Version classiqueVersion mobile

Stratégies mémorielles

 | 
Rémi Legros

Introduction

Texte intégral

« Je tiens plus à ma mémoire qu’au jour où je vis ;
ma mémoire, si elle dure, devant être plus longue que ma vie. »
Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe

1S’intéresser aux cultes mémoriels, c’est chercher à comprendre comment les Égyptiens ont tenté de vaincre l’oubli accompagnant la mort et pourquoi tous ont finalement échoué. La religion égyptienne impose pourtant la préservation de la mémoire de chaque individu dans la société des vivants comme condition sine qua non au maintien dans l’au-delà.

2Trois étapes se succèdent dans la mise en œuvre et la pratique du culte funéraire au sens large. Dans un premier temps, les dispositions matérielles sont prises par le futur bénéficiaire de son vivant. Il prévoit, dans la meilleure des situations, une tombe, un équipement funéraire, un personnel et les offrandes nécessaires à un service régulier. Cette intervention du futur bénéficiaire lui-même ne saurait bien sûr être considérée comme une pratique mémorielle. Néanmoins, elle influe sur le culte à venir de manière importante, en en fixant le cadre et les modalités. Elle témoigne des espérances et des doutes de l’individu face à la pérennité de son culte, et de sa volonté de tout mettre en œuvre pour garantir le maintien de son existence au sein de la société des vivants.

3La deuxième étape est la mort de l’individu. Elle s’accompagne de rites spécifiques, liés à la préparation du corps et à l’inhumation. Elle est suivie d’une période de deuil, ponctuée elle aussi de cérémonies particulières. L’impact du deuil et des cérémonies associées est probablement assez faible sur les pratiques mémorielles. Il s’agit d’un moment de courte durée (quelques mois uniquement), qui ne change pas fondamentalement les éléments organisés avant et destinés à être poursuivis après. Il s’agit pour ainsi dire d’une sorte de parenthèse dans la continuité d’un processus qui est voulu sans rupture par le défunt.

4Enfin, au-delà du deuil, une troisième étape voit le maintien de certaines pratiques, qui peuvent évoluer, se transformer, disparaître et parfois renaître. Ce sont les pratiques mémorielles à proprement parler. Cette étape, celle de la pratique des rites, revient à d’autres individus, descendants ou proches du défunt, prêtres funéraires et dévots. Les transformations durant cette dernière phase sont dues à l’influence de facteurs divers, liés parfois aux modalités de pratiques prévues à l’origine par le défunt, et parfois à des facteurs extérieurs.

  • 1 Pour une introduction au concept d’historicité, qui ne pourra être traité dans cette étude, on cons (...)

5Nul ne croirait qu’un culte égyptien a jamais répondu à son objectif d’éternité. Pourtant la question essentielle se trouve bien dans ce paradoxe : comment les anciens Égyptiens ont-ils pu perpétuer avec autant d’application un système défectueux ? Deux réponses possibles viennent à l’esprit : soit ils acceptent le caractère éphémère des cultes, soit ils en modifient régulièrement la forme pour tenter de l’améliorer et corriger les erreurs précédentes. La seconde proposition semble à priori préférable et c’est donc en termes d’évolutions qu’il convient d’appréhender ces cultes. Pourtant, la première hypothèse ne doit pas être entièrement rejetée. En effet, la mise en place des cultes mémoriels procède en réalité de deux principes, la perception et l’action : perception des difficultés rencontrées par les prédécesseurs, mais également des réussites ponctuelles qui peuvent émerger et sembler satisfaisantes à l’échelle humaine des générations de mémoire ; et action, ou plutôt réaction, pour proposer des réponses aux problèmes perçus et préparer le culte pour les meilleures conditions possibles. La question de l’historicité du comportement mémoriel se pose ici clairement, dans la relation que l’individu entretient avec son passé mais aussi son avenir, comme point d’intersection entre l’expérience et son horizon d’attente1.

6C’est là qu’intervient la notion de stratégie : il s’agit de considérer que le futur bénéficiaire opère des choix dans la mise en œuvre de son propre culte afin de le rendre conforme à ses espérances. La question du culte mémoriel n’est donc pas posée selon une opposition théorie religieuse/réalité matérielle. Si la question de la réalité des pratiques demeure au cœur du sujet, celle-ci est confrontée non au concept religieux, mais à la mise en œuvre initiale, telle qu’elle est conçue par le défunt. Ainsi les cultes mémoriels, en perpétuelle transformation, s’adaptent en fonction des circonstances et tentent de prendre en compte les situations observées.

7L’opportunité de réaliser une étude nouvelle sur les cultes funéraires a été fournie par la découverte, à Saqqâra sud, d’un nombre important de documents dont le contexte était susceptible d’apporter des informations originales et de renouveler notre regard. Les monuments privés dégagés dans la nécropole de Pépy Ier par la Mission archéologique française de Saqqâra, encore en grande partie inédits, nous renseignent sur différents aspects de ces cultes. Leur découverte in situ, dans un ensemble en partie stratigraphié, apporte des informations contextuelles de premier ordre. La mise en parallèle de cette documentation avec d’autres dossiers documentaires déjà connus et bien étudiés permet d’envisager de nouvelles perspectives et une approche sensiblement différente.

8Seuls les cultes privés seront traités ici, les cultes royaux ayant déjà fait l’objet de plusieurs analyses. En outre, les pharaons jouissent d’un statut spécifique qui rend les comparaisons plus hasardeuses, même si certains parallèles permettent ponctuellement d’affiner la compréhension des cultes privés. Se concentrer sur les seuls cultes privés conduit à proposer une analyse plus fine de la documentation et à fournir des réponses précises à des questions plus ciblées.

9Le cadre chronologique choisi, de la VIe à la XIIe dynastie, se justifie tout d’abord par une réalité historique. Avec la VIe dynastie débutent de nouvelles pratiques, qui perdurent ensuite durant tout le Moyen Empire, voire au-delà. Le développement des chapelles de ka, la multiplication des petits dépôts privés, la mise en avant de certains individus constituent autant de nouveautés qui se développent ensuite très largement. Toutefois, si la VIe dynastie se démarque bien des époques antérieures, il était également nécessaire de mesurer l’évolution de ces pratiques sur une certaine durée. La Première Période Intermédiaire joue sur ce point un rôle majeur et de nombreux aspects se voient transformés durant cette époque de mutations. Par ailleurs, pour percevoir les évolutions de manière significative, il s’avérait nécessaire d’inclure un certain nombre de dossiers épigraphiques et archéologiques particulièrement pertinents, concernant notamment le culte d’Isi à Edfou et celui de Héqaib à Éléphantine. C’est la raison pour laquelle la limite chronologique a été portée à la XIIe dynastie.

10L’étude porte plus précisément sur les cultes mémoriels et non sur le culte des morts en général, c’est-à-dire que l’angle d’approche choisi est celui du culte réalisé après le décès de la personne. Les aspects religieux liés aux conceptions de l’au-delà sont mis à profit, mais ne font pas l’objet d’une étude spécifique, le sujet ayant déjà été traité de nombreuses fois. Axer ce travail sur la notion de mémoire implique également la prise en compte de la durée de ces cultes et de leur pérennité après l’inhumation : comment ils fonctionnent, évoluent puis disparaissent ; comment aussi ils peuvent parfois renaître.

11L’accent est mis en particulier sur la documentation archéologique et épigraphique dans le but de mettre en évidence les aspects matériels et les témoignages conservés de ces pratiques mémorielles. La documentation épigraphique est abordée du point de vue des textes, mais également par le contexte des monuments ou par les données associées à leur support. L’objectif de cette approche est de confronter la réalité du culte, ou du moins ce que nous pouvons en percevoir, et le point de vue théorique et idéalisé d’une offrande abondante, régulière et éternelle.

12Pour mener à bien cette réflexion, différents dossiers documentaires ont fait l’objet d’une attention particulière et sont présentés, pour certains, de manière plus détaillée à la fin de l’ouvrage.

  • 2 Legros 2008a.

13Le principal dossier demeure celui des tables d’offrandes de la nécropole de Pépy Ier. L’étude de ce matériel m’ayant été confiée par la Mission archéologique française de Saqqâra, j’ai entrepris une étude aussi complète que possible de l’ensemble des objets durant huit campagnes successives. Très rapidement s’est imposée la nécessité d’une nouvelle approche pour dater ce matériel. L’homogénéité du corpus, couvrant la fin de l’Ancien Empire et la Première Période Intermédiaire, en même temps que la multitude des variations relevées, demandaient une approche globale et systémique. C’est ainsi que la réalisation d’une sériation a été mise en œuvre. Ce travail complexe, mené à terme en 2008, a donné lieu à une première publication à vocation méthodologique2, dont les conclusions fournissent la base chronologique du matériel étudié ici. Afin de souligner les aspects sociohistoriques, les objets nécessaires à l’analyse sont reproduits en fin d’ouvrage. Il s’agit des monuments découverts in situ et déjà mentionnés pour certains dans les publications antérieures de la mission. L’édition princeps de cet ensemble, qui s’élève aujourd’hui à plus de 800 monuments, demeure essentielle et sera présentée prochainement, sous une autre forme.

  • 3 Corpus établi sur la base du dépouillement réalisé par R. El‑Sayed (El‑Sayed 1985b, p. 271‑292).

14Les formules de dédicace ont également fait l’objet d’un inventaire, aussi systématique que possible3. Elles témoignent des relations entre les individus participant au rite, acteurs comme bénéficiaires. Ces formules sont toutes présentées en annexe à la fin du volume.

15D’autres dossiers documentaires ont été analysés en détail, mais ne sont pas présentés in extenso pour des raisons pratiques :

    • 4 Fakhry 1961.

    Le mobilier du temple de Snéfrou. Ce matériel épigraphique, publié par A. Fakhry4, présente une collectivité homogène organisée autour d’une pratique cultuelle commune.

    • 5 Alliot 1935, p. 22‑38 ; id. 1938, p. 93‑114.

    Le matériel du mastaba d’Isi à Edfou5 a livré des témoignages de la vénération du gouverneur. La traduction complète de ce matériel a été effectuée, mais l’absence d’illustration claire rend les lectures trop incertaines pour pouvoir fournir un résultat suffisant.

    • 6 Habachi 1985 ; Franke 1994.
    • 7 Simpson 1974 ; De Meulenaere 1977, p. 79‑82 ; El‑Rabi’i 1977. p. 13‑21.

    Pour mettre en évidence les relations entre individus, des arbres généalogiques ont été réalisés pour tous les objets du sanctuaire de Héqaib à Éléphantine6 et pour les ensembles ANOC datés d’un règne précis7. La mise en forme graphique de ces données a présenté des difficultés quasi insurmontables et seuls les éléments les plus significatifs sont exploités directement dans l’analyse.

16Comparé à celui des autres sites, le corpus des tables d’offrandes permet d’établir des points communs et de définir les éléments structurels des cultes mémoriels. C’est par un croisement constant entre le corpus global et le matériel exceptionnel de la nécropole de Pépy Ier que ce travail espère combler quelques lacunes de nos connaissances sur le sujet. L’analyse a été entreprise selon trois grands axes qui structurent l’ensemble de l’étude.

17Une première partie évoque l’emplacement des lieux de culte. En faisant la part des initiatives privées et de l’intervention royale, différents types de lieux peuvent être mis en évidence, qui présentent des avantages variés, susceptibles de pérenniser le culte plus ou moins longtemps. La multiplication des lieux de culte pour un même défunt, en particulier, permet de préciser des vocations différentes pour chacun d’eux et de mettre en évidence des intentions spécifiques.

18La partie suivante analyse la multitude des pratiques telles qu’elles nous apparaissent au travers des vestiges archéologiques. Il s’agit d’aborder le contexte rituel dans son ensemble, depuis le bâtiment jusqu’à l’offrande, pour en estimer les spécificités et les variations. Cette deuxième partie précise également un certain nombre d’évolutions sur l’ensemble de la période et montre comment un changement des pratiques permet de s’adapter en partie à la réalité constatée.

19L’étude des motivations fait l’objet de la troisième partie. Il s’agit là de comprendre qui pratique le culte. En fonction de l’individu qui procède au rite, on constate diverses motivations, liées à la piété, à l’obligation morale ou contractuelle. Chacune de ces motivations a un impact différent sur la pérennité du culte, plus ou moins important, et toutes peuvent se compléter ou se relayer. Les motivations varient également en fonction de l’individu célébré et cette troisième partie aborde la question de la hiérarchie des cultes, dont l’ampleur fluctue considérablement, depuis le particulier anonyme très vite oublié jusqu’au saint local vénéré pendant plusieurs siècles. Et cette inégalité constatée des hommes face à leur devenir mémoriel est l’argument principal pour la mise en œuvre de stratégies.

Notes

1 Pour une introduction au concept d’historicité, qui ne pourra être traité dans cette étude, on consultera Bantigny 2013, p. 14‑17.

2 Legros 2008a.

3 Corpus établi sur la base du dépouillement réalisé par R. El‑Sayed (El‑Sayed 1985b, p. 271‑292).

4 Fakhry 1961.

5 Alliot 1935, p. 22‑38 ; id. 1938, p. 93‑114.

6 Habachi 1985 ; Franke 1994.

7 Simpson 1974 ; De Meulenaere 1977, p. 79‑82 ; El‑Rabi’i 1977. p. 13‑21.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search