Version classiqueVersion mobile

Stratégies mémorielles

 | 
Rémi Legros

Conclusion

Texte intégral

1Les cultes mémoriels montrent des divergences nombreuses, qui attestent d’une pratique complexe, et leur forme n’est pas si homogène qu’il y paraît de prime abord. Des variations sont observées qui relèvent tantôt de spécificités locales, tantôt de choix plus profonds quant aux structures cultuelles et aux conceptions religieuses.

2L’étude du contexte des supports cultuels à vocation mémorielle a permis de préciser les problématiques spatiales. Différentes échelles d’analyse ont été prises en considération : que ce soit au niveau du pays, d’une région ou d’une agglomération, la répartition des monuments est le reflet de spécificités locales. Chaque site présente des caractéristiques propres et une identité forte qui influent sur le mobilier. Sur une échelle d’analyse plus fine, l’étude des localisations renforce la compréhension du contexte immédiat des pratiques rituelles, leur place dans le tissu urbain ou à l’intérieur même d’un bâtiment, l’impact que cet emplacement peut avoir sur la fréquence et la pérennité des rites. Les dépôts in situ dans la nécropole de Pépy Ier apportent ici des données nouvelles et ont démontré l’importance du réseau viaire au sein des espaces funéraires ainsi que l’existence de conditions d’accès réglementées à certains secteurs.

3Grâce au contexte archéologique, c’est aussi toute une analyse par lots qui a été entreprise. Le traitement simultané de plusieurs objets appartenant à un même ensemble a confirmé l’existence de groupes sociaux. L’organisation et la structuration de l’élite, dont les membres se rassemblent en un même endroit, trouvent un nouvel exemple avec les dépôts de Saqqâra. Les associations entre pairs, les regroupements familiaux ou claniques se retrouvent encore dans la sectorisation des nécropoles ou la construction d’édifices collectifs, notamment à Abydos et dans le temple funéraire de Snéfrou à Dahchour. L’analyse des dédicaces, rapportée aux éléments contextuels et à des ensembles de monuments, montre aussi des intentions assez claires dans l’organisation des cultes, régie par des considérations matérielles, mais aussi par des implications plus sensibles relevant de la piété personnelle.

4L’attention a été portée également aux vestiges matériels de ces cultes mémoriels. Les récipients, les supports de culte, les marques d’usage sur les objets ou les couches stratigraphiques d’occupation constituent les témoignages directs des rites pratiqués. Ces indices ont permis de distinguer les différents usages et de les caractériser dans leurs spécificités. La coexistence de pratiques différentes ou au contraire la prédominance de certains éléments à telle ou telle époque implique ainsi l’existence de choix personnels, de stratégies ou à tout le moins d’une part d’intention dans la mise en œuvre des cultes. Elles permettent d’attester que ces cultes ont été, dans leur ensemble, massivement pratiqués et entretenus. Selon les circonstances néanmoins, leur durée s’est vue réduite ou prolongée, indiquant une inégalité des individus face à la mort.

5Au terme de cette étude, l’ensemble des données chronologiques, contextuelles et matérielles conduit à s’interroger sur les raisons pour lesquelles les anciens Égyptiens entretenaient leurs cultes mémoriels. En corollaire se pose également la question de leur inévitable abandon. La réponse est nécessairement complexe et doit prendre en compte l’évolution des pratiques, reflet des changements qui touchent en parallèle les mentalités et les conceptions mémorielles. Les évolutions sont multiples et il faut regarder aussi bien les transformations propres à chaque culte, tout au long de son existence, que les transformations structurelles et idéologiques sur l’ensemble de la période considérée.

6Les proches du défunt sont les premiers concernés par l’enterrement et les rites mémoriels. La famille, les amis, les collègues, tous ceux qui interviennent plus ou moins directement dans les différentes sphères sociales de l’individu, ont la charge en premier de procéder ou faire procéder aux rites. Le culte mémoriel est donc fondé au départ, et essentiellement, sur une relation personnelle entre le défunt et l’officiant. Cette relation et le culte qui en découle présentent par nature un caractère éphémère, lié au souvenir, qui ne peut suffire aux ambitions d’éternité imposées par le dogme religieux. Cette relation privilégiée demeure à toutes les époques un des fondements du culte mémoriel, mais se trouve, dès l’origine, complétée par d’autres dispositifs dont la vocation est la pérennisation des rites.

7Les stratégies mises en œuvre sont multiples. Variété des supports, multiplication des lieux de culte, augmentation quantitative ou choix d’un lieu plus prometteur, chaque période voit son lot d’innovations.

8Quelle perception pouvaient avoir les Égyptiens de ces évolutions pratiques et symboliques ? Sans doute les transformations les plus importantes et les plus brutales, c’est-à-dire sur le court terme, étaient-elles reconnues. La littérature pessimiste conserve peut-être la mémoire des doutes et des craintes liés au tournant de la Première Période Intermédiaire et certaines marques d’affection témoignent également de l’intérêt porté aux ancêtres sous le Moyen Empire.

9En revanche, la portée symbolique de ces transformations devait demeurer en grande partie inconsciente. L’équilibre fluctuant entre le rôle de l’administration et les pratiques privées n’était sans doute pas exprimé de manière explicite.

10Une vision pragmatique de ces cultes mémoriels présidait probablement à leur mise en œuvre, comme cela semble être le cas dans la nécropole de Pépy Ier. Là, des individus viennent déposer un monument personnel pour marquer de leur présence ce haut lieu de l’activité funéraire dans la nécropole de Saqqâra. Le dépôt près d’une porte se fait en raison du passage régulier des prêtres et le choix du complexe est probablement lié à des affinités personnelles pour l’une ou l’autre des reines. Le choix de l’objet, une table, vise à solliciter une offrande, même modeste, ou une simple libation.

11Le nombre de ces monuments atteste de la vitalité des activités administratives dans le secteur alors que les réaménagements ou les déplacements de tables d’offrandes témoignent de leur caractère changeant voire instable. L’arrêt des dépôts dans le secteur des reines à la fin de la Première Période Intermédiaire, apparemment assez brutal, montre aussi combien ces cultes sont soumis aux aléas politiques. Le renouveau du temple royal de Pépy Ier, au Moyen Empire, témoigne enfin de la restauration des cultes les plus prestigieux et de la mise en valeur des ancêtres. C’est donc désormais auprès du roi défunt que les dévots viennent déposer leurs statues et chercher la protection nécessaire à leur survie.

12Depuis les modestes marques d’usage sur les tables d’offrandes jusqu’à l’évolution globale du site sur une durée de cinq siècles, la nécropole de Pépy Ier se présente ainsi comme une sorte de parangon et nous livre des éléments d’analyse à différentes échelles qui l’inscrivent dans l’histoire des pratiques mémorielles quotidiennes et dans celle plus générale des conceptions religieuses.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search