Version classiqueVersion mobile

Kition-Bamboula VII

 | 
Anna Cannavò
, 
Sabine Fourrier
, 
Alexandre Rabot

Première partie. La nécropole de Kition-Pervolia

Introduction

Anna Cannavò, Sabine Fourrier et Alexandre Rabot

Texte intégral

1La nécropole de Kition‑Pervolia se situe au nord‑ouest de la ville antique, sur une parcelle restée libre dans l’emprise moderne de la ville de Larnaca, au nord de la rue Sintika Chanoum (fig. 1‑3). Elle forme un triangle allongé, d’orientation sud‑est/nord‑ouest, rogné par des constructions dans sa partie sud (fig. 2). Un dénivelé d’environ 4 m sépare le point le plus bas, à l’ouest, du point le plus haut, dans la partie est. Dans cette zone de la parcelle, le substrat rocheux, dans lequel les tombes sont taillées, affleure.

2Hormis la route, qui a d’ailleurs profondément entaillé le relief, toute cette région de l’ancien quartier de Tuzla à Larnaca est restée longtemps préservée de l’urbanisme : elle était occupée par des champs et des vergers, comme son nom l’indique et comme le montre la photographie aérienne de 1963 (fig. 3). Cette dernière, prise quelques années après les travaux de 1958 qui ont conduit au classement archéologique de la parcelle, montre bien l’arrachement d’une grande partie du site, immédiatement au nord de la route : c’est cette partie qui a été depuis lotie, de même que les parcelles alentour.

3Malgré quelques flottements et imprécisions, la zone est mentionnée sous le toponyme Pervolia Perivolia dans nos sources (archives et publications). Ce terme a tendu à être remplacé à partir de 1980, pour désigner la parcelle archéologique, par celui de Léonidas, qui était le nom de la taverne établie alors dans la partie sud‑ouest du site (le restaurant portait au moment de nos fouilles le nom de Moments Hall). Nos travaux ont eu pour effet de remettre en usage le toponyme ancien.

  • 1 Nicolaou 1976, p. 169, n° 13 = SIG n° 327. Toutes les tombes recensées sont enregistrées dans une (...)

4Un bon nombre de tombes ont été localisées et fouillées avant le début des travaux de la mission française (fig. 2 et 4). Les informations disponibles sont toutefois très disparates et toutes les découvertes ne peuvent pas être situées précisément. La première mention de tombe date de 19181. Il s’agit d’une tombe identifiée comme géométrique (sans précision), située au lieu‑dit Pervolia, « à environ 100 m au nord du cimetière turc », ce qui correspond à peu près à la localisation de notre parcelle. On ne sait rien de plus, ni sur la tombe, ni sur le matériel qui y a été retrouvé.

  • 2 Nicolaou 1976, p. 169‑171, n° 14 = SIG n° 4. K. Nicolaou, ibid., pl. XXVI, 1‑5 et XXVII, 1‑3, 6‑8, (...)
  • 3 Nicolaou 1976, p. 171, n° 15‑16 (= SIG n° 7‑8) et carte p. 164, fig. 30. Cette zone, située entre (...)

5Une autre tombe de découverte isolée, également datée de l’époque géométrique, a été fouillée en 19412. C’était une tombe à chambre taillée dans le rocher, qui avait été apparemment pillée. Son matériel est étudié ci‑après par A. Georgiadou (chapitre 1, Les tombes géométriques, SIG n° 4). Deux autres tombes géométriques ont été fouillées l’année suivante dans une zone qui semble proche, mais leur localisation exacte est difficile à établir. K. Nicolaou les situe au lieu‑dit Mantomachallas, qui n’apparaît pas dans les archives3. Ces dernières mentionnent les toponymes Pervolin tou Mixi et Aloni tou Vorka, qui ne sont pas autrement connus. Un extrait du cadastre, attaché au dossier de la tombe SIG n° 7 (File 34/37) situe Pervolin tou Mixi à proximité immédiate de la parcelle de Pervolia. Les deux tombes étant apparemment localisées dans la même zone, on peut supposer que le toponyme Aloni tou Verka désigne une autre parcelle voisine. On remarquera que ces trois tombes sont situées vers l’est, à proximité de la rue Koultour, où une tombe plus récente a été mise au jour lors des travaux du tout‑à‑l’égout, en octobre 2014 (SIG n° 408).

  • 4 Nicolaou 1976, p. 173‑181, n° 20 = SIG n° 65‑80. K. Nicolaou publie la localisation schématique de (...)
  • 5 Nicolaou 1976, p. 181. Les relevés (plan et coupes) de ces six tombes sont publiés : ibid., p. 175 (...)

61958 représente une date‑clef dans l’histoire du site. Cette année‑là, des travaux mécaniques de terrassement furent entrepris pour récupérer des matériaux servant à la construction des routes. La profonde entaille réalisée à cette occasion a marqué définitivement la topographie du site (fig. 3‑4) et elle a entraîné le classement de la parcelle comme zone archéologique, dès 1960. Aussi désastreux soit‑il, cet épisode présente l’avantage d’être bien documenté, grâce à l’attention portée aux vestiges par K. Tsangaridès, alors technicien du département et responsable de cette fouille d’urgence. Il a fourni un rapport détaillé, avec des relevés et un catalogue précis des découvertes, ce qui est d’autant plus précieux que le matériel, autrefois conservé dans le kastro de Larnaca, a été perdu au moment des troubles intercommunautaires, entre 1964 et 19744. Le relevé schématique général montre que les tombes découvertes se situaient sur la ligne d’arrachement de la pelle mécanique, dans la partie la plus élevée de la parcelle, vers l’est (fig. 4). Seize tombes sont reportées. Seules six ont été fouillées, « the others were either completely looted or badly damaged and not worth investigation »5. Elles sont toutes de même type : il s’agit de tombes taillées dans le rocher, à chambre unique, de forme carrée ou rectangulaire, avec un plafond à voûte en berceau. Le dromos (couloir d’accès) n’a jamais été fouillé, mais on remarquera qu’il est dans l’axe pour les tombes les plus récentes, alors qu’il est désaxé le long d’un grand côté pour la tombe la plus ancienne (tombe 1 = SIG n° 65, Chypro-Géométrique III). Ces observations concordent avec celles effectuées par la mission française. La datation des tombes reste hypothétique. Le catalogue détaillé dressé par K. Tsangaridès fournit des informations importantes : il permet de dater une seule tombe du Chypro-Géométrique III. K. Nicolaou place les cinq autres à la période archaïque. Toutefois, la description des trouvailles invite à privilégier une datation plus basse, au cours de la première partie de l’époque classique (ve s. av. J.‑C.). Le matériel retrouvé (vases, lampes, petits bijoux de bronze et de faïence) est semblable à celui que nos fouilles ont mis au jour. On peut, en revanche, s’étonner du petit nombre d’inhumations signalé (une, au maximum deux par chambre) : nos observations suggèrent un nombre régulièrement beaucoup plus élevé.

7Il est remarquable que la seule tombe ancienne (tombe 1 = SIG n° 65, fig. 4) soit localisée plus à l’ouest que les autres, dans une partie du site de moindre élévation. C’est, en effet, dans cette partie ouest de la parcelle qu’ont été repérées les tombes les plus anciennes (d’époque géométrique). S’agit‑il du noyau originel de la nécropole, qui se serait ensuite développée vers l’est, en direction de la ville ? On peut en douter. Certes, nos travaux n’ont pas mis au jour de tombe géométrique. Mais on a découvert deux tombes archaïques (tombes 398 et 407), creusées à une profondeur plus importante que les tombes classiques. Peut‑être les tombes anciennes ne sont‑elles pas concentrées dans la partie ouest de la parcelle, mais elles y sont plus visibles, parce que les niveaux supérieurs ont été, à une date indéterminée, arrachés ?

  • 6 La découverte est signalée par V. Karageorghis, « Chronique », BCH 106, 1982, p. 705 et p. 707, fi (...)

8De manière attendue, peu de nouvelles trouvailles sont enregistrées après le classement de la parcelle en 1960. Une tombe géométrique « à demi pillée » a été repérée accidentellement en 1980, immédiatement à l’ouest de la taverne, près de l’entrée du site6. On ne possède aucune autre information, sinon qu’il s’agissait d’une tombe taillée dans le rocher, à chambre unique. Le matériel est présenté ci‑après par A. Georgiadou (chapitre 1, Les tombes géométriques, Tombe MLA 1140 = SIG n° 174, fig. 2).

9Les dernières découvertes datent de 2006. Deux tombes du ve s. av. J.‑C. ont été mises au jour lors de la construction de l’immeuble Anna Maria Court, au sud‑est de la parcelle (MLA 1883 et 1884 = SIG n° 312 et 313). Trois ont été repérées non loin de là, lors de la mise en place d’un nouveau grillage autour du site. Une seule contenait du matériel (MLA 1893 = SIG n° 314). Les deux autres (SIG n° 314A et 314B) étaient apparemment vides (pillées ?). Les assemblages funéraires de ces tombes classiques sont présentés ci‑après (chapitre 1, Les tombes classiques). L’emplacement de l’une d’entre elles est encore visible dans la coupe, derrière la clôture (fig. 5).

10Nos travaux sont partis en 2012 de la ligne d’arrachement de 1958, toujours nette sur le terrain, et ils ont progressé vers l’est, dans une zone d’affleurement rocheux a priori préservée des destructions récentes. Dans l’angle nord‑ouest de la partie fouillée, on a retrouvé les traces des opérations de 1958, ce qui a permis d’assembler, avec quelques incertitudes, les deux relevés (fig. 4).

Fig. 1 – Plan de Kition et localisation des principales nécropoles. Extrait du SIG, avec la restitution de la ligne de côte antique. Toutes les tombes sont répertoriées, dont celles de l’âge du Bronze, sous l’habitat.

Fig. 1 – Plan de Kition et localisation des principales nécropoles. Extrait du SIG, avec la restitution de la ligne de côte antique. Toutes les tombes sont répertoriées, dont celles de l’âge du Bronze, sous l’habitat.

Fig. 2 – Photographie aérienne récente du site de Pervolia, localisation des tombes de découverte ancienne et localisation des fouilles françaises (dans l’encadré).

Fig. 2 – Photographie aérienne récente du site de Pervolia, localisation des tombes de découverte ancienne et localisation des fouilles françaises (dans l’encadré).

Fig. 3 – Photographie aérienne de 1963 et localisation des fouilles françaises. On distingue en blanc la ligne d’arrachement créée par la pelle mécanique.

Fig. 3 – Photographie aérienne de 1963 et localisation des fouilles françaises. On distingue en blanc la ligne d’arrachement créée par la pelle mécanique.

Fig. 4 – Photographie aérienne de 1963 avec la localisation des tombes de découverte ancienne et celles de la partie explorée par les fouilles françaises.

Fig. 4 – Photographie aérienne de 1963 avec la localisation des tombes de découverte ancienne et celles de la partie explorée par les fouilles françaises.

Fig. 5 – Photographie prise en 2009 d’une tombe de Pervolia découverte en 2006, lors de la mise en place de la clôture (SIG n° 314).

Fig. 5 – Photographie prise en 2009 d’une tombe de Pervolia découverte en 2006, lors de la mise en place de la clôture (SIG n° 314).

Notes

1 Nicolaou 1976, p. 169, n° 13 = SIG n° 327. Toutes les tombes recensées sont enregistrées dans une base de données liée au SIG de la mission de Kition : c’est le numéro indiqué en équivalence. Nous avons pu avoir accès aux archives inédites du département des Antiquités, qui complètent les notices publiées, pour les découvertes de tombes effectuées à Larnaca. Nous remercions vivement P. Flourentzos et M. Hadjicosti, alors successivement directeurs du département, de leur généreuse autorisation.

2 Nicolaou 1976, p. 169‑171, n° 14 = SIG n° 4. K. Nicolaou, ibid., pl. XXVI, 1‑5 et XXVII, 1‑3, 6‑8, illustre quelques‑unes des trouvailles. Ces dernières, autrefois conservées au Cyprus Museum, sont aujourd’hui au musée de Larnaca (ibid., p. 359).

3 Nicolaou 1976, p. 171, n° 15‑16 (= SIG n° 7‑8) et carte p. 164, fig. 30. Cette zone, située entre les églises d’Agios Ioannis et des Agioi Anargyroi, abritait également d’importantes nécropoles. Elle est, encore aujourd’hui, en grande partie occupée par des terrains non construits.

4 Nicolaou 1976, p. 173‑181, n° 20 = SIG n° 65‑80. K. Nicolaou publie la localisation schématique des tombes découvertes sur la feuille cadastrale (p. 174, fig. 34), ainsi qu’une photographie du site prise au moment ou peu après les travaux de 1958 (pl. XIII, 4). Le matériel était enregistré au kastro sous les n° LM 1507 à 1512. La découverte et la fouille sont également mentionnées par V. Karageorghis, « Chronique », BCH 83, 1959, p. 355, mais avec le toponyme erroné Mnemata Mnimata. Ce dernier toponyme désigne des terrains situés à peu de distance au sud de la rue Sintika Chanoum. Cette zone abritait également une nécropole de l’âge du Fer (peut‑être la même que celle dont une partie a été dégagée à Pervolia). 63 tombes y ont été notamment explorées lors de fouilles de sauvetage en 1979 : Hadjisavvas 2012, p. 3‑235. Le toponyme utilisé dans la publication est Agios Georgios et non pas Mnimata. Comme l’indique S. Hadjisavvas dès l’introduction (ibid., p. 3), c’est un nom d’usage qui a été donné au moment de la fouille (en raison de la proximité du monastère Saint‑Georges), mais le plateau portait originellement le nom de Mnemata/Mnimata (qui signale au demeurant que la découverte de tombes n’y est pas un phénomène récent).

5 Nicolaou 1976, p. 181. Les relevés (plan et coupes) de ces six tombes sont publiés : ibid., p. 175‑180, fig. 35‑40.

6 La découverte est signalée par V. Karageorghis, « Chronique », BCH 106, 1982, p. 705 et p. 707, fig. 69 (= SIG n° 174). Le matériel est enregistré au musée de Larnaca sous le n° MLA 1140.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de Kition et localisation des principales nécropoles. Extrait du SIG, avec la restitution de la ligne de côte antique. Toutes les tombes sont répertoriées, dont celles de l’âge du Bronze, sous l’habitat.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2 – Photographie aérienne récente du site de Pervolia, localisation des tombes de découverte ancienne et localisation des fouilles françaises (dans l’encadré).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3017/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Titre Fig. 3 – Photographie aérienne de 1963 et localisation des fouilles françaises. On distingue en blanc la ligne d’arrachement créée par la pelle mécanique.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3017/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Titre Fig. 4 – Photographie aérienne de 1963 avec la localisation des tombes de découverte ancienne et celles de la partie explorée par les fouilles françaises.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3017/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 5 – Photographie prise en 2009 d’une tombe de Pervolia découverte en 2006, lors de la mise en place de la clôture (SIG n° 314).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/3017/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 503k

Auteurs

Chargée de recherche au CNRS (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), elle est membre de la mission archéologique de Kition et spécialiste de l’histoire de Chypre à l’époque des royaumes. Elle est également directrice de la mission archéologique d’Amathonte (EfA-MEAE).

Directrice de recherche au CNRS (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), elle dirige la mission archéologique de Kition. Ses travaux portent plus particulièrement sur les questions de topographie urbaine et la définition d’identités culturelles à Chypre à l’époque des royaumes.

Ingénieur à l’université Lumière Lyon 2 (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), il est membre de la mission de Kition, en charge de la gestion des bases de données, des relevés et de l’analyse spatiale (SIG). Il participe également à de nombreux autres chantiers archéo­logiques, en particulier en Égypte.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search