Version classiqueVersion mobile

Roman grec et poésie

 | 
Michel Briand
, 
Michèle Biraud

4. Le roman comme poésie, la poésie comme roman.

Des procédés romanesques dans l’épopée de Nonnos

Hélène Frangoulis

Résumé

Cet article se propose d’analyser l’utilisation de procédés romanesques dans les Dionysiaques, poème épique composé par Nonnos de Panopolis au ve siècle après J.-C. Comme les romanciers d’époque impériale, Nonnos insère dans son œuvre des narrations « à tiroirs », des maximes, des récits d’invention, des notices zoologiques ou géographiques, et des ekphraseis à valeur proleptique. Ces procédés se retrouvent aussi bien dans les épisodes amoureux du poème que dans un contexte proprement épique : il s’agira donc plus précisément de montrer comment le poète choisit parfois d’utiliser des éléments venus du roman dans un contexte non-romanesque, revendiquant ainsi l’originalité de son art poétique, fondé sur le mélange des genres.

Texte intégral

  • 1 Elles ne seront pas abordées dans cet article : pour un point sur la question, cf. Frangoulis 2008 (...)
  • 2 Sur les notices zoologiques et géographiques dans les romans, Billault 1991, p. 276-284.
  • 3 Ach. Tat. IV.2‑5. Cf. Dostalova‑Jenistova 1962, p. 203 ; Gigli 1978, p. 433 ; Vian 1990, p. 90 ; F (...)
  • 4 Crue du Nil : Ach. Tat. IV.12, Héliod. IX.22.5 ; Tyr : Ach. Tat. II.14.1‑4 ; Chariton VII.2.8. Cf. (...)
  • 5 Ach. Tat. II.11.4‑8 ; Rohde 1914 (1re éd. 1876), p. 474, n. 2 ; Dostalova‑Jenistova 1962, p. 204 ; (...)
  • 6 Cet article résume plusieurs chapitres de l’ouvrage que j’ai rédigé en vue de l’obtention de l’Hab (...)

1Dans les Dionysiaques, poème épique de quarante-huit chants composé par Nonnos de Panopolis au ve siècle ap. J.‑C., le poète utilise un certain nombre de procédés romanesques, insérant dans son œuvre des narrations « à tiroirs », des récapitulations, des maximes, des ekphrasis à valeur proleptique1, des récits d’invention sur la pourpre (XL.304‑310) ou le vin (XII.319‑336), et des notices zoologiques ou géographiques2 sur l’hippopotame (XXVI.236‑244), l’éléphant (XXVI.296‑332), la ville de Tyr (XL.311‑338) et la crue du Nil (III.275‑278, VI.339‑342, XXVI.229‑235). Les commentateurs ont relevé des ressemblances de sujet ou de traitement entre ces passages et les notices qu’Achille Tatius, Chariton ou Héliodore consacrent à ces mêmes animaux3, à ces sites4 ou à l’invention de la pourpre5. Le contenu des notices de Nonnos présente effectivement des similitudes avec les textes parallèles des romans grecs. Mais leur intérêt réside souvent dans la manière dont Nonnos choisit d’adapter certains lieux communs des notices scientifiques en fonction de la logique de son poème ou de sa prédilection pour le paradoxe, les insérant parfois dans des contextes différents et se livrant à un jeu littéraire qui le conduit à des amplifications, à des transferts et à des dédoublements par rapport aux notices correspondantes des romanciers. Reprise des procédés romanesques, choix du poète, transferts et changements de contexte, tels sont donc les trois points qui seront successivement abordés dans cette étude6.

Reprise des procédés romanesques

2La reprise des procédés romanesques apparaît d’abord dans la structure narrative de certains épisodes du poème. Celle des romans grecs est en effet caractérisée par la présence conjointe de plusieurs récits qui s’entrecroisent et s’emboîtent les uns dans les autres.

Épisodes

  • 7 Vian 1976, p. 11 ; voir aussi Collart 1930, p. 197‑198.
  • 8 Collart 1930, p. 99 ; Cataudella 1936, p. 181 ; Vian 1995, p. 19.
  • 9 Frangoulis 2008b, p. 288‑289.
  • 10 Même si le procédé n’est pas étranger au roman, il relève donc d’une technique différente, celle d (...)
  • 11 Voir aussi les chants I‑II :Nonnos entrelace le récit de la Typhonie et celui de l’enlèvement d’Eur (...)

3C’est le cas par exemple des différentes intrigues présentes dans les Éthiopiques d’Héliodore : même si elles semblent à leur début n’avoir aucun rapport entre elles, le romancier finit toujours par révéler le fil conducteur qui les relie. Telle est la technique narrative qui se retrouve dans les Dionysiaques où Nonnos « mèn[e] de front plusieurs actions, distinctes en apparence, et laisse au lecteur le soin de découvrir peu à peu les fils qui les unissent »7. L’exemple souvent donné par les commentateurs est celui des amours de Calamos et de Carpos, dont l’histoire (XI.369‑481) est intégrée à l’intérieur de l’épisode d’Ampélos, éromène de Dionysos8. Toutefois, même si le poète met en évidence les ressemblances qui existent entre ce récit secondaire et le récit principal dans lequel il est inséré9, Calamos et Carpos ne se trouvent jamais mêlés à l’intrigue principale10. En revanche, un des épisodes de l’épopée, la Chalcomédie, est particulièrement caractéristique de ces histoires entrecroisées11, le récit des amours de l’Indien Morrheus pour la Bacchante Chalcomédé étant toujours mêlé à celui des combats de la guerre des Indes.

 

Amour et guerre (XXXIII.180‑225) : Morrheus, épris de Chalcomédé, suit partout la Bacchante qui le trompe en lui faisant croire qu’elle partage son amour. La scène se passe sur le champ de bataille et, à la tombée de la nuit, Morrheus et Chalcomédé se séparent, au moment où les combattants regagnent leurs camps.

Amour, avec quelques allusions à la guerre (XXXIII.226‑387) : Morrheus et Chalcomédé sont incapables de dormir : l’Indien proclame son amour dans deux monologues, tandis que Chalcomédé, qui a peur d’être violée, est rassurée par Thétis. Les combats ne sont toutefois pas oubliés : dans son premier monologue, Morrheus se déclare prêt à trahir son camp et à rallier l’armée de Dionysos.

Amour (XXXIV.1‑122) : Morrheus avoue son amour pour Chalcomédé à son serviteur Hyssacos. Il est ensuite abusé par un songe qui lui fait croire au consentement de la jeune fille.

Guerre, avec de multiples allusions à l’amour (XXXIV.123‑268) : les combats reprennent à l’aube. Morrheus capture onze Bacchantes, qu’il offre en présent à son beau-père Dériade ; elles sont mises à mort, et les autres sont poussées vers la cité des Indiens. Malgré l’absence de Chalcomédé, qui a pris place au sein des troupes masculines de l’armée de Dionysos, c’est l’amour qui explique toutes les actions guerrières de Morrheus : c’est pour s’emparer de Chalcomédé qu’il attaque les Bacchantes, et les onze Bassarides qu’il donne à Dériade sont celles qui lui plaisent le plus après Chalcomédé. Dériade n’est d’ailleurs pas dupe : il ordonne à son gendre de rester fidèle à sa femme Cheirobié et de ne pas convoiter la couche d’une captive.

Amour et guerre (XXXIV.269‑337) : Morrheus retrouve Chalcomédé sur le champ de bataille. Le récit fait alterner les scènes amoureuses (fausse séduction de Chalcomédé, admiration et déclarations de Morrheus) et les scènes guerrières (pierre lancée par Chalcomédé, trait volontairement maladroit de Morrheus).

Guerre (XXXIV.338‑358) : Chalcomédé retourne combattre, tandis que Morrheus s’éloigne et que Dériade pousse à l’intérieur de la ville la phalange des Bacchantes.

Guerre, avec une scène amoureuse (XXXV.1‑99) : les Bacchantes enfermées dans la ville sont massacrées, et les Indiennes elles-mêmes prennent part au combat. Le passage comporte aussi une scène de nécrophilie où un Indien anonyme contemple avec amour le corps dénudé d’une Bacchante qu’il vient de tuer, mais qu’il n’ose pas violer par crainte de Dériade.

Amour (XXXV.100‑222) : pour la troisième fois, Morrheus retrouve Chalcomédé, mais contrairement aux autres rencontres, la scène ne se situe pas dans un contexte guerrier. Après une scène de poursuite amoureuse, la Bacchante impose à son prétendant un bain nuptial. Morrheus veut ensuite user de violence pour s’unir à Chalcomédé, mais sa tentative échoue grâce à l’intervention du serpent qui protège la virginité de la jeune fille.

Guerre (XXXV.223‑262a) : pendant ce temps, Hermès conduit hors de la ville les Bacchantes survivantes, à la grande fureur de Dériade.

4Les scènes amoureuses et guerrières sont donc étroitement mêlées à l’intérieur de l’épisode. De plus, le lien entre elles est donné d’emblée : en demandant à Éros de frapper Morrheus de sa flèche, Aphrodite veut éloigner des combats le champion de l’armée indienne afin de favoriser l’armée de Dionysos (XXXIII.149‑179). La passion de Morrheus pour la Bacchante a donc une influence incontestable sur le déroulement des combats. Comme le voulait Aphrodite, elle finit même par l’en éloigner, puisque la troisième rencontre de l’Indien avec Chalcomédé a lieu loin du champ de bataille : le gendre de Dériade ne retrouvera jamais le rôle essentiel qui était le sien au début de la guerre des Indes. Cet effacement programmé de Morrheus est donc le fil conducteur qui, comme dans les romans, unit des récits en apparence distincts mais en fait indissociables.

Sentences

  • 12 Autres techniques narratives imitées du roman : les récapitulations situées dans le cadre de la nar (...)
  • 13 Chamberlayne 1916, p. 55‑56. Sur la tradition littéraire de la gnômè et son utilisation dans les ro (...)
  • 14 C’est le cas en VI.31‑32, XXX.131‑132, XXXIII.115‑116, XXXV.137‑138, XLII.209‑213, 241‑242, 352‑35 (...)

5Les techniques narratives12 ne sont pas les seuls procédés empruntés par le poète des Dionysiaques. Comme les romanciers, Nonnos affectionne les sentences gnomiques, notamment celles sur l’amour13. Il arrive bien sûr que le contenu des maximes nonniennes n’ait pas d’équivalent dans les romans14. Toutefois, certaines des sentences que le poète insère dans son œuvre peuvent être rapprochées de passages, sentencieux ou non, présents chez Chariton, Achille Tatius ou Héliodore :

RomanciersNonnosÉpisodes
Ach. Tat. VI.17.4, « car un nouvel amour (νέος ἔρως) flétrit un ancien amour (παλαιὸν […] ἔρωτα) »
XI.358‑359, « à amour ancien (παλαιοτέροιο […] ἔρωτος) toujours nouvel amour (ἔρως νέος) porte remède »
Épisode d’Ampélos
Ach. Tat. I.6.3, [la nuit] « les blessures de l’âme, quand le corps est immobile, font souffrir bien davantage »
Héliod. VII.21.5 « tu souffres encore de ce mal si féminin, la jalousie (τὴν γυναικῶν ἔμφυτον νόσον ζηλοτυπίαν) »
XXXIII.264‑265, « la nuit rend toujours plus brûlantes les braises des Amours »
XXXIV.33, « toujours les femmes éprouvent de la jalousie (ἀεὶ φθονέουσι γυναῖκες) en soupçonnant une liaison secrète »
Chalcomédie
Ach. Tat. I.9.6, « il a quelque séduction pour une jeune fille, l’amant qui a le même âge qu’elle (ἡλικιώτης) »X.249, « un jeune garçon a toujours du charme pour un compagnon de son âge (ὁμόχρονον ἥλικα) »
XLII.135‑137, « car pour un jouvenceau, épier la beauté et les regards d’une jeune fille de son âge (ἥλικος […] κούρης) offre une petite consolation aux amours de Cypris »
Épisodes d’Ampélos et de Béroé
Ach. Tat. I.9.6, « la conscience d’être aimée donne souvent naissance à un amour en retour »
Chariton I.4.2, « la femme est proie facile, quand elle se croit aimée »
 
Ach. Tat. VI.7.4, « [les larmes] des femmes sont d’autant plus séductrices (γοητότερον) qu’elles sont plus abondantes »
XLII.170‑174, « car, si la jeune fille sait, il reste au jeune homme, pour plus tard, un espoir d’amour, d’une tendresse à venir, tandis que c’est dans un vain trouble que les hommes désirent, lorsque les femmes l’ignorent »
 
XLII.265‑266, « car les femmes sont plus désirables (ἱμερταί) quand leur teint s’empourpre et qu’elles gémissent »
Épisode de Béroé
  • 15 Ovide, Art d’aimer I.531‑532 ; Rem. am. 483‑486 ; l’influence d’Ovide sur Nonnos n’est pas prouvée (...)
  • 16 Ap. Rh. III.751‑765 (Médée) : cf. Gerlaud 2005, p. 174 (note à XXXIII, 264‑265).
  • 17 Hés., Trav. 447, Platon, Phèdre 240c : cf. Gigli 1978, p. 435 ; Chrétien 1985, p. 147 (note à X.24 (...)

6Il est bien sûr difficile de parler d’emprunt direct quand il s’agit de lieux communs. L’idée des larmes qui rendent les femmes plus désirables et la possibilité de guérir un amour par un nouvel amour sont des notions déjà présentes chez Ovide15, tandis que dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, la nuit attise également les malheurs amoureux16. Quant à l’attirance pour un amant (ou une amante) du même âge, c’est un topos déjà attesté chez Hésiode et Platon17. En fait, l’essentiel est de remarquer que toutes les sentences traitant de l’amour, que leur contenu ait ou non un équivalent chez les romanciers, sont intégrées à l’intérieur des épisodes romanesques de l’épopée nonnienne. C’est donc moins par une imitation directe de leur contenu que par leur insertion sous forme de sentences dans ces passages précis des Dionysiaques que ces maximes peuvent être considérées comme un rappel du roman.

7Dans deux cas en revanche, Nonnos semble bien se livrer à un jeu littéraire directement inspiré par des romanciers. Ainsi, on trouve chez Achille Tatius un passage dans lequel le comportement instinctif d’un amoureux est comparé à celui du nouveau-né qui se précipite d’instinct vers le sein maternel :

Personne n’enseigne aux nouveau-nés où se nourrir, mais ils l’apprennent d’eux-mêmes (αὐτόματα δὲ ἐκμανθάνει) et savent que dans les seins se trouve leur table ; comme eux, un garçon qui est pour la première fois gros d’amour n’a pas besoin de leçons (νεανίσκος ἔρωτος πρωτοκύμων οὐ δεῖται διδασκαλίας) pour enfanter. (Ach. Tat. I.10.1)

  • 18 Sur l’adaptation dans les Dionysiaques de cette sentence d’Achille Tatius, cf. Gigli 1978, p. 434‑4 (...)

8Or, au chant XLI, Nonnos présente ainsi Éros nouveau-né dans les bras d’Aphrodite : « Et vite, se jetant dans les bras lumineux de sa mère, Amour qui ne tient pas en place s’élançait vers les seins dressés pour se blottir contre la poitrine maternelle ; il avait d’instinct le désir (ἵμερον αὐτοδίδακτον) de boire » (XLI.137‑140). Le geste instinctif du nourrisson constitue un rappel de la sentence d’Achille Tatius18. Mais, dans un jeu littéraire non dépourvu d’humour, Nonnos remplace la comparaison amoureuse par le choix d’un nouveau-né dont la seule identité suffit à symboliser le comportement amoureux.

9Un autre exemple mêle avec subtilité les références littéraires. Dans l’épisode d’Ampélos, au chant XI, Nonnos affirme que « l’œil n’enfante jamais la satiété (κόρον) pour qui contemple l’objet de son amour » (XI.101‑102). Ces propos se veulent manifestement une contradiction de ceux que prononce Ménélas dans l’Iliade : « Il n’est rien dont on ne se lasse (πάντων μὲν κόρος ἐστί), de sommeil, d’amour, de doux chants, de danse impeccable » (XIII.636‑637). Cette opposition est d’ailleurs affirmée avec force plus loin dans le poème :

                γυναιμανέοντι δὲ μούνῳ
οὐ κόρος ἐστὶ πόθων· ἐψεύσατο βίβλος Ὁμήρου.

Seul celui que les femmes ont rendu fou ne se lasse pas de désirer. Le livre d’Homère en a menti. (XLII.180‑181)

  • 19 Vian 1991, passim ; Hopkinson 1994, passim ; Frangoulis 2011, p. 105.
  • 20 Ach. Tat. II.38.5 : cf. Vian 1995, p. 160 (note à XI.102, qui rapproche aussi Musée 78).
  • 21 Héliod. IV.4.3. Cf. Gigli 1978, p. 443, n. 13. Accorinti 2004, p. 246‑247 (note à XLII.178‑181), v (...)

10Cette critique d’Homère témoigne bien sûr des relations conflictuelles qu’entretient Nonnos avec son prédécesseur19. Mais dans ce cas précis, ces propos qui contredisent ceux du Ménélas homérique rappellent en fait l’opinion exprimée par un autre Ménélas, celui qui chez Achille Tatius déclare à propos de l’amour des garçons : « en [les] embrassant, on ne saurait être rassasié » (φιλῶν δὲ οὐκ ἂν ἔχοις κόρον)20. Avec humour, Nonnos remplace donc le point de vue d’un Ménélas épique par celui d’un Ménélas de roman. De plus, sa condamnation explicite d’Homère sur le sujet témoigne aussi d’une autre influence romanesque, en rappelant les paroles de Cnémon chez Héliodore : « Pour moi, mon père, je reproche à Homère d’avoir dit qu’on peut être rassasié (κόρον) de l’amour, comme d’autre chose21. » L’insertion de maximes dans les Dionysiaques relève donc à la fois de l’utilisation d’un procédé romanesque et d’un clin d’œil littéraire qui témoigne des multiples influences subies par le poète.

11C’est aussi le cas dans la reprise des lieux communs au sein des notices scientifiques intégrées dans le poème. Les notices sur l’hippopotame, l’éléphant et le Nil concordent en effet sur plusieurs points avec celles d’Achille Tatius ou d’Héliodore :

Notice sur l’hippopotameAchille Tatius (IV.2 et 3)Nonnos (XXVI.236‑244)
Allusion au Nilἵππον δὲ αὐτὸν τοῦ Νείλου ἐκάλουν οἱ Αἰγύπτιοι (IV.2.1)οἷος ἐμοῦ Νείλοιο […]/ναιετάει (XXVI.238‑239)
Étymologieποτάμιον θηρίον (IV.2.1)καὶ ἔστι μὲν ἵππος, ὡς ὁ λόγος βούλεται (IV.2.2)ποταμήιος ἵππος (XXVI.237)
SabotSabot en forme de fourche (IV.2.2, ἐν χηλῇ σχίζει τὴν ὁπλήν)Simple allusion au sabot (XXVI.236, ὁπλῇ)
DentsCanines recourbées (IV.2.3, κυνόδοντας καμπύλους)
Comparaison avec les dents d’un cheval (IV.2.3)
Dent acérée (XXVI.241, αἰχμῇ καρχαρόδοντι)
Comparaison avec une faucille (XXVI.243, μιμηλῇ δρεπάνῃ)
Nourriture et voracitéDévore tout un champ de blé (IV.3.2, ὅλον λήϊον)Dévore les récoltes (XXVI.241‑244, σταχυηφόρα λήια)

 

Notices sur l’éléphantAchille Tatius (IV. 4 et 5)Nonnos (XXVI.296‑332)
Comparaison avec une tête de taureauοἵα τῶν βοῶν ἐστιν ἡ κεφαλή (IV.4.4)ταυροκάρηνος (XXVI.317)
cf. εὐρυμέτωπον (XXVI.308)
Haute tailleμέγας τὴν μορφήν (IV.4.3)ἠλίβατος (XXVI.317)
πόσσι τανυκνήμοισιν (XXVI.304)
ὑψιφανής, περίμετρος (XXVI.311) 
ἠλιβάτων […] ἐλεφάντων (XXVI.332)
Longévité« Sa mère le porte très longtemps, car elle met dix ans à façonner la semence, et c’est après cette longue période qu’elle enfante, lorsque son rejeton est déjà vieux. C’est pour cette raison […] que sa vie est longue (πολὺς τὴν βιοτήν) et que sa mort vient tard ; on dit en effet que sa vie surpasse celle de la corneille d’Hésiode. » (IV.4.2‑3)« Éléphants à l’incommensurable longévité (ἀμετροβίων ἐλεφάντων). La nature a accordé à cet animal de vivre pendant deux cents, voire trois cents cycles annuels (κύκλα διηκοσίων ἐνιαυτῶν […] ἠὲ τριηκοσίων), en parcourant des circuits sans nombre dans la carrière du temps éternel. » (XXVI.296‑299)

 

Étymologie du NilHéliodore (IX.22.5)Nonnos (III.275‑278)
« qui tous les ans apporte un nouveau limon (νέαν ἰλύν) d’où son nom grec de Nil (Νεῖλον) »« que mes compatriotes désignent du surnom de “Nil” (Νεῖλον), parce que […] il recouvre [la terre] d’alluvions nouvelles (νέην […] ἰλύν) »
  • 22 Nicandre, Ther. 566, Diod. Sic. I.35.1, 8. Pour tous les parallèles sur l’hippopotame, cf. Vian 19 (...)
  • 23 Hérodote II.71, Diod. Sic. I.35.3, Pline, Hist. nat. VIII.95.
  • 24 Nicandre, Ther. 567 (comparaison avec une faucille ; Hollis 1994, p. 57 y voit le modèle de XXVI.2 (...)
  • 25 Diod. Sic. II.42.1, 51.4, Ovide, Tristes IV.6.7‑8, Pline, Hist. nat. VIII.1, [Opp.], Cyn. II.490, (...)
  • 26 Dostalova‑Jenistova 1962, p. 204.
  • 27 Bonneau 1964, p. 115, n. 8 ; Chuvin 1976, p. 145‑146 (note à III.275‑278).

12Ces concordances, pour la plupart, ne permettent pas de tirer des conclusions, puisqu’il s’agit de lieux communs également présents chez d’autres auteurs : ainsi, l’étymologie du « cheval de rivière » est courante22 et tous les textes insistent sur les dents de l’animal23 ; la plupart notent aussi que l’hippopotame a l’habitude de dévaster les récoltes24 et signalent la haute taille de l’éléphant25. Quant à l’étymologie du nom du Nil, omise par Achille Tatius et que R. Dostalova‑Jenistova a mise en parallèle avec celle donnée par Héliodore26, elle est banale et bien attestée par ailleurs27. Rien n’indique donc dans ces exemples une influence directe des deux romanciers.

  • 28 Aristote, Hist. an. VIII.9 596a 11‑12, Pline, Hist. nat. VIII.28. L’estimation est aussi de deux ce (...)
  • 29 Le vers d’Hésiode est rapporté par Plutarque, Mor. 415 C 7‑8 ; sur la durée d’une génération humain (...)

13Un lieu commun est toutefois repris d’une manière différente. Même si Nonnos reproduit l’affirmation traditionnelle sur la longévité de l’éléphant, il adopte en effet une version qui n’est pas celle choisie par Achille Tatius : pour lui, comme pour Aristote et Pline, l’éléphant vit deux cents ou trois cents ans28. C’est moins que chez le romancier, puisque les vers d’Hésiode auxquels celui-ci fait allusion indiquent une durée de vie de neuf générations humaines29. Ce choix ne permet toutefois de tirer aucune conclusion : il reflète simplement la multiplicité des sources nonniennes.

  • 30 Dans d’autres textes, ce sont les sabots de l’hippopotame qui sont comparés à ceux d’un bœuf (Aris (...)
  • 31 Fayant 2003, p. 40.
  • 32 Il. X.292, XX.495, Od. III.382, XI.289, XII.262, 355, XX.212 ; cf. Vian 1990, p. 287 (note à XXVI. (...)

14Pourtant, un détail n’est présent que chez Nonnos et chez Achille Tatius : la comparaison entre la tête de l’éléphant et la tête d’un taureau30. Bien sûr, il est difficile de savoir si cette comparaison ne vient pas d’une source commune dont nous ne disposons plus31. Mais l’examen du texte conduit plutôt à envisager une influence directe d’Achille Tatius. En effet, l’hapax nonnien ταυροκάρηνος (XXVI.317), non attesté avant les Dionysiaques, est précédé et annoncé par εὐρυμέτωπον (XXVI.308), hapax chez Nonnos mais qu’Homère utilise pour qualifier le front large des bovins32. Il semble donc que le poète se sert ici volontairement d’une épithète tirée de l’épopée homérique pour noter un détail trouvé chez un romancier, mêlant les différentes influences dont il est tributaire en un de ces clins d’œil littéraires dont il est coutumier. Il arrive toutefois que ses choix débouchent sur des divergences entre ses notices et celles des romanciers.

Les choix du poète

15Tout d’abord, Nonnos s’applique à maintenir la cohérence entre ses notices zoologiques et l’ensemble de son épopée. Ainsi s’expliquent certaines différences avec les passages correspondants du roman d’Achille Tatius :

Achille TatiusNonnos
Trompe de l’éléphantComparaison avec une trompette (IV.4.4, κατὰ σάλπιγγα μὲν καὶ τὴν ὄψιν καὶ τὸ μέγεθος)
Utilisée pour prendre la nourriture (IV.4.5)
Comparaison avec un serpent (XXVI.308, ἐχιδναίοιο καρήνου, 327, ἐχιδνήεσσιν ἀκάνθαις) ;
Utilisée pour lancer le cadavre des ennemis (XXVI.323‑328)
Cornac de l’éléphantUn seul cornac (ἐπικάθηται γάρ τις αὐτῷ ἀνὴρ Αἰθίοψ) (IV.4.6)Des conducteurs innombrables entassés sur son dos (XXVI.306, ἐσμὸν ἔχων νήριθμον ἐπασσυτέρων ἐλατήρων)
Force(éléphant)
force invincible (IV.4.3, ἄμαχος τὴν ἀλκήν)
(hippopotame)

particulièrement fort (ἀλκιμώτατος) et à la peau invulnérable (IV.3.5)
(éléphant)
capable de piétiner des rangées d’arbres (XXVI.303) ; transperçant, soulevant et jetant à terre ses ennemis (XXVI.320‑322)
Feu/eau (hippopotame)Narines soufflant une vapeur brûlante (πυρώδη καπνὸν ὡς ἀπὸ πηγῆς πυρὸς) (IV.2.3)Aquatique (XXVI.237, ὑδατόεις, 239 βυθίοιο δι´ὕδατος ὑγρὸς ὁδίτης, 242 διερήν)
  • 33 Le rôle guerrier de l’éléphant est attesté dès Ctésias : cf. Élien, De nat. an. XVII.29 (d’après C (...)
  • 34 Ailleurs dans le poème, il évoque deux autres usages de la trompe : XLIII.339 (pour lutter contre (...)
  • 35 Héliod. IX.18.5 (six tireurs), cf. aussi Strabon XV.1.52 (709) [un conducteur et trois archers] ; (...)
  • 36 La peau dure de l’hippopotame est aussi mentionnée par Hérodote II.71, Aristote, Hist. an. II.7 502 (...)
  • 37 Aristote, Hist. an. IX.1 610a 22‑24, Part. an. II.1.6 659a 1‑2, Pline, Hist. nat. VIII.29, [Opp. ] (...)
  • 38 Philostrate, Ap. Tyane II.12 (usage guerrier de la trompe, qui permet à l’éléphant de lancer des t (...)
  • 39 Lucrèce II.537. En sanskrit la trompe se dit naganasa « nez en serpent » (André et Filliozat 1986, (...)
  • 40 La mention de la peau noire des éléphants indiens (XXVI.300 ; cf. aussi XV.158, XXIV.137, XXVIII.74 (...)
  • 41 L’affrontement de l’éléphant et du serpent est un motif fréquent : Pline, Hist. nat. VIII.32, Élie (...)

16L’usage guerrier dévolu à la trompe de l’éléphant, par opposition à l’usage pacifique qui est le sien chez Achille Tatius, est dû au rôle presque exclusivement guerrier33 que Nonnos attribue à l’animal34. Les nombreux soldats que ce dernier porte sur son dos, conformément aux exagérations de certains auteurs, parmi lesquels Héliodore35, vont dans le même sens. C’est sans doute pour une raison identique que Nonnos, au lieu d’insister sur la vigueur de l’hippopotame, longuement développée par Achille Tatius36, préfère s’attarder sur la force de l’éléphant, sur sa capacité à arracher des arbres37 et surtout à envoyer les combattants dans les airs38. De même, le rôle guerrier de l’éléphant explique pourquoi le poète établit une comparaison entre la trompe des éléphants et la forme d’un serpent (XXVI.308, ἐχιδναίοιο). L’image n’est pas propre aux Dionysiaques39, mais il convient de déterminer pourquoi Nonnos choisit précisément cette tradition. C’est sans doute parce qu’elle permet de mettre en parallèle les troupes animales des deux camps : les éléphants de l’armée indienne40 et les serpents qui protègent les Bacchantes (XIV.363‑366, XV.81‑86, XXXV, 204‑222) ou combattent dans les rangs de Dionysos. C’est ainsi qu’au chant XXXVI, les animaux des deux armées se retrouvent face à face : Dériade prépare ses éléphants au combat (XXXVI.161‑164a), tandis que Dionysos lance dans la bataille ses bêtes sauvages, parmi lesquelles les serpents jouent un rôle essentiel (XXXVI.168‑184)41.

  • 42 Laplace 2007, p. 148, rapproche l’hippopotame crachant le feu chez Achille Tatius de certains anim (...)
  • 43 Voir aussi XXIX.63 (propos d’un Indien anonyme).
  • 44 Philostrate, Vie Ap. Tyane II.24 (temple du Soleil). Quelques traces de cette tradition subsistent (...)
  • 45 Frangoulis 2006, p. 75, n. 29. Dans la théomachie du chant XXXVI, Hélios‑Apollon combat dans le ca (...)
  • 46 Frangoulis 2006, p. 85 ; Frangoulis 2010, p. 105.

17D’autres différences, toujours dues à la logique du poème, s’expliquent par les relations entre eau, feu et religion. Dans la notice sur l’hippopotame, la mention de l’eau à la place du feu42 n’est pas seulement due au caractère traditionnellement aquatique du « cheval de rivière ». En fait, pour Nonnos, un animal fluvial et indien ne peut en aucun cas être capable de cracher du feu. Cette impossibilité s’explique à la fois par le rôle spécifique du feu dans les Dionysiaques et par la description que donne le poète des croyances religieuses des Indiens. Leur roi Dériade se présente en effet comme un adorateur exclusif de la Terre et de l’Eau (XXI.263‑264)43. En cela, la cohérence interne de l’œuvre s’oppose aux éléments traditionnellement rapportés par les Grecs sur la religion des Indiens et le culte qu’ils vouent au Soleil44. La raison se trouve surtout dans le lien que le poète établit entre le feu et le soleil, par opposition à l’eau, suivant en cela la tradition de l’exégèse héraclitéenne sur Apollon et Poséidon45. Or, chez Nonnos, le feu sert de révélateur à la divinité de Dionysos46. Dans ces conditions, il est impossible à un animal à la fois aquatique et indien comme l’hippopotame d’être en quoi que ce soit associé au feu : la logique interne des Dionysiaques s’y oppose.

18La prédilection de Nonnos pour les paradoxes explique d’autres divergences entre ses notices et celles des romanciers. En effet, même si les notices nonniennes comportent des traces de débats scientifiques, ce qui intéresse le poète, ce ne sont pas ces débats en eux-mêmes, mais leur aspect parfois paradoxal. On le voit bien si on compare sa description des défenses de l’éléphant avec celle qu’en donne Achille Tatius.

Achille TatiusNonnos
Défenses de l’éléphantRessemble à une double corne (κέρας […] διπλοῦν), mais c’est une dent recourbée (καμπύλος ὀδούς) (IV.4.4)Dents proéminentes et acérées :
XXVI.301, προβλῆτας ὀδόντας 303, θηγαλέῳ τμητῆρι 
318, καρχαρόδοντα 
322, καρχαρόδοντι 
326, προβολῇσιν ὀδόντων 
328, ὀδόντων
Comparaison avec une faucille (XXVI.302, ἀμητῆρι τύπῳ γαμψώνυχος ἅρπης)
  • 47 Il s’agit aussi de dents pour Aristote, Hist. an. II.5 501b 30‑33 ; Pline, Hist. nat. VIII.7 (avec (...)

19La différence principale concerne la présence chez le romancier d’une question également développée par d’autres auteurs : les défenses de l’éléphant sont-elles des dents ou des cornes ? Nonnos, lui, parle de dents47, donnant ainsi, d’une certaine manière, sa position sur le sujet. Mais il ne signale pas l’existence d’un débat qui ne l’intéresse en rien.

  • 48 Agosti 2004, p. 181 (note à XXVI.304‑311).
  • 49 Même formule en XLIII.338, toujours à propos de l’éléphant.
  • 50 Voir aussi XXXVI.184, XL.259, XLIII.30 et Vian 1990, p. 286‑287 (note à XXVI.303‑304). Élien, De n (...)
  • 51 Il peut en revanche fléchir ses membres postérieurs comme un homme (Aristote, Hist. an. II.1 498a (...)
  • 52 De même, il ne recule pas devant une contradiction à propos de la géographie du Nil et de l’Indus, (...)

20De même, quand il insiste sur un détail ignoré d’Achille Tatius mais longuement discuté par Aristote, l’incapacité supposée de l’éléphant à plier le genou, il ne prête aucune attention à l’aspect scientifique du problème, ne s’attardant sur le sujet qu’en fonction d’un aspect paradoxal qu’il ne saurait ignorer48. C’est ainsi qu’en XXVI.307, il note que l’éléphant avance « sans ployer le genou dans sa marche » (ἀκαμπέι γούνατος ὁλκῷ)49 ; il revient ensuite à plusieurs reprises sur ce détail dans le reste du poème, mentionnant un animal qui « debout goûte le sommeil, le dos appuyé à un arbre » (XXXIII.279), ou évoquant les « pattes rigides » des éléphants qualifiés d’ἀκαμπτοπόδων ἐλεφάντων (XV.148) ou d’ὀρθοπόδην ἐλέφαντα (XXVI.335, XXVIII.72)50. Mais jamais il n’essaie d’en expliquer les raisons, développées avec précision par Aristote : c’est à cause de son poids que l’éléphant serait incapable de fléchir ses membres des deux côtés à la fois ; il devrait donc se coucher de côté, soit sur sa droite soit sur sa gauche51. Nonnos, lui, ne fait aucune allusion, même brève, à une quelconque explication. Tout ce qui l’intéresse dans cette particularité de l’éléphant, c’est son aspect paradoxal52. Or, cette insistance sur les paradoxes s’accompagne parfois de tout un jeu de transferts et de changements de contexte.

Transferts et changements de contextes

  • 53 Sur les sources de l’épisode d’Icarios chez Nonnos, Fayant 2000, p. 38‑43.
  • 54 Ach. Tat. II.2.4‑5.

21C’est d’abord dans le discours sur le vin du chant XLVII que le poète se livre à un jeu mêlant imitation et transfert. Lorsque Dionysos fait connaître le vin au paysan athénien Icarios53, qui l’offre à d’autres paysans de l’Attique, l’un d’entre eux prononce des propos destinés à faire l’éloge de la nouvelle boisson (XLVII.78‑103). Dans ce discours, que les commentateurs ont rapproché de celui du pâtre tyrien à qui Dionysos fait découvrir le vin dans le roman d’Achille Tatius54, les thèmes développés par Nonnos sont similaires à ceux du romancier (eau de couleur pourpre, douceur, arôme, breuvage d’amitié) :

Achille TatiusNonnos
Eau de couleur pourpreτὸ ὕδωρ τοῦτο τὸ πορφυροῦν
(II.2.4)
ξανθόχροον ὕδωρ (XLVII.79) 
φοινίσσεται (XLVII.82)
Douceurγλυκύ (II.2.4)μελιηδέα δῶρα (XLVII.80) 
μελίρρυτα χεύματα (XLVII.81) 
μέλιτος γλυκεροῖο φέρεις γλυκερώτερον ὕδωρ (XLVII.85) 
λαρότερον δὲ γάλακτος ἔχεις ποτόν
(XLVII.87)
Arômeτὰς ῥῖνας εὐφραίνει (II.2.5)ῥόδων εὔοδμον ἐέρσην (XLVII.92)
Breuvage d’amitiéκύλικα φιλοτησίαν (II.2.4, avant le discours)φιλίης πόμα (XLVII.102)
  • 55 Pour la comparaison entre le vin et la douceur du miel, Fayant 2000, p. 141‑142 (notes à XL.81.84)
  • 56 Ach. Tat. II.2.4.
  • 57 Sur cette amplification de la structure syntaxique du début du discours, Fayant 2003, p. 37. Le pa (...)

22Même si certains de ces thèmes sont courants55, le poète revendique clairement son modèle quand il reprend au début du discours du paysan athénien le début du discours du pâtre tyrien. « Où, étranger, as-tu pris cette eau (πόθεν, ὦ ξένε, σοὶ τὸ ὕδωρ τοῦτο) […] Où as-tu découvert (πόθεν […] εὗρες) un liquide aussi suave ? », disait le pâtre d’Achille Tatius, en répondant lui-même par une formule négative : « Ce n’est pas (οὐ γάρ ἐστιν) celui qui coule à terre »56. « Dis-moi, vieillard, où sur terre as-tu trouvé (πόθεν εὗρες) le nectar de l’Olympe ? », semble répéter en écho le paysan de Nonnos (XLVII.78), qui amplifie la réponse négative en employant cinq fois la négation οὐ(κ) au début de cinq vers consécutifs57 :

Οὐκ ἀπὸ Κηφισοῖο φέρεις ξανθόχροον ὕδωρ,
οὐκ ἀπὸ Νηιάδων μελιηδέα δῶρα κομίζεις·
οὐ γὰρ ἀναβλύζουσι μελλίρρυτα χεύματα πηγαί,
οὐ ῥόος Ἰλισσοῖο χυτῷ φοινίσσεται ὁλκῷ.
Οὐ ποτὸν ἔπλετο τοῦτο φιλοπτόρθοιο μελίσσης

Ce n’est pas du Céphise que vient l’eau vermeille que tu nous apportes, ce n’est pas des Naïades que viennent les présents doux comme le miel que tu nous offres ; car ce ne sont pas des sources qui font jaillir ces torrents où coule le miel, ce n’est pas le cours de l’Ilissos qui charrie ces flots empourprés. Ce n’est pas la boisson de l’abeille gourmande de jeunes pousses. (XLVII.79‑83)

  • 58 Comme le fait Merkelbach 1963, p. 499 : pour lui, le modèle commun serait Ératosthène.
  • 59 Fayant 2000, p. 16.
  • 60 Nonnos adapte également le discours à la logique de son poème, en évoquant une boisson qui délivre (...)

23Le poète permet ainsi à son lecteur d’identifier d’emblée la source utilisée. Il est donc impossible d’expliquer seulement par un modèle commun58 les similitudes qui existent ici entre Nonnos et Achille Tatius : l’amplification de la structure syntaxique initiale va plutôt dans le sens d’une imitation directe59, d’autant plus que Nonnos se livre aussi à un subtil jeu de déplacement de contextes60.

  • 61 Achille Tatius prend bien soin de le mentionner, en précisant que seul le début de la légende tyri (...)

24Le pâtre tyrien joue en effet dans la version tyrienne de l’invention du vin un rôle analogue à celui d’Icarios dans la version athénienne ; Achille Tatius souligne d’ailleurs lui-même ce parallèle, quand il décrit son personnage comme « un pâtre fort accueillant, comme l’était Icarios, selon les Athéniens » (II.2.3). Le jeu littéraire de Nonnos consiste donc à attribuer à un paysan athénien anonyme et non à Icarios le discours qu’Achille Tatius attribue à un pâtre qu’il compare explicitement à Icarios. La référence indirecte au romancier est donc incontestable, et le jeu de transposition d’autant plus subtil que, comme le remarque M.‑Chr. Fayant, le poète ne se contente pas de déplacer ce discours chez un autre personnage, mais l’introduit dans une étape du récit qui est absente de la version tyrienne61. Semer des indices tout en brouillant les pistes, voilà qui correspond bien à la manière habituelle du poète. Cela le conduit parfois à aller plus loin, en joignant transfert et dédoublement.

  • 62 La première version est liée à la métamorphose d’Ampélos en vigne.

25C’est d’abord le cas dans les récits d’invention. Le récit que fait Nonnos de la découverte de la pourpre (XL.304‑310) s’inspire de la notice d’Achille Tatius sur le même sujet (II.11.4‑8). Mais certains éléments de la notice du romancier se retrouvent aussi dans la deuxième version que donne Nonnos de l’invention du vin (XII.319‑336)62.

Achille Tatius II.11.4‑8Nonnos XL.304‑310
(pourpre)
Nonnos XII.319‑336 (vin)
Coquillage trouvé par un pêcheur (II.11.5, ἁλιεύς ἀγρεύει τὴν ἄγραν ταύτην) puis par le chien d’un berger (II.11.4, τοῦ ποιμένος εὑρεῖν τὸν κύνα, II.11.5, εὑρίσκει δὲ κύων)Coquillage trouvé par un chien en train de pêcher (XL.306, κύων ἁλιεργός)Vigne sauvage trouvée par un serpent (XII.319‑320, δράκων)
Pêcheur comptant sur un poisson (ἰχθύν), mais maudissant et rejetant sa proie en voyant la rugosité de la coquille (II.11.5, κόχλου)Identification coquillage/poisson :
κόχλῳ (XL.304)
ἰχθύν (XL.307)
κόχλου (XL.308)
Chien brisant le coquillage de ses crocs (II.11.5, καὶ καταθραύει τοῖς ὀδοῦσι)Chien broyant le coquillage de sa féroce mâchoire (XL.306‑307, ἐρέπτων […] χαροπῇσι γενειάσι)Serpent extrayant le jus du raisin grâce à sa terrible mâchoire (XII.321, βλοσυραῖς γενύεσσι)
Gueule rougie par la pourpre et métaphore du sang (II.11.5, καὶ τῷ στόματι τοῦ κυνὸς περιρρέει τοῦ ἄνθους τὸ αἷμα, καὶ βάπτει τὸ αἷμα τὴν γένυν καὶ ὑφαίνει τοῖς χείλεσι τὴν πορφύραν)Gueule rougie par la pourpre et métaphore du sang (XL.308‑309, πόρφυρε παρηίδας αἵματι κόχλου ⁄ χείλεα φοινίξαςGueule rougie par le jus du raisin (XII.323, πορφυρέῃ ῥαθάμιγγι δράκων φοίνιξεν ὑπήνην)
Berger voyant les mâchoires ensanglantées (II.11.6, ὁρᾷ τὰ χείλη τοῦ κυνὸς ᾑμαγμένα)Dionysos s’émerveillant en voyant le menton rougi du serpent
(XII.324‑325, θάμβησε δοκεύων ⁄ οἰνωπῇ ῥαθάμιγγι πεφυρμένον ἀνθερεῶνα)
Éclat de la pourpre (II.11.6,
λαμπρότερον ἐπορφύρετο)
Éclat de la pourpre
(XL.305, πορφυρέους σπινθῆρας ἀκοντίζοντα, XL.310, φαιδρόν)
« Le berger comprit (συνῆκεν) alors la nature du coquillage. » (II.11.7)« Bacchos, en découvrant la grappe grosse d’une rosée vermeille, comprit (ἐνόησε) les antiques prédictions de la prophétique Rhéa. » (XII.328‑330)
En mettant une touffe de laine dans le coquillage puis en le brisant avec une pierre, le berger découvre la teinture (II.11.7‑8)Dionysos fabrique un pressoir et vendange le raisin pour faire du vin (XII.331‑336)
  • 63 Simon 1999, p. 136‑137. Pollux, Onomast. I.45‑49, donne à la pourpre tyrienne une origine différen (...)
  • 64 Dans les vers qui précèdent le récit d’invention, le pin parasol taché par le jus du raisin est tou (...)
  • 65 Sur la brillance de la pourpre, cf. aussi XLV.126 et Simon 1999, p. 281‑282 (note à XL.305‑310).

26Les deux notices nonniennes s’inspirent visiblement d’Achille Tatius : dans chaque cas, il s’agit d’une découverte (pourpre ou vin) due à la gueule rougie d’un animal (chien ou serpent) qui vient de broyer de ses dents une plante ou un coquillage trouvé par hasard63. Certains éléments présents chez le romancier ne sont repris que dans la notice sur la pourpre : c’est le cas pour la métaphore du sang64 ou l’éclat de la couleur65. Pourtant, dans la structure générale du passage, c’est paradoxalement dans le récit de l’invention du vin que Nonnos suit le plus fidèlement Achille Tatius : aucun personnage humain n’apparaît en effet dans le récit nonnien de la découverte de la pourpre ; non seulement une subtile variatio permet de remplacer l’apparition successive du pêcheur et du chien par la seule présence « d’un chien qui pêchait » mais il n’y a chez Nonnos aucune trace du maître du chien.

  • 66 Fayant 2003, p. 41.

27En revanche, le comportement de Dionysos au chant XII rappelle celui du berger d’Achille Tatius : tous deux voient les mâchoires rougies de l’animal, comprennent le sens de leur découverte et agissent pour l’exploiter. La technique de Nonnos apparaît donc clairement : il utilise dans deux contextes différents un thème emprunté à Achille Tatius66. De plus, dans le jeu littéraire auquel il se livre, il brouille à plaisir les pistes, plaçant une imitation plus fidèle mais plus difficile à reconnaître dans un autre passage que celui attendu par ses lecteurs. Transfert et dédoublement, c’est un procédé qui se retrouve dans d’autres épisodes du poème.

  • 67 II.14.4, IV.12.1. Cf. Simon 1999, p. 139, n. 2.
  • 68 Ces vers commencent et terminent cette partie de la description de Tyr. Cf aussi θάμβεεν (XL.302), (...)

28Chez Achille Tatius en effet, le paradoxe du bouvier et du marin est développé à propos de la crue du Nil (IV.12.1). Chez Nonnos, il est à la fois transféré et dédoublé, en étant intégré aux ekphraseis de Tyr (XL.327‑338) et d’Europe (I.110‑117). Le premier élément commun qui sert de lien entre ces diverses ekphraseis est le sentiment d’étonnement et d’admiration généré par les différents spectacles. C’est ainsi qu’Achille Tatius souligne d’un même terme l’étrangeté du Nil et du site de Tyr : τὸ θέαμα καινόν67. De même, dans sa description de Tyr, Nonnos insiste sur l’émerveillement de Dionysos devant le voisinage du bouvier et du marin : « Et Bacchos admire (ἐθάμβεε) encore Tyr » (XL.327) ; « À cette vue, il dit d’une voix pleine d’étonnement » (XL.337, πολυθαμβέα […] φωνήν)68. Quant au passage intégré dans l’ekphrasis d’Europe, il fait partie du discours d’un marin grec stupéfait, dont les premiers mots sont : « Ô mes yeux, quel est ce prodige ? » (I.93, τί τὸ θαῦμα). L’étrangeté du voisinage du marin et du bouvier, commune à ces différents sites, permet à Nonnos de signaler à son lecteur le modèle ici utilisé.

  • 69 Pour les trois autres négations, I.110‑111, οὐ πέλε Νηρεὺς/βουκόλος, οὐ Πρωτεὺς ἀρότης, οὐ Γλαῦκος (...)
  • 70 Vian 1976 (p. 142, note à I.110‑117) remarque la construction savante de l’énumération : οὐ … οὐ … (...)

29À partir de là, les procédés de transpositions sont très travaillés. Dans l’ekphrasis d’Europe, Nonnos procède à un subtil jeu de références par rapport au texte d’Achille Tatius. À première vue, par une série de négations (cinq fois οὐ), il semble s’opposer terme à terme à la description que celui-ci fait du Delta du Nil. Pour le romancier, le Delta serait à la fois « un fleuve, une terre, une mer, un marais » (καὶ ποταμὸς καὶ γῆ καὶ θάλασσα καὶ λίμνη), alors que pour le marin de Nonnos, il ne peut y avoir « ni marais herbeux ni prairie dans les flots » (I.112, οὐχ ἕλος, οὐ λειμῶνες ἐν οἴδμασιν)69. De plus, selon Achille Tatius, « là où l’on vient de naviguer, on plante, et là où l’on plante, c’est la mer que l’on cultive » (ὃ πέπλευκας, φυτεύεις, καὶ ὃ φυτεύεις, τοῦτο πέλαγος γεωργούμενον). « Sur la mer infertile, paraît répondre Nonnos, on navigue, on ne laboure pas » (I.112‑113, θαλάσσῃ ἀτρυγέτῳ πλώοντες ἀνήροτα ναύλοχον ὕδωρ). Mais l’apparente négation devient en fait confirmation. Dans les deux derniers vers, qui comportent cinq membres introduits par ἀλλά70, la juxtaposition des termes fait du paradoxe une réalité et l’oxymore aboutit à l’identification des contraires :

  • 71 Il y a également variatio dans les termes : ἐχέτλη, ναυτίλος, ἀγρονόμος chez Nonnos I.117 ~ ἄροτρο (...)

Ἀλλὰ φυτὸν πόντοιο πέλει βρύα καὶ σπόρος ὕδωρ,
ναυτίλος ἀγρονόμος, πλόος αὔλακες, ὁλκὰς ἐχέτλη71.

Les plantes de la mer, ce sont les algues ; l’eau est son grain ; elle a pour laboureur le nautonier, pour sillon le sillage des proues, pour charrue le navire. (I.116‑117)

30Cette transposition littéraire, faite d’un jeu continuel de références par rapport au modèle choisi, se retrouve dans le deuxième paradoxe nonnien du bouvier et du marin, intégré dans l’ekphrasis de Tyr. La description comporte elle aussi de subtiles variations stylistiques par rapport à la description que fait Achille Tatius du delta du Nil. En premier lieu, la composition générale n’est pas la même : le romancier commence son ekphrasis par une brève énumération (fleuve, terre, mer, marais), suivie par un regroupement de termes deux à deux (navire et hoyau, rame et charrue, gouvernail et faux, marins et laboureurs, poissons et bœufs). Nonnos, lui, adopte l’ordre inverse, mentionnant d’abord les parallèles binaires (bouvier et marin, chevrier et pêcheur, rame et charrue, bergers et charpentiers, XL.328‑333), et terminant par une longue énumération qui occupe trois vers entiers (XL.334‑336).

31Comme le montre le tableau suivant, deux des regroupements binaires d’Achille Tatius sont repris par Nonnos : le paysan et le marin, la charrue et la rame, mais toujours avec le même principe de variatio dans la manière dont ils sont traités.

Achille Tatius IV.12.1Nonnos XL.328‑333
ναῦς ὁμοῦ καὶ δίκελλα, κώπη καὶ ἄροτρον, πηδάλιον καὶ δρέπανον, ναυτῶν ὁμοῦ καὶ γεωργῶν καταγωγή, ἰχθύων ὁμοῦ καὶ βοῶν
 
 
 
« Un navire près d’un hoyau, une rame près d’une charrue, un gouvernail près d’une faux ; c’est la halte des marins ainsi que des laboureurs, celle des poissons ainsi que des bœufs. »
328, βουκόλος ἀγχικέλευθος ὁμίλεε γείτονι ναύτῃ
329, συρίζων παρὰ θῖνα, καὶ αἰπόλος ἰχθυβολῆι
330, δίκτυον αὐερύοντι, καὶ ἀντιτύποισιν ἐρετμοῖς
331, σχιζομένων ὑδάτων ἐχαράσσετο βῶλος ἀρότρῳ·
332, εἰναλίης δ´ὀάριζον ὁμήλυδες ἐγγύθι λόχμης
333, ποιμένες ὑλοτόμοισι
« Le bouvier rencontre en chemin son voisin le marin, en jouant de la flûte sur le rivage, et le chevrier le pêcheur ramenant son filet, et où, semblable aux rames qui fendent l’eau, la charrue déchire la terre ; près d’un taillis du bord de mer conversent les bergers en compagnie des charpentiers . »
  • 72 Simon 1999, p. 139 remarque aussi l’absence chez Nonnos de la coordination ὁμοῦ καί.

32On le voit, pour le paysan et le marin, l’ordre et la nature des termes sont modifiés : bouvier (βουκόλος) puis marin chez Nonnos, marin puis laboureur (γεωργῶν) chez Achille Tatius. L’ordre rame-charrue, lui, est identique, mais avec une variatio et un dédoublement de termes (ἐρετμοῖς remplace κώπη, ἀρότρῳ est conservé mais repris ensuite par ἐχέτλη dans l’énumération des v. 334‑336). Quant au nombre et à la nature des autres binômes, ils sont différents72 :

Achille TatiusNonnos
Navire (ναῦς)/hoyau
 
gouvernail/faux
 
poisson/bœuf
navire transféré dans l’énumération finale (νέες repris par ὁλκάς et σκαφίδες).
bœuf transféré dans l’énumération finale
chevrier/pêcheur
berger/charpentier
  • 73 Cf. aussi Héliod. II.28.4.

33La structure des deux énumérations est elle aussi différente : chez Achille Tatius, les quatre termes, fleuve, terre, mer, marais (καὶ ποταμὸς καὶ γὴ καὶ θάλασσα καὶ λίμνη)73, sont coordonnés par καί et portent sur les multiples aspects d’un même lieu, « le grand Nil [qui] est tout pour les Égyptiens ». Le passage fonctionne selon une alternance eau/terre/eau/union de l’eau et de la terre. Chez Nonnos, l’énumération des v. 334‑336 est construite en asyndète et porte sur les multiples éléments présents en un même lieu :

φλοῖσβος ἁλός, μύκημα βοῶν, ψιθύρισμα πετήλων,
πεῖσμα, φυτόν, πλόος, ἄλσος, ὕδωρ, νέες, ὁλκάς, ἐχέτλη,
μῆλα, δόναξ, δρεπάνη, σκαφίδες, λίνα, λαίφεα, θώρηξ.

la mer qui déferle, le mugissement des bœufs, le murmure des feuillages, une amarre, un arbre, une navigation, un bosquet, un cours d’eau, des navires, un vaisseau de transport, une charrue, des moutons, un roseau, une faux, des barques, des filets, des voiles, une cuirasse. (XL.334‑336)

  • 74 Beaucoup plus que la simple alternance terre/mer relevée au v. 335 par Simon 1999, p. 139.
  • 75 Shorrock 2001, p. 193. Sur d’autres jeux stylistiques terre/mer, cf. Giraudet 2011, p. 158‑161.

34La composition de ces trois vers est très travaillée74 et c’est à juste titre que R. Shorrock évoque à leur propos « a new bravura level of linguistic display »75 :

eau/terre/terre/eau (chiasme) = mer/bœufs/feuillage/amarre
terre/eau/terre/eau (alternance) = arbre/navigation/bosquet/eau
eau/eau/terre/terre (2+2) = navires/vaisseau de transport/charrue/moutons
terre/terre/eau/eau (2+2), avec inversion par rapport à la séquence précédente) = roseau, faux, barques, filets
eau/terre (1+1) = voile/cuirasse

35La référence à Achille Tatius, bien présente dans le paradoxe transféré et dédoublé du marin et du bouvier, s’accompagne donc pour Nonnos d’un jeu très élaboré de transpositions. Mais les changements de contexte qu’il effectue par rapport aux notices du romancier ne se limitent pas à ce jeu littéraire ; ils s’expliquent aussi par l’art poétique des Dionysiaques, qui se caractérise par le mélange des genres.

  • 76 Billault 1991, p. 278‑280. Cf. aussi Fusillo 1991, p. 71‑74.
  • 77 Ach. Tat. IV.14.3‑4.
  • 78 Contexte stratégique aussi pour la description de Tyr chez Chariton VII.2.8, puisqu’elle est placé (...)
  • 79 Ach. Tat. II.14.1‑6.
  • 80 Ach. Tat. II.14‑18. Cf. Billault 2005, p. 240.
  • 81 Ach. Tat. IV.3.1‑2.

36Dans les romans, les notices zoologiques et géographiques ne constituent pas de simples digressions mais sont étroitement liées à l’intrigue76. C’est ainsi que, chez Achille Tatius, l’ekphrasis du delta du Nil a pour but de décrire la situation stratégique du village des bouviers avant l’attaque qui coûtera la vie au stratège Charmidès au milieu des marais77 et écartera de Leucippé la menace de son amour. Cette description a donc manifestement une fonction dramatique : si le contexte dans lequel elle s’inscrit est à la fois stratégique78 et romanesque, c’est bien le romanesque qui prédomine. C’est aussi le cas pour l’ekphrasis de Tyr, qui prend place à la suite d’un oracle reçu par les Byzantins. La description de la ville, où coexistent l’eau et la terre, le feu et l’olivier79, fournit l’explication de l’oracle, dont l’exécution permettra à Callisthénès de faire partie de la délégation byzantine envoyée à Tyr : il aboutira donc indirectement à l’enlèvement de Calligoné, libérant Clitophon d’un mariage imposé et indésirable et le laissant disponible pour Leucippé80. Quant aux notices sur l’hippopotame et sur l’éléphant, elles s’inscrivent dans un contexte exclusivement romanesque : Charmidès jette les yeux sur Leucippé à l’occasion d’une chasse, et c’est pour admirer à loisir la beauté de la jeune fille et attirer son attention qu’il s’attarde longuement sur les caractéristiques des deux animaux81.

  • 82 Fayant 2003, p. 37‑38.
  • 83 La présence de l’olivier enflammé dans les légendes tyriennes est attestée par les témoignages arc (...)
  • 84 Les deux autres descriptions de la crue du Nil interviennent à propos des voyages d’Iô racontés pa (...)
  • 85 Fayant 2003, p. 38.
  • 86 Vian 1976, p. 7‑10.

37Rien de tel chez Nonnos82 : même si son ekphrasis de Tyr mentionne le feu et l’olivier et contient plusieurs réminiscences du texte d’Achille Tatius83, elle ne débouche sur aucun événement et sert seulement à justifier l’admiration qu’éprouve alors Dionysos. Mais surtout, plusieurs des notices nonniennes prennent place dans le contexte purement épique que constitue le catalogue des troupes indiennes. Les descriptions de l’hippopotame et de la crue du Nil complètent en effet la mention de la flotte venue des trois cents îles, dans le delta de l’Indus84 ; celle de l’éléphant s’ajoute à l’évocation du treizième contingent. L’intégration d’éléments tirés du roman dans un contexte qui, comme le remarque à juste titre M.‑Chr. Fayant, « n’a rien de romanesque »85, va donc au-delà du jeu littéraire. L’insertion de ces notices inspirées du roman dans un contexte épique est en fait conforme à la conception qu’a le poète du mélange des genres et qu’il revendique dès le prélude du chant I86.

38Il ressort de cette étude que Nonnos utilise dans son épopée des procédés romanesques, empruntant à ses prédécesseurs une technique narrative caractérisée par des récits entrecroisés reliés par un fil conducteur sous-jacent, insérant dans son œuvre des maximes et des notices scientifiques, reprenant des lieux communs et mêlant les multiples influences dont il est tributaire. Par les choix qu’il effectue et les traditions qu’il privilégie, il adapte ses notices en fonction de la logique de son poème et de ses thèmes de prédilection, ne retenant des débats scientifiques que leur aspect paradoxal, et insistant sur sa vision de la religion indienne ou sur la signification que prend pour lui le feu dans l’affirmation de la divinité de Dionysos. L’originalité de ses notices par rapport à celles des romanciers, et notamment à celles d’Achille Tatius, ne se limite pas au contenu. Le poète n’hésite pas à les changer de contexte, semant des indices permettant au lecteur de reconnaître son modèle, tout en brouillant les pistes par des transferts, des dédoublements et un jeu très travaillé de transpositions littéraires. Mais il ne s’en tient pas là : en intégrant plusieurs de ses notices dans un contexte épique, il choisit d’utiliser des éléments venus du roman dans un contexte non-romanesque, mêlant ainsi les genres littéraires et revendiquant l’originalité de son art poétique.

Notes

1 Elles ne seront pas abordées dans cet article : pour un point sur la question, cf. Frangoulis 2008a (3e partie) ; Frangoulis 2013, passim.

2 Sur les notices zoologiques et géographiques dans les romans, Billault 1991, p. 276-284.

3 Ach. Tat. IV.2‑5. Cf. Dostalova‑Jenistova 1962, p. 203 ; Gigli 1978, p. 433 ; Vian 1990, p. 90 ; Fayant 2003, p. 34.

4 Crue du Nil : Ach. Tat. IV.12, Héliod. IX.22.5 ; Tyr : Ach. Tat. II.14.1‑4 ; Chariton VII.2.8. Cf. Keydell 1932, p. 188 ; Dostalova‑Jenistova 1962, p. 203‑204 ; D’Ippolito 1964, p. 111, n. 2 ; Gigli 1978, p. 433 ; Simon 1999, p. 137‑138 ; Fayant 2003, p. 34, 39.

5 Ach. Tat. II.11.4‑8 ; Rohde 1914 (1re éd. 1876), p. 474, n. 2 ; Dostalova‑Jenistova 1962, p. 204 ; Gigli 1978, p. 433 ; Simon 1999, p. 136 ; Shorrock 2001, p. 192, n. 284 ; Fayant 2003, p. 34, 37.

6 Cet article résume plusieurs chapitres de l’ouvrage que j’ai rédigé en vue de l’obtention de l’Habilitation à diriger des recherches (Frangoulis 2008a, 2014). Les textes et les traductions sont tirés de la CUF.

7 Vian 1976, p. 11 ; voir aussi Collart 1930, p. 197‑198.

8 Collart 1930, p. 99 ; Cataudella 1936, p. 181 ; Vian 1995, p. 19.

9 Frangoulis 2008b, p. 288‑289.

10 Même si le procédé n’est pas étranger au roman, il relève donc d’une technique différente, celle du mythe enchâssé : sur cette technique dans le roman de Longus, cf. Wouters 1994, p. 146‑160.

11 Voir aussi les chants I‑II :Nonnos entrelace le récit de la Typhonie et celui de l’enlèvement d’Europe, sans jamais perdre de vue le lien qui les unit, c’est-à‑dire la quête de Cadmos parti à la recherche de sa sœur et apportant son aide à Zeus dans le combat du dieu contre Typhée.

12 Autres techniques narratives imitées du roman : les récapitulations situées dans le cadre de la narration (XXI.133, 150‑156, XXXVIII.1‑14, XXXIX.6‑13) ou intégrées à l’action (XXI.290‑298, XXVI.16‑25). Sur ces deux types de récapitulations dans les romans, cf. Hägg 1971, p. 245‑285 ; Billault 1991, p. 77‑87.

13 Chamberlayne 1916, p. 55‑56. Sur la tradition littéraire de la gnômè et son utilisation dans les romans grecs, cf. Billault 1991, p. 292‑297 ; sur les sentences chez Achille Tatius, cf. Morales 2004, p. 106‑143. Kost 1971, p. 31, analyse la reprise par Nonnos de cette caractéristique du roman.

14 C’est le cas en VI.31‑32, XXX.131‑132, XXXIII.115‑116, XXXV.137‑138, XLII.209‑213, 241‑242, 352‑354, XLVIII.481‑482.

15 Ovide, Art d’aimer I.531‑532 ; Rem. am. 483‑486 ; l’influence d’Ovide sur Nonnos n’est pas prouvée ici (cf. Vian 1995, p. 17‑18, n. 5).

16 Ap. Rh. III.751‑765 (Médée) : cf. Gerlaud 2005, p. 174 (note à XXXIII, 264‑265).

17 Hés., Trav. 447, Platon, Phèdre 240c : cf. Gigli 1978, p. 435 ; Chrétien 1985, p. 147 (note à X.249) ; Accorinti 2004, p. 242 (note à XLII.135‑137). Chez Nonnos, cf. aussi I.525‑533. Sur la jalousie féminine, cf. IV.159, XXXIII.19‑20, XLIV.295 (= Musée 37). Sur la jalousie amoureuse (féminine ou masculine), cf. Ach. Tat. VI.11.1.

18 Sur l’adaptation dans les Dionysiaques de cette sentence d’Achille Tatius, cf. Gigli 1978, p. 434‑435.

19 Vian 1991, passim ; Hopkinson 1994, passim ; Frangoulis 2011, p. 105.

20 Ach. Tat. II.38.5 : cf. Vian 1995, p. 160 (note à XI.102, qui rapproche aussi Musée 78).

21 Héliod. IV.4.3. Cf. Gigli 1978, p. 443, n. 13. Accorinti 2004, p. 246‑247 (note à XLII.178‑181), voit aussi dans ce passage une réfutation de Callim. frg. 178.9‑10 Pfeiffer (affirmant à propos de XVII.218 que les propos d’Homère ne sont pas mensongers).

22 Nicandre, Ther. 566, Diod. Sic. I.35.1, 8. Pour tous les parallèles sur l’hippopotame, cf. Vian 1990, p. 282‑283 (note à XXVI.236‑244). 

23 Hérodote II.71, Diod. Sic. I.35.3, Pline, Hist. nat. VIII.95.

24 Nicandre, Ther. 567 (comparaison avec une faucille ; Hollis 1994, p. 57 y voit le modèle de XXVI.243‑244), Diod. Sic. I.35.9, Pline, Hist. nat. VIII.95.

25 Diod. Sic. II.42.1, 51.4, Ovide, Tristes IV.6.7‑8, Pline, Hist. nat. VIII.1, [Opp.], Cyn. II.490, 515‑518, Philostr., Ap. Tyane II.11, Claudien, Cons. Stil. I.267 et, chez Nonnos, XXI.214, XXIII.191, XXVIII.74, XXXIX.91, XLIII.337. Cf. aussi Vian 1990, p. 285‑290 (notes à XXVI.295‑332), avec une étude très détaillée sur l’éléphant chez Nonnos et ses prédécesseurs.

26 Dostalova‑Jenistova 1962, p. 204.

27 Bonneau 1964, p. 115, n. 8 ; Chuvin 1976, p. 145‑146 (note à III.275‑278).

28 Aristote, Hist. an. VIII.9 596a 11‑12, Pline, Hist. nat. VIII.28. L’estimation est aussi de deux cents ans chez Diod. Sic. II.42.2, Strabon XV.1.43 (705), Arrien, Inde XIV.8, Élien, De nat. an. IV.31 ; elle est de cent vingt ou deux cents ans chez Aristote, Hist. an. IX.46 630b 23‑24 ; trois cents ans pour Ambroise, Hexaemeron VI.5.34 ; trois cent cinquante ans chez Philostrate, Ap. Tyane II.12 ; jusqu’à trois cents ou cinq cents ans chez Onésicrite, selon Strabon, XV.1.43 (705).

29 Le vers d’Hésiode est rapporté par Plutarque, Mor. 415 C 7‑8 ; sur la durée d’une génération humaine, cf. Laplace 2007, p. 98, n. 91. L’explication que donne Achille Tatius (dix ans de gestation) est absente chez Nonnos ; ces dix ans de gestation sont cités comme une croyance populaire par Pline, Hist. nat. VIII.28 et comme une affirmation d’Onésicrite par Strabon XV.1.43 (705). Lui-même parle d’une période de seize à dix-huit mois (comme Diod. Sic. II.42.1 ; Arrien, Inde XIV.7). La gestation est de dix-huit mois ou deux ans pour Élien, De nat. an. IV.31.

30 Dans d’autres textes, ce sont les sabots de l’hippopotame qui sont comparés à ceux d’un bœuf (Aristote, Hist. an. II.7 502a 9‑15, Diod. Sic. I.35.8, Pline, Hist. nat. VIII.95). Chez Ach. Tat. IV.2.2, on trouve un parallèle entre la taille de l’hippopotame et la taille d’un bœuf.

31 Fayant 2003, p. 40.

32 Il. X.292, XX.495, Od. III.382, XI.289, XII.262, 355, XX.212 ; cf. Vian 1990, p. 287 (note à XXVI.308‑309).

33 Le rôle guerrier de l’éléphant est attesté dès Ctésias : cf. Élien, De nat. an. XVII.29 (d’après Ctésias, Inde, F45b Lenfant). Sur l’utilisation de l’éléphant dans les combats, de l’époque d’Alexandre à l’époque romaine, cf. Scullard 1974, p. 64‑207.

34 Ailleurs dans le poème, il évoque deux autres usages de la trompe : XLIII.339 (pour lutter contre un phoque) et XLIII.31 (pour aspirer de l’eau). Aucune place en revanche pour l’anecdote de l’homme mettant sa tête dans la gueule de l’éléphant, afin de soulager ses maux de tête (Ach. Tat. IV.4.7‑8 et IV.5, cf. Fusillo 1991, p. 73 ; Laplace 2007, p. 102).

35 Héliod. IX.18.5 (six tireurs), cf. aussi Strabon XV.1.52 (709) [un conducteur et trois archers] ; Pline, Hist. nat. VIII.22 (soixante combattants pour chaque tour), Sil. It. IX.594‑598, Élien, De nat. an. XIII.9 (éléphant de guerre appelé tour, avec un conducteur et trois hommes armés), Philostr., Ap. Tyane II.12 (jusqu’à dix ou quinze Indiens). Sur l’usage des tours, Scullard 1974, p. 240‑245. D’autres textes ne signalent, comme Ach. Tat., qu’un seul cornac : Aristote, Hist. an. IX.1 610a 27‑30, Philostr., Ap. Tyane II.11.

36 La peau dure de l’hippopotame est aussi mentionnée par Hérodote II.71, Aristote, Hist. an. II.7 502a 9‑15, Diod. Sic. I.35.8.

37 Aristote, Hist. an. IX.1 610a 22‑24, Part. an. II.1.6 659a 1‑2, Pline, Hist. nat. VIII.29, [Opp. ], Cyn. II.532‑535, Élien, De nat. an. XVII.29 (d’après Ctésias, Inde F45b Lenfant).

38 Philostrate, Ap. Tyane II.12 (usage guerrier de la trompe, qui permet à l’éléphant de lancer des traits). Une statuette en terre cuite de Myrina (musée du Louvre, Paris) représente un éléphant d’Antiochos I attaquant un soldat galate avec sa trompe (Scullard 1974, chap. VIIb). Sur la force de l’éléphant, cf. aussi Diod. Sic. II.42.1 et 51.4, Strabon XV.1.43 (705).

39 Lucrèce II.537. En sanskrit la trompe se dit naganasa « nez en serpent » (André et Filliozat 1986, p. 340, n. 9).

40 La mention de la peau noire des éléphants indiens (XXVI.300 ; cf. aussi XV.158, XXIV.137, XXVIII.74, Sid. Apoll., Poèmes XXII.58) est à mettre en rapport avec la couleur noire des guerriers indiens.

41 L’affrontement de l’éléphant et du serpent est un motif fréquent : Pline, Hist. nat. VIII.32, Élien, De nat. an. II.21, VI.21. Le thème deviendra très populaire au Moyen Âge : cf. Scullard 1974, p. 216‑217.

42 Laplace 2007, p. 148, rapproche l’hippopotame crachant le feu chez Achille Tatius de certains animaux mythiques (chevaux du Thrace Diomède, taureaux soumis par Jason en Colchide).

43 Voir aussi XXIX.63 (propos d’un Indien anonyme).

44 Philostrate, Vie Ap. Tyane II.24 (temple du Soleil). Quelques traces de cette tradition subsistent dans les Dionysiaques : cf. Frangoulis 2010, p. 103‑107.

45 Frangoulis 2006, p. 75, n. 29. Dans la théomachie du chant XXXVI, Hélios‑Apollon combat dans le camp de Dionysos et s’oppose à Poséidon (XXXVI.8‑9, 83‑105).

46 Frangoulis 2006, p. 85 ; Frangoulis 2010, p. 105.

47 Il s’agit aussi de dents pour Aristote, Hist. an. II.5 501b 30‑33 ; Pline, Hist. nat. VIII.7 (avec débat) ; Philostrate, Ap. Tyane II.13 (avec une longue discussion). Le problème est également évoqué par Élien, De nat. an. IV.31 (débat) et XI.37 (il s’agit de cornes et non de dents).

48 Agosti 2004, p. 181 (note à XXVI.304‑311).

49 Même formule en XLIII.338, toujours à propos de l’éléphant.

50 Voir aussi XXXVI.184, XL.259, XLIII.30 et Vian 1990, p. 286‑287 (note à XXVI.303‑304). Élien, De nat. an. IV.31, mentionne que l’éléphant dort debout, tandis qu’Ambroise, Hexaemeron VI.5.31‑32, dit que l’animal ne peut plier ses jambes, qui doivent être raides pour supporter le poids de son corps.

51 Il peut en revanche fléchir ses membres postérieurs comme un homme (Aristote, Hist. an. II.1 498a 8‑13) ; cf. aussi Part. an. II.16 659a 28‑29 (inaptitude à fléchir les pattes).

52 De même, il ne recule pas devant une contradiction à propos de la géographie du Nil et de l’Indus, n’hésitant pas à intégrer dans son poème deux théories concurrentes : cf. XXVI.224‑228, 235, XXVII.153‑158. Sur ces deux théories et leurs attestations, Vian 1990, p. 89‑90, 280‑281 (note à XXVI.224).

53 Sur les sources de l’épisode d’Icarios chez Nonnos, Fayant 2000, p. 38‑43.

54 Ach. Tat. II.2.4‑5.

55 Pour la comparaison entre le vin et la douceur du miel, Fayant 2000, p. 141‑142 (notes à XL.81.84).

56 Ach. Tat. II.2.4.

57 Sur cette amplification de la structure syntaxique du début du discours, Fayant 2003, p. 37. Le parallèle est déjà signalé par Merkelbach 1963, p. 495, 498‑499.

58 Comme le fait Merkelbach 1963, p. 499 : pour lui, le modèle commun serait Ératosthène.

59 Fayant 2000, p. 16.

60 Nonnos adapte également le discours à la logique de son poème, en évoquant une boisson qui délivre l’homme de ses peines (XLVII.93‑94). Telle en effet la mission que Zeus a confiée à Dionysos.

61 Achille Tatius prend bien soin de le mentionner, en précisant que seul le début de la légende tyrienne est identique à la légende athénienne (Ach. Tat. II.2.3). La version tyrienne ne comporte pas les drames qui suivent la transmission de la vigne aux autres Athéniens. Cf. Fayant 2003, p. 42.

62 La première version est liée à la métamorphose d’Ampélos en vigne.

63 Simon 1999, p. 136‑137. Pollux, Onomast. I.45‑49, donne à la pourpre tyrienne une origine différente : le chien d’Héraclès ayant broyé un murex devant Tyros, princesse éponyme de la ville, le fils de Zeus aurait offert à la jeune fille un vêtement empreint de cette nouvelle teinture (cf. aussi Laplace 2007, p. 210‑211).

64 Dans les vers qui précèdent le récit d’invention, le pin parasol taché par le jus du raisin est toutefois qualifié d’αἱμοβαφής (XII.318).

65 Sur la brillance de la pourpre, cf. aussi XLV.126 et Simon 1999, p. 281‑282 (note à XL.305‑310).

66 Fayant 2003, p. 41.

67 II.14.4, IV.12.1. Cf. Simon 1999, p. 139, n. 2.

68 Ces vers commencent et terminent cette partie de la description de Tyr. Cf aussi θάμβεεν (XL.302), διπλόον ἔλλαχε θάμβος (XL.316), et l’interrogation de Dionysos en XL.338.

69 Pour les trois autres négations, I.110‑111, οὐ πέλε Νηρεὺς/βουκόλος, οὐ Πρωτεὺς ἀρότης, οὐ Γλαῦκος ἀλωεύς.

70 Vian 1976 (p. 142, note à I.110‑117) remarque la construction savante de l’énumération : οὐ … οὐ … οὐ… οὐ … οὐ … ἀλλά puis οὐ [σπείρουσιν] ἀλλά (suivi de cinq membres).

71 Il y a également variatio dans les termes : ἐχέτλη, ναυτίλος, ἀγρονόμος chez Nonnos I.117 ~ ἄροτρον, ναυτῶν, γεωργῶν chez Ach. Tat. IV.12.1.

72 Simon 1999, p. 139 remarque aussi l’absence chez Nonnos de la coordination ὁμοῦ καί.

73 Cf. aussi Héliod. II.28.4.

74 Beaucoup plus que la simple alternance terre/mer relevée au v. 335 par Simon 1999, p. 139.

75 Shorrock 2001, p. 193. Sur d’autres jeux stylistiques terre/mer, cf. Giraudet 2011, p. 158‑161.

76 Billault 1991, p. 278‑280. Cf. aussi Fusillo 1991, p. 71‑74.

77 Ach. Tat. IV.14.3‑4.

78 Contexte stratégique aussi pour la description de Tyr chez Chariton VII.2.8, puisqu’elle est placée juste avant la prise de la ville par Chairéas.

79 Ach. Tat. II.14.1‑6.

80 Ach. Tat. II.14‑18. Cf. Billault 2005, p. 240.

81 Ach. Tat. IV.3.1‑2.

82 Fayant 2003, p. 37‑38.

83 La présence de l’olivier enflammé dans les légendes tyriennes est attestée par les témoignages archéologiques : Chuvin 1991, p. 224‑254. Sur les diverses sources de Nonnos dans ce passage, cf. aussi Simon 1999, p. 155, n. 2 ; Shorrock 2001, p. 192, n. 284 ; Frangoulis 2014, passim.

84 Les deux autres descriptions de la crue du Nil interviennent à propos des voyages d’Iô racontés par Cadmos à Électre (chant III) et des conséquences du déluge déclenché par Zeus après le meurtre de son fils Zagreus (chant VI). La différence de contexte explique pourquoi il n’y a pas chez Nonnos d’équivalent du long développement qu’Achille Tatius (IV.12.4‑8) consacre aux bouviers et à leurs repaires dans les marais et les îles. Cf. aussi Héliod. I.5.2‑4 et I.6, où le delta du Nil est l’habitation des pâtres qui ont enlevé Théagène et Chariclée.

85 Fayant 2003, p. 38.

86 Vian 1976, p. 7‑10.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search