Version classiqueVersion mobile

Stratégies mémorielles

 | 
Rémi Legros

L’emplacement des lieux de culte

Texte intégral

  • 8 On peut estimer à environ trois cent cinquante ans l’intervalle entre les règnes de Djoser et Téti (...)
  • 9 Richards 2005, p. 78‑79, 133‑136. Par sa dimension sociale, la nécropole correspond bien à la défin (...)
  • 10 Sur le statut de la tombe et sont rôle de préservation du corps, cf. Assmann 2003, p. 143‑144. Pour (...)

1Sous la VIe dynastie, les cultes mémoriels demeurent largement tributaires des structures développées durant tout l’Ancien Empire, qu’il s’agisse de l’organisation sociale, religieuse ou matérielle. Depuis les débuts de l’Ancien Empire jusqu’à l’avènement de la VIe dynastie, plusieurs siècles8 de pratiques régulières ont permis d’asseoir ce système sur des bases solides, qui constituent un ensemble cohérent et efficace en bien des points. Il repose sur un aspect fondamental simple : le défunt bénéficie d’un culte mémoriel dont la position géographique ainsi que l’importance symbolique et matérielle reproduisent dans la nécropole la position sociale qui était la sienne de son vivant9. Dans ce système initial, la tombe est l’élément central et structurant de tout le culte mémoriel dévolu à un individu10. Durant la plus grande part de l’Ancien Empire, il s’agit même du seul lieu véritablement destiné à cet usage.

2L’emplacement de la sépulture constitue alors l’élément essentiel à prendre en compte dans la qualité du culte funéraire qui y est rendu. L’organisation générale des nécropoles témoigne d’une volonté de disposition optimale des sépultures en fonction de zones ou de secteurs plus ou moins propices à un maintien du culte. Selon l’échelle prise en compte, des phénomènes de centralisation ou de polarisation apparaissent, les deux aspects pouvant se cumuler dans un certain nombre de cas.

3La question de l’emplacement des lieux de culte est essentielle à la compréhension des pratiques mémorielles. Elle permet d’évoquer différentes problématiques liées à la fréquentation des sites et aux conditions d’accès. Les différentes caractéristiques observées pour chaque type de lieu de culte fournissent également l’occasion d’étudier comment la perception de cette localisation évolue au cours du temps.

  • 11 Pour une introduction à la notion de paysage religieux voir Scheid et Polignac 2010.

4La coexistence de différentes catégories de lieux atteste d’intentions spécifiques, de préférences et d’une possible hiérarchie de ces espaces11. En effet la problématique spatiale se décline sous plusieurs aspects : la valeur du lieu, mais également la liberté du choix ou la fréquentation. Il faut ainsi prendre en considération le rôle spécifique des différents acteurs du culte, tant dans la mise en place des structures que pour les pratiques rituelles proprement dites : le pharaon et son administration, le futur bénéficiaire, les officiants.

5Le rite mémoriel ayant pour vocation première la perpétuation du lien social, l’emplacement du culte doit constituer le lieu du contact entre ces différents acteurs et favoriser autant que possible une fréquentation régulière et durable.

Les critères de sélection

6Afin d’assurer la pérennité de sa mémoire, le futur bénéficiaire recherche un emplacement pour son culte qui lui assure la plus grande garantie de survie. Pour cela, il dispose d’une liberté limitée, étant soumis à l’autorisation du pharaon, voire à son intervention directe. Avant d’aborder la question de l’implication pharaonique dans le choix de l’emplacement, on peut s’interroger sur les éléments de qualité reconnus pour les différents lieux potentiels. On peut supposer qu’un individu désireux d’établir un culte de qualité a sur la question une opinion, une préférence, pour tel ou tel endroit.

7On pourrait estimer la question superflue et répondre, de manière légitime, que chacun se fait enterrer et organise son culte là où il a vécu. Pourtant, la réalité impose de rejeter cette idée, notamment en raison de la dissociation fréquente entre le lieu d’inhumation et l’endroit où le culte est rendu. De toute évidence, on peut considérer que certains lieux sont préférables à d’autres et les faits montrent une situation complexe et nuancée.

8Deux aspects principaux et complémentaires sont à prendre en compte pour la valeur de cet emplacement. D’une part, il faut considérer l’aspect religieux, où l’on cherche à estimer la valeur sacrée du lieu, son aura, son potentiel divin. D’autre part, il faut prendre en compte les aspects plus matériels et pragmatiques, pour l’approvisionnement du culte en offrandes et pour l’importance du personnel funéraire.

  • 12 Meskell 2002, p. 211, 231.

9Bien que la nécropole ne soit pas le lieu exclusif des pratiques funéraires et mémorielles, elle en constitue le contexte principal. L’objectif de ces pratiques étant la communication entre les vivants et les morts, la nécropole se positionne naturellement comme l’endroit privilégié d’un tel contact. Le choix de l’emplacement du lieu de culte concerne donc avant tout l’emplacement de la sépulture elle-même, dans la mesure où elle constitue, selon l’expression de L. Meskellt12, une « mémoire visualisée ». Cette notion de visualisation peut cependant être étendue à tout élément architectural ou mobilier dont la vocation funéraire est reconnue. Dès lors, c’est l’ensemble des lieux de cultes, matérialisés dans l’espace funéraire, cultuel ou civil, qui doit être pris en considération.

Le choix de la nécropole

La province ou la capitale

10Une première distinction peut être établie à l’échelle du pays dans le choix de la ville destinée à accueillir l’inhumation. On peut considérer une opposition assez marquée entre les agglomérations provinciales et la capitale.

  • 13 Sur l’évolution de la région memphite, voir Málek 2000, p. 243‑244 ; Love 2003, p. 79‑82 ; Knoblauc (...)

11Le terme de capitale demande à être précisé. Il ne prend pas ici un sens politique, comme siège du pouvoir et des institutions, mais désigne plutôt la capitale religieuse et plus particulièrement funéraire du pays, à savoir la région memphite de la VIe à la Xe dynastie, la région thébaine pendant la XIe dynastie et la région de Dahchour à Illahoun pendant la XIIe dynastie. Le terme de capitale garde sa pertinence dans ce contexte funéraire par la présence des sépultures royales, pyramidales pour la plupart, témoins de l’activité officielle du souverain et marques de sa présence13.

  • 14 Sur la sacralisation du pharaon, voir Meeks 1988, p. 430.
  • 15 Sur l’importance des supports dans le contact de l’individu au sacré, voir Vernus 1977, p. 145.

12Les nécropoles royales conjuguent des avantages sans équivalent, en raison de la sépulture d’un ou plusieurs pharaons. Ce topos de l’égyptologie s’applique aussi bien aux aspects religieux que matériels. La nature du pharaon, transcendée par les rites du couronnement, fait de lui un être singulier dont la proximité avec le divin trouve sa consécration dans les rites funéraires14. Le particulier espère, en installant sa sépulture à proximité de celle de son souverain ou d’un souverain antérieur, bénéficier du rayonnement de la pyramide. À ce titre, la nécropole royale constitue bien un élément hiérophanique, qui révèle le sacré et facilite la communication entre le monde d’ici-bas et l’au-delà15.

  • 16 Love 2007, p. 1179‑1180.
  • 17 Sur l’entretien des complexes royaux de l’Ancien Empire, voir Posener-Kriéger 1980, p. 83‑93. Sur l (...)

13La masse imposante de la construction elle-même constitue un élément majeur du paysage qui apparaît comme immuable, voire indestructible. Se placer sous l’influence de la pyramide permet ainsi de s’attribuer le bénéfice d’une charge sacrée pour un lieu d’inhumation dont la longévité semble assurée par la taille du monument ainsi que par la qualité de sa construction. On peut considérer que les sépultures royales, dès les époques anciennes, ont fait l’objet de détériorations, de destructions partielles, voire de pillages. Il n’empêche que ces monuments conservent une majesté que les anciens Égyptiens pouvaient constater au quotidien. Leur ancienneté devait être reconnue16, comme pour la pyramide de Téti, dont le secteur environnant était particulièrement prisé au Moyen Empire17.

  • 18 Baud 1999, p. 170‑183.

14La présence d’une ou plusieurs sépultures royales constitue la garantie d’une fréquentation continue et d’un entretien de la nécropole en général, ou au moins de ses éléments les plus marquants, les pyramides. Cet aspect ne se retrouve pas dans les autres agglomérations et constitue une spécificité des nécropoles royales. Aussi, pour lutter contre l’abandon de son culte, un particulier peut souhaiter être enseveli dans la capitale funéraire afin de bénéficier, au moins indirectement, de la continuité des pratiques liées à l’ensemble de la nécropole, en souhaitant que cet entretien soit le plus étendu possible. En outre, l’administration pharaonique reproduit un modèle familial étendu, visible dans l’utilisation de certains titres à connotation généalogique, tels que « fils du roi », « fille royale véritable », même lorsque la filiation biologique est fictive18.

  • 19 Sur le virement d’offrandes en lien avec les complexes funéraires royaux, voir Shafer 1998, p. 12‑1 (...)

15Le même raisonnement peut être appliqué à l’approvisionnement du culte en offrandes. Le bénéfice d’institutions d’État, localisées pour certaines à proximité des complexes royaux, assure là encore un approvisionnement régulier, garanti par la stabilité de ces institutions. Elles peuvent être liées directement à des installations funéraires, comme les temples funéraires royaux, mais peuvent aussi concerner des cultes divins qui se trouveraient à proximité19.

16Disposer d’une sépulture dans une nécropole royale peut être considéré comme un atout majeur dans l’organisation de son culte, mais cet avantage n’était pas accessible à tous. L’accès limité aux concessions funéraires empêchait certains dignitaires d’acquérir un tel emplacement, les obligeant alors à se replier sur des solutions alternatives, dans d’autres lieux. Pourtant, l’installation d’une sépulture en dehors de la capitale funéraire ne constitue pas toujours un choix par défaut, comme on pourrait le penser de prime abord. Certains individus montrent un intérêt différent dans le choix de leur lieu d’inhumation, qui leur fait privilégier une localisation plus éloignée. Quelques rares exemples apportent un éclairage particulier et montrent qu’une préférence provinciale existe également, parallèlement aux motivations qui ont été évoquées ci-dessus.

  • 20 Alliot 1938, p. 117‑118.
  • 21 L’hypothèse d’une attribution à titre posthume a également été formulée (Franke 1994, p. 136, n. 40 (...)
  • 22 Vercoutter 1992, p. 319.

17Le cas d’Isi d’Edfou est à ce titre assez exemplaire. Ce dignitaire de la fin de la Ve dynastie et du début de la VIe s’est fait construire un mastaba à Edfou, bien loin de Saqqâra. Pourtant, la biographie inscrite sur les parois de son tombeau20 mentionne qu’il occupa la charge de vizir sous le règne de Téti, à un âge sans doute déjà avancé, peut-être autour de cinquante ans21. Cette charge au sommet de l’État aurait probablement permis à Isi d’obtenir une sépulture à proximité de son souverain, comme cela est attesté pour la plupart des titulaires de cette fonction. Kagemni, par exemple, montre une carrière similaire à celle d’Isi : nommé à ses premières fonctions sous Djedkarê-Isési, il poursuit sa carrière sous Ounas pour finalement être nommé vizir par Téti22. Son mastaba, situé à un endroit privilégié dans l’enceinte même du complexe royal de son souverain, montre bien les prérogatives funéraires permises par ce statut.

  • 23 Sur la relation entre la réorganisation administrative et le développement des tombes provinciales (...)
  • 24 On retrouve peut-être une situation analogue pour Ouni : on lui connaît désormais deux sépultures, (...)

18Dans le cas d’Isi, la raison de son inhumation à Edfou semble due à la poursuite de sa carrière. Après son poste de vizir, il est muté à Edfou en tant que gouverneur (jry-pʿt, ḥȝty-ʿ, ḥry-tp ʿȝ n spȝt). Cette nomination en province instaure une relation particulière entre Isi et la ville d’Edfou, qui se prolonge ensuite à travers ses descendants, notamment Qar/Pépy-néfer qui prend sa succession23. On peut émettre l’hypothèse qu’Isi, ayant effectué la majeure partie de sa carrière dans la région memphite, avait la capacité de choisir entre Edfou et Saqqâra et que l’installation de son mastaba, finalement implanté dans la nécropole d’Edfou, relève en partie d’une volonté délibérée de sa part24.

19Quelles intentions sont mises en œuvre par le choix provincial, quels sentiments peut-être ? Il semble délicat d’avancer dans ce type d’analyse sans risquer la surinterprétation. On peut malgré tout proposer différentes pistes qui éclairent le choix provincial réalisé par certains.

  • 25 Donnat et Moreno García 2015, p. 189.

20Évoquons tout d’abord le statut du défunt qui se positionne dans sa nécropole de manière relative aux autres défunts. Un fonctionnaire inhumé dans une nécropole memphite ne peut espérer, quel que soit son statut, obtenir qu’une place secondaire, après le pharaon son maître. En revanche, dans le contexte provincial, il peut apparaître comme prééminent dans la communauté des morts25. Le gouverneur de province joue ainsi le rôle centralisateur dévolu au pharaon dans les nécropoles royales. Sans se substituer au souverain et tout en reconnaissant son rôle dans l’implantation du monument funéraire, et ce jusque dans les provinces éloignées, force est de constater qu’un gouverneur inhumé dans sa ville dispose d’un rang qui le place, à l’échelle locale, au sommet de la hiérarchie funéraire de son temps. Cette situation privilégiée lui confère un statut spécifique qui lui permet, en étant au plus haut de la chaîne d’offrandes, de contrôler l’organisation de l’ensemble des cultes funéraires et de s’assurer par là même du bon déroulement de son propre culte. D’un point de vue chronologique, le rééquilibrage territorial qui s’effectue à la fin de l’Ancien Empire au profil de l’économie des provinces est sans doute un élément important pour expliquer le développement des nécropoles locales à cette période.

  • 26 Voir les remarques de Berger-el Naggar 2005, p. 18.
  • 27 Vernus 1977, p. 144.

21Des sentiments plus intimes peuvent aussi, apparemment, entrer en jeu dans la préférence pour une localité provinciale. Par exemple, les origines géographiques d’une personne constituent une part importante de son identité. Elle apparaît parfois à travers son nom, qui peut faire référence à une divinité locale ou à une caractéristique ethnique ou géographique26. Pour une personne, l’importance de ses origines est perceptible également par son attachement à un dieu personnel qui, dans certains cas, est le dieu tutélaire de sa localité d’origine27.

  • 28 Habachi 1985, p. 61‑64 (no 36), pl. 100‑102.
  • 29 Habachi 1985, p. 62‑64 et id. 1969, p. 177‑183. Voir également Handoussa 1987, p. 101‑105.

22Dans le cas des monuments découverts dans le sanctuaire de Héqaib à Éléphantine, la formule d’offrandes fait très régulièrement référence aux dieux de la cataracte, Khnoum, Satis et Anoukis. Ces mentions ne doivent pas pour autant être considérées comme la garantie d’une origine locale de leur bénéficiaire. Il est fort probable, étant donné l’importance du culte de ces trois divinités dans la ville, que toute personne venant déposer un monument ait été incitée à les mentionner. Par contre, il faut accorder une valeur particulière au naos d’Iméniatou28, qui mentionne la triade locale, mais ajoute également une mention à Mjkt. Cette divinité, beaucoup moins fréquente dans la documentation, est particulièrement vénérée dans la région de la cataracte et en Nubie29. Cette attention spéciale pour une déesse de second plan semble bien indiquer une relation personnelle du dévot à sa divinité, dans un cadre géographique limité. On peut dès lors estimer que cet individu est probablement originaire de la localité, raison pour laquelle il dépose un élément de culte dans ce sanctuaire.

  • 30 Voir en annexe les dédicaces 19 et 108.

23La mention d’une localité est tout à fait exceptionnelle dans le cadre des inscriptions de dédicace. Seulement deux cas ont été relevés30, dans des inscriptions réalisées par la même personne. Elles nous permettent de préciser certaines considérations géographiques sur l’implantation des lieux de culte.

  • 31 Habachi 1985, p. 74‑76 ; Franke 1994, p. 51‑55.

24Le dédicant, Séhétépib, est membre d’une famille dont cinq à six générations nous sont connues31. L’intérêt principal de la documentation porte sur la dispersion des monuments rattachés à cette famille : deux stèles et un naos à Abydos, deux statues dans le sanctuaire de Héqaib à Éléphantine et une inscription au ouadi Hammamat.

25Les deux inscriptions de dédicace sont construites sur le même principe avec l’expression « pour faire vivre son nom », suivie de la mention de la localité, dans un cas Abydos et dans l’autre Éléphantine. Le caractère exceptionnel de ce type de mention et le fait qu’il s’agisse du même dédicant incitent à penser que l’importance accordée à la précision du lieu relève d’une intention délibérée pour distinguer explicitement les différents éléments d’une même pratique. En outre, la dédicace d’Abydos concerne les ancêtres en général (jtw.f) alors que celle d’Éléphantine n’est adressée qu’à son propre père.

  • 32 Sur ce titre, cf. Ward 1982, p. 29, no 205.

26On observe ainsi un ensemble familial de monuments répartis sur trois sites bien distincts et relativement éloignés : Éléphantine, Abydos et le ouadi Hammamat. Cette dispersion des monuments est sans doute due à l’activité des membres de la famille dont cinq sont jmy-r mšʿ32. La nature militaire du poste, en rapport avec les expéditions, amenait nécessairement à effectuer des déplacements importants sur l’ensemble du territoire et explique peut-être en partie la multiplication des lieux de dépôt.

27La dédicace d’Abydos (108) serait le témoignage d’un intérêt général pour la localité, liée au développement du culte osirien à cette époque et associée au culte des ancêtres de manière globale. La mention explicite de la ville d’Éléphantine dans l’inscription pour le père de Séhétépib, pourrait en revanche indiquer un souci personnel de voir son culte implanté dans sa ville d’origine. En effet, son père s’appelle Héqaib, de même que son trisaïeul, ce qui indique certainement que la famille était originaire de cette localité. La dédicace du monument dans le sanctuaire d’Éléphantine serait alors l’expression d’un retour au pays natal, pour des raisons sans doute en grande partie affectives.

28Cet attachement personnel à une localité se retrouve encore sur un monument abydénien de la fin de la VIe dynastie. La formulation est cette fois sans ambiguïté :

  • 33 Urk. I, 118, 14.

jr.n(.j) nw m tȝ-wr ȝbḏw […] mrwt spȝt ms.tw.j jm.s
J’ai fait cela (cette tombe) dans Abydos de Ta-ouer […] pour l’amour du nome où je suis né33.

  • 34 Allen (J.P.) 2006, p. 13.
  • 35 Cet attachement au pays natal est renforcé par le rejet de ce qui est étranger, plus explicitement (...)

29J.‑P. Allen, à propos de cette inscription34, va jusqu’à interpréter cette mention de l’amour pour la terre natale comme une mesure de justification du bénéficiaire pour expliquer son éloignement de la nécropole royale. Cette proposition irait dans le sens de ce qui a été évoqué ci-dessus sur l’intérêt de la région memphite et les avantages qu’elle permet d’espérer, puisque tout écart à cette norme appellerait une justification. Au moins témoigne-t-elle de l’attachement de certains à leur région ou leur ville d’origine dans le choix du lieu de culte35.

  • 36 Sur trois autres mentions de la localité dans les souhaits d’enterrement (deux mentions d’Abydos et (...)

30Certes, l’intérêt géographique local peut relever de principes affectifs, mais il n’exclut pas non plus les intérêts matériels. Le choix d’une nécropole locale se trouve conforté par le rapprochement familial, support essentiel du culte funéraire. L’installation du culte dans la localité d’origine, là où réside la famille du bénéficiaire, retire les avantages potentiels liés à la sépulture royale, mais favorise en contrepartie des pratiques familiales qui ne doivent pas être sous-estimées36.

Le choix de la nécropole à l’échelle régionale

  • 37 Raue 2005, p. 17.

31À l’échelle d’une région ou d’une agglomération on peut observer parfois l’existence de plusieurs nécropoles contemporaines. De ce fait, la question se pose également du choix entre les différentes possibilités locales offertes au futur bénéficiaire. Pour évoquer cet aspect, le site d’Éléphantine fournit un exemple assez caractéristique. L’étude de la géographie funéraire de la localité, dans sa globalité, a mis en évidence plusieurs nécropoles pour cette agglomération37.

  • 38 Plan général dans Kaiser et al. 1982, planche en vis-à-vis de la p. 272.

32Dans un premier temps, la nécropole se développe sur l’île même d’Éléphantine, au nord-ouest de la ville38. Les tombes les plus anciennes remontent à la Ve dynastie et cette nécropole reste ensuite en activité pendant toute la fin de l’Ancien Empire, la Première Période Intermédiaire et jusqu’au début du Moyen Empire. Ce secteur funéraire se développe en connexion étroite avec la petite pyramide à degrés qui date probablement du règne de Houni, aujourd’hui volontiers considéré comme le premier pharaon de la IVe dynastie. On imagine volontiers dans ce contexte que la pyramide constitue l’élément marquant du secteur autour duquel s’organise l’implantation des sépultures, reproduisant ainsi, à une échelle plus réduite, la situation observée dans les nécropoles royales.

  • 39 Pour un plan général de cette nécropole, voir Vischak 2006, p. 414.
  • 40 Vischak 2006, p. 122 ; Edel 1984, col. 54 ; Dorn 2005, p. 131.

33Parallèlement à cette première implantation, une deuxième nécropole se développe en dehors de l’agglomération, sur la rive gauche du Nil, le long de la falaise de Qoubbet el‑Haoua39. La première tombe de cette nécropole rupestre est attribuée à Héroukhouief (QH34n), datée du début du règne de Pépy II40. Son exemple est ensuite suivi par ses successeurs de la fin de l’Ancien Empire et du Moyen Empire. Il s’agit donc bien de deux nécropoles contemporaines.

  • 41 Sur la question de la visibilité des sépultures, voir également l’exemple de Kôm el‑Momanien, où la (...)

34Creusées dans la falaise, mais non cachées, les sépultures de Qoubbet el‑Haoua sont offertes à la vue de tous, situées dans un contexte de premier ordre, en hauteur, face à la vallée41. Ici, Héroukhouief installe une tombe qui ne dépend visuellement d’aucun élément qui le dominerait, comme c’est le cas à proximité de la pyramide du premier cimetière. Il apparaît au sommet de la hiérarchie funéraire de l’agglomération, d’un point de vue symbolique, et probablement administratif, situation qui se traduit visuellement dans le paysage par sa position dominante en termes de géographie et de dénivellation.

35La volonté de se singulariser est démontrée par la continuité d’occupation du cimetière de l’île : au moment de l’ouverture de la nécropole de Qoubbet el‑Haoua, il était encore possible de se faire inhumer à proximité de la pyramide puisque certains continuent à le faire. Il s’agit donc bien d’un choix délibéré. L’aspect novateur revient ici au premier à avoir investi le lieu d’une nouvelle nécropole et qui, par ce choix inédit, impose une nouvelle organisation du système funéraire à l’échelle de l’agglomération, tant au niveau symbolique qu’au niveau administratif.

36L’existence de nécropoles multiples pour une même région atteste par ailleurs de tendances sur le long terme qui affectent la popularité de tel ou tel site funéraire. Dans le cas du nome thinite, on observe ainsi une sorte de concurrence entre les deux rives du fleuve, entre les nécropoles de Naga ed‑Deir et celles d’Abydos. Sans remonter aux époques les plus anciennes et aux cimetières royaux des premières dynasties (encore que leur présence ait pu avoir une certaine influence), il apparaît que les cimetières de la rive gauche, associés à Abydos, ont joui d’une faveur fluctuante auprès des populations locales.

  • 42 Sur la datation de cette tombe sous le règne de Pépy Ier ou celui de Pépy II, cf. Brovarski 1994b, (...)
  • 43 O’Connor 1992, p. 89‑90.

37Durant la VIe dynastie, le vizir Iouou se fait creuser une tombe « en four » dans le cimetière « du milieu »42, ce qui indique, si l’on considère son rang élevé, que ce secteur était reconnu comme un emplacement de choix. De plus, les nombreuses mentions de chapelles royales dans le secteur du temple43 confirment un intérêt pour cette zone de la part des personnages les plus importants de la région et de l’État.

  • 44 Brovarski 1989, respectivement p. 305‑310 et 381‑386.
  • 45 Sur les nomarques pendant les dynasties IX et X, voir Brovarski 1989, chapitre X, p. 418‑510.

38Pourtant, malgré cet investissement apparent dans le développement de la rive gauche, le site de Naga ed‑Deir, quasiment en face sur la rive opposée, lui est préféré dès la période de transition entre la VIe et la VIIIe dynastie, avec l’inhumation des nomarques locaux, Tjéméréri et Hénoui44. Durant toute la Première Période Intermédiaire, cette zone bénéficie d’un développement important et les sépultures s’installent alors de manière intrusive dans tous les secteurs anciens. Il s’agit là autant de populations d’un niveau social moyen, voire faible, que des plus hauts personnages de l’administration locale puisque les nomarques continuent à se faire enterrer ici, à l’instar de Hagi et Sipet45.

39Après la réunification du pays sous la XIe dynastie, la rive gauche retrouve l’intérêt qui lui avait été porté jadis et les cimetières autour d’Abydos se développent à nouveau durant tout le Moyen Empire, mais cette fois-ci en relation étroite avec le culte d’Osiris et les pèlerinages qui lui sont associés.

40L’occupation funéraire des sites montre donc des évolutions irrégulières et chaque déplacement du centre d’intérêt principal constitue une sorte de rupture avec la période précédente. Cette rupture permet à ceux qui en prennent l’initiative de se singulariser par rapport à leurs prédécesseurs et ainsi de mettre en avant leur propre culte funéraire. On peut ainsi supposer que ces changements témoignent des fluctuations du pouvoir local entre plusieurs groupes puissants ou sphères d’influence.

  • 46 Sur les procédés de démarcation, cf. Vernus 1995, p. 62, 115 ; Vernus 2010, p. 67‑115.

41Le choix de l’emplacement de la tombe, et du culte funéraire en général, dépend donc de facteurs multiples liés au désir du bénéficiaire d’obtenir le meilleur résultat possible. Deux processus aux motivations complémentaires sont observables, d’une part un processus d’accompagnement ou d’association à des éléments préexistants et, d’autre part, une volonté de se singulariser46.

42La première tendance consiste à s’inscrire dans un processus global de développement du lieu dont l’envergure peut être directement observable, qu’il s’agisse d’une nécropole royale, d’un cimetière en expansion à une époque donnée ou encore d’une tradition plus ancienne. Le bénéficiaire peut constater de son vivant le dynamisme d’un système et l’activité cultuelle qui règne dans tel ou tel endroit. En s’inscrivant dans un processus dont l’efficacité relative est réelle, il peut espérer bénéficier à son tour du système en place. À ce titre, l’importance et la vitalité de la nécropole, tant du point de vue symbolique que quantitatif, constituent sans doute des critères de sélection importants.

43Néanmoins, le risque lié à cette démarche est d’apparaître noyé dans la multitude des tombes et des cultes. C’est pourquoi, sans doute, certains cherchent au contraire à se démarquer. En s’isolant, les notables propriétaires des tombes rupestres des sites de province magnifient leur monument. Ils le rendent plus visible et en font la marque incontournable d’une supériorité hiérarchique. Cette mise en exergue constitue probablement un argument fort en faveur de la pérennité du lieu et du culte funéraire qui s’y rapporte. Elle est particulièrement valable pour celui qui initie le changement et qui se trouve à l’origine de la rupture car il joue ainsi le rôle du fondateur pour la nouvelle pratique, ce qui lui confère un statut particulier qui ne pourra lui être retiré.

Les regroupements sectoriels

44Les mêmes processus que pour le choix de la nécropole sont mis en œuvre pour le choix du secteur d’implantation du lieu de culte à l’intérieur même de la nécropole. De la même manière on retrouve à cette échelle des critères de sélection qui concernent aussi bien l’importance des offrandes que la volonté de se placer dans un espace sacré particulier. Là encore les caractéristiques d’association ou au contraire de démarcation peuvent entrer en jeu dans le choix de l’emplacement.

Les marques d’une sectorisation

45L’existence de zones spécifiques est reconnue dans certaines situations, mais généralement pressentie ou simplement supposée dans la majorité des cas. Avant d’en analyser la valeur, il convient donc de reprendre les attestations qui permettent de préciser la nature de cette sectorisation.

  • 47 Stèle Caire, JdE 35256, éditée avec de nombreuses corrections par Leahy 1989, p. 41‑60. Pour la dat (...)
  • 48 Sur le sens de ce décret et, de manière générale, les capacités d’accès à différents endroits, voir(...)
  • 49 Leahy 1989, p. 46 (t).

46Sur le site d’Abydos, un décret de la fin du Moyen Empire47 évoque une aire spécifique de la nécropole48. Le document, qui constituait une borne frontière, porte à la dernière ligne un terme particulier, centré sur la ligne, comme hors du texte qui le précède. Selon l’avis d’A. Leahy, il s’agirait du nom d’un secteur mentionné dans le corps du texte49. L’expression, Ḥtm-Ṯȝw, pourrait signifier littéralement « pourvoyeuse de brise », ce qui conviendrait par le sens à la désignation d’une aire sacrée à vocation funéraire. Nous avons donc affaire ici à un espace clairement défini. Celui-ci est précisément délimité dans le paysage par la présence de stèles-bornes et il est pourvu d’un nom qui lui donne une existence officielle et juridique.

  • 50 O’Connor 1985, p. 164, n. 9, qui réfute ici l’opinion de W.K. Simpson (1976, col. 389‑390).

47Dans le cas d’Abydos toujours, la présence de chapelles de particuliers forme une spécificité du site. Souvent définies comme cénotaphes, ces chapelles sont concentrées dans un secteur précis. Comme le souligne de manière définitive D. O’Connor, chapelles et sépultures sont établies dans des secteurs distincts qui ne se recoupent en aucun cas50.

  • 51 Simpson 1974, p. 2‑4, 11, repris par Pouls Wegner 2002, p. 107. Voir également Richards 2005, p. 38 (...)

48L’expression « Terrasse du Grand Dieu » (rwd n nṯr ʿȝ), attestée par de nombreuses mentions épigraphiques, pourrait désigner ce secteur des chapelles51. Ce nom est associé à différentes appellations qui viennent le compléter sans que l’on puisse toutefois définir précisément s’il s’agit de noms de secteurs spécifiques à l’intérieur de la zone des chapelles, ou de termes au contraire plus généraux.

  • 52 Sur la lecture ʿrryt plutôt que wʿrt, cf. Hannig 1995, p. 150.
  • 53 Simpson 1974, p. 13.

49W.K. Simpson évoque ainsi les expressions wʿrt nbt ḥtpt (le district détenteur d’offrandes), wʿrt ddt ḥtpt (le district dispensateur d’offrandes), wʿrt nbt ḏfȝw (le district détenteur d’offrandes ḏfȝw), ʿrryt ʿȝt hmhmt52 (le portail au grand prestige) et wʿrt nbt ʿnḫ (le district détenteur de vie)53.

  • 54 Barbotin 2005, p. 145‑147.1. 14‑15.
  • 55 De même sur CGC 20153, avec les districts wʿrt nbt ḥtpt et wʿrt nbt ḏfȝw (Simpson 1974, p. 11).
  • 56 W.K. Simpson évoque aussi l’hypothèse d’une évolution chronologique dans le choix du terme employé (...)

50Ces différents noms sont évoqués parfois de manière complémentaire, associés les uns aux autres. Sur la stèle Louvre C 354 par exemple, les districts wʿrt nbt ḥtpt et ʿrryt ʿȝt hmhmt sont mentionnés l’un après l’autre, comme l’aboutissement du parcours du mort sur les voies de l’Occident55. Une interprétation symbolique et religieuse de ces termes n’est donc pas à exclure56.

  • 57 O’Connor 1985, p. 168.

51La fouille du secteur des chapelles par l’université de Pennsylvanie montre bien une organisation interne de cet espace (fig. 1). Comme le souligne D. O’Connor57, plusieurs types architecturaux sont observables : avec ou sans avant-cour, avec chapelle fermée ou ouverte à l’avant, construction en massif plein. On verrait volontiers dans ces différents types des évolutions chronologiques dans la mesure où ils semblent s’imbriquer les uns dans les autres, en différents endroits de la fouille. Chaque type de chapelle ne correspond donc pas à un secteur spécifique. Il semble néanmoins évident que les monuments les plus importants se concentrent dans l’angle sud de la zone fouillée et sont du type avec avant-cour.

52L’orientation des bâtiments fournit un indice de sectorisation peut-être plus pertinent. La zone nord-ouest montre une certaine variété de formes architecturales, comme dans le reste de la fouille, mais elle s’en distingue néanmoins par une orientation homogène des bâtiments, dont l’axe penche nettement plus vers l’est. Cet aspect semble plus significatif et permet de distinguer deux secteurs bien différents. Il n’est malheureusement plus possible de définir si la distinction entre les deux espaces est liée à un facteur chronologique ou indique une nature différente pour les deux ensembles.

53L’aspect chronologique dans la répartition des sépultures et des lieux de culte associés est un facteur important de l’évolution interne des nécropoles. En fonction de la période considérée, certains secteurs peuvent se développer ou être délaissés, certains sont créés et d’autres temporairement ou définitivement abandonnés. Au moment de l’installation d’un lieu de culte ou d’une sépulture, le choix peut se porter sur un secteur anciennement occupé, dans un processus de densification de l’espace, ou sur un secteur nouvellement ouvert, qui amène à une extension spatiale de la nécropole.

Fig. 1 – Plan du secteur des chapelles à Abydos avec délimitation au nord d’une zone de structures à l’orientation différente (d’après O’Connor 1985).

  • 58 Daoud 2000, p. 194‑195.

54Si l’on considère par exemple la nécropole d’Abousir, on observe une situation clairement organisée pour les notables de la Ve dynastie, autour des pyramides royales. Durant la Première Période Intermédiaire et le Moyen Empire, la nécropole est toujours en activité et compte plusieurs secteurs d’implantation distincts58. À l’est du temple de Niouserrê, par exemple, on observe un nombre important de tombes intrusives, situées dans une zone occupée sous la Ve dynastie, mais datées de la période héracléopolitaine. Il s’agit alors toujours d’un seul et même secteur, qui subit des évolutions, des transformations, sous la forme d’une densification de l’occupation, mais qui prend en compte les éléments antérieurs dans l’implantation des structures nouvelles.

  • 59 Voir plan dans PM IIII2/1, pl. 40.

55À proximité cependant, un secteur nouveau est établi, dans l’angle formé par le temple et la chaussée montante59. Il s’agit là d’un secteur qui n’était pas occupé jusqu’alors et qui se distingue des autres emplacements de la nécropole, vis-à-vis des sépultures plus anciennes, mais aussi par rapport aux tombes intrusives contemporaines dans les anciens secteurs avoisinants. On constate donc que les sépultures sont regroupées par ensembles, selon des secteurs circonscrits, anciens ou nouveaux, et qui peuvent évoluer avec les périodes. Dans le cas des sépultures héracléopolitaines d’Abousir, il est difficile de préciser les raisons qui font qu’une personne est ensevelie dans l’un ou l’autre des secteurs, mais on peut supposer que le choix n’était pas arbitraire. Il pourrait s’agir aussi bien de raisons chronologiques, que statutaires ou liées à des affinités personnelles.

  • 60 Pour la localisation des dépôts in situ, voir Legros 2010a, p. 159‑169, fig. 2‑5, 10. Toutes les ta (...)
  • 61 Pour la définition des périodes, voir Legros 2008a, p. 244‑245.

56La question de l’évolution chronologique peut être abordée avec un peu plus de précision sur la nécropole de Pépy Ier, à propos des dépôts de tables d’offrandes. Il ne s’agit pas dans ce cas de sépultures à proprement parler, mais ces objets cultuels, déposés en petits lots à l’entrée des complexes de reines, constituent autant d’ensembles précisément situés dans l’espace. On peut alors définir les caractéristiques propres à chacun de ces groupes d’objets, notamment pour la question de la chronologie, et rechercher des évolutions d’un ensemble à l’autre. La datation générale de ces monuments va du règne de Pépy Ier à la fin de la Première Période Intermédiaire60. Pour être plus précis, on peut relever dans un tableau le monument le plus ancien et celui le plus récent pour chacun des lieux de dépôts61.

Dépôt

Monument le plus ancien

Date

Monument le plus récent

Date

Inének/Inti (porte)

Sc-192 (annexe 2, fig. 23b)

Pépy Ier

Sc-188 (annexe 2, fig. 23a)

Xe dynastie

Inének/lnti (dallage)

Sw-c (annexe 2, fig. 31)

Pépy II

Sw-a et b (annexe 2, fig. 31)

fin VIe-VIIIe dynastie

Noubounet

Se-214 (annexe 2, fig. 22)

VIe dynastie

Se-211 (annexe 2, fig. 22)

Xe dynastie (Sw)

Chapelle

Sw-295 (annexe 2, fig. 30)

Pépy II

Chapelle a-4 (annexe 2, fig. 30)

Xe dynastie

Nétjérikhethor et Méhaa

08‑131 (annexe 2, fig. 32b)

Pépy II

08-cour 06 (annexe 2, fig. 32a)

Xe dynastie (?)

Anonyme (Sw)

Sw-298 (annexe 2, fig. 29c)

VIe dynastie

Sw-247 (annexe 2, fig. 29a)

Xe dynastie

Tabl. 1 – Étendue chronologique des dépôts in situ de tables d’offrandes dans la nécropole de Pépy Ier.

  • 62 La distinction entre la construction de la pyramide et l’inhumation de la reine est délicate à inte (...)
  • 63 Les tables gravées dans le dallage à l’ouest du complexe d’Inének répondent peut-être à des caracté (...)

57En premier lieu, ce tableau permet de constater que tous les dépôts ne débutent pas au même moment. Le dépôt le plus précoce semble être celui réalisé devant la porte du complexe d’Inének, dès le règne de Pépy Ier (période 1). Cela n’est pas surprenant puisqu’il s’agit de la première pyramide construite sur le site62. Ce dépôt semble suivi par ceux réalisés devant les complexes de Noubounet et de la pyramide anonyme Sw, mais la datation plus approximative des monuments les plus anciens ne permet pas de garantir que ces dépôts ont débuté dès le règne de Pépy Ier. Les autres secteurs (dallage à l’ouest d’Inének, chapelle privée devant Ânkhnespépy II, vestibule du prince et de Méhaa) ne semblent pas antérieurs à Pépy II (période 3). Cela s’explique sans doute en partie par une construction plus tardive de ces complexes63.

  • 64 Les tables gravées dans le dallage forment un lot un peu atypique et d’ampleur limitée. Il est poss (...)

58Si l’on regarde ensuite l’autre extrémité de la fourchette chronologique de ces dépôts, on constate qu’ils ont tous bénéficié d’une longévité importante, témoignage d’une pratique régulière et continue sur l’ensemble de la Première Période Intermédiaire. Tous ces dépôts se poursuivent au moins jusqu’à la période 7 et certains vont même jusqu’à la période 8, dernière de la sériation64.

  • 65 Sur les relations entre la reine et ses dévots, voir infra, p. 117 et p. 160.

59Dans le cas de la nécropole des reines, il y a apparemment une simultanéité des dépôts sur l’ensemble de la période, avec toutefois l’ouverture de nouveaux secteurs, qui correspond probablement à la construction progressive des complexes. On observe une continuité de pratique pour chaque dépôt qui n’est pas liée à la date du complexe auquel il se rattache. Ainsi, Inének/Inti, dont le complexe funéraire est le premier construit, bénéficie d’un dépôt dont les monuments s’échelonnent du règne de Pépy Ier à la fin de la période héracléopolitaine. L’aspect chronologique ne semble pas constituer l’élément déterminant à cette échelle65.

  • 66 Une situation comparable peut être observée dans la nécropole de Pépy II, où les dépôts de particul (...)
  • 67 Sur les actes de vandalisme durant la Première Période Intermédiaire, cf. infra, p. 166.

60Un élargissement de la réflexion à l’ensemble de la nécropole, en incluant le temple de Pépy Ier, permet cependant de mettre en évidence un autre type de sectorisation, avec un décalage chronologique assez marqué. Très peu de tables ont été retrouvées à l’intérieur du complexe royal et les seuls éléments découverts sont probablement à rattacher aux complexes des reines, déplacés là par les carriers. Ainsi, durant la VIe dynastie et toute la Première Période Intermédiaire, c’est bien le secteur des reines qui constitue le lieu privilégié de ces dépôts populaires, sans doute en raison d’un accès restreint du complexe royal durant cette période, au moins durant la VIe dynastie66 Pendant la Première Période Intermédiaire, il n’est pas exclu que le temple royal ait été en partie abandonné en raison d’une destruction violente en lien avec un incendie67. En revanche, le complexe royal a livré de nombreux monuments datés de la XIIe dynastie, époque durant laquelle le culte du roi est restauré. À ce moment, plus aucune table n’est déposée à proximité des complexes de reines, qui semblent alors abandonnés, malgré la tentative de réhabilitation partielle liée à la construction de la pyramide de Rêhérychefnakht.

61On observe donc un déplacement géographique des dépôts de particuliers à l’échelle de toute la nécropole, passant du secteur des reines au complexe royal. Ce déplacement correspond à une évolution chronologique globale du site, liée à de multiples facteurs conjugués ou successifs : l’accès plus ou moins réglementé de certains espaces, l’état d’abandon ou la réactivation de certains cultes.

  • 68 Voir le plan générai de la nécropole de Pépy Ier (annexe 2, fig. 21).

62La limite spatiale des secteurs dans les nécropoles est généralement impossible à définir avec précision. Aucun élément ne vient matérialiser dans le paysage une éventuelle frontière entre eux, le cas de la stèle-borne d’Abydos demeurant à ce titre une exception. On peut néanmoins évoquer les murs qui délimitent des espaces funéraires, qu’il s’agisse de véritables enceintes ou d’éléments plus modestes. Généralement, ces structures délimitent des espaces à vocation individuelle. C’est le cas pour l’enceinte monumentale de la plupart des pyramides royales de l’Ancien Empire, qui entoure la pyramide et son temple funéraire. C’est le cas également pour un certain nombre de pyramides de reines, qui peuvent bénéficier de leur propre enceinte, l’exemple le plus complet étant sans doute celui de la reine Inének/Inti, épouse de Pépy Ier68.

  • 69 Valloggia 1998a, p. 24‑37.

63De tels murs, à vocation individuelle, peuvent se retrouver également, toute proportion gardée, pour des installations de particuliers de rang inférieur. Il s’agit alors le plus souvent de murs bas qui délimitent une avant-cour en façade du monument. Cette situation se retrouve pour un certain nombre de mastabas ou de chapelles de particuliers. Dans la mesure où ces murs ou murets délimitent un espace privé lié à une sépulture, ils ne correspondent pas à priori à des délimitations de secteurs au sein des nécropoles. Toutefois, les espaces ainsi délimités peuvent acquérir une vocation collective, et donc être considérés comme des espaces distincts du reste de la nécropole, lorsqu’ils sont investis par d’autres sépultures qui viennent s’installer à l’intérieur. Le phénomène est bien connu et l’on peut mentionner à titre d’exemple la cour nord du mastaba d’Imapépy I/Imaméryrê à Balat, avec plus d’une vingtaine d’ensevelissements secondaires69 Pour les chapelles abydéniennes également, l’avant-cour devait accueillir une grande partie des monuments privés associés au défunt principal et à sa chapelle.

  • 70 Arnold 2008, pl. 1.
  • 71 Cet alignement marquerait la limite entre la zone dévolue à la famille royale et la nécropole des d (...)

64Pour revenir aux murs d’enceintes des complexes royaux, il faut supposer qu’il y avait également des espaces définis et organisés qui se trouvaient matérialisés dans le paysage. Il n’est pas exclu qu’un système de double enceinte ait pu être mis en place, avec un premier mur destiné à chaque complexe individuel et un second mur qui engloberait l’ensemble du secteur royal. On trouve par exemple une telle enceinte poulie complexe de Sésostris Ier, à Licht70. Dans le cas de la nécropole royale de Pépy Ier, il apparaît clairement que les complexes individuels des reines ou des princes sont installés dans un espace contraignant, qui explique sans doute la forme complexe de certains ensembles, comme celui d’Ânkhnespépy II, et leur imbrication extrême. Cette contrainte est probablement due au caractère limité en extension du secteur dévolu à la famille royale, qui était peut-être marqué par un élément matériel et visuel délimitant la zone dans le paysage. Cette hypothèse semble confirmée par le côté ouest de cette nécropole qui présente un alignement parfait des murs d’enceinte d’Ânkhnespépy II, Ânkhnespépy III, Rêhérychefnakht et Béhénou. La MafS n’ayant pas encore développé ses investigations de ce côté, il n’est pas possible de préciser quelle est la nature de l’élément marquant cette délimitation. Peut-être les murs d’enceintes individuels, par leur alignement, suffisaient-ils à matérialiser la limite. Cette hypothèse est cependant insuffisante car les monuments ne sont pas contemporains et la lisibilité de l’alignement n’est perceptible qu’une fois l’ensemble terminé. On peut donc envisager au-delà de ces murs un élément marquant supplémentaire, une voie de circulation71, un fossé ou une seconde enceinte.

65L’existence de secteurs distincts au sein des nécropoles ne fait aucun doute, même si leur matérialisation est délicate à reconnaître. En dehors de quelques cas explicites et évidents, cette sectorisation devait en grande partie reposer sur une reconnaissance populaire ou sur une tradition conservée, soit par les habitants eux-mêmes, soit par les administrateurs de la nécropole. Elle constituait vraisemblablement un élément essentiel dans la sélection du lieu d’installation pour la sépulture ou le support de culte.

66Dans ces conditions, l’étude en parallèle d’éléments voisins doit permettre de repérer des points communs ou des éléments d’association, qui pourraient témoigner de la présence de ces secteurs, comme un contenu peut attester en négatif de l’existence d’un contenant disparu.

La nature des regroupements sectoriels

  • 72 Voir la notion de « matrice » chez L. Meskell (2002, p. 82). J. Assmann, parle de « constellations  (...)

67Si la définition géographique des secteurs nous échappe en partie, on peut néanmoins analyser avec précision les regroupements entre plusieurs installations funéraires d’un même endroit pour décrire les différentes relations sociales entre les individus qui forment un ensemble. Deux types principaux de rapprochement sont à prendre en compte : les relations familiales et les relations à caractère plutôt professionnel. Un individu s’inscrit dans un ensemble funéraire auquel il souhaite s’intégrer en fonction de ces deux aspects, qui peuvent se recouper et se compléter72, le statut socioprofessionnel des individus se trouvant en grande partie défini par leur origine et leur naissance. Ainsi, une famille de gouverneurs de province forme un ensemble homogène, tant au niveau social que familial.

68Le cadre familial général constitue l’élément essentiel et fondateur de la structure sociale égyptienne, mais s’accompagne le plus souvent d’une solidarité professionnelle intergénérationnelle et collatérale. Cette unité s’exprime en dehors du cadre familial strict avec des relations plutôt professionnelles qui transposent les liens familiaux en dehors de la cellule initiale et induisent ainsi une confusion des deux domaines. L’étude de ces associations trouve rapidement ses limites dans la définition de la nature exacte du lien social et il devient délicat de départager l’importance réciproque de ces deux tendances.

69On peut néanmoins tenter de relever les témoignages caractéristiques des différentes situations. Une approche familiale de la documentation permet de mettre en évidence des associations basées explicitement sur ce lien. Inversement, une approche socioprofessionnelle montre que le rapport familial n’est pas le seul lien mis en œuvre dans les pratiques collectives. Entre deux extrêmes où les relations mentionnées sont exclusivement familiales ou professionnelles, tout un ensemble de situations peut être observé, avec des indices d’interprétation dans l’un ou l’autre sens.

70L’aspect non explicite de certains éléments ne doit pas être considéré nécessairement comme une lacune documentaire. Il faut également envisager qu’il s’agit là d’un choix délibéré, susceptible de nous informer sur les éléments perçus comme prioritaires à une époque donnée, par opposition à d’autres éléments, considérés alors comme moins importants.

71Dans ce contexte, le choix de l’emplacement du lieu de culte par rattachement à un secteur particulier se définit dans la relation entre l’individu et les éléments ou monuments qui lui sont associés et l’entourent. Cette relation peut être établie sur un rapport plus ou moins égalitaire, ce que nous appellerons ici par association « horizontale » ou encore elle peut s’établir sur une base hiérarchique, c’est-à-dire en souhaitant bénéficier de l’aura d’un ancêtre ou plus grand que soi, ce que nous appellerons le regroupement par rapprochement « vertical ».

  • 73 Voir l’étude des dédicaces, infra p. 126.

72Précisons qu’il ne s’agit pas là d’aborder toutes les associations qui peuvent être observées dans la documentation, mais de se concentrer sur les initiatives collectives pour le dépôt ou l’établissement d’un monument commun, ou encore des initiatives multiples pour le dépôt de plusieurs monuments en un même lieu, qu’ils soient contemporains ou non. Les relations évoquées sur un seul monument, à l’initiative d’une personne isolée, relèvent de fait d’une autre problématique73.

Les regroupements à caractère familial

73Les associations à caractère familial se manifestent particulièrement dans le cadre des nécropoles royales où l’organisation en secteurs plus ou moins concentriques réserve un espace spécifique à la famille du pharaon.

  • 74 Fils de Méhaa, épouse de Pépy Ier, il porte le titre de « prince héréditaire, fils aîné du roi, de (...)
  • 75 À l’heure actuelle, aucune inscription ne permet d’attribuer la pyramide Sw à une reine ou un princ (...)
  • 76 Sur la filiation fictive de certains sȝ nswt et leur confusion avec les princes du sang, voir Baud  (...)

74Dans le cas de la nécropole de Pépy Ier, les pyramides qui rayonnent autour de celle du roi forment un ensemble homogène et relativement cohérent. On retrouve plusieurs épouses de ce pharaon, mais pas exclusivement puisque, sur les neuf pyramides découvertes à ce jour, seulement quatre répondent à ce critère (Inének/Inti, Noubounet, Méhaa et Ânkhnespépy II). Les autres monuments sont attribuables à des membres de la famille royale disposant d’un autre statut. Ainsi on trouve des personnes de la génération suivante (Ânkhnespépy III et Mérétites) dont certaines étaient également épouses royales, même s’il s’agit d’un autre pharaon. La présence d’un prince de sang, Nétjérikhethor74, indique encore que ce secteur n’était pas dévolu exclusivement aux épouses royales mais plus généralement aux membres de sa famille, y compris de sexe masculin75. La mention de titres spécifiques, dans le cas de cette nécropole, entretient néanmoins la confusion entre lien familial et lien professionnel puisque ces titres renvoient à des termes de généalogie : épouse, mère, fille, fils76.

  • 77 L’association de membres de la famille se fait généralement en référence à un individu précis, qui (...)

75Le principe de l’association familiale se retrouve en dehors de la sphère royale et joue en fait de manière similaire à tous les niveaux de la société. Les mastabas des gouverneurs de l’oasis, à Balat, en fournissent un bon exemple77.

  • 78 Rappel des fouilles et publications des sépultures secondaires dans Castel et Pantalacci 2005, p. 3 (...)

76En relation avec les quatre mastabas de la nécropole de Qila el‑Dabba qui ont été fouillés, cent cinquante-neuf sépultures secondaires ont été dégagées, dans des contextes différents. La sectorisation de la nécropole s’établit ici de manière assez évidente par rapport aux grands mastabas, en fonction de l’éloignement plus ou moins important de la structure du gouverneur. Dans ce contexte, le secteur privilégié est celui qui se trouve à l’intérieur même de l’enceinte, c’est-à-dire dans la cour ou l’avant-cour qui mène au mastaba proprement dit78. L’association de type familial ne peut se déterminer que par le matériel épigraphique qui, malheureusement, fait défaut dans un grand nombre de cas. Toutefois, on peut garantir ce lien familial pour plusieurs inhumations reliées à des chapelles de culte en surface.

  • 79 Valloggia 1998a, p. 26‑29. Pour la stèle proprement dite, cf. ibid., p. 78‑79, pl. 73b et Valloggia (...)

77Dans la cour septentrionale du mastaba I (Imapépy I), directement adossé au massif du mastaba, l’ensemble des sépultures T5‑6 et T18 peut être rattaché à l’épouse du gouverneur, Igit, dont la stèle a été retrouvée79. Cette épouse du gouverneur occupe la tombe T5 et, juste à côté, une inscription sur un miroir de la tombe T6 mentionne une « connue du roi, prêtresse d’Hathor, Idout » qui pourrait bien être une fille du gouverneur si l’on tient compte de la qualité et de la richesse de son équipement funéraire.

  • 80 Minault-Gout 1992, p. 18‑20.

78Dans le cas du mastaba II, l’analyse s’avère plus délicate. Aucun matériel épigraphique ne permet de définir les relations entre les différentes personnes. De plus, si des inhumations secondaires ont bien été dégagées, aucune trace de lieu de culte n’a été relevée, ni dans la cour, ni dans l’avant-cour80.

  • 81 Castel, Pantalacci et Cherpion 2001, p. 21‑25.

79Dans le mastaba III, aucune structure secondaire de culte n’est présente à l’intérieur de l’enceinte. Les témoignages d’une pratique rituelle semblent plus en relation avec le culte de Khentika81. On notera cependant que parmi les trois caveaux secondaires prévus dans l’infrastructure, celui du nord a probablement été affecté à son fils Déchérou et celui directement au sud, à son épouse.

  • 82 Valloggia 1986, p. 15.
  • 83 Valloggia 1986, p. 58‑60.

80Dans l’avant-cour du mastaba V, on retrouve le système de petites chapelles attesté au mastaba I82. Malheureusement, aucune inscription ne permet d’établir l’identité des bénéficiaires inhumés juste en dessous, dans les sépultures T2 et T4. L’ensemble du mobilier funéraire de ces deux sépultures, tant par sa qualité que sa quantité, laisse supposer que ces individus faisaient partie de l’entourage proche du gouverneur, probablement des membres de sa famille83.

81Étant donné la rareté du matériel inscrit pour l’ensemble de ces sépultures, faut-il généraliser les indications de parenté et considérer que seuls les membres de la famille avaient accès à ce secteur ? Cette interprétation serait excessive et les associations sur une base sociale viennent probablement compléter les associations à caractère familial. Si la proximité spatiale constitue bien un élément déterminant, encore faut-il distinguer l’inhumation proprement dite du lieu du culte funéraire. Dans le cas des mastabas I et V, les superstructures sous forme de mastabas miniatures sont établies à l’intérieur même de l’enceinte et leurs bénéficiaires peuvent ainsi développer leur culte à proximité immédiate du mastaba principal. Par contre, pour les mastabas II et III, aucun élément comparable n’a été retrouvé. Cela ne va pas sans poser problème : dans le cas du caveau de Déchérou, fils du gouverneur Khentika, et gouverneur lui-même, on peut se demander où se tenait son culte funéraire personnel. Était-il simplement annexé au culte principal dans la chapelle de son père ou bénéficiait-il d’un autre lieu, à caractère individuel ?

  • 84 Le lien entre le regroupement familial et l’affirmation du lignage est développé dans Moreno García (...)

82Le regroupement familial est également un élément fort des nécropoles provinciales de la vallée où les gouverneurs se rassemblent, là aussi dans une perspective à la fois familiale et statutaire84. Un exemple significatif a été reconnu depuis longtemps, à Assiout, dans les tombes rupestres de Deir el‑Gébraoui. Ici, la nécropole des gouverneurs se singularise par une situation en hauteur.

  • 85 Davies 1902, p. 13, pl. 13 et Urk. I, 145‑147. Voir aussi Kloth 2002, p. 39 (dossier 86) et p. 217.

83Dans une tombe collective, Djaou, fils de Djaou/Chémaï, mentionne dans sa biographie le contexte d’élaboration de la tombe85. Il exprime d’abord le fait que la sépulture de son père a été réalisée sous sa responsabilité. Dans un deuxième temps, il évoque le caractère collectif et familial de cette sépulture :

J’ai fait cela d’être enterré dans une seule tombe avec ce Djaou afin que je sois avec lui en un seul endroit ; et non pas parce que je n’étais pas en possession d’un acte pour faire deux tombes distinctes. Au contraire, je l’ai fait afin de voir ce Djaou chaque jour, afin de demeurer avec lui en un seul endroit.

  • 86 Kanawati 2006, p. 70.

84Cette mention apparaît comme une justification des raisons du choix de sa sépulture, par piété filiale. La justification proposée explique ainsi le caractère atypique de cette double sépulture. Du reste, le caractère collectif a été confirmé et complété lors d’une reprise de la fouille ancienne, par N. Kanawati86, qui, en plus des deux puits funéraires dégagés lors des premières investigations, a mis au jour deux autres puits, attribués aux épouses de Djaou (le fils), Hénetnes et Ânkhnespépy, confirmant ainsi que la globalité de la sépulture et de sa chapelle de culte constitue un ensemble familial cohérent.

  • 87 Habachi 1985, p. 15. Pour le plan de la nécropole, voir Vischak 2006, p. 414 (tombes 35d et e) et p (...)
  • 88 Tombes 25‑26, plan dans Morgan et al. 1894, p. 144.

85Bien que cette inscription présente un caractère exceptionnel, on peut observer des situations analogues dans la plupart des nécropoles de gouverneurs. Ainsi, à Éléphantine, Sabni II fait creuser une tombe si proche de celle de son père, Pépynakht-Héqaib, qu’elles sont finalement reliées par un passage pour ne former plus qu’une double tombe, pourvue d’une cour et d’une avant-cour, dévolues au culte funéraire87. À l’extrémité sud de cette même nécropole, se trouve un exemple similaire avec les tombes de Mékhou et Sabni I88 : la cavité de la tombe de Sabni est ainsi faite qu’elle apparaît comme une véritable extension de la tombe de son père, reprenant des éléments du programme architectural, notamment une double rangée de piliers, dressés dans le prolongement de ceux de la première tombe. L’existence d’une avant-cour commune, pourvue de deux rampes d’accès parallèles vient conforter l’image d’une sépulture partitionnée mais collective, formant un ensemble cohérent.

86Dans le cas des nécropoles provinciales, comme pour les nécropoles royales, la confusion entre liens familiaux et socioprofessionnels est complète : il s’agit de nécropoles familiales, dont la plupart des membres sont également gouverneurs.

87Précisons toutefois que ces monuments collectifs sont rarement pensés comme tels dans leur conception initiale. Dans la mesure où les gouverneurs se succèdent de génération en génération, l’association de deux tombeaux relève de l’initiative individuelle du fils qui désire s’associer à son prédécesseur, tant du point de vue familial que professionnel.

  • 89 Infra, p. 129.

88Un terme spécifique semble désigner une structure collective : le mot smyt. Ce terme peut tantôt désigner la sépulture, tantôt les personnes qui y sont inhumées. L’acception comme groupe d’individus sera traitée plus loin89, pour se concentrer ici sur son sens comme monument collectif.

  • 90 WB III, p. 444‑445, donne comme traductions « Wüste, Begräbnisstätte/Familiengrab » ou « Landbereic (...)
  • 91 Clère 1985, p. 77‑87.

89Le terme est lié explicitement à des aspects géographiques, comme en témoigne le déterminatif des trois collines. Il s’agit à l’origine de la désignation générale d’une zone désertique. Par association, il peut également prendre l’acception de nécropole90. J.J. Clère traduit le terme par « tombe ou sépulture familiale », mais les occurrences qu’il mentionne relèvent plus d’individus que de monuments91.

90La désignation possible d’une construction par le terme smyt est garantie par quelques inscriptions. Citons à titre d’exemple la stèle abydénienne CGC 20536, qui porte l’inscription jr.n(.j) nȝ smyt tn. L’utilisation de la formule jr.n.j, « j’ai fait, j’ai réalisé », indique clairement dans ce cas que la smyt est un élément matériel et non un groupe de personnes. En revanche, une incertitude demeure sur la nature même de cette réalisation. L’inscription étant portée sur une stèle abydénienne, le mot peut désigner soit la stèle elle-même, soit la chapelle où elle se trouvait.

  • 92 Sur la nature des chapelles abydéniennes, voir infra p. 77.
  • 93 Clère 1985, p. 77.
  • 94 Clère 1985, p. 85.

91Dans la deuxième hypothèse, il s’agirait d’un terme concurrent au mot mʿḥʿt, attesté sur d’autres monuments92. La plupart des mentions du terme smyt, avec le sens de monument collectif proviennent du secteur des chapelles à Abydos93, ce qui semble confirmer cette hypothèse. Les deux termes smyt et mʿḥʿt ne sont pourtant pas synonymes car ils peuvent se rencontrer dans une même inscription : jn rmṯ nbt nt smyt.j ʿq.sn r tȝ mʿḥʿt (ce sont tous les gens de ma « tombe familiale » qui entreront dans cette chapelle)94. L’ambiguïté demeure ici entre le sens de tombe et celui de groupe d’individus, mais l’association des deux termes dans une même inscription montre que les deux mots smyt et mʿḥʿt n’avaient pas la même signification.

  • 95 Sur le pr-ḏt, cf. Moreno García 1999b, p. 219‑222 ; Shirai 2006, p. 326 ; Abdalla 1992, p. 95.
  • 96 Voir le rapport annuel dans le BIFAO, en particulier Pantalacci et Denoix 2006, p. 351‑354, avec pl (...)
  • 97 Le terme n’est apparemment employé que pour un seul des monuments, mais leur grande similitude inci (...)

92Un autre type de structure collective doit être évoqué : le pr-ḏt. Le terme est traduit généralement par « maison d’éternité » et désigne des ensembles funéraires à vocation collective, sans doute familiale95. Un ensemble de plusieurs pr-ḏt a été retrouvé à Saqqâra sud, sur le site de Tabbet el‑Guech96, qui permet de mieux percevoir la réalité matérielle de ces structures. Chaque pr-ḏt se présente sous la forme d’un enclos de brique crue qui entoure une cour creusée dans le gebel et donne accès aux sépultures, chacune d’entre elles étant pourvue de plusieurs puits. La désignation de ces structures comme pr-ḏt est assurée par une inscription sur la porte d’un des monuments, dédié à Pépyânkh97. Les inscriptions n’étant pas encore publiées, il est difficile de préciser la relation qui unit les différentes personnes réunies dans un même pr-ḏt, mais une relation familiale semble très probable. On notera que différents types d’emplacements se distinguent, puisque certains puits sont creusés dans les tombes qui rayonnent autour des cours alors que d’autres sont installés dans les cours elles-mêmes. Ces différences de situation indiquent sans doute une hiérarchisation des espaces et donc des individus qui s’y faisaient ensevelir.

  • 98 Jéquier 1928, p. 21‑25.
  • 99 Moreno García 1999b, p. 220.

93D’autres établissements, d’une nature sensiblement différente, peuvent être comparés à ceux de Tabbet el‑Guech. En effet, des structures de brique crue, dégagées autour de la pyramide d’Oudjebten, ont pu être identifiées par les inscriptions portées sur trois portes de calcaire, qui mentionnent rwt nt ḏt.f, « porte de son domaine funéraire »98. L’appellation de ces structures est un peu différente, mais suffisamment proche pour que le parallèle soit établi : le terme ḏt pourrait être considéré comme une abréviation de pr-ḏt99.

94La nature des vestiges présente un certain nombre de différences (fig. 2). Le plan fourni par le fouilleur manque malheureusement de précision, mais on distingue clairement des structures beaucoup plus complexes que dans le cas de Tabbet el‑Guech. Le système de cour collective est moins marqué et, si des espaces libres apparaissent, leur fonction est moins évidente. En revanche, plusieurs ensembles s’apparentent à des structures utilitaires, comme des magasins et certains éléments sont clairement apparentés à des habitations, en particulier au sud de la pyramide. De nombreux puits funéraires ont été également fouillés. Leur pauvreté a fait supposer à G. Jéquier qu’ils n’étaient pas en lien direct avec les ḏt, mais plutôt postérieurs, installés là après un abandon partiel du culte de la reine.

Fig. 2 – Porte et table d’offrandes de Hémi ; plan du complexe d’Oudjebten (d’après Jéquier 1928).

  • 100 Jéquier 1928, p. 22, fig. 27‑28 (Caire, JdE 49681).

95Une seule des trois portes a été retrouvée en place et mentionne comme personnage principal un certain Hémi100. L’inscription des montants présente une ambiguïté quant à l’attribution de l’espace mentionné. Le montant gauche débute, juste après l’inscription du linteau, aux titres et au nom de la reine, par l’expression ḏt.s, qui indique une affectation au bénéfice de la reine, alors que la mention de la porte, tout en bas de la colonne, mentionne ḏt.f, et renvoie à un particulier. L’explication se trouve sans doute dans l’association en un même lieu de plusieurs domaines funéraires. L’ensemble des installations à l’intérieur de l’enceinte de brique crue, tout autour du complexe d’Oudjebten, serait à considérer comme le domaine de la reine, à l’intérieur duquel plusieurs concessions seraient dévolues aux domaines d’individus particuliers. Le fait que plusieurs portes aient été retrouvées irait dans le sens de cette interprétation. Si la porte de Hémi, qui a été découverte en place, commandait l’accès à l’ensemble du domaine funéraire, cela serait en contradiction avec l’idée d’un domaine de particulier à l’intérieur du domaine de la reine. Toutefois, G. Jéquier estime que cette porte n’était pas à son emplacement d’origine et que des traces archéologiques dans l’agencement des différents éléments indiquent qu’elle a été déplacée.

96Dans le cas de la porte de Hémi, la plus complète, six personnes sont mentionnées. Le montant gauche est sans doute le plus important. Il apparaît dans la continuité de l’inscription du linteau et mentionne un certain Hémi qui est « imakhou auprès de sa maîtresse », très probablement la reine. Représenté debout en bas de l’inscription, il est suivi de son fils Iqéri, représenté dans un module inférieur. Sur le montant droit sont mentionnés un Ikhi et son petit-fils Séânkhenptah. Sous la colonne d’inscription, comme sur le montant gauche, figurent deux hommes dont le deuxième est de plus petite taille. Ces représentations ne correspondent cependant pas à l’inscription qui les surmonte puisque le deuxième d’entre eux est désigné comme « son frère, Hémi ». Enfin, une troisième inscription, portée dans l’embrasure même de la porte, sur le montant droit, mentionne encore un Iqéri.

97Il est difficile d’établir la relation exacte entre tous ces individus. En particulier, les mentions de deux Iqéri et deux Hémi renvoient-elles à chaque fois à une même personne ou s’agit-il d’homonymes ? La mention d’un frère est ambiguë également et l’on ne sait si elle se rapporte à Ikhi ou Séânkhenptah. G. Jéquier considère que Hémi, sur le montant gauche, est le même que celui représenté sur le montant droit, et qu’il serait le frère de Séânkhenptah, qui porte à peu près les mêmes titres.

  • 101 Fig. 2, d’après Jéquier 1928, p. 25‑26, fig. 32.
  • 102 Le bénéficiaire principal de la table, mentionné sur la natte, est Hémi. Si l’on considère que le p (...)

98Le lien étroit entre ces individus est encore confirmé par une table d’offrandes, trouvée hors contexte à proximité des installations de brique crue101. Pourvue de trois pains pour trois personnes différentes, elle mentionne un Hémi et un Iqéri. Le troisième pain (à droite) n’a pas conservé toute son inscription, mais devait nommer encore une troisième personne, peut-être aussi l’une de celles présentes sur la porte102.

  • 103 Jéquier 1928, p. 24, fig. 29‑30.

99Les deux autres portes, fragmentaires, ont livré moins d’indications103. L’une mentionne un homme et son fils, l’autre un homme, son fils aîné et deux prêtresses d’Hathor dont la relation familiale n’est pas précisée, bien que probable.

  • 104 Le secteur des reines de la nécropole de Pépy Ier a également livré la mention d’un pr-ḏt, dans un (...)

100La nature exacte de ces installations, avec ou sans inhumations associées, demeure incertaine, mais leur caractère collectif, vraisemblablement de nature avant tout familiale, semble assuré104.

101Il apparaît clairement que les associations familiales constituent un critère de choix déterminant dans l’implantation du lieu de culte ou de la sépulture. Il peut s’agir de l’ensemble d’un secteur qui est dévolu à une famille ou encore d’une structure collective à laquelle les membres d’une même famille sont invités à participer. Pour un individu qui doit choisir un emplacement, la préexistence d’une structure familiale ou d’un secteur réservé constitue vraisemblablement un élément fort qui l’incite à poursuivre l’entreprise collective engagée avant lui. Il s’agit alors pour le défunt d’intégrer un système composé d’éléments sociaux et matériels dont il espère tirer bénéfice tout en l’enrichissant de sa participation.

Les regroupements professionnels

102Le choix du lieu peut relever de considérations nettement professionnelles, qui semblent supplanter parfois les aspects familiaux. Si l’association entre des individus relève d’un niveau social équivalent, on parlera alors d’association « horizontale », par opposition aux relations hiérarchiques, qualifiées de « verticales ». Toute mention hiérarchique ne peut être exclue, mais celle-ci ne constitue pas, dans ce cas, l’élément déterminant de l’association.

  • 105 L’ensemble de cette documentation est publié dans Fakhry 1961 ; elle n’a pas été reprise depuis. Da (...)
  • 106 Fakhry 1961, p. 9‑10 ; Kemp 2006, p. 209‑211.

103Le dépôt de monuments découvert au temple bas de Snéfrou montre un caractère particulier et exemplaire dans ce type de rapprochement horizontal105. Ici, les critères d’association, sur chaque monument pris individuellement, sont tantôt de type familial, tantôt de type professionnel. Dans un certain nombre de cas, les deux sont d’ailleurs conjugués. Si l’on considère cette documentation dans sa globalité, il apparaît clairement que cet espace cultuel était réservé non pas à une famille, ni à une catégorie professionnelle, mais bien, au sens large du terme, à une communauté. Celle-ci se définit par le cumul des différents aspects et l’interpénétration des multiples matrices sociales, qu’il s’agisse de la famille, des générations, du cadre professionnel, du sexe, etc. La densité du tissu relationnel de cette communauté s’établit ici sur la base du culte funéraire de Snéfrou, mais se trouve enrichie par l’établissement d’une zone d’habitat spécifique, dans l’enceinte même du temple106. Il n’est pas possible d’établir l’exacte correspondance entre les habitants et les dévots, mais il est fort probable qu’une part importante des monuments déposés relève des pratiques de cette communauté villageoise. Quelques monuments ont pu être ajoutés par des personnes extérieures à celle-ci, sans que l’on puisse préciser lesquels.

  • 107 Ce calcul prend en compte les titres d’imakhou (6 attestations), mais non l’épithète nb jmȝḫ (28 at (...)

104Trente-sept titres différents ont été relevés dans la documentation pour cent vingt-cinq attestations107. Ils montrent une certaine homogénéité quant aux secteurs d’activité représentés.

105On trouve bien sûr de nombreux titres de prêtrise : 1 ḥm-kȝ, 1 ḥm-nṯr, 12 ẖry-ḥb, 35 wʿb (dont deux pour Snéfrou), 6 ḥry-tp ẖryḥb (dont un m Ḫʿ-Snfrw), 4 sḥḏ ḥmw-nṯr (dont un Ḫʿ-Snfrw rsj), 2 jmy-r ḥwtnṯr, 1 jmy-r ḥmw-nṯr, 1 jmy-r wʿbw ḥwt-nṯr, 3 mty n sȝ, 1 sȝw dpt Tkȝ n Ḥr Nb[-mȝʿt] et 1 wʿb ʿȝ.

  • 108 On peut ajouter également deux individus qui sont jmȝḫw auprès de Snéfrou (exc. 115 et 197, cf. Fak (...)

106Sur ces soixante-huit attestations de titres sacerdotaux, seulement cinq mentionnent explicitement un lien avec le culte de Snéfrou, mais on peut supposer que la plus grande partie de ces prêtrises, sinon la totalité, était bien en relation avec le culte funéraire de ce pharaon108. La variété de ces titres montre une organisation complexe et importante du service cultuel, qui représente la moitié des attestations.

107À ces titres religieux, on peut encore ajouter les titres à caractère plus administratif, liés à l’organisation matérielle du culte ou l’entretien du monument : deux sculpteurs, deux directeurs des sculpteurs, deux peintres, un contrôleur de la barque, un contrôleur des recrues, trois scribes, un contrôleur des scribes et un gardien des tissus. Il semble bien que c’est toute l’activité du temple qui est représentée par ces différents titres, aussi bien dans ses aspects matériels que religieux.

  • 109 Fakhry 1961, p. 63‑69, pl. LXVIII-LXIX (exc. 128, façade).
  • 110 Ibid., p. 37, 69‑74 (exc. 141), p. 91‑92 (exc. 107).

108L’image qui ressort de cette documentation est celle d’une collectivité qui doit être perçue dans sa globalité, comme le regroupement d’individus formant ce que nous dénommons une « association horizontale ». Il est vrai que des éléments de hiérarchie sont mentionnés et que les monuments n’ont pas tous la même qualité ni la même valeur. Il est vrai aussi que certains individus semblent jouer un rôle important en dehors du temple funéraire, comme un ḥry-sštȝ109 ou trois wḥmw n ʿrryt110. Il demeure néanmoins que l’association entre tous ces individus, dans le cadre de ces pratiques cultuelles, ne repose pas sur un rapport hiérarchique, mais sur une position comparable liée à la dévotion commune au pharaon Snéfrou. Ainsi, telle statue de prêtre-ouab n’est pas nécessairement placée sous la dépendance du monument de son supérieur, mais plutôt à côté de lui, dans une même perspective religieuse.

  • 111 Ibid., p. 63‑69 (exc. 128).
  • 112 Ibid., p. 53‑55 (exc. 200).
  • 113 Leclant et Berger 1996, p. 503‑506.
  • 114 Vernus 1976b, p. 128‑138.
  • 115 Leclant et Berger 1996, p. 504‑506 (respectivement no T-717 et T-1324).

109Parmi les objets découverts dans le temple de Snéfrou, deux en particulier présentent une liste importante de personnels religieux : un autel à torche111 mentionne dix prêtres-ouab sur le panneau arrière ; un piédestal112 représente deux prêtres-ouab et deux prêtres-lecteurs, mais ils étaient probablement plus nombreux à l’origine. De tels monuments se retrouvent sur d’autres sites contemporains, notamment à Saqqâra, où des confréries religieuses ont pu être mises en évidence113. Plusieurs monuments de ce site associent de la même manière un individu remarquable, à qui appartient le monument, à plusieurs personnes aux fonctions religieuses. La table d’offrandes de Néferhor, provenant du temple de Pépy Ier, mentionne ainsi quatorze prêtres, essentiellement des ouab. La stèle du même personnage, découverte dans le temple de Pépy II114, nomme quant à elle treize personnes dont neuf ouab et un prêtre-lecteur. Deux autres monuments trouvés dans le temple de Pépy Ier présentent des caractéristiques similaires : une statue cube, sur laquelle sont cités au moins sept ouab et un socle de statue avec onze autres115.

  • 116 Leclant et Berger 1996, p. 503.
  • 117 Il est chef des sacrificateurs dans les temples, administrateur, chef de la divine offrande dans le (...)

110L’extrême similitude de fonction entre tous ces personnages a permis de considérer qu’il pouvait s’agir d’un « hommage rendu à l’un des leurs par des collèges de prêtres »116. Il s’agirait dès lors d’une entreprise collective réalisée par des personnes de même rang sur le principe du rapprochement horizontal. Il faut néanmoins considérer que, dans chaque cas, une personne précise est mise en valeur et que son statut est largement supérieur à celui des autres personnes mentionnées sur le monument. Néferhor, par exemple, occupe de très hautes fonctions dans la région memphite, avec des responsabilités importantes dans deux cultes funéraires royaux et dans le temple de Ptah117.

  • 118 Voir néanmoins les remarques sur deux inscriptions de dédicace explicites, infra, p. 128.

111L’hypothèse d’une réalisation collective semble en fait assez peu probable en tant qu’association de plusieurs individus qui se seraient en quelque sorte cotisés pour offrir un monument à leur supérieur, phénomène assez peu égyptien118. On pourrait en revanche considérer que l’institution à laquelle toutes ces personnes appartenaient a entrepris cette réalisation, ce qui lui donnerait alors effectivement un caractère collectif.

112Peut-être est-il plus simple de considérer que ces différents monuments portant une liste de prêtres, procèdent d’une démarche individuelle due à l’initiative du personnage principal. La mention de ces « collègues » reprendrait alors le schéma classique de l’association des serviteurs chargés de l’assister dans son culte funéraire et de le maintenir dans les différentes sphères sociales auxquelles il a participé de son vivant.

  • 119 Gautier et Jéquier 1903, p. 50‑61 ; Legros 2008b, p. 77‑79.

113La découverte à Licht d’un lot de tables d’offrandes aux similitudes importantes apporte un témoignage supplémentaire de l’existence de corporations, ou au moins de l’initiative collective d’un groupe de personnes relevant du même secteur professionnel119. Ce lot a malheureusement été découvert comme remploi dans la maçonnerie d’une tombe tardive et l’on ne peut pas définir le secteur de provenance exacte de ce mobilier. Les tables devaient être déposées, sinon dans l’enceinte de la pyramide de Sésostris Ier, du moins à proximité. Leur similitude dans la composition et dans les inscriptions, ainsi que leur réutilisation en tant que lot, montrent qu’il s’agit bien d’un ensemble cohérent qui provient d’un seul et même endroit et non d’une collecte d’éléments disparates, abandonnés en différents endroits du site.

  • 120 PN I, p. 49 (27), 312 (21).

114Treize tables inscrites mentionnent les noms et titres de différentes femmes. L’onomastique peut suggérer quelques relations familiales. Deux personnes s’appellent It et une troisième Sénébit. Le nom est suffisamment rare pour envisager un lien entre ces personnes120. Deux Satméket sont également mentionnées, ayant pour mère Hériché. J.‑É. Gautier et G. Jéquier envisagent de ne faire qu’une seule personne de ces deux attestations, mais l’existence de deux tables d’offrandes pour un seul individu n’est connue par aucun autre parallèle, ce qui incite à les distinguer malgré tout. La similitude demeure néanmoins un élément en faveur d’une relation étroite entre ces deux personnes. Enfin, sur les tables XII et XIII, les deux femmes sont filles de Satsébek et sont donc potentiellement des sœurs.

  • 121 Le titre de jk(wy)t wrt, mentionné sur la table II, est sans parallèle connu (Gautier et Jéquier 19 (...)

115Si une relation familiale, au moins partielle, est envisageable entre ces treize personnes, leurs titres montrent une proximité encore plus importante. On relève ainsi cinq titres qui semblent en lien avec des activités de service, soit d’entretien ménager (ḫrt pr, wbȝyt, ȝtyt), soit de surveillance et d’approvisionnement (jryʿt), probablement en rapport avec le culte funéraire du pharaon121.

116Il semble que ces titres ne désignent pas forcément une charge particulière, mais que ce personnel était en partie polyvalent, affecté à différentes tâches en fonction des nécessités. Le fait que les titres de jryʿt et wbȝyt soient portés par cinq personnes chacun montre bien que nous avons là une association dont le caractère professionnel est mis en avant, comme s’il s’agissait d’une équipe de travail. Par ailleurs, le fait que ces monuments soient véritablement individuels et qu’aucun mari ou enfant ne soit mentionné renforce également l’idée d’une prévalence de l’aspect professionnel sur l’aspect familial.

  • 122 Bien qu’extérieur aux limites chronologiques fixées pour cette étude, on regardera avec profit le r (...)

117Ainsi, que ce soit dans le temple de Snéfrou ou dans celui de Sésostris Ier, des associations à caractère professionnel permettent d’envisager une sectorisation liée à l’activité. Dans ces deux exemples, les associations observées relèvent en partie de rapprochement de type horizontal avec une référence marquée à une collectivité. Cette sectorisation trouve sa valeur dans une dévotion partagée, qui estompe les relations hiérarchiques au sein de la communauté pour privilégier les éléments fédérateurs et unificateurs122.

118Si de tels rapprochements à caractère horizontal peuvent être démontrés, il s’agit néanmoins de situations assez rares, qui ne constituent pas la norme. Le regroupement d’installations funéraires et cultuelles dans un même secteur prend en compte des éléments de hiérarchie qui relèvent du statut social des individus ; on parlera alors de rapprochement « vertical ». Le caractère familial de certains éléments hiérarchiques pourrait également être évoqué si l’on tient compte, par exemple, de la prévalence du père sur son épouse ou sur ses enfants, mais le cadre socioprofessionnel joue sans doute un rôle plus important dans les rapports hiérarchiques. Le positionnement sous l’autorité d’un personnage plus important que soi permet ainsi de bénéficier de sa protection symbolique et d’espérer des avantages matériels. Ce positionnement hiérarchique joue également au-delà du cadre strictement professionnel si l’on considère la question du clientélisme. Certains termes, tels que sn-ḏt (frère de la propriété funéraire), ḫnmsw (ami), ou encore smȝw (associé), renvoient sans doute à cette réalité.

119Les exemples sont nombreux de telles relations et leur inventaire n’apporterait rien de particulier. On se contentera donc ici de présenter une sélection d’exemples choisis qui, par leur importance ou leur originalité permettent de préciser les différents aspects qui interviennent dans ce type de comportements.

  • 123 Habachi 1985, p. 70‑71, pl. 117‑121.
  • 124 Stèle CGC 20809 (Simpson 1974, p. 20 [ANOC 46.1], pl. 64 ; Habachi 1985, p. 71).

120Pour prendre un premier exemple simple de relation hiérarchique explicite, on peut considérer trois objets découverts dans le sanctuaire de Héqaib à Éléphantine et datés de la XIIIe dynastie, probablement du règne de Néferhotep Ier. Ces monuments nous donnent des indications généalogiques et professionnelles sur deux individus en particulier, d’une part un certain Nébânkh, qui a déposé la stèle 44 pour lui-même et dédié la stèle 46 pour une tierce personne, et, d’autre part, Tjéniâa, qui a déposé la statue123. Ces deux individus n’ont aucun lien apparent sur les documents d’Éléphantine, mais sont connus par ailleurs sur une stèle abydénienne qui permet d’établir leur relation124. Cette stèle représente Nébânkh assis devant une table d’offrandes et, face à lui, Tjéniâa joue de la harpe. Ce monument indique clairement la relation hiérarchique qui existe entre les deux individus, Nébânkh étant le maître du musicien. Dans le cas de la chapelle abydénienne, le harpiste n’a pas joué un rôle important dans la mise en place du monument, et il est même possible qu’il s’agisse d’une initiative due exclusivement à Nébânkh. Pour le sanctuaire de Héqaib, en revanche, Tjéniâa bénéficie d’un monument personnel sur lequel il n’est pas fait mention de son maître.

121La question se pose ici de savoir pourquoi Tjéniâa a déposé sa stèle dans le sanctuaire de Héqaib. S’il ne mentionne pas son maître sur sa stèle, la proximité des monuments que celui-ci a déposés a probablement constitué un facteur d’importance. Tjéniâa demeure ainsi dans l’entourage de celui qu’il a accompagné et servi en divers endroits, aussi bien à Abydos qu’à Éléphantine.

122Cet exemple permet de bien mettre en évidence les deux sens de la hiérarchie qui opèrent selon les circonstances : à Abydos, c’est le maître qui mentionne son serviteur, afin de s’assurer de la présence d’un entourage social comparable à celui qu’il a connu de son vivant. Inversement, à Éléphantine, c’est le serviteur qui se place sous la protection de son maître pour la conserver dans l’au-delà.

  • 125 Sur ce groupe, voir Simpson 1974, p. 17, 23, pl. 1‑4 ; Leprohon 1978, p. 33‑38 ; Schäfer 1904, p. 4 (...)

123Concernant les rapports hiérarchiques dans le rapprochement de monuments, le groupe ANOC 1 constitue un exemple remarquable par sa richesse et sa variété, et demande pour cela un développement approfondi125.

  • 126 Stèle Berlin 1204 (Schäfer 1904, p. 83‑85 ; Assmann 2003, p. 347‑348).

124Cet ensemble de onze monuments, dont les premiers éléments ont été déposés entre l’an 19 de Sésostris III et l’an 1 d’Aménemhat III, se caractérise par la coexistence de plusieurs ensembles sociaux, qui permettent d’associer plusieurs familles distinctes, sur la base de relations professionnelles. Chaque groupe ou famille est en lien avec les autres par le bénéficiaire principal de la chapelle, Iikhernofret, propriétaire de la stèle ANOC126. On peut distinguer plusieurs niveaux de relations qui s’organisent autour de lui en cercles concentriques selon la proximité sociale qui existe entre les individus (fig. 3).

125Au centre de cet ensemble, Iikhernofret, directeur du Trésor, fait établir pour lui-même la stèle ANOC 1.1 à l’occasion d’une mission destinée à restaurer la barque processionnelle d’Osiris. Le monument, qui lui est clairement dédié, comporte sa biographie, ainsi qu’une figuration dans le registre inférieur, le représentant en train de recevoir les offrandes. Face à lui, six personnes sont représentées, qui constituent sans doute son entourage le plus proche, puisqu’il s’agit des individus qu’il a choisis lui-même pour être associés à son monument. On retrouve principalement des membres de sa famille, deux frères et deux fils, ainsi que deux autres personnes. On constate que dans cet ensemble de monuments, où plus de cent cinquante personnes sont mentionnées au total, la place de la famille d’Iikhernofret est tout à fait minime, limitée à sa part la plus réduite. C’est donc bien sur des relations d’un autre type que se constituent les associations entre individus.

Fig. 3 – Schéma d’organisation des relations entre les principales personnes mentionnées sur le groupe ANOC 1 (© R. Legros).

  • 127 L’autre officiant, juste au dessus, a perdu son inscription. Il s’agit probablement d’un autre subo (...)

126Le serviteur représenté en face du défunt, Ménouhotep, ne fait pas partie de la famille. Il porte le titre ẖry-ʿ n jmy-r ḫtmw, qui fait référence directement à Iikhernofret, lequel porte justement le titre de jmy-r ḫtmw. Il s’agit donc bien là d’un individu qui associe sur son monument l’un de ses subordonnés127 La relation qui unit ces deux hommes est étroite : non seulement Ménouhotep apparaît sur le monument de son supérieur, mais il a été autorisé à déposer son propre monument à proximité.

  • 128 Stèle BM EA 202 (HTBM III, pl. 11 ; Leprohon 1978, p. 34).
  • 129 Une vingtaine d’autres personnes sont représentées mais aucune inscription ne précise leur identité

127Il s’agit de la stèle ANOC 1.6128, sur laquelle Ménouhotep mentionne les membres de sa propre famille et ouvre ainsi la chapelle à un cercle supplémentaire de relations. Sur cette stèle, Ménouhotep nomme un frère et plusieurs de ses ancêtres129. La place occupée par Iikhernofret sur le monument de Ménouhotep est tout à fait singulière puisqu’il est le bénéficiaire de la formule d’offrandes, dans la partie cintrée. De plus, dans une colonne axiale, Ménouhotep cite son supérieur comme étant son père. L’affirmation de cette filiation spirituelle renforce l’image d’une relation privilégiée entre les deux hommes.

  • 130 Stèle Genève D 50 (Simpson 1972b, p. 52‑53 ; Geschenk des Nils, no 154).

128La mention d’Iikhernofret dans la formule d’offrandes se retrouve sur d’autres monuments du groupe, et permet d’établir le lien avec d’autres ensembles familiaux ou professionnels. On le retrouve en particulier sur les stèles ANOC 1.2, 1.3, 1.4 et 1.5. Dans les trois premiers cas, Iikhernofret est également représenté dans la partie supérieure du monument, assis devant la table, en train de recevoir les offrandes qui lui sont apportées par le bénéficiaire principal du monument. Il y a donc une certaine ambiguïté quant au véritable bénéficiaire de ces stèles car Iikhernofret apparaît avec une position privilégiée, mais l’officiant qui lui fait face demeure le propriétaire puisque c’est bien sa famille qui est développée dans les registres inférieurs. La stèle ANOC130, quant à elle, mentionne Iikhernofret dans un passage biographique où le propriétaire Imény rapporte qu’il est venu à Abydos pour accompagner Iikhernofret.

  • 131 Stèle CGC 20038 (Boreux 1922, p. 12 ; Lange et Schafer 1900, p. 109).
  • 132 Stèle CGC 20140.
  • 133 Stèle CGC 20310.
  • 134 Sur ce titre, voir l’étude de B. Russo (Russo 2010, p. 15, 76).
  • 135 Stèle CGC 20683.

129On peut chercher à définir quelle relation professionnelle relie le propriétaire de chacun de ces monuments avec Iikhernofret. Trois d’entre eux ont un statut peu élevé : Âaptah (ANOC 1.2131) est jmy-r st, Pépy (ANOC 1.3132) est jry ʿt n pr-ʿȝ et Ptah (ANOC 1.4133) porte le titre de jmy-r w134. Ils sont clairement d’un rang inférieur à celui d’Iikhernofret ou même à celui de Ménouhotep. Sur la stèle ANOC 1.5135, en revanche, Inpy porte les nombreux titres de ḫtmw bjty, smr wʿty, jmy-r rwty wrty, jmy-r kȝt nbt nt nswt et jmy-r rwyt, qui le placent dans la position de collègue d’Iikhernofret, d’un statut presque équivalent. Imény (ANOC 1.9) est associé au bureau du vizir par le titre jmy-r ʿẖnwty n ḫȝ n ṯȝty, ce qui lui confère également un statut important.

130Quel que soit le statut précis de ces différentes personnes, ils se placent chacun sur leur monument dans une position inférieure par rapport à Iikhernofret. Pour ces cinq monuments, on a probablement affaire à une sorte d’accord réciproque entre Iikhernofret et divers individus. Les particuliers sont autorisés à installer leur monument dans la chapelle d’Iikhernofret, dont le prestige leur assure une certaine visibilité, mais en contrepartie, ils doivent le mentionner sur leur stèle à une place privilégiée. Ils forment ensemble un nouveau cercle relationnel qui élargit le réseau d’individus qui gravitent autour du propriétaire de la chapelle. Parmi les six individus, Ménouhotep occupe une place particulière car il est le seul à être mentionné sur le monument personnel d’Iikhernofret.

131Un cercle supplémentaire est constitue des nombreux individus qui sont mentionnés sur chacun des six monuments affiliés à Iikhernofret. Il s’agit soit de membres de la famille, soit de collègues. La plupart du temps, les deux catégories sont associées sur un même monument. Certains ont une tendance plutôt familiale, comme dans le cas de la stèle ANOC 1.2 qui est dédiée principalement à la smyt d’Âaptah. D’autres, en revanche, présentent un caractère professionnel affirmé, comme pour la stèle d’Inpy (ANOC 1.5) où les trois personnes mentionnées ne semblent pas avoir de lien familial, mais présentent au contraire des liens professionnels clairs puisqu’Inpy est jmy-r rwyt et que Pépy est son subalterne direct avec le titre de jmy-r ʿ jmyw pr n jmy-r rwyt.

132Les personnes mentionnées sur ces divers monuments, hormis le bénéficiaire principal, n’ont pas de relation directe avec Iikhernofret ou, du moins, celle-ci n’est pas mise en avant. Ces relations indirectes constituent un niveau supplémentaire dans la hiérarchie des liens par rapport à Iikhernofret. En outre, on trouve dans cette catégorie plusieurs niveaux successifs car les personnes mentionnées sur l’un de ces monuments peuvent se trouver elle-même hiérarchisées et permettre parfois d’établir de nouvelles liaisons avec d’autres monuments.

  • 136 Stèle CGC 20065. Cette stèle ne fait pas partie du groupe ANOC 1 selon la définition initiale donné (...)

133Ainsi, sur la stèle ANOC 1.3, le bénéficiaire principal, Pépy, est en relation directe avec Iikhernofret. Il mentionne sur son monument d’autres individus dont Qémaou, qui est astronome (wnwty) et Sakhentikhéti, qui est gardien de salle de l’astronome (jry ʿt wnwty). On a donc bien différents niveaux hiérarchiques au sein d’un même monument, parmi les relations indirectes. Ces réseaux de relations s’étendent encore lorsque l’un de ces individus dépose lui-même un monument supplémentaire, comme c’est le cas pour Sakhentikhéti qui apparaît sur la stèle ANOC 1.12136, au milieu de sa famille.

  • 137 Stèle Louvre C 5 (Gayet 1889, pl. 8‑9).
  • 138 Stèle Bâle III 5002 (Geschenk des Nils, no 153 ; Naville 1919, p. 200‑205).
  • 139 Stèle Louvre C 33.

134Les stèles ANOC 1.7137 et ANOC 1.8138 montrent à quel point le maillage relationnel de tous ces individus peut se révéler complexe et imbriqué. Ces deux stèles ont été réalisées à l’initiative de Sasétet, qui est en relation indirecte avec Iikhernofret. En effet, il est le petit-fils d’Imény, lequel a accompagné Iikhernofret lors d’un voyage à Abydos et a déposé la stèle ANOC 1.9. Sasétet n’est pas mentionné par son grand-père. C’est lui-même qui établit les liens pour se raccrocher à cet ensemble. Il est tout à fait remarquable de constater que les deux monuments qu’il dépose ont une vocation clairement différente. La stèle ANOC 1.8 ne donne que des informations généalogiques et rattache ainsi Sasétet à la famille d’Imény. La stèle ANOC 1.7 fournit également quelques éléments familiaux, mais apporte surtout une liste étendue d’individus dont le lien est essentiellement professionnel. Il fait ainsi référence à des éléments hiérarchiques qui lui sont propres, avec des personnes qui devaient se trouver sous ses ordres. Il mentionne également des collègues sur un niveau équivalent, notamment deux autres personnes qui portent, comme lui, le titre de jmy-r ʿhnwty. En l’occurrence, il se trouve que les liens qu’il mentionne établissent une passerelle avec le groupe de Pépy (ANOC 1.3 et ANOC 1.10139), avec plusieurs individus en commun, dont Pépy lui-même. À la différence de Sakhentikhéti. qui mentionne sur son monument essentiellement des subalternes, Sasétet fait le choix de partager sa stèle avec des individus d’un rang équivalent, voire supérieur, dans la hiérarchie qui le relie à Iikhernofret. Ainsi, il se rapproche du propriétaire de la chapelle en multipliant les liens avec des personnes qui lui sont proches. Du reste, son titre de jmy-r ʿhnwty n ḫȝ n jmy-r ḫtmw le placerait directement sous l’autorité d’Iikhernofret. L’écart générationnel empêche cependant de garantir une relation directe et il est possible qu’il ait officié sous l’autorité de son successeur.

135L’étude de cet ensemble dans sa globalité permet ainsi de démontrer l’importance des rapprochements à caractère hiérarchique dans l’établissement d’un monument collectif. Iikhernofret demeure le bénéficiaire principal, mais chaque monument pris isolément bénéficie d’une marque d’individualité qui le distingue des autres. Cet aspect collectif, mais issu d’initiatives multiples, est confirmé par la variété des monuments, tant dans leur forme que leur qualité de réalisation. Les stèles de la meilleure qualité sont à rechercher à proximité du premier cercle. Celle d’Iikhernofret est la plus prestigieuse et imposante, mais les stèles ANOC 1.7 et ANOC 1.9, dont on a vu l’importance de leurs bénéficiaires, sont aussi d’une grande qualité par leur finesse d’exécution. La plupart des autres monuments sont d’une qualité ordinaire, autant qu’on puisse en juger dans leur état de conservation actuel. Quelques stèles semblent montrer un travail moins soigné, notamment la stèle ANOC 1.10, assez gauche et irrégulière.

136Ces objets ont été probablement déposés progressivement et ne sont donc pas issus d’un même travail ni d’un programme initial unique. La chapelle qui devait accueillir ce lot important a pu subir des aménagements successifs, au fur et à mesure des dépôts, et la place de chaque objet dans le monument illustrait sans doute la relation entre les individus.

137Le choix du lieu de dépôt dans cette chapelle est dû à l’initiative de chaque individu dans le sens d’un rapprochement hiérarchique vers le haut. C’est-à-dire que chaque particulier du premier cercle qui dépose un monument, fait référence à Iikhernofret en tant que supérieur. De la même manière, les particuliers du deuxième cercle font référence à des individus du premier cercle. La référence à des personnes d’un statut social inférieur ne se fait qu’à l’intérieur d’un même monument, lorsqu’un particulier mentionne sur sa propre stèle ses proches ou ses collègues. Peut-être la mention d’Iikhernofret sur certaines des stèles témoigne-t-elle de l’implication de celui-ci dans le développement de sa chapelle, mais l’initiative en revient sans doute au véritable bénéficiaire de chaque stèle, plus qu’au propriétaire de la chapelle lui-même. Dans le cas de Pépy, par exemple, il réalise une première stèle en mentionnant Iikhernofret (ANOC 1.3), sur laquelle sont mentionnés exclusivement des collègues. Sur une seconde stèle (ANOC 1.10), il cite surtout des membres de sa famille. Cette distinction marquée indique une volonté explicite de sa part de mentionner différents groupes de son propre entourage, qu’ils soient ou non en lien avec Iikhernofret.

138Ainsi, le choix d’un lieu de dépôt, pour un particulier, peut dépendre de la proximité dont il jouit avec un grand personnage. En se plaçant sous son autorité, il bénéficie d’une protection symbolique qu’il peut étendre à son propre réseau de relations, jouant ainsi le rôle d’interface entre différents niveaux hiérarchiques et différentes sphères sociales. Dans le cas de cette chapelle abydénienne, les membres du premier cercle bénéficient à la fois de la protection de leur supérieur et de l’estime de ceux qu’ils associent à leur monument, jouant ainsi le rôle d’élément clef entre les maillons d’une même chaîne.

  • 140 Voir cependant, pour les cimetières secondaires de Téti, Moreno García 2004, p. 104‑107. Pour l’his (...)

139L’existence de relations hiérarchiques élaborées, éventuellement sur plusieurs niveaux, est malheureusement presque impossible à définir en l’absence d’éléments épigraphiques. La localisation d’une sépulture et de son lieu de culte peut parfois apporter des éléments d’interprétation, mais ils restent peu nombreux et souvent de faible poids140.

  • 141 Habachi 1985, p. 21‑23 et id. 1981, p. 13‑15. Le fouilleur indique : « the whole area was honeycomb (...)

140On peut rappeler le principe général de la sectorisation des nécropoles, qui voit se concentrer des sépultures autour de celle d’un personnage d’importance. À Qoubbet el‑Haoua, l’avant-cour de la tombe de Pépynakht-Héqaib a ainsi accueilli les sépultures de plusieurs personnes, réparties sur tous les côtés, durant la VIe dynastie et la Première Période Intermédiaire. Héqaib étant gouverneur, les sépultures secondaires appartiennent nécessairement à des personnes d’un rang inférieur qui entretiennent avec lui un rapport de subordination. L’absence de toute mention épigraphique utilisable ne permet malheureusement pas d’aller plus loin dans l’interprétation141.

141Dans le cas de secteurs de nécropoles plus largement fouillés, une répartition spatiale des sépultures selon des cercles concentriques autour d’une tombe principale peut être envisagée. La proximité spatiale dans la nécropole reproduirait alors la proximité sociale entre les individus. Cette hypothèse se voit en partie confirmée sur le site de Balat, mais la fouille minutieuse des différents secteurs a montré aussi une réalité plus complexe et nuancée.

  • 142 Pour simplifier cette carte, les sceaux en métal ne sont répertoriés que dans la catégorie sceau et (...)
  • 143 Voir par exemple la sépulture à l’ouest du mastaba II, avec une stèle, et qui contenait un bracelet (...)
  • 144 Voir aussi les remarques de Castel et Pantalacci 2005, p. 569‑570.
  • 145 Point de vue présenté par G. Castel (ibid., p. 570).

142Pour définir l’organisation hiérarchique des secteurs et des individus qui y sont inhumés, on peut établir une carte de répartition qui indique les éléments les plus significatifs (fig. 4). Pour cette carte, deux éléments de mobilier remarquable ont été retenus comme marqueurs qualitatifs : la présence d’un sceau, qui témoigne d’une activité administrative avec une responsabilité, et la présence d’un objet en métal, généralement en alliage cuivreux, pour la valeur marchande du matériau142. Ces deux critères retenus ne sont pas les seuls à indiquer la qualité de l’inhumation et la présence d’une stèle143 ou d’une superstructure144 pourrait aussi constituer des critères valides. Les deux marqueurs choisis permettent néanmoins de mettre en évidence certaines tombes d’un niveau intermédiaire. En effet, les sépultures secondaires des mastabas sont généralement considérées comme des inhumations de qualité, qui correspondent à des individus bénéficiant d’un certain statut dans la société145. Leur richesse montre pourtant des variations importantes et, si certaines d’entre elles sont pourvues d’un mobilier abondant ou de qualité, d’autres en sont totalement dépourvues. La richesse du mobilier peut donc être considérée comme le témoignage du statut de leur propriétaire. Leur regroupement dans certains espaces spécifiques permet de démontrer une hiérarchisation des secteurs.

143À l’échelle de la nécropole, on constate tout d’abord que des sépultures secondaires se retrouvent autour de tous les grands mastabas, le vide autour de celui de Khentikaoupépy n’étant du qu’à l’absence de fouille dans ce secteur. Chaque mastaba de gouverneur joue ainsi un rôle polarisant et attire à lui des inhumations secondaires, pour des personnes qui se placent sous sa protection, constituant autant de secteurs distincts à l’intérieur de la nécropole.

144Une première approche globale permet ainsi de constater que tous ces secteurs n’ont pas la même valeur ni la même qualité. Le nombre de sépultures secondaires tout d’abord n’est pas identique d’un mastaba à l’autre et celui de Khentika est assez nettement supérieur aux autres. La quantité de mobilier remarquable est plus importante dans les secteurs de Khentika et Imapépy I. Dans les secteurs d’Imapépy II et Médounéfer, en revanche, la présence d’objets remarquables se révèle beaucoup plus sporadique.

145Le secteur du mastaba de Khentika apparaît comme le lieu privilégié de la nécropole, situation qui s’explique en grande partie par l’importance du gouverneur lui-même et par celle de son mastaba, le seul construit avec des éléments en calcaire.

146Si l’on regarde ensuite chaque mastaba pris individuellement, on peut distinguer différentes zones d’inhumations, qui n’ont pas toutes la même valeur. Tout d’abord, la cour ou l’avant-cour joue un rôle essentiel. Délimité par un mur d’enceinte, cet espace est sans doute réservé aux membres de la famille du gouverneur et à ses proches. Systématiquement les sépultures de cet ensemble sont toutes de qualité. L’exemple de la sépulture d’Igit, épouse d’Imapépy I, est tout à fait remarquable, avec un dépôt funéraire extrêmement riche comprenant entre autres cinq miroirs, dont trois inscrits, deux sceaux, dont un en cuivre, un rasoir, une épingle et trois aiguilles. Située dans l’avant-cour, au plus près du mastaba de son mari, cette sépulture est l’une des plus riches de toute la nécropole. Dans la continuité de ces inhumations privilégiées, les emplacements le long de la façade du mastaba, mais à l’extérieur, bénéficient également d’une certaine importance.

  • 146 La tombe 1 devant le mastaba II a livré une stèle au nom de l’imakhout Bet (Minault-Gout 1995, p. 3 (...)
  • 147 Castel et Pantalacci 2005, p. 7.

147Devant le mastaba II, on retrouve trois sceaux et, devant celui de Khentika, deux objets en bronze. Dans les deux cas, il s’agit de sépultures de qualité avec parfois des superstructures sous forme de mastaba miniature146. Dans le cas du mastaba de Khentika, ces superstructures n’ont pas été retrouvées, sans doute détruites par les intempéries, mais leur présence à l’origine est très probable147.

Fig. 4 – Carte de la nécropole de Balat avec répartition des sépultures pourvues d’un sceau ou d’un objet de métal (© R. Legros).

148Les autres secteurs d’implantation de sépultures secondaires se répartissent sur les différents côtés des mastabas, mais aucune correspondance d’un mastaba à l’autre n’apparaît. Ainsi, pour le mastaba I, c’est la face sud qui est privilégiée, la face nord pour le mastaba II, l’ouest pour le mastaba III et le nord pour le mastaba V. L’exemple du mastaba de Khentika semble indiquer néanmoins que le côté ouest était particulièrement important. De fait, on retrouve ponctuellement des sépultures de ce côté chez Imapépy II et Médounéfer. Le cas d’Imapépy I est un peu particulier en raison de l’orientation différente du mastaba, ouvert au nord : une zone d’implantation importante se développe au sud du mastaba, espace équivalent des zones ouest pour les autres mastabas. Ce n’est peut-être pas l’orientation en termes de points cardinaux qui est importante, mais la localisation par rapport au mastaba lui-même, à l’arrière, quelle que soit son orientation.

  • 148 Il est même possible qu’il y ait eu un mur de séparation (mur E), mais sa datation n’est pas assuré (...)

149On observe ainsi une organisation en secteurs plutôt qu’en cercles concentriques car les sépultures les plus proches ne sont pas nécessairement les plus importantes. Dans le cas du mastaba d’Imapépy II, par exemple, les sépultures les plus importantes sont situées à l’avant et à l’arrière du mastaba, très près effectivement du mur d’enceinte. Le secteur nord quant à lui semble occupé par des sépultures plus modestes. En termes de distance pourtant, les sépultures de ce secteur sont plus proches du mastaba, quasiment collées à lui pour certaines, alors que celles installées en avant de la façade sont distantes d’environ trois mètres148.

  • 149 Sur la chronologie des gouverneurs, voir le tableau synthétique dans Castel, Pantalacci et Cherpion (...)
  • 150 Sur la figure ci-dessus, l’encart chronologique pour le secteur du mastaba III est réalisé d’après (...)

150Une explication essentielle de cette répartition spatiale des sépultures remarquables repose sur les données chronologiques. Cette nécropole est en activité de la VIe à la XIe dynastie, sans interruption apparente, puis réoccupée ponctuellement de la Deuxième Période Intermédiaire à la Basse Époque. Pour la période chronologique qui nous occupe, les mastabas de gouverneurs s’échelonnent entre le règne de Pépy Ier (Déchérou ou anonyme) et au moins celui de Pépy II (Médounéfer). Les sépultures secondaires, quant à elles, sont attestées pour cette première période d’occupation jusqu’à la fin de la Première Période Intermédiaire, voire la XIe dynastie149. La datation des sépultures secondaires à l’échelle de la nécropole manque malheureusement de précision et seule l’étude réalisée sur la zone autour du mastaba de Khentika permet de proposer une stratigraphie horizontale pertinente150.

151L’évolution chronologique de l’implantation des sépultures autour de ce mastaba se fait globalement en cercles concentriques : les contemporains de Khentika s’installent au plus près de leur gouverneur, soit en façade, soit du côté ouest, séparé ici par une distance de quelques mètres qui pourrait être un espace de circulation. Sur ce même côté, les sépultures sont ensuite installées avec une certaine organisation pour former une deuxième et une troisième rangée, qui correspondent à peu près chacune à une période particulière jusqu’à la Première Période Intermédiaire. Ces zones d’extension (gris moyen et gris clair sur la fig. 4) présentent un intérêt particulier car les tombes qui s’y trouvent, postérieures à Khentika, sont susceptibles d’être contemporaines d’un autre grand mastaba de gouverneur, Médounéfer ou Imapépy II. Or on trouve là deux sépultures avec un sceau et une avec deux objets de bronze. Il convient donc de considérer que la hiérarchisation des espaces à l’échelle de toute la nécropole ne se fait pas uniquement par rapport au gouverneur de son temps, même si celui-ci bénéficie d’une aura certaine, mais que tous les secteurs en activité sont susceptibles de susciter un intérêt.

  • 151 Les sépultures de cette période sont d’ailleurs orientées essentiellement nord-sud alors que celles (...)

152Il est sans doute significatif que les tombes correspondant à l’extrême fin de la Première Période Intermédiaire ou à la XIe dynastie soient situées pour certaines très près du mastaba du gouverneur, voire en contact avec lui. Cette proximité spatiale ne reflète pas ici une position ou un statut supérieur, mais indique probablement une évolution dans la gestion de la nécropole. Il est possible qu’une voie de circulation ait été réservée le long de la face ouest du mastaba, ce qui expliquerait la distance relative des sépultures les plus anciennes. L’implantation de tombes à cet endroit relèverait alors d’une densification des secteurs anciens par occupation des espaces interstitiels, alors que l’organisation d’ensemble est en partie abandonnée151.

153Le manque de données précises à l’échelle de la nécropole empêche d’étendre cette réflexion à l’ensemble des sépultures secondaires. Une analyse de la répartition des sépultures de même qualité à une époque donnée sur l’ensemble de la nécropole permettrait sans doute de préciser l’évolution des différents secteurs et de comprendre pourquoi certains individus contemporains se faisaient ensevelir tantôt auprès d’un gouverneur, tantôt auprès de tel autre.

154Dans une réflexion synchronique, différents degrés dans la nature de ces secteurs doivent être pris en compte. La nécropole de Qila el‑Dabba constitue le premier degré d’analyse. Elle est divisée en plusieurs secteurs correspondant chacun à l’implantation d’un mastaba de gouverneur. Chacun de ces secteurs est lui-même subdivisé en plusieurs sous-secteurs en fonction de la position des tombes secondaires par rapport au mastaba, soit dans la cour intérieure, soit le long des différentes façades (secteur ouest, secteur nord, etc.). Le dernier degré enfin, permet de distinguer, à l’intérieur de ces sous-secteurs, les évolutions chronologiques selon des espaces précisément délimités. C’est en tenant compte de ce dernier niveau qu’il est possible d’analyser la nature de la sectorisation d’une nécropole dans son ensemble car seule la comparaison d’éléments contemporains permet d’estimer l’évolution des choix qui sont opérés. Il faudrait pour cela bénéficier d’études comparables à celle des cimetières de Khentika pour l’ensemble des mastabas. Il deviendrait alors possible de définir l’évolution des implantations pour chaque époque sur l’ensemble de la nécropole.

155Le choix de l’emplacement d’une sépulture et d’une chapelle ne correspond pas forcément aux mêmes critères à toutes les époques. Certes la proximité spatiale avec le gouverneur de son temps devait constituer un élément important, mais il apparaît également que durant la fin de la VIe dynastie, et sans doute durant toute la Première Période Intermédiaire, l’ensemble des secteurs secondaires est en activité de manière concomitante et simultanée. Dès lors, la hiérarchisation des espaces et des individus qui y installent leur sépulture, se fait non pas uniquement en terme de proximité avec le mastaba du gouverneur selon un schéma concentrique, mais également entre différents pôles de la nécropole. Le mastaba I de Qila el‑Dabba, par exemple, bien que le premier dans l’ordre de construction, n’accueille dans son cimetière sud que des sépultures de faible valeur qui, selon toute vraisemblance, lui sont plus tardives. Ce secteur de la nécropole se trouve justement être le plus éloigné géographiquement du mastaba de Khentika dont les sépultures secondaires présentent au contraire une grande qualité.

Le poids de l’intervention royale

  • 152 Sur le rôle du pharaon dans la littérature et notamment dans L’enseignement loyaliste, cf. Assmann  (...)
  • 153 Pour un aperçu d’ensemble, voir Eyre 1987, p. 21‑24. La question du personnel funéraire est abordée(...)
  • 154 Le trousseau funéraire peut également faire l’objet de faveurs royales. Dans la mesure où il n’inte (...)
  • 155 Goedicke 1967, p. 206, 214.

156L’administration joue un rôle essentiel dans l’établissement des cultes funéraires, qu’il s’agisse des aspects matériels ou du personnel affecté aux rites152. Concernant les aspects matériels, on peut distinguer sans doute plusieurs axes d’intervention du pharaon et de son administration, plus ou moins explicites selon les cas153. Il s’agit d’une part de la concession d’un emplacement, d’autre part de la participation à l’établissement des supports du culte proprement dit, la construction même de la tombe, et la réalisation des autres éléments qui se rattachent au culte154. En outre, le pharaon se positionne parfois par rapport au renforcement ou à la protection d’un système mémoriel, dont l’origine peut être potentiellement privée : si l’on considère par exemple les décrets de Coptos K et R155, respectivement pour Chémaï et Idi, ceux-ci établissent des dispositions pour le personnel et la protection des biens, tout en restant ambigus sur l’initiative des établissements. Sans entrer dans le détail des différentes possibilités de l’intervention royale, on peut en préciser les traits majeurs.

L’emplacement

  • 156 Caire JdE 35256. Simpson 1974, p. 3 ; Breasted 1906, § 766 ; Leahy 1989 ; Pouls Wegner 2002, p. 109

157La question de l’emplacement a déjà été évoquée, notamment avec la sectorisation des nécropoles, mais l’intervention royale n’est que rarement mentionnée de manière explicite. Dans le cas d’Abydos, la stèle-frontière de Néferhotep Ier156 définit, à la XIIIe dynastie, une zone sacrée protégée dont la désignation est mise en relation avec l’établissement de sépultures :

  • 157 Titre sans parallèle. Voir néanmoins Ward 1982, no 1260.

De plus, pour chaque notable qui viendrait à faire réaliser une tombe pour lui à l’intérieur de cet endroit sacré, il comparaîtra en justice, ainsi que le gardien de la nécropole157, comme (c’est le cas) aujourd’hui.
Mais pour tout endroit en dehors de cet espace sacré, c’est un lieu pour que les gens puissent se construire une tombe, pour qu’ils puissent être enterrés dedans (trad. d’après Leahy 1989).

158Cette stèle frontière ne précise pas exactement l’attribution de lieux à des particuliers spécifiques, mais définit plutôt une affectation à différents espaces. Elle distingue une zone à vocation sacrée, liée à Oupouaout et interdite aux sépultures, et le reste, où les sépultures sont autorisées. L’intervention royale dans l’affectation de parcelles ou de concessions apparaît comme un élément laissé à l’appréciation des particuliers, en accord avec le personnel de la nécropole, le pharaon ne proposant ici qu’un cadre général de répartition des différents espaces.

159La mention du gardien de la nécropole et sa responsabilité reconnue dans la répartition des sépultures indiquent que l’administration locale avait la charge de l’attribution des terrains pour rétablissement des tombes de particuliers.

160On peut supposer que le pharaon intervenait directement dans l’attribution des emplacements les plus importants, à proximité de son propre complexe, comme c’est le cas autour de la pyramide de Pépy Ier, qu’il s’agisse des pyramides de reines ou de princes. C’est également le cas en dehors de la nécropole royale avec les mastabas les plus importants, appartenant aux vizirs et aux autres membres de la famille royale, par exemple au nord de la pyramide de Téti. Dans ces deux cas, leur proximité avec la pyramide royale et leur disposition parfaitement alignée, formant des rues au sein de la nécropole, témoignent d’une volonté d’aménagement et d’organisation de l’espace. Ces secteurs devaient naturellement être réservés et relevaient de prérogatives liées à la hiérarchie des bénéficiaires que seul le pharaon était à même de préciser.

  • 158 El‑Khouli et Kanawati 1988, p. 9‑10, pl. 3 ; Kanawati et Abder-Raziq 1999, pl. 6b, 50b. Voir égalem (...)

161On trouve une attestation de cette intervention royale dans le cimetière de Téti où Iri/Tétiséneb dispose d’un mastaba158. Il fait porter sur l’architrave de son monument l’inscription suivante :

Quant à cette tombe que j’ai faite dans la nécropole, c’est le roi qui m’a donné son emplacement en tant qu’imakhou auprès du roi.

  • 159 Pour une autre mention d’intervention en tant qu’imakhou, moins explicite, voir la stèle du vizir D (...)

162C’est bien ici l’emplacement de la tombe qui fait l’objet de la faveur royale et non la tombe en elle-même159. D’ailleurs, le propriétaire précise dans la suite de l’inscription que c’est lui, et non le roi, qui est l’auteur du bâtiment à proprement parle  jw rd.n.j ḏbȝw n ẖrjt-nṯr […] jw jr.n.(.j) kȝt jm.f m ʿwj(.j) ḥnʿ msw(.j) snw(.j), « j’ai payé les maçons […] j’ai fait le travail dedans avec mes enfants et mes frères ».

La construction du bâtiment

  • 160 Bolshakov 1992, p. 205.
  • 161 Allen (J.P.) 2006, p. 14 ; Kanawati et Abder-Raziq 1999, pl. 6b, 50b. Voir également les commentair (...)

163Le pharaon peut également intervenir dans la construction du bâtiment, tombe ou chapelle, et non pas uniquement sur la question du seul emplacement. Les références à ce type de donation sont extrêmement rares160. On trouve une mention atypique dans le cimetière de Téti avec l’inscription ḥtp dj nswt js : « une offrande que donne le roi, la tombe »161. Cette inscription s’explique en partie par l’attribution à un fonctionnaire d’une tombe ayant appartenu à un ancien vizir tombé en disgrâce. Il s’agit donc dans ce cas, pour le nouveau propriétaire, de justifier sa présence et écarter toute ambiguïté quant à sa légitimité.

164Un décret de Pépy II retrouvé à Balat, devant le sanctuaire 3, fournit sans doute l’exemple le plus clair d’intervention royale dans la construction d’un bâtiment lié au culte mémoriel. Ici le texte, formalisé à la manière des autres décrets de l’époque, prévoit la construction d’une hout-ka :

  • 162 Jw wḏ.n [ḥm(.j)] qd[.tj] n.k ḥwt-kȝ m wḥȝt (L. Pantalacci, in Soukiassian, Wuttmann et Pantalacci 2 (...)

[Ma Majesté…] a ordonné qu’on te construise une hout-ka dans l’oasis162.

165Cette formule est tout à fait exceptionnelle et aucun autre décret de l’Ancien Empire ne mentionne la construction d’un bâtiment. Ils évoquent le plus souvent le service d’offrandes et les personnels attachés, sans évoquer le bâtiment à proprement parler. Il s’agit sans doute de rappeler et de pérenniser certaines dispositions antérieures puisqu’il est précisé que la réalisation doit être effectuée « comme on l’y a fait précédemment pour ton père […] ».

166Au début de la XIIe dynastie, la stèle abydénienne du directeur du Trésor Montouhotep indique que le roi pouvait également intervenir dans la construction des chapelles :

  • 163 CGC 20539, II, 2 (règne de Sésostris Ier) : wḏ nswt n jry-pʿt [… n].k mʿḥʿt r rd n nṯr ʿȝ nb ȝbḏw ( (...)

Ordre royal pour le prince [… pour] toi une chapelle sur la terrasse du Grand Dieu, maître d’Abydosl163.

  • 164 Comme dans le décret de Balat cité ci-dessus.

167La formulation particulière aux ordres royaux indique ici qu’il s’agit probablement de la reproduction d’un original sur papyrus. La lacune ne permet pas de savoir exactement quel terme était employé pour désigner l’action à réaliser, mais il s’agit très probablement de la construction même de la chapelle. On peut proposer une restitution qd.tw n.k, « qu’on construise pour toi… »164. Ce document apporte un élément important dans la mise en œuvre des supports de culte. Il démontre que le pharaon et son administration pouvaient intervenir à différents niveaux, aussi bien pour la tombe que pour les institutions de hout-ka privées ou les simples chapelles de particuliers.

Les statues et les petits monuments

168L’intervention royale apparaît encore à travers la donation de monuments plus ponctuels, essentiellement des stèles et des statues.

  • 165 Zimmermann 1998, p. 96 (§ 9), 102, n. 49. Voir également Habachi 1963, p. 50 et Delvaux 2008.

169Concernant les statues, le Moyen Empire a livré plusieurs attestations de l’expression djw m ḥswt, « donné par faveur (royale) ». Quinze statues portant cette mention ont été répertoriées par U. Zimmermann165, toutes datées de la XIIe ou de la XIIIe dynastie. Elles proviennent de temples et non de tombes. L’auteur remarque que cette mention ne se trouve jamais associée aux autres formules habituelles telles que l’appel aux vivants et émet l’hypothèse que cette particularité indiquerait un service d’offrandes prévu au moment de la donation.

  • 166 Berger-el Naggar 1990 ; Berger, Labrousse et Leclant 1978, p. 2.

170À Saqqâra, une statue découverte dans le temple de Pépy Ier, mentionne l’initiative du prince Aménemhatânkh, fils d’Aménemhat II, connu pour son rôle dans la restauration des cultes de l’Ancien Empire166. Cette inscription présente l’avantage de fournir une formule plus personnelle, avec la mention explicite des différents protagonistes de la donation, et non une formule standardisée à la valeur incertaine.

  • 167 Sur les formules d’offrandes, voir également infra, p. 96.

171La formule ḥtp dj nswt a fait l’objet de différentes interprétations quant à son sens réel167. S’agit-il effectivement de marquer par cette formule un don d’origine royale, direct ou indirect, ou bien s’agit-il d’une formule stéréotypée renvoyant à une pratique plus ancienne ? La présence quasi systématique de cette formule, sur tous les types de monuments, incite à répondre négativement à l’hypothèse d’une intervention royale, mais rien malheureusement ne vient étayer de manière définitive ce point de vue.

172Dans le cas des tables d’offrandes de la nécropole de Pépy Ier, trente-sept d’entre elles ne portent pas la formule. Si cette formule était la marque d’une intervention royale, alors ces quelques monuments seraient à considérer comme des initiatives entièrement privées. Pourtant, rien ne distingue ce lot des autres monuments, ni la qualité, ni les titres de leur propriétaire. Il s’agit d’un lot hétéroclite, assez représentatif de la diversité des monuments que l’on trouve sur le site, avec des exemples de très grande qualité, comme Sc-424 (annexe 2, fig. 28) ou d’autres au contraire très rudimentaires, comme Svv-255 (annexe 2, fig. 29b). L’absence de cette formule marquerait alors une initiative indépendante du pharaon, forme de « lèse-majesté » qui ne manquerait pas d’être relevée.

173Si l’on considère en revanche que cette formule ne constitue pas une marque réelle de la faveur royale, elle pourrait indiquer simplement une sorte de signe d’allégeance volontaire ou de reconnaissance de l’autorité. Or, il se trouve que la quasi-totalité des monuments sans formule semble dater de l’extrême fin de la Première Période Intermédiaire. À une époque où le pouvoir royal était sans doute amoindri, elle ne semblait peut-être plus aussi nécessaire.

  • 168 Pour l’attestation de réalisations par des ateliers, voir le lot de tables d’offrandes de Licht (Le (...)

174L’absence de mention explicite sur la majorité des monuments ne signifie pas pour autant que l’intervention pharaonique était réduite. Sans avoir de donation explicite et directe d’un monument en particulier, il est possible que le travail même ait fait l’objet de la transaction. La plupart des stèles, tables d’offrandes ou statues, sont fabriquées avec une compétence qui relève d’artisans professionnels affectés sans doute à des ateliers officiels. Les commandes passées dans ces ateliers pouvaient provenir soit de particuliers qui s’occupaient de leur culte, soit du pharaon ou de son administration. La production de monuments en séries pourrait indiquer une telle initiative institutionnelle168.

Des stratégies de contournement et de dépassement

175Si l’on considère, d’une part, que certains emplacements sont plus favorables au maintien du culte funéraire et que, d’autre part, le pharaon, ou son administration, attribue une partie de ces emplacements à des personnes choisies, on peut envisager que certains particuliers tentent de contourner ce système pour obtenir des avantages auxquels ils n’ont pas accès à priori ou pour compléter par des initiatives plus personnelles les dispositifs dont ils bénéficient.

176De fait, même ceux qui possèdent une installation funéraire conséquente multiplient les interventions pour la développer encore. Il s’agit là de faire face au problème religieux fondamental que représente l’insécurité de la survie. Le lien entre le monde des morts et celui des vivants doit être garanti et tout est mis en œuvre pour multiplier les chances du futur bénéficiaire.

  • 169 Vandersleyen 1983, p. 77. L’auteur parle de « systèmes prévus pour assurer la survie ».
  • 170 Assmann 2003, p. 97.

177Cet objectif conduit les individus à mettre en place différentes stratégies169 pour contourner, accroître ou dépasser le cadre initial du culte funéraire standard afin de développer son potentiel. Dans ce contexte, le principe de base va consister à multiplier les lieux et les supports du culte funéraire. La définition d’éléments complémentaires, qui s’ajoutent au culte pratiqué dans le contexte de la tombe, permet de développer les différents réseaux auxquels l’individu peut se rattacher170.

178Pour que les dispositifs complémentaires soit véritablement profitable au défunt et multiplie ses chances de survie, les installations réalisées sont généralement de nature différente et le lieu de leur dépôt également. Concernant l’emplacement de ces éléments complémentaires, dont la nature propre sera discutée dans la seconde partie, on peut distinguer des ajouts en contexte de nécropole et d’autres qui relèvent de problématiques différentes, urbaines notamment.

Dans les nécropoles

Les lieux de passage : portes, rues et places

  • 171 On considère ici uniquement les dépôts secondaires et non les fausses-portes installées dans la tom (...)

179Dans la nécropole où se trouve sa sépulture, un individu peut être amené à effectuer un dépôt supplémentaire en un lieu différent, pour le rapprocher de tel ou tel monument qu’il estime particulièrement important. Il s’agit le plus souvent de petits éléments, tables d’offrandes ou fausses-portes, qui peuvent être déposées très simplement, à même le sol, et ne demandent pas d’installation spécifique. Si aucun exemple de fausse-porte in situ n’est connu171, des tables d’offrandes en revanche sont répertoriées sur plusieurs sites. La découverte de plusieurs dizaines de tables in situ dans la nécropole de Pépy Ier constitue un exemple exceptionnel, mais des parallèles peuvent être établis avec d’autres sites, dont le nombre de monuments est bien moindre, mais qui présentent des similitudes importantes.

  • 172 Sur la localisation des tables d’offrandes in situ découvertes par la MafS, voir Dobrev et Leclant  (...)
  • 173 Par souci de simplicité on parlera ici du monument de Méhaa, mais il s’agit en fait d’un monument d (...)
  • 174 Dans ce lot, les tables sont entreposées sur plusieurs niveaux avec des blocs d’architecture, manif (...)

180Les principaux dépôts de tables d’offrandes se trouvent dans la nécropole de Pépy Ier à Saqqâra172, essentiellement le long des rues et à proximité des portes d’entrée des complexes de reines. Plusieurs lots peuvent être distingués. On peut relever un ensemble de cinq tables devant la porte du complexe de Noubounet, sur le côté ouest, à l’intérieur d’un vaste enclos allongé en brique crue (Se-211 à 215). Devant la porte du complexe d’Inének/Inti, un dépôt de trente-huit tables, le plus important de la nécropole, est réparti en quatre lots, à l’intérieur et à l’extérieur de l’enclos de brique crue, de part et d’autre des deux portes (Sc-151, 187‑200, 498‑520). La porte du complexe anonyme Sw a livré aussi une quinzaine de tables, réparties en plusieurs lots stratigraphiés, qui suivent l’évolution des aménagements du secteur (Sw-210‑212, 247‑256, 297‑298). Enfin, le bâtiment à l’entrée du complexe de Méhaa173 a livré également une dizaine de tables d’offrandes, déposées à l’intérieur du vestibule, à droite de la porte, au pied de l’escalier qui mène aux terrasses (08‑128 à 135 et 08-cour 05, 06 et 10)174.

  • 175 CGC 57016 (Quibell 1907, p. 25, pl. 9).
  • 176 Il n’est pas possible de dire, sur la base des photographies publiées, si ces fausses-portes sont i (...)

181Parmi les parallèles les plus significatifs on mentionnera une table d’offrandes dans le secteur dit héracléopolitain de la nécropole de Saqqâra, à l’est de la pyramide de Téti175. Cette table semble déposée de manière autonome, devant une sépulture associée à un dénommé Nakhti. Elle est placée dans l’alignement de plusieurs structures et fausses-portes qui marquent l’emplacement d’une rue le long d’un ancien mastaba de la Ve dynastie176.

  • 177 Ziegler et al. 2007, p. 176‑192 ; Ziegler et al. 1997, p. 278.

182Près du mastaba d’Akhethétep, le long de la chaussée d’Ounas, on trouve également un dépôt de particuliers177. Il ne s’agit ici que de simples bassins, au nombre de vingt-cinq, dont l’état de conservation est aujourd’hui très dégradé. L’ensemble de ce dépôt est placé de manière relativement organisée dans un angle de la cour C, à proximité de l’entrée de la chapelle.

  • 178 Munro 1993, pl. hors texte 2.

183Le mastaba de la reine Khénout, au nord-est de la pyramide d’Ounas, a livré aussi une série de bassins178. Creusés directement dans le dallage de la porte d’entrée, il s’agit de petites cupules anépigraphes de forme globalement rectangulaire. Au nombre d’une cinquantaine, elles sont disposées de part et d’autre de la porte, mais également sur la dalle de seuil, dans le passage. Vingt-cinq autres cupules sont creusées dans le dallage de la cour, le long du mur nord.

  • 179 Daoud 2005, p. 9‑10, 170‑173, pl. 5, 100‑107.
  • 180 Kh. Daoud ne publie que dix exemplaires, mais il indique ce nombre dans la description qu’il donne (...)

184Près de Memphis enfin, la nécropole de Kôm el‑Fakhry a livré un exemple assez développé de dépôt de tables d’offrandes179, le long de la façade d’un mastaba du cimetière héracléopolitain. Les seize tables d’offrandes sont disposées de manière régulière et bien orientées le long du mur sur une dizaine de mètres, près de la porte d’entrée180.

  • 181 Sur les portes comme lieu de dépôt des décrets, voir Pantalacci 1985, p. 245‑246.
  • 182 Pour la porte du complexe d’Ânkhnespépy II, voir Labrousse et Leclant 1998, p. 96‑98.
  • 183 Hölzl 2005, p. 39.

185Le point commun entre ces différents dépôts est bien leur emplacement sur un lieu de passage, le long d’une rue ou à proximité d’une porte. Les portes en particulier constituent un endroit privilégié pour des raisons aussi symboliques que pragmatiques. La porte est avant tout le symbole du passage entre deux espaces de valeurs différentes, l’un ordinaire et l’autre plus sélectif, voire sacralisé181. Ce passage d’un domaine à l’autre est le plus souvent marqué par une monumentalisation. Si l’on prend le cas de la porte du complexe d’Inének (fig. 5), l’entrée du temple proprement dit, en granit, avec seuil, montants et probablement linteau, se distingue du reste de la construction, elle-même en calcaire. Cette porte est inscrite aux noms et titres de la reine. De part et d’autre, deux obélisques présentent des inscriptions similaires182. Au pied de chacun d’eux, du côté de la porte, un petit bassin rectangulaire a été creusé dans le socle afin de procéder à des libations. Il est possible que les libations aient été effectuées à cet endroit au bénéfice de la reine, mais on peut aussi envisager que ces petits bassins étaient destinés à la purification de l’officiant avant qu’il n’entre dans le temple183. Le fait que les officiants doivent marquer un temps d’arrêt pour procéder à ces libations ou purifications participe également à la mise en valeur du passage et à la distinction des espaces intérieurs et extérieurs.

Fig. 5 – Porte d’entrée du complexe funéraire de la reine Inének/Inti (© A. Labrousse).

186On retrouve une situation tout à fait équivalente devant l’entrée du complexe de Noubounet, du complexe anonyme Svv et de celui de Méhaa, avec les tables d’offrandes qui sont déposées à côté de la porte, à l’intérieur d’un enclos de brique crue. La forme de cet enclos peut être discutée et il semble que plusieurs types puissent se rencontrer. Il existe d’une part des enclos bas et d’autres, peut-être plus importants, qui s’apparentent à de véritables pièces.

187Dans la rue qui longe les complexes de Noubounet et Inének, les deux enclos installés en façade des temples sont construits dans la continuité l’un de l’autre, celui de Noubounet venant s’appuyer sur celui d’Inének. Distant du mur de pierre de 2,6 m (environ 5 coudées) et épais d’une seule brique (deux pour la section devant Inének), cet espace ne pouvait pas être couvert. Il s’agit donc bien d’un enclos et non d’une pièce de magasin ou d’un local de réserve. Le muret ne devait pas être très élevé en raison de sa faible largeur et ne masquait peut-être pas ce qui se trouvait à l’intérieur. La partie devant le complexe d’Inének étant plus épaisse, elle était peut-être également plus élevée. En outre, son extrémité ouest est aménagée avec plusieurs pièces couvertes, qui forment ce que l’on pourrait considérer comme une conciergerie.

  • 184 Le mur qui englobe tout cet ensemble et le relie au complexe d’Inének est beaucoup plus tardif et p (...)

188Devant le complexe anonyme Sw, un bâtiment de trois pièces était probablement couvert, formant une conciergerie184. Les tables d’offrandes étaient installées devant le bâtiment, là aussi contenues par un enclos léger dont les murs n’avaient qu’une brique d’épaisseur. De part et d’autre de la porte était dressée une paire d’obélisques, dont seul celui de droite a été conservé, intégré à la maçonnerie d’un aménagement ultérieur. Pour l’entrée du monument de Méhaa, la situation est un peu plus complexe en raison des aménagements successifs et de l’évolution du bâtiment. Les tables ont été retrouvées à droite de la porte d’entrée du bâtiment de pierre, dans une pièce ajoutée lors de la dernière phase de construction, en brique. Cette pièce, par son encadrement de porte en calcaire et par la présence d’un escalier, s’apparente plus à un vestibule ou à une avant-cour qu’à une conciergerie. En tout état de cause, il ne s’agit pas d’un simple enclos comme devant Noubounet ou devant le complexe anonyme Sw.

  • 185 Pour Oudjebten, voir Jéquier 1928, p. 21‑22 et plan supra (fig. 2, p. 35). L’auteur mentionne une é (...)
  • 186 Voir par exemple Jéquier 1929, p. 30, 57‑58.

189La présence d’enclos devant l’entrée de monuments, même très légers, est bien attestée sur toutes sortes de bâtiments. Les autres complexes de reines, notamment autour de la pyramide de Pépy II, devant Oudjebten, Neit et Ipout185, fournissent les parallèles les plus proches. Un tel enclos est encore attesté devant certains186. Il peut alors être associé à une sorte de chapelle de culte, comme c’est le cas également devant les mastabas miniatures de Balat, dont l’espace sacré dévolu aux rituels est matérialisé par un petit muret. Devant la hout-ka de Héqaib à Éléphantine, un petit enclos vient aussi marquer l’entrée du monument, sans qu’aucun élément découvert ne permette de préciser la fonction de cet espace.

190L’enclos qui donne accès au monument constitue sans doute un espace spécifique formant une transition vers le sacré. Il peut être monumentalisé par la présence d’obélisques et de portes de pierre et fait l’objet d’une surveillance si l’on prend en compte la présence de gardiens dans les petits logements attenants. Cet espace doit être lié à des rites de purification pour ceux qui entrent dans le monument, comme l’atteste la présence de petits bassins sur le côté des obélisques.

191Les tables déposées là, à l’intérieur de l’enclos de brique crue, peuvent être associées à ces rites de purification préexistants. Elles profitent du passage des personnels du temple, qui peuvent faire une offrande aux tables les plus proches, alors qu’ils s’arrêtent pour pratiquer leur propre rite de purification. Le choix de ce lieu cible donc certaines personnes dont les activités sont liées au culte funéraire de la reine et qui sont habilitées à rentrer dans son temple. Il y a là sans doute la recherche d’un élément qualitatif puisque cet aspect restreint, dans un enclos réservé, permet d’atteindre des professionnels dont les compétences pouvaient se révéler supérieures. Dans l’éventualité d’une relation particulière entre le défunt et la reine, l’endroit offre également la possibilité de s’associer à son réseau relationnel et de se rapprocher de son entourage.

192L’entrée du complexe d’Inének/Inti, par la richesse de son dépôt, permet d’évoquer un aspect complémentaire. En effet, plusieurs tables d’offrandes ont été disposées de part et d’autre de la porte, mais à l’extérieur de l’enclos, alignées le long du mur, dans la rue qui longe l’enceinte de Pépy Ier et dessert presque tous les complexes de reines. Le fait de ne pas placer le monument à l’intérieur de l’enclos constitue peut-être le signe d’une moindre importance, mais se trouve compensé par un espace d’accès plus large, peut-être destiné à faire bénéficier la table d’une visibilité plus étendue. Les nécropoles sont largement fréquentées, par le personnel administratif général, par les ritualistes affectés à un monument spécifique, mais aussi par l’ensemble des particuliers qui viennent procéder à des rituels sur la sépulture d’un proche. Si le dépôt à l’intérieur de l’enclos permet de mieux attirer l’attention des ritualistes qui entrent dans le temple, déposer un monument le long d’une rue permet en revanche de toucher l’ensemble des catégories de personnes qui fréquentent la nécropole.

  • 187 Legros 2010a, p. 163, fig. 5a ; Berger-el Naggar 2005, p. 17, 20 (fig. 2).
  • 188 Sw-a, b et c (annexe 2, fig. 31 ; Leclant et Clerc 1990, pl. 32‑33). Les deux tables anépigraphes s (...)
  • 189 Sur la relation entre la superstructure et la position du sarcophage, cf. Fischer 1977, p. 39‑40.

193Dans la nécropole de Pépy Ier, seul le dépôt devant Inének/Inti se situe en dehors de l’enclos. On peut toutefois évoquer ici les tables qui ont été directement gravées dans le dallage le long du mur ouest du complexe187. Il s’agit là aussi d’un lieu de passage, car elles se trouvent gravées le long d’une rue qui mène au complexe de Mérétites, entre celui d’Inének et le complexe anonyme Sw. Cet ensemble comporte cinq tables, dont deux anépigraphes, gravées à l’aplomb du mur188. Il ne s’agit pas là d’un emplacement à proximité d’une porte, mais leur alignement avec l’axe de la pyramide n’est certainement pas fortuit, même si la signification et le sens à donner à ce dispositif nous échappent aujourd’hui. Il est possible que ce lieu ait été choisi pour sa plus grande proximité avec la dépouille de la reine, dont le sarcophage se trouve à l’extrémité ouest des appartements funéraires189.

  • 190 La table Sw-295 a été retrouvée retournée, dans l’enclos. Par ses dimensions, elle correspond à la (...)
  • 191 Ces monuments sont enregistrés temporairement sous le no chapelle a-1/5. Très érodés, leurs textes (...)
  • 192 Pour une description plus détaillée de ce monument, cf. infra, p. 80.

194Entre la pyramide anonyme Sw et le complexe d’Ânkhnespépy II, un espace dégagé, de type place, peut être considéré comme un espace de circulation. De forme rectangulaire, la zone sud est occupée par différentes structures d’interprétation délicate. La partie nord, dans l’angle formé par la pyramide Sw et la rampe d’accès au complexe d’Ânkhnespépy II, a été occupée par une structure qui s’apparente clairement à une chapelle (voir la reconstitution p. 12). Le lieu d’implantation de cette chapelle est important car il se trouve dans un espace relativement dégagé, à la jonction entre différents complexes et axes de circulation. C’est donc un emplacement privilégié, à la fois spacieux et fréquenté. Le bâtiment, de forme rectangulaire (6 x 3,6 m) est pourvu d’une pièce de magasin en « L » et d’une seconde pièce, ouverte sur l’est, qui accueillait vraisemblablement une statue ou une table d’offrandes190. En avant de l’édifice, un petit enclos a livré cinq tables d’offrandes191. Sans développer ici la nature de cette construction privée192, il est utile de souligner que les espaces plus vastes, au sein d’une nécropole, pouvaient donner lieu à l’installation de monuments plus imposants, voire d’un véritable bâtiment comme c’est le cas ici. Cette chapelle, bien que rudimentaire, n’en est pas moins imposante et son propriétaire devait bénéficier d’une certaine influence pour pouvoir l’édifier aussi près de l’entrée du complexe de la reine. Une configuration assez proche se retrouve dans le cimetière nord de Téti, où l’espace entre la pyramide et les grands mastabas est investi dès la Première Période Intermédiaire par de nombreuses constructions, dont certaines sont liées à des sépultures, tandis que d’autres sont des chapelles de cultes privées, comme c’est le cas pour le monument de Sékouaskhet (infra, p. 82).

  • 193 CGC 57016 (Quibell 1907, p. 25, pl. 9).

195Ces dépôts le long des rues, dans des espaces ouverts aux passants, qu’ils soient ou non à proximité d’une porte, se retrouvent à Kôm el‑Fakhry et dans la nécropole héracléopolitaine à l’est de Téti. Dans le premier cas, la situation est très proche de celle des complexes des reines et les tables déposées semblent en lien direct avec le mastaba contre lequel elles s’appuient. La table d’offrandes de Bébib du cimetière de Téti193, en revanche, a été placée le long d’une rue particulièrement prisée durant la Première Période Intermédiaire, si l’on en juge par la quantité de monuments de cette époque découverts dans le secteur, mais aucun lien ne semble établi avec une sépulture voisine.

  • 194 Les appels aux passants ne sont que très rarement attestés sur les tables d’offrandes. Sur cette as (...)

196Dans ces deux cas, la relation entre le propriétaire de l’objet et les monuments environnants auxquels celui-ci peut être associé n’est pas explicite. Peut-être seule la fréquentation du lieu était-elle prise en compte, en fonction du passage des gens. Certaines rues devaient être plus passantes que d’autres selon les époques et les secteurs en activité. Cette question de la fréquentation des nécropoles renvoie aussi au problème des appels aux passants. Aucune inscription de ce type n’a été retrouvée sur un monument de particulier déposé dans les circonstances évoquées, mais le parallèle reste néanmoins valable et l’on peut supposer que les prières et les rituels étaient destinés à ceux qui viendraient à passer194.

  • 195 O’Connor 1985, p. 171‑173, fig. 4.

197Cette pratique du dépôt dans les lieux de passage se retrouve également au Moyen Empire. Sur le site d’Abydos, dans le secteur des chapelles, les stèles étaient principalement déposées à l’intérieur des monuments ou dans la cour attenante. Ponctuellement, on trouve aussi des installations à l’extérieur des monuments, c’est-à-dire dans les espaces de circulation entre les chapelles. D. O’Connor fournit un exemple de ce dispositif avec la chapelle E 7‑4, dont le plan indique la présence d’une niche voûtée sur la face extérieure du mur est de la cour195. Il n’est plus possible de savoir si la stèle placée dans cette niche fait partie du programme originel ou s’il s’agit d’un élément ultérieur ; quoi qu’il en soit, le principe de se rendre visible pour les personnes qui circulent dans le secteur demeure essentiel.

  • 196 O’Connor 1985, p. 170‑171.

198Si l’on considère les chapelles abydéniennes dans leur ensemble, on peut élargir la question des lieux de circulation à l’ensemble du secteur. En effet, il est aujourd’hui admis que ces chapelles ont été établies à proximité d’une voie processionnelle, orientée sud-ouest/nord-est, dont les vestiges ont pu être retrouvés sous les fondations du temple ramesside196. Il y a donc bien deux niveaux de circulation qui sont pris en compte dans le choix de l’emplacement, lié d’une part au désir d’avoir une chapelle sur le passage des processions et, d’autre part, au souci de se rendre visible auprès des personnes qui circulent à l’intérieur même du secteur.

  • 197 Voir en particulier les processions entre la ville d’Éléphantine et la nécropole de Qoubbet el‑Haou (...)

199Les processions au sein de nécropoles sont moins bien documentées, mais il est probable que les célébrations collectives ont pu impliquer un parcours au sein même de la nécropole ou entre différentes zones de la localité197. De telles processions auraient alors eu une incidence directe sur le dépôt des monuments, supports du rite.

Les conditions d’accès

  • 198 Pour une analyse de l’accessibilité des espaces au Nouvel Empire, voir Harrington 2013, p. 101‑102.

200La présence des dépôts de tables d’offrandes et de stèles en différents lieux des nécropoles ou des monuments pose la question de l’accès réservé à certains secteurs et des autorisations nécessaires. Il faut sans doute envisager pour ce problème une hiérarchie des espaces et des individus ainsi que différents degrés de restriction198.

  • 199 Quibell 1907, p. 25, pl. 9.

201L’accès aux nécropoles en général devait être assez libre, afin que tout un chacun puisse procéder aux cérémonies pour ses proches. Le dépôt d’un petit monument à proximité d’un mastaba familial pourrait sembler logique et assez simple à mettre en œuvre. Les nécropoles, bien qu’accessibles, faisaient l’objet d’un suivi administratif qui réglementait sans doute en partie les dépôts de monuments. La table de Bébib, dans le cimetière à l’est de Téti, s’apparente à cette situation de dépôt dans un secteur de la nécropole plutôt ordinaire, sans monument royal proche199. Sa disposition dans la rue, alignée avec d’autres structures, placée apparemment sur un support de mouna, montre un certain souci de présenter le monument de manière convenable, en lui affectant une place spécifique.

  • 200 Voir le décret sur papyrus pour l’accès au temple de Djedkarê-Isési (Posener-Kriéger 1985, p. 195‑2 (...)

202On serait tenté de considérer que l’accès aux nécropoles royales dépendait d’une autorisation plus stricte200, avec peut-être différents degrés d’accessibilité. Une enceinte délimitant un espace consacré, que l’on pourrait qualifier de téménos, aurait visé à réduire la fréquentation intérieure. Les dépôts effectués dans le secteur des pyramides de reines faisaient sans doute déjà l’objet d’une autorisation d’accès globale. À l’intérieur de cet espace, l’emplacement précis devant tel ou tel complexe était peut-être également soumis à une autorisation plus spécifique. Dans le cas du complexe d’Inének/Inti en particulier, le fait que certaines tables aient été placées à l’intérieur de l’enclos et d’autres à l’extérieur invite à penser qu’il a pu y avoir des conditions d’accès particulières. On peut donc tenter de rechercher des différences entre les deux lots qui sont devant la porte de granit (intérieur de l’enclos) et les deux lots qui sont disposés dans la rue (extérieur). Deux questions se posent alors : est-ce que ces dépôts correspondent à des périodes différentes ? Est-ce que les titulaires de ces monuments ont un statut différent ?

Datation (période)

Intérieur

Extérieur

Pépy Ier (1)

2

1

Pépy Ier à Pépy II (1‑3)

5

Pépy II (3)

2

5

Pépy II ou PPI (3‑7)

1

1re moitié PPI (5‑6)

2

Milieu PPI (6)

5

2e moitié PPI (5‑7)

3

Fin PPI (6‑7)

1

2

Extrême fin PPI (6‑8)

1

Indéterminée

4

3

Total

15 tables

23 tables

Tabl. 2 – Répartition chronologique des tables d’offrandes pour les dépôts intérieurs et extérieurs du complexe d’Inének/Inti (les tables sont reproduites en annexe 2, fig. 23 à 27).

  • 201 Pour la définition des périodes, cf. Legros 2008a, p. 244‑245.

203Le tableau 2 donne pour chaque lot le nombre de tables déposées par période ou groupe de périodes201. Il permet de constater qu’il y a plus de monuments à l’extérieur de l’enclos qu’à l’intérieur, presque le double. La répartition chronologique ne semble pas en cause dans la disposition spatiale des monuments, mais elle indique avant tout une apparente continuité dans les dépôts. La période 1 est attestée des deux côtés, ce qui indique une pratique ancienne, sans doute dès la mise en activité du monument. Par la suite, les trois grandes phases sont attestées, au moins jusqu’à la période 6. Au vu des datations, il ne semble donc pas y avoir de différence chronologique notable entre les deux ensembles qui se développent simultanément.

Titres

Intérieur

Extérieur

ẖry-tp pr-ʿȝ nswt

1

jmy-r wpt

1

rḫ nswt

1

sš n sȝ

2

pr smr

1

hry-ḥb

4

1

šps nswt

8

jmȝḫw seul

1

3

smr wʿty

2

1

ḥm-nṯr Ḥwtḥr

1

3

hkrt nswt wʿtt

2

ḫtmj n pr-šnʿw

1

swnw pr-ʿȝ

1

jmy-r pr

1

sš ʿ

1

hry-tp šnwt

1

Pas de titre

3

Anépigraphe ou lacunaire

4

9

Total

22 + x individus

25 + x individus

Tabl. 3 – Attestations des titres sur les tables d’offrandes dans les dépôts devant le complexe d’Inének/Inti.

  • 202 Le tableau ne donne pas l’inventaire de toutes les variantes de titres d’imakhou. Ce titre étant tr (...)

204Le tableau 3 fournit la liste des différents titres attestés dans les deux lots de tables, en précisant le nombre d’occurrences de chacun. Comme pour les datations, ces titres montrent une grande variété dans l’un et l’autre groupe202 On serait tenté de considérer que les monuments déposés à l’intérieur appartiennent en moyenne à des personnes de plus haut rang. En effet, certains marqueurs de statut comme šps nswt ou smr wʿty sont bien plus fréquents sur les monuments de l’intérieur. Inversement, les monuments avec le seul titre d’imakhou, voire sans aucun titre, sont beaucoup plus nombreux dans les lots déposés dans la rue.

205Toutefois, cette tendance n’est pas suffisamment appuyée pour que l’argument soit définitif. Si les monuments de l’intérieur sont globalement de meilleure qualité que ceux déposés dans la rue, certaines tables d’offrandes dans la rue sont aussi de bonne facture (voir par exemple Sc-511 ou 514).

  • 203 La mise en relation de la stratigraphie du dépôt avec la datation des monuments s’est avérée stéril (...)
  • 204 Comme c’est le cas par exemple devant le mastaba de Kôm el‑Fakhry (Daoud 2005, pl. 5).

206L’agencement des différentes tables indique également qu’elles ont été probablement déplacées ou repositionnées203. En effet, elles ne sont pas toutes alignées le long des murs204, avec les inscriptions lisibles dans le bon sens, éventuellement sur plusieurs rangées. En fait, ces monuments sont disposés sans logique apparente, sinon celle de former un ensemble compact. Les tables sont installées dans tous les sens, sans souci de l’orientation des textes. Leur emplacement ne reflète pas une logique chronologique car les monuments les plus anciens ne sont pas placés tout contre le mur.

  • 205 En particulier la graphie du serpent, sans tête, est très rare dans ce corpus.

207Dans la partie intérieure de l’enclos, les tables empilées ne répondent pas non plus à une logique chronologique car les tables Sc-199 et Sc-200, découvertes l’une sur l’autre à l’est de la porte, sont probablement contemporaines et ont peut-être été réalisées par la même main205.

208Si l’on considère que cet espace était en relation étroite avec la conciergerie, à quelques mètres de là, le dépôt d’une table d’offrandes dans ce secteur devait se faire sous le contrôle de l’administration du temple funéraire de la reine, dont le personnel était amené à aménager cet espace pour en maintenir l’accessibilité. En effet, dans la partie intérieure de l’enclos, les tables sont disposées contre le mur sud, dans un espace qui est saturé, et l’ajout de nouveaux monuments aurait gêné les circulations vers les autres pièces. Il est possible que ce personnel ait procédé au redéploiement des monuments lorsque cela était nécessaire. La pièce centrale de la conciergerie a d’ailleurs livré une table d’offrandes (Sc-488), associée à deux vases, qui semblent avoir été remisés là (annexe 2, fig. 27). Le gardien intervenait probablement dans l’organisation du dépôt, sans toutefois décider lui-même des autorisations : il s’agissait sans doute d’un poste relativement modeste et certains individus mentionnés sur les tables devaient lui être bien supérieurs.

209Les autres dépôts in situ dans la nécropole s’apparentent essentiellement à des situations à l’intérieur d’un enclos. L’analyse des titres mentionnés permet-elle de confirmer l’importance des individus qui ont accès à ces endroits spécifiques ?

Titre

Noubounet

Complexe anonyme Sw

Méhaa

šps nswt

1

3

2

hry-tp nswt

1

wʿb 200

2

hry-ḥb

1

sḥḏ sš pr-ʿȝ

1

jmy-r gs-pr

1

jmy-r n st n ḫntyw-š n pr-ʿȝ

1

jmy-r sšrw

1

jmy-r pr-šnʿ

1

1

jmy-r pr

1

2

r nswt

1

2

smr wʿty

1

sš n sȝ

2

ḥm-nṯr Ḥwtḥr

2

jmȝw seul

2

2

3

Pas de titre

1

Incertain

1

Lacunaire ou anépigraphe

2

5

2

Total

3 + x individus

11 + x individus

18 + x individus

Tabl. 4 – Attestations des titres dans les dépôts in situ, hors Inének/Inti (pour les illustrations, cf. annexe 2, fig. 22, 29a-c et 32a-b).

  • 206 Voir par exemple S-297, annexe 2, fig. 29c (2e phase).

210La liste ainsi dressée indique clairement une part importante de titres relativement élevés, titres de cour comme responsabilités administratives. D’autres sont plus modestes et pourraient signaler l’ouverture de ces espaces à une population assez large. L’idée d’une pratique modeste, voire populaire, doit pourtant être considérée avec prudence pour deux raisons. D’une part, la capacité à disposer d’une table d’offrandes personnelle, quelle qu’elle soit, suppose un certain statut et même les tables les plus ordinaires renvoient à des individus de qualité. D’autre part, l’analyse des titres ne saurait constituer une approche suffisante à elle seule dans la mesure où tous les titres d’une personne ne sont pas systématiquement mentionnés sur ses différents monuments. Si l’on prend en compte la qualité, les monuments où le seul titre d’imakhou est mentionné ne sont pas nécessairement des objets sommaires, bien au contraire206.

211Sur les lieux de dépôt au sein de la nécropole des reines de Pépy Ier, il convient également de rappeler l’importance du mobilier découvert hors contexte. En effet, les éléments in situ, ceux qui se trouvent à proximité des portes, ne constituent qu’une faible part de la documentation d’ensemble. Moins de 90 tables ont été découvertes dans leur situation rituelle d’origine. Ce chiffre est important mais ne représente même pas 10 % de l’ensemble de la documentation privée puisque l’inventaire enregistre actuellement 844 tables auxquelles il faut ajouter près de 700 fausses-portes et chapelles miniatures.

212La question, toujours sans réponse, se pose de savoir où ces monuments étaient déposés. Leur nombre considérable exclut qu’ils aient tous été installés à proximité des portes. Les enclos, très vastes pour certains, ont pu accueillir d’autres monuments, mais il est difficile d’expliquer pourquoi ils auraient été vidés de leur contenu à part les quelques éléments restés en place. Les rues fournissent un lieu de dépôt probable, le long des murs des différents complexes, aussi bien des reines que du pharaon lui-même. Le nettoyage opéré par Rêhérychefnakht à la fin de la Première Période Intermédiaire, pourrait aller dans ce sens. Les monuments privés qu’il récupère pour sa propre pyramide constituent un matériau de construction à moindre coût, mais leur utilisation aurait également permis de rétablir des espaces de communication et de circulation au sein de la nécropole, véritablement encombrée par ces monuments déposés depuis des décennies.

213Peut-être cette masse de monuments, dont certains sont effectivement d’une qualité très médiocre, était-elle déposée en partie dans des endroits aux conditions d’accès plus simples et moins strictes.

214De manière générale, il semble que l’accès aux sanctuaires ait été contrôlé, voire restreint, et les dépôts ne se font que dans des espaces spécifiques, sans doute liés à des conditions d’accès particulières, même si le nombre de monuments hors contexte permet d’envisager des débordements. Ce type de dépôt n’est donc pas fait à priori pour contourner les contraintes administratives liées au choix de l’emplacement puisque ces contraintes jouent un rôle là aussi. Néanmoins, elles permettent certainement de rapprocher le défunt d’un monument prestigieux pour établir une liaison avec son propriétaire, même indirecte ou incomplète. Une réglementation moins stricte assure ainsi un double bénéfice, avec un intérêt pour le propriétaire du complexe, mais aussi pour la personne qui dépose le monument. De fait, l’importance des dépôts à l’entrée des complexes funéraires des reines témoigne de l’importance du nombre de dévots qui se placent sous leur protection, et font ainsi vivre sa mémoire. En retour, les particuliers bénéficient d’un emplacement privilégié au plus près de la sépulture de la reine, en contact étroit avec les ritualistes et les services d’offrandes. Peut-être même le dépôt d’une table d’offrandes était-il considéré comme une sorte de contribution au lieu, faisant office de laissez-passer ou de droit d’accès au service d’offrandes.

215Il est à noter que, parmi plusieurs centaines de personnes référencées dans la documentation de la nécropole de Pépy Ier, aucun bénéficiaire n’est connu par sa sépulture. Peut-être faut-il considérer que les bénéficiaires des tables d’offrandes avaient une sépulture de moindre qualité, ou moins bien située, raison pour laquelle ils auraient souhaité renforcer ou compléter leur dispositif cultuel. Le secteur des reines, dont l’usage funéraire était réservé à la famille royale, était réglementé également pour le dépôt des tables d’offrandes, mais d’une manière moins stricte, la table d’offrandes faisant alors office de relais entre le monument prestigieux et la sépulture du particulier.

Les parasitages et les usurpations

216Certaines personnes font ajouter leur nom, leurs titres, parfois même se font représenter, sur des monuments appartenant à d’autres. Cette pratique détourne partiellement la vocation originelle du monument et permet à celui qui procède à l’ajout de bénéficier d’un support qui lui semble intéressant pour diverses raisons. Pour autant, il ne faut pas forcément considérer ces pratiques de récupération comme des actes illicites ou clandestins. Dans la plupart des cas, il s’agit probablement d’actions menées avec l’assentiment de l’administration de la nécropole.

  • 207 Pour une analyse des différents types d’usurpation dans la nécropole de Giza, cf. Hassan 1944, p. 1 (...)

217Cette récupération peut s’opérer sur la tombe même. La réutilisation des tombes anciennes est un phénomène bien attesté, qui permet à l’usurpateur de bénéficier d’un emplacement de qualité dans un secteur de la nécropole déjà entièrement pourvu207. Dans les cas les plus marqués, la tombe est entièrement réutilisée, le caveau est vidé de son contenu, et le nouveau défunt est installé en lieu et place du précédent. La superstructure peut aussi servir de lieu d’inhumation, au niveau de la chapelle ou du serdab. Les inscriptions sont reprises, ou recouvertes d’une couche de stuc pour permettre au nouveau propriétaire de mentionner ses propres formules. Dans d’autres cas, le défunt d’origine conserve le bénéfice de sa sépulture et la nouvelle installation ne constitue qu’un complément qui vient parasiter le programme d’origine, par l’adjonction d’un nouveau caveau ou d’une chapelle.

  • 208 Spencer 1982, p. 20‑26.

218À Saqqâra, à l’est de la pyramide de Djoser, la tombe D.46 présente un cas particulièrement évident d’usurpation de mastaba208. Le propriétaire d’origine, Sétjou, était probablement un fils du pharaon Ouserkaf. Son mastaba était pourvu d’un puits funéraire menant au caveau et d’une chapelle avec deux fausses-portes. Au Moyen Empire, cette tombe est réemployée par un certain Néfertémemsaf, qui se fait creuser un autre puits funéraire et se réapproprie la chapelle. Certaines parois et la fausse-porte sud sont plâtrées, sans doute pourvues d’une nouvelle inscription peinte. La deuxième fausse-porte est regravée, mais une observation fine permet de distinguer les traces de l’ancienne inscription.

  • 209 Voir en particulier le contrat de Penmérou à Giza, avec le rajout d’un codicille en faveur de son é (...)

219Les ajouts postérieurs sont souvent de nature à compléter l’inscription d’origine209 Lorsqu’il s’agit de monuments de petite taille, fausses-portes ou tables d’offrandes, une ligne peut être ajoutée à la fin de l’inscription principale, ou dans n’importe quel espace disponible du monument.

220Le corpus des tables d’offrandes a fourni quelques attestations de cette pratique, La table d’offrandes Sc-423 (fig. 6), par exemple, est pourvue de quatre bassins affrontés deux à deux. Chaque groupe est associé à une inscription au bénéfice d’une personne différente. Deux inscriptions supplémentaires, chacune au-dessus d’un bassin, mentionnent d’autres personnes. Leur position et leur module inférieur indiquent qu’il s’agit d’un rajout ultérieur, comme si ces deux personnes s’étaient approprié un bassin destiné au départ à quelqu’un d’autre. Ici, rien ne permet de préciser la relation entre ces différentes personnes. Il est souvent difficile d’affirmer que l’inscription a été ajoutée ultérieurement, mais plusieurs cas semblent probables, notamment en raison du module de l’inscription complémentaire et de sa qualité d’exécution, souvent inférieure à celle de l’inscription principale. Le fait d’apposer son nom, avec éventuellement un titre, sur un monument préexistant permet naturellement de bénéficier d’un support de culte supplémentaire pour un investissement réduit. On peut supposer que la plupart des ajouts sont le fait de membres de la famille, ce qui devait faciliter l’intervention, la question de l’autorisation étant sans doute alors secondaire

Fig. 6 – Table d’offrandes multiples (Sc-423) © I. Pierre-Croisiau.

221Les rajouts peuvent également permettre d’intégrer une personne à un système ou un réseau cultuel préexistant. C’est le cas en particulier lorsque des personnes font ajouter leur nom ou leur image parmi les officiants pratiquant le rite pour quelqu’un. Il peut s’agir alors d’insérer simplement son nom en face d’un officiant anonyme ou bien de graver une nouvelle figure dans un espace disponible.

  • 210 Berger-el Naggar 2005, p. 16‑17 et photo p. 20 ; Leclant et Clerc 1994, pl. 17 (fig. 15).

222Ainsi à Saqqâra, dans le temple funéraire d’Inének/Inti, on trouve sur le mur est de la cour à piliers la représentation de plusieurs individus formant un défilé de porteurs d’offrandes (fig. 7)210. Il ne s’agit sans doute pas du programme décoratif initial, qui était gravé sur les assises supérieures, mais d’un ajout ponctuel. Ce groupe, dans son état actuel de conservation, mentionne six individus dont quatre sont qualifiés de jmy-r wpt ; ils sont chargés d’offrandes et se dirigent vers le sud, en direction de la porte qui mène au temple intime. Selon toute vraisemblance, cet élément décoratif complémentaire est dû à l’initiative de ces individus, membres du personnel funéraire de la reine.

Fig. 7 – Inscription sur la paroi est de la cour à piliers du complexe d’Inének/Inti (© I. Pierre-Croisiau).

  • 211 Il s’agit de la seule attestation recensée par Scheel-Schweitzer (2014, p. 747, no 3802).

223L’un des individus représentés est également le propriétaire de la table Sc-421 (fig. 8). L’identification repose sur le titre de jmy-r wpt et surtout sur le nom du personnage, Déréhouaib, qui est suffisamment rare pour rendre l’identification quasi certaine211. La table est de bonne facture et date probablement de la période 3, c’est-à-dire de la fin du règne de Pépy II ou peu après. Il s’agit donc d’un individu qui occupait une charge dans le temple à une époque où les rites étaient toujours entretenus de manière régulière, peut-être encore selon les modalités initiales. Toutefois, la période 3 correspond aussi au début d’une période de baisse de qualité des monuments dans la nécropole. Il n’est pas impossible que l’ajout de ces deux registres de porteurs d’offrandes ait été rendu possible par un certain laisser-aller progressif dans la tenue des cultes de reines, qui pourrait être mis en relation avec la baisse de qualité générale des monuments que l’on constate à partir de la période 3. En outre, cette table d’offrandes a été retrouvée déplacée, mais à proximité immédiate de la chapelle privée installée au pied de la pyramide satellite de la reine. Il n’est plus possible de dire si elle se trouvait à l’origine associée aux rites de cette chapelle ou s’il s’agit d’un remploi, mais on ne doit pas exclure l’hypothèse d’un dépôt dans cette petite structure alors que le culte de la reine était en déclin. Quoi qu’il en soit, il s’agit pour cet individu de se mettre en valeur en s’intégrant à un monument de prestige et au réseau d’officiants qui continue son activité au service de la reine.

Fig. 8 – Table d’offrandes de Déréhouaib (Sc-421) © I. Pierre-Croisiau.

224L’initiative de ces ajouts ne semble pas individuelle, mais plutôt collective. La succession de plusieurs officiants inciterait à penser qu’il s’agit là d’une équipe en fonction qui a fait graver collectivement ces registres supplémentaires pour compléter les mentions des registres supérieurs, dont les officiants, probablement leurs prédécesseurs aux mêmes charges, avaient peut-être disparu.

  • 212 Alliot 1935, p. 25 ; Obsomer 1993, p. 177.

225Si le rajout dans le temple d’Inének remonte à une époque où le culte de la reine est toujours pratiqué, il existe d’autres exemples qui témoignent d’un intervalle chronologique plus important. Dans le mastaba d’Isi à Edfou, par exemple, l’ensemble de la décoration date de la VIe dynastie, époque à laquelle le gouverneur a vécu. Sur la paroi nord-est du couloir, en revanche, quatre officiants ont été ajoutés au Moyen Empire, sous la XIIe ou la XIIIe dynastie, lorsque le culte de ce personnage est réactivé212.

  • 213 Leclant et Clerc 1995, p. 262 ; Legros 2010a, p. 159 et fig. 5a. Voir aussi infra, p. 80.
  • 214 Annexe 2, fig. 28.
  • 215 Table Sc-435 (annexe 2, fig. 28). La datation repose sur un certain nombre de critères précoces (na (...)
  • 216 Trois autres tables ont été retrouvées dans ce secteur (Sc-421 à 423), sans que l’on puisse dire qu (...)

226Le parasitage de structures antérieures suppose parfois une redéfinition des autorisations d’accès. L’ensemble funéraire de la reine Inének/Inti offre à ce titre un exemple tout à fait singulier213. Au plus profond du complexe, un particulier a établi un lieu de culte personnel à proximité de la pyramide satellite. Une table d’offrandes a été déposée là, orientée face à la pyramide (Sc-424)214. Celle-ci ne présente aucun critère de datation caractéristique. La table réemployée comme seuil, en revanche, date probablement du règne de Pépy II215, ce qui laisse penser que l’ensemble de ce réaménagement lui est postérieur216.

  • 217 Pour une description plus détaillée de la structure de cette chapelle, voir infra, p. 80.

227Ces différents éléments constituent apparemment une sorte de chapelle privée, installée à l’intérieur même du complexe de la reine et qui vient profiter d’un espace en théorie réservé. Cette situation invite à considérer ce type de parasitage sous l’angle d’une réglementation des accès qui ne manquaient pas d’avoir cours dans les nécropoles. Il va sans dire que cet emplacement était assurément interdit à toute installation de ce type au moment de la conception du complexe, et durant toute la période d’activité initiale. Il s’agit nécessairement d’une intervention postérieure, réalisée à un moment où le culte de la reine était abandonné, ou au moins réduit, et alors que l’accès au complexe n’était plus restreint de manière aussi stricte217.

  • 218 Pour l’interprétation des pyramides satellites, voir les remarques de D. Arnold (1998, p. 70). L’au (...)

228Cela ne signifie pas pour autant que tout contrôle avait disparu. Le complexe était suffisamment entretenu pour susciter l’intérêt de ce particulier et l’accès était encore réglementé, au moins en partie. L’emplacement à l’extrémité du complexe de la reine constitue ici un élément singulier car, pour accéder à cette chapelle, il était nécessaire de parcourir tout un trajet. Il fallait d’abord traverser une partie du temple de la reine, puis faire le tour de sa pyramide le long de trois de ses faces. À l’extrémité est de la face sud, le péribole de la pyramide satellite permettait d’accéder enfin à l’entrée de la nouvelle structure. Il est possible que cet aspect complexe de circulation ait été un élément déterminant dans le choix de l’emplacement pour renforcer le caractère sacré de la nouvelle chapelle218. La situation est diamétralement opposée à celle observée pour les dépôts près des portes. Il ne s’agit pas du tout d’un lieu de passage, mais au contraire de l’aboutissement d’un cheminement sans issue. La chapelle est ainsi préservée des regards, comme le naos d’une divinité peut être conservé dans le sanctuaire au fond du temple.

Dans les temples

  • 219 Cette pratique n’est pas attestée clairement avant le Moyen Empire, mais le temple haut du complexe (...)
  • 220 Sur cet aspect, voir en particulier Shafer 1998, p. 9‑10.

229La multiplication des lieux de culte ne se limite pas aux nécropoles, mais s’étend aussi à d’autres contextes. Au Moyen Empire se développe la pratique du dépôt de monuments dans les temples219. Qu’il s’agisse de temples divins ou de temples funéraires royaux, les conditions semblent suffisamment proches pour être traitées en parallèle : le fonctionnement est identique et l’on trouve des éléments de similitude dans chacun des types220. Les dépôts consistent généralement en statues de particuliers placées en différents endroits du temple et qui bénéficient ainsi de l’aura du lieu, mais également de la fréquentation du temple par les officiants et les dévots.

  • 221 Verbovsek 2004. Voir aussi Zimmermann 1998, p. 95‑104 ; Málek 2000, p. 244‑254 et Postel (à paraîtr (...)
  • 222 Les éléments provenant de la terrasse du Grand Dieu relèvent d’une autre problématique.
  • 223 On aurait pu ici distinguer les monuments à vocation mémorielle de ceux qui sont associés à la sépu (...)
  • 224 U. Zimmermann inclut également dans son inventaire les statues issues du mastaba d’Isi à Edfou qui (...)

230Les statues de particuliers ont déjà fait l’objet d’un inventaire systématique pour le Moyen Empire et se retrouvent dans un grand nombre des temples égyptiens221. Il s’agit d’une pratique courante, attestée notamment à Éléphantine (temple de Satet et hout-ka de Héqaib), Louxor, Karnak (cour du Moyen Empire et temple de Mout), Médamoud (temple de Montou), Abydos (temple d’Osiris222), Médinet el‑Fayoum, et Memphis (temple de Ptah). À ces temples divins, il faut ajouter des monuments royaux à vocation mémorielle223 à Bubastis, Ezbet Rouchdi, Dahchour (temple de Snéfrou), Deir el‑Bahari (temple de Montouhotep II), et Saqqâra (temples d’Ounas, de Téti, de Pépy Ier et de Pépy II), qui s’apparentent au même processus224.

La localisation à l’intérieur des temples

231L’ensemble de cet inventaire rassemble environ deux cent cinquante éléments, mais leur contexte d’origine est malheureusement très souvent perturbé. Pour la localisation précise de ces dépôts, les monuments les plus significatifs ont été découverts in situ à Bubastis et à Ezbet Rouchdi ainsi que dans les temples funéraires royaux de Snéfrou et Pépy Ier.

  • 225 Farid 1964, p. 92‑94, pl. 5‑8 (la table d’offrandes reproduite sur la planche 2 n’est pas localisée (...)
  • 226 Adam 1959, p. 213‑215.

232À Bubastis, trois statues ont été découvertes dans la salle hypostyle de l’ensemble palatial de la fin de la XIIe dynastie, alignées le long du mur ouest, basculées sur leur côté gauche225. À Ezbet Rouchdi, c’est dans la salle hypostyle du temple que quatre statues de particuliers ont été découvertes226.

  • 227 Fakhry 1961, p. 3‑4.

233Dans le cas du temple funéraire de Snéfrou, à Dahchour, les éléments de culte privé ont été découverts dans un contexte perturbé, en raison d’une destruction volontaire des objets et de l’installation d’un atelier de débitage227. De nombreuses pièces sont très largement fragmentaires, mais il semble assuré néanmoins que ces statues et autels particuliers étaient déposés à l’origine dans la cour centrale, entre les pièces de magasins et le sanctuaire. La partie couverte semble avoir constitué un emplacement privilégié.

  • 228 Leclant 1976, p. 355‑359, avec plan de localisation p. 356. Le dossier des éléments du Moyen Empire (...)
  • 229 Inventaire MafS T‑0232.

234Le temple haut de Pépy Ier a livré un nombre important de monuments privés du Moyen Empire. La plupart d’entre eux ont été retrouvés hors contexte, dans des couches de déblais parfois liées aux activités des carriers. Plusieurs statues néanmoins ont été retrouvées dans la cour à portique qui précède le sanctuaire228. Il semble bien qu’il s’agisse là de leur emplacement d’origine, le long du déambulatoire sud. L’une d’entre elles en particulier, ayant appartenu à Séménékhouiptah229, était peut-être en relation avec une structure de briques crues, installée entre deux piliers et formant une sorte de pièce réservée, sans que l’on puisse distinguer si la petite pièce ainsi formée avait une fonction cultuelle ou de stockage.

  • 230 Noter cependant qu’au Nouvel Empire se développe un type particulier de statues, destinées à être d (...)
  • 231 Sur les « free-standing stelae » et les monuments comparables, voir notamment Vernus 1974, p. 102‑1 (...)

235Ces quatre exemples constituent des témoignages assez hétéroclites par leur chronologie et leur nature. Il est donc délicat d’en déduire un quelconque principe commun sur les lieux de dépôt des statues. Il faut se contenter ici de remarquer que les statues sont déposées dans les espaces les plus vastes. Il peut s’agir tantôt d’une cour, tantôt d’une salle à piliers. Il semble important de noter que ces statues sont alignées le long des murs, souvent les murs latéraux, et non de part et d’autres des portes. Il s’agit clairement d’espaces à l’intérieur du temple et non de lieux transitionnels. La cour ou la salle semble perçue dans sa globalité et ce n’est pas seulement la porte ou l’espace de circulation qui est pris en considération, mais plutôt l’étendue de l’endroit comme lieu de rassemblement des dévots230. Du reste, quelques monuments existent, gravés sur toutes leurs faces, qui ne pouvaient être déposés le long des murs et devaient se trouver répartis en divers endroits. Malheureusement, aucun monument de ce type n’a été retrouvé in situ231.

Les conditions d’accès

236L’analyse des titres mentionnés sur les documents découverts dans les temples permet de mettre en évidence différents profils de personnes ayant accès à ce type de dépôt.

  • 232 Farid 1964, p. 92‑93 ; Bakr et Brandi 2014, p. 108‑111, no 10.

237Tout d’abord, il peut s’agir des notables de la localité, comme dans les cas de Bubastis ou Ezbet Rouchdi. À Bubastis, parmi les trois statues découvertes, celle du nord, en quartzite, est la seule inscrite, aux noms et titres du défunt232. Khâkaourêséneb bénéficie d’un statut très élevé comme en témoignent ses titres de jry-pʿt et ḥȝty-ʿ. Il s’agit par ailleurs d’une personne importante au niveau local puisqu’il porte également les titres de ḥm-nṯr Bstt et jmy-r ḥmw-nṯr Bstt, en lien avec la divinité tutélaire de la ville. Le secteur cultuel du palais pourrait avoir été dédié à Aménemhat III plutôt qu’à Bastet, dont le temple se situe ailleurs. Dans cette hypothèse, c’est bien le statut de Khâkaourêséneb au sein de l’agglomération et non son rôle dans le temple qui lui aurait permis d’effectuer ce dépôt.

  • 233 Adam 1959, p. 213‑215.

238À Ezbet Rouchdi233, la première statue appartient à un ḥȝty-ʿ, jmy-r gs-pr, nommé Ânkhhor. La deuxième, appartenant à un certain Imény, présente des titres d’un niveau comparable : jry-pʿt, ḥȝty-ʿ, jmy-r ḥm(w)-nṯr. La troisième statue appartient à une personne d’un rang plus modeste dénommée Sénousret et qui porte le titre de scribe des recrues (sš nfrw). Enfin, une quatrième statue, pour un second Imény, donne les titres de jry-pʿt, ḥȝty-ʿ, ḫtmw bjty, smr wʿty, ḥry-sštȝ ḥwt-nṯr šmʿw, smȝ Ḥr ḥry-jb ʿḥ et jmy-r ḫtmt.

239Pour ces deux sites, la situation semble très proche avec une proportion importante de nomarques. À l’exception de Sénousret, qui est scribe des recrues, il s’agit de personnes du plus haut rang dans l’administration locale et on peut penser que c’est grâce à cette position élevée qu’ils ont eu la possibilité de déposer leur statue à l’intérieur même du temple de leur ville.

  • 234 Fakhry 1961, p. 15 (exc. 155), p. 15‑16 (exc. 131), p. 30 (exc. 111) et p. 79‑83 (exc. 100, deux me (...)

240Pour le temple funéraire de Snéfrou la situation est sensiblement différente. Les titres en relation explicite avec le culte de Snéfrou sont assez peu nombreux234, mais la plus grande part des titres religieux ou administratifs doit probablement être mise en relation avec le culte du pharaon.

  • 235 Fakhry 1961, p. 53‑55, pl. LXVIIa-c.

241La communauté résidant dans l’enceinte du temple bénéficiait probablement d’un statut privilégié pour le dépôt de monuments privés, mais il n’est pas exclu que d’autres personnes aient pu également y avoir accès. La seule mention explicite d’une institution extérieure est celle d’un jry ʿt n pr-ʿȝ (exc. 200235), titre assez ordinaire, qui n’indique pas une position particulièrement élevée. On serait tenté de considérer que les personnes extérieures au temple ne sont pas des personnalités locales, comme cela peut être le cas à Bubastis ou Ezbet Rouchdi, mais plutôt des personnes ayant un lien indirect avec le temple, professionnel ou familial, ou encore en raison d’une affinité particulière et personnelle avec le pharaon Snéfrou.

  • 236 En particulier Séménékhouiptah (Sḥḏ ḥmw-nṯr Mry-rʿ-Mn-nfr, statue in situ déjà évoquée), Pépyherkhé (...)
  • 237 Berger-el Naggar 1990, p. 93 ; Leclant 1997, p. 193‑198.
  • 238 Bloc inédit, inv. MafS T-0353+0453+1241.

242Dans le cas du temple funéraire de Pépy Ier à Saqqâra, on observe une situation spécifique qui associe des éléments d’une haute valeur hiérarchique et des aspects locaux, liés directement au culte funéraire du pharaon. Plus d’une dizaine de statues et statuettes, des tables d’offrandes, bassins et autels nous fournissent une liste importante de titres de prêtrise en rapport explicite avec la pyramide du pharaon236. Une relation directe transparaît aussi dans le titre jmȝḫw ḫr sȝ Rʿ Ppy, mentionné sur la statue de Ptahounénef237 et dans l’épithète ḥsy n mry-rʿ-mn-nfr sur un fragment d’autel238.

  • 239 Statue de Horemsaf (Leclant 1975, fig. 8‑9 ; Vernus 1976b, p. 137 ; Berger-el Naggar 1990), statues (...)
  • 240 Leclant et Berger 1996, p. 504‑506. Voir également Leclant 1990, p. 653‑655.

243Certains titres sont moins explicites mais révèlent peut-être un lien avec le temple du roi. En particulier, le titre jmy-r ḥwt-nṯr est présent sur au moins trois monuments239. Il peut s’agir de n’importe quel temple, mais il semble légitime de penser avant tout à celui de Pépy Ier. C’est le cas également pour les nombreux prêtres-ouab qui sont mentionnés sous forme de listes240.

  • 241 Vernus 1976b, p. 119‑138 ; Leclant et Berger 1996, p. 499‑506.
  • 242 Berger 1990 et Vernus 1976b, p. 137‑138.

244À la différence du temple de Snéfrou, il semble pourtant que ces dépôts ne soient pas dus à une communauté homogène, liée par une unité de résidence, mais qu’ils dépassent le cadre purement local. Les liens avec le pouvoir sont parfois importants et plusieurs individus attestés dans cette documentation sont des personnes influentes, à l’instar de Néferhor241, responsable de la divine offrande du temple de Ptah, ou de Horemsaf, dont les charges dans différents temples funéraires lui ont été attribuées directement par le fils aîné du roi Aménemhatânkh242.

  • 243 Pour une étude sur l’accessibilité des temples à partir du Nouvel Empire, voir Kruchten 1997, p. 31 (...)

245Il faut distinguer deux catégories de personnes ayant accès aux espaces intérieurs des temples. D’une part ceux qui occupent un poste en lien avec l’activité du lieu, liturgique ou administratif, voire résidentiel dans le cas du temple de Snéfrou, et ceux qui souhaitent faire un dépôt pour une autre raison et pour qui le lien avec le temple semble moins explicite. Ira documentation in situ semble indiquer pour cette deuxième catégorie un statut hiérarchique élevé, mais cette perception doit être nuancée si l’on considère l’ensemble des statues provenant de temples, qui témoignent d’une pratique très large, assurée par une population hétérogène. La rareté des découvertes in situ empêche malheureusement de préciser s’il existait ou non une hiérarchie des espaces à l’intérieur du temple, jouant éventuellement sur la proximité du sanctuaire, avec différents degrés de conditions d’accès243.

En milieu urbain

246Le culte funéraire trouve aussi des développements en dehors des nécropoles et des temples, qu’ils soient divins ou royaux. On peut ainsi relever des installations mémorielles en milieu urbain, directement en contexte d’habitat ou dans des installations cultuelles spécifiques.

Le culte domestique ou d’habitat

  • 244 Dans ce sens, les hout-ka ne constituent pas à proprement parler des installations domestiques dans (...)
  • 245 Sur les rites domestiques en général, y compris aux périodes plus tardives, on consultera Mota 2011 (...)

247On aimerait pouvoir affirmer que le culte funéraire s’opérait aussi en partie dans un contexte strictement domestique et qu’il existait, à l’image des cultes aux dieux lares de la civilisation romaine, des pratiques personnelles liées aux ancêtres de la famille et réalisées dans les espaces de vie et d’habitation privés244. Les attestations de ces rites sont pourtant très ténues et témoignent d’une pratique tout à fait secondaire245.

  • 246 Pour un aperçu d’ensemble des pratiques rituelles domestiques, cf. Ritner 2008, p. 171‑209 (en part (...)
  • 247 Vernus 1977, p. 155, n. 23.
  • 248 Meskell 2002, p. 92 ; Meskell 1999, p. 102 ; Lesko 2008, p. 200‑201 ; Harrington 2013, p. 65‑86.
  • 249 Pantalacci 2010, p. 349‑355. Voir également Valloggia 2004, fig. 176‑177.

248La plupart des témoignages de culte domestique relèvent des cultes divins et sont attestés essentiellement à partir du Nouvel Empire246, notamment à Amarna247 et Deir el‑Médina248. Du reste, il est souvent délicat de définir précisément la nature du culte rendu. Ainsi, à Balat, un lot d’objets a été retrouvé dans le palais des gouverneurs : une figurine représentant un demi taureau, en alliage cuivreux, faisait partie probablement d’un dépôt rituel comme simulacre d’offrande249. Le contexte ne permet malheureusement pas de définir la nature précise du culte, funéraire ou divin. Une mention du gouverneur Khentika, découverte à proximité, pourrait néanmoins faire pencher vers l’hypothèse d’un culte mémoriel.

  • 250 Soukiassian, Wuttmann et Pantalacci 2002, p. 150‑154 ; Le Provost 2013, p. 41, fig. 49.

249Quelques attestations sont plus explicites et permettent d’assurer que des rites domestiques étaient bien pratiqués (fig. 9). À Balat toujours, la troisième unité de service du palais a livré un lot de bassins à libations en tout point comparable aux dépôts que l’on retrouve en contexte de nécropole250. Cette travée est composée d’une boulangerie, mais aussi de pièces d’habitation. Le dépôt se situe dans le couloir 3, à côté de la porte qui permet d’accéder à l’espace résidentiel, du côté intérieur.

Fig. 9 – Troisième travée de service du palais de Balat avec localisation du dépôt de bassins (© IFAO, J.‑Fr. Gout).

250Il semble bien qu’il s’agisse ici d’un élément de culte et non d’un simple rangement des objets. L’angle formé par les deux murs est aménagé avec un soubassement composé d’un bloc de grès et de céramiques retournées, insérées dans le sol. Il y a donc bien un aménagement de cet espace en vue de déposer dessus les éléments cultuels.

  • 251 Ibid., p. 323‑325.

251Le dépôt est composé de trois bassins de pierre (un en grès et deux en calcaire) dont l’un est inscrit au nom de l’imakhou Khenmes251. Ces trois objets sont relativement simples mais malgré tout importants, notamment par leur épaisseur. Autour de ces trois bassins ont été dégagées près d’une dizaine de céramiques destinées aux offrandes et libations, plats circulaires ou ovales, moules à pain.

252Comme pour les nécropoles évoquées plus haut, il s’agit ici d’un lieu de passage et l’on imagine volontiers que le rite devait être réalisé de manière très simple, au passage des habitants de cette maison, qui pouvaient verser une libation sur les bassins d’offrandes ou déposer un récipient avec une offrande alimentaire.

  • 252 Adams 1998, p. 19‑30, en particulier p. 24.
  • 253 Pinch 2003, p. 445. L’auteur ne donne pas d’illustration et décrit l’objet par l’expression « “soul (...)

253À Abydos, les fouilles entreprises en 1991 sur le site de l’Ancien Empire et de la Première Période Intermédiaire ont permis de dégager un certain nombre de bâtiments d’habitation252. Le bâtiment 4 a été incendié durant la Première Période Intermédiaire et les débris des salles arrières ont été rejetés dans la cour. Parmi eux se trouvaient des jarres de grain et de figues ainsi qu’une table d’offrandes en calcaire. L’aspect perturbé du secteur ne permet pas de préciser l’exacte origine de cette table ni son utilisation, mais il semble raisonnable de l’associer à un culte funéraire domestique. Cette découverte est interprétée par G. Pinch comme un élément annonciateur du culte des ancêtres rencontré dans les habitats du Nouvel Empire253.

  • 254 Adam 1959, p. 218‑219, pl. 14b (photo de la table d’offrandes), 17 (plan).
  • 255 L’auteur du rapport envisage même l’éventualité d’un palais royal (ibid., p. 218, 225).
  • 256 Sh. Adam indique que ce monument est aujourd’hui détruit. Il semble avoir été anépigraphe.

254À Ezbet Rouchdi, la fouille aux alentours du temple du Moyen Empire a permis de dégager des structures d’habitation, contemporaines du temple qui se trouve environ 100 mètres à l’est254. Une table d’offrandes est mentionnée dans le rapport pour ce secteur, mais sa position exacte n’est pas précisée. Il est à noter qu’il s’agit dans ce cas d’une installation de qualité, par la taille et l’organisation de l’habitation, qui apparente les structures dégagées à un palais255. La table quant à elle est de très bonne facture, réalisée en albâtre, matériau réservé généralement aux plus hauts dignitaires256.

  • 257 Lauffray 1980, p. 47‑48 ; Azim, Lauffray et Debono 1980, p. 160‑161 ; Debono 1982, p. 377‑381 ; Mil (...)

255Le site de Karnak a livré, entre les pylônes IX et X, une série d’objets qui relèvent peut-être de pratiques cultuelles domestiques. La fouille, encore en cours d’analyse, a dégagé un certain nombre de structures simples qui pourraient être des habitations. L’auteur du rapport préliminaire mentionne « de nombreux fragments de tables d’offrandes en terre cuite »257. Ces plateaux d’offrandes, précurseurs des « maisons d’âme », constituent une forme rudimentaire et moins onéreuse de la table d’offrandes en pierre. Habituellement déposées en contexte de nécropole, il n’est pas impossible qu’elles aient été utilisées également en contexte d’habitat dans le cadre de rites domestiques. Dans ce cas cependant, il n’est pas exclu que l’on ait affaire ici à un atelier de fabrication.

  • 258 Legros 2015. Voir aussi les remarques de Bourriau 1991, p. 13.

256Mentionnons enfin quelques découvertes de statuettes de terre crue en contexte d’habitat, en particulier à Edfou et Éléphantine, mais l’interprétation de ces documents demeure aujourd’hui trop incertaine258.

257Ces quelques témoignages sont malheureusement très lacunaires et ne permettent pas d’établir de généralisation sur l’existence de cultes funéraires en contexte domestique. La rareté des habitats dégagés, en raison du hasard et des priorités de fouilles, ajoute encore à la difficulté de ce type d’analyse. Néanmoins, l’exemple du palais des gouverneurs à Balat apporte la certitude que cette pratique existait. Le développement de pratiques domestiques durant le Nouvel Empire invite à penser que des éléments précurseurs ont pu apparaître antérieurement, certainement à partir de la Première Période Intermédiaire, et parfois dès la VIe dynastie.

La localisation des chapelles privées

258L’agglomération est aussi le lieu privilégié d’installations plus importantes, les hout-ka. Il ne s’agit pas d’un type de chapelle exclusivement urbain, puisque plusieurs sont attestées en nécropole, mais la localisation de ces dernières renvoie à d’autres problématiques. Si l’on considère dans un premier temps uniquement les chapelles en dehors des nécropoles, on peut s’interroger sur leur implantation dans le tissu urbain et la relation qu’elles entretiennent avec les bâtiments environnants.

  • 259 Il est question ici essentiellement des chapelles de ka telles qu’elles se développent à partir de (...)
  • 260 Plan général dans Soukiassian 2013, p. 13.

259Les chapelles se retrouvent essentiellement en dehors du cadre domestique à proprement parler dans la mesure où elles constituent un bâtiment à part entière dont la vocation est exclusivement cultuelle259. Les deux exemples les mieux documentés, à Balat et Éléphantine, témoignent d’une intégration réfléchie au tissu urbain. Dans le cas de Balat, les sanctuaires forment une entité à part entière, mais étroitement associée à l’ensemble palatial adjacent260. Les sanctuaires 1 à 3, bien que construits à des périodes différentes, occupent un espace clairement délimité par des murs qui cantonnent les chapelles et leurs dépendances dans un « quartier » de l’agglomération, conçu comme une extension des structures préexistantes au nord et à l’est (palais et habitations). La proximité avec le palais est grande et les liens sont étroits, mais il semble pourtant clair que les deux entités forment des éléments distincts. En cela, ces sanctuaires ne s’apparentent pas exactement aux éléments de cultes domestiques.

  • 261 Ibid., p. 85‑88.
  • 262 Sur les sanctuaires est, découverts récemment, voir Soukiassian 2013, p. 5‑24.

260L’intégration au tissu urbain est encore délicate à définir dans le cas des autres sanctuaires, en raison de l’état d’avancement de la fouille et de la de conservation variable des vestiges. Le sanctuaire 4, au nord, semble reprendre en partie des structures préexistantes. Il fait néanmoins partie d’une première extension clairement délimitée par d’épais murs d’enceinte261. Le sanctuaire de Médounéfer occupe lui aussi un espace préalablement bâti, dans la zone sud. Il semble associé à un vaste espace de magasins et n’entre pas non plus en relation directe avec des structures d’habitat262.

  • 263 Pour des plans de localisation dans le tissu urbain, voir von Pilgrim 1996, p. 149‑158 ; von Pilgri (...)

261À Éléphantine, deux chapelles ont été clairement identifiées sur le site, celle de Héqaib et celle de Sébékemsaf263.

  • 264 Von Pilgrim 2001, p. 167, n. 24 ; Kaiser 1998, p. 53.

262La chapelle de Héqaib est nettement autonome, puisqu’elle constitue à elle seule un bâtiment détaché des structures voisines. Elle est rattachée administrativement à d’autres institutions proches (le palais des gouverneurs, le temple de Satis), mais elle constitue un bâtiment indépendant, sans même être associée à des structures de magasins ou de boulangerie comme c’est le cas à Balat. Plusieurs constructions ont été ajoutées ultérieurement au nord du bâtiment, interprétées comme des maisons de prêtres, mais la répartition des activités en fonction des espaces est suffisamment marquée pour éviter toute confusion264.

  • 265 Von Pilgrim 1996, p. 149.

263En avant de la chapelle de Héqaib, celle de Sébékemsaf constitue elle aussi un bâtiment indépendant, conçu comme tel265. Il s’insère dans un bloc, associé à cinq maisons, mais aucune relation fonctionnelle ne peut être établie entre les différents éléments.

  • 266 Cette hypothèse est présentée par Dorn 2005, p. 135‑136. Voir aussi les remarques de Fr. Junge in K (...)

264Les éléments découverts dans la maison 2 du palais sont en lien avec une pratique cultuelle mémorielle, mais il reste délicat d’assurer qu’il s’agissait là du lieu de culte à proprement parler266. Cette interprétation peut être prise en considération, mais il ne faut pas exclure pour autant l’éventualité d’une simple pièce d’entrepôt pour les objets du culte. En outre, les coffres qébeh, qui constituent l’élément original de ce dépôt, étaient destinés à une utilisation lors de processions, et donc, par principe, en dehors du bâtiment. L’état de conservation très mauvais de ce bâtiment ne permet plus de définir la fonction des quelques pièces conservées, ni d’assurer la présence d’une chapelle. L’existence d’un établissement cultuel à l’intérieur même du palais semble garantie par l’inscription de la porte, sur laquelle sont représentés des porteurs d’offrandes, mais la localisation précise de cette chapelle, comme l’indique A. Dorn, reste « largement spéculative ».

265Il ressort de l’ensemble de cette documentation que les chapelles de ka semblent avoir fonctionné comme de petits temples autonomes, répartis dans les agglomérations en différents endroits, parfois associés ou regroupés dans certains secteurs, mais sans caractère contraignant.

266D’autres chapelles de ka en contexte urbain sont connues par la documentation épigraphique sans que l’on sache exactement où se trouvait le bâtiment. Les différents textes où ces mentions apparaissent évoquent cependant la situation globale du monument et le rattachent parfois à d’autres structures.

  • 267 Newberry 1893, p. 57, pl. 24‑25 ; Lloyd 1992, p. 21‑36.
  • 268 Voir également l’inscription lacunaire de la tombe de Djéhoutynakht à Deir el‑Bercha, qui mentionne (...)

267Dans son inscription de Béni Hassan, Khnoumhotep II mentionne plusieurs chapelles267. Concernant la chapelle de son père, il évoque clairement un contexte urbain : « Mon père a fait pour lui-même une hout-ka dans la ville de Mcrnéfert en bonne pierre d’Ânou » (col. 173‑175 : jr.n n.f jt.j ḥwt-kȝ m Mr-nfrt m jnr nfr n ʿnw). Pour évoquer sa propre chapelle, il évoque la restauration d’un bâtiment à l’intérieur de sa ville (col. 193 : jr.n(.j) (m) mnw.j m ẖnw n njwt.j[…])268.

  • 269 Urk. I, 302‑303, cf. Goedicke 1967, p. 206.
  • 270 Simpson 1972a, p. 169‑175. La provenance du monument n’est pas complètement assurée et l’auteur hés (...)

268Certaines chapelles semblent directement liées à un temple divin, voire construites à l’intérieur de celui-ci. À Coptos, le décret K269 se réfère à plusieurs chapelles en faveur de Chémaï. L’une d’elles est installée dans le temple de Min (ḥwt-kȝ nt ḏt ntt m [ḥwt-nṯr] nt Mnw Gbtyw). À Farag également, une inscription du nomarque de la XIIe dynastie Sahathornéhy mentionne une hout-ka sur le côté sud du temple (ḥwt-kȝ tn nt ḏt m ʿȝ rsy n ḥwt-nṯr)270.

  • 271 Le terme ḥwt-kȝ peut également désigner le serdab d’une tombe (Junker 1938, p. 118‑119 ; Blackman 1 (...)

269Ces deux exemples invitent à considérer que les chapelles de ka ne constituent pas systématiquement des bâtiments tout à fait indépendants, mais qu’elles peuvent aussi faire partie d’un ensemble plus vaste, ici un temple divin. L’absence de vestiges archéologiques empêche malheureusement de préciser si l’élément désigné comme une hout-ka était un bâtiment installé dans l’enceinte du temple ou une simple pièce réservée dans le bâtiment principal271.

270De manière générale, il semble important de souligner que la construction d’une hout-ka en contexte urbain est un événement urbanistique fort en cela qu’elle marque le paysage et structure une partie de l’agglomération. Dans le cas de Balat, la construction des trois chapelles principales est à l’origine de toute une extension de la ville. À Éléphantine, les hout-ka de Héqaib et Sébékemsaf sont clairement implantées le long de deux axes majeurs de la ville, là aussi en lien possible avec une extension de l’agglomération, puisque le cœur initial, avec la forteresse, se trouve plus au sud. Au-delà des aspects purement rituels, l’établissement d’une chapelle de ka joue donc un rôle essentiel dans la mise en valeur du culte funéraire de son bénéficiaire, grâce à la monumentalisation du lieu culte au cœur même de la ville et par la modification du cadre de vie des contemporains.

Le choix du lieu comme stratégie économique et sociale

  • 272 Voir le plan général, annexe 2, fig. 21.
  • 273 L’installation du complexe d’Ânkhnespépy II dans la seconde série, malgré l’importance de cette rei (...)
  • 274 Des considérations chronologiques sont à prendre en compte, tous les monuments n’ayant pas été cons (...)

271La centralisation des nécropoles est un facteur déterminant dans la disposition des sépultures, notamment pour les nécropoles les plus simples, c’est-à-dire où un élément unique se distingue des autres. Si Ton prend l’exemple de la nécropole de Pépy Ier, les pyramides secondaires s’organisent clairement autour de la pyramide du pharaon272. Les sépultures des reines ou des notables se développent en cercles plus ou moins concentriques, avec une première série de complexes alignés le long de l’enceinte royale (Noubounet, Inének, le complexe anonyme Svv, Méhaa, Béhénou) et une seconde série installée plus loin (Mérétites, Ânkhnespépy II273 Ânkhnespépy III). La proximité spatiale entre les sépultures reflète alors sans doute la proximité sociale entre les individus274.

  • 275 Supra, p. 45.

272Un phénomène de polarisation se développe en revanche dans les nécropoles où la prééminence est disputée entre plusieurs structures au statut équivalent275. Dans le cas de répartitions multipolaires, la hiérarchisation des espaces est plus complexe : chaque pôle jouit d’une importance variable et structure autour de lui des secteurs hiérarchisés sur plusieurs niveaux. C’est le cas par exemple à Balat, où chaque mastaba constitue un pôle spécifique au sein de la nécropole. Chaque sépulture de gouverneur structure autour d’elle un certain nombre de secteurs hiérarchisés. Sur l’ensemble de la nécropole, plusieurs secteurs de niveau équivalent peuvent se trouver répartis autour des différentes structures phares.

  • 276 Voir par exemple l’organisation qui apparaît dans le cimetière nord de Téti (Kanawati et Abder-Razi (...)
  • 277 Firth et Gunn 1926, p. 42, pl. 17, 51.

273Dans les nécropoles les plus développées, on observe une imbrication des deux principes. On constate alors une centralisation générale, autour d’un élément principal, par exemple une pyramide royale et, à l’intérieur des zones concentriques, des éléments de polarisation qui structurent les différents secteurs. Ainsi, dans la nécropole de Téti, la disposition des grands mastabas reflète l’importance de leur propriétaire276. Ceux de Mérérouka et Kagemni, pour ne citer que les plus célèbres, sont les plus proches de la pyramide de leur maître et les autres structures, dans les rangées plus au nord, appartiennent à des personnes moins influentes. Il s’agit donc d’un dispositif général centralisé autour de la pyramide royale. En revanche, les mastabas du premier cercle jouent un rôle polarisant pour des installations secondaires, inhumations ou chapelles, dont l’importance est bien inférieure. L’implantation de celles-ci dépend du mastaba et non de la pyramide, ce qui va à l’encontre d’une logique purement concentrique dans la répartition des monuments et permet d’envisager une distribution à la fois multipolaire et hiérarchisée. Si Ton considère par exemple la chapelle de Khénou277, elle se trouve en relation directe avec le mastaba de Mérérouka, sur lequel elle s’appuie. La relation est d’autant plus claire qu’il s’agit d’un des fils de Mérérouka, mentionné et représenté dans le tombeau paternel. Cette chapelle, installée contre la face sud du mastaba, est de fait plus proche de la pyramide que le mastaba lui-même. La proximité avec la pyramide royale n’indique plus une prééminence de statut liée à l’organisation concentrique générale de la nécropole. C’est bien le mastaba de Mérérouka qui joue le rôle structurant au sein du secteur, même si le secteur dans son ensemble est valorisé par sa position à proximité de la pyramide.

274Quelle que soit la logique de répartition propre à chaque nécropole, concentrique ou multipolaire, le système de base est celui du rapprochement hiérarchique vers le haut, où chaque individu cherche à se placer à proximité d’un plus grand que lui.

275Il s’agit en premier lieu de reproduire dans la nécropole le tissu social qui liait les individus de leur vivant afin de marquer la continuité entre les deux mondes. Les aspects matériels entrent également en compte et le cheminement de l’offrande, par le système du virement, devait de la même manière rayonner autour d’un élément central.

276Pour rendre leur culte funéraire remarquable et sortir de la condition parfois modeste dans laquelle ils se trouvent, les particuliers développent deux stratégies opposées, mais parfois complémentaires : le rapprochement vers d’autres cultes, pour associer les efforts individuels, et la démarcation pour renforcer leur originalité.

277Tout d’abord, le principe du rapprochement permet d’associer des structures individuelles dont la présence cumulée fournit un ensemble plus important et occupe ainsi dans le paysage funéraire une place qui sort de l’ordinaire. Le principe de l’union apparaît de manière réfléchie et organisée dans un certain nombre de cas et semble prendre un essor particulier à partir de la VIe dynastie. Il s’agit par exemple des sépultures collectives ou des pr-ḏt, pour lesquelles les ensembles constituent des éléments imposants, voire structurants pour la nécropole, mais dont chaque sépulture individuelle n’aurait sans doute pas atteint le même degré d’élaboration. C’est le cas également pour certaines chapelles collectives, ou pour les smyt, qu’il s’agisse de chapelles ou de sépultures.

  • 278 Sur le rapport au groupe et la mémoire collective, cf. Assmann 2010, p. 36‑37.
  • 279 Franke 1994, p. 130.

278Ces associations permettent surtout de renforcer l’existence du groupe social278. En tant que tel, le culte mémoriel s’élabore dans une relation de groupe à groupe et non plus dans un rapport purement individuel279. La communauté des officiants s’en trouve donc élargie.

  • 280 Le critère de la table d’offrandes à plusieurs pains, bien qu’en bordure de sériation, ne semble pa (...)
  • 281 Annexe 2, fig. 23b ; Leclant et Clerc 1993, pl. 15, fig. 14.
  • 282 Annexe 2, fig. 30 ; Legros 2010a, p. 167 et fig. 12.
  • 283 Pour comparaison, la table d’offrandes de la reine Oudjebten mesure 1,4 m dans sa plus grande dimen (...)

279L’association de plusieurs individus permet également de réaliser des monuments plus importants. Si l’on considère par exemple les tables d’offrandes, les monuments les plus remarquables sont souvent destinés à plusieurs individus, avec une succession de pains et de bassins répartis entre les différents bénéficiaires280. La taille même de certaines de ces tables les rend tout à fait exceptionnelles. La table Sc-193281 par exemple, est destinée à huit personnes et mesure 76 cm de long ; la table Sw-295282, qui mentionne cinq personnes, mesure plus de 1,2 m ! De telles dimensions ne sont rendues possibles que par l’association des bénéficiaires et aucun d’eux, individuellement, n’aurait pu acquérir un monument aussi important, quasiment de taille royale283.

  • 284 Sur l’étendue chronologique des dépôts, cf. supra, p. 29.

280L’association cultuelle de plusieurs individus n’est pas toujours le fait d’une initiative concertée à l’origine d’un projet commun. Elle peut résulter également de l’accumulation progressive d’éléments individuels. Dans le cas des tables d’offrandes placées devant les portes des complexes royaux, c’est l’importance du dépôt en tant que lot qui doit alors être considérée284. Ainsi, les tables déposées devant la porte d’Inének/Inti constituent des éléments remarquables par leur appartenance à un ensemble d’une ampleur sans équivalent pour ce type de dépôt. Prises individuellement, elles redeviennent ordinaires et même, pour certaines d’entre elles, d’un intérêt limité. Il ne s’agit pas là d’une véritable association, mais plutôt d’un ajout à des éléments préexistants. Le particulier qui dépose un monument dans ce type de contexte vient lui-même enrichir le lot de tables, mais il entend bénéficier à son tour du caractère remarquable de l’ensemble constitué. Là encore, c’est sans doute l’activité constatée d’un secteur qui est perçue comme une garantie supplémentaire de la pratique des rites.

  • 285 Sur les efforts de singularisation dans les autobiographies de particuliers, voir Vernus 1995, p. 8 (...)

281Le rapprochement, l’association et la mise en commun de supports cultuels présentent pourtant un risque majeur pour la bonne tenue du rituel et la perpétuation de la mémoire personnelle. L’individu qui s’insère dans un système plus large risque en effet de voir son propre culte perdu au milieu d’une masse d’objets, de supports ou de rites, qui le rendent anonyme et portent atteinte à une part de son identité. C’est pour lutter contre cet anonymat collectif que des stratégies de démarcation sont mises en œuvre et jouent à différents niveaux285.

  • 286 Richards 2005, p. 60, 176.
  • 287 Sur le rôle des pyramides satellites, voir Shafer 1998, p. 9‑10.
  • 288 Supra, p. 54.

282Il peut s’agir de l’ouverture d’une nouvelle nécropole ou d’un nouveau secteur au sein d’une nécropole préexistante. C’est le cas par exemple des cimetières provinciaux autour d’Éléphantine ou dans le nome thinite286. Dans le cas de dépôts plus occasionnels, tables d’offrandes, stèles, statues, c’est le caractère atypique du lieu d’installation qui les rend remarquables et les distingue des dépôts plus importants, mais plus communs. Ce genre de situation se retrouve dans la nécropole de Pépy Ier avec la petite chapelle installée contre la pyramide satellite287 ou encore les quelques tables gravées dans le dallage le long de l’enceinte ouest du complexe d’Inének288.

  • 289 Sur la référence à des archétypes, cf. Vernus 1995, p. 47‑49.
  • 290 Sur la recherche d’originalité dans un maintien des conventions, voir Vernus 2010, p. 67‑115 et 201 (...)

283La mise en valeur joue sur l’originalité de l’installation par rapport aux pratiques du moment. Cette différentiation peut ou non être suivie par d’autres individus qui reproduisent alors le même processus et en font un nouveau modèle289. L’essor des nécropoles rupestres provinciales, à partir de la fin de la Ve dynastie, relève en partie de ce phénomène et permet aux secteurs nouvellement développés de devenir les lieux essentiels de l’espace funéraire de l’agglomération. Celui qui, le premier, a inauguré ce nouveau lieu d’installation se trouve confronté éventuellement au même processus d’anonymat collectif qu’il cherchait à éviter car d’autres sépultures s’implantent à proximité et reproduisent le phénomène d’association. Son tombeau demeure néanmoins un élément de référence et structure l’organisation du nouveau secteur autour de lui, lui conférant ainsi un statut particulier qui le maintient dans une situation privilégiée290.

  • 291 Sur ces inscriptions, voir la publication d’E. Edel (1975).

284La question de la visibilité du défunt est sans doute essentielle à la compréhension des stratégies mémorielles. Cette visibilité peut passer par la participation, plus ou moins directe, à des rites collectifs, comme c’est le cas pour les processions abydéniennes. L’intégration individuelle à une pratique communautaire apparaît également sur certains sites remarquables, comme la nécropole de Qoubbet el‑Haoua, où les inscriptions hiératiques sur les vases témoignent de réseaux complexes et d’échanges importants dans les relations sociales de la localité291. Il peut s’agir également d’une visibilité plus « passive », qui joue sur l’intégration à un système ou un lieu emblématique : on pense par exemple aux inscriptions rupestres auxquelles, à priori, aucune manifestation régulière n’est associée, mais qui permettent aux personnes mentionnées de développer leur présence, et par là d’être visibles, dans un contexte spécifique qui leur semble favorable.

  • 292 L’évolution générale des mastabas sur l’ensemble de l’Ancien Empire répond peut-être à ce type de p (...)
  • 293 Parmi les causes régulièrement avancées pour expliquer l’abandon des cultes mémoriels se trouve la (...)
  • 294 Cette diversification débute bien sous l’Ancien Empire et non sous le Moyen Empire comme il a été d (...)

285Ce principe originel incite les particuliers à se rapprocher des centres influents et à multiplier les lieux de leur propre culte mémoriel. Pour augmenter l’importance de son culte, un individu dispose de plusieurs possibilités. Il peut déjà prévoir des installations de plus grande taille : une tombe plus grande, plus belle292, de plus nombreux ou plus grands domaines pour les offrandes, etc. L’idée selon laquelle un culte initial plus important permet une longévité en conséquence a probablement joué. Les possibilités de cet ordre se révèlent pourtant insuffisantes et la capacité de la plupart des particuliers trouve rapidement ses limites : l’investissement personnel dans l’organisation du culte funéraire devait être tout à fait important et son poids économique lourd pour un particulier. En outre, l’augmentation quantitative ne supprime pas les causes de l’abandon, qui demeurent identiques et continuent à opérer293. Plutôt que d’augmenter la taille des structures traditionnelles liées à la sépulture, c’est donc plutôt dans le sens de la diversification que se développent les cultes à partir de la VIe dynastie : diversification des personnes sollicitées et des supports294, mais aussi des lieux.

  • 295 Alliot 1935, p. 35, no 20 ; Alliot 1938, p. 111, no 27. L’association est déjà mentionnée dans De M (...)

286La multiplication du culte en différents lieux participe à l’augmentation quantitative des supports de rites, mais elle permet aussi d’organiser ce développement dans certains buts particuliers. Cette diversification constitue une multiplication des chances de voir le culte pratiqué. Le bénéficiaire des monuments peut espérer que, sur l’ensemble des dépôts, tous ne seront pas abandonnés et que certains permettront au culte de perdurer. Un certain Kéméhou par exemple dispose d’une chapelle à Abydos (ANOC 48), mais également d’une stèle dans le mastaba d’Isi à Edfou295, ces deux installations venant s’ajouter au dispositif principal, qui devait se trouver au niveau de sa tombe.

  • 296 Sur les pèlerinages, cf. Yoyotte et al. 1960, p. 17‑74 ; Volokhine 1998, p. 65‑68 ; Volokhine 2013a (...)

287La multiplication des supports cultuels permet encore de toucher un nombre plus important de personnes et non plus seulement ceux qui venaient spécialement sur la sépulture. Le défunt se rapproche de différents groupes sociaux auxquels il n’appartient pas nécessairement et qui deviennent des acteurs potentiels de son culte. Ainsi, un individu quelconque qui dépose une table d’offrandes à l’entrée d’un complexe de reine se met en relation avec tout le personnel qui a accès au complexe, sans qu’il ait eu nécessairement de contacts avec eux de son vivant. De la même manière, il peut s’agir de personnels affectés à un temple divin, de passants circulant dans telle rue de la nécropole ou de dévots venus en pèlerinage296.

288Enfin, cette diversification des supports de culte, en multipliant les rapprochements avec d’autres matrices sociales ou symboliques, permet au bénéficiaire de surpasser sa condition ante-mortem. La tombe occupe le plus souvent une place qui témoigne du statut de son propriétaire et de son intégration à différents groupes sociaux et familiaux. Le dépôt d’une table d’offrandes devant le complexe d’une reine, en revanche, permet à son propriétaire de se rapprocher de la sphère royale et institutionnelle dont il ne faisait pas forcément partie de son vivant. Du moins, l’association des particuliers avec la reine de leur vivant n’est pas avérée et il est significatif qu’aucun monument privé découvert dans ce secteur ne mentionne un titre administratif ou de prêtrise en relation directe avec l’un des complexes. Les dépôts dans les temples, quant à eux, profitent d’une aura sacrée qui relève cette fois de la sphère du divin, dans un cadre religieux plus large, mais dont l’importance est considérable concernant les questions funéraires.

  • 297 Tallet 2006, p. 20‑21.

289La multiplication des lieux de cultes et des supports de rites vise à développer les opportunités de pratiques pour assurer une réalisation effective minimum. Toutes les éventualités semblent prises en compte, et les particuliers ne négligent aucun élément qui pourrait participer à leur survie dans l’au-delà, même d’une manière ponctuelle ou secondaire. Peut-être faut-il considérer sous cet angle le petit mémorial découvert à Ayn Soukhna297 dans lequel les participants aux expéditions procédaient à des rites en faveur de leurs semblables.

  • 298 Hypothèse formulée par Maspero 1912, p. 376‑377.

290Il est possible en outre que cette ouverture en d’autres lieux que la tombe corresponde à un changement des conceptions funéraires : dans un premier temps, l’âme serait perçue comme indissociable de la sépulture et ce n’est qu’à partir de la fin de l’Ancien Empire qu’elle pourrait s’en détacher pour voyager dans le monde des morts298.

291Les pratiques réelles liées aux petits monuments déposés en divers endroits ne sont pas toujours garanties. Il est possible que certaines statues ou stèles étaient déposées essentiellement pour marquer la présence de l’individu, sans rite spécifique organisé et institutionnalisé. Ceux-ci sont toujours possibles, mais la présence à elle seule du monument constitue sans doute un élément essentiel qui participe de l’existence de son propriétaire. Que le culte soit rendu ou non sur le monument, son dépôt associe le défunt aux éléments environnants et le fait exister dans le lieu choisi.

292Le développement d’installations de culte en contexte urbain témoigne sans doute d’objectifs spécifiques, liés à la diminution des contraintes inhérentes à la réalisation des rites. Au moins à partir de la VIe dynastie, avec la construction des hout-ka de particuliers, les installations cultuelles urbaines limitent la longueur des déplacements et permettent de pratiquer des rites sans avoir à se rendre dans la nécropole. Il ne s’agit sans doute pas du seul élément déterminant dans l’essor des installations urbaines, mais le rapprochement spatial des lieux de culte avec la population devait sans doute resserrer les liens physiques et symboliques entre les deux communautés des morts et des vivants pour favoriser des contacts plus réguliers. Sur le site d’Éléphantine, le déplacement de la nécropole sur la falaise de Qoubbet el‑Haoua, au début de la VIe dynastie, engendre un éloignement entre la ville et la nécropole. Le danger d’une fréquentation moindre, inhérent à cette nouvelle localisation, est compensé par l’établissement des hout-ka au centre de la ville, justement à partir de la même période. La multiplication des dépôts de statues dans les temples à partir du Moyen Empire répond sans doute à des considérations similaires et permet là aussi de rapprocher les acteurs du rite.

  • 299 Sur la place du temple comparée à celle des complexes royaux, voir les remarques de Kruchten 1997, (...)

293Il y aurait ainsi une évolution en trois temps : le culte est d’abord cantonné à la sépulture. Ensuite, il se développe en contexte urbain, dans les chapelles de particuliers réservées aux personnes les plus influentes et dans les temples funéraires royaux. Enfin, les dépôts en milieu urbain s’étendent à une population plus large en investissant les temples divins299.

294Pour faciliter les pratiques, on épargne ainsi au dévot de se déplacer jusqu’à la nécropole où se trouvent les supports du rite, sépulture, table d’offrandes ou stèle. Désormais, c’est le bénéficiaire du culte qui entreprend la démarche de rapprocher ses monuments de la communauté des vivants. Fondamentalement, la structure et la nature des cultes mémoriels s’en trouvent modifiées dans la mesure où il s’agissait jusque-là d’une pratique essentiellement extérieure à l’agglomération. Le dévot devait faire la démarche d’entrer en contact avec la communauté des morts, en se déplaçant vers une zone extérieure à son cadre de vie. Désormais, les contacts sont réciproques et l’interpénétration des deux communautés est complète : le lien social entre vivants et morts s’en trouve renforcé. En un certain sens, le défunt devient l’acteur de son propre culte. Il réduit ainsi une part de la dépendance qui le lie à l’officiant.

Notes

8 On peut estimer à environ trois cent cinquante ans l’intervalle entre les règnes de Djoser et Téti (Beckerath 1997, p. 187‑188).

9 Richards 2005, p. 78‑79, 133‑136. Par sa dimension sociale, la nécropole correspond bien à la définition de « paysage funéraire » telle que proposée par Daróczi (2012).

10 Sur le statut de la tombe et sont rôle de préservation du corps, cf. Assmann 2003, p. 143‑144. Pour la tombe comme élément de visualisation, cf. ibid., p. 535‑538.

11 Pour une introduction à la notion de paysage religieux voir Scheid et Polignac 2010.

12 Meskell 2002, p. 211, 231.

13 Sur l’évolution de la région memphite, voir Málek 2000, p. 243‑244 ; Love 2003, p. 79‑82 ; Knoblauch 2012, p. 273‑278. Sur la notion de capitale, cf. Franke 2003b, p. 1‑11.

14 Sur la sacralisation du pharaon, voir Meeks 1988, p. 430.

15 Sur l’importance des supports dans le contact de l’individu au sacré, voir Vernus 1977, p. 145.

16 Love 2007, p. 1179‑1180.

17 Sur l’entretien des complexes royaux de l’Ancien Empire, voir Posener-Kriéger 1980, p. 83‑93. Sur les restaurations au Moyen Empire des complexes antérieurs, voir infra, p. 146.

18 Baud 1999, p. 170‑183.

19 Sur le virement d’offrandes en lien avec les complexes funéraires royaux, voir Shafer 1998, p. 12‑13. Pour Illahoun et le temple de Sobek, voir Borchardt 1902‑1903, p. 113‑117. Sur les offrandes en provenance du temple de Ptah, pour la nécropole de Saqqâra, voir les remarques de Vernus 1976a, p. 138. Sur les virements en provenance des temples divins, voir les remarques de Moreno García 2005, p. 227, n. 79. Pour la localisation du temple de Ptah à Memphis, voir Málek 1997, p. 90‑95.

20 Alliot 1938, p. 117‑118.

21 L’hypothèse d’une attribution à titre posthume a également été formulée (Franke 1994, p. 136, n. 407).

22 Vercoutter 1992, p. 319.

23 Sur la relation entre la réorganisation administrative et le développement des tombes provinciales voir Moreno García 2010, p. 135‑136.

24 On retrouve peut-être une situation analogue pour Ouni : on lui connaît désormais deux sépultures, l’une à Abydos, l’autre à Saqqâra (Collombert 2015). L’ordre chronologique de ces deux sépultures n’est pas clair en l’état actuel de nos connaissances.

25 Donnat et Moreno García 2015, p. 189.

26 Voir les remarques de Berger-el Naggar 2005, p. 18.

27 Vernus 1977, p. 144.

28 Habachi 1985, p. 61‑64 (no 36), pl. 100‑102.

29 Habachi 1985, p. 62‑64 et id. 1969, p. 177‑183. Voir également Handoussa 1987, p. 101‑105.

30 Voir en annexe les dédicaces 19 et 108.

31 Habachi 1985, p. 74‑76 ; Franke 1994, p. 51‑55.

32 Sur ce titre, cf. Ward 1982, p. 29, no 205.

33 Urk. I, 118, 14.

34 Allen (J.P.) 2006, p. 13.

35 Cet attachement au pays natal est renforcé par le rejet de ce qui est étranger, plus explicitement exprimé à partir du Nouvel Empire (Assmann 2003, p. 268‑271). Voir aussi le conte de Sinouhé (Grandet 1998, p. 25, 27).

36 Sur trois autres mentions de la localité dans les souhaits d’enterrement (deux mentions d’Abydos et une de Hébénou), voir Brovarski 1994a, p. 105‑106.

37 Raue 2005, p. 17.

38 Plan général dans Kaiser et al. 1982, planche en vis-à-vis de la p. 272.

39 Pour un plan général de cette nécropole, voir Vischak 2006, p. 414.

40 Vischak 2006, p. 122 ; Edel 1984, col. 54 ; Dorn 2005, p. 131.

41 Sur la question de la visibilité des sépultures, voir également l’exemple de Kôm el‑Momanien, où la tombe de Chémaï est établie sur un monticule qui devait la faire ressembler à une île au moment de l’inondation, accessible uniquement par bateau puis via une chaussée de près d’une dizaine de mètres (Gilbert 2004, p. 78‑79).

42 Sur la datation de cette tombe sous le règne de Pépy Ier ou celui de Pépy II, cf. Brovarski 1994b, p. 24‑28.

43 O’Connor 1992, p. 89‑90.

44 Brovarski 1989, respectivement p. 305‑310 et 381‑386.

45 Sur les nomarques pendant les dynasties IX et X, voir Brovarski 1989, chapitre X, p. 418‑510.

46 Sur les procédés de démarcation, cf. Vernus 1995, p. 62, 115 ; Vernus 2010, p. 67‑115.

47 Stèle Caire, JdE 35256, éditée avec de nombreuses corrections par Leahy 1989, p. 41‑60. Pour la datation controversée de ce monument, voir en particulier p. 46‑49. Voir depuis Pouls Wegner 2002, p. 419‑421, avec compléments bibliographiques.

48 Sur le sens de ce décret et, de manière générale, les capacités d’accès à différents endroits, voir infra, p. 48.

49 Leahy 1989, p. 46 (t).

50 O’Connor 1985, p. 164, n. 9, qui réfute ici l’opinion de W.K. Simpson (1976, col. 389‑390).

51 Simpson 1974, p. 2‑4, 11, repris par Pouls Wegner 2002, p. 107. Voir également Richards 2005, p. 38‑39 et Postel (à paraître).

52 Sur la lecture ʿrryt plutôt que wʿrt, cf. Hannig 1995, p. 150.

53 Simpson 1974, p. 13.

54 Barbotin 2005, p. 145‑147.1. 14‑15.

55 De même sur CGC 20153, avec les districts wʿrt nbt ḥtpt et wʿrt nbt ḏfȝw (Simpson 1974, p. 11).

56 W.K. Simpson évoque aussi l’hypothèse d’une évolution chronologique dans le choix du terme employé (Simpson 1974, p. 13).

57 O’Connor 1985, p. 168.

58 Daoud 2000, p. 194‑195.

59 Voir plan dans PM IIII2/1, pl. 40.

60 Pour la localisation des dépôts in situ, voir Legros 2010a, p. 159‑169, fig. 2‑5, 10. Toutes les tables d’offrandes découvertes in situ sont reproduites en annexe 2.

61 Pour la définition des périodes, voir Legros 2008a, p. 244‑245.

62 La distinction entre la construction de la pyramide et l’inhumation de la reine est délicate à interpréter et il n’est pas exclu que les rites de particuliers aient débuté avant même le décès de la reine.

63 Les tables gravées dans le dallage à l’ouest du complexe d’Inének répondent peut-être à des caractéristiques propres (annexe 2, fig. 31).

64 Les tables gravées dans le dallage forment un lot un peu atypique et d’ampleur limitée. Il est possible qu’il se soit arrêté avant les autres. En outre, l’accès à cet espace a été obstrué à une époque indéterminée par la construction d’un mur de briques entre la conciergerie du complexe Sw et celle du complexe d’Inének, rendant l’accès à la cour impossible (voir annexe 2, fig. 21).

65 Sur les relations entre la reine et ses dévots, voir infra, p. 117 et p. 160.

66 Une situation comparable peut être observée dans la nécropole de Pépy II, où les dépôts de particuliers semblent en lien principalement avec les complexes des reines.

67 Sur les actes de vandalisme durant la Première Période Intermédiaire, cf. infra, p. 166.

68 Voir le plan générai de la nécropole de Pépy Ier (annexe 2, fig. 21).

69 Valloggia 1998a, p. 24‑37.

70 Arnold 2008, pl. 1.

71 Cet alignement marquerait la limite entre la zone dévolue à la famille royale et la nécropole des dignitaires (Collombert 2015, p. 145). Le complexe de Rêhérychefnakht était accessible durant une période par une porte ouverte dans le mur d’enceinte ouest, rebouchée dans un second temps, et qui atteste de circulations de ce côté de la nécropole.

72 Voir la notion de « matrice » chez L. Meskell (2002, p. 82). J. Assmann, parle de « constellations » (2003, p. 586).

73 Voir l’étude des dédicaces, infra p. 126.

74 Fils de Méhaa, épouse de Pépy Ier, il porte le titre de « prince héréditaire, fils aîné du roi, de son corps » (Leclant et Clerc 1997, p. 269, fig. 25).

75 À l’heure actuelle, aucune inscription ne permet d’attribuer la pyramide Sw à une reine ou un prince. Notons toutefois que la présence d’un sarcophage de granit pourrait faire privilégier l’hypothèse d’une reine. La pyramide de Rêhérychefnakht, par sa datation à la fin de la XIe dynastie, sort de la problématique présente.

76 Sur la filiation fictive de certains sȝ nswt et leur confusion avec les princes du sang, voir Baud 1999, p. 188.

77 L’association de membres de la famille se fait généralement en référence à un individu précis, qui bénéficie d’une place privilégiée. Les tombes familiales à proprement parler, comme caveau collectif, se développent surtout à partir de la XIXe dynastie (Meskell 2002, p. 100).

78 Rappel des fouilles et publications des sépultures secondaires dans Castel et Pantalacci 2005, p. 38‑41.

79 Valloggia 1998a, p. 26‑29. Pour la stèle proprement dite, cf. ibid., p. 78‑79, pl. 73b et Valloggia 1998b, p. 389‑398.

80 Minault-Gout 1992, p. 18‑20.

81 Castel, Pantalacci et Cherpion 2001, p. 21‑25.

82 Valloggia 1986, p. 15.

83 Valloggia 1986, p. 58‑60.

84 Le lien entre le regroupement familial et l’affirmation du lignage est développé dans Moreno García 2010, p. 137‑138.

85 Davies 1902, p. 13, pl. 13 et Urk. I, 145‑147. Voir aussi Kloth 2002, p. 39 (dossier 86) et p. 217.

86 Kanawati 2006, p. 70.

87 Habachi 1985, p. 15. Pour le plan de la nécropole, voir Vischak 2006, p. 414 (tombes 35d et e) et plan de détail de la double tombe dans Vischak 2007, p. 445, fig. 3.

88 Tombes 25‑26, plan dans Morgan et al. 1894, p. 144.

89 Infra, p. 129.

90 WB III, p. 444‑445, donne comme traductions « Wüste, Begräbnisstätte/Familiengrab » ou « Landbereich ». R. Hannig (1995, p. 699) reprend les mêmes traductions. D. Meeks propose, entre autres, « frange désertique, désert, plateau désertique, nécropole » (ALex, 77.3572, 78.3512 et 79.2545). Voir également l’inscription de Sésostris Ier à Tôd, col. 42 (Barbotin et Clère 1991, p. 25, n. 136).

91 Clère 1985, p. 77‑87.

92 Sur la nature des chapelles abydéniennes, voir infra p. 77.

93 Clère 1985, p. 77.

94 Clère 1985, p. 85.

95 Sur le pr-ḏt, cf. Moreno García 1999b, p. 219‑222 ; Shirai 2006, p. 326 ; Abdalla 1992, p. 95.

96 Voir le rapport annuel dans le BIFAO, en particulier Pantalacci et Denoix 2006, p. 351‑354, avec plan fig. 4 ; eaed. 2008, p. 388‑391. Voir également Dobrev 2006, p. 231‑235.

97 Le terme n’est apparemment employé que pour un seul des monuments, mais leur grande similitude incite à tous les considérer comme des pr-ḏt.

98 Jéquier 1928, p. 21‑25.

99 Moreno García 1999b, p. 220.

100 Jéquier 1928, p. 22, fig. 27‑28 (Caire, JdE 49681).

101 Fig. 2, d’après Jéquier 1928, p. 25‑26, fig. 32.

102 Le bénéficiaire principal de la table, mentionné sur la natte, est Hémi. Si l’on considère que le pain de droite est le plus important, car en tête de lecture, il y aurait alors deux homonymes, un pour chacun des deux premiers pains. Cette hypothèse n’est pas garantie et il est possible également que le pain central soit considéré comme le plus important, en raison de la symétrie du monument.

103 Jéquier 1928, p. 24, fig. 29‑30.

104 Le secteur des reines de la nécropole de Pépy Ier a également livré la mention d’un pr-ḏt, dans un contexte épigraphique malheureusement très lacunaire (fausse-porte 78 NO-0765, inédite).

105 L’ensemble de cette documentation est publié dans Fakhry 1961 ; elle n’a pas été reprise depuis. Dans le cadre de la thèse de doctorat initiale dont est tiré cet ouvrage, ces inscriptions ont été traduites et analysées systématiquement.

106 Fakhry 1961, p. 9‑10 ; Kemp 2006, p. 209‑211.

107 Ce calcul prend en compte les titres d’imakhou (6 attestations), mais non l’épithète nb jmȝḫ (28 attestations).

108 On peut ajouter également deux individus qui sont jmȝḫw auprès de Snéfrou (exc. 115 et 197, cf. Fakhry 1961, p. 30, 47‑50) et un troisième qui est jmȝḫw auprès du roi (exc. 71, ibid., p. 30).

109 Fakhry 1961, p. 63‑69, pl. LXVIII-LXIX (exc. 128, façade).

110 Ibid., p. 37, 69‑74 (exc. 141), p. 91‑92 (exc. 107).

111 Ibid., p. 63‑69 (exc. 128).

112 Ibid., p. 53‑55 (exc. 200).

113 Leclant et Berger 1996, p. 503‑506.

114 Vernus 1976b, p. 128‑138.

115 Leclant et Berger 1996, p. 504‑506 (respectivement no T-717 et T-1324).

116 Leclant et Berger 1996, p. 503.

117 Il est chef des sacrificateurs dans les temples, administrateur, chef de la divine offrande dans le temple de Ptah, chef des échansons dans le temple de Ptah, administrateur du département des graisses (Vernus 1976b, p. 120‑121, 128‑129).

118 Voir néanmoins les remarques sur deux inscriptions de dédicace explicites, infra, p. 128.

119 Gautier et Jéquier 1903, p. 50‑61 ; Legros 2008b, p. 77‑79.

120 PN I, p. 49 (27), 312 (21).

121 Le titre de jk(wy)t wrt, mentionné sur la table II, est sans parallèle connu (Gautier et Jéquier 1903, p. 55).

122 Bien qu’extérieur aux limites chronologiques fixées pour cette étude, on regardera avec profit le regroupement des ḫntyw-š dans la nécropole de Giza (Roth 1995, en particulier p. 39‑47).

123 Habachi 1985, p. 70‑71, pl. 117‑121.

124 Stèle CGC 20809 (Simpson 1974, p. 20 [ANOC 46.1], pl. 64 ; Habachi 1985, p. 71).

125 Sur ce groupe, voir Simpson 1974, p. 17, 23, pl. 1‑4 ; Leprohon 1978, p. 33‑38 ; Schäfer 1904, p. 47‑86 ; Vernus 1973, p. 255‑256 ; Franke 1984. dossiers no 1, 27, 94, 128, 155, 235, 254, 543, 551, 705, 770. Voir aussi Wegner 2007, p. 40.

126 Stèle Berlin 1204 (Schäfer 1904, p. 83‑85 ; Assmann 2003, p. 347‑348).

127 L’autre officiant, juste au dessus, a perdu son inscription. Il s’agit probablement d’un autre subordonné du même rang que Ménouhotep.

128 Stèle BM EA 202 (HTBM III, pl. 11 ; Leprohon 1978, p. 34).

129 Une vingtaine d’autres personnes sont représentées mais aucune inscription ne précise leur identité.

130 Stèle Genève D 50 (Simpson 1972b, p. 52‑53 ; Geschenk des Nils, no 154).

131 Stèle CGC 20038 (Boreux 1922, p. 12 ; Lange et Schafer 1900, p. 109).

132 Stèle CGC 20140.

133 Stèle CGC 20310.

134 Sur ce titre, voir l’étude de B. Russo (Russo 2010, p. 15, 76).

135 Stèle CGC 20683.

136 Stèle CGC 20065. Cette stèle ne fait pas partie du groupe ANOC 1 selon la définition initiale donnée par W.K. Simpson. L’association est faite par Franke 1984, no 543.

137 Stèle Louvre C 5 (Gayet 1889, pl. 8‑9).

138 Stèle Bâle III 5002 (Geschenk des Nils, no 153 ; Naville 1919, p. 200‑205).

139 Stèle Louvre C 33.

140 Voir cependant, pour les cimetières secondaires de Téti, Moreno García 2004, p. 104‑107. Pour l’historiographie d’une approche socio-anthropologique des nécropoles, cf. Richards 1992, p. 47‑76. Voir également ead. 1997, p. 33‑42.

141 Habachi 1985, p. 21‑23 et id. 1981, p. 13‑15. Le fouilleur indique : « the whole area was honeycombed with tombs », mais il ne donne ni leur nombre exact ni leur contenu. De même, il mentionne la présence de pots inscrits au nom du bénéficiaire qui pourraient donner éventuellement des informations onomastiques, mais ils ne sont pas reproduits. La datation de ces tombes à partir de la fin de la VIe dynastie semble indiquer qu’elles relèvent du principe habituel de rapprochement, comme on le retrouve sur la plupart des sites, et pas forcément du culte particulier dont Héqaib a fait l’objet à partir de la XIIe dynastie. Sur l’évolution architecturale de la tombe QH 35, cf. Edel 2008, p. 675‑677.

142 Pour simplifier cette carte, les sceaux en métal ne sont répertoriés que dans la catégorie sceau et non dans celle des objets métalliques. Lorsqu’une sépulture contient à la fois un sceau et un objet métallique, le carré est positionné à côté du rond indiquant la tombe, en contact avec lui. Les objets en cuivre ou alliage cuivreux sont essentiellement des éléments de miroir ou de rasoir ainsi que quelques épingles et aiguilles. Un seul objet sort de cette catégorie : une amulette en or, découverte dans la tombe MV/D4 à l’ouest du mastaba V (Valloggia 1978, p. 78, pl. 36d). Les objets découverts dans les caveaux des gouverneurs eux-mêmes ne sont pas recensés.

143 Voir par exemple la sépulture à l’ouest du mastaba II, avec une stèle, et qui contenait un bracelet avec sceau (Andreu 1981, p. 2‑3). Voir également la sépulture d’Idi, inspecteur de l’oasis, dans l’enceinte du mastaba I (Valloggia 1998a, p. 76, fig. 15, pl. 73a ; id. 1989, p. 20‑21 [fig. 3] ; id. 1998b, p. 389‑398 ; id. 1985, p. 321‑326). Pour la méthodologie d’une étude qualitative du mobilier funéraire, cf. Richards 2005, p. 109‑112. Sur la valeur matérielle de ce mobilier, mais à l’époque ramesside, voir Cooney 2007, chap. 4, p. 69‑130.

144 Voir aussi les remarques de Castel et Pantalacci 2005, p. 569‑570.

145 Point de vue présenté par G. Castel (ibid., p. 570).

146 La tombe 1 devant le mastaba II a livré une stèle au nom de l’imakhout Bet (Minault-Gout 1995, p. 306‑307 ; Koenig et Koenig 1980, p. 35‑43, pl. 9‑16).

147 Castel et Pantalacci 2005, p. 7.

148 Il est même possible qu’il y ait eu un mur de séparation (mur E), mais sa datation n’est pas assurée (Boutantin 1999, fig. 1, p. 55). Quant au mur perpendiculaire G, il est bien contemporain des chapelles (ibid., p. 41).

149 Sur la chronologie des gouverneurs, voir le tableau synthétique dans Castel, Pantalacci et Cherpion 2001 p. 4 et Valloggia 2004, p. 144 ; voir également Soukiassian 2013, p. 10.

150 Sur la figure ci-dessus, l’encart chronologique pour le secteur du mastaba III est réalisé d’après Castel et Pantalacci 2005, p. 85.

151 Les sépultures de cette période sont d’ailleurs orientées essentiellement nord-sud alors que celles des périodes précédentes sont plutôt orientées est-ouest.

152 Sur le rôle du pharaon dans la littérature et notamment dans L’enseignement loyaliste, cf. Assmann 2003, p. 275.

153 Pour un aperçu d’ensemble, voir Eyre 1987, p. 21‑24. La question du personnel funéraire est abordée infra, p. 119.

154 Le trousseau funéraire peut également faire l’objet de faveurs royales. Dans la mesure où il n’intervient pas directement dans la pratique du culte mémoriel, cet aspect ne sera pas développé ici. Rappelons simplement la longue liste que donne Sinouhé après son retour en Égypte où figure tout le matériel nécessaire (Lichtheim 1973, p. 233). Cet aspect se trouve également confirmé par différents documents épigraphiques en lien avec des particuliers précis dont l’existence est avérée (voir entre autres Alexanian 2006, p. 7 ou encore la stèle 10 du sanctuaire de Héqaib : Habachi 1985, p. 38‑39 ; voir aussi, pour un sarcophage, Mostafa 2005, p. 172‑173). Sur la question de la donation de terres voir Moreno García 2013, p. 3‑5.

155 Goedicke 1967, p. 206, 214.

156 Caire JdE 35256. Simpson 1974, p. 3 ; Breasted 1906, § 766 ; Leahy 1989 ; Pouls Wegner 2002, p. 109.

157 Titre sans parallèle. Voir néanmoins Ward 1982, no 1260.

158 El‑Khouli et Kanawati 1988, p. 9‑10, pl. 3 ; Kanawati et Abder-Raziq 1999, pl. 6b, 50b. Voir également Allen (J.P.) 2006, p. 13‑14.

159 Pour une autre mention d’intervention en tant qu’imakhou, moins explicite, voir la stèle du vizir Djaou CGC 1431 (Urk. I, 118 ; Fischer 1977, p. 141‑143).

160 Bolshakov 1992, p. 205.

161 Allen (J.P.) 2006, p. 14 ; Kanawati et Abder-Raziq 1999, pl. 6b, 50b. Voir également les commentaires de Moreno García 2004, p. 111.

162 Jw wḏ.n [ḥm(.j)] qd[.tj] n.k ḥwt-kȝ m wḥȝt (L. Pantalacci, in Soukiassian, Wuttmann et Pantalacci 2002, p. 310‑314).

163 CGC 20539, II, 2 (règne de Sésostris Ier) : wḏ nswt n jry-pʿt [… n].k mʿḥʿt r rd n nṯr ʿȝ nb ȝbḏw (Lange et Schafer 1908, p. 154 ; Simpson 1974, p. 11).

164 Comme dans le décret de Balat cité ci-dessus.

165 Zimmermann 1998, p. 96 (§ 9), 102, n. 49. Voir également Habachi 1963, p. 50 et Delvaux 2008.

166 Berger-el Naggar 1990 ; Berger, Labrousse et Leclant 1978, p. 2.

167 Sur les formules d’offrandes, voir également infra, p. 96.

168 Pour l’attestation de réalisations par des ateliers, voir le lot de tables d’offrandes de Licht (Legros 2008b, p. 77‑79). Comparer également les tables Sc-191, 199 et 200 (annexe 2, fig. 23b et 24). Sur l’existence d’ateliers à Saqqâra, voir Legros 2013, p. 159‑166.

169 Vandersleyen 1983, p. 77. L’auteur parle de « systèmes prévus pour assurer la survie ».

170 Assmann 2003, p. 97.

171 On considère ici uniquement les dépôts secondaires et non les fausses-portes installées dans la tombe, dont les exemples sont nombreux.

172 Sur la localisation des tables d’offrandes in situ découvertes par la MafS, voir Dobrev et Leclant 1998, p. 143‑157 et Legros 2010a, p. 157‑163, fig. 1‑5. Pour une reproduction des tables découvertes in situ, voir l’annexe 2. Durant les campagnes de fouilles 2014 et 2015, l’entrée du complexe de Béhénou a été atteinte, apportant son lot de tables inédites. La quarantaine de monuments retrouvés s’inscrit parfaitement dans le contexte général des découvertes antérieures, mais n’a pu être intégrée à cette publication.

173 Par souci de simplicité on parlera ici du monument de Méhaa, mais il s’agit en fait d’un monument double, partagé avec le prince Nétjérikhethor. Méhaa est privilégiée ici car plusieurs tables d’offrandes appartiennent à des homonymes.

174 Dans ce lot, les tables sont entreposées sur plusieurs niveaux avec des blocs d’architecture, manifestement remisées. Il ne s’agit pas d’une situation de rite, excepté pour les tables 08-cour 05 et 06, encore scellées contre la paroi, et peut-être pour la table 08-cour 10, insérée dans le dallage. Néanmoins, on peut considérer avec un minimum de vraisemblance qu’elles sont originaires de ce monument.

175 CGC 57016 (Quibell 1907, p. 25, pl. 9).

176 Il n’est pas possible de dire, sur la base des photographies publiées, si ces fausses-portes sont intégrées à des chapelles ou s’il s’agit de dépôts ponctuels le long de cette rue.

177 Ziegler et al. 2007, p. 176‑192 ; Ziegler et al. 1997, p. 278.

178 Munro 1993, pl. hors texte 2.

179 Daoud 2005, p. 9‑10, 170‑173, pl. 5, 100‑107.

180 Kh. Daoud ne publie que dix exemplaires, mais il indique ce nombre dans la description qu’il donne du site, nombre confirmé par la vue d’ensemble qui les montre en situation (Daoud 2005, pl. 5). Sur la découverte de ce mastaba, voir Anthes 1959, p. 83 ; Daoud 2005, p. 9 ; Giddy 1993, p. 194 ; Jeffreys 1985, p. 28‑30 ; Kemp 1976, p. 25‑29 ; Lilyquist 1974, p. 27‑29.

181 Sur les portes comme lieu de dépôt des décrets, voir Pantalacci 1985, p. 245‑246.

182 Pour la porte du complexe d’Ânkhnespépy II, voir Labrousse et Leclant 1998, p. 96‑98.

183 Hölzl 2005, p. 39.

184 Le mur qui englobe tout cet ensemble et le relie au complexe d’Inének est beaucoup plus tardif et pourrait constituer un aménagement destiné à clore cet espace pour y appuyer la rampe qui monte en direction d’Ânkhnespépy II.

185 Pour Oudjebten, voir Jéquier 1928, p. 21‑22 et plan supra (fig. 2, p. 35). L’auteur mentionne une élévation conservée sur quatre mètres de hauteur. La partie ouest formait sans doute une conciergerie couverte, seule la partie est était dégagée. Pour Neit et Ipout, la situation est moins évidente. Des vestiges de construction en brique crue ont été dégagés mais leur état de conservation ne permet pas de préciser leur nature (Jéquier 1933, p. 3, pl. 1). Dans les trois cas, de nombreux monuments privés ont été découverts, mais aucun in situ.

186 Voir par exemple Jéquier 1929, p. 30, 57‑58.

187 Legros 2010a, p. 163, fig. 5a ; Berger-el Naggar 2005, p. 17, 20 (fig. 2).

188 Sw-a, b et c (annexe 2, fig. 31 ; Leclant et Clerc 1990, pl. 32‑33). Les deux tables anépigraphes sont sans numéro. La table Sw-091, trouvée juste à côté, était insérée dans le dallage et non directement gravée dessus. En outre, elle est orientée différemment. Il s’agit plutôt d’un remploi qui ne relève pas des mêmes problématiques.

189 Sur la relation entre la superstructure et la position du sarcophage, cf. Fischer 1977, p. 39‑40.

190 La table Sw-295 a été retrouvée retournée, dans l’enclos. Par ses dimensions, elle correspond à la taille de la chapelle et pourrait en provenir.

191 Ces monuments sont enregistrés temporairement sous le no chapelle a-1/5. Très érodés, leurs textes sont quasiment illisibles. Seule la table chapelle a-4 a donné les titres du hry-ḥb Msnj et d’un šps nswt (annexe 2, fig. 30).

192 Pour une description plus détaillée de ce monument, cf. infra, p. 80.

193 CGC 57016 (Quibell 1907, p. 25, pl. 9).

194 Les appels aux passants ne sont que très rarement attestés sur les tables d’offrandes. Sur cette aspect, on consultera Desclaux 2014, en particulier vol. 2, p. 31 pour la répartition des inscriptions à Saqqâra.

195 O’Connor 1985, p. 171‑173, fig. 4.

196 O’Connor 1985, p. 170‑171.

197 Voir en particulier les processions entre la ville d’Éléphantine et la nécropole de Qoubbet el‑Haoua (infra, p. 68).

198 Pour une analyse de l’accessibilité des espaces au Nouvel Empire, voir Harrington 2013, p. 101‑102.

199 Quibell 1907, p. 25, pl. 9.

200 Voir le décret sur papyrus pour l’accès au temple de Djedkarê-Isési (Posener-Kriéger 1985, p. 195‑210).

201 Pour la définition des périodes, cf. Legros 2008a, p. 244‑245.

202 Le tableau ne donne pas l’inventaire de toutes les variantes de titres d’imakhou. Ce titre étant trop fréquent pour le propos, il n’a été relevé que pour les monuments où il est le seul mentionné, à l’exclusion de tout autre titre.

203 La mise en relation de la stratigraphie du dépôt avec la datation des monuments s’est avérée stérile.

204 Comme c’est le cas par exemple devant le mastaba de Kôm el‑Fakhry (Daoud 2005, pl. 5).

205 En particulier la graphie du serpent, sans tête, est très rare dans ce corpus.

206 Voir par exemple S-297, annexe 2, fig. 29c (2e phase).

207 Pour une analyse des différents types d’usurpation dans la nécropole de Giza, cf. Hassan 1944, p. 190‑193.

208 Spencer 1982, p. 20‑26.

209 Voir en particulier le contrat de Penmérou à Giza, avec le rajout d’un codicille en faveur de son épouse (Grdseloff 1943a, p. 42).

210 Berger-el Naggar 2005, p. 16‑17 et photo p. 20 ; Leclant et Clerc 1994, pl. 17 (fig. 15).

211 Il s’agit de la seule attestation recensée par Scheel-Schweitzer (2014, p. 747, no 3802).

212 Alliot 1935, p. 25 ; Obsomer 1993, p. 177.

213 Leclant et Clerc 1995, p. 262 ; Legros 2010a, p. 159 et fig. 5a. Voir aussi infra, p. 80.

214 Annexe 2, fig. 28.

215 Table Sc-435 (annexe 2, fig. 28). La datation repose sur un certain nombre de critères précoces (natte à deux lignes, pain vide, représentation du défunt sur la natte) ; la graphie du signe n, sur la deuxième ligne, ne semble toutefois pas antérieure à Pépy II.

216 Trois autres tables ont été retrouvées dans ce secteur (Sc-421 à 423), sans que l’on puisse dire quelle était leur position d’origine exacte.

217 Pour une description plus détaillée de la structure de cette chapelle, voir infra, p. 80.

218 Pour l’interprétation des pyramides satellites, voir les remarques de D. Arnold (1998, p. 70). L’auteur évoque l’hypothèse d’un culte lié à la statue de ka et à la fête sed.

219 Cette pratique n’est pas attestée clairement avant le Moyen Empire, mais le temple haut du complexe de Pépy II a livré plusieurs statues dont la datation demeure incertaine et pourraient remonter à la fin de l’Ancien Empire (Jéquier 1940, p. 34‑36, no 8 à 15).

220 Sur cet aspect, voir en particulier Shafer 1998, p. 9‑10.

221 Verbovsek 2004. Voir aussi Zimmermann 1998, p. 95‑104 ; Málek 2000, p. 244‑254 et Postel (à paraître).

222 Les éléments provenant de la terrasse du Grand Dieu relèvent d’une autre problématique.

223 On aurait pu ici distinguer les monuments à vocation mémorielle de ceux qui sont associés à la sépulture du roi, plus largement funéraires, mais cette distinction ne montre pas de pertinence particulière. Dans le cas d’Ezbet Rouchdi, le culte royal était peut-être associé à celui d’une divinité aujourd’hui inconnue.

224 U. Zimmermann inclut également dans son inventaire les statues issues du mastaba d’Isi à Edfou qui relèvent selon nous d’autres problématiques : le mastaba reste un élément trop présent pour pouvoir être assimilé complètement à un temple. Elle mentionne encore des éléments pour la ville de Byblos, qui dépassent le cadre de notre étude. Dans le temple de la vallée d’Ounas, la statue d’Ânkhou, de l’avis même du découvreur, proviendrait d’une tombe à proximité (Moussa 1984, p. 50). C’est peut-être également le cas pour la statue de Sermaât (Moussa et Altenmüller 1975, p. 93‑97).

225 Farid 1964, p. 92‑94, pl. 5‑8 (la table d’offrandes reproduite sur la planche 2 n’est pas localisée par l’auteur et elle pourrait provenir des tombes fouillées durant la même campagne) ; Bakr et Brandi 2014, p. 6‑33, 106‑119, cat. 9‑12 (avec bibliographie antérieure). L’insertion d’un lieu de culte à l’intérieur d’une structure palatiale rend son analyse délicate. Son interprétation comme lieu de culte à vocation mémorielle repose sur la découverte d’un linteau au nom d’Aménemhat III dans le contexte de la fête-sed (Bietak et Lange 2014, p. 4‑5).

226 Adam 1959, p. 213‑215.

227 Fakhry 1961, p. 3‑4.

228 Leclant 1976, p. 355‑359, avec plan de localisation p. 356. Le dossier des éléments du Moyen Empire est actuellement en cours d’étude et une grande partie demeure inédite. Nous avons pu consulter la documentation de cette période pour tout ce qui concerne les tables d’offrandes, mais aussi les bassins, autels et supports de jarres. Voir également Leclant 1997, p. 196, n. 13.

229 Inventaire MafS T‑0232.

230 Noter cependant qu’au Nouvel Empire se développe un type particulier de statues, destinées à être déposées à proximité des portes, à l’intérieur de l’enceinte du temple (Clère 1968, p. 135‑148).

231 Sur les « free-standing stelae » et les monuments comparables, voir notamment Vernus 1974, p. 102‑103 et Kadry 1985, p. 21‑24, pl. 1‑2.

232 Farid 1964, p. 92‑93 ; Bakr et Brandi 2014, p. 108‑111, no 10.

233 Adam 1959, p. 213‑215.

234 Fakhry 1961, p. 15 (exc. 155), p. 15‑16 (exc. 131), p. 30 (exc. 111) et p. 79‑83 (exc. 100, deux mentions).

235 Fakhry 1961, p. 53‑55, pl. LXVIIa-c.

236 En particulier Séménékhouiptah (Sḥḏ ḥmw-nṯr Mry-rʿ-Mn-nfr, statue in situ déjà évoquée), Pépyherkhénet (sḥḏ ḫntyw-š Ppy-Mn-nfr et sḥḏ ḥmw-nṯr Ppy-Mn-nfr, cf. Leclant 1975, fig. 6‑7) et Khéperkarê (prêtre de la pyramide Méryrê-Mennéfer, cf. id. 1978, p. 280, fig. 17). Voir également, pour le temple de Téti, la statue de Tétiemsaf mentionnant plusieurs prêtrises (Quibell 1909, p. 113, pl. 57).

237 Berger-el Naggar 1990, p. 93 ; Leclant 1997, p. 193‑198.

238 Bloc inédit, inv. MafS T-0353+0453+1241.

239 Statue de Horemsaf (Leclant 1975, fig. 8‑9 ; Vernus 1976b, p. 137 ; Berger-el Naggar 1990), statues de Séménékhouiptah et de Pépyherkhénet (cf. supra n. 236).

240 Leclant et Berger 1996, p. 504‑506. Voir également Leclant 1990, p. 653‑655.

241 Vernus 1976b, p. 119‑138 ; Leclant et Berger 1996, p. 499‑506.

242 Berger 1990 et Vernus 1976b, p. 137‑138.

243 Pour une étude sur l’accessibilité des temples à partir du Nouvel Empire, voir Kruchten 1997, p. 31‑34.

244 Dans ce sens, les hout-ka ne constituent pas à proprement parler des installations domestiques dans la mesure où elles sont détachées de la partie résidentielle du palais (aussi bien à Balat qu’à Éléphantine).

245 Sur les rites domestiques en général, y compris aux périodes plus tardives, on consultera Mota 2011 et 2012.

246 Pour un aperçu d’ensemble des pratiques rituelles domestiques, cf. Ritner 2008, p. 171‑209 (en particulier p. 183‑184 pour le culte des ancêtres).

247 Vernus 1977, p. 155, n. 23.

248 Meskell 2002, p. 92 ; Meskell 1999, p. 102 ; Lesko 2008, p. 200‑201 ; Harrington 2013, p. 65‑86.

249 Pantalacci 2010, p. 349‑355. Voir également Valloggia 2004, fig. 176‑177.

250 Soukiassian, Wuttmann et Pantalacci 2002, p. 150‑154 ; Le Provost 2013, p. 41, fig. 49.

251 Ibid., p. 323‑325.

252 Adams 1998, p. 19‑30, en particulier p. 24.

253 Pinch 2003, p. 445. L’auteur ne donne pas d’illustration et décrit l’objet par l’expression « “soul house” offering tray ».

254 Adam 1959, p. 218‑219, pl. 14b (photo de la table d’offrandes), 17 (plan).

255 L’auteur du rapport envisage même l’éventualité d’un palais royal (ibid., p. 218, 225).

256 Sh. Adam indique que ce monument est aujourd’hui détruit. Il semble avoir été anépigraphe.

257 Lauffray 1980, p. 47‑48 ; Azim, Lauffray et Debono 1980, p. 160‑161 ; Debono 1982, p. 377‑381 ; Millet 2007, p. 697. Voir aussi Leclère 2001, p. 102, n. 12. L’auteur mentionne également des découvertes comparables dans les forteresses de Bouhen, Ouronarti, Mirgissa et peut-être à Kahoun.

258 Legros 2015. Voir aussi les remarques de Bourriau 1991, p. 13.

259 Il est question ici essentiellement des chapelles de ka telles qu’elles se développent à partir de la VIe dynastie. Poulies périodes antérieures et l’assimilation des hout-ka royales ou privées avec des tombes ou des pièces à l’intérieur d’une tombe, voir Franke 1994, p. 120. Dans le cadre royal, il est possible que des installations de type chapelle aient trouvé place à l’intérieur même du palais. Voir Baud 2000, en particulier p. 346. L’auteur s’appuie essentiellement sur la comparaison avec le site de Balat, qui selon nous manque de pertinence. Il mentionne également la mrt comme lieu de culte possible, mais aucune structure clairement identifiée n’a jamais été retrouvée pour cette institution.

260 Plan général dans Soukiassian 2013, p. 13.

261 Ibid., p. 85‑88.

262 Sur les sanctuaires est, découverts récemment, voir Soukiassian 2013, p. 5‑24.

263 Pour des plans de localisation dans le tissu urbain, voir von Pilgrim 1996, p. 149‑158 ; von Pilgrim 2001, p. 167 ; Kaiser 1998, p. 13, 45 ; Dorn 2005, p. 137.

264 Von Pilgrim 2001, p. 167, n. 24 ; Kaiser 1998, p. 53.

265 Von Pilgrim 1996, p. 149.

266 Cette hypothèse est présentée par Dorn 2005, p. 135‑136. Voir aussi les remarques de Fr. Junge in Kaiser et al. 1976, p. 98‑107 ; Junge 1987, p. 11‑12 ; Kaiser et al. 1999, p. 85‑90 ; D. Raue, in Dreyer et al. 2002, p. 162‑174 ; D. Raue, Cl. Jeuthe, in Dreyer et al. 2005, p. 18‑31 ; von Pilgrim 2001, p. 164.

267 Newberry 1893, p. 57, pl. 24‑25 ; Lloyd 1992, p. 21‑36.

268 Voir également l’inscription lacunaire de la tombe de Djéhoutynakht à Deir el‑Bercha, qui mentionne une chapelle basse : [ḥwt-kȝ ?] hrt (Newberry 1895, pl. 12, col. 12 ; Baines 1987, p. 88).

269 Urk. I, 302‑303, cf. Goedicke 1967, p. 206.

270 Simpson 1972a, p. 169‑175. La provenance du monument n’est pas complètement assurée et l’auteur hésite entre Farag et Kôm el‑Hisn. Une datation sous la XXVe ou la XXVIe dynastie serait également possible.

271 Le terme ḥwt-kȝ peut également désigner le serdab d’une tombe (Junker 1938, p. 118‑119 ; Blackman 1916b, p. 250‑254 ; Assmann 2003, p. 172). En outre les hout-ka ne sont pas des structures exclusivement urbaines et certaines sont installées dans les nécropoles, notamment à Coptos (Goedicke 1967, p. 206, Koptus K, l. 7), Kôm el‑Koffar (Mostafa 1985, p. 419‑429, l. 8 ; id. 1987, p. 169‑184) et Saqqâra (Legros 2010a, p. 163).

272 Voir le plan général, annexe 2, fig. 21.

273 L’installation du complexe d’Ânkhnespépy II dans la seconde série, malgré l’importance de cette reine, s’explique peut-être par sa construction tardive. Les nombreux décrochements dans le plan s’expliqueraient par une volonté de se rapprocher autant que possible du premier cercle et de la pyramide royale.

274 Des considérations chronologiques sont à prendre en compte, tous les monuments n’ayant pas été construits au même moment.

275 Supra, p. 45.

276 Voir par exemple l’organisation qui apparaît dans le cimetière nord de Téti (Kanawati et Abder-Raziq 2004, pl. 41).

277 Firth et Gunn 1926, p. 42, pl. 17, 51.

278 Sur le rapport au groupe et la mémoire collective, cf. Assmann 2010, p. 36‑37.

279 Franke 1994, p. 130.

280 Le critère de la table d’offrandes à plusieurs pains, bien qu’en bordure de sériation, ne semble pas antérieur à la VIe dynastie.

281 Annexe 2, fig. 23b ; Leclant et Clerc 1993, pl. 15, fig. 14.

282 Annexe 2, fig. 30 ; Legros 2010a, p. 167 et fig. 12.

283 Pour comparaison, la table d’offrandes de la reine Oudjebten mesure 1,4 m dans sa plus grande dimension (Jéquier 1928, p. 14‑15).

284 Sur l’étendue chronologique des dépôts, cf. supra, p. 29.

285 Sur les efforts de singularisation dans les autobiographies de particuliers, voir Vernus 1995, p. 88, 115‑118. Voir également Vernus 2010, p. 67‑115 ; Vernus 2012, p. 109‑117.

286 Richards 2005, p. 60, 176.

287 Sur le rôle des pyramides satellites, voir Shafer 1998, p. 9‑10.

288 Supra, p. 54.

289 Sur la référence à des archétypes, cf. Vernus 1995, p. 47‑49.

290 Sur la recherche d’originalité dans un maintien des conventions, voir Vernus 2010, p. 67‑115 et 2012, p. 109‑117.

291 Sur ces inscriptions, voir la publication d’E. Edel (1975).

292 L’évolution générale des mastabas sur l’ensemble de l’Ancien Empire répond peut-être à ce type de préoccupations, avec la multiplication des chapelles, des cours intérieures, des décors sur les parois, etc. (Brinks 1989, p. 35‑44).

293 Parmi les causes régulièrement avancées pour expliquer l’abandon des cultes mémoriels se trouve la question de l’héritage subdivisé au cours des générations. L’augmentation quantitative des installations mémorielles n’empêche en rien cette subdivision et, si elle est quelque peu retardée, l’issue demeure la même. Pour la question de l’abandon des cultes, voir infra, p. 167.

294 Cette diversification débute bien sous l’Ancien Empire et non sous le Moyen Empire comme il a été dit parfois (Hölzl 2002, p. 121‑126).

295 Alliot 1935, p. 35, no 20 ; Alliot 1938, p. 111, no 27. L’association est déjà mentionnée dans De Meulenaere 1977, p. 81.

296 Sur les pèlerinages, cf. Yoyotte et al. 1960, p. 17‑74 ; Volokhine 1998, p. 65‑68 ; Volokhine 2013a et 2013b.

297 Tallet 2006, p. 20‑21.

298 Hypothèse formulée par Maspero 1912, p. 376‑377.

299 Sur la place du temple comparée à celle des complexes royaux, voir les remarques de Kruchten 1997, p. 24.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan du secteur des chapelles à Abydos avec délimitation au nord d’une zone de structures à l’orientation différente (d’après O’Connor 1985).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/239/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 2 – Porte et table d’offrandes de Hémi ; plan du complexe d’Oudjebten (d’après Jéquier 1928).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/239/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 3 – Schéma d’organisation des relations entre les principales personnes mentionnées sur le groupe ANOC 1 (© R. Legros).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/239/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 4 – Carte de la nécropole de Balat avec répartition des sépultures pourvues d’un sceau ou d’un objet de métal (© R. Legros).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/239/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 5 – Porte d’entrée du complexe funéraire de la reine Inének/Inti (© A. Labrousse).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/239/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 6 – Table d’offrandes multiples (Sc-423) © I. Pierre-Croisiau.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/239/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 7 – Inscription sur la paroi est de la cour à piliers du complexe d’Inének/Inti (© I. Pierre-Croisiau).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/239/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 8 – Table d’offrandes de Déréhouaib (Sc-421) © I. Pierre-Croisiau.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/239/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 9 – Troisième travée de service du palais de Balat avec localisation du dépôt de bassins (© IFAO, J.‑Fr. Gout).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/239/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search