Version classiqueVersion mobile

Stratégies mémorielles

 | 
Rémi Legros

Annexe 1. Les formules de dédicace

Texte intégral

1La présente section rassemble les formules de dédicace relevées sur tous les types de monuments de la VIe à la XIIe dynastie. Le dépouillement a été effectué sur la base de l’article de R. El‑Sayed (1985b, p. 271‑292). Ce premier ensemble a permis de sélectionner quarante-neuf attestations, complétées ensuite à partir des principaux corpus documentaires de la période, notamment ceux incluant des monuments découverts depuis la rédaction de cet article. Le nombre final de formules retenues a pu ainsi être porté à cent vingt-huit.

2Chaque formule est présentée individuellement, intitulée par un numéro conventionnel de 1 à 128 suivi, lorsqu’elles sont connues, des informations sur la conservation (lieu et numéro d’inventaire), la provenance et la date du monument sur lequel elle apparaît. La rubrique suivante est consacrée à la formule proprement dite avec sa translittération et sa traduction. Le commentaire porte avant tout sur la position de la formule sur le monument et son importance par rapport au reste des inscriptions. Enfin, la bibliographie essentielle relative au monument est citée.

3Ce catalogue a été établi à partir d’une base de données qui intègre également différentes informations sur les relations entre le dédicant et le bénéficiaire. Afin de ne pas alourdir la présentation de ce dossier, elles ne sont pas mentionnées ici et sont traitées dans le corps de l’analyse.

Dédicace 1

Lieu de conservation inconnu.

Provenance inconnue (peut-être la région memphite).

Date : Ancien Empire (VIe dynastie ?).

Formule

jn sȝ.s ḥm-kȝ Jwn-kȝ jr(w) n.s nw ʿnḫ(.tj) ḥr rdwy(.s) jmȝḫw ḫr mwt.f Jwn-kȝ

C’est son fils le prêtre funéraire Iounka qui a fait cela pour elle, alors qu’elle était vivante sur ses deux jambes, le pensionné auprès de sa mère, Iounka.

Commentaire

La dédicace est placée sur l’un des montants verticaux d’une fausse-porte. Le dédicant est représenté en bas de la colonne. La fausse-porte CGC 1501 appartient sans doute à la même personne.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 275, no 22 ; LD I, p. 19 ; Urk. I, 72, 12‑13.

Dédicace 2

Lieu de conservation inconnu.

Provenance : Saqqâra.

Date : VIe dynastie ou Première Période Intermédiaire.

Formule

jrt n šps nswt Ḫnw n ḥmt.f Nbw-ḥtp rn.s nfr Bbj

Faite par le noble du roi Khénou pour sa femme Nébouhotep dont le beau nom est Bébi.

Commentaire

La dédicace occupe une place de choix, au sommet de la fausse-porte, au-dessus de la représentation de la défunte. La défunte porte par ailleurs l’épithète mrt hj.s, « aimée de son mari ».

Bibliographie

Daoud 2005, p. 119‑120, pl. 51 ; PM III2, p. 652 ; Saad 1940, p. 681‑683.

Dédicace 3

Lieu de conservation inconnu.

Provenance : Edfou.

Date : XIIIe dynastie, Sébekhotep IV.

Formule

jn sȝ.f mry.f sʿnḫ(w) rn.f smsw ḥȝyt Ḥr-ʿȝ

C’est son fils bien-aimé, qui fait vivre son nom, l’aîné du portail, Horâa.

Commentaire

Aucune illustration ne permet de voir la place et l’importance de la dédicace sur la stèle, mais la publication de M. Alliot mentionne plus d’une trentaine de colonnes. Il suppose qu’il s’agit de la même personne que ses numéros 17, 20 et 30.

Bibliographie

Alliot 1938, p. 103‑104, no 13 ; id. 1935, p. 30‑31.

Dédicace 4

Lieu de conservation inconnu.

Provenance : Edfou.

Date : XIIIe dynastie, Sébekhotep IV.

Formule

jn wȝḥ(w) jḫwt jn m-ʿ.s (?) smn(w) wdnw Pr-m-jwt.f mȝʿ-ḫrw

Par celui qui dépose les offrandes, celui qui introduit et dépose l’offrande, Pérémioutef, justifié (d’après M. Alliot).

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de l’inscription principale de la stèle, après une douzaine de lignes. La mention de l’officiant pourrait renvoyer à la formule d’offrandes quelques lignes plus haut, mais ce n’est pas une formule générale puisque le nom de l’officiant est spécifié. Il considère qu’il s’agit de la même personne que ses numéros 13, 20 et 30.

Bibliographie

Alliot 1938, p. 106‑107, no 17 ; id. 1935, p. 19, 32, pl. 16.2.

Dédicace 5

Lieu de conservation inconnu.

Provenance : Edfou.

Date : fin du Moyen Empire (?).

Formule

jn sn.f sʿnḫ(w) rn.f ḥm-nṯr Mrrj mȝʿ-ḫrw nb jmȝḫ

C’est son frère qui fait vivre son nom, le prêtre Méréri, justifié, détenteur de pension.

Commentaire

La dédicace est marquée à la fin de l’inscription principale de la stèle, dans la continuité.

Bibliographie

Alliot 1938, p. 107, no 18 ; id. 1935, p. 19, 33, pl. 17.3 (gauche).

Dédicace 6

Lieu de conservation inconnu.

Provenance : Edfou.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn snt(.f) sʿnḫ(w) rn.f Ḥr-ʿȝ (mȝʿt)-ḫrw

C’est (sa) sœur qui fait vivre son nom, Horâa, justifiée.

Commentaire

La dédicace semble inscrite dans la continuité de l’inscription principale de la stèle, mais la planche publiée par M. Alliot ne permet pas de voir les détails.

Bibliographie

Alliot 1938, p. 107, no 19 ; id. 1935, p. 19, 33, pl. 17.3 (droite).

Dédicace 7

Lieu de conservation inconnu.

Provenance : Edfou.

Date : fin du Moyen Empire.

Formule

jn [sn.f wʿb] ʿȝ n Ḥr Bḥdty Snb[…] jr.n S[…] sʿnḫ(w) rn.f […]
jn snt.f ẖkrt-nswt Sbk-Nfrw mȝʿt-ḫrw jrt.n nbt pr Nfrw mȝʿt-ḫrw sʿnḫ(w) rn.f […]

C’est [son frère, le ouab en chef] d’Horus d’Edfou Séneb[…] né de S[…], qui fait vivre son nom […].
C’est sa sœur, l’ornement royal, Sébeknéfrou, justifiée, née de la maîtresse de maison Néfrou, justifiée, qui fait vivre son nom […].

Commentaire

La stèle est clairement divisée en deux inscriptions et deux illustrations. Chaque partie est destinée à une personne différente, sans lien apparent. Chacune bénéficie d’une dédicace.

Bibliographie

Alliot 1938, p. 108‑109, no 21 ; id. 1935, p. 19, 34, pl. 17.4.

Dédicace 8

Lieu de conservation inconnu.

Provenance : Edfou.

Date : fin du Moyen Empire (?).

Formule

[…] sʿnḫ(w) […]

[...] qui fait vivre […]

Commentaire

La stèle est trop fragmentaire pour être commentée, mais les signes conservés ne laissent aucune ambiguïté sur la nature de l’inscription.

Bibliographie

Alliot 1938, p. 109, no 22 ; id. 1935, p. 19, 34, pl. 19.2.

Dédicace 9

Lieu de conservation inconnu.

Provenance : Edfou.

Date : fin du Moyen Empire (?).

Formule

[…] mȝʿ-ḫrw sʿnḫ(w) rn n […]
[…] sʿnḫ(w) rn n Wṯs-ḥr-ʿȝt […] jmȝḫw […]

[...] justifié, qui fait vivre le nom de […]
[...] qui fait vivre le nom d’Outjeshorâat […] le pensionné […]

Commentaire

La dédicace est placée au milieu de l’inscription, qui occupe toute la stèle, entre la présentation du défunt et la mention de la famille.

Bibliographie

Alliot 1938, p. 110, no 24 ; id. 1935, p. 20, 34, pl. 18.3.

Dédicace 10

Lieu de conservation inconnu.

Provenance : Edfou.

Date : XIIIe dynastie, Sébekhotep IV.

Formule

jn sn.f (s)ʿnḫ(w) rn.f smsw hȝyt Ḥr-ʿȝ wḥm ʿnḫ

C’est son frère qui fait vivre son nom, l’aîné du portail, Horâa, renouvelé de vie.

Commentaire

La dédicace est placée sur la dalle droite d’un naos, dans l’inscription en face du défunt. M. Alliot considère qu’il s’agit du même personnage que ses monuments 13, 17, 20.

Bibliographie

Alliot 1938, p. 112‑113, no 30 ; id. 1935, p. 19, 37, pl. 17.1.

Dédicace 11

Lieu de conservation inconnu.

Provenance : Dahchour.

Date : XIIe dynastie (?).

Formule

m jr(w) n.f sȝ.f mr.f ʿnḫ
m jr(w) n.s sȝ.s mr.s ʿnḫ

Ce que son fils bien-aimé a fait pour lui, Ankh.
Ce que son fils bien-aimé a fait pour elle, Ankh.

Commentaire

Le fils dédicant est représenté deux fois de façon symétrique, face à son père et face à sa mère. Il a un bras levé vers eux. La dédicace pourrait être une légende car elle s’appuie sur l’illustration. Ce piédestal est pourtant bien dédicacé par le fils car, à côté de l’emplacement de la statue, le défunt est désigné par jt.f, son père, ce qui indique bien que le défunt n’est pas l’auteur de son propre monument.

Bibliographie

Fakhry 1961 (vol. 2), p. 41‑44, pl. LXI-LXII.

Dédicace 12

Conservation in situ.

Provenance : Giza.

Date : début de la VIe dynastie.

Formule

sḥḏ ḫntyw-š Kȝ-ḥj.f ḏd.f jr.n(.j) nw jtw sk (s)n ḫp(w) jmnt rnpwt jmȝ[ḫ…]

L’inspecteur des khentiou-ché Kahief dit : j’ai fait cela (pour mes) pères alors qu’ils étaient passés à l’occident après des années, le pensionné […]

Commentaire

La dédicace est placée sur la paroi du mastaba du dédicant, sur un montant de fausse-porte. Le panneau de la fausse-porte le représente en face de sa mère. À droite de l’inscription, on voit en trois registres, de bas en haut, ses parents, ses grands-parents, ses arrière-grands-parents.

Bibliographie

Fischer 1978, p. 50‑51 ; Junker 1943, p. 95, 99, fig. 32, pl. 8a.

Dédicace 13

Conservation in situ.

Provenance : Éléphantine.

Date : XIIe dynastie, Sésostris II-Sésostris III.

Formule

m jr(w) n.f sȝ.f mr.f jwʿ.f jqr ḥȝty-ʿ jmy-r ḥmw-nṯr Sȝ-rnpwt nb jmȝḫ

Ce qu’a fait pour lui son fils bien-aimé, son héritier excellent, le gouverneur, directeur des prophètes, Sarenpout, détenteur de pension.

Commentaire

La dédicace est placée sur le montant droit d’un naos, dans la continuité de l’inscription. La statue découverte à l’intérieur portait également une dédicace (déd. 14).

Bibliographie

Habachi 1985, p. 43, no 14, pl. 38, plan 6b.

Dédicace 14

Assouan, île d’Éléphantine, sanctuaire d’Héqaib, 1110.

Provenance : Éléphantine.

Date : XIIe dynastie, Aménemhat II.

Formule

m jr(w) n.f sȝ.f mr.f ḥȝty-ʿ Sȝ-rnpwt
m jr(w) n.f sȝ.f mr.f jwʿ.f jqr ḥȝty-ʿ Sȝ-rnpwt mȝʿ-ḫrw

Ce qu’a fait pour lui son fils bien-aimé, le gouverneur Sarenpout.
Ce qu’a fait pour lui son fils bien-aimé, son héritier excellent, le gouverneur Sarenpout, juste de voix.

Commentaire

La dédicace est placée sur le montant gauche du socle d’une statue, dans la continuité de l’inscription. Une dédicace complémentaire était placée sur le naos dans lequel cette statue a été retrouvée (déd. 13).

Bibliographie

Habachi 1985, p. 43‑44, no 15, pl. 39‑45, plan 6b ; Franke 1994, p. 38.

Dédicace 15

Assouan, île d’Éléphantine, sanctuaire d’Héqaib, 1112.

Provenance : Éléphantine.

Date : XIIe dynastie, Sésostris Ier à Aménemhat II.

Formule

jr(w) n jt(.f) Ḥqȝ-jb n-mrwt prt-ḫrw n.f jm.s ḏt rʿ nb jmȝḫw jry-pʿt Ḥqȝ-jb

Fait pour (son) père le gouverneur Héqaib, afin qu’y soit faite une invocation chaque jour pour lui, le pensionné, le prince Héqaib.

Commentaire

La dédicace est portée sur la partie droite d’une table d’offrandes. Elle pourrait renvoyer à l’une des deux formules d’offrandes, mais la mention jm.s fait explicitement référence à la chapelle.

Bibliographie

Habachi 1985, p. 49‑50, no 19, pl. 58b ; Franke 1994, p. 35.

Dédicace 16

Assouan, île d’Éléphantine, sanctuaire d’Héqaib, 1340.

Provenance : Éléphantine.

Date : XIIe dynastie, Sésostris III.

Formule

m jr(w) n.f sn.f ḥȝty-ʿ jmy-r ḥmw-nṯr Jmnj-snb jr.n Sȝt-Ṯnj n-mrwt sʿnḫ rn.f

Ce qu’a fait pour lui son frère, le gouverneur, directeur des prêtres, Iméniséneb, né de Sattjéni, afin que vive son nom.

Commentaire

La dédicace est placée sur le socle d’une statue, dans la continuité de l’inscription. Il s’agit du même bénéficiaire que sur le graffiti seh 152 (déd. 122) et du même dédicant que sur la statue de la dédicace 17.

Bibliographie

Habachi 1985, p. 53, no 26, pl. 71‑72 ; id. 1953, p. 54‑55 ; Franke 1994, p. 41, 150.

Dédicace 17

Assouan, île d’Éléphantine, sanctuaire d’Héqaib, 1115.

Provenance : Éléphantine.

Date : XIIe dynastie, Sésostris III.

Formule

m jr(w) n.f sȝ.f mr.f jwʿ.f jqr ḥȝty-ʿ jmy-r ḥmw-nṯr Jmny-snb n-mrwt sʿnḫ rn.f

Ce qu’a fait son fils bien-aimé, son héritier excellent, le gouverneur, directeur des prêtres, Iméniséneb afin que vive son nom.

Commentaire

La dédicace est placée sur le socle d’une statue, dans la continuité de l’inscription. Il s’agit du même dédicant que sur le socle de la dédicace 16.

Bibliographie

Habachi 1985, p. 53‑54, no 27, pl. 73‑77 ; Franke 1994, p. 41, 150.

Dédicace 18

Assouan, île d’Éléphantine, sanctuaire d’Héqaib, 1339.

Provenance : Éléphantine.

Date : XIIe dynastie, Sésostris Ier-Aménemhat II.

Formule

ḥtp dj nswt m jr(w) n.f sȝ.f mry.f ḥȝty-ʿ jmy-r ḥmw-nṯr Sȝ-rnpwt

Une offrande que donne le roi, étant ce que son fils bien-aimé, le gouverneur et directeur des prêtres, Sarenpout, a fait pour lui.

Commentaire

La dédicace est répartie en deux séquences gravées sur la partie antérieure des faces latérales du socle de la statue.

La forme indique que la dédicace porte sur la formule ḥtp dj nswt. On pourrait considérer que la statue elle-même constitue l’offrande.

Bibliographie

Habachi 1985, p. 32, no 4, pl. 19‑20 ; Franke 1994, p. 34.

Dédicace 19

Assouan, île d’Éléphantine, sanctuaire d’Héqaib, 1322.

Provenance : Éléphantine.

Date : XIIe dynastie, Sésostris II.

Formule

sȝ.f mr.f ḥs.f jr(w) n.f nn jmy-r mšʿ Sḥtp-jb ms.n Ky n-mrwt sʿnḫ rn.f m Ȝbw

Son fils bien-aimé, qu’il loue, a fait cela pour lui, le général Séhétépib, né de Ky, afin que vive son nom à Éléphantine.

Commentaire

La dédicace est placée sur le montant droit du socle d’une statue. L’agencement des lignes est imprécis, mais la dédicace est quand même dans la continuité de l’inscription principale. Voir également, la dédicace 108, du même auteur.

Bibliographie

Habachi 1985, p. 74‑75, no 48, pl. 124‑125 ; Franke 1994, p. 51‑52, 91, 98.

Dédicace 20

Assouan, île d’Éléphantine, sanctuaire d’Héqaib, 1353.

Provenance : Éléphantine.

Date : XIIIe dynastie, Sébekhotep IV.

Formule

jn sȝ.f sʿnḫ(w) rn.f wr mḏw šmʿw Sbk-ḥtp

C’est son fils qui fait vivre son nom, le grand des 10 du sud, Sébekhotep.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité du texte principal, sur les faces latérales d’un autel. Le défunt est représenté à droite. À gauche, le dédicant lui fait face, représenté de la même taille avec, derrière lui, son fils.

Bibliographie

Habachi 1985, p. 81‑84, no 55, pl. 137‑138 ; Franke 1994, p. 73‑74.

Dédicace 21

Conservation in situ.

Provenance : Éléphantine.

Date : XIIe dynastie, Sésostris Ier.

Formule

m jr(w) n.f sȝ.f mry(.f) ḥȝty-ʿ Sȝ-rnpwt

Ce que son fils bien-aimé, le gouverneur Sarenpout, a fait pour lui.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de l’inscription principale, sur une des grandes stèles déposées par Sarenpout I.

Bibliographie

Habachi 1985, p. 34, no 7, pl. 23a ; Franke 1994, p. 34.

Dédicace 22

Berkeley, University of California, Phoebe A. Hearst Museum of Anthropology, 6‑19761 (ancien no d’inv. G 9‑1033).

Provenance : Giza.

Date : Ancien Empire.

Formule

jrt.n n.f sȝ smsw

Ce que son fils aîné a fait pour lui.

Commentaire

La formule est très sobre et occupe l’un des petits côtés d’un bassin.

Bibliographie

Lutz 1927, p. 2, pl. 6 ; PM III2/1, p. 54 ; Der Manuelian 2009, p. 131.

Dédicacé 23

Berlin, Ägyptisches Museum und Papyrussammlung, 7287.

Provenance : Abydos.

Date : XIIIe dynastie.

Formule

jn sȝ.f mr.f sʿnḫ(w) rn.f sȝb rȝ Nḫn Bmbw ms.n ẖkrt nswt Jr.s mȝʿt-ḫrw

C’est son fils bien-aimé qui fait vivre son nom, le porte-parole de Nékhen, Bembou, né de l’ornement royal Ires, justifiée.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de l’inscription principale. Le dédicant est probablement représenté derrière le défunt.

Bibliographie

Simpson 1974, p. 22, pl. 65 (ANOC 65.4) ; Franke 1984, no 229.

Dédicace 24

Berlin, Ägyptisches Museum und Papyrussammlung, 7731.

Provenance : Abydos.

Date : XIIIe dynastie.

Formule

jn sȝ.f sʿnḫ rn.f sʿḥ jqr ȝḫ r jtw.f wtt sw jr(w) ḥr ḫprw ẖr-ḥȝt.f sḥḏ šmsww Sȝ-jmn

C’est son fils qui fait vivre son nom, le noble parfait, akh près de ses pères qui l’ont engendré et qui ont établi (leur) existence (?) avant lui, l’inspecteur des militaires-šmsw, Saimen.

Commentaire

La dédicace introduit la présentation du défunt dans le premier registre de la stèle.

Au deuxième registre, le défunt est représenté assis avec sa femme. Devant eux, leur fils, probablement le dédicant, fait l’offrande. La formule est sans doute une légende pour désigner l’offrande de l’illustration plus que la stèle elle-même.

Bibliographie

Äg. Inschr. I, p. 206 ; Simpson 1974, p. 22, pl. 40 (ANOC 74.1) ; Franke 1984, no 516.

Dédicace 25

Berlin, Ägyptisches Museum und Papyrussammlung, 9055.

Provenance : Dendéra ?

Date : début de la XIe dynastie.

Formule

jn sȝ<t>[.s mry.s] ḫtmw bjty [j]m[y-r pr] jr(w) nn n mwt.f [m sȝ] grg(w) pr

C’est son fils bien-aimé, le chancelier royal, [l’intendant] qui a fait cela pour sa mère [comme un fils] qui maintient la maison.

Commentaire

L’inscription est placée, sur la stèle, devant la défunte, hors colonne, mais la paléographie semble la même que celle de l’inscription principale.

Bibliographie

Äg. Inschr. I, p. 119 ; Brovarski 1989, p. 229, n. 233 ; El‑Sayed 1985b, p. 287, no 108 ; Fischer 1981a, p. 235‑242, pl. 29.

Dédicace 26

Berlin, Ägyptisches Museum und Papyrussammlung, 9056.

Provenance : Naqada.

Date : IXe ou Xe dynastie.

Formule

[jn] snt.f mrt.f Nbt.f jr(w) n.f nn

[C’est] sa sœur, bien-aimée, Nébétef, qui a fait cela pour lui.

Commentaire

La dédicace est placée au-dessus du bras du défunt. Dans l’inscription principale de la stèle il se dit aimé de ses frères et sœurs.

Bibliographie

Äg. Inschr. I, p. 119 ; Brovarski 1989, p. 36, n. 62 ; Fischer 1964, p. 95, no 39, pl. 33b ; Schenkel 1965, p. 124, no 101 ; Vandier 1943, p. 21‑29, fig. 3.

Dédicace 27

Londres, British Museum, EA 1802.

Provenance : Naqada.

Date : Xe ou XIe dynastie.

Formule

jn jt.s mry.s Jr.n.s jr(w) n.s nn

C’est son père bien-aimé, Irénes qui a fait cela pour elle.

Commentaire

La dédicace est placée sous le bras de la défunte. Elle n’est pas dans la continuité de l’inscription principale de la stèle, mais il s’agit de la même facture.

Bibliographie

Brovarski 1989, p. 36, n. 62 ; Fischer 1964, p. 91, no 35, pl. 31b ; James 1955, p. 87, pl. 30a ; Schenkel 1965, p. 125, no 102.

Dédicace 28

Londres, British Museum, EA 1671.

Provenance : Gébelein.

Date : IXe dynastie.

Formule

jrt.n n.f sȝ.f smsw mry.f Jnj grg(w) pr jt(.f)

Ce qu’a fait pour lui son fils aîné bien-aimé, Ini, qui maintient la maison de (son) père.

Commentaire

H. Polotsky estime que « the phrase is excluded from the main inscription ». Pourtant, l’inscription de dédicace est bien placée à la fin de la biographie du défunt, dans la continuité. La paléographie est la même. La colonne de texte est légèrement plus fine que sur le reste de la stèle mais l’argument ne semble pas définitif.

Le défunt est représenté debout avec sa femme. Le fils est représenté devant eux, tenant un bâton.

Bibliographie

Brovarski 1989, p. 38, 167, 190, 197, 990‑992 ; id. 1977, p. 38 ; Clère 1941, p. 463 ; El‑Sayed 1985b, p. 287, no 106 ; Fischer 1961a, p. 45, 51 ; id. 1962a, p. 334 ; Morenz 2006, p. 389‑407 ; Polotsky 1930, p. 194‑199, pl. 29 ; Schenkel 1965, p. 58‑60, no 40 ; Vandier 1934, p. 138 ; Vandier 1943, p. 21‑29, fig. 6.

Dédicace 29

Bologne, Museo Civico Archeologico, KS 1933.

Provenance : Abydos.

Date : XIIIe dynastie.

Formule

jn sn.f sʿnḫ(w) rn.f jdnw n jmy-r pr wr Sbk-mnḫ mȝʿ-ḫrw nb jmȝḫ ms.n nbt pr Jpw mȝʿt-ḫrw

C’est son frère qui fait vivre son nom, le lieutenant du grand intendant, Sébekménekh, justifié, détenteur de pension, né de la maîtresse de maison Ipou, justifiée.

Commentaire

La dédicace est gravée au centre de la stèle, sous l’inscription principale. Elle est encadrée par deux personnages assis. Celui de gauche est le défunt principal, le dédicant est à droite, assis devant une table d’offrandes.

Bibliographie

Bresciani 1985, p. 32‑33, no 7, 138 ; Franke 1984, no 554 ; Simpson 1974, p. 22 (ANOC 66.1).

Dédicace 30

Brooklyn, Brooklyn Museum of Art, L69.19 / 86.226.29.

Provenance : Abydos ?

Date : VIe dynastie, Téti ou Mérenrê.

Formule

jn sȝt.s mrt.s rḫt nswt ḥm(t)-nṯr Ḥwt-ḥr Ḥȝt-kȝw jrt n.sn sk sn swḏȝ.w r jmnt nfrt

C’est sa fille bien-aimée, la connue du roi, prêtresse d’Hathor, Hatkaou, qui a fait (cela) pour eux alors qu’ils se sont rendus vers le bel occident.

Commentaire

La dédicace occupe une place de choix, en première ligne. La stèle est dédiée aux deux parents du dédicant qui sont représentés face à face sur le tableau central puis chacun sur un montant. La mère joue néanmoins le rôle principal avec une représentation plus grande que celle de son mari et une mention sur le rouleau.

De part et d’autre du panneau, en symétrie, une figure féminine, les bras ballants, se tient derrière les époux. On imagine volontiers qu’il s’agit de leur fille, la dédicante.

Bibliographie

Brovarski 1994b, p. 21, n. 25, 22 ; Fazzini 1972, p. 33, fig. 1.

Dédicace 31

Le Caire, Musée égyptien, numéro inconnu.

Provenance : Edfou.

Date : XVIIe dynastie.

Formule

jn sȝ(.f) sʿnḫ(w) rn(.f) (ẖry-)ḥb Jjwf

C’est son fils qui fait vivre son nom, le prêtre lecteur Iiouf.

Commentaire

Dédicace placée sur la face avant du socle de la statue.

Bibliographie

Daressy 1918a, p. 51, no 10 ; Franke 1984, no 38.

Dédicace 32

Le Caire, Musée égyptien, numéro inconnu.

Provenance : Edfou.

Date : fin du Moyen Empire (?).

Formule

jn sn.f sʿnḫ(w) rn.f wʿb Ḥr-m-ḥȝt

C’est son frère qui fait vivre son nom, le ouab Horemhat.

Commentaire

L’inscription occupe la partie basse d’une stèle-naos, en symétrie de la formule d’offrande.

Bibliographie

Daressy 1918a, p. 52, no 12.

Dédicace 33

Le Caire, Musée égyptien, numéro inconnu.

Provenance : Naga ed‑Deir.

Date : VIe dynastie.

Formule

sȝb sš Jn-ḥrt-kȝ (rwt) pw jrt.n.f n sȝ(.f) jmȝḫw ḫr nṯr ʿȝ Kȝ-sḫm-rʿ

Le magistrat, scribe, Inhéretka (dit) : c’est (la stèle) qu’il a faite pour (son) fils, le pensionné auprès du grand dieu, Kasékhemrê.

Commentaire

Sur cette forme grammaticale particulière, voir Brovarski 1989, p. 158. La dédicace occupe une place privilégiée : la ligne supérieure et, dans la continuité, le montant gauche de la stèle fausse-porte. Le reste du monument est ordinaire avec une représentation du défunt et de sa femme. Le dédicant n’est pas représenté.

Bibliographie

Brovarski 1989, p. 156‑160 ; Dunham 1937, p. 80, no 68, pl. 23.2 ; Fischer 2001, p. 56 ; Kanawati 1992, p. 206 ; Schenkel 1965, p. 195, no 288.

Dédicace 34

Le Caire, Musée égyptien, numéro inconnu.

Provenance : Naga ed‑Deir.

Date : IXe dynastie.

Formule

jrt.n n.f sȝ.f smsw.f mry.f jr(w) mrrt.f tp tȝ Ṯmrry-snb

Ce qu’a fait pour lui son fils, son aîné bien-aimé, qui a fait ce qu’il aimait sur la terre, Tjéméréryséneb.

Commentaire

La dédicace occupe la fin de l’inscription de la stèle, dans sa continuité. Le dédicant n’est pas représenté.

Bibliographie

Brovarski 1989, p. 183, 479‑486, 1153 (fig. 119) ; Dunham 1937, p. 82, no 70, pl. 24.2 ; Kanawati 1992, p. 155, 267, 299 ; Schenkel 1965, p. 172, no 234.

Dédicace 35

Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, ÆIN 20.

Provenance inconnue.

Date : VIe dynastie.

Formule

m […] ḏd.f jr.n(.j) nw n šmt(.j) Nfr-ṯs

[…] dit : (j’)ai fait cela pour (ma) belle-mère, Néfertjes.

Commentaire

La dédicace se trouve au centre de la fausse-porte. La défunte est représentée à gauche. Sur le montant droit, deux registres montrent successivement un couple et un enfant. L’inscription qui les concerne est illisible et il n’est pas possible de dire si le dédicant est représenté.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 275, no 24b ; Koefed-Peterson 1936, p. 37 ; id. 1948, p. 2‑3, 69, pl. 4 ; Roquet 1977, p. 119‑127.

Dédicace 36

Le Caire, Musée égyptien, CGC 1603.

Provenance : Naga ed‑Deir.

Date : fin de la Xe dynastie.

Formule

m jr(w) sȝ.f mr n.f Mrry

Ce qu’a fait son fils, aimé de lui, Méréry.

Commentaire

L’inscription est placée derrière le défunt. Le dédicant n’est pas représenté sur la stèle.

Bibliographie

Brovarski 1989, p. 803, 809 ; El‑Sayed 1985b, p. 275, no 25 ; Fischer 1968a, p. 308, 809.

Dédicace 37

Le Caire, Musée égyptien, CGC 1613.

Provenance : Akhmim.

Date : fin de la VIe dynastie.

Formule

jn hy.s sš ʿ nswt Ḥrwy jr(w) nn n sš

C’est son mari, le scribe des documents royaux, Horoui, qui a fait ces inscriptions.

Commentaire

Le dédicant n’est pas représenté mais la dédicace occupe une place assez importante, en colonne, sur presque toute la hauteur de la stèle.

Bibliographie

Brovarski 1985, p. 120, pl. lb ; Fischer 1968a, p. 308 ; Kanawati 1992, p. 3, 14, 194, 228 (n. 1400), 241 ; id. 1988, p. 60, pl. 12a, fig. 32b.0 ; Vandier 1954, p. 447, fig. 287.

Dédicace 38

Le Caire, Musée égyptien, CGC 1629.

Provenance : Nagaed-Deir ?

Date : Xe dynastie.

Formule

jn sȝt.f mrt.f Snbt jr(w) n.f nn

C’est sa fille bien-aimée, Sénébet, qui a fait cela pour lui.

Commentaire

La dédicante n’est pas représentée sur la stèle.

Bibliographie

Brovarski 1989, p. 823‑825 ; El‑Sayed 1985b, p. 275, no 23 ; Fischer 1968a, p. 309 ; Urk. I, p. 228.

Dédicace 39

Le Caire, Musée égyptien, CGC 1652.

Provenance inconnue.

Date : fin de l’Ancien Empire.

Formule

sš ḥwt-nṯr Jy-kȝw ḏd.f n dngw ḥwt-nṯr jr.j nw n ẖryt-nṯr nt jtw.j pw jmy(w) m-bȝḥ sk sn qrs m ẖryt-nṯr Ḥtp-mḥ.f Ḏȝt Nfr Nfr.r wr (?) nb jmȝḫ ḫr nṯr (ʿȝ) Mȝ

Le scribe du temple, Iykaou, il dit aux nains du temple : j’ai fait cela pour la nécropole de mes ancêtres alors qu’ils ont été enterrés dans la nécropole ; Hétepméhef, Djat, Néfer, Néférérour (?), le détenteur de pension auprès du (grand) dieu, Ma.

Commentaire

La dédicace occupe deux colonnes à la fin de la stèle. Elle associe deux aspects : les ancêtres et les nains, avec une sorte d’adresse particulière. Pour une autre mention de nains, voir la dédicace 126.

Bibliographie

Dasen 1993, p. 31, 131‑132 ; Fischer 1968a, p. 310‑312, fig. 1 ; id. 1978, p. 52 ; Junker 1941, p. 89, fig. 22.

Dédicace 40

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20001.

Provenance : Gébelein.

Date : début de la XIe dynastie.

Formule

jrt.n n.f sȝ.f smsw mry.f J(tj)

Ce qu’a fait pour lui son fils aîné bien-aimé, I(ti).

Commentaire

La dédicace apparaît sur la stèle à la fin de la longue autobiographie, dans la continuité de l’inscription. Le dédicant n’est pas représenté.

Bibliographie

Brovarski 1989, p. 38, 990‑992 ; id. 1977, p. 31 ; El‑Sayed 1985b, p. 275, no 26 ; Fischer 1974, p. 19 ; id. 1961a, p. 45 ; id. 1961b, p. 69‑72 ; Schcnkel 1965, p. 57, no 39 ; Vandier 1934, p. 137‑145 (avec une planche).

Dédicace 41

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20010.

Provenance : Naqada.

Date : IXe dynastie.

Formule

jn rmṯ.f mrr(w) jr(w) n.f nn

Ce sont ses gens qui l’aiment qui ont fait cela pour lui.

Commentaire

L’inscription est faite par le personnel rmṯ, à priori non figuré sur la stèle, sauf à considérer que ce personnel est représenté par la personne isolée qui fait face au couple de défunts.

Bibliographie

Brovarski 1977, p. 31 ; id. 1989, p. 36, n. 62 ; El‑Sayed 1985b, p. 276, no 27 ; Fischer 1964, p. 89, no 33, pl. 30 ; Kanawati 1992, p. 258.

Dédicace 42

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20012.

Provenance : Abydos.

Date : IXe ou Xe dynastie.

Formule

jn sȝ.f sʿnḫ(w) rn.f jmy-r pr Nḫt

C’est son fils qui fait vivre son nom, l’intendant, Nakht.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de l’inscription principale de la stèle, au-dessus du défunt. En bas, en face de la table, le dédicant est figuré en train de présenter une fleur.

Bibliographie

Brovarski 1989, p. 224, 239, n. 275, p. 242, 258, 741, n. 37, p. 880, n. 198 ; Daoud 2005, p. 27, 48 ; El‑Sayed 1985b, p. 276, no 28 ; Fischer 1977, p. 16, n. 47, p. 69, n. 177a.

Dédicace 43

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20013.

Provenance : Thèbes.

Date : XIe dynastie.

Formule

mnww jr.n sȝ.f mrr n[.f]

Monuments qu’a faits son fils, qui est (constamment) aimé de lui.

Commentaire

La dédicace est placée en dehors du cadre de l’inscription de la stèle. La mention de plusieurs monuments est inexpliquée.

Bibliographie

Brovarski 1989, p. 245, n. 284, p. 834, n. 33 ; El‑Sayed 1985b, p. 276, no 29.

Dédicace 44

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20016.

Provenance : Abydos.

Date : fin de la XIIe ou début de la XIIIe dynastie.

Formule

jn sȝ(.j) mry(.j) n ẖt.j (…) jr(w) n(.j) nn n-mrwt ʿnḫ rn(.j) ḥr.s n ḏt

C’est mon fils bien-aimé, de mon corps, […] qui a fait cela pour moi, afin que mon nom vive sur elle pour l’éternité.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de l’inscription principale de la stèle. La bénéficiaire est également la propriétaire du monument suivant, avec la dédicace 45.

Contra El‑Sayed, loc. cit., le pronom suffixe .s (fém.) ne peut renvoyer à l’expression ʿbȝ pn (masc.). Il pourrait s’agir d’une référence à une mʿḥʿt.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 276, no 30 ; Franke 1984, no 475 ; Simpson 1974, p. 17, pl. 20 (ANOC 11.2).

Dédicace 45

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20017.

Provenance : Abydos.

Date : fin de la XIIe ou début de la XIIIe dynastie.

Formule

jn jt(.j) jr(w) n(.j) nn

C’est mon père qui a fait cela pour moi.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de l’inscription principale de la stèle. Elle occupe près de la moitié de l’inscription.

Il s’agit de la même bénéficiaire que pour la dédicace 44.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 276, no 31 ; Franke 1984, no 475 ; Simpson 1974, p. 17, pl. 20 (ANOC 11.1).

Dédicace 46

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20027.

Provenance : Abydos.

Date : fin du Moyen Empire.

Formule

m jr(w) n.f sȝ.f mry.f Mrw jr.n Prt mȝʿt-ḫrw

Ce que son fils bien-aimé a fait pour lui, Mérou, né de Péret, justifiée.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de l’inscription principale de la stèle. Le dédicant est représenté en face de la table d’offrandes avec un bras levé et la légende jrt ḥtp dj nswt.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 276, no 32.

Dédicace 47

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20034.

Provenance : Abydos.

Date : début de la XIIIe dynastie (?).

Formule

jn sȝ.f sʿnḫ(w) wʿb n ẖrtyw-nṯr Nmty-ḥtp mȝʿ-ḫrw

C’est son fils qui fait vivre (son nom), le ouab des carriers, Nemtyhétep, justifié.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de l’inscription principale. En face du défunt, un personnage aussi grand que lui tend un bras. Il s’agit probablement du dédicant (la légende, qui mentionne une femme, ne correspond pas).

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 276, n. 14.

Dédicace 48

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20037.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn snt.f sʿnḫ(w) rn.f nbt pr Šʿ

C’est sa sœur qui fait vivre son nom, la maîtresse de maison Châ.

Commentaire

L’absence d’illustration empêche de connaître la place et l’importance de la dédicace sur cette stèle.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 276, no 33.

Dédicace 49

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20048.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

m jr(w) n.sn sȝ.sn jmy-r mšʿ Sšnw nb jmȝḫ

Ce que leur fils a fait pour eux, le directeur de troupe, Séchénou, détenteur de pension.

Commentaire

L’inscription de dédicace est marquée deux fois sur la stèle de manière symétrique autour des représentations.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 277, no 34.

Dédicace 50

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20057.

Provenance : Abydos.

Date : fin de la XIIe dynastie (?).

Formule

jn sȝ.f sʿnḫ(w) rn.f mty n sȝ Jʿy
ḥtp dj nswt n kȝ n jt n jt.j Jʿy n kȝ n ẖrdw.f nb smyt nt pr jt.j nt pr mwt.j

C’est son fils qui fait vivre son nom, le régulateur de phylè, Iây.
Offrande royale pour le ka du père de mon père Iây, pour le ka de tous ses enfants, les défunts de la maison de mon père et de la maison de ma mère.

Commentaire

La dédicace est dans la continuité de l’inscription principale de la stèle. Le dédicant est représenté au milieu du premier registre.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 276, n. 14 ; Lange et Schäfer 1900, p. 69 ; Franke 1984, no 348.

Dédicace 51

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20077.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sȝ.f sʿnḫ(w) rn.f Mr-m-Nmty mȝʿ-ḫrw

C’est son fils qui fait vivre son nom, Méremnemty, justifié.

Commentaire

La dédicace est placée entre les deux registres de figure de la stèle. Le dédicant n’est pas représenté.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 276, n. 14.

Dédicace 52

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20105.

Provenance : Abydos.

Date : début de la XIIe dynastie.

Formule

jrt.n n.sn sn.sn smr wʿty rḫ nswt jmy-r hp m Ḫnmt-Mnw jmȝḫ(w) (mȝʿ-)ḫrw ʿb-kȝw-nḫn ms.n Jwnddwj

Ce qu’a fait pour eux leur frère, l’ami unique, le connu du roi, le directeur des règlements dans Khénémetménou, le pensionné, justifié, Abkaounékhen, né d’Ioundédoui.

Commentaire

La stèle semble dédiée à deux couples, les frères du dédicant et leur épouse respective. Chacun bénéficie d’une formule d’offrande symétrique à l’autre. Le dédicant n’est pas représenté.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 277, no 35 ; Fischer 1964, p. 110.

Dédicace 53

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20126.

Provenance : Abydos.

Date : fin du Moyen Empire.

Formule

m jr(w) n.f sȝ.f mr.f mȝʿ n st jb.f Sȝ-Hwtḥr mȝʿ-ḫrw ms.n nbt pr Kkyt (mȝʿ-)ḫrw nbt jmȝḫ

Ce que son fils, bien-aimé véritable, son préféré, a fait pour lui, Sahathor, justifié, né de la maîtresse de maison Kékyt, justifiée, détentrice de pension.

Commentaire

Le dédicant est représenté sur la stèle en train de tendre une coupe au défunt.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 277, no 36.

Dédicace 54

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20128.

Provenance inconnue.

Date : XIIIe dynastie.

Formule

m jr.n sȝ n jt(.f) Jnpw-nḫt mȝʿ-ḫrw nb jmȝḫ

Ce qu’un fils a fait pour (son) père, Inpounakht, justifié, détenteur de pension.

Commentaire

La dédicace est placée devant la représentation du dédicant, à droite du deuxième registre de la stèle. Elle le sépare d’un homme et deux femmes, qui lui font face et qui bénéficient chacun d’une formule d’offrande.

Bibliographie

El‑Rabi’i 1977, p. 15 (ANOC III.1) ; El‑Sayed 1985b, p. 277, no 37 ; Franke 1984, no 154.

Dédicacé 55

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20130.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sȝ.f mry.f jmy-r qdw Ddw jr(w) n.f sw n-mrwt rwḏ rn.f

C’est son fils bien-aimé, le directeur des maçons, Dédou, qui l’a fait pour lui, afin que son nom fleurisse.

Commentaire

La dédicace est placée sur la stèle devant la représentation d’un homme mais il n’est pas clair s’il s’agit du défunt ou du dédicant.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 277, no 38.

Dédicace 56

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20147.

Provenance : Abydos.

Date : XIIIe dynastie, Néferhotep Ier-Sébekhotep IV.

Formule

m jr(w) n.sn sn.sn H̱nmw-ʿq-Rn-snb ms.n nbt pr Ppj mȝʿt-ḫrw

Ce qu’a fait pour eux leur frère Khnoumâqrenséneb, né de la maîtresse de maison Pépi, justifiée.

Commentaire

La formule est placée tout en bas de la stèle sur un registre fin qui lui est spécialement dédié.

Une autre formule, mentionnée dans le premier registre et qui s’apparente aux formules de dédicace, est en fait une légende liée à la représentation du fils en train de présenter l’offrande à son père.

Bibliographie

Franke 1984, no 365 ; Mariette 1880, no 889 ; Simpson 1974, p. 18, pl. 32 (ANOC 22.2).

Dédicace 57

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20148.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

m jr(w) n[.sn sn.s]n Jḥw mȝʿ-ḫrw

Ce que leur frère a fait pour eux, Ihou, justifié.

Commentaire

Le dédicant n’est pas représenté sur la stèle. La dédicace occupe la place devant la table d’offrandes.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 277, no 39.

Dédicace 58

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20150.

Provenance : Dra Abou el‑Naga.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sn.f sʿnḫ(w) rn.f wʿb Snb.t(y).f(y) mȝʿ-ḫrw

C’est son frère qui fait vivre son nom, le ouab Sénebtyfy, justifié.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de l’inscription principale de la stèle. Le dédicant est représenté au registre suivant, debout face au défunt, aussi grand que lui, et tendant la main.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, n. 18.

Dédicace 59

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20162.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sȝ.f mr.f jmy-sȝ Ppy jr(w) n.f ʿbȝ pn

C’est son fils bien-aimé, le garde du corps Pépy, qui a fait pour lui cet autel.

Commentaire

La dédicace occupe la première ligne de la stèle ce qui lui donne une importance particulière.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 277, no 40.

Dédicace 60

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20192.

Provenance inconnue.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sn.f smsw hȝyt Sbk-jry sʿnḫ(w) rn.f ms.n Sȝt-n.j

C’est son frère, l’aîné du portail Sébékiry, qui fait vivre son nom, né de Satni.

Commentaire

La dédicace occupe la place devant le défunt. Le dédicant n’est pas représenté sur la stèle.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 277, no 41.

Dédicace 61

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20219.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sȝ.s mr.s sʿnḫ(w) rn.s tp tȝ jmy-r pr Ptḥ-sʿnḫj mȝʿ-ḫrw

C’est son fils bien-aimé qui fait vivre son nom sur terre, l’intendant, Ptahséânkhi, justifié.

Commentaire

La dédicace est placée tout en bas de la stèle.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 278, no 42.

Dédicace 62

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20296.

Provenance : Abydos.

Date : Sésostris III.

Formule

m jr(w) n.f sȝ.f mr.f Sn-Wsrt/Jw-nfr jr.n St-Wsr mȝʿ-ḫrw ḥnʿ snw.f snwt.f

Ce qu’a fait pour lui son fils bien-aimé, Sénousret/Iounéfer, né de Sétouser, justifiée, avec ses frères et ses sœurs.

Commentaire

La dédicace est placée à la première ligne de la stèle, entre la formule ḥtp dj nswt et la mention du défunt.

Bibliographie

El‑Rabi’i 1977, p. 17 (ANOC VI.1) ; Franke 1984, no 93.

Dédicace 63

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20304.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sn.f sʿnḫ(w) rn.f Sȝ-nb-snt

C’est son frère qui fait vivre son nom, Sanebsénet.

Commentaire

La dédicace est placée devant la représentation du dédicant, qui fait face au défunt, sur le registre médian de la stèle.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, n. 18 ; Grajetzki et Stefanović 2012, p. 6.

Dédicace 64

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20355.

Provenance : Naqada.

Date : IXe dynastie.

Formule

jn sn.f Ḥm-jwn jr(w) n.f nn

C’est son frère, Hémioun, qui a fait cela pour lui.

Commentaire

L’inscription est placée entre les jambes du défunt et son bâton. Le dédicant n’est pas représenté sur la stèle.

Bibliographie

Brovarski 1989, p. 36, n. 62 ; El‑Sayed 1985b, p. 278, no 43 ; Fischer 1964, p. 94, no 38, pl. 33a.

Dédicace 65

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20384.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sȝ.f sʿnḫ(w) rn.f Sbk-nḫt

C’est son fils qui fait vivre son nom, Sébeknakht.

Commentaire

La dédicace est positionnée devant la représentation d’un homme agenouillé, un bras levé, sur la droite de la stèle.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 276, n. 14.

Dédicace 66

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20387.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sn.f sʿnḫ(w) rn.f ẖry-ḥb n Wsjr Ḏḥwty-m-ḥȝt

C’est son frère qui fait vivre son nom, le prêtre lecteur d’Osiris, Djéhoutyemhat.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de la formule d’offrande, sur le registre médian de la stèle.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, n. 18.

Dédicace 67

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20417.

Provenance inconnue.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn Wsr-ʿnqt sʿnḫ.s rn.f

C’est Ousérânqet qui fera vivre son nom.

Commentaire

Stèle fragmentaire. Seule la partie basse est conservée et ne permet pas de définir l’importance du dédicant sur le monument.

Bibliographie

Allen (T.G.) 1922, p. 61, n. 1.

Dédicace 68

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20437.

Provenance inconnue.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sn.f sȝb Jb(j)-jʿw sʿnḫ(w) rn.f mȝʿ-ḫrw

C’est son frère, le dignitaire Ibiâou, qui fait vivre son nom, justifié.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de la formule d’offrande. Le dédicant n’est pas représenté sur la stèle.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, n. 18.

Dédicace 69

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20439.

Provenance inconnue.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sn.f sʿnḫ(w) rn.f ẖry-ḥb Wpwʿwt-nḫt

C’est son frère qui fait vivre son nom, le prêtre lecteur Oupouaoutnakht.

Commentaire

La dédicace est placée devant le dédicant en train de faire une offrande au défunt, sur le registre médian de la stèle. Il pourrait s’agir d’une simple légende.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, n. 18.

Dédicace 70

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20450.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn ẖrd.f sʿnḫ(w) rn.f wʿb n Jmn Snb jm.f

C’est son enfant qui fait vivre son nom dessus, le ouab d’Amon, Séneb.

Commentaire

L’absence d’illustration ne permet pas de savoir l’importance et la place de l’inscription.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 278, no 44.

Dédicace 71

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20478.

Provenance inconnue.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn ẖrdt.f sʿnḫ(w) rn.f

C’est sa fille qui fait vivre son nom.

Commentaire

L’absence d’illustration ne permet pas de savoir l’importance et la place de l’inscription.

Bibliographie

Allen (T.G.) 1922, p. 61, n. 1.

Dédicace 72

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20501.

Provenance : Naqada.

Date : début de la XIe dynastie.

Formule

jn jt.f mry.f Šmȝj jr(w) n.f nn

C’est son père bien-aimé, Chémaï, qui a fait cela pour lui.

Commentaire

L’inscription de dédicace est placée à la base de la stèle. Son style est beaucoup moins soigné et elle semble être d’une main différente ; elle a peut-être été ajoutée ultérieurement.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 278, no 45 ; Fischer 1964, p. 98, no 41, pl. 35a ; Schenkel 1965, p. 123, no 99 ; Vandier 1943, p. 21‑29, fig. 1.

Dédicace 73

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20511.

Provenance : Naqada.

Date : IXe dynastie.

Formule

jn sn.f mry.f Ḥnw jr(w) n.f nn

C’est son frère bien-aimé, Hénou, qui a fait cela pour lui.

Commentaire

La dédicace est placée derrière trois personnages représentant un couple et leur fils.

Bibliographie

Brovarski 1989, p. 36, n. 62 ; Fischer 1964, p. 92, no 36, pl. 32a ; Schenkel 1965, p. 124, no 100.

Dédicace 74

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20515.

Provenance : Abydos.

Date : Sésostris Ier.

Formule

jn sȝ.f sʿnḫ(w) rn.f r rȝ-pr pn ẖry-ḥb wr sš qdwt m Jmn-m-ḥȝt-jṯ-tȝwy jmȝḫ Nḫt

C’est son fils qui fait vivre son nom dans ce temple, le grand prêtre lecteur, dessinateur dans Aménemhatitjtaoui, le pensionné, Nakht.

Commentaire

La dédicace est associée à une représentation du dédicant en train de faire l’offrande devant son père, au quatrième registre de la stèle.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 278, no 46 ; Franke 1984, no 337, 338 ; Simpson 1974, p. 19, pl. 46 (ANOC 30.1).

Dédicace 75

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20516.

Provenance : Abydos.

Date : XIIe dynastie.

Formule

jn sȝ.f mry.f sʿnḫ(w) rn.f r rȝ-pr pn n Wsjr ḫnty jmntyw nb ȝbḏw ẖry-ḥb Ḥtp ms.n Ḥtpt ḏd.f n kȝ jt(.j) ḥtp dj nswt.

C’est son fils bien-aimé qui fait vivre son nom dans ce temple d’Osiris qui est en tête des Occidentaux, maître d’Abydos, le prêtre lecteur, Hétep, fils de Hétépet, il dit : l’offrande-que-donne-le-roi est pour le ka de (mon) père.

Commentaire

La dédicace est située devant la figure du fils en train de procéder au rituel, au troisième registre de la stèle. Elle introduit la légende de la scène avec une formule d’offrandes.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 278, no 47.

Dédicace 76

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20518.

Provenance : Abydos.

Date : XIIe dynastie.

Formule

sȝ.f mry.f smsw jr(w) ḥsst m ẖrt nt rʿ nb H̱nmw-nḫt ms.n Sny

Son fils aîné bien-aimé a fait ce qui est louable comme un devoir quotidien, Khnoumnakht, né de Sény.

Commentaire

Le dédicant est représenté de petite taille sur la droite de la stèle, premier d’un groupe de quatre qui fait face au défunt. La dédicace est placée au-dessus de lui alors que les trois autres ne sont désignés que par leur lien familial (trois sœurs du défunt).

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 278, no 48 ; Maspero 1881, p. 116‑117.

Dédicace 77

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20526.

Provenance : Abydos.

Date : XIIe dynastie, Sésostris Ier.

Formule

[…] jmȝḫw Nḫt ḏd.f jn sȝ.j sȝ (n) sȝ.j smnḫ(w) rn.j r rȝ-pr pn
sš qdwt Nḫt ḏd.f jn sȝ.j mry smnḫ(w) rn.j sš qdwt Nḫt

[…] le pensionné Nakht dit : c’est mon fils et le fils de mon fils qui rendent efficient mon nom dans ce temple.
Le dessinateur Nakht dit : c’est mon fils aimé qui rend efficient mon nom, le dessinateur Nakht.

Commentaire

La division symétrique montre deux personnes du même nom. Il est possible qu’il s’agisse de deux personnes différentes car l’épouse n’est pas la même. Il y aurait alors sur cette stèle deux familles différentes ou deux branches distinctes d’une même famille.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 279, no 49 ; Eranke 1984, no 337, 338 ; Simpson 1974, p. 19, pl. 47 (ANOC 30.2).

Dédicace 78

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20535.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sȝ.f sʿnḫ(w) rn.f Jn-jt.f

C’est son fils qui fait vivre son nom, Antef.

Commentaire

La dédicace est placée entre les deux registres illustrés de la stèle. Elle est précédée d’une formule d’offrandes comme s’il s’agissait d’une légende. Toutefois, ce n’est pas le cas car les deux officiants portent d’autres noms.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 276, n. 14.

Dédicace 79

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20536.

Provenance : Abydos.

Date : XIIe dynastie, Aménemhat III.

Formule

Sbk-m-sȝ.f ḏd.f jr.n(.j) nȝ n smyt tn (n)mrwt rwḏ rn.sn sḏm.sn sḏm (?) jtw ḫft jrt n.sn jḫt jmy rn.f n smyt

Sébékemsaf dit : j’ai fait cela pour (les gens) de cette tombe familiale afin de perpétuer leur nom, et qu’ils entendent ce qu’entendent (?) les pères quand on fait pour eux le rituel. Liste des membres de la smyt.

Commentaire

La dédicace fait cadre autour de l’inscription principale de la stèle. Quinze personnes sont nommées sur le monument. La plupart sont des membres de sa famille (parents, frères et sœurs), mais d’autres ne sont pas identifiés comme tels. Le défunt principal est en même temps le dédicant.

Bibliographie

Clère 1985, p. 86 ; Lange et Schäfer 1900, p. 110.

Dédicace 80

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20548.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

sȝ.f mr.f sʿnḫ(w) rn.f Nḫtj

Son fils bien-aimé, qui fait vivre son nom, Nakhti.

Commentaire

La dédicace est placée à côté d’une personne au quatrième registre de la stèle et ressemble plus à une épithète qu’à une dédicace.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 279, no 50.

Dédicace 81

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20551.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sȝ.f (s)ʿnḫ(w) rn.f ḥry n qnbt Sbk-m-ḥb mȝʿ-ḫrw

C’est son fils qui fait vivre son nom, le supérieur de la qnbt, Sébékemheb, justifié.

Commentaire

L’absence d’illustration ne permet pas de savoir l’importance et la place de l’inscription.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 276, n. 14.

Dédicace 82

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20557.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sn.f sʿnḫ(w) rn.f mty n sȝ Jb

C’est son frère qui fait vivre son nom, le régulateur de phylè Ib.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de l’inscription principale de la stèle. Au deuxième registre, deux hommes assis se font face. Bien qu’ils ne soient pas nommés, il est possible que l’un des deux soit le dédicant.

Bibliographie

Allen (T.G.) 1922, p. 61, n. 1.

Dédicace 83

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20567.

Provenance : Abydos.

Date : première moitié de la XIIe dynastie.

Formule

jn sȝ.f mr.f Nbw-n-Ptḥ jr(w) n.f n-mrwt rwḏ rn.f n ḏt

C’est son fils bien-aimé, Nébouenptah, qui a agi pour lui afin que son nom fleurisse pour l’éternité.

Commentaire

La dédicace est marquée au premier registre de la stèle, à la suite de l’inscription principale. Dans le second registre, le dédicant présente une oie au défunt.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 279, no 51 ; Franke 1984, no 308 ; Simpson 1974, p. 20, pl. 57 (ANOC 39.1).

Dédicace 84

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20595.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jr.n.f m mnw.f n snw.f m srwḏ rnw.sn tp tȝ Jhnw-ʿnḫw

C’est comme son monument qu’il a fait pour ses frères, pour faire fleurir leurs noms sur terre, Ihénouânkhou.

Commentaire

La dédicace est placée tout en bas de la stèle.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 279, no 52.

Dédicace 85

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20604.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sn.f sʿnḫ(w) rn.f smsw hȝyt ʿʿwy-ʿnḫ

C’est son frère qui fait vivre son nom, l’aîné du portail, Ââouiânkh.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de l’inscription principale de la stèle. Le dernier registre montre le défunt assis devant une table. Un autre personnage lui fait face qui pourrait être le dédicant.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, n. 18.

Dédicace 86

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20606.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jmȝḫw Ḥr-m-ḥȝt ḏd.f jn sȝ.j mry.j smnḫ(w) rn.j r rȝ-pr pn n ḏt Jmny mȝʿ-ḫrw

Le pensionné Horemhat dit : c’est mon fils bien-aimé qui rend efficient mon nom dans ce temple pour l’éternité, Imény, justifié.

Commentaire

La dédicace est placée dans l’inscription principale en haut de la stèle. Elle est incluse dans un discours du défunt.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 279, no 53.

Dédicace 87

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20661.

Provenance inconnue.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sȝ.f sȝb Rsw-nfr sʿnḫ(w) rn.f

C’est son fils, le dignitaire Résounéfer, qui fait vivre son nom.

Commentaire

L’absence d’illustration ne permet pas de savoir l’importance et la place de l’inscription.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 276, n. 14.

Dédicace 88

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20663.

Provenance inconnue.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sn.f sʿnḫ(w) rn.f Sbk-ḥtp
jn sn.f sʿnḫ(w) rn.f smsw hȝyt Swḏ-Ptḥ

C’est son frère qui fait vivre son nom, Sébekhotep.
C’est son frère qui fait vivre son nom, l’aîné du portail, Séoudjptah.

Commentaire

La première inscription est placée dans la continuité de la formule d’offrandes et concerne le défunt principal, au deuxième registre de la stèle.

La seconde dédicace est portée sur le registre suivant et semble plus s’apparenter à une légende.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, n. 18.

Dédicace 89

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20705.

Provenance : Esna.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sȝ n snt.f sʿnḫ(w) rn.f Ḫʿ[…]

C’est le fils de sa sœur qui fait vivre son nom, Khâ[…].

Commentaire

La dédicace est placée en bas de la stèle. Le dédicant est représenté au milieu, en train de faire l’offrande, avec une légende.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 279, no 55.

Dédicace 90

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20711.

Provenance : Gébelein.

Date : XIIe dynastie.

Formule

jn sn.f sʿnḫ(w) rn.f wr šmsww nby ʿʿw mȝʿ-ḫrw

C’est son frère qui fait vivre son nom, le chef des militaires-šmsw, l’orfèvre, Ââou, justifié.

Commentaire

L’absence d’illustration ne permet pas de savoir l’importance et la place de l’inscription.

Bibliographie

Fischer 1961a, p. 45.

Dédicace 91

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20751.

Provenance : Abydos.

Date : XIIe dynastie, Sésostris Ier.

Formule

sȝ sȝ.f sʿnḫ(w) rn.f ẖry-ḥb Nḫt

(C’est) le fils de son fils qui fait vivre son nom, le prêtre lecteur Nakht.

Commentaire

Le petit-fils est représenté debout en face du couple de défunts, de l’autre côté de la table d’offrandes, sur le registre médian de la stèle. Il lève un bras en signe d’adoration.

Bibliographie

Allen (T.G.) 1922, p. 61, n. 1 ; Franke 1984, no 337‑338 ; Simpson 1974, p. 19, pl. 47 (ANOC 30.3).

Dédicace 92

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20756.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sȝ.f sʿnḫ(w) rn.f jmȝḫ Wsr ms.n Ḥtpw mȝʿ-ḫrw

C’est son fils qui fait vivre son nom, le pensionné Ouser, né de Hétépou, justifiée.

Commentaire

La formule est placée dans la continuité de l’inscription principale de la stèle. Le dédicant est représenté assis avec sa femme, en face du couple de ses parents, de manière symétrique.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 276, n. 14.

Dédicace 93

Le Caire, Musée égyptien, CGC 57007.

Provenance : Giza.

Date : Ancien Empire.

Formule

jn sȝb rȝ Nḫn Snḏm-jb jr(w) n.sn nw sk sn qrsw m Jmntt rnpwt ʿšȝ(w)t

C’est le dignitaire, porte-parole de Nékhen Sénédjémib, qui a fait cela pour eux alors qu’ils étaient enterrés à l’occident (après) de nombreuses années.

Commentaire

Il s’agit de toute évidence d’un bassin à libation consacré au souvenir de la famille mais la place du dédicant est prioritaire car il est mentionné à quatre reprises.

Bibliographie

Kaplony 1968, p. 202‑203, fig. 17 ; PM III2/1, p. 310.

Dédicace 94

Le Caire, Musée égyptien, CGC 57321.

Provenance inconnue.

Date : Ancien Empire.

Formule

sȝ.f smsw ʿnḫ-jr.s ḏd.f jnk jr(w) nn n jt(.j)

Son fils aîné, Ânkhires dit : c’est moi qui ai fait cela pour mon père.

Commentaire

L’absence d’illustration ne permet pas de savoir l’importance et la place de l’inscription.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 275, no 24a ; Urk. I, 229 (M).

Dédicace 95

Le Caire, Musée égyptien, CGC 9625.

Provenance : Saqqâra.

Date : XIIe dynastie.

Formule

Table 1

jn jry-pʿt ḥȝty-ʿ Jpj-Sȝ-Ḥwt-ḥr jr(w) ḫȝyt tn n jt(.f) Sk-wsḫt

C’est le prince, le comte Ipisahathor, qui a fait cette table d’offrandes pour son père Sékouaskhet.

Table 4

jn jry-pʿt ḥȝty-ʿ Jpj-Sȝ-Ḥwt-ḥr jr(w) ḫȝyt tn n jtw(.f) jmyw ẖryt-nṯr n-mrwt prt-ḫrw n.sn rʿ nb

C’est le prince, le comte Ipisahathor, qui a fait cette table d’offrandes pour ses pères qui sont dans la nécropole, pour une offrande invocatoire pour eux chaque jour.

Commentaire

La première mention est dédiée au bénéficiaire principal du monument et la quatrième à deux homonymes. La filiation du dédicant avec Sékouaskhet n’est peut-être pas biologique. Il semble que les tables d’offrandes ont fait l’objet d’un dépôt ultérieur et collectif, selon l’opinion de Kh. Daoud (2005, p. 101), que nous suivons sur ce point, au moins pour des considérations stylistiques (supra, p. 86).

Bibliographie

Abdalla 1992, p. 93‑111 ; Daoud 2005, p. 90, pl. 39‑46 ; Posener 1940, p. 15‑16, n. 2 ; Silverman 2000, p. 269, n. 39.

Dédicace 96

Collection privée.

Provenance inconnue.

Date : Ancien Empire.

Formule

jn sȝt sȝt.s jrt n.s jmȝḫwt ḫr mwt.s rḫt nswt mnʿt pr-ʿȝ Ḫnt-kȝw.s

C’est la fille de sa fille qui a fait pour elle (ce bassin), la pensionnée auprès de sa mère, la connue du roi, la nourrice du palais, Khentkaous.

Commentaire

Le dédicant de ce bassin est la petite-fille et on peut supposer que le titre d’imakhou renvoie à la grand-mère plutôt qu’à la mère (hypothèse déjà suggérée par P. Kaplony).

Bibliographie

Kaplony 1968, p. 196‑200, no 4, pl. 3.

Dédicace 97

Le Caire, ex-collection Michaïlidès, s. n.

Provenance inconnue.

Date : Ancien Empire.

Formule

jn sȝ n smsw pr sḥḏ ḫrw nḫt ḥwt-ʿȝt rḫ nswt Z jr(w) n.(f) sk sw ḫpw rnpwt ʿšȝt

C’est le fils de l’aîné du domaine, l’inspecteur des forts de voix de la Grande enceinte, le connu du roi Sé, qui a agi pour lui alors qu’il était parti après de nombreuses années.

Commentaire

L’absence d’illustration ne permet pas de savoir l’importance et la place de l’inscription.

Bibliographie

Fischer 1978, p. 50‑51 ; id. 1972, p. 80, n. 26.

Dédicace 98

Copenhague, Nationalmuseet, Aad 13.

Provenance : Abydos.

Date : première moitié de la XIIe dynastie.

Formule

jn sȝt.f sʿnḫ(w) rn.f nbt pr Sḥtp-jb-nḥḥ ms Snbts

C’est sa fille qui fait vivre son nom, la maîtresse de maison Séhétépibnéheh, née de Sénebtes.

Commentaire

La dédicace est placée devant le défunt, inscrite dans un module inférieur à celui de l’inscription principale de la stèle. Elle fait quand même partie du programme initial. Le défunt n’est pas accompagné de son épouse, sur le siège, mais de sa fille, celle qui fait la dédicace. Elle pose sa main sur son épaule en geste d’affection.

Bibliographie

Franke 1984, no 93, 100 ; Mogensen 1918, p. 17, pl. 12 ; Simpson 1974, p. 15, pl. 7 (ANOC 2).

Dédicace 99

Florence, Museo Egizio, 2559.

Provenance : Abydos.

Date : XIIIe dynastie.

Formule

jr n.f sȝ.f wr mḏw šmʿw Nḥy nb jmȝḫ
jr n.s sȝ.s wr mḏw šmʿw Jmn-m-ḥȝt/Nḥy
jr n.s sn.s wr mḏw šmʿw Nḥy mȝʿ-ḫrw

Son fils a fait (cela) pour lui, le grand des 10 du sud, Néhy, détenteur de pension.
Son fils a fait (cela) pour elle, le grand des 10 du sud, Améncmhat/Néhy.
Son frère a fait (cela) pour elle, le grand des 10 du sud, Néhy, justifié.

Commentaire

Sur chaque registre de la stèle une personne est représentée assise avec une inscription qui la présente. En face, le dédicant (trois fois le même) lève un bras devant lui.

Bibliographie

Bosticco 1959, p. 40, fig. 35 ; Franke 1984, no 336 ; Simpson 1974, p. 19 (ANOC 32.3).

Dédicace 100

Florence, Museo Egizio, 2504.

Provenance inconnue.

Date : XIIe dynastie, Aménemhat III.

Formule

jrt ḥtp dj nswt jn sȝ.f mry.f ḥȝty-ʿ jmy-r ḥmw-nṯr Jn-jt.f jr.n Sȝt-ḥj

Faire une offrande-que-donne-le‑roi par son fils bien-aimé, le comte, directeur des prophètes, Antef, fils de Sathi.

Commentaire

La tournure utilisée pour la dédicace est ambiguë : on peut supposer qu’il s’agit en fait d’une légende pour l’illustration. L’expression ḥtp dj nswt pourrait désigner l’offrande représentée ou la stèle elle-même.

Bibliographie

Bosticco 1959, p. 28, ill. 23 ; Franke 1984, no 143 ; Obsomer 1993, p. 183 ; Simpson 1974, p. 19 (ANOC 33.1).

Dédicace 101

Florence, Museo Egizio, 6367.

Provenance : Naqada.

Date : IXe dynastie.

Formule

jn sn.f Nb-Šmʿw-nḫt mry.f jr(w) n.f nn

C’est son frère bien-aimé, Nebchémâounakht, qui a fait cela pour lui.

Commentaire

La dédicace est placée derrière le défunt, sur la gauche de la stèle.

Bibliographie

Bosticco 1959, p. 22, ill. 15 ; Brovarski 1989, p. 36, n. 62, 202 ; Fischer 1964, p. 80, no 27, pl. 24 ; Schenkel 1965, p. 121, no 95 ; Vandier 1943, p. 21‑29, fig. 4.

Dédicace 102

Florence, Museo Egizio, 6368.

Provenance : Naqada.

Date : IXe dynastie.

Formule

jn sȝ.f mry.f Ḏfj jr(w) n.f nn

C’est son fils bien-aimé, Djéfi, qui a fait cela pour lui.

Commentaire

La dédicace est inscrite dans la moitié gauche de la stèle, devant les jambes du défunt. Le dédicant présente un cuissot.

Bibliographie

Bosticco 1959, p. 16, ill. 6 ; Brovarski 1989, p. 36, n. 62, 721 ; Fischer 1964, p. 75, no 25, pl. 22 ; Schenkel 1965, p. 121, no 94.

Dédicace 103

Florence, Museo Egizio, 6374.

Provenance : Naqada.

Date : IXe dynastie.

Formule

jn sn.f mry.f Sȝb.s jr(w) n.f nn

C’est son frère bien-aimé, Sabes, qui a fait cela pour lui.

Commentaire

Il est possible que la dédicace, de même que la figure intermédiaire, soient des rajouts postérieurs à l’inscription principale de la stèle (Fischer 1964, p. 84). De fait, la dédicace est faite par le frère, alors que la figure intermédiaire représente le fils.

Bibliographie

Bosticco 1959, p. 23, ill. 16 ; Brovarski 1989, p. 36, n. 62 ; Fischer 1964, p. 84, no 30, pl. 27 ; Vandier 1943, p. 21‑29, fig. 5 ; Schenkel 1965, p. 123, no 98.

Dédicace 104

Florence, Museo Egizio, 7582.

Provenance : Akhmim.

Date : fin de la VIe dynastie.

Formule

jn sȝ.s smsw Špsj-pw-Mnw jr(w) n.s

C’est son fils aîné Chépsipouménou qui a agi pour elle.

Commentaire

La dédicace ne semble pas avoir été ajoutée à posteriori, mais par sa taille, elle reste très discrète.

Bibliographie

Bosticco 1959, p. 14, ill. 2 ; Brovarski 1985, p. 121 ; Kanawati 1992, p. 14, 241 ; id. 1987, p. 49, pl. 9b, fig. 36a.

Dédicace 105

Hanovre, Museum August Kestner, 2931.

Provenance : Abydos.

Date : XIIIe dynastie.

Formule

jn sn.f sʿnḫ(w) rn.f mty n sȝ Jbj

C’est son frère qui fait vivre son nom, le régulateur de phylè, Ibi.

Commentaire

La dédicace est placée en bas de la stèle, entre le défunt et la divinité (Min).

Bibliographie

Cramer 1936, p. 87‑88, pl. 5.1 ; Franke 1984, no 53 ; Simpson 1974, p. 22, pl. 82 (ANOC 67.1).

Dédicace 106

Hildesheim, Roemer- und Pelizaeus-Museum, 1875.

Provenance : Akhmim.

Date : IXe dynastie.

Formule

jn sȝwy.k Ṯmsj Jtj jr(w) n.k nn sk ṯw sḏȝ.t(j) r jmnt nfrt

Ce sont tes deux fils, Tjemsi et Iti qui ont fait cela pour toi alors que tu t’es rendu vers le bel occident.

Commentaire

La dédicace occupe deux colonnes à l’arrière de la stèle, dans le style de l’inscription principale.

Bibliographie

Brinks 1989, p. 25‑31, fig. 1‑2 ; Brovarski 1985, p. 126 ; Kanawati 1992, p. 15 ; id. 1987, p. 50, pl. 11a, fig. 37b ; Martin 1980, p. 12‑17 ; Schmitz, Schulz et Seidel 1986, p. 112, no 47.

Dédicace 107

Leyde, Rijksmuseum van Oudheden, V, 88.

Provenance inconnue.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn sȝ(.j) sʿnḫ(w) rn(.j) ḥr wḏ pn

C’est mon fils qui fait vivre mon nom sur cette stèle.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de l’inscription principale. Au second registre de la stèle, le défunt est assis à sa table. Devant lui, quelqu’un lui présente des offrandes. Il pourrait s’agir du dédicant.

Bibliographie

Boeser 1909, p. 5, pl. 10 ; Fischer 1961a, p. 51.

Dédicace 108

Leyde, Rijksmuseum van Oudheden, V, 119.

Provenance : Abydos.

Date : XIIe dynastie.

Formule

m jrt.n jmy-r mšʿ Sḥtp-jb n jtw.f n mrwt ʿnḫ rn.sn m ȝbḏw

Ce qu’a fait le directeur de troupe Séhétépib pour ses pères afin que vive leur nom à Abydos.

Commentaire

La dédicace est mentionnée sur la stèle, dans l’avant-dernière colonne de l’inscription principale.

Le dédicant fait sa dédicace pour « ses pères ». Il ne s’agit pas d’un terme générique : le mot désigne ici deux personnes précises, son père et son grand-père. En effet, la stèle est placée au-dessus d’un double naos sur les montants duquel on retrouve les noms de ces deux personnes.

Le dédicant est mentionné par son nom mais le monument donne également une place importante à son frère. Il s’agit donc peut-être en partie d’un partenariat entre eux deux.

Pour une dédicace du même auteur, voir supra (déd. 19).

Bibliographie

Boeser 1909, p. 4‑5, pl. 8 ; Franke 1994, p. 51 ; id. 1984, no 439, 688 ; Habachi 1985, p. 75‑76 ; Schneider 1992, p. 40‑41 ; Simpson 1974, p. 19, pl. 53 (ANOC 35.1).

Dédicace 109

Leyde, Rijksmuseum van Oudheden, V, 95/AP 34.

Provenance : Abydos.

Date : XIIIe dynastie.

Formule

jn ḫnms.f mry.f ṯȝw n ḏbt Nb-Swmnw jr n.f nn
hwjw jm n.f mrt
sš qdwt Rn-snb sȝ Snb-ȝw

C’est son ami bien-aimé, le briquetier Nebsouménou, qui a fait cela pour lui. Ah, donne-lui de l’amour ! Le peintre Renséneb, fils de Sénébaou.

Commentaire

La dédicace est inscrite dans la continuité de l’inscription principale. La mention de Renséneb est ajoutée en bas de la stèle, incisée à la pointe, et constitue sans doute un ajout ultérieur.

Bibliographie

Boeser 1909, p. 11, no 44, pl. 32 ; Franke 1984, no 316 ; Parkinson 1991, p. 114‑116 ; Simpson 1974, p. 19, pl. 56 (ANOC 38.2) ; Ward 1977, p. 63‑66.

Dédicace 110

Leyde, Rijksmuseum van Oudheden, V, 102.

Provenance : Abydos.

Date : XIIIe dynastie, Néferhotep Ier-Sébekhotep IV.

Formule

n kȝ n nty nb rn.f ḥr wḏ pn ḏt

Pour le ka de toute personne dont le nom est sur cette stèle, à jamais.

Commentaire

L’auteur de la stèle est le personnage de gauche, puisque celui de droite est désigné comme « son père ». La formule d’offrande lui est destinée en premier lieu.

Bibliographie

Boeser 1909, no 33, pl. 21 ; Franke 1984, no 54, 227.

Dédicace 111

Londres, University College, Petrie Museum of Egyptian Archaeology, 14318.

Provenance : Naqada.

Date : IXe dynastie.

Formule

[jn] (sn ?) jt.f mry.f Nb-jt jr(w) n(.f) nn

[C’est] son père (son oncle ?) bien-aimé, Nébit, qui a fait cela pour (lui).

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de l’inscription principale de la stèle. Le doute sur la lecture entre père ou oncle est émis par Fischer (1964, p. 96).

Bibliographie

Brovarski 1989, p. 36, n. 62 ; Fischer 1964, p. 96, no 40, pl. 34 ; Stewart 1979, p. 12, no 49, pl. 10.1.

Dédicace 112

Paris, musée du Louvre, C 198 / E 3128.

Provenance : Abydos ?

Date : fin de la VIe dynastie-VIIIe dynastie.

Formule

jrt.n sȝ.f smsw mry.f Ḥm-wr

Ce qu’a fait son fils aîné bien-aimé, Hémouer.

Commentaire

La dédicace est placée à droite de la stèle, accompagnée d’une représentation du dédicant. La paléographie semble indiquer une facture différente de l’inscription principale.

Bibliographie

Brovarski 1994a, p. 100, n. 16, p. 106, n. 52 ; id. 1973, p. 461, fig. 5 ; id. 1989, p. 214 ; El‑Rabi’i 1977, p. 21 (ANOC XXV.2) ; Fischer 1989, p. 18 ; Ziegler 1990, p. 200‑203, no 33.

Dédicace 113

Paris, musée du Louvre, C 235/E 10294.

Provenance : Akhmim.

Date : Pépy II.

Formule

jn sȝ.f smsw mry.f Snj jr(w) n.f nn

C’est son fils aîné bien-aimé, Séni, qui a fait cela pour lui.

Commentaire

La dédicace n’est pas dans la continuité de l’inscription mais semble faire partie du programme d’origine de la stèle. Le dédicant n’est pas représenté.

Bibliographie

Kanawati 1992, p. 16, 232, 242, 244 ; id. 1989, p. 54‑55, pl. 6a ; Ziegler 1990, p. 161‑163, no 24.

Dédicace 114

Paris, musée du Louvre, C 249.

Provenance : Abydos.

Date : début de la XIIIe dynastie.

Formule

ḥtp dj nswt Wsjr nṯr ʿȝ ḫȝ m t ḥnqt n kȝ swʿbw n.f nb jmy-r pr Ḏȝw.f.mw sḫȝ(w).n.f smḫ(w).n.f n kȝ n […]

Offrande que fait le roi à Osiris, le grand dieu : un millier de pains et de bières pour le ka de toute personne pour qui l’intendant Djaouefmou fait une purification, celui dont il se souvient et celui qu’il oublie, pour le ka de […].

Commentaire

La formule introduit une liste de noms. Il s’agit en fait d’une formule d’offrandes, mais la nature collective de la stèle montre qu’il s’agit bien d’une forme de dédicace.

Cette stèle doit être rapprochée de la dédicace 123, dont le monument faisait partie du même ensemble ANOC. Pour une autre inscription similaire, voir la mention de la stèle Durham 1942 (Franke 1994, p. IX).

Bibliographie

Andreu 1980, p. 139‑148 (ANOC VII.4) ; Franke 1984, no 772.

Dédicace 115

Magdebourg (?), collection privée, s. n.

Provenance : Abydos.

Date : XIIIe dynastie.

Formule

jn sȝ.f sʿnḫ(w) rn.f sš n ḫnrt wr […] wḥm ʿnḫ

Par son fils qui fait vivre son nom, le scribe du Grand enclos […] renouvelé de vie.

Commentaire

La dédicace est placée dans la continuité de l’inscription principale.

Bibliographie

Franke 1984, no 20 ; Simpson 1974, p. 21, pl. 42 (ANOC 60.1).

Dédicace 116

Boston, Museum of Fine Arts, 65.107.

Provenance : Gébelein.

Date : XIe dynastie.

Formule

jrt.n n.f sȝ.f smsw mry.f […]

Ce que son fils aîné, bien-aimé […] a fait pour lui.

Commentaire

L’inscription est placée sur la stèle dans la continuité de la biographie qui mentionne les hauts faits d’armes du défunt.

Bibliographie

Allen (T.G.) 1922, p. 55‑62 ; Brovarski 1989, p. 990‑992 ; Fischer 1974, p. 17 ; id. 1996, p. 220, n. 336 ; id. 1961a, p. 51 ; Goedicke 1960, p. 288‑291 ; Schenkel 1965, p. 116, no 83.

Dédicace 117

Munich, ex-collection Schläger, s. n.

Provenance : Naga ed‑Deir.

Date : Xe ou XIe dynastie.

Formule

jrt.n n.f sn.f mry.f Nhȝ

Ce que son frère bien-aimé, Néha, a fait pour lui.

Commentaire

La dédicace est placée à la fin de la stèle, derrière la représentation du défunt.

Bibliographie

Brovarski 1989, p. 248, 845‑846 ; Settgast 1963, fig. 1, pl. 2.

Dédicace 118

Chicago, Oriental Institute Museum, 10491.

Provenance : Akhmim.

Date : IXe dynastie (?).

Formule

sn.f Ḏdd-Mnw swt jr(w) n.f nn

Son frère, Djédedménou, c’est lui qui a fait cela pour lui.

Commentaire

Le défunt est représenté au moins deux fois sur l’architrave, avec une colonne de texte. La troisième figuration pourrait être celle du dédicant.

Bibliographie

Brovarski 1985, p. 126, pl. 5 ; Kanawati 1992, p. 14, 192‑193, 231, 244 ; id. 1987, p. 49, pl. 8a, fig. 35a.

Dédicace 119

Chicago, Oriental Institute Museum, 378.

Provenance : Akhmim.

Date : IXe dynastie (?).

Formule

jn hj.s Bbj jr(w) n.s nn

C’est son mari Bébi qui a fait cela pour elle.

Commentaire

La dédicace, assez discrète sur la stèle, est placée en colonne derrière la figure.

Bibliographie

Brovarski 1985, p. 126, pl. 4a ; Kanawati 1992, p. 18 ; id. 1986, p. 61, pl. 14b, fig. 30b.

Dédicace 120

Oxford, Ashmolean Museum, 1926.213.

Provenance : Abydos.

Date : 2e moitié de la XIIe dynastie.

Formule

n kȝ n nty nb rn.f ḥr wḏ pn
jn sȝ.f mry.f sʿnḫ(w) rn.f sḥḏ sḫwt Ḫʿ-ḫpr-Rʿ mȝʿ-ḫrw jr.n Jt mȝʿ-ḫrw nb jmȝḫ

Pour le ka de toute personne dont le nom est sur cette stèle.
C’est son fils bien-aimé qui fait vivre son nom, le directeur des terres-sékhet Khâkhéperrê, justifié, né d’It, justifiée, détentrice de pension.

Commentaire

La dédicace occupe la cinquième et dernière ligne de l’inscription de la stèle.

Bibliographie

Frankfort 1928, p. 239, no 25, pl. 1.1 ; Whitehouse 2009, p. 59‑60, no 29.

Dédicace 121

Philadelphie, The University of Pennsylvania Museum, E 17880.

Provenance : Dendéra.

Date : IXe dynastie.

Formule

jn ḫtmw-bjty smr wʿty jmy-r pr [Sn-nḏswj] jr(w) n(.s) ʿbȝ pn

C’est le chancelier royal, l’ami unique, l’intendant [Sennédjésoui], qui a fait cette stèle pour (elle).

Commentaire

L’inscription de dédicace occupe deux lignes sur quatre. Cette importance pourrait s’expliquer par le fait que le titulaire de la stèle est une femme. Le monument, dédié par son fils, était déposé dans la tombe de son mari.

Bibliographie

Brovarski 1989, p. 525 ; Fischer 1968b, p. 152, fig. 28, p. 154 ; Petrie 1900, pl. 8b ; Schenkel 1965, p. 161, no 189.

Dédicace 122

Séhel, graffiti seh 152, in situ.

Provenance : Séhel.

Date : XIIe dynastie, Sésostris III.

Formule

ḫnms.f mr.f n st-jb.f ḥȝty-ʿ jmy-r ḥmw-nṯr Ḥqȝjb-ʿnḫ jr.n ʿnqt-gȝwt šmsw.f jḥwy Sbk-ʿȝ jr.n [Mwt]-ʿnḫ.tj

Son ami bien-aimé qu’il aime de tout son cœur, le prince et directeur des prêtres, Héqaibânkh, fils d’Ânqetgaout, et son garde, le musicien, Sébékâa, fils de [Mout]ânkhti.

Commentaire

La dédicace est placée à la fin de l’inscription rupestre. Elle n’est pas explicite, mais la juxtaposition des deux noms en fin d’inscription justifie l’interprétation comme dédicace.

Bibliographie

Casse et Rondot 2007, p. 83‑85, 462.

Dédicace 123

Stockholm, Nationalmuseum, NME 17.

Provenance : Abydos.

Date : XIIIe dynastie.

Formule

ḥtp dj nswt Wsjr nṯr ʿȝ ḫȝ m t ḥnqt n kȝ swʿbw n.f nb jmy-r pr Ḏȝw.f.mw sḫȝ(w).n.f smḫ(w).n.f n kȝ n […]

Offrande que fait le roi à Osiris, le grand dieu : un millier de pains et de bières pour le ka de toute personne pour qui l’intendant Djaouefmou fait une purification, celui dont il se souvient et celui qu’il oublie, pour le ka de […].

Commentaire

Il s’agit d’un monument à vocation commémorative large puisqu’il se veut universel.

À rapprocher de la dédicace 114, gravée sur une stèle faisant partie du même ensemble de monuments (ANOC VII).

Bibliographie

Andreu 1980, p. 139 ; El‑Rabi’i 1977, p. 17 (ANOC VII.2) ; Franke 1984, no 181.

Dédicace 124

Toulouse, musée Georges-Labit, 49267.

Provenance : Abydos.

Date : XIIe dynastie.

Formule

jn ẖrj-ʿ.f sʿnḫ(w) rn.f jmy-r st nt ʿt dqrw Nḫt mȝʿ-ḫrw

C’est son subordonné qui fait vivre son nom, le directeur de la salle des fruits, Nakht, justifié.

Commentaire

La dédicace se trouve dans la continuité de l’inscription principale de la stèle.

Bibliographie

Aufrère 1996, p. 15‑16 ; El‑Sayed 1985b, p. 279, no 56 ; Ramond 1977, p. 1‑3, pl. 2.

Dédicace 125

Philadelphie, The University of Pennsylvania Museum, 69‑29‑141.

Provenance : Abydos.

Date : Moyen Empire.

Formule

jn snt.f sʿnḫ(w) rn.f Sȝt-Ttrt

C’est sa sœur qui fait vivre son nom Sattétéret.

Commentaire

La dédicace est placée sur les deux bords du bassin.

Bibliographie

Simpson 1995, p. 49.

Dédicace 126

Zurich, Museum Rietberg, s. n.

Provenance : Saqqâra.

Date : VIe dynastie (?).

Formule

jn sȝ.f smsw ny-s[…] n Nb-m-jnnt jr(w) n.f sk sw qrs(.w) m ẖryt-nṯr rnpwt ʿšȝt

C’est son fils aîné, le membre des nains-s[…] Nébéminénet qui a agi pour lui alors qu’il était enseveli dans la nécropole après de nombreuses années.

Commentaire

La dédicace se trouve sur un bassin et occupe tout un côté. Pour une autre mention de nains, voir la dédicace 39.

Bibliographie

El‑Sayed 1985b, p. 274, no 20 ; Fischer 1978, p. 47‑56 ; id. 1980, p. 86‑87, fig. 1 ; Wiese 2001, p. 52.

Dédicace 127

Le Caire, Musée égyptien, CGC 20263.

Provenance : Abydos.

Date : XIIe dynastie, Sésostris Ier.

Formule

jn sȝ sȝt.f sʿnḫ rn.f ẖry-ḥb sš qdwt Nḫt

C’est le fils de sa fille qui fait vivre son nom, le prêtre-lecteur, dessinateur, Nakht.

Commentaire

La dédicace est placée sur le registre central.

Cette stèle a été rapprochée par H. De Meulenaere du groupe ANOC 30. Sur ce groupe, voir supra, p. 130.

Bibliographie

De Meulenaere 1977, p. 80 ; Franke 1984, no 338.

Dédicace 128

Fouilles MafS, no S-05.

Provenance : Saqqâra sud, complexe funéraire de Mérenrê.

Date : XIIe dynastie.

Formule

jn sȝ.f (?) jr(w) n.f […]

C’est son fils qui a fait pour lui […]

Commentaire

La dédicace est placée sur la natte de la table d’offrandes, en vis-à-vis de la formule ḥtp dj nswt. La table était déposée devant une stèle réalisée par le même individu pour les différents membres de sa famille.

Bibliographie

Lauer 1973, p. 331, pl. 8 ; Leclant 1974, p. 184-185, fig. 31.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search