Version classiqueVersion mobile

Roman grec et poésie

 | 
Michel Briand
, 
Michèle Biraud

4. Le roman comme poésie, la poésie comme roman.

De Pindare à Héliodore : poésie épinicique et épinicie romanesque

Dimitri Kasprzyk

Résumé

Les concours athlétiques sont un thème poétique ancien, traité par Homère, naturellement, et bien sûr par Pindare. Nous voudrions ici explorer l’hypothèse d’une influence de ces deux traditions poétiques sur Héliodore dans la représentation de l’univers agonistique au livre IV des Éthiopiques. Certes, Pindare ne fait pas partie des auteurs les plus massivement cités à l’époque impériale et il est peu probable qu’Héliodore ait eu une connaissance approfondie des odes pindariques. Mais l’ombre de Pindare se fait sentir dans l’emploi de certaines expressions et dans la construction de certaines situations, combinée avec le souvenir des concours homériques. Le romancier crée une nouvelle forme d’épinicie, qui n’a pas pour fonction de louer la victoire sportive de Théagène, très ponctuelle et de portée limitée dans l’économie du roman, mais de célébrer ensemble Théagène et Chariclée, tous deux athlètes d’un nouvel agôn où triomphe leur vertu.

Texte intégral

  • 1 Laplace 1995, p. 179.

1Dans les Éthiopiques, la cité de Delphes est le cadre du concours pythique au moment de la rencontre entre Théagène et Chariclée. Les concours athlétiques sont un thème poétique ancien, traité par Homère, naturellement, et bien sûr par Pindare. Nous voudrions ici explorer l’hypothèse d’une influence de ces deux traditions poétiques sur Héliodore dans la représentation de l’univers agonistique au livre IV des Éthiopiques. L’hypothèse peut paraître aventureuse, dans la mesure où Pindare ne fait pas partie des auteurs les plus massivement cités à l’époque impériale et qu’il semble totalement ignoré des romanciers. Il est peu probable qu’Héliodore ait eu une connaissance vraiment approfondie des odes pindariques, mais l’ombre de Pindare se fait sentir dans l’emploi de certaines expressions et dans la construction de certaines situations, combinée avec le souvenir des concours homériques. Héliodore retravaille l’univers de l’épinicie pindarique en créant une « épinicie pythique » – l’expression est de Marcelle Laplace1 –, qui n’a pas pour fonction de louer la victoire sportive de Théagène, très ponctuelle et de portée limitée dans l’économie du roman, mais de célébrer ensemble Théagène et Chariclée, tous deux athlètes d’un nouvel agôn où triomphe leur vertu.

2Le concours pythique, en l’honneur d’Apollon, s’inscrit dans la topique de la fête religieuse exploitée par les romanciers pour justifier la rencontre entre leurs protagonistes ; mais comme souvent, Héliodore innove en exploitant le contexte d’un agôn. Pourtant l’entrée dans le cadre de l’agôn est lente et s’effectue même en trompe-l’œil. En effet, entre le moment où le concours est évoqué pour la première fois, à la fin du livre II, et le moment où il est effectivement raconté au début du livre IV, il est presque complètement occulté par la procession en l’honneur de Néoptolème qui occupe le livre III. Chariclès en précise la date : Ἡ δὲ θυσία καὶ ἡ θεωρία, τετραετηρίδα ταύτην, ὅτε περ καὶ ὁ Πυθίων ἀγών, ἔστι δὲ νῦν, ὡς οἶσθα…, « Le sacrifice et l’ambassade sacrée ont lieu tous les quatre ans, juste au moment du concours pythique, qui se déroule en ce moment, comme tu sais… »

3L’incise finale, « comme tu sais », donne une information nouvelle au lecteur par le biais du dialogue, tout en la présentant comme une évidence sur laquelle on n’a pas à s’attarder ; c’est une information dont on ne sait pas si elle doit avoir une signification, et d’autant plus facilement oubliée que, peu après, Chariclès précise que « l’ambassade actuelle surpasse les précédentes », si bien que le concours est immédiatement rejeté dans l’ombre. De fait c’est seulement à la fin du livre III qu’il en est de nouveau question incidemment : Chariclée est soi-disant tombée malade, ce qui cause du souci à Chariclès, en particulier τῆς κυρίας τοῦ ἀγῶνος εἰς τὴν ἑξῆς ἐνεστηκυίας, εἰς ἣν τοῖς ὁπλίταις δρομεῦσι δᾷδας ἀναφαίνειν καὶ βραβεύειν τὴν ζάκορον νόμιμον, « parce que c’est demain la date fixée pour le concours, et à cette occasion, la coutume veut que la prêtresse présente la torche aux coureurs en armes et soit l’arbitre » (III.18.2).

4Le concours et la présence de la prêtresse sont là encore indiqués en passant, comme une source d’embarras. Par conséquent, l’évocation du concours pythique au tout début du livre IV constitue une demi-surprise pour le lecteur raisonnablement attentif, qui commence à s’adapter à la poétique de dévoilement progressif à l’œuvre depuis le début du roman. La façon même dont le concours est introduit révèle un certain humour de la part d’Héliodore : Τῇ δὲ ὑστεραίᾳ ὁ μὲν Πυθίων ἀγὼν ἔληγεν « Le lendemain, les Jeux pythiques se terminaient… » (IV.1.1)

  • 2 Lee 2001, p. 67.
  • 3 Sur cette course en armes et sa place à la fin du programme des concours, voir Miller 2004, p. 32‑ (...)
  • 4 τότε δὲ τὸν ἀνταγωνιούμενον οὐκ ἔχων, οὐδενὸς οἶμαι θαρσήσαντος τὴν ἅμιλλαν. Ἀπέπεμπον οὖν αὐτὸν ο (...)

5Au spectacle de la maladie de Chariclée succède le récit du concours, ou plus exactement, de sa fin comme s’il intervenait de justesse dans le récit : alors qu’on est au tout début du livre IV, le verbe qui apparaît en premier n’est autre que λήγω, qui signifie, non sans ironie, « se terminer » ; c’est même le terme officiel pour signifier la fin des épreuves, proclamée par le héraut2. Cette impression que l’épisode de la course est inséré in extremis est renforcée par trois choses. D’une part, nous avons droit au récit de ce qui est traditionnellement la dernière épreuve3 : « à la fin » (τέλος est ici à comprendre au sens littéral), le héraut invite les coureurs en armes à se présenter sur la piste. D’autre part, la course est sur le point d’être annulée, puisqu’aucun adversaire ne se présente face au champion arcadien4. Enfin, et c’est le corollaire de la remarque précédente, la participation de Théagène à la course est décidée au dernier moment, après le second appel du héraut (IV.2.2). C’est-à‑dire que l’on observe un désintérêt apparent, de la part du romancier comme du personnage, pour le concours, avant que ne se dévoile soudain une nécessité, pour Théagène, d’y participer, et pour le romancier, de le raconter. C’est que, même si Théagène n’est venu à Delphes ni pour concourir, ni pour courir le guilledou – alors que, dans les Éphésiaques, les jeunes Éphésiens participent à une procession en l’honneur d’Artémis pendant laquelle « la coutume voulait qu’on choisît des fiancés aux jeunes filles, et des femmes aux jeunes hommes » (Xénophon d’Éphèse, I.2.3) –, les deux choses semblent s’imposer dans le récit au même moment. Lointain héritier de Pindare, Héliodore opère une synthèse entre l’univers agonistique et la sphère amoureuse, notamment à travers une métaphorisation de la notion d’agôn sur un plan amoureux, métaphore qui n’est pas forcément originale, mais qui prend une nouvelle vigueur à partir d’un passage des Pythiques de Pindare – un recueil d’épinicies forcément adapté au cadre delphique du roman.

  • 5 Voir p. 62, n. 1 du tome II de l’édition de la CUF.

6Pour désigner la « victoire pythique » d’un autre personnage sur lequel nous reviendrons plus loin, Héliodore utilise le mot Πυθιονίκη (IV.16.7, V.19.2), nom féminin manifestement construit sur le masculin Πυθιονίκης, « vainqueur aux jeux pythiques », parfaitement attesté par ailleurs. L’emploi du féminin est tout à fait unique et les éditeurs de la CUF sont même tentés de corriger cette sorte d’anomalie5 ; il me semble que l’on peut également y voir une transformation délibérée de l’emploi usuel du mot, peut-être due à la compréhension particulière d’un passage de Pindare, le début de la neuvième Pythique, consacrée précisément à un vainqueur à la course en armes, un certain Télésicrate. L’ode commence par ces mots :

Ἐθέλω χαλκάσπιδα Πυθιονίκαν
σὺν βαθυζώνοισιν ἀγγέλλων
Τελεσικράτη Χαρίτεσσι γεγωνεῖν
ὄλβιον ἄνδρα

Je veux annoncer le vainqueur pythique au bouclier d’airain,
avec les Grâces aux profondes ceintures
et proclamer Télésicrate
heureux homme… (Pyth. IX.1‑4)

7Peut-être Héliodore en a-t‑il (volontairement ou non) altéré la signification en comprenant : « Je veux en annonçant sa victoire pythique […] proclamer Télésicrate heureux homme… » Quoi qu’il en soit, cette ode est particulièrement intéressante parce qu’il est possible qu’elle ait donné lieu à une relecture plus globale de la part d’Héliodore.

8D’une part, la neuvième Pythique chante la victoire d’un Cyrénéen, ce qui conduit naturellement Pindare à l’évocation du mythe de Cyrène, dont les amours de Théagène et Chariclée offrent une sorte de décalque. Cyrène est une nymphe dont Apollon tombe amoureux, et leur histoire d’amour est placée sous le signe de la pudeur (αἰδώς, Pyth. IX.20), tout comme Théagène et Chariclée vivent dans la chasteté jusqu’à la fin du roman. La nymphe est présentée comme une vierge chasseresse qui dédaigne les activités féminines et les réjouissances avec ses compagnes pour chasser les fauves (v. 32‑40) ; de même, de l’aveu de son père Chariclès, Chariclée refuse de reconnaître sa nature de femme et « refuse le mariage, prétend rester vierge toute sa vie, s’est vouée au service d’Artémis, consacre la majeure partie de son temps à la chasse et s’exerce au tir à l’arc » (Éth. II.33.4). Cyrène est par ailleurs destinée à devenir la souveraine d’une terre riche, qui forme la « troisième racine du continent » (Pyth. IX.14‑15), c’est-à‑dire la Libye, identifiée à l’Afrique dont fait partie l’Éthiopie : pour cela, elle sera emportée « au-delà de la mer » (v. 90), tout comme Chariclée, « fendant les flots » (Éth. II.35.5), d’après les prédictions de la Pythie, deviendra reine d’Éthiopie et prêtresse d’Artémis, tandis que Théagène présidera au culte d’Apollon.

9D’autre part, la fin de l’ode développe une nouvelle légende, écho mythique de l’histoire d’Alexidame, un ancêtre de Télésicrate, dont Théagène est une incarnation beaucoup plus tardive. Pindare rapporte qu’à Isara, en Libye, un certain Antée voulait marier sa fille à la « beauté admirable » (Pyth. IX.191), que convoitaient de nombreux prétendants, étrangers ou issus de sa famille – tout comme Théagène a pour rival Alcamène, le neveu de Chariclès. Il s’inspira d’un procédé inventé par Danaos, qui imagina pour ses filles « le mariage le plus prompt » (v. 200) : il plaça le « chœur » de ses filles aux « bornes d’une lice » (ἐν τέρμασιν αὐτίκ’ ἀγῶνος, 202), pour « départager » les prétendants par une épreuve de course (σὺν δ’ ἀέθλοις ἐκέλευσεν διακρῖναι ποδῶν, 203‑204), un épisode rapporté également par Pausanias (III.12.2). De la même façon, donc, Antée plaça sa fille « près de la ligne » (ποτὶ γραμμᾷ, 209), « après l’avoir parée », pour être « tout au bout, le terme » de la course, τέλος ἄκρον (210) : le premier qui toucherait ses vêtements l’épouserait, et ce fut Alexidame, dont le descendant, Télésicrate, imite donc les prouesses en remportant la course en armes.

10Or cette situation n’est pas sans rappeler celle des deux héros des Éthiopiques : au moment où le héraut appelle les concurrents de la course en armes, Chariclée apparaît, resplendissante, « tout au bout de la piste » (κατ’ ἄκρον τὸ στάδιον, IV.1.2). Une fois la course lancée, Théagène « arriva comme une flèche jusqu’à la cible » (ἐπὶ σκοπόν, IV.4.1), « le regard fixé sur la seule Chariclée », qui représente donc le véritable but de sa course ; si Alexidame a touché le vêtement de sa promise, Théagène, lui, va plus loin, et « tomba exprès contre sa poitrine, pesamment, soi-disant parce que dans sa course, il n’avait pu retenir son élan » (IV.4.2). Alexidame, victorieux de cette course nuptiale, avait par ailleurs « plusieurs fois auparavant reçu les ailes des victoires » (πτερὰ νικᾶν, Pyth. IX.220), manière périphrastique de désigner les victoires pour lesquelles il fut couronné, à l’aide d’une image un peu mystérieuse, dont on trouve l’équivalent dans la quatorzième Olympique (Ol. XIV.35). Or ces ailes réapparaissent dans l’histoire de Théagène, mais avant la course et dans un sens fort différent. À Calasiris qui s’inquiète de sa possible défaite, le héros répond :

Τίνα δὲ οὕτως ἡ ὄψις ἐκείνης τάχα καὶ πτερῶσαι δύναται καὶ μετάρσιον ἐπισπάσασθαι ; Οὐκ οἶσθα ὅτι καὶ τὸν Ἔρωτα πτεροῦσιν οἱ γράφοντες, τὸ εὐκίνητον τῶν ὑπ’ αὐτοῦ κεκρατημένων αἰνιττόμενοι ;

À qui la vue [de Chariclée] peut-elle donner des ailes autant qu’à moi et le faire planer au-dessus du sol ? Tu ne sais donc pas que les peintres donnent des ailes à Éros pour symboliser la vivacité de ceux qui sont en son pouvoir ? (IV.2.3)

  • 6 Cf. Queyrel 2001, p. 378‑381.

11Théagène amoureux se souvient que l’amour donne des ailes et donc la vitesse qui lui vaut la victoire. À travers cette scène transparaît en tout cas l’idée que Chariclée en bout de piste est un trophée amoureux (malgré Chariclès) et que, d’une manière plus générale, l’enjeu de la course est le mariage, ou en tout cas la conquête de Chariclée. Pindare écrit à propos de Télésicrate, que lors des concours, quand les vierges le voyaient gagner, elles souhaitaient qu’il soit leur époux, ou leur fils (Pyth. IX.174‑175) : n’est-ce pas éventuellement la même chose pour Chariclée, qui le regarde courir avec tant d’émotion (IV.3.3) ? La confusion entre la sphère athlétique et amoureuse est d’ailleurs déjà en germe lors de la procession du livre III, au cours de laquelle, « d’un suffrage unanime, [tous] accordaient le prix de bravoure et de beauté au jeune homme » (τὴν νικητήριον…ψῆφον, III.3.8). Cette victoire symbolique lui vaut l’admiration des femmes du peuple qui « lui jetaient des pommes », gage d’amour bien connu, mais aussi prix pour le vainqueur des Pythia6.

  • 7 « Il ne put même pas se contraindre au silence et me dit tout bas (il s’était assis exprès à côté (...)
  • 8 Crowther 2001, p. 29‑44 : un athlète sans adversaire n’en est pas moins couronné, et n’a pas forcé (...)

12C’est donc la coïncidence entre victoire sportive et conquête amoureuse qui pousse Théagène à concourir, même si sa décision, en plus d’être tardive, répond à une logique un peu bancale. Dans un premier temps, en effet, à l’appel du héraut, il ne bouge absolument pas : seule l’apparition de Chariclée le fait réagir de manière un peu puérile7. Mais une péripétie intervient alors : faute de concurrents, on s’apprête à renvoyer le seul coureur qui se soit présenté – et que personne n’ose affronter –, car « la loi ne permet pas de décerner une couronne à quelqu’un qui n’a pas concouru » (IV.2.1), une règle qui ne semble pas de mise dans la réalité8. Mais lorsque, à la demande de l’Arcadien, le héraut lance un second appel, Théagène se manifeste alors en se justifiant ainsi : Οὐ γάρ τις ἐμοῦ παρόντος καὶ ὁρῶντος ἕτερος ἐκ τῶν Χαρικλείας χειρῶν τὸ νικητήριον ἀποίσεται, « Moi présent, nul autre ne recevra, sous mes yeux, des mains de Chariclée, le prix de la victoire » (IV.2.2).

  • 9 Voir notamment Robert 1969, p. 239 et 275.

13Il n’y a pourtant aucun risque, puisqu’on ne peut remporter de couronne sans combattre. C’est donc la présence de Chariclée qui impose à Théagène de participer, et à lui faire négliger le risque, évoqué par Calasiris, de l’ἀδοξία, du « déshonneur » en cas d’échec : dans la huitième Pythique, Pindare parle effectivement de l’humiliation des adversaires vaincus (Pyth. VIII.117‑125). Inversement, d’ailleurs, l’Arcadien est « à ce qu’il croyait, seul à mériter la gloire » (μόνος ἐπίδοξος, ὡς ἐδόκει, IV.2.1), une expression qui rappelle les formules en usages dans les éloges agonistiques : Louis Robert observe dans les inscriptions un emploi fréquent de l’adverbe ἐνδόξως pour désigner une victoire éclatante et de l’adjectif μόνος, qui donne à l’exploit une saveur prétendument unique9. Mais Théagène précise que Εἰ δὲ δεῖ τι καὶ κόμπου προσεῖναι τοῖς εἰρημένοις, οὐδεὶς ἐς τὴν σήμερον ποσί με παρελθὼν ἐσεμνύνατο, « S’il faut ajouter un soupçon de vantardise à mes paroles, personne, jusqu’à maintenant, n’a pu se targuer de me surpasser à la course à pied » (IV.2.3).

14Cela signifie que ce n’est évidemment pas par crainte de la défaite que Théagène, dans un premier temps, ne s’était pas manifesté, mais par désintérêt pour la victoire qui, en soi, n’a aucune valeur. Il ne s’agit donc pas de concourir pour la gloire d’une victoire pythique, selon l’idéologie reflétée dans le genre de l’épinicie, mais pour Chariclée – sans que d’ailleurs, Théagène considère explicitement que la victoire lui vaudra l’admiration et l’amour de la jeune fille – parce que c’est elle qui va couronner le vainqueur, un geste qui peut être assimilé au choix d’un prétendant.

15En un sens, c’est surtout Cnémon qui donne à la scène une signification amoureuse nette : lorsqu’il apprend la victoire de Théagène, ponctuée par un baiser furtif que seul Calasiris surprend, il se dit soulagé par « ce trophée et ce baiser » (IV.4.2), évoqués conjointement, comme si la victoire garantissait la progression d’une histoire d’amour.

16Il se trouve pourtant que l’idée est en fait discrètement réfutée dans la suite immédiate du texte, une réfutation confirmée par un épisode ultérieur où l’univers agonistique est à nouveau représenté et évalué. Concluant la scène, juste après la remarque de Cnémon, Calasiris raconte que :

Ὁ μὲν Θεαγένης ὧδ’ἐστεφανοῦτο καὶ νικῶν ἀνηγορεύετο καὶ παρεπέμπετο ὑπὸ ταῖς πάντων εὐφημίαις, ἡ Χαρίκλεια δὲ ἥττητο λαμπρῶς καὶ δεδούλωτο τῷ πόθῳ πλέον ἢ πρότερον, αὖθις ἰδοῦσα τὸν Θεαγένην.

Théagène fut donc ainsi couronné, proclamé vainqueur et accompagné par les acclamations de tout le monde, tandis que la défaite de Chariclée était éclatante : après avoir revu Théagène, elle était plus qu’avant l’esclave de son désir. (IV.4.4)

  • 10 Voir en IV.6.5 lorsque Calasiris empêche Théagène de courir auprès de Chariclée : « Eh, arrête-toi (...)
  • 11 Harris 1964, p. 74‑75, y voit « an egg‑and‑spoon race », une sorte de « course de consolation » ; (...)

17Il construit une opposition très rhétorique entre la victoire pythique de Théagène et la défaite amoureuse de Chariclée, mais sans établir de lien de cause à effet : c’est la vue qui joue le rôle fondamental, et Héliodore avait déjà précisé que Chariclée était ἀφιγμένη καὶ ἄκουσα διὰ τὸ πάτριον ἢ πλέον, ἐμοὶ δοκεῖν, ὄψεσθαί που τὸν Θεαγένην ἐλπίζουσα, « venue [assister au concours] bien malgré elle pour respecter la coutume ou plutôt, à mon avis, parce qu’elle espérait voir Théagène » (IV.1.2). La scène ne fait que réactualiser la première rencontre lors de la procession, où la vue jouait déjà un rôle fondamental (et topique) ; par la suite, il ne sera plus jamais question de cette victoire de Théagène, sinon sous forme d’une plaisanterie de Calasiris10. Chariclée, elle, n’y fait pas la moindre allusion, et son amour pour Théagène n’est jamais justifié par l’admiration pour le vainqueur – peut-être aussi parce que la course en armes n’est pas l’épreuve la plus glorieuse11. C’est-à‑dire que si Héliodore semble établir une convergence entre la prouesse athlétique et la passion amoureuse qui mènera, en toute fin de roman, au mariage entre les héros, de la même façon que, chez Pindare, le mariage est à l’arrière-plan de toute la neuvième Pythique, il s’écarte d’une équivalence trop stricte, comme le confirme la mise en scène d’une autre figure d’athlète, sur laquelle passe en outre l’ombre d’Homère.

18Le récit de la course en armes donne lieu à une référence homérique discrète, mais qui va, de manière indirecte, s’avérer signifiante. Il s’agit du tout début de la course : ἀνεῖπέ τε ‘Ὄρμενος Ἀρκὰς καὶ Θεαγένης Θετταλός’, ἔσχαστο μὲν ἡ ὕσπληξ, τέτατο δὲ ὁ δρόμος…, « [Lorsque le héraut] eut proclamé : “Orménos l’Arcadien et Théagène le Thessalien !”, la corde s’abaissa et la course se tendit… » (IV.3.3)

  • 12 Bell 1990, p. 7‑9.
  • 13 Scholie T à XXI.758 : ἐπεὶ μὴ κάμπτουσιν, οὐ ταμιεύουσιν εἰς τέλος τὸ τάχος, ἀλλ’ εὐθέως προπηδῶσι (...)
  • 14 En deux lignes, Héliodore balaye « les compétitions de coureurs, les étreintes des lutteurs, les m (...)

19D’emblée la course s’effectue sur un rythme effréné, comme l’indique l’expression τέτατο δὲ ὁ δρόμος, reprise du vers homérique τοῖσι δ’ ἀπὸ νύσσης τέτατο δρόμος (Il. XXIII.758 ; Od. VIII.121). Selon D. J. Bell, l’emprunt à Homère est indiscutable parce que la combinaison de mots est plutôt inhabituelle12 ; de fait le sens même de l’expression homérique est discutée : pour V. Visa‑Ondarçuhu, elle signifie « la piste s’étirait devant eux » ; en revanche, une scholie comprend que la course étant brève, en l’absence de virage, les coureurs ne ménagent pas leur effort, mais s’élancent tout de suite à toute vitesse13, et cela correspond au sens de l’expression chez Héliodore. La formule homérique apparaît naturellement dans le récit des jeux en l’honneur de Patrocle, dans l’Iliade, et à propos des jeux organisés par les Phéaciens dans l’Odyssée. Cette seconde occurrence est particulièrement intéressante pour le contexte dans lequel elle s’inscrit. Peu après le récit de la course et d’un certain nombre d’épreuves, aussi survolées par le poète que les épreuves pythiques par Héliodore14, Ulysse est invité à concourir par Laodamas, et parce qu’il refuse, Euryale l’insulte en ces termes :

οὐ γάρ σ’ οὐδέ, ξεῖνε, δαήμονι φωτὶ ἐΐσκω
ἄθλων, οἷά τε πολλὰ μετ’ ἀνθρώποισι πέλονται,
ἀλλὰ τῷ, ὅς θ’ ἅμα νηῒ πολυκλήϊδι θαμίζων,
ἀρχὸς ναυτάων, οἵ τε πρηκτῆρες ἔασι,
φόρτου τε μνήμων καὶ ἐπίσκοπος ᾖσιν ὁδαίων
κερδέων θ’ ἁρπαλέων· οὐδ’ ἀθλητῆρι ἔοικας.

Vraiment non, étranger, tu ne me sembles pas expert aux jeux de toute sorte où s’exercent les hommes ; tu me parais celui qui, allant et venant sur un bateau aux nombreux échaumes, commande à des matelots trafiquants, tient mémoire de la cargaison, surveille le chargement et les marchandises volées. Tu n’as rien d’un athlète. (Od. VIII.159‑164, trad. M. Dufour et J. Raison)

20Euryale oppose, dans un esprit fortement aristocratique, la pratique athlétique à la profession de marchand, ce à quoi Ulysse répond d’abord par une longue réplique (VIII.166‑185), puis par une prouesse au lancement du δίσκος (VIII.186‑193). Si Théagène décide de participer à la course, au lieu d’être simplement spectateur des jeux, ne serait-ce pas pour éviter de subir ce genre d’insulte ? Il se trouve en effet que l’opposition entre l’athlète et le marchand est réactivée dans la suite du roman, mais en termes originaux, puisqu’un épisode ultérieur offre une réponse lointaine à Euryale, comme pour invalider l’insulte à Ulysse. En effet, quelques jours après le concours, l’univers agonistique est de nouveau évoqué, presque par accident, sous la forme d’un récit enchâssé. Calasiris est invité par des Phéniciens à participer à un banquet et il interroge son hôte qui lui raconte les raisons de leur présence :

Ἔλεγον δὴ οὖν εἶναι μὲν Φοίνικες Τύριοι τέχνην δ μποροι πλεῖν δὲ ἐπὶ Καρχηδόνα τὴν Λιβύων, λκάδα μυριοφόρον Ἰνδικῶν τε καὶ Αἰθιοπικῶν καὶ τῶν ἐκ Φοινίκης ἀγωγίμων φέροντες, τὸ δὲ παρὸν Ἡρακλεῖ Τυρίῳ τήνδε νικητήριον ἀποθύειν τὴν εὐωχίαν, τοῦδε τοῦ νεανίου (δείξαντες τὸν προκατακείμενον) ἀναδησαμένου τὸν ἀπὸ τῶν παλαιστῶν ἐνθαδὶ στέφανον καὶ νικσαν τν Τύρον ν λλησιν ναγορεύσαντος.

Ils me racontèrent donc qu’ils étaient des Phéniciens de Tyr, marchands de profession, et se rendaient à Carthage en Libye, avec un cargo au fort tonnage rempli de marchandises égyptiennes, éthiopiennes et aussi phéniciennes, mais que pour le moment ils offraient à Héraklès tyrien ce banquet de victoire parce que ce jeune homme – ils me montrèrent celui qui était allongé en face de moi – a remporté la couronne à l’épreuve de lutte qui a eu lieu ici et a fait proclamer devant les Grecs la victoire de Tyr. (IV.16.6)

  • 15 Sur la participation de ce Phénicien à un concours réservé aux Grecs à l’époque classique, voir Br (...)

21Ces Phéniciens sont (naturellement) des marchands, et pourtant l’un d’eux vient de remporter le concours de lutte. Héliodore, qui se dit à la fin du roman « Phénicien d’Émèse », prend un malin plaisir, dans un roman qui interroge l’identité grecque de ses personnages, à redoubler l’opposition athlète-marchand d’une opposition grec-barbare, en précisant que le jeune Phénicien « a fait proclamer » la victoire de Tyr – et pas seulement d’un Tyrien – « devant les Grecs » – ce qui signifie aussi, implicitement, qu’elle s’est faite contre les Grecs15. Le reproche d’Euryle à Ulysse est donc dépourvu de justification, puisque « celui qui était jusqu’ici un marchand (ὁ τέως ἔμπορος) s’est révélé à nous un beau vainqueur (καλλίνικος) » (IV.16.7).

22La victoire de l’individu rejaillit sur sa patrie : c’est un topos de l’épinicie que de rappeler comment un vainqueur rend illustre sa cité, comme c’est le cas de Télésicrate qui, « vainqueur, a fait proclamer le nom de Cyrène » (νικάσαις ἀνέφανε Κυράναν, Pindare, Pyth. IX.73). Le mot καλλίνικος, bien que courant, est aussi un terme pindarique (une petite dizaine d’occurrences chez Pindare), et l’éloge du jeune vainqueur relève en un sens de l’épinicie – en prose et en miniature –, ce que confirme peut-être une autre expression d’Héliodore. Le Phénicien indique que ses compagnons et lui sont venus « sur un vaisseau aux dix mille amphores », ὁλκάδα μυριοφόρον : l’expression se trouve aussi dans l’Hymne à Sarapis d’Aelius Aristide, un texte qui légitime l’usage de la prose dans les hymnes. Aristide écrit notamment que : ἡμῖν δὲ οὔτε ἀνοῖξαι πίθον ὕμνων οὔθ’ ἅρμα μουσαῖον οὔθ’ ὁλκάδα μυριοφόρον οὔτε νεφέλας, οὐ γρῦπας οὐδὲ τῶν τοιούτων οὐδὲν ἔξεστιν εἰπεῖν…, « À nous, en revanche, il n’est pas permis “d’ouvrir la jarre des hymnes”, ni de parler du “char des Muses”, ni du “vaisseau aux dix mille amphores”, ni de nuées, ni de griffons, ni de rien de tel… » (Aristide, Hymne à Sarapis, v. 13, trad. J. Goeken)

  • 16 C’est le fragment 355 dans l’édition Maehler ; le « char des Muses » apparaît dans les Isthmiques, (...)
  • 17 Péron 1974, p. 151‑156.
  • 18 Bowie 1998, p. 10.

23D’après Aristide, les prosateurs n’ont pas la liberté d’utiliser des métaphores poétiques pour désigner le travail littéraire ; or le contexte de l’Hymne indique presque à coup sûr que l’expression ὁλκάδα μυριοφόρον est un fragment de Pindare16, qui renvoie à la métaphore du poème-marchandise envoyé au vainqueur17. Dans la cinquième Néméenne, Pindare demande que son chant, sur un cargo (ἐπὶ πάσας ὁλκάδος) ou une barque (ἔν τ’ ἀκάτῳ) parte à Égine annoncer la victoire de Pythéas (Ném. V.3), tandis que dans la deuxième Pythique, l’ode est envoyée à Hiéron à travers la mer grise « comme une marchandise phénicienne » (Pyth. II.68). L’expression ὁλκάδα μυριοφόρον n’est pas très fréquente – attestée surtout chez Philon et les auteurs chrétiens –, si bien que, dans les Éthiopiques, elle a probablement, en raison du contexte pythique, une origine pindarique, peut-être indirecte, par le biais d’Aristide, justement. Mais Héliodore, non sans humour, réintroduit le sens concret en évoquant un véritable navire avec sa cargaison, comme pour prendre ses distances avec l’univers épinicique : de fait, le navire reprend un sens métaphorique au livre V, lorsqu’il aborde à Zacynthe, où les habitants le qualifient de « chef‑d’œuvre phénicien » (Φοινίκιον τὸ φιλοτέχνημα, V.18.2), une expression qui, comme le suggère E. Bowie, pourrait tout aussi bien désigner le roman du Phénicien Héliodore18. Le roman devient donc le successeur de l’épinicie, dont il s’approprie aussi l’univers métaphorique.

24Dans les Éthiopiques, le commerce n’a pas forcément très bonne réputation : le marchand Nausiclès est une figure un peu ambiguë, qui n’hésite pas à affirmer son amour du gain, même s’il est par ailleurs bienfaisant envers les héros. En un sens, la victoire inattendue d’un marchand sert à revaloriser la profession. Mais dans l’esprit du vainqueur phénicien, elle a une autre fonction : le personnage tombe bientôt amoureux de Chariclée, comme il se doit, et sa victoire est censée lui donner un prestige immense et, de ce fait, faciliter sa demande en mariage à Calasiris. En effet, Οὐκ ὀλίγον δὲ ες εδοξίας προσθήκην καὶ τν Πυθιονίκην ὠνόμαζεν, « Pour rehausser sa gloire, il évoquait aussi sa victoire pythique… » (V.19.2)

25Toutefois, pour convaincre Calasiris, qui parle de lui en disant « ce marchand tyrien vainqueur pythique », avec une pointe de mépris, comme si le titre de Pythionique ne compensait guère la profession, il doit employer d’autres arguments, là encore apparemment balayés par Calasiris :

σεμνύνων ἑαυτὸν καὶ τοῦτο μὲν γένος ἔνδοξον καταλέγων τοῦτο δὲ τὸν παρόντα πλοῦτον καταριθμούμενος τήν τε ὁλκάδα ὡς ἴδιον αὐτοῦ κτῆμα τυγχάνοι καὶ ὡς τοῦ πλείονος φόρτου τῶν ἀγωγίμων δεσπόζοι, χρυσοῦ τε ὄντων καὶ λίθων πολυταλάντων καὶ σηρικῆς ἐσθῆτος.

Il vantait ses nombreuses qualités – il me faisait tantôt le détail de son glorieux lignage et tantôt le décompte de sa richesse actuelle –, affirmait que le navire était sa propriété et que c’est lui qui possédait le plus de marchandises dans la cargaison, laquelle était constituée d’or, de pierres précieuses et de soieries. (ibid.)

26La victoire ne vient que pour couronner une série d’arguments matériels dont l’énumération fastidieuse (σεμνύνων… καταλέγων… καταριθμούμενος) trahit d’emblée la vanité du marchand dans l’esprit de Calasiris.

  • 19 On notera que l’épreuve de lutte remportée par Théagène contre le géant éthiopien (X.31‑32) n’a pa (...)

27La prouesse athlétique n’a donc strictement aucun effet sur les tentatives de séduction du Phénicien, pas plus qu’elle n’en avait dans la progression de l’histoire d’amour entre Théagène et Chariclée19. C’est que le concours auquel participe Théagène se situe en fait sur un autre plan, qui coïncide temporellement avec les Pythia, mais se voit doté d’une signification plus profonde. La coïncidence est bien notée par Héliodore à l’ouverture du livre IV : Τῇ δὲ ὑστεραίᾳ ὁ μὲν Πυθίων ἀγὼν ἔληγεν ὁ δὲ τῶν νέων ἐπήκμαζεν, ἀγωνοθετοῦντος, οἶμαι, καὶ βραβεύοντος Ἔρωτος…, « Le lendemain, les Jeux pythiques se terminaient, mais le jeu entre les jeunes gens battait son plein, sous la présidence, je pense, et l’arbitrage d’Éros… » (IV.1.1)

28De même que les Amphictyons « présidaient aux épreuves » (ἠθλοθέτουν), Éros arbitre la lutte amoureuse, selon une métaphore qui n’est guère originale, mais dont le sens exact n’est pas forcément clair : de quelle lutte s’agit‑il ? Et entre quels adversaires ? Dans le roman de Chariton, un rival amoureux utilise le même registre de façon limpide, sous la forme d’une comparaison, en se plaignant que Chéréas ait remporté la main de Callirhoé sans combattre : Ὥσπερ γὰρ ἐν τοῖς γυμνικοῖς ἀγῶσιν ἕνα δεῖ νικῆσαι τῶν ἀγωνισαμένων […] ἀκονιτὶ τὸν στέφανον ἤρατο. Ἀλλὰ ἀνόνητον αὐτῷ γενέσθω τὸ ἆθλον… « Comme dans les concours gymniques, il faut que l’un des concurrents soit vainqueur ; [… mais] il a remporté la couronne sans entrer en lice. Eh bien, que son prix ne lui soit d’aucun profit… » (Chéréas et Callirhoé I.2.2‑4)

  • 20 Inversement, le verbe συμπλέκω employé par Chariton rappelle les συμπλοκαί, les « étreintes des lu (...)

29Dans ce cas, la lutte oppose les prétendants de Callirhoé entre eux ; mais dans les Éthiopiques, de façon un peu surprenante, Théagène et Chariclée sont tous les deux des « athlètes qu’Éros a appariés » (ἀθλητῶν… οὓς ἐζεύξατο). La métaphore est riche : d’un côté, elle rappelle le « couple » qu’Éros met sous son joug au début du roman de Chariton (ὁ δὲ Ἔρως ζεῦγος ἴδιον ἠθέλησε συμπλέξαι, I.1.320) ; mais dans un autre passage des Éthiopiques, le verbe est clairement associé au contexte athlétique, et, lorsque les Éthiopiens exigent que Théagène affronte en combat singulier, à la lutte, « l’athlète de Méroébos » (τὸν ἀθλητὴν τὸν Μεροήβου), ils s’exclament : Οὗτος τῷ Μεροήβου ζευγνύσθω, « Qu’il soit apparié à l’homme de Méroébos ! » (X.30.7)

30À partir du livre IV, Théagène et Chariclée deviennent donc deux athlètes, ce qui est tout à fait nouveau par rapport à Chariton ; et si l’entrée en lice de Théagène s’est faite progressivement, l’apparition de Chariclée révèle le regard amusé que le romancier porte sur la scène et sur cette métaphorisation de l’agôn. Après les autres épreuves, le héraut convoque les « coureurs en armes » : ὁ μὲν κῆρυξ ‘Ἄνδρες ὁπλῖται παριόντων’ ἀνεβόησεν, « le héraut proclama : “Que les hommes en armes s’avancent !” » (IV.1.1) Mais, comme en réponse, dans la phrase qui suit immédiatement, c’est à l’apparition de Chariclée que l’on assiste : Ἡ ζάκορος δὲ ἡ Χαρίκλεια κατ’ ἄκρον τὸ στάδιον ἀθρόον ἐξέλαμψεν…, « Or la prêtresse, Chariclée, resplendit soudain à l’extrémité du stade… » (IV.1.2)

31Placée en bout de piste, ou à une extrémité (mais laquelle ?) de la piste, elle est en quelque sorte le premier concurrent à se présenter, comme la parataxe μέν… δέ… qui relie les deux phrases semble l’indiquer. C’est en fait seulement après une brève description de la jeune fille et de la réaction de Théagène que le narrateur rapporte la véritable réponse « à l’appel du héraut » (πρὸς τὴν κλῆσιν τοῦ κήρυκος), avec l’entrée en scène de l’Arcadien (παρῄει τις), précédant celle de Théagène (IV.2.1).

  • 21 Alaux et Létoublon 1998.
  • 22 La couronne renvoie aussi à la fonction royale ; sur l’ambiguïté du vocabulaire, voir Morgan 1989, (...)

32Si Théagène et Chariclée sont tous deux des athlètes, il reste à se demander quelle est la signification de cette lutte qui semble les mettre aux prises, littéralement, l’un contre l’autre. Il convient ici de noter que si l’agôn relève métaphoriquement de la sphère amoureuse au livre IV, son sens évolue au fil du roman pour symboliser les épreuves que les deux héros affrontent, c’est-à‑dire l’ensemble de l’intrigue romanesque. De même que les Amphictyons arbitrent le concours pythique, la Fortune, selon une expression étudiée par J. Alaux et Fr. Létoublon21, est ce qui « préside à leurs épreuves » (ἡ τὰ κατ’ αὐτοὺς ἀθλοθετοῦσα τύχη, VII.12.2). Ce n’est plus seulement la conquête amoureuse que désigne, la plupart du temps du point de vue masculin, le motif de la lutte, mais le cours de leur existence. L’oracle prononcé par la Pythie à la fin du livre II annonce d’ailleurs que les héros obtiendront la « récompense (ἀέθλιον) précieuse d’une vie vertueuse » (II.35.5), sous la forme d’une « blanche couronne » : le vocabulaire est emprunté au registre agonistique pour désigner un autre type de victoire – encore énigmatique à ce stade du roman22.

33L’existence des héros, dès lors qu’ils succombent tous les deux à l’amour, tend au mariage : ainsi Chariclée veut recevoir de Théagène l’assurance, sous serment, ὡς οὔτε ὁμιλήσει τὰ Ἀφροδίτης πρότερον ἢ γένος τε καὶ οἶκον τὸν ἡμέτερον ἀπολαβεῖν ἤ, εἴπερ τοῦτο κωλύει δαίμων, ἀλλ’ οὖν γε πάντως βουλομένην γυναῖκα ποιεῖσθαι…, « qu’il ne fera pas l’amour avec moi avant que j’aie retrouvé ma famille d’origine et ma maison, ou du moins, si la divinité s’y oppose, avant de m’avoir prise pour épouse avec mon consentement plein et entier… » (IV.18.5)

34Leur amour n’a donc rien de vulgaire puisqu’il est placé sous le signe de la chasteté, qui est une lutte constante, comme l’atteste tardivement une métaphore de Théagène. Au moment où sa vertu est reconnue par l’épreuve du foyer magique, ce qui lui donne le triste droit d’être sacrifié à Hélios, il prend un ton sarcastique pour dénoncer ce paradoxe : ‘Καλὰ, λέγων ἠρέμα πρὸς τὴν Χαρίκλειαν, τἀπίχειρα παρ’ Αἰθίοψι τῶν καθαρῶς βιούντων· θυσίαι καὶ σφαγαὶ τὰ ἔπαθλα τῶν σωφρονούντων’, « On sait récompenser comme il faut ceux qui vivent dans la pureté, chez les Éthiopiens, dit‑il tout bas à Chariclée. Être sacrifié et égorgé, c’est le prix réservé à ceux qui sont chastes… » (Éth. X.9.1)

35Le mot ἔπαθλον désigne le prix de la guerre – celle que les Éthiopiens et les Perses se livrent pour les mines d’émeraude par exemple (IX.6.5) –, mais aussi la « récompense » que « l’Éthiopien de Méroébos » reçoit de la part d’Hydaspe comme prix de la « lutte » (ἅμιλλα) à laquelle il a convié toute l’assistance, sans que le défi soit relevé (X.25.1). Le mot rappelle métaphoriquement que les héros ont dû lutter – face à Thyamis ou Arsacé – pour rester chastes et purs, ce dont ils sont bien mal récompensés. Mais cette lutte a aussi pour effet de les opposer l’un à l’autre dans un concours de chasteté et de fidélité, qui justifie longtemps après qu’ils soient tous les deux désignés comme athlètes et implicitement présentés comme des adversaires qui s’affrontent dans une lutte amoureuse sous l’égide d’un Éros chaste. À Memphis, Théagène et Chariclée sont emprisonnés ensemble – l’un pour avoir refusé les avances d’Arsacé, l’autre après avoir été condamnée pour le meurtre de Cybèle –, lourdement enchaînés, une torture mentale imaginée par Arsacé qui « s’imaginait affliger davantage les jeunes gens s’ils étaient enfermés dans la même prison » ; mais les héros :

τὸ ἐν ὁμοίοις τοῖς πάθεσιν ἐξετάζεσθαι κέρδος ἐνόμιζον, εἰ ἔλαττον αὐτῶν τις κολασθήσεται νενικσθαι π θατέρου καὶ μειονεκτεν τν ρωτικν οἰόμενος. Προσῆν δὲ καὶ τὸ προσομιλεῖν ἀλλήλοις καὶ τὸ παρηγορεῖν τε καὶ ἐπιθαρσύνειν εὐγενῶς τε καὶ γενναίως τὰς προσπιπτούσας τύχας καὶ τος πρ σωφροσύνης τε κα πίστεως τς ες λλήλους φέρειν γνας.

considéraient comme un avantage d’endurer les mêmes souffrances, chacun s’imaginant être vaincu par l’autre et se montrer inférieur en amour si son supplice était moindre. Ils pouvaient en outre se réconforter et s’encourager à supporter avec noblesse et grandeur les coups du sort et les épreuves qui prouvaient leur vertu et leur fidélité mutuelle. (VIII.9.22)

  • 23 V.32.5 : τῆς μάχης… τὸ ἔπαθλον.

36Les tortures sont un agôn qui leur permet de se mesurer sur le plan des vertus amoureuses, qui seules permettent l’insertion de l’héroïne dans un univers agonistique métaphorisé, où chacun veut vaincre l’autre. Dans ces conditions, la jeune fille n’est plus seulement le prix du duel entre les prétendants, comme l’était Callirhoé, ou Chariclée elle-même, quand Théagène et Pélôros luttaient à mort au cours de la bataille généralisée entre les pirates23 : elle est bel et bien participante à l’épreuve, et donc susceptible elle aussi d’un éloge qui n’est plus réservé au vainqueur athlétique, mais au couple amoureux.

37L’épisode du concours pythique permet à Héliodore d’établir un dialogue avec deux traditions poétiques, avec lesquelles il prend toutefois ses distances. Comme dans les poèmes homériques, la course qui oppose Théagène et Orménos fait l’objet d’une représentation, à laquelle l’ode pindarique se dérobe la plupart du temps ; mais l’idéologie aristocratique incarnée par le Phéacien Euryale est remise en cause par Héliodore, soucieux de brouiller les frontières de l’identité : un marchand, non‑grec, remporte une victoire au même titre qu’un descendant d’Achille – celui-là même qui organisa les premières épreuves athlétiques de la littérature grecque. Théagène est également le lointain descendant d’un vainqueur chanté par Pindare, en remportant une course en armes qui semble devoir lui gagner l’amour de Chariclée, tout comme nombre d’odes pindariques établissent un lien plus ou moins explicite entre victoire et mariage. Mais la présence de Chariclée sur la lice change radicalement le sens de l’agôn, qui devient le prélude aux épreuves que les héros affrontent conjointement pour faire triompher leur amour dans la vertu. Célébrant « l’amour de Théagène et Chariclée » (IV.4.3), selon le mot prononcé par Cnémon juste après le récit du concours pythique, le roman devient l’héritier de l’épinicie, un genre qui désormais n’existe plus.

Notes

1 Laplace 1995, p. 179.

2 Lee 2001, p. 67.

3 Sur cette course en armes et sa place à la fin du programme des concours, voir Miller 2004, p. 32‑33.

4 τότε δὲ τὸν ἀνταγωνιούμενον οὐκ ἔχων, οὐδενὸς οἶμαι θαρσήσαντος τὴν ἅμιλλαν. Ἀπέπεμπον οὖν αὐτὸν οἱ Ἀμφικτύονες…, « Lui qui ce jour-là, n’avait aucun adversaire parce que personne, j’imagine, n’osait se mesurer à lui. Les Amphictyons allaient donc le renvoyer » (IV.2.1).

5 Voir p. 62, n. 1 du tome II de l’édition de la CUF.

6 Cf. Queyrel 2001, p. 378‑381.

7 « Il ne put même pas se contraindre au silence et me dit tout bas (il s’était assis exprès à côté de moi) : “C’est elle, c’est Chariclée !” À quoi je lui répondis de se calmer. »

8 Crowther 2001, p. 29‑44 : un athlète sans adversaire n’en est pas moins couronné, et n’a pas forcément moins de prestige ; voir déjà Feuillâtre 1966, p. 59‑60.

9 Voir notamment Robert 1969, p. 239 et 275.

10 Voir en IV.6.5 lorsque Calasiris empêche Théagène de courir auprès de Chariclée : « Eh, arrête-toi, même si tu as le pied rapide ! »

11 Harris 1964, p. 74‑75, y voit « an egg‑and‑spoon race », une sorte de « course de consolation » ; il note que de moins en moins d’inscriptions d’athlètes la mentionnent, comme si elle avait perdu de son importance et relevait plus du divertissement que du sport.

12 Bell 1990, p. 7‑9.

13 Scholie T à XXI.758 : ἐπεὶ μὴ κάμπτουσιν, οὐ ταμιεύουσιν εἰς τέλος τὸ τάχος, ἀλλ’ εὐθέως προπηδῶσιν.

14 En deux lignes, Héliodore balaye « les compétitions de coureurs, les étreintes des lutteurs, les mouvements des boxeurs », en commençant en fait son récit du concours lorsque ces épreuves sont terminées (ἐτετέλεστο, IV.1.1) ; dans l’Odyssée, après le catalogue des participants (VIII.110‑119) et la brève description de la course (120‑125), les quatre dernières épreuves occupent seulement cinq vers (126‑130).

15 Sur la participation de ce Phénicien à un concours réservé aux Grecs à l’époque classique, voir Briquel‑Chatonnet 1992, p. 190.

16 C’est le fragment 355 dans l’édition Maehler ; le « char des Muses » apparaît dans les Isthmiques, VIII.62, et « la jarre des hymnes » est très certainement aussi une expression pindarique (frg. 354 Maehler). Sur ce point, voir Vassilaki 2005.

17 Péron 1974, p. 151‑156.

18 Bowie 1998, p. 10.

19 On notera que l’épreuve de lutte remportée par Théagène contre le géant éthiopien (X.31‑32) n’a pas plus d’effet sur le cours de l’action et sur le destin du jeune homme, qui n’en est pas moins condamné à être sacrifié : cette organisation de l’action est assez spécifique au livre X, mais dans le cas de l’exploit sportif, elle est en germe au livre IV.

20 Inversement, le verbe συμπλέκω employé par Chariton rappelle les συμπλοκαί, les « étreintes des lutteurs » qui précèdent la course en armes (Éth. IV.1.1).

21 Alaux et Létoublon 1998.

22 La couronne renvoie aussi à la fonction royale ; sur l’ambiguïté du vocabulaire, voir Morgan 1989, p. 307.

23 V.32.5 : τῆς μάχης… τὸ ἔπαθλον.

Auteur

Université de Brest, HCTI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search