Version classiqueVersion mobile

Kition-Bamboula VII

 | 
Anna Cannavò
, 
Sabine Fourrier
, 
Alexandre Rabot

Introduction générale

Anna Cannavò, Sabine Fourrier et Alexandre Rabot

Texte intégral

1Pourquoi fouiller, encore, dans une nécropole ? La découverte de tombes n’est certes pas une nouveauté. Les collections d’objets chypriotes dans les musées européens et américains, constituées dès le xixe s., en témoignent ; le développement récent de la ville de Larnaca et les aménagements qu’il suscite (en dernier lieu le tout‑à‑l’égout), entraînent la fouille régulière de caveaux, la plupart de l’âge du Fer. On intègre d’ailleurs à ce volume la publication de dix tombes, plus ou moins partiellement dégagées lors du creusement de la tranchée du collecteur, en 2012, dans une autre nécropole de Kition, au lieu‑dit Tourapi. La ville est sous la ville, Kition sous Larnaca ; l’agglomération d’aujourd’hui recouvre également en large part les nécropoles de la première moitié du Ier millénaire qui, contrairement aux tombes du Bronze récent, étaient localisées hors de l’espace construit, regroupées dans des cimetières qui s’étendaient vers le nord et vers l’ouest.

2Les travaux effectués pendant trois campagnes successives d’un mois dans la nécropole de Kition‑Pervolia n’avaient pas pour but de collecter du mobilier. Ils visaient davantage à observer, dans le temps long d’une fouille minutieuse que ne conditionnait aucune urgence, les traces laissées par les gestes. On souhaitait aller des morts vers les vivants, et réciproquement, tenter d’éclairer des pratiques dont on sait l’importance dans toutes les sociétés mais que ne documentent de façon détaillée, à Chypre, ni texte, ni image. À cet égard, l’expertise d’anthropologues a été particulièrement précieuse pour la fouille des caveaux.

  • 1 On a pu intégrer au SIG les données des fouilles d’urgence du département des Antiquités de Chypre (...)

3Ces travaux de terrain s’insèrent dans un programme de recherche portant sur la topographie urbaine de Kition à l’âge du Fer. Ils sont adossés au Système d’Information Géographique (SIG) de Kition1, élaboré par la mission archéologique française depuis 2008, et ils constituent un premier volet d’une série d’explorations qui visent à combler les lacunes (topographiques, chronologiques ou typologiques) dans notre connaissance de la ville antique. Cette publication trouve donc naturellement sa place dans la série Kition‑Bamboula, dont le service des Publications de la Maison de l’Orient a accepté de prendre en charge l’édition (depuis le volume VI).

Contenu du volume Kition-Bamboula VII

4L’ouvrage est organisé en deux grandes parties, la première portant sur la nécropole de Pervolia, la seconde, rédigée en collaboration avec A. Satraki, sur celle de Tourapi.

5I. Dans la première partie, qu’ouvre un bref historique des travaux archéologiques dans la nécropole de Pervolia, le chapitre 1 est consacré à la publication du matériel inédit provenant de tombes fouillées avant 2012. L’échantillon est réduit : seules deux tombes géométriques (étudiées par A. Georgiadou) et trois tombes classiques sont présentées. De fait, les autres assemblages funéraires, qui étaient entreposés dans le kastro de Larnaca, ont disparu entre 1964 et 1974, lorsque le bâtiment était inaccessible. Il paraissait toutefois important de publier l’ensemble du matériel connu de la nécropole, qui complète (dans le cas des tombes géométriques) et recoupe (dans le cas des tombes classiques) les informations tirées de nos fouilles. Nous remercions tout particulièrement M. Solomidou‑Ieronymidou, directrice du département des Antiquités, de l’autorisation d’examiner et de publier ce matériel, ainsi qu’A. Satraki, qui nous a permis de retrouver un certain nombre de pièces manquantes. Les résultats de nos fouilles (2012‑2014) sont exposés dans le chapitre 2, par ensemble topographique (tombes et autres structures), avec un catalogue du mobilier (auquel différents spécialistes, cités au cours du texte, ont apporté leur concours) et une étude des restes osseux (pour l’essentiel humains, mais aussi animaux). Le chapitre 3 rassemble des contributions consacrées à certaines catégories de matériel : céramique, figurines de terre cuite, petits objets (avec N. Denninger), ainsi qu’une notice sur les deux seules monnaies découvertes lors de nos fouilles (E. Markou). Ces dernières proviennent de niveaux de surface et il n’est pas sûr qu’on puisse les associer à la nécropole (plus récentes que les phases d’utilisation des caveaux répertoriées jusqu’à présent, elles pourraient correspondre à des visites ponctuelles : pillages ?). Enfin, le chapitre 4 présente les résultats de deux séries d’analyses effectuées respectivement sur les restes polliniques (R. Corbineau) et de charbon de bois (M. Socratous).

6II. La seconde partie, rédigée avec A. Satraki, porte sur la nécropole de Kition‑Tourapi. Le chapitre 1 fait le point sur les recherches effectuées depuis le xixe s. dans cette nécropole, et sur l’évolution de la toponymie locale. Dans le chapitre 2, on étudie les dix tombes fouillées par le département des Antiquités en 2012 à l’occasion des travaux du tout‑à‑l’égout et leur matériel.

7Enfin, une conclusion générale rassemble tous les résultats obtenus tant par les observations archéologiques que par l’étude des différentes catégories de matériel. L’éclairage fourni sur les pratiques funéraires de Kition à l’âge du Fer est assurément neuf, et il est sans doute, pour bien des points, valable pour beaucoup des nécropoles de l’île à la même période.

Note sur le mode d’enregistrement de la fouille et des tombes

8Les tombes découvertes lors de nos fouilles ont été enregistrées dans le SIG de Kition, qui rassemble toutes les découvertes archéologiques concernant la ville, de l’âge du Bronze à la fin de l’époque classique. Elles figurent dans une base de données « tombes » avec une numérotation continue (plus de 450 tombes y étaient répertoriées en 2016). La numérotation suivant un ordre annuel de découverte, les numéros attribués aux tombes de Pervolia ne se suivent pas nécessairement. Les tombes fouillées par le département des Antiquités possèdent une double numérotation : n° d’inventaire au musée de Larnaca / n° de la base de données du SIG. Les tombes fouillées par la mission française sont uniquement enregistrées dans la base de données du SIG, les objets retrouvés possédant une numérotation propre (voir ci‑dessous). Certains choix sont sans doute discutables. Ainsi, la tombe 378 dont la chambre avait été déjà fouillée est peut‑être la même que la tombe n° 12 (= SIG n° 76) des fouilles de 1958. Il est donc possible que la même tombe soit enregistrée deux fois, sous deux numéros différents. Aucun indice ne permettait toutefois de l’établir sûrement. Inversement, la tombe probablement située au nord de la tombe 378, dont ne subsistait plus en surface qu’une partie du dromos, très abîmé par des travaux modernes, n’a pas été reportée dans la base de données du SIG. Elle n’a été que très partiellement explorée, sans qu’on puisse en dessiner le plan ni en définir la datation (voir première partie, chapitre 2).

9Afin de garder une cohérence avec le mode d’enregistrement des fouilles antérieures de la mission française sur le site de Bamboula, on a gardé le même système, séparant US (unités stratigraphiques) et loci (structures construites, creusées, niveaux de sols, etc.). L’ensemble des US et loci est recensé par ordre numérique dans des indices, placés à la fin de la première partie. Ces derniers donnent une interprétation sommaire des loci et rattachent US et loci aux tombes qu’ils documentent.

Note sur les descriptions de matériel

10Les objets inventoriés de la fouille de Kition‑Pervolia portent un n° du type K02‑x (pour les fouilles 2012), K13‑x (pour les fouilles 2013), K14‑x (pour les fouilles 2014). Ils sont conservés, avec le reste du matériel, dans les réserves que le département des Antiquités met à notre disposition sur le site de Mantovani Terra Umbra. Un bon nombre d’entre eux a été déposé au musée de Larnaca, avec un n° de l’inventaire KEF (pour Kition Expédition Française, numérotation continue depuis le début des fouilles de la mission à Larnaca, en 1976).

  • 2 Fourrier et Hermary 2006, p. 50, avec références.

11Le matériel céramique fragmentaire a été dénombré en nombre de restes (NR = tessons) et d’individus (NMI = vases), afin d’en appréhender au mieux la composition originale. La méthode, qui repose sur un classement typologique et la recherche systématique de raccords de bords, a été exposée ailleurs : on y renvoie2.

  • 3 Voir Fourrier 2014, p. 135‑136, où un certain nombre de types sont exclus car considérés comme imp (...)

12On se reportera, pour la définition et l’étude des types, au chapitre 3 (première partie). Les descriptions sont, dans les notices, réduites à l’essentiel. Par ailleurs, aucune distinction n’a été faite, dans les catalogues, entre productions locales kitiennes et productions levantines. C’est évidemment discutable. Mais il était difficile de procéder autrement : le répertoire céramique de Kition est, dès le viiie s. av. J.‑C., profondément « phénicisé » : cette transformation touche non seulement les formes mais aussi les fabriques (mode de décoration) et les techniques (en particulier les choix de pâte et les traitements de surface). Il est, en l’état actuel de nos connaissances et en l’absence de programme général d’analyses, impossible de décider si un vase est importé du Levant ou fabriqué localement3. Toute distinction aurait été arbitraire. Au contraire, les importations grecques sont rares et aisément identifiables.

  • 4 Pour l’emploi du terme « faïence », voir Caubet et Pierrat‑Bonnefois 2005, p. 11‑13 ; le terme « b (...)
  • 5 Au moment de l’étude, les objets n’avaient pas encore pu être restaurés par le laboratoire compéte (...)

13Les notices descriptives des « petits objets » comportent les informations suivantes : type d’objet ; précisions sur le lieu de découverte (le cas échéant) ; matière4 ; description et état de conservation5 ; dimensions.

14Pour les anneaux dont la section n’est pas circulaire, « H. tige » désigne la dimension verticale et « ép. tige » la dimension horizontale, quand l’objet est posé à plat.

15Dans les descriptions, les termes « droite » et « gauche » ont été conservés pour les êtres animés, en se mettant à leur place ; en revanche, pour les autres objets, on se place du point de vue du spectateur. Le terme « bracelet » est employé pour tout anneau dont le diamètre est assez important (4‑5 cm), indépendamment de sa fonction.

16Les numéros d’inventaire des objets conservés au Metropolitan Museum de New York auxquels on fait référence correspondent aux numéros de l’ouvrage de J.L. Myres, Handbook of the Cesnola Collection of Antiquities from Cyprus, New York, 1914. Par exemple : n° inv. 74.51.3215 = Myres n° 3215.

17Sauf mention contraire, les dimensions sont en centimètres.

  • 6 Nous remercions M.G. Amadasi Guzzo qui a bien voulu nous faire part de ses commentaires à propos d (...)

18L’étude du matériel céramique a été réalisée par A. Georgiadou (pour les deux tombes géométriques de découverte ancienne) et par S. Fourrier et A. Cannavò, qui a également pris en charge la publication du matériel inscrit6 ; les « petits objets » par N. Denninger (avant restauration des objets métalliques par les services compétents du musée de Chypre) ; les monnaies par E. Markou, après restauration effectuée au musée de Chypre (Nicosie). Les dépôts humains ont été fouillés et étudiés par Pr. Vareilles et N. Delhopital (pour la tombe 379). Les restes fauniques ont été exportés au laboratoire de Montpellier (ASM‑UMR 5140) grâce à l’aimable autorisation du département des Antiquités. Ils ont été étudiés par A. Gardeisen, F. Belhaoues et Ll. Garcia‑Petit. De même, des échantillons de sédiment ont été exportés à Nantes, où ils ont été analysés par R. Corbineau au laboratoire LARA‑POLEN de l’UMR 6566‑CReAAH. Les prélèvements de charbon de bois ont été analysés par M. Socratous au département d’Archéologie de l’université de Chypre grâce à l’aimable collaboration de V. Kassianidou.

19Les cartes, plans et coupes, ont été réalisés par A. Rabot, entièrement ou parfois à partir de relevés de terrain effectués par A. Cannavò, S. Fourrier, M. Thomassin et M. Vrachnou, ainsi que par N. Delhopital et Pr. Vareilles (pour les restes humains). Tous les dessins sont dus au talent de J. Humbert. A. Halczuk s’est chargée de la dure tâche du détourage des photographies et de la mise en planches des illustrations.

20Que tous soient remerciés de leur efficace collaboration.

Remerciements

21La mission française travaille depuis 1976 sur le site de Kition, après avoir exploré, jusqu’en 1974, la ville de Salamine. Elle développe, depuis 2008, un programme sur la topographie urbaine de Kition à l’âge du Fer, en étroite collaboration avec le département des Antiquités de Chypre, qu’on remercie de son intérêt et de son soutien. Ce programme a conduit à la réalisation d’un SIG (mis en place par A. Flammin et développé par A. Rabot, qui le gère désormais). La mission bénéficie du soutien constant du laboratoire HiSoMA et de la commission des fouilles du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Elle est parrainée par l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, qui lui a décerné son label « Archéologie » (en 2016 et 2017). L’École française d’Athènes apporte également un soutien à nos fouilles, de même que le département des Antiquités qui, au musée de Larnaca, offre une aide inestimable et de bonnes conditions de travail. Nous en remercions vivement les deux directeurs actuels, A. Farnoux à Athènes et M. Solomidou‑Ieronymidou à Nicosie, ainsi que l’ensemble du personnel du musée de Larnaca.

22Des remerciements sont particulièrement dus à notre ami A. Savvas qui, depuis 1976, assure avec efficacité les fonctions de contremaître de la mission. Nous tenons également à remercier chaleureusement A. Satraki, archéologue au département des Antiquités, de la confiance accordée en nous associant à la publication du résultat de ses fouilles. Nous exprimons enfin notre gratitude au service des Publications de la Maison de l’Orient, qui a accepté ce volume, en particulier à I. Berthelier, St. Gioanni et N. Clion qui a assuré la difficile tâche du secrétariat d'édition, ainsi qu’au laboratoire HiSoMA, à l’Association des Amis de la Maison de l’Orient et à la Leon Levy Foundation (New York) qui ont permis le cofinancement de sa fabrication. Grâce à la collaboration du Pôle Système d'Information et Réseaux (MOM), l'ensemble des données primaires de la fouille est consultable en accès libre sur le portail http://chypre.mom.fr/​. En outre, des liens ont été créés entre les indices de ce volume et la base de données en ligne. Nous remercions tout particulièrement Br. Morandière, responsable du service, de son implication dans ce projet.

Les auteurs

Fabien Belhaoues (ASM‑UMR 5140 et Labex ARCHIMEDE IA‑ANR-11-LABX-0032-01, Montpellier)

Anna Cannavò (HiSoMA‑UMR 5189, MOM, Lyon)

Rémi Corbineau (CReAAH-UMR 6566, Nantes).

Nathalie Delhopital (AFT, Rouen)

Nathalia Denninger (musée des Beaux‑Arts et d’Archéologie, Besançon)

Sabine Fourrier (HiSoMA‑UMR 5189, MOM, Lyon)

Lluis Garcia Petit (ASM‑UMR 5140 et Labex ARCHIMEDE IA‑ANR-11-LABX-0032-01, Montpellier)

Armelle Gardeisen (ASM‑UMR 5140 et Labex ARCHIMEDE IA‑ANR-11-LABX-0032-01, Montpellier)

Anna Georgiadou (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon et Gerda Henkel Stiftung)

Evangéline Markou (Fondation Nationale de la Recherche Scientifique, Institut de Recherches Historiques, Athènes)

Alexandre Rabot (HiSoMA‑UMR 5189, MOM, Lyon)

Anna Satraki (Département des Antiquités, Chypre)

Maria A. Socratous (Université de Chypre)

Prisca Vareilles (AFT, Rouen)

Abréviations

Bichr. : Bichrome
Bichr.R. : Bichrome Red
BoR : Black-on-Red
BPol : Black Polished
BS : Black Slip
CA : Chypro-Archaïque
CC : Chypro-Classique
CG : Chypro-Géométrique
cons. : conservé(e)
ø : diamètre
dim. : dimensions
dr. : (à) droite
ép. : épaisseur
F. : forme
frg. : fragment
g. : (à) gauche
inv. : inventaire
NMI : Nombre minimum d’individus
NR : Nombre de restes
pr. : profondeur
PW : Plain White
RS : Red Slip
SIG : Système d’information géographique
Sq. : squelette
US : Unité stratigraphique
WP : White Painted

Table chronologique

Période chypro-géométrique (CG) :
CG I : 1050-950 av. J.-C.
CG II : 950-900 av. J.-C.
CG III : 900-750 av. J.-C.

Période chypro-archaïque (CA) :
CA I : 750-600 av. J.-C.
CA II : 600-480 av. J.-C.

Période chypro-classique (CC) :
CC I : 480-400 av. J.-C.
CC II : 400-310 av. J.-C.

Période hellénistique : 310-30 av. J.-C.

Période romaine : 30 av. J.-C.-330 ap. J.-C.

Notes

1 On a pu intégrer au SIG les données des fouilles d’urgence du département des Antiquités de Chypre, grâce à l’autorisation de P. Flourentzos et M. Hadjicosti, directeurs successifs qui nous ont permis d’avoir accès aux archives et à une partie du matériel inédit : qu’ils en soient ici remerciés.

2 Fourrier et Hermary 2006, p. 50, avec références.

3 Voir Fourrier 2014, p. 135‑136, où un certain nombre de types sont exclus car considérés comme importés (exclusivement des formes fermées et en particulier des vases de transport), mais sans que les critères de cette distinction ne soient clairement établis.

4 Pour l’emploi du terme « faïence », voir Caubet et Pierrat‑Bonnefois 2005, p. 11‑13 ; le terme « bronze » est employé pour « alliage cuivreux ».

5 Au moment de l’étude, les objets n’avaient pas encore pu être restaurés par le laboratoire compétent du département des Antiquités.

6 Nous remercions M.G. Amadasi Guzzo qui a bien voulu nous faire part de ses commentaires à propos des lectures proposées.

Auteurs

Chargée de recherche au CNRS (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), elle est membre de la mission archéologique de Kition et spécialiste de l’histoire de Chypre à l’époque des royaumes. Elle est également direc­trice de la mission archéo­logique d’Amathonte (EfA-MEAE).

Directrice de recherche au CNRS (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), elle dirige la mission archéologique de Kition. Ses travaux portent plus particulièrement sur les ques­tions de topographie urbaine et la définition d’identités culturelles à Chypre à l’époque des royaumes.

Ingénieur à l’université Lumière Lyon 2 (HiSoMA-UMR 5189, MOM, Lyon), il est membre de la mission de Kition, en charge de la gestion des bases de données, des relevés et de l’analyse spatiale (SIG). Il participe également à de nombreux autres chantiers archéo­logiques, en particulier en Égypte.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search