 39.

Fig. 76 – Tombe 396. Vue du dromos de la tombe 396 après la fouille partielle du locus 16 : le comblement du dromos apparaît en relief, de couleur claire ; le sédiment dans lequel il est creusé, dans sa partie sud, est de couleur rougeâtre.

Fig. 76 – Tombe 396. Vue du dromos de la tombe 396 après la fouille partielle du locus 16 : le comblement du dromos apparaît en relief, de couleur claire ; le sédiment dans lequel il est creusé, dans sa partie sud, est de couleur rougeâtre.

Fig. 77 – Tombe 396. Niche dans la paroi ouest du dromos.

Fig. 77 – Tombe 396. Niche dans la paroi ouest du dromos.

Fig. 78 – Tombe 396. Niche dans la paroi est (locus 39), avec sa dalle de fermeture en place.

Fig. 78 – Tombe 396. Niche dans la paroi est (locus 39), avec sa dalle de fermeture en place.

Fig. 79 – Tombe 396. Niche dans la paroi est (locus 39), avec les « compartiments » en cours de fouille.

Fig. 79 – Tombe 396. Niche dans la paroi est (locus 39), avec les « compartiments » en cours de fouille.

Fig. 80 – Tombe 396. Stomion avec la dalle de fermeture en place.

Fig. 80 – Tombe 396. Stomion avec la dalle de fermeture en place.

Fig. 81 – Tombe 396. La tombe après l’ouverture de la chambre.

Fig. 81 – Tombe 396. La tombe après l’ouverture de la chambre.

Fig. 82 – Tombe 396. Les vases KEF-1307 (n° 1) et KEF-1306 (n° 2) en place de part et d’autre de l’entrée, depuis le stomion.

Fig. 82 – Tombe 396. Les vases KEF-1307 (n° 1) et KEF-1306 (n° 2) en place de part et d’autre de l’entrée, depuis le stomion.

Fig. 83 – Tombe 396. Dépôt d’objets dans le coin sud-ouest de la chambre.

Fig. 83 – Tombe 396. Dépôt d’objets dans le coin sud-ouest de la chambre.

Fig. 84 – Tombe 396. Dépôts au centre de la chambre, en cours de fouille. Vue vers le sud.

Fig. 84 – Tombe 396. Dépôts au centre de la chambre, en cours de fouille. Vue vers le sud.

Fig. 85 – Tombe 396. La chambre après la fouille, détail du coin nord-est.

Fig. 85 – Tombe 396. La chambre après la fouille, détail du coin nord-est.

matériel

Dromos (= locus 17)

= US S4‑08, US S4‑14, US S4‑101, US S4‑102, US S4‑103 et US S4‑104.

367Le comblement du dromos consistait en une terre meuble, de couleur brun clair, avec des inclusions de havara et un matériel abondant mais fragmenté et fragmentaire. Il était homogène dans l’ensemble du remplissage, également sur le stomion : il a donc été déposé en une seule fois, lors de la fermeture définitive de la tombe, le couloir d’accès au caveau restant jusqu’alors accessible. Le matériel est relativement mélangé, avec des tessons datables de l’époque géométrique (et même un fragment du Bronze moyen) et deux fragments de bols hellénistiques. Le gros du matériel date de l’époque classique. L’ensemble suggère une mise en place du comblement dans la seconde moitié du ive s. av. J.‑C.

  • 74 Voir notamment Herscher 1988 et Kition V.

368L’éventail chronologique que reflète le matériel correspond à la période d’occupation de la nécropole : les tombes fouillées y datent de l’époque géométrique à la fin de la période classique. En revanche, aucune occupation de l’âge du Bronze n’y est documentée, alors que quelques tessons, certes isolés, du Bronze moyen et du Bronze récent, ont été recueillis dans nos fouilles. Des vestiges de ces époques sont bien connus dans la ville même de Kition74 : se pose alors la question de la provenance du matériel rejeté dans le comblement des dromoi.

369L’assemblage céramique est, dans sa composition, proche de celui des autres dromoi classiques, avec une nette prépondérance de la fabrique Plain White, surtout des bols et, parmi ces derniers, surtout des assiettes à marli. Les formes sont toutefois plus évoluées, notamment certains bols (à lèvre épaissie et biseau externe ou à lèvre carénée, par exemple), et les formes fermées sont légèrement plus nombreuses, en particulier les fragments d’amphores commerciales de type levantin.

Matériel non céramique

Reste faunique75

  • 75 Identifié par A. Gardeisen.

370Fragment de murex.

Pierre

371Fragment probable de stèle en calcaire K13‑12 (fig. 89). Calcaire blanc. L. cons. 22,5.

Matériel céramique

Figurines de terre cuite

  • 76 Pour ce type, voir en dernier lieu A. Caubet dans KB VI, p. 240‑241. Surtout connu parmi le matéri (...)

3722 frg. de figurines moulées en creux, l’arrière étant une simple forme, dont un fragment probable de Dea Tyria gravida76 : K02‑103 (fig. 89). Pâte fine, beige, petites inclusions noires. H. cons. 7 ; l. cons. max. 2,5 ; ép. 3,5. Le fragment correspond vraisemblablement à la partie gauche d’une Dea gravida assise. Cassée à l’épaule et au genou. Sont conservés : le sein gauche et le bras gauche placé le long du corps, la main posée sur le genou. Le type est surtout commun dans les niveaux des vie et de la première moitié du ve s. av. J.‑C.

« Cup-and-saucer »

373NR = 2 dont K02‑102 (fig. 89). Pâte marron, petites inclusions noires et rouges. H. cons. 3,2 ; ø fond 5,5. Le fond est légèrement convexe, découpé du tour à la ficelle (« string‑cut »).

Lampes-coupelles Plain White

374NR = 20, NMI = 11.

Céramique importée

375Frg. de vernis noir attique : NR = 12 dont 4 frg. appartenant à la même coupe‑skyphos K13‑500 (fig. 89). Pâte beige, fine et serrée. H. cons. 4,3.

Céramique hellénistique

376NR = 2.

Céramique résiduelle

3771 frg. du Bronze moyen.

  • 77 Georgiadou 2012, p. 330 et p. 342, fig. 5 ; Georgiadou 2014, p. 378.

3785 frg. géométriques, dont :
K13‑501 (fig. 89). Pâte blanchâtre, inclusions noires. L. max. cons. 3,9. Le fragment est un fond de plat White Painted de petites dimensions, à décor de losanges et de triangles hachurés, caractéristique des productions géométriques de Kition77.
K13‑502 (fig. 89). Pâte verdâtre, petites inclusions noires. L. max. cons. 3,5. Frg. de panse de forme fermée (vraisemblablement une cruche) Black Slip à godrons.

Coarse Ware

379NR = 56, NMI = 5 (1 bol, 1 couvercle, 3 marmites).

Céramique décorée

Red Slip

380NR = 14, NMI = 3 (1 amphorisque, 2 bols).

Black-on-Red

381NR = 1.

Bichrome Red et Bichrome Red « Blackened »

382NR = 41, NMI = 3 (2 amphorisques, 1 couvercle).

White Painted

383NR = 16, NMI = 1 (cruche à ouverture pincée).

Bichrome

384NR = 2.

Plain White

Formes fermées
Pithos

385NR = 1.

Cruches

386À ouverture ronde, anse de la lèvre à l’épaule
NR = NMI = 7.

387À ouverture étroite, rebord évasé et anse du col à l’épaule
NR = NMI = 4.

Cruches ou jarres à lèvre épaissie, repliée ou légèrement étalée

388NR = NMI = 4.

Autres frg. de cruches ou jarres

389NR = 633.

Amphores commerciales de type levantin

390NR = 783, NMI = 25.

Formes ouvertes
Bols peu profonds

391À lèvre plus ou moins rentrante
NR = NMI = 11 dont K13‑503 (fig. 89). Pâte orangée, petites inclusions noires. H. cons. 2,5 ; ø 12,6. La forme de la lèvre, épaissie, à biseau externe, signale une date tardive (classe VII, CC II).

392À lèvre carénée
NR = NMI = 1.
K13‑504 (fig. 89). Pâte beige rosé, petites inclusions noires. H. cons. 1,5 ; ø 24,9.

393À lèvre étalée
NR = NMI = 4.

394Assiettes à marli
NR = 107, NMI = 103.

395Assiettes à très large marli et cupule sur le fond
NR = NMI = 3.

Bols profonds

396À rebord évasé
NR = NMI = 3.

397À lèvre étalée
NR = 12, NMI = 10 dont K13‑505 (fig. 89). Pâte beige, petites inclusions noires. H. cons. 2,5 ; ø 13,8.

Frg. de bols non attribuables à un type précis

398NR = 96.

Tableau 13 – Assemblage céramique du dromos de la tombe 396.

TOTAL Lampes « Cupandsaucer » Céramiques décorées Plain White Coarse Ware
F. fermées F. ouvertes
NR = 1835 20 2 88 1432 237 56
NMI = 199 11 1 (pondéré) 7 40 135 5
% = 100 % 5,6 % 0,5 % 3,5 % 20,1 % 67,8 % 2,5 %

Niche est (locus 39)

= US S4‑108 et US S4‑109.

399La niche était faite de plusieurs creusements dans la paroi du dromos, qui constituaient autant de « compartiments ». Elle était fermée par une belle plaque de gypse (L. 1 m), sauf pour le creusement le plus au nord, vers le stomion, qui n’était pas scellé : il contenait un biberon (K02‑104 = KEF‑1282, fig. 75).

  • 78 1 frg. de lampe-coupelle PW, 1 bol RS, 13 frg. d’amphore commerciale de type levantin, 2 frg. de C (...)

400Elle renfermait quatre vases miniatures (dont trois biberons), trois bracelets en bronze, une perle en pâte de verre et une amulette en faïence. L’ensemble évoque encore une fois le monde de la petite enfance. On a également recueilli une trentaine de tessons céramiques, très petits78. Il est probable que ce matériel provient du comblement du dromos et qu’il s’est infiltré dans la niche.

Matériel non céramique

(par N. Denninger)

Perle en pâte de verre et amulette en faïence

401K13‑118 = KEF‑1207 (fig. 91).
Perle en pâte de verre et amulette en terre siliceuse à glaçure.

402a) Perle sphérique aplatie, en pâte de verre bleue à décor de huit groupes de cercles concentriques bleu foncé sur fond blanc, disposés deux par deux (2 x 4).
Dim. : ø 1,2 ; H. 1.

403b) Amulette en forme d’œil oudjat (œil droit) en faïence à glaçure beige, avec des traces de vert et de bleu. L’œil est formé de quatre compartiments dont les creux ont gardé une couleur verte prononcée. L’arrière est plat, sans décor. Perforation longitudinale.
Dim. : L. 1,3 ; H. 1,15 ; ép. 0,5.

Bracelets en bronze

404K13‑113 = KEF‑1202 (fig. 90).
Deux fragments non jointifs d’un bracelet en bronze de section circulaire, dont on a les deux extrémités.
Dim. : L. 4,3 et 4 ; ø 0,5.

405K13‑114 = KEF‑1203 (fig. 90).
Bracelet en bronze, entier.
Dim. : ø 5,2 ; H. tige 0,5 ; ép. 0,4 (section légèrement ovale).

406K13‑117 = KEF‑1208 (fig. 90).
Bracelet en bronze, entier, constitué de six fragments que l’on arrive à recoller. Les deux extrémités devaient se chevaucher.
Dim. : ø approximatif : 5,4 ; ép. moyenne de la tige : 0,5.

Matériel céramique

Biberons

407Les trois biberons sont morphologiquement très proches l’un de l’autre, mais leur profil montre des variantes (forme de la panse, position du bec), sans portée chronologique.

408K02‑104 = KEF‑1282 (fig. 88). Pâte blanchâtre, petites inclusions noires. H. 11 ; ø 5,3.

409K13‑125 = KEF‑1283 (fig. 88). Pâte ocre, blanchâtre en surface, petites inclusions noires. Traces de tournassage très visibles sur la panse. H. 11,8 ; ø 4,5.

410K13‑126 = KEF‑1284 (fig. 88). Pâte beige, petites inclusions noires. Traces de tournassage très visibles sur la panse. H. 9,5 ; ø 4,3.

Assiette à marli

411Cet exemple se distingue du type commun par ses dimensions miniatures.
K13‑124 = KEF‑1285 (fig. 88). Pâte ocre, petites inclusions noires. H. 2,9 ; ø 9,3.

Chambre (= locus 27)

412Deux couches ont été distinguées à la fouille. La première correspond à un alluvionnement naturel qui a pénétré et comblé le caveau à peu près jusqu’à mi‑hauteur ; la seconde aux dépôts en place sur le sol de la chambre. La séparation entre les deux n’était pas toujours facile, ce qui a entraîné quelques confusions. Il est ainsi probable que les tessons qu’on n’a pas pu rattacher à des vases entiers et qu’on a associés à l’US S4‑106 (dépôts en place) appartiennent en réalité au matériel jeté dans le comblement du dromos, qui a pénétré dans la chambre, malgré la dalle de fermeture, à l’occasion des pluies. Par ailleurs, les perturbations qui ont affecté les dépôts en place sur le sol de la chambre suffisent à expliquer la présence, dans la couche de sédimentation limoneuse, d’ossements humains erratiques.

Alluvionnement

= US S4‑105.

413Le matériel est très fragmenté. Il correspond, dans sa variété, à l’assemblage recueilli dans le comblement du dromos.

Matériel non céramique

Reste faunique79

  • 79 Identification effectuée par A. Gardeisen.

414Frg. de murex.

Pierre

(par N. Denninger)

415Frg. d’alabastre en gypse K13‑506 = KEF‑1418 (fig. 89).
Fond de vase en gypse, avec un petit « bouton » du côté interne, et départ de paroi. Il s’agit sûrement d’un alabastre.
Dim. : L. 3,2 ; H. 2,6 ; l. 3 ; ép. 1,7 ; ép. de la paroi : 0,55.

Matériel céramique

Figurine de terre cuite

4161 frg. de la partie antérieure d’une figurine moulée en creux, l’arrière étant une simple forme. Il est possible qu’il s’agisse d’un frg. de Dea Tyria gravida (mais il ne se raccorde pas avec le frg. recueilli dans le comblement du dromos, K02‑103, fig. 89).

« Cup-and-saucer »

417NR = NMI = 1.

Lampes-coupelles Plain White

418NR = 7, NMI = 3.

Céramique importée

4192 frg. de vernis noir attique (ive s. av. J.‑C.).

Coarse Ware

420NR = 3.

Céramique décorée

Red Slip

421NR = 3.

Black-on-Red

422NR = NMI = 1.

Bichrome Red « Blackened »

423NR = 6.

White Painted

424NR = 5, NMI = 1.

Bichrome

425NR = 1.

Plain White

Formes fermées

426Cruches à ouverture ronde
NR = NMI = 5.

427Autres frg. de cruches
NR = 123.

428Amphores commerciales de type levantin
NR = 46, NMI = 1.

Formes ouvertes
Bols peu profonds

429À lèvre ronde plus ou moins rentrante
NR = 3, NMI = 2.

430À lèvre carénée
NR = NMI = 2.

431À lèvre amincie et rebord évasé
NR = NMI = 3.

432À lèvre étalée et arête
NR = NMI = 3.

433Assiettes à marli
NR = NMI = 18.

Dépôts en place sur le sol de la chambre

=US S4‑106.

434Le matériel déposé dans la chambre comprend 59 vases céramiques (dont 6 lampes). L’ensemble est donc modeste, même si le nombre est presque deux fois plus élevé que celui des offrandes céramiques de la tombe 379 (mais le nombre des squelettes est également plus important). La composition des deux dépôts est sensiblement la même, avec une nette prépondérance des formes fermées (en particulier des cruches).

  • 80 Comparer avec la tombe 9 de Kition-Mnimata, qui n’a livré que des cruchons de ce type et une lampe (...)
  • 81 Un exemplaire fragmentaire a été recueilli dans le comblement du dromos de la tombe 380 (K02‑117, (...)
  • 82 Hadjisavvas 2012, p. 244, fig. 144 et p. 249 (tombe 9) ; p. 24‑252 et p. 251, fig. 148 (tombe 10).

435Des différences typologiques et morphologiques soulignent toutefois la différence de datation entre les deux ensembles funéraires. Ainsi, deux lampes tournées fermées de type grec s’ajoutent aux lampes‑coupelles Plain White qui étaient seules représentées dans la tombe 379. Les cruches à corps en sac ont toutes un fond plat dans la tombe 396, alors qu’elles possédaient majoritairement un fond pointu dans la tombe 379. Elles forment une série monotone malgré de nombreuses petites variations morphologiques80, déclinée en deux formats, moyen (environ 15 cm de haut) et miniature (environ 8 cm). Les jarres de type levantin disparaissent totalement du répertoire, tandis que la seule amphore commerciale attestée dans la tombe 396 illustre un type tardif, à corps en obus mono‑ansé. De même, l’amphore Plain White à anses horizontales de tradition chypriote possède un col très évasé et des anses de dimensions réduites, presque atrophiées, caractéristiques des productions de la fin de l’époque classique81. Cette composition évoque celle du matériel de deux tombes de Kition‑Agios Prodromos82. Toutes les tombes de cette dernière nécropole datent de la fin de l’époque classique – début de l’époque hellénistique.

436De manière générale, les formes sont de dimensions réduites, voire miniatures. Les techniques et les traitements de surface trahissent des procédés de tradition levantine (découpage des fonds à la ficelle, raclage des parois). La facture est souvent sommaire (panses ou ouvertures déformées). Certains vases ont été déposés alors qu’ils étaient incomplets : ainsi l’amphore PW K13‑21 = KEF‑1306 (fig. 96) dont une anse s’était décollée. Quant au cruchon K13‑99 = KEF‑1322 (fig. 95), il s’agit même d’un raté d’atelier.

Tableau 14 – Assemblage céramique de la chambre de la tombe 396.

TOTAL Lampes Formes fermées
Plain White
Formes ouvertes
Plain White
Cruches Amphores
59 6 43 2 8

437Note : Les numéros donnés dans les catalogues ci-dessous en équivalence des inventaires sont ceux qui sont reportés sur le relevé des dépôts de la chambre (fig. 72).

Matériel non céramique

Restes fauniques83

  • 83 Identifications et commentaire dus à A. Gardeisen.

438Ils sont de natures diverses. Ils comprennent :

– 4 demi‑valves de coquillages très altérés, du type mactre, probablement apportées par l’alluvionnement ;

  • 84 Pour les découvertes de la nécropole de Kition-Mnimata, voir D.S. Reese, dans Hadjisavvas 2014, p. (...)

– 5 coquillages déposés intentionnellement parmi le matériel funéraire : K13‑135 = KEF‑1210 = n° 63 (fig. 90). Ils étaient posés aux pieds de Sq. 15 (adulte). La plus grande pièce est une demi‑valve de Callista Chione, accompagnée de trois Nassarius Gibbosulus (également dénommé Arcularia) dont la coquille dorsale est ouverte ou trouée et d’un probable Cerithium vulgatum.
Des coquillages font régulièrement partie des dépôts funéraires découverts dans les tombes classiques de Kition84. Leur interprétation n’est pas toujours aisée, certains coquillages pouvant être intrusifs (dans les cas de spécimens fragmentés et isolés, au même titre que certaines esquilles osseuses altérées).

– des frg. osseux très altérés, découverts dans le sédiment qui remplissait deux cruches (K13‑26 = KEF‑1300 et K13‑27 = KEF‑1320) et qui sont certainement intrusifs.

439Contenu de K13‑26 = KEF‑1300 = n° 6 : corps de deuxième phalange altérée (peut‑être humaine ?) et frg. de bulle tympanique (sous réserve).

440Contenu de K13‑27 = KEF‑1320 = n° 7 : esquille osseuse et quelques débris.

Faïence et pâte de verre

(par N. Denninger)

441K13‑60 = KEF‑1179 (fig. 91).
Au moins trois perles en pâte de verre, mais sans doute plutôt quatre, découvertes dans le coin sud‑est de la chambre, sous le crâne de Sq. 6 (adulte).

442a) La première est sphérique, en pâte de verre beige à décor d’ocelles disposés de manière régulière sur la surface de la perle : quatre groupes de deux. Chaque ocelle est composé d’un centre de couleur vert clair, puis d’un anneau en pâte de verre blanc, lui‑même séparé en deux par un liseré gris. On observe d’un côté la déformation de la perle au bord du trou, due à la pâte qui a été repoussée au moment de la perforation.
Dim. : ø 0,8 ; H. 0,7.

443b) La deuxième perle, plus petite, est à peu près sphérique également. De couleur vert clair, elle est remplie d’une matière violette qui bouche la perforation.
Dim. : ø 0,45 ; H. 0,4.

444c) Fragments d’une ou plutôt deux perles qui devaient être cylindriques, blanches et bleues. Le plus gros fragment conservé présente un rebord. On n’a pas retrouvé de collage.
Largeur du plus gros fragment : 0,7.

445K13‑42 = KEF‑1180 (fig. 90).
Quatre amulettes en faïence à glaçure, découvertes dans le coin sud‑est de la chambre, sous le crâne de Sq. 6 (adulte).

446a) La première, en faïence à glaçure blanche et bleu clair, représente le dieu Thot appuyé à un pilier dorsal perforé à la hauteur des épaules ; la jambe gauche avancée, les bras le long du corps, il porte un klaft et un pagne à rayures (chendjit). L’espace entre le cou et le bec de l’oiseau est plein, pour renforcer cette partie.
Un petit fragment de la base manque. On observe des traces de glaçure verte et des traces de « rouille » tout le long du côté gauche du personnage.
Dim. : H. 2,9 ; pr. 1,15 ; l. 0,85.

  • 85 Sur les figurines de Shou, le disque solaire n’est pas toujours représenté et il ne l’était peut‑ê (...)

447b) La seconde, en faïence à glaçure bleu clair, représente le génie Heh ou le dieu Shou accroupi sur une petite base, les bras levés ; il porte une barbe postiche. Il manque la partie supérieure droite, c’est‑à‑dire la main droite et le disque central symbolisant le ciel soutenu par la divinité85, ainsi que le genou gauche.
Perforation dans une excroissance rectangulaire à l’arrière, au niveau de la tête.
Dim. : H. 2,1 ; pr. 1,05 ; l. 1,2.

448c) La troisième est une petite amulette représentant la déesse Thouéris, en faïence à glaçure blanche et bleu clair. Elle est appuyée à un pilier dorsal, la jambe gauche avancée. La perforation est pratiquée dans une excroissance du pilier dorsal, rappelant le dispositif de l’amulette précédente.
Dim. : H. 0,95 ; pr. 0,75 ; l. 0,6.

449d) La dernière est une petite amulette en faïence à glaçure blanche représentant un personnage debout, les bras le long du corps, la jambe gauche avancée, portant une couronne (ou des plumes) sur la tête et pourvu d’une barbe postiche : il s’agit d’un personnage masculin, peut‑être Onouris (sans le bras levé du guerrier) ? On observe des traces de glaçure verte sur le côté gauche du pilier dorsal, qui comporte une perforation au niveau du cou du personnage.
Dim. : H. 1,55 ; pr. 0,75 ; l. 0,6.

450La présence de ce groupe d’amulettes à proximité de la tête d’un défunt suggère qu’il pourrait s’agir d’éléments d’un petit collier, à valeur protectrice.

451K13‑112 = KEF‑1201 (fig. 91).
Perle en pâte de verre bleue, sphérique aplatie, avec décor de cercles noirs sur fond blanc, disposés sur deux niveaux (2 x 4). On croit distinguer des traces d’usure sur le bord de la perforation, mais les résidus de sédiment faussent peut‑être la lecture.
Dim. : ø 1,05 ; H. 0,8.

452K13‑120 = KEF‑1205 = n° 56 (fig. 91).
Ensemble constitué de neuf amulettes entières ainsi que d’une amulette en fragments, de dix perles entières et d’une perle brisée, ainsi que de résidus de matière bleue. Ce lot a été découvert près de la tête du Sq. 22 (immature, 8‑10 ans).

Amulettes

453a) Colonnette papyriforme ouadj en faïence à glaçure vert clair. Bélière à mi‑hauteur.
Dim. : L. 1,6 ; ø 0,7.

454b) Ptah‑Patèque en faïence à glaçure vert clair. La bélière se trouve à l’arrière, au niveau du cou du personnage.
Dim. : H. 1,8 ; l. 0,7 ; pr. 0,6.

455c) Personnage (?) indéterminé en faïence à glaçure blanche. La bélière se trouve sur le dessus de l’amulette.
Dim. : H. 1,5 ; pr. 0,8 ; l. 0,55.

456d) Ptah‑Patèque en faïence à glaçure blanche. La tête est séparée du corps : le cou devait être fragilisé par le passage de la perforation à cet endroit.
Dim. : H. 1,6 ; l. 0,85 ; pr. 0,75.

457e) Thot en faïence à glaçure blanche. Le dieu, appuyé à un pilier dorsal dans lequel est pratiquée la perforation, a la jambe gauche avancée et les bras le long du corps.
Dim. : H. 1,9 ; pr. 0,95 ; l. 0,6.

458f) Thouéris en faïence à glaçure bleue. La déesse à tête d’hippopotame a la jambe gauche avancée et les bras le long du corps. Le pilier dorsal est plus épais au niveau des épaules, où la perforation a été effectuée.
Dim. : H. 2,1 ; pr. 1 ; l. 0,6.

  • 86 Au Musée de Besançon est conservée une amulette (n° inv. 950.2.4) que caractérise le même contrast (...)

459g) Fruit en faïence à glaçure blanche avec de légères traces de glaçure bleue, de forme oblongue, dont le pourtour et le dessous sont pourvus de trois rangées de quadrillage en relief86. La bélière se trouve à la partie supérieure, qui est laissée lisse.
Dim. : H. 1,6 ; ø 1.

  • 87 Pour la méthode de description des scarabées et le vocabulaire employé, voir Kition II, p. 22.

460h) Scarabée87 en faïence à glaçure blanche, dont on distingue le clypeus encadré de plaques ; la tête et les yeux ne sont pas représentés, non plus que les pattes. Le prothorax est laissé lisse, tandis que les élytres sont décorés d’incisions verticales. Le pourtour est marqué d’une incision. La bélière est pratiquée dans une excroissance sous le scarabée, au centre.
Dim. : L. 1,5 ; l. 1,1 ; ép. 0,95.

  • 88 Un exemplaire du même type sur lequel les détails sont plus lisibles est conservé à Besançon (n° i (...)

461i) Truie de Nout en faïence à glaçure blanche avec des traces de bleu dans les creux et de noir à une extrémité. L’apparence générale de l’amulette ne laisse pas de doute quant à l’identification du sujet, néanmoins les détails caractéristiques ne sont pas reconnaissables (la légère protubérance que l’on observe à une extrémité peut aussi bien être les oreilles que la queue). La bélière est sur le dos de l’animal88.
Dim. : L. 1,95 ; l. 0,6 ; H. 1,3.

462j) Œil oudjat en faïence à glaçure blanche avec des traces de bleu à la partie inférieure. L’œil, tourné vers la droite, est complet mais en cinq fragments. La pupille est indiquée par un cercle noir.
Dim. : H. 1,7 ; l. 1,2 ; pr. 0,5.

Perles

463k) Une grande perle allongée en faïence à glaçure de couleur beige, sur laquelle ont été rapportés de petits « picots » en pâte de verre et des « boules » qui semblent être de petits coquillages. Les picots sont blancs et verts, les coquillages sont blancs, et forment huit rangées de cinq éléments en alternance (aucune n’est entière) : quatre rangées de picots, quatre rangées de coquillages.
Dim. : L. 1,8 ; ép. 1.

464l) Une perle en pâte de verre de forme triangulaire, marron à décor de cercles blancs à chaque angle. Comme la perle K02‑122 = KEF‑1173 (T. 379, fig. 50), à laquelle elle ressemble beaucoup, elle est peut‑être décorée d’une alternance de blanc et de marron plus foncé.
Dim. : ø 1,1 ; H. 0,65.

465m) Une perle en pâte de verre, sphérique légèrement aplatie, beige à décor de cercles concentriques blancs et bleus, disposés sur deux niveaux (2 x 4).
Dim. : ø 1 ; H. 0,85.

466n) Une perle en pâte de verre, de forme sphérique aplatie, bleue à décor de cercles concentriques bleus, blancs, gris (noirs ?) et jaunes (de l’intérieur vers l’extérieur), disposés sur deux niveaux (2 x 4).
Dim. : ø 1,05 ; H. 0,8.

467o) Une perle en pâte de verre brisée en quatre fragments ; la forme est complète, la perle était sphérique, de couleur blanc‑vert avec un décor de cercles concentriques bleus et blancs disposés sur deux niveaux (2 x 4).
Dim. : ø 0,8 ; H. 0,65.

468p) Une perle en pâte de verre, sphérique très aplatie, de couleur blanche avec décor de cercles concentriques noirs ou bleus alternant avec du blanc (légèrement différent de celui de la perle), disposés sur deux niveaux (2 x 4).
Dim. : ø 0,8 ; H. 0,5.

469q) Une perle en pâte de verre, de forme sphérique aplatie, blanche avec décor de cercles concentriques blancs et bleus, disposés sur une seule rangée (1 x 4). En trois fragments mais complète.
Dim. : ø 0,9 ; H. 0,6.

470r) Une perle en pâte de verre, de forme sphérique aplatie, verte avec décor de cercles concentriques vert foncé et blancs, disposés sur une seule rangée (1 x 4) mais couvrant presque toute la surface de la perle. Le centre des cercles était peut‑être bleu à l’origine.
Dim. : ø 0,75 ; H. 0,5.

471s) Une perle en pâte de verre jaune, sphérique aplatie, sans décor.
Dim. : ø 0,95 ; H. 0,65.

472t) Une petite perle‑disque blanc verdâtre, sans décor.
Dim. : ø 0,6 ; H. 0,3.

473u) Une petite perle gris vert, sans décor.
Dim. : ø 0,5 ; H. 0,4.

Résidus de matière bleue

474Deux boulettes de ce qui semble être une fritte de couleur bleue que l’on connaît sous le nom de « bleu égyptien ».

  • 89 Pour une perle similaire, découverte dans la tombe construite MLA 1742 (datée du Chypro-Archaïque  (...)

475K13‑119 = KEF‑1206 = n° 55 (fig. 91).
Petite perle tubulaire réalisée dans un matériau minéral qui présente des stries et de nombreux petits points, de couleur blanche : il pourrait s’agir de feldspath kaolinisé89.
Dim. : L. 0,6 ; ø 0,5.

476K13‑136 = KEF‑1209 = n° 62 (fig. 91).
Petite perle tubulaire similaire à K13‑119 = KEF‑1206, vraisemblablement en feldspath kaolinisé (blanc rosé, stries bien visibles, pas de petits points).
Dim. : L. 0,45 ; ø 0,5.

Métal

(par N. Denninger)

477K13‑25 = KEF‑1176 (fig. 91).
Restes de trois anneaux en bronze en mauvais état de conservation. Deux sont encore accolés. Découverts dans le coin sud‑ouest de la chambre. Zone perturbée (terrier).

478K13‑40 = KEF‑1177 (fig. 90).
Bracelet en bronze, entier, formé de trois fragments jointifs. Les deux extrémités se superposent, avec une légère torsion du métal.
Dim. : ø 5,5 ; ép. 0,6.

479Un quatrième fragment de métal semble être du fer ; on observe une légère incurvation : peut‑être l’extrémité d’un bracelet.
Dim. : L. 2,7 ; l. 0,5.

480L’ensemble a été découvert dans le coin sud‑est de la chambre.

481K13‑41 = KEF‑1178 (fig. 90).
Bracelet en fer, entier, fermé, présentant une excroissance à un endroit de la tige. Il a été découvert dans le coin sud‑est de la chambre, sous le crâne de Sq. 8 (adulte).
Dim. : ø 4,8 ; ø tige 0,6 ; ø excroissance 0,9.

  • 90 Les restes du troisième anneau sont disposés en cercle sur la photographie, mais la disposition de (...)

482K13‑61 = KEF‑1181 (fig. 91).
Au moins trois anneaux en bronze, dont deux agglomérés et très corrodés90. Ils ont été découverts au niveau du crâne de Sq. 6.
Dim. : ø approximatif : 1,5 ; ép. tige 0,15.

483K13‑62 = KEF‑1182 (fig. 90).
Bracelet en bronze, entier, composé de trois fragments qui se raccordent, trouvé dans la zone sud‑est de la chambre. Corrosion importante. On note une excroissance du côté opposé à l’ouverture, mais il est difficile de bien voir avec la gangue de terre.
Dim. : ø 4 ; ép. de la tige de part et d’autre de l’excroissance : 0,35 (section ovale).

484K13‑63 = KEF‑1183 (fig. 90).
Deux bracelets en bronze et fer découverts sur Sq. 3 (immature, 1,5‑2 ans) : ils entouraient son tibia gauche (fig. 86).

485a) un bracelet en bronze, complet, en deux fragments ; excroissance en face de l’ouverture.
Dim. : ø 6 ; H. tige 0,5 ; ép. tige 0,4 (section ovale).

486b) un fragment de bracelet en fer de section circulaire.
Dim. : L. 4,8 ; ø 5 ; ép. tige 0,7.

487Les résidus de métal montrent que les deux bracelets étaient superposés. Il s’agit d’anneaux de cheville.

488K13‑64 = KEF‑1184 (fig. 90).
Bracelet en bronze trouvé entre les tibias de Sq. 3 (immature, 1,5‑2 ans) : il a donc sans doute été utilisé comme anneau de cheville. Il est en plusieurs fragments (deux principaux) mais complet. Pas d’ouverture. Excroissance ou épaisseur due à la corrosion ?
Dim. : ø 5 ; H. tige 0,4 ; ép. tige 0,35 (section légèrement ovale).

489K13‑65 = KEF‑1185 (fig. 90).
Fragment de bracelet en fer de section circulaire qui ressemble beaucoup à K13‑63 = KEF‑1183, mais ne semble pas recoller avec lui. Il a été découvert autour du tibia droit de Sq. 3 : c’est aussi un anneau de cheville.
Dim. : L. 4,2 ; ø 0,6.

490K13‑116 = KEF‑1204 = n° 46 (fig. 90).
Deux fragments jointifs d’un bracelet en fer, de section circulaire, dont il manque une partie.
Dim. : ø 4,5 ; ø tige 0,45.

491K13‑134 = KEF‑1211 = n° 61 (fig. 91).
Anneau en bronze ouvert, de forme circulaire régulière. Il entourait une phalange humaine de main (l’os était vert d’oxydation), ce qui prouve que le bijou était porté en bague.
Dim. : ø 2,1 ; ø tige 0,3.

492K13‑600 = KEF‑1212 (fig. 91).

  • 91 Pour cette interprétation des clous isolés en contexte funéraire, voir Alfayé Villa 2010. Merci à (...)

493Clou en fer fixé sur un morceau de bois (du pin, selon l’identification de M. Socratous : voir ci‑dessous, chapitre 4, Analyses). L’objet est isolé, ce qui rend son interprétation difficile : élément de cercueil ou de coffre (mais les autres chevilles étaient en bois) ? Objet magique91 ?
Dim. : L. 3,8 ; l. 1,8 ; ép. 2,2.

494On a également recueilli dans cette couche une scorie de bronze, probablement intrusive.

Bouchon de jarre en terre crue

495K13‑507 (fig. 96). Argile marron, petites inclusions. Découvert brisé en plusieurs morceaux près du stomion, il devait probablement fermer l’amphore commerciale de type levantin K13‑20 = KEF‑1307 (fig. 96). D’après les frg. recueillis, il devait être de forme circulaire.

Matériel céramique

Lampes fermées de type grec à vernis noir

  • 92 Pour le type, Salamine VII, p. 36‑40, pl. 55 ; pour les trouvailles de Salamine : Salamine I, p. 3 (...)
  • 93 Voir Howland 1958, p. 72‑74 (type 25B).

496Les deux exemples entrent dans la catégorie des lampes tournées fermées à anse en tenon percé et profil globulaire. Le type est importé puis rapidement imité à Chypre, par exemple à Salamine92. Il est probable que les deux lampes de la tombe 396 sont des productions chypriotes. Les contextes de l’Agora d’Athènes suggèrent une datation des prototypes dans la seconde moitié du ive s. av. J.‑C.93.

  • 94 KB II, p. 50‑53.
  • 95 Kition VI, pl. CLXXVI, 3551, 4137 ; pl. CLXXXII, 4720 ; pl. CLXXXVI, 4014 ; Oziol 2003, pl. 14.
  • 96 Hadjisavvas 2012, p. 58‑59, n° 36 (tombe 17, dont la dernière utilisation est datée du ive s. av.  (...)
  • 97 Hadjisavvas 2012, p. 240, fig. 142, n° 2 (tombe 6) ; p. 242, fig. 143, n° 14 (tombe 5) ; p. 244, f (...)
  • 98 Yon et Callot 1987, p. 161, p. 162, fig. 10 et pl. LII. La tombe (MLA 1152) est datée par ses foui (...)

497Des lampes tournées fermées proviennent de divers contextes de Kition. Un bel ensemble a été retrouvé dans les égouts de Bamboula (niveaux du ive s. av. J.‑C.)94. Quelques exemples sont illustrés dans la publication des niveaux classiques de Kition‑Kathari95. Plusieurs proviennent de tombes fouillées à Kition‑Mnimata96 et dans la nécropole d’Agios Prodromos97. Deux lampes de ce type ont été découvertes dans une tombe creusée de la nécropole voisine d’Agios Georgios, sous une extension du cimetière grec orthodoxe moderne98.

498K13‑24 = KEF‑1286 = n° 5 (fig. 92). Pâte beige, petites inclusions noires. Vernis mat, très écaillé. Traces de feu sur le bec. H. 3,4 ; L. 8 ; ø ouverture 2. La lampe était tenue par un défunt (Sq. 6, adulte).

499K13‑53 = KEF‑1287 = n° 19 (fig. 92). Même pâte, même vernis. H. 3,4 ; L. 7,5 ; ø ouverture 1,9.

Lampes-coupelles Plain White

500Les quatre exemplaires de la tombe présentent un profil très aplati, avec une large lèvre étalée, autant de traits morphologiques avancés.

501K13‑105 = KEF‑1288 = n° 41 (fig. 92). Pâte beige, petites inclusions noires. H. max. 4 ; ø 12. Le fond a été raclé (« shaved »). Le bec est noirci.

502K13‑144 = KEF‑1289 = n° 60 (fig. 92). Pâte beige, petites inclusions noires. H. max. 3,8 ; ø 10,2. Le fond a été découpé à la ficelle (« string‑cut »). Le bec est noirci.

503K13‑140 = KEF‑1291 = n° 59 (fig. 92). Pâte blanchâtre, petites inclusions noires. H. max. 3,5 ; ø 10,2. Le fond a été découpé à la ficelle (« string‑cut »). Le bec est noirci. La lampe était tenue par Sq. 15 (adulte).

504K13‑103 = KEF‑1290 = n° 39 (fig. 92). Pâte ocre, petites inclusions noires et rouges. H. max. 3,8 ; ø 10,3. Le fond a été raclé (« shaved »). Le bec est noirci. Il manque un fragment de la lèvre, qui n’a pas été retrouvé parmi les tessons recueillis. La lampe était tenue par un défunt (Sq. 8, adulte).

5054 autres bords de lampes‑coupelles PW recueillis dans cette couche proviennent probablement du comblement du dromos infiltré dans la chambre, tout comme les 2 frg. de « cup-and-saucer », qui documentent l’existence d’au moins un exemplaire de ce type, inconnu parmi le matériel déposé dans la chambre.

Céramique décorée

506Cette catégorie n’est représentée que par des tessons probablement intrusifs :

  • importations : 2 frg. de formes ouvertes à vernis noir, 1 frg. de panse d’amphore importée de Grèce de l’Est ;
  • WP : NR = 4.
  • Bichr. : NR = NMI = 1.
  • BoR et Bichr.R. « Blackened » : NR = 6 (panse d’amphorisque à décor de feuillage).

Coarse Ware

507Comme la précédente, cette catégorie n’est illustrée que par des tessons infiltrés : NR = 8.

Plain White

Formes fermées
Cruches et cruchons

Anse de la lèvre à la panse et panse globulaire

À panse globulaire et ouverture ronde

508Les trois exemplaires recueillis sur le sol de la chambre sont proches de ceux qui étaient déposés dans les niches de la tombe 380, dont on a daté la fermeture du ive s. av. J.‑C.

509K13‑26 = KEF‑1300 = n° 6 (fig. 94). Pâte beige, inclusions noires et rouges. Fond plat très saillant, légèrement concave. Panse raclée (« shaved »). Des restes d’ossements très altérés ont été retrouvés à l’intérieur du vase (voir ci‑dessus, restes fauniques). H. 13,3 (avec l’anse) ; ø 5.

510K13‑22 = KEF‑1301 = n° 3 (fig. 94). Pâte beige, petites inclusions noires. Corps globulaire allongé. Petit fond plat très saillant, légèrement concave. Panse raclée (« shaved »). H. 13,5 ; ø 5.

511K13‑122 = KEF‑1302 = n° 44 (fig. 94). Pâte beige, petites inclusions noires. La partie inférieure de la panse a été raclée (« shaved »). H. 9,7 ; ø 3,8. La cruche se trouvait sous le bras gauche de Sq. 2 (adulte).

À panse globulaire et ouverture pincée

512K13‑28 = KEF‑1303 = n° 8 (fig. 94). Pâte blanchâtre, inclusions noires. La partie inférieure de la panse a été raclée (« shaved »). L’ouverture est à peine pincée. H. 10,4 ; ø 3,3.

513K13‑23 = KEF‑1304 = n° 4 (fig. 94). Pâte blanchâtre, inclusions noires. Col étroit, rebord très évasé. Traces de raclage sur la panse. Base en anneau fin. H. 13 ; ø 3,6. Un fragment de la lèvre manque.

514K13‑96 = KEF‑1305 = n° 32 (fig. 94). Pâte beige rosé, blanche en surface, petites inclusions noires et rouges. Surface lissée. H. 11 ; ø 2,8.

Anse de la lèvre à la panse et corps en sac, fond plat

515Toutes les cruches à corps en sac possèdent un fond plat, ce qui est un indice chronologique à Kition : la forme ne devient populaire qu’au cours du ive s. av. J.‑C., la forme à fond pointu, strictement fidèle au modèle levantin, étant jusqu’alors presque exclusivement représentée dans le répertoire local. On peut distinguer deux séries, selon le format. De nombreuses petites variations morphologiques sont observables, tant au niveau du col (plus ou moins marqué, avec un rebord rectiligne ou évasé) que du fond (plat, plat saillant, légèrement concave) ou de l’anse (de section ronde, en ruban, torsadée). Ces détails traduisent sans doute des spécificités d’ateliers. Ils ne semblent pas avoir de portée chronologique.

516Certains procédés techniques sont levantins : ainsi la façon de découper le fond à la ficelle du tour (« string‑cut ») ou la façon de racler, au tour lent, l’excédent de pâte sur la panse (surfaces « shaved »). On remarque la qualité généralement grossière des finitions. Certains exemples sont déformés. Le lot déposé dans la chambre comprenait même un accident de cuisson (K13‑99 = KEF‑1322, fig. 95).

Format moyen

517K13‑145 = KEF‑1308 = n° 66 (fig. 94). Pâte blanchâtre, petites inclusions noires ; fond plat découpé à la ficelle (« string‑cut »). Panse raclée (« shaved »). H. 16,5 ; ø 4,2.

518K13‑121 = KEF‑1309 = n° 43 (fig. 94). Pâte ocre, petites inclusions noires. H. 14,7 ; ø 3,4. La cruche se trouvait sous le bras gauche de Sq. 2 (adulte).

519K13‑97 = KEF‑1310 = n° 33 (fig. 94). Même pâte. H. 14,8 ; ø 3,8.

520K13‑93 = KEF‑1311 = n° 29 (fig. 94). Même pâte. H. 16 ; ø 4,4.

521K13‑94 = KEF‑1312 = n° 30 (fig. 95). Pâte blanchâtre, inclusions noires. H. 16,8 ; ø 4,5.

522K13‑51 = KEF‑1313 = n° 17 (fig. 95). Pâte beige, petites inclusions noires. Stries de tournassage bien visibles. Partie inférieure de la panse raclée (« shaved »), fond plat découpé à la ficelle (« string‑cut »). H. 13,7 ; ø 4,5.

523K13‑57 = KEF‑1314 = n° 23 (fig. 95). Même pâte. H. 13,8 ; ø 4,2.

524K13‑98 = KEF‑1315 = n° 34 (fig. 95). Pâte blanchâtre, inclusions noires. Le fond plat saillant est distingué de la panse par un ressaut (il a été ajouté). Stries de tournassage visibles, partie inférieure de la panse raclée (« shaved »). H. 13,8 ; ø 4,6.

525K13‑95 = KEF‑1316 = n° 31 (fig. 95). Même pâte, même type. H. 13,5 ; ø 4,8.

526K13‑131 = KEF‑1317 = n° 51 (fig. 94). Pâte blanchâtre, petites inclusions noires et rouges. Surface raclée (« shaved »). H. 16 ; ø 4,5.

527K13‑130 = KEF‑1318 = n° 50 (fig. 95). Même pâte, même type. H. 14,4 ; ø 4,5.

528K13‑132 = KEF‑1319 = n° 52 (fig. 95). Pâte beige, petites inclusions noires. La panse est déformée. La partie inférieure a été raclée (« shaved »). H. 13,5 ; ø 4,5.

529K13‑27 = KEF‑1320 = n° 7 (fig. 95). Même pâte, même type. H. 14,5 ; ø 5,3. Des restes d’ossements très altérés ont été retrouvés à l’intérieur du vase (voir ci‑dessus, restes fauniques).

530K13‑76 = KEF‑1321 = n° 27 (fig. 94). Pâte beige, inclusions noires et grosses inclusions rouges. H. 16 ; ø 4.

531K13‑99 = KEF‑1322 = n° 35 (fig. 95). Pâte verdâtre surcuite, inclusions noires. Panse et col complètement déformés, aplatis. H. 14,8. Ce vase est un déchet d’atelier, qui n’a jamais pu servir.

Format miniature

532K13‑141 = KEF‑1323 = n° 64 (fig. 92). Pâte beige, petites inclusions noires. Fond plat découpé à la ficelle (« string‑cut »). H. 8,5 ; ø 3,6.

533K13‑100 = KEF‑1324 = n° 36 (fig. 92). Même pâte, même type. H. 8 ; ø 3,5.

534K13‑45 = KEF‑1325 = n° 11 (fig. 92). Pâte beige, inclusions noires. Fond découpé à la ficelle (« string‑cut »), sommairement ravalé. Anse en ruban déformée. H. 10 ; ø 4,2.

535K13‑129 = KEF‑1326 = n° 49 (fig. 92). Même pâte, même type. H. 8,1 ; ø 4.

536K13‑128 = KEF‑1327 = n° 48 (fig. 92). Même pâte, même type. H. 7,2 ; ø 3,7.

537K13‑52 = KEF‑1328 = n° 18 (fig. 93). Même pâte, même type. H. 7 ; ø 3,5.

538K13‑44 = KEF‑1329 = n° 10 (fig. 93). Même pâte, même type. H. 7,5 ; ø 3,8.

539K13‑75 = KEF‑1330 = n° 26 (fig. 93). Même pâte, même type. H. 7,6 ; ø 3,7.

540K13‑49 = KEF‑1331 = n° 15 (fig. 93). Même pâte, même type. H. 9,5 ; ø 4. Un fragment de la lèvre manque.

541K13‑47 = KEF‑1332 = n° 13 (fig. 93). Même pâte, même type. H. 10,2 ; ø 4,5. Un fragment de la lèvre et l’anse manquent.

542K13‑50 = KEF‑1333 = n° 16 (fig. 93). Même pâte, même type. H. 7,7 ; ø 3,8.

543K13‑48 = KEF‑1334 = n° 14 (fig. 93). Même pâte, même type. H. 9,5 ; ø 4,4.

544K13‑54 = KEF‑1335 = n° 20 (fig. 93). Même pâte, même type. La partie inférieure de la panse est déformée et grossièrement ravalée. H. 10 ; ø 4,5.

545K13‑56 = KEF‑1336 = n° 22 (fig. 93). Même pâte, même type. L’anse est torsadée. H. 10,5 ; ø 4,2.

546K13‑46 = KEF‑1337 = n° 12 (fig. 93). Même pâte, même type. L’anse est torsadée. H. 8,3 ; ø 4.

547K13‑104 = KEF‑1338 = n° 40 (fig. 93). Pâte blanchâtre, petites inclusions noires. H. 8 ; ø 3,5.

548K13‑127 = KEF‑1339 = n° 47 (fig. 93). Même pâte, même type. H. 9,4 ; ø 3,5.

549K13‑59 = KEF‑1340 = n° 25 (fig. 93). Même pâte, même type. H. 7,8 ; ø 4.

550K13‑143 = KEF‑1341 = n° 67 (fig. 93). Même pâte, même type. H. 9,5 ; ø 3,5.

551K13‑55 = KEF‑1342 = n° 21 (fig. 93). Pâte beige, inclusions noires. La panse est plus courte et le rebord plus évasé que dans les exemplaires précédents. H. 7,1 ; ø 5,1.

552K13‑58 = KEF‑1343 = n° 24 (fig. 93). Même pâte, même type. H. 8,5 ; ø 4,3.

553K13‑43 = KEF‑1344 = n° 9 (fig. 93). Même pâte, même type. H. 8,7 ; ø 5.

554La catégorie des cruches à corps en sac est également documentée par la découverte de 13 tessons (NMI = 11, dont K13‑106 = n° 42), probablement intrusifs.

Amphores

Amphore Plain White à anses horizontales

555K13‑21 = KEF‑1306 = n° 2 (fig. 82 in situ ; fig. 96). Pâte beige, petites inclusions noires. Une seule anse conservée ; les traces d’arrachement de l’autre, qui a dû se décoller et n’a pas été retrouvée, sont bien visibles. Il est probable que le vase a été déposé dans la tombe alors que l’anse était déjà manquante. H. 36 ; ø 16,5.

Amphore commerciale de type levantin

556Le seul exemplaire déposé dans la chambre possède un corps allongé en obus et une seule anse. Le type est récent dans la série. Il est attesté parmi le matériel retrouvé dans les tombes de la nécropole de Kition-Mnimata. Un fragment provient du comblement du dromos de la tombe 380 de Kition-Pervolia, qu’on a daté du ive s. av. J.‑C. (K02‑65, fig. 62).
K13‑20 = KEF‑1307 = n° 1 (fig. 82 in situ ; fig. 96). Pâte ocre, inclusions noires. H. 65 ; ø 7.
Des tessons, probablement infiltrés avec le sédiment provenant du dromos, appartiennent à cette catégorie : NR = 27 ; NMI = 2.
Enfin, 115 tessons de cruches (dont on ne peut pas identifier le type précis) ont été ramassés : ils sont, comme les précédents, sans doute intrusifs.

Formes ouvertes

557On remarque les mêmes procédés techniques que pour les cruches et cruchons, dans la réalisation des vases (fond découpé à la ficelle) comme dans les traitements de surface (raclage). De même, les exemplaires de petites dimensions sont préférés.

Bols à lèvre ronde

558Les profils sont variés : peu profonds, de profondeur moyenne ou profonds. Les lèvres ne sont jamais rentrantes. Les bols ne possèdent pas d’anse.

559K13‑142 = KEF‑1296 = n° 65 (fig. 96). Pâte beige, petites inclusions noires et rouges. Le fond a été découpé à la ficelle (« string‑cut »). H. 4,2 ; ø 7,5.

560K13‑133 = KEF‑1297 = n° 53 (fig. 96). Pâte ocre, petites inclusions noires et rouges. Fond découpé à la ficelle (« string‑cut »), bas de la panse raclé (« shaved »), stries de tournassage bien visibles. H. 5 ; ø 14,5.

561K13‑101 = KEF‑1298 = n° 37 (fig. 96). Pâte blanchâtre, inclusions noires et rouges. Stries de tournassage bien visibles. Ouverture déformée. H. 3,8 ; ø 10,4.

562K13‑139 = KEF‑1299 = n° 58 (fig. 96). Incomplet (une partie du bord manque). Pâte beige, petites inclusions noires. H. 5 ; ø 14.

5634 tessons, appartenant à 4 bols différents, documentent également ce type. Ils sont probablement intrusifs.

Assiettes à marli

564Elles possèdent toutes un marli très large, rectiligne, et un profil très ouvert.

565K13‑123 = KEF‑1292 = n° 45 (fig. 96). Pâte beige, inclusions noires et rouges. H. 2 ; ø 12.

566K13‑138 = KEF‑1293 = n° 57 (fig. 96). Pâte beige, inclusions noires. H. 2,4 ; ø 10,6.

567K13‑102 = KEF‑1294 = n° 38 (fig. 96). Pâte blanchâtre, petites inclusions noires et rouges. H. 2,5 ; ø 14,3. Il manque un frg. du bord.

568Des tessons d’assiettes à marli ont également été recueillis dans cette couche (NR = 24 ; NMI = 23, dont K13‑92 = n° 28). Ils proviennent vraisemblablement du comblement infiltré du dromos.

Assiette à très large marli et cupule sur le fond

569K13‑137 = KEF‑1295 = n° 54 (fig. 96). Pâte beige à ocre, petites inclusions noires et rouges. H. 4,5 ; ø 17,5.

5703 frg. de panse de bols, probablement intrusifs, complètent cet inventaire.

les restes humains

(par Pr. Vareilles)

571La tombe 396 était collective (fig. 72) : elle a accueilli des dépôts successifs dont la chronologie relative peut être esquissée, sans qu’on puisse cependant en reconstituer l’ensemble des étapes. Il est probable que les dépôts placés le long des parois, auxquels ont succédé des dépôts postérieurs qui les ont parfois perturbés, sont les plus anciens : Sq. 1 le long de la paroi nord et Sq. 23 le long de la paroi est. Quant aux corps d’orientation est‑ouest, le long de la paroi sud, devant l’ouverture de la chambre dont ils bloquaient l’entrée, ils sont sans doute les plus récents. Sq. 11 ou Sq. 18 pourraient être les derniers.

572Tous les dépôts étaient primaires : les corps se sont décomposés là où leurs squelettes ont été mis au jour. On n’a observé aucun réaménagement de l’espace. La seule exception pourrait être Sq. 12, qui semble avoir été légèrement repoussé vers la paroi est de la tombe. Ce remaniement limité a dû toutefois intervenir très vite après le dépôt, alors que la phase de décomposition n’était pas achevée : les connexions anatomiques sont préservées.

573Comme dans la tombe 379, les défunts étaient déposés sur le dos, les membres en extension. Seuls les squelettes d’un adulte (Sq. 12) et d’un enfant (Sq. 13) étaient en semi‑flexion. La plupart avaient les pieds joints. Les mains étaient souvent ramenées sur le bassin. L’orientation des corps suit, dans l’ensemble, celle des parois de la chambre : la tête est le plus souvent au sud, dans le cas d’une orientation nord‑sud (les seules exceptions sont l’immature Sq. 3 et l’adulte Sq. 12, dont la tête reposait au nord) ; toujours à l’est, dans le cas d’une orientation est‑ouest. Sq. 6 et Sq. 18 avaient une orientation légèrement différente, en oblique par rapport à l’axe des parois. Quant à Sq. 12, sa position inhabituelle est peut‑être due à un réaménagement limité de l’espace, postérieur à son dépôt.

574Comme ceux de la tombe 379, les corps de la tombe 396 étaient vraisemblablement enveloppés dans un contenant souple, en matériau organique : c’est ce qu’indiquent l’emplacement et les degrés de connexion des os, qui ne sont pas sortis du volume initial du corps. Des observations isolées suggèrent la présence de supports ou de contenants en bois, comme dans la tombe 379, malgré l’absence de pierres sur le sol (Sq. 1, Sq. 10).

575Comme dans la tombe 379 également, la plupart des offrandes étaient rassemblées dans les coins de la chambre, notamment de part et d’autre de l’entrée (sans qu’on puisse toutefois déterminer si cet emplacement est originel ou s’il s’agit de la position finale des offrandes, au moment de la fermeture définitive de la chambre). Quoi qu’il en soit, peu d’objets sont associés à des défunts. Certains adultes tenaient une lampe dans les mains, ramenées sur le bassin (Sq. 6, Sq. 8 et Sq. 15). Un cas particulier est constitué par les parures (colliers de perles et d’amulettes, bracelets), portées par des individus immatures. On notera les bracelets de cheville de Sq. 3, dont on trouve l’écho dans les représentations sculptées de « temple boys ».

  • 99 Scheuer et Black 2000.
  • 100 Moorrees, Fanning et Hunt 1963 ; Uberlaker 1979.
  • 101 Maresh 1970.

576En raison de la mauvaise conservation des os coxaux, on n’a pas pu déterminer le sexe des individus matures ni leur âge. Leur identification comme individus matures repose sur l’observation du stade de fusion des épiphyses99 : le processus de maturation osseuse est, chez ces individus, achevé. L’âge des immatures a pu être estimé grâce à l’observation de leurs dents100 et, en l’absence de dents ou de germes dentaires et si l’état de conservation des ossements le permettait, en utilisant une méthode métrique101. On remarquera l’absence anormale d’enfant âgé de moins d’un an, comme dans la tombe 379.

  • 102 En utilisant la méthode de Trotter 1970. Comme cette méthode repose sur une différenciation selon (...)

577Dans les quelques cas où il a été possible de prendre des mesures, on a estimé la stature moyenne des individus102, en l’occurrence quatre individus matures (Sq. 1, 6, 8 et 9). On a également pu prendre des mesures sur un immature (Sq. 3). En raison de la grande fragilité des ossements, les mesures ont été effectuées sur le terrain, avant le prélèvement des squelettes.

578De manière générale, les ossements étaient dans un très mauvais état, en raison de l’acidité du sol. Aucun squelette complet n’était conservé.

  • 103 Les squelettes 18, 19, 21 et 24 ont été fouillés après mon départ : leur localisation repose sur l (...)

57924 squelettes en connexion anatomique ont été dégagés sur le sol de la chambre, correspondant à 18 individus matures (âgés de plus de 19 ans) et à 6 immatures (âgés de moins de 19 ans)103.

Tableau 15 – Tombe 396. Répartition des individus par classe d’âge.

Classe d’âge Effectif Sq.
1-4 3 3, 20, 21
5-9 2 13, 22
10-16 1 14
20 ans et plus 18 1, 2, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 0, 11, 12, 15, 16, 17, 18, 19, 23, 24
Sq. 1. Adulte.

580Contre la paroi nord de la tombe, orientation est‑ouest, tête à l’est.

581Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

582Le défunt a été placé sur le dos, bras le long du corps, les membres inférieurs en extension.

583Le corps a été perturbé : un tunnel, menant à un terrier creusé dans la paroi nord de la chambre, a sectionné le fémur gauche. La position du membre inférieur gauche suggère un glissement après le relâchement des ligaments au niveau des articulations persistantes : peut‑être l’individu reposait‑il sur une planche en bois (ou dans un cercueil).

584D’après les dimensions du tibia droit (36,4 cm), on peut restituer une stature moyenne de 168,86 cm. Des traces de tartre ont été observées sur la troisième molaire inférieure gauche.

Sq. 2. Adulte. Fig. 87.

585Dans la partie sud de la tombe, orientation est‑ouest, tête à l’est.

586Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

587Le défunt a été placé sur le dos, membres en extension, pieds joints. Le bras gauche reposait sur deux cruches : K13‑121 = KEF‑1309 = n° 43 et K13‑122 = KEF‑1302 = n° 44 (fig. 94).

588Sq. 11 a été déposé sur Sq. 2.

Sq. 3. Immature (1,5‑2 ans104). Fig. 86.
  • 104 Âge estimé selon la méthode de Maresh 1970.

589Contre la paroi est de la tombe, orientation nord‑sud, tête au nord.

590Dépôt primaire.

591Seuls les membres inférieurs (tibia et fibula droits, tibia gauche), un fragment d’humérus droit et quelques restes osseux identifiés comme provenant du crâne étaient conservés.

  • 105 Voir, par exemple, des statuettes de la collection Cesnola à New York (Hermary et Mertens 2014, n° (...)

592Le défunt a été placé sur le dos, membres inférieurs en extension. Deux bracelets superposés, en bronze et en fer (K13‑63 = KEF‑1183), entouraient le tibia gauche, un bracelet en fer (K13‑65 = KEF‑1185) le tibia droit ; un autre bracelet en bronze (K13‑64 = KEF‑1184) était placé entre les deux tibias. Ce mode de parure (anneaux aux chevilles) est bien connu par les représentations d’enfants dits « temple boys »105. C’est la première fois, à notre connaissance, qu’on en trouve l’attestation archéologique à Chypre.

593Sq. 5 a été partiellement déposé sur Sq. 3.

594La diaphyse du tibia mesure 12,5 cm.

Sq. 4. Adulte.

595Contre la paroi est de la tombe, orientation nord‑sud, tête au sud.

596Dépôt primaire (les connexions anatomiques sont bien conservées), le corps s’est décomposé dans un espace vide.

597Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension.

598L’arc dentaire gauche de la mandibule présente un tartre généralisé.

599Sq. 5 a été posé sur Sq. 4. La mise en place de Sq. 12 a perturbé Sq. 4.

Sq. 5. Adulte.

600Contre la paroi est de la tombe, orientation nord‑sud, tête au sud.

601Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

602Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension. Les mains étaient probablement ramenées sur le bassin : la main gauche était posée sur le pubis, la main droite passait sous l’os iliaque.

603Sq. 5 reposait sur Sq. 4 et Sq. 3.

604Tartre sur la première molaire inférieure droite.

Sq. 6. Adulte.

605Dans la partie sud de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’est. Le corps est en position légèrement oblique par rapport aux parois (nord‑ouest/sud‑est).

606Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

607Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension, les mains probablement posées sur le bassin : l’avant‑bras droit était rabattu sur l’os iliaque droit, l’avant‑bras gauche sur l’os iliaque gauche.

  • 106 Voir les exemples de la collection Cesnola à New York : Hermary et Mertens 2014, n° 252‑254, 257‑2 (...)

608Il tenait sans doute dans ses mains ramenées sur le bassin une lampe (K13‑24 = KEF‑1286 = n° 5, fig. 92) qui reposait sur l’os iliaque droit. On a découvert sous son crâne un collier de perles et d’amulettes (K13‑60 = KEF‑1179, fig. 91 et K13‑42 = KEF‑1180, fig. 90). Ce type de parure est généralement caractéristique des enfants (en particulier tels qu’ils sont représentés dans la série des « temple boys »), le collier étant porté autour du cou ou en bandoulière106. Mais ce n’est pas exclusif, comme le montre le collier découvert près du crâne d’un adulte dans la tombe archaïque 398 (K14‑58 = KEF‑1225, fig. 134-135). On a également trouvé près du crâne de Sq. 6 de petits anneaux de bronze (K13‑61 = KEF‑1181, fig. 91).

609D’après les dimensions du tibia gauche (32 cm), la stature moyenne de l’individu est estimée à 156,80 cm. Plusieurs pathologies dentaires ont été observées : tartre sur la seconde prémolaire inférieure droite ; hypoplasie de l’émail dentaire sur la canine supérieure droite.

610Sq. 11 a été partiellement déposé sur Sq. 6.

Sq. 7. Adulte.

611Contre la paroi ouest, orientation nord‑sud, tête au sud.

612Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

613Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension.

614Sq. 7 a été déposé sur Sq. 14.

Sq. 8. Adulte.

615Contre la paroi ouest, orientation nord‑sud, tête au sud.

616Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

617Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension, pieds joints, les mains ramenées sur le bassin.

618Une lampe‑coupelle (K13‑103 = KEF‑1290 = n° 39, fig. 92) a été retrouvée sur le bassin : il est probable que l’individu la tenait de ses deux mains ramenées sur le ventre. Un bracelet en fer a également été mis au jour sous son crâne (K13‑41 = KEF‑1178, fig. 90).

619D’après les dimensions de son fémur gauche (38,3 cm), sa stature peut être estimée à 155,70 cm environ.

620L’individu présente plusieurs pathologies dentaires : du tartre sur les premières et secondes prémolaires gauches de la mandibule, ainsi que sur les premières et secondes molaires gauches.

621Sq. 8 reposait sur Sq. 14 et sous Sq. 13.

Sq. 9. Adulte.

622Dans la partie nord de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’est.

623Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

624Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension, les pieds joints, les mains ramenées sur le bassin. L’articulation scapulo‑humérale est étroite et suggère un maintien par contention (linceul ?).

625D’après les dimensions de son tibia gauche (37 cm), sa stature peut être estimée à environ 170,34 cm.

626On remarque la présence de tartre sur les deux premières molaires (droite et gauche) de la mandibule.

627Sq. 9 reposait partiellement sous Sq. 10.

Sq. 10. Adulte.

628Dans la partie ouest de la chambre, orientation nord‑sud, tête au sud.

629Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

630Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension, les pieds joints. Les mains étaient sans doute ramenées sur le bassin : la main gauche apparaissait par la face palmaire, sous l’os iliaque gauche, tandis que l’ulna droit était sur l’os iliaque droit.

631Le corps reposait selon une pente est‑ouest. Le membre supérieur gauche était situé à un niveau plus bas, à l’ouest, que le thorax, à l’est. Par ailleurs, le membre supérieur gauche était aligné avec le bassin et le membre inférieur gauche : l’effet de paroi ainsi visible suggère l’existence d’un contenant rigide (cercueil en bois ?) contre lequel Sq. 10 a buté vers l’ouest, durant sa phase de décomposition. Les tibias présentaient une position inhabituelle : légèrement fléchis, en face d’apparition antéro‑médiale pour le tibia gauche et postéro‑latérale pour le tibia droit. Peut‑être peut‑on l’expliquer par un effondrement du fond du contenant vers l’ouest, qui aurait entraîné la rotation des membres inférieurs.

632L’individu présentait plusieurs pathologies dentaires : hypoplasie de l’émail dentaire sur la canine et l’incisive droites ; tartre sur les premières incisive et canine droites de la mandibulaire, ainsi que sur les secondes molaires maxillaires (droite et gauche).

633Sq. 10 reposait partiellement sur les Sq. 9, 16 et 17.

Sq. 11. Adulte.

634Dans la partie sud de la tombe, orientation est‑ouest, tête à l’est.

635Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

636Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension, les pieds joints. Le crâne n’a pas été préservé. Les membres supérieurs sont partiellement conservés : l’ulna gauche est rabattu sur l’abdomen, ce qui suggère que l’individu avait les deux mains posées sur le bassin. Quelques côtes conservées indiquent la mise à plat complète de la cage thoracique, sans effet de contrainte ni de contention. Il en est de même pour le bassin qui, très fragmenté, n’a pu être observé qu’en négatif : il est ouvert. L’articulation sacro‑iliaque est lâche.

637On observe du tartre sur la seconde molaire gauche mandibulaire.

638Sq. 11 reposait sur Sq. 2, Sq. 6 et Sq. 15.

Sq. 12. Adulte.

639Dans la partie ouest de la chambre, orientation nord‑sud, tête au nord.

640Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

641Le corps était en position dorso‑latérale, en semi‑flexion. Le défunt a sans doute été placé sur le dos, puis un remaniement est intervenu durant la phase de décomposition : le corps a été repoussé depuis le milieu de la cage thoracique, ce qui a entraîné un déplacement du bassin et des membres inférieurs. Les vertèbres lombaires ont été perturbées et dessinent une ligne courbe. Le bassin, fragmenté, présente également des traces de perturbation. L’os coxal gauche repose sur l’os coxal droit. Les membres inférieurs sont en semi‑flexion et se rejoignent au niveau de l’extrémité distale des tibias. Le fémur gauche repose partiellement sur le fémur droit. L’ulna droit est rabattu sur l’abdomen, comme l’avant‑bras gauche (ulna et radius). La clavicule gauche montre une verticalisation prononcée, qui suggère que l’individu reposait dans un linceul.

642L’individu présentait plusieurs pathologies : hypoplasie de l’émail dentaire sur la première prémolaire gauche ; enthésopathie sur la clavicule droite (acromion), au niveau de l’attache ligamentaire du muscle deltoïdien et du muscle trapézoïde.

Sq. 13. Immature (5‑6 ans107).
  • 107 Âge déterminé selon la méthode d’Uberlaker 1979 et de Moorrees, Fanning et Hunt 1963.

643Contre la paroi ouest de la chambre, orientation nord‑sud, tête au sud.

644Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

645Le corps était en position dorsale, en semi‑flexion.

Sq. 14. Immature (12‑16 ans108).
  • 108 Estimation selon la méthode de Scheuer et Black 2000.

646Contre la paroi ouest de la chambre, orientation nord‑sud, tête au sud.

647Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

648Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension.

649Sq. 14 reposait sous Sq. 7 et Sq. 8, ses membres inférieurs recouvraient Sq. 20.

Sq. 15. Adulte.

650Au sud de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’est.

651Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

652Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension, les pieds joints. Les scapulas droite et gauche apparaissent par leur face antérieure, avec un léger effet de contrainte. L’avant‑bras droit est rabattu sur l’abdomen ; l’avant‑bras gauche est le long du corps, la main passant sous l’os iliaque gauche.

653On peut associer plusieurs objets à ce défunt : une lampe‑coupelle a été retrouvée sur l’os coxal droit (K13‑140 = KEF‑1291 = n° 59, fig. 92), elle était probablement tenue dans la main ramenée sur le bassin ; des coquillages (K13‑135 = KEF‑1210 = n° 63, fig. 90) étaient posés à ses pieds.

654L’individu présentait des pathologies dentaires : tartre sur la première molaire mandibulaire gauche, traces d’hypoplasie de l’émail dentaire.

655Sq. 15 reposait sous Sq. 11 et recouvrait Sq. 16.

Sq. 16. Adulte.

656Au sud de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’est (le corps est légèrement placé en oblique, nord‑ouest/sud‑est).

657Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

658Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension, les pieds joints.

659Sq. 16 reposait sous Sq. 10 et Sq. 15.

Sq. 17. Adulte.

660Dans la partie ouest de la chambre, orientation nord‑sud, tête au sud.

661Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

662Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension. L’avant‑bras droit est le long du corps, en semi‑flexion ; l’avant‑bras gauche est étendu le long du corps.

663Le défunt avait une carie sur la première molaire mandibulaire gauche.

664Sq. 17 reposait sous Sq. 9 et Sq. 10. Il recouvrait partiellement Sq. 24.

Sq. 18. Adulte.

665Au centre de la chambre, orientation sud‑ouest/nord‑est, tête au nord‑est.

666Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

667Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension, les bras le long du corps, les pieds joints.

668Sq. 18 reposait sur Sq. 6, Sq. 15, Sq. 16, Sq. 22 et Sq. 24.

Sq. 19. Adulte.

669Dans la partie est de la chambre, orientation nord‑sud, tête au sud.

670Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

671Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension, les deux mains ramenées sur le bassin, les pieds joints.

672L’individu présentait plusieurs pathologies dentaires : tartre sur la mandibule gauche (canine, première et seconde prémolaires, première molaire), sur le maxillaire (seconde et troisième molaires droite et gauche, premières prémolaires supérieures gauche et droite, seconde prémolaire supérieure droite).

673Sq. 19 reposait sur Sq. 24 ; il était recouvert par Sq. 6 et Sq. 12.

Sq. 20. Immature (2,5 à 3 ans109).
  • 109 Âge estimé d’après la méthode de Moorrees, Fanning et Hunt 1963.

674Partie nord‑ouest de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’est.

675Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

676Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension (les membres inférieurs sont toutefois seulement partiellement préservés), les deux bras le long du corps.

677Sq. 20 reposait sous Sq. 7, Sq. 10 et Sq. 14.

Sq. 21. Immature (2,5 à 3,5 ans110).
  • 110 Âge estimé d’après la méthode d’Uberlaker 1979.

678Au centre de la partie nord de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’est.

679Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

680Le défunt a été placé sur le dos. Les membres supérieurs ne sont pas conservés, les membres inférieurs paraissent en extension.

Sq. 22. Immature (8‑10 ans)111.
  • 111 Âge estimé d’après la méthode de Moorrees, Fanning et Hunt 1963.

681Partie centrale de la chambre.

682La position de l’individu et son mode de dépôt sont indéterminés : seuls des fragments de crâne et de germes dentaires ont été retrouvés.

683L’enfant portait autour du cou un collier de perles et d’amulettes (K13‑120 = KEF‑1205 = n° 56, fig. 91).

684Sq. 22 reposait sous Sq. 18.

Sq. 23. Adulte.

685Contre la paroi est de la chambre, orientation nord‑sud, tête au sud.

686Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

687Le défunt a été placé sur le dos, les membres en extension, les bras le long du corps. Les membres inférieurs ne sont que partiellement conservés, mais ils paraissent en extension.

688Sq. 23 reposait partiellement sous Sq. 4 et Sq. 5.

Sq. 24. Adulte.

689Dans la partie centrale de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’est. Le corps est en position légèrement oblique par rapport aux parois de la chambre (sud‑est/nord‑ouest).

690Dépôt primaire, le corps s’est décomposé dans un espace vide.

691Le défunt a été placé sur le dos, les bras le long du corps. Les membres inférieurs ne sont que partiellement conservés, mais ils semblent en extension.

692Sq. 24 reposait sous Sq. 17, Sq. 18 et Sq. 19.

Fig. 86 – Tombe 396. Sq. 3 en cours de fouille, détail des fémurs ornés de bracelets, vue vers l’est.

Fig. 86 – Tombe 396. Sq. 3 en cours de fouille, détail des fémurs ornés de bracelets, vue vers l’est.

Fig. 87 – Tombe 396. Sq. 2 en cours de fouille, détail du bras reposant sur deux vases, vue vers le sud.

Fig. 87 – Tombe 396. Sq. 2 en cours de fouille, détail du bras reposant sur deux vases, vue vers le sud.

Fig. 88 – Tombe 396. Matériel de la niche (locus 39).

Fig. 88 – Tombe 396. Matériel de la niche (locus 39).

Fig. 89 – Tombe 396. Matériel du dromos et alluvionnement de la chambre.

Fig. 89 – Tombe 396. Matériel du dromos et alluvionnement de la chambre.

Fig. 90 – Tombe 396. Parure et petits objets (niche et chambre).

Fig. 90 – Tombe 396. Parure et petits objets (niche et chambre).

Fig. 91 – Tombe 396. Parure et petits objets (niche et chambre).

Fig. 91 – Tombe 396. Parure et petits objets (niche et chambre).

Fig. 92 – Tombe 396. Matériel de la chambre.

Fig. 92 – Tombe 396. Matériel de la chambre.

Fig. 93 – Tombe 396. Matériel de la chambre.

Fig. 93 – Tombe 396. Matériel de la chambre.

Fig. 94 – Tombe 396. Matériel de la chambre.

Fig. 94 – Tombe 396. Matériel de la chambre.

Fig. 95 – Tombe 396. Matériel de la chambre.

Fig. 95 – Tombe 396. Matériel de la chambre.

Fig. 96 – Tombe 396. Matériel de la chambre.

Fig. 96 – Tombe 396. Matériel de la chambre.

Tombe 397

Loci : 28 (chambre), 41 (dromos ?).
US : S5‑14, S5‑17, S5‑19 (couche en place sur le sol de la chambre).
Date de fouille : octobre 2013 (chambre), octobre 2014 (dromos).
Datation : ve s. av. J.‑C. ?

  • 112 Un bon parallèle existe dans la nécropole voisine de Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 51, fig. 25 (t (...)
  • 113 Nicolaou 1976, p. 170, fig. 33 : tombe n° 18/27 (dont la date n’est pas précisée). On distingue de (...)

693La tombe n’a été que partiellement explorée. Son emplacement a été révélé lors de la fouille du « fossé » (locus 23) dont le tracé passe au‑dessus de sa chambre, et se poursuit vers le sud‑ouest (fig. 98). Il n’est pas sûr que le dromos (locus 41), dont une extrémité a été mise en évidence à la limite sud de la zone fouillée en 2014 (fig. 1, au sud du locus 68), lui appartienne. C’est toutefois probable : la chambre ouvre au sud et le locus 41 est dans l’axe supposé du stomion. On remarquera qu’il ne présente pas, à cet endroit, la découpe dans le rocher qui marque généralement en surface l’emplacement du stomion. Mais ce trait, qui apparaît régulièrement, n’est pas systématique (voir les dromoi = loci 34 et 40). Par ailleurs, la chambre, si elle ouvrait bien à la limite nord du dromos = locus 41, possède des dimensions plus allongées que celles des autres tombes que nous avons fouillées dans la nécropole (large de 3,25 m, on ne l’a explorée que sur une longueur de 2,35 m). On est tenté de restituer un caveau fait d’une chambre rectangulaire, relativement étroite, avec loculus (et non pas carrée ou trapézoïdale comme pour les tombes 379, 396 et 398)112. Contrairement au caveau de Kition-Mnimata, le loculus de la tombe 397 n’est pas centré mais désaxé (avec un léger débordement du creusement qui se poursuit dans la paroi est, fig. 97). Un parallèle est offert par une tombe découverte en 1953, non loin de Pervolia, sous l’ancienne école élémentaire turque de Tuzla (aujourd’hui école Agios Ioannis)113.

694La fouille du dromos (locus 41) s’est arrêtée avec la mise en évidence de l’extrémité nord‑ouest de son creusement. On n’a repéré en surface aucune niche (mais la portion dégagée est trop courte pour que l’absence de ce type d’aménagement soit prouvée).

695La tombe possède une orientation sud‑est/nord‑ouest, légèrement inclinée par rapport à celle des tombes classiques découvertes dans cette zone de la nécropole. En raison des difficultés de la fouille, l’exploration de la chambre a été limitée à sa portion nord (fig. 97), pour en définir le tracé (jusqu’à la couche de destruction correspondant à l’écroulement du plafond). Un sondage restreint a été pratiqué dans l’angle nord‑est, pour atteindre le niveau de sol. Sous le remplissage du « fossé » (locus 23), on a dégagé une couche d’effondrement (correspondant au plafond du caveau), qui scellait les dépôts en place sur le sol. Cette stratigraphie montre que le plafond, fragilisé par la présence du « fossé », s’est écroulé relativement rapidement : aucun alluvionnement important ne témoignait sur le sol de la chambre de l’infiltration de sédiment (la couche contenant les dépôts en place faisait une quinzaine de centimètres d’épaisseur), et les parois sont restées fraîches, avec des traces d’outil bien visibles (fig. 99‑100). Ces dernières permettent de distinguer le creusement de la chambre originale de celui du loculus, de toute évidence excavé plus rapidement (les traces n’ont pas la même forme ni la même direction ; il n’y a aucun signe de finition). Les deux creusements ne sont donc sans doute pas contemporains, mais il est difficile de savoir si le loculus est un ajout tardif, alors que la chambre avait déjà été utilisée. Cette dernière hypothèse pourrait expliquer le désordre apparent des restes humains (voir l’étude anthropologique ci‑après). On distingue en outre nettement le léger ressaut qui marque le départ de la voûte (fig. 101). Les parois sont insuffisamment conservées pour qu’on soit assuré de sa forme en berceau. Le loculus a, lui, un plafond plat. Autre facteur qui a probablement fragilisé le plafond de la chambre : cette dernière se trouvait, dans sa partie nord, sous une dépression du rocher comblée de terre à brique (locus 16) et, apparemment, en partie taillée dedans (fig. 97 et 102).

  • 114 Dans certaines tombes de Salamine-Cellarka, des empreintes dans le sol montraient la présence de c (...)
  • 115 Notamment à Amathonte où les sarcophages sont généralement munis de pieds : voir Hermary 1987, p.  (...)

696Le sol de la chambre a été atteint dans le sondage nord‑est à 2,80 m sous la surface. Des traces observées le long de la paroi ouest pourraient correspondre à l’emplacement d’un cercueil en bois114 (couche non fouillée). On est tenté de penser que le loculus abritait également un autre cercueil de bois. En effet, dans la couche juste au‑dessus du sol, dans l’angle nord‑est du loculus, deux empreintes triangulaires sont clairement apparues, traces de deux volumes probablement en bois (fig. 103). L’empreinte le plus au sud prenait appui sur une dalle de gypse (0,27 x 0,23 m). Ces deux traces pourraient témoigner de la présence de supports aux angles inférieurs d’un cercueil de bois (les parallèles dans les coffres de pierre sont assez fréquents115). La plaque de gypse est, elle, un aménagement relativement fréquent (voir les tombes 379 et 398), dont on suppose qu’il servait à surélever des contenants en matériaux périssables (cercueils, tréteaux ?) et à les isoler de l’humidité du sol.

697Le matériel recueilli est largement insuffisant pour établir sûrement la datation. On se contentera de suggérer, de manière très hypothétique, une mise en place des dépôts au ve s. av. J.‑C.

Fig. 97 – Plan et coupes de la partie explorée de la tombe 397.

Fig. 97 – Plan et coupes de la partie explorée de la tombe 397.

Fig. 98 – Vue de la chambre de la tombe 397 depuis le locus 23, vers le sud-ouest. On distingue, de l’autre côté de la chambre, la poursuite du « fossé ».

Fig. 98 – Vue de la chambre de la tombe 397 depuis le locus 23, vers le sud-ouest. On distingue, de l’autre côté de la chambre, la poursuite du « fossé ».

Fig. 99 – Tombe 397. Angle nord-est de la chambre en cours de fouille : loculus et traces d’outil.

Fig. 99 – Tombe 397. Angle nord-est de la chambre en cours de fouille : loculus et traces d’outil.

Fig. 100 – Tombe 397 en cours de fouille, paroi nord : apparition du loculus et traces d’outil.

Fig. 100 – Tombe 397 en cours de fouille, paroi nord : apparition du loculus et traces d’outil.

Fig. 101 – Tombe 397. Angle sud-est de la partie fouillée de la chambre : départ de la voûte.

Fig. 101 – Tombe 397. Angle sud-est de la partie fouillée de la chambre : départ de la voûte.

Fig. 102 – Tombe 397. Paroi ouest : la dépression comblée de terre à brique sur le konnos.

Fig. 102 – Tombe 397. Paroi ouest : la dépression comblée de terre à brique sur le konnos.

Fig. 103 – Tombe 397. Empreinte de supports dans la partie nord-est du loculus.

Fig. 103 – Tombe 397. Empreinte de supports dans la partie nord-est du loculus.

matériel

= US S5‑14, S5‑17 et S5‑19.

698Le peu de matériel recueilli dans la chambre s’explique par l’exiguïté du sondage. On remarque le nombre élevé de bijoux, qu’on peut expliquer, pour les perles et les amulettes, par la découverte de quatre crânes : il s’agit d’éléments de colliers qui étaient portés par les défunts. De même, les anneaux métalliques ont été généralement découverts près des crânes. La céramique comprend à la fois des tessons et deux vases entiers. Il est probable que seuls ces derniers appartiennent au dépôt en place sur le sol de la chambre. Les fragments se sont sans doute infiltrés avec le sédiment qui est venu recouvrir, sur une quinzaine de centimètres, le sol, avant l’écroulement du plafond. Les deux cruches sont décorées. Elles se distinguent par leur format miniature. On peut les dater du CC I (ve s. av. J.‑C.).

Matériel non céramique

(par N. Denninger)

699K13-66 = KEF-1186 (fig. 104).
Perle en faïence à glaçure bleu clair, sans décor, de forme sphérique un peu déformée ; mauvais état : la surface se délite, éclat, trou.
Dim. : ø 0,75 ; H. 0,65.

700K13-67 = KEF-1187 (fig. 104).
Amulette en faïence à glaçure bleu clair, mieux conservée sur une face, représentant un œil oudjat découpé dans une plaquette ; on reconnaît les éléments composant l’œil mais la pupille n’est pas marquée. La perforation traverse longitudinalement la partie supérieure de l’amulette, ajoutée à l’œil pour cet usage.
Dim. : H. 0,95 ; pr. 0,9 ; ép. 0,4.

701K13-79 = KEF-1189 (fig. 104).
Petite amulette en faïence à glaçure blanche avec des traces de bleu, notamment sur la base, et de vert dans les creux, représentant certainement Ptah‑Patèque. Le dieu, dont il manque la tête, se tient debout sur une base, les bras ramenés sur la poitrine ; le ventre et les fesses sont assez proéminents.
Dim. : H. cons. 1,2 ; ép. 0,7 ; l. 0,9.

702K13-80 = KEF-1190 (fig. 104).
Perle en pâte de verre bleue, de forme sphérique aplatie et irrégulière, à décor de cercles concentriques verts ; pour quatre d’entre eux (opposés deux à deux), le centre de ces cercles est bleu foncé. Les sept groupes de cercles sont répartis sur la surface de la manière suivante : trois sont disposés sur deux niveaux et un est seul (2 x 3 + 1). Large perforation.
Dim. : ø 0,85 ; H. 0,55.

703K13-86 = KEF-1195 (fig. 104).

704Deux perles en pâte de verre, trouvées dans le crâne 1 (jeune adulte).

705a) Une perle en pâte de verre blanche à couverte bleu foncé, à décor de cercles concentriques verts, du type des perles sphériques. Ici la perle présente une malformation sur un côté : un enfoncement médian, qui passe entre deux groupes de cercles superposés, crée une perforation perpendiculaire à la perforation principale. On pourrait penser qu’il s’agit de deux « anneaux » de perle superposés, mais le reste de la perle, lisse, ne donne pas cette impression. De ce fait, les cercles concentriques sont disposés de manière un peu particulière : du côté de l’enfoncement ils sont sur deux niveaux, tandis que du côté opposé ils sont sur un seul niveau, qui occupe toute la surface (2 x 2 + 2 x 1) ; le centre de ces derniers est bleu foncé.
Dim. : H. 0,65 ; ø 0,75.

706b) Une perle bleue quadrangulaire avec des traces de couleur jaune qui sont peut‑être dues aux restes de sédiment.
Dim. : L. 0,7 ; l. 0,7 ; ép. 0,5.

707K13-89 = KEF-1198 (fig. 104).
Amulette en faïence à glaçure blanche avec des traces de bleu sur la surface et de vert dans les creux, représentant Thouéris debout, les bras le long du corps, la jambe gauche avancée ; la déesse se tient sur une base et est appuyée à un pilier dorsal dans lequel est percé le trou de suspension. L’amulette a été découverte sous le crâne 3 (immature, 2‑4 ans).
Dim. : H. 1,6 ; pr. 0,8 ; l. 0,5.

708K13-85 = KEF-1194 (fig. 104).

709Perle et anneaux découverts sous le crâne 2 (adulte).

710a) Une perle sphérique en faïence à glaçure blanche (bleue à cœur), brisée en trois fragments, qui recollent. Pas de décor. Traces de bronze dans le canal de perforation.
Dim. : ø 0,8 ; H. 0,8.

  • 116 Un anneau présentant un dispositif similaire, bien qu’avec des matériaux différents (anneau en or (...)

711b) Au moins cinq anneaux de bronze de forme subcirculaire : deux entiers, un reconstitué à partir de trois fragments, et les restes d’au moins deux autres anneaux, dont certainement celui qui traversait la perle : outre des traces d’oxydation et un diamètre de la tige qui correspond à celui de la perforation de la perle, on note des restes de matière siliceuse sur l’extrémité de la tige116. Les anneaux sont fermés, mais on arrive à distinguer l’endroit du raccord (les extrémités de la tige sont rapprochées, parfois juxtaposées).
Dim. d’un anneau entier : L. 1,8 ; l. 1,6 ; ø tige 0,2.

712K13-81 = KEF-1191 (fig. 104).
Un anneau en bronze et les fragments d’au moins un autre anneau, avec des raccords difficiles à trouver. L’anneau entier, de section circulaire, est de forme ovale ; des restes de textile sont encore accrochés à cet anneau à un endroit. Les anneaux ont été mis au jour sous l’os 2 (humérus) et sous le groupe d’os 5 (phalanges).
Dim. : L. 1,7 ; l. 1,3 ; ø tige 0,2.

713K13-83 = KEF-1192 (fig. 105).
Bracelet en bronze dont les deux extrémités se superposent. Section circulaire.
Dim. : ø 5,8 ; ø tige 0,6.

714K13‑84 = KEF‑1193 (fig. 105).
Au moins huit anneaux en bronze, de forme subcirculaire et ovale, découverts à l’ouest des crânes 1 et 2. Trois sont agglomérés, un est entier, deux peuvent être reconstitués presque en entier, et des petits fragments peuvent former deux anneaux.
Dim. de l’anneau entier : L. 1,9 ; l. 1,65 ; ø tige 0,25. Section circulaire.

715K13‑87 = KEF‑1196 (fig. 105).
Bracelet en bronze, entier, de section circulaire, avec une excroissance en face de l’ouverture mais qui n’est peut‑être que de la terre ; on voit très nettement des restes de fibres textiles sur l’objet, notamment près de la protubérance. Elles proviennent d’un tissu qui devait envelopper ou en tout cas se trouver à proximité du bracelet lors de son enfouissement (manche de vêtement ? linceul ?).
Dim. : ø 5,3 ; ø tige 0,5.

716K13‑88 = KEF‑1197 (fig. 105).
Dix‑huit fragments d’anneaux en bronze formant environ cinq anneaux au total, trouvés sous le crâne 3 (immature, 2‑4 ans). On peut peut‑être en reconstituer un, dont les dimensions seraient : L. 1,8 ; l. 1,4 ; ép. 0,2.
Cet anneau présente des résidus de fibres textiles, que l’on n’a pas observés sur les autres anneaux de ce lot.

717K13‑90 = KEF‑1199 (fig. 105).
Bracelet en bronze de section légèrement ovale dont les extrémités se superposent. Les stries (torsades) que l’on distingue sont sans doute dues à l’état de conservation.
Dim. : ø 6,1 ; H. tige 0,5 ; ép. tige 0,6.

718K14‑506 = KEF‑1234 (fig. 104).
Petit fragment d’anneau en bronze, découvert lors de l’étude des ossements humains avec lesquels il avait été prélevé, identique aux autres anneaux déjà étudiés. Il s’agit de l’extrémité d’un anneau.
Dim. : L. 0,8 ; ép. 0,2.

Fig. 104 – Tombe 397. Matériel de la chambre : parure.

Fig. 104 – Tombe 397. Matériel de la chambre : parure.

Fig. 105 – Tombe 397. Matériel de la chambre : parure.

Fig. 105 – Tombe 397. Matériel de la chambre : parure.

Matériel céramique

Tessons

Céramique décorée

719WP : NR = 4, NMI = 3 (2 bords de formes fermées CA, 1 bord de bol profond à lèvre amincie CA).

720RS : NR = 1 (panse de bol du type de « Samarie » CA).

721Bichr.R. « Blackened » : NR = 1 (panse d’amphorisque CA).

Plain White

722Bols : NR = 23, NMI = 10 (9 assiettes à marli, 1 bol à lèvre étalée).

723Cruches : NR = 21 dont K13‑107 (fig. 106, fond plat de cruche à corps en sac).

724Amphores commerciales de type levantin : NR = 11, NMI = 1.

Vases

725K13‑78 = KEF‑1345 (fig. 106). Cruchon White Painted à ouverture pincée et panse biconique, fond plat très saillant, légèrement rentrant. Pâte beige, petites inclusions noires, surface polie. Traces de trois lignes peintes en noir sur la panse. H. 11 ; ø 3. La morphologie (col court, panse biconique) incite à ne pas dater cet exemple avant le CA II. Le traitement de surface très soigné interdit de descendre beaucoup plus bas que le CC I.

  • 117 SCE IV/2, fig. XLIX, 14‑15 (cruches Bichr. V) ; fig. LVIII, 9 et 11 (cruches WP VI) ; fig. LIX, 7  (...)

726K13‑77 = KEF‑1346 (fig. 106). Cruchon Bichrome à ouverture pincée. Stries de tournassage bien visibles. Partie inférieure de la panse raclée (« shaved »). Pâte ocre, grosses inclusions rouges et noires. Décor fait de 3 lignes verticales sur l’épaule, alternativement rouge, noire puis rouge. H. 11,5 ; ø 2,6. Le décor reprend un modèle probablement égéen (Grèce de l’Est). Ce dernier est attesté dans le répertoire chypriote pour les classes V et VI117.

Fig. 106 – Tombe 397. Matériel de la chambre.

Fig. 106 – Tombe 397. Matériel de la chambre.

les restes humains

(par Pr. Vareilles)

727Le sondage réalisé dans la partie nord‑est de la chambre a permis de repérer l’emplacement de quatre crânes (dans un très mauvais état de conservation mais visiblement complets) et de nombreux fragments d’os divers. Aucune connexion anatomique n’est apparue. Il est difficile, au vu de l’étroitesse du sondage et de l’état de conservation des restes osseux, d’identifier le type de dépôt (inhumation primaire ou secondaire, réduction).

728On supposera que la tombe était, comme les autres tombes de la nécropole, collective : elle a accueilli des dépôts successifs. L’écroulement du plafond ne suffit toutefois pas à expliquer la forte dispersion des ossements remarquée et il est probable que les dépôts originaux ont subi des remaniements ultérieurs (tabl. 16).

Tableau 16 – Tombe 397. Fragments osseux identifiés sur le terrain.

Identification Latéralisation/face d’apparition
1 fibula droite antéro-latérale
2 humérus gauche postérieure
3 frg. indéterminé indéterminée
4 tibia droit médiale
5 phalanges (main) droites
6 fémur droit postérieure
7 humérus droit antéro-latérale
8 tibia gauche antérieure
9 crâne (n° 1) adulte antéro-supérieure
10 crâne (n° 2) adulte latérale droite
11 crâne (n° 3) immature postéro-latérale gauche
12 radius gauche antérieure
13 humérus droit postérieure
14 frg. de crâne indéterminé
15 fémur gauche antérieure
16 fémur gauche latérale droite
17 ulna droit antérieure
18 calcanéus gauche supérieure
19 ulna gauche latérale gauche
20 crâne (n° 4) adulte latérale droite
21 phalanges (pieds) gauches et droites
22 humérus gauche antéro-médiale
23 ulna gauche postérieure
  • 118 Le mauvais état de conservation des ossements n’a pas permis de prendre des mesures susceptibles d (...)

729Vu l’état de la documentation118, l’étude anthropobiologique a porté sur la définition du nombre minimum d’individus, sur l’estimation de l’âge et sur l’observation d’éventuelles pathologies.

730L’évaluation du nombre minimum d’individus (NMI) s’est faite en deux temps. On a d’abord dénombré tous les ossements (crâne et postcrâne) et chaque catégorie d’os a été classée par groupe latéralisé. Le groupe (côté gauche ou côté droit) qui possédait le nombre le plus élevé d’ossements a fourni le NMI de fréquence. On a ensuite recherché, parmi les deux groupes, les ossements qui, d’après des critères d’apparence, de robustesse et de longueur, ainsi que de maturation, étaient susceptibles d’appartenir à un même individu (détermination d’un NMI d’exclusion par appariement et par âge).

731Les restes d’au moins 4 individus (dont 1 immature) faisaient partie du dépôt dégagé dans le sondage effectué dans la partie nord‑est de la chambre.

732L’estimation de l’âge a été réalisée à partir de l’observation des stades d’éruption dentaire sur les 4 crânes conservés (tabl. 17).

Tableau 17 – Estimation de l’âge des individus de la tombe 397.

Crânes Estimation de l’âge
1 15-21 ans (jeune adulte)
2 + de 20 ans (adulte)
3 2 à 4 ans (immature)
4 + de 20 ans (adulte)

733Une seule pathologie a été identifiée : une carie en face occlusale sur une prémolaire (PM2) permanente supérieure gauche.

Tombe 398

Loci : 24 (dromos), 37 (structure de pierres empilées dans le dromos), 43 (dépression dans le rocher), 48 (stomion), 49 (niveau de sol du dromos), 50 (chambre).
US : S5‑06, S5‑10, S5‑13, S5‑26, S5‑113, S5‑124 (comblement du dromos) ; S5‑125 (comblement du stomion, contre les dalles de fermeture) ; S5‑126 (couche d’alluvionnement dans la chambre) ; S5‑129 (couche en place sur le sol de la chambre) ; S5‑159 (comblement du locus 37).
Date de fouille : octobre 2013 et octobre 2014.
Datation : CA I (750‑600 av. J.‑C.).

734La tombe a été fouillée au cours de deux campagnes, en 2013 et en 2014 (fig. 107‑108).

735La découverte du dromos (locus 24) a été une surprise (fig. 109) : on s’attendait à trouver le rocher au‑dessus de la chambre à laquelle devait normalement conduire le dromos d’époque classique dont on avait dégagé l’emprise en surface (locus 22). Comme la fouille l’a montré toutefois, ce dernier, comme le dromos qui lui est parallèle (locus 35), correspondent en réalité à des tentatives avortées d’implanter une nouvelle tombe à cet emplacement, à une époque où la présence de la tombe archaïque 398 n’était plus connue. Le dromos a été fouillé en deux fois : la partie antérieure (vers l’ouest) en 2013, la partie postérieure (est) en 2014 : cela permettait de conserver une coupe du comblement afin d’en étudier le mode de remplissage (fig. 111). Outre ses dimensions nettement supérieures à celles des dromoi plus récents (7,70 x 3 m) et sa plus grande profondeur (le sol est situé à 3,50 m sous le niveau du rocher), le locus 24 présente plusieurs spécificités architecturales, taillées dans le rocher : un linteau au‑dessus de la porte et deux consoles de part et d’autre du couloir (fig. 108 et 110). On remarque que l’ensemble est situé à peu près à la même hauteur (à 2 m en moyenne au‑dessus du niveau de sol du dromos) et qu’il pouvait supporter une couverture partielle, en matériaux légers, de la partie antérieure du couloir d’accès. Cette couverture est‑elle demeurée en place pendant toute la période d’utilisation de la tombe ? Il n’en restait en tout cas rien dans le remplissage du dromos, ni sur le sol, ni dans les niveaux supérieurs : on peut donc raisonnablement en conclure qu’elle a été démontée avant le comblement. De même, on n’a trouvé aucune trace sur le sol, devant le stomion, des éventuelles pratiques que cette couverture pouvait protéger. La structure faite de blocs empilés (locus 37), dont la fonction reste énigmatique, était placée sur les dernières marches du dromos, à l’arrière, donc, de cette éventuelle toiture.

736L’extrémité est du dromos était creusée, non pas dans le rocher, mais dans une poche de sédiment rougeâtre, très compact, qui comblait une dépression du substrat (locus 43) et qui est apparue dès le décapage de surface (fig. 112). Il s’agit, comme pour les autres cas rencontrés (notamment le locus 16 dans lequel était partiellement creusé le dromos de la tombe 396), soit d’une formation naturelle, soit d’un comblement mis en place avant le creusement de la tombe. Le dromos était muni de neuf marches régulières (sauf la première, partiellement creusée dans le sédiment rougeâtre), relativement étroites et raides (fig. 113). Le sol forme terre‑plein devant l’entrée de la chambre, comme dans les dromoi d’époque classique. Un net décrochement forme banquette dans la partie sud, jusqu’à la limite de l’ouverture (espace surélevé d’environ 20 cm). Rien n’a été retrouvé en place sur cette « banquette », ni aucune trace susceptible d’indiquer son usage. Ce détail se retrouve dans le dromos de l’autre tombe archaïque des fouilles françaises (tombe 407) : on est tenté d’y voir un marqueur chronologique.

737Le comblement du dromos était meuble, de couleur brune, et il contenait un matériel abondant, pour l’essentiel très fragmentaire. Il était homogène dans l’ensemble du remplissage, sauf dans la zone de l’empilement circulaire (locus 37) qui contenait et que recouvrait un sédiment fait de poudre de konnos très fine, de couleur grise, vierge de tout matériel. Ce dernier témoigne sans doute de pratiques que les analyses polliniques n’ont malheureusement pas permis de préciser (voir chapitre 4, Analyses). De fines couches de sédiment compact sur les marches indiquent que ces dernières sont restées exposées aux intempéries, occasionnant des dépôts. On peut donc reconstituer le scénario suivant : comme celui des tombes classiques, le dromos de cette tombe archaïque est resté ouvert tout le temps d’utilisation de la tombe (installation successive d’inhumations dans la chambre). Puis la chambre a été définitivement close et, avant de remblayer (en une seule fois) le couloir d’accès, on a édifié un empilement circulaire de blocs. Faute d’autre indice (source écrite, iconographique ou résultat positif d’analyse pollinique), il est difficile d’aller plus loin. Tout au plus peut‑on noter que les éventuelles pratiques qui se sont déroulées dans cette structure n’ont pas laissé de résidu (aucune graine, par exemple) et que les fragments de havara qui constituaient l’empilement ne portaient pas de trace de feu.

738Aucun parallèle n’éclaire la fonction du locus 37 (fig. 114‑116). On notera toutefois qu’une structure similaire, tant par sa forme que par son mode de construction, était édifiée dans le seul autre dromos archaïque que nous ayons fouillé à Pervolia (= locus 29 de la tombe 407). On peut donc à bon droit supposer qu’il s’agit d’un aménagement récurrent et caractéristique des tombes archaïques de la nécropole. Le locus 37 est fait d’un empilement de blocs placés en arc de cercle sur les trois dernières marches de l’escalier, l’une des extrémités s’appuyant sur la paroi nord du dromos. Ces blocs, des éclats bruts de havara peut‑être débités lors de l’excavation de la tombe, sont habilement placés les uns sur les autres, sans aucun liant (fig. 116). Ils sont de dimensions variées, de taille moyenne toutefois, toujours inférieure à une quarantaine de centimètres de long.

739Aucun autre aménagement n’a été repéré dans le dromos, en particulier aucune niche creusée dans ses parois.

  • 119 Nicolaou 1976, p. 175, fig. 35 (tombe 1).
  • 120 Tombe à chambre double 1989/6 : Hadjisavvas 2012, p. 227‑235.
  • 121 Nicolaou 1976, p. 190, fig. 43 (tombes n° 1 et 3, datées respectivement de l’époque archaïque et d (...)
  • 122 Voir la tombe MLA 1742 : Hadjisavvas 2014, p. 1‑13.

740Le dromos conduisait à un stomion désaxé, placé dans le prolongement de la paroi nord du couloir. C’est là un trait dont la signification chronologique est évidente : l’entrée des tombes classiques est systématiquement dans l’axe, celle des tombes géométriques et archaïques est désaxée. C’est le cas de l’autre tombe archaïque fouillée à Pervolia par la mission française (tombe 407), ainsi que de la tombe géométrique de la fouille chypriote de 1958119. C’est un trait qui a valeur de critère chronologique pour d’autres nécropoles de Kition également : à Mnimata120, ou encore à Tourapi121. Il est remarquable que ce plan, systématique pour les tombes creusées, ne soit pas repris pour les tombes construites d’époque archaïque, dont l’entrée est placée dans l’axe122.

741Le stomion (d’une largeur de 1,60 m) était bloqué par deux grandes plaques de gypse, qui n’en fermaient qu’imparfaitement l’ouverture (fig. 117). Des plaques plus petites étaient ajustées dans le coin supérieur gauche. Cette disposition grossière étonne dans la mesure où la chambre ne semble pas avoir été réutilisée. Il s’agit donc certainement du mode de fermeture original. Le sédiment qui comblait le dromos s’est en partie infiltré dans la chambre : on a trouvé une vingtaine de raccords de fragments céramiques.

  • 123 Nous remercions vivement les services compétents du Musée de Larnaca, en particulier G. Nicolaou p (...)
  • 124 La situation est toutefois beaucoup plus compliquée que dans la tombe contemporaine 1989/6 de Mnim (...)

742Contrairement à celles du dromos, les dimensions de la chambre de la tombe archaïque sont voisines de celles de la chambre des tombes classiques (3,20 x 3 m), et la forme est similaire : de plan carré légèrement allongé, avec une voûte en berceau. Le sédiment infiltré l’avait comblée à peu près jusqu’à mi‑hauteur. Le niveau de sol était situé à environ 0,60 m plus bas que celui du dromos. Les parois de deux longs côtés ont été endommagées par cette humidité stagnante et elles se sont en partie effritées. Pour des raisons de sécurité, on a laissé au centre de la chambre une banquette de terre, sur laquelle on a placé un étai pour le plafond, fragilisé par la présence, au‑dessus, du dromos = locus 22123. Cette « berme » n’a pas été fouillée (fig. 118). Des plaques et des blocs de gypse et de calcaire, de forme et de dimensions différentes, étaient placés sur le sol (fig. 108). Dans la partie ouest de la chambre, six individus (Sq. 3, 4, 5, 9, 11 et 12) reposaient (entièrement ou partiellement) sur deux dalles de gypse, de forme irrégulière. Une troisième dalle de gypse, dans la partie sud de la chambre, accueillait une réduction (R2), peut‑être deux inhumations primaires dérangées lors de la mise en place, à chaque extrémité de la dalle, de deux blocs de calcaire. Ces derniers supportaient sans doute un contenant en bois dont on a pensé retrouver quelques traces (fig. 120‑121)124. Les offrandes étaient déposées dans les coins de la chambre (fig. 119), mais certaines également (en plus grand nombre que dans les tombes classiques) étaient associées à des défunts ou des groupes de défunts particuliers. Les pratiques funéraires (traitement des corps) sont aussi plus variées que dans les tombes classiques : outre les inhumations primaires, la chambre renfermait deux réductions.

Fig. 107 – Tombe 398. Plan et coupes O.‑E./E.‑O. du dromos.

Fig. 107 – Tombe 398. Plan et coupes O.‑E./E.‑O. du dromos.

Fig. 108 – Tombe 398. Coupes N.‑S./S.‑N. du dromos et relevé des dépôts sur le sol de la chambre.

Fig. 108 – Tombe 398. Coupes N.‑S./S.‑N. du dromos et relevé des dépôts sur le sol de la chambre.

Fig. 109 – Tombe 398. Vue du dromos (locus 24) depuis l’est, après le dégagement de surface. À l’arrière-plan, le dromos de la tombe 399 (locus 22).

Fig. 109 – Tombe 398. Vue du dromos (locus 24) depuis l’est, après le dégagement de surface. À l’arrière-plan, le dromos de la tombe 399 (locus 22).

Fig. 110 – Tombe 398. Détail de la console sud du dromos.

Fig. 110 – Tombe 398. Détail de la console sud du dromos.

Fig. 111 – Tombe 398. Vue du dromos depuis le haut (fouilles 2013). À droite, le linteau taillé au-dessus de l’ouverture de la chambre (avec le trou de pilleur = locus 32) ; à gauche, la coupe dans le remplissage ; au centre, les deux consoles.

Fig. 111 – Tombe 398. Vue du dromos depuis le haut (fouilles 2013). À droite, le linteau taillé au-dessus de l’ouverture de la chambre (avec le trou de pilleur = locus 32) ; à gauche, la coupe dans le remplissage ; au centre, les deux consoles.

Fig. 112 – Tombe 398. Vue aérienne du locus 24 vers le sud (fouille 2013). À gauche, la poche de sédiment rougeâtre (locus 43).

Fig. 112 – Tombe 398. Vue aérienne du locus 24 vers le sud (fouille 2013). À gauche, la poche de sédiment rougeâtre (locus 43).

Fig. 113 – Tombe 398. Vue du locus 24 vers l’est à la fin de la fouille.

Fig. 113 – Tombe 398. Vue du locus 24 vers l’est à la fin de la fouille.

Fig. 114 – Tombe 398. Le locus 37 vu depuis le stomion de la tombe.

Fig. 114 – Tombe 398. Le locus 37 vu depuis le stomion de la tombe.

Fig. 115 – Tombe 398. Le locus 37 vu depuis le haut.

Fig. 115 – Tombe 398. Le locus 37 vu depuis le haut.

Fig. 116 – Tombe 398. Fin de la fouille et du démontage du locus 37 : la première rangée de blocs en place sur la dernière marche du dromos.

Fig. 116 – Tombe 398. Fin de la fouille et du démontage du locus 37 : la première rangée de blocs en place sur la dernière marche du dromos.

Fig. 117 – Tombe 398. Le stomion à la fin de son dégagement : les deux dalles de gypse en place.

Fig. 117 – Tombe 398. Le stomion à la fin de son dégagement : les deux dalles de gypse en place.

Fig. 118 – Tombe 398. La chambre à la fin de la fouille, vue vers l’ouest. Au centre, la « berme » ; sur le sol, les blocs de pierre.

Fig. 118 – Tombe 398. La chambre à la fin de la fouille, vue vers l’ouest. Au centre, la « berme » ; sur le sol, les blocs de pierre.

Fig. 119 – Tombe 398. Dépôt d’offrandes dans le coin nord‑est de la chambre.

Fig. 119 – Tombe 398. Dépôt d’offrandes dans le coin nord‑est de la chambre.

Fig. 120 – Tombe 398. Traces de bois (?) dans la chambre en cours de fouille.

Fig. 120 – Tombe 398. Traces de bois (?) dans la chambre en cours de fouille.

Fig. 121 – Tombe 398. Restes de bois (?) au-dessus de Sq. 8.

Fig. 121 – Tombe 398. Restes de bois (?) au-dessus de Sq. 8.

matériel

Dromos (= locus 24)

  • 125 Cette dernière US correspond au comblement tassé contre la dalle de fermeture de la chambre, de mê (...)

=US S5‑06, US S5‑10, US S5‑13, US S5‑26, US S5‑113, US S5‑124, US S5‑125125.

743Le comblement du dromos, meuble, était de couleur brune, sauf sur et dans le locus 37, où le sédiment, très fin, était gris et cendreux. De même, le matériel, fragmentaire avec quelques vases entiers ou presque entiers, était abondant, sauf dans la zone du locus 37.

  • 126 KB VI, p. 130‑139.
  • 127 Voir les remarques proposées, à propos des assemblages du sanctuaire de Kition-Bamboula, dans KB V (...)
  • 128 Les importations paphiennes sont bien attestées, dans les mêmes fabriques, dans les niveaux databl (...)

744L’assemblage céramique est proche de celui de la chambre et datable du Chypro-Archaïque I. On peut le comparer, par exemple, avec les assemblages céramiques des niveaux du Chypro-Archaïque I du sanctuaire de Kition-Bamboula (faciès céramique III)126. Le répertoire comprend beaucoup de formes de type levantin, importées ou de production locale. Les fabriques sans décor peint sont largement majoritaires et, parmi ces dernières, la fabrique Plain White représente près de 80 % des vases (en NMI), 10 % correspondant aux vases RS. C’est un constat qui vaut de manière générale pour les assemblages kitiens de l’époque archaïque : les fabriques à surface unie (engobée ou non) sont beaucoup plus nombreuses que les fabriques à décor peint127. On note la grande proportion d’assiettes à marli, qu’on retrouve également dans les assemblages céramiques des dromoi d’époque classique. Le fragment de vase plastique (K14‑12, fig. 128) et celui d’un bol portant une inscription phénicienne (K13‑68 = KEF‑1348, fig. 129) sont remarquables. Ce dernier est vraisemblablement une importation paphienne. Plusieurs autres tessons documentent la présence de vases provenant de Paphos (notamment dans les fabriques RS, BoR et BPol)128.

745Des raccords ont été trouvés entre les différentes US du comblement. Cela montre que le dromos a été remblayé en une seule fois. Les fragments céramiques ont été apportés avec le sédiment : ils n’ont pas été brisés sur place.

746Comment expliquer la présence, parmi ce matériel, d’ossements humains ? Ces derniers sont peu nombreux, fragmentés et fragmentaires. Ils ont été retrouvés dans le sédiment, mêlés au matériel. Il ne s’agit donc pas d’un dépôt funéraire : ni inhumation en place ni corps jeté dans le comblement. Les ossements ont été de toute évidence apportés avec la terre de remblai. Cette dernière provient sans doute de la zone de la nécropole, où tout creusement était susceptible de mettre au jour une sépulture antérieure.

Restes humains

(par Pr. Vareilles)

747Quelques ossements humains ont été recueillis dans le comblement, sous forme de fragments diaphysaires d’os longs et de rares fragments de crâne. Certaines pièces osseuses ont pu être identifiées, d’autres fragments, de dimensions très réduites, s’y rattachent.

Tableau 18 – Locus 24. Identification des pièces osseuses (restes humains).

Pièces osseuses Observations
tibia frg. diaphysaires
fibula frg. diaphysaires
fémur (droit) frg. diaphysaires
ulna frg. diaphysaires
humérus frg. diaphysaires
crâne rares fragments

748L’ensemble permet de conclure que ces restes proviennent d’au moins un individu qui d’après l’épaisseur et la robustesse des fragments diaphysaires, était un individu mature (adulte ou jeune adulte).

Matériel non céramique

  • 129 Identification due à A. Gardeisen.

749Un seul ossement animal a été retrouvé dans le comblement du dromos. Il s’agit d’un frg. d’os crânien, cassé en deux parties (neurocrâne)129.

Matériel céramique

750Outre 3 tessons intrusifs et 6 tessons White Slip du Bronze récent résiduels, le dromos renfermait une grande quantité de matériel céramique.

Figurines de terre cuite

  • 130 Myres 1897, p. 164‑169. Voir en dernier lieu KB VI, p. 244‑245, pour les découvertes du sanctuaire (...)

751Les trois fragments appartiennent au même type : celui des figurines de technique mixte dit « de Kamilarga », du nom d’un lieu‑dit de Larnaca où une grande quantité de ces figurines a été mise au jour en 1894130. Il s’agit d’une production kitienne locale, de style et de technique phéniciennes.

752K14‑16 (fig. 128). Frg. de corps tourné, tête (en partie manquante) modelée sur tenon. Les bras sont ramenés sur le ventre. Pâte beige, petites inclusions noires, restes de peinture noire. H. cons. 6,4 ; l. cons. 5,7.

753K13‑07 = KEF‑1174 (fig. 128). Tête de figurine modelée en creux sur tenon ; visage imprimé. Pâte beige, petites inclusions noires. H. cons. 7,3 ; l. 5,5 ; ép. 3,6. Cassée au niveau des épaules. Trou d’évent sommaire à l’arrière de la tête. Une trace d’arrachement lors du démoulage est bien visible sur le côté gauche du menton, rapidement ravalée. Restes de peinture rouge sur le visage et le cou, peinture noire sur la chevelure et départ de bande noire sur l’épaule. Les traits du visage sont peu nets, la figurine est issue d’une série de surmoulages, ce que montrent également ses dimensions, contrairement à l’exemple suivant, de bien meilleure facture.

754K13‑15 = KEF‑1175 (fig. 128). Tête de figurine modelée en creux sur tenon ; visage imprimé. Pâte beige, dense, petites inclusions noires. H. cons. 5,8 ; l. 4,1 ; ép. 3,8. Seule la tête est conservée. Petit trou d’évent sur l’oreille gauche. Peinture noire sur la chevelure.

Lampes-coupelles Plain White

755NR = 8, NMI = 6.

Coarse Ware

756NR = 27, NMI = 5.

Black Polished

757NR = 5, NMI = 1 (1 bord de dinos miniature).

Black-on-Red et Bichrome Red

Formes fermées
  • 131 SCE IV/2, fig. XXXIX, 13‑15 (BoR) et fig. XLII, 4‑5 (Bichr.R.).
  • 132 SCE IV/2, fig. XXXIX, 21. Voir également un alabastre des fouilles Ohnefalsch-Richter à Tamassos : (...)

758NR = 9 dont K14‑12 (fig. 128). Col de cruche Bichr.R. Pâte ocre, petites inclusions noires ; engobe rouge mat, peinture noire, rehauts de points blancs sur bande noire. H. cons. 7,5 ; l. cons. 4. Des seins sont figurés par des ajouts de pastilles de pâte. Un pendentif est représenté en peinture noire. Les cruches plastiques sont particulièrement en vogue dans le répertoire chypriote archaïque en BoR II(IV) et en Bichr.R. I(IV)131, même si le type se prolonge dans la classe céramique suivante. En général, le visage occupe le col et les seins sont placés sur l’épaule. La forme cylindrique de notre fragment invite à l’interpréter comme un alabastre132.

7593 frg. entrent dans la catégorie BoR et Bichr.R. « Blackened ».

Formes ouvertes
  • 133 Il s’agit d’un M assez développé, avec le trait horizontal quasiment effacé : cette lecture est du (...)

760NR = 10, NMI = 2 :
– bol peu profond à épaule marquée et lèvre ronde ;
– K13‑68 = KEF‑1348 (fig. 129). Bol profond à lèvre ronde. Pâte grise au cœur, nombreuses inclusions, engobe rouge lissé, décor peint en noir (production de Paphos). H. cons. 5,6 ; ø 20,4. Une inscription phénicienne de trois lettres, peinte à l’encre noire sur la face externe, sous la lèvre. Dim. des lettres : entre 0,3 et 0,5. L’inscription semble complète. La première lettre est probablement un ‘, la deuxième un M133, tandis que la troisième lettre est d’identification particulièrement difficile, puisque des traces noires qu’on distingue mal de l’encre de l’inscription gênent la lecture. Le trait vertical paraît sûr, et également la boucle sur la droite ; le trait horizontal en revanche pourrait ne pas être de l’encre et ne faire donc pas partie du signe. On peut proposer, de manière extrêmement hypothétique, d’y lire un Q.
‘MQ
Au vu des incertitudes dans la lecture, on ne saurait proposer d’interprétation.

7612 frg. de bols sont de fabrique BoR et Bichr.R. « Blackened ».

Red Slip

Formes ouvertes
  • 134 Ils sont particulièrement caractéristiques des niveaux du CA I : voir, à propos des assemblages du (...)

762Les bols entrent, par leur forme et leur technique, dans la catégorie des céramiques fines phéniciennes, autrefois dites « Samaria ware ». Cette catégorie céramique est très commune dans les niveaux géométriques et archaïques de Kition134. Il est très difficile de distinguer entre importations et productions locales. Différentes variantes morphologiques sont attestées.

Bols peu profonds

763À courte lèvre étalée et panse carénée
NR = 13, NMI = 9, dont :
K13‑31+K14‑06 (fig. 129). Pâte beige, petites inclusions rouges, engobe rouge mat à l’intérieur, extérieur réservé. Une incision profonde marque la carène de l’épaule sur la surface interne. H. cons. 2,4 ; ø 12,8.

764À lèvre carénée
NR = NMI = 1.

  • 135 Pour un bel exemple à fond incisé de Bamboula : KB VI, p. 131, cat. n° 1‑169, p. 215, fig. 31. Les (...)

765À large fond plat légèrement bombé, rebord court évasé, lèvre amincie
C’est le type le plus courant dans la catégorie. Deux variantes peuvent être distinguées, selon que le fond est à l’extérieur décoré seulement par une bande et un cercle réservés, ou également par des lignes incisées dans l’engobe135.
NR = 34, NMI = 31, dont :
K13‑11 (fig. 128). Pâte ocre, petites inclusions noires et rouges, engobe rouge sur la surface interne, seulement sur la lèvre sur la surface externe. Surface lissée. H. cons. 2,3.

766Assiettes à marli
NR = NMI = 10.

Bols profonds

767À lèvre ronde
NR = NMI = 4.

Frg. de bols non attribuables à un type précis

768NR = 86, NMI = 1.

Couvercle

769Ce couvercle miniature, de profil concave continu, muni d’un bouton central et d’une anse en tenon percé horizontalement sur la paroi, est tout à fait original.

770K13‑37 (fig. 129). Pâte beige, petites inclusions noires, engobe rouge sur la face externe. H. 1,5 ; ø 7,7.

Formes fermées

771Tous les fragments identifiables appartiennent à des cruches, de divers types.

Cruches à bobèche

772NR = 10, NMI = 5, dont :
K13‑10 (fig. 128). Pâte ocre, petites inclusions noires. H. cons. 6,1 ; ø (avec la lèvre) 5,9.

Cruche à courte lèvre étalée

773Il peut aussi s’agir d’un alabastre
NR = NMI = 1.

Cruche à ouverture pincée

774NR = NMI = 1 :
K13‑30 (fig. 128). Pâte ocre, petites inclusions noires. H. cons. 3,5.

Frg. de panse de cruches

775NR = 124, parmi lesquels on peut distinguer au moins deux alabastres à fond pointu, dont :
K14‑500 (fig. 130). Pâte ocre, petites inclusions noires, engobe rouge lissé. H. cons. 10,7.

Bols à paroi fine

  • 136 Sur cette catégorie, bien attestée dans les niveaux du CA I de Kition comme d’Amathonte (et dans d (...)

776Cette catégorie ne correspond pas à une fabrique, puisque différentes techniques de décoration y sont attestées (PW, décor de bande monochrome – en général pourpre –, BoR…). Elle constitue toutefois une série de productions très homogène, qui reprend un modèle d’origine levantine136. Autant qu’on puisse en juger, tous les fragments appartiennent à des bols profonds à lèvre amincie légèrement rentrante.

777NR = 45, NMI = 20, dont :
K13‑69 (fig. 128). Pâte rose, inclusions noires et blanches. Décor de bande pourpre sur la lèvre, à l’intérieur et à l’extérieur. H. cons. 6.

Bichrome

Formes ouvertes
Bols peu profonds
  • 137 Fourrier et Hermary 2006, p. 55‑56.

778Les bols possèdent une panse à l’épaule marquée, voire carénée, la carène étant parfois placée juste sous la lèvre. Le décor est constitué de lignes et bandes noires soulignant de larges bandes rouges qui couvrent en général la région qui va de la lèvre à l’épaule. Ce type de décor rappelle un mode d’organisation commun sur les vases de production levantine. L’origine de l’inspiration ne fait donc aucun doute, mais on doit souligner que cette influence touche d’autres répertoires que celui de Kition, par exemple celui d’Amathonte137.

779À lèvre ronde et épaule marquée
NR = 7, NMI = 3, dont :
K13‑72 (fig. 129). Pâte beige, inclusions noires et rouges, engobe blanc, décor peint en noir à l’extérieur, en noir et rouge à l’intérieur. Anse en ruban sur la lèvre. H. cons. 2,4.

780À lèvre carénée
NR = 13, NMI = 2, dont :
K14‑501 (fig. 133). Pâte ocre, petites inclusions noires. H. 4,1 ; ø 18.

Bols profonds à lèvre amincie

781NR = 2, NMI = 1.

Formes fermées

782Les fragments sont peu nombreux et petits, ils ne permettent guère de reconstituer des formes.

Cruches

783À bobèche
NR = 23, NMI = 8.

784À ouverture ronde
NR = 3, NMI = 2.

785Frg. de cruches qu’on ne peut pas rattacher à un type précis : NR = 33.

Amphores

786NR = 2.

Jarres de type levantin WP (?) et Bichr.

787Comme les bols à paroi fine, cette catégorie n’est pas homogène quant à son mode de décoration. Mais elle forme une série cohérente du point de vue morphologique : panse globulaire allongée, fond arrondi, courtes anses verticales fixées à la carène de l’épaule, col cylindrique court, lèvre ronde. Le type est assurément phénicien et un certain nombre d’exemples sont certainement des importations. Comme pour la catégorie des bols dits « de Samarie », il est possible que certaines jarres soient de production kitienne. Le type est rare dans les autres régions de Chypre et toujours importé : la question d’une éventuelle production locale ne s’y pose pas.

788Les exemples les mieux conservés sont de fabrique Bichr. : une large bande rouge orne la panse, sous les anses. Dans certains cas, aucune trace de peinture rouge n’est visible : s’agit‑il de jarres de fabrique WP ? Si oui, c’est là un indice fort en faveur d’une production locale.

789La présence de variantes miniatures est remarquable.

790NR = 118, NMI = 3 :
K13‑09 = KEF‑1349 (fig. 131). NR = 40, NMI = 1. Pâte ocre, petites inclusions noires. H. 35 ; ø 10.
K13‑34+K14‑17 (fig. 131). NR = 25, NMI = 1. Même pâte. H. 29,8 ; ø 9,7.
K13‑35 (fig. 130). Jarre miniature dont seul un frg. d’épaule est conservé, avec une bande noire (fabrique WP ?). Pâte ocre, petites inclusions noires. H. cons. 5,3.

White Painted

Formes ouvertes
Bol peu profond

791Le seul fragment identifié possède une épaule marquée et une lèvre ronde.

792NR = 1, NMI = 1 :
K13‑29 (fig. 130). Pâte ocre, petites inclusions noires, engobe blanc sur la surface externe. H. cons. 2,2.

Bols profonds

793Tous les bords ont une lèvre amincie, qui invite à rapprocher cette forme de celle des bols à paroi fine.

794NR = 10, NMI = 6, dont :
K14‑09 (fig. 130). Pâte beige, petites inclusions noires, engobe blanc sur la surface externe. H. cons. 4,8 ; ø 14,9.

Frg. de bols dont le type précis ne peut pas être identifié

795NR = 16 (dont un pied appartenant probablement à un bol géométrique).

Formes fermées
Cruches

796À ouverture ronde et lèvre ronde
NR = NMI = 2.

797À ouverture ronde et lèvre étalée
NR = 6, NMI = 4 dont :
K13‑16 (fig. 130). Pâte rose, petites inclusions noires, épais engobe blanc, ligne noire sur la lèvre et à la base du col. H. cons. 3,7 ; ø (avec lèvre) 4,1.

798À ouverture pincée
NR = 10, NMI = 2 :
K13‑08 (fig. 130). Pâte rose, petites inclusions rouges, ligne noire sur la lèvre et décor d’œil sur le col. H. cons. 2.
K14‑504 (fig. 132). Pâte ocre, petites inclusions roses. H. 16,6 ; ø 3. La surface a été raclée alors que le vase était posé sur le tour.

799Frg. de cruches non attribuables à un type précis : NR = 102.

Amphores

800À lèvre en bourrelet externe
K13‑71 (fig. 133). NR = 3, NMI = 1. Pâte beige, inclusions blanches, rouges et noires. H. cons. 10.

801Amphorisque à courte lèvre étalée
NR = 2, NMI = 1.

802Frg. d’amphores impossibles à rattacher à un type précis : NR = 56.

Plain White

Formes ouvertes
Bols peu profonds

803Ils présentent une grande variété morphologique, écrasée par la nette prédominance des assiettes à marli.

804À épaule marquée et lèvre ronde
NR = NMI = 5.

805À parois évasées continues et lèvre amincie
NR = 4, NMI = 3, dont :
K14‑10 (fig. 132). Pâte beige, inclusions noires et rouges. Surface interne lissée, la surface extérieure est grossière. H. 2,6 ; ø 10,4.

806À lèvre biseautée et arête interne sous la lèvre
NR = 9, NMI = 4, dont :
K14‑502 (fig. 132). Pâte rose, petites inclusions noires. Surface externe raclée. H. 2,4 ; ø 10,6.

807À courte lèvre étalée
NR = 11, NMI = 10.

808Assiettes à marli
NR = 499, NMI = 445, dont :
K13‑73 (fig. 133). Pâte ocre, petites inclusions noires et rouges. H. 4 ; ø 17,5.

Bols profonds

809Tous les frg. identifiables possèdent une lèvre ronde.
NR = NMI = 14.

Frg. de bols qu’on ne peut pas rattacher à un type précis

810NR = 580.

Cuvette138
  • 138 Sur ce type, voir Fourrier et Hermary 2006, p. 63, avec références.

811Le seul frg. recueilli possède une lèvre en bourrelet, le fond n’est pas conservé.

Couvercle

812De forme concave, à lèvre ronde : NR = 2, NMI = 1.

Formes fermées
Cruches

813À ouverture ronde
NR = 5, NMI = 2 (dont des frg. de cruches à corps en sac).

814À ouverture pincée
NR = 3, NMI = 2, dont :
K14‑18 (fig. 130). Pâte beige, petites inclusions noires. H. cons. 7,6.
De nombreux frg. appartiennent à des cruches : NR = 386, parmi lesquels on notera la présence de plusieurs fonds rentrants et de frg. de cols de cruches à bobèche qu’aucun bord ne documente.

Amphores

815Le seul type chypriote identifiable est celui de l’amphore à anses de panier (NR = NMI = 2). Parmi les autres frg. (NR = 83), certains peuvent appartenir à de petits pithoi.

816Amphores commerciales de type levantin
NR = 217, NMI = 3, dont :
K14‑503 (fig. 133). NR = 25, NMI = 1. Pâte ocre, grosses inclusions rouges et blanches. H. 44,8 ; ø 8,5.

Tableau 19 – Assemblage céramique du dromos de la tombe 398.

Tableau 19 – Assemblage céramique du dromos de la tombe 398.

Chambre (= locus 50)

Alluvionnement

=US S5‑126.

817La chambre était partiellement comblée par une terre fine, homogène, de couleur marron, qui contenait quelques gros nodules de konnos (provenant du plafond, dont l’épiderme s’était en partie effrité). Ce sédiment a pénétré depuis le dromos : plusieurs raccords en témoignent (ces tessons ont été dénombrés avec ceux du comblement du dromos). Des tessons roulés ont sans doute été entraînés par les pluies.

Matériel céramique

Lampes-coupelles Plain White

818NR = 12, NMI = 4.

Coarse Ware

819NR = 9, NMI = 1.

Red Slip et Black-on-Red

Formes ouvertes
Bols peu profonds

820À courte lèvre étalée et panse carénée
NR = NMI = 1.

821À large fond plat légèrement bombé, rebord court évasé, lèvre amincie
NR = NMI = 2.

Bols profonds à lèvre amincie

822NR = NMI = 2.

Frg. de bols

823NR = 11.

Dinos miniature

824NR = NMI = 2.

Formes fermées
Cruches à bobèche

825NR = NMI = 1.

Frg. de cruches

826RS : NR = 23.

Frg. de cruches BoR et Bichr.R.

827NR = 2.

Bols à paroi fine

828NR = NMI = 7.

Bichrome

Formes fermées
Cruches à bobèche

829NR = 8, NMI = 5.

Frg. de cruches

830NR = 6.

Bols

831NR = 2.

White Painted

Formes fermées
Cruches à ouverture pincée

832NR = NMI = 1.

Frg. de cruches

833NR = 21.

Amphores

834NR = 2.

Plain White

Formes fermées
Amphores commerciales de type levantin

835NR = 19.

Formes ouvertes
Bols peu profonds

836À lèvre ronde
NR = 5, NMI = 4.

837Assiettes à marli
NR = 128, NMI = 58.

Formes fermées
Cruches

838À ouverture ronde
NR = NMI = 7.

839À ouverture pincée
NR = NMI = 2.

840À bobèche
NR = NMI = 1.
Frg. de cruches : NR = 169.

Amphores

841À anses de panier
NR = NMI = 1.

842Frg. d’amphores : NR = 14.

Dépôts en place sur le sol de la chambre

=US S5‑129.

843Pris dans un sédiment brun homogène qui s’est progressivement déposé sur le sol, les dépôts étaient inégalement répartis dans la chambre (fig. 108). Les principales concentrations se trouvaient, comme c’est aussi le cas dans les tombes d’époque classique, dans les coins, en particulier les grands contenants : une amphore commerciale de type levantin bouchée (K14‑30 = KEF‑1351, fig. 123) immédiatement à droite de l’entrée, et une amphore Bichr. (K14‑57 = KEF‑1371, fig. 127) contenant une réduction dans le fond. D’autres dépôts étaient également associés à des groupes de défunts, notamment dans la zone sud où plusieurs corps accumulés ont été découverts sur une dalle de gypse délimitée par deux blocs de calcaire : on peut supposer que ces dépôts avaient été placés dans les cercueils (d’où ils sont tombés sur le sol) ou bien sous les cercueils qui étaient posés sur les blocs. Certains regroupements forment des ensembles cohérents, ainsi, dans la même zone, la « trousse de beauté » faite de petits vases à onguents, d’une palette à fards et d’un peigne (fig. 122). De manière générale, les formes petites et miniatures, notamment les cruchons à onguents ou huiles parfumées sont nombreuses. Les bijoux sont, eux, strictement associés à des défunts, adultes et immatures.

  • 139 Núñez 2004a et b.
  • 140 Karageorghis 1970.

844L’assemblage céramique est, comme dans les autres tombes fouillées dans la nécropole, relativement modeste (69 vases, dont 2 lampes). Il entretient, par sa composition, de nombreuses ressemblances avec celui des différentes sépultures de Tyr‑Al Bass139 : grands contenants (vases à conserver et à transporter), cruches (vases à verser), bols et assiettes (vases à consommer). Les nombreuses cruches à bobèche contenaient vraisemblablement des huiles parfumées, comme les contenants plus petits. Quelques formes sont de tradition chypriote, et les parallèles avec les trouvailles de la nécropole de Salamine-Cellarka sont également nombreux140, mais la plupart sont d’origine levantine (dont des formes qui, telles les cruches à arête sur le col, sont entrées dès l’époque géométrique dans le répertoire chypriote). Il est souvent difficile de décider entre fabrication locale et importation. Autre signe de « phénicisation » du répertoire, toutes les formes ouvertes sont dépourvues d’anses.

  • 141 Hadjisavvas 2012, p. 227‑235.
  • 142 Hadjisavvas 2012, p. 235.

845Le rapprochement avec le cimetière phénicien de Tyr est d’autant plus remarquable que les pratiques funéraires sont, elles, strictement distinctes : crémations en urne à Tyr ; inhumations (primaires et réductions, de tradition chypriote) dans une tombe collective à Kition. Le parallèle le plus proche, pour l’assemblage céramique comme pour les pratiques funéraires, est finalement offert par une tombe voisine, fouillée en 1989 dans la nécropole de Kition-Mnimata141. Comme le note le fouilleur, cette tombe est un indice fort en faveur de l’hypothèse d’une présence phénicienne permanente à Kition dès, au plus tard, le début du viiie s. av. J.‑C.142. C’est aussi un indice fort en faveur d’une acculturation profonde de cette population à Kition. De fait, on serait bien en peine de décider de l’origine des occupants de la tombe, phénicienne ou chypriote. La présence durable de Phéniciens à Kition, qui seule permet d’expliquer la « phénicisation » de la culture matérielle, depuis la céramique jusqu’à la langue et à l’écriture, s’accompagne de l’adoption de pratiques, funéraires et cultuelles, locales. Et ce, dès qu’on peut la saisir. Autant qu’on puisse l’appréhender d’après la documentation archéologique, la présence phénicienne est immédiatement acculturée, « chypro-phénicienne ».

Tableau 20 – Assemblage céramique de la tombe 398.

Tableau 20 – Assemblage céramique de la tombe 398.

846Note : Les numéros donnés dans les catalogues ci-dessous en équivalence des inventaires sont ceux qui sont reportés sur le relevé des dépôts de la chambre (fig. 108).

Matériel non céramique

Restes fauniques

(par A. Gardeisen)

847Les ossements animaux sont très peu nombreux et probablement intrusifs :

  • frg. de tibio‑tarse d’oiseau (de type passereau), sans doute entraîné par un animal fouisseur ;
  • squelette d’amphibien dans l’amphore K14‑32 = KEF‑1352 : il s’agit probablement des restes d’une grenouille piégée.

848Il est plus difficile d’expliquer la présence de trois autres frg. osseux dans la même amphore : un corps de première côte de porc, un autre frg. de corps de côte (non identifiable) et un frg. de vertèbre caudale ou de sternèbre indéterminé. Leur petit nombre rend toutefois improbable qu’il puisse s’agir des restes du contenu du vase.

Petits objets

(par N. Denninger)

Parure
  • 143 Laffineur 1991, p. 171‑174. Mais la perle centrale est généralement circulaire sur les figurines.

849K14‑58 = KEF‑1225 (fig. 134 [sur la vue générale, en haut, les éléments du collier sont placés dans l’ordre dans lequel ils ont été retrouvés et prélevés] et 135). Boucle d’oreille et collier composé de petits anneaux de bronze alternant avec des perles en différents matériaux (faïence à glaçure, pâte de verre et verre). L’ensemble a été découvert près du crâne de Sq. 1 (individu mature, de sexe indéterminé) : la parure était portée. La présence dans le lot d’une perle rectangulaire à trois perforations longitudinales suggère que le collier était composé de plusieurs rangs de perles : cela évoque le « collier de chien » figuré sur les représentations féminines d’époque archaïque, en terre cuite et en pierre143. Si cette proposition est juste, l’adulte qui le portait était donc une femme. Les objets sont présentés ci‑dessous dans l’ordre dans lequel ils ont été prélevés sur le terrain (en vingt sachets comportant un ou plusieurs objets).

  • 144 La boucle d’oreille a été retrouvée avec des éléments de collier : on peut donc s’interroger sur s (...)

8501. Boucle d’oreille en argent144. Elle est semblable à K02‑108 = KEF‑1171 (fig. 68), découverte dans un contexte d’époque classique (niche = locus 20 de la tombe 381). Les deux extrémités de l’anneau se chevauchent.
Dim. : H. 1,7 ; l. 1,3 ; ép. 0,5.

8512. Quatre petits anneaux en bronze que l’on peut considérer comme des perles. L’un d’entre eux présente des restes de ce qui devait être une perle en (pâte de ?) verre de couleur brune, de profil biconique. Restes de fibres textiles dans l’un des anneaux.
Dim. : ø des anneaux 0,8 ; ép. 0,3. ø de la perle 0,7 ; ép. (avec l’anneau de bronze) 0,6.

8523. Très petits frg. d’une perle en faïence à glaçure bleu clair et anneau de bronze portant les traces d’une perle en (pâte de ?) verre d’un côté et d’une perle en faïence de l’autre.
Dim. de l’anneau identiques à celles des précédents.

8534. Deux anneaux de bronze, l’un isolé, l’autre solidaire d’une perle sphérique en faïence à glaçure bleu clair qui a gardé les traces d’oxydation vertes de l’anneau qui la suivait. À l’intérieur, on observe les résidus du lien qui unissait les perles.
Dim. de l’anneau identiques à celles des précédents.
Dim. de la perle : ø 0,7.

8545. Deux anneaux de bronze de part et d’autre d’une perle en faïence à glaçure bleu clair.
Dim. : L. de l’ensemble 1 ; ø 0,65.

8556. Anneau en bronze avec restes de perle bleue et perle biconique en verre translucide.
Dim. : ø de la perle en bronze 0,7 ; ø de la perle en verre 0,5.

8567. Deux anneaux en bronze. L’un présente des restes très nets de fibres.
Dim. : ø 0,6.

  • 145 Gardiner 1957, p. 438‑548.

8578. Perle rectangulaire en faïence à glaçure blanche, entière. Trois perforations longitudinales régulièrement espacées. Les deux faces portent des signes égyptiens. Sur l’une, les hiéroglyphes en léger creux sont disposés sur deux lignes, dans un cadre. Pour lire l’autre face à l’endroit, il faut non seulement retourner l’objet sur le long mais aussi sur le petit côté. Sur cette face, les signes sont en léger relief, et trois angles sont surcreusés.
Lecture de droite à gauche ; entre parenthèses, les numéros correspondants de la classification de Gardiner145.
Face A
Ligne
 : sȝ : protection de (V 18 ?), la tête de face r (D 2), l’unilitère t désinence du féminin (X 1), le signe nfr (F 35) : nfr.t‑r, la belle‑de‑face = celle à la belle face, c’est‑à‑dire Hathor ?, un signe vertical qui doit être (V 28), les unilitères p (Q 3) et t (X 1) : p‑t‑, probablement : Ptah.
Ligne : le premier signe, composé de deux éléments qui se croisent, est sans doute : Nfr‑tm (F 35 et U 15 ?) : Nefertoum ; on a ensuite le signe du canard pilet (G 39), la désinence féminine t en bas (X 1) et l’œuf (H 8) comme déterminatif féminin au‑dessus : sȝt, la fille, et enfin un sistre en tête de Bat (Y 8 ?), qui peut se lire sššt (sistre) ou comme déterminatif du sistre pour caractériser Hathor.
Ce qui donnerait : « Protection de celle‑au‑beau‑visage, fille de Ptah-Nefertoum, Hathor ».
Face B
Au centre, une vache couchée avec le disque solaire entre les cornes, ce qui semble bien correspondre à Hathor, sur le signe de l'or n(w)b (S 12) et surmontée de la vulve de vache (F 32) qui, comme caractère, se lit tout court, ou bien suffit à exprimer le mot t (« corps ») en entier, mais doit ici être employé au sens littéral. On aurait donc non une phrase à proprement parler, mais une association de symboles qui composent une idée, par exemple Hathor, Dame de la vulve, « la Dorée ».
Dim. : L. 1,4 ; l. 1,25 ; ép. 0,5.

8589. Anneau de bronze.
Dim. semblables à celles des précédents.

85910. Deux frg. d’une perle en faïence à glaçure bleu pâle avec des traces noires.

86011. Deux anneaux de bronze avec des restes de perle qui pourraient correspondre à la précédente, ou bien à une autre, disparue (en verre ?).
Dim. semblables à celles des précédents.

86112. Anneau en bronze collé à une perle en faïence à glaçure bleu clair.
Dim. : ø 0,6 ; L. de l’ensemble 0,8.

86213. Deux anneaux en bronze présentant des restes de fibres à l’intérieur.
Dim. semblables à celles des précédents.

86314. Anneau en bronze.
Dim. semblables à celles des précédents.

86415. Perle (? ou petit fragment de matière vitreuse).

86516. Trois anneaux en bronze. L’un présente des restes de perle en matière vitreuse, un autre des restes de fibres.
Dim. semblables à celles des précédents.

86617. Perle en faïence à glaçure bleu clair, en forme de tonneau, régulière. Bon état de conservation, sauf quelques taches brunes. Perforation longitudinale.
Dim. : L. 2,7 ; ø max. 0,85 (0,4 aux extrémités).

86718. Perle en faïence à glaçure bleu clair, très fragmentaire.

86819. Deux anneaux de bronze. L’un porte des traces de fibres à l’intérieur.
Dim. semblables à celles des précédents.

86920. Ensemble comportant :

  • une perle en faïence à glaçure blanche entourée de deux anneaux de bronze portant des traces de fibres (dim. : L. 1,2 ; ø anneau 0,8 ; ø perle 0,7) ;
  • un anneau en bronze de dimensions semblables avec les restes d’une perle en faïence à glaçure verte ;
  • une perle sphérique en faïence à glaçure bleu pâle, à large perforation (dim. : H. 0,6 ; ø 0,8) ;
  • une perle en faïence à glaçure blanche (avec des traces vertes), sphérique mais un peu aplatie, de mêmes dimensions.

870K14‑69 = KEF‑1224 (fig. 135). Bracelet en bronze entier, de section circulaire. Les deux extrémités se chevauchent.

871Il a été découvert autour de l’avant‑bras droit de Sq. 7 (individu mature de sexe féminin) (fig. 124).

872État de conservation moyen, avec une corrosion assez prononcée. Certaines zones sont de couleur marron et vert olive : il pourrait s’agir, pour ces dernières, de restes de fibres textiles (plus « serrées » que celles qu’on a observées par ailleurs), et, pour les premières, de traces d’un contact avec du fer (?).

873Dim. : ø 6,2 ; ø tige 0,55.

  • 146 Sur l’utilisation des scarabées à Chypre, voir E. Lagarce, dans Kition II, p. 167‑171, fig. 4‑7.

874K14‑89 = KEF‑1218 (fig. 135). Scarabée serti dans une monture ovale en or qui comporte à chaque extrémité un petit anneau dans l’axe de la perforation longitudinale. Des traces d’usure sont visibles sur ces anneaux146.

875L’objet a été découvert au niveau de la cage thoracique de Sq. 3 (immature), avec un autre scarabée K14‑90 = KEF‑1217 : ils étaient sans doute portés en pendentifs.

  • 147 Pour des exemples de scarabées dans ce matériau (kaolinised feldspar), voir G. Clerc, dans Hadjisa (...)

876Le scarabée est en pierre, très probablement en feldspath kaolinisé, recouvert de glaçure jaune et blanche147. Quelques détails anatomiques sont représentés : la séparation entre la tête et le corps est marquée par une légère dépression, qui correspond aussi au changement de couleur (la tête jaune, le dos blanc) ; sur la tête, des incisions figurent peut‑être le clypeus encadré de plaques. Le prothorax et les élytres ne sont pas dessinés, mais un trait de contour les sépare des pattes, qui sont représentées très sommairement par une ligne oblique profondément incisée. Bon état.

877Au plat, en creux, disposés verticalement, se lisent les signes suivants : le scarabée Khêpri (L 1) qui pousse le soleil (ou Rê, N 5), encadré par deux signes ‘n (vie, S 34), qui servent de porte‑bonheur et que l’on retrouve fréquemment dans les décors de glyptique, parfois sans la barre horizontale, comme ici ; le signe au‑dessous, un demi‑cercle avec des petits traits verticaux, est la corbeille nb (V 30), qui remplit très souvent les extrémités d'ovale sur les scarabées ou autres plats de sceaux de cette forme, et qui est aussi une sorte de porte‑bonheur, car il signifie soit « tout », soit, plutôt, « (le) maître/seigneur » : il s’agit donc d’un souhait que l’on pourrait traduire par : « que vive le seigneur Khêpri‑Rê ».

878Dim. : L. 1,6 ; l. 1,05 ; ép. 0,6.

879K14‑90 = KEF‑1217 (fig. 135). Scarabée en pierre rouge orange translucide que l’on identifie comme de la cornaline.

880Il a été retrouvé au niveau de la cage thoracique de Sq. 3, avec un autre scarabée (K14‑89 = KEF‑1218).

881Les veines de la pierre, plus foncées, sont visibles à l’intérieur. L’objet est en bon état, mis à part de petits éclats à l’avant et à l’arrière.

882Les éléments anatomiques sont représentés par des traits gravés dans la pierre : la tête est indiquée sommairement (la partie droite a été emportée par un éclat), le prothorax et les élytres par un T et un trait de contour, les pattes par une incision oblique.

  • 148 Pour des exemples de ce motif à Amathonte (avec à chaque fois deux uraei), voir Forgeau 1986, p. 1 (...)

883Au plat, entouré d’une ligne de contour, un motif disposé verticalement. Les deux zones en haut et en bas sont en léger retrait par rapport à la zone médiane. On reconnaît deux serpents (I 15 ?) qui partent du centre et ondulent en direction opposée, vers l'extérieur ; ils sont surmontés par un disque solaire ailé, les trois traits qui rayonnent sous le disque pourraient être trois petits cobras qui en pendent148, l’ensemble étant très stylisé ; en bas, on retrouve le motif de la corbeille nb rencontré sur le scarabée précédent (V 30).

884Dim. : L. 1,2 ; l. 1 ; ép. 0,7.

  • 149 Pour l’emploi de ce terme, voir G. Clerc dans Kition II, p. 21.

885K14‑91 = KEF‑1216 = n° 63 (fig. 135). Scaraboïde149 en faïence bleu vert (le bleu est mieux conservé sur le plat).

886Il a été découvert avec des vases à onguent, un peigne et une palette, formant une « trousse de beauté » (fig. 122).

887Très schématique : il s’agit d’un simple ovale perforé longitudinalement, aucun détail anatomique n’est indiqué. Au plat, en disposition verticale, inscription hiéroglyphique composée de deux signes, en noir et en creux : un demi‑cercle plein représentant la corbeille nb (V 30) surmonte une croix ‘n (S 34). Une bande étroite, plus claire, est laissée libre autour.

888Dim. : L. 1,15 ; l. 0,75 ; ép. 0,5.

889K14‑92 = KEF‑1219 (fig. 135). Frg. d’amulette découvert avec un frg. de pierre.

890L’ensemble, dont l’usage n’apparaît pas clairement, a été découvert sous la « trousse de beauté », faite de petits vases à onguent, d’un peigne et d’une palette à fards.

  1. Frg. d’amulette en faïence bleu clair, non identifiable. Un côté est lisse (bord), les trois autres côtés sont brisés. Aucune trace du trou de suspension sur le frg. conservé.
    Dim. conservées : L. 2,1 ; l. 1,3 ; ép. 0,5.
  2. Frg. de pierre bleu‑vert foncé, dont la nature reste à déterminer, avec des traces de débitage de lames (?).
    Dim. : L. 1,2 ; l. 1,5 ; ép. 1.

891K14‑101 = KEF‑1227 (fig. 135). Boucle d’oreille en argent.

892Découverte entre Sq. 11 et Sq. 12 (immatures), dans la berme centrale, partiellement fouillée en sape.

  • 150 L’objet se rapproche d’une boucle d’oreille en or de la collection Cesnola conservée au Metropolit (...)

893L’objet se compose d’une tige recourbée (dont on arrive à distinguer les deux extrémités qui se chevauchent), à laquelle est accolé un autre élément, constitué de quatre petites boules formant une pyramide d’où part un élément lancéolé150.

894Dim. : L. 2,4 ; l. 1,5 ; ép. 1,2 ; ø tige 0,45.

  • 151 En anglais : nail-head earrings. La boucle est proche, par sa forme, d’exemples de la collection C (...)

895K14‑505 = KEF‑1231 (fig. 136). Boucle d’oreille en argent avec pendentif à « tête de clou »151.

896Elle a été retrouvée sur Sq. 10 (immature).

897Elle est composée de la boucle proprement dite, fermée, et d’un pendentif, qui semble lui‑même formé de deux parties : la partie supérieure en forme de cornet suspendu par son extrémité étroite à la panse de la boucle, et une sorte de pastille lenticulaire fixée en dessous grâce à un petit bouton ou clou visible au centre de cette dernière (le léger décalage entre les deux éléments permet de les distinguer).

  • 152 Laffineur 1992, p. 4 et 6 (T. 114/22), pl. I. Le type est appelé « phénicien ».
  • 153 Karageorghis 1970, pl. CLXXXIII, 60.

898Une boucle d’oreille semblable a été mise au jour dans une tombe d’Amathonte, dans un niveau daté de la fin du CA I152 ; d’autres, fragmentaires, dans une tombe de Salamine‑Cellarka, de même date153.

899Dim. : L. 3 ; l. 1,5 ; ép. 1,2 (= ø de la pastille).

Autres petits objets

900K14‑93 = KEF‑1220 = n° 64 (fig. 136). Peigne en os.

901Il a été découvert avec des vases à onguents et une palette à fard qui formaient une « trousse de beauté » (fig. 122).

902Il manque l’extrémité de l’un des montants ainsi que la longueur des dents, mais la forme est complète. Une seule rangée de dents ; pas de décor.

  • 154 Vandier d’Abbadie 1972, p. 141‑147 ; Gachet‑Bizollon 2007, p. 35‑40 ; Poursat 1977, p. 22‑25. Cert (...)
  • 155 Voir les deux beaux peignes en ivoire, à double rangée de dents, de la tombe royale de Salamine : (...)

903Les peignes à rangée de dents simple sont connus en Égypte, au Proche‑Orient, à Chypre et dans le monde égéen dès l’âge du Bronze154. Les peignes découverts à Chypre à l’âge du Fer sont le plus souvent à double rangée155.

904Dim. : L. 7,4 ; l. 2,9 ; ép. 0,7.

905K14‑95 = KEF‑1226 = n° 59 (fig. 136). Petit alabastre en faïence à glaçure blanche (à l’intérieur) et bleue, muni d’une anse verticale.

906Il a été découvert, comme le peigne, dans la « trousse de beauté ».

  • 156 Un petit vase de forme comparable est conservé au Musée Vivant‑Denon (n° inv. A.C.857) : Les colle (...)
  • 157 Caubet et Du Puytison-Lagarce 1972, p. 122‑126 = Caubet et Pierrat-Bonnefois 2005, p. 100, n° 261. (...)
  • 158 Webb 1978, pl. VIII : les alabastres possèdent un fond arrondi, deux anses verticales en tenon et (...)

907Il est entier et présente un bon état de conservation, à l’exception de quelques petits éclats, notamment sur le côté droit de l’anse. Fond arrondi (l’objet ne pouvait pas tenir en équilibre seul), col marqué156. La forme est celle des amphores commerciales cananéennes puis phéniciennes, qui sont cependant munies de deux anses. En Égypte, le type est décliné en albâtre et en faïence dès la fin du IIe millénaire. Fabriqués dans ce dernier matériau, les alabastres portent généralement un riche décor organisé en registres superposés. Un exemple, datable du CG III ou du CA I, et peut‑être de provenance kitienne, est conservé au Louvre157. Le type est également bien attesté dans la série des faïences rhodiennes158.

908Dim. : H. 5,8 ; ø ouverture 1,5.

909K14‑96 = KEF‑1232 = n° 62 (fig. 136). Jeton en pâte de verre et coquillage.

910Le jeton, placé à l’intérieur du coquillage, était déposé parmi les objets de la « trousse de beauté » (fig. 122).

  • 159 Identification due à A. Gardeisen.
  • 160 Voir, par exemple, en Égypte : Vandier d’Abbadie 1972, p. 104‑106, n° 407‑408. On trouve en Perse (...)

911Le coquillage est une valve de type praire commune (Venus verracosa)159. L’usage de coquilles naturelles comme coupes à onguents est connu160.

912Le jeton en pâte de verre est en bon état, avec toutefois un éclat sur le bord. La pâte est de couleur blanche, mais une couche plus foncée se voit dans la cassure et transparaît sur le dessus de l’objet. Ce dernier a une face bombée et une autre plate.

  • 161 Kallas 2015, p. 504.

913Les pastilles en pâte de verre servaient de pions de jeu, mais elles pouvaient également être utilisées pour la production de fard : elles permettaient notamment de broyer la craie à destination cosmétique161. Le contexte de découverte de notre objet invite à préférer cette seconde interprétation.

914Dim. du jeton : ø 1,7 ; ép. 0,65.

915K14‑24 = KEF‑1233 = n° 14 (fig. 136). Bol miniature en albâtre gypseux.

916Cuvette circulaire peu profonde, à lèvre ronde, supportée par quatre pieds disposés sur le pourtour.

917La surface est très altérée mais on distingue sur la face interne, sur le fond, la surface initiale, lisse, sur laquelle on voit des rainures (dues à l’usage ?).

  • 162 Hadjisavvas 2012, p. 162, fig. 95 (n° 27).
  • 163 KB III, p. 61‑62, avec références. Quelques exemples de mortiers en pierre à quatre pieds sont att (...)

918Il est difficile de savoir à quoi pouvait servir ce bol. Un récipient en albâtre, de dimensions toutefois supérieures et muni de trois pieds, provient d’une tombe classique de la nécropole de Kition-Mnimata162. La forme évoque, avec quatre pieds toutefois, celle des mortiers tripodes, connus à Chypre au Bronze récent, en stéatite et en faïence163. Comme ces derniers, le petit vase de la tombe 398 pouvait servir à broyer, vraisemblablement des fards, en raison de sa matière et de ses dimensions.

919Dim. : H. 1,2 ; ø 4,3.

Bouchon de jarre en terre crue

920K14‑31 (fig. 145). Pâte marron, petites inclusions calcaires. Une face bombée, l’autre concave. Le bouchon a une forme ovale allongée, sans décrochement. ø max. 14,6 ; ép. max. 3,2. Il fermait l’amphore commerciale de type levantin K14‑30 = KEF‑1351 (fig. 139).

Matériel céramique

Lampes-coupelles Plain White

921K14‑72 = KEF‑1350 = n° 49 (fig. 145). Pâte ocre, petites inclusions noires et rouges. Deux becs. Le fond plat est raclé. H. 3,3 ; ø 11.

  • 164 Pour des exemples au Musée de Chypre, voir Salamine VII, p. 25, n° 36‑37 et pl. 3. Une lampe-coupe (...)

922Les lampes à bec double sont rares à Chypre, même si elles n’y sont pas inconnues164.

923K14‑77 = n° 43. Même pâte. La lampe possède un seul bec. H. 3 ; ø 11,8. Seule la moitié de la lampe est conservée : l’objet n’a probablement pas été déposé entier.

Amphore commerciale de type levantin

924K14‑30 = KEF‑1351 = n° 1 (fig. 139). Pâte ocre, grosses inclusions rouges et blanches, petites inclusions noires. Épaule carénée et fond pointu. H. 39,7 ; ø 9.

Coarse ware

  • 165 Voir Nuñez 2004, p. 303‑305 et fig. 158 (avec références).
  • 166 Kition VI, pl. CLXIX, 2807 (Floor 2) ; pl. CLXXX, 4337 et 4334 (Floor 1).

925K14‑86 = KEF‑1353 = n° 55 (fig. 137). Pâte marron, très grosses inclusions. Marmite à anses verticales et fond arrondi ; surface complètement brûlée. H. 14,4 ; ø 8,2. La forme est bien attestée au Levant165. Elle est également connue dans la zone des sanctuaires de Kition166.

Black Polished

  • 167 Kition VI, pl. XIV, n° 2182 et pl. CXXIII, 2108, 2153 et 2128 (bothros 10). Le type est recensé pa (...)
  • 168 « Chronique » en ligne de l’EfA : http://www.chronique.efa.gr, fiche n° 2 : tombe MLA 1889 (fouill (...)
  • 169 Vandier d’Abbadie 1972, p. 110, n° 444.
  • 170 Voir des exemples du Bronze récent de Mari : Caubet et Pierrat-Bonnefois 2005, p. 52, n° 105‑107 ; (...)

926Les deux vases réalisés dans cette fabrique sont des dinoi miniatures, à parois continues et lèvre ronde rentrante. Le type est très rare. Les vases en Grey et Black‑Polished II(IV) sont généralement des imitations de formes métalliques : on pense notamment aux cruches et aux bols à anses en bouton de lotus, connus à Kition, dans la zone des sanctuaires167 comme dans les tombes168. On est donc tenté de chercher un prototype métallique. Toutefois, les bols hémisphériques en bronze n’ont pas de profil rentrant. On ne connaît pas non plus de parallèle en céramique. Le rapprochement le plus convaincant est offert par de petites coupes à onguent égyptiennes en pierre169. La même forme, déclinée en faïence, est parfois munie d’un couvercle qui en fait une pyxide170. Le contexte de découverte d’au moins l’un de ces bols (K14‑97 = KEF‑1355), qui faisait partie de la « trousse de beauté » (fig. 122), paraît confirmer la fonction de ces petits récipients. On peut supposer qu’ils contenaient des produits cosmétiques. La tombe a également livré des dinoi miniatures sans anse réalisés en fabrique Monochrome Red (K14‑22 = KEF‑1387 et K14‑34 = KEF‑1388), mais leur forme est légèrement différente : ils sont plus grands, avec un fond mieux marqué et une panse plus biconique.

927K14‑63 = KEF‑1354 = n° 37 (fig. 136). La pâte n’est pas visible. Engobe noir à l’intérieur et à l’extérieur, poli au tour. H. 4,2 ; ø 4.

928K14‑97 = KEF‑1355 = n° 60 (fig. 136). Même type, même surface. H. 4,3 ; ø 4,4.

Red Slip, Black-on-Red et Bichrome Red

Formes ouvertes

929Les quatre exemplaires entrent dans la catégorie des bols peu profonds, assiettes de forme et de technique décorative phéniciennes (série traditionnellement appelée Samaria ware). Il est difficile de décider entre importation et fabrication locale.

À panse carénée et lèvre étalée pendante

930K14‑98 = KEF‑1400 = n° 57 (fig. 138). Pâte ocre, inclusions noires et rouges. Surface extérieure lissée au tour, réservée, large incision autour du fond ; engobe rouge mat à l’intérieur. H. 2,4 ; ø 12,3.

À large fond plat légèrement bombé, rebord court évasé, lèvre amincie
  • 171 De nombreux exemples sont recensés par Bikai 1987, pl. XVIII‑XIX.

931Ces assiettes, à parois fines et à engobe rouge orangé épais et bien adhérent, sont d’une grande qualité technique171. L’intérieur est entièrement engobé. Elles présentent deux variantes, selon qu’il y a un décor incisé dans l’engobe sur la surface externe. La présence d’une fine ligne de peinture noire qui recouvre la lèvre (à l’intérieur comme à l’extérieur) invite à définir la fabrique de ces assiettes comme du BoR.

932K14‑54 = KEF‑1401 = n° 34 (fig. 138). Pâte beige, inclusions noires et rouges. Surface interne entièrement engobée, ligne noire sur la lèvre (à l’intérieur comme à l’extérieur). À l’extérieur : engobe rouge sur le rebord et le fond (avec un cercle réservé au centre), bande réservée entre les deux, incisions concentriques dans l’engobe sur le fond. H. 3,1 ; ø 20,1.

933K14‑45 = KEF‑1402 = n° 23 (fig. 138). Même pâte, même type mais le décor extérieur est seulement réservé. H. 3,2 ; ø 20,6.

934K14‑55 = KEF‑1403 = n° 20 (fig. 145). Même pâte, même type, décor réservé. H. 3,5 ; ø 21,5.

Formes fermées
Cruches RS

935Les trois exemplaires de la tombe sont de même type, à panse piriforme et lèvre en bobèche, avec un fond rentrant. L’épaule est nettement carénée, ou arrondie. De même, sur la cruche la plus soignée (K14‑26 = KEF‑1404), le col est marqué de deux incisions (sous l’engobe), juste au‑dessus de l’attache de l’anse. L’engobe rouge brillant, lissé au tour, est bien adhérent, sa couleur varie de l’orangé au rouge‑brun.

936Il est, comme pour la série précédente, difficile de distinguer entre importations et éventuelles productions locales.

937K14‑26 = KEF‑1404 = n° 6 (fig. 140). Pâte ocre, inclusions noires et rouges, engobe rouge lissé. H. 19,7 ; ø 8,2 (avec la lèvre).

938K14‑44 = KEF‑1405 = n° 29 (fig. 140). Même type, même pâte. Surface très concrétionnée. H. 19 ; ø 7 (avec la lèvre).

939K14‑110 = KEF‑1406 = n° 72 (fig. 140). Même type, même pâte. Il manque la lèvre. H. cons. 16.

Alabastres RS
  • 172 On peut toutefois citer un alabastre fragmentaire (il manque tout le haut du vase) de fabrique PW  (...)
  • 173 Les alabastres en pierre (albâtre importé ou, plus souvent, gypse local) sont rarement dépourvus d (...)
  • 174 La Méditerranée des Phéniciens, p. 370, n° 278.
  • 175 Lehmann 1996, pl. 39, 222/1.

940La forme est, comme celle des dinoi miniatures BPol, très rare : les parallèles chypriotes manquent172. Les vases possèdent un fond pointu et un col étroit marqué, avec un rebord évasé et une lèvre ronde amincie. Ils sont dépourvus d’anses. L’engobe, rouge orangé, est épais et poli. Le modèle dérive probablement de petits récipients en d’autres matériaux (alabastres en albâtre qui sont toutefois généralement munis de petites anses en tenon173). Elle évoque également celle d’alabastres en faïence de production probablement grecque, mais qui reprennent une technique et un type orientaux174. On peut les rapprocher, par exemple, d’un petit alabastre à décor peint de Sendschirli175. Les deux vases faisaient partie de la « trousse de beauté » (fig. 122) : ils contenaient vraisemblablement des onguents.

941K14‑99 = KEF‑1407 = n° 61 (fig. 137). Pâte ocre, inclusions noires et rouges, engobe rouge lissé, qui s’est détaché par plaques. H. 13,3 ; ø 3,5 (avec la lèvre).

942K14‑94 = n° 58 (fig. 137). Même pâte, même type. Seule la moitié de la panse est conservée, à l’exclusion du fond et du col. H. cons. 9,5.

Amphorisque Bichr.R.
  • 176 Fourrier et Hermary 2006, fig. 374‑376.
  • 177 On peut le rapprocher, par exemple, d’un amphorisque BoR I(III) découvert dans une tombe de Meniko (...)
  • 178 « Chronique », BCH 114, 1990, p. 944, fig. 13.

943Des amphorisques miniatures à anses horizontales en ruban sont connus dans plusieurs répertoires. À Amathonte, ils possèdent en général un col plus haut et ils sont réalisés en fabrique Bichr.176. La nature de la pâte comme les détails de la forme invitent à reconnaître dans notre exemple une importation d’Idalion177. Un exemple (également de production idalienne ?) en fabrique Grey Polished a été mis au jour dans une tombe d’Aradippou178.

944K14‑38 = KEF‑1408 = n° 25 (fig. 137). Pâte rose, inclusions noires, blanches et rouges. Décor de lignes et bandes blanches et noires sur engobe rouge. H. 10,5 ; ø 7,3.

Bichrome

Formes fermées
Amphores

945Les deux exemplaires sont de morphologie voisine, à panse globulaire, voire biconique pour la première, col court et large, et anses verticales de la lèvre à l’épaule. La forme est de tradition chypriote. Toutefois, les différences entre les deux vases sont nombreuses. Tout d’abord, leurs dimensions sont sans commune mesure : l’amphore K14‑57 = KEF‑1371 (fig. 139) fait plus du double de l’autre, qui est un amphorisque (K14-65 = KEF-1372, fig. 141). Par ailleurs, leurs pâtes sont nettement distinctes et signalent deux centres de production différents. Enfin, la technique comme le mode de décor renvoient à deux traditions distinctes : la première chypriote, la seconde levantine. De fait, la panse de l’amphore K14‑65 = KEF-1372 a été raclée sur le tour dans sa partie inférieure ; elle ne porte aucun décor peint sur le col et la lèvre (ce qui est très rare dans les productions chypriotes) et sa décoration principale est constituée de deux bandes rouges que ne délimite aucun trait noir. Là encore, cette technique Bichrome où la couleur principale est le rouge et non pas, comme attendu, le noir, est étrangère à la tradition chypriote.

  • 179 Voir, par exemple, SCE IV/2, fig. XXXVI, 2. Le parallèle le plus proche est fourni par l’amphore d (...)
  • 180 En particulier dans la série des « urnes » de Tyr‑Al Bass qui contenaient les restes incinérés des (...)
  • 181 Karageorghis 1970, pl. CXCII, 24 et 30 (pyré A) ; pl. CXCIII, 4 (pyré M) ; pl. CXCIV, 15 et 17 (py (...)
  • 182 Hadjisavvas 2012, p. 162, fig. 95, 33. Le fouilleur reste prudent quant à la datation de cette tom (...)

946La première amphore trouve de nombreux parallèles dans le répertoire chypriote179 ; la seconde, dans des formats plus grands, au Levant180. Mais elle est aussi bien documentée parmi les amphorisques archaïques Bichr. de la nécropole de Salamine-Cellarka, qui possèdent toutefois un col généralement décoré181. Un exemple provient de la tombe 50 de la nécropole voisine de Kition-Mnimata182. Il est possible que la forme levantine ait suscité des imitations, à Salamine comme à Kition. Il est aussi possible que notre exemplaire kitien soit une importation phénicienne.

947K14‑57 = KEF‑1371 = n° 9 (fig. 139). Pâte beige, nombreuses inclusions noires et blanches, engobe blanc. H. 43,6 ; ø 22. L’amphore contenait les restes de deux individus immatures (R1, en place dans la chambre : fig. 127).

948K14‑65 = KEF‑1372 = n° 38 (fig. 141). Pâte ocre, inclusions rouges et noires. Épais engobe blanchâtre, décor peint en noir et en rouge. Paroi raclée au tour. Fond plat saillant. H. 16 ; ø 9,8.

Cruches

Cruchon sans anse à petit corps globulaire et long col cylindrique évasé

  • 183 Karageorghis 1970, pl. CCIII, 15 (tombe 6) ; pl. CCXXVII, 6‑7 (tombe 40) ; pl. CCXXXVIII, 6 (tombe (...)

949Un seul exemple documente ce type, rare. Il est connu, avec des proportions généralement plus allongées, à Salamine‑Cellarka183. Il est probable que notre vase soit une importation salaminienne.

950K14‑21 = KEF‑1373 = n° 12 (fig. 141). Pâte beige, inclusions noires et rouges ; décor de bandes rouges et noires. H. 9,4 ; ø 5.

Cruches à bobèche

  • 184 Pour les importations phéniciennes de ce type à Chypre, voir Bikai 1987, pl. XII. La forme est rec (...)
  • 185 Núñez 2004b, p. 310, type Ja 3a.

951Elles forment une belle série, qui présente un certain nombre de traits morphologiques et techniques communs. Les cruches possèdent une panse globulaire, une large lèvre étalée légèrement pendante, et généralement un fond rentrant (parfois remplacé par un fond plat saillant). La surface est soigneusement lissée, ou polie. Le corps est réservé, avec parfois seulement deux fines lignes noires sur le haut de la panse. Seuls la lèvre et le col, jusqu’à l’arête, sont décorés. La forme est commune à Chypre, sous forme d’importations levantines ou bien de productions locales184. Les cruches de ce type sont bien attestées parmi le matériel de la nécropole phénicienne de Tyr‑Al Bass185.

952K14‑49 = KEF‑1374 = n° 36 (fig. 142). Pâte non visible sous la surface engobée blanche, soigneusement lissée. Décor Bichr. sur le col et la lèvre. H. 15,6 ; ø 5 (avec la lèvre).

953K14‑111 = KEF‑1375 = n° 73 (fig. 142). Pâte beige, inclusions noires et rouges. H. 12,8 ; ø 5,1 (avec la lèvre).

954K14‑85 = KEF‑1376 = n° 54 (fig. 141). Pâte ocre, inclusions noires et rouges. H. 18 ; ø 7,6 (avec la lèvre).

955K14‑109 = KEF‑1377 = n° 75 (fig. 141). Même pâte. H. 14,5 ; ø 5,8 (avec la lèvre).

956K14‑114 = KEF‑1378 = n° 74 (fig. 142). Même pâte. H. 15 ; ø 5,7 (avec la lèvre).

957K14‑43 = KEF‑1379 = n° 35 (fig. 142). Même pâte. H. 17,4 ; ø 6,5 (avec la lèvre).

958K14‑35 = KEF‑1380 = n° 32 (fig. 142). Même pâte. Le vase possède un petit fond saillant au lieu d’un fond rentrant. Lèvre manquante. H. cons. 18,2.

959K14‑51 = KEF‑1381 = n° 33 (fig. 142). Pâte ocre, inclusions noires. Profil plus piriforme et col plus élancé que les exemples précédents. Attache de l’anse sous l’arête. Décor de deux fines lignes noires sur l’épaule. H. 17,3 ; ø 6,3 (avec la lèvre).

960K14‑40 = KEF‑1382 = n° 27 (fig. 142). Même pâte. Même type, mais avec un fond plat saillant. Il manque une partie de la lèvre. H. 16,8 ; ø 6,7 (avec la lèvre).

961K14‑50 = KEF‑1383 = n° 21 (fig. 142). Pâte blanchâtre, inclusions noires et rouges. Surface lissée au tour. Panse piriforme. Il manque la lèvre. H. cons. 21,5.

962K14‑78 = KEF‑1384 = n° 46 (fig. 143). Pâte ocre, inclusions noires et rouges ; surface lissée au tour. Profil piriforme, fond rentrant, attache de l’anse sous l’arête du col. Il manque un frg. de l’anse. H. 20 ; ø 8,4 (avec la lèvre).

Cruches à ouverture pincée

963K14‑73 = KEF‑1385 = n° 45 (fig. 143). Pâte ocre, inclusions noires et rouges. Panse piriforme. Il manque un frg. de l’anse. H. 17,5 ; ø 3.

964K14‑56 = KEF‑1386 = n° 18 (fig. 142). Pâte ocre, petites inclusions noires. Anse bifide. H. 20,6 ; ø 3,7.

965K14‑23+K14‑37+K14‑79 = n° 3+15+44 (fig. 143). Pâte rose, petites inclusions noires. Fond plat, panse globulaire, col cylindrique. Décor : une ligne noire sur le haut du col, une autre à la base ; trois lignes rouges parallèles sur l’épaule, une bande rouge sur la panse. H. 17 ; ø 3,3. Un échantillon du sédiment qui remplissait ce vase a été analysé (voir chapitre 4, Analyses).

Jarre de type phénicien

966Ce type n’est documenté, en fabrique Bichr., que par un gros frg. de panse qui est peut‑être intrusif.

967K14‑103 = n° 70 (fig. 145). Pâte ocre, inclusions noires. Surface extérieure blanchâtre. Décor de large bande rouge. H. cons. 14.

Formes ouvertes
Dinoi miniatures à décor monochrome rouge (Monochrome Red)
  • 186 Le type est documenté par un seul exemple de la nécropole de Kition-Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. (...)
  • 187 Voir Fourrier 2014, p. 137 (où la fabrique est dénommée Monochrome Red).

968Ces petits vases possèdent un fond plat saillant, une panse biconique à parois continues et une lèvre ronde rentrante. La forme évoque celle des dinoi miniatures BPol de la tombe. Ils manquent, comme ces derniers, de parallèle186. L’usage d’une technique de décor monochrome rouge est d’origine levantine187. Sur le second dinos, une fine ligne noire est peinte sur la lèvre, en plus de la large bande rouge : on peut parler de fabrique Bichr. ou plutôt BoR dans la mesure où la ligne paraît peinte sur la bande rouge. On a noté un procédé similaire dans la série des plats « de Samarie » où une fine ligne noire sur la lèvre complète un décor exclusivement réalisé en rouge (RS).

969K14‑22 = KEF‑1387 = n° 11 (fig. 144). Pâte ocre, petites inclusions noires et rouges. Parois raclées sur la partie inférieure de la panse. Large bande rouge de la lèvre à l’épaule à l’extérieur, ligne rouge sur la lèvre à l’intérieur. H. 9,7 ; ø 9,9.

970K14‑34 = KEF‑1388 = n° 13 (fig. 144). Même pâte ; dimensions plus réduites. En plus de la bande rouge, une fine ligne noire est peinte sur la lèvre (fabrique BoR). H. 6,3 ; ø 8,5.

Couvercle (?)

971Un seul exemplaire documente cette catégorie céramique. De profil convexe, il possède une anse dans sa partie creuse et son décor Bichr., fait d’une large bande rouge et de bandes et lignes noires, est, curieusement, réalisé sur la face convexe, c’est‑à‑dire sur le dessous de l’objet, sur la face au contact de l’ouverture du récipient.

  • 188 Karageorghis 1970, pl. CC, 288A/1.
  • 189 Karageorghis 1970, pl. CCXI, 41 (tombe 13).
  • 190 Karageorghis 1970, pl. CCLVIII, 12 (tombe 107).

972C’est de la nécropole de Salamine-Cellarka que proviennent les parallèles les plus convaincants, qui ont toutefois reçu une lecture différente. Le premier objet, découvert hors contexte, a été interprété comme un bouclier de terre cuite188. Il possède une partie centrale bombée et un décor sur sa face externe ; la présence d’une anse sur la face creuse et ses dimensions (18 cm de ø) le rapprochent de notre exemple. Le deuxième, toujours interprété comme un bouclier, est de même type, avec un décor polychrome sur la face convexe et une protomé de lion au centre189. Les dimensions sont voisines (ø 21,5). Le dernier190, de dimensions légèrement plus réduites (ø 12), est décoré sur sa face concave et il possède une anse de la lèvre au centre, il est interprété comme un couvercle (?).

973Certes, le mode de décoration de l’objet (sur la face convexe) est étrange s’il s’agit d’un couvercle. Mais ses dimensions et l’absence de statuettes de terre cuite correspondantes (à Salamine comme à Kition) rendent l’interprétation comme bouclier tout aussi difficile.

974K14‑88 = KEF‑1389 = n° 56 (fig. 146). Pâte ocre, petites inclusions noires et rouges. Partie concave réservée, partie convexe décorée en noir et rouge. H. 3,8 ; ø 19. Incomplet : il manque un frg. du bord.

Bols à paroi fine

  • 191 Voir Fourrier et Hermary 2006, p. 61‑63.
  • 192 Pour Bamboula, voir KB VI, p. 197, fig. 13 et p. 204, fig. 20. Le type est documenté dès le faciès (...)

975Cette catégorie de petits bols profonds à lèvre ronde ou amincie, dépourvus d’anses, est de tradition levantine. Elle reprend une forme réalisée en matériaux précieux (œufs d’autruche et métal). Elle est adoptée, dès le CA I, dans le répertoire de plusieurs ateliers chypriotes191. Elle est bien attestée parmi le matériel des sanctuaires de Kition192.

976Les bols appartiennent tous à la même variante, à rebord droit ou légèrement rentrant. Ils sont décorés selon différentes techniques. Souvent, ils reçoivent une décoration en bande monochrome, de couleur rouge ou pourpre.

977K14‑71 = KEF‑1390 = n° 42 (fig. 144). Pâte beige, inclusions noires et rouges. Bande rouge sur la lèvre (intérieur et extérieur). H. 6,8 ; ø 11,5.

978K14‑107 = KEF‑1391 = n° 69 (fig. 144). Même pâte, même décor. H. 7 ; ø 11,4.

979K14‑76 = KEF‑1392 = n° 51 (fig. 144). Pâte rose, petites inclusions noires. Même décor. Rebord plus rentrant. H. 7 ; ø 10.

980K14‑105 = KEF‑1393 = n° 66 (fig. 144). Pâte beige, inclusions noires et rouges. Surface extérieure lissée alors que le vase était posé sur le tour. Fond arrondi et non pas plat. Décor fait d’une mince ligne noire sur la lèvre (intérieur et extérieur). H. 6,9 ; ø 9,3.

White Painted

Formes fermées

981Il s’agit exclusivement de cruches.

À ouverture pincée

982Toutes les cruches sont similaires. Elles possèdent une panse globulaire, un petit fond saillant ou rentrant et un col étroit cylindrique ou légèrement conique.

983K14‑52 = KEF‑1394 = n° 16 (fig. 143). Pâte beige, petites inclusions noires. Paroi raclée alors que le vase était posé sur le tour. Pas de décor visible sur le col et la lèvre. H. 16,4 ; ø 3,3.

984K14‑42 = KEF‑1395 = n° 28 (fig. 143). Même pâte, même type. H. 16,6 ; ø 3,5.

985K14‑47 = KEF‑1396 = n° 30 (fig. 143). Même pâte. Fond plat rentrant. H. 18,2 ; ø 3,5.

986K14‑29 = n° 10 (fig. 143). Même pâte, même type. H. 16 ; ø 3,5. La surface est très abîmée.

987K14‑48 = KEF‑1397 = n° 31 (fig. 143). Pâte beige, inclusions noires et blanches. Petit fond plat rentrant. H. 15,9 ; ø 3,5.

988K14‑69 = KEF‑1398 = n° 52 (fig. 143). Même pâte, même type. H. 15,5 ; ø 3,5.

À arête sur le col et courte lèvre évasée
  • 193 Bikai 1987, p. 27 et pl. X.
  • 194 Voir Fourrier et Hermary 2006, p. 69 (type C.1.1). Le type est répertorié en Bichr. IV dans la cla (...)

989Un seul exemple illustre ce type, de tradition levantine. La panse est globulaire, le col cylindrique avec une arête marquée sur laquelle est attachée l’anse. Le décor se concentre sur le col. L’état de conservation ne permet pas de décider entre WP et Bichr. Les productions phéniciennes ont généralement un fond rentrant193. Notre exemple est de fabrication chypriote, peut‑être d’Amathonte, où le type est bien connu194.

990K14‑27 = KEF‑1399 = n° 7 (fig. 146). Pâte verdâtre, inclusions noires, blanches et rouges. Surface très abîmée. H. 19,4 ; ø 5,2.

Formes ouvertes

991Seuls deux frg. de bols WP proviennent de la chambre. Il n’est pas sûr qu’ils appartiennent aux dépôts originaux, plutôt qu’au comblement du dromos qui a partiellement pénétré dans la chambre.

992K14‑20 (fig. 145). Frg. de bol peu profond à épaule marquée et lèvre ronde. Pâte rose, inclusions noires et blanches. Décor de bandes et lignes noires. H. cons. 5.

993K14‑62 = n° 40 (fig. 145). Fond plat saillant de bol profond. Pâte beige fine, petites inclusions noires. Décor de cercles concentriques à l’intérieur ; bande sur l’épaule à l’extérieur. H. cons. 5,2.

Plain White

Formes ouvertes

994Comme leurs équivalents à engobe rouge, la plupart des exemplaires entrent dans la catégorie des assiettes de forme et de technique phéniciennes. Deux petits bols à lèvre ronde plus ou moins évasée complètent ce tableau.

Assiettes à large fond plat légèrement bombé, rebord court évasé, lèvre amincie

995Si ce type est attesté en RS (ou variante BoR) dans de nombreuses régions de Chypre, sous forme d’importations, la version PW est extrêmement rare hors de Kition. Il est difficile de décider entre importations phéniciennes et productions locales.

996K14‑75 = KEF‑1356 = n° 48 (fig. 145). Pâte beige, petites inclusions noires et rouges. Surface lissée au tour. Incision à l’intérieur, à la jonction de la paroi et du fond. H. 4,2 ; ø 20,6.

Assiettes à marli

997Les traitements de surface soignés distinguent les assiettes d’époque archaïque des exemplaires plus récents.

998K14‑112 = KEF‑1359 = n° 77 (fig. 146). Pâte ocre, petites inclusions noires. Surface raclée à l’extérieur. H. 1,9 ; ø 13,3.

999K14‑64 = KEF‑1360 = n° 39 (fig. 147). Pâte beige, petites inclusions noires et rouges. Surface extérieure raclée. H. 5 ; ø 21,2.

1000K14‑41 = KEF‑1361 = n° 24 (fig. 147). Même pâte. H. 4,4 ; ø 20,9.

1001K14‑53+K14‑113 = n° 19+67 (fig. 147). Même pâte. H. 4,8 ; ø 20,5. Il manque une partie du bord.

1002K14‑74 = KEF‑1362 = n° 41 (fig. 147). Même pâte. H. 4,2 ; ø 21.

1003K14‑108 = KEF‑1363 = n° 65 (fig. 147). Même pâte. H. 4 ; ø 18,5.

1004K14‑28 = KEF‑1364 = n° 2 (fig. 147). Même pâte. Surface lissée, à l’intérieur et à l’extérieur. H. 3,8 ; ø 19.

1005K14‑104 = n° 68 (fig. 147). Même pâte. Seul un frg. est conservé. H. 3,8 ; ø restitué 20.

1006K14‑102 = n° 76 (fig. 145). Même pâte. Seul un frg. est conservé. H. cons. 3,6.

1007K14‑87 = n° 53 (fig. 145). Pâte beige en surface, grise au cœur, grosses inclusions rouges et noires. Surface très abîmée. Il manque des frg. de la lèvre et du fond. H. 4 ; ø 22.

Petits bols à lèvre ronde

1008K14‑80 = KEF‑1357 = n° 50 (fig. 144). Pâte beige, petites inclusions noires et rouges. Fond raclé à l’extérieur. H. 3,6 ; ø 9,8.

1009K14‑36 = KEF‑1358 = n° 26 (fig. 146). Même pâte, même type. H. 2,5 ; ø 9.

Formes fermées
Cruches

1010Elles possèdent toutes une ouverture ronde. Deux variantes sont représentées, selon que la panse est globulaire ou en sac. Dans cette dernière catégorie, seule la forme à fond pointu est attestée.

À corps globulaire

1011K14‑39 = KEF‑1369 = n° 22 (fig. 149). Pâte verdâtre, petites inclusions vertes. H. 13,5 ; ø 5,7.

1012K14‑25 = KEF‑1370 = n° 5 (fig. 148). Pâte beige, inclusions noires. Partie inférieure de la panse lissée alors que le vase était posé sur le tour. Même type, mais avec un col légèrement plus court et étroit. H. 14 ; ø 5,1.

À corps en sac

1013Tous les exemplaires sont de même type, avec un col nettement marqué et une anse légèrement débordante.

1014K14‑106 = KEF‑1365 = n° 71 (fig. 148). Pâte beige, inclusions noires et blanches. H. 13,5 ; ø 3,8.

1015K14‑70 = KEF‑1366 = n° 47 (fig. 148). Même pâte, même type. H. 13,9 ; ø 4,5.

1016K14‑33 = KEF‑1367 = n° 4 (fig. 148). Même pâte, même type. H. 12,6 ; ø 4,2.

1017K14‑46 = KEF‑1368 = n° 17 (fig. 148). Même pâte, même type. H. 14,4 ; ø 4,5.

Jarre de type levantin
  • 195 Voir Bikai 1987, pl. XXI. Voir également le superbe exemple, à col très haut et de décor Bichr., d (...)
  • 196 Voir les deux exemples de Palaepaphos illustrés par Bikai 1987, pl. XXIX, 598 et 602.

1018Un seul exemple illustre ce type de grand contenant. On a choisi de ne pas l’intégrer dans la catégorie des amphores commerciales de type levantin, sans préjuger de la fonction originelle des contenants de ce type, fort probablement aussi des amphores de transport/stockage. Toutefois, des différences de pâte et de forme invitent à distinguer ces deux catégories. Les amphores de la première série sont généralement fabriquées dans une pâte orange ou, plus rarement, blanche ; elles possèdent un corps allongé, à fond pointu, une épaule carénée et un col court. Les jarres sont fabriquées dans une pâte ocre ou blanchâtre ; elles possèdent un fond et une épaule arrondis (avec parfois une légère carène), et un col cylindrique plus haut. Surtout, la même forme est déclinée dans des fabriques à décor peint195, ce qui n’est jamais le cas de la première catégorie. Les deux types sont importés concurremment à Chypre dès le début de l’âge du Fer196. Par la suite, seule la première catégorie est bien documentée dans l’ensemble des régions de l’île ; la seconde étant essentiellement attestée, concurremment avec la première, à Kition.

1019K14‑32 = KEF‑1352 = n° 8 (fig. 139). Pâte ocre qui se délite en feuillets. H. 32,7 ; ø 7,6. Une partie de la panse et une anse manquent. Le vase a‑t‑il été découpé pour y placer quelque chose ? Pas d’enchytrisme, en tout cas, puisqu’aucun ossement humain n’y a été retrouvé. En revanche, plusieurs petits ossements animaux ont été découverts dans le sédiment qui le remplissait partiellement (voir ci‑dessus, restes fauniques).

les restes humains

(par Pr. Vareilles)

1020La tombe 398 était collective (fig. 108). La fouille, effectuée en octobre 2014, a permis de mettre au jour 13 individus en connexion anatomique (inhumations primaires), ainsi que deux réductions (R1 et R2, comprenant chacune deux individus). Le nombre minimum d’individus (NMI) est donc de 17. Le maintien d’une berme de sécurité dans la partie centrale de la chambre (pour soutenir le plafond) n’a toutefois pas autorisé une fouille exhaustive de la chambre ni le prélèvement intégral de tous les squelettes.

  • 197 Hadjisavvas 2012, p. 227‑235 et S. Fox, dans Hadjisavvas 2014, p. 201‑202 (étude anthropologique).

1021Même si l’inhumation primaire est largement dominante, la tombe illustre donc une plus grande variété de pratiques funéraires que les deux tombes classiques précédemment fouillées. On la rapprochera volontiers d’une tombe contemporaine de la nécropole voisine de Kition‑Mnimata, qui contenait toutefois seulement deux corps : une inhumation primaire sur une dalle de gypse et un dépôt secondaire en amphore197.

1022Les corps ont été déposés successivement (et non pas simultanément) : il s’agit donc, comme pour les deux autres ensembles funéraires fouillés par la mission française (tombes 379 et 396) d’une sépulture collective (et non pas multiple). On a pu mettre en évidence des successions relatives (corps déposés sur des inhumations antérieures). C’est notamment le cas pour la réduction 2 (R2) dans la partie sud de la chambre. Dans cette zone, deux pierres ont été posées de part et d’autre d’une plaque de gypse, vraisemblablement pour soutenir un contenant (cercueil ?). Or, la pierre placée à l’ouest reposait en partie sur un os coxal, associé à des ossements de la réduction. Donc, les deux individus, qui étaient peut‑être déposés à l’origine sur la plaque de gypse, ont été repoussés lors de la mise en place du contenant qui renfermait Sq. 6, 7 et 8 (ces derniers étant placés selon la succession suivante : Sq. 8, puis Sq. 7, enfin Sq. 6). Dans la partie ouest, le dépôt de Sq. 5 est antérieur à celui de Sq. 1. Dans la partie nord, quatre squelettes étaient en contact, permettant de restituer l’ordre de dépôt suivant : Sq. 4 puis Sq. 2 et Sq. 3, enfin Sq. 9.

1023Dans la partie centrale, Sq. 11 et Sq. 12 représentent vraisemblablement une inhumation simultanée dans un même contenant.

1024On pourrait supposer que Sq. 13, isolé à l’entrée de la chambre, a été le dernier défunt inhumé. Toutefois, une partie de ses membres inférieurs manquait ou n’était pas en connexion anatomique (tibias, fibulas, patellas et pieds) : le dépôt avait donc été perturbé après l’inhumation. Or, on a découvert, sur les Sq. 4 et 5, une paire de tibias et une paire de calcaneus dont les dimensions, la robustesse et l’état de fusion épiphysaire correspondent à Sq. 13 (qui est un immature de 15‑20 ans). On peut donc suggérer que si Sq. 13 a bien été déposé après Sq. 4 et Sq. 5, il l’a été avant Sq. 1 et que la mise en place de ce dernier a perturbé celle de Sq. 13.

1025Comme dans les tombes classiques, les corps des inhumations primaires étaient en position dorsale, les membres en extension, genoux et pieds joints. Un seul individu (Sq. 3, immature de 15‑20 ans) était en position ventrale. Un autre (Sq. 11, immature de 5‑8 ans) était en position latérale gauche, les membres inférieurs fléchis. Les bras et les mains sont tantôt placés le long du corps, tantôt rabattus sur le bassin (Sq. 2 et Sq. 9). L’orientation des corps suit celle des parois de la chambre (est‑ouest et nord‑sud). Dans le premier cas, le plus fréquent, la tête est généralement placée à l’ouest mais trois individus (Sq. 8, Sq. 11 et Sq. 12) avaient la tête à l’est. Les deux individus d’orientation nord‑sud avaient la tête au nord (Sq. 1 et Sq. 5).

1026Plusieurs observations montrent que les corps étaient enveloppés dans un contenant souple en matériau organique (de type vêtement ou linceul), dont aucune trace n’a subsisté : verticalisation des clavicules (Sq. 2, 4, 5, 7, 8 et 11), effet de contrainte au niveau du coude (Sq. 1, 7 et 8), contention des articulations scapulo‑humérales (Sq. 4, 9 et 13), faible amplitude du déplacement des pièces osseuses dans le volume du corps (ainsi le sternum de Sq. 5, ou bien le thorax de Sq. 11).

  • 198 Cette observation n’a toutefois pas été confirmée par l’analyse des prélèvements qui n’a pas révél (...)

1027D’autres constatations permettent de restituer la présence de supports et de contenants rigides, en bois, dont on ne peut toutefois pas prouver l’usage systématique. Certains indices sont archéologiques. Les deux blocs de pierre de part et d’autre de la dalle de gypse qui accueillait la réduction R2 sont de toute évidence un aménagement secondaire destiné à supporter un tréteau ou coffre en bois. On a également observé des traces possibles de bois198 (fig. 120‑121). D’autres indices sont d’ordre anatomique. Ils concernent tout d’abord Sq. 7 et Sq. 8 (fig. 126). Un effet de paroi linéaire est bien perceptible le long du membre supérieur gauche de Sq. 7 et se poursuit jusqu’à des traces de bois visibles le long du membre inférieur. De même, des traces de bois ont été observées sur le dessus des Sq. 7 et 8 (correspondant à un couvercle, fig. 121) ainsi que sous Sq. 8 (correspondant au fond de caisson). Un même effet de paroi est perceptible sur le côté droit de Sq. 8. On peut en conclure que Sq. 8, 7 et 6 ont été successivement déposés dans le même coffre.

1028Les autres indices anatomiques concernent les deux inhumations d’immatures, au centre de la chambre (Sq. 11 et 12). Ils sont particulièrement nets pour Sq. 11, dont les membres inférieurs forment un angle droit au niveau des genoux : l’enfant, plus grand que le contenant, a été placé en semi‑flexion. Plusieurs vases étaient en contact avec les corps, notamment sous le crâne de Sq. 12 (n° 72‑77) : une cruche RS (K14‑110 = KEF‑1406), trois cruches à bobèche Bichr. (K14‑111 = KEF‑1375, K14‑114 = KEF‑1378 et K14‑109 = KEF‑1377), une assiette à marli PW (K14‑112 = KEF‑1359) et un fragment appartenant à une assiette de même type (K14‑102). Ils avaient peut‑être été placés à l’intérieur du cercueil et non pas à côté.

1029Les deux réductions, si elles relèvent bien toutes deux d’une pratique de réaménagement d’un dépôt primaire, sont toutefois strictement différentes. La première (R1) est la mise en vase des ossements de deux individus dont on ne peut pas déterminer le lieu de dépôt originel (fig. 127) : rien ne prouve qu’il s’agisse de corps qui étaient à l’origine déposés dans la chambre ; des raisons, qu’on ignore (volonté de les placer à côté d’autres défunts ?), peuvent avoir entraîné leur déplacement dans cette tombe, dans cette amphore, depuis un lieu de sépulture originel inconnu. Il est remarquable que, malgré un ramassage aléatoire des ossements, un certain nombre d’entre eux soient des pièces petites (phalanges distales, os du pied et de la main).

1030La seconde réduction (R2) résulte sans doute d’un remaniement plus limité (fig. 125). Elle est constituée d’un amas d’ossements placés directement sur une dalle de gypse, majoritairement des os longs, des fragments de crâne, des os coxaux, quelques vertèbres et des côtes, qui appartenaient à un NMI de deux individus (R2.A et R2.B). Certains ossements manquent : ainsi l’os coxal droit de R2.B, ou des pièces plus petites (os du pied et de la main). Il est difficile de savoir si les deux inhumations à l’origine de cet amas reposaient initialement sur la dalle de gypse. Afin de créer au‑dessus de cette zone un nouvel espace d’inhumations, deux blocs auraient été posés de part et d’autre de la plaque pour supporter un contenant (cercueil ?). Ce faisant, les deux inhumations précédentes auraient été perturbées (et les os manquants auraient été déplacés dans une partie de la chambre non fouillée). On peut alternativement supposer que les deux corps étaient originellement inhumés ailleurs que dans la chambre, où ils ont été déplacés dans un second temps seulement (alors que la décomposition des corps était achevée).

Étude anthropobiologique

Diagnose sexuelle et estimation de l’âge

1031On a pu déterminer le sexe de six individus sur les huit matures que contenait la tombe. Les bassins de Sq. 1 et Sq. 5 étaient trop mal conservés. La diagnose est impossible pour les individus immatures.

Tableau 21 – Tombe 398. Diagnoses sexuelles et estimation de l’âge.

Sq. Sexe Âge
1 indéterminé + 20 ans
2 F + 20 ans
3 indéterminé 15‑20 ans
4 F + 30 ans
5 indéterminé + 30 ans
6 indéterminé 0‑6 mois
7 F + 30 ans
8 M + 30 ans
9 indéterminé 15‑20 ans
10 indéterminé 5‑8 ans
11 indéterminé 5‑8 ans
12 indéterminé 2‑3 ans
13 indéterminé 15‑20 ans
R1.A indéterminé 15‑20 ans
R1.B indéterminé 5‑8 ans
R2.A M 40‑50 ans
R2.B F + 30 ans

1032Toutes les classes d’âge sont représentées. La tombe contenait même un périnatal (Sq. 6, 0‑6 mois), alors qu’aucun individu aussi jeune n’a été mis au jour dans les deux tombes classiques fouillées par la mission française. Cependant, certaines classes d’âge sont sous‑représentées : les immatures (notamment très jeunes) et les individus âgés (un seul individu entre dans la tranche d’âge 40‑50 ans).

Tableau 22 – Tombe 398. Représentation des différentes classes d’âge.

Tableau 22 – Tombe 398. Représentation des différentes classes d’âge.

Statures

1033L’estimation de la stature, selon la méthode de Trotter (1970), n’est possible que pour les individus matures et elle repose sur la diagnose sexuelle. Pour les deux individus (Sq. 1 et Sq. 5) pour lesquels cette dernière était impossible, on a proposé deux estimations.

Tableau 23 – Tombe 398. Estimation des statures des individus matures.

Sq. Sexe Estimation de
la stature (en cm)
1 M 159
F 155,41
2 F 167,72
4 F 157,45
5 M 162,79
F 158,39
7 F 163,03
8 M 163,075
R2.A M 178,39
R2.B F 154,04

Pathologies

Pathologies dentaires

1034Neuf individus présentaient des dépôts de tartre légers, qui se concentrent sur les faces labiales des dents.

1035L’état de conservation des mandibules a rendu difficile l’observation de pertes dentaires ante mortem. On n’a pu les constater que sur Sq. 8 : ce dernier présentait des résorptions du tissu osseux au niveau des premières et secondes molaires droites et gauches (supérieures et inférieures), ainsi qu’au niveau de la troisième molaire et de la seconde prémolaire inférieure gauche.

1036Un cas de carie a été relevé sur R1.A, sur la première molaire supérieure droite (en vue occlusale).

Pathologies dégénératives

1037Ces dernières se développent habituellement avec l’âge, mais elles peuvent être accentuées par les conditions environnementales.

1038Six individus présentent des pathologies arthrosiques (Sq. 1, Sq. 4, Sq. 7, Sq. 8, R2.A et R2.B). Trois d’entre eux souffraient d’arthrose extra‑spinale. Sq. 8 (homme âgé de + 30 ans) était touché au niveau des membres supérieurs (léger empâtement des articulations sterno-claviculaires et traces plus légères sur les têtes humérales et les cavités glénoïdes des scapulas). De plus, un léger développement ostéophytique est visible sur son coude droit, au niveau de la tête radiale. Enfin, les articulations du sternum et des côtes présentent des empâtements et des remodelages de leurs surfaces. L’individu R2.A (homme de 40‑50 ans) souffrait d’arthrose bilatérale des membres supérieurs : humérus (extrémités distales), radius, ulna, scapula et clavicules présentent des traces de formation ostéoblastique et ostéolytique. Des traces d’arthrose ont également été relevées au niveau de la tête fémorale gauche, ainsi qu’un empâtement de l’articulation de MTT I (pied droit). L’individu R2.B (femme de + 30 ans) souffrait d’une légère arthrose au niveau des parties distales des humérus (droit et gauche). Par ailleurs, sa clavicule gauche était touchée aux deux extrémités par des développements ostéoblastiques et des remaniements osseux.

1039Sq. 1, Sq. 4, Sq. 7 et Sq. 8 présentaient en outre de la spondylarthrose. Chez Sq. 1 (individu âgé de + 20 ans), seules les vertèbres cervicales C1 et C2 étaient touchées (remodelage de la surface articulaire par le développement ostéophytique et ostéolytique). Chez Sq. 4 (femme âgée de + 20 ans), des traces d’arthrose sont visibles sur les vertèbres lombaires ainsi que sur la vertèbre cervicale C5. Chez Sq. 7 (femme âgée de + 20 ans), on observe un développement ostéoblastique et ostéolytique au niveau des articulations inférieures et supérieures des vertèbres cervicales C3 et C4 (remodelage de la surface articulaire de cette dernière en vue supérieure). Sq. 8 (homme âgé de + 30 ans) présentait un développement arthrosique sur les vertèbres lombaires : en vue postérieure, les articulations sont fortement remodelées et, en face antérieure, on observe la formation d’un bec osseux (fig. 151).

Caractère discret

  • 199 Toutefois, l’humérus droit de l’individu est mal conservé et on ne peut pas exclure que la perfora (...)

1040Trois individus présentent une perforation oléocranienne (foramen supratrochléaire) de l’humérus (fig. 150), bilatérale pour Sq. 8 (homme âgé de + 30 ans) et R1.A (jeune adulte de sexe indéterminé), unilatérale gauche199 pour Sq. 9 (jeune adulte de sexe indéterminé).

  • 200 Voisin 2012.

1041Cette perforation entraîne une communication entre la fosse oléocranienne et la fossette coronoïde200. Il s’agit d’un caractère environnemental : le foramen se développe à la suite de pressions répétées du processus coronoïde (et parfois du processus oléocranien) sur la fosse oléocranienne lors de mouvements de flexion/extension intenses et répétés.

Description archéo‑anthropologique

Inhumations primaires

Sq. 1. Adulte (+ 20 ans), sexe indéterminé.

1042Contre la paroi ouest de la chambre, orientation nord‑sud, tête au nord.

1043Le corps passe sous la berme centrale (les parties distales des fémurs et proximales des tibias n’ont pas été prélevées).

1044Stature estimée : 159 cm (homme)/155,41 cm (femme), à partir de la mesure de l’humérus g. (29 cm).

1045Pathologies : léger dépôt de tartre sur l’ensemble des dents (face labiale) et trace d’arthrose sur l’atlas et l’axis.

1046Dépôt primaire. Le défunt a été placé sur le dos, membres en extension. Un effet de contrainte est perceptible au niveau du coude.

1047Il portait un collier et une boucle d’oreille, qui ont été retrouvés près de son crâne (K14‑58 = KEF‑1225, fig. 134‑135).

1048Sq. 1 reposait sur Sq. 5.

Sq. 2. Adulte (+ 20 ans), sexe féminin.

1049Contre la paroi nord de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’ouest.

1050Stature estimée : 167,72 cm, à partir de la mesure du fémur g. (46 cm).

1051Pathologie : faible dépôt de tartre (en face labiale).

1052Dépôt primaire. Le défunt a été placé sur le dos, membres en extension, bras le long du corps, avant‑bras gauche rabattu sur le bassin. Les clavicules présentent des effets de contrainte.

1053Sq. 2 reposait sur Sq. 4.

Sq. 3. Immature (15‑20 ans).

1054Dans la partie nord de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’ouest.

1055Mesures : fémur g. (41,6 cm), fémur dr. (41,4 cm), tibia g. (33,4 cm), tibia dr. (33,3 cm).

1056Pathologie : très léger dépôt de tartre.

1057Dépôt primaire. Le défunt était en position ventrale, membres en extension.

1058Deux scarabées ont été retrouvés au niveau de sa cage thoracique (K14‑89 = KEF‑1218 et K14‑90 = KEF‑1217, fig. 135).

1059Sq. 3 reposait sous Sq. 9.

Sq. 4. Adulte (+ 20 ans), sexe féminin.

1060Contre la paroi nord de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’ouest.

1061Stature estimée : 157,45 cm, à partir des mesures du fémur dr. (41 cm), du tibia dr. (34 cm) et de l’humérus dr. (28 cm).

1062Pathologies : léger dépôt de tartre et arthrose au niveau des vertèbres lombaires ainsi que sur la vertèbre cervicale C5.

1063Dépôt primaire. Le défunt était en position dorsale, membres en extension. Un effet de paroi est visible au niveau du coude gauche et la face d’apparition des os à la fouille suggère que le corps était enveloppé dans un contenant souple et étroit (du type vêtement ou linceul).

1064Sq. 4 reposait sous Sq. 2.

Sq. 5. Adulte (+ 30 ans), sexe indéterminé.

1065Contre la paroi ouest de la chambre, orientation nord‑sud, tête au nord.

1066Stature estimée : 158,39 cm (homme)/162,79 cm (femme), à partir des mesures du tibia g. (33,4 cm) et de l’humérus dr. (29,4 cm).

1067Dépôt primaire. Le défunt était en position dorsale, membres en extension. Les scapulas présentent un effet de contrainte, ainsi que les clavicules qui sont verticalisées et les humérus, au niveau des épaules. Les fémurs, sous la berme, n’ont pas été fouillés.

1068Sq. 5 reposait sous Sq. 1.

Sq. 6. Immature (0‑6 mois).

1069Dans la partie sud de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’ouest.

1070Mesure : clavicule dr. (4,54 cm).

1071Dépôt primaire. Le défunt était en position dorsale, membres en extension.

1072Sq. 6 avait été posé sur la cage thoracique de Sq. 7 (adulte de sexe féminin).

Sq. 7. Adulte (+ 30 ans), de sexe féminin.

1073Dans la partie sud de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’ouest.

1074Stature estimée : 163,03 cm, à partir de la mesure du tibia dr. (35 cm).

1075Pathologies : arthrose cervicale (vertèbres C3 et C4).

1076Dépôt primaire. Le défunt était en position dorsale, membres en extension. Il reposait sur un support placé sur deux blocs de pierre (sa tête et ses pieds ont été trouvés sur les blocs). Les scapulas présentent un effet de contrainte, de même que les clavicules qui sont verticalisées. Une contrainte est également perceptible au niveau des coudes : le défunt était enveloppé dans un contenant étroit, souple (vêtement ou linceul). Un effet de paroi linéaire au niveau du membre supérieur gauche indique sans doute la présence d’un contenant rigide (cercueil ?).

1077Sq. 7 portait un bracelet de bronze sur l’avant‑bras droit (K14‑69 = KEF‑1224, fig. 135).

1078Il reposait partiellement sur Sq. 8 et la réduction R2. Il était sous Sq. 6.

Sq. 8. Adulte (+ 30 ans), de sexe masculin.

1079Dans la partie sud de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’est.

1080Stature estimée : 163,075 cm, à partir des mesures du fémur g. (43 cm), de l’humérus g. (29,5 cm), de la fibula g. (33,2 cm), de l’ulna g. (25,5 cm), du radius g. (23,6 cm) et de l’ulna dr. (25,7 cm).

1081Pathologies : arthrose (sternum, tête radiale droite, vertèbres, côtes, clavicules).

1082Caractère discret : perforation oléocranienne bilatérale.

1083Dépôt primaire. Le défunt était en position dorsale, membres en extension. Il reposait sur un support placé sur deux blocs de pierre (sa tête et ses pieds ont été trouvés sur les blocs). Les scapulas présentent un effet de contrainte au niveau de l’épaule gauche ; les clavicules sont verticalisées ; un effet de contrainte est également perceptible au niveau des coudes : le défunt était enveloppé dans un contenant étroit et souple (vêtement ou linceul). Un effet de paroi linéaire est net au niveau du membre supérieur droit, dans la continuité de celui qu’on a relevé au niveau du membre supérieur gauche de Sq. 7 : il suggère un contenant rigide (en bois).

1084Sq. 8 reposait partiellement sous Sq. 7 et sur la réduction R2.

Sq. 9. Immature (15‑20 ans).

1085Dans la partie nord de la chambre, orientation est‑ouest, tête à l’ouest.

1086Mesures : fémur g. (42,6 cm), humérus g. (27,7 cm).

1087Caractère discret : perforation de la fosse oléocranienne (0,76 cm) sur l’humérus g. (l’humérus dr. est mal conservé).

1088Dépôt primaire. Le défunt était en position dorsale, membres en extension, les deux mains rabattues sur le bassin. Un effet de contrainte est perceptible sur les scapulas et l’humérus, au niveau des épaules : le défunt était enveloppé dans un contenant souple et étroit (vêtement ou linceul).

1089Sq. 9 reposait partiellement sur Sq. 3.

Sq. 10. Immature (5‑8 ans).

1090Dans le coin sud‑est de la chambre ; orientation est‑ouest, tête à l’ouest.

1091Mesure : clavicule g. (8,07 cm).

1092Dépôt primaire. Le défunt était en position dorsale, membres en extension. On a retrouvé sur son corps une boucle d’oreille en argent K14‑505 = KEF‑1231 (fig. 136).

Sq. 11. Immature (5‑8 ans).

1093Dans la partie centrale de la chambre ; orientation est‑ouest, tête à l’est.

1094Mesures : fémur g. (23,7 cm), fémur dr. (23,7 cm), tibia g. (19,3 cm), radius g. (13 cm).

1095Dépôt primaire. Le défunt était en position latérale gauche, les membres inférieurs fléchis. L’avant‑bras droit était rabattu sur le bassin. L’avant‑bras gauche, placé le long du corps, manifeste un effet de paroi linéaire, qui indique la présence d’un coffre rigide (cercueil en bois). Durant la décomposition, le crâne et la mandibule se sont déplacés vers l’ouest. La scapula et l’humérus présentent un effet de contrainte au niveau de l’épaule ; les clavicules sont verticalisées : le défunt était enveloppé dans un contenant souple (vêtement ou linceul).

1096Sq. 11 reposait en partie sur Sq. 12.

Sq. 12. Immature (2‑3 ans).

1097Dans la partie centrale de la chambre ; orientation est‑ouest, tête à l’est.

1098Mesures : humérus dr. (14,3 cm), ulna dr. (11,6 cm), radius dr. (10,6 cm).

1099Dépôt primaire. Le défunt était en position dorsale, membres en extension, la main droite rabattue sur le bassin.

1100Sq. 12 reposait en partie sous Sq. 11. Les deux individus ont probablement été inhumés ensemble dans un même contenant rigide (cercueil). On a retrouvé avec eux une boucle d’oreille en argent (K14‑101 = KEF‑1227, fig. 135) et une série de vases (n° 72‑77), quatre cruches (K14‑110 = KEF‑1406, K14‑111 = KEF‑1375, K14‑114 = KEF‑1378, K14‑109 = KEF‑1377) et deux assiettes (K14‑102 et K14‑112 = KEF‑1359).

Sq. 13. Immature (15‑20 ans).

1101Dans la partie centrale de la chambre ; orientation est‑ouest, tête à l’ouest.

1102Mesure : humérus g. (27,5 cm).

1103Dépôt primaire. Le corps reposait dans sa plus grande partie sous la berme : il n’a été que partiellement fouillé et prélevé (côté gauche). Le défunt avait été placé sur le dos, membres en extension. La scapula gauche montre un effet de contrainte au niveau de l’épaule : le corps était probablement enveloppé dans un linceul. Une partie des membres inférieurs de Sq. 13 manquait ou n’était pas en connexion anatomique : le dépôt a été perturbé après l’inhumation.

Réductions

R1.

1104Ossements appartenant à un NMI de deux individus rassemblés dans une amphore Bichr. (K14‑57 = KEF‑1371, fig. 127 et 139). Les ossements étaient mêlés à un sédiment tout à fait semblable à celui qui avait en partie comblé la chambre. Ils étaient exclusivement humains.

1105Les ossements n’étaient pas disposés selon un ordre particulier à l’intérieur de l’amphore ; ceux des deux individus étaient mélangés.

1106Le ramassage des ossements pour l’inhumation secondaire a été aléatoire, sans qu’on puisse reconstituer le mode opératoire de cette manipulation. Certaines pièces de petite taille (quelques os du pied et de la main de R1.A) témoignent du soin apporté au regroupement des os de l’individu ; d’autres pièces sont pourtant manquantes (os du pied et de la main, côtes de R1.B ; certains os du pied et de la main, mandibule et rotule gauche de R1.A).

R1.A. Immature (15‑20 ans).

1107Mesure : radius dr. (24 cm).

1108Pathologie : carie dentaire.

1109Caractère discret : perforation oléocranienne bilatérale.

1110Dépôt secondaire (après décomposition) dans un contenant céramique.

R1.B. Immature (5‑8 ans).

1111Mesure : clavicule (8,64 cm).

1112Dépôt secondaire (après décomposition) dans un contenant céramique.

R2.

1113Ossements appartenant à un NMI de deux individus, rassemblés sur une dalle de gypse, au sud de la chambre.

1114La fouille par passes successives n’a pas mis en évidence d’organisation particulière des ossements. Ceux des deux individus sont mélangés. L’amas était majoritairement composé d’os longs, de fragments de crâne, d’os coxaux, ainsi que de quelques vertèbres et côtes. Certaines pièces manquent : ainsi, l’os coxal droit de R2.B, ou les os des mains et des pieds.

R2.A. Adulte (+ 30 ans), sexe féminin.

1115Stature estimée : 178,39 cm, à partir des mesures de l’humérus g. (32,7 cm), de l’ulna dr. (28,2 cm) et de la clavicule dr. (15,1 cm).

1116Pathologie : arthrose (clavicules, humérus, scapulas, ulna et radius dr. et g., MTT I dr. et tête fémorale g.).

1117Dépôt secondaire (après décomposition) lors de la mise en place des blocs pour le dépôt de Sq. 6, 7 et 8. Les ossements de l’individu ont été partiellement regroupés sous l’aménagement.

R2.B. Adulte (+ 40‑50 ans), sexe masculin.

1118Stature estimée : 154,04 cm, à partir des mesures de l’ulna dr. (22,5 cm), de l’ulna g. (22,5 cm), du tibia dr. (31,9 cm) et de la clavicule g. (13,4 cm).

1119Pathologie : arthrose (clavicules, humérus dr. et g.).

1120Dépôt secondaire (après décomposition) lors de la mise en place des blocs pour le dépôt de Sq. 6, 7 et 8. Les ossements de l’individu ont été partiellement regroupés sous l’aménagement.

Fig. 122 – Tombe 398. « Trousse de beauté » en place.

Fig. 122 – Tombe 398. « Trousse de beauté » en place.

Fig. 123 – Tombe 398. Amphore KEF-1351 en place.

Fig. 123 – Tombe 398. Amphore KEF-1351 en place.

Fig. 124 – Tombe 398. Le bracelet KEF-1224 en place autour du bras de Sq. 7.

Fig. 124 – Tombe 398. Le bracelet KEF-1224 en place autour du bras de Sq. 7.

Fig. 125 – Tombe 398. Réduction R2.

Fig. 125 – Tombe 398. Réduction R2.

Fig. 126 – Tombe 398. Sq. 7 et Sq. 8 : effet de paroi.

Fig. 126 – Tombe 398. Sq. 7 et Sq. 8 : effet de paroi.

Fig. 127 – Tombe 398. Amphore KEF-1371 abritant la réduction R1.

Fig. 127 – Tombe 398. Amphore KEF-1371 abritant la réduction R1.

Fig. 128 – Tombe 398. Matériel du dromos.

Fig. 128 – Tombe 398. Matériel du dromos.

Fig. 129 – Tombe 398. Matériel du dromos.

Fig. 129 – Tombe 398. Matériel du dromos.

Fig. 130 – Tombe 398. Matériel du dromos.

Fig. 130 – Tombe 398. Matériel du dromos.

Fig. 131 – Tombe 398. Matériel du dromos.

Fig. 131 – Tombe 398. Matériel du dromos.

Fig. 132 – Tombe 398. Matériel du dromos.

Fig. 132 – Tombe 398. Matériel du dromos.

Fig. 133 – Tombe 398. Matériel du dromos.

Fig. 133 – Tombe 398. Matériel du dromos.

Fig. 134 – Tombe 398. Matériel de la chambre = KEF-1225.

Fig. 134 – Tombe 398. Matériel de la chambre = KEF-1225.

Fig. 135 – Tombe 398. Matériel de la chambre = KEF-1225 et autres éléments de parure.

Fig. 135 – Tombe 398. Matériel de la chambre = KEF-1225 et autres éléments de parure.

Fig. 136 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 136 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 137 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 137 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 138 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 138 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 139 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 139 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 140 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 140 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 141 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 141 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 142 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 142 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 143 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 143 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 144 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 144 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 145 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 145 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 146 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 146 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 147 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 147 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 148 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 148 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 149 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 149 – Tombe 398. Matériel de la chambre.

Fig. 150 – Tombe 398. Perforation oléocranienne des deux humérus de R1.A (vue postérieure).

Fig. 150 – Tombe 398. Perforation oléocranienne des deux humérus de R1.A (vue postérieure).

Fig. 151 – Tombe 398. Sq. 8 : traces de spondylarthrose sur lombaire (vue antérieure).

Fig. 151 – Tombe 398. Sq. 8 : traces de spondylarthrose sur lombaire (vue antérieure).

Tombe 399

Loci : 22 (dromos), 32 = 42 (trou de pilleur moderne), 45 (stomion), 46 (niveau de sol du dromos).
US : S5‑16 = S5‑112 (poubelle comblant le trou de pilleur) ; S5‑110 = S5‑115 (comblement du dromos).
Date de fouille : octobre 2013 (dégagement de surface) et octobre 2014 (fouille complète du dromos).
Datation : CC.

  • 201 Des cas de recoupements de tombes sont connus dans d’autres nécropoles, par exemple à Salamine-Cel (...)

1121Cette tombe, située immédiatement à l’ouest du dromos de la tombe archaïque 398, n’en est pas vraiment une : il s’agit d’une tentative avortée d’implanter une tombe en partie à l’emplacement de la tombe archaïque, alors que la localisation de cette dernière n’était plus connue (fig. 152 et 157). D’orientation est‑ouest, le dromos était creusé à une profondeur moindre que la chambre de la tombe 398 : l’excavation s’est donc poursuivie sans encombre jusqu’au stomion, à l’est (le niveau de sol étant situé à environ 2 m sous la surface du rocher). C’est alors que les ouvriers se sont rendu compte que le rocher avait été précédemment creusé pour ménager le dromos de la tombe archaïque (= locus 24) et qu’il était impossible de tailler une chambre à cet endroit. L’ouvrage a été abandonné201. La même tentative s’est répétée immédiatement au sud (dromos 35 = tombe 401), sans plus de réussite (fig. 157).

1122Repéré lors du dégagement de surface de 2013 (fig. 153), le dromos a été fouillé lors de la campagne suivante, en octobre 2014. Il est long et étroit, et muni de huit marches (fig. 152). Ses dimensions correspondent à celles des autres dromoi classiques fouillés par la mission (4,60 x 1,30 m). On retrouve, au‑dessus du stomion, la découpe dans le rocher qui en marque le plus souvent, en surface, l’emplacement. En revanche, on n’a repéré aucune niche dans les parois. Le stomion a été à peine ébauché. Il a été sommairement bouché par un blocage de pierres et de terre, contenant la moitié supérieure d’une amphore commerciale levantine, avant le remblaiement de l’ensemble du dromos (fig. 154‑155). Le comblement de ce dernier était meuble, de couleur jaunâtre, fait de konnos pulvérisé et de gros éclats de rocher provenant probablement du creusement. Il recouvrait aussi la partie supérieure du stomion. Il avait été déposé en une seule fois, comme le prouve la découverte de raccords. Le matériel était, contrairement à celui des autres remblais de dromoi, peu nombreux.

1123Un trou de pilleur moderne traversait le comblement du dromos à l’aplomb du stomion. Étroit et cylindrique, il descendait d’abord à la verticale (fig. 152 et 156), avant de former un coude à angle droit vers l’est : si la tombe avait été achevée, les pilleurs auraient trouvé l’entrée de la chambre, dont ils auraient pu briser un coin de la dalle de fermeture. En l’occurrence, ils ont traversé la paroi de rocher, au‑dessus de l’entrée de la tombe archaïque, et ils sont tombés sur le comblement du dromos (fig. 153).

1124Ce trou de pillage moderne a été repéré deux fois : en 2013 depuis le dromos de la tombe archaïque (on l’a recensé comme locus 32), puis en 2014 depuis le dromos de la tombe classique inachevée (on l’a alors recensé comme locus 42). C’est à partir de ce dernier qu’on l’a fouillé. Il s’agit évidemment du même ouvrage. Il était rempli d’un sédiment meuble, de couleur brune et de nature hétérogène, bourré de détritus divers (ossements animaux, bouteilles, plastiques) qui en assurent la datation dans les années 1960‑1970 (fig. 158).

Fig. 152 – Tombe 399. Plan et coupes O.-E. et N.-S.

Fig. 152 – Tombe 399. Plan et coupes O.-E. et N.-S.

Fig. 153 – Tombe 399. Vue du dromos = locus 22 depuis l’est, au moment du dégagement de surface (fouilles 2013). Au premier plan, le dromos de la tombe archaïque (locus 24) partiellement fouillé ; dans la paroi, au-dessus du linteau, le trou de pilleur = locus 32 = 42.

Fig. 153 – Tombe 399. Vue du dromos = locus 22 depuis l’est, au moment du dégagement de surface (fouilles 2013). Au premier plan, le dromos de la tombe archaïque (locus 24) partiellement fouillé ; dans la paroi, au-dessus du linteau, le trou de pilleur = locus 32 = 42.

Fig. 154 – Tombe 399. Blocage sommaire du stomion.

Fig. 154 – Tombe 399. Blocage sommaire du stomion.

Fig. 155 – Tombe 399. Détail du blocage du stomion. Au premier plan à dr., trou de pilleur (locus 32 = 42) comblé de déchets.

Fig. 155 – Tombe 399. Détail du blocage du stomion. Au premier plan à dr., trou de pilleur (locus 32 = 42) comblé de déchets.

Fig. 156 – Tombe 399. Trou de pilleur (locus 42 = 32), vu du dessus.

Fig. 156 – Tombe 399. Trou de pilleur (locus 42 = 32), vu du dessus.

Fig. 157 – Tombe 399. Les deux dromoi de tombes classiques avortées (locus 22 à g. ; locus 35 à dr., en cours de fouille), vue vers l’est. À l’arrière-plan, le dromos (locus 24) de la tombe 398.

Fig. 157 – Tombe 399. Les deux dromoi de tombes classiques avortées (locus 22 à g. ; locus 35 à dr., en cours de fouille), vue vers l’est. À l’arrière-plan, le dromos (locus 24) de la tombe 398.

Fig. 158 – Tombe 399. Échantillon du remplissage du trou de pilleur = locus 32 = 42.

Fig. 158 – Tombe 399. Échantillon du remplissage du trou de pilleur = locus 32 = 42.

matériel (dromos = locus 22)

= US S5‑110 et US S5‑115.

1125Contrairement à celui des autres dromoi, le comblement du locus 22 était pauvre en matériel : moins de 150 tessons alors qu’on en dénombre largement plus d’un millier dans le comblement des autres dromoi d’époque classique, pour un volume à peu près équivalent. Un petit nombre de tessons sont archaïques, mais d’autres fragments sont plus récents (notamment un col d’amphore commerciale phénicienne et une lampe‑coupelle, de profil aplati). Il est difficile d’être plus précis qu’une datation au cours de l’époque classique.

Fig. 159 – Tombe 399. Matériel du dromos.

Fig. 159 – Tombe 399. Matériel du dromos.

Matériel non céramique

1126K14‑03 (fig. 159). Frg. de stèle (?). Bloc de calcaire blanc fragmentaire. Un angle régulier est conservé. H. cons. 23,5 ; L. cons. 16,5 ; ép. 4,1.

1127L’interprétation comme stèle est loin d’être assurée. Deux autres fragments de stèle ont été retrouvés, comme celui‑ci, dans le comblement d’un dromos (locus 2 de la tombe 379 : K02‑46, fig. 41 ; locus 17 de la tombe 396 : K13-12, fig. 89). Dans les deux cas, l’objet était déjà fragmentaire lorsqu’il a été jeté (les autres morceaux sont manquants).

Matériel céramique

Lampes-coupelles Plain White

1128NR = NMI = 2, dont :
K14‑04 = KEF‑1347 (fig. 159). Pâte ocre, petites inclusions noires, traces de feu sur le bec. H. 5,1 ; L. 17,2. C’est le seul objet entier du comblement.

Coarse Ware

1129NR = NMI = 1.

Céramique décorée

Red Slip

1130NR = 2, NMI = 1 (assiettes « de Samarie »).

Black-on-Red

1131NR = 2, NMI = 1 (bol peu profond à épaule marquée).

Bichrome

1132NR = NMI = 1 (cruche à bobèche Bichr. IV).

White Painted

1133NR = 9, NMI = 1 (bord de cruche).

Plain White

Formes fermées

1134Pithos
NR = 3.

1135Amphores
NR = 20.

1136Amphores commerciales de type levantin
NR = 47, NMI = 1, dont :
K14‑11 (fig. 159). Pâte ocre, grise au cœur, inclusions noires, blanches et rouges. H. cons. 13 ; ø 11.

1137Cruches
NR = 38.

Formes ouvertes

1138Bols à lèvre ronde plus ou moins rentrante
NR = NMI = 3.

1139Bols à lèvre étalée et arête
NR = NMI = 2.

1140Assiettes à marli
NR = 14, NMI = 12.

1141Assiette à très large marli et cupule sur le fond
K14‑05 (fig. 159). NR = 10, NMI = 1. Pâte beige, petites inclusions noires. H. 4,7 ; ø 19.

1142Frg. de bols dont le type précis ne peut pas être établi : NR = 4.

Tombe 400

Loci : 34 (dromos), 58 (chambre).
US : S5‑142 (comblement du dromos).
Date de fouille : octobre 2014.
Datation : CC.

1143La tombe n’a été que très partiellement explorée (fig. 160‑161). Le dromos (locus 34) a été repéré lors du dégagement de surface de 2013. Un sondage a été effectué dans sa partie ouest en 2014, après la découverte accidentelle de la chambre (locus 58). Il visait à confirmer que le dromos préalablement dégagé y conduisait bien (malgré l’absence de découpe dans le rocher au‑dessus du stomion) et à fixer la datation de la tombe. Très vite, deux marches taillées dans le konnos sont apparues, prouvant que l’accès à la tombe se faisait bien depuis l’ouest. Le matériel recueilli suggère une datation au cours de l’époque classique, mais il est trop réduit pour que cette dernière puisse être assurée ou précisée.

1144La chambre a été repérée lors de la fouille du fossé (locus 23). La mince paroi de rocher qui séparait le fond du fossé du plafond de la chambre a cédé, créant un trou de communication entre les deux structures (le plafond de la chambre se trouvait à une assez faible profondeur, à environ 1 m sous la surface du rocher, fig. 161). Sans pénétrer dans la chambre (le trou était de toute façon trop étroit pour le permettre), on a pris des photographies de l’intérieur, à partir desquelles on a pu réaliser des restitutions en trois dimensions (fig. 163‑165). Comme celle des autres tombes classiques, la chambre de la tombe 400 est unique, de plan carré, avec une voûte taillée en berceau. Elle était fermée par une dalle monolithe de gypse, toujours en place, calée dans l’échancrure du stomion. L’alluvionnement à l’intérieur a été peu important : il recouvrait, certes, l’ensemble des dépôts, mais on peut distinguer, debout immédiatement à gauche de l’entrée (dans le coin nord‑ouest de la chambre), la partie supérieure d’une amphore commerciale de type levantin (fig. 162). C’est là un type d’aménagement des offrandes dans l’espace funéraire constaté dans les autres tombes fouillées (tombes 379 et 396).

1145Le mur de fond était percé d’un trou large et irrégulier (fig. 165). Il traversait la mince épaisseur de rocher qui, à cet endroit, séparait la chambre de la tombe 400 de celle de la tombe 402. Faute d’observation plus précise, il est difficile de savoir s’il s’agit d’un effritement naturel, en raison de la fragilité de la paroi, ou d’un passage ménagé par des pilleurs qui auraient pénétré dans la tombe 400 depuis la tombe 402. Cela donne en tout cas une indication de la densité de l’occupation du sous‑sol de la nécropole.

1146Le comblement du dromos était meuble, marron clair, avec des inclusions de rocher. Les quelques fragments recueillis invitent à dater le remblai de l’époque classique, peut‑être du CC I.

Fig. 160 – Tombe 400. Plan.

Fig. 160 – Tombe 400. Plan.

Fig. 161 – Tombe 400. Vue aérienne depuis le sud. Au premier plan, le « fossé » (locus 23), puis le dromos classique (locus 34). À l’arrière-plan, le dromos archaïque = locus 29. Dans le fond du « fossé » apparaît le trou par où on a pu observer la chambre = locus 58.

Fig. 161 – Tombe 400. Vue aérienne depuis le sud. Au premier plan, le « fossé » (locus 23), puis le dromos classique (locus 34). À l’arrière-plan, le dromos archaïque = locus 29. Dans le fond du « fossé » apparaît le trou par où on a pu observer la chambre = locus 58.

Fig. 162 – Tombe 400. Vue de l’intérieur de la chambre, vers l’ouest : stomion avec dalle de fermeture en place ; amphore commerciale in situ immédiatement à g. de l’entrée.

Fig. 162 – Tombe 400. Vue de l’intérieur de la chambre, vers l’ouest : stomion avec dalle de fermeture en place ; amphore commerciale in situ immédiatement à g. de l’entrée.

Fig. 163 – Tombe 400. Reconstitution 3D vers l’ouest.

Fig. 163 – Tombe 400. Reconstitution 3D vers l’ouest.

Fig. 164 – Tombe 400. Reconstitution 3D vers le nord.

Fig. 164 – Tombe 400. Reconstitution 3D vers le nord.

Fig. 165 – Tombe 400. Reconstitution 3D vers l’est : trou donnant sur la chambre de la tombe 402.

Fig. 165 – Tombe 400. Reconstitution 3D vers l’est : trou donnant sur la chambre de la tombe 402.

matériel (dromos = locus 34)

= US S5‑142.

« Cup-and-saucer »

1147NR = NMI = 1 : K14‑122 (fig. 166). Pâte ocre, petites inclusions noires et rouges. Fond découpé à la ficelle. H. cons. 4,1.

Lampes-coupelles Plain White

1148NR = 4, NMI = 3.

Céramique décorée

White Painted

1149NR = 3, NMI = 1 (bol).

Bichrome Red « Blackened »

1150NR = 1 (frg. de panse d’amphorisque à décor de feuillage).

Plain White

Formes ouvertes

1151Petits bols à lèvre ronde plus ou moins amincie
NR = NMI = 4.

1152Bols à lèvre étalée et arête
NR = NMI = 7.

1153Assiettes à marli
NR = 55, NMI = 49.

1154Cuvette (« bol perse »)
NR = NMI = 1 : K14‑510 (fig. 166). Pâte verdâtre, grosses inclusions noires et blanches. H. cons. 3,5.

1155Frg. de bols dont le type précis ne peut pas être identifié : NR = 9.

Formes fermées
Cruches

1156À ouverture ronde
NR = NMI = 10.

1157À ouverture pincée
NR = NMI = 2.
Frg. de cruches dont le type précis ne peut pas être identifié : NR = 86 (dont un bon nombre de frg. de cruches à corps en sac).

Amphores

1158NR = 23.

Amphores commerciales de type levantin

1159NR = 41, NMI = 4.

Fig. 166 – Tombe 400. Matériel du dromos.

Fig. 166 – Tombe 400. Matériel du dromos.

Tombe 401

Loci : 33 (chambre inachevée), 35 (dromos), 60 (niveau de sol du dromos), 61 (stomion), 64 et 66 (niches dans la paroi nord du dromos).
US : S5‑23 (dépôt sur le sol de la chambre) ; S5‑138 (comblement du dromos) ; S5‑150 (comblement de la niche = locus 64, sans matériel) ; S5‑154 (comblement de la niche = locus 66).
Date de fouille : octobre 2013 et octobre 2014.
Datation : CC (ive s. av. J.‑C. ?).

1160La tombe 401, comme la tombe 399 qui se situe immédiatement au nord et lui est parallèle, n’est pas à strictement parler une tombe mais, encore une fois, une tentative avortée d’implanter une tombe, à l’époque classique, dans une zone où l’on ne savait plus que se trouvait déjà, à une plus grande profondeur, une tombe archaïque (tombe 398). L’orientation est la même que celle de la tombe 399, avec un accès au couloir par l’ouest. Les deux tentatives doivent d’ailleurs avoir eu lieu au cours de la même période et, si l’on ne peut pas décider laquelle a précédé l’autre, on peut raisonnablement les placer toutes les deux au CC (fig. 167).

1161L’ensemble a été dégagé en plusieurs étapes. On a commencé par fouiller, en 2013, la chambre inachevée (locus 33) depuis le dromos de la tombe archaïque 398. De fait, découvrant ce creusement dans la paroi du dromos archaïque, on a d’abord pensé qu’il s’agissait d’une niche contemporaine de la tombe (fig. 169). La configuration particulière de la « niche » supposée (en particulier son ouverture vers l’arrière, avec un blocage de briques crues) et la nature du matériel qu’elle contenait (qui ne pouvait pas être antérieur au CC) ont tôt fait de montrer qu’il s’agissait d’un aménagement postérieur, dont il fallait chercher les raisons à l’ouest. On a donc, au cours de la campagne suivante, dégagé le dromos (locus 35), qu’on a entièrement fouillé (fig. 170).

1162Ce dernier, long et étroit, muni de huit marches, possède un plan similaire à celui des autres dromoi classiques fouillés dans la nécropole (4,70 x 1,10 m). Aucun décrochement dans le rocher n’avait été taillé au‑dessus du stomion, à l’est. On notera toutefois que cet aménagement, s’il est très fréquent, n’est pas systématique. Par ailleurs, sa présence n’indique pas nécessairement que la tombe a été utilisée. Le dromos de la tombe 400 (locus 34), qui a été utilisée, n’en possédait pas. En revanche, celui de la tombe 399, dont le creusement s’est justement arrêté au stomion, en possédait un.

1163Par ailleurs, la taille du dromos (locus 35) ainsi que celle du stomion (locus 61), étaient achevées lorsque les ouvriers ont commencé à creuser la chambre. Les parois, les marches sont soigneusement taillées, de même que la découpe du stomion auquel il ne manquait que la dalle de fermeture (fig. 170‑172). Cette observation est un indice intéressant concernant le mode de creusement des tombes : chaque élément constitutif (dromos, stomion, chambre) est achevé avant de passer à la taille du suivant. La fraîcheur de l’épiderme du rocher, sur lequel on lit les traces d’outil, prouve par ailleurs que le dromos est resté peu de temps exposé à l’air libre et qu’il a été rapidement remblayé.

1164Une fois le creusement de la tombe abandonné, le stomion a été bouché, non pas par une dalle de gypse (comme pour les tombes utilisées) ni par un blocage sommaire de pierres, gros fragments céramiques et terre (comme pour le dromos voisin, locus 22, de la tombe 399), mais par un mur de briques crues (fig. 170‑172). Ces dernières étaient faites dans une terre rougeâtre, semblable à celle qui comble les dépressions du rocher (loci 16 et 18, par exemple), mêlée à de la paille. Le mur de briques n’obstruait que partiellement l’ouverture.

1165Dernier aménagement réalisé dans le dromos avant son remblaiement : deux niches avaient été creusées dans sa paroi nord (loci 64 et 66). Il est probable qu’il s’agit en réalité d’un même ensemble, dont seule une partie était fermée (comme le locus 15 dans le dromos de la tombe 380 ou le locus 39 dans le dromos de la tombe 396). Nous les avons toutefois distinguées à la fouille : la niche = locus 66, fermée par des pierres, qui contenait deux bracelets (fig. 174‑175) ; le creusement semi‑circulaire qui la prolongeait vers l’est (locus 64) et qui était comblé du même sédiment très fin, mais sans autre matériel (fig. 173). Sur la paroi opposée (sud), un creusement similaire était bourré d’un blocage de petites pierres (fig. 168 et 176) : il n’a pas été fouillé.

1166La chambre (locus 33) n’a été qu’ébauchée (1,10 x 0,80 m) : les ouvriers ont très vite rencontré, au nord‑est, l’angle du comblement du dromos archaïque et, au sud‑est, une cavité densément comblée (40 x 10 cm, non fouillée, fig. 177). On remarque que le niveau de sol est à peu près le même que celui du dromos, alors qu’il est généralement plus bas de plusieurs centimètres dans les tombes achevées. On note aussi la façon dont l’excavation a progressé : d’abord la partie supérieure du creusement, au niveau du plafond, puis, une fois les surfaces lissées, les parois et enfin le sol. C’est en atteignant ce niveau que les ouvriers ont découvert les deux vides et qu’ils ont renoncé à avancer. Un dépôt a été placé sur le sol avant la construction du petit mur de briques crues qui fermait l’accès à la chambre inachevée (fig. 177‑178) : il contenait quatre vases, un anneau en bronze encore passé autour d’une phalange humaine et des ossements animaux.

  • 202 Karageorghis 1970, p. 65 (tombe 34).
  • 203 SCE I, p. 248 (tombe 424).

1167On manque de source pour proposer une interprétation générale des gestes qui ont accompagné le creusement puis l’abandon de cette tombe avortée. Les deux dépôts (celui de la chambre et celui de la niche) posent question. Il ne s’agit pas d’offrandes pour des morts effectivement présents dans la tombe. Faut‑il y voir des pratiques rituelles liées à la fermeture de la tombe, même vide ? Rien de semblable, pourtant, n’a été observé dans l’autre tombe avortée (tombe 399). On peut toutefois évoquer quelques parallèles. Dans une tombe inachevée de Salamine‑Cellarka, qui n’a jamais été utilisée202, on a découvert, au sommet du comblement du dromos, un pyrè. Une tombe de l’âge du Fer, fouillée par la mission suédoise dans la nécropole de Lapithos‑Kastros, présente un cas un peu différent203. Lors du creusement du dromos, les ouvriers ont percé un trou dans le plafond d’une chambre funéraire antérieure, qui se trouvait au‑dessous. La tombe a donc été abandonnée, inachevée, et le trou rebouché avec des pierres. Les fouilleurs ont toutefois découvert un squelette, accompagné d’une fibule en bronze et d’une cruche (datée du CG II), près des pierres.

Fig. 167 – Tombe 401. Plan et coupe N.-S.

Fig. 167 – Tombe 401. Plan et coupe N.-S.

Fig. 168 – Tombe 401. Coupes O.-E. et E.-O.

Fig. 168 – Tombe 401. Coupes O.-E. et E.-O.

Fig. 169 – Tombe 401. Vue de la chambre inachevée (locus 33) depuis le dromos de la tombe archaïque.

Fig. 169 – Tombe 401. Vue de la chambre inachevée (locus 33) depuis le dromos de la tombe archaïque.

Fig. 170 – Tombe 401. Le dromos à la fin de la fouille, vue vers l’est.

Fig. 170 – Tombe 401. Le dromos à la fin de la fouille, vue vers l’est.

Fig. 171 – Tombe 401. Le mur de briques crues en cours de fouille.

Fig. 171 – Tombe 401. Le mur de briques crues en cours de fouille.

Fig. 172 – Tombe 401. Le mur de briques crues en cours de fouille.

Fig. 172 – Tombe 401. Le mur de briques crues en cours de fouille.

Fig. 173 – Tombe 401. La niche = locus 64 vue de dessus.

Fig. 173 – Tombe 401. La niche = locus 64 vue de dessus.

Fig. 174 – Tombe 401. La niche = locus 66 avant la fouille.

Fig. 174 – Tombe 401. La niche = locus 66 avant la fouille.

Fig. 175 – Tombe 401. La niche = locus 66 en cours de fouille : les deux bracelets en place.

Fig. 175 – Tombe 401. La niche = locus 66 en cours de fouille : les deux bracelets en place.

Fig. 176 – Tombe 401. Niche dans la paroi sud du dromos.

Fig. 176 – Tombe 401. Niche dans la paroi sud du dromos.

Fig. 177 – Tombe 401. Creusement dans la paroi sud de la chambre inachevée.

Fig. 177 – Tombe 401. Creusement dans la paroi sud de la chambre inachevée.

Fig. 178 – Tombe 401. La chambre inachevée depuis le dromos archaïque : à l’arrière-plan, le mur de briques ; au premier plan, le dépôt sur le sol.

Fig. 178 – Tombe 401. La chambre inachevée depuis le dromos archaïque : à l’arrière-plan, le mur de briques ; au premier plan, le dépôt sur le sol.

matériel

Dromos (= locus 35)

= US S5‑138.

1168Le dromos était comblé d’un sédiment meuble, jaunâtre, fait de poudre de konnos avec des inclusions de rocher. Comme l’autre dromos de tombe inachevée (locus 22), il contenait un matériel très peu abondant et très fragmentaire, exclusivement céramique.

Importations

11692 tessons de panse appartiennent à des amphores importées de Grèce de l’Est, dont K14‑507 (fig. 179). Pâte beige, fine. Décor fait de vernis brun‑noir, bande réservée. L. cons. 3.

Céramique décorée

Red Slip

1170NR = NMI = 1 : K14‑509 (fig. 179). Bol à courte lèvre étalée pendante. Pâte ocre, inclusions noires et rouges. Surface lissée à l’intérieur comme à l’extérieur. H. cons. 3,3 ; ø 16.

White Painted

1171Cruches : NR = 5.

1172Amphore : NR = 1.

Bichrome

1173NR = 1 : K14‑508 (fig. 179). Amphorisque à décor végétal stylisé sur la panse. Pâte blanchâtre, nombreuses inclusions noires. H. cons. 3,5.

Plain White

Formes ouvertes

1174Bols peu profonds à lèvre ronde plus ou moins rentrante
NR = NMI = 2.

1175Assiettes à marli
NR = 10, NMI = 5.

Formes fermées

1176Cruches
NR = 24, NMI = 2.

1177Amphores
NR = 19.

1178Amphores commerciales de type levantin
NR = 41, NMI = 2.

Niche (= locus 66)

= US S5‑154.

1179Comme les autres niches fouillées, le locus 66 était plein de sédiment sableux, très fin, de nature nettement distincte de celle du comblement du dromos. Malheureusement, les analyses effectuées sur des prélèvements similaires n’ont donné aucun résultat concluant (voir chapitre 4, Analyses). La niche ne contenait pas de vase complet, mais seulement deux bracelets.

Bracelets en métal

(par N. Denninger)

1180K14‑115 = KEF‑1230 (fig. 179). Bracelet en bronze bien conservé, complet. Les extrémités se chevauchent. La tige, de section circulaire, est régulière.
Dim. : ø 5 ; ø tige 0,5.

1181K14‑116 = KEF‑1228 (fig. 179). Bracelet en fer, entier mais présentant une forte corrosion. Les extrémités se chevauchent. Il est difficile de voir si la section est circulaire ou légèrement ovale.
Dim. : ø 4,7 ; ø tige 0,6.

Fig. 179 – Tombe 401. Matériel du dromos et de la niche.

Fig. 179 – Tombe 401. Matériel du dromos et de la niche.

Fig. 180 – Tombe 401. Matériel de la chambre.

Fig. 180 – Tombe 401. Matériel de la chambre.

Chambre (= locus 33)

= US S5‑23.

1182La chambre inachevée était comblée par un sédiment blanchâtre (poudre de havara) meuble, nettement distinct du comblement du dromos archaïque (locus 24), à partir duquel on l’a fouillée. Il est probable que les quelques tessons recueillis (datables du CA comme du CC) se sont infiltrés depuis les deux dromoi. En revanche, les ossements animaux, comme les vases complets et l’anneau appartenaient à un dépôt en place.

  • 204 On les comparera à la série mise au jour dans la chambre de la tombe 396 (fig. 94‑95 pour KEF‑1411 (...)

1183Son interprétation est difficile. Les vases du dépôt (cruchons et petits bols) sont tout à fait semblables à ceux qui étaient ordinairement déposés dans les niches des tombes contemporaines. Leur forme (notamment le fond plat des cruchons à corps en sac204) comme leurs caractéristiques techniques (raclage de la surface, découpage du fond à la ficelle) orientent vers une datation au ive s. av. J.‑C. On pourrait dire de même de l’anneau en bronze, s’il n’avait pas été déposé avec le doigt qui le portait. Quant aux ossements animaux (en l’occurrence plutôt une offrande alimentaire), on a vu qu’ils sont, à de rares exceptions près (oie de la tombe 379), complètement absents des dépôts funéraires fouillés.

1184Faute d’autre source documentaire, on ne peut que relever les gestes sans comprendre les pratiques.

Tessons

11851 bord de bol à paroi fine à décor de bande rouge.

1186Amphores commerciales de type levantin : NR = 7.

1187PW : formes fermées : NR = 8 ; formes ouvertes : NR = NMI = 2 (bol à lèvre étalée et arête, assiette à marli).

Ossements animaux

(par A. Gardeisen)

1188– Hémimandibule gauche de mouton ou de chèvre (P2 et incisives absentes), cassée au niveau de l’arrondi ; M2 en début d’usure. Il s’agit d’un jeune adulte de 20‑24 mois environ.

1189– Deux phalanges intermédiaires non soudées appartenant à deux pieds différents. Jeune adulte.

1190– Lot d’esquilles très altérées provenant d’os longs appartenant à une espèce de format mouton ou chèvre. Leur état de conservation (les os sont devenus crayeux) interdit une détermination plus précise.

Anneau en bronze

(par N. Denninger)

1191K13‑91 = KEF‑1200 (fig. 180). Trois frg. appartenant à un ou peut‑être deux anneaux : le plus grand des frg. conservés présente une superposition qui peut être celle des deux extrémités du même anneau, ou bien de deux anneaux différents.

  • 205 L’identification et le commentaire sont dus à Pr. Vareilles.

1192L’anneau était associé à un ossement humain, dont la coloration a verdi sous l’action de l’oxydation du bronze205. Il s’agit d’une phalange (proximale ou médiane) de la main. L’état de conservation est mauvais : seule la diaphyse est préservée (quelques frg.). Les extrémités, distale et proximale, sont manquantes. Les dimensions de la diaphyse suggèrent que le doigt appartenait à un jeune adulte ou un adulte.

Vases

1193K13‑109 = KEF‑1409 (fig. 180). Petit bol PW à lèvre ronde. Pâte beige, petites inclusions noires. H. 4,2 ; ø 7,5. Le fond a été très sommairement découpé du tour à la ficelle (« string‑cut »). La panse a été tout aussi sommairement ravalée (« shaved »).

1194K13‑111 = KEF‑1410 (fig. 180). Assiette à marli PW miniature. Pâte beige, inclusions rouges. H. 2,5 ; ø 10,5. Le fond a été sommairement découpé du tour à la ficelle (« string‑cut »).

1195K13‑110 = KEF‑1411 (fig. 180). Cruchon PW à corps en sac et fond plat. Pâte beige, petites inclusions rouges. H. 16,5 ; ø 4,2. Stries de tournassage bien visibles ; bas de la panse sommairement raclé (« shaved »).

1196K13‑108 = KEF‑1412 (fig. 180). Cruchon PW à corps en sac et fond plat. Pâte beige, petites inclusions noires et rouges. H. 9,4 ; ø 3,8. Partie inférieure de la panse raclée (« shaved »).

Tombe 402

Loci : 38 (dromos), 59 (chambre).
Non fouillée.

1197Située dans la partie orientale de la zone fouillée, cette tombe a seulement été repérée en surface (fig. 1). En 2013, on a dégagé l’emprise dans le rocher de son dromos (locus 38). Orienté est‑ouest, ce dernier ouvrait vers l’ouest, comme le montre la découpe du rocher qui marque, en surface, l’emplacement du stomion. En 2014, la découverte accidentelle de la chambre de la tombe 400 a permis d’entrevoir celle de la tombe 402 : le trou dans la paroi de fond de la chambre de la tombe 400 ouvre certainement sur cette dernière (fig. 165). Il s’agit sans doute également d’une chambre unique (locus 59).

1198Seules des couches de surface ont été fouillées. La datation repose exclusivement sur la typologie du dromos qui, long et étroit, paraît caractéristique de l’époque classique.

Tombe 403

Locus 40 (dromos).
Non fouillée.

1199Comme la précédente, la localisation de cette tombe a été mise en évidence lors du décapage de surface de 2013 (fig. 1). Son dromos (locus 40), d’orientation est‑ouest, est situé aux limites sud‑est de la zone fouillée. L’absence de décrochement dans le rocher au‑dessus du stomion empêche de savoir si la chambre était située à l’est ou à l’ouest.

1200Le plan du dromos, long et étroit, suggère une datation à l’époque classique. Cette dernière reste toutefois hypothétique, faute de fouille.

Tombe 407

Loci : 29 (dromos), 44 (fosse dans le dromos), 47, 52, 63, 65, 67, 69, 70 et 71 (niches), 55 (structure de pierres empilées dans le dromos), 62 (niveau de sol du dromos), 72 (stomion).
US : S5‑109 = S5‑111 = S5‑117 = S5‑120 = S5‑127 = S5‑137 = S5‑139 (comblement du dromos) ; S5‑108 = S5‑118 = S5‑119 = S5‑128 (comblement de la fosse) ; S5‑133 = S5‑135 = S5‑163 (comblement du stomion) ; S5‑122 (niche =locus 47) ; S5‑131 (niche = locus 52) ; S5‑149 = S5‑153 (niche =locus 63) ; S5‑151 (niche = locus 65) ; S5‑156 (niche = locus 67) ; S5‑157 (niche = locus 69) ; S5‑160 (niche = locus 70) ; S5‑161 (niche = locus 71, sans matériel) ; S5‑145 = S5‑146 (comblement dans le locus 55).
Date de fouille : octobre 2013 et octobre 2014.
Datation : CA II (vie s. av. J.‑C.) ; réutilisation à l’époque classique ?

1201Situé dans la partie nord de la zone fouillée, le dromos de la tombe 407 (locus 29) suit une orientation sud‑est/nord‑ouest (fig. 181). La présence de plusieurs niches, creusées dans le haut des parois et visibles après le décapage de surface, dessine des excroissances dans sa partie ouest, notamment dans le coin nord‑ouest où la forme du dromos est très irrégulière. Quoique plus ramassées (6,35 x 2,50 m), ses proportions sont proches de celles du dromos de la tombe archaïque 398 (locus 24). Les deux dromoi présentent en outre nombre de traits communs : on retrouve des détails architecturaux (linteau taillé au‑dessus de l’entrée et banquette réservée dans le rocher au sud), des particularités de plan (stomion désaxé dans le prolongement du long côté nord) et des aménagements similaires (structure de pierres empilées = locus 55). Il est tentant de prêter à ces caractéristiques, absentes des dromoi d’époque classique, une valeur chronologique. D’après l’assemblage céramique dans le comblement originel du dromos (partie est), cette tombe est toutefois plus récente que la précédente : il est raisonnable d’en placer la fermeture au CA II (vie s. av. J.‑C.).

Fig. 181 – Tombe 407. Plan et coupes O.‑E., E.‑O., S.‑N. et N.‑S.

Fig. 181 – Tombe 407. Plan et coupes O.‑E., E.‑O., S.‑N. et N.‑S.

1202Le dromos a été repéré lors de la campagne 2013 : son emprise a été dégagée en surface (fig. 182), puis il a été entièrement fouillé en 2014 (fig. 183). L’exploration s’est arrêtée avec la mise en évidence du comblement compact qui bouchait le stomion.

1203Le dromos possède dix marches. On remarque que la première, à l’est, est très irrégulière. Son côté sud‑est a été escamoté, apparemment pour éviter le « fossé » (locus 23). C’est là un indice important pour dater cette dernière structure, dont le comblement est plus récent. La dernière marche, quant à elle, n’est pas taillée sur toute la largeur du couloir : elle s’appuie, au sud, sur une banquette de rocher réservée qui va jusqu’au stomion et dont la largeur (1,25 m) correspond au côté gauche de la façade de l’entrée. Contrairement à celles des autres dromoi, dont la taille est plus régulière, les parois du locus 29 ne sont pas verticales, l’ouverture se rétrécissant progressivement vers le bas.

Fig. 182 – Tombe 407. Vue du dromos = locus 29 depuis le nord, état 2013. Au premier plan, fosse circulaire = locus 30 ; à l’arrière-plan, dromos = locus 34.

Fig. 182 – Tombe 407. Vue du dromos = locus 29 depuis le nord, état 2013. Au premier plan, fosse circulaire = locus 30 ; à l’arrière-plan, dromos = locus 34.

Fig. 183 – Tombe 407. Le locus 29 après la fouille, état 2014. Au premier plan, « fossé » = locus 23 et dromos = locus 34 de la tombe 400 ; à l’arrière-plan fosse circulaire = locus 30.

Fig. 183 – Tombe 407. Le locus 29 après la fouille, état 2014. Au premier plan, « fossé » = locus 23 et dromos = locus 34 de la tombe 400 ; à l’arrière-plan fosse circulaire = locus 30.

Fig. 184 – Tombe 407. Locus 29 : niches dans la paroi sud : de g. à dr., loci 47, 63 et 67.

Fig. 184 – Tombe 407. Locus 29 : niches dans la paroi sud : de g. à dr., loci 47, 63 et 67.

1204Un nombre tout à fait inhabituel de niches était creusé dans les parois du dromos (fig. 181 et 184‑200) : on en a repéré et fouillé huit (loci 47, 52, 63, 65, 67, 69, 70 et 71), alors qu’aucune n’a été décelée dans l’autre dromos archaïque = locus 24. La plupart étaient vides. Les quelques tessons, de très petites dimensions, recueillis dans le sédiment qui les comblait, sont probablement intrusifs. Par ailleurs, contrairement à celles des dromoi classiques que nous avons fouillés dans la nécropole, elles n’étaient pas toutes localisées dans la partie antérieure du dromos, près du stomion. Elles étaient situées à la fois sur les longs côtés du couloir et sur la paroi de façade, au‑dessus du stomion.

1205Trois niches étaient creusées dans la paroi sud (fig. 184). La plus éloignée du stomion est le locus 47. Elle était fermée par un seul bloc de calcaire taillé (fig. 186) et elle possédait une forme oblongue et peu profonde (0,80 x 0,45 m, fig. 187). Le bloc n’était plus en place, au moment de la fouille, mais il « flottait » à quelques centimètres de la paroi : on a l’impression que la niche n’avait pas été soigneusement scellée, comme les autres, mais qu’elle avait été hâtivement bouchée, juste avant le remblaiement du dromos. Le poids du comblement a fait bouger la pierre, dégageant l’ouverture de la niche. Cette dernière contenait une boucle d’oreille en bronze (K14‑15 = KEF‑1213, fig. 211). La suivante (locus 63) était de forme semi‑circulaire, plus profonde (fig. 189). Elle était également fermée par un bloc de calcaire, cette fois calé par de petites pierres (fig. 188). Elle ne contenait que du sédiment, et quelques tessons intrusifs. La dernière (locus 67) était fermée par deux blocs de calcaire et un calage de petites pierres (fig. 190). Elle était de forme rectangulaire allongée (fig. 191) et vide de mobilier, comme la précédente.

1206Creusée dans la paroi nord, vers le stomion, la niche = locus 52 avait la forme d’un rectangle aux contours irréguliers, dressé, de faible profondeur (fig. 192). Elle n’était pas fermée au moment de la fouille, mais certaines pierres trouvées à proximité en proviennent sans doute : elles ont pu glisser de leur emplacement originel au moment du remblaiement. On y a découvert un bracelet en bronze fragmentaire (K14‑60 = KEF‑1223, fig. 211). Plus à l’est, trois niches étaient regroupées (fig. 185). La première (locus 69), de forme rectangulaire, était fermée par un bloc de calcaire taillé, maintenu en place par un calage de petites pierres (fig. 193‑194). Au‑dessous, la niche = locus 70 était également rectangulaire, mais plus étroite, fermée par un seul bloc (fig. 195‑196). La dernière (locus 71), à l’est, était de dimensions voisines, fermée par un bloc de calcaire calé par de petites pierres (fig. 197‑198). Ces trois dernières niches étaient vides.

1207Enfin, une niche se trouvait au‑dessus du linteau de l’entrée (locus 65). De forme rectangulaire, étroite et allongée, elle était également fermée par un bloc taillé de calcaire (fig. 199‑200), et elle était également vide. D’autres creusements en forme de niche semblent la prolonger vers le sud, jusqu’à la grande niche = locus 67 ménagée dans la paroi sud (fig. 181). On ne les a pas fouillés.

Fig. 185 – Tombe 407. Locus 29 : niches dans la paroi nord : en haut, locus 69 ; en bas, loci 70 et 71.

Fig. 185 – Tombe 407. Locus 29 : niches dans la paroi nord : en haut, locus 69 ; en bas, loci 70 et 71.

Fig. 186 – Tombe 407. Niche = locus 47 avant la fouille.

Fig. 186 – Tombe 407. Niche = locus 47 avant la fouille.

Fig. 187 – Tombe 407. Niche = locus 47 après la fouille.

Fig. 187 – Tombe 407. Niche = locus 47 après la fouille.

Fig. 188 – Tombe 407. Niche = locus 63 avant la fouille.

Fig. 188 – Tombe 407. Niche = locus 63 avant la fouille.

Fig. 189 – Tombe 407. Niche = locus 63 après la fouille, vue de dessus.

Fig. 189 – Tombe 407. Niche = locus 63 après la fouille, vue de dessus.

Fig. 190 – Tombe 407. Niche = locus 67 avant la fouille.

Fig. 190 – Tombe 407. Niche = locus 67 avant la fouille.

Fig. 191 – Tombe 407. Niche = locus 67 après la fouille.

Fig. 191 – Tombe 407. Niche = locus 67 après la fouille.

Fig. 192 – Tombe 407. Niche = locus 52 en cours de fouille.

Fig. 192 – Tombe 407. Niche = locus 52 en cours de fouille.

Fig. 193 – Tombe 407. Niche = locus 69 avant la fouille.

Fig. 193 – Tombe 407. Niche = locus 69 avant la fouille.

Fig. 194 – Tombe 407. Niche = locus 69 après la fouille.

Fig. 194 – Tombe 407. Niche = locus 69 après la fouille.

Fig. 195 – Tombe 407. Niche = locus 70 avant la fouille.

Fig. 195 – Tombe 407. Niche = locus 70 avant la fouille.

Fig. 196 – Tombe 407. Niche = locus 70 après la fouille.

Fig. 196 – Tombe 407. Niche = locus 70 après la fouille.

Fig. 197 – Tombe 407. Niche = locus 71 avant la fouille.

Fig. 197 – Tombe 407. Niche = locus 71 avant la fouille.

Fig. 198 – Tombe 407. Niche = locus 71 après la fouille.

Fig. 198 – Tombe 407. Niche = locus 71 après la fouille.

Fig. 199 – Tombe 407. Niche = locus 65 avant la fouille.

Fig. 199 – Tombe 407. Niche = locus 65 avant la fouille.

Fig. 200 – Tombe 407. Niche = locus 65 après la fouille.

Fig. 200 – Tombe 407. Niche = locus 65 après la fouille.

1208Une structure faite de pierres empilées (locus 55) reposait sur le sol du dromos, en partie sur les cinq dernières marches (fig. 201‑202). Elle était située contre la paroi sud, du côté opposé, donc, à l’entrée, contrairement à la structure similaire (locus 37) dégagée dans l’autre dromos archaïque (locus 24). Elle était également d’élévation moindre et de tracé plus rectiligne et moins régulier que cette dernière. Le dernier bloc s’appuyait contre la façade de la tombe. Quelques pierres dessinaient un retour vers le sud au niveau de la dernière marche, ménageant ainsi deux compartiments successifs (fig. 202). Pour le reste, comme le locus 37 de la tombe 398, le locus 55 était fait d’éclats bruts de rocher (havara) placés les uns sur les autres sans aucun liant. Dans sa partie antérieure, vers le stomion, la structure avait été perturbée par la fosse (locus 44).

1209Dans ce cas comme dans le précédent, il est impossible, faute d’autre source, d’identifier la fonction de cette curieuse structure. Il faut cependant en souligner la récurrence dans les deux dromoi archaïques que nous avons fouillés (et rappeler que les dromoi ne sont généralement pas dégagés lors des fouilles de sauvetage du Département des Antiquités). Il semble donc bien que ces structures soient les vestiges de pratiques qui avaient lieu régulièrement (du moins dans cette nécropole) dans les couloirs d’accès aux caveaux, avant leur fermeture définitive. Ces pratiques ne sont plus documentées – ou, du moins, elles n’ont pas laissé les mêmes traces – à partir de l’époque classique.

Fig. 201  Tombe 407. Locus 55 en cours de fouille, vu vers l’ouest.

Fig. 201 – Tombe 407. Locus 55 en cours de fouille, vu vers l’ouest.

Fig. 202 – Tombe 407. Locus 55, vu vers le sud.

Fig. 202 – Tombe 407. Locus 55, vu vers le sud.

1210Une fosse (locus 44), de forme à peu près circulaire, traversait le comblement originel du dromos, dans sa partie antérieure. Ses contours ont été difficiles à définir : le comblement ne se distinguait de celui, en place, du dromos que par une plus grande dureté à la fouille, notamment due à la présence de nombreuses pierres.

1211La fosse avait entamé le linteau. Elle était pleine d’un sédiment extrêmement dur, compact, bourré de blocs et de matériel (fragmentaire). Dans sa partie haute, elle contenait un squelette de cheval (également fragmentaire) déposé entre des blocs de pierre (fig. 205‑209). Un petit empilement signalait en surface l’emplacement de l’animal (fig. 205). Ce dernier n’était pas complet. Il était déposé en plusieurs ensembles superposés (voir ci‑dessous l’étude d’A. Gardeisen).

1212Le même comblement était tassé dans le stomion (locus 72), bloquant l’accès à la chambre (fig. 203‑204). Rien ne subsistait de la fermeture originelle (probablement une ou des dalles de gypse). De nombreux raccords entre les tessons du remblai en place du dromos (locus 29) et ceux de la fosse (locus 44) montrent qu’une partie du comblement de cette dernière provient du remplissage du dromos qui y a été rejeté.

  • 206 Datation effectuée par T. Goslar, Poznan Radiocarbon Laboratory : 2185 +/- 30 BP. L’état de conser (...)

1213Il est difficile et de dater et d’interpréter cette fosse. Il s’agit évidemment d’une intervention postérieure à la fermeture définitive de la tombe et à son remblaiement. Pour autant, elle ne paraît pas moderne. Le trou de pilleur repéré plus au sud (locus 32 = 42), dans le dromos de la tombe 399, était de nature bien différente : étroit et comblé de sédiment meuble, bourré de matériel contemporain. En l’occurrence, on n’a rien recueilli qui soit postérieur à l’époque classique. La datation C14 effectuée sur les ossements du cheval suggère également qu’il s’agit d’un assemblage antique, compatible avec une datation à l’époque classique, même si la date obtenue avec la plus grande probabilité est plus basse206.

  • 207 Christou 2013, p. 177‑235.

1214S’agit‑il d’un pillage antique ? d’une réutilisation de la chambre ? Les deux hypothèses ne sont d’ailleurs pas exclusives l’une de l’autre : ainsi, la tombe construite de Kourion-Agios Ermogenis a été pillée avant d’être réutilisée pour une troisième inhumation, le stomion étant sommairement rebouché207. On n’a pas fouillé la chambre de la tombe 407, on remarquera cependant que le creusement de la fosse ménageait un accès fort peu commode pour y descendre.

Fig. 203 – Tombe 407. Blocage du stomion.

Fig. 203 – Tombe 407. Blocage du stomion.

Fig. 204 – Tombe 407. Le stomion. Au premier plan, dernières marches du dromos. À g., banquette. L’arrachement de la fosse est visible sur le linteau. Au-dessus de l’entrée, niche = locus 65.

Fig. 204 – Tombe 407. Le stomion. Au premier plan, dernières marches du dromos. À g., banquette. L’arrachement de la fosse est visible sur le linteau. Au-dessus de l’entrée, niche = locus 65.

Fig. 205 – Tombe 407. Fosse = locus 44. Concentration de pierres au début de la fouille.

Fig. 205 – Tombe 407. Fosse = locus 44. Concentration de pierres au début de la fouille.

Fig. 206 – Tombe 407. Squelette de cheval, fouille en passes successives (première passe).

Fig. 206 – Tombe 407. Squelette de cheval, fouille en passes successives (première passe).

Fig. 207 – Tombe 407. Squelette de cheval, fouille en passes successives (deuxième passe).

Fig. 207 – Tombe 407. Squelette de cheval, fouille en passes successives (deuxième passe).

Fig. 208 – Tombe 407. Squelette de cheval, fouille en passes successives (troisième passe).

Fig. 208 – Tombe 407. Squelette de cheval, fouille en passes successives (troisième passe).

Fig. 209 – Tombe 407. Squelette de cheval, fouille en passes successives (dernière passe).

Fig. 209 – Tombe 407. Squelette de cheval, fouille en passes successives (dernière passe).

1215Le dépôt du cheval (fragmentaire) illustre une pratique qu’on peine à interpréter faute de pouvoir croiser l’observation archéologique avec d’autres sources (voir ci‑dessous l’étude d’A. Gardeisen). Il semble peu probable qu’il s’agisse du dépôt d’une carcasse moderne, qu’on aurait ensevelie sous des pierres de façon à atténuer les effets de la décomposition, particulièrement spectaculaires chez une bête de cette taille. De fait, l’animal n’est pas entier et l’absence de matériel moderne comme la datation C14 des ossements (même si elle reste sujette à caution) suggèrent une pratique antique, sans doute même contemporaine de l’utilisation de la zone comme nécropole. En outre, l’empilement de pierres au‑dessus des ossements, et le galet sur lequel reposait la tête de l’animal enserraient en quelque sorte le dépôt, le signalaient et le protégeaient.

  • 208 Hermary 2005.
  • 209 Hadjisavvas 2014, p. 3‑4 et l’analyse de Ph. Columeau, p. 186‑192.
  • 210 Karageorghis 1964, p. 30‑32.
  • 211 Karageorghis 1964, p. 30, fig. 2 (coupe) et p. 31, fig. 3 (plan).
  • 212 Karageorghis 1972, p. 166.

1216Cette pratique est assurément distincte des sacrifices de chevaux dans les dromoi de tombes archaïques, bien documentés dans le contexte de tombes « royales » chypriotes208, en particulier à Salamine mais aussi, de façon certes pour le moment isolée, à Kition209. Des parallèles, plus proches de notre exemple, existent, mais ils sont d’interprétation tout aussi difficile. Un squelette de cheval a été découvert au‑dessus de la chambre d’une tombe construite d’Idalion-Eliouthkia tou Kouzoustou, datée de la fin du CA I210. Le fouilleur suggère que l’animal (dont le squelette a été au demeurant fort perturbé, d’après le dessin) a été jeté dans la tombe, probablement après son pillage. Autant qu’on puisse en juger d’après la coupe et le relevé toutefois211, ses ossements reposaient au‑dessus des blocs du plafond qui s’est effondré. Le cheval ne peut donc pas avoir été jeté dans la tombe : il avait été placé au‑dessus de la chambre, peut‑être dans un tumulus qui la recouvrait (et dont il ne subsiste aucune trace). Un cas similaire a été relevé à Patriki212 : au‑dessus du toit d’une tombe construite (datée du CA II d’après les offrandes qui ont été découvertes dans la chambre) se trouvaient une couche cendreuse contenant des ossements animaux et une cruche PW VII (datable du CC II). En l’occurrence, le décalage chronologique entre la date d’utilisation de la tombe (CA II) et la date du dépôt au‑dessus de la chambre (CC II), qui recoupe celui constaté dans la tombe 407 de Pervolia, est intéressant.

  • 213 P. Ducos, « Les ossements d’animaux de Salamine », dans Karageorghis 1970, p. 295‑298.
  • 214 Karageorghis 1970, p. 16. D’après l’analyse des ossements par P. Ducos, il y aurait plusieurs indi (...)
  • 215 Karageorghis 1970.

1217Plusieurs restes de chevaux ont été découverts dans la nécropole de Salamine-Cellarka213. Il s’agit, dans certains cas, de dépôts en place sur le sol de dromoi ; un crâne proviendrait du comblement214. Le cas de la tombe 84 est particulier215 : on y a découvert les restes d’un cheval (d’environ 10 ans selon l’analyse de P. Ducos), à la fois sur un niveau de sol correspondant à une première phase d’inhumation et dans le remblai correspondant à la fermeture de la tombe après une deuxième phase d’inhumation. Comme le suggère le fouilleur, il est probable que les ossements de l’animal, sacrifié dans le dromos, ont été perturbés par le creusement ultérieur et partiellement ensevelis à nouveau dans le comblement. Peut‑on envisager un scénario similaire pour expliquer la présence du cheval dans le dromos de la tombe 407 ? On objectera que tous les ossements du cheval proviennent de la fosse : on n’en a trouvé aucun sur le sol ni dans le comblement en place du dromos.

  • 216 Popham, Calligas et Sackett 1993, p. 21‑22.
  • 217 Rizza 1979. La nécropole contenait 18 tombeaux d’animaux, dont une dizaine avec des inhumations de (...)
  • 218 Wall‑Crowther 1996. Les sépultures de chevaux contenaient également souvent des chiens. Elles étai (...)

1218Notons, enfin, que des inhumations de chevaux sont connues, hors de Chypre, dans des nécropoles grecques de l’âge du Fer : à Lefkandi en Eubée216, et surtout en Crète, à Prinias217 et à Cnossos218.

matériel

Dromos (= locus 29)

= US S5‑109, S5‑111, S5‑117, S5‑120, S5‑127, S5‑137, S5‑139.

1219Le comblement du dromos était fait d’un sédiment meuble, fin, de couleur claire, avec quelques grosses inclusions calcaires (éclats de havara). Il contenait un matériel assez abondant, très fragmenté et fragmentaire.

1220Le faciès céramique est proche de celui du comblement du dromos de la tombe archaïque 398 : la fabrique PW est largement majoritaire et, en son sein, les formes ouvertes (notamment les assiettes à marli) prédominent. Quelques indices invitent, toutefois, à privilégier une date plus basse, au cours du CA II. Ainsi, la présence d’un fragment de skyphos grec (non attique) qui peut difficilement être antérieur au vie s. av. J.‑C., ou celle d’une cruche du « palm leaf workshop ». On note également la moindre qualité des bols RS.

Tableau 24 – Assemblage céramique du dromos de la tombe 407.

Tableau 24 – Assemblage céramique du dromos de la tombe 407.

Matériel non céramique

1221K14‑121 (fig. 210). Calcaire blanc. H. cons. 8 ; L. 13 ; ép. moyenne 4. L’arrondi de la surface suggère qu’il peut s’agir d’une vasque. Toutefois, aucun côté n’est conservé et la forme ne peut pas être reconstituée. L’interprétation de l’objet reste donc sujette à caution.

Matériel céramique

Figurine de terre cuite

1222Un frg. correspond peut‑être à une patte d’animal modelée en plein.

« Cup-and-saucer »

1223K14‑66 (fig. 210). Pâte ocre, petites inclusions noires. H. cons. 3,4 ; ø 9,8.

Lampes‑coupelles Plain White

1224NR = 42, NMI = 28, dont :
K14‑513 (fig. 210). Pâte ocre, petites inclusions noires. H. 4,3 ; ø 11,6.

Importation grecque

1225K14‑512 (fig. 210). Base de skyphos à vernis noir. Base annulaire marquée d’une incision. Pâte grise au cœur, saumon en surface. Vernis noir bien adhérent et brillant. H. cons. 1,8.

Coarse Ware

1226NR = 14, NMI = 1.

Black Polished

1227NR = 2 (frg. de formes fermées).

Black-on-Red

Formes fermées

1228Cruches : NR = 7.

1229Amphore : NR = 1.

1230Dinos à lèvre repliée : NR = NMI = 1.

Formes ouvertes

1231NR = 6, NMI = 3 (dont plusieurs frg. « Blackened »).

Red Slip

Formes fermées

1232Cruche à ouverture pincée : NR = NMI = 1.

1233Cruche à bobèche : NR = NMI = 1.

1234Autres frg. de cruches : NR = 21.

Formes ouvertes

1235Tous les frg. identifiables appartiennent à des bols peu profonds.

1236À rebord court évasé et lèvre amincie
NR = NMI = 8.

1237À lèvre étalée
NR = NMI = 1.

1238À lèvre carénée
NR = NMI = 2.

1239Assiettes à marli
NR = NMI = 5.

1240Frg. de bols dont le type précis n’a pas pu être établi : NR = 29.

Couvercle

1241NR = NMI = 1.

Bol à paroi fine

1242NR = NMI = 6.

Bichrome

Formes fermées
Cruches

1243À bobèche
NR = 11, NMI = 2.

  • 219 Morris 1987 ; voir également Buchholz 2010, p. 673‑676.

1244Autres frg. de cruches
NR = 8 dont K14‑514 (fig. 210). Pâte beige, petites inclusions noires et blanches. Épais engobe blanc. H. cons. 11. Le frg. appartient à une cruche à ouverture sans doute pincée, qui entre dans la série du « palm leaf workshop »219. La plupart des exemples sont de classe Bichr. V. Une origine salaminienne est probable.

Amphores

1245NR = 2, NMI = 1.

Jarre de type phénicien

1246NR = NMI = 1 : K14‑13 (fig. 211). Pâte ocre, petites inclusions noires. H. cons. 4.

Formes ouvertes
  • 220 Elle est toutefois répertoriée dans la typologie suédoise : SCE IV/2, fig. XLVII, 13 (Bichr. V, bo (...)

1247NR = 10, NMI = 3, dont :
K14‑515 (fig. 211). Pâte ocre, petites inclusions noires. H. cons. 3,8 ; ø 13,3.
La forme est rare220. Le mode de décoration, avec de larges bandes rouges, renvoie à des modèles phéniciens, mais on manque de parallèle exact.

White Painted

Formes fermées
Amphores

1248NR = 18, NMI = 2 (1 bord à lèvre étalée, 1 bord à lèvre en bourrelet externe).
On note, parmi les tessons, plusieurs frg. se rattachant à des formes géométriques (classe III).

Cruches

1249NR = 55, NMI = 1 (à ouverture pincée).

Formes ouvertes

1250NR = 2, NMI = 1.

Amphores commerciales de type levantin

1251NR = 124, NMI = 8, dont :
K14‑61 (fig. 212). Pâte ocre, inclusions noires et rouges. H. cons. 11,2 ; ø 9,7.

Plain White

Formes fermées
Cruches

1252À ouverture ronde (dont frg. à corps en sac)
NR = NMI = 5.

1253À ouverture pincée
NR = NMI = 5.

1254À lèvre épaissie
NR = NMI = 1.

1255Frg. de cruches : NR = 491.

Jarres de type phénicien

1256NR = 129.

Amphores
  • 221 Pour les trouvailles amathousiennes, voir en dernier lieu Fourrier 2009, p. 26.

1257NR = 6, dont :
K14‑67 (fig. 212). Pâte rose, inclusions noires. H. cons. 12. Le frg. appartient à une amphore à anses de panier. Ce type de contenant commercial, typiquement chypriote, est fabriqué dans différents ateliers (Salamine, Amathonte221…). Il n’était pas produit à Kition où le vase de transport utilisé est l’amphore de type levantin. Il est intéressant de remarquer que les amphores à anses de panier, dont l’acheminement doit donc suivre des réseaux qui n’impliquent pas Kition, sont largement diffusées au Levant.

Formes ouvertes

1258Tous les bols sont peu profonds.

1259À lèvre ronde
NR = NMI = 8.

1260À courte lèvre évasée
NR = NMI = 4.

1261À lèvre carénée
NR = NMI = 1.

1262À lèvre étalée et arête
NR = NMI = 7, dont :
K14‑516 (fig. 212). Pâte ocre, petites inclusions noires et rouges. H. cons. 3,9 ; ø 19,2.

1263À lèvre épaissie
NR = NMI = 1.

1264Assiettes à marli
NR = NMI = 416, dont :
K14‑517 (fig. 211). Pâte ocre, petites inclusions noires et rouges. H. 3,6 ; ø 16,8.
K14‑81 = KEF‑1413 (fig. 211). Pâte ocre, inclusions noires et rouges. Surface extérieure raclée (« shaved »). Fond plat saillant. H. 4 ; ø 17,5.

1265Frg. de bols qu’on n’a pas pu rattacher à un type précis : NR = 332.

Fig. 210 – Tombe 407. Matériel du dromos.

Fig. 210 – Tombe 407. Matériel du dromos.

Fig. 211 – Tombe 407. Matériel du dromos, des niches et de la fosse.

Fig. 211 – Tombe 407. Matériel du dromos, des niches et de la fosse.

Fig. 212 – Tombe 407. Matériel du dromos et de la fosse.

Fig. 212 – Tombe 407. Matériel du dromos et de la fosse.

Structure de pierres empilées dans le dromos (= locus 55)

= US S5‑145, US S5‑146.

1266Le sédiment qui remplissait la structure était jaunâtre dans sa partie supérieure, puis gris‑vert. Très meuble, il était constitué de poudre de konnos. Les deux tessons recueillis (un frg. de cruche Bichr. et un fond de bol PW) sont certainement intrusifs.

Fosse (= locus 44)

= US S5‑108, US S5‑118, US S5‑119, US S5‑128, US S5‑133, US S5‑135, US S5‑163.

1267On étudie avec le matériel de la fosse celui qui était tassé dans l’ouverture du stomion (locus 72). De fait, des raccords montrent que l’ensemble du dépôt résulte de la même opération de remblaiement.

1268Le sédiment était de couleur marron, de texture dure à la fouille, avec de nombreuses inclusions de havara et des pierres. Le matériel qu’il contenait était nombreux, mais, à de rares exceptions près, très fragmentaire. Il comprend un bon nombre de formes archaïques (et même quelques tessons résiduels de l’âge du Bronze et de l’époque géométrique, vraisemblablement apportés avec la terre de remblai). Les éléments les plus récents sont datables de l’époque classique (et même du début de cette période, ve s. av. J.‑C.). Une même datation est suggérée par les rares fragments d’importation égéenne : une anse de skyphos attique et des frg. de panse d’amphores de Chios. Pour le reste, l’assemblage céramique est voisin de celui du comblement du dromos, avec une nette prépondérance de la fabrique Plain White et, au sein de cette dernière, des assiettes à marli.

Tableau 25 – Assemblage céramique de la fosse dans le dromos de la tombe 407 (locus 44).

Tableau 25 – Assemblage céramique de la fosse dans le dromos de la tombe 407 (locus 44).

Matériel non céramique : faune

(par A. Gardeisen)

1269Le prélèvement des restes d’un squelette de cheval a été effectué en plusieurs passes notées « décapages ».

Remarques générales

1270Le matériel se présente dans un état de conservation particulièrement altéré, corrodé, dissous et fragmenté. Un environnement acide et un contexte sédimentaire sec, calcaire et perturbé peuvent en partie expliquer ce constat. On peut ajouter des phénomènes de tassement ou de piétinement au cours de l’enfouissement, ainsi que des plans de fragmentation dus au prélèvement d’ossements trop fragilisés pour supporter l’enlèvement de la terre. De ce fait, les ossements initialement observés en place et entiers sur le terrain sont en petits morceaux, voire, dans certains cas, réduits en poussière.

1271On ne relève sur les ossements prélevés aucune marque ni de découpe ni d’enlèvement, pas même de trace due à un carnassier : les ossements ne sont pas restés exposés.

1272L’ensemble représente le train avant d’un cheval : la tête, le thorax et des éléments des deux membres antérieurs d’un individu très âgé (plus de 20‑25 ans), de sexe mâle (les canines sont bien développées). Les séries dentaires ont été reconstituées, l’état d’usure est très avancé. Dans certains cas, les plis d’émail ne sont plus visibles, abrasés jusqu’à la racine : l’animal mangeait en partie sur ses mâchoires (fig. 213). Cette usure est anormale. Elle touche en particulier les deuxièmes molaires inférieures et supérieures, mais sans correspondance entre elles. Ainsi, les PM2 supérieures sont usées de manière profonde et irrégulière, mais sans correspondance visible sur les PM2 et PM3 inférieures. De même, les M3 inférieures sont excessivement creusées vers l’arrière, mais sans correspondance sur la M3 supérieure.

Fig. 213 – Tombe 407. Séries dentaires du cheval.

Fig. 213 – Tombe 407. Séries dentaires du cheval.

Description des lots prélevés

« Décapage 1 »

1273Radius, ulna gauche, incisives isolées, frg. de diaphyse de l’humérus droit, série de côtes, vertèbres thoraciques.

« Décapage 2 »

1274Humérus gauche, scapula gauche, série de côtes et frg. de vertèbres cervicales et thoraciques, frg. d’os crâniens.

« Décapage 3 »

1275Mandibule gauche avec séries dentaires inférieure et supérieure, frg. crâniens, une branche d’os hyoïde, frg. du palais, scapula droite.

« Décapage 4 »

1276Mandibule droite avec séries dentaires inférieure et supérieure, série de vertèbres cervicales dont atlas et axis, boîte crânienne (neurocrâne, os pétreux, condyles et apophyses occipitales), une branche d’os hyoïde, os basisphénoïde.

Conclusion

1277D’après les photographies de fouille, l’ensemble était en place, par portions anatomiques désolidarisées. Soit, en partant du bas vers le haut (ce qui correspond aux gestes successifs du dépôt, donc en lisant en partant de la dernière les fig. 206 à 209) : d’abord le crâne avec les dents et les mandibules (la tête était posée sur la joue droite, fig. 209), puis le thorax avec les côtes en place (fig. 206‑208). Il manque les extrémités des membres antérieurs, le bassin et la partie lombaire du dos, ainsi que les membres postérieurs.

1278On peut penser que l’animal a été d’abord déposé entier, puis qu’un remaniement a perturbé ce dépôt primaire : le train arrière du corps aurait été enlevé à cette occasion et des portions disloquées auraient été remises en place.

Matériel céramique

« Cup-and-saucer »

1279NR = 1.

Lampes-coupelles Plain White

1280NR = 26, NMI = 22.

Céramique résiduelle de l’âge du Bronze

1281NR = 5.

Importations grecques

Céramique fine

1282NR = 1 : K14‑518 (fig. 211). Anse de skyphos attique. Pâte saumon très épurée, vernis noir épais et bien adhérent. L. cons. 5,5.

Amphores commerciales

1283NR = 5 (frg. d’amphores de Chios).

Amphore commerciale de type levantin

1284NR = 169, NMI = 1.

Coarse Ware

1285NR = 8, NMI = 1.

Black Polished

1286NR = 4, NMI = 1 (dinos miniature à lèvre rentrante).

Black-on-Red

Formes fermées

1287Cruches
NR = 2, NMI = 2.

1288Amphores
NR = 9 (dont un frg. de panse d’amphorisque « Blackened » à décor de feuillage).

Formes ouvertes

1289Bol à épaule marquée et lèvre ronde
NR = NMI = 1.

1290Bol profond à courte lèvre évasée
NR = 2, NMI = 1 : K14‑520 (fig. 212). Pâte ocre, petites inclusions noires. Engobe marron mat. H. cons. 4,5 ; ø 18,3.

1291Autres frg. de bols : NR = 5.

Red Slip

Formes fermées

1292Tous les frg. appartiennent à des cruches.

1293À ouverture pincée
NR = NMI = 1.

1294À bobèche
NR = NMI = 1.

1295Autres frg. : NR = 30.

Formes ouvertes
Bols peu profonds

1296À lèvre étalée
NR = NMI = 1.

1297À rebord court évasé et lèvre amincie
NR = NMI = 1.

1298Assiettes à marli
NR = 12, NMI = 8, dont :
K14‑519 (fig. 212). Pâte ocre, petites inclusions noires. H. cons. 3,4 ; ø 21.

Bol profond à lèvre amincie

1299NR = NMI = 1.

Autres frg. de bols

1300NR = 18.

Bols à paroi fine

1301NR = 7, NMI = 4.

Bichrome

Formes fermées

1302Tous les frg. appartiennent à des cruches. Le seul type identifiable est celui de la cruche à bobèche.

Cruches à bobèche

1303NR = 5, NMI = 2.

Autres frg. de cruches

1304NR = 8.

Formes ouvertes

1305Tous les bols sont peu profonds.

1306À panse carénée et courte lèvre pendante

1307NR = 10, NMI = 2, dont :

1308K14‑521 (fig. 212). Pâte blanchâtre, petites inclusions noires et rouges. H. cons. 3 ; ø 14.
Ce type porte une décoration monochrome rouge sur la lèvre (Monochrome Red), le reste de la surface est réservé. La carène de l’épaule est plus ou moins marquée. Une arête souligne généralement l’attache interne de la lèvre.

White Painted

Formes fermées
Amphores

1309À rebord évasé et lèvre en bourrelet externe
NR = NMI = 1.

1310À lèvre étalée
NR = NMI = 1.

1311Frg. d’amphores dont le type n’a pu être établi : NR = 16.

Cruches

1312À ouverture ronde
NR = NMI = 1.

1313À ouverture pincée
NR = NMI = 1.

1314Autres frg. : NR = 49.

Formes ouvertes

1315Tous les frg. appartiennent à des bols peu profonds.

1316À panse carénée et courte lèvre pendante
NR = NMI = 1.

1317Assiettes à marli
NR = NMI = 1.

1318Autres frg. : NR = 4 (dont un fond de plat WP III).

Plain White

Formes fermées
Amphores
  • 222 Type répertorié dans la typologie suédoise dès la classe V : SCE IV/2, fig. LVII, 24‑25.

1319NR = 135, dont :
K14‑523 (fig. 211). Pâte marron, inclusions noires et blanches. H. cons. 7,1. Fond en bouton d’amphore de type grec222.

Cruches

1320À ouverture ronde
NR = 5, NMI = 3.

1321À ouverture pincée
NR = NMI = 2.

1322Autres frg. : NR = 547.

Jarres de type phénicien

1323NR = 26, NMI = 1 : K14‑522 (fig. 212). Pâte ocre, petites inclusions noires. H. 25,2 ; ø 9.

Formes ouvertes

1324Tous les frg. identifiables appartiennent à des bols peu profonds.

1325Petits bols à lèvre ronde plus ou moins rentrante
NR = NMI = 13.

1326Bols à lèvre carénée
NR = NMI = 2.

1327Bols à lèvre étalée et arête
NR = 3, NMI = 2.

1328Assiettes à marli
NR = 300, NMI = 294.

1329Frg. de bols dont le type n’a pas été identifié : NR = 235.

1330Cuvette
NR = NMI = 1 : K14‑59 (fig. 212). Pâte verdâtre, inclusions noires et blanches. H. cons. 7,9 ; ø 35,1. Il s’agit probablement d’une importation d’Amathonte.

Niches

1331Aucun vase complet n’a été découvert dans les niches. Les quelques tessons qu’on y a récupérés sont probablement intrusifs : ils ont pénétré depuis le comblement du dromos.

Locus 47

= US S5‑122.

1332Un échantillon du sédiment qui comblait la niche a été analysé, sans livrer de résultat significatif du point de vue pollinique. Les deux petits fragments interprétés comme du charbon qu’on y a prélevés correspondent à un matériau organique d’une autre nature, non identifié (voir chapitre 4, Analyses).

Matériel non céramique

(par N. Denninger)

1333K14‑15 = KEF‑1213 (fig. 211). Boucle d’oreille fragmentaire en bronze : il reste la partie inférieure.
Dim. : H. cons. 1,3 ; l. 1,4 ; ép. 0,4.

Tessons

1334Plain White : NR = 5, NMI = 1 (cruche à ouverture ronde).

1335White Painted : NR = NMI = 1 (bol profond à lèvre amincie).

1336Red Slip : NR = 3 (1 frg. de cruche, 2 frg. de bols).

Locus 52

= US S5‑131.

Matériel non céramique

(par N. Denninger)

1337K14‑60 = KEF‑1223 (fig. 211). Quatre frg. d’un bracelet en bronze, dont deux recollent. Pour les autres, c’est moins net. En tout cas, il n’est pas entier.
Dim. : ø tige 0,5.

Tessons

1338NR = 2 (PW).

Locus 63

= US S5‑149 et S5‑153.

1339Un échantillon du sédiment qui comblait la niche a été analysé (voir chapitre 4, Analyses).

Tessons

1340Coarse Ware : NR = 1.

1341Plain White : NR = 2.

1342White Painted : NR = 2.

Locus 65

= US S5‑151.

Tessons

1343Plain White : NR = 4.

1344White Painted : NR = 2.

Locus 67

= US S5‑156.

Tessons

1345Plain White : NR = 12, NMI = 5 (2 bords de cruches à ouverture ronde, 3 bords d’assiettes à marli).

1346White Painted : NR = 2.

Locus 69

= US S5‑157.

1347Un échantillon du sédiment qui comblait la niche a été analysé (voir chapitre 4, Analyses).

Tessons

1348Plain White : NR = NMI = 1 (assiette à marli).

1349Amphore commerciale de type levantin : NR = 1.

Locus 70

= US S5‑160.

1350Un échantillon du sédiment qui comblait la niche a été analysé (voir chapitre 4, Analyses).

Tessons

1351NR = 2 (PW), NMI = 1 (assiette à marli).

Locus 71

= US S5‑161.

1352Pas de matériel.

Locus 23

US : S5‑03 = S5‑05 = S5‑07 = S5‑08 = S5‑09 = S5‑11 = S5‑132 = S5‑141.
Date de fouille : octobre 2013 et octobre 2014.
Datation : CA (?) pour le creusement ; CC II (fin du ive s. av. J.‑C.) pour le comblement.

1353Le locus 23 est un fossé, taillé en V dans le rocher, qui traverse du sud‑ouest au nord‑est la zone fouillée (fig. 1 et 214). Son tracé est rectiligne, avec des dimensions relativement constantes, pour la portion dégagée du moins (L. max. dégagée 22 m ; l. moyenne 2 m ; profondeur moyenne 1 m). Ses limites ne sont pas connues. Le creusement se poursuit certainement au‑delà de la zone fouillée. C’est ce que montre une photographie satellite prise en 2015 (fig. 217) : on distingue aux limites nord‑est de la parcelle, dans le couvert végétal, la ligne que dessinent les bords du fossé. De même, on a dégagé en surface le prolongement du fossé vers le sud‑ouest, au‑delà de la chambre (au plafond écroulé) de la tombe 397.

  • 223 Nos fouilles n’ont relevé aucune trace certaine d’occupation de la zone à l’époque hellénistique. (...)

1354On a effectué trois sondages dans la structure. Le premier, en 2013, dans la zone centrale (aux abords nord‑est de la chambre de la tombe 397, fig. 216) ; il a été poursuivi vers l’est en 2014 ; le troisième, la même année, aux limites nord‑est de la zone fouillée. On a rencontré partout le même comblement, de brun à blanchâtre (poudre de havara) avec des inclusions de konnos. Le matériel est abondant dans les couches supérieures, plus rare vers le bas, mais sans distinction nette ni dans la nature du comblement ni dans celle de l’assemblage céramique. Sous la couche de surface, le comblement est homogène (fig. 215). Vers le bas, la teinte blanchâtre du sédiment est due à la décomposition du rocher (havara friable) : cela prouve qu’il est resté exposé aux intempéries. On doit conclure à une phase unique de remblaiement qu’on peut dater, d’après le matériel, de la fin de la période classique. Le fossé était donc ouvert et visible pendant la phase de fréquentation de la nécropole et il a été comblé à peu près au moment où cette dernière a été abandonnée223.

1355Quand le fossé a‑t‑il été creusé ? La datation du comblement ne fournit qu’un terminus ante quem, vers la fin du ive s. av. J.‑C. On dispose de peu d’indices. On remarque qu’aucun dromos classique ne vient couper le tracé du fossé, qui devait donc être visible pendant toute la période. Les tombes dont l’emprise recoupe celle du creusement ont des chambres taillées à une profondeur suffisante pour que leur plafond se trouve sous le fond. Certes, le plafond de la tombe 397 a dû s’écrouler relativement rapidement, mais celui des tombes 400 et 402 était encore en place au moment de nos fouilles. L’indice le plus convaincant est sans doute donné par la configuration curieuse du dromos de la tombe 407 : la première marche est taillée de façon irrégulière, de manière, semble‑t‑il, à implanter le couloir le plus près possible du fossé, tout en l’évitant. D’après la datation du comblement (en place) du dromos de la tombe 407, on peut donc suggérer que le fossé est antérieur au vie s. av. J.‑C. C’est là encore seulement un terminus ante quem.

  • 224 Karageorghis 1970.

1356Si l’on doit bien conclure que le fossé est contemporain de la nécropole, quelle était sa fonction ? Son tracé rectiligne ne définit aucune organisation cohérente de l’espace. Il ne s’agit pas d’une limite de la nécropole, qui aurait été éventuellement franchie lors d’extensions progressives : on trouve de part et d’autre aussi bien des tombes archaïques que des tombes classiques. Il ne servait pas non plus à regrouper des ensembles funéraires, à la manière, par exemple, des murets qui, à Salamine-Cellarka, marquaient en surface l’emprise de tombes ou de groupes de tombes224. Le fossé passe, de fait, au‑dessus de certaines tombes et son orientation oblique s’oppose à celle de ces dernières, majoritairement dans l’axe.

  • 225 Knigge 1988, p. 26.

1357Le fossé ne semble pas non plus avoir eu de fonction cultuelle. On pense, par exemple, aux Opferrinnen archaïques du Céramique d’Athènes, dont certains pouvaient avoir jusqu’à 12 m de long225. Outre ses dimensions importantes, le locus 23 n’a livré aucune trace d’un rite particulier (cendres, matériel votif, strates de remplissage, etc.). Quelques objets entiers y ont bien été récupérés, mais ils sont excessivement rares et ils ne se trouvaient pas sur des niveaux de circulation : ils avaient été jetés avec la terre de remblai.

  • 226 Tricoche 2009, p. 35‑54.

1358Enfin, il paraît également peu probable que le fossé ait servi de canal ou rigole d’irrigation, comme on en connaît dans d’autres nécropoles antiques qui étaient occupées par des jardins226. De fait, aucune trace d’usure ni de dépôt ne documente le cheminement d’eau.

1359En l’absence d’autre indice, il faut donc se résoudre à avouer notre ignorance.

Fig. 214 – Locus 23. Coupe.

Fig. 214 – Locus 23. Coupe.

Fig. 215 – Locus 23. Vue du comblement.

Fig. 215 – Locus 23. Vue du comblement.

Fig. 216 – Vue aérienne du locus 23 vers le sud‑ouest, aux abords de la chambre écroulée de la tombe 397 (fouilles 2013).

Fig. 216 – Vue aérienne du locus 23 vers le sud‑ouest, aux abords de la chambre écroulée de la tombe 397 (fouilles 2013).

Fig. 217 – Photographie satellite du site en 2015 : on distingue, dans le prolongement du locus 23 vers le nord‑est, de l’autre côté de la tranchée désherbée (bande rectiligne claire sur l’image), une trace rectiligne blanche dans la végétation qui pourrait correspondre à l’extension du locus.

Fig. 217 – Photographie satellite du site en 2015 : on distingue, dans le prolongement du locus 23 vers le nord‑est, de l’autre côté de la tranchée désherbée (bande rectiligne claire sur l’image), une trace rectiligne blanche dans la végétation qui pourrait correspondre à l’extension du locus.

matériel

= US S5‑03, US S5‑05, US S5‑07, US S5‑08, US S5‑09, US S5‑11, US S5‑132, US S5‑141.

1360Le comblement était fait d’une terre poudreuse, avec des inclusions de konnos particulièrement compactes. Sa couleur variait du brun au blanchâtre.

1361Les sondages pratiqués ont permis de recueillir un matériel abondant, qu’on peut considérer représentatif de l’ensemble du remblai. Si l’on n’a pas retrouvé de raccord céramique entre les fragments recueillis lors de la fouille des différents tronçons, leur nature est proche et il paraît probable que l’ensemble du fossé a été comblé lors de la même opération. L’assemblage céramique est assez proche de celui du dromos de la tombe 396, dont on a placé la fermeture dans la seconde moitié du ive s. av. J.‑C. Une même date peut être suggérée pour le comblement du locus 23. Aucun élément n’invite, en tout cas, à une datation plus basse. Outre une proximité chronologique, l’assemblage du dromos de la tombe 396 et celui du locus 23 présentent par ailleurs une proximité typologique. On remarque en particulier la prépondérance des formes ouvertes Plain White, notamment des assiettes à marli (tabl. 26).

Tableau 26 – Assemblage céramique du locus 23.

TOTAL Lampes « Cupand-
saucer »
Céramiques
décorées
Plain White Coarse
Ware
F. fermées F. ouvertes
NR = 2238 16 4 165 1693 334 26
NMI = 315 8 1 15 50 237 4
% = 100 % 2,5 % 0,3 % 4,8 % 15,9 % 75,2 % 1,3 %

Matériel non céramique

  • 227 Pogiatzi 2003, p. 80‑82 et n° 76‑78.

1362K14‑83 (fig. 219). Frg. sculpté. Calcaire blanchâtre. Seul un petit fragment est conservé. H. cons. 8,2 ; l. cons. 8 ; ép. max. 5,3. L’identification du frg. est incertaine. On peut penser à un couronnement de stèle à anthémion, d’un type connu à Kition à l’époque classique227 (ive s. av. J.‑C.). D’autres frg. probables de stèles ont été découverts lors de nos fouilles (dans le comblement des dromoi de la tombe 379 et de la tombe 399). Aucun n’était en place : ils proviennent tous de remblais.

1363K14‑82 (fig. 218). Scorie de bronze. Poids : 168 g.

1364K14‑68 = KEF‑1222 (fig. 219) par N. Denninger. Tige droite en bronze, cassée en deux frg. jointifs. Une extrémité se termine en pointe. Il est probable que la tige se prolongeait de l’autre côté et qu’elle était plus longue que ce qui en est conservé. Sa section est similaire à celle des bracelets, mais l’objet ne présente aucune incurvation.
Dim. : L. 5,2 ; ø 0,6.

Matériel céramique

« Cup-and-saucer »

1365NR = 4, NMI = 1, dont :
K13‑05 (fig. 218). Pâte beige, petites inclusions rouges. Fond arrondi. H. cons. 2,6.

Lampe fermée de type grec

1366K13‑19 = KEF‑1414 (fig. 218). Pâte ocre fine, surface lissée. L. 6,6 ; ø ouverture 1,6. Bec noirci.

  • 228 Salamine I, pl. XV, 35‑36. Pour le type, voir également Salamine VII, pl. 55, 50.
  • 229 Voir les niveaux classiques de Bamboula : KB II, p. 52, fig. 21, 148‑149 et Oziol 2003, p. 282 et (...)

1367Si la forme générale de la lampe est la même que celle des deux autres exemples complets découverts dans la chambre de la tombe 396 (fig. 92), quelques détails la distinguent : deux nettes incisions concentriques entourent l’ouverture et, au lieu d’une anse en tenon percé verticalement, la lampe possède deux résidus en pastille d’une anse horizontale, collés à l’arrière de l’ouverture. Enfin, elle n’est pas vernie. Des parallèles existent à Salamine228 comme à Kition229. Les lampes de ce type, de production attique, seraient fabriquées entre 360 et 260 environ.

Lampes-coupelles Plain White

1368NR = 15, NMI = 7.

Céramique résiduelle

1369Plusieurs tessons, très petits, illustrent des fabriques de l’âge du Bronze. D’autres frg. appartiennent à des fabriques décorées dont certains exemples sont sûrement archaïques. On les répertorie ci‑dessous avec les autres frg. de céramique décorée.

1370Red Polished : NR = 3.

1371White Slip : NR = 3.

1372Bucchero : NR = 1.

Céramique importée

13731 frg. de panse de bol à vernis noir attique.

13741 fond d’amphore de Chios : K13‑06 (fig. 218). Pâte grise à marron, très micacée. H. cons. 15 ; ø fond 7.

13751 frg. de panse d’amphore ou de cruche importée de Grèce de l’Est : K13‑14 (fig. 219).

Céramique décorée

Red Slip

1376NR = 30, NMI = 3 (bols CA).

Black-on-Red

1377NR = 15, NMI = 1 (bol CA).

Black-on-Red et Bichrome Red « Blackened »

1378NR = 45, NMI = 4 (3 amphorisques CA‑CC, 1 cruche CA).

Bichrome

1379NR = 11 (CA).

Bol à paroi fine

1380NR = NMI = 1.

White Painted

1381NR = 63, NMI = 6 (2 bols profonds CG III‑CA I, 1 bol de courbe complexe CA, 1 bord de cruche à ouverture pincée, 2 bords d’amphores à lèvre étalée CA).

Coarse Ware

1382NR = 26, NMI = 4, dont :
K14‑511 (fig. 218). Frg. de marmite à lèvre ronde et anses verticales. Pâte marron, grosses inclusions noires et blanches. H. cons. 7,6 ; ø 10,5.

Plain White

Formes ouvertes
Bols peu profonds

1383À lèvre carénée
NR = NMI = 4.

1384À lèvre ronde plus ou moins rentrante
NR = NMI = 11.

1385À lèvre étalée
NR = NMI = 8.

1386À lèvre étalée et arête
NR = NMI = 1.

1387Assiettes à marli
NR = 219, NMI = 211.

Bols profonds

1388À lèvre ronde amincie
NR = NMI = 1.

Frg. de bols qu’on n’a pas pu rattacher à un type précis

1389NR = 89.

Bassin et cuvettes

1390NR = NMI = 1.

Formes fermées
Cruches

1391À ouverture ronde et lèvre ronde plus ou moins évasée
NR = NMI = 9.

1392Cruchons à ouverture ronde, col étroit (l’attache de l’anse peut être sur la lèvre comme sur le col, l’état de conservation des frg. ne permet pas de décider dans tous les cas), lèvre ronde plus ou moins évasée
NR = 16, NMI = 8.

1393À ouverture pincée
NR = 12, NMI = 9.

1394Autres frg. de cruches : NR = 232.

Amphores

1395À lèvre étalée
NR = NMI = 1.

1396À lèvre repliée
NR = NMI = 3.

1397À anses de panier
NR = NMI = 1.

1398Autres frg. de panse : NR = 680.

1399Amphores commerciales de type levantin
NR = 735, NMI = 27.

Pithoi

1400NR = 4.

Fig. 218 – Locus 23. Matériel.

Fig. 218 – Locus 23. Matériel.

Fig. 219 – Locus 23. Matériel.

Fig. 219 – Locus 23. Matériel.

Niches isolées

1401C’est de cette manière qu’on a choisi de désigner deux creusements de forme à peu près rectangulaire découverts aux limites sud de la zone fouillée : loci 56 et 57 (fig. 220‑222). De fait, ces structures entretiennent de nombreuses ressemblances avec les niches creusées dans les parois des dromoi de tombes : même nature du comblement (terre fine, sableuse), même type de dépôt (petits vases entiers et bijoux), même mode de fermeture (par de petites pierres). Les niches des dromoi sont majoritairement creusées à l’horizontale, depuis la paroi du couloir. Lorsqu’elles sont situées en haut de la paroi, elles peuvent être ouvertes sur le haut, et visibles depuis la surface. Elles n’en restent pas moins constituées d’un seul élément, qui peut être, dans le cas de certaines niches de grandes dimensions, composé de plusieurs creusements sur le même plan, formant des espèces de compartiments. À la différence de ces dernières, les loci  56 et 57 sont faits de deux parties nettement distinctes : un creusement rectangulaire peu profond (40 cm environ) pratiqué depuis la surface du rocher, puis une excavation horizontale, vers le sud, qui constitue la niche à proprement parler. Les deux éléments sont séparés par un blocage de petites pierres dressées, qui ferment la niche, alors que le creusement vertical ne possède aucun système de fermeture. Lors de la fouille, ces creusements verticaux étaient comblés d’un sédiment proche de celui qui recouvrait le rocher, avec un peu de matériel, fragmentaire et souvent roulé. Il est probable qu’il s’agit d’un alluvionnement naturel. Tout porte donc à croire que ces cavités sont restées ouvertes – seule la niche proprement dite étant fermée – avant d’être progressivement comblées après l’abandon du site. Pendant la période d’utilisation de la nécropole, la présence de ces niches était donc visible en surface.

1402Qu’il s’agisse de structures isolées n’est pas certain : on n’a pas fouillé la zone qui s’étend au sud. On n’a pas, du moins, dégagé de dromos contemporain à proximité. La tombe la plus proche, au nord, est la tombe archaïque 398. Or, le matériel déposé dans les niches invite à les dater de la fin de la période classique. Rappelons qu’à cette date l’emplacement de la tombe archaïque n’était plus connu, comme le montrent les deux dromoi inachevés (loci 22 et 35 = tombes 399 et 401).

  • 230 Deshayes 1963, pl. XXII, 3.

1403Comment, en l’état actuel, interpréter ces deux niches, placées très près l’une de l’autre ? Les parallèles manquent. Plusieurs creusements rectangulaires ont été découverts dans la nécropole de Ktima230. Ils sont interprétés par le fouilleur comme des tranchées à libation, mais on ne sait rien de leur comblement ni de la présence éventuelle de niches à l’arrière. Le rocher est intact autour de la niche = locus 56. En revanche, on distingue plusieurs dépressions irrégulières qui partent ou conduisent au locus 57 (fig. 221) et qui peuvent, à première vue, s’apparenter à de petits canaux creusés dans la surface du rocher. Pourtant, aucun d’entre eux ne communique véritablement avec le locus et le rocher présente partout en surface sur le site des irrégularités, de petites failles, qui sont des effets naturels de l’érosion. Cela semble être également le cas ici. Est‑ce que ces niches sont la trace de pratiques liées à un culte (au sens large) des morts ? Rien n’étaie, en tout cas, l’hypothèse d’une pratique répétée plutôt que d’un acte ponctuel.

Fig. 220 – Les deux niches en début de fouille, vues vers le nord. À l’arrière‑plan, on distingue les marches du dromos de la tombe 398.

Fig. 220 – Les deux niches en début de fouille, vues vers le nord. À l’arrière‑plan, on distingue les marches du dromos de la tombe 398.

Fig. 221 – Les deux niches après la fouille, vues vers le sud.

Fig. 221 – Les deux niches après la fouille, vues vers le sud.

Fig. 222 – Loci 56 et 57. Plan et coupes.

Fig. 222 – Loci 56 et 57. Plan et coupes.

locus 56

US : S5‑136 = S5‑144 (comblement du creusement, devant les pierres de fermeture de la niche) ; US S5‑143 (comblement de la niche).
Date de fouille : octobre 2014.
Datation : CC.

1404Le locus 56 dessine un rectangle d’orientation est‑ouest. La niche proprement dite ouvrait au sud. Elle était fermée par de petites pierres (des éclats bruts de havara) placées de chant, sans aucun liant (fig. 223). Ce mode de fermeture explique l’intrusion de quelques tessons, apportés par l’alluvionnement.

1405La niche a la forme d’un parallélépipède aux angles arrondis, étroit et peu profond (1 x 1,35 m, fig. 222). Les dépôts en place comprennent deux fragments de bronze et une cruche miniature Plain White (fig. 225).

Fig. 223 – Locus 56. Détail de la fermeture de la niche vers le sud.

Fig. 223 – Locus 56. Détail de la fermeture de la niche vers le sud.

Fig. 224 – Locus 56. La niche en cours de fouille, après enlèvement partiel des pierres de fermeture.

Fig. 224 – Locus 56. La niche en cours de fouille, après enlèvement partiel des pierres de fermeture.

Fig. 225 – Locus 56. Cruche KEF‑1415 en place dans la niche.

Fig. 225 – Locus 56. Cruche KEF‑1415 en place dans la niche.

Matériel

Comblement de la partie antérieure (alluvionnement)

= US S5‑136, S5‑144.

1406Le comblement était meuble, de couleur marron clair, avec des inclusions de rocher. Dans sa partie basse, il devenait blanchâtre : la surface du rocher s’est décomposée, formant une poudre de havara qui suggère que le creusement est resté quelque temps à l’air libre.

1407Le matériel recueilli est peu nombreux et très fragmentaire.

Céramique âge du Bronze

1408NR = 1 (White Slip).

Céramique importée

1409NR = 1 (anse de lampe attique importée).

Céramique décorée

Red Slip

1410NR = 2, NMI = 1 (bol CA).

Black-on-Red

1411NR = 1.

Bichrome

1412NR = 2.

White Painted

1413NR = 1.

Coarse Ware

1414NR = 1.

Amphores commerciales de type levantin

1415NR = 4.

Plain White

Formes fermées

1416NR = 20, NMI = 1 (amphorisque CC).

Formes ouvertes

1417NR = 28, NMI = 11 (assiettes à marli).

Dépôts en place dans la niche

= US S5‑143.

1418La niche était entièrement comblée d’un sédiment très fin, meuble. Les quelques tessons qu’on y a retrouvés sont probablement intrusifs : NR = 10 (1 bord de bol à paroi fine CA, 1 bord CW, 8 frg. PW).

1419Le seul élément datant est la cruche miniature Plain White, à corps globulaire, fond plat et ouverture ronde K14‑118 = KEF‑1415. Cette dernière est proche, par sa morphologie comme par les traitements de surface, du lot de cruches déposé dans les niches de la tombe 380, qu’on peut dater du ive s. av. J.‑C.

Matériel métallique

(par N. Denninger)

1420K14‑84 = KEF‑1221 (fig. 226). Frg. de bronze non identifiable.
Dim. : L. 1,3 ; l. 0,6.

1421K14‑117 = KEF‑1229 (fig. 226). Deux frg. jointifs d’un anneau en bronze. On possède une extrémité, un frg. manquant.
Dim. : ø restitué 1,2 ; ø tige 0,25.

Matériel céramique

1422K14‑118 = KEF‑1415 (fig. 226). Pâte beige, petites inclusions noires. Partie inférieure de la panse raclée. H. 12,6 ; ø 4,4.

Fig. 226 – Locus 56. Matériel.

Fig. 226 – Locus 56. Matériel.

locus 57

US : S5‑147 (comblement du creusement, devant les pierres de fermeture de la niche) ; US S5‑152 (comblement de la niche).
Date de fouille : octobre 2014.
Datation : CC II (ive s. av. J.‑C.).

1423La niche = locus 57 est située immédiatement à l’est de la précédente avec laquelle elle ne communique pas. Elle forme, en surface, un rectangle moins allongé qui lui est perpendiculaire (1,12 x 1 m). La niche proprement dite est localisée, comme la précédente, au sud du creusement. Elle était fermée par trois pierres placées de chant (des éclats de havara, comme dans la niche précédente), renforcées à l’avant par une série de pierres plus petites (fig. 227‑228). Deux vases étaient déposés dans le coin sud‑est (fig. 229). Ils permettent de dater le dépôt du ive s. av. J.‑C.

Fig. 227 – Locus 57. Vue de la niche vers le sud. Fermeture en place.

Fig. 227 – Locus 57. Vue de la niche vers le sud. Fermeture en place.

Fig. 228 – Locus 57. Détail de la fermeture de la niche après l’enlèvement du blocage de petites pierres.

Fig. 228 – Locus 57. Détail de la fermeture de la niche après l’enlèvement du blocage de petites pierres.

Fig. 229 – Locus 57. Vue du dépôt en place dans l’angle sud‑est de la niche.

Fig. 229 – Locus 57. Vue du dépôt en place dans l’angle sud‑est de la niche.

Matériel

Comblement de la partie antérieure (alluvionnement)

= US S5‑147.

1424Le sédiment, meuble, de couleur brune, avec de petites inclusions calcaires, contenait un matériel fragmentaire et rare, fait de tessons roulés et abîmés. Il s’agit vraisemblablement d’un alluvionnement naturel.

Céramique décorée

Red Slip

1425NR = 2.

Bols à paroi fine

1426NR = 3, NMI = 2.

White Painted

1427NR = 2.

Coarse Ware

1428NR = NMI = 1 (couvercle).

Plain White

Formes ouvertes

1429NR = NMI = 1 (assiette à marli).

Formes fermées

1430Amphores de type levantin : NR = 5.

1431Autres formes fermées : NR = 11.

Dépôts en place dans la niche

= US S5‑152.

1432Comme dans la niche précédente, le sédiment qui comblait la partie arrière du locus 57 était fin, sableux. Aucun tesson n’a été retrouvé. Le dépôt consiste en deux vases entiers : une cruche PW à corps piriforme et un bol peu profond à lèvre ronde.

1433K14‑119 = KEF‑1416 (fig. 230). Pâte beige, inclusions noires et rouges. Partie inférieure de la panse raclée. H. 13,9 ; ø 4,4.

1434K14‑120 = KEF‑1417 (fig. 230). Pâte beige, inclusions noires et rouges. Paroi extérieure raclée. H. 5,4 ; ø 10,6.

Fig. 230 – Locus 57. Matériel.

Fig. 230 – Locus 57. Matériel.

Fosses et dépressions dans le rocher

1435Plusieurs fosses et dépressions à la surface du rocher ont été mises en évidence au cours de nos fouilles. Dans la plupart des cas, l’absence de matériel archéologique en place empêche de décider s’il s’agit de structures antiques, contemporaines de la fréquentation de la nécropole, ou d’interventions plus récentes, liées à l’exploitation agricole de la parcelle (le lieu‑dit porte le nom de Pervolia = verger). On a, d’ailleurs, relevé plusieurs fois des traces d’utilisation d’outils mécaniques qui ont entamé la surface originelle du rocher (fig. 231), qui constituait le niveau de circulation antique.

1436Ces structures sont de deux types : des fosses circulaires et des dépressions de forme irrégulière, remplies de la même terre à brique rouge. On a vu, à propos de plusieurs dépressions remplies du même comblement, qu’elles étaient en place au moment de l’installation de plusieurs tombes : le dromos de la tombe 380 (ive s. av. J.‑C.) aboutissait à une dépression de ce type (locus 18) ; la plus grande partie du dromos de la tombe 396, de même date, était, quant à elle, taillée dans le comblement d’une dépression similaire (locus 16) ; la chambre de la tombe 397 (CA II-CC I ?) était partiellement creusée dans le même comblement, ce qui, ajouté à la présence du fossé = locus 23, a sans doute entraîné son effondrement rapide ; enfin, il en était de même pour la partie nord-est du dromos de la tombe archaïque 398 (locus 43).

  • 231 Hadjisavvas 2014, p. 3 : « The dromos had been filled with compacted earth, composed of a large pr (...)

1437Ces indices nous ont conduits à supposer que ce comblement de terre à brique rouge, particulièrement compact et dépourvu de matériel archéologique, pouvait être une formation naturelle qui comblait, par endroits, des dépressions naturelles du rocher. Une même interprétation n’est toutefois pas valable pour les fosses circulaires, qui, d’après leur forme régulière, sont des creusements. Ce type de sédiment, compact, de couleur rouge, n’est pas inconnu à Kition. Il a servi à fabriquer les briques utilisées dans l’élévation des bâtiments du Bronze récent de la ville, notamment la fortification. Des briques de même nature bouchaient, on l’a vu, le stomion de la tombe inachevée 401 (d’époque classique). Une même terre à briques rouge a également servi à combler le dromos de la tombe construite dite « Lefkaritis »231 (tombe datée du viiie s. av. J.‑C.). En l’occurrence, ce sédiment a forcément été apporté, et certainement choisi en raison de sa dureté, qui scellait en quelque sorte le tombeau.

1438Comblement naturel ou comblement apporté ? La question n’est pas vaine car elle induit une gestion du sol de la nécropole. Dans le premier cas, on tire parti, tant bien que mal, de la configuration naturelle du lieu ; dans le second, on « viabilise » un terrain pour permettre l’implantation d’une nécropole. Il est malheureusement impossible, dans cette dernière hypothèse, et en l’absence de matériel archéologique datant, de décider si les comblements des dépressions ont lieu en même temps (planification) ou s’ils ont lieu au coup par coup, au fur et à mesure de l’installation des tombes. Quoi qu’il en soit, et s’il s’agit bien d’un comblement volontaire, le dromos de la tombe 398 fournit un terminus ante quem au CA I pour la première opération de ce type.

Fig. 231 – Traces de machines agricoles à la surface du rocher.

Fig. 231 – Traces de machines agricoles à la surface du rocher.

Fosses circulaires

1439Trois fosses circulaires ont été mises au jour et entièrement ou partiellement dégagées dans la zone fouillée. Elles présentent des dimensions et un comblement presque similaires. Régulières et peu profondes (sauf le locus 68), elles étaient pleines d’une terre à brique rouge, très compacte. Le sédiment ne contenait aucun matériel archéologique permettant de les dater.

  • 232 Contrairement à ce qui a été observé, par exemple, dans la nécropole de Qaret al‑Toub, dans l’oasi (...)

1440Leur forme régulière et constante d’un exemple à l’autre interdit d’y voir des dépressions naturelles dans le rocher : il s’agit de creusements. On peut penser à des fosses de plantation, d’autant plus que la terre, riche en fer, est fertile (c’est celle des kokkinochoria de la région située à l’est de Larnaca, réputés pour leurs productions maraîchères). Mais on remarque qu’elles sont peu profondes et qu’aucun canal d’irrigation n’y débouche232. Par ailleurs, leur disposition dans l’espace paraît aléatoire : elles sont isolées les unes des autres sans former des alignements, comme on l’attendrait s’il s’agissait des traces d’exploitation d’un verger moderne. Par ailleurs, la nature du sédiment, similaire à celui qui comble certaines dépressions du rocher et dont on a pu montrer qu’il avait été mis en place avant l’installation de certaines tombes, invite à y voir une structure antique, contemporaine de l’utilisation de la nécropole.

  • 233 Buitron et Soren 1981, p. 102‑103.
  • 234 On remarquera cependant que les rondes « sacrées » autour d’un bosquet sont de l’époque archaïque, (...)

1441Une série de creusements dans le rocher, découverts dans le sanctuaire d’Apollon Hylatès à Kourion, ont été interprétés comme des fosses de plantation d’arbres233. À l’intérieur d’un enclos circulaire de 18 m de diamètre, 7 fosses avaient été creusées dans le rocher. Elles avaient environ 1 m de diamètre, comme nos fosses, mais elles étaient plus profondes : environ 1 m de profondeur. Selon les fouilleurs, on y avait planté des arbustes ou des palmiers (susceptibles de pousser dans des trous étroits). Des danses auraient eu lieu autour de ce bosquet sacré, évoquées par des représentations de terre cuite234. On ne sait rien du comblement des fosses elles‑mêmes, qui ne semblent pas voir livré de matériel.

  • 235 Voir en particulier le site de l’âge du Fer de Kephala, en Crète : D’Agata 1997‑2000, avec référen (...)

1442On peut aussi imaginer que ces trous dans le rocher aient été liés à des pratiques spécifiques, accomplies par la famille du défunt, au moment de l’inhumation ou lors de la visite des tombeaux. On connaît des exemples, en contexte d’habitat ou de sanctuaire, de fosses de dimensions voisines235. Mais ces dernières sont généralement remplies de matériel (fragments céramiques et ossements animaux) qui témoigne des activités qui ont conduit à leur constitution. Rien de tel dans la nécropole de Pervolia où rien n’atteste la pratique de banquets funéraires.

  • 236 Tricoche 2009.

1443Il est donc bien difficile de décider de la fonction de ces fosses, vraisemblablement antiques. Quoi qu’il en soit, l’existence de jardins funéraires, documentée par des sources diverses, est bien connue dans l’Antiquité236.

Locus 14

US : S4‑25.
Date de fouille : octobre 2012.
Datation : ?

1444La fosse = locus 14 est située dans la partie nord‑ouest de la zone fouillée, au nord du dromos de la tombe 381 (dont la chambre se situait au sud). Le creusement a la forme d’un cercle régulier (1 m de ø ; 0,15 m de profondeur, fig. 232).

Fig. 232 – Locus 14.

Fig. 232 – Locus 14.

Locus 30

US : S5‑107.
Date de fouille : octobre 2014.
Datation : ?

1445La fosse, située au nord du dromos de la tombe 407, est similaire en tous points à la précédente (1 m de ø ; 0,22 m de profondeur, fig. 233).

Fig. 233 – Locus 30.

Fig. 233 – Locus 30.

Locus 68

US : S5‑155.
Date de fouille : octobre 2014.
Datation : ?

1446La fosse, également circulaire (1 m de ø environ) se trouve dans la partie sud de la zone fouillée, près du « fossé » = locus 23 (fig. 234). Elle est semblable, en surface, aux précédentes, mais le creusement est apparemment plus profond. Son comblement n’a pas été entièrement fouillé (arrêt à 0,50 m de profondeur).

Fig. 234 – Locus 68. À dr., « fossé » = locus 23.

Fig. 234 – Locus 68. À dr., « fossé » = locus 23.

Dépressions dans le rocher

1447On renvoie, pour les dépressions = loci 16, 18 et 43 aux tombes auxquelles elles sont associées (respectivement tombes 396, 380 et 398), avec lesquelles ces loci ont été étudiés.

1448Les structures qu’on présente ci‑dessous sont des dépressions irrégulières dans la surface du rocher qu’on a repérées lors du décapage de surface et auxquelles on a attribué un numéro de locus. Elles n’ont été que partiellement fouillées. Dans bien des cas, faute d’exploration plus poussée, leur interprétation ne peut pas être établie.

Locus 31

Non fouillé.
Date de découverte : octobre 2013.
Datation : ?

1449Le locus 31 est une dépression de forme irrégulière, dont on n’a dégagé que l’emprise sud (sur 5,7 m d’est en ouest et 1,8 m du sud au nord, fig. 235) : ses limites nord ne sont pas connues. On s’est contenté de mettre en évidence ses contours, jusqu’à la couche de comblement rouge et compact de terre à brique. Il s’agit probablement d’une dépression naturelle du rocher, comme les loci 16, 18 et 43, qui a été comblée, comme ces derniers, de façon naturelle ou anthropique. On n’a cependant décelé aucune trace de tombe dans ou à proximité immédiate de la petite portion dégagée.

Fig. 235 – Locus 31 vu depuis la limite nord de la fouille. À dr., fosse circulaire = locus 30. Au fond, « fossé » = locus 23 et extrémité est du locus 29 (= dromos de la tombe 407).

Fig. 235 – Locus 31 vu depuis la limite nord de la fouille. À dr., fosse circulaire = locus 30. Au fond, « fossé » = locus 23 et extrémité est du locus 29 (= dromos de la tombe 407).

Locus 51

Non fouillé.
Date de découverte : octobre 2014.
Datation : ?

1450Le locus 51 est également une dépression de forme irrégulière, située aux limites nord‑est de la fouille (fig. 236). Seule son emprise ouest a été mise en évidence (sur 2,2 x 1,3 m) ; son extension vers l’est n’est pas connue. Il n’a pas été fouillé. On a recueilli dans la couche de surface 7 tessons, tous de fabrique Red Polished du Bronze moyen.

1451Sa relation avec le locus 53, fosse rectangulaire qui a été taillée dans son comblement, n’apparaît pas clairement.

Locus 53

US : S5‑140, S5‑162.
Date de fouille : octobre 2014.
Datation : ?

1452Le locus 53 est une fosse, de forme rectangulaire, creusée dans le comblement du locus 51 (fig. 236). Il est certain qu’elle est de nature anthropique. Elle était comblée d’une terre de couleur marron, assez meuble, avec des inclusions calcaires. On y a retrouvé des tessons datant de l’âge du Bronze à la période romaine tardive. La fouille s’est arrêtée à un niveau arbitraire, avant que son fond ne soit atteint. Il est difficile de décider s’il s’agit d’un creusement moderne, qui aurait été progressivement comblé par alluvionnement, ou d’une structure antique. Quoi qu’il en soit, il paraît peu probable que la fosse soit en rapport avec l’utilisation de la nécropole, et il est certain qu’elle ne correspond pas au creusement d’un dromos.

Locus 54

Non fouillé.
Date de découverte : octobre 2014.
Datation : ?

1453Le locus 54 est une dépression dans le rocher, de forme irrégulière, située dans l’angle nord‑est de la zone fouillée (fig. 236). On n’en a dégagé qu’une partie (elle se poursuit vers le nord et l’est), en surface, sans atteindre les couches en place de son comblement.

Fig. 236 – Locus 51 vu depuis l’est. À dr., dépression = locus 54 ; à g., locus 53 (premier plan) puis locus 51 (second plan).

Fig. 236 – Locus 51 vu depuis l’est. À dr., dépression = locus 54 ; à g., locus 53 (premier plan) puis locus 51 (second plan).

Notes

1 Hadjisavvas 2012, p. 3‑6.

2 L’équipe de fouilles a compris, outre trois ouvriers, sous la direction d’A. Savvas, A. Cannavò, N. Delhopital, N. Denninger, S. Fourrier, Ph. Hadjittofis, E. Joakim, P. Maillard, C. Papadopoulou, A. Rabot, M. Thomassin, Pr. Vareilles, M. Vrachnou.

3 Voir le relevé général publié par Nicolaou 1976, p. 174, fig. 34 et p. 181.

4 L’orientation des tombes n’est pas indiquée dans le relevé publié par Nicolaou 1976 ; elle est cependant systématiquement reportée sur le dessin original, que suit la fig. 4 de l’introduction de la première partie.

5 Pour ces appellations locales, voir déjà SCE I, p. xvii, et Hadjisavvas 2012, p. 7.

6 Identifié par A. Gardeisen.

7 Comparer avec Karageorghis 1996, pl. XLVI, 5‑6 et 9 ; pl. XLVII, 1.

8 Sur ce type de brûle‑parfum, d’origine levantine, particulièrement commun à Kition, en particulier dans les sanctuaires, voir KB VI, p. 45, n. 22 et Uziel et Gadot 2010.

9 C’est le terme proposé pour désigner des vases à décor peint uniquement en rouge : Fourrier 2014, p. 137. Ce mode de décor paraît d’origine levantine. Il est employé, à la fin de l’archaïsme et au CC I, dans le répertoire d’Amathonte et, surtout, de Kition.

10 Ce type, sous forme d’importations (céramiques dites autrefois « de Samarie ») ou d’imitations locales, est attesté à Kition dès le Chypro-Géométrique III et il reste décliné, en fabriques BoR ou RS, pendant tout l’âge du Fer, jusqu’au début du CC I : voir KB VI, p. 131 avec références. Il en est de même pour le type suivant, à panse carénée.

11 Ce genre de niche, creusée dans les parois latérales ou dans celle du fond de la chambre, est assez bien documenté ailleurs, par exemple dans les nécropoles classiques et hellénistiques de Tsambres et d’Aphendrika, dans le Karpass : Dray et Du Plat Taylor 1937‑1939, p. 28‑29. Dans de nombreux cas, la niche contenait encore une lampe-coupelle, ce qui assure son identification.

12 Identification A. Gardeisen.

13 Pogiatzi 2003, p. 29‑39.

14 Deshayes 1963, p. 24. Selon le fouilleur, elles « indiquaient à la surface du sol l’emplacement des différents dromoi, en vue de cérémonies funèbres aussi bien que d’inhumations ultérieures ». Cette interprétation n’est pas satisfaisante pour Pervolia, où l’on a pu démontrer que les dromoi restaient ouverts tant que le cycle d’utilisation de la tombe n’était pas clos.

15 Fourrier et Hermary 2006, p. 55‑56.

16 Identification effectuée par A. Gardeisen.

17 Sur cette fabrique et ses ressorts techniques, voir Daniel et al. 2007, p. 40‑44.

18 Voir aussi, pour l’ensemble du matériel faunique de la tombe, Gardeisen et Fourrier 2014.

19 Harris 1978.

20 Vigne et al. 2011.

21 Davis 1977 et 1981 ; Dayan et al. 1989 et 1992 ; Onar, Belli et Owen 2005.

22 Davis 1989 ; Vigne et Guilaine 2004.

23 Dayan et al. 1989.

24 Davis 1977 et 1981.

25 P. Croft dans Karageorghis et Raptou 2014, p. 163.

26 Dray et Du Plat Taylor 1937‑1939, p. 40 (tombe 12). Il est plus difficile de se prononcer à propos du squelette de « chien » qui, selon les fouilleurs suédois, aurait été placé près du genou gauche d’un défunt, dans une tombe tardo-classique de Marion-Kaparka (SCE II, p. 241, tombe 22).

27 Voir aussi Gardeisen et Fourrier 2014.

28 Fick 1974 ; Tomek et Bochenski 2009.

29 17,2 mm pour notre spécimen ; 14,8‑17,6 mm pour Anser anser et 14,5‑16,0 mm pour Anser brachyrhynchus.

30 En l’absence de données de comparaison d’origine archéologique, on ne peut malheureusement pas estimer les variations intraspécifiques de l’espèce en Méditerranée orientale et pour la période donnée, fût‑elle élargie à toute l’Antiquité.

31 Gardeisen et Fourrier 2014, p. 315‑316 ; pour les représentations d’oies dans le monde grec classique, voir Villing 2008.

32 Morel 2010, p. 65‑69 et Le jeune homme de Byrsa, 2010, p. 35‑55. D’après l’analyse des ossements animaux, l’animal avait été maintenu en captivité jusqu’à son abattage. Merci à H. Dridi de cette référence.

33 Hadjisavvas 2012, p. 7 (tombe 1) ; p. 149 (tombe 49 : les blocs étaient placés sur les trois côtés de la chambre, là où les trois restes squelettiques ont été retrouvés) ; p. 181 (tombe 54) ; p. 196‑197 (tombe 60). À Mnimata comme à Pervolia, cependant, ce type d’aménagement n’est pas systématique.

34 Selon S. Hadjisavvas (2012, p. 92), toutefois, les dalles de gypse, qu’on retrouve dans la chambre de certaines tombes classiques, ne seraient pas des supports mais des « substituts de sarcophage ».

35 Cette encoche servait sans doute à faciliter la manipulation du bouchon. D’autres exemples présentent un trou central : Yon et Callot 1987, pl. LIII (bouchon découvert dans une tombe de la fin de l’époque classique de Kition-Agios Georgios).

36 Les deux types sont attestés dans les tombes classiques de Kition-Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 26, fig. 12, tombe 8/n° 1 (type à décrochement) et p. 34, fig. 16, tombe 11/n° 27b (type circulaire). Ces deux bouchons étaient associés à des amphores commerciales de type levantin.

37 Denti 2013, p. 105, avec références. Pour Chypre : Raptou 1997, p. 235 (nécropole classique de Marion).

38 Murail et al. 2005.

39 Ledermann 1969.

40 On trouve ainsi des tombes d’immatures en enchytrismes à l’intérieur de l’espace urbain, du moins aux xiexe s. av. J.‑C. Un exemple du xie s. est connu à Kition-Bamboula (KB III, p. 29). Une série, datable des xiexe s., a été mise au jour à Salamine, près du rempart méridional : Calvet 1980.

41 Ainsi à Salamine-Cellarka où, à partir de l’époque archaïque, les enfants étaient inhumés dans des amphores enterrées dans la partie supérieure du comblement du dromos : Karageorghis 1970, p. 231‑232.

42 Ainsi des dépouilles d’enfants placées dans des niches creusées dans les parois du dromos : à Lapithos-Kastros (SCE I, p. 234‑240, Tombe 420) et à Salamine-Cellarka (Karageorghis 1970, p. 137‑138, Tombe 89A).

43 Analyse de K. Lorentz, dans Flourentzos 2011, p. 61‑76.

44 Voir, par exemple, Blaizot, Alix et Ferber 2003. Il convient également de mentionner la découverte exceptionnelle d’une nécropole en enchytrismes de périnataux à Astypalée : Michalaki-Kollia 2010 (plus de 2750 enchytrismes recensés avant la fin de la fouille).

45 Crubézy et al. 1999, p. 68‑70.

46 C’est ce que montre très bien le trou découvert lors de la fouille d’un dromos inachevé (locus 32 = 42, infra) : il s’agit d’un puits étroit qui descend verticalement juste devant le stomion, puis fait un coude à angle droit pour permettre au pilleur de dégager et de briser un coin de la dalle de fermeture de la chambre. Le puits était rempli de déchets divers : il avait servi de poubelle et s’était comblé progressivement.

47 La fouille était particulièrement difficile tant le sédiment était compact : elle a été arrêtée de manière arbitraire à environ 0,60 m de profondeur.

48 Sur les figurines et amulettes égyptisantes découvertes à Chypre, voir E. Fontan et H. Le Meaux, dans Caubet et Pierrat-Bonnefois 2005, p. 125‑128 ; sur leur utilisation, voir E. Lagarce, dans Kition II, p. 171‑174, fig. 8‑14.

49 Martinez, Takashina et Miura 2013, p. 109, n° 93.

50 Derriks et Delvaux 2009, p. 238‑239.

51 Pour un autre exemplaire du même type, voir la vente du jeudi 17 juin 2010 à 14h, chez Drouot Montaigne, par Pierre Bergé et Associés. Voir aussi Clerc 1991, p. 62‑63, T. 225/44 et 45 ; p. 73, T. 242/18.2 et 19 ; p. 83, T. 296/1 et commentaire p. 111.

52 Fourrier 2014, p. 148‑149 (type B.1.1).

53 Par exemple dans la nécropole de Kition-Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 16, fig. 7 (Tombe 3, n° 9) ; p. 46, fig. 22 (Tombe 14, n° 10) ; p. 58, fig. 29 (Tombe 17, n° 1) ; p. 81, fig. 43 (Tombe 26, n° 1) ; p. 84, fig. 44 (Tombe 27, n° 1) ; p. 143, fig. 81 (Tombe 45, n° 10) ; p. 199, fig. 118 (Tombe 61, n° 2) ; p. 207, fig. 122 (Tombe 62, n° 65). Gjerstad place le type dans ses classes VI et VII : SCE IV/2, fig. LXII, 8‑9 et fig. LXIX, 2.

54 Par exemple dans les tombes de Kition-Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 46, fig. 22 (Tombe 14, n° 2) ; p. 129, fig. 73 (Tombe 41, n° 1). Gjerstad recense le type dans ses classes VI et VII : SCE IV/2, fig. LXII, 4‑5 et fig. LXVII, 27. Ce type est le plus souvent mono‑ansé, mais quelques exemples sont munis de deux anses (Hadjisavvas 2012, p. 63, fig. 33 : Tombe 18, n° 4 ; p. 216, fig. 127 : Tombe 63, n° 1). L’état de conservation de K02‑65 ne permet pas d’en décider.

55 Voir, par exemple, les statuettes de calcaire de la collection Cesnola, à New York : Hermary et Mertens 2014, n° 252‑272.

56 Information communiquée par Silvia Païn, restauratrice au Service Archéologique Départemental des Yvelines, lors d’une formation : l’oxydation du bronze protège la dégradation du textile qui est en contact avec lui, en empêchant les micro-organismes de s’y attaquer. Voir Païn 2015, p. 42. Plusieurs objets de cette étude ont conservé des traces de fibres : outre KEF‑1166, il s’agit de KEF‑1191, KEF‑1196, KEF‑1197, KEF‑1224 et KEF‑1225.

57 Par exemple parmi le matériel déposé dans les chambres de la nécropole de Kition-Mnimata : Fourrier 2014, p. 142, type A.1.1.

58 Outre la douzaine d’anneaux KEF‑1167 trouvés dans la niche, six autres groupes ont été découverts dans des chambres funéraires. Tombe 396 : KEF‑1176 (3 anneaux) et KEF‑1181 (3 anneaux) ; tombe 397 : KEF‑1191 (au moins 2 anneaux, sous un humérus et sous des phalanges ; restes textiles), KEF‑1193 (8 anneaux, près des crânes 1 et 2), KEF‑1194 (5 anneaux dont un avec une perle, sous le crâne 2), KEF‑1197 (5 anneaux sous le crâne 3 ; restes textiles). Les anneaux sont de forme circulaire ou ovale, et de dimensions comprises entre 1,3 et 1,9 cm (diamètre) et 0,1 et 0,2 cm (épaisseur de la tige).

59 Laffineur 1992, p. 2. Un anneau en bronze isolé de la chambre de la tombe 396 est sûrement une bague : il a été retrouvé autour d’une phalange de main : K13‑134 = KEF‑1211.

60 Hadjisavvas 2012, p. 32, fig. 15 (n° 16) ; p. 36, fig. 17 (n° 29) ; p. 86, fig. 45 (n° 27/43) ; p. 99, fig. 54 (n° 23) ; p. 115, fig. 65 (n° 18) ; p. 131, fig. 74 (n° 22) ; p. 157, fig. 91 (n° 11) ; p. 213, fig. 125 (n° 87).

61 Hadjisavvas 2012, p. 103‑105 (tombe 32) ; p. 188‑190 (tombe 55) ; p. 190 (tombe 56) ; p. 193 (tombe 58). Les deux dernières tombes étaient scellées par une dalle de gypse, mais elles étaient vides : elles n’ont apparemment jamais été utilisées.

62 Kition VI, p. 18, 7 et 13, pl. CXX (et commentaire p. 56 : « The miniature bowls Bothros 5/7 and 13 may possibly be votives ») ; p. 24, 18 et pl. CXXIV ; p. 34‑35, 3, 14 et 29 et pl. CXXIV ; p. 38, 6 et pl. CXXXIII ; pl. CXXXVIII, Room 37+37A/8 et 3617.

63 Kition VI, pl. CXLIX, 3692 (Bothros 17, attribué au Floor 2A) ; pl. CLIII, 3753 et 3760 (Bothros 6A, Floors 2A‑2).

64 Kition VI, pl. CLVIII, 867 ; pl. CLXXI, 2068, 2069 et 2081 ; pl. CLXXVI, 3571, 3699, 3567 et 3582 (Floor 2) ; pl. CLXXVI, 955 (Floors 2‑1) ; pl. CLXXIX, 920 et 873 (Floor 1).

65 Hadjisavvas 2012, p. 107, fig. 61, n° 16 (tombe 33) ; p. 109, fig. 63, n° 7 (tombe 35). Il s’agit bien de bols miniatures et non pas de puisettes, comme la description le suggère.

66 KB IV, p. 339, n° 843 (KEF‑55), fig. 264 et 266 : « petit cône creux en forme de cupule ». Il a été découvert dans la fosse 113.

67 Ainsi un bol miniature en faïence dans un dépôt de fondation du palais hyksos d’Avaris, dans le Delta égyptien : Forstner‑Müller 2015, p. 533, n° 9196. Plus près de notre exemple, on peut mentionner un bol miniature en argent, découvert dans un niveau du Floor 3 du Temple 1 de Kition‑Kathari : Kition VI, p. 12 et pl. CXVI, 1907.

68 Matthäus 1985, p. 114‑115 et pl. 19, n° 330 : Louvre MNB 84 (ancienne collection Colonna-Ceccaldi, d’Idalion).

69 D’autres bracelets présentent cette même particularité : KEF‑1203, KEF‑1182, KEF‑1183, KEF‑1196 (en bronze ; plus épais du côté opposé à l’ouverture), KEF‑1184 et KEF‑1224 (en bronze, pas d’ouverture), KEF‑1178 (en fer, pas d’ouverture) : est‑ce dû à la corrosion du métal ou est‑ce une caractéristique morphologique de ces objets ? L’absence de restauration empêche, pour le moment, d’en décider. La dissymétrie indique en tout cas qu’il ne s’agit pas de bracelets dont les deux extrémités sont en forme de tête animale (le plus souvent un serpent). On remarquera qu’un même renflement est visible sur quelques bracelets découverts dans la nécropole de Kition-Mnimata : par exemple, Hadjisavvas 2012, p. 11, fig. 4 (n° 31) ; p. 42, fig. 20 (n° 22).

70 Pour ce qui est de la nature du matériau, il est identique à celui des boucles d’oreille KEF‑1225.1, KEF‑1227 et KEF‑1231 ; sa couleur et sa densité font penser à du fer, mais avec un aspect particulier qui nous avait fait l’identifier comme du plomb lors de la découverte (pour KEF‑1227 en tout cas). On peut exclure ce dernier (le plomb) en raison du poids des objets, ainsi que l’or et les alliages cuivreux, en raison de la couleur du métal. L’argent, quand il est oxydé, peut avoir cet aspect, ce que confirme le rapprochement avec des boucles d’oreilles similaires provenant de la collection Cesnola et conservées au Metropolitan Museum de New York (inv. 74.51.3223, 3225 et 3226). La boucle d’oreille KEF‑1213, de même type, est quant à elle en bronze.

71 Laffineur 1986, p. 89‑90 ; Laffineur 1992, p. 4‑5 (types j et k).

72 Hadjisavvas 2012, p. 14, fig. 6 (n° 22) ; p. 32, fig. 15 (n° 24, 25 et 27) ; p. 36, fig. 17 (n° 28) ; p. 42, fig. 20 (n° 42) ; p. 77, fig. 41 (n° 35a‑j) ; p. 91, fig. 47 (n° 22) ; p. 99, fig. 54 (n° 23, 33 et 42) ; p. 107, fig. 61 (n° 18 et 20) ; p. 131, fig. 74 (n° 34‑35) ; p. 157, fig. 91 (n° 11) ; p. 166, fig. 97 (n° 47 et 62) ; p. 179, fig. 104 (n° 50, 53 et 64) ; p. 187, fig. 108 (n° 15a‑b, 33 et 47) ; p. 213, fig. 125 (n° 64e et 89).

73 Hadjisavvas 2014, p. 22, fig. 24c.

74 Voir notamment Herscher 1988 et Kition V.

75 Identifié par A. Gardeisen.

76 Pour ce type, voir en dernier lieu A. Caubet dans KB VI, p. 240‑241. Surtout connu parmi le matériel des sanctuaires kitiens, le type est également attesté sporadiquement dans les tombes : on signalera en particulier des figurines déposées dans la chambre de tombes classiques de Mnimata (Hadjisavvas 2012, p. 84‑85, n° 38 ; p. 182‑183, n° 1 et 7 ; p. 210‑211, n° 45).

77 Georgiadou 2012, p. 330 et p. 342, fig. 5 ; Georgiadou 2014, p. 378.

78 1 frg. de lampe-coupelle PW, 1 bol RS, 13 frg. d’amphore commerciale de type levantin, 2 frg. de CW, 1 frg. de bol et 10 frg. de cruches PW.

79 Identification effectuée par A. Gardeisen.

80 Comparer avec la tombe 9 de Kition-Mnimata, qui n’a livré que des cruchons de ce type et une lampe-coupelle (Hadjisavvas 2012, p. 27‑29), la tombe 20 (Hadjisavvas 2012, p. 67‑69, tombe complexe avec deux chambres successives et un sarcophage en pierre, autre indice chronologique de datation basse), la tombe 38 (Hadjisavvas 2012, p. 118‑123, avec une datation certainement trop haute), les tombes 45 et 48 (Hadjisavvas 2012, p. 142‑144 et p. 146‑149, qui contenaient également des lampes fermées de type grec : la datation de la tombe 48, donnée dans ce volume de la publication, est sans doute trop haute).

81 Un exemplaire fragmentaire a été recueilli dans le comblement du dromos de la tombe 380 (K02‑117, fig. 62), qu’on a daté du ive s. av. J.-C.

82 Hadjisavvas 2012, p. 244, fig. 144 et p. 249 (tombe 9) ; p. 24‑252 et p. 251, fig. 148 (tombe 10).

83 Identifications et commentaire dus à A. Gardeisen.

84 Pour les découvertes de la nécropole de Kition-Mnimata, voir D.S. Reese, dans Hadjisavvas 2014, p. 193‑199.

85 Sur les figurines de Shou, le disque solaire n’est pas toujours représenté et il ne l’était peut‑être pas ici. Voir Clerc 2014, p. 62, n° 17 (le disque n’est pas représenté), et p. 66, n° 32, où le disque est représenté (l’auteur souligne le caractère exceptionnel de cette représentation).

86 Au Musée de Besançon est conservée une amulette (n° inv. 950.2.4) que caractérise le même contraste entre partie lisse et quadrillée (mais en l’occurrence inversées) et qui représente clairement un gland : Loin du Sable, p. 119, n° 168 ; pour une amulette similaire à la nôtre (mais sans identification), voir http://www.catherine-charbonneaux.com/cat/2001/20010607/page3.htm. Serait‑ce le fruit du balanite (dattier du désert, Balanites aegyptiaca) ou le fruit du perséa (avocat), qui peuvent avoir un aspect granuleux ?

87 Pour la méthode de description des scarabées et le vocabulaire employé, voir Kition II, p. 22.

88 Un exemplaire du même type sur lequel les détails sont plus lisibles est conservé à Besançon (n° inv. D.890.1.39 bis), voir Loin du Sable, p. 107, n° 143. Pour d’autres exemplaires provenant de Kition, voir Clerc 2014, p. 122.

89 Pour une perle similaire, découverte dans la tombe construite MLA 1742 (datée du Chypro-Archaïque I), voir Hadjisavvas 2014, p. 19, fig. 24a (n° 17) et p. 20, n° 17.

90 Les restes du troisième anneau sont disposés en cercle sur la photographie, mais la disposition des fragments n’est pas assurée.

91 Pour cette interprétation des clous isolés en contexte funéraire, voir Alfayé Villa 2010. Merci à Maria Socratous de cette référence.

92 Pour le type, Salamine VII, p. 36‑40, pl. 55 ; pour les trouvailles de Salamine : Salamine I, p. 33‑35, pl. II.

93 Voir Howland 1958, p. 72‑74 (type 25B).

94 KB II, p. 50‑53.

95 Kition VI, pl. CLXXVI, 3551, 4137 ; pl. CLXXXII, 4720 ; pl. CLXXXVI, 4014 ; Oziol 2003, pl. 14.

96 Hadjisavvas 2012, p. 58‑59, n° 36 (tombe 17, dont la dernière utilisation est datée du ive s. av. J.‑C.) ; p. 63‑64, n° 6 (tombe 18, de même date) ; p. 143‑144, n° 18 (tombe 45, de même date) ; p. 216‑217 (tombe 63, de la seconde moitié du ive s. av. J.‑C.).

97 Hadjisavvas 2012, p. 240, fig. 142, n° 2 (tombe 6) ; p. 242, fig. 143, n° 14 (tombe 5) ; p. 244, fig. 144, n° 2 (tombe 7). Toutes les tombes datent de la fin de l’époque classique et du début de l’époque hellénistique (seconde moitié du ive s. av. J.‑C.).

98 Yon et Callot 1987, p. 161, p. 162, fig. 10 et pl. LII. La tombe (MLA 1152) est datée par ses fouilleurs de la fin du ive s. av. J.‑C.

99 Scheuer et Black 2000.

100 Moorrees, Fanning et Hunt 1963 ; Uberlaker 1979.

101 Maresh 1970.

102 En utilisant la méthode de Trotter 1970. Comme cette méthode repose sur une différenciation selon le sexe (qu’on n’a pas pu obtenir pour les individus de la tombe 396), on a fait la moyenne entre les estimations proposées pour chaque sexe.

103 Les squelettes 18, 19, 21 et 24 ont été fouillés après mon départ : leur localisation repose sur les observations des fouilleurs, les photographies prises au moment de la fouille et l’appariement des pièces osseuses fait durant l’étude post‑fouille. Elle demeure approximative.

104 Âge estimé selon la méthode de Maresh 1970.

105 Voir, par exemple, des statuettes de la collection Cesnola à New York (Hermary et Mertens 2014, n° 252, 261, 264, 271 et 272) et un exemplaire mis au jour lors des fouilles de la zone des temples de Kition-Kathari (Kition VI, pl. CIX, 151).

106 Voir les exemples de la collection Cesnola à New York : Hermary et Mertens 2014, n° 252‑254, 257‑262, 265, 268, 271‑272.

107 Âge déterminé selon la méthode d’Uberlaker 1979 et de Moorrees, Fanning et Hunt 1963.

108 Estimation selon la méthode de Scheuer et Black 2000.

109 Âge estimé d’après la méthode de Moorrees, Fanning et Hunt 1963.

110 Âge estimé d’après la méthode d’Uberlaker 1979.

111 Âge estimé d’après la méthode de Moorrees, Fanning et Hunt 1963.

112 Un bon parallèle existe dans la nécropole voisine de Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 51, fig. 25 (tombe 16, qui mesure 4,70 m de long et dont l’utilisation est datée par le fouilleur entre le viie s. av. J.‑C. et le début du ve s). Quelques tombes de Kition‑Agios Prodromos possèdent également un caveau de forme rectangulaire avec un loculus (Hadjisavvas 2012, p. 236, fig. 138), mais leur morphologie générale est différente : le loculus a des dimensions voisines de celles de la chambre et on peut se demander s’il ne s’agit pas d’une variante du type à deux chambres successives, majoritairement attesté dans cette nécropole. C’est d’ailleurs ce que suggère le fouilleur : « In fact the architecture of the tomb is quite similar to that of the previous type with two chambers (…), but without the connecting passage between the two chambers » (Hadjisavvas 2012, p. 241). Enfin, certaines tombes fouillées en 1958 dans la nécropole de Pervolia ont un plan rectangulaire, mais sans loculus : Nicolaou 1976, p. 180, fig. 40.

113 Nicolaou 1976, p. 170, fig. 33 : tombe n° 18/27 (dont la date n’est pas précisée). On distingue deux loculi, l’un placé au fond de la chambre et décentré, dans le prolongement de la paroi est ; l’autre placé dans l’extrémité est de la paroi sud.

114 Dans certaines tombes de Salamine-Cellarka, des empreintes dans le sol montraient la présence de couches en bois munies de pieds, similaires à celles de pierre attestées par ailleurs dans la nécropole : Karageorghis 1970, p. 47.

115 Notamment à Amathonte où les sarcophages sont généralement munis de pieds : voir Hermary 1987, p. 63‑66. Le trait est plus rare à Kition : on peut toutefois citer le coffre simple en gypse récemment découvert avec un sarcophage anthropoïde et un sarcophage architectural (nécropole de Sotiros) : Georgiou 2009, p. 115, fig. 2.

116 Un anneau présentant un dispositif similaire, bien qu’avec des matériaux différents (anneau en or et perle en cristal de roche), est conservé au Metropolitan Museum (n° 74.51.3619). On en connaît d’autres exemples à Kition : voir Hadjisavvas 2012, p. 32, fig. 15 (n° 16), où un coquillage est passé dans l’anneau.

117 SCE IV/2, fig. XLIX, 14‑15 (cruches Bichr. V) ; fig. LVIII, 9 et 11 (cruches WP VI) ; fig. LIX, 7 (cruche Bichr. VI).

118 Le mauvais état de conservation des ossements n’a pas permis de prendre des mesures susceptibles de livrer des indications concernant la stature des individus ou leur sexe.

119 Nicolaou 1976, p. 175, fig. 35 (tombe 1).

120 Tombe à chambre double 1989/6 : Hadjisavvas 2012, p. 227‑235.

121 Nicolaou 1976, p. 190, fig. 43 (tombes n° 1 et 3, datées respectivement de l’époque archaïque et du Chypro-Géométrique I).

122 Voir la tombe MLA 1742 : Hadjisavvas 2014, p. 1‑13.

123 Nous remercions vivement les services compétents du Musée de Larnaca, en particulier G. Nicolaou pour l’aide apportée pour la consolidation de la tombe 398, qui en a permis la fouille.

124 La situation est toutefois beaucoup plus compliquée que dans la tombe contemporaine 1989/6 de Mnimata (Hadjisavvas 2012, p. 227‑235), avec laquelle elle entretient, par ailleurs, de nombreuses ressemblances. Dans la tombe de Mnimata, un corps était déposé sur une plaque de gypse dans la chambre (inhumation primaire dans une position contrainte qui suggère un contenant souple et étroit), un autre dans une amphore placée dans l’antichambre (réduction).

125 Cette dernière US correspond au comblement tassé contre la dalle de fermeture de la chambre, de même nature que celui qui remplissait le dromos.

126 KB VI, p. 130‑139.

127 Voir les remarques proposées, à propos des assemblages du sanctuaire de Kition-Bamboula, dans KB VI, p. 122 et 133.

128 Les importations paphiennes sont bien attestées, dans les mêmes fabriques, dans les niveaux datables de la fin de l’époque géométrique et du tout début de l’époque archaïque du sanctuaire de Kition-Bamboula : voir KB VI, p. 129. Sur le rôle des ateliers paphiens dans la création et la diffusion de ces fabriques à la fin de l’époque géométrique, voir Georgiadou 2014, p. 383‑384.

129 Identification due à A. Gardeisen.

130 Myres 1897, p. 164‑169. Voir en dernier lieu KB VI, p. 244‑245, pour les découvertes du sanctuaire de Kition-Bamboula.

131 SCE IV/2, fig. XXXIX, 13‑15 (BoR) et fig. XLII, 4‑5 (Bichr.R.).

132 SCE IV/2, fig. XXXIX, 21. Voir également un alabastre des fouilles Ohnefalsch-Richter à Tamassos : Buchholz 2010, p. 322, fig. 175b et f et le commentaire général de K. Nys : Buchholz 2010, p. 696‑698.

133 Il s’agit d’un M assez développé, avec le trait horizontal quasiment effacé : cette lecture est due à M.G. Amadasi Guzzo, que nous remercions de ses précieuses remarques.

134 Ils sont particulièrement caractéristiques des niveaux du CA I : voir, à propos des assemblages du sanctuaire de Kition-Bamboula, KB VI, p. 131 (avec références).

135 Pour un bel exemple à fond incisé de Bamboula : KB VI, p. 131, cat. n° 1‑169, p. 215, fig. 31. Les deux variantes décoratives sont attestées parmi le matériel déposé dans la chambre de la tombe 398 : K14‑54 = KEF‑1401 (décor incisé, fig. 138) ; K14‑45 = KEF‑1402 et K14‑55 = KEF‑1403 (décor réservé, fig. 138 et 145).

136 Sur cette catégorie, bien attestée dans les niveaux du CA I de Kition comme d’Amathonte (et dans d’autres répertoires régionaux), voir Fourrier et Hermary 2006, p. 61‑63.

137 Fourrier et Hermary 2006, p. 55‑56.

138 Sur ce type, voir Fourrier et Hermary 2006, p. 63, avec références.

139 Núñez 2004a et b.

140 Karageorghis 1970.

141 Hadjisavvas 2012, p. 227‑235.

142 Hadjisavvas 2012, p. 235.

143 Laffineur 1991, p. 171‑174. Mais la perle centrale est généralement circulaire sur les figurines.

144 La boucle d’oreille a été retrouvée avec des éléments de collier : on peut donc s’interroger sur son utilisation. De fait, plusieurs boucles en sangsue à pendentif en clou ont été découvertes avec les éléments d’un collier dans une tombe de la colline de Junon, à Carthage : Br. Quillard (1979, p. 2 et pl. I, n° 1G) les interprète comme des pendentifs.

145 Gardiner 1957, p. 438‑548.

146 Sur l’utilisation des scarabées à Chypre, voir E. Lagarce, dans Kition II, p. 167‑171, fig. 4‑7.

147 Pour des exemples de scarabées dans ce matériau (kaolinised feldspar), voir G. Clerc, dans Hadjisavvas 2014, p. 30‑33 (scarabées MLA 1742/4, MLA 1742/5 et MLA 1742/19 découverts dans la tombe construite de Larnaca dite « Lefkaritis tomb »). Le n° 19 présente la même monture que notre scarabée, fixée à une chaînette : ibid, p. 22‑23.

148 Pour des exemples de ce motif à Amathonte (avec à chaque fois deux uraei), voir Forgeau 1986, p. 145, n° 6 et Clerc 1991, p. 29, T. 276/161.

149 Pour l’emploi de ce terme, voir G. Clerc dans Kition II, p. 21.

150 L’objet se rapproche d’une boucle d’oreille en or de la collection Cesnola conservée au Metropolitan Museum de New York (inv. 74.51.3173). Des boucles d’oreille d’argent en sangsue, munies d’un anneau pour la suspension d’un pendant (perdu), ont été retrouvées dans une tombe de Salamine-Cellarka (Karageorghis 1970, pl. LXXXV, 9) ; une autre, de même type, lors des fouilles anglaises dans la nécropole d’Amathonte (Laffineur 1986, p. 41, fig. 46). Une boucle d’oreille d’Amathonte, en or, est ornée, à la partie la plus épaisse, d’une pyramide de 4 granules (Laffineur 1986, p. 85, n° 557) ; deux autres d’une véritable grappe de granules (Laffineur 1986, p. 85, n° 559 et Laffineur 1992, pl. I, T.229/58). Dans une tombe de Kition-Mnimata, une boucle d’oreille en argent était constituée d’un pendentif fixé à un anneau attaché à la partie pansue d’une boucle en sangsue (Hadjisavvas 2012, p. 166, fig. 97, n° 62).

151 En anglais : nail-head earrings. La boucle est proche, par sa forme, d’exemples de la collection Cesnola au Metropolitan Museum : inv. 74.51.3225 et 3226. Mais, sur ces derniers exemples, le pendentif est fixé à la boucle au moyen d’un anneau tandis qu’il est directement fixé sur la boucle sur notre exemple. Un système de fixation semblable est attesté sur une paire de boucles d’oreilles en or de la même collection : inv. 74.51.3215 et 3216.

152 Laffineur 1992, p. 4 et 6 (T. 114/22), pl. I. Le type est appelé « phénicien ».

153 Karageorghis 1970, pl. CLXXXIII, 60.

154 Vandier d’Abbadie 1972, p. 141‑147 ; Gachet‑Bizollon 2007, p. 35‑40 ; Poursat 1977, p. 22‑25. Certains exemples portent un décor raffiné, ainsi le peigne d’ivoire découvert dans une riche tombe d’Assour, datée du xiiie s. av. J.‑C. (tombe 45) : Haller 1954, p. 135‑137. Pour Chypre, voir, par exemple, deux beaux exemples d’Enkomi : Karageorghis 1988b, p. 331, n° 2‑3, pl. XLVI, 1‑2. Des exemplaires en ivoire à rangée de dents simple et décorés proviennent de tombes espagnoles du viie s. av. J.‑C. : La Méditerranée des Phéniciens, p. 381, n° 321 et 324.

155 Voir les deux beaux peignes en ivoire, à double rangée de dents, de la tombe royale de Salamine : Dikaios 1963, p. 154, fig. 23‑24.

156 Un petit vase de forme comparable est conservé au Musée Vivant‑Denon (n° inv. A.C.857) : Les collections, p. 250, n° 290.

157 Caubet et Du Puytison-Lagarce 1972, p. 122‑126 = Caubet et Pierrat-Bonnefois 2005, p. 100, n° 261. Il possède deux anses.

158 Webb 1978, pl. VIII : les alabastres possèdent un fond arrondi, deux anses verticales en tenon et un décor en registres superposés.

159 Identification due à A. Gardeisen.

160 Voir, par exemple, en Égypte : Vandier d’Abbadie 1972, p. 104‑106, n° 407‑408. On trouve en Perse aux vieive s. av. J.‑C., des coupelles en faïence en forme de coquillages qui servaient à la préparation des cosmétiques : Caubet et Pierrat-Bonnefois 2005, p. 154, n° 408‑409.

161 Kallas 2015, p. 504.

162 Hadjisavvas 2012, p. 162, fig. 95 (n° 27).

163 KB III, p. 61‑62, avec références. Quelques exemples de mortiers en pierre à quatre pieds sont attestés en Orient. On mentionnera notamment un mortier en basalte de Ras Shamra : Buchholz 1963, p. 25, fig. 11e‑f.

164 Pour des exemples au Musée de Chypre, voir Salamine VII, p. 25, n° 36‑37 et pl. 3. Une lampe-coupelle à deux becs a été retrouvée dans une tombe de Kition-Tourapi, en association avec des plats « de Samarie », comme dans l’assemblage de la tombe 398 : « Chronique », BCH 92, 1968, p. 283, fig. 49 ; une autre dans une tombe de Salamine-Cellarka : Karageorghis 1970, pl. CCLVIII, 4 (tombe 107A). Il en existe également des exemplaires en bronze : Matthäus 1985, pl. 82‑83, n° 599‑602.

165 Voir Nuñez 2004, p. 303‑305 et fig. 158 (avec références).

166 Kition VI, pl. CLXIX, 2807 (Floor 2) ; pl. CLXXX, 4337 et 4334 (Floor 1).

167 Kition VI, pl. XIV, n° 2182 et pl. CXXIII, 2108, 2153 et 2128 (bothros 10). Le type est recensé parmi les importations phéniciennes à Chypre par Bikai 1987, p. 36‑37 et pl. XVII, ce qui paraît désormais improbable. Pour Bamboula : KB VI, p. 138.

168 « Chronique » en ligne de l’EfA : http://www.chronique.efa.gr, fiche n° 2 : tombe MLA 1889 (fouilles de sauvetage lors de la construction du nouvel aéroport).

169 Vandier d’Abbadie 1972, p. 110, n° 444.

170 Voir des exemples du Bronze récent de Mari : Caubet et Pierrat-Bonnefois 2005, p. 52, n° 105‑107 ; le type est encore attesté dans le monde grec archaïque : Caubet et Pierrat-Bonnefois 2005, p. 129, n° 343 (sans couvercle) ; Webb 1978, pl. VII‑VIII.

171 De nombreux exemples sont recensés par Bikai 1987, pl. XVIII‑XIX.

172 On peut toutefois citer un alabastre fragmentaire (il manque tout le haut du vase) de fabrique PW III mis au jour lors des fouilles suédoises d’Idalion (SCE II, pl. CLXIX, 18), ainsi qu’un autre découvert dans un contexte beaucoup plus récent, dans une tombe de Kition‑Agios Prodromos (Hadjisavvas 2012, p. 244, fig. 144, n° 7/1).

173 Les alabastres en pierre (albâtre importé ou, plus souvent, gypse local) sont rarement dépourvus d’anse. Pour des exemples découverts dans la nécropole d’Amathonte, voir Chavane 1990, p. 79‑80. Pour un exemple (fragmentaire cependant) de Salamine-Cellarka : Karageorghis 1970, pl. CCLIX, 3 (tombe 111). Un autre, également fragmentaire et muni d’un fond plat, provient d’une tombe de Kition‑Agios Prodromos (Hadjisavvas 2012, p. 242, fig. 143, n° 13). Un autre a été découvert dans un contexte classique du sanctuaire de Kition-Kathari : Kition VI, pl. CLXXV, 4590. Enfin, deux alabastres en gypse dépourvus d’anse ont été découverts dans la tombe MLA 2070 de Tourapi, datée de la seconde moitié du ive s. av. J.‑C. (voir ci‑dessous, deuxième partie).

174 La Méditerranée des Phéniciens, p. 370, n° 278.

175 Lehmann 1996, pl. 39, 222/1.

176 Fourrier et Hermary 2006, fig. 374‑376.

177 On peut le rapprocher, par exemple, d’un amphorisque BoR I(III) découvert dans une tombe de Meniko (Christodoulou 1968, pl. XV, 22) ou d’un autre, de profil plus biconique, provenant de Politiko (« Chronique », BCH 91, 1967, p. 288, fig. 34). Un exemplaire de fabrique WP a été mis au jour lors des fouilles d’Ohnefalsch-Richter à Tamassos : Buchholz 2010, p. 246, fig. 131g et p. 247, fig. 132b (tombe 12 de la nécropole d’Alakati-Kouphos). D’autres amphorisques, de fabrique Bichr., à col semblable mais à anses horizontales en arc de cercle et non pas en ruban, ont été découverts dans une tombe de la même nécropole : Buchholz 2010, p. 227, fig. 120 (tombe 4).

178 « Chronique », BCH 114, 1990, p. 944, fig. 13.

179 Voir, par exemple, SCE IV/2, fig. XXXVI, 2. Le parallèle le plus proche est fourni par l’amphore découverte dans la première chambre de la tombe 1989/6 de Kition-Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 231, fig. 136/1. Elle contenait, comme notre exemple, une réduction (« adult male of approximately 51 years » selon l’étude anthropologique). Le type est également connu au Levant, en particulier dans le cimetière archaïque de Tyr‑Al Bass : il est logiquement interprété par F.J. Núñez (2004b, p. 291‑293) comme un cratère amphoroïde d’origine ou de style chypriote.

180 En particulier dans la série des « urnes » de Tyr‑Al Bass qui contenaient les restes incinérés des défunts. Un bon nombre d’entre elles porte un décor constitué majoritairement, parfois exclusivement, de bandes rouges sur la panse : Núñez 2004a, p. 145, fig. 60/1 ; p. 148, fig. 63/1 ; p. 169, fig. 84/1, etc. L’amphore de Kition entre dans le sous‑type 6 (Cr F1f) défini par Núñez 2004b, p. 290 et fig. 144. On notera toutefois que les amphores de Tyr possèdent un fond rentrant (typiquement phénicien), et non pas plat comme notre exemple.

181 Karageorghis 1970, pl. CXCII, 24 et 30 (pyré A) ; pl. CXCIII, 4 (pyré M) ; pl. CXCIV, 15 et 17 (pyré Q) ; pl. CCXXXVI, 82 (tombe 60) ; pl. CCXLVII, 4 (tombe 85). On remarque, de manière générale, un goût des ateliers salaminiens pour les décors faits de larges bandes rouges, associées ou non à des lignes noires, ainsi que pour les formes de tradition orientale. La prédilection pour la technique de décor Bichrome y est d’ailleurs ancrée dès le début de la période géométrique : Georgiadou 2014, p. 378. Mais, si les céramiques salaminiennes témoignent d’une profonde influence levantine, elles n’en restent pas moins aisément identifiables comme productions locales, contrairement aux céramiques kitiennes.

182 Hadjisavvas 2012, p. 162, fig. 95, 33. Le fouilleur reste prudent quant à la datation de cette tombe : « The evidence yielded by this tomb points to an earlier date in comparison to the bulk of the tombs in the cemetery » (Hadjisavvas 2012, p. 168). Plusieurs indices invitent à la dater de la période archaïque, et notamment la position du dromos, désaxée par rapport à celle de la chambre. On remarquera également que la tombe était située à une profondeur plus grande que celle des tombes classiques : elle a été découverte parce que la mince paroi de rocher qui constituait le niveau de sol de la chambre de la tombe 50 (d’époque classique) a cédé. Il est fort probable que l’emplacement de la tombe 51 archaïque n’était plus connu lorsqu’on a creusé la tombe classique 50 : ces observations concordent avec celles qu’on a pu faire à Pervolia.

183 Karageorghis 1970, pl. CCIII, 15 (tombe 6) ; pl. CCXXVII, 6‑7 (tombe 40) ; pl. CCXXXVIII, 6 (tombe 62) ; pl. CCXLIX, 1‑2 (tombe 87) ; pl. CCLIV, 68 (tombe 105).

184 Pour les importations phéniciennes de ce type à Chypre, voir Bikai 1987, pl. XII. La forme est recensée dans la typologie suédoise dans la classe IV : SCE IV/2, fig. XXXIII, 7.

185 Núñez 2004b, p. 310, type Ja 3a.

186 Le type est documenté par un seul exemple de la nécropole de Kition-Mnimata : Hadjisavvas 2012, p. 166, fig. 97, 45 (tombe 51).

187 Voir Fourrier 2014, p. 137 (où la fabrique est dénommée Monochrome Red).

188 Karageorghis 1970, pl. CC, 288A/1.

189 Karageorghis 1970, pl. CCXI, 41 (tombe 13).

190 Karageorghis 1970, pl. CCLVIII, 12 (tombe 107).

191 Voir Fourrier et Hermary 2006, p. 61‑63.

192 Pour Bamboula, voir KB VI, p. 197, fig. 13 et p. 204, fig. 20. Le type est documenté dès le faciès céramique II (CG III‑CA I).

193 Bikai 1987, p. 27 et pl. X.

194 Voir Fourrier et Hermary 2006, p. 69 (type C.1.1). Le type est répertorié en Bichr. IV dans la classification suédoise : SCE IV/2, fig. XXXII, 3.

195 Voir Bikai 1987, pl. XXI. Voir également le superbe exemple, à col très haut et de décor Bichr., déposé dans la tombe construite dite « Lefkaritis » de Kition (Hadjisavvas 2014, p. 20‑21, n° 11 : « Amphoroid jar ») et celui, de profil plus allongé et de décor Monochrome Red, de la tombe archaïque de Kition-Mnimata (Hadjisavvas 2012, p. 231, fig. 136/2). Plusieurs exemples proviennent du dromos de la tombe 398.

196 Voir les deux exemples de Palaepaphos illustrés par Bikai 1987, pl. XXIX, 598 et 602.

197 Hadjisavvas 2012, p. 227‑235 et S. Fox, dans Hadjisavvas 2014, p. 201‑202 (étude anthropologique).

198 Cette observation n’a toutefois pas été confirmée par l’analyse des prélèvements qui n’a pas révélé la présence de bois fossilisé (seulement des restes organiques et quelques charbons de bois) : voir ci‑dessous, chapitre 4, Analyses.

199 Toutefois, l’humérus droit de l’individu est mal conservé et on ne peut pas exclure que la perforation soit, chez lui aussi, bilatérale.

200 Voisin 2012.

201 Des cas de recoupements de tombes sont connus dans d’autres nécropoles, par exemple à Salamine-Cellarka : Karageorghis 1970, p. 90 (tombe 58) ; p. 113 (tombes 73 et 73A) ; p. 168 (tombe 115).

202 Karageorghis 1970, p. 65 (tombe 34).

203 SCE I, p. 248 (tombe 424).

204 On les comparera à la série mise au jour dans la chambre de la tombe 396 (fig. 94‑95 pour KEF‑1411 ; fig. 92‑93 pour KEF‑1412), qu’on a datée de la seconde moitié du ive s. av. J.‑C.

205 L’identification et le commentaire sont dus à Pr. Vareilles.

206 Datation effectuée par T. Goslar, Poznan Radiocarbon Laboratory : 2185 +/- 30 BP. L’état de conservation des ossements et, donc, de l’échantillon analysé (0,3 % de collagène), invite toutefois à considérer cette datation avec prudence.

207 Christou 2013, p. 177‑235.

208 Hermary 2005.

209 Hadjisavvas 2014, p. 3‑4 et l’analyse de Ph. Columeau, p. 186‑192.

210 Karageorghis 1964, p. 30‑32.

211 Karageorghis 1964, p. 30, fig. 2 (coupe) et p. 31, fig. 3 (plan).

212 Karageorghis 1972, p. 166.

213 P. Ducos, « Les ossements d’animaux de Salamine », dans Karageorghis 1970, p. 295‑298.

214 Karageorghis 1970, p. 16. D’après l’analyse des ossements par P. Ducos, il y aurait plusieurs individus (Karageorghis 1970, p. 295).

215 Karageorghis 1970.

216 Popham, Calligas et Sackett 1993, p. 21‑22.

217 Rizza 1979. La nécropole contenait 18 tombeaux d’animaux, dont une dizaine avec des inhumations de chevaux, parfois associés à d’autres animaux plus petits (peut‑être des chiens). L’ensemble est inédit.

218 Wall‑Crowther 1996. Les sépultures de chevaux contenaient également souvent des chiens. Elles étaient constituées de fosses, creusées près de (et non pas dans) les dromoi des tombes.

219 Morris 1987 ; voir également Buchholz 2010, p. 673‑676.

220 Elle est toutefois répertoriée dans la typologie suédoise : SCE IV/2, fig. XLVII, 13 (Bichr. V, bol de provenance inconnue).

221 Pour les trouvailles amathousiennes, voir en dernier lieu Fourrier 2009, p. 26.

222 Type répertorié dans la typologie suédoise dès la classe V : SCE IV/2, fig. LVII, 24‑25.

223 Nos fouilles n’ont relevé aucune trace certaine d’occupation de la zone à l’époque hellénistique. Il en est de même dans la nécropole voisine de Mnimata, où aucune tombe ne paraît postérieure au CC II, même si certaines trouvailles de surface sont plus récentes (Hadjisavvas 2012).

224 Karageorghis 1970.

225 Knigge 1988, p. 26.

226 Tricoche 2009, p. 35‑54.

227 Pogiatzi 2003, p. 80‑82 et n° 76‑78.

228 Salamine I, pl. XV, 35‑36. Pour le type, voir également Salamine VII, pl. 55, 50.

229 Voir les niveaux classiques de Bamboula : KB II, p. 52, fig. 21, 148‑149 et Oziol 2003, p. 282 et pl. 13, n° 78 (imitation du type 25 de l’Agora d’Athènes). Th. Oziol souligne que les lampes à anse horizontale (fragile) seraient plus anciennes que les lampes à tenon. Elle date le type de la fin du ive s.-première moitié du iiie s. av. J.‑C. Tous ces exemples sont vernis.

230 Deshayes 1963, pl. XXII, 3.

231 Hadjisavvas 2014, p. 3 : « The dromos had been filled with compacted earth, composed of a large proportion of red clay mixed with silica ».

232 Contrairement à ce qui a été observé, par exemple, dans la nécropole de Qaret al‑Toub, dans l’oasis de Bahariya, en Égypte (fouilles dirigées par F. Colin) : L. Pantalacci, « Travaux de l’Institut français d’archéologie orientale en 2004‑2005 », p. 478 (rapport en ligne : http://www.ifao.egnet.net/uploads/rapports/Rapport_IFAO_2005.pdf). La relation chronologique entre le jardin et la nécropole n’est toutefois pas assurée.

233 Buitron et Soren 1981, p. 102‑103.

234 On remarquera cependant que les rondes « sacrées » autour d’un bosquet sont de l’époque archaïque, alors que l’aménagement du sanctuaire de Kourion est daté du ier s. ap. J.‑C. (du moins l’enclos, aucun matériel ne permettant, apparemment, de dater les fosses elles‑mêmes).

235 Voir en particulier le site de l’âge du Fer de Kephala, en Crète : D’Agata 1997‑2000, avec références à d’autres parallèles.

236 Tricoche 2009.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Relevé général des fouilles françaises.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 859k
Titre Fig. 2 – Tombe 378. Plan.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 3 – Tombe 378. Coupe de la paroi nord et du stomion.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. 4 – Photographie aérienne des dromoi des tombes 378 et 379 depuis l’est (la tombe 378 est à dr.).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Titre Fig. 5 – Tombe 378. Stomion et comblement moderne de la chambre.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Fig. 6 – Dromos de la tombe 378 après la fouille, vers l’est.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre Fig. 7 – Tombe 378. Détail de la paroi nord du dromos : pierres fermant des niches.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Fig. 8 – Tombe 378. Bols KEF-1238 et KEF-1239 dans le remplissage du dromos.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Fig. 9 – Tombe 378. Vue générale du stomion après la fouille, vers l’ouest.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 10 – Tombe 378. Vue du dromos = locus 13 vers l’ouest.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Fig. 11 – Tombe 378. Puisettes KEF-1235 et KEF-1236 sur le sol du dromos.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Fig. 12 – Dromos = locus 13, détail du parement sud avec la niche = locus 21, vue du nord.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Titre Fig. 13 – Tombe 378. Matériel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 806k
Titre Fig. 14 – Tombe 378. Matériel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 714k
Titre Fig. 15 – Tombe 378. Matériel.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Titre Fig. 16 – Tombe 379. Plan.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Fig. 17 – Tombe 379. Relevé des dépôts sur le sol de la chambre.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Titre Fig. 18 – Tombe 379. Coupe de la paroi nord du dromos et stomion.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 19 – Tombe 379. Coupe de la chambre et de la paroi sud du dromos.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Fig. 20 – Tombe 379. Détail d’une pierre dans la paroi sud du dromos.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Titre Fig. 21 – Tombe 379. Détail d’une pierre dans la paroi nord du dromos.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Titre Fig. 22 – Tombe 379. Niche dans la paroi sud du dromos, après enlèvement de la pierre de fermeture.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Titre Fig. 23 – Tombe 379. Assiette KEF-1241 dans le comblement du dromos.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Fig. 24 – Tombe 379. Stomion en cours de fouille.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 25 – Tombe 379. Niche dans la paroi nord de la chambre.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre Fig. 26 – Tombe 379. Concentration de matériel dans le coin nord-ouest de la chambre, US S2-25 en cours.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Titre Fig. 27 – Tombe 379. Matériel en place dans le coin nord-est de la chambre.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Titre Tableau 6 – Tombe 379. Longueur maximale (pour le coracoïde, longueur médiale) des restes de Kition‑Pervolia et de diverses espèces d’oie d’après Bacher 1967. En vert, valeurs incluant la mesure du reste archéologique ; en rouge, valeurs excluant la mesure du reste archéologique.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Graphique 9 – Tombe 379. Immatures. Comparaison des effectifs observés avec les effectifs attendus (espérance de vie de 25/35 ans).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 28 – Tombe 379. Lampe KEF-1244 in situ sous Sq. 2.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Titre Fig. 29 – Tombe 379. Enfant (Sq. 5) avec perles en place autour du cou.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Titre Fig. 30 – Tombe 379. Sq. 4 et lampe KEF-1243 en place.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Titre Fig. 31 – Tombe 379. Amphore KEF-1263 in situ, renversée près du stomion.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Fig. 32 – Tombe 379. KEF-1267 in situ.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3026/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 658k
Titre Fig. 33 – Tombe 379. Détail de l’oie en place.